AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 you made my heart go bang [hot] | harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: you made my heart go bang [hot] | harley   Jeu 28 Juil - 2:41

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

Pour la dixième fois en autant de minutes, Sid lève la tête et jette un coup d’œil discret vers l’horloge, maudissant silencieusement la lenteur avec laquelle les aiguilles parcourent sa circonférence. Même la trotteuse se traîne péniblement, ce qui lui donne l’impression que chaque seconde s’éternise. Il retient un soupir et se remet à la tâche. Habituellement, il n’a aucun mal à faire le vide dans son esprit lorsqu’il travaille sur un tatouage. En se concentrant sur son œuvre, il oublie ses soucis et ne voit plus que l'encre qui se transforme en lignes et en ombrages sur la peau de son client. Aujourd’hui, toutefois, il n’arrive pas à chasser Harley de son esprit. Ça lui rappelle cette vieille expression que sa grand-mère avait l’habitude d’utiliser lorsque Caroline, trop préoccupée par sa vie amoureuse tumultueuse, mangeait du bout des lèvres : si tu le vois dans ta soupe, ce n’est pas étonnant que tu n’aies pas envie de manger. Sid, lui, ne voit pas Harley dans sa soupe, mais dans ses pots d’encre, et elle ne le laisse pas tranquille. « Hé! La terre appelle Sid! » La voix le fait sursauter et, étonné, il constate qu’il s’était tellement perdu dans ses pensées qu’il en a oublié de continuer à tatouer. Il croise le regard mi-confus, mi-amusé de son client et soupire. « Merde, j’suis désolé. Je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui. » C’est un mensonge, évidemment. Il sait très bien que, s’il n’arrive pas à se concentrer, c’est parce qu’il trépigne de joie comme un gamin à Noël en pensant à sa soirée et que, franchement, il n’en peut plus d’attendre qu’il soit seize heures.

Le client, un habitué, plisse les yeux comme s'il jaugeait silencieusement son tatoueur. « Moi je dis qu'il y a une fille là-dessous. » Sid hausse les sourcils. Comment a-t-il deviné? L’autre perçoit sans mal son interrogation silencieuse et éclate de rire. « Je t’ai jamais vu comme ça. T’arrêtes pas de regarder l’heure et c’est à peine si tu te concentres sur ce que tu fais. Habituellement, quand un homme est dans cet état, c’est toujours à cause d’une fille. » Dire qu’il se croyait discret! Il hoche doucement la tête en souriant. « Ouais, c’est à cause d’une fille. » Il retourne à son œuvre et, dès qu’il se remet à tatouer, se retrouve sous un feu roulant de questions plus ou moins indiscrètes. Ça ne le dérange pas vraiment d’y répondre. Au moins, de cette façon, le temps passe plus vite. Le jeune homme regarde aussi beaucoup moins souvent l’horloge, ce qui lui donne l’impression que les aiguilles ont recommencé à égrener les secondes à leur rythme habituel. La séance terminée, il relève la tête, accueillant avec plaisir le pop que sa colonne vertébrale émet lorsqu’il se redresse. Le client se lève de la chaise et se dirige vers le comptoir en examinant son nouveau tatouage, une moue satisfaite aux lèvres. L’homme paie en échangeant encore un peu avec Sid et, juste avant de sortir, lui lance un « Bonne chance! » enjoué auquel Sid répond d’un hochement de tête. L'autre a à peine franchi la porte du salon que Sid se précipite pour la verrouiller. Une fois l'enseigne éteinte, il retourne nettoyer hâtivement sa station. Heureusement, il est beaucoup plus organisé lorsqu'il travaille que dans d'autres aspects de sa vie et il ne lui faut que quelques minutes pour replacer son bazar.

Un miaulement retentit au fond du salon et attire son attention. Il lève les yeux et aperçoit la petite bête qui s’est installée sur le dossier de sa chaise de bureau. Il s’approche en souriant pour caresser la fourrure douce de l’animal, vaguement découragé de le trouver là. Après la visite chez le vétérinaire, Sid n’avait pas trop su quoi faire. Il avait préféré ne pas le mettre en contact avec Mouse, jugeant son matou trop territorial pour bien supporter la rencontre. (De toute manière, il savait trop bien que si la boule de poil était entrée chez lui, elle n’en serait jamais ressortie, ce qui n’aurait certainement pas plu à son coloc.) En attendant de lui trouver une vraie maison, il lui avait installé un petit coin confortable dans la kitchenette, là où il serait à l’abri des regards des clients. Son plan aurait sans doute fonctionné s’il n’était pas tombé sur la réincarnation féline d’Houdini. Le chat était incroyablement doué pour les escapades et avait réussi à sortir au moins une fois par jour de sa petite pièce, au grand dam de Sid qui avait fini par ne plus savoir comment éviter que ça se produise. Cette fois, cependant, le tatoueur n’est pas fâché qu’il soit sorti de son plein gré. Ça lui évitera d’avoir à le chercher, car s’il y a une chose que l’animal maîtrise encore mieux que les numéros d’évasion, c’est de jouer à la cachette.

Ainsi installé sur la chaise, le chat est facile à attraper et Sid en profite pour le soulever doucement. L’animal se laisse faire sans broncher et, habitué au contact du jeune homme, émet même un ronronnement timide. « Alors, t’es prêt à rencontrer ton humaine? Enfin, si elle veut te garder, » ajoute-t-il distraitement. C’est vrai qu’il est presque certain que la surprise fera plaisir à Harley, mais il ressent tout de même un peu d'appréhension. Et si elle n'en voulait pas après tout? Il soupire et hausse les épaules. « On te trouvera bien une maison si elle ne veut pas te garder, hmm? » Complètement désintéressé de la question, le chat commence à gigoter entre les bras de Sid pour essayer de s'échapper, mais le tatoueur raffermit sa prise pour l'en empêcher. Cinq minutes plus tard et au terme d'une bataille étonnamment féroce, le chat est dans sa cage et jette un regard noir à l'humain, qui lui rend la pareille en soignant les quatre griffures bien nettes qui décorent son avant-bras. « Ok, t'aimes pas la cage, c'est noté. » En appliquant à la va-vite un léger pansement sur la blessure, il songe que l’aversion de l’animal pour l’espace confiné est sans doute justifiée : Sid est à peu près convaincu qu’il n’aimerait pas voyager de cette façon lui non plus.

Maintenant qu'il a capturé le chat, il ne lui reste plus qu'à attraper ses clés, son cahier, et la cage, évidemment. En glissant son cahier sous son bras, il arrive à verrouiller les portes du salon sans trop de mal, puis il rajuste sa prise sur la cage pour éviter qu’elle ne ballotte trop. En descendant la rue piétonne jusqu'à sa voiture, il a l'impression que sa démarche est plus joyeuse que d'habitude, comme si ses pas étaient un peu plus légers. Il ne gambade pas, bien évidemment, parce que Sid refuse d'être le genre de personne qui se rend en gambadant à un rendez-vous galant...
(tout de même, il faut bien se donner une limite à ne pas franchir!)
...mais on pourrait presque s’y méprendre. En jonglant à nouveau avec ses affaires, il arrive à ouvrir la portière et il en profite pour déposer son cahier et la cage sur le banc arrière. Il contourne le coffre de la voiture pour aller se glisser derrière le volant et note mentalement qu’il doit encore aller chercher de quoi bouffer comme il l’a promis à Harley. Ça serait tout à fait son genre d’oublier la nourriture et il le ne le sait que trop bien. Ce qu'il ignore, en revanche, c'est ce qu'il a envie de manger. Il reste d'ailleurs plutôt indécis jusqu’à deux ou trois coins de rue de chez la jeune femme, où un restaurant thaï attire son attention. Si sa mémoire ne lui joue pas des tours, il se souvient vaguement d’y avoir déjà mangé des plats plutôt savoureux. « Bon, je reviens dans pas long. » Le chat n’a sûrement rien compris, mais ça soulage un minimum la conscience de Sid, qui n’a jamais aimé laisser un animal seul dans une voiture, même juste pour quelques minutes. À en juger par l’agréable parfum des épices orientales qui vient lui chatouiller le nez dès qu’il entre dans le commerce, ses souvenirs, même flous, ne l’ont pas trompé. Sans savoir exactement ce qu’Harley aime – même s’il se doute bien que, vu tous ses voyages, elle doit manger presque n’importe quoi – le jeune homme choisit trois ou quatre plats un peu au hasard. Il ne faut pas longtemps au chef pour préparer la nourriture et, en moins d’un quart d’heure, Sid est de nouveau au volant de sa voiture.

Il se gare devant l’appartement de la jeune femme et attrape les sacs contenant leur repas. Les mains pleines, Sid gravit l’escalier jusqu’à l’étage où habite Harley et parvient de justesse à appuyer sur la sonnette sans tout échapper. Heureusement, elle ne le fait pas poireauter dans le couloir et vient lui ouvrir presqu’immédiatement. Il a à peine le temps de dissimuler la cage derrière lui pour ne pas lui gâcher la surprise. Sur le coup, il hésite, incertain de la façon dont il devrait la saluer. Au final, il se décide à lui voler un rapide baiser, parce qu’il mourait d’envie de le faire de toute manière et parce que c’est ce qui lui semblait le plus naturel. « Salut. » Il n’ajoute rien, mais il est certain que ses yeux ne se gênent pas pour communiquer ce qu’il pense réellement : tu m’a manquée.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .


Dernière édition par Sid Bauer le Mer 5 Oct - 5:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Ven 5 Aoû - 1:01

La blonde est couchée sur son sofa, les jambes se balançant dans le vide au bord de l’accoudoir. Elle s’oblige à regarder le plafond, parce qu’elle sait pertinemment que si elle détourne le regard de la surface blanche et ennuyeuse, ses yeux vont automatiquement se fixer sur l’horloge au mur et elle ne veut surtout pas que ça se produise. Depuis le début de la journée Harley à l’impression que le temps s’écoule lentement… tellement lentement que cela en est insupportable. Regarder les aiguilles tourner autour de leur axe est comme un supplice, une torture pour la jeune femme. La raison en est simple, elle se résume à trois lettres, trois petites lettres, mais qui prennent déjà beaucoup (peut-être trop, même) de place dans le cœur de la demoiselle. S-I-D, une seule syllabe qui la fait sourire comme une idiote, qui la fait espérer, qui la fait croire en quelque chose dans laquelle elle n’a jamais crue.

Elle soupire bruyamment, excité, mais une peu nerveuse aussi. C’est la première fois qu’ils vont se revoir depuis qu’ils se sont rencontrés et elle est anxieuse à savoir quelle tournure va prendre les choses. Est-ce qu’il va y avoir un malaise entre eux ? Est-ce qu’il a autant hâte de la voir que elle de le voir lui ? Elle se donne une claque mental, songeant qu’elle a l’air de l’une de ses ados débiles dans les films destinés au même publique. Elle se trouve ridicule, comment un garçon qu’elle n’a vu qu’une seule et unique fois peut la faire se sentir comme une guimauve ? Elle l’ignore totalement, et elle n’est pas certaine de vouloir analyser la réponse, pas maintenant, pas si tôt. Elle n’est pas prête à assumer quelque chose d’aussi gros qui pointe dans son cœur. Plus que la peur de l’inconnu, au fond d’elle, sans se l’avouer, elle a peur de souffrir. Parce que oui, Sid a déjà étrangement (et malheureusement) le pouvoir de lui faire du mal et à bien y penser Harley n’a clairement pas besoin de plus de merde dans sa vie. Pas maintenant, pas après le viol. La blonde avait toujours été positive, malgré toutes les épreuves, tous les claques que l’univers avait décidés de lui envoyé. Mais cette nuit là, les monstres lui avait volé cette étincelle, il lui avait volé sa capacité à voir le monde tel qu’elle l’avait toujours vu. Ça avait été un coup dure, elle s’était battu dans sa propre tête pour ne pas perdre totalement le combat, pour ne pas ce perdre totalement. C’était ça qui l’avait décidé à venir à Brisbane et malgré encore beaucoup de chemin à faire, la jeune femme va mieux.

Inconsciemment, trop obnubilée par ses pensées tournant autour de sa vie et majoritairement du jeune homme qui ne quitte pratiquement plus son esprit depuis leur rencontre totalement extraordinaire, elle tourne la tête vers l’horloge pour regarder l’heure, qui malheureusement pour la blonde, continue de s’écouler à une vitesse d’escargot. Elle grogne et tourne vigoureusement la tête vers le plafond, un peu frustré d’avoir aussi peu de discipline.

Le début de la journée c’était écoulé plutôt rapidement. Elle s’était levée à l’aurore comme à son habitude, mais cette fois, au moins, c’était totalement justifié : Sid venait la voir après sa journée de travail au salon. Elle avait prit une douche brûlante comme elle adorait les prendre puis c’était habillée. Elle avait posé, vers sept heure, ses fesses sur l’une des chaises de la cuisine, puis s’était demandé à quoi elle pourrait occuper son matin et son après-midi en attendant la visite de son tatoué. L’idée de commencer à défaire des boîtes lui avait effleuré l’esprit, mais égoïstement, elle avait balayé cette pensée. Parce que moins il y avait de cartons à défaire, moins il resterait longtemps et elle ne voulait pas qu’il la quitte trop tôt… Alors elle s’était creusée d’avantage les méninges pour finalement se décidé à faire un dessert sucrée assez élaboré. Elle savait que lorsqu’elle faisait la cuisine, elle se perdait totalement dans la confection de celui-ci et perdait la notion du temps. Alors c’était un plan généralissime pour l’aider à passer au travers cette journée qui s’annonçait être longue et un peu angoissante.

Malheureusement, toute bonne chose à une fin et c’est pour cette raison qu’elle se retrouve le corps étendu sur le sofa du salon à soupirer. Pour a énième fois, elle se retourne vers l’horloge, regardant la trotteuse qui ne va clairement pas assez vite à son goût. Elle grogne et se replonge dans ses pensées. La jeune femme avait eu un pincement au cœur les premiers jours, parce qu’il avait prit plusieurs jours avant de lui envoyé un message texte. Ça lui avait foutu la trouille parce qu’elle se disait qu’au fond… peut-être ne voulait-il plu la voir. Et ça avait été un tel soulagement lorsqu’il lui avait dit que c’était simplement parce qu’il ne trouvait plus son numéro. Pas que la blonde ne sait pas ou le trouver. Elle sait où il travaille et où il habite, mais si lui, qui possédait le moyen le plus directe pour la rejoindre ne le faisait pas… Le message lu aurait paru claire. À cette idée, elle se crispe. Même si elle sait maintenant que ça n’a aucun lien, la pensée qu’il ne veule pas d’elle lui fait tout de même un petit quelque chose.

