AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 I remember every sunset (Eleanor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

l'homme fertile

ÂGE : 31 ans
STATUT : En couple avec Eleanor et père en devenir
MÉTIER : Directeur d'un gros cabinet politique et chroniqueur pour ABC Radio
LOGEMENT : Loft #09 sur pine rivers, avec Eleanor

POSTS : 1410 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Camber

Eleanor

Milena

RPs EN ATTENTE : Lene
PSEUDO : Aby - Beautiful Liar
AVATAR : Chace Crawford
CRÉDITS : Signature > Vent Parisien. Avatar > DSR. GIF > by me
INSCRIT LE : 18/06/2016

MessageSujet: I remember every sunset (Eleanor)   Lun 8 Aoû - 0:51



❝  I remember every sunset ❞


Elea & Tony
When the sun did rise, by your side, I was by your side.I gotta tell you how it feels now.You're my air, when I feel I can't breathe. Catching me, when I'm tripping over my feet.We'll get through this together. △

Le jeune couple avait atterrit à l’aéroport de PriceTown en fin d’après-midi. Le vol avait été long, mais Tony le savait, le jeu en valait la chandelle. Sur le tarmac, une voiture avec chauffeur les attendait pour les déposer à l’hôtel qu’il avait réservé. Il avait déniché le plus bel hôtel de la ville, choisissant une grande suite, avec une magnifique vue sur la mer, où l’on pouvait apercevoir la plage de Torquay, mondialement réputée pour le surf et un accès au spa pour le lendemain. La soirée qu’il avait prévu pour sa chère et tendre allait certainement demander un peu de marche et après une longue journée de voyage ils auraient bien mérité un peu de détente et de relaxation. Le jeune Adams préparait cette escapade depuis des semaines afin que tout soit parfait. Bien qu’il adore l’improvisation, les changements de programme de dernier instant et l’adrénaline, il voulait que les grandes lignes soient fixées bien en amont pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Il voulait faire découvrir à Eleanor les joyaux de son beau pays, aussi bien qu’elle lui avait fait visiter le sien quelque mois auparavant. Il ne rêvait que d’une chose, lui en mettre plein la vue. Grâce à son nouveau poste de directeur, il avait l’opportunité d’être son propre patron et pouvait choisir de prendre des vacances quand bon lui semble. Le mois d’aout étant particulièrement calme d’un point de vue politique, c’était sans mal qu’il avait pu dégager du temps pour réaliser son « road trip » version Australienne. Il gardait d’excellent souvenir de son premier voyage avec celle avec qui il envisageait désormais de faire sa vie,  et voulait se créer de nouveaux merveilleux souvenir avec elles, qu’ils pourraient raconter à leurs enfants. L’idée de devenir père le rendait très nerveux car il ne se sentait pas du tout prêt. Pas assez mature, trop jeune. La nouvelle était arrivée vite et il ne pouvait cesser de penser à ce petit bout de chou qui poussait à vue de nez dans le vendre d’Eleanor. Mais l’idée d’avoir un enfant avec elle ne lui déplaisait pas. Il avait commencé à s’y faire et se projetait petit à petit. Les choses allaient rapidement changer pour eux, dans quelques mois ils seraient parents et n’auraient plus autant d’occasion de se retrouver seuls pour profiter en couple, alors ils devaient vivre le maximum de bons moments dès maintenant.
Après de longues minutes de trajets, ils étaient arrivés au Quality Suites Deep Blue, où ils prirent le temps de déballer leurs affaires avant de se préparer à repartir. Tony avait sous-entendu un rendez-vous nocturne mais était volontairement resté évasif, voulant que la surprise soit entière.  Eleanor ne savait pas réellement où elle se trouvait sur le continent, et n’avait aucune idée d’où son petit-ami voulait l’emmener. Il l’installa côté passager dans la voiture qu’il avait loué à l’hôtel « En routé bébé » . Dans la décapotable, les cheveux aux vents ils se revoyaient sillonnant les routes irlandaises, et se remémorais des souvenirs inoubliables. Il évoquait Galway, le Connemara, la péninsule de Dingle et tant d’autres endroits magnifiques qu’ils avaient visité ensemble.
Il conduisait depuis seulement une quinzaine de minutes lorsqu’il s’arrêta sur le bas-côté. Il dénoua alors sa cravate avant de l’approcher d’Eleanor pour lui bander les yeux. «  Tu me fais confiance ? »  Lui demanda-t-il avant de s’exécuter. Il avait choisi cet hôtel également pour la proximité avec la Great Ocean Road, il ne restait que quelques minutes à parcourir avant d’arriver au point donné. Le soleil avait commencé son déclin, il ne fallait pas tarder s’il ne voulait pas louper le spectacle. Une fois la cravate nouée sur les yeux d’Eleanor, il déposa un baiser sur ces lèvres « Je te réserve sur surprise, tu ne vas pas le regretter. »  Il savait qu’elle risquait de se poser de nombreuses questions, alors il garda sa main sur sa cuisse, pour la rassurer de sa présence. Il accélérait pour les derniers kilomètres qu’il restait à parcourir. Il commençait déjà à apercevoir les premiers rochers des douze apôtres et en prenait déjà plein les yeux. Mais il ne dit mot, pour ne pas gâcher sa surprise. Une fois garé, il ouvrit la porte côté passager et aida Eleanor à sortir du véhicule. Il la tenait par la taille, pour l’aider à marcher et la guider dans chacun de ses pas. « Encore quelque mètres et on y est. »  Il déposait cette fois un baiser sur sa joue, comme pour l’encourager dans cette épreuve qu’était de marcher sans voir où poser ses pieds. « Doucement … Là, attention, un peu à droite, on y est presque »   D’une voix rassurante, il la guida jusqu’au plus beau point de vue, et alors qu’il l’avait amené au bord de cette immense falaise avec une vue imprenable sur ce panorama au coucher du soleil, il détacha doucement la cravate qui avait joué le rôle de bandeau. Il l’attrapa par la taille, en la serrant contre lui, pour être au plus proche d’elle. Il entendait son cœur battre fort, elle était certainement un peu inquiète de ne pas savoir où elle se trouvait. « Tu peux ouvrir les yeux maintenant mon amour. »  Il guettait alors sa moindre réaction. « The Twelve Apostles, au plus bel instant de la journée, n’est-ce pas un beau spectacle ? Ce sont nos falaises de Moher à nous «  Ce  regroupement d'aiguilles de calcaire dépassant de l'eau offrait une vue à couper le souffle et bien que ne se soit pas la première visite de Tony, il n’en était pas moins émerveillé.


