AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 17 Jan - 18:31



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Le fermier continue de s’exprimer sur sa misère et Kyte entend bien que ça geint à ses côtés mais il est plus capable de se concentrer sur le flot de paroles qui sort de ces lèvres craquelées. Il sait bien que s’il se concentre un peu trop sur ses excuses, ça lui donnera juste envie de l’exterminer sans autre forme de procès. Parce que les animaux, pour lui, c’est comme les gosses. Et peu importe si t’as de l’argent ou pas dans le fond de tes poches, tu fais passer leur besoin avant le tient. Et y’a pas d’excuse valable sur cette terre pour justifier les mauvais traitements. Et pourtant, il est censé « faire diversion », alors il tente bien de lâche un mot ou deux pour faire semblant qu’il écoute. Mais du coin de l’œil, il regarde vers la grange d’où il entend les ovins bêler. Et il trouve que Jaimie met quand même vachement de temps. Au bout d’un moment, il la voit ressortir avec un chevreau tout petit dans le creux de ses bras et la face toute fermée. Merde. Ça présage rien de bon tout ça. Il a pas le temps de se poser davantage la question que l’éleveur se met à pousser des onomatopées outrées et fonce droit vers sa gamine. Sourcils froncés, Kyte lui emboite le pas.

- Allons, allons monsieur, qu’il essaie de tempérer. Laissez mon assistante faire son travail.

Sauf que le blaireau semble pas trop avoir l’intention de l’écouter, et que l’assistante en question elle a plus vraiment l’air d’être dans son rôle. Et Kyte, il comprend pas trop, parce que c’est elle qui insistait à la base pour qu’ils fassent ça aussi réglo que possible. Mais voilà qu’elle se la joue gangsta et abat une clef à molette sur la nuque de l’affreux qui s’écroule sur le sol, inconscient. Alors d’accord, il a essayé de lui attraper le bras, mais c’est quand même un peu excessif. Kyte se passe une main sur le visage et laisse échapper un gémissement alors qu’elle saute de la caisse et courre vers la grange en lui demandant de s’occuper du fermier. Kyte la regarde, atterré, et lève les bras dans sa direction.

- Et qu’est-ce qu’il en est de « on reste discrets et on fait ça intelligemment », hein ? Les femmes, vous allez finir par avoir ma mort !

Il gueule dans son dos – mais évidemment, elle ne se retourne pas. C’est ce moment que choisis le fermier pour laisser échapper un gémissement et attraper son mollet. Kyte baisse les yeux vers lui, un peu perplexe parce qu’il sait pas trop si l’autre guignol essaie de se relever ou cherche à le faire tomber. Peu lui importe après tout.

- C’est bien malin, qu’est-ce que je vais faire de toi maintenant ?

Il lève les yeux au ciel et laisse échapper un grognement alors qu’il attrape le type par-dessus les épaules pour l’aider à marcher. Il ignore ses insultes et les postillons qui s’échappent de sa bouche désormais couverte de boue et de sang. Il menace de faire un procès, et Kyte sent que l’histoire va encore se compliquer. Et ça l’emmerde pas mal, parce qu’il s’était fait à l’idée de faire les choses correctement pour une fois.

- Ouai ouai, t’inquiète pas mon brave va. J’vais la rosser la gosse et elle va comprendre qu’elle peut pas se comporter comme ça.

Il tente vaguement, d’ici que ça réussisse à calmer la loque qu’il traîne jusque dans la maison. Mais comme l’autre démord pas, Kyte l’assoie sur une chaise et lui dit de pas bouger le temps qu’il aille chercher de quoi le soigner. Au lieu de ça, il flâne dans les pièces de la baraque, à la recherche d’un indice. Un truc qui pourrait arrêter la pensée qui s’insuffle peu à peu dans son esprit. Cette certitude que l’histoire ne peut se finir que d’une seule manière : avec une balle dans le crâne de ce pauvre type. N’importe quoi ferait l’affaire. Une photo de famille où il a des gosses qui ont l’air heureux. Un signe qu’il traite pas toutes ses bêtes aussi mal. Mais y’a rien de tout ça dans ces quatre murs. Juste des trophées de chasse contre les murs et des magazines porno dans les chiottes. De la bidoche plein le frigo. Quand il revient dans la pièce, Kyte sait que sa décision est prise. Si ce mec va voir les flics, il fera une description assez précise de Jaimie, et pour un coup de ce genre, c’est la prison qu’elle risque. Le fermier, il sera juste indemnisé, et dans quelques mois il recommencera la même merde, avec des animaux différents qui vont souffrir pareil.