La sonnette de sa porte retentit et la faire sortir de sa tête. Comme un ressort et s’extirpe à la vitesse de l’éclaire pour aller ouvrir. Elle espère que s’est son tatoué, mais n’ose par regarder dans l’œil magique et ouvre rapidement. Il se fixe l’un l’autre. Elle n’ose pas trop faire le premier pas, ne sachant pas exactement l’attitude à adopter. Il semble hésiter un instant, probablement incertain lui aussi sur la meilleure façon de faire puis il se penche pour poser délicatement ses lèvres sur les siennes. Même si l’instant ne dure qu’une seconde, c’est assez pour réveiller les millions de papillons dans son ventre. La blonde a déjà imaginé que peut-être le jeune homme ne lui ferait pas autant d’effet et que c’était seulement la magie de leur rencontre et de ce moment spécial partagé entre eux, mais non, maintenant qu’il est là, son cœur bat la chamade et son corps se liquéfie un peu plus. Il lui lance un « Salut. » totalement décontracté, au contraire de ses yeux qui semblent lui communiquer tout autre chose. Elle décide de répondre à ce qu’elle voit dans le regard bleuté du jeune homme. Elle se penche vers lui et lui chuchote doucement à l’oreille. « Tu m’as manqué. » Elle s’apprête à lui déposé au passage un baisé sur la joue lorsqu’un miaulement arrête son geste. Harley se relève puis regarde autour pour voir d’où provient le bruit, mais ne voit rien. C’est à ce moment qu’elle regarde Sid, devenu rouge, les mains derrières le dos. Elle hausse un sourcil et regarde Sid avec un sourire en coin. « Je ne sais pas pourquoi, mais je crois que j’ai une légère idée du genre de surprise que tu avais en tête. » Elle rigole doucement avant de l’inviter à entrer. Il entre puis elle referme la porte. « On a beaucoup de pain sur la planche. Je n’ai pas vraiment eu le temps de commencer. » Bon, c’est un gros mensonge, mais elle n’est pas pour lui dire qu’elle n’a pas voulu commencé de peur qu’ils finissent trop vite et qu’il parte immédiatement après.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Lun 8 Aoû - 6:33

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

C’est en garant sa voiture devant le resto où Caroline lui avait donné rendez-vous que Sid s’était rendu compte que, dans le feu de l’action, il avait complètement oublié de donner son numéro à Harley. Même si la constatation l’avait un peu embêté sur le coup, il s’était dit que ce n’était pas si grave, au final, puisqu’il avait gardé précieusement le dessin sur lequel elle avait gribouillé son numéro de portable. Il n’aurait qu’à lui envoyer un message en retournant à l’appartement ce soir-là. Il avait donc été rejoindre sa sœur et avait passé un excellent moment avec elle, malgré ces quelques fois où ses pensées s’égaraient et qui, d’ailleurs, n’avaient absolument rien à voir avec la belle blonde qu’il avait rencontré la veille. Il avait vite déchanté, toutefois, lorsqu’il avait constaté que sa veste ne se trouvait pas du tout là où il croyait l’avoir laissée. Il avait passé un bon quart d’heure à fouiller dans son bazar. Résultat: sa chambre s'était retrouvée encore plus sens dessus dessous que d'habitude, mais il n’avait toujours pas réussi à mettre la main sur le foutu vêtement, et encore moins sur le dessin. Ce n’est que trois jours plus tard que son coloc avait finalement retrouvé la veste derrière le canapé. Sid aurait pu l’embrasser (même s’il avait subi une autre ronde de commentaires désobligeants sur son sens de l’organisation) et il s’était empressé d’envoyer un message à Harley pour s’expliquer. Il se doutait bien qu’elle devait se poser des questions et il craignait par-dessus qu’elle croie que, maintenant qu’il avait eu ce qu’il voulait, elle ne l’intéressait plus. Même s’il comprenait qu'elle puisse penser une telle chose, l’idée l’horrifiait : il n’aurait jamais manipulé qui que ce soit de cette façon simplement pour arriver à ses fins. Et le plus ironique dans cette histoire de numéro égaré, c’est qu’il n’avait jamais eu autant envie de rappeler une fille de sa vie! Heureusement, elle l’avait cru, sans doute parce qu’elle avait eu l’occasion de voir de ses propres yeux l’étendue du désordre qui règne en permanence dans la chambre du tatoueur. Autrement, elle aurait sans doute pensé que c’était l’excuse la plus bidon qu’elle ait entendue, et Sid aurait eu bien du mal à la blâmer.

Depuis leur rencontre, le jeune homme, effrayé par la violence de ses sentiments à l’égard de sa nouvelle flamme, essaie de se convaincre que ce lien étrange entre eux est uniquement le produit de son imagination, de son esprit qui s’est emparé d’une faible émotion et l’a exacerbée jusqu’à ce qu’elle prenne toute la place. Pourtant, maintenant qu’il se tient là, devant la belle blonde, le mensonge lui paraît accablant, car il ne peut ignorer ce qu’il ressent. Elle l’attire comme un aimant attire le métal et il n’a qu’une envie : répondre à cet appel, encore et encore. Le contact de leurs lèvres qui s’effleurent suffit pour effacer tout ce qui l’entoure, tout sauf elle. « Tu m’as manqué. » Il ne répond pas moi aussi. Il sait qu’elle le sait, qu’elle a lu dans son regard qu’il ressent la même chose. Y aura-t-il toujours cette connexion étrange entre eux? Ce courant étrange qui passe entre eux, cette façon de se comprendre sans rien dire et sans même vraiment se connaître, c’est sans aucun doute ce qui l’a convaincu que leur relation atypique est véritablement spéciale. La blonde esquisse un geste, comme si elle voulait l’embrasser à nouveau, mais un miaulement l’arrête dans son élan. Obnubilé par leurs retrouvailles, Sid a oublié l’espace d’un instant qu’il tenait trois sacs de nourriture et une adorable boule de poils. « Je ne sais pas pourquoi, mais je crois que j’ai une légère idée du genre de surprise que tu avais en tête. » C’était sûrement inévitable que le chat se trahisse de la sorte, mais le tatoueur est tout de même un peu vexé que la surprise ait été gâchée. Il se console : Harley a l’air contente du cadeau et, au moins, il aura su faire durer le mystère presque jusqu’à la dernière seconde. « Qui sait, peut-être que c’était moi? Je ne t’avais pas dit que Mouse m’a montré à miauler? » Il sourit, l’air malicieux, et tente d’imite le miaulement que le chat vient de pousser, mais sa voix, bien trop grave, s’éraille presque immédiatement. Le résultat n'est pas concluant du tout. D’ailleurs, à en juger par le rire délicat de la blonde, elle est loin d’être convaincue.

Défait, il abandonne toute idée de discrétion et entre dans l’appartement cage par devant et la dépose tout près de la porte. Il va mettre la nourriture sur le comptoir, puis revient sur ses pas et s’arrête devant Harley. « On a beaucoup de pain sur la planche. Je n’ai pas vraiment eu le temps de commencer. » Le jeune homme profite du fait que ses mains sont maintenant libérées de leur fardeau pour enserrer la taille de sa belle et lui quémander un autre baiser, un peu plus appuyé celui-là, auquel elle répond avec bonheur. Une fois leurs lèvres séparées, il délaisse les hanches de Harley pour retourner vers la cage, devant laquelle il s’accroupit. Tout en faisant glisser le loquet de la porte, il lance par-dessus son épaule : « Ce n’est pas grave, ça prendra le temps que ça prendra. J’ai toute ma soirée. » Il lui offre un sourire en coin. C’est la vérité et il est secrètement heureux qu’elle n’ait pas commencé sans lui. Ils pourront passer plus de temps ensemble, ce qui le réjouit évidemment, mais il n’y a pas que ça. Il a l’impression que ces boîtes sont autant de fenêtres sur la vie mouvementée de la blonde et il espère qu’en l’aidant à faire le tri dans ses affaires, il aura la chance de découvrir des détails sur elle qui l’aideront à mieux la cerner, à mieux la connaître.

Il détourne la tête et ramène son attention sur la cage et son occupant. La porte grillagée s’ouvre en grinçant. Le bruit désagréable arrache une grimace à Sid, qui se promet silencieusement d’huiler les gonds avant de l’utiliser la prochaine fois. Terré au fond de sa prison maintenant déverrouillée, l’animal semble vouloir profiter de la sécurité de cette cage qui, une demi-heure auparavant, lui était insupportable. Le tatoueur glisse prudemment une main vers la boule de poils, peu désireux de recevoir une nouvelle série de griffures pour accompagner les autres. À sa grande surprise, le chat se laisse attraper sans trop protester, sans doute parce qu’il reconnaît l’humain qui l’a sauvé. Sid le sort avec délicatesse de la cage et l’installe confortablement dans ses bras, prenant bien soin de l’appuyer contre sa poitrine. Il se relève et s’approche doucement de Harley qui observait la scène quelques pas plus loin. Le tatoueur caresse la tête de l’animal pour le réconforter, mais c’est un effort superflu. Rassuré de ne pas avoir été complètement abandonnée, la boule de poils a retrouvé son penchant naturel pour la curiosité et elle tend déjà le cou vers la blonde. « Regarde, c’est ton humaine. Je t’avais dit qu’elle était belle, non? » Le compliment est facile, mais les joues de la jeune femme se colorent tout de même d'une jolie teinte de rouge. Sid sourit et lève les yeux vers elle. « Il faut que tu lui trouves un nom. » L’animal ne portait évidemment pas de collier lorsque Sid l’a trouvé, et rien d’autre n’indiquait si quelqu’un l’avait déjà nommé. Le tatoueur avait donc décidé de laisser Harley choisir elle-même le nom de son nouveau compagnon.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Jeu 11 Aoû - 20:48

Sid dépose la cage tout près de la porte et va déposer le reste de ses sacs, probablement le souper qu’il avait proposé d’amener, sur le comptoir de la cuisine. Pendant ce temps la blonde essai de voir à quoi ressemble la boule de poil qui se cache dans la cage. Pendant un instant, elle réfléchie pour savoir si elle lui a déjà dit qu’elle voulait un chat. Mais à bien y penser, elle n’en a aucun souvenir. Elle hausse les épaules, leur connexion est tellement étrange, parce qu’au fond, comment aurait-il pu savoir qu’elle désirait adopter un chat ? La jeune femme affectionne particulièrement les félins, même si elle adore les animaux en général. Par contre, elle n’avait jamais voulu en adopter un pour la simple et bonne raison qu’elle n’était jamais certaine du temps qu’elle allait passé au même endroit. Trimbaler un animal dans ces conditions aurait été premièrement compliqué, deuxièmement désagréable pour la boule de poil en question. Alors Harley c’était résigné, pas de petit compagnon pour elle avant qu’elle n’ait réellement trouvé un endroit pour s’installer de façon plus permanente.

Elle ne se rend pas compte que son beau tatoué revient vers elle, les bras déchargés, trop obnubilée par ses propres pensées. Il glisse ses mains sur les hanches de la demoiselle, ce qui fait monter un frisson en elle. Bon dieu de merde, il n’a même pas besoin de faire d’effort qu’il lui fat un effet monstre. Elle ne comprend toujours pas le pourquoi du comment, mais est-ce que ça a vraiment de l’importance en cet instant ? Elle chasse tout ça de sa tête pour simplement profiter du contact du jeune homme contre elle. Il pose ses lèvres contre les siennes pour l’embrasser beaucoup plus langoureusement cette fois-ci. Cette sensation lui avait manqué. Elle soupire imperceptiblement, un peu déçue, lorsqu’il fini par s’éloigner d’elle pour se diriger vers la cage. Mais sa déception est vite remplacée par l’extraordinaire curiosité qui l’habite (et qui lui met parfois les deux pieds dans les plats). Il se penche pour retirer le loquet et sortir le chat de sa petite prison. Pendant qu’il s’affère à cette tâche il répond à l’affirmation qu’elle a dite plus tôt. « Ce n’est pas grave, ça prendra le temps que ça prendra. J’ai toute ma soirée. » La blonde sourit, rassuré et encore plus heureuse d’avoir délibérément évité de commencer sans lui. Il lui avait manqué et l’idée de passer toute la soirée avec lui la rend heureuse.

Harley essai de voir par-dessus l’épaule du garçon pour apercevoir le chat, mais elle n’arrive à rien et fini par prendre son mal en patience. Elle attend qu’il réussisse à sortir la boule de poil de sa petite cage. Il finit par se retourné avec l’animal bien calé contre sa poitrine. Habituellement, elle aurait probablement eu une pensée pour son appareil, car la vision du Sid et du chat aurait fait une très jolie photo, mais au lieu de ça, son regard ne peut se détacher du petit être que Sid tient contre lui. Le jeune homme caresse sa tête, probablement pour le rassuré, mais cela semble inutile, car l’animal à l’air autant intrigué par la blonde que la blonde l’est par lui. « Regarde, c’est ton humaine. Je t’avais dit qu’elle était belle, non? » Le compliment sort la jeune femme de sa contemplation et la faire rougir jusqu’aux oreilles. C’était probablement une remarque facile, mais flatteuse et la blonde ne peut nier qu’un compliment du genre de la part de son beau tatoué lui fait plaisir. Sid sourit et lève les yeux vers Harley. « Il faut que tu lui trouves un nom. » Elle observe l’animal quelques secondes. Il a une magnifique robe blanche, un petit nez rose et les yeux vairons, un bleu et un vert. Le chat est tout simplement superbe. Elle se penche un peu plus vers la boule de poil avant de s’adresser directement à elle. « Comment est-ce que je pourrais bien t’appeler dit-moi ? » Elle approche sa main de son museau et celui-ci la sent un instant avant de frotter sa tête contre ses doigts. « Hm, je crois que je vais t’appeler boule-de-neige. » Il a la même couleur que celle-ci et à le regarder, elle est à peu près convaincue qu’il pourra faire autant de dégât une fois lancé à la découverte de son appartement. Elle le prend délicatement des mains de Sid et celui-ci ce laisse faire docilement. Elle le caresse un moment avant de le déposer au sol pour qu’il parte à la découverte de son nouveau territoire. Puis elle se relève vers le jeune homme et l’embrasse sur la joue. « Merci, je l’adore déjà. »

Elle lui sourit puis se retourne vers le comptoir où il a déposé les sacs un peu plus tôt. « Qu’est-ce qu’on mange ? Parce que je meurs de faim. » Comme pour appuyer sa remarque son ventre se met à gargouillé avec entrain. Elle se tourne vers Sid pour voir s’il a entendu le grondement de son estomac, et à l’expression sur son visage il l’a entendu. Elle hausse les épaules en rougissant. « Comme je viens de dire je meurs de faim. » Puis la jeune femme éclate de rire, suivie par son tatoué. Pendant qu’ils reprennent leur souffle, Sid se rend vers les sacs et déballe plusieurs boîtes de plat thaï. Ils s’installent tous les deux directement au comptoir pour commencer à manger. Avant d’entamer sa première bouchée, Harley lève la tête et sourit à Sid. « Merci… Pour le chat, pour le repas et merci de venir m’aider à ranger mon appartement… D’ailleurs, moi aussi j’ai un truc pour toi. Ce n’est pas grand-chose, mais j’espère que ça te plaira. On pourra le manger une fois qu’on aura finit de tout défaire. » Ce n’est qu’une petite attention, mais il avait eu l’air d’apprécier les cupcakes qu’elle lui avait faire la dernière fois et outre ça, elle ne savait pas trop quoi faire pour le remercier de lui accorder de son temps de cette façon.

