AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 Enjoy the moment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 6 Nov 2016 - 21:14




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Les apparences étaient très importantes pour le vicomte et la vicomtesse de Hovenbrook. Ils tenaient au prestige de leur nom et des acquisitions qu'ils avaient entrepris au fil des années. La famille avait réussi et elle voulait le faire savoir à toutes les personnes qui entraient dans le pays. Elle avait une belle renommée. Et c'était cela qui avait attiré James Byron Scott. Ce dernier possédait le titre de baron. Il venait également d'une très ancienne famille nobiliaire. Seulement le baron Scott avait dilapidé une grande partie de sa fortune dans les courses hippiques et autres mauvais investissements. Heureusement, tout cela restait du domaine du privé. Personne n'était au courant de l'état périlleux de ses finances, hormis ses deux fils aînés et sa fille cadette. Les fils Scott avaient tous les deux contracté un mariage d'intérêt. Ils avaient épousé des jeunes femmes bien nées et surtout bien dotées. Et c'était ce qui importait au patriarche. Voilà pourquoi il donnait sa fille aux Hovenbrook. Il espérait de cette façon, récupérer une partie de l'argent qu'il avait perdu aux jeux. Et surtout, il voulait profiter des placements financiers, judicieux de sa future belle-famille. Tout cela était de bonne augure. Sauf peut-être pour la principale intéressée : Célia. C'était elle et son fiancé qui étaient au centre de toutes les attentions. Elle connaissait Adam depuis qu'elle était gamine. C'était un ami de ses frères. Petits, il arrivait à Célia de suivre ses frères et de braver les interdits. Mais bien vite, on lui rappelait que ce n'était pas le rôle, ni la place d'une jeune fille. Alors, elle finissait par rentrer au manoir, dépitée. Toute son enfance, Célia avait été éduquée pour être une épouse parfaite. D'un naturel souriant, elle n'avait pas de mal à faire la conversation, ni à se lier d'amitié. Intelligente et s'intéressant à tout, elle aimait s'instruire par plaisir. Elle aimait l'astrologie, l'histoire et les langues. Avec sa mère, elle avait appris à monter à cheval, à tirer à l'arc. Sa mère, c'était son univers. Quand elle était morte, cinq ans plus tôt, la vie de Célia s'était écroulée. Terriblement meurtrie par le déclin de sa mère, malade les dernières années, elle s'était beaucoup refermée sur elle-même. Sa mère vivante, elle avait pu espérer vivre sa vie, faire ses propres choix. Elisabeth Scott était une femme merveilleuse qui avait toujours fait passer le bonheur de ses enfants avant tout autre obligation. Avec elle, Célia savait qu'elle pouvait être elle-même. Bavarde, piquante, parfois audacieuse. Sa mère était son repère, son modèle et aussi le seul soutien qu'elle avait au sein de sa propre famille. Seulement à sa mort tout avait basculé. James s'était mis à boire, à parier, à faire des choix peu judicieux. Célia se réfugiait dans ses lectures, dans ses balades à cheval, en solitaire. Le père et la fille avaient cessé de communiquer. Déjà que leurs relations avaient toujours été conflictuelles entre eux. Célia était trop libre, trop dissipée au goût de son paternel. Depuis qu'il était veuf, il ne tolérait plus aucun écart de sa fille. Le moindre débordement, la moindre parole malheureuse était sévèrement réprimandé. Il n'hésitait pas à lever la main sur elle. Au fil des ans, le père et la fille étaient devenus des étrangers. Et Célia n'avait même pas été étonnée quand son père lui avait annoncé ses fiançailles quelques jours plus tôt. Elle était sa fille, sa propriété et elle n'avait pas son mot à dire. Peu importait pour la jeune femme au final, quitter une demeure pour une autre avec les mêmes codes, les mêmes us et coutumes... Elle n'aimait pas son fiancé mais qui s'en souciait ? Elle faisait des crises d'hyperventilation à cause de toutes ces privations, mais qui le savait ? Personne. Les années avaient changé la jeune femme. Elle était devenue plus froide, plus secrète et moins souriante. Même si elle aimait encore pousser son père à bout. Elle n'hésitait plus à lui tenir tête, à frapper là où cela faisait mal. Et Célia était passé maîtresse dans l'art d'attiser les conversations. La jeune femme savait toutefois que tout cela n'allait pas changer sa destiné. Elle n'allait pas être romancière comme elle le souhaitait. Elle n'allait pas voyager, mis à part avec son époux. Elle n'allait jamais réaliser le moindre de ses rêves. Et cette nouvelle constatation lui donna la nausée. Son regard vert se perdait sur les invités, tous plus insignifiants les uns que les autres. Tous venus ici pour parader et attendre un geste en retour. Elle en avait assez de cette hypocrisie. Elle s'excusa auprès de la comtesse d'Hesterey et elle s'éclipsa rapidement. Ses pas la menaient jusqu'à la bibliothèque. S'il y avait bien une pièce dans laquelle elle se sentait bien, c'était là. Seulement en arrivant, d'un pas précipité, sur le point de refermer la porte derrière elle, elle remarqua la présence d'un homme. Elle s'était arrêtée dans son geste. Les joues empourprées, le souffle court, elle observa ce dernier. Elle reprit toutefois rapidement, contenance et un sourire figé se dessina sur les lèvres rosées de la jeune femme. Elle observa l'inconnu, essayant de se souvenir de son nom. Mais il était tout à fait charmant. Le genre d'homme qui lui plaisait. Elle resta immobile quelques secondes, les battements de son cœur reprenant un rythme normal. Puis elle s'avança vers lui tout en prenant la parole. « Nous sommes dans la bibliothèque du vicomte, pas dans la mienne. » Elle l'observa, son sourire était maintenant plus doux. « La mienne est beaucoup plus petite. Même si je l'aime. » Célia porta son regard sur les nombreuses étagères remplies de trésors. Les livres étaient en effet des trésors à ses yeux. Les livres lui avaient toujours permis de s'évader, de s'inventer un autre monde, une autre vie. Puis le regard de la jeune femme s'attarda sur le livre que le beau brun tenait dans ses mains. « Goodwin... j'aime cet auteur. Mais ce n'est pas son plus bel ouvrage. » Elle aimait lire. Un des rares plaisirs que lui accordait son père. Les yeux de Célia s'attardèrent à nouveau sur le visage de l'invité. « Vous pouvez rester encore un peu si vous souhaitez lire. M. le vicomte ne pourra pas vous tenir rigueur d'apprécier ses acquisitions. Il aime les belles choses. » Est-ce qu'elle se mettait dans le lot ? Peut-être. Pour sa belle famille, elle n'était qu'une potiche qu'elle aimait montrer, comme aujourd'hui. Elle observa les traits de son visage, étrange. Elle avait l'impression de le connaître sans savoir pourquoi. Son regard semblait la regarder comme aucun autre homme ne l'avait auparavant. « Monsieur ? » Demanda-t-il curieuse, cherchant à ce qu'il lui rappelle son identité.  

juice&nelliel


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 6 Nov 2016 - 23:19

Enjoy the moment.

Le vicomte lui avait présenté l’affaire en termes choisis. Il avait affirmé que ce mariage était une véritable bénédiction pour sa famille et que l’union de son fils avec une demoiselle aussi charmante et cultivée que Célia Scott était une aubaine remarquable. Au fil de leur conversation, Axel qui était fin observateur avait noté que le vicomte d’Hovenbrook ne semblait en mesure de concevoir, pour son fils, pas d’autre existence possible que celle d’un séducteur, ne faisant absolument rien de ses deux mains et ne levant pas même le petit doigt pour essayer de faire prospérer le domaine familial. A croire que le mariage était la solution à tous leurs problèmes ! Par ailleurs, pas une seconde il n’avait évoqué les sentiments de celle dont ils semblaient disposer à leur guise et Axel n’avait put s’empêcher de se sentir attristé pour cette demoiselle qui venait sans doute d’être négociée puis vendue comme une vulgaire marchandise. Ces choses là étaient de coutume dans tous les pays et les codes de la noblesse primaient systématiquement sur les sentiments et les troublantes passions que les grands auteurs dépeignaient pourtant si bien. Les mariages d’amour se faisaient peu nombreux mais malheureusement, personne n’avait son mot à dire dans tout ça. Chacun était conscient du côté contraignant des restrictions de la haute société et de la façon dont les règles pouvaient peser sur les épaules de chacun. Fort heureusement, certaines personnes étaient encore en mesure de demeurer maitres de leur destinée et c’était le cas d’Axel Westlake. La ligne droite de sa mâchoire, le relief de sa pommette haute, la légère ombre de barbe qui couvrait sa joue. Il avait quelque chose de dur et de puissant, pas seulement dans la force physique évidente chez un homme de sa condition, mais plutôt dans l’air assuré et compétent qu’il dégageait. Il n’était pas bien difficile de s’apercevoir que, même lorsqu’il souriait ou parlait, il était en alerte et attentif, ses yeux sombres sans arrêt sur le qui-vive, ses muscles tendus, prêts à réagir. Il était le genre d’homme vers qui les gens se tournaient naturellement en cas de difficulté. Mais il était aussi un homme à ne pas trop contrarier. Axel possédait un noyau de dureté, sombre et immuable qui s’opposait aux fioritures aristocratiques et à la distinction britannique dont il semblait pourtant issu. Ses bonnes manières auraient pu lui permettre de faire illusion dans n’importe quelle circonstance mais il n’était pas homme à mentir sur son identité et encore moins si c’était pour se faire passer pour un vulgaire pantin de la noblesse. « Vous pouvez rester encore un peu si vous souhaitez lire. M. le vicomte ne pourra pas vous tenir rigueur d'apprécier ses acquisitions. Il aime les belles choses. » Il ne répondit pas, se contentant de la regarder un instant. Son joli visage de porcelaine était barré par un pli inquiet et à la façon dont elle venait de prononcer ces quelques mots, Axel parut un peu perplexe mais préféra ne pas approfondir la bizarrerie de cette remarque. Ce serait sans aucun doute parfaitement déplacé et le musicien ne tenait pas à se montrer cavalier. « Monsieur ? » Oh, où diable avait-il la tête ?! « Westlake. Axel Westlake, mademoiselle. » Il s’inclina légèrement, par pure politesse et replongea son regard dans celui de la future mariée. Elle était absolument charmante mais quelque chose dans son regard paraissait triste, éteint. Quelque chose en lui le poussait à vouloir en apprendre davantage sur elle, sur son histoire. C’était un sentiment étrange qu’il n’était pas vraiment en mesure de s’expliquer, mais sans doute avait-il été touché par le manque de considération évident des Hovenbrook à son égard. Célia était mise sur un piédestal, il est vrai. Mais il doutait fort de l’authenticité des sentiments d’Adam envers sa future épouse. Il n’avait eu qu’à les observer durant le repas. « C’est moi qui jouerai durant la cérémonie. Votre futur beau-père m’a très gentiment proposé de rester au Manoir jusqu’à la fin des festivités. Il semblerait qu’on vous organise un très beau mariage…» ajouta-t-il poliment tout en esquissant un sourire forcé. Il savait que Célia se trouvait certainement dans une situation délicate et peut-être que ses paroles lui apporteraient un peu de réconfort, aussi infime soit-il. « Ainsi, vous connaissez les oeuvres de Goodwin ? Elles sont fascinantes et son style d’écriture est proprement remarquable. Pour tout dire j’ai trouvé son premier roman captivant. Je crois l’avoir dévoré une bonne dizaine de fois, c’est une pure merveille. Il a un talent incroyable, un vrai don. J’ai emmené avec moi son dernier ouvrage tout juste paru en angleterre. Peut-être aimeriez-vous le lire ? » proposa-t-il avec douceur et bienveillance. Il était rare de rencontrer des gens véritablement passionnés par la littérature, comme il pouvait l’être. Le plupart de ses fréquentations pensaient qu’il perdait son temps à remplir son esprit de ce qu’ils estimaient n’être rien d’autres que des idées incongrues inventées par des auteurs en mal de notoriété.




roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Lun 7 Nov 2016 - 18:55




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


La jeune femme ne se faisait pas de faux espoirs concernant ce mariage arrangé. Les femmes de son milieu n'étaient pas libres de faire ce qu'elles voulaient. Elles savaient dès l'enfance, qu'elles allaient passer d'une maison à une autre, avec les mêmes règles, les mêmes contraintes. Et qu'au final, elle n'allait pas avoir plus de liberté. C'était ainsi. Célia était assez intelligente pour savoir que son destin n'allait pas être différent de celui de sa mère, de sa grand-mère, de son arrière-grand-mère avant elle. Alors au final, qu'importait la personne qu'elle allait épouser ? Adam avait la particularité d'aimer les femmes. Et peut-être que de cette façon, il allait la laisser un peu tranquille et passer plus de temps hors de leur futur manoir, plutôt qu'à l'intérieur à ses côtés. Célia était vive d'esprit. Elle savait très bien que tout ce mariage était le fruit de plusieurs jours de négociation. Alors qu'elle donne son avis ou non. Ce n'était pas important au final, puisque son avis n'était même pas demandé et encore moins pris en compte. Elle avait eu de la chance d'avoir pu attendre vingt-et-un ans pour se marier. Elle avait ainsi pu profiter un peu d'une certaine liberté. Avant qu'on ne lui mette aux poignets, les chaînes du mariage arrangé. La jeune femme n'était pas contre le mariage. Non, même si cela n'avait jamais été un rêve à réaliser pour elle. Les rares fois où elle y avait songé, c'était en imaginant un mariage d'amour. Un mariage façonné par les sentiments, par des cœurs battant la chamade. Et non pas, par un mariage décidé sur un papier immaculé. Mais c'était ainsi. Les yeux verts de Célia se porta sur Axel. Elle inclina légèrement la tête pour le saluer quand il se présenta. « Enchantée. » A l'entendre parler, elle décelait un léger accent, loin d'être désagréable. Anglais probablement. Son père et ses frères avaient quelques amis venant de Londres et Célia savait reconnaître cet accent. Aux paroles suivantes d'Axel, elle garda ses yeux verts sur lui. Ainsi c'était lui, le pianiste. Elle avait entendu son futur beau-père faire des éloges sur le musicien. Un sourire amer s'afficha sur les lèvres de la jeune femme à la suite des mots de ce dernier. « Monsieur Westlake... Vous semblez différent de toutes ces personnes rassemblées ici... Vous êtes observateur. » Elle l'avait vu en effet, jeter des regards ici et là aux convives avant mais aussi pendant le repas. « Et vous savez qu'il s'agit surtout d'une transaction commerciale et non d'un mariage. Adam ne m'aime pas. Et je ne l'aime pas non plus. » Enfin, pas comme une femme devrait aimer son fiancé. Il était un ami d'enfance. Rien de plus. « Mais qui s'en souci ? » Personne. Même si aucun des convives invités ce soir-là ne pouvait ignorer le bel arrangement entre deux bonnes familles de la noblesse. Célia était assez honnête pour reconnaître que c'était peut-être le seul avantage qu'elle allait tirer de toute cette mascarade. Elle reporta son regard sur la bibliothèque devant eux. « Je suis comme l'un des livres de cette bibliothèque. Un ouvrage qu'on aime exposer, montrer, vanter les qualités... Sauf qu'au final, il n'est qu'un livre parmi d'autres. Et qu'il finira oublié de tous, sur l'une de ses étagères, perdu dans la masse. » Et c'était le sentiment qu'elle avait en imaginant sa vie future. Elle haussa légèrement les épaules, se mordant la lèvre inférieure. « Excusez-moi, je ne devrais pas parler de cette façon. Je devrais me trouver chanceuse... Mais à vrai dire, ce n'est pas la vie dont j'ai rêvé. » Elle ne savait pas pourquoi elle lui disait tout ça... Pourquoi elle se confiait ainsi alors qu'elle ne le connaissait même pas. Mais peut-être que c'était justement pour cette raison. Peut-être qu'elle se disait que lui, au moins, n'allait pas la juger et la traiter d'enfant capricieuse. D'un point de vue extérieur, elle avait tout ce qu'une jeune femme de son âge pouvait rêver. Seulement les gens ne voyaient que les apparences. Célia resta silencieuse un instant puis à la question du pianiste, elle esquissa un sourire. Un sourire plus sincère et plus doux. Elle l'observait parler de cet auteur qu'elle appréciait. Un peu étonné qu'il puisse connaître les ouvrages de ce dernier. « J'aimerai beaucoup. » Oui, elle savait que Goddwin avait publié un autre roman quelques semaines plus tôt, mais elle n'avait pas eu l'occasion d'en pendre acquisition. « Ma mère me lisait souvent ses œuvres. Et je suis d'accord avec vous. Son premier ouvrage m'a profondément émue. « Paradis sur Terre » a longtemps été mon livre de chevet. Il a un telle aisance dans les descriptions, que l'on a l'impression de vivre les scènes... » C'était ce genre d'ouvrage qui lui avait donné l'envie d'écrire. C'était comme ça qu'elle avait commencé à remplir des carnets entiers. Carnets soigneusement enfermés dan l'un de ses coffres. Parce qu'elle savait que son père désapprouvait ses lectures. « De futiles distractions. Voilà comment mon père appelle tous les livres qui font partis de ma collection... alors je suis ravie de rencontrer quelqu'un qui a le même avis sur cet auteur et... qui aime ces futiles distractions. » Elle garda ses yeux sur lui. C'était bien la première fois qu'elle parlait de littérature avec quelqu'un, en dehors de sa défunte mère.  

juice&nelliel


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Mer 9 Nov 2016 - 12:17

Enjoy the moment.


Bien entendu, ce mariage n’était rien de plus qu’un arrangement de famille qui paraissait certainement aux yeux de tous sensé et souhaitable, avec des avantages financiers non négligeables à la clé. C’était malheureusement de cette manière que fonctionnait la haute société, reléguant les sentiments de chacun au second plan et annihilant toute forme de volonté propre. Axel l’écoutait attentivement. Il y eut un bref instant de silence au cours duquel il lutta pour trouver un moyen d’exprimer ses sentiments sans choquer les oreilles d’une dame bien élevée. Non, cette situation n’était pas normale et Célia avait le droit de souligner le paradoxe de sa condition. Il songea alors à son amie Jane, restée en Angleterre. Elle devait avoir le même âge que Célia. Jane savait qu’il y avait quelque chose dans ses boucles rousses, ses yeux bleus et son visage en cœur qui attirait les hommes, toutes sortes d’hommes, mariés ou non, jeunes ou vieux. Ils se rassemblaient autour d’elle comme une volée de moineaux, lui faisaient des compliments, plaisantaient avec elle, tentaient de la charmer. Se sachant à l’abri de leurs avances, elle acceptait ces attentions avec plaisir et détachement, sachant qu’elle épouserait tôt ou tard l’homme qu’elle choisirait elle-même, par amour. Ses parents l’encourageaient d’ailleurs à effectuer un mariage d’amour à l’instar du leur. Ils n’étaient pas riches, si on entend par là que la richesse ne se résume qu’à une tripotée de biens matériels. En revanche, ils étaient heureux depuis plus de vingt cinq ans et n’auraient échangé leur vie pour rien au monde. Tout le monde devrait avoir le choix. Tout le monde. La métaphore de Célia le fit légèrement sourire et il ne put s’empêcher de répliquer avec douceur : « Vous oubliez sans doute, mademoiselle, que certains de ces ouvrages sont de purs chefs d’œuvre. Bien évidemment, s’il est question d’en faire commerce, chaque livre se ressemble… mais pour un amateur d’art qui sait les différencier, certains ne peuvent passer inaperçus. Il suffit de les reconnaître et ces ouvrages exceptionnels méritent qu’on leur accorde l’attention qu’il se doit. Parfois, il arrive donc que l’on tombe sur un exemplaire inestimable qui quoi qu’on en dise, ne pourra jamais se perdre dans la masse. » Son regard sombre, appuyé, n’avait pas quitté son visage de porcelaine. Il voulait lui faire comprendre qu’elle n’avait rien d’ordinaire. Axel était fondamentalement touché par ses propos. Mais beaucoup plus important encore, il ne pouvait pas, en tout honneur, abandonner cette jeune fille aux conséquences de sa malencontreuse destinée. Sa vulnérabilité, tandis qu’elle évoquait ce chemin qu’on lui avait tracé, touchait son cœur et sa conscience d’une manière qu’il ne pouvait décemment pas expliquer. « Si je puis me permettre, « chanceuse » n’est pas le mot qui me viendrait à l’esprit. Je n’ignore rien de votre tourment, mademoiselle, comme je sais que les codes de la bonne société vous contraignent à accepter une situation pourtant anormale. J’imagine que l’incertitude dans laquelle vous vous trouvez, vous oblige à sonder votre cœur et si je puis me permettre, vous ne devriez pas en ignorer le moindre murmure… » Axel savait qu’il n’était pas à sa place. Il n’aurait jamais dû l’entrainer sur cette voie, à essayer de lui faire comprendre qu’en dépit des apparences, elle avait le choix de refuser cet arrangement. Il ne tenait qu’à elle de reprendre sa vie en main, de dire non aux obligations et d’acquérir cette liberté que pour sa part, il chérissait tant. « De quelle vie rêviez-vous ? » Une fois encore, Axel savait qu’il outrepassait les limites. Un homme de son rang n’aurait jamais dû se permettre de se montrer si cavalier à l’égard d’une jeune fille telle que Célia. Ils n’étaient pas du même monde, ne répondaient ni aux mêmes exigences, ni aux mêmes codes. Axel ne connaissait pas vraiment la haute société. Il était issu d’une famille pauvre, avait grandi dans un quartier populaire de Londres et n’avait pour seul revenu que l’argent qu’il gagnait à droite à gauche en offrant ses services. Mais cette vie là lui convenait. Il voyageait, il rencontrait du monde, il s’octroyait les plaisirs d’une liberté qui faisait défaut à bon nombre de personne. Alors non, il ne comprenait pas comment on pouvait contraindre qui que ce soit à renoncer aux petits plaisirs de la vie par simple intérêt financier.