©BESIDETHECROCODILE


If you could love somebody like me, you must be messed up too ✻ And I know from the first time. I seen your love, you got me baby. Even though girl I know that I will fall for you, You got to know that everyone falls.Oops I done fell too deep baby. Oops I think you got me baby. Oops I want you for me baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10317-tony-nothing-is-wrong-if-it-feels-good http://www.30yearsstillyoung.com/t9951-tony-le-succes-n-est-qu-un-echec-rate

la beauté naïve

ÂGE : 26 ans et c'est déjà pas mal
SURNOM : Elea
STATUT : En couple avec Tony & comblée. Future mère angoissée
MÉTIER : Journaliste diplômée en reconversion en tant que photographe de mode
LOGEMENT : Dans un loft (#09 ) avec Tony, à pine rivers

POSTS : 134 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Originaire de Dublin en Irlande, Elea est à Brisbane pour retrouver sa meilleure amie qui a disparu de la circulation depuis plusieurs mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Only one boy but thousands feelingsTonelea#1
╌╌╌
There's nothing you could ever say to make me let goDelea#1
╌╌╌
Success occurs when strangers become friendsCamber#1
╌╌╌

RPs EN ATTENTE : Lene △ Derek
PSEUDO : BesidetheCrocodile
AVATAR : Blake Lively
CRÉDITS : avatar©Merenwen
DC : Heidi Jolie & Charlie Chéri
INSCRIT LE : 02/06/2016

MessageSujet: Re: I remember every sunset (Eleanor)   Jeu 11 Aoû - 1:11



❝  I remember every sunset ❞


Tony & Elea
I choose you. And I'll choose you, over and over and over. Without a pause, without a doubt, in a heartbeat. I'll keep choosing you. △