La blonde fini de manger la première, aillant manger avec appétit comme à son habitude. « Pendant que tu finis de manger, je vais préparer la litière du chat, un bol d’eau et de nourriture. » Elle a déjà tout ça dans le placard du passage, puisqu’elle avait l’intention de se procuré l’une de ces petites bêtes prochainement. Elle laisse Sid finir son assiette pendant qu’elle prépare tout le matériel nécessaire au besoin du chat. Une fois qu’elle a terminé, elle se dirige vers la chambre pour aller chercher le chat qu’elle a vu du coin de l’œil y entrer plus tôt. Une fois arrivé, elle le voit entrain de morde à pleine dent dans l’une de ses petites culottes en dentelle. Elle soupire puis se penche vers lui pour lui enlever le plus délicatement possible de sa gueule. « En tout cas, je suis certaine que tu vas mettre de la vie entre ses quatre murs. »

Elle le prend dans ses bras pour se redirigé vers la cuisine afin de lui montrer sa nouvelle litière et l’endroit où il pourra se nourrir et se désaltérer. Elle le laisse aller de nouveau, sachant qu’il a comprit le message. Puis pose ses fesses de nouveau sur le tabouret tout près de Sid. « Tu as bien fait de me l’apporter. Je viens de le retrouver entrain de jouer avec l’un de mes vêtements… Pour lui ta chambre aurait été un vrai terrain de jeu. » Elle lui sourit avant de s’esclaffer. Ayant une pensée pour le bordel monumental dans lequel son beau tatoué laisse sa chambre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Ven 12 Aoû - 6:14

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

Sid regarde le chat tendre le cou vers Harley et se retient de justesse d’éclater de rire lorsqu’il constate que la jeune femme fait exactement la même chose, un air attendri sur le visage. Il songe qu’il a bien fait de se fier à son instinct qui lui soufflait que sa belle apprécierait le cadeau. De voir qu’il ne s’est pas trompé le rassure un peu, comme s’il avait retrouvé une parcelle de contrôle sur la situation. Au fond, peut-être que cette relation sera plus simple qu’il ne le croyait. Ils ne sont peut-être pas si mal assortis, après tout. Peut-être qu’ils sont justes… différents; de ce genre de différence qui complète celle de l’autre et solidifie une relation. La jeune femme tend la main vers l’animal. Le mouvement, qu'il perçoit du coin de l’œil, tire le tatoueur d'une énième crise existentielle, au grand bonheur de son cerveau qui risque sérieusement le surmenage à force de ressasser les mêmes pensées. Sid sourit en regardant l'humaine et l'animal interagir : de toute évidence, ils partagent une curiosité insatiable et elle les pousse l’un vers l’autre. C’est tout juste si le chat ne se propulse pas des bras de Sid à ceux d’Harley. Elle finit pourtant par tendre les bras et s’en emparer. Le tatoueur lâche prise sans protester et, même s’il ressent une petite pointe de tristesse à l’idée de se séparer de  la boule de poils…
(dieu merci, tu ne l’as pas ramenée chez toi!)
…il est heureux de voir qu’ils s’entendent aussi bien. De toute manière, ce n’est pas comme s’il avait donné Boule-de-neige – puisque c’est ainsi que la blonde vient de le baptiser – à une inconnue. Il pourra certainement lui rendre visite, au grand bonheur de sa maîtresse et à l’indifférence générale de l’animal lui-même.

Boule-de-neige a à peine posé les pattes sur le sol que, ventre à terre, il s’éloigne déjà vers un coin du salon pour aller renifler les poussières et satisfaire sa curiosité. Trop occupé à suivre la petite bête du regard pour porter attention à ce qui se passe autour de lui, Sid est surpris par le baiser qu’Harley lui colle sur la joue. « Merci, je l’adore déjà. » Amusé, il hausse un sourcil, l’air de dire ah bon, j’avais pas remarqué. « Ça ne m’étonne pas. Il est adorable et il le sait très bien. »
(il avait intérêt aussi, vu comment tu t’es retrouvé accroché à un auvent dans une ruelle pour sauver son derrière poilu)
La jeune femme se tourne vers le comptoir ou, plus précisément, vers les sacs de nourriture que le tatoueur y a déposés. « Qu’est-ce qu’on mange ? Parce que je meurs de faim. » Il ouvre la bouche pour répondre, mais l’estomac d’Harley lui coupe la parole en laissant échapper un gargouillis parfaitement audible. Cette fois, il n’arrive pas à s’empêcher d’éclater de rire, surtout en voyant le visage de sa belle tourner lentement au rouge pivoine. Elle hausse les épaules, gênée, mais finit par se joindre à l’hilarité qui secoue toujours Sid. En essayant de reprendre son souffle et de soulager ses côtes douloureuses, il déballe les plats. L’odeur alléchante qui se dégage des contenants lui rappelle qu’il a faim lui aussi, même si son estomac se fait plus discret que celui de sa compagne. «J'arrivais pas à choisir donc j’ai pris un peu de tout. » Il se laisse tomber sur l’un des tabourets, celui tout à côté d'Harley et déballe les baguettes. Il en donne une paire à la blonde et garde l’autre pour lui. Contrairement à pas mal de gens, il arrive à les manier sans trop de difficulté, un fait dont il est un peu trop fier. Il attrape au hasard l’un des plats de nourriture et enlève le couvercle, impatient d’enfin vérifier si c’est aussi bon que dans ses (vagues) souvenirs. Il savoure la première bouchée, impressionné, jusqu’à ce que la voix de la jeune femme le distraie.

« Merci… Pour le chat, pour le repas et merci de venir m’aider à ranger mon appartement… » Quelque chose dans son ton le laisse songeur. On dirait qu’elle est un peu étonnée qu’il veuille passer du temps à ouvrir des cartons en sa compagnie. La pensée lui fait un désagréable pincement au cœur et il s’empresse d’avaler sa bouchée de nouilles pour lui répondre. « Ça me fait plaisir, tu sais. Vraiment. » Et puis, comme si son cerveau venait tout juste de percuter, il comprend la deuxième partie de sa phrase. Il baisse les yeux vers son plat qui ne lui fait plus tellement envie tout à coup. « On pourrait passer direct au dessert, tu crois? » La vérité, même s’il ne l’avouerait que sous la torture, c’est qu’il a pensé à ses cupcakes presqu’aussi souvent qu’il a pensé à elle et qu’il donnerait n’importe quoi pour avoir l’occasion d’en manger à nouveau. Il avait même mis de côté son aversion pour les mesures exactes et il avait essayé d’en faire, sans succès. Les siens étaient comestibles, oui, mais ils n’étaient juste pas à la hauteur de ceux d’Harley. Malheureusement, elle hoche la tête et plonge ses baguettes dans son propre plat. Un peu déçu, Sid soupire, mais retourne tout de même à ses nouilles, qui lui semblent moins savoureuses maintenant qu’il rêve de pâtisseries.

Sans grande surprise, elle termine son repas avant le tatoueur, qui a toujours été le genre de personne à picorer lentement dans son assiette avant de se décider à vraiment manger. Il la regarde s’éloigner et, les yeux ronds, l’écoute énumérer ce qu’elle va chercher. Heureusement qu’elle possède déjà le nécessaire parce que lui a tout oublié au à Wild Ink. Bon, il aurait bien pu retourner chercher l’essentiel – le salon n'est pas si loin, après tout – mais il est tout de même heureux de ne pas avoir à le faire. Pendant que la blonde part à la recherche de Boule-de-neige, Sid, qui a enfin terminé de manger, va fouiller dans les placards de la cuisine pour trouver un plat dans lequel il pourra verser les restes de leur repas. Quand il dépose le contenant sur la tablette du réfrigérateur, Harley s’est déjà rassise sur son tabouret. Il va la rejoindre, curieux de savoir pourquoi elle affiche ce sourire moqueur. La réponse ne se fait pas attendre et, cette fois, c’est Sid qui rougit, vaguement embarrassé de sa propension à mettre le bordel partout. « Mouais, j’imagine. Il s’amusait déjà pas mal au salon et c’est beaucoup plus ordonné que ma chambre. » Si une pile de feuilles, de carnets et de croquis ne trônait pas sur son bureau, personne ne soupçonnerait que le propriétaire est aussi désordonné. « En tout cas, ne te fais pas d’illusions. Il n’y pas une pièce dans cet appart où il n’ira pas, même si tu essaies de l’en empêcher. C’est vraiment le roi de l’escapade. » Un drôle de bruit retentit quelque part sur sa droite. Il ne lui faut que quelques secondes pour localiser la source du son et il éclate de rire. « Tu vois, il a déjà trouvé tes rideaux. » Même si le spectacle est assez comique, le tatoueur prend pitié de la pauvre bête qui a décidément la fâcheuse habitude de s’accrocher là où il ne faut pas. En deux temps, trois mouvements, il a reposé Boule-de-neige sur le sol. Ce dernier s’éloigne, l’air insulté et la queue repliée en point d’interrogation.

Il se tient tout près des boîtes et il parcourt la pile des yeux, reconnaissant au passage celles qu’il a ignorées et celle dans laquelle il a fouillé la dernière fois. « J’ai pensé que je pourrais ouvrir les boîtes et te passer les trucs qu’il y a l’intérieur, vu que tu as une meilleure idée que moi d’où tu veux placer tout ça. » Harley acquiesce d’un hochement de tête et vient le rejoindre. Ils trouvent rapidement leur rythme : Sid coupe le ruban adhésif, jette un coup d'oeil au contenu de la boîte et le montre à Harley, qui le serre elle-même ou lui indique où il doit le poser. Après environ un quart d’heures, ils ont déjà vidé une bonne dizaine de cartons et il est presque déçu de voir que le travail avance si bien. En soulevant une pile de livres pour les apporter dans la bibliothèque, il a l’impression d’entendre quelque chose tomber, mais ce n’est que lorsqu’il revient sur ses pas qu’il remarque la petite boîte sur le plancher. Curieux, il la ramasse et, sans réfléchir, l’ouvre.

Il aurait dû savoir que c’était une mauvaise idée, qu’il y trouverait quelque chose d’affreusement personnel. Personne ne garde une boîte à chaussures, sauf pour la transformer en boîte à souvenirs. Mais, lorsqu’il se rend compte de son erreur, il est déjà trop tard. Il a vu les minuscules chaussures, il a vu le petit pyjama et, surtout, les photos si reconnaissables d’une échographie. Et, sans comprendre pourquoi, il a l’impression que son monde s’écroule.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Lun 15 Aoû - 19:07

Le jeune homme rougit, probablement un peu embarrassé de sa propension à laisser le désordre là ou il passe. « Mouais, j’imagine. Il s’amusait déjà pas mal au salon et c’est beaucoup plus ordonné que ma chambre. » La blonde hoche la tête à cette  dernière affirmation, parce qu’en effet, le salon est un million de fois plus en ordre que la chambre de Sid. Quand on y pense bien, on croirait difficilement qu’il s’agit de la même personne. Mais au fond, c’est une bonne chose, parce que ce serait un manque de professionnalisme flagrant de la part du tatoueur si l’endroit où il pratiquait son art ressemblait un tout petit peu à sa chambre.  La blonde lui sourit et le garçon hausse les épaules. « En tout cas, ne te fais pas d’illusions. Il n’y pas une pièce dans cet appart où il n’ira pas, même si tu essaies de l’en empêcher. C’est vraiment le roi de l’escapade. » Harley s’en doute, juste à le voir aller depuis tout à l’heure, il a l’air curieux et plutôt talentueux pour ce mettre les pattes dans les plats. Comme pour confirmer cette pensée, un bruit étrange ce fait entendre derrière elle.  Elle n’a même pas le temps de se retourner que Sid rigole déjà. « Tu vois, il a déjà trouvé tes rideaux. » Elle lève un sourcil puis se retourne avant d’éclater de rire à son tour. Boule-de-neige a grimpé assez haut mais maintenant, il a surtout l’air coincé. La situation est assez comique, mais Harley ce dit qu’elle devrait aller le décrocher, d’abord parce qu’il lui fait un peu pitié enchevêtré comme ça dans le morceau de tissue,  ensuite parce qu’elle n’a pas envie que l’une des petites griffes du chat déchire l’entièreté de son rideaux, ils sont neuf et elle n’a pas envie d’en racheté tout de suite.  Par contre, elle a à peine eu le temps d’esquisser un mouvement vers la porte-fenêtre que Sid  à prit les devant pour le décrocher. Il a probablement eu lui aussi, pitié pour l’animal en question.  Le jeune homme dépose  le petit monstre au sol et celui-ci, probablement vexé d’avoir dû ce faire dépendre d’une situation aussi embarrassante, s’éloigne l’air insulté vers la chambre de la blonde.  « En plus d’être curieux, il a l’air d’avoir l’orgueil démesuré. » Plaisante-t-elle.  La jeune femme sait que de base tous les chats le sont, mais celui-ci semble en avoir assez pour toute une génération. Au final, Harley et Boule-de-neige vont bien ensemble, curieux comme pas deux avec,  parfois une pointe d’orgueil (mal placé).  Par ailleurs, il a l’air aussi casse-cou qu’elle, ce qui peut être une bonne, comme une très mauvaise chose.

Son tatoué se tient près de la pile de boîte qui trône dans le salon et la survole du regard rapidement, comme s’il cherchait  la meilleure manière de procéder. Pour sa part la jeune femme ce dit qu’elle aurait peut-être dû faire un meilleur tri parce qu’à première vu, il a des cartons qui sont dans la mauvaise pièce,  comme par exemple la boîte blanche sur laquelle un étiquette indiquant qu’il s’agit de vêtement. Si ses souvenirs sont bons, celle-ci contient des robes, (qu’elle va devoir repasser vu le temps qu’elles ont passé taponné dans un aussi petit espace.) Elle a surement inversé les cartons, celui avec les robes dans le salon, et celui avec les manteaux dans la chambre. Son tatoué interrompt le fil de ses pensées. « J’ai pensé que je pourrais ouvrir les boîtes et te passer les trucs qu’il y a l’intérieur, vu que tu as une meilleure idée que moi d’où tu veux placer tout ça. » Harley lui sourit « C’est une bonne idée, aller au boulot ! Si on veut avoir fini avant la nuit. » Elle le dit en plaisantant, même si au plus profond d’elle-même la blonde aimerait mieux que se soit long, pour qu’il reste plus longtemps à ses côtés.  

À deux ils vont plutôt vite, Sid défait le ruban adhésif  regarde rapidement le contenu des boîtes et l’indique à Harley, puis celle-ci va le placer à l’endroit qui convient à chacun des articles.  Leur rythme est soutenu et après à peine une vingtaine de minutes  ils ont déjà  fini une bonne dizaine de carton.  Le jeune homme fini par ouvrir celle qui contient les robes et hausse un sourcil l’air de dire Qu’est-ce que ça fou dans le salon ? « Je crois que je l’ai inversé avec la boîte de manteaux, je vais aller la chercher. En attendant, si tu veux, tu peux continuer à placer les livres dans la bibliothèque. »

La jeune femme prend l’intruse dans ses mains puis se dirige vers la chambre pour la poser sur une pile de semblable. En suite elle se met à la recherche de celle qui est supposé remplir le placard de l’entrer.  Après environ cinq minutes de recherche elle la trouve puis se redirige vers le salon, les bras chargés.