Elle l’intriguait d’une manière proprement insensée et au cours du diner, elle avait d’ailleurs attiré son regard dès son entrée dans la pièce. En d’autres circonstances, il serait allé la rejoindre et aurait tenté de la séduire car ses boucles blondes et sa silhouette sensuelle avaient immédiatement éveillé ses désirs. Mais il avait tout de suite compris qu’il s'agissait de la promise d’Adam, sans compter que le décalage entre leurs conditions sociales lui interdisait de franchir ce pas. Cependant, il était évident que les autres gentlemen présents avaient eu les mêmes pensées et qu’ils ne savaient pas les maitriser aussi bien que lui. Mais à présent, plus ils discutaient, plus il lui semblait évident que Célia était bien différente des jeunes filles de bonne famille qu’il avait pu rencontrer jusqu’ici. Bien au-delà de son évidente beauté, se cachait une sensibilité insoupçonnée et semble-t-il, une curiosité intellectuelle qui faisait bien souvent défaut aux jeunes filles de sa condition. Axel n’avait encore jamais eu l’occasion de converser avec quelqu’un d’aussi passionné que lui pour la littérature. Il faut dire que pour sa part, le jeune musicien passait son temps à écumer les librairies à la recherche d’ouvrages qu’il n’aurait pas encore eu le loisir de découvrir. Il lui arrivait ainsi d’assister à des séances de lecture au cours desquelles, certains auteurs audacieux venaient présenter leurs écrits à un auditoire souvent conquis. « « Paradis sur Terre » est un ouvrage magnifique, en effet. Pour tout dire, vous êtes la première personne à partager mon enthousiasme quant aux écrits de Goodwin. La plupart des gens ignorent jusqu’à son existence. » Axel s’interrompit en un sourire puis écouta attentivement les propos de la jolie Célia. Son père ne semblait pas approuver les futiles distractions de sa fille et cela n’avait rien d’étonnant. Il estimait certainement qu’elle avait bien mieux à faire que de se plonger des heures durant dans ses lectures. « Celles-ci et bien d’autres encore, mademoiselle. La musique, la littérature, la peinture… j’aime toutes ces ‘futiles distractions’ qui sont infiniment plaisantes et qui permettent de s’évader le temps d’un instant. Monsieur votre père n’a peut-être pas eu la chance d’être initié aux plaisirs que peuvent engendrer ces différentes formes d’art. Pour ma part, je ne peux envisager de vivre sans…  » Dans d’autres circonstances, Axel lui aurait sans doutes proposé de lui lire quelques poèmes de Byron dont on avait encore jamais entendu parler dans cette partie du pays. Mais il savait que tout ceci serait sans doute mal interprété et que l’on prétendrait bien vite qu’Axel lui faisait la cour en tentant de s’assurer de sa discrétion. Il était un homme hardi c’est vrai, mais il ne tenait pas à causer des ennuis à Célia. « Il y a toujours de l’espoir, mademoiselle, ne l’oubliez jamais…»


roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Ven 11 Nov 2016 - 21:29




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Les yeux de Célia s'étaient posés sur ces rangées de livres, parfaitement alignés sur ces étagères en bois ancien. Cette bibliothèque était magnifique. Dès qu'elle avait découvert cette pièce, elle en avait été amoureuse. C'était un endroit reposant. Et puis cette odeur de papier, de cuir ancien, elle appréciait. Sa mère lui lisait beaucoup d'ouvrages quand elle était enfant. Peut-être était-ce de cette façon qu'elle avait hérité de cet amour de la littérature. Sa mère était une passionnée. Elle lisait énormément. Encore plus quand sa santé s'était peu à peu détériorée. Célia avait été touchée par ces événements. Et elle-même s'était réfugiée à plusieurs reprises dans la lecture. Cela lui avait permis de s'évader, d'oublier le temps d'un instant, les tourments qui accaparaient son esprit. C'était à cette époque, qu'elle avait commencé à écrire, à améliorer son style. Mais son père l'avait rapidement réprimandé. Une jeune femme de sa condition ne s'enfermait pas ainsi dans un bureau pour écrire à longueur de journée. Alors elle avait partagé son temps. Mais l’écriture avait toujours eu une place importante dans sa vie. C'était grâce à elle, qu'elle était devenue la femme rêveuse qu'elle était aujourd'hui. Seulement la vie n'était pas un rêve. Et la réalité était bien différente. Bien différente de ses aspirations, de ses souhaits. Elle n'était qu'une femme et ses perspectives d'avenir étaient limitées. Elle le savait. Elle était assez intelligente et consciente de sa condition pour savoir ce qu'il en était de l'avenir qu'on lui offrait. Une vie qui n'était pas la sienne. Enfin, elle connaissait assez Adam pour savoir qu'il n'allait pas lui permettre de faire certaines choses. Il lui avait déjà donné son point de vue quant à ses lectures fantasques. Alors comment attendre à ce qu'il l'accepte tel qu'elle pouvait être. C'était insensé. Elle allait devoir se conformer à l'image qu'on attendait d'elle. A ce qu'elle paraisse toujours à son avantage. Qu'elle sache discuter de tout et de rien sans toutefois prendre parti et encore moins, donner son opinion. Comme elle venait de le dire au pianiste, elle savait très bien où elle mettait les pieds. Elle n'était qu'un livre comme elle venait de le dire au brun ténébreux. Elle ne se laissait pas bercer par des illusions. Elle préférait regarder la vérité en face. Elle était un livre qu'on allait finir par oublier sur une étagère. Aux paroles d'Axel, elle esquissa un doux sourire. Elle aimait la façon dont il parlait. C'était bien la première fois qu'elle partageait la même vision que quelqu'un. « Encore faut-il tomber sur une personne qui aime l'art... » Adam, tout comme sa belle-famille n'appréciaient que les courses hippiques, les courbes de la bourse et les caisses de tabac qui arrivaient par bateaux des Amériques. « Si seulement tout était aussi simple... » Célia n'avait jamais rêvé de richesses, de prestige, de réputation. Tout ce qu'elle voulait, c'était vivre sa vie. Être capable de se réveiller chaque matin et de se dire qu'elle pouvait faire tout ce dont elle avait envie. A la question d'Axel, elle reposa ses yeux verts sur lui. L'espace d'un instant, elle s'était plongée dans ses souvenirs d'enfance. De ces temps où elle pensait encore que tout était possible. Elle l'observait un instant. Célia gardait le silence un moment alors qu'elle pensait à un futur dans lequel elle pourrait prendre part... « Une vie loin d'ici... » Laissa-t-elle échapper de ses lèvres rosées. Elle esquissa un léger sourire. Même si cela était encore plus douloureux d'en parler, surtout à haute voix. Et puis elle n'avait pas envie de passer pour une femme qui n'appréciait pas ce qu'on faisait pour elle. Même si elle n'avait jamais demandé tout ça. C'était paradoxal. Mais l'espace d'un instant, elle appréciait discuter avec Axel de ces ouvrages qu'elle aimait tant. Le pianiste avait prit en main l'un des livres qu'elle chérissait. Était-ce une coïncidence ou un signe du destin ? Quelle était la probabilité qu'elle puisse parler avec un amoureux des livres et plus précisément de Goodwin. Aux premières paroles d'Axel, Célia ne pouvait s'empêcher de sourire, légèrement amusée. « Vous avez raison. Beaucoup ignorent les merveilles que peut décrire Clarence dans ces livres. « Et comme elle tombait tel une goutte de rosée sur cette pétale exquise. Cette caresse matinale longeait la courbe fébrile d'une douceur infinie pour déposer cette volupté sur cet écrin de la Nature lui ôtant aussi toute envie de laisser le vent l'emporter. » » Célia reposa ses yeux sur Axel tout en souriant. « Et dire que ma mère me lisait ça... Je n'ai compris que plus tard ce que cela signifiait. La comparaison entre la rosée du matin et la caresse charnelle est tellement poétique. » Ce genre de descriptions avait bercé ses moments de liberté quand elle était plus jeune. Quand elle se rêvait aventurière sur son cheval, dans un pays lointain. Célia reporta son attention sur Axel qui avait reprit la parole. « Je vous envie. Pas seulement parce que vous pouvez profiter de ces futiles distractions, mais aussi parce que vous avez le loisir de les choisir... » Au moment où elle allait ajouter quelque chose, la voix grave d'Adam se fit entendre. « Enfin ! Je vous cherchais. » Célia se retourna pour faire face à son fiancée. « Encore entrain de lire ces fichus bouquins. Venez donc, ma mère voudrait vous présenter à l'une de ses amies. » La jeune femme soupira légèrement. « Merci pour ce moment, monsieur Westlake. » Elle l'observa un instant alors qu'Adam s'impatientait. Puis elle quitta la bibliothèque. Célia était déçue de mettre fin à cet interlude mais elle savait qu'elle allait revoir le pianiste.

Et le lendemain, alors qu'elle faisait une promenade dans le parc, elle remarqua la silhouette du pianiste avec l'un des convives de la veille. Elle l'observa un instant avant de se diriger vers l'un des bancs en marbre blanc qui entourait les parterres. Elle avait emporté son carnet à dessins. Elle aimait s'asseoir un moment pour capturer avec son crayon de bois les paysages, les moments qu'elle appréciait. Sa mine se mit à parcourir le papier tandis que ses yeux verts ne quittaient pas la silhouette des deux hommes. Peu à peu son dessin prenait vie. Mais Célia s'arrêta dans son geste quand Adam arriva vers Axel. Les deux hommes échangèrent quelques mots avant que son fiancé ne quitte le jardin. Elle fronça les sourcils, se demandant ce que les deux hommes avaient pu se dire. Toutefois, elle referma son carnet quand le pianiste s'approcha d'elle.

juice&nelliel


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Ven 11 Nov 2016 - 23:23

Enjoy the moment.

Dans la matinée du lendemain, alors qu’il se promenait aux abords du Manoir, Axel croisa le chemin d’un autre invité convié au repas de la veille. Cordialement, les deux hommes ne tardèrent pas à échanger quelques mots évoquant les festivités à venir et la météo capricieuse de ces derniers jours. Ces banalités furent interrompues par l’arrivée d’Adam qui souhaitait s’entretenir seul à seul avec le musicien. Ca avait l’air sérieux. Leur échange ne dura qu’un bref instant mais fut suffisamment explicite pour que le message que le futur vicomte tentait de faire passer au pianiste soit parfaitement clair. Suite au départ d’Adam, l’anglais laissa échapper un petit rire cynique et agita brièvement la tête de droite à gauche. Ce type était décidément le roi des abrutis. Avec un peu de chance, Axel aurait le loisir de le lui dire en face avant son départ. Mais tandis qu’il faisait demi-tour pour retourner au Manoir, le jeune homme fit cas de la présence de Célia, assise à quelques mètres de là. Très vite ses pensées vagabondèrent vers cette mystérieuse demoiselle ainsi que cet échange troublant qu’avait été le leur. Le soleil qui tentait de se frayer un chemin au travers des branches formait désormais comme une auréole au-dessus de sa tête blonde. Jamais il n’avait rien vu d’aussi beau. A cet instant, il s’était tout naturellement dit qu’il pourrait facilement rester indéfiniment ici, à la regarder. Comme leurs regards venaient de se croiser, il se décida à aller vers elle. La saluer était la moindre des choses et puis, il avait envie de partager encore quelques instants en sa compagnie. « Bonjour, Mademoiselle Scott. » A la lumière du matin, elle était encore plus belle. Plus fascinante. Des yeux verts en amande. Des sourcils parfaitement dessinés qu’elle haussait en une adorable mimique. Des pommettes rosées… et une bouche d’une sensualité à damner un saint. Tout en elle était prodigieusement attirant. Il repensa aux paroles qu’elle avait prononcé la veille lorsqu’elle avait cité Goodwin… le sens caché de ces mots éveillait en lui un émoi peu ordinaire. Axel remarqua le carnet qu’elle venait de refermer ainsi que le crayon qu’elle tenait entre ses doigts. Naturellement, elle devait être en train de dessiner ou d’écrire avant qu’il ne l’interrompe, ce qui ne manqua pas d’attiser sa curiosité. « C’est une bien belle matinée, n’est-ce pas ? J’aime la sérénité de ce jardin. » Depuis qu’il s’était levé, Axel flânait en ces lieux, écoutant l’air bruisser de chants d’oiseaux et du doux murmure de la rivière qui coulait non loin de là. Il avait été fasciné par l’enchevêtrement parfait des rosiers et des bougainvillées, les parterres de fleurs multicolores au dessus desquels voletaient quelques papillons, la splendeur qui émanait du Manoir des Hovenbrook. Il émanait de cet endroit une sérénité intemporelle, à mille lieues de l’agitation Londonienne qu’il chérissait tant. Axel se tenait désormais sous un immense chêne, qui avait probablement été le témoin privilégié de nombre de scènes inattendues. Ici, avaient certainement retentis les premiers cris d’un bébé ou des rires d’enfants. Des hommes et des femmes avaient certainement échangé des mots d’amour et de tendres serments… Subtilement, il lança une œillade en direction de la sublime fiancée. Discrète, ravissante, elle offrait une vision qui ne pouvait que le séduire. Cependant, il ne devait pas oublier qu’il était sur le point d’assister à une réception supposée marquer le début de sa toute nouvelle vie et que la bienséance exigeait qu’il maitrise le trouble manifeste qu’elle faisait naitre en lui. Sans parler de son échange avec Adam… Il reprit la parole plus timidement, chose qui ne lui ressemblait pas nécessairement d’ailleurs. « Mademoiselle, je m’en irai demain juste après la célébration de vos fiançailles. Votre futur époux a semble-t-il, une préférence pour quelques musiciens de sa connaissance qui semblent honorés de pouvoir jouer à l’occasion de votre mariage. » Oui c’est de ça dont Adam avait voulu lui parler. Sans aucune explication, il avait sommé Axel de quitter les lieux après les fiançailles, affirmant que des musiciens faisant preuve de davantage de professionnalisme que lui prendraient le relais pour le mariage. Un étrange revirement de situation mais Axel respectait totalement ce souhait. Il avait bien compris qu’Adam se montrait méfiant à son égard depuis qu’il les avait surpris, Célia et lui, dans la bibliothèque. En soi, il n’y avait rien de dramatique à cela, mais Axel était un homme séduisant et Adam avait certainement jugé que sa présence auprès de Célia était à éviter. Quel être abject. « Hum, vous dessinez ? » demanda-t-il avec un léger sourire en désignant du regard le carnet de la jeune femme. Il changeait de conversation comme si de rien n’était, sans doute car il estimait que son départ n’avait pas la moindre importance. Bien entendu, il était peiné de devoir abandonner Célia à son triste sort mais d’un autre côté, il ne pouvait imposer sa présence au Manoir plus longtemps. « Serait-ce déplacé de ma part de vous demander la permission de voir vos dessins ? Je suis certain que vous avez du talent… » Il esquissa un sourire encourageant et attendit une réponse de la divine Célia.

roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Sam 12 Nov 2016 - 20:25




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Le restant de la soirée, la jeune femme avait passé son temps à saluer des personnes. Tellement de personnes, qu'elle avait quasiment oublié la plupart des prénoms et des origines. A vrai dire, elle s'en fichait. Plus tard dans sa chambre, elle avait repensé à cette soirée. Et la seule chose à laquelle elle avait songé, était cette rencontre improbable dans la bibliothèque. Célia avait eu du mal à trouver le sommeil, repensant aux mots d'Axel. Est-ce qu'elle devait écouter son cœur ? Parfois, elle se disait qu'elle n'avait qu'une vie et qu'elle devait la vivre pleinement. Puis elle repensait à son père, à sa famille qui comptait sur elle. Elle était tiraillée entre ses devoirs et ses propres aspirations. Elle aurait aimé que sa mère soit là pour la conseiller. Seulement elle n'était plus là. Et elle se retrouvait seule cette nuit-là, l'esprit occupé par un tas de pensées. Ses yeux verts sondaient la lune dont l'image filtrait à travers les fins rideaux blancs. Elle était restée de longues minutes à observer l'astre lunaire avant de se relever et d'aller chercher un certain ouvrage dans sa malle qui regroupait ses affaires personnelles. Le sourire de Célia s'étira doucement à l'approche du pianiste. Elle le salua d'un léger mouvement de tête. « Bonjour. Appelez-moi Célia. » Ils étaient seuls. Alors ils pouvaient encore se permettre ce genre de choses. Les yeux de la jeune femme observaient les moindres détails du visage de son interlocuteur. Contrairement à la plupart des hommes qu'elle rencontrait, Axel avait une légère barbe. Rares étaient les hommes qui ne se rasaient pas méthodiquement chaque matin. Ou plutôt qui se faisaient rasés par l'un de leurs domestiques. Mais cela lui allait plutôt bien. Axel était un homme séduisant et il devait le savoir et en jouer. Bien que pendant la soirée, elle ne l'avait vu proche d'aucune femme présente. Et pourtant, il y avait beaucoup de monde. Alors peut-être était-il marié. Instinctivement, elle jeta un bref regard sur les mains du pianiste. Aucun anneau. Célia quitta ses pensées quand il reprit la parole. Elle releva son regard sur lui. « J'apprécie également ce calme. » Même si elle aurait préféré être chez elle. Malheureusement pour toute la semaine des festivités, elle logeait dans le manoir des Hovenbrook. Mais il fallait être difficile pour ne pas apprécier toutes ses nuances de couleurs, la lac où quelques cygnes se regroupaient. Les arbres qui donnaient des touches cuivrées à la verdure du décor. Et le calme. Cela changeait de l'agitation qu'il y avait à l'intérieur du manoir. Ici, c'était reposant. Elle oubliait presque qu'il y avait des personnes qui préparaient son mariage. Un mariage qui aurait lieu dans une semaine exactement. Autant dire que Célia avait l'impression que le temps filait à une vitesse. Qu'il s'écoulait comme le sable entre ses doigts. Inéluctablement. Ici tout semblait calme, en dehors du temps. Enfin, jusqu'à ce que le pianiste lui annonce qu'il allait partir. Elle l'observa. « Pourquoi a-t-il changé d'avis ? Vous avez joué à merveille... » Pourquoi faire ce changement à quelques jours de la cérémonie ? Puis... elle repensa à leur conversation d'hier soir dans la bibliothèque. « C'est de ma faute... » Elle leva ses yeux sur lui. « Je vous ai accaparé hier et Adam n'a pas apprécié. Je suis navrée de vous avoir fait perdre ce contrat. » Son fiancé s'était encore imaginé des choses sans même lui poser la moindre question. En tout cas, elle était déçue et même triste que leurs chemins se séparent si rapidement. Elle aurait voulu avoir tant d'autres conversations avec lui. Elle aurait voulu apprendre à le connaître davantage. « Vous comptez rester dans la région ? J'imagine que vous devez avoir d'autres propositions. » Avec le talent qui était le sien, il ne devait pas manqué d'intérêt pour les mélomanes de la région, elle en était persuadée. Puis à sa question, elle reporta son attention sur le carnet qu'elle tenait encore dans les mains. Un carnet avec une couverture en cuir marron, fermé par une lanière en cuir brut. Ce carnet ne le quittait pas depuis des années. « Oui, enfin j'essaie... C'est un carnet que je possède depuis que je suis petite. Ma mère m'en avait fait cadeau. Elle disait que j'avais une imagination débordante et que je devais la laisser s'exprimer... » Elle esquissa un sourire en repensant à cette conversation qu'elle avait eu avec sa mère. « Il n'y a pas que des dessins. Il y a aussi des textes, quelques pensées, des poèmes... » C'était donc très personnel. Personne ne l'avait lu ou regardé jusqu'ici. Que ce soit sa mère, son père, ses frères... personne. Pourtant quand Axel lui demanda la permission d'y jeter un œil, elle n'hésita pas et lui tendit le précieux recueil. « Ce n'est pas du grand art. » Pourtant, à l'intérieur, il y avait de très beaux dessins. Un très fin et précis qui s'était amélioré au fil du temps, des ombrages, des détails qui avaient pris place sur les tracés. Puis des petites citations sur la vie en général, des mots sur ses moments de doutes ou de joie. Sa première mention à l'école. Ses sept ans et le poney qu'on lui avait offert. Son voyage sur la côte. Cette fois où Brutus le chien de chasse de son père l'avait mordu au bras. Puis ses pensées plus personnelles, ses réactions face à la santé déclinante de sa mère, son impuissance face à la situation. Quelques textes qu'elle avait écrit. Des débuts de nouvelles qu'elle n'avait jamais terminé... Elle laissa Axel feuilleter une à une les pages du carnet. Pendant ce temps là, elle restait silencieuse. Elle l'observait, scrutant les réactions sur son visage. Jamais elle n'aurait montré ce carnet à quelqu'un d'autre. Elle s'étonnait elle-même, enfin pas tant que ça. Dès les premières minutes, elle avait senti un lien particulier avec cet homme qui était à ses côtés. Et c'était peut-être ça aussi que son fiancé avait aperçu.

blue&blondie


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 13 Nov 2016 - 13:16

Enjoy the moment.

Le manque de considération d’Adam à son égard n’était pas surprenant. A demi-mots, il l’avait accusé de comportement malhonnête, suggérant qu’il avait toutes les raisons de croire qu’il était préférable que le musicien quitte le Manoir après les festivités du lendemain. Axel avait accepté sans sourciller, à quoi bon tergiverser durant des heures ? S’il n’y avait pas eu cette rencontre dans la bibliothèque à laquelle il ne pouvait s’empêcher de penser sans cesse, peut-être aurait-il même déjà fait sa valise afin de reprendre la route. Hélas, le souvenir de son échange avec Célia faisait naitre en lui un émoi irrésistible et il éprouvait le besoin de parler avec elle une dernière fois. « Vous n’avez pas à vous excuser, mademoiselle. J’imagine que votre fiancé essaie simplement de vous préserver d’une mauvaise rencontre. Il se fait du souci pour vous et puis, je suis certain que ces musiciens raviront vos noces. » Il esquissa un léger sourire, détournant son regard de la troublante demoiselle. Il aurait aimé que le Manoir et ses invités s’évanouissent comme par enchantement, et que la pendule retarde de quelques heures. Chaque minute passée auprès de Célia était plus intrigante que la précédente et Axel aurait aimé avoir le privilège de la connaître davantage. Il la trouvait tout à fait charmante et désirable. Il avait beau se répéter que le charme est une qualité intangible et difficile à mesurer, il ne pouvait nier son influence sur sa personne même s’il prétendait s’en défendre. La façon dont elle s’adressait à lui, son regard désarmant, la douceur de sa voix, tout cela ne faisait qu’ajouter à l’attrait qu’il ressentait pour elle. A sa question, un sourire paresseux éclaira son visage et il hocha doucement la tête. « Pour tout dire, je l’ignore encore. J’aime me laisser surprendre par les hasards de la vie, me réveiller le matin sans savoir ce qu’il va m’arriver, voyager à travers le monde, faire de nouvelles rencontres… voilà ce qu’est vraiment la liberté à mes yeux. » Cette vie de nomade lui plaisait plus que de raison mais trahissait sans doute le vide de son existence. Toujours ailleurs, toujours sur les routes, cherchant désespérément un endroit où il se sentirait chez lui et ne le trouvant jamais. Axel n’avait pas nécessairement conscience de tout ça tant il ne voyait que les côtés positifs de la vie. Une vie qu’il trouvait magique et fascinante et dont il ne tenait pas à gâcher la moindre seconde.