C’était comme si je pouvais tout à coup respirer de nouveau, comme si un poids s’était enlevé de mes épaules. Une nouvelle vie commençait tout juste ici, en Australie, pour Tony et moi. Les choses ne seraient sûrement pas faciles au début : nous avions beaucoup de choses à régler et nous allions devoir prendre nos marques (enfin surtout moi, puisque Tony retrouvait enfin ses racines). Mais je restais persuadée que nous avions toutes nos chances d’être heureux ici. Je sentais le picotement d’excitation dans mon ventre (qui n’avait rien à voir avec ma grossesse et qui s’était manifesté à l’instant même où j’avais posé le pied sur le sol australien) qui se ravivait alors que j’étais installée sur la banquette arrière d’une voiture avec chauffeur, en compagnie de Tony et qui nous conduisait vers notre hôtel. Tony avait tout organisé, en secret évidemment, refusant catégoriquement que je mette mon nez dans ses affaires. Je le soupçonnais même d’avoir prêté attention au moindre détail dans l’organisation de notre petite escapade australienne, pour prévenir mon naturel angoissé. Pourtant, moi qui détestait habituellement les surprises, je me laissais guider par mon petit-ami, appréciant ce lâcher prise qu’il m’imposait. Main dans la main avec lui, j’observais à travers la vitre teintée de la voiture la beauté du paysage australien, essayant de me raccrocher au moindre détail qui s’imposait à ma vue pour le graver dans ma mémoire et pour essayer également d’y dénicher le moindre indice concernant notre destination finale. Echec cuisant, puisque lorsque le chauffeur venait ouvrir la portière de mon côté afin de nous permettre de rejoindre l’hôtel que Tony avait réservé, je n’avais toujours pas la moindre idée de ce que ma moitié avait dans la tête pour la suite de nos aventures. Je me demandais si lui aussi, quelques mois auparavant, lorsque je l’avais emmené sillonner les côtes irlandaises, avait ressenti cette curiosité mêlée à une sorte d’excitation et de frustration d’être tenu dans le secret le plus total quant à la suite des événements. Quality Suites Deep Blue. Un sourire en coin étirait mes lèvres : comme toujours Tony n’avait pas fait les choses à moitié. Le reste du planning semblait chronométré puisque nous avions à peine eu le temps de déballer nos affaires, que déjà Tony m’avait demandé de me préparer pour une sorte de rendez-vous nocturne avant de m’emmener vers la voiture de location qu’il avait emprunté à l’hôtel. « En routé bébé » lançait-il avant de démarrer en trombe.