Elle la pose au sol, près des autres et s’apprête à dire une plaisanterie, mais se fige dès qu’elle voit Sid.  Il a un drôle d’air, en fait, il est complètement livide,  il a les yeux dans le vague et on dirait qu’il  a arrêté de respirer. Harley s’inquiète et s’approche doucement de lui pour voir ce qui à provoqué cet effet sur son beau tatoué.  Elle se  fini par pouvoir voir ce que tient le jeune homme entre les doigts. Maintenant c’est autour de la blonde d’arrêter de respirer. Il n’était pas supposé tomber sur cette boîte. Elle ne comprend même pas ce qu’elle fait dans le salon. Il y a tellement longtemps qu’elle ne l’a pas ouverte. Elle pince les lèvres, ne sachant pas trop comment réagir. Habituellement, la blonde ni pense pas, enfin, pas trop. C’est enfuit dans un petit coin de sa tête et de son cœur, mais elle essai de ne jamais trop s’y attarder.  Il faut dire que la fin n’est clairement pas le chapitre le plus heureux de son existence. Même qu.au plus profond d’elle-même, ça l’a brisé, mais que faire de plus que d’accepter et de passer  à autre chose ?  Il n’y a rien de plus à faire. Elle s’approche un peu plus encore de Sid en faisant un peu de bruit cette fois, pour le prévenir de son arrivé. Il se retourne pour la regarder dans les yeux,  sauf que son regard est complètement vide. Comme s’il était loin. La jeune femme aimerait tellement savoir ce qui se cache dans les pensées du garçon.

Elle se penche puis pose ses fesses près des siennes, ne sachant pas trop quoi faire d’autre.  Les deux jeunes gens restent en silence un bon moment. Harley n’ose pas trop parler de peur de dire une connerie. L’ambiance est pesante, la blonde, mal à l’aise regarde le plafond. Habituellement, lorsqu’il y a un silence entre eux deux, il est agréable, doux. Pas à cet instant.

Après environ quinze minutes, la jeune femme soupire doucement. Le pincement au cœur.  Et décide de prendre la parole. De tout façon,  peu importe ce qu’elle décide de dire, il faut qu’elle dise quelque chose. Ils ne peuvent tout simplement pas rester comme ça. Au mieux, ils vont s’expliquer, au pire, il va partir pour ne plus jamais revenir, mais au moins, elle sera fixée. « Je… Enfin, à quoi tu penses ? » C’était ce qui la taraudait le plus. Qu’il ait été surpris est normal. S'il avait voulu lui poser des questions, ça l’aurait été aussi. Mais ce silence, cette air de fin du monde sur son visage la fait ce questionner. Et ça l’inquiète plus que le reste.




Dernière édition par Harley Sheppard le Jeu 18 Aoû - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mer 17 Aoû - 5:39

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

Sous le choc, il n’arrive pas à détacher son regard de l’échographie. Même lorsqu’il cligne des yeux, l’image lui brûle la rétine, comme si elle était imprimée au fer blanc sur ses paupières. La poitrine comprimée, il respire très mal et le manque d’oxygène crée un bourdonnement désagréable dans ses oreilles. L’infime partie de son cerveau qui arrive encore à faire preuve de rationalité lui indique qu’il devrait prendre de grandes inspirations pour dissiper la panique qui continue de monter, mais il n’y arrive tout simplement pas. Il approche l’échographie de son visage pour mieux discerner les détails flous de l'image, mais il tremble et la feuille tressaute sans cesse entre ses doigts. Il croit percevoir vaguement une présence quelque part derrière lui, une présence qui se rapproche doucement. Plus par réflexe que par réelle curiosité, il se retourne. Inquiète et visiblement secouée, Harley se tient debout tout près de lui, mais ce n’est pas elle qu’il voit. Il n’arrive pas à chasser de sa vision la silhouette noire et blanche bien définie de l’enfant. Une main se pose sur son bras et l’entraîne doucement vers le sol. Il se laisse guider par la chaleur que la paume infuse sur sa peau et s’installe par terre, reconnaissant de ne plus devoir se tenir sur ses jambes trop molles. La présence est toujours là. Il la sent bouger un peu, puis s’immobiliser juste à côté de lui. Il s’y accroche comme un noyé s’accroche à une bouée de sauvetage, convaincu qu’elle l’aidera à naviguer à travers la brume qui a envahi son esprit.

Et ça fonctionne. La présence le calme peu à peu, assez du moins pour qu’il réussisse à se concentrer sur sa respiration. Inspire. Expire. Recommence. Les yeux fermés, il se répète ces trois mots comme un mantra. Lentement, son esprit s’éclaircit et retrouve sa capacité à réfléchir. Au bout de plusieurs minutes, Sid s’est enfin remis de ses émotions. Le bourdonnement dans ses oreilles a disparu et il perçoit sans mal le silence lourd de la pièce et la tension qui émane de la jeune femme, qui est toujours installée à côté de lui. Il devrait ouvrir les yeux et se tourner vers elle, ou au moins dire quelque chose. Le problème, c’est qu’il ne sait pas quoi. Son cerveau n’est plus dans les vapes, mais il n’a pas réussi pour autant à mettre de l’ordre dans ses pensées. Alors, même s’il se sent mal de laisser Harley s’inquiéter, il s’accorde encore un moment pour trouver par où commencer. Il tend néanmoins la main à l’aveuglette pour attraper celle de la blonde. Le geste, qu’il veut rassurant, semble être une sorte de signal. Jusqu’à maintenant, elle a respecté son silence, l’a laissé se remettre de sa panique sans rien dire, mais elle a probablement atteint son seuil de tolérance, car elle prend enfin la parole. « Je… Enfin, à quoi tu penses ? » Le silence plane encore un court instant. Saisissant son courage à deux mains, le tatoueur ouvre enfin les yeux. Il tourne la tête vers Harley. Le mouvement un peu brusque et probablement inattendu la fait tressaillir. « Tu n’es pas… Ce n’est pas… enfin… maintenant? » Il n’a pas réussi à bafouiller beaucoup plus qu’un semblant de phrase parce que, juste l’idée d’exprimer clairement le fond de sa pensée, il sent le vertige le gagner à nouveau. Soucieux d’éclaircir sa question tout de même assez vague, il agite doucement l’échographie. Ce faisant, il remarque une inscription à l’arrière de la photo qui lui avait échappé. C’est une date, rien de plus, mais dès qu’il voit l’année, une vague de soulagement l’envahit. « Bordel! » L’estomac complètement allégé de l'angoisse qui lui pesait, Sid a presqu’envie d’éclater de rire, mais il se contente de renverser la tête et de passer une main encore moite de frayeur sur son visage.

Harley le regarde d’un drôle d’air et cela suffit à moduler sa joie. Il suppose qu’il lui doit des explications, mais comment lui expliquer, justement, qu’il a eu l’impression de tomber dans un gouffre en voyant l’échographie? Qu’il la croyait enceinte et qu’il se voyait déjà acculé au pied du mur, pris entre les sentiments qu’il a déjà développés pour elle et la certitude inébranlable qu’il n’est absolument pas prêt à être père? Que, pire encore, il n’est même pas certain de vouloir l’être un jour? Et que dire de tous les questionnements que cette découverte amène? D’accord, elle n’est pas enceinte en ce moment, mais elle l’a clairement déjà été. Était-ce son choix ou un hasard? Et, surtout, est-ce le genre d’expérience à laquelle elle rêve toujours? « Je suis désolé. Je… Je ne m’attendais pas à tomber là-dessus. Ça m’a… déstabilisé. » Euphémisme du siècle, bonjour! Ne sachant trop quoi ajouter, il baisse les yeux vers la boîte qu’il tient toujours en attendant les questions d’Harley. Maintenant qu’il arrive à réfléchir de façon rationnelle, il suppose que c’était plutôt stupide de penser que les images étaient récentes. Il a beau ne pas s’y connaître tant que ça, il voit bien que la grossesse était tout de même assez avancée au moment de l’échographie. Il aurait sûrement remarqué quelque chose bien avant de voir ces images, ne serait-ce que durant leur partie de jambes en l'air. Et, franchement, quelle mère en devenir garde un seul pyjama dans une boîte? Songeur, il glisse un doigt délicat sur l’une des chaussures…
(sérieusement, ça peut être si petit un pied de bébé?)
…et c’est à ce moment qu’une évidence le heurte de plein fouet.
Elle portait un enfant, il en a la preuve sous les yeux.
Un enfant, que, selon toute logique, elle attendait, parce qu’elle avait commencé à acheter de quoi l’habiller.
Un enfant qui n’est clairement pas là.
Merde.
Il se retourne vers la blonde. Les yeux pleins d’eau, elle observe elle aussi les vêtements. Sid s’en veut tout à coup de s’être montré aussi égoïste. La panique qui s’est emparé de lui l’a rendu complètement aveugle à la douleur pourtant bien évidente de la jeune femme. Ses inquiétudes lui semblent bien minimes maintenant qu’il pense à ce qu’a dû vivre sa belle. Car, peu importe l’angle sous lequel il envisage les faits, il ne voit que des issues malheureuses à la situation. Il ne sait pas ce qui s’est passé exactement, mais quelque chose a certainement mal tourné. Il remet doucement les images de l’échographie dans la boîte et dépose celle-ci juste devant eux, puis il retire sa main de celle d’Harley. Il glisse aussitôt un bras autour de ses épaules et l’attire contre lui. « Qu'est-ce qui est arrivé? » Tout ça lui rappelle leurs discussions à cœur ouvert de la dernière fois. En soupirant intérieurement, il songe que, même si cette nouvelle confidence n’avait que la moitié de l’intensité émotionnelle des autres, ils auront certainement bien mérité la délicieuse pâtisserie d’Harley qui, avec un peu de chance, contient une bonne dose de chocolat.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Jeu 18 Aoû - 17:18

Le silence pesant et l’atmosphère chargé de tension est toujours bien présent, la blonde attend une réponse à sa question. En fait non, même pas une réponse, ce serait la meilleure option, mais tout ce qu’elle veut c’est une réaction de la part de Sid. Un signe, une parole, qu’il parte en courant, mais au moins quelque chose. Il ne réagit toujours pas vraiment.  Elle n’arrête pas de tourner en boucle des questions sans réponse. Pourquoi a-t-il fallu qu’il tombe sur cette boîte. Pas l’une de celle qui trône dans le placard de sa chambre, pas l’une de celle qui l’aurait probablement fait froncer les sourcils, non, il avait fallu que ce soit celle-là. Celle qui renferme l’un des seuls souvenirs qu’elle n’a jamais partagé avec personne de son entourage. Même Terry ne le sait pas, et pourtant, ce n’est pas comme s’ils n’étaient pas  proches, c’est même tout le contraire.  Et puis, malgré que ce soit l’inquiétude qui soit au premier plan en cet instant, une pointe de colère commence à montrer le bout de son nez dans son cœur. Parce qu’au fond qu’est-ce que ça peut bien lui foutre qu’elle est déjà portée un petit bébé dans son ventre ? Qu’est-ce que ça pouvait bien changer dans sa vie à lui ? Parce que pour elle,  ça change beaucoup de chose… mais pour lui… Rien du tout. Il n’aurait même pas dû être au courant. Ce n’est pas de toute manière pas un sujet que l’on aborde après seulement deux rendez-vous. De toute façon, elle ne veut pas avoir d’enfant à tout prit, pas avec quelqu’un dont elle n’est pas amoureuse. Celui-là n’avait même pas été désiré, c’était juste arrivé, et après elle s’y était attaché, elle l’avait aimé de tout son être avant même qu’il ne soit là et puis… Parfois la vie ne vous laisse pas toujours le choix.

Elle là a ruminé ses pensées et à essayer de faire le tri dans toutes les émotions qu’elle ressent lorsque Sid se retourne assez vivement vers elle ce qui la fait tressaillir et la sort totalement de la tempête de sentiment dans sa tête. « Tu n’es pas… Ce n’est pas… enfin… maintenant? » La blonde hausse un sourcil pas certaine d’avoir bien comprit la question du jeune homme, mais avant même qu’elle n’est pu pousser ses réflexions plus loin, il lève la photo de l’échographe vers elle. Puis s’exclame. « Bordel! » Elle voit une naissance de sourire à la commissure de ses lèvres, mais elle n’a pas le temps de l’observer assez longtemps, il renverse la tête vers l’arrière puis frotte ses mains sur son visage qui à soudainement retrouvé quelques couleurs. La jeune femme plisse le front, pas trop certaine de ce qui à pu déclencher se soulagement chez la tatoué, puis en deux secondes, elle comprend. La date. Il a vu la date derrière la photo. Il a comprit que ça s’est passé il y a déjà un bon moment. Alors il croyait qu’elle était enceinte… Maintenant ? C’était ça qui lui avait foutu la trouille ? Avoir à choisir entre devenir un beau-père ou bien tout arrêter avant que ça puisse devenir sérieux entre eux deux ?

Elle a toujours les sourcils froncés, pas trop certaine que ses déductions soient les bonnes, mais elle ne voit pas qu’est-ce que ce pourrait être d’autre.  « Je suis désolé. Je… Je ne m’attendais pas à tomber là-dessus. Ça m’a… déstabilisé. » Harley le regarde une seconde puis refixe son regarde sur autre chose que les yeux du jeune homme ? Elle aurait presque envie d’éclater de rire en attendant le terme qu’il a employé. Déstabilisé, ‘était probablement l’euphémisme du siècle. On aurait plutôt dit que l’univers venait de s’écrouler sur ses frêles épaules. Ils auraient pu déclarer l’apocalypse de zombies aux nouvelles qu’il n’aurait pas été plus déstabilisé.

Sid glisse un doigt sur l’une des petites chaussures qu’elle gardait, avec le pyjama et la photo, puis d’un coup, c’est la tristesse qui la happe. Habituellement, elle n’y pense pas, enfin, pas vraiment, alors elle vit bien avec. Son cœur n’est pas (trop) en miette, mais ouvrir cette boîte ressasser les événements  de cette période la fait souffrir.  Elle aurait voulu être capable de détourner le regard, passé à autre chose, mais elle a l’impression que ses yeux sont inexorablement attirés vers le contenu de la petite boîte à chaussure.  Elle retient sa respiration, espérant retenir ses larmes qui commence déjà à mouiller ses yeux. Harley n’est pas le genre de personne à pleurer souvent. Même que ça n’arrive pratiquement jamais. Habituellement, elle garde tout en dedans et fait avec. Mais en quelques jours, elle vient de ressasser deux des pires souvenirs de sa vie en plus de toutes les émotions qu’elle ressent par rapport à Sid. Il lâche sa main qu’il avait prit plutôt, probablement dans le but de s’accrocher à quelque chose de tangible. La blonde aurait préférer qu’il ne la lâche pas, parce que maintenant, c’est elle qui a besoin de s’accrocher à quelque chose pour ne pas se faire submerger par toutes ses émotions refoulées.  Il glisse son bras autour des épaules de la jeune femme, seulement quelques secondes plus tard, mais pour la blonde, ça avait paru comme une éternité. Elle a besoin de son contact parce qu’elle est entrain de se perdre dans l’ouragan qui fait rage dans son tête et dans son cœur.