- Désolé mec, mais tu me laisses pas le choix.

Il dit dans son dos. Le type a pas le temps de se retourner qu’il attache un foulard autour de son visage, et il serre fort. Etouffant les cris, confinant ses gestes. Jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus aucun. Kyte attend encore quelques minutes et il place ses doigts contre le cou de l’éleveur, à la recherche d’un pouls qu’il ne trouvera pas. Il secoue la tête avec un soupir et puis il le porte pour l’allonger sur le canapé dans son salon. Ensuite, il ferme toutes les fenêtres et il allume une bougie qu’il dépose sur la table basse du salon. Et puis il guette près de la porte de la cuisine, et quand toutes les bêtes sont chargées dans le pickup et le camion, il ouvre la gazinière et met le gaz. Après, il faut pas trop traîner. Il verrouille la porte derrière lui en sachant que dans moins d’une heure cette putain de baraque va exploser et que tout le monde croira à un accident. Quant aux animaux, les flics déduirons qu’ils se sont échappés de la grange dès les premières flammes, et qu’ils errent quelque part dans les plaines sauvages environnantes. Le visage fermé sans trop s’en rendre compte, il trotte jusqu’à la voiture et se campe aux côtés de Jaimie qui a élu domicile dans la benne à côté des chevreaux les plus amochés et leur procure déjà les premiers soins. Et en cet instant précis, il hésite ce sentiment dégoulinant de fierté et d’amour, et l’envie de lui tordre le cou pour son imprudence. Mais comme elle lui fait un état des lieux, il se contente de hocher la tête et tape sur le flan de la voiture comme pour conclure à leur échange.

- T’en fais pas pour lui, je m’en suis chargé.

Il répond simplement. Il est pas question qu’il rentre dans les détails avec elle. Parce que derrière son attitude de dure à cuire, il sait bien qu’elle a un petit cœur franchement mou. Et puis c’est qu’une môme après tout, elle serait capable de se sentir coupable de cette situation et il a pas besoin de partager le poids de ce meurtre avec quelqu’un d’autre.

- Accroche-toi, on met les voiles.

Une fois au poste de conduite, il met la radio et un rock country plutôt lent et agréable emplit l’habitacle. Une bande son de biker. Il jette un dernier regard à la ferme derrière eux, conscient que les prochains à mettre les pieds sur les lieux ne découvriront qu’un tas de cendre et un cadavre. Et ça le libère autant que ça le mine, tout ça. Il secoue la tête et accélère sur la nationale vers le nord. Son objectif, c’est de passé au Canada le plus rapidement possible, comme ça même si quelqu’un lance une enquête sur la mort de ce blaireau, ils seront bien loin dans un autre pays. Et puis faut dire aussi que Johnny travaille que jusqu’à 17h, et c’est pas tous les douaniers qui acceptent de fermer leur gueule pour un peu de pognon. Mais ce gars-là, c’est un brave. Motard lui aussi et qui a les loyautés au bon endroit. Après, ils traceraient à travers l’Alberta en direction d’Elkford, un petit village de montagne ou un refuge pour chèvre récupèrera leurs pensionnaires. Mais avant ça, il y a quelques heures de route. Alors il se met en arrière dans son fauteuil et se met à chantonner d’un ton morne en tapotant sur son volant. Comme ça, pour faire passer le temps.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 30 Jan - 17:58


