AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

l'irréprochable

ÂGE : 37 ans
STATUT : Marié
MÉTIER : PDG de l'entreprise familiale
LOGEMENT : #55, Logan City

POSTS : 1751 POINTS : 55

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il est l'ainé des West - Il est marié depuis 9 ans - Il a une fille de 7 ans - C'est un papa poule - Il est amateur de café, de bon vin et de bons petits plats - Très bon joueur de tennis - Se débrouille plutôt bien au piano - Tient à son petit confort de vie - A passé la plus grande partie de sa vie à Brisbane, mais a étudié à Sydney
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Soren - Rebecca - Heidi - Ashley - Nathan - Matteo - Saul - Duncan - Nevaeh -
RPs EN ATTENTE : Cora
PSEUDO : Em'
AVATAR : Michael Fassbender
CRÉDITS : Crazyninjadreamer
DC : Aucun
INSCRIT LE : 28/02/2016

MessageSujet: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Dim 17 Juil - 19:31

May your coffee be strong and your Monday be short.






Il s'était levé plus tôt que prévu ce matin. Il faisait encore légèrement nuit dehors. L'ambiance avait donc un charme particulier. Comme si tout et tout le monde était encore endormi pendant que lui se réveillait et se dirigeait vers la salle de bain. Il faisait une petite entorse à sa routine du matin aujourd'hui. En général il se levait, se dirigeait vers la cuisine pour lancer la cafetière avant d'aller chercher le journal sur le pas de la porte et s'installait tranquillement à table pour prendre son petit déjeuner. Il ne faisait pas partie de ces gens qui avalaient seulement un café en deux minutes avant de partir de chez-eux, déjà en retard alors que la journée n'avait même pas encore commencé. Non Adriel lui, aime le calme du matin et préfère se lever tôt pour avoir le temps de déjeuner correctement plutôt que de gagner quelques minutes de sommeil et d'avaler un café avec un morceau de pain sur le pouce en montant dans sa voiture. En bref, Adriel ne part jamais de chez lui le matin avant d'avoir mangé un bon petit-déjeuner en lisant les nouvelles du jour. Il lui arrive cependant, de faire des entorses à cette règle qu'il suit depuis toujours. Aujourd'hui est donc une de ces entorses. Même s'il s'est levé bien plus tôt que prévu, ce n'est pas pour avoir plus de temps assis à la table de sa cuisine. Il ne va en revanche pas sauter son petit-déjeuner, ce qui pour lui serait un signe avant coureur d'une mauvaise journée en perspective. Bien au contraire. Il a rendez-vous de bon matin en ville avec un de ses amis de longue date. Avec leurs emplois du temps de ministres, il leur est bien souvent difficile de trouver un créneau libre qui leur correspondrait à tous les deux. Il faut donc en général se rabattre sur le soir ou au contraire, le matin avant de commencer leur journée. Ca peut paraître étrange, mais comme on dit, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a et en l'occurrence, ils n'ont pas beaucoup de temps et profite donc du peu qu'ils ont pour se voir et discuter. Adriel lui, trouve que ça apporte quelque chose à sa journée. Il ne traîne pas les pieds en sortant du lit, il le fait avec plaisir, un sourire sur le visage. S'il devait se lever encore plus tôt pour avoir l'occasion de passer du temps avec Saul, il le ferait sans sourciller. Après tout, c'est un de ses plus anciens amis, il le connaît depuis des années et même s'il leur est arrivé à plusieurs reprises d'avoir des différents, ils arrivent toujours à passer outre. Après tout, c'est un peu comme ça l'amitié, il n'est pas nécessaire d'être d'accord sur tout.

Il avait fait attention à ne pas faire trop de bruit en se levant. Ne voulant pas réveiller sa femme et sa fille qui dormaient encore. Il était encore tôt elles pouvaient bien profiter d'un peu plus de sommeil. Il s'était préparé assez rapidement. En même temps, il n'avait pas eu grand-chose à faire. Il avait préparé ses affaires à l'avance hier soir sachant très bien que s'il ne le faisait pas il aurait dû allumer la lumière dans la chambre ce matin, ce qui aurait réveillé Liz. En soi, il n'avait eu qu'a sauter dans la douche, s'habiller et partir sans faire de bruit. Ce n'était pas très compliqué et ne prenait pas beaucoup de temps. Il avait tout de même pris l'initiative de lancer la cafetière dans la cuisine et de sortir deux tasses qu'il avait déposées sur le comptoir afin que Liz trouve du café chaud lorsqu'elle se réveillerait, certainement peu de temps après qu'il est parti. Les rues de Brisbane étaient quasi désertes et il ne mit pas bien longtemps pour atteindre le centre-ville en voiture ce qui change de certains jours où il se retrouve bloqué dans les embouteillages. Avec le peu de temps qu'il a mis pour arriver jusqu'ici, il en profite pour aller se garer directement à l'entreprise. Ca lui évite de bloquer une place dans la rue pour quelqu'un qui en aurait bien plus besoin que lui et ça ne lui fait pas de mal de marcher un peu pour se rendre dans le café où il avait prévu de retrouver Saul. Il était un peu en avance sur l'heure à laquelle ils avaient convenu et donc avançait doucement dans la rue, prenant le temps de profiter du calme de Pine Rivers, si rare en pleine journée. Dans quelques heures, la rue serait en ébullition entre les gens se rendant au bureau et ce faisant la queue pour avoir un café, telle une vraie fourmilière, tout serait beaucoup plus rapide et beaucoup plus bruyant que maintenant. Pour le moment la ville se réveillait à peine, quelques employés s'affairaient à l'intérieur des cafés, lançant les différentes machines, installant les tables à l'extérieur et en dressant d'autres à l'intérieur pendant que quelques lèves tôt commençaient à faire la queue dans les cafés déjà ouverts à la recherche de leur dose de caféine matinale.  Lorsqu'Adriel arriva sur le lieu de rendez-vous, il pu remarquer que Saul n'était pas encore là et il décida donc d'aller s’asseoir en attendant.


We're the gladiators
And the cry goes out. They lose their minds for us. And how it plays out. Now we're in the ring. And we're coming for blood
 
-byendlesslove


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7448-adriel-in-a-day-you-will-never-be-this-young-again http://www.30yearsstillyoung.com/t7488-adriel-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 3877 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


camber
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginny

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ deepika ≈ jules ≈ sean ≈ tommy
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommynathanvidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) faust, tumblr.
DC : none.
INSCRIT LE : 10/07/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Lun 18 Juil - 1:48

Si le sommeil de Saul était sacré, il y avait en revanche un certain nombre de choses qu'il ferait toujours passer avant une nuit réparatrice. Sa famille, bien sûr, parce qu'il n'y a encore pas si longtemps il était courant de le voir écourter ses nuits pour s'alarmer des contractions de sa femme lorsque celle-ci attendait leur troisième enfant – combien de fois avaient-ils déboulé en catastrophe à l'hôpital pour finalement s'entendre dire qu'il s'agissait d'une fausse alerte – ou plus tard de voler au chevet de Lexie lorsque leur petite dernière refusait de faire ses nuits. Mais l'amitié, également, était une chose à laquelle il accordait suffisamment d'importance pour ne jamais rechigner à quitter son lit un peu plus tôt que d'habitude quand il était question de rejoindre un ami. Des amis, pourtant, il n'en comptait qu'un maigre nombre, la faute essentiellement à un travail auquel il se dévouait pleinement et à une vie de famille qui lui laissait elle aussi assez peu de temps libre, qui plus est depuis qu'elle s'était à nouveau agrandie. Il y avait pourtant des amitiés qui traversaient les années pourvu qu'on soit capables de les entretenir, des amitiés que l'on retrouvait intactes même après des mois de séparation et que rien, pas même un conflit qui semblait sans issue, ne pourrait altérer. Et c'était précisément le cas de sa relation avec Adriel, car cette amitié-ci avait vu le jour bien avant qu'ils en viennent l'un et l'autre à envisager de fonder une famille ou de se poser professionnellement. Entre eux, ça avait commencé sur les bancs de l'école, à un âge où l'on s'imagine justement que les personnes avec qui l'on passe le plus clair de son temps nous accompagneront encore quinze ans plus tard. Cela s'était confirmé pour eux, et bien que tout n'ait pas toujours été particulièrement simple entre Adriel et lui, il y avait peu de personnes en ce monde auxquelles Saul accorderait une confiance aussi aveugle que celle qu'il destinait à son ami de longue date. Parce qu'avoir construit leur amitié sur plusieurs décennies, avoir été les témoins respectifs des réussites et des échecs de l'autre et s'être toujours offert une totale transparence, ça les avait lié de la façon la plus précieuse qui soit. Ainsi c'est avec un profond enthousiasme que Saul avait quitté son domicile, aux premières heures de la matinée, puis qu'il avait fait cap sur Pine Revers, un quartier qu'il connaissait essentiellement pour être celui où vivait Itzel et donc l'endroit où il s'était fréquemment rendu lorsque ses enfants et elle y avaient emménagé. C'est alors dans un café qu'Adriel et lui s'étaient donnés rendez-vous, et tandis qu'il se gara avec plus de facilité qu'il l'aurait pensé, c'est d'un pas hâté qu'il avait ensuite remonté la rue et qu'il avait rejoint l'établissement, non sans se fendre d'un large sourire au moment où à travers la vitre de la devanture, il aperçut justement Adriel, déjà tranquillement assis. Poussant la porte du café dans un bruit de grelots, il ne perdit pas de temps pour rejoindre la table à laquelle il se trouvait installé, laissant sa main trouver son épaule et la serrer avec chaleur. « Salut, toi. » S'essayant, le sourire toujours aux lèvres, Saul zieuta un instant sa montre avant de relever les yeux vers son ami et d’enchaîner avec humour. « T'es en avance, ou bien c'est moi qui ai traîné en route ? » Ce ne serait pas la première fois qu'Adriel se montrerait plus organisé que lui, bien qu'ici Saul se soit efforcé de s'en tenir à l'heure de leur rendez-vous, autant pour son confort que pour ne pas retarder son ami. « Ça me fait plaisir de te voir, on devrait faire ça plus souvent. » Il ajouta par la suite, aussi sincère qu'il savait l'être quand il était question d'Adriel, qu'il ne voyait pas toujours autant qu'il le voudrait. Car aujourd'hui ils étaient tous les deux des pères de famille et des hommes occupés, ainsi il leur était moins évident de se donner rendez-vous qu'à une certaine époque. Se retrouver autour d'un café pour refaire le monde et se raconter leurs vies, c'était pourtant le genre de moments qui manquaient régulièrement à Saul et la raison pour laquelle il était toujours aussi enthousiaste à l'idée de rejoindre Adriel que dépité à l'idée de le quitter. « Tu as petit-déjeuné ? Parce que moi j'ai tout juste eu le temps de croquer dans une pomme avant de partir, alors je crois que je vais rien me refuser ce matin. » Et parce qu'il savait que ce genre d'endroits n'offraient pas seulement l'occasion de déguster un bon café et qu'il n'aurait de toute façon pas le temps de rentrer chez lui avant de commencer sa journée, Saul ne comptait effectivement pas se priver. Se saisissant donc de la carte qu'un serveur venait tout juste de leur apporter, il zieuta un instant les formules avant de jeter à Adriel un regard entendu. « Bon alors, raconte un peu, comment vont les femmes de ta vie ? » Et par là, il cherchait bien sûr à prendre des nouvelles d'Elizabeth et de leur fille. Car si ce sujet n'avait pas toujours été source d'entente entre les deux hommes, en particulier à une époque où Saul s'était permis des remarques et des conseils qu'il avait par la suite payé quand sa propre situation s'était compliquée, aujourd'hui il s’enquérait sincèrement des derniers rebondissements de la vie d'Adriel, espérant sans doute que pour lui tout soit définitivement au beau fixe.



let's make one last mistake, the harder stuff is always love, i guess.
can't fool the time i spent throwing stones. am i destined to be desolate, building bridges to be alone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

l'irréprochable

ÂGE : 37 ans
STATUT : Marié
MÉTIER : PDG de l'entreprise familiale
LOGEMENT : #55, Logan City

POSTS : 1751 POINTS : 55

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il est l'ainé des West - Il est marié depuis 9 ans - Il a une fille de 7 ans - C'est un papa poule - Il est amateur de café, de bon vin et de bons petits plats - Très bon joueur de tennis - Se débrouille plutôt bien au piano - Tient à son petit confort de vie - A passé la plus grande partie de sa vie à Brisbane, mais a étudié à Sydney
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Soren - Rebecca - Heidi - Ashley - Nathan - Matteo - Saul - Duncan - Nevaeh -
RPs EN ATTENTE : Cora
PSEUDO : Em'
AVATAR : Michael Fassbender
CRÉDITS : Crazyninjadreamer
DC : Aucun
INSCRIT LE : 28/02/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Lun 18 Juil - 19:44