Au son de sa voix, elle se retourne vers lui, sans être capable de le regarder dans les yeux. « Qu'est-ce qui est arrivé? » Elle prend une grande inspiration pour essayer de se calmer un peu. Est-ce qu’elle a vraiment envie d’en parler ? Parce qu’elle pourrait simplement éluder la question, s’excuser et passer à autre chose. Mettre un sourire factice sur son visage puis attendre le soir pour ressasser tout ça en prenant un verre de whisky. Mais en parler ça la soulagerait peut-être. Les conversations à cœur ouvert ce n’est définitivement pas son fort, mais qu’est-ce qu’elle perdait à essayer ? Pas grand-chose.
Harley laissa planer le silence encore un moment, essayant de mettre ses idées en ordre avant de soupirer. « Il n’était pas voulu. » Elle se reprend presque aussitôt. « Enfin, pas au début. » Elle se frotte le visage à deux mains, autant pour se donner du courage avant de continuer. « Je n’en ai jamais parlé. Même pas à Terry.  Et au fond, à quoi ça aurait servi ? Il n’y avait pas d’homme, pas de bébé… Il n’y avait plus rien à dire… » Elle se força à relever la tête et regarder droit devant elle. Ça ne l’aidait pas de regarde fixement la photo et les petits souliers. « J’étais en voyage, j’avais rencontré un homme, il était beau gentil et on rigolait bien ensemble. Il m’a fait visiter la ville et puis on a finit dans son lit… » Elle laisse sa phrase en suspend, ça lui fait bizarre de parler de se genre de chose avec Sid. « En tout cas, ça l’a duré quelques jours et puis à un moment le préservatif à brisé. Le lendemain, je suis directement allée dans une pharmacie chercher la pilule du lendemain. Je ne voulais pas tomber enceinte d’un presque inconnu dont je n’étais clairement pas amoureuse. Alors on a continué de se voir pour le plaisir. » Pour baiser, elle ne l’aurait pas dit à haute voix, mais c’était principalement pour cette raison. Même s’ils s’entendaient bien et qu’ils riaient beaucoup ensemble, la blonde n’est pas certaine que s’il n’y avait pas eu le sexe, ils seraient resté en contact. « Enfin, tout allait bien, mais quelques semaines après j’ai appris que j’étais enceinte. Je ne savais pas trop comment réagir. Ce n’était pas dans le plan. Je veux dire, on avait mit un condom, j’avais prit la pilule du lendemain. J’avais tout fait pour ne pas avoir à faire avec l’éventualité d’un bébé, mais voilà, il était bien là et je ne savais pas trop quoi faire, parce que même si je ne voulais pas d’enfant dans ses conditions, je n’arrivais pas à mon convaincre d’avorter. Ça restait un être vivant et… » Et quoi au final ? Il n’y avait rien de plus à dire. C’était un être vivant, qui n’avait pas demandé à être créé, mais qui l’avait quand même été. « M’enfin, j’ai décidé de le garder. Après je me suis demandée si je devais en parler au géniteur, parce que la décision ne lui appartenait plus. J’aurais simplement pu partir comme si rien n’était entrain de se produire et il ne l’aurait jamais su. Sauf que si j’avais fait ça, j’aurais eu l’impression de lui manquer de respect. Je lui ai donc dit. Il avait le choix. Il pouvait aussi bien décidé de prendre une place dans la vie de cet enfant que dire non et je serais simplement partie. Pas de chichi, pas d’histoire. » Parce qu’elle n’en aurait pas fait de cas. Elle serait partie et le bébé aurait été de père inconnu et l’histoire se serait terminé là avec le géniteur. « Quand je lui en ai parlé, il a dit qu’il voulait assumer le rôle de père. Alors on a fait comme ça. Je veux dire, ce n’était pas idéal comme situation, mais c’était jouable. On vivait comme des amis… Qui allait avoir un enfant. Je savais qu’il couchait avec d’autre femme et pour être honnête, ça ne me faisait pas grand-chose. Je n’étais pas follement amoureuse ou un truc comme ça. Il était juste le père de mon bébé. Il venait avec moi à tous les rendez-vous médicales, il jouait bien son rôle. Et puis… » La suite c’est le côté plus tragique. Celui qui fait mal. Elle prend une bonne respiration avant de continuer. « Il y a eu cette femme. C’était une femme comme les autres, il couchait avec elle et ça allait. J’en étais à cinq mois de grossesse et tout allait toujours bien, on avait plus de la moitié du chemin de fait… En tout cas, cette femme était, elle, probablement follement amoureuse de lui et ça la faisait chier que moi je sois enceinte de lui et pas elle… Au final elle était tellement frustrée qu’elle et des gars m'ont coincé dans un coin pendant que je rentrais et m’ont tabassé. Assez solidement… En tout cas, assez pour provoquer une fausse couche. Assez pour détruire la petite chose qui grandissant en moi. Assez pour me briser le cœur. » En évoquant ses souvenirs à voix haute, Harley a l’impression qu’un couteau s’enfonce dans son cœur et que la personne qui tient l’arme la tourne dans la plaie pour la faire souffrir d’avantage. Elle ferme les yeux un instant, afin de reprendre un rythme cardiaque et respiratoire plus calme pour continuer. « En tout cas, après je suis revenue chez moi, j’ai pacté mes affaires en quatrième vitesse et je suis partie. Je ne suis jamais retournée là-bas. Je n’ai jamais revenu, ni même reparlé au géniteur. Cette histoire n’est partie de rien et c’est fini avec rien. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mar 23 Aoû - 5:55

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

D'abord, il n'est pas certain qu'elle va parler. Elle est blottie dans ses bras et, là où leurs corps se touchent, il perçoit sa respiration saccadée. Par réflexe, il resserre sa prise pour attirer la jeune femme encore plus près de lui, comme s'il essayait de créer une sorte de cocon protecteur autour d'elle. Il sait qu'elle est courageuse et farouche, totalement indépendante et, surtout, habituée à se démener toute seule avec ses problèmes. C’était probablement déjà sa nature, mais il se doute bien que ses voyages ont exacerbé ce trait de sa personnalité. Il se demande si elle va se confier, si elle sera assez à l’aise pour raconter ce qui l’a blessée. En attendant, le tatoueur reste silencieux. Il essaie de lui transmettre un peu de réconfort en lui offrant une épaule sur laquelle elle peut se reposer, même si elle décidait de ne pas y déverser toute sa peine. Il n’est pas du tout convaincu d’y arriver, mais persévère tout de même en rongeant son frein.

Elle finit pourtant par inspirer profondément, peut-être pour se donner une contenance, ou peut-être pour avoir le courage de se lancer. « Il n’était pas voulu. » Sid n’est pas vraiment surpris que son histoire commence ainsi. Il ne connaît pas tout sur elle, loin de là, mais il s’imaginait mal une voyageuse aguerrie comme elle choisir de donner naissance à un enfance à des milliers de kilomètres de chez elle. « Enfin, pas au début. » Cette deuxième affirmation ne le surprend pas non plus. Si elle ne s’était pas attachée à ce petit bout d’humain, elle n’aurait pas gardé cette boîte à souvenir aussi longtemps et, surtout, elle n’aurait pas ce voile de tristesse dans le regard en parlant de lui. La blonde prend une courte pause et Sid respecte son silence. Elle passe ses mains sur son visage et, malgré ses paumes qui dissimule une bonne partie de son expression, Sid a l’impression qu’elle est complètement défaite. Incapable ne rien faire, il pose un baiser délicat sur sa tempe en attendant qu’elle trouve le courage de continuer. « Je n’en ai jamais parlé. Même pas à Terry. » Cette fois, il est surpris. Heureusement, la jeune femme est trop perdue dans ses souvenirs pour remarquer la stupeur qui s’est étalée sur son visage. C’était déjà énorme qu’elle lui ait révélé son terrible secret alors qu’ils venaient tout juste de se rencontrer, mais, au moins, elle s’était déjà confiée à son frère. Or, voilà qu’elle s’apprête qu’elle s’apprête à lui raconter qu’elle chose qu’elle n’a jamais raconté à qui que ce soit. C’est un cadeau précieux qu’elle lui fait, un cadeau qui le bouleverse plus qu’il ne voudrait l’admettre. Il ne comprend pas exactement ce qu’il a fait pour mériter une telle confiance en si peu de temps, mais il se promet de tout faire pour ne jamais la trahir. Ç’aurait été si facile, après tout, de ne rien dire. Elle n’avait qu’à sourire et à affirmer que ce n’était qu’une erreur de parcours déjà lointaine. Il ne l’aurait probablement pas crue, mais il n’aurait pas insisté non plus. Elle a recommencé à parler. Sa voix tire Sid du tourbillon de pensées dans lequel son esprit s’était engouffré et il se concentre sur ce qu’elle raconte. Plus il l’écoute raconter son histoire, plus il sent l’appréhension le gagner. Il a l’impression d’être en train d’écouter l’un de ces films d’horreur qu’il affectionne tant. Il sait que le punch horrible, celui qui vous glace le sang et vous hante pendant des jours, est sur le point de se produire. La différence, c’est que d’habitude, il peut se dire que ce n’est qu’une histoire. Mais pas maintenant. Ce punch horrible, quel qu’il soit, s’est véritablement produit et a changé la vie de la femme qu’il tient en ce moment entre ses bras.

La fin du récit est tout aussi pénible qu’il l’avait imaginée. Lorsqu’Harley se tait finalement, le silence reprend ses droits pendant que Sid cherche désespérément les bons mots, ceux qui pourraient atténuer l’horreur de la situation. « Je suis désolé. » Il se sent bête de s'excuser ainsi. Ce n'est pas comme s'il avait eu quoi que ce soit à voir avec cette histoire. Ce n'était pas lui, l’imbécile qui ignorait que sa nouvelle flamme était complètement folle. Et ce n’est certainement pas sa faute non plus si la folle en question était jalouse au point de vouloir détruire la vie de quelqu'un d'autre. Pourtant, ce sont les premiers mots qui lui sont venus dans sa quête désespérée. Et n’est-ce pas ce qu’il convient de dire dans ces cas-là? De toute façon, il est vraiment désolé d'apprendre ce qui lui est arrivé et, surtout, d'être la raison pour laquelle elle a été obligée de se replonger dans ces pénibles souvenirs. Dire qu'il espérait en découvrir plus sur elle… S'il avait su qu'il tomberait sur un tel squelette, il n'aurait jamais ouvert cette fichue boîte. Il l’observe de biais, étonné par sa force de caractère particulière. Il se surprend même à éprouver de l’admiration pour elle.

En parlant, la blonde avait cessé de contempler les vêtements et les images, mais Sid remarque que, maintenant qu’elle a terminé son histoire, ses prunelles ont migré d’elles-mêmes vers la boîte, comme inexorablement attirée par les souvenir qu’elle contient. Ressasser le passé est loin d’être ce qu’il faut pour retrouver le moral, Sid le sait pour l’avoir lui-même fait à plusieurs reprises, aussi décide-t-il de prendre les choses en mains. Sans retirer son bras des épaules d’Harley, il se penche un peu pour attraper le couvercle de la boîte qu’il avait laissé tomber sur le sol. Avec respect, il le dépose à sa place, scellant à nouveau les souvenirs dans leur cercueil de carton. Puis, il glisse un doigt sous le menton de sa belle pour l’obliger à relever la tête. Il croise son regard encore un peu vitreux et lui sourit doucement. « Tu sais ce qu’on va faire? » La question est rhétorique et il enchaîne sans attendre de réponse. « On va emballer le dessert que tu as préparé et on va aller le manger sur la plage. Ça te changera les idées et on pourra toujours revenir s’occuper des cartons après. » De toute façon, au rythme où ils allaient avant la malencontreuse découverte, ils n’auraient jamais eu de quoi s’occuper pour la soirée. Le tatoueur écarte doucement la jeune femme de son flanc, mais glisse aussitôt sa main dans la sienne pour ne pas briser complètement le contact qui les lie. « Allez, viens. En plus, je connais l’endroit parfait pour un pique-nique. » La jeune femme accepte de se lever avec un peu d’aide de la part de Sid. Ce dernier dépose la boîte avec les autres cartons, puis entraîne la blonde vers la cuisine. « Je te promets même de ne pas regarder la pâtisserie avant qu’on soit arrivés, pour ne pas gâcher la surprise. » Afin de prouver sa bonne foi, il va s’accouder au comptoir, les yeux bien fermés et le nez en l'air.

Un quart d’heures plus tard, il gare sa voiture dans l’un des stationnements qui longent son « petit bout de plage », comme il l’appelle. C’est une bande de sable qui fait partie d’une plus grande plage publique, mais qui, séparée du reste par un bout d’océan, n’est pas envahie par les foules. À cette heure-ci, d’ailleurs, elle est vide, ce qui fait particulièrement plaisir à Sid. Il espérait que ce serait le cas et qu’Harley pourrait profiter de la sérénité de son petit coin de paradis. Il lui ouvre la portière et, tout en lui tenant la main, la guide jusqu’au bord de l’eau. « Je viens souvent ici pour dessiner ou juste pour relaxer. » Il inspire une grande bouffée d’air marin, retrouvant aussitôt le calme et la sérénité qu’il éprouvait déjà enfant en jouant dans le sable des plages de Melbourne.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mer 7 Sep - 18:55

La blonde termine son récit et le silence s’abat entre les deux jeunes gens. Pas aussi lourd que les autres. Sid ne dit rien, et pour le moment, elle lui en est reconnaissante. La jeune femme tâche de mettre de l’ordre dans son cœur et dans ses idées qui sont encore un peu brouillon à cause de l’émotion causer par le moment. Elle n’aurait pas pensé parler de ça aujourd’hui, en fait, elle n’aurait même pas pensé revoir le contenu de cette boîte de pandore dans l’immédiat. Elle n’arrive pas à la jeter, certes, mais elle ne la regarde pas tous les jours non plus. À quoi bon se faire souffrir d’avantage ? C’est un souvenir, un souvenir précieux même et il marque très certainement une partie importante de son existence, même si au final, cela a duré moins d’une année.  

Harley se demande si en parler à son tatouer lui a fait du bien. Parce que la raison qui l’avait poussé à parler était d’abord qu’elle n’avait rien à perdre à le faire.  Dans le pire, elle n’aurait sentie aucune différence, dans le meilleur un poids énorme aurait quitté ses frêles épaules.  Mais elle pour l’instant elle ne sent pas grand-chose. Un trou béant est toujours dans sa poitrine et une douleur indescriptible lui déchire encore les entrailles.  C’est une sensation étrange que d’avoir l’impression qu’on a perdu quelque chose alors qu’au finale, rien n’avait vraiment commencé.  Parce qu’elle n’avait pas quitté un homme, il ne lui avait pas brisé le cœur, enfin, pas par rapport à leur relation, le bébé n’était même pas né ! C’est comme si elle avait tout perdu avant même d’avoir réellement vécue la chose. C’est tellement illogique aux yeux de la blonde, mais la logique ne régit malheureusement pas les émotions humaines.  Et elle a beau être plutôt douée pour contrôler les aspects émotionnels de sa vie, certaines chose, parfois, sont dure et malgré toute la bonne volonté de la jeune femme à les enfouir au plus profond de son cœur, parfois la douleur refaisait surface.