C’était exactement comme dans mes souvenirs, digne d’un film. Mes cheveux voletaient dans le vent, alors que j’admirais avec une fascination un peu béate les paysages australiens. Histoire d’ajouter un peu de relief à tout ceci et de pousser le cliché un peu plus loin aussi, j’avais monté le son de la radio d’où les dernières chansons à la mode sortaient avant de se perdre dans le bruit du vent. Sur la même longueur d’onde et pris tous deux du même élan de nostalgie, nous partagions une fois de plus nos souvenirs de ce road trip irlandais qui avait signé le début de notre histoire. Lorsque j’y repensais, j’avais tout à coup l’impression étrange que c’était une époque lointaine, tant les choses avaient évolué entre lui et moi. Nous nous étions rencontrés il y avait moins d’un an et pourtant, nous attendions déjà un enfant. Et si une part de moi avait hâte de voir cet enfant naître, une autre partie de moi redoutait ce moment. Je n’étais pas prête à abandonner ce côté un peu innocent et idéaliste de notre relation, je n’étais pas prête à devenir une mère aux yeux de Tony et plus uniquement une femme, sa femme. J’avais envie de partager encore un million de moments à deux, d’étreintes passionnées, de rendez-vous galants, de voyages en tête-à-tête. Alors je m’attelais à profiter de chaque seconde qu’il m’était donné de partager avec lui pendant ce petit voyage. Alors que je faisais tout mon possible pour faire taire cette petite voix qui me rappelait que je n’aimais pas spécialement les surprises, Tony s’arrêtait sur le bas-côté pour retirer sa cravate. « Qu’est-ce que tu fais ? » lui demandais-je interloquée. « Tu me fais confiance ? » me demandait-il alors, plutôt que de répondre à ma question, cravate toujours en main. Mes yeux faisaient un bref aller-retour entre la dite cravate et le regard de mon petit-ami, comprenant soudainement où il voulait en venir et pour toute réponse, j’hochais lentement la tête. Bien entendu que je lui faisais confiance, sinon je ne serais jamais venue jusqu’ici avec lui. Il nouait alors rapidement sa cravate autour de mon visage, recouvrant mes yeux et me plongeant aussitôt dans l’obscurité la plus totale. Privée d’un de mes sens, tout à coup, j’entendais avec plus de précision le bruit des vagues au loin. Je sursautais très légèrement lorsque les lèvres de Tony venaient à la rencontre des miennes mais je ne tardais pas à sourire en réponse. « Je te réserve une surprise, tu ne vas pas le regretter. »  ajoutait-il. « Tu connais mon seuil de tolérance aux surprises, j’espère qu’on est bientôt arrivés » lui dis-je dans un petit sourire que je ne pouvais retenir. Je me sentais un peu comme une enfant le soir de Noël qui attendait avec impatience de pouvoir ouvrir ses cadeaux. Pour me rassurer, Tony gardait sa main sur ma cuisse tout le long du trajet qu’il nous restait à parcourir. C’était peut-être banal comme geste mais savoir qu’il pensait à laisser sa main là, juste pour me rassurer, suffisait à me confirmer que j’avais de la chance de l’avoir à mes côtés. Rapidement, la voiture s’arrêtait de nouveau, définitivement cette fois puisque je pouvais entendre Tony qui faisait le tour de la voiture pour venir m’aider à sortir de celle-ci. J’étais un peu lente et hésitante dans mes mouvements, perturbée de ne pas savoir où je pouvais poser les pieds mais Tony me tenait par la taille fermement pour me guider. « Encore quelques mètres et on y est. » me précisait-il et je souriais largement lorsqu’il venait embrasser ma joue. « Je commence à vraiment me demander où est-ce que tu m’emmènes » dis-je alors que je sentais de plus en plus de vent qui agitait toujours aussi violemment mes cheveux blonds. « Doucement … Là, attention, un peu à droite, on y est presque » dit-il en évitant de répondre à ma précédente remarque.

Finalement, nous nous arrêtions et je sentais Tony qui passait derrière moi pour me détacher la cravata qui obstruait ma vue. Je n’avais qu’une hâte : découvrir la surprise en question, pourtant j’étais restée les yeux fermés, même une fois que je ne sentais plus le tissu sur mon visage. Sans tarder cependant, les bras de Tony venaient s’enrouler autour de ma taille dans une étreinte rassurante et je me laissais aller contre lui, toujours les yeux fermés et le cœur qui battait la chamade : je n’en pouvais plus, il fallait que je sache ce qu’il me préparait ! « Tu peux ouvrir les yeux maintenant mon amour. » Et alors lentement, très lentement, j’ouvrais les yeux, comme si j’avais peur de tout gâcher en y allant trop rapidement. Et je restais muette, scotchée face à la vue imprenable qui s’offrait à moi. Clairement je n’avais jamais rien vu d’aussi beau. Le coucher du soleil baignait les environs d’une douce lumière orangée qui sublimait chaque morceau de roche calcaire qui s’imposait à ma vue. Face à nous, l’océan s’étendait jusqu’à perte de vue, se confondant avec la ligne d’horizon au-dessus de laquelle le soleil persistait pour encore quelques dizaines de minutes avant de laisser place à la lune. C’était une vision paradisiaque, j’avais l’impression d’être un peu dans une autre dimension, sur un autre monde où nous serions seuls et sur le coup, j’en restais bouche-bée. « The Twelve Apostles, au plus bel instant de la journée, n’est-ce pas un beau spectacle ? Ce sont nos falaises de Moher à nous » reprenait alors Tony pendant que j’admirais la vue et que je reprenais peu à peu mes esprits. « C’est magnifique Tony » murmurais-je du bout de mes lèvres, comme si le dire à voix haute aurait suffi à gâcher le spectacle. Mes doigts venaient s’entrecroiser avec les siens alors que je me blottissais au creux de ses bras. Je tournais la tête pour venir embrasser sa joue. « Tu vois, moi qui avait peur que le paysage irlandais me manque, je suis parfaitement rassurée » avouais-je alors en fixant toujours le panorama avec fascination. « On va être bien ici n’est-ce pas ? » lui demandais-je alors, déposant nos mains l’une sur l’autre sur la toute petite bosse qui s’était formée sur mon bas-ventre, à peine remarquable encore à l’heure qu’il était mais qui grossissait de jour en jour. J’avais du mal à croire que nous nous étions vraiment lancés dans l’aventure d’essayer de devenir des adultes responsables, prêts à accueillir un enfant. Et moi qui était de nature angoissée, je me surprenais moi-même à me laisser totalement aller dans les bras de Tony, savourant cet instant magique et parfait en tous points. « T’es le meilleur, tu sais ça ? » dis-je après quelques instants de silence. Je m’arrachais un instant à son étreinte pour lui faire face et passer mes bras autour de sa nuque, fixant ses yeux avec intensité avant de venir l’embrasser. « J’ai hâte de découvrir les autres surprises que tu me réserves » murmurais-je ensuite, après avoir rompu notre baiser et déposé ma tête sur son épaule.
©BESIDETHECROCODILE