Adriel n'avait pas eu a attendre longtemps avant d'entendre la porte du café s'ouvrir. C'était difficile de louper ça, il n'y avait personne dans le café et la seule chose qu'on pouvait entendre était le bruit de la radio qui n'était pas bien forte, mais pourtant résonnait à l'intérieur du café vide. Il se retourna lorsqu'il entendit les grelots au-dessus de la porte et un sourire se dessina sur son visage lorsqu'il vit que ce n'était autre que Saul qui venait d'entrer. L'homme ne perdit d'ailleurs pas de temps avant de le rejoindre, lui posant la main chaleureusement sur l'épaule avant de s'asseoir en face de lui. "Hey !" Lança joyeusement Adriel. Avant d'ajouter en riant "Non non je suis en avance, j'avais oublié que la plupart des gens se réveillent à peine à cette heure-ci et donc ne sont pas sur le chemin du travail." Il est vrai qu'il avait surestimé le temps qu'il allait mettre pour arriver. Il avait compté comme s'il allait travailler à son horaire normal et donc en même temps que tout le monde, sauf que non. Il avait donc mis moitié moins de temps pour arriver, mais cela n'avait donc absolument rien à voir avec la possibilité que Saul ait traîné en route. "C'est vrai que ça fait un moment qu'on s'est pas vu. A chaque fois je me dis qu'il faut que je dégage un créneau pour qu'on se boive un verre et chaque fois je ne trouve pas quand ou alors quelque chose s'incruste à l'imprévu et voilà le résultat." Dit-il. Il ne se cherche même pas d'excuse, car c'est la réalité, ce n'est pas l'envie qui lui manque de passer du temps avec son ami d'enfance, c'est plutôt du temps. Il faudrait peut-être rallonger les jours, faire en sorte qu'une journée dure plus longtemps que 24h et encore si une chose comme ça était possible, Adriel était persuadé que cela ne ferait que rallonger ses journées de travail et non son temps libre. La seule solution pour plus de temps libre qu'Adriel voit est celle d'arrêter tout bonnement de travailler et là encore ce ne serait pas une solution envisageable. Sans lui l'entreprise ne tourne pas. Ou plutôt si, elle tourne, Adriel n'est pas le seul à la faire tourner, ce serait mentir. Bien sûr étant le PDG, il est celui qui a le plus de responsabilités. Lorsqu'une décision importante est à prendre la tâche lui revient. En revanche, l'entreprise ne s'arrête pas de tourner lorsqu'il s'absente et heureusement. Si c'était le cas, cela voudrait dire qu'il ne pourrait pas prendre de vacances et devrait travailler tous les jours de l'année. Ce qui n'est pas le cas. Il arrive toujours à se donner des jours de congés et à se prendre des semaines de vacances, comme tout le monde. La réalité est telle qu'il n'est pas irremplaçable et encore heureux puisque si c'était le cas il y avait fort à parier que son entreprise mettrait la clé sous la porte le jour où il déciderait de prendre sa retraite, ce qui est loin de l'avenir qu'il imagine. "Qu'est-ce qui nous a pris de choisir deux jobs qui demandent autant d'investissement ?" Demande t-il en riant.

Apparemment Saul non plus n'avait rien avalé avant de partir ce matin, ça tombait bien, au moins Adriel n'allait pas être tout seul à prendre autre chose avec son café, ce qui en soi ne l'aurait pas dérangé, mais c'était toujours plus sympa de ne pas être seul à manger un morceau. "J'ai pas mangé non plus donc ça tombe à pic." Dit-il avant de prendre une des cartes que le serveur avait déposé à leur table, y jetant un rapide coup d'oeil avant d'ajouter. "Je pense que je vais me faire plaisir aussi ce matin, après tout, c'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de se voir alors autant en profiter et faire les choses bien." Étonnement c'était la première fois qu'il mettait un pied dans ce café et il ne connaissait donc absolument pas leur carte, ni même s'il y avait des choses à éviter. En revanche, à première vue tout semblait bon et il avait bien du mal à se décider sur ce qu'il allait prendre avec son café. "Tu as une idée de ce que tu vas prendre ? J'arrive pas à me décider." Demander l'avis de quelqu'un d'autre était toujours un bon moyen de se décider. Enfin plutôt un bon moyen de copier puisque ça finissait bien souvent en une commande identique plus qu'un moyen de choisir. Saul lui demanda ensuite comment allait sa femme et sa fille. Il n'y avait aucune ambiguïté dans sa question, là où il y aurait eu une pointe de jugement à une certaine époque, il n'y avait plus que de la sincérité, ce qu'Adriel appréciait énormément et qu'il avait pourtant bien du mal à réciproquer. "Elles vont très bien." Dit-il avec un sourire "Liz est pas mal prise par son travail, mais ça va on arrive quand même à se voir plus de cinq minutes par jour et puis Ella reste égale à elle-même et nous en fait voir de toutes les couleurs quand elle a envie." ajoute t-il avant de lui retourner sa question. "Et toi comment va la petite famille ?" La question est sincère, il ne la pose pas pour pouvoir commencer une quelconque morale en fonction de la réponse, il essaye de ne pas juger, après il n'en a pas réellement le droit et puis il a pesté contre Saul a de nombreuses reprises lorsque celui-ci lui avait fait la morale quelques années auparavant, c'est dur de s'en empêcher, mais ce serait hypocrite et l'hypocrisie, Adriel n'aime pas du tout ça.


We're the gladiators
And the cry goes out. They lose their minds for us. And how it plays out. Now we're in the ring. And we're coming for blood
 
-byendlesslove


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7448-adriel-in-a-day-you-will-never-be-this-young-again http://www.30yearsstillyoung.com/t7488-adriel-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 3877 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


camber
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginny

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ deepika ≈ jules ≈ sean ≈ tommy
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommynathanvidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) faust, tumblr.
DC : none.
INSCRIT LE : 10/07/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Mer 20 Juil - 20:08

C'est chaque fois animé par le même enthousiasme que Saul retrouvait Adriel, qu'ils se soient donnés rendez-vous à l'extrémité d'un parc ou bien à l'entrée d'un bar. Il arrivait même que leurs routes se recroisent sans qu'ils l'aient prévu, et qu'ils soient les premiers à s'étonner du fait que le destin en personne semble mieux placé qu'eux pour organiser ce genre de rencontres. Car si ces retrouvailles étaient toujours des moments privilégiés qui leur rappelaient leurs fougueuses années d'adolescents, elles n'en étaient pas moins rares et inévitablement frustrantes, car aujourd'hui bien des choses les empêchaient de se voir autant qu'ils le voulaient. Ainsi c'est le sourire aux lèvres que Saul avait passé la porte du café où Adriel et lui s'étaient donnés rendez-vous, puis qu'il avait gagné sa table, s'étonnant à ce moment-là de le voir déjà installé. « C'est vrai que c'est calme, ce matin. Mais j'ai bien peur que ça le soit moins d'ici une heure, alors t'as bien de la chance de bosser dans le coin parce que moi je m'attends déjà à devoir prévenir tout le monde que j'arriverai en retard au boulot. » Il avait beau plaisanter, Saul savait pertinemment qu'il avait pris un risque en choisissant un café quelques peu éloigné du siège de sa compagnie, car la circulation serait beaucoup plus dense lorsqu'il voudrait rejoindre Redcliffe. C'était toutefois une raison supplémentaire de savourer pleinement ces retrouvailles, car ils semblaient l'un comme l'autre d'accord pour affirmer qu'il était regrettable qu'ils ne se voient pas un peu plus souvent. « C'est pareil pour moi. Je jongle entre les vols et les rendez-vous, si bien que les journées me semblent toujours trop courtes. » Il était pourtant loin de s'en plaindre, aimant le défi que représentait chaque fois la réalisation d'un projet d'envergure, plus encore alors qu'il avait un véritable droit de veto sur les spectacles que produisaient sa compagnie. Mais parfois, il se surprenait à espérer que la machine puisse ralentir, ne serait-ce qu'une journée, ou même une heure, pour enfin pouvoir souffler. « J'en sais rien, je crois qu'on a toujours eu les yeux plus gros que le ventre. Mais il vaut mieux ça que l'inverse, tu crois pas ? » Avoir trop d'ambition lui avait toujours semblé préférable au fait d'en manquer, bien que pour sa défense il puisse avouer que si on lui avait dit quelques années plus tôt qu'il s'essaierait un jour à la production, il ne l'aurait pas cru. Quoi qu'il en soit, ni lui ni Adriel ne semblaient d'avis à se priver d'un petit-déjeuner copieux, et c'est par un vif hochement de tête que Saul acquiesça bientôt aux paroles de son ami. « Bien dit, et puis il faut bien rattraper tous les déjeuners qu'on a pas pu partager, sans parler de ceux qu'on manquera encore. Rien que pour ça, on devrait commander toute la carte. » Et tandis qu'il arbora un sourire mutin, c'est une expression un peu plus concentrée qu'il afficha au moment de s'intéresser à ladite carte. Adriel disait hésiter quant à ce qu'il allait choisir, et alors qu'il faisait dégringoler son doigt le long des lignes inscrites sur la page des formules, c'est sous l'une d'elles qu'il le stoppa bientôt. « Qu'est-ce que tu dirais d'un petit-déjeuner continental ? » Il proposa, en relevant les yeux vers Adriel, avant de reprendre. « C'est ce que je prends chaque fois que je me rends à Paris. C'est excellent, à condition de savoir se passer de bacon. » Et bien qu'étant lui-même friand de petits-déjeuners salés, il devait bien avouer que le changement avait du bon, à condition de rester exceptionnel. Et ce matin, il était il est vrai d'humeur à se remémorer ses escapades parisiennes, trépignant d'impatience à la simple pensée d'un croissant chaud. Et puis, se risquant à poser une question qui aurait été bien moins anodine quelques années plus tôt, Saul prit des nouvelles de la femme et de la fille d'Adriel, qu'il ne voyait qu'à de trop rares occasions mais appréciait sincèrement. A la réponse de son ami, c'est alors un nouveau sourire, attendri, qu'il esquissa. « J'oublie parfois que nos aînés ont le même âge. » Il pensa tout haut, se souvenant à ce moment-là qu'Adriel et lui étaient devenus pères à quelques mois d'intervalle, avant de lui souffler. « Je suis content que vous soyez heureux, tous les trois. Vous le méritez. » Et c'était sans doute la façon qu'il avait trouvé de se repentir des mots qu'il avait pu avoir, à une époque où il s'était permis de le juger sur certains de ses actes. Adriel avait su revenir auprès des siens et Elizabeth était parvenue à lui pardonner ses écarts, et pour ça ils méritaient un bonheur sans encombre, un bonheur qu'il leur avait toujours souhaité. « De notre coté, on profite des premiers mois de Lexie, et c'est un peu comme si elle avait toujours été là. Elle est vraiment craquante, je te jure, et je crois qu'Elsie apprécie d'avoir enfin une alliée face à la suprématie des garçons. » Il avait ensuite ajouté, d'un ton plus amusé, avant que sa main ne se saisisse distraitement de son porte-feuille, duquel il sortit une photo qu'il tendit bientôt à Adriel. « Regarde, ça date d'il y a quelques jours. Tout le monde n'arrête pas de me dire qu'elle a mes yeux, mais ce sont surtout ceux de ma mère. » La photographie montrait Lexie dans les bras de sa grand-mère, justement, et c'est un pincement au cœur qu'il eut bientôt en repensant à la façon dont celle-ci s'était étonnée lorsqu'on lui avait tendu le bébé, et à ce qu'il avait fallu lui dire pour qu'elle comprenne, finalement, qu'à l'instar de ses fils, de son mari ou de ses autres petits-enfants, Lexie n'était pas qu'une inconnue qu'on lui présentait par simple correction. Retrouvant toutefois le fil de ses pensées, Saul s’efforça d’enchaîner. « A part ça, tout le monde va très bien. Elsie avait hâte de reprendre le travail alors elle est aux anges depuis que son congé a pris fin, Caleb est à un âge où il tombe chaque jour amoureux d'une nouvelle camarade de classe, et Eliott a hérité du caractère de sa mère, alors je te laisse imaginer. » Sachant qu'Elsie était connue pour être une femme de tête, quelqu'un qu'on ne contrariait pas si l'on était pas prêt à en subir les conséquences, Eliott avait hérité de sa capacité à se faire entendre et savait déjà fort bien en faire usage. Saul, toutefois, perdit bientôt son sourire au profit d'une mine plus pensive. « Je ne veux pas les perdre, et encore moins leur faire du mal. Je suis sûr que tu le sais. » Il reprit alors, les lèvres légèrement pincées, sans plus le quitter des yeux. Il savait qu'à travers ces quelques mots, il risquait de s'aventurer à nouveau en terrain miné. Mais il ne pouvait pas faire comme si ces retrouvailles ne faisaient pas inévitablement écho à leurs derniers échanges, et à ce détail qui rapprochait leurs parcours d'hommes, de maris et de pères. « Mais je ne suis pas comme toi, et Elsie n'est pas comme Elizabeth, alors ... » Alors il se sentait piégé, parce qu'il n'était pas quelqu'un de raisonnable, quelqu'un qui pouvait emprunter un chemin plus sûr dès qu'on le plaçait face aux dangers de ses agissements, quand bien même il avait conscience que sa vie de famille et tout ce qu'il avait construit ces dernières années pourrait ne jamais se relever de ses écarts. Il était lâche, suffisamment pour envisager les stratagèmes les plus surréalistes avant de seulement songer à assumer la vérité, que ce soit auprès d'Elsie, de Meg ou de ses enfants. Il l'était parce qu'il se refusait à faire un choix, et qu'il voulait égoïstement conjuguer ses deux vies, comme s'il pouvait lui-même se satisfaire de ces ambivalences qui lui coûtaient tant, à commencer par l'estime qu'il se portait.



let's make one last mistake, the harder stuff is always love, i guess.
can't fool the time i spent throwing stones. am i destined to be desolate, building bridges to be alone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

l'irréprochable

ÂGE : 37 ans
STATUT : Marié
MÉTIER : PDG de l'entreprise familiale
LOGEMENT : #55, Logan City