« Je suis désolé. » Harley ne retourne pas la tête aux quelques mots du garçon. Pas qu’elle ne leur accorde pas d’importance, juste qu’il n’a pas à l’être et que de toute façon, c’est le genre de chose que les gens disent dans ce genre de situation.  Quoi dire de plus de toute façon ? Il ne pouvait vraisemblablement pas ressentir sa douleur, parce qu’il n’a rien vécu de tel. Elle ne croit pas qu’il ne la comprend pas ou qu’il s’en fou, bien au contraire, elle le sait qu’il est prêt à la supporter et à l’écouter simplement à la façon dont il la serre dans ses bras. Pour cela, elle lui en est reconnaissante. Pour aujourd’hui, pour l’autre jour. Sid Baeur lui fait indéniablement du bien. Par ailleurs, elle a une facilité étrange à lui parler et sans savoir pourquoi exactement, elle lui fait confiance.  Et elle sent que c’est réciproque.

Le jeune homme, sans la lâcher se penche vers l’avant et il ramasse quelque chose devant eux. Elle le voit en périphérique de son regard, mais ne le regarde pas réellement. Depuis qu’elle a arrêté de parler, ses yeux se sont reposés sur le contenu de la petite boîte.  L’une des raisons pour lesquelles elle ne l’ouvrait pratiquement jamais c’est qu’elle n’arrive plus à en détacher son regard, comme si elle s’accrochait à la vison de la photo, des minuscules souliers et du petit pyjama.  

Le tatoué, comme s’il avait lu dans ses pensées, repose délicatement le couvercle, sur la boite, pour sceller de nouveau  l’une des plus difficiles parties de sa vie.  Elle le remercie intérieurement de l’avoir fait. S’il avait attendu qu’elle le fasse, il aurait attendu longtemps et puis ressassé ses souvenirs douloureux de la ferait pas avancer. Probablement qu’un jour la sensation de vide dans son cœur s’amenuiserait, probablement aussi qu’elle finirait par y repenser et par ouvrir cette boite sans souffrir, mais pour le moment, elle en est incapable.

Sans la lâcher, il glisse doucement l’un de ses doigts sous le menton de la jeune femme pour l’obliger à relever les yeux afin qu’il plonge son regard dans le sien.  Il lui sourit doucement,  et son sourire la rassure un peu. Sa présence lui fait du bien. « Tu sais ce qu'on va faire ? » Elle s’apprête à hocher la tête, mais avant même qu’elle ne réagisse, il prend la parole. « On va emballer le dessert que tu as préparé et on va aller le manger sur la plage. Ça te changera les idées et on pourra toujours revenir s'occuper des cartons après. » Ça ressemble plus à un ordre qu’à une proposition, mais elle  au final elle ne voit pas d’objection à le suivre. Elle a besoin de s’aérer les idées de toute façon. Et puis… Tant qu’elle peut être avec lui, elle le suivra. Le tatoueur d’écarte doucement, mais reprend le contact rapidement en lui prenant délicatement la main. « Aller, viens. En plus, je connais l'endroit parfait pour une pique-nique. »  Sid se lève d’abord elle accepte, il l’aide à se relever. De l’autre main, le jeune homme tient toujours la boîte et il la dépose sur l’une des piles de cartons qui restent dans le salon avant d’entraîner Harley vers la cuisine.  « Je te promets même de ne pas regarder la pâtisserie avant qu’on soit arrivés, pour ne pas gâcher la surprise. » Elle sourit doucement à ses paroles, puis comme pour appuyer la véracité de ses dires, le tatoueur va s’accouder au comptoir les yeux bien fermés et la tête tourner vers le plafond. En le voyant dans cette position la blonde ne peut s’empêcher de rire un peu.

Elle se dépêche d’emballer le tout dans un contenant opaque, pour garder la surprise puis  regarde Sid qui se tient toujours dans sa drôle de position. « Bon, voilà, tu peux ouvrir les yeux. » Elle lui sourit avec le plat sous le bras. Même si son ton n’est pas aussi enthousiaste qu’à l’accoutume, elle est quand même curieuse de voir l’endroit qu’il veut lui montrer. Alors avec un petit sourire elle lui demande. « Alors, ou m’emmènes-tu ? » Il la regarde, un aire de mystère sur le visage et l’entraîne vers sa voiture.

Une quinzaine de minutes plus tard, Sid gare son véhicule devant le long de la plage. C’est un petit bout de sable un peu à l’écart. En plus, il n’y a personne, c’est totalement vide et la vue sur l’océan est absolument magnifique.  Le jeune homme sort de sa voiture en premier et fait le tour pour aller ouvrir la portière du côté passager. Il lui tend la main et La blonde l’accepte sans broncher, l’autre main prise par son dessert encore bien emballé. Il la guide tranquillement jusqu’au bord de l’eau  « Je viens souvent ici pour dessiner ou juste pour relaxer. »  Elle hoche la tête, le regarde perdu dans les vagues au loin. C’est un endroit apaisant en plus d’être un endroit absolument magnifique. L’air marin lui fait du bien et le bruit de l’eau remué par le courant est relaxant. Elle inspire un grand coup puis s’éloigne un peu pour aller poser ses fesses sur le sable. Sid l’imite en lui prenant la main puis il reste un moment comme ça, en silence, à profiter du moment présent.

La jeune femme finit par plier le front, puis, déjà en meilleure forme, éclate de rire. Sid se retourne vivement et le regarde  les sourcils froncés et un énorme point d’interrogation dans le visage.  Après avoir repris son souffle la jeune femme lui explique. « J’ai oublié les ustensiles et ce n’est pas le genre de dessert qui se mange bien avec les doigts.  » Elle ouvre le plat et dévoile une somptueuse  mousse, chocolat, vanille et petit fruit, avec une mince couche de gâteau au fond.

Elle prend son doigt, le glisse dans la mousse puis, faisant mine de l’approcher de sa bouche, bifurque rapidement vers la joue de Sid. Le jeune homme a l’air ahuri et elle éclate de nouveau de rire. « Maintenant, je n’ai plus qu’à lécher. » Elle le dit en rigolant, mais elle aussi avait besoin de détendre l’atmosphère, trop d’émotions négative, ce n’est pas fait pour elle. Elle déteste se morfondre et ce sentir comme une loque, surtout qu’elle commence à peine à remonter la pente depuis le viol.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mar 13 Sep - 6:26

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

En sortant de la voiture, Harley se laisse guider jusqu’à la rive. Debout, elle observe en silence l’océan qui s’étend à perte de vue devant eux. Les vagues viennent lécher la rive, tellement près d’eux qu’elles leur frôlent les pieds, avant de se rétracter dans un doux chuintement. Sid, lui, observe la jeune femme plutôt que le paysage. Elle a repris un peu de couleurs, ce qui lui donne l’air moins défait qu’à l’appartement. Il devine que l’air du large l’aide à mieux respirer. Sid aussi respire mieux dans ce petit bout de nature, comme si la lourdeur de l'atmosphère à l'appartement lui avait plombé les poumons. Elle n’a rien dit, mais ce n’est pas comme si elle avait vraiment besoin de le faire. Juste à la courbe de ses épaules qui s’est un peu affaissée, comme libérée d’une tension insupportable, il comprend que sa tristesse se dissipe tranquillement. Après un moment, elle se détourne du paysage et va s’assoir sur le sable. Elle choisit un endroit un peu plus éloigné de la rive pour que la marée qui monte tranquillement ne vienne pas leur mouiller trop vite les fesses. Sid lui emboîte le pas et se laisse tomber sur le sol à côté d’elle. Installé en tailleur, il replie ses longues jambes sous lui. Leurs mains se trouvent aussitôt, attirées comme des aimants et il savoure ce contact qui, même minime, les relie. Il lorgne vers le plat, mourant d’envie de savoir ce qu’il dissimule derrière ses parois désespérément opaques. Malheureusement, Harley n’a pas encore esquissé un geste vers le couvercle et, comme il n’a toujours pas réussi à développer cette vision aux rayons X dont il rêvait gamin… Il n’a guère le choix d’attendre et de rêvasser. Il songe à ce foutu dessert, à ce qu’il pourrait bien être. D’un côté, le tatoueur espère que ce sont des cupcakes comme ceux de la dernière fois, mais, de l’autre, il ne serait pas déçu d’essayer autre chose. Il est certain qu’elle pourrait rendre n’importe quelle pâtisserie absolument divine et il lui tarde de goûter celle qu’elle a préparée pour leur soirée.

Comme il devine son estomac sur le point de crier famine à force de penser à de la bouffe, il décide de laisser son esprit vagabonder. Sans grande surprise, il revient aussitôt à cette petite boîte à l’air si inoffensif. Il se demande ce qu’Harley a pensé de sa réaction, qui lui a sûrement parue un peu extrême pour la situation, d’autant plus qu’il n’a rien expliqué, lui. Il mordille sa lèvre inférieure, ignorant le raclement de ses dents contre le métal de son piercing. C’est con, mais en voyant la photo de l’échographie, il avait eu l’impression de plonger en plein cauchemar. Ses pensées tourbillonnent et virevoltent, se succède à une telle vitesse qu’il a à peine le temps de les comprendre. En grandissant, tout ce qu’il a connu, c’est la pression qui pesait à tout moment sur ses épaules. Il était responsable de sa sœur et, même s’il ne regrette pas de s’être occupé d’elle, il ne peut pas se faire d’illusions : il passait toujours deuxième, un fait qui a fini par le marquer. C’était toujours les besoins et les désirs de Caro qui étaient comblés les premiers parce qu’il le fallait, tout simplement. En fuyant Melbourne, Sid suivait son instinct pour la première fois et abandonnait tout derrière lui. Il avait fallu la mort de sa mère pour le pousser à le faire et, en un sens, cette tragédie avait été libératrice parce qu’à Brisbane, il avait enfin trouvé la liberté, la vraie. Il pouvait enfin faire ce qu’il voulait exactement quand il le voulait sans avoir à s’inquiéter de qui quoi que ce soit d’autre que lui-même. Cet apprentissage de la liberté ne s’était pas fait sans heurts, il avait bien failli s’y perdre et, aussi égoïste que cela puisse paraître, il ne voulait pas renoncer à cet équilibre fragile entre liberté et responsabilité qu’il avait réussi à construire. À travers tout ça, il n’a jamais vraiment pensé à devenir père. Si l’idée lui effleurait l’esprit, il la repoussait sans même en ressentir un pincement au cœur. D’ailleurs, aucune de ses relations ne lui avait paru assez sérieuse pour qu’il se pose véritablement la question.
(sauf, ironie du sort, peut-être celle-ci? un jour...)
En voyant la photo, il avait figé parce qu’il avait tout à coup été confronté à quelque chose qu’il n’avait pas du tout envisagé. Et, plus il regardait cette image, plus il se rendait compte qu’en fait, il n’était pas prêt du tout à dire adieu à cette liberté qu’il avait tant attendue. Pas tout de suite en tout cas. Peut-être même jamais. Il avait eu peur de devoir faire le choix le plus injuste de sa vie : plonger tête première dans une situation pour laquelle il n’était pas du tout préparé, ou abandonner quelque chose de prometteur. Et étonnamment, encore plus que la possibilité de se retrouver beau-père, c’est l’idée de devoir renoncer à sa relation avec Harley qui lui avait glacé le sang à ce point. Il relève un peu la tête pour scruter le ciel strié d’orange, de rose et de mauve. Dire que malgré toutes les confidences de la jeune femme, il n’avait pas songé un instant à fuir. Qui aurait cru qu’un petit bout d’humain réussirait presque là où l’humanité dans toute son horreur avait échoué?

Harley laisse échapper un rire aussi cristallin qu’inattendu. Arraché à ses pensées et momentanément déstabilisé, Sid tourne brusquement la tête vers elle. Visiblement, la blague lui a échappé pendant qu’il était occupé à réfléchir, mais ça ne le dérange pas tant que ça. Il est juste heureux et honnêtement un peu soulagé de voir que la jeune femme retrouve tranquillement son entrain habituel. « Qu’est-ce qui se passe? » Essoufflée par son fou rire, elle ne répond pas tout de suite. Sid, lui, sourit en la regardant à la dérobée. « J’ai oublié les ustensiles et ce n’est pas le genre de dessert qui se mange bien avec les doigts.  » Elle n’a qu’à mentionner le dessert pour que sa curiosité soit de nouveau piquée. Il ne peut s’empêcher de se redresser et d’étirer le cou pour mieux voir ce que le plat contient. Évidemment, elle fait exprès de dissimuler son dessert jusqu’à la dernière seconde et, s’il n’avait pas été aussi émerveillé par le chef-d’œuvre pâtissier qui se dévoile à ses yeux, il aurait sans doute été vexé. Peu importunée par l’absence d’ustensiles, Harley plonge un doigt dans la mousse, fracassant sans le moindre remords sa surface parfaite. Sid s’apprête à l’imiter, mais n’en a pas le temps. Il est interrompu dans sa lancée par le doigt d’Harley qui vient étaler de la mousse sur sa joue. « Maintenant, je n’ai plus qu’à lécher. » Stupéfait, il reste immobile une seconde ou deux avant d’éclater de rire à son tour. Bon joueur, il tend sa mâchoire, où s’est retrouvé la plupart de la crème au chocolat. Il en profite pour plonger un doigt dans le dessert. « J’aimerais bien goûter moi aussi. » Il imite la blonde, mais plutôt que de viser la joue, il étale sa couche de chocolat sur ses lèvres. Il se penche vers sa belle et l’embrasse d’abord tendrement, puis de plus en plus langoureusement, jusqu’à ce que la moindre parcelle de mousse ait disparu. Lorsqu’ils se séparent enfin pour avaler une bouffée d’air, il sourit. « C’est pas si mal finalement sans cuillère. » Hypnotisé par l’éclat moqueur qui brille dans ses yeux bleus si expressifs, il songe que, si elle n’avait pas été aussi bouleversée en quittant son appartement, il croirait qu’elle a fait exprès d’oublier les ustensiles.