and you are the only one
I choose you. And I'll choose you, over and over and over. Without a pause, without a doubt, in a heartbeat. I'll keep choosing you. •• ALASKA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9487-elea-oh-baby-it-s-a-wild-world http://www.30yearsstillyoung.com/t9509-elea-good-vibes-only http://www.30yearsstillyoung.com/t9953-eleanor-donovan#362133

l'homme fertile

ÂGE : 31 ans
STATUT : En couple avec Eleanor et père en devenir
MÉTIER : Directeur d'un gros cabinet politique et chroniqueur pour ABC Radio
LOGEMENT : Loft #09 sur pine rivers, avec Eleanor

POSTS : 1410 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Camber

Eleanor

Milena

RPs EN ATTENTE : Lene
PSEUDO : Aby - Beautiful Liar
AVATAR : Chace Crawford
CRÉDITS : Signature > Vent Parisien. Avatar > DSR. GIF > by me
INSCRIT LE : 18/06/2016

MessageSujet: Re: I remember every sunset (Eleanor)   Jeu 10 Nov - 0:11



❝  I remember every sunset ❞


Elea & Tony
When the sun did rise, by your side, I was by your side.I gotta tell you how it feels now.You're my air, when I feel I can't breathe. Catching me, when I'm tripping over my feet.We'll get through this together. △