Son attention se porta sur le carnet que la douce Célia tenait entre ses mains. Axel ne s’attendait pas à ce qu’elle accepte de le lui confier, de partager avec lui des souvenirs aussi intimes de son existence, comme si elle lui ouvrait son cœur, son âme tout entiers. Dès les premières pages, Axel se sentit gêné d’une telle proximité avec la jeune femme mais à aucun moment ne laissa paraître ses émotions. Il feuilletait le carnet avec attention, esquissant tantôt un sourire, tantôt une expression sérieuse plus marquée. Il pencha la tête sur le côté en découvrant un croquis magnifique qu’il devina être le portrait de sa mère, se pinça les lèvres, tourna de nouveau délicatement les pages et le referma soigneusement. Il resta silencieux un instant, contemplant le carnet de cuir refermé entre ses mains. Il était touché qu’elle ait pu lui confier tout ça, se dévoiler avec tant d’audace et sans la moindre crainte. « Vous êtes une jeune femme absolument incroyable, Célia. Et dotée d’un talent remarquable, je vous l’assure. Votre mère disait vrai, il faut laisser votre imagination s’exprimer. » Axel fit mine de réfléchir, avant de plonger son regard ténébreux dans le sien, comme s’il cherchait une réponse à la question qui lui brûlait les lèvres. « Pourquoi ? Pourquoi les laisser diriger votre vie et entraver vos rêves ? Vous méritez mieux que ça… Ce Manoir, cette vie auprès d’Adam, les convenances que l’on vous impose… cela ne correspond pas à ce que je viens de découvrir de vous. » Il avait parlé sur un ton doux, surpris de découvrir que cette jeune demoiselle incroyable, à l’âme pure, magnifique et innocente puisse accepter de laisser un tiers diriger sa vie. Cependant, les mots étaient sortis beaucoup trop vite et Axel détourna aussitôt son regard de la future mariée, manifestement embarrassé. « Je vous demande pardon, je n’étais pas à ma place.»

roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 13 Nov 2016 - 19:24




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Pour tout dire, Célia venait de comprendre pourquoi son fiancé avait ainsi congédié Axel. Ce n'était pas parce qu'il avait trouvé des artistes plus prisés. Non en fait, c'était seulement parce que le pianiste avait passé trop de temps avec elle dans la bibliothèque familiale. Qu'une fiancée s'éloigne de cette façon de la soirée faite en son honneur pour converser avec un étranger, saltimbanque. C'était quelque chose qui déplaisait fortement à Adam Il s'imaginait que Célia se laisser charmer par le pianiste. La jeune femme était à proprement parlé très blessée qu'il puisse la croire si frivole et volage. En même temps, ils ne se connaissaient pas vraiment. Le fils Hovenbrook était un ami de ses frères. Elle, elle le côtoyait seulement le temps de quelques minutes tout au plus. Ils n'avaient jamais été proches. Et pourtant, ils allaient se marier. C'était étrange parce que Célia se sentait bien plus proche de cet étranger dont Adam haïssait la nonchalance, que de son futur époux. Dès la minute où elle avait posé ses yeux sur lui, elle avait ressenti un tourment qu'Adam ne lui avait jamais inspiré. Depuis qu'elle était petite, Célia était un peu à part. Quand ses amies apprenaient la broderie et assistaient aux leçons de maintien, elle échappait à la surveillance de sa gouvernante pour faire un tour en forêt, monter Galahad son cheval. Elle aimait la pèche, la médecine, l'astronomie. Alors que ses amies prisaient les leçons de couture, les parfums et les cours de danse. Célia avait peu d'amis. Parce qu'au final, elle avait l'impression de ne pas être sur la même longueur d'ondes. D'être elle-même étrangère à sa vie. Alors peut-être était-ce pour cette raison qu'elle se sentait si bien avec l'anglais. Elle avait l'impression de se voir en lui. Ou tout au moins, de voir la personne qu'elle aimerait être : libre, spontanée, artiste, aventurière. Axel lui offrait un monde qu'elle ignorait mais dont elle rêvait chaque nuit. Cette vie qu'il décrivait de façon si enthousiaste, elle voulait la vivre. Seulement, elle était attachée à sa famille, à son « monde » et ses traditions. Parfois, elle se disait qu'elle aurait aimé naître dans une autre famille... de ne pas avoir cette place qu'elle tenait dans la sienne. De pouvoir choisir son destin en toute liberté. De faire tout ce qui lui passait par la tête, sans réfléchir, sans penser à la bienséance. Seulement, elle était consciente de ses responsabilités et de ses devoirs envers sa famille. Elle avait gardé ses yeux verts sur lui. « Vous n'avez jamais eu envie de vous poser ? » Elle se posait la question en l'écoutant parler. Puis elle ajouta sans le quitter des yeux. « J'imagine que vous avez du rencontrer un tas d'endroits, un tas de personnes toutes plus différentes les unes que les autres. Ne vous êtes vous jamais dit que vous vouliez rester là, à cet endroit précis auprès de ces personnes précises ? » Célia fonctionnait aux coups de cœur. Elle était capable de s'enflammer pour un endroit, un lieu, un ouvrage, une peinture... Et alors, elle pouvait rester des heures, voir des jours avec cette obsession en tête sans jamais se lasser. Elle était passionnée et laisser souvent son cœur s'exprimer. Bien que ses dernières années, son père avait brisé chacune de ses passions. Sans s'en rendre compte, Célia s'était conformée à l'idée qu'il se faisait d'elle, sans vraiment chercher à savoir qui elle était vraiment. Il ne l'écoutait. Il ne s'intéressait pas à ce qu'elle faisait. Alors au final, elle avait gardé tout ça, secret. Elle avait utilisé ce carnet en cuir comme un exutoire. Il refermait une partie de sa vie, de ses pensées et de ce qu'elle aimait. Aux paroles d'Axel, elle reporta son regard sur lui. Un sourire s'afficha sur ses lèvres rosées. « C'est ce carnet qui vous permet de dire ça ? » Pourtant, il semblait la connaître mieux que son futur époux. C'était paradoxal mais pas tant que ça puisqu'ils semblaient avoir la même vision des choses, avoir les mêmes passions. Puis à la question du pianiste, elle fut un peu prise au dépourvu. Elle garda ses yeux sur lui, gardant un instant le silence. « Ne vous excusez pas. J'aime la franchise. Et vous avez raison... » Elle haussa un peu les épaules, par dépit. Elle posa ses yeux verts sur le lac et les cygnes qui s'y trouvaient. « J'ai l'impression d'être étrangère à tout ça. Je n'ai jamais eu l'impression d'avoir ma place, même dans ma propre famille. Enfin, après le décès de ma mère, j'ai eu l'impression de perdre tout intérêt pour ceux qui m'entouraient. » Elle se souvenait des semaines qui s'étaient écoulées. Du brusque retour à la réalité. Son père ne l'avait jamais encouragé dans ses passions contrairement à sa mère. « Je n'ai pas envie de me marier. J'aimerai voyager, voir le monde, ces animaux exotiques que je n'ai vu qu'en livres... » Elle esquissa un sourire à cette évocation. Son carnet regorgeait de quelques croquis de ces animaux sauvages. « J'aimerai prendre mes propres décisions, dire non quand j'en ai envie. » Son sourire s'estompa avant qu'elle n'ajoute. « Mais je ne peux pas faire ça à ma famille. Mon père compte sur ce mariage... et puis, peut-être que je n'ai pas tout le courage nécessaire pour réaliser tout ça. Peut-être que je ne suis pas douée... peut-être que j'ai peur d'échouer, d'être déçue. Les rêves ne restent parfois que des rêves... »

blue&blondie


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 13 Nov 2016 - 21:53

Enjoy the moment.

« Pour être honnête il m’arrive parfois d’envier ces hommes qui chaque soir, retrouvent la chaleur d’un foyer. Ma vie a beau être exaltante, la solitude comporte également son lot d’inconvénients. Parfois, j’aimerais avoir quelqu’un avec qui partager ces beaux moments, je l’avoue. » Il esquissa un nouveau sourire, convaincu qu’il finirait tôt ou tard par rencontrer cette personne avec qui partager son existence. Le destin lui réservait depuis toujours d’incommensurables surprises et il n’y avait aucune raison pour que cela change. Axel n’aimait pas se laisser guider sa conduite ou devoir à tout prix répondre aux exigences sociales de son temps. Passé vingt cinq ans, un galant homme se devait d’être marié, de fonder une famille et de s’engager dans un travail honnête lui permettant de répondre aux besoins de ses proches. Pour sa part, bien qu’ayant un goût prononcé pour la gente féminine, Axel était libre comme l’air et menait une existence de nomade qu’il n’aurait échangé pour rien au monde. Il vivait de son art et même s’il lui arrivait de donner des leçons de solfèges à de jeunes enfants, il n’envisageait pas encore d’en avoir. L’évident parallèle entre sa vie empreinte de liberté et celle de la jeune fiancée le désarçonnait totalement. Aussi, mû par une soudaine impulsion, Axel ne tarda pas à s’engager sur un terrain qui ne le concernait en rien. Bien qu’il regretta son audace, Célia ne sembla pas offensée. Au fil des explications de la jeune femme, son esprit rassemblait les morceaux épars du puzzle, même si beaucoup de questions demeuraient encore sans réponse. De toute évidence, le musicien ne comprenait pas comment un père pouvait en arriver à vendre sa fille pour s’acquitter de ses dettes tout en parvenant à garder sa conscience tranquille. Il songea tristement à ces rêves qu’elle abandonnait, à son existence qu’elle allait sacrifier et à cette liberté qu’elle ne connaitrait probablement jamais. Pendant quelques secondes, il la but littéralement des yeux, attentif à toutes les émotions qui se succédaient sur son délicieux visage. « Ainsi, les hommes font ce qu’ils veulent et les femmes ont simplement le droit de se taire et de rester vertueuses quoi qu’il advienne… Je ne trouve pas ça juste. Chacun devrait être libre de faire ses propres choix et le mariage ne devrait pas être une contrainte sociale que l’on doit se forcer à respecter, mais bel et bien un acte d’engagement et d’amour. » Mais une fois encore, Axel était contraint de constater qu’ils n’appartenaient pas au même monde. Il y avait bien trop de choses qui les séparaient. Les codes de haute société étaient loin de ressembler à tout ce qu’il avait pu connaître autour de lui et pour sa part, il ne pouvait envisager un mariage dénué de sentiments. « Ne laissez pas la peur gagner du terrain et surtout, ne perdez jamais l’espoir de concrétiser vos rêves… il n’est jamais trop tard pour ça et je suis certain qu’il y aura des jours meilleurs, vous verrez. » Il la regarda. Elle était immobile et il lutta  pour ne pas avancer sa main vers elle pour s’emparer délicatement de la sienne en un geste réconfortant. Non, ce serait parfaitement déplacé et donnerait un sens aux préoccupations d’Adam.

L’agitation liée à la cérémonie du lendemain ne sembla pas faiblir de la journée. Chacun y mettait du sien pour que tout soit prêt à temps et depuis sa chambre, Axel pouvait entendre la voix du futur vicomte dans le jardin, qui sommait les domestiques d’accélérer la cadence. Refermant la fenêtre, le musicien s’empara de l’ouvrage de Goodwin qu’il avait promis de prêter à la jeune fiancée et griffonna quelques mots sur la première page. « Il y a toujours des moments dans l’existence où une porte s’ouvre et où votre vie dérape dans la lumière. L’espoir n’abandonne jamais. Avec toute mon affection. A. » Sortant de sa chambre, le roman sous le bras, Axel croisa le chemin d’Ilona, l’une des domestiques qui s’était notamment chargée d’amener, quelques heures plus tôt, la robe que porterait Célia au cours de la cérémonie. Poliment, Axel lui demanda de bien vouloir remettre le roman à la jeune femme, ne souhaitant pas la déranger lui-même. Pour passer le temps, il gagna par la suite la salle de musique où l’attendait un piano d’une incroyable beauté. Lentement, il alla s’appuyer contre l’instrument et enfonça l’une des touches, dans les régions les plus hautes du clavier. Une note aiguë vint rompre le silence, un unique son, aussi perdu et désespéré qu’on pouvait l’être. Avec précautions, il caressa l’acajou sur lequel brillaient des initiales, deux lettres entrelacées dont il ne connaissait pas la signification. Tandis qu’il entamait une sonate aux allures mélancoliques, une pensée insaisissable voltigeait à l’arrière plan de son esprit. Ou plutôt une image, vaguement reliée à Célia Scott. La jolie Célia et son regard de velours. Sa longue chevelure blonde. Son sourire troublant… « Tu deviens fou ma parole. » se morigéna-t-il en laissant ses doigts courir le long du piano.