Perdu dans le moment, il est surpris par une pensée qui lui coupe le souffle. Si, à ce moment précis, il pouvait se trouver n’importe où, il choisirait exactement ce bout de plage, avec cette mousse au chocolat défigurée et la belle qui l’a préparée. C’est comme si, pour une fois, il se trouvait au bon endroit au bon moment et, soudain, il a terriblement envie de partager ce sentiment avec la blonde. Pendant un moment, les mots lui échappent, jusqu’à ce que le bruit des vagues attire son attention. Et, juste comme ça, il a trouvé sa réponse. « Je t’ai dit que je venais souvent ici. Ce n’est pas un hasard. J’ai toujours aimé l’océan, même quand j’étais tout petit. Le bruit des vagues, l’odeur du sel dans l’air, c’est magique… Ça m’a toujours procuré un sentiment de calme, d’apaisement. Tu… » Il détourne les yeux un instant, vaguement gêné tout à coup à l’idée de paraître beaucoup trop fleur bleue. Il se force pourtant à ramener ses prunelles vers celles d’Harley, qui le questionnent, mais attendent patiemment la suite. « Tu es comme l’océan. Je me sens aussi bien avec toi que lorsque je suis au bord de l’eau. » Il sent le rouge lui monter aux joues, mais il ne bronche pas. Il veut qu’elle comprenne ce qu’il essaie de lui dire et qu’elle voie la sincérité dans son regard. Il veut qu’elle comprenne que c’est l’une des choses les plus significatives qu’il puisse lui dire pour exprimer ce qu’il ressent sans utiliser ces deux mots qu’ils redoutent probablement tous les deux et qui viendraient tout gâcher.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mer 28 Sep - 16:54


You made my heart go bang.

L’amour n’est pas quelque chose
que tu trouves. L’amour est 
quelque chose qui te trouve.
Sid & Harley

Sid fige un instant ce qui fait rigoler encore plus la blonde, mais rapidement il reprend ses esprits en éclatant de rire et il tend la joue, bon joueur, à Harley pour que celle-ci se nourrisse de mousse au chocolat de la meilleure façon qui soit : C’est-à-dire sur le corps du jeune homme.  Elle l’embrasse doucement sur la mâchoire pour retirer tout le dessert qui s’y trouve.  Elle a beau avoir fait ça pour rigoler, l’embrasser de cette façon lui donne envie de plus. En fait juste la présence de son tatoué lui donne envie de bien plus. La blonde n’a jamais eu la libido bien loin, et elle-même si elle ne s’est jamais engagée dans une relation sérieuse, elle ne s’est jamais privée pour sa de profiter des bonnes choses de la  vie, en l’occurrence le sexe.   Elle ne se considère pas comme une salope ou un truc du genre, c’est plutôt qu’au fond elle n’a jamais vécu au même endroit plus de quelques mois  alors pourquoi chercher plus loin, pourquoi ouvrir son cœur à quelque chose qui n’aurait aboutie à rien. Certaine personne lui avait ouvert le leur et elle avait embarqué pour voir. Parce qu’elle les aimait bien, parce qu’elle rigolait bien avec eux, parce que les parties de jambes en l’air étaient exquises, mais jamais parce qu’elle les aimait d’amour. Elle n’a même jamais dit  je t’aime à quelqu’un, enfin, si, mais pas de cette façon. Pas comme déclaration d’amour.  Alors le sexe, les relations sans prise de tête, où les deux parties savent à quoi s’en tenir, c’est l’idéal pour une fille comme elle.  Pas de cœur brisé, et au moins elle ne se sent pas coupable d’avoir fait du mal à quelqu’un.  
 
 
Trop occupé à embrasser la mâchoire carré et totalement sexy de Sid,  elle ne remarque pas celui-ci qui vient de tremper ses doigts dans le chocolat. Lorsqu’elle s’éloigne un peu de lui il a un éclat moqueur dans ses yeux. Elle fronce légèrement les sourcils, septique pour la suite. Mais elle attend de voir. « J’aimerais bien goûter moi aussi. » Elle lui sourit, amusé qu’il ait embarqué dans son petit jeu. C’est l’une des choses géniales entre Sid et elle : Cette connexion, le fait qu’ils peuvent dire ou faire n’importe quoi et que l’autre va comprendre presque tout de suite.
 
Elle s’apprête à tourner la tête pour lui tendre la joue, mais il l’en empêche d’une main, de l’autre, il lui étampe de la crème au chocolat sur les lèvres.  Il se penche puis l’embrasse, d’abord doucement puis de plus en plus passionnément. Son cœur s’emballe et des papillons se mettent à voler dans son ventre. Jamais un homme (ou une femme) ne lui avait fait autant d’effet avec un simple baiser. Oui la blonde avait déjà eu de forte affinité avec certaine personne, mais jamais comme ça. Avec son tatoué tout est différent, plus fort, plus beau.  Il glisse sa main libre, celle sur laquelle il n’y a aucun résidu chocolaté, dans ses cheveux.  Un frisson de plus parcourt le corps de la jeune femme.
 
Il met finalement fin au contact de leurs lèvres puis s’éloigne.  La blonde, le laisse faire, même si c’est un peu à contrecœur,  parce qu’elle aurait pu continuer à l’embrasser encore des heures sur ce petit bout de plage. Il lui sourit, un air taquin sur le visage.  « C’est pas si mal finalement sans cuillère. » La blonde éclate de rire. C’est vrai que ce n’est pas si mal. Et puis, si elle n’avait pas été aussi chamboulée avant de partir, elle aurait peut-être fait exprès de les oublier les ustensiles…
 
Il la fixe dans les yeux de ce regard que seul lui pose sur elle. Elle est comme hypnotisé par celui-ci. Après le viol, elle avait arrêté d’y croire. De croire au fait que rien n’arrive pour rien. Toute sa vie elle a essayé de voir le bon  côté, le beau côté, le positif. Mais toute sa vie on lui avait envoyé des épreuves, d’abord ses parents qui l’ont rabaissé et qui même aujourd’hui continuent à le faire. Mais elle s’est détachée d’eux. De toute façon, elle a toujours eu Terry, son jumeau qui l’a soutient et pour qui elle serait prête à tout. Littéralement tout pour lui, probablement même à mourir s’il le fallait. L’amour inconditionnel qu’il a pour lui ne s’égrainera jamais. C’est son âme-sœur et elle l’aime de tout son cœur. Beaucoup plus tard, il y a eu le bébé. Cette petite crevette qui n’était pas désiré, mais qui malgré tout a pris une place énorme dans son cœur. Même s’il n’avait jamais quitté son ventre elle l’avait aimé de tout son être.  La chair de sa chair. Mais lorsqu’on lui avait perdre, parce que ce n’était ni un hasard, ni un accident, tout son être s’était brisé. Mais malgré tout, la jeune femme avait relevé la tête et était partie. Elle refoule encore cette blessure aujourd’hui, et même si elle ne se l’avouera pas, elle regrette qu’il ne soit pas venu au monde, elle regrette de ne pas avoir d’enfant. Mais avoir un enfant avec qui ? Jamais elle n’a eu de relation assez sérieuse pour que ça aboutisse à un gamin… Finalement, il y avait eu le viol et ça l’avait brisé. Peut-être que c’était trop en peu de temps ? Peut-être que c’est pour ça qu’elle n’a pas pu relever la tête comme tous les autres fois ? Peut-être aussi que la culpabilité avait joué un rôle important dans cette histoire ? Parce que les autres fois, c’était hors de son contrôle, elle n’avait pas choisi, ni regretté ses choix, mais pour cette nuit-là, c’était différent. Tout était de sa faute. Elle a été stupide et imprudente, mais après avoir vécu autant et s’être relevé chaque fois, est-ce normal de ne plus y croire ?  Mais depuis sa rencontre avec Sid, elle y croit. Elle recommence à y croire.  Et elle espère. Le regard toujours perdu dans celui du jeune homme, elle lui sourit. Parce que sans même le savoir, il lui fait du bien.
 
« Je t’ai dit que je venais souvent ici. Ce n’est pas un hasard. J’ai toujours aimé l’océan, même quand j’étais tout petit. Le bruit des vagues, l’odeur du sel dans l’air, c’est magique… Ça m’a toujours procuré un sentiment de calme, d’apaisement. Tu… » Elle hoche la tête pendant que lui détourne le regard un instant, l’air gêné. Elle se demande où il veut en venir, qu’est-ce qui le gêne à ce point. Après tout, tellement de chose avait été dite déjà entre eux. Ses yeux se posent  à nouveau sur elle, il prend une grande inspiration et reprend la parole. « Tu es comme l’océan. Je me sens aussi bien avec toi que lorsque je suis au bord de l’eau. » Le jeune homme rougit, mais la jeune femme le remarque à peine, trop touché par les mots du garçon.  Parce qu’elle sait ce que ses mots veulent dire. Et c’est probablement la plus belle chose qu’on lui a dite dans sa vie. Elle lui sourit gentiment avant de posé délicatement sa main sur sa joue et de s’approcher pour poser doucement ses lèvres contre les siennes.  Ce baiser, elle le veut charger d’émotion, de toutes les émotions qu’elle n’est pas certaine de savoir comment les mettre en mot. Elle sait qu’elle devrait répondre, ou au moins dire quelque chose, mais elle a peur de dire ou de faire ce qu’il ne faut pas. Elle a peur de gâcher le moment.  Elle a peur que tout ça, lui, le moment, eux, lui glisse entre les doigts. Alors elle continue de l’embrasser avec tout l’amour dont elle est capable.  Parce que c’est la seule chose qu’elle se croit en mesure de faire. La jeune femme n’a jamais été douée avec ses sentiments, d’autant plus que pour la première fois de sa vie ils sont là, réels, et qu’elle est terrorisé à l’idée d’avoir mal une nouvelle fois. Elle est terrorisé à l’idée de le perdre lui et cette parcelle de bonheur qu’il fait naître dans son âme chaque fois qu’il est là. Elle l’aime. Et elle ne peut plus le nier, même si dans son esprit c’est impossible, même si elle ne comprend pas comme c’est possible après si peu de temps.  Même si elle ne veut pas se l’avouer et encore moins lui avouer à lui, elle l’aime de tout son cœur. 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Lun 3 Oct - 6:22

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

Il lui faut tout son courage pour ne pas flancher, pour résister à l’envie furieuse de détourner le regard, car il craint ce qu’il pourrait lire dans les yeux de sa belle. Dans sa poitrine, son cœur se débat tellement violemment qu’il entend le sang battre à ses tempes. Comprendra-t-elle ce qu’il essaie de lui dire? Tout va tellement vite entre eux qu’il peine lui-même à suivre le fil de ses pensées parfois. Même s'ils partagent une connexion surréaliste, la blonde ne se trouve tout de même pas dans sa tête et il ne lui en voudrait pas si le véritable sens de ses paroles lui échappait. Peut-être serait-il déçu, tout au plus. Non, le pire serait qu’elle comprenne et qu’elle décide de prendre ses jambes à son cou. Cette possibilité lui glace le sang.  Dans ce moment de flottement qui s’étire et s’étire encore, nourri par les secondes qui s’égrènent lentement, il n’arrive pas à ignorer la terreur froide qui l’envahit dès qu’il pense que tout ça pourrait lui glisser entre les doigts. La vie est un équilibre tellement fragile; un geste tout simple ou un mot mal placé suffit parfois à tout déconstruire. Et s’il avait déballé ses sentiments au mauvais moment? Et si cette confession était le grain de sable qui faisait pencher la balance du mauvais côté? Il aurait tout gâché. Il aurait échoué à l’une des épreuves les plus importantes de sa vie. Ce serait sa faute et celle de personne d’autre, et il est convaincu qu’il ne se pardonnerait jamais une chose pareille. Jamais.

Elle bouge finalement.
Pas pour courir. Pas pour s’enfuir.
Pour poser une main délicate sur la joue de Sid, qui, au bord du gouffre, retient son souffle.

Il croit qu’elle va parler, mais n’a toujours aucune idée de ce qu’elle va répondre. La gorge serrée, il se prépare à encaisser un choc brutal pour son système. Le silence s’éternise, mais ce n’est pas grave parce qu’il a enfin compris qu’elle n’a pas l’intention de dire quoi que ce soit. Elle s’avance doucement pour traverser les quelques centimètres qui les séparent. Jamais une si courte distance ne lui aura paru si longue et, lorsque leurs lèvres s’effleurent enfin, il laisse échapper un soupir de soulagement. D’abord purement chaste, le baiser se transforme rapidement. Même si, en apparence, ils s’embrassent comme ils l’ont fait si souvent depuis ce film qu’ils n’ont pas vraiment écouté, ils savent tous les deux que c’est quelque chose de différent et d’infiniment plus profond.

Et Sid comprend.
Il comprend que, si Harley n’a pas répondu, c’est parce qu’elle en est incapable. Que ce baiser, c’est sa façon à elle de lui communiquer ce qu’elle ressent.
Et il sait qu’ils vivent un moment important et qu’un jour, ils comprendront exactement sa signification. Mais pour l’instant, il ne veut plus réfléchir. Il ne veut plus penser. Il ne veut plus s’interroger sur le pourquoi ou le comment. Il veut juste se perdre dans le moment, tout oublier et profiter de chaque parcelle de la femme qui se trouve avec lui sur cette plage, une femme qui l’a inexplicablement choisi parmi toutes les autres personnes de cette planète.

Soudain affamé d’elle, il approfondit un peu plus le baiser, les doigts entremêlés dans la cascade de longs cheveux blonds, jusqu’à ce que l’air se fasse rare et que ses poumons commencent à brûler. Alors seulement il brise l’étreinte, mais juste assez longtemps pour calmer sa respiration haletante. Du bout des doigts, il oblige la jeune femme à renverser la tête vers l’arrière. Elle se laisse faire sans protester, les yeux mi-clos. Il se penche pour déposer un baiser à la commissure de ses lèvres, puis descend lentement en suivant l’os de la mâchoire. Il finit par arriver au cou, qu’il embrasse, lèche et mordille avec enthousiasme. La jeune femme a le souffle court et il perçoit sans mal le rythme trop rapide de son cœur. Il poursuit sa lente torture, descendant toujours plus bas, passé la clavicule et jusqu’à la naissance des seins, où il dévie pour remonter lentement de l’autre côté. Impatiente, Harley attrape la main qu’il a dénouée de ses cheveux et la plaque sur sa poitrine. Amusé, Sid sourit contre la peau douce où il a posé les lèvres, mais obéit néanmoins à l’ordre silencieux. Il glisse ses doigts sous le chandail de la blonde et dégrafe son soutien-gorge. Il pose une main d’abord prudente sur le sein de la jeune femme, puis, en entendant son soupir de plaisir, il y va plus franchement et se met à le malaxer doucement. Elle porte encore beaucoup trop de vêtements à son goût, mais il n’y pas grand-chose à faire sur ce bout de plage passablement public. S’ils se trouvaient ailleurs, il lui aurait déjà arraché ces bouts de tissus encombrants pour pouvoir caresser et embrasser chaque centimètre de son corps. En même temps, pour avoir souvent traîné là après le coucher du soleil, il sait très bien que pratiquement personne ne passe à cette heure, et encore moins la police qui a des endroits bien plus importants à surveiller qu’une plage minuscule perdue au milieu d’un quartier résidentiel. « Te sens-tu audacieuse ce soir? » Sourcil levé et sourire charmeur, il attend sa réponse. Il ignore si elle sera à l’aise avec l’idée, surtout après ce qui lui est arrivé. Heureusement qu’elle n’habite pas très loin.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

la multi-tâches

ÂGE : 33 ans
STATUT : Célibataire, mais amoureuse pour la première fois de sa vie (même si elle n'est pas encore prête à se l'avouer.)
MÉTIER : Pâtissière, Photographe, Apprenti tatoueur
LOGEMENT : 555, Fortitude Valley

POSTS : 213 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : En cours
Sid ⓷DuncanLisandreTerrence & HassanBobCieranSid & AslingNiklas




RPs EN ATTENTE : • Terrence
• Sid & Adaline
• Sid & Terrence

RPs TERMINÉS : Terminés
SidSid ⓶
Terrence
Sélène
Niklas
Noa
PSEUDO : Harley
AVATAR : Kirsten Dunst
CRÉDITS : Regina, bazzart
INSCRIT LE : 23/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Mer 5 Oct - 23:25


You made my heart go bang.