POSTS : 1751 POINTS : 55

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il est l'ainé des West - Il est marié depuis 9 ans - Il a une fille de 7 ans - C'est un papa poule - Il est amateur de café, de bon vin et de bons petits plats - Très bon joueur de tennis - Se débrouille plutôt bien au piano - Tient à son petit confort de vie - A passé la plus grande partie de sa vie à Brisbane, mais a étudié à Sydney
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Soren - Rebecca - Heidi - Ashley - Nathan - Matteo - Saul - Duncan - Nevaeh -
RPs EN ATTENTE : Cora
PSEUDO : Em'
AVATAR : Michael Fassbender
CRÉDITS : Crazyninjadreamer
DC : Aucun
INSCRIT LE : 28/02/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Jeu 21 Juil - 11:26

Adriel travaillait à Pine Rivers, ça ne lui changeait donc pas grand-chose de venir prendre un café ici. Au final, il aurait fini par mettre les pieds dans le quartier à un moment ou un autre. A la limite il y  gagne presque à être venu plus tôt. Il s'est évité les embouteillages et ça lui a donc évité de pester contre certains automobilistes qui prennent un peu trop leur temps à son goût. Saul lui au contraire ça lui fait faire un détour de venir ici et rien que pour ça, ça touche Adriel. Il sait où son ami travaille et le fait qu'il se déplace jusqu'ici pour le voir, ça lui fait chaud au coeur. Non pas qu'il n'aurait pas fait la même pour lui, mais tout de même. Surtout quand on sait à quel point Pine Rivers est dynamique quand tout le monde arrive, ce n'est pas un endroit dont on peut se dégager en deux minutes chrono et sûrement pas aux heures de pointe. D'ailleurs Saul semble parfaitement conscient du fait que le calme du quartier, ne sera plus qu'un souvenir dans une petite heure et qu'il risque d'arriver en retard. Tout ça pour voir Adriel. Comment ne pas être reconnaissant. "J'ai bien peur pour toi qu'effectivement ce ne sera plus très calme dans une heure. La prochaine fois on choisira quelque-chose de plus proche de ton bureau, histoire que ce ne soit pas toujours toi qui te tape les bouchons." Lui dit-il et c'est quelque chose à quoi il pense réellement. Si Saul n'a pas hésité à se mettre en retard pour pouvoir passer un peu de temps avec lui, Adriel en ferait de même après tout ce serait totalement normal. Même si Dieu sait qu'Adriel n'aime pas être en retard. Si ça signifiait qu'il allait avoir l'occasion de passer du temps avec son ami d'enfance, il serait capable d'arriver tous les jours en retard, que ce soit bien vu ou pas. "T'as un emploi du temps encore plus chargé que le mien" Lui répond-il. Adriel a la chance de ne pas avoir à trop voyager, il n'est pas difficile de gérer la plupart de ses affaires depuis son bureau dans la Infinity Tower de Brisbane. Ca lui fait gagner un peu plus de temps, il n'a pas à courir entre deux correspondances. Il reste assis bien tranquillement derrière son bureau et tout se gère comme ça. Une réunion avec un investisseur à des milliers de kilomètres, n'est même plus un problème avec la technologie, il suffit de prendre en compte les différents fuseaux horaires et de placer une téléconférence sur Skype. C'est tellement plus simple qu'il y a une dizaine d'années. Il se rappelle encore des voyages d'affaires de son père, bien plus nombreux que les siens à une époque où la technologie commençait réellement à évoluer. Saul ne se plaint pas de cet emploi du temps chargé et Adriel non plus. Même s'il plaisante en se demandant pourquoi ils ont choisi des métiers demandant des hautes responsabilités, il ne changerait pour rien au monde. "Je te contredirai jamais sur ce point-là." Lui répond-il. Adriel avait toujours eu de l'ambition, il avait su très tôt ce qu'il voulait faire, prenant son père comme un exemple de réussite, il avait alors eu des envies d'ambition, de réussite qui finalement l'avait conduit à la tête de l'entreprise familiale aujourd'hui. "Je pense qu'on se serait ennuyés dans des boulots moins prenant." Adriel aimait avoir des choses à faire, avoir des responsabilités. Il n'aurait pas pu exercer un métier avec beaucoup de temps morts. Il aime être occupé la majeure partie de son temps, c'est ce qui lui donne réellement l'impression de faire quelque chose de productif et pas simplement attendre que le temps passe afin de pouvoir rentrer chez soi.

"C'est vrai qu'on a des petits-déj' à rattraper et que la carte est excellente. Malheureusement je crois que si je mange tout ce qu'il y a sur la carte, je vais retourner me coucher et dormir toute la journée pour digérer." Dit-il en riant avant de replonger son attention sur les formules proposées sur la carte, espérant qu'il y en ait une qui lui fasse un peu plus de l'œil que les autres. "Petit-déjeuner continental." Dit-il avant de chercher sur la carte. "Je l'avais pas vu, trop obnubilé par ce que j'ai l'habitude de prendre le matin. C'est vrai que ça a l'air bon et puis ça change, je pense que je vais me laisser tenter par ça." Ajoute t-il avant de refermer la carte et de la déposer sur le bord de la table, attendant qu'un serveur vienne prendre leur commande. Adriel aussi a tendance a oublier que leurs aînés ont le même âge, surtout parce qu'il a du mal à réaliser que sa fille grandi, il la voit encore quand elle était bébé et qu'elle ne faisait pas encore ses nuits. Il a l'impression que c'était hier et se rend compte que le temps passe réellement vite. "Merci beaucoup, c'est gentil." Dit-il lorsque Saul lui dit qu'il est content pour eux. Ca fait réellement plaisir à Adriel d'entendre la sincérité dans la voix de son ami puisque quelques années en arrière, le discours était un peu plus tendu. C'était agréable de retrouver son ami, sans jugement derrière. D'ailleurs, Adriel devrait sans doute en prendre de la graine. "Pauvre Elsie !" Dit-il en riant. "Elle a dû être contente de savoir que c'était une fille, elle est qui est entourée de trois garçons, ça doit la changer." Saul lui tendit ensuite une photo qu'il venait de sortir de son portefeuille. Adriel l'attrapa avant de la regarder et de lever de nouveau les yeux vers Saul. "Elle est magnifique." Dit-il avant d'ajouter "Et il y a pas de doute c'est bien la tienne. Vraiment les mêmes yeux, mais on retrouve bien la maman aussi dans son visage." Adriel était le genre de mec qui n'arrivait jamais à dire à qui un enfant ressemblait, mais sur la photo, c'était clair et net, il avait l'impression de voir les yeux de Saul. S'il ne connaissait pas Elsie et s'il ne savait pas qu'il s'agissait d'une photo de sa fille, il aurait pensé que le bébé n'était autre que Saul, ce qui n'aurait pas réellement collé vu la qualité de la photo, mais tout de même. "Je vois que c'est bien mouvementé. Et c'est marrant que Caleb tombe amoureux d'une nouvelle fille tous les jours, Ella au contraire en disant qu'elle déteste tous les garçons de l'école." Dit-il en riant. "Et j'ose même pas imaginer ton petit avec son caractère bien trempé, il a pas fini de vous en faire baver, mais bon je pense qu'Elsie va réussir à gérer s'il a le même caractère qu'elle, elle doit savoir y faire." Il voit ensuite le sourire de Saul tomber et il a une petite idée de la raison. Idée qui ne fait que se confirmer lorsque son ami reprend la parole seulement quelques secondes plus tard. "Je sais." répond simplement Adriel. Parce que oui il sait que son ami ne veut pas blesser sa femme et ses enfants. Il sait qu'il ne veut pas les perdre non plus. Il lui a dit à de nombreuses reprises, mais il n'arrive tout de même pas à comprendre. "J'arrive juste pas à comprendre et comme je ne comprends pas, c'est dur de ne pas faire de jugement. Même si je suis conscient que je fais exactement ce que je t'avais reproché, c'est comme plus fort que moi en fait." Ajoute t-il. Oui Saul n'est pas comme Adriel et Elsie n'est pas comme Elizabeth, il est donc impossible de comparer, pourtant Adriel a du mal à ne pas comparer. Pour lui les deux situations étaient les mêmes et se soldaient par une infidélité. Si simple et si compliqué à la fois. Il ne comprenait pas non plus pourquoi Saul continuait dans cette voie et pourtant disait ne pas vouloir faire de mal à sa femme. Pour lui c'était totalement paradoxal. "Alors, tu ne peux pas lui en parler ? Tu penses pas que plus tu attends plus elle souffrira le jour où elle l'apprendra ?" Il demande, mais il n'est même pas sûr que Saul envisage un jour de le dire à sa femme.


We're the gladiators
And the cry goes out. They lose their minds for us. And how it plays out. Now we're in the ring. And we're coming for blood
 
-byendlesslove


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7448-adriel-in-a-day-you-will-never-be-this-young-again http://www.30yearsstillyoung.com/t7488-adriel-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 3877 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


camber
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginny

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ deepika ≈ jules ≈ sean ≈ tommy
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommynathanvidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) faust, tumblr.
DC : none.
INSCRIT LE : 10/07/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Dim 24 Juil - 18:58