Appliqué et minutieux, Tony ne faisait jamais les choses à moitié, qu’il s’agisse de travail ou de sa vie privée, jamais au grand jamais il ne se contentait de peu. Il devait toujours faire au mieux, se surpasser. C’était sans aucun doute des valeurs que lui avait inculqué son père, le dépassement de soi, l’intolérance pour la médiocrité. Avec le temps le jeune Adams en avait fait son mantra et par peur de décevoir son père dans un premier temps, il s’est toujours appliqué à faire son maximum pour le satisfaire par la suite, cette habitude est restée et il ne peut désormais plus envisager de ne pas aller au bout de ce qu’il entreprend. Cette manie avait parfois tendance à agacer les gens autour de lui, ce perfectionnisme un peu maladif qui pouvait ressemblait à un trouble du comportement, mais lorsque l’on le connaissait bien, on apercevait en lui une volonté de rendre les autres heureux, qui passait par cette volonté de bien faire, pour eux. Mais aussi pour lui-même. Une partie de son bonheur résidait dans la perfection. Une autre, dans le sourire des gens qu’il aime. Le cœur en guimauve qu’il avait tant bien que mal essayé de barricadé avec le temps, fondait à la vue de ses proche heureux. Depuis qu’il avait rencontré Eleanor, qui avait totalement fait s’effondré la barrière autour de son cœur au cours de quelques mois ; il ne rêvait que d’une chose : la rendre heureuse. Il était prêt à tout pour y parvenir. Et bien qu’il eu un long moment d’hésitation lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elle portait son enfant, ce doute n’avait pas duré bien longtemps car il se projetait avec elle. L’idée d’une escapade romantique lui était venue rapidement, lorsque sa compagne commençait à avoir un peu le mal du pays, chamboulée par toutes ces nouveautés. Elle devait s’habituer à un nouveau mode de vie, une nouvelle ville, de nouveaux amis etc. Tony lui avait retrouvé son cocon comme il l’avait laissé, comme si le temps s’était arrêté lorsqu’il était en Irlande. Elle devait faire face à de nombreux changement, et il souhaitait lui faire découvrir son pays pour qu’elle s’y sente un peu plus chez elle et qu’elle puisse y prendre ses marques. Alors qu’il avait tout préparé dans les moindres détails, il n’avait qu’une seule hantise, que l’un de ses projets ne plaise pas à sa chérie. ]« Tu connais mon seuil de tolérance aux surprises, j’espère qu’on est bientôt arrivés » Il savait que c’était un pari risqué car Eleanor n’aimait d’habitude pas les surprises. Elle le lui en avait fait part dès le début. Les anniversaires surprises, les surprises-parties, les passages à l’improviste et tout autre évènement qui n’était pas programmé à l’avance ne l’enchantait guère. Contrôle-freak sur les bords, Tony avait légèrement peur que cet aspect de sa personnalité s’intensifie avec la grossesse. Bien que ce fussent des raisons qui avaient séduit le jeune homme, il redoutait néanmoins l’avancée de cette période qu’il ne savait pas vraiment comment gérer. Bien sûr il avait été présent pour Amelia lorsqu’elle était enceinte il y a 6 ans maintenant, mais cela remontait à loin, et bien qu’il ait parfois été témoin de ses sautes d’humeur cela n’était certainement que la partie visible de l’iceberg. Là c’était totalement différent, il partageait la vie d’Eleanor, c’était leur bébé, à tous les deux. Il se devait d’être présent dans tous les instants de ces 9 prochains mois et pour le reste à venir. Il supporterait sans broncher les sautes d’humeur, les délires alimentaires et les crises de nerfs s’il le fallait. C’était en partie de sa faute s’ils en étaient là aujourd’hui alors il n’avait pas d’autre choix que d’assumer. Au plus ils se rapprochaient du lieu où Tony l’emmenait, au plus il sentait qu’il atteignait la limite de sa patience. « Je commence à vraiment me demander où est-ce que tu m’emmènes « Tony était amusé par la situation et ne pu s’empêcher de sourire. Heureusement avec son bandeau sur les yeux, elle ne pouvait pas voir que son homme se moquait gentiment de la situation, inconfortable pour elle. Elle était dans un pays qu’elle ne connaissait pas, les yeux bandés au côté d’un homme connu pour ne pas vraiment respecter les limitations de vitesse. Elle devait lui accorder une sacré confiance pour accepter le défi. Après avoir dénoué la cravate qui obstruait sa vue et lui avoir finalement autorisé d’ouvrir les yeux, Tony prit sa petite-amie par la taille, pour se retrouver au plus proche d’elle dans cet instant. Il sentait que son cœur battait plus vite de d’habitude, sans aucun doute à cause de l’adrénaline causée par la perte d’un de ses sens. Il trouvait ça touchant. « C’est magnifique Tony « Fini-t-elle par murmurer une fois les yeux ouverts. Pari réussi pour le jeune directeur qui n’avait eu qu’un souhait, lui en mettre plein la