L’amour n’est pas quelque chose
que tu trouves. L’amour est 
quelque chose qui te trouve.
Sid & Harley

À la façon dont il répond à son baiser, Harley sait qu’il a compris.  Ce baiser parait anodin, deux personnes qui s’embrassent simplement sur un petit bout de plage. Mais c’est bien plus grand, bien plus fort, bien plus profond que cela. C’est un échange d’émotions, de sentiments,  de non-dits. La blonde n’a jamais été douée avec ce qu’elle ressent. Elle a toujours tout refoulé, l’amour ça n’a jamais été son truc, même qu’elle n’avait jamais eu dans l’idée qu’un jour elle ressentirait ce genre de chose, pourtant, ici et maintenant, elle sait que se ne pourrait pas être autre chose. C’est trop fort, trop incompréhensible. L’amour, ne possède pas de logique ni de limite. Il est là, quoiqu’on fasse, quoiqu’on veule. Elle a beau le nier, elle sait que c’est inutile et elle n’a pas envie de combattre. Elle n’a pas envie que Sid s’éloigne d’elle.  Elle voudrait rester avec lui toujours. Figer  ce moment et le rejouer en boucle. Ce qu’il lui a dit un peu plus tôt c’est probablement la plus belle et émouvante déclaration qu’elle a eu au fil de sa courte existence.  Pas que personne ne lui avait jamais avoué des sentiments, au contraire, c’était malheureusement arrivé trop souvent, parce que le problème, c’est que jamais elle n’a pu répondre à l’un de ces déclaration, car jamais ça n’avait été réciproque. Mais avec Sid tout est différent. Elle n’a pu lui répondre avec des mots, mais elle l’a fait avec son cœur.

Leur bouche se mêle de plus en plus la langoureusement puis la langue du garçon vient la titiller pour approfondir encore plus leur échange. Son corps se tend de plaisir et la chaleur monte de plus en plus entre les deux jeunes gens. Le souffle de la blonde se fait de plus en plus saccadé. Il glisse main dans la tignasse de la demoiselle qui ne peut s’empêcher de frissonner au contact du jeune homme.

Ils finissent tout de même par relâcher un peu leur étreinte, l’un comme l’autre cherchant leur respiration. Brève accalmie dans la tempête qui s’apprête à se déchaîner entre eux. Du bout des doigts, il pousse délicatement le menton d’Harley vers le haut, pour dégager son cou. Elle se laisse faire sans opposer de résistance, avide de sentir ses lèvres sur chaque parcelle de son corps. Il se penche doucement et effleure d’un baiser la commissure de ses lèvres. Puis doucement, il en dépose plusieurs sur le chemin qui mène à son cou. Harley se cambre un peu plus à chaque contact. Il s’y attarde un instant avant de continuer sa descente jusqu’à la naissance de ses seins. Le pouls de la blonde accélère d’avantage et son souffle se fait de plus en plus court. C’est une torture, une agréable torture, mais une torture quand même. Il  recommence son manège en remontant par l’autre côté, mais la blonde en décide autrement. Elle a envie de plus tout de suite.  Elle prend la main de Sid, qui était nouée dans ses cheveux quelques instants plutôt, puis la plaque avec impatience sur sa poitrine. Elle sent le sourire de son tatoué sur la peau de son cou, mais il obéit quand même à sa requête. Il glisse les doigts sous son chandail pour dégrafer son soutien-gorge pour les libérer. Il fait  passer ses mains devant, arrachant au passage une énième frisson à la jeune femme puis caresse doucement son sein. En entendant le petit gémissement que laisse échapper Harley il continue avec plus de vigueur.  Il penche doucement la tête sur la côté. « Te sens-tu audacieuse ce soir ? » Il a un petit sourire charmeur et un air taquin sur le visage. Harley rit doucement avant de l’embrasser passionnément.  Ce ne serait pas sa première aventure sur une plage, d’autant que celle-ci est beaucoup plus  privée que certaines autres.  

Elle se penche puis fait glisser sa main le long de la cuisse de Sid pour atteindre son entre-jambe déjà bien dur. Elle se recule une peu puis sourire en le caressant doucement. « Et toi, te sens tu audacieux ? » lance-t-elle avec un sourcil levé.

Elle remonte  le long de son flan pour atteindre la limite de son boxeur qui dépasse un peu de son pantalon. Elle y glisse un pouce puis le caresse doucement. Un râlement roque sort de la gorge de Sid. Probablement autant affecté par son contact, que elle par le sien.  C’est à son tour de prendre le contrôle. Elle prend l’ourlet de son chandail entre ses mains avant de lui faire retirer d’un mouvement vers le haut. Elle l’observe un instant. Profitant de la vue magnifique que lui offre son beau tatoué. Elle regarde ses épaules carrées. Son corps svelte. Ses abdominaux biens découpés. Sid n’est pas très costaud, mais il est tout de même bien taillé et le regarder n’est pas une activité désagréable.

Elle lui sourit se rapproche puis pose ses lèvres sur les siennes dans un baiser langoureux avant de s’attaquer à sa mâchoire, puis à son cou, parsèment la peau de Sid de baiser délicat. De ses mains libres, elle fait sauter le bouton de son jeans puis descend la braguette de celui-ci.  Elle ouvre le boxer et libère le sexe en érection du garçon. Elle sourit, les lèvres toujours sur sa peau en pensant que c’est elle qui lui fait cet effet.  Que c’est elle qui provoque tout cet afflux de sang dans sa verge. 

Elle prend le chandail de Sid qu’elle a balancé plus tôt sur le côté pour l’étendre au sol derrière eux avant de coucher son beau tatoué sur le sol tout en continuant sa descente vers son membre.
Arrivé à destination elle l’empoigne d’une main pour effectuer un mouvement de va et vient pendant que de l’autre elle malaxe délicatement ses testicules déjà bien gonflé.  Puis lentement, très lentement, pour faire durer le supplice, elle approche sa bouche de son gland puis finalement pose sa langue dessus pour le titiller avant de l’envelopper de sa bouche.


© Grey WIND.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le tatoueur au coeur tendre

ÂGE : vingt-six ans.
STATUT : célibataire, mais amoureux.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, pine rivers [appartement], avec son colocataire

POSTS : 446 POINTS : 130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : harley #3 + harley #4 + ellie + aisling + aisling et harley
RPs EN ATTENTE : + terrence
RPs TERMINÉS : adaline #1 + adaline #2 + kenny + harley + harley #2
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria
DC : aucun pour l'instant.
INSCRIT LE : 01/03/2016

MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Jeu 13 Oct - 6:44

you made my heart go bang
if you wanna be with me, I could need you now.
it's a jungle out there and the teeth are out.
find a better place to be safe with me tonight.
in this wild world, it's a wild life.
wild life, hedley

Elle rigole doucement. Son rire vient mourir sur les lèvres de Sid, qu’elle a capturées des siennes. Il se laisse faire et répond même avec enthousiasme, plus qu’heureux de pouvoir l’embrasser ainsi sans retenue. Leurs bouches se séparent, mais pas leurs corps, qui se trouvent toujours tout près l’un de l’autre. La jeune femme se penche encore un peu plus et fait glisser une main légère sur le flanc du tatoueur, puis sur sa cuisse et, enfin, sur son entrejambe. Un sourire coquin étire les lèvres d’Harley, celui avec les fossettes qui l’avait séduit dès le début. « Et toi, te sens tu audacieux ? » Il ne répond pas parce que c’est évident que la tournure des événements lui plaît et, surtout, parce que les mains de la blonde se promènent déjà sur son corps. Pour l’instant, elles ne font que l’effleurer, laissant dans leur sillage une impression de chaleur et promettant des plaisirs presque insoutenables. Il ne s’est pratiquement rien passé, mais il est déjà étourdi de désir et, lorsqu’elle glisse un doigt aventurier dans son boxeur, il ne peut retenir un gémissement rauque. Malheureusement pour lui, elle ne poursuit pas immédiatement son chemin. Elle agrippe plutôt son t-shirt et le tire vers le haut. Coopératif, il lève les bras pour lui faciliter la tâche. Le vêtement va s’échoir quelque part sur sa gauche. La jeune femme s’arrête dans son élan pour le dévisager sans gêne. Instinctivement, il se redresse un peu, ce qui met en valeur ses muscles souples. Au bout de quelques secondes, elle se penche à nouveau pour l’embrasser passionnément. Sid a vraiment la tête qui tourne maintenant, et ce n’est pas juste parce qu'ils se privent d'oxygène à force de s’embrasser ainsi. C’est elle qui le met dans cet état. Sans même essayer, elle arrive à lui faire perdre la tête plus rapidement que n’importe quelle autre femme – ou homme – qu’il a rencontrée. Il n’a jamais vécu une telle attraction auparavant. Pour la première fois de sa vie et, même s’il sait que ce n’est pas vraiment la même chose, il a l’impression de comprendre le high que peuvent procurer les drogues. Sauf que sa drogue à lui, c’est Harley.

Il ne voulait plus penser, il ne voulait plus se torturer en tournant et retournant des questions sans réponse. Chaque baiser que la blonde dépose le long de sa mâchoire et de son cou lui fait oublier qu’il se trouve dans une tempête, la tête à l’envers dans l’océan. En cet instant, il n’y a plus qu’elle qui compte, elle et ses mains qui défont habilement le bouton et la fermeture éclair de son jeans. Il pousse un soupir de soulagement, sincèrement heureux de ne plus être enfermé dans la prison de jeans. Il voudrait déjà qu’elle pose sa main sur son érection pour soulager cette envie lancinante qui se fait de plus en plus difficile à ignorer. Ou, mieux encore, il voudrait la renverser sur le sable encore tiède et la prendre là, tout de suite. Mais il ne fait rien. Il s’oblige à rester immobile et à endurer sa douce torture.

Elle pose une main sur son épaule et le repousse doucement pour l’obliger à s’étendre. Il se laisse faire sans protester. Il s’attend à ressentir la texture rêche du sable, mais la peau nue de son dos rencontre plutôt un tissu doux. Il constate avec surprise que la jeune femme a récupéré son t-shirt et l’a transformé en couverture pendant qu’il s’égarait dans ses fantasmes. Sid l’observe, les yeux à demi fermés. Le soleil agonisant a presque rejoint la ligne de l’horizon, laissant derrière lui des rayons orangés. Dans la pénombre, le désir qui noircit les prunelles d’Harley lui donne un peu l’air d’un fauve. Elle ne le fait pas attendre plus longtemps. D’une main assurée, elle entame un mouvement de va-et-vient juste assez rapide pour maintenir l’équilibre entre désir et plaisir. Et puis, lentement, tellement, terriblement lentement, elle se penche. L’anticipation lui coupe le souffle et il a l’impression qu’elle se déplace au ralenti. À en juger par son air satisfait, elle sait exactement ce qu’elle fait et dans quel état ça le met. Le moment s’éternise encore, véritable supplice, jusqu’à ce qu’elle pose enfin sa bouche sur son membre.

Il se cambre aussitôt et renverse la tête vers l’arrière, exposant son long cou. Les yeux fermés, il ne se concentre plus que sur l’explosion de plaisir qui lui fait voir des étoiles. La bouche entrouverte, les doigts crispés dans le tissu de son t-shirt, la respiration haletante, il profite de la chaleur envoûtante de la bouche d’Harley et de sa langue experte. Elle le rend complètement fou et il lui faut toute son énergie et sa volonté pour repousser l’orgasme qu’il sent poindre. La jeune femme redouble d’efforts, déterminée et, bientôt, il ne peut plus retenir le plaisir qui monte et monte encore, comme l’océan qui pousse de toutes ses forces contre un barrage. L’orgasme le frappe de plein fouet, violent et parfait tout à la fois. Il lui faut de longues secondes pour finalement réussir à ouvrir les yeux. Le visage souriant d’Harley l’accueille à son retour de la réalité. Installée de biais, elle l’observe en traçant des arabesques sur ses abdominaux. Sid lui rend son sourire, l’esprit encore un peu embrumé, puis fait l’effort de se redresser. Il vole au passage un baiser à sa belle.

C’est alors que son regard tombe sur la délicieuse mousse au chocolat qu’ils ont abandonnée au profit d’autres activités tout aussi délicieuses. En deux temps, trois mouvements, il a retiré le chandail d’Harley et l’a déposé à côté du sien pour agrandir leur couverture de fortune. Il pose une main sur la taille de la jeune femme et inverse habilement leur position. C’est maintenant la blonde qui se retrouve étendue sur le sable fin. Il tend le bras pour attraper le dessert. « Ça serait vraiment dommage de gaspiller tout ça, tu ne trouves pas? » Il plonge un doigt dans la mousse et étale un peu de chocolat sur le ventre de la jeune femme. Il répète son geste trois ou quatre fois, traçant à chaque fois un nouveau trait sur sa peau. Satisfait de son chef d’œuvre, il se penche pour l’embrasser lentement, tout en se déplaçant pour s’installer au-dessus d’elle. Il entreprend de lécher tranquillement chaque miette de chocolat, éparpillant au passage des baisers sur sa peau tatouée. Cette fois, il n’épargne pas ses seins, qu’il caresse fermement. Là aussi, il efface toute trace de chocolat et en profite pour titiller les mamelons durcis. Jugeant qu’il l’a assez fait languir, il rejoint finalement son pantalon, qu’il déboutonne et descend le long de ses jambes en lui volant un baiser désordonné, mélange passionné de chocolat et de langue. Sa culotte détrempée subit le même sort que son jeans et il a enfin le champ libre. Il glisse un doigt dans son intimité pour effleurer son clitoris. Guidé par ses gémissements de plaisir, il accentue la pression tout en caressant sa poitrine de sa main libre. Il y a une beauté indéniable dans la façon dont elle s’abandonne à ses gestes et au plaisir qui l’envahit, aussi l’observe-t-il intensément, fasciné par l’arc que décrit son corps et par l’expression de son visage.


.

I see the real you. Even if you don't, I do. I do. And I'll show you the road to follow, I'll keep you safe till tomorrow, I'll pull you away from sorrow. I see the real you. Even if you don't, I do. I do. — three days grace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: you made my heart go bang [hot] | harley   Aujourd'hui à 20:49

Revenir en haut Aller en bas
 

you made my heart go bang [hot] | harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-