« Puis-je savoir d’où vous vient ceci ? » Serrant les mâchoires, Adam tenait fermement l’ouvrage de Goodwin entre ses doigts, fixant intensément sa fiancée dans l’attente d’une réponse susceptible de lui convenir. Face à son silence, il se sentit perdre patience et ne tarda pas à faire quelques pas en arrière tout en laissant échapper un rire des plus cyniques. « Je ne veux plus vous voir trainer avec ce musicien, vous m’avez bien compris ? Sans parler de ces… lectures proprement affligeantes. Grand Dieu Célia, auriez-vous perdu l’esprit ? »

roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Lun 14 Nov 2016 - 20:16




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Alors qu'elle marchait d'un pas mesuré, elle repensait aux paroles du pianiste, la veille. La société dans laquelle elle vivait, était régie par des codes très strictes. Les femmes étaient moins libres que les autres et sur plusieurs points. C'était différent des hommes qui avaient toujours connu la liberté de faire leurs propres choix. Peut-être que dans le futur, les hommes et les femmes allaient être égaux. Peut-être même qu'elles allaient pouvoir faire les mêmes métiers que les hommes. En attendant, elles devaient lutter pour ne pas être écraser par ce poids des sexes. Célia ne savait plus où elle en était. Et ses nuits blanches n'arrangeaient pas les choses. La proximité du mariage la rendait nerveuse. Dans quelques heures, elle allait épouser Adam même si elle n'en avait aucune envie. Mais c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Enfin en tout cas, c'était ce que lui répétait sans cesse son père. Ce mariage l'arrangeait. Il avait trouvé un bon parti. Une famille respectable, riche et avec un titre nobiliaire. Il ne pouvait rêver mieux. Et il faisait déjà des tas de projets pour les mois à venir. Il s'imaginait déjà prendre part aux investissements familiaux des Hovenbrook. C'était ridicule. S'il n'avait pas fait tous ces investissements hasardeux, il n'en serait pas là aujourd'hui, à compter la moindre pièce qui quittait ses finances. La jeune femme soupira en arrivant près du grand chêne. Ses yeux verts se posaient sur la stèle qui se trouvait devant elle. Cela faisait un moment qu'elle n'était pas venue. Les conseils de sa mère lui auraient fait un bien fou. Elle le savait. Sa mère avait toujours su trouver les bons mots pour la rassurer. Avec elle, Célia se sentait unique, capable de tout affronter. Depuis son décès, elle se cherchait sans cesse. Elle écoutait les autres. Elle faisait ce qu'on lui demandait. Elle se conformait à l'image que l'on voulait qu'elle donne. Mais au final, ce n'était pas elle. Elle n'était pas ainsi. Célia déposa le gros bouquet de lys blancs sur la pierre. « J'aimerai tant que tu sois là... » La jeune femme soupira légèrement. Elle ne voulait pas se marier avec Adam. C'était une évidence. Rien que le son de sa voix l'exaspérait. Axel avait raison. Le mariage devait être un acte d'amour et pas un marché financier. Pourtant, c'était ce qui pouvait résumer l'union qui allait s'établir entre Adam et elle. Mais pouvait-elle rompre cet engagement ? Son père allait la renier et lui interdire de revenir ici, si elle faisait quoique ce soit qui s'opposait à ses choix. Et elle ne se voyait pas quitter sa terre natale. Peut-être qu'elle n'était pas prête. Elle l'avait avoué à demi-mots à Axel. Peut-être qu'il lui manquait une dose de courage. Célia quitta ses pensées quand la voix nerveuse de Mary arriva à ses oreilles. « Mademoiselle, mademoiselle ! » Elle courrait vers elle tout en faisant attention à ne pas marcher sur sa robe. « Doucement Mary. » Célia vint à sa rencontre. « Votre robe est arrivée au manoir. Tout le monde vous attend. » La fiancée soupira intérieurement. Cet interlude avait été trop court à son goût. Toutefois, elle avait suivi la gouvernante, silencieuse. Et plus elle approchait du manoir et plus son cœur battait la chamade. Et c'était encore pire quand elle observait son reflet dans le miroir sur pieds de la chambre d'amis qui était la sienne jusqu'à son mariage. Elle observait cette image que le miroir renvoyait d'elle. Sa robe était magnifique. Elle épousait son corps à la perfection. Et les dentelles du corsage qui se prolongeaient sur ses bras étaient superbes. Pourtant, cette robe, elle ne l'avait même pas choisi. C'était sa future belle-mère. Cette même femme qui l'observait à cet instant, d'un œil critique. Dans les cheveux de Célia, regroupés en un chignon sur sa nuque, on avait déposé un diadème en forme de couronne de fleurs en argent et en diamants. Elle laissait le couturier faire les dernières retouches sur sa robe tout en gardant ses yeux verts sur son reflet. Cet essayage semblait durer des heures et quand le couturier lui donna l'autorisation de descendre de la petite estrade où elle se trouvait. A cet instant, la voix furieuse d'Adam brisa le calme ambiant. Il entrait dans la pièce, le regard noir, tenant un livre entre ses mains. Les employés qui étaient présents, quittaient rapidement la pièce pour laisser les fiancés. Même la mère d'Adam ne porta aucune objection. Célia les observa partir avant de reporter son attention sur l'homme qui lui faisait face. « Mais de quoi parlez-vous ? » Elle regarda le livre et compris alors qu'il devait s'agir de l'ouvrage que lui avait promis le pianiste. « Monsieur Westlake m'avait proposé de me preter cet ouvrage. » Elle tendit la main pour le récupérer mais Adam l'en empêchait. Elle serra les poings aux paroles de son fiancé. « Affligeantes... Goodwin écrit des merveilles. Mais vous ne pouvez pas le savoir puisque tout ce qui vous intéresse, ce sont les courses hippiques et vos discussions dans le salon avec un bon bourbon. » Elle récupéra le bouquin d'un geste brusque tout en ajoutant sans le quitter des yeux. « Et cessez de me parler sur ce ton. Je suis votre fiancée, pas votre employée. » Elle n'aimait pas cette façon dont il avait de lui adresser la parole. Il lui parlait avec dédain à chaque fois qu'ils étaient seuls. Et il faisait preuve d'un peu plus de tact quand ils étaient en public. Célia détestait cette hypocrisie, comme beaucoup de choses concernant son fiancée.

blue&blondie


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Mer 16 Nov 2016 - 22:41

Enjoy the moment.

Le futur vicomte parvint à réprimer quelques mots coléreux. Comment osait-elle trouver quelque chose à redire ? « Cessez immédiatement ! » Le ton employé par Adam se fit plus dur, plus menaçant. Le regard qu’il lançait désormais en direction de Célia était sans appel. Depuis quand se permettait-elle d’émettre le moindre jugement concernant ses activités professionnelles ? Et puis d’abord, que connaissait-elle aux affaires ? Grand Dieu, les dames du monde n’étaient décidément pas faites pour réfléchir !! « Ce sont des sujets qui ne vous concernent en rien et c’est aussi la raison pour laquelle les femmes ne sont jamais cantonnées à ce genre de choses ! » De puis quand les femmes voulaient-elles devenir savantes, hum ? Ce n’était qu’une lubie passagère, un moyen de se détacher du commun des mortels sans doute. Quelle hérésie ! « De toute façon, là n’est pas la question. Je vais personnellement me charger de renvoyer votre cher Monsieur Westlake d’où il vient, juste après la cérémonie. Et ne vous avisez pas d’essayer de me faire changer d’avis. De toute façon, le vôtre m’importe peu. En attendant, je vous prierai de bien vouloir cesser cette mascarade… N’avez-vous jamais été avisée sur le fait d’être responsable, de ne rien faire qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour votre père ou notre famille ? Vous avez peut-être besoin de penser à vous, à la place. » Sans attendre, Adam lança le livre en direction de la cheminée, où un feu avait été allumé. L’ouvrage s’enflamma doucement et le futur vicomte esquissa un léger sourire. « Je ne fais qu’agir dans votre intérêt. »


Le soir tombait à peine lorsque le musicien franchit les grilles du domaine. Après manger, il avait décidé d’aller marcher un moment afin de se changer les idées. Il lança un rapide coup d’œil en direction du Manoir qui de toute sa splendeur, se dressait au sommet d’une petite colline, entouré de jardins parfaitement entretenus et d’un immense parc bordé d’arbres. La façade de granit gris semblait briller de tous ses feux dans la lumière dorée du soleil couchant tandis que les rangées de fenêtres reflétaient celle-ci comme autant de miroirs. Cette demeure aurait pu être somptueuse si seulement l’atmosphère qui en émanait n’était pas aussi troublante.  Axel songea alors au silence désarmant de la jolie Célia au cours du repas. Elle avait à peine touché à son assiette et en dépit des regards acerbes de son fiancé, n’avait pas daigné participer aux conversations animées qui se jouaient autour de la table. Lorsqu’elle s’était éclipsée, Axel avait été tenté à maintes reprises d’aller la trouver afin de comprendre ce qui n’allait pas, même si en soi ce n’était pas bien difficile de le deviner. Mais Célia avait disparu… Certains prétendaient qu’elle avait préféré regagner ses appartements afin de se reposer avant la cérémonie du lendemain, mais Axel en doutait beaucoup. Tandis que la nuit tombait doucement autour de lui, le musicien se perdit dans ses pensées. Savoir qu’elle allait passer sa vie avec ce crétin de vicomte prétentieux et hautain ne faisait qu’assombrir un peu plus son humeur. Il aurait aimé pouvoir agir d’une quelconque façon mais qui était-il pour ça ? Tout ce qu’il pouvait faire, c’était assister impuissant à la mascarade qui prenait vie sous ses yeux. Il marchait toujours lorsque soudain, il vit l’ombre de la jeune femme assise au bord du lac. Elle lui tournait le dos et restait immobile. Lentement, il s’avança vers elle et vint se poster à son côté. « Vous semblez bien songeuse ce soir, mademoiselle. Votre silence durant le dîner n’est pas passé inaperçu. J’ose espérer apercevoir de nouveau ce divin sourire sur vos lèvres qui vous sied à merveille.» Ses prunelles sombres se posèrent sur son visage de porcelaine aux traits encore enfantins. Elle paraissait à peine plus jeune que lui… comment son père acceptait-il de la laisser aux mains de ce bon à rien d’Adam ? Ses yeux brillaient, même dans l’obscurité qui commençait à les entourer. Axel pouvait gérer les sanglots de colère, de manipulation et les larmes de crocodile. Il en avait même une assez bonne pratique grâce à Jane. Mais celles-là, retenues, qui brillaient au bord de ses paupières et qu’elle ne laissait pas couler, celles-là le laissaient démuni. « Je sais que vous ne pourrez pas supporter de nuire en quoi que ce soit à un homme ayant toujours été bon et prévenant à votre égard. Mais vous dans tout ça ? Qu’en est-il de votre bonheur ? Allez-vous passer les prochaines années à observer Adam fanfaronner et vous exhiber fièrement comme l’un de ses trophées ? Célia…» Enhardi par un élan de tendresse, Axel osa s’emparer des deux mains de la jeune femme avec délicatesse. Il plongea son regard dans ses magnifiques prunelles et continua, en dépit des pensées contraires qui lui traversaient l’esprit. « Ne me dites pas de ne pas essayer de vous convaincre que l’amour existe, parce-que je continuerai. Vous vous souvenez des mots de Goodwin, ceux que vous avez prononcé avec tellement de passion … toutes ces émotions, ces sensations merveilleuses que l’amour fait naitre en nous… éprouvez-vous cela lorsque vous êtes avec Adam ? » L’amour était dangereux, il est vrai. L’amour était susceptible de vous tordre le cœur, de le briser. Mais la pire des souffrances était probablement de ne jamais en connaître les effets. « Célia… ce n’est pas à moi de vous dire pour qui ou pour quoi vous devriez éprouver de l’amour. On ne peut donner de sens à ce mot qu’en le vivant pleinement. Je voudrais seulement vous convaincre que cela existe. »

roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Dim 20 Nov 2016 - 18:58




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Célia était choquée par la façon dont Adam lui adressait la parole. Elle n'aimait pas avoir l'impression d'être sa chose. Cela en devenait malsain. Elle se demandait alors si sa mère avait eu le même traitement. Si à son mariage avec James Byron Scott, elle avait du mettre toute sa fierté de côté, tous ses rêves ? Elle serra les dents quand son fiancé jeta l'ouvrage dans la cheminée. Elle avait le cœur qui battait la chamade. La jeune femme ne comprenait même pas pourquoi il se mettait dans cet état de colère. Alors qu'il ne s'agissait que d'un prêt de livre. Un livre qu'elle voulait lire tout simplement. D'accord, il n'appréciait pas ces lectures. Mais était-ce une raison pour s'emporter de cette façon ? Est-ce qu'il allait lui dicter ce qu'elle allait devoir faire ou dire à chaque instant ? Elle trouvait ça complètement inappropriée. Et pourtant, plus elle l'entendait parler et plus elle se disait que c'était en effet, son souhait... Quand il quitta la pièce, Célia soupira doucement, baissant les yeux. Elle entendit le crépitement du feu et se rappela de l'ouvrage. Elle s'approcha de la cheminée, se mettant à genou devant l'âtre et elle essaya d'en retirer le livre, se brûlant un peu sur la main. Elle posa ensuite l'ouvrage sur la pierre. Elle soupira en se releva puis elle retira le diadème qui lui serrait le crane pour le jeter par terre. Le reste de la journée, elle l'avait passé dans sa chambre. Elle ne voulait voir personne. Elle avait réussi à sauver le livre mais il était bien endommagé. Les trente premières pages étaient brûlées... Elle l'avait posé sur son bureau. Et elle avait repensé aux propos d'Axel. Peut-être que ce dernier avait raison. Peut-être qu'elle ne devait pas renoncer à ses rêves. Mais ils vivaient dans deux mondes différents. Que savait-il de tout ça ? Il était libre. Il faisait ce qu'il voulait. Il pouvait voyager, partir du jour au lendemain, quand il le voulait. Ce n'était juste. Non. Toute sa vie était dictée d'avance, dès qu'elle était née. Parce qu'elle était une femme. Elle devait faire ce qu'on lui disait. Et elle trouvait ça injuste. Enfermée dans sa chambre, elle avait relu tous les poèmes qui étaient dans sa malle. Et elle avait même retrouvé quelques lettres de sa mère quand elle était partie sur la côte, l'été de ses seize ans. Au dîner, elle resta silencieuse. Elle était chagrinée par les propos que lui avait tenu Adam. Et encore ce soir, pendant le repas, il prenait toutes les décisions à sa place. Ce qu'elle voulait boire. Ce qu'elle voulait manger. Le nombre de verre qu'elle prenait... Au final, Célia était restée silencieuse. A quoi bon se fatiguer pour essayer de se faire entendre ? Elle n'en avait plus la force. Elle resta plongée dans ses pensées. Et quand les hommes décidèrent d'aller dans le salon pour fumer un cigare, elle en profita pour fausser compagnie aux dames présentes et alla se réfugier une nouvelle fois près du lac. Elle avait besoin de calme, d'être un peu tranquille, qu'on cesse constamment de lui parler du mariage. Ses yeux verts s'étaient perdus sur la surface de l'eau où la lune y reflétait ses ombres argentées. Elle quitta ses pensées quand une voix à présent familière arriva jusqu'à ses oreilles. Elle tourna son visage pour voir Axel qui s'était posé près d'elle. Qui s'occupait de son silence, à part lui ? Elle n'existait pas pour la plupart des convives. On ne faisait que parler dans son dos. « Je crois que vous êtes le seul à vous inquiéter de mon silence.... » Même Adam n'avait rien relevé, bien trop ravi de discuter des prochains placements financiers qu'il allait faire. La jeune femme fronça ensuite un peu les sourcils quand il s'empara de ses mains et reprit la parole. Elle garda le silence un instant, songeant à tout ce qu'il venait de dire. « Vous pensez que ça pourrait être différent avec un autre homme ? Je ne serais jamais rien d'autres à leurs yeux. » Voilà la vérité. Son milieu était ainsi. Les rêves, ce n'était pas pour elle. Elle savait ce qui l'attendait. Elle vivait dans ce milieu depuis assez longtemps. Elle retira ses mains de celles d'Axel. L'écouter lui faisait mal également, parce qu'il lui rappelait tout ce qu'elle ne pourra jamais avoir. « Qu'il existe ou non, quelle satisfaction pourrais-je en retirer ? » Elle n'allait pas passer son temps à attendre de le connaître. Parce qu'elle allait épouser un homme qu'elle n'aimait pas. Et peu important la durée de ce mariage, elle n'allait jamais l'aimer. Puis elle reporta ses yeux sur Axel, l'observant un instant en silence. « Pourquoi est-ce que ma situation semble tant vous préoccuper ? » Pourquoi s'attardait-il sur elle ? D'ailleurs elle était un peu surprise qu'il soit encore dans la région vu ce que son fiancée lui avait dit. Célia se rappela alors du livre. « Au fait... » Elle s'empara de la bourse en velours bleue qui ne la quittait pas. Elle l'ouvrit et en sortit délicatement l'ouvrage qu'Axel lui avait fait porté. Bien sûr, il pouvait remarqué l'état déplorable dans lequel il se trouvait. Elle lui tendit délicatement, baissant les yeux. « Je suis désolée... Adam l'avait jeté au feu. J'ai été le récupérer mais il est bien endommagé... » Elle avait été mettre les mains dans la cheminée pour le reprendre, se brûlant par la même occasion. Mais le livre était fichu.

blue&blondie


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

ÂGE : 35 ans
STATUT : Il y a cette jolie blonde tout droit sortie d'un vieux roman...
MÉTIER : Ancien militaire tireur d'élite, propriétaire d'une boite de nuit.

POSTS : 1803 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
◇ Célia ◇ Duncan
PSEUDO : Emma
AVATAR : Tom Ellis
CRÉDITS : LoyalHeart & Quinny
DC : Pas pour le moment
INSCRIT LE : 15/06/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Mar 22 Nov 2016 - 17:24

Enjoy the moment.

Pourquoi ? Probablement parce que personne ne devrait jamais être contraint de se soumettre aux désirs des autres sans tenir compte de son propre bonheur. Surtout pas pour une question d’argent. Axel ne répondit pas immédiatement à sa question, se contentant de soupirer significativement. Il savait que quoi qu’il puisse dire, Célia ne tiendrait pas compte de ses arguments dans la mesure où elle estimait probablement, et à juste titre, que leurs destinées n’avaient rien de comparables. En un sens, ce n’était pas totalement faux. Axel était parfaitement étranger à toutes les coutumes de la haute société et accordait davantage d’importance aux valeurs de l’âme humaine qu’aux biens matériels que semblait tant chérir Adam. Quant à Célia, elle était de loin une jeune demoiselle exceptionnelle, dotée d’une remarquable intelligence et d’un charme fou. Cette prison dorée n’était pas faite pour elle et il n’avait pas besoin de la connaître depuis des lustres pour le comprendre. « Sans vouloir me montrer désobligeant, mademoiselle, je me dois de vous faire remarquer que vous appartenez à une famille qui ne se soucie guère de votre bonheur et ça n’ira pas en s’améliorant. Ne commettez pas une erreur que vous regretterez le reste de votre vie. Pardonnez ma franchise Célia, mais vous êtes une jeune femme en tout point incroyable. Il n’y a que votre crétin de fiancé qui ne s’en rende pas compte. Alors oui, je pense que les choses pourraient être différentes avec quelqu’un d’autre. Vous possédez ce je-ne-sais-quoi d’incroyablement fascinant. Vous pourriez avoir la possibilité de réaliser tous vos rêves. Alors, visez haut. Ne les laissez pas briser vos espoirs… » Il esquissa un sourire rassurant avant de l’observer ouvrir sa bourse et d’en sortir le livre qu’il lui avait fait remettre. Les pages étaient noircies par les flammes et aux explications de Célia, il se pinça légèrement les lèvres. Il s’en empara et passa ses doigts sur la couverture où l’on pouvait encore distinguer le titre en lettres dorées. « Ma mère me l’a offert juste avant mon départ… » Un nouveau sourire, attendri, apparu sur ses lèvres. Il savait que sa mère avait longuement économisé pour lui offrir cette édition, d’où la valeur sentimentale qu’il lui accordait. A son tour, il avait voulu l’offrir à Célia sans se douter qu’il tomberait en premier lieu entre les mains d’Adam. « … à l’instar de la vôtre, elle a toujours pris soin de m’initier aux merveilles de la littérature. » Axel effleura délicatement les pages de l’ouvrage et reposa son regard sur Célia. « Je suis sincèrement désolé… je me rends compte que vous vous trouvez dans une situation délicate par ma faute mais soyez assurée que je ne voulais pas vous causer d’ennuis. » « Célia ?? » La voix d’Adam se fit soudainement entendre de l’autre côté du jardin. A plusieurs reprises, il appela la jeune femme avec incertitude, probablement car il n’avait pas encore été en mesure de l’apercevoir de là où il se trouvait. « Bon sang, où êtes-vous ?  Célia !» Axel posa son regard sur Célia, cherchant à savoir si elle désirait ou non répondre à son futur époux. Mais non. Non, ce n’était pas ce qu’elle semblait vouloir. Aussi, il se leva, s’empara de nouveau de la main de la jeune femme et l’entraina avec lui derrière le grand chêne de manière à ce qu’Adam ne puisse soupçonner leur présence à aucun moment. Il plongea son regard ténébreux dans celui de la jeune femme et reprit plus doucement: « Accordez-vous au moins une soirée… une soirée en l’échange de toute une vie, ce n’est pas cher payé. Je voudrais vous montrer quelque chose, mais pour ça, il faut que nous quittions le Manoir. » La voix d’Adam, plus proche et plus enragée encore se fit entendre. Axel conservait son regard dans les magnifiques prunelles de Célia et se mit à sourire malicieusement. Il y avait en lui ce côté enfantin qui faisait tellement défaut à Adam, toujours sérieux, toujours sur le qui-vive…

C’était de la pure folie, il le savait. Pourtant, Axel tenait vraiment à passer cette soirée avec Célia et lui faire voir autre chose que cet univers guindé et cloisonné qu’elle subissait depuis toujours. Ainsi, il l’avait incitée à quitter la Manoir le temps d’une soirée pour l’emmener en ville, dans un ancien théâtre au sein duquel se produisaient fréquemment des musiciens de grand talent qui à son instar, profitaient de leur existence en toute liberté. Ce soir là, un bal était organisé et la salle avait été aménagée de telle sorte que les spectateurs puissent danser et profiter de l’ambiance festive. A peine arrivée, Célia se démarquait du reste du groupe… elle était la seule demoiselle de la « haute société » présente en ces lieux et même si les petites filles présentes l’observaient avec une admiration non dissimulées, le reste de l’assemblée ne sembla pas faire cas de cette différence. Bien au contraire. « J’imagine que vous ne connaissiez pas cet endroit… » Tandis qu’ils s’avançaient dans la salle, Axel avait approché son visage de l’oreille de Célia afin de lui parler en dépit du volume sonore. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres et il répondit au signe de main d’un des musiciens de la même manière. «  Connor Hopkins… nous avons eu l’occasion de jouer ensemble à maintes reprises. Il est originaire de Londres lui aussi, mais le hasard a voulu que nous nous rencontrions pour la première fois ici, à Brisbane. Là bas, c’est Meredith, sa fiancée. » Axel désigna du regard une jeune femme aux cheveux châtains qui dansait en compagnie d’autres personnes, un peu plus loin. De temps à autre, elle lançait un sourire complice en direction de Connor qui lui répondait par un clin d’œil amusé. Toutes ces petites choses, fortement indécentes dans le milieu de Célia étaient banales dans celui d’Axel. La simplicité était de mise. Toujours. Connor et ses musiciens s’arrêtèrent de jouer un instant sous les applaudissements du public et l’anglais fit signe à Axel de les rejoindre. « Vous permettez ? » demanda-t-il à Célia avant de monter sur la scène à son tour, de taper dans la main des musiciens avec une étonnante simplicité et de s’installer derrière le piano. Connor et lui se concertèrent un court instant et se mirent à jouer ensemble un morceau entrainant qui sembla ravir les convives. Tout le monde dansait, s’amusait, se laisser aller à cette ambiance joyeuse et incroyablement chaleureuse. Tandis qu’il jouait, Axel observait Célia tout en lui adressant un sourire amusé. Pendant ce temps, Méredith s’était approchée de la demoiselle pour lui proposer à boire. Ici, tout était démesurément plus simple que dans l’univers de Célia. Connor et Axel échangèrent un regard complice puis accélérèrent la cadence jusqu’à la note finale qui ne tarda pas à retentir sous un tonnerre d’applaudissements. Il quitta le piano et Connor lui offrit une accolade amicale avant d’enchainer avec un nouveau morceau. Axel descendit de la scène et alla rejoindre Célia. « C’est autre chose que la musique de salon que votre futur beau-père apprécie tant ! Je n’ai rien contre ce genre de musique, entendons-nous bien. Mais se tourner vers d’autres références artistiques n’a rien de désagréable de temps en temps.» Autour d’eux, les gens entamèrent une danse en couple, rythmée et bonne enfant et aussitôt Axel tendit sa main vers Célia. « Vous voulez danser ? »
roller coaster