L'une des raisons pour lesquelles Saul n'utilisait sa voiture qu'en cas d'extrême nécessité et privilégiait le plus souvent les déplacements en taxi, c'était qu'à l'heure à laquelle il se rendait au travail, il aimait autant ne pas faire partie de ceux qui tournaient en rond pendant une heure à la recherche d'une place pour se garer, tant la circulation pouvait être infernale à ce moment de la journée. Aujourd'hui, pourtant, il avait non seulement consenti à démarrer sa Bentley mais s'était également compliqué la tâche en se garant dans un quartier quelques peu éloigné de celui où il lui faudrait se rendre pour rejoindre le siège de sa compagnie. Il y avait en effet des occasions qui justifiaient qu'on se donne du mal, et sa rencontre avec Adriel en était une, c'est certain. Les deux hommes se voyaient en effet trop rarement pour qu'il rechigne à faire quelques efforts, quand bien même cela lui coûterait de tomber dans les embouteillages à la fin de leur petit-déjeuner. Son ami semblait embêté pour lui mais Saul répliqua avec un soupçon de bagou, le sourire aux lèvres. « La prochaine fois, j'espère bien que je trouverai plutôt le temps de t'inviter directement à la maison. Le café n'y est peut être pas aussi bon qu'ici, mais au moins je n'aurai pas l'impression de te rencontrer clandestinement. » Parce qu'à cet instant, tandis qu'ils étaient assis à l'intérieur d'un café presque vide, à une heure où les serveurs étaient les seuls à leur tenir compagnie, il est vrai qu'il avait la drôle d'impression de voir Adriel en cachette. La vérité était que leurs emplois du temps respectifs rendaient toute rencontre compliquée. « Je vais pas me plaindre, les voyages c'est aussi le bon coté de ce boulot. Et puis, c'est grâce à eux que je sais dire « J'ai rendez-vous avec le directeur de la programmation » en treize langues, après tout. » Saul s'amusa, après la remarque d'Adriel, forcé d'admettre que son boulot serait moins enthousiasmant si on lui enlevait le coté « dépaysant » qu'il y avait à voyager de capitale en capitale et à découvrir des lieux toujours plus majestueux et des personnes aux parcours exceptionnels. Il avait toujours aimé voyager, n'étant lui-même pas né en terres australiennes, et avait nourri très jeune un goût pour l'aventure, qu'il avait d'abord assouvi à travers ses lectures et l'écriture de ses pièces, avant de s'essayer à la découverte dans sa forme la plus exotique. Et quand bien même il ne voyagerait pas autant, Adriel et lui étaient de toute façon pareils : ils avaient toujours eu de l'ambition, une envie de bien faire mais aussi de faire beaucoup, et n'auraient pas pu se satisfaire d'un boulot moins prenant. « M'ennuyer, je crois que ça ne m'est plus arrivé depuis plus de cinq ans. » A l'époque où il n'était pas encore à la tête de sa compagnie et où il lui arrivait de passer par des périodes « creuses », quand une troupe pour laquelle il travaillait faisait faillite ou que le boulot se faisait tout simplement plus rare. « Ça t'arrive jamais de te dire que tu passes peut être à coté de certaines choses en consacrant autant de ton temps à ton travail ? » Il demanda en tout cas à son ami, parce qu'après tout leur situation était semblable : tous deux mariés et pères de famille, ils avaient fait le choix de donner beaucoup d'importance à leur travail, un choix dont d'autres pères n'auraient peut être pas été capables. Quant à l'idée de commander toute la carte pour rattraper les petits-déjeuners qu'ils n'avaient pas partagé, elle était définitivement tentante, quoi qu'assez déraisonnable. « Eh bien tu n'auras qu'à en profiter pour prendre ta matinée. Après tout c'est toi le patron et t'as sûrement pas de comptes à rendre à des associés intraitables, toi. » Contrairement à lui qui ne pourrait décemment pas rater une matinée de boulot sans que Patty débarque chez lui et le tire hors de son lit par la peau des fesses. « Sage décision, tu m'en diras des nouvelles. » Saul reprit, après qu'Adriel ait consenti à essayer le petit-déjeuner continental qu'il lui avait préalablement conseillé. Il attendit ainsi qu'un serveur croise son regard pour l'interpeller. « S'il vous plaît. » Le jeune homme approcha et Saul lui tendit les deux cartes, avant d'énoncer. « Un petit-déjeuner continental, pour deux personnes. » Parce qu'il n'avait pas fait l'éloge dudit petit-déjeuner pour s'en priver lui-même. « Bien. Comme boisson chaude, vous désirez du café, un chocolat chaud … ? » Connaissant les préférences d'Adriel, il n'eut pas à le consulter pour formuler une réponse. « Deux cafés, merci. » Le serveur s'éloigna alors et Saul en profita pour prendre des nouvelles de la famille d'Adriel, se réjouissant bientôt d'apprendre que sa femme et sa fille se portaient bien car il leur avait toujours porté une affection particulière, s'agissant des êtres les plus importants aux yeux de son ami. « Tu les salueras pour moi ? » Il demanda, après les remerciements d'Adriel, qui d'ailleurs avaient fait naître un fin sourire sur ses lèvres. Un sourire qui s'accentua lorsqu'il en vint à donner à son tour des nouvelles d'Elsie et des enfants, quelques mois après que la famille se soit à nouveau agrandie. « La première chose qu'elle a voulu faire lorsqu'on a su que ce serait une fille, c'est acheter un pot de peinture fuchsia. Et le soir-même, elle me tenait l'escabeau pendant que je peignais la chambre. » Il se revoyait devoir peindre jusqu'au milieu de la nuit, simplement parce qu'Elsie avait longtemps attendu cette bonne nouvelle et qu'il n'avait pas eu le cœur à lui refuser cet effort, ayant toujours été conscient qu'être la seule fille de la famille n'était en rien évident pour sa femme. La petite dernière, en tout cas, lui ressemblait de l'avis de tous, y compris d'Adriel, après qu'il lui ait montré une photo de la petite Lexie. « Ma mère doit remercier le ciel qu'enfin un de mes enfants fasse honneur à nos origines. » Saul s'amusa, en repensant à toutes les fois où sa mère s'était étonnée de la blondeur de ses deux fils, qui n'avaient pas pris grand chose du physique de leur père, et certainement pas les quelques détails qui trahissaient sa double-nationalité. Reportant toute son attention sur Adriel, il adopta bientôt une mine intimidée. « A ce propos, tu sais que ma famille est pratiquante et attachée aux traditions, et … enfin, Elsie et moi aimerions te proposer de devenir le parrain de Lexie. » Il attendait jusqu'ici le bon moment pour le lui proposer, jugeant qu'ici l'occasion était idéale, d'autant plus alors qu'elle pourrait ne pas se représenter de si tôt. « Mon demi-frère est déjà le parrain de Caleb et Eliott, et cette fois nous voudrions vraiment que ce soit toi. Si tu acceptes, bien sûr. » Il ne voulait pas lui forcer la main, après tout le rôle de parrain impliquait des responsabilités qui n'étaient pas anodines. Mais c'était précisément parce qu'ils aimeraient l'un et l'autre qu'Adriel soit là pour Lexie s'il devait leur arriver quelque chose qu'Elsie et lui avaient pris cette décision. Évoquant par la suite son fils aîné et sa tendance à s'amouracher de toutes ses camarades de classe, c'est dans un rire faussement outré qu'il avait répliqué à la remarque de son ami. « Et dire que Caleb me parlait d'elle sans répit il y a encore quelques semaines ... » La fille d'Adriel fréquentait la même école que Caleb et il savait son fils attaché à la fillette, qu'il connaissait depuis toujours, au point que lui-même s'était déjà fait la réflexion qu'ils les marieraient peut être d'ici une vingtaine d'années. « Oui, c'est bien pour ça que je préfère généralement la laisser faire. Elle a été élevée à la dure, de mon coté je n'ai pas la même expérience de l'éducation. » Elsie était plus autoritaire que lui, c'était une chose que tous ceux qui les avaient vu à l’œuvre en tant que parents ne pouvaient pas ignorer, et cela tenait il est vrai de l'éducation qu'ils avaient chacun reçu. Se risquant finalement à évoquer à demi-mot un sujet qui les avait déjà confronté de nombreuses fois, Saul ressentit le besoin d'assurer à Adriel qu'en dépit de ses choix et de la double vie dans laquelle il n'avait de cesse de s'enfoncer, il n'avait jamais voulu blesser sa famille, tout comme il n'avait jamais voulu prendre le risque de la perdre. Adriel avait légitimement du mal à accepter qu'il tombe à son tour dans un piège dont il s'était sorti avant lui, mais Saul n'avait pas la volonté de son ami. « Tu as su te reprendre, toi. Tu as tout arrêté et tu as ensuite fait ce qu'il fallait pour que ta femme te pardonne. Et je sais que c'est ce que je devrais faire aussi, mais c'est loin d'être aussi simple. » Parce qu'il se posait certainement des questions qu'Adriel n'avait pas eu à se poser, lui. « Je ne peux pas réduire ce que je vis avec Meg à une passade, parce que ça n'en est pas une. » Et c'est précisément la raison pour laquelle il ne pouvait se résoudre à tout arrêter, brusquement, comme si ces deux ans n'avaient pas compté, comme s'il s'agissait d'une parenthèse qu'il pouvait refermer avant de reprendre le court de sa vie. La question d'Adriel résonna un instant dans son esprit avant qu'un soupire ne lui échappe. « Si je lui dis maintenant, elle me reprochera d'avoir gardé ça secret pendant deux ans et elle aura raison. J'ai eu des tas d'occasions de lui parler mais je n'en ai jamais rien fait, et aujourd'hui … aujourd'hui, j'ai l'impression que je ferais pire que mieux en lui disant. » Et parler pour soulager sa conscience ne l'intéressait pas, il était prêt à porter le poids de sa liaison car c'était un moindre prix à payer comparé à la peine qu'il pourrait causer à Elsie en lui révélant la vérité. Une peine qu'il continuait de vouloir lui éviter, malgré tout. « Je suis désolé de t'avoir mêlé à ça. » Saul ajouta, penaud, tout en vrillant son regard à celui d'Adriel. « Je sais que ça te place dans une situation compliquée vis à vis d'Elsie, alors … je comprendrais que tu m'en veuilles. Mon demi-frère m'en veut bien, lui. » Ou disons qu'après avoir insisté pour que Saul lui raconte ce qui le tourmentait tant, Roque avait finalement décrété qu'il aurait préféré rester dans l'ignorance et ne surtout pas être mêlé à ses histoires. Au moins, qu'il se rassure, ils étaient deux à regretter le moment où cette confession avait été faite.



let's make one last mistake, the harder stuff is always love, i guess.
can't fool the time i spent throwing stones. am i destined to be desolate, building bridges to be alone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

l'irréprochable

ÂGE : 37 ans
STATUT : Marié
MÉTIER : PDG de l'entreprise familiale
LOGEMENT : #55, Logan City

POSTS : 1751 POINTS : 55

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il est l'ainé des West - Il est marié depuis 9 ans - Il a une fille de 7 ans - C'est un papa poule - Il est amateur de café, de bon vin et de bons petits plats - Très bon joueur de tennis - Se débrouille plutôt bien au piano - Tient à son petit confort de vie - A passé la plus grande partie de sa vie à Brisbane, mais a étudié à Sydney
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Soren - Rebecca - Heidi - Ashley - Nathan - Matteo - Saul - Duncan - Nevaeh -
RPs EN ATTENTE : Cora
PSEUDO : Em'
AVATAR : Michael Fassbender
CRÉDITS : Crazyninjadreamer
DC : Aucun
INSCRIT LE : 28/02/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Ven 29 Juil - 0:01

Adriel était quelques peu embêté de savoir que son ami allait arriver très certainement arriver en retard tout à l'heure ce qui était pourquoi il avait proposé que la prochaine fois ils se retrouvent dans le quartier où se trouve le siège de la société de Saul. Un sentiment qui est cependant bien vite oublié lorsqu'il se dit que finalement si ça dérangeait réellement Saul, il n'aurait pas accepté et aurait trouvé un autre arrangement plus tôt. Soit qu'ils se retrouvent directement là où Saul travaille, soit qu'ils se retrouvent à mi-chemin entre les deux ou quelque chose de ce genre-là. Bien au contraire, Saul n'avait pas hésité une seule seconde ce qui prouvait bien que ce petit dérangement n'était pas bien important. "J'accepterai sans hésiter, bien évidemment." Répond Adriel quand Saul lui dit que la prochaine fois il l'inviterait directement chez lui. "Et dit pas n'importe quoi je suis sûr que ton café est excellent. De toute façon, pour être honnête, c'est pas le café le plus important, c'est plus une excuse pour qu'on puisse se voir donc même si dans le pire des cas il est imbuvable, ça nous donnera une raison de plus pour rigoler." Ajoute t-il en souriant. "C'est vrai que quand j'ai dit à Liz que j'allais partir beaucoup plus tôt ce matin, elle a cru que j'avais une réunion très importante avec un comité restreint. Avant de me regarder comme si j'étais fou quand je lui ai dit que j'avais pas de réunion et que je te voyais toi." C'est vrai que ça pouvait paraître étrange, en même temps qui se lève de très bonne heure le matin rien que pour pouvoir prendre un café avec un vieil ami avant le travail. Même les serveurs doivent trouver ça louche, pas forcément habitués a recevoir des gens en cette heure plus que matinale. "T'es polyglottes à ta façon." Lui dit-il en riant. "Cette phrase te sauvera peut-être pas la vie en cas de pépin, quoi que, mais au moins c'est toujours mieux que rien. T'as aucune excuse pour rater un rendez-vous par contre." C'était mieux que rien et mieux que ce qu'Adriel était capable de dire dans une langue étrangère, il n'allait pas mentir, à part l'anglais il ne connaissait pas grand-chose. Quelques phrases d'espagnol qu'il avait appris plus jeune lorsqu'il avait été en vacances dans les Caraïbes à plusieurs reprises et avait rencontré des jeunes là-bas. Mais ça s'arrêtait à ça. Quelques phrases dans les pénombres de sa mémoire. Il ne serait pas capable de tenir une conversation dans une langue autre que l'anglais. La raison ? De la pure feignantise. Après tout la plupart des gens maintenant parlent anglais, alors pourquoi se fatiguer ? Il a d'autres chats à fouetter. Très simpliste comme vision des choses, mais il l'assume totalement et ne se cherche pas d'excuses. "M'en parle même pas !" Lui répond-il lorsque Saul lui dit ne pas s'être ennuyé depuis au moins cinq ans. Adriel se retrouve totalement dans ce qu'il dit. Lui qui a toujours été quelqu'un qui sait occuper son temps, par peur de l'ennui, mais aussi par peur de passer à côté de quelque chose, depuis qu'il travaille au sein de l'entreprise familiale et surtout depuis qu'il en a repris les rennes, il n'a tout simplement pas le temps de s'ennuyer. "J'ai presque oublié ce que ça fait comme sensation de s'ennuyer. Genre se retrouver chez soi assis sur son canapé à regarder les mouches voler et se demander ce qu'on va bien pouvoir faire ça me paraît tellement lointain." dit-il avant d'ajouter "Mais bon, je vais pas me plaindre, une vie bien remplie c'est ce que j'ai toujours voulu." Métro, boulot, dodo ça n'a jamais été pour lui, il a toujours rêvé d'un métier avec de grandes responsabilités lui demandant une bonne partie de son temps tout en évitant la routine et il n'était pas près de le regretter même si parfois il fallait réussir à faire quelques compromis et mettre certaines choses en second plan. "Si ça m'arrive de temps en temps, quand je peux pas me rendre à un spectacle à l'école d'Ella ou que je peux pas aller la chercher pour l'emmener manger une glace parce qu'il y a eu un imprévu au travail et que je dois rester plus longtemps que prévu." En soi ce ne sont que des petites choses, puisqu'il a toujours fait en sorte de ne pas rater les choses importantes. Mais à la longue plusieurs petites choses qui s'additionnent peuvent faire beaucoup. "Mais j'essaye toujours de reporter si jamais je manque quelque chose. Je veux pas qu'elle pâtisse du choix de carrière que j'ai fait. Je crois que je serais toujours reconnaissant pour Liz aussi, elle a toujours été très compréhensive et ça c'est un bonus." Ajoute t-il "Car bon, à part quitter mon travail, il n'y a pas de possibilité pour que je sois moins occupé de toute façon." Il n'a jamais regretté son choix de carrière de toute façon s'il avait été piqué de regret à un moment ou un autre il aurait changé de travail sans hésiter. "C'est vrai que je pourrai décider de prendre ma journée sans prévenir, je m'attirerai des regards noirs en arrivant demain, mais c'est tout." L'avantage d'être le boss c'est qu'il n'y a personne pour vous taper sur les doigts, le pire qui puisse arriver c'est des messes basses à votre sujet et ce n'est pas le genre de chose qui effraie Adriel.