vue. Elle se blottie alors tout contre lui, cette étreinte était si paisible qu’il aurait voulu qu’elle ne s’arrête jamais. Il avait devant lui l’un des plus beaux panoramas du pays, dans les bras de celle qu’il aime, il ne pouvait rêver d’un plus bel instant. « Je suis heureux que ça te plaise » murmura-t-il à son tour. Il n’y avait aucun bruit autour d’eux si ce n’est le bruit de l’eau quelques mètres en contrebas, ils murmuraient comme s’ils ne voulaient pas gâcher ce moment ou venir déranger cette nature fascinante. ]« Tu vois, moi qui avait peur que le paysage irlandais me manque, je suis parfaitement rassurée. On va être bien ici n’est-ce pas ? « Tony était heureux d’entendre ces mots, depuis son retour au pays, il avait fait de sa carrière une grande priorité, mais il voulait surtout qu’elle se sente bien ici, qu’elle arrive à trouver ses marques et n’ait pas trop le mal du pays. Alors qu’elle plaçait leurs mains jointes sur le bas de son ventre dans lequel se trouvait le petit têtard qui allait chambouler leur vie, il ne pu s’empêcher de s’imaginer l’avenir. « Bien sur qu’on va être bien, tous les deux élevant ce mini nous qui gambadera bientôt partout, ça va être bien. » Il avait dans sa tête plein de projets et de souhaits pour leur futur, mais il n’était pas certain de partager tout à fait la même vision de choses avec elle, il ne voulait pas la brusquer et risquer de compliquer les choses. « Peu importe où tu seras désormais, je serai toujours là, avec toi. Que ce soit à Brisbane ou en Irlande, je serai là. Tu ne pourras plus te défaire de moi ». Ajouta-t-il doucement, le sourire aux lèvres. Il n’en revenait pas encore totalement qu’ils allaient bientôt voir naitre leur enfant, et pour l’instant il préférait profiter du moment plutôt que de trop penser à comment ce petit bout allait modifier leur quotidien. Ils restèrent quelques secondes en silence, à contempler la vue, puis Elea ajouta ]« T’es le meilleur, tu sais ça ? « ce qui fut rire le jeune homme. « C’est parce tu fais de moi une meilleure personne et que tu mérites le meilleur tout ça. » dit-il en souriant avant de déposer un baiser sur le haut de sa tête. Et puis sans doute séduite par toutes ces belles choses, elle vint l’embrasser tendrement avant d’ajouter qu’elle était impatiente de découvrir la suite. « Tu aimes les surprises toi maintenant ? » questionna Tony, amusé de voir qu’elle avait perdu toute inquiétude et se laissait totalement portée par l’instant présent. « Que dirais-tu que l’on aille s’assoir au bord de la falaise avant de rentrer pour la suite des évènements ? » Toujours fan de sensation, il voulait lui faire ressentir ce que c’était de d’avoir les pieds dans le vide, dans un si beau paysage. Il la prit alors par la main, et l’amena doucement au bord du rocher sur lequel il se trouvait. « C’est solide et sans aucun risque » dit-il en sautant à pied joint à quelques centimètres du bord. Et puis il prit l’initiative de s’assoir en premier, pour qu’elle n’ait plus le choix que de le rejoindre et l’aider à son tour à s’assoir. Une fois les fesses posées sur le gros rocher, il lui tendit la main et l’accompagna le temps qu’elle puisse elle aussi y poser ses fesses. Il la serra tout contre lui, comme pour la rassurer « ce n’est pas une sensation extraordinaire ? Comme si le monde qui nous entourait n’existait plus, il n’y a plus que toi et moi, dans cette immensité» Et puis, il prit une grande respiration, avant d’ajouter « il n’y aura plus que toi et moi désormais. » Il la regardait dans les yeux et sourit, légèrement gêné par ce qu’il venait lui-même de dire. Il changea alors volontairement de sujet, mais toujours en restant dans l’optique de connaitre son point de vue sur leur relation. « Que dirais-tu de rencontrer mes parents ? Ils ne sont pas facile à vivre, mais je suis certains qu’ils t’adoreraient, comment pourrait-il en être autrement de toute façon ? » Il caressait ses cheveux blonds et jouait avec l’une des mèches comme le ferait un enfant, comme un tic nerveux. Etait-elle réellement prête à s’engager, aussi rapidement ?
©BESIDETHECROCODILE


If you could love somebody like me, you must be messed up too ✻ And I know from the first time. I seen your love, you got me baby. Even though girl I know that I will fall for you, You got to know that everyone falls.Oops I done fell too deep baby. Oops I think you got me baby. Oops I want you for me baby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10317-tony-nothing-is-wrong-if-it-feels-good http://www.30yearsstillyoung.com/t9951-tony-le-succes-n-est-qu-un-echec-rate

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I remember every sunset (Eleanor)   Aujourd'hui à 6:59

Revenir en haut Aller en bas
 

I remember every sunset (Eleanor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-