Highway of fallen kings
I have learned that if you are down, stay down. Don’t get back on your fucking feet until you are prepared to stand. Don’t get up until you have learned why you fell. Nine times out of ten, it is because you gave someone your power. You forgot about yourself. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9763-axel-try-not-do-or-do-not-there-is-no-try#353379 http://www.30yearsstillyoung.com/t9775-untouchable-darkness-axel#353711 http://www.30yearsstillyoung.com/t9776-axel-westlake#353715 http://www.30yearsstillyoung.com/t11089-axel-westlake#405503

ÂGE : 31 ans (21/09)
SURNOM : Cece/Lia
STATUT : Elle retrouve la foi grâce à un beau brun au regard ténébreux ♥
MÉTIER : Ancien médecin, chirurgienne cardiaque. Elle est à présent, propriétaire d'une boutique d'antiquités
LOGEMENT : Chez les Westlake. Bientôt dans la belle maison de ses rêves.

POSTS : 2003 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Est devenue tutrice & maman de la fille de 5 ans de son compagnon. A co-fondé "Brisbane Animal Refuge" avec Cora. Fondation qui vient en aide aux animaux handicapés et/ou trop vieux parfois pour avoir une chance d'être adopté. A été dans le coma suite au braquage de sa boutique. Elle est végétarienne, écolo. Elle a fait partie de MSF pendant 4 ans. Elle a un berger australien de cinq ans qui se nomme Finn et un chat a trois pattes qu'elle a adopté et qui s'appelle Octave. Toujours en deuil d'un enfant qui n'était pourtant pas le sien mais va de l'avant.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : .
♔ Duncan (4) ♂♔ Terrence (1) ♂♔ Andrew/Duncan (1) ♂♔ Axel (4) ♂♔ Selina (5) ♀♔ Cora (2) ♀♔ Niklas (1) ♂♔ Adèle (1) ♀♔ Kara (3) ♀♔ Enzo (2) ♂♔ Colin (1) ♂



PSEUDO : Nell
AVATAR : Erin Heatherton
CRÉDITS : ©unicorn
DC : Kaleb le pilote, Kael le cadreur & Spencer le bodyguard.
INSCRIT LE : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Mer 23 Nov 2016 - 19:10




Enjoy the moment

feat. Axel & Célia


Célia était bien consciente de tout ça. Petite, elle avait toujours été un peu à part. Ses frères avaient des tas de distractions qu'elle ne pouvait même pas espérer entreprendre. Même si sa mère était là. Une fille ne suivait pas des garçons, c'était ainsi. Pourtant, ce poids déjà sur ses épaules avaient été moins lourd. Parce que sa mère faisait en sorte de lui laisser son âme d'enfant. Elle avait grandi sans trop remarquer tous les codes du monde dans lequel elle vivait. Elle avait encore gardé son insouciance quelques années. Et cela lui avait fait du bien. Cela lui avait permis de rêver, d'être romancière, musicienne, poétesse. Toutes ces choses qui lui faisaient envie. Elle se pensait capable de tout. Capable d'avoir un destin différent de celui de sa mère. Un destin où elle pourrait prendre ses propres décisions. C'étaient ces moments qui avaient fait d'elle, la jeune femme qu'elle était aujourd'hui. Malgré le carcan qu'on avait voulu lui imposer. Seulement, à présent elle était la seule femme de la maison. La seule Scott. Et pour cela, elle devait faire une belle alliance. Et elle savait que toute héritière devait se comporter de la sorte. C'était à elle, d'être le reflet de sa mère. De poursuivre ce qu'elle avait entrepris de son vivant, en son hommage, en son honneur. Et c'était ça qui avait poussé Célia a accepter tout ce qui se passait. Elle ne voulait pas décevoir sa mère et bafouer sa mémoire. Elle en était incapable. Sa mère avait fait tellement pour elle. Qu'elle pensait que c'était un juste retour des choses, que de montrer à tous, qu'elle avait fait un travail formidable avec elle. Célia voulait que sa mère soit fière d'elle. C'était tout ce qui importait. Même si elle n'était pas insensible aux paroles d'Axel. Elle avait gardé ses yeux verts sur lui. « Vous savez jusqu'à présent, je m'y étais faite à ce mariage, à cet arrangement. J'ai l'âge de me marier. Et quand mon père me l'a annoncé, cela ne m'a pas étonné, ni même choqué ou peiné.... Non je trouvais que c'était naturel. Et puis je vous ai rencontré. Vous êtes la seule personne qui me parle avec franchise... Les gens autour de moi, m'envient ou me répètent sans cesse que j'ai fais le bon choix. Mais quel choix ai-je fais ? » Elle garda le silence un instant, se perdant dans ses pensées. « Quand nous parlons ensemble, j'arrive à croire que je peux avoir une vie différente. Ou je pourrais être romancière ou musicienne, ou... tout ce que j'aurais envie d'être. Quand vous me dîtes toutes ces choses, j'ai envie d'y croire. » Quelque part, elle avait envie de le croire, oui. Croire qu'elle pourrait faire quelque chose de bien de sa vie. Mais elle ne savait même pas si elle en était capable. Elle doutait qu'Adam l'autorise à écrire après leur mariage. Elle doutait aussi qu'il apprécie le fait qu'elle passe son temps à jouer du piano. Non ce n'était pas l'image qu'elle pouvait avoir de lui. Alors ses rêves pourraient ne rester que des rêves. Des rêves qui fleurissaient dans son esprit grâce à toutes ces lectures qu'on disait inutiles. Pour Célia, c'était une bouffée d'air frais. Un moment où elle s'imaginait ailleurs, dans un autre pays, dans une autre maison avec d'autres projets en tête. La jeune femme était sincèrement désolée que l'ouvrage de Goodwin ne soit qu'un recueil cramoisi... C'était de sa faute. Ce n'était pas à lui de s'excuser. Il lui avait offert un livre et il avait été détérioré malgré elle. A cause d'Adam. A cause de ses idées inconvenantes. D'ailleurs, elle entendait la voix de son fiancé. Célia se redressa rapidement. Elle n'aimait pas quand il prenait ce ton-là. Comme si elle était une enfant qu'il lui tardait de gronder. Même le son de sa voix lui donnait des frissons. A ce moment précis, elle sentait à nouveau la main d'Axel dans la sienne. Elle avait à peine le temps de prononcer une parole, que le musicien l'emmenait derrière le grand chêne. C'était insensé tout ça. Elle aurait du refuser la proposition de l'anglais. Au lieu de ça, elle acquiesça de la tête en murmurant d'une voix douce mais pleine de défis. « D'accord, rien qu'une soirée. » Il semblait que cette lueur dans le regard d'Axel était aussi présent dans celui de la jeune femme qui lui faisait face. Célia ne savait pas à quoi s'attendre. Elle était un peu nerveuse à l'idée de quitter cet environnement qui était le sien. Nerveuse à l'idée de pouvoir commettre un impair sans le vouloir. Mais elle faisait confiance à Axel. Ce qui était étrange parce qu'ils ne se connaissaient pas depuis longtemps. Pourtant, elle pourrait accepter beaucoup de lui... alors qu'elle aurait été incapable de le faire avec Adam. Elle ne l'aurait jamais suivi à l'aveugle comme elle le faisait en ce moment.

Les deux jeunes gens étaient arrivés dans un théâtre. Célia avait observé les environs. Et on ne pouvait pas dire qu'elle se fondait dans la masse. Elle avait fermé son châle sur sa robe de couturier. La musique était si forte que Célia avait du mal à entendre les paroles d'Axel. Heureusement que ce dernier se rapprochait d'elle. C'était la première fois qu'elle mettait les pieds dans ce genre d'endroit. Elle trouvait ça bruyant, mais fantastique à la fois. Toutes ces personnes qui dansaient, qui jouaient d'un instrument. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient. Et Célia admirait ça. Comme ces marques d'attention entre les deux fiancés. Sur le coup, la jeune femme ne s'était pas sentie à sa place dans cet endroit. Elle allait passer pour une gourde qui n'y connaissait rien. Et elle sentait à nouveau son cœur battre la chamade. Elle n'avait pas envie de se ridiculiser devant Axel. L'instant d'après ce dernier se faufilait sur scène. Célia l'observa jouer avant que Meredith ne vienne à sa rencontre. La jeune femme la salua avant d'accepter le verre qu'elle lui proposait. Célia avait l'impression que le liquide ambrée lui brûlait la gorge. Mais c'était bon. Elle écoutait Axel jouer. Encore une fois elle était charmée par ce qu'elle entendait et voyait à la fois. Elle garda ses yeux sur lui tandis que Meredith lui versait un nouveau verre. Alors c'était ça qu'il faisait parfois de ses soirées ? Connor et lui semblaient bien se connaître. En tout, ensemble, ils jouaient à la perfection. Célia esquissa un sourire quand il descendit un moment plus tard, de la scène. « Il détesterai tout ça, c'est certain. » Un sourire toujours sur les lèvres, elle l'observait. « Vous avez magnifiquement bien joué. » Elle avait apprécié oui. C'était différent de ce qu'il avait pu jouer aux réceptions auxquelles la jeune femme avait pu assister. Célia s'empara ensuite de la main d'Axel. « Avec plaisir. » Elle retira son châle qu'elle donna à Meredith. Puis elle s'avança un peu plus près de lui avant d'ajouter : « Mais je ne sais pas danser... » Elle fit une petite grimace. Elle n'avait jamais danser sur ce genre de musique. Le quadrille, la valse, elle connaissait. Mais là, c'était nouveau. « Vous ne m'en voudrez pas si j'écrase vos pieds de temps à autre ? » Demanda-t-elle avec une mine malicieuse. En temps normal, elle serait restée à regarder mais pas ce soir. Elle avait l'impression que c'était sa seule soirée de liberté depuis des semaines. Ou alors était-ce l'alcool qui lui montait à la tête. Elle n'en savait rien. Quoiqu'il en soit, Célia s'était mise à danser. D'abord timidement, puis elle avait suivi Axel. Elle avait l'impression d'avoir fait ça toute sa vie. Ou alors était-ce simplement parce qu'elle avait un très bon cavalier. Célia arrivait à tenir le rythme. Ses yeux verts dans ceux d'Axel, elle demanda, espiègle. « Quoi ? Vous pensiez que les femmes comme moi ne savaient pas s'amuser ? »

juice&nelliel


Give every day the chance

to become the most beautiful of our life.

 
Life is short, break the rules, forgive quickly, kiss slowly, love truly. Laugh uncontrollably. And never regret anything that makes you smile. @ Mark Twain.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6766-celia-living-is-easy-with-eyes-closed http://www.30yearsstillyoung.com/t6820-celia-dans-toutes-les-larmes-s-attarde-un-espoir http://www.30yearsstillyoung.com/t6821-celia-scott http://www.30yearsstillyoung.com/t6869-celia-scott

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Enjoy the moment   Aujourd'hui à 20:54

Revenir en haut Aller en bas
 

Enjoy the moment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: westfield chermside
-