Une fois qu'ils s'étaient mis d'accord sur ce qu'ils allaient commander, Saul attira l'attention d'un des serveurs afin qu'il puisse prendre leur commande, Il n'eut d'ailleurs pas besoin de demander à Adriel ce qu'il préférait comme boisson chaude. Résultats de longues années d'amitié où ils ont pu se voir grandir. La discussion passe ensuite sur leurs familles respectives. Chacun prenant des nouvelles des proches de l'autre. "Bien sûr, tu en feras de même." Lui répond-il, lui confirmant qu'il passera le bonjour à sa femme et sa fille de sa part. "D'ailleurs il faudrait qu'on arrive à trouver un moment pour que vous veniez tous manger à la maison, Liz se fera un plaisir de cuisiner quelque chose." Ajoute t-il sachant très bien que c'est ce que sa femme allait lui dire lorsqu'il passerait le bonjour de Saul. Elle aime recevoir et cuisiner alors si c'est pour des amis de longue date, elle le fait avec encore plus d'entrain que d'habitude. "Pourquoi est-ce que ça ne m'étonne pas d'Elsie ?" Demande Adriel avant d'ajouter "Et je peux absolument imaginer la scène. Cela dit, je la comprends, depuis le temps qu'elle était la seule fille entourée de tous ces mecs, une fille de plus dans la maison, ça ne peut pas faire de mal." Il ne pu s'empêcher de rire lorsque Saul annonça que sa mère devait très certainement remercier le ciel que Lexie lui ressemble car il est vrai que quand on voit ses deux fils, il faut y regarder à deux fois pour voir une ressemblance après l'étonnement de voir une chevelure blonde comme les blés. Une couleur de cheveux bien loin des origines péruviennes de son ami. Il ne s'attend pas du tout à la demande de son ami. Bien sûr il avait toujours su que son ami venait d'une famille croyante, mais il n'avait jamais pensé qu'il lui demanderait de devenir le parrain de sa fille. Il ne savait d'ailleurs pas quoi répondre à ça. "Wow euh ... Je sais vraiment pas quoi dire là, je m'attendais pas du tout à ça." Il s'arrêta un instant pour réfléchir avant de se reprendre rapidement. "Enfin j'accepte bien sûr. Juste, je sais pas quoi dire de plus à part que ça me touche réellement que tu ais pensé à moi, c'est bien la dernière chose à laquelle je m'attendais en venant prendre mon petit-déjeuner avec toi ce matin." La famille d'Adriel était elle à l'inverse de la famille de Saul, pas du tout croyante, ni même pratiquante. De ce fait Ella n'était pas baptisée et n'avait donc pas de parrain, ni de marraine. Se voir proposer d'être le parrain de Lexie était donc quelque chose à quoi il n'avait jamais pensé auparavant. "En tout cas, c'est vraiment un honneur, merci beaucoup. Tu peux compter sur moi. J'espère que je serai à la hauteur." Ajouta t-il bien décidé à prendre son nouveau rôle très au sérieux. Pour lui ce ne sont pas que des paroles en l'air. "Caleb n'a pas à s'en faire, c'est bien le seul garçon dont elle me dit du bien. Je pense que c'est dû au fait qu'ils se connaissent depuis toujours, elle le voit différemment des autres. Mais sinon comme je te dis les autres garçons ... Elle me fait bien rire en tout cas." Dit-il le sourire aux lèvres, au final bien content que sa fille ne montre aucun intérêt pour les garçons, il sait que ça finira probablement par arriver un jour, mais pour lui, en tant que papa poule, le plus tard sera le mieux. La discussion devient ensuite un peu plus sérieuse, touchant un sujet plutôt sensible entre eux, mais un sujet pourtant bien présent, difficile à éviter malgré tout. Adriel se veut honnête en disant qu'il ne comprend pas son ami sur ce point. Il ne fait aucun reproche, il s'est promis de faire de son mieux pour ne pas en faire, pareil pour ce qui est de juger. En revanche, il reste curieux de savoir ce qui est passé et passe encore dans la tête de Saul pour rester dans cette situation sans sembler vouloir en sortir. "C'est justement ça que je ne comprends pas." Lui dit-il quand Saul lui dit que pour lui ce n'est pas une passade. "Si ce n'est pas une passade, pourquoi ne pas le dire à ta femme maintenant ? Si ce n'est pas une passade c'est que tu penses que ça va durer. T'as pas peur qu'elle le découvre tôt ou tard et que ce soit bien pire pour elle que de l'apprendre de ta bouche ?" Il tente réellement de comprendre, sans jugement, Adriel est quelqu'un qui se veut rationnel. Il a besoin d'explications pour comprendre et il n'a pas honte de poser des questions. "Justement, ça fait déjà deux ans plus ça va plus ça fera longtemps alors c'est sûr que ça ne donnera rien de positif de lui dire maintenant, mais ça va continuer de s'envenimer de plus en plus non?" Demande t-il, pas certain de comprendre le raisonnement de son ami derrière cette logique. "Tu n'as pas à t'excuser auprès de moi." Lui dit Adriel et il le pense sincèrement. Bien sûr tout serait plus simple si Saul ne lui avait rien dit, mais d'un autre côté Adriel aurait toujours eu ce sentiment que Saul lui cachait quelque chose et ça n'aurait fait que faire grandir ses soupçons. Alors, à choisir, cette situation était mieux. "Je t'en veux absolument pas, bien au contraire, je suis content que tu me fasse assez confiance pour m'en avoir parlé, malgré ma réaction qui n'a pas été des plus sympa envers toi." Non il n'avait pas été très tolérant au début et ne s'était d'ailleurs pas privé de dire ce qu'il pensait de la situation à Saul, avant de comprendre que c'était justement ce qu'il avait reproché à son ami quelques années en arrière. Depuis il avait tenté de comprendre, de le soutenir et de ne pas le juger, même si ce n'était pas simple. "Je pourrai pas t'en vouloir, après tout je me suis retrouvé dans une situation similaire. Mais c'est juste que je sais pas, tu dois pas être totalement heureux dans cette situation non ? Ce serait pas mieux de pouvoir vivre ton histoire avec Meg pleinement ?" Ca le gène tout de même de prendre parti, mais après tout, Saul était son ami avant Elsie, il veut donc son bonheur avant tout. Même si en soi ça le tuait de suggérer ça et de dire ces mots à Saul.


We're the gladiators
And the cry goes out. They lose their minds for us. And how it plays out. Now we're in the ring. And we're coming for blood
 
-byendlesslove


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7448-adriel-in-a-day-you-will-never-be-this-young-again http://www.30yearsstillyoung.com/t7488-adriel-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 3877 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


camber
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginny

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ deepika ≈ jules ≈ sean ≈ tommy
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommynathanvidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) faust, tumblr.
DC : none.
INSCRIT LE : 10/07/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Dim 31 Juil - 18:15

Saul n'était pas de ces hommes qui se fichaient d'arriver en retard au bureau, et de retarder ainsi le planning d'une journée entière de mise en scène et de répétitions – planning souvent serré en raison du nombre de projets sur lesquels il lui fallait travailler en parallèle les uns des autres. Mais il y avait des occasions qui justifiaient qu'on se place potentiellement dans une situation inconfortable, et sa rencontre avec Adriel en était incontestablement une. Rares étaient les jours où il leur était possible de se voir, ainsi Saul était prêt à prendre le risque de tomber dans les embouteillages à peine sorti du café, prétextant malgré tout qu'il s'emploierait à inviter Adriel directement chez lui la prochaine fois qu'ils trouveraient un peu de temps pour se voir. A la remarque de ce dernier, il esquissa alors un sourire. « Je suis bien d'accord. Du coup j'aurais peut être du te proposer de nous retrouver dans un parc, ça nous aurait coûté moins cher. » Bien qu'amusé, il jugeait lui-même que l'endroit et les circonstances dans lesquelles ils étaient amenés à se rencontrer étaient d'une importance secondaire. Boire un café avec un vieil ami était une perspective réjouissante, mais il se serait lui-même passé d'un petit-déjeuner si Adriel lui avait dit qu'il était pressé ou que l'établissement n'avait pas ouvert de si bonne heure. « On est amis depuis une éternité, c'est tout juste si je me souviens de l'époque où on ne se connaissait pas. Alors rien que ça, ça devrait nous donner le droit de nous voir à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, tu crois pas ? » Il ajouta ensuite, sur le même ton, après qu'Adriel ait laissé entendre que sa femme s'était étonnée du fait qu'il prenne la peine de se lever aux aurores pour le retrouver. « Plus sérieusement, j'espère qu'elle n'a jamais eu à douter de tes penchants, parce que sinon je suis bon pour retrouver les pneus de ma bagnole crevés et ma carrosserie estropiée. » Cette fois c'est dans un rire qu'il avait repris, plaisantant quant à l'idée qu'une rencontre aussi matinale puisse faire naître des soupçons dans certains esprits. Adriel et lui étaient peut être proches mais que Liz se rassure, il y avait tout de même un domaine où leur légendaire complicité avaient ses limites. « Je sais pas si ça me dépannera si un jour je me retrouve exilé à l'autre bout du monde, mais je peux te dire que ça fait toujours son petit effet sur les secrétaires. » Pourtant dieu sait qu'épater ces demoiselles n'était jamais dans ses priorités lorsqu'il était en déplacement, préférant généralement viser un peu plus haut lorsqu'il était question de gagner l'admiration de ses pairs. Une chose était en tout cas certaine, Adriel et lui avaient un rapport semblable avec leur travail. En hommes très occupés, ils avaient souvent peu de temps à accorder au reste de leur vie et ne connaissaient plus l'ennui depuis déjà un paquet d'années. Pour autant, ni l'un ni l'autre ne semblait s'en plaindre, après tout cette vie trépidante résultait de leurs choix respectifs. « Et puis, dis-toi que tout ce qu'on ne trouve pas le temps de faire aujourd'hui, on aura que trop d'occasions de le faire une fois en retraite. Les mecs qui tournent déjà en rond à quarante piges ne sauront plus quoi faire de leur peau d'ici trente ans. Nous, on ne pourra pas nous reprocher d'avoir souffert d'ergophobie. » Et bien qu'il n'agisse pas en fonction du regard des autres ou du qu'en-dira-t-on, Saul accordait une certaine importance à l'idée de passer pour un homme ambitieux, qui ne s'épanouissait qu'en repoussant ses propres limites et en accomplissant toujours plus de choses. Il tenait ça de son père, un homme plein d'audace qui avait toujours vu les choses en grand. Adriel disait en tout cas regretter par moments d'accorder autant de temps à sa vie professionnelle, et Saul acquiesça. « Je comprends. C'est aussi vis à vis de mes enfants que ça m'embête parfois d'être aussi occupé. Elsie est elle aussi un bourreau de travail, alors c'est plutôt rare qu'elle me fasse des reproches, mais nos gamins ne comprennent pas forcément qu'on « préfère » passer toutes nos après-midis au bureau plutôt qu'au parc, avec eux. » C'était d'autant plus vrai alors que leurs deux parents étaient très occupés et qu'ils étaient fréquemment confiés à leur grand-père, leur demi-frère ou à des voisins. Et pour avoir lui-même souffert des fréquentes absences de son père étant enfant, Saul n'avait que trop de facilités à se mettre à leur place. « Mais je suis sûr que tu t'en sors parfaitement bien, à tous les niveaux. Tu prends ton boulot à cœur, mais personne ne peut te le reprocher tant que tu n'en oublies pas où sont tes priorités. » Et à la façon dont il lui parlait d'Ella et des efforts qu'il faisait pour honorer malgré tout ses obligations de père, il paraissait évident qu'Adriel s'en sortait très bien. Saul, lui, s'efforçait aussi de trouver le bon équilibre entre sa vie de père de famille et les conséquences d'un métier prenant, sans toujours y parvenir avec autant d'efficacité qu'il le voudrait. Esquissant un nouveau sourire à la prochaine remarque d'Adriel, il entreprit ensuite de passer commande, prenant à ce moment-là l'initiative de leur commander un double petit-déjeuner continental, avant d’enchaîner, hochant la tête d'un geste reconnaissant après qu'Adriel lui ait assuré qu'il saluerait sa femme et sa fille pour lui. « Compte sur moi. » Il se ferait lui-même une joie d'annoncer à Elsie et aux enfants qu'ils avaient le bonjour de son vieil ami, tout comme il apprécierait de leur dire qu'ils seraient semble-t-il bientôt invités chez Adriel et sa femme. « Avec plaisir, laisse-moi simplement jeter un œil à mon agenda. » Saul souffla alors, d'un ton faussement énigmatique, tout en s'emparant du petit carnet qu'il glissait toujours à l'intérieur de sa veste. « Bien. Je devrais pouvoir vous trouver un créneau pour disons … dans deux ans, ça irait ? » Et gardant son sérieux l'espace de quelques secondes, il fut bientôt trahi par le sourire qui avait gagné ses lèvres. « Je plaisante, je vais m'arranger pour me libérer dans les prochains jours. Tu sais que je ne résiste jamais lorsqu'on me prend par les sentiments. » Et en l'occurrence, l'idée que Liz puisse cuisiner pour eux était un argument suffisant pour qu'il ait d'autant plus envie de faire le déplacement. Il avait peut être horreur de cuisiner, mais il n'était pour autant jamais le dernier lorsqu'il fallait passer à table, sa mère ayant fait de lui un amoureux des bonnes choses. Sa femme à lui, en tout cas, n'avait pas manqué de se réjouir lorsque quelques mois plus tôt il leur avait été annoncé que leur troisième enfant serait une fille, une réaction qui ne sembla pas surprendre Adriel. « Bon, il va falloir qu'elle attende encore quelques années pour contrer les décisions du sexe fort, mais je lui fais confiance pour liguer Lexie contre nous dès qu'elle sera en âge d'avoir un avis sur tout. » Parce qu'Elsie allait enfin avoir l'occasion de s'imposer face à la supériorité numérique des garçons et qu'il était probable qu'elle cherche en sa fille une alliée de taille. Et sachant qu'elle prenait déjà bon nombre de décisions au sein du foyer, il y avait fort à parier pour que les hommes soient bientôt soumis à une double autorité, ce qui n'était bizarrement pas pour lui déplaire. Pas complètement, du moins. Finissant en tout cas par formuler la demande qu'il avait en tête depuis déjà quelques temps, c'est d'un ton légèrement intimité qu'il proposa à Adriel de devenir le parrain de sa fille, un rôle pour lequel sa femme et lui le savaient taillé et qu'ils avaient souhaité lui proposer en l'honneur de leur amitié de longue date. Face à la surprise de son ami, Saul lâcha alors un rire un peu gêné. « Oui, je … je ne savais pas vraiment comment aborder le sujet, mais j'ai pensé qu'aujourd'hui était peut être enfin le bon moment pour ça. » Parce qu'ils se retrouvaient tous les deux, qu'ils pouvaient aborder la chose tranquillement, permettant ainsi à Adriel d'étudier sérieusement la question avant de formuler sa réponse. Et lorsque celle-ci lui fut finalement soufflée, c'est avec émotion que Saul déposa sa main sur l'avant-bras de son ami. « Merci. Ça compte beaucoup pour moi que tu acceptes de tenir ce rôle. Tu as vu grandir mes fils et je suis sûr que tu veilleras mieux que quiconque sur notre petite dernière. Tu le sais, je me fie entièrement à toi. » Adriel était l'une des personnes à qui il accordait la plus grande confiance, l'une de celles à qui il confierait volontiers sa vie ou celle de ses enfants. Il n'avait jamais été aussi sûr de lui que lorsqu'il avait décidé de faire de lui le parrain de Lexie, sachant qu'il serait largement à la hauteur des obligations que ça pouvait impliquer. « On pense célébrer le baptême à la rentrée. Lexie aura un an en septembre, ça tombera très bien, et d'ici là ça nous laisse le temps de tout organiser. » Il était probable que ses parents – son père, surtout, compte tenu de l'état de santé de sa mère – tiennent à tout organiser. Pour autant Saul avait toujours pris part aux préparatifs des baptêmes de ses fils, et ses nouvelles responsabilités professionnelles ne le dissuaderaient pas de s'impliquer cette fois encore. Au sujet de la fille d'Adriel, en tout cas, c'est un rire qu'il lâcha bientôt. « Tout ce que j'espère, c'est qu'elle ne lui brisera pas le cœur. Si Caleb tient de son père, il aura bien assez d'occasions d'en baver en grandissant. » Il disait ça avec le sourire, néanmoins s'il y avait bien une chose qu'il ne souhaitait pas à ses fils, c'est d'avoir potentiellement hérité de son cœur d’artichaut et de sa tendance à tomber en pâmoison devant les filles qui ne lui correspondaient pas. Et si sa vie sentimentale lui avait causé quelques peines indélébiles lorsqu'il était plus jeune, aujourd'hui ses choix continuaient de lui causer du tort. Saul prit en effet le risque d'évoquer auprès d'Adriel cette situation qui n'en finissait plus de se compliquer, pourtant conscient que son ami aurait toujours quelques difficultés à le comprendre dans sa façon d'agir, ou plutôt de ne pas le faire. « Bien sûr que je ne veux pas qu'Elsie l'apprenne de quelqu'un d'autre, ni qu'elle le découvre par hasard ou parce que j'aurais manqué de vigilance, mais tout lui avouer maintenant, ça reviendrait à renoncer à mon mariage, à ma famille … à tout perdre. » Parce qu'il savait comment était Elsie, qu'elle plaçait son orgueil au dessus de beaucoup de choses et que les chances pour qu'elle accepte de lui pardonner ses écarts étaient minces. « Je sais que je ne serais pas dans un tel pétrin si j'avais pas choisi de regarder ailleurs quand j'avais encore l'occasion de sauver ce qui pouvait l'être. » Il reprit, dans un soupire, forcé d'admettre qu'il s'était enfoncé dans son inconscience à défaut d'avoir eu le courage d'agir à l'époque où les conséquences auraient peut être été moindres. S'excusant en tout cas auprès d'Adriel, qu'il avait le sentiment d'embarquer malgré lui dans cette trouble affaire, il esquissa un sourire un peu triste lorsque son ami lui accorda sa compréhension. « C'est moi qui ai été stupide de ne pas voir dès le début que tu me disais tout ça pour m'aider. J'étais tellement en colère contre moi-même que je t'ai reproché mes problèmes, et sans doute le fait que tu ais mieux agi à ma place. » Adriel était lui-même passé par cette situation mais n'était pas tombé dans les mêmes pièges que lui, et avait ainsi pu se racheter auprès de son épouse au moment opportun. « Je suis heureux, par moments, lorsque j'occulte mes mensonges et ma lâcheté. Mais tout ça, ça finit toujours par me rattraper. » Qu'importe qu'il soit avec Elsie, ou bien avec Meg, il n'arrivait jamais totalement à se sortir de la tête que ses agissements étaient indignes du mari, du père mais surtout de l'homme qu'il avait toujours espéré devenir. Relevant les yeux vers ceux d'Adriel, il ajouta. « C'est ce que tu ferais à ma place ? » Assumer cette passion qui l'animait depuis déjà deux ans, tout risquer pour vivre avec Meg cette histoire exclusive qu'il espérait pouvoir lui offrir depuis des mois. « Je suis sûr qu'on pourrait être heureux, elle et moi, mais … je n'oublie pas que je lui ai menti, à elle aussi. Meg est persuadée que j'ai demandé le divorce, qu'Elsie et moi ne partageons presque plus rien, et elle finira bien par comprendre que je lui ai raconté tout ça pour gagner du temps. » Et ce jour-là, elle aussi aura d'excellentes raisons de lui en vouloir. Il n'avait jamais voulu la manipuler mais ne pouvait nier qu'il n'avait pas réfléchi bien longtemps lorsqu'il avait vu en ces mensonges sa seule chance de préserver ce qu'ils avaient commencé à construire, tous les deux. « Et puis, elle m'a toujours connu marié. Je crois même que c'est ce qui rendait les choses si spéciales entre nous, au début. Elle avait probablement pas prévu de s'attacher, elle non plus, c'était comme … une parenthèse dans la vie que chacun menait de son coté. » Quelque chose d'aussi soudain qu'imprévu, qui lui était tombé dessus un beau jour et contre lequel il n'avait pas cherché à lutter, pensant au départ que cette histoire n'aurait aucune conséquence, qu'ils reprendraient l'un et l'autre le court de leur vie et que cet écart resterait tranquillement logé dans un coin de son esprit. Mais c'était sans compter sur la façon dont il s'était finalement attaché à la jeune femme, et sur ce qui avait grandi en lui à mesure qu'ils se retrouvaient. « Aujourd'hui tout est différent, et si du jour au lendemain je ne l'intéressais plus … » Alors il se retrouverait le cœur meurtri, pris dans le piège qu'il se serait tendu à lui-même.



let's make one last mistake, the harder stuff is always love, i guess.
can't fool the time i spent throwing stones. am i destined to be desolate, building bridges to be alone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

l'irréprochable

ÂGE : 37 ans
STATUT : Marié
MÉTIER : PDG de l'entreprise familiale
LOGEMENT : #55, Logan City

POSTS : 1751 POINTS : 55

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il est l'ainé des West - Il est marié depuis 9 ans - Il a une fille de 7 ans - C'est un papa poule - Il est amateur de café, de bon vin et de bons petits plats - Très bon joueur de tennis - Se débrouille plutôt bien au piano - Tient à son petit confort de vie - A passé la plus grande partie de sa vie à Brisbane, mais a étudié à Sydney
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Soren - Rebecca - Heidi - Ashley - Nathan - Matteo - Saul - Duncan - Nevaeh -
RPs EN ATTENTE : Cora
PSEUDO : Em'
AVATAR : Michael Fassbender
CRÉDITS : Crazyninjadreamer
DC : Aucun
INSCRIT LE : 28/02/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Ven 2 Sep - 16:49

hrp: Encore désolée pour le temps de réponse

Il ne pu s'empêcher de rire à la remarque de son ami. Après tout c'était vrai, un parc aurait largement suffit pour pouvoir passer du temps ensemble. Le parc aurait été d'ailleurs aussi calme qu'ici, à l'exception près peut-être de quelques joggeurs courageux ayant commencé leur journée par un petit footing matinal. "Surtout que tu me fais me ruiner avec un petit déjeuner" dit il en plaisantant. Il ne pensait bien sûr pas ce qu'il venait de dire. Même si les cafés de Pine Rivers étaient pour la plupart un peu plus chers qu'ailleurs en ville du fait de la proximité des bureaux, il n'était vraiment pas à ça près, mais il aimait plaisanter et Saul avait lancé la chose en disant qu'ils auraient pu économiser en allant dans un parc. Une petite blague qui ne serait peut-être pas passée avec tout le monde, mais soit. Saul et Adriel sont des amis de longues dates, il est bien loin le temps de prendre des pincettes pour discuter l'un avec l'autre ou même d'éviter certains sujets qui pourraient être 'sensibles'. D'ailleurs Saul ne manque pas de remarquer qu'il se souvient à peine de l'époque où ils n'étaient pas amis. A cette remarque, Adriel ne peut que constater qu'il en est de même pour lui. Ils se sont connus lorsqu'ils avaient douze ans et Adriel ne se rappelle absolument pas de leur première rencontre, ni comment ils sont devenus amis. Ce qui en soit est assez étrange puisqu'il arrive à se rappeler d'évènements bien plus anciens que ça. "M'en parle pas, la dernière fois j'essayais de me rappeler à quel moment on est devenus amis et impossible. Je nous vois en train de rire et de s'amuser ensemble, mais impossible de me rappeler comment on est passés d'inconnus à amis." Dit-il avant de continuer. "J'irai même jusqu'à dire que ça nous donne le devoir de nous voir à n'importe quelle heure du jour et de la nuit." Ajoutez à ça le fait qu'ils sont adultes et parfaitement capables de vivre leur vie comme ils l'entendent. C'était cependant plus sur le ton de la plaisanterie qu'il avait dit qu'ils avaient comme un devoir de se voir n'importe où et n'importe quand. Car malheureusement, ce n'était pas aussi simple que ça. Il ne s'agissait pas d'envoyer spontanément un sms pour se retrouver une ou deux heures plus tard à un endroit précis. C'est fini l'époque des coups de téléphone, à l'époque où les portables n'existaient quasiment pas et qu'il fallait donc utiliser la ligne fixe de la maison pour dire qu'ils se retrouvaient au parc pour jouer, ou dans la rue pour faire du vélo. Maintenant, même si les moyens de communication étaient plus nombreux et qu'il était bien plus facile d'établir un contact instantané, il était plus dur de se voir de par leurs vies chronométrées à la seconde près et aux emplois du temps plus que surchargés. Maintenant il fallait prévoir à l'avance et s'organiser autour. Ce qui les amenait donc à se voir comme aujourd'hui, tôt le matin par exemple. "T'en fais pas pour ça." Le rassure t-il en plaisantant lorsqu'il mentionne le fait qu'il espère que Liv n'est pas de doute sur les penchants d'Adriel, ce qui pourrait de fait, créer des doutes quant à la relation qu'il entretient avec Saul. "Si elle avait des doutes elle trouverait plutôt un moyen de glisser quelque chose de pas très net dans un de ses cupcakes et de te l'offrir. Moins de preuve comme ça." Il dit ça le plus sérieusement du monde, regardant Saul droit dans les yeux. Laissant ensuite passer quelques secondes avant de se mettre à rigoler. Il plaisante bien évidemment quoi que. Si sa femme devait, dans une autre réalité, se débarrasser de certaines personnes sans se faire prendre, il peut totalement l'imaginer procéder de la sorte. Personne ne soupçonnerait la gentille pâtissière passionnée par son métier et dont les gâteaux ne manquent pas d'admirateurs. Pour ce qui était de la vie réelle, Liv n'avait pas de soucis à se faire, elle savait qu'il n'y avait que l'amitié qui unissait Saul et Adriel. D'ailleurs, ce dernier ne doutait pas que son ami puisse se débrouiller seul à l'étranger avec les quelques phrases qu'il connaissait. C'était toujours mieux que rien. "Je suis sûr que tu te débrouillerais à merveille, même exilé à l'autre bout du monde. Dans le pire des cas tu pourras toujours faire les beaux yeux à une secrétaire qui se fera très certainement un plaisir de te venir en aide." Une idée pas forcément très correcte, mais plutôt drôle au final. Il n'y avait aucun dote quant au fait qu'avec une petite phrase placée dans leur langue natale, Saul réussirait à s'attirer les bonnes grâces d'une petite secrétaire un petit peu trop crédule. Il avait beau approcher la quarantaine il était loin de ressembler à un vieux crouton à la retraite. D'ailleurs la retraite, ce n'était pas quelque chose qu'Adriel attendait avec impatience, il aimait travailler et aimait son travail. Il commençait à peine à apporter quelques changements à l'entreprise familiale, il n'était donc pas prêt à laisser les rênes à quelqu'un d'autres pour encore un bon nombre d'années. Cependant, Saul voit juste quand il dit que l'avantage de leur emploi du temps chargé aujourd'hui est qu'ils auront plein de choses à découvrir une fois qu'ils auront fini de travailler. "Vu comme ça, tu marques un bon point. Même si je suis pas pressé de prendre ma retraite, je sais que j'aurai de quoi faire une fois que j'aurai fini de travailler. Ca permettra de rester actif et de pas se décrépir trop vite." Dit il, finissant sa phrase en riant. Il n'a d'ailleurs pas encore de réelle idée de ce qu'il fera lorsqu'il sera à la retraite. Il essaiera très certainement de passer du temps avec sa famille, comme une façon de rattraper le temps perdu, même s'il arrive plutôt bien à concilier les deux à l'heure actuelle, il sait que ce ne sera pas forcément toujours comme ça. "Oui c'est vraiment vis-à-vis d'Ella que ça m'embête le plus, Livia travaille énormément aussi et est passionnée par ce qu'elle fait donc elle comprend sans aucun problème. Ella est encore un peu jeune pour réellement comprendre qu'on a pas toujours le choix et que nos positions font qu'on a des responsabilités plus importantes que des employés lambdas qui ont des horaires fixes." Il s'arrête un instant avant de continuer "Mais bon dans l'ensemble ça reste relativement facile à concilier." Lorsque son ami lui dit qu'il doit vérifier quand son emploi du temps lui permettra de vent diner chez Adriel, Adriel pense alors qu'il est plus que sérieux, jusqu'à ce qu'il le voit chercher dans son agenda. "Euh dans deux ans, laisses moi vérifier si je serai libre, car là j'ai un petit trou de mémoire." Dit-il en mimiquant ce qu'avait fait Saul quelques secondes plus tôt, faisant donc mine de regarder dans son agenda. "Ah !" lance t-il comme s'il venait de trouver la date en question "Malheureusement j'ai bien peur d'être pris, dans deux ans et demi ça m'irait par contre." Finit-il en plaisantant. Un moyen de rire de leurs emplois du temps chargés. Après tout, il valait mieux prendre ça à la rigolade et relativiser. Lorsque Saul lui dit qu'il va faire en sorte de se libérer dans les prochains jours, Adriel se fait une note mentale pour en faire de même et aussi prévenir sa femme. Ce serait bête de se retrouver avec un diner prévu, mais pas de repas pour l'agrémenter. "Ca marche pour moi et sans vouloir me vanter avec le temps j'ai appris à connaitre comment tu fonctionnes" Dit-il le sourire aux lèvres avant d'ajouter "Mais bon faut pas que ça rende ton emploi du temps encore plus compliqué, on est pas à quelques semaines près maintenant." Il ne veut pas le déranger non plus, il n'est pas à ça près, c'était une idée comme une autre que d'organiser un repas. Un moyen de réunir les deux familles pour passer un bon moment. Il ne faut pas que ça empiète sur la vie professionnelle de l'un ou de l'autre. La discussion a un peu plus dérivé sur la famille maintenant et en particulier sur la fille de Saul, Il doit d'ailleurs y être habitué ces derniers mois. Avec l'arrivée d'un bébé c'est souvent ce qui arrive. "Oh ça va arriver avant même que tu ais le temps de dire ouf je crois, même si je pense que les garçons ne se laisseront peut-être pas faire aussi facilement, il y a des chances qu'elle les mène par le bout du nez." dit-il en connaissance de cause. Il sait ce que c'est d'avoir une petite soeur qui pourrait vous faire faire n'importe quoi pour ses beaux yeux. Dès son plus jeune âge Moïra arrivait à lui faire faire n'importe quoi. Quand demander ne suffisait pas elle maîtrisait à la perfection le regard de chien battu qui faisait automatiquement céder Adriel. Il était complètement sans défense face à elle malheureusement. Avec l'âge elle a arrêté de se jouer de lui comme elle pouvait le faire enfant, mais si elle le voulait elle pourrait totalement le mener à la baguette comme à l'époque, il n'y a aucun doute là-dessus.

Accepter d'être le parrain de la petite dernière de Saul c'est pour lui comme une évidence, il ne voit pas quoi dire d'autre. Il prend ça comme un honneur, une fierté, un rôle qu'il fera absolument tout pour prendre au sérieux. "C'est à moi de te remercier tu rigoles. C'est un honneur que tu me fais là. Sache que je ferais tout pour remplir mon rôle comme il se doit." Ce ne sont pas des paroles en l'air, d'ailleurs il ne lui en faudrait pas beaucoup plus pour que les larmes lui montent aux yeux. "Pour le baptême compte sur nous pour être là, d'ailleurs si jamais tu as besoin d'aide pour quoi que ce soit à ce sujet, n'hésite pas." Il ne sait pas réellement à quoi correspond le rôle de parrain d'un point de vue religieux, avec cette nouvelle responsabilité, il n'hésitera pas à se renseigner sérieusement sur le sujet, mais s'il peut commencer par aider en donnant un coup de main ou tout bonnement en proposant son aide pour la préparation du baptême, il le fait sans hésiter et avec grand plaisir. Quant au sujet de sa fille et de Caleb il ne perd pas de temps à répondre. "J'en doute, mais si tu veux je pourrai lui en toucher deux trois mots." propose t-il alors. Il ne pense pas que sa fille puisse faire de mal à une mouche et encore moins briser le coeur de quelqu'un elle a quasiment grandi, mais c'est peut-être sa position de papa qui lui fait penser ça. Cependant, malgré la plaisanterie dans le ton de Saul, il reconnait là une touche d'inquiétude, c'est pourquoi il propose d'en parler avec sa fille, si ça peut rassurer Saul, alors il le ferait sans hésiter et puis ce serait une raison pour embêter sa fille en lui parlant de garçons. La discussion redevient un peu plus sérieuse après ça, Saul se confiant à Adriel quant à son histoire avec Meg, Adriel faisant de son mieux pour ne pas juger et pour essayer de comprendre son ami. "Le problème c'est que dans toutes les situations tu risques de tout perdre. Se serait sans doute pire qu'elle l'apprenne de quelqu'un d'autre ou qu'elle le découvre par hasard. Après je peux plus ou moins comprendre toute ta réticence. T'es un peu coincé au final maintenant." Dit-il. Il n'y avait aucun reproche dans la fin de sa phrase. Juste un constat. La situation durait depuis tellement longtemps et il y avait tellement de choses à prendre en compte que dans la plupart des cas, l'issue n'était pas très glorieuse. "On fait tous des erreurs." Dit-il simplement. Il n'était pas là pour lui jeter la pierre et encore moins lui dire ce qu'il aurait dû faire ou ne pas faire. Ce n'était pas le rôle d'un ami et il ne voulait pas prendre la place de quelqu'un qui blâme les autres pour quelque chose qu'il a fait lui aussi dans le passé. Il ne s'est jamais retrouvé dans la même situation que Saul. Son infidélité était une erreur. Une énorme erreur qui a bien failli mettre un terme à son mariage, mais il n'a jamais eu envie de revoir l'autre fille, c'était juste une fois et il n'a jamais envisagé plus que ça. Il ne peut donc pas savoir ce qu'il se passe dans la tête de Saul. "J'aurai peut-être dû m'y prendre autrement aussi. Ne pas te juger ou te faire la morale. Comme tu dis nos situations sont différentes alors même si tu avais tenté de suivre mes conseils peut-être que la situation serait tout de même comme ça." Ca n'aurait peut-être rien changé à la situation actuelle, mais ça leur aurait peut-être évité quelques disputes. Il n'en revient pas lorsqu'il s'apprête à dire ça, mais il se veut honnête alors il décide de ne pas mentir en répondant à son ami. "Si j'étais sûr de vouloir une relation et sûr que ce n'était pas qu'une passade alors oui, je pense que c'est ce que je ferai. Ca ferait surement du mal à toutes les parties concernées au début, mais toujours moins que de continuer dans l'ombre." C'est une réponse sincère, même si elle est dure à avouer. Il a du mal à comprendre comment Saul arrive à concilier les deux, comment il fait pour ne pas devenir complètement dingue dans une situation pareille. "Et tu ne pourrais pas lui dire que tu lui as menti ? Peut-être lui expliquer la situation ? Ou elle le prendrait vraiment trop mal ?" S'il ne peut pas parler à Elsie, peut-être qu'il peut parler à Meg. Adriel ne la connait pas il ne sait pas du tout comment elle est, mais elle a peut-être un caractère moins prononcé que Elsie. "Je vois pas pourquoi tu ne l'intéresserais plus. T'es une des meilleures personnes que je connaisse, ça me parait impensable que quelqu'un se lasse de toi." Il était sincère en disant ça, il doutait fort que Meg se désintéresse de lui, marié ou pas, il restait le même homme dans le fond.


We're the gladiators
And the cry goes out. They lose their minds for us. And how it plays out. Now we're in the ring. And we're coming for blood
 
-byendlesslove


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7448-adriel-in-a-day-you-will-never-be-this-young-again http://www.30yearsstillyoung.com/t7488-adriel-mes-amis-mes-amours-mes-emmerdes

ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 3877 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


camber
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginny

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ deepika ≈ jules ≈ sean ≈ tommy
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommynathanvidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) faust, tumblr.
DC : none.
INSCRIT LE : 10/07/2016

MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Mar 6 Sep - 4:26

L'avantage lorsque comme Saul on manquait souvent de temps à accorder à son meilleur ami, c'est qu'on apprenait à se satisfaire de n'importe quelles circonstances qui pouvaient nous permettre de passer un peu de temps ensemble. En l'occurrence, si cette invitation à boire un café était fort bien tombée, il se serait tout autant réjoui de le rejoindre au milieu d'un parc, ce qui leur aurait effectivement coûté moins cher – ne serait-ce qu'en essence, étant donné le détour que devrait faire Saul pour rejoindre son lieu de travail. Plus pragmatique encore, Adriel l'amusa davantage à la façon qu'il eut de répliquer. « Parce que tu comptes inviter ton vieux pote ? Ça doit bien faire dix ans qu'on n'a plus réglé une addition à ma place. » Sans doute parce que ses sorties dans des cafés et des restaurants impliquaient la plupart du temps des rendez-vous amoureux ou des rencontres professionnels, et que dans un cadre comme dans l'autre il était rare qu'on parvienne à le convaincre de ne pas dégainer sa carte bleue. Adriel et lui s’entendirent en tout cas au moment de laisser entendre que leur rencontre leur semblait appartenir à une autre vie, tant ils pouvaient avoir l'impression déboussolante d'avoir toujours tout partagé, à commencer par les moments les plus importants de leurs vies. C'est alors un Saul un brin nostalgique qui accueillit les prochains propos d'Adriel, et qui se replongea un instant dans des souvenirs qui remontaient parfois au tout début de leur adolescence. Des souvenirs essentiellement heureux, témoins de la relation si singulière qui avait toujours existé entre les deux hommes. « Justement, tu sais que mes parents ont gardé des cartons remplis de photos de l'époque où on était au lycée ? » Saul reprit dans un léger rire, repensant aux nombreuses fois où son père lui avait fait envoyer l'un de ses clichés, comme s'il avait toujours su que cette époque avait été la moins évidente que son fils ait vécu, et qu'il espérait chaque fois que ce dernier n'en garderait que le meilleur, immortalisé sur chacune de ces photographies. « Tu manques beaucoup à ma mère, d'ailleurs. Dans les moments où elle est la plus lucide, il lui arrive de me parler de toi. » Saul eut cette fois un peu plus de mal à préserver une mine souriante, toujours particulièrement ébranlé quand il pensait à sa mère et à l'idée que ces fameux moments se feraient de plus en plus rares à mesure que les années s'écouleraient. Mais il tenait à ce qu'Adriel sache à quel point il pouvait compter pour celle qui l'avait presque vu grandir, même alors qu'aujourd'hui elle ne serait peut être plus en état de distinguer son visage de celui d'Abel, de Saul, ou de celui de n'importe quel ami de la famille. Sur cette pensée quelques peu perturbante, il parvint pourtant à s'amuser de la prochaine réplique d'Adriel, suite à laquelle il acquiesça vivement. « Tu sais quoi ? Le plus simple, c'est encore que tu t'installes à la maison, comme ça on aura chaque fois qu'un couloir à traverser pour passer du temps ensemble. » Dieu sait que ça leur faciliterait la tâche, et leur éviterait surtout de rester à nouveau plusieurs semaines sans pouvoir partager ce genre de moments. Sans compter qu'ils perdraient moins de temps à s'envoyer des sms et à tenter de se trouver des créneaux pour passer un peu de temps ensemble. Mais parions que cette situation ne ferait pas que des heureux, et que leurs femmes ne verraient pas nécessairement d'un très bon œil qu'ils redeviennent subitement aussi inséparables que durant leur jeunesse. Saul espérait notamment que la femme d'Adriel n'aurait aucune raison de se méprendre sur la nature de leur relation, elle qui pourrait bien perdre toute sympathie pour lui – et pour son intégrité physique – si elle nourrissait subitement des soupçons à leur égard. Mais tandis qu'il n'avait évidemment évoqué cette hypothèse qu'en plaisantant, c'est un Saul définitivement amusé qui reprit bientôt la parole, après avoir mimé un certain effroi. « Dans ce cas j'éviterai peut être de me jeter sur ses pâtisseries la prochaine fois que je viendrai vous voir, histoire de laisser à quelqu'un d'autre le soin de les inaugurer. » Dans l'hypothèse où Livia aurait un léger penchant pour les émissions criminelles et aurait effectivement l'intention de se débarrasser de lui. Qu'elle se rassure, toutefois, si la vie sentimentale de Saul n'était plus qu'un champs d'incertitudes depuis déjà quelques temps, il y avait en revanche un détail sur lequel il n'avait jamais eu à douter. Et comme preuve qu'Adriel et lui ne partageaient qu'une amitié hautement fusionnelle, c'est par un sourire entendu que Saul accueillit la remarque de son ami, au sujet de ses voyages à l'étranger et des quelques secrétaires qu'il pourrait prétendument mettre dans sa poche en quelques battements de cils. « Si tu veux mon avis, ce genre de plans fonctionneraient encore mieux avec toi dans mes bagages. C'est pas d'hier que t'as jamais eu à faire beaucoup d'efforts pour charmer ces demoiselles. » Et s'il le disait avec une pointe d'admiration dans la voix, c'est sans doute parce qu'il l'avait longtemps envié d'avoir cette capacité de plaire sans jamais avoir à se donner beaucoup de mal. Saul, lui, n'avait que trop souvent expérimenté la notion d' « attirance à sens unique », et si aujourd'hui tout portait à croire qu'il avait beaucoup moins de mal à s'attirer les faveurs de la gente féminine, ça ne l'empêchait pas de penser qu'Adriel aurait toujours une petite longueur d'avance sur lui dans ce domaine. Il y avait néanmoins un point sur lequel ils étaient plus qu'à égalité : leur dévotion pour leur travail respectif, et le fait que l'un comme l'autre ne semble pas particulièrement pressé que sonne l'heure de la retraite. Pour autant, avoir fait de leur vie professionnelle une priorité leur permettrait certainement de jouir du temps libre qu'ils auraient d'ici plusieurs décennies. « Viendra bientôt le jour où nos enfants marcheront sur nos traces et se lanceront à leur tour dans la vie active, et quelque chose me dit qu'on ne sera jamais bien loin pour les encourager. » Ainsi donc, Adriel et lui trouveraient toujours un moyen de rester actifs et concernés, il n'en doutait pas un seul instant. En attendant, s'ils peinaient parfois l'un et l'autre à concilier leurs multiples occupations avec leur vie de famille, Saul ne doutait pas du fait qu'Adriel reste un père présent et attentif pour sa fille, Ella. « Je suis sûr que tu lui prouves tous les jours qu'elle est et restera ta priorité. Elle comprendra en grandissant, et elle sera fière des sacrifices que tu as fait pour elle, j'en suis certain. » Tout comme une partie de lui espérait que ses enfants, qui aujourd'hui lui reprochaient facilement de passer beaucoup de temps à son travail, comprendraient qu'il n'avait jamais voulu les délaisser ou leur laisser penser qu'ils comptaient moins que le reste. Adriel l'invita en tout cas par la suite à dîner chez sa femme et lui à l'occasion, et c'est un Saul un brin taquin qui fit mine de ne pouvoir leur réserver un créneau que d'ici deux ans. Une plaisanterie sur laquelle ne manqua pas de rebondir Adriel, ce qui l'amusa pour de bon. « Si tôt ? Tu es sûr que vous aurez le temps de vous organiser, au moins ? » Mais il ne leur faudrait heureusement pas patienter deux ans et demi avant de se retrouver à nouveau autour d'un table, et en famille cette fois, ainsi Saul finit par adopter un ton un peu plus sérieux au moment d'affirmer à son ami qu'il pourrait se libérer d'ici une poignée de jours. « J'espère bien, après tout ça fait jamais que vingt-cinq ans que tu me supportes. Je crois pas que quiconque puisse prétendre me connaître aussi bien que toi. » Pas même Abel ou Elsie, qui n'avaient pas nécessairement été témoins d'autant d'épisodes qui avaient marqué sa relation avec Adriel et façonné le lien qu'ils partageaient aujourd'hui. Une relation à la fois amicale et fraternelle, qui lui inspira par la suite une réponse spontanée. « Justement, il n'est plus question de reporter ce genre de projets comme on a pu si souvent le faire. J'exerce un métier qui ne connaît presque pas de temps morts, alors si j'attends d'avoir moins de boulot, on risque encore de laisser passer plusieurs mois et ça c'est inconcevable. » Inconcevable, car il avait déjà l'impression qu'Adriel et lui avaient perdu un temps précieux en se jetant à corps perdu dans leur travail, et maintenant qu'il avait à nouveau l'occasion de passer du temps avec lui, Saul ne comptait pas laisser passer autant de temps avant leurs prochaines retrouvailles. Évoquant finalement l'arrivée de sa petite dernière au cœur d'une fratrie jusqu'ici masculine, Saul s'amusa du fait qu'Elsie ne manquerait probablement pas de dresser Lexie contre ses fils et lui, ce qui d'après Adriel pourrait même arriver plus tôt qu'il ne le pensait. « Avec un peu de chance, leurs chamailleries les occuperont suffisamment pour qu'ils se décollent un peu de devant la télévision. Ce sera un mal pour un bien, en quelques sortes. » Et si là encore son ton se voulait léger, Saul déplorait depuis déjà quelques années que ses fils préfèrent généralement s'abrutir devant des programmes qu'il jugeait calamiteux plutôt que de profiter de l'air frais de leur jardin. Son aversion pour la télévision n'était un secret pour personne, et il tenait probablement ça de l'époque où son père l'abandonnait devant un écran chaque fois qu'il avait mieux à faire que de passer du temps avec son fils, jugeant sans doute qu'à défaut d'avoir des parents présents, il pourrait trouver un certain réconfort auprès de ce genre de choses. C'est en tout cas avec un brin d'hésitation que Saul s'était ensuite risqué à proposer à Adriel de devenir le parrain de sa fille, une requête qu'il rêvait de formuler depuis déjà quelques temps et qui lui tenait tout particulièrement à cœur, Adriel étant l'un des êtres auxquels il accordait le plus grande confiance, et assurément le mieux placé pour prendre soin de Lexie. « Je le sais, tu fais partie des rares personnes entre les mains de qui je placerais la vie de ma famille, et crois-moi ça veut dire beaucoup. » Il souffla alors, la voix toujours empreinte d'une certaine émotion, touché qu'Adriel n'ait pas hésité une seule seconde à accepter de tenir ce rôle si symbolique pour sa famille, et notamment pour lui. « J'hésiterai pas, même si niveau décoration je crois qu'il vaudra mieux laisser Elsie se charger de tout. Tu la connais, c'est son domaine, alors gare à celui qui marchera sur ses plates-bandes. » Il n'y avait en fait que lorsqu'elle était encore enceinte que Saul pouvait espérer intervenir sur ce genre de détails, que ce soit en peignant les murs de la future chambre de leur fille ou en en arrangeant la décoration. Parce qu'à présent qu'elle était à nouveau pleinement opérationnelle, Elsie ne comptait pas déléguer à n'importe qui, et certainement pas pour une occasion aussi particulière. Au sujet de Caleb et Ella, en tout cas, Saul manifesta il est vrai un brin d'inquiétude, mais mouva doucement la tête au moment où Adriel reprit la parole. « Non, non, ne l'embête surtout pas avec ça. Je crois que parfois se prendre une claque est le meilleur moyen de s'endurcir, et Caleb ne nous pardonnerait pas de nous être mêlés de ses affaires. » C'est pourquoi il aimait mieux laisser les choses se faire, sachant pertinemment qu'il serait là pour Eliott si ce dernier n'était pas beaucoup plus chanceux que lui d'un point de vue sentimental. Elsie serait pour une fois probablement d'accord avec lui pour dire que se mêler de ce genre de choses serait le meilleur moyen de braquer leurs enfants, ainsi il était prêt à occulter son instinct de papa poule pour préserver son lien avec ses fils. Finalement, le sujet qui les avait tant de fois opposés fut à nouveau évoqué, mais cette fois sur fond de bienveillance et de compréhension. Adriel ne semblait plus porter de jugements sur une situation qu'il avait lui-même connue, et Saul acceptait beaucoup mieux l'idée qu'il ait pu vouloir lui rendre servir à l'époque. Pour autant, se sentant véritablement pris dans le piège qu'il s'était tendu à lui-même, le brun affichait à présent une mine tracassée, reflet des doutes qui le rongeaient depuis près de deux ans. « Coincé, c'est bien le mot. » Il soupira alors, parvenant malgré tout à esquisser un timide sourire, avant de relever les yeux vers ceux d'Adriel. « Si j'étais certain de ce que je voulais, je crois que je trouverais tôt ou tard le courage de prendre une décision. Mais la simple idée de les perdre l'une ou l'autre m'est insupportable. J'ai beau avoir toujours vécu avec la certitude que je vieillirai auprès d'Elsie ... il a suffi que je rencontre Meg pour que notre histoire finisse par compter autant que onze années de mariage et trois magnifiques enfants. » Et il était bien le premier à s'en être étonné, quand un beau jour il s'était aperçu qu'en aucun cas il ne pourrait perdre celle qui avait ravivé tant de choses en lui et notamment l'assurance dont il avait si longtemps manqué. Auprès de Meg, Saul avait souvent l'impression de vivre une seconde jeunesse, loin de sa vie de mari et de père de famille si précisément millimétrée. Tout était plus spontané, plus imprévisible, plus intense aussi. « Et c'est ça que beaucoup ne comprendraient certainement pas. » Qu'il continuer d'aimer la femme qui partageait sa vie depuis plus d'une décennie, tout en étant éperdument amoureux de celle qui avait conquis une autre partie de son cœur voilà maintenant deux ans. Qu'il puisse hésiter, quand beaucoup auraient tranché d'une manière ou d'une autre, en se jetant à corps perdu dans cette nouvelle idylle ou en jouant la carte de la raison en retournant à une vie rangée. Adriel, en tout cas, n'avait rien à se reprocher, et certainement pas d'avoir voulu lui éviter de se retrouver en si mauvaise posture, à l'époque où Saul aurait peut être pu éviter toutes ces complications. « Tu as fait ce que tout bon copain aurait fait. Je crois que personne ne voudrait savoir son ami dans ce genre de situations. Et même si j'ai pu donner l'impression du contraire, je te suis reconnaissant d'avoir voulu m'aider. » Saul avait réagi comme auprès d'Abel, chaque fois que son demi-frère s'était risqué à lui donner des conseils. Il l'avait pris à cœur par orgueil, et parce qu'il s'était mis en tête que personne ne pouvait comprendre sa situation, et se mettre à sa place. Mais aujourd'hui il y voyait plus clair, et il comprenait que ces démarches étaient toujours bien intentionnées, et pas simplement un prétexte pour le juger, comme il avait pu s'en convaincre. Finalement, comprenant qu'Adriel lui conseillait cette fois de vivre au grand jour une histoire qui demeurait cachée depuis bien trop longtemps, c'est un peu fébrile que Saul chercha à savoir si son ami agirait bel et bien s'il était à sa place, et sa réponse dessina sur ses lèvres une petite moue angoissée. « Mais est-ce qu'à tes yeux, ça en vaudrait véritablement la peine si cette décision devait te coûter le respect de tes proches, et celui de tes enfants ? Est-ce que tu penses que tu parviendrais malgré tout à être heureux avec la femme que tu as choisi ? » S'il lui posait ces questions, c'est parce qu'il ressentait certainement le besoin d'être rassuré, mais aussi guidé par celui qui lui avait toujours voulu du bien. « Si c'est auprès de Meg que je choisissais de finir mes jours, je sais que personne ne s'en réjouirait pour moi. » Saul reprit, les yeux baissés et la gorge serrée. Il savait que s'il choisissait d'officialiser sa relation avec Meg, avec toutes les conséquences que ça pourrait engendrer, personne n'irait probablement penser qu'il avait pris la bonne décision. On s'arrêterait au fait qu'il ait pu mentir pendant si longtemps, et à l'égoïsme dont il aurait fait preuve jusqu'à la fin. Et si cette simple idée tendait déjà à l'angoisser et ne l'aidait décidément pas à prendre une décision, l'idée que Meg puisse à son tour lui tourner le dos lui était elle aussi insupportable. Parce qu'il lui avait menti, à elle aussi, et caché une part de vérité qu'elle pourrait ne jamais lui pardonner. « Elle n'est pas contrariante, et elle a toujours été extrêmement compréhensive avec moi, mais … cette fois, c'est différent, je l'ai menée en bateau au même titre qu'Elsie et je sais qu'elle se sentira trahie. » A juste titre, parce qu'en plus de la placer depuis deux ans dans une situation qui n'avait rien d'enviable, Saul avait cherché à gagner du temps en prétextant être sur le point de rompre définitivement tout lien avec son épouse, alors même que celle-ci portait encore leur troisième enfant quelques mois plus tôt. Finalement, la voix d'Adriel s'éleva à nouveau et c'est un regard plein d'une émotion particulière que Saul posa sur son ami, tandis que ses lèvres dessinèrent cette fois un sourire bienveillant. « Je comprends mieux pourquoi je me retrouve dans cette situation aujourd'hui. C'est toi que j'aurais du épouser, les femmes c'est vraiment beaucoup trop compliqué pour moi. » Laissant échapper un léger rire, il posa une main sur le bras d'Adriel, forcé d'admettre qu'il était encore le mieux placé pour lui remonter le moral lorsque ses tracas accaparaient son esprit. « Tu sais quoi ? J'arriverai en retard au travail, et tant pis si on me fait une réflexion. Cette fois, y'a rien qui m'empêchera de profiter de mon meilleur ami. » Parce que son boulot l'accaparerait justement bien assez à l'avenir pour qu'il puisse pour une fois se permettre de le faire passer au second plan. Il aurait tout le temps de coacher ses comédiens, de participer à des réunions et de plancher sur ses prochains spectacles. En revanche, ça n'était pas tous les jours qu'il pouvait passer du temps avec Adriel, et à choisir entre les crises perpétuelles de Patty et la bienveillance de son meilleur ami, Saul n'avait pas hésité bien longtemps.


Spoiler:
 



let's make one last mistake, the harder stuff is always love, i guess.
can't fool the time i spent throwing stones. am i destined to be desolate, building bridges to be alone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]   Aujourd'hui à 17:23

Revenir en haut Aller en bas
 

May your coffee be strong and your Monday be short. [Saul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: pine rivers
-