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Comme la réponse de Kyte ne me satisfaisait que très moyennement, j’ai froncé les sourcils et ouvert la bouche pour réplique, mais il me coupa le sifflet en claquant sa main contre la taule de la voiture. Légèrement frustrée et suspicieuse, je l’ai regardé s’installer au poste de conduite en me disant que ce vieux bougre n’avait pas l’air net et me cachait certainement quelque chose. Mais depuis le temps qu’on faisait des actions ensemble, j’avais appris à lui faire confiance, et à ne pas douter de ses prises de décision lorsqu’on était sur le terrain. Il a mis le contact et une musique rock s’échappa de la fenêtre arrière, parvenant jusqu’à mes oreilles. Au même moment, le pick-up s’ébranla et s’éloigna de la ferme, chaque secousse sur le vieux chemin de terre ponctuée par les bêlements de mes chevreaux. Avec un sourire empreint de joie et de tristesse mêlée, j’ai regardé l’immense grange rouge s’éloigner, et avec elle la vie de sévices qui avait été infligée à mes bébés. Au final, peu m’importait le sort de cet éleveur, du moment qu’il n’aurait plus jamais la possibilité d’infliger des souffrances à ces petits êtres.

Même si nous sortions à peine de l’hiver, le soleil tapait fort en ce milieu d’après-midi, et j’appréciais la caresse de ses rayons sur mon visage. Il offrait un contraste agréable avec le vent frais qui agitait mes cheveux et fouettait mon visage. Kyte a roulé sans s’arrêter sur les grandes routes scindant les forêts vertes et champs jaunes du Montana. Moi, je m’occupais en câlinant les petits êtres dont j’étais devenue responsable, m’assurant de leur sécurité et de leur bien-être tout en fredonnant les morceaux qui passaient à la radio. A un moment, une dizaine de types à moto nous ont dépassés alors je me suis un peu redressée, curieuses. Et comme Kyte leur a fait le signe de la victoire en gueulant un truc par la fenêtre ils ont tous répondu de leurs voix de ténor en nous dépassant . Je me suis redressée pour les regarder, le rire aux lèvres, en me disant que c’était vraiment un mode de vie étrange. Un dont je n’avais jamais entendu parler avant de rencontrer Kyte. Et un qui m’attirait étrangement.

Après des heures de route, on est enfin arrivée à la frontière Canadienne. Là, j’ai senti mon cœur se serrer un peu, parce que quelque part j’étais pas totalement sereine quant à mon coup de clef à molette dans la gueule du fermier. Ou de ces chevreaux qu’on avait littéralement volé. J’ai entendu Kyte passer un coup de fil et il s’est dirigé vers un poste de douane particulier. Là, un type à l’apparence plutôt coincée nous a accueillis. J’ai bien essayé de lui sourire, en lui tendant mon passeport, mais comme il avait l’air aussi aimable qu’une porte de prison, cette tentative est morte sur mes lèvres. Il a un peu chipoté sur nos chèvres, et puis alors que je croyais qu’il allait nous demander de descendre et nous plaquer au sol, il a fait un clin d’œil à Kyte et nous a fait signe de repartir. Et mon mentor, il ricanait comme une hyène en mettant les gaz. J’en revenais pas ! Tout ça, c’était pour la forme.

- Hey ! T’aurais pu me prévenir !

J’ai protesté en tapant contre la vitre arrière, courroucée. J’ai secoué la tête en écoutant ses maigres excuses puis me suis recalée confortablement contre la taule, resserrant mon blouson contre moi. La nuit commençait à tomber et les températures baissaient. J’ai un peu rassemblé les chevreaux autour de moi, pour qu’ils se réchauffent (et moi avec). Et puis mon regard s’est à nouveau perdu dans l’horizon. Vers les étoiles au loin, les paysages qu’on traversait et la nature sauvage que je devinais au loin, derrière les montagnes. Et merde alors, elle était belle. Je sentais que c’étaient mes rocheuses qui approchaient et j’avais hâte de les retrouver. On a roulé encore comme ça longtemps, tellement que je me suis probablement un peu endormie parce que j’ai sursauté quand Kyte a brusquement freiné et s’est mis à répondre assez fort à une voix de femme que je ne connaissais pas. J’ai passé une main sur mon visage pour me réveiller et je me suis retournée pour voir que Kyte sortait de l’habitacle et se dirigeait vers moi.

- Qu’est-ce qu’il se passe ?    

J’ai demandé, sans parvenir à cacher une légère pointe de panique dans ma voix.    


©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 30 Jan - 23:21



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
La route est longue, mais elle est belle pareil. Les yeux de Kyte scrutent l’étendue grise devant lui et son esprit vagabonde un peu partout ailleurs. Vers la musique qu’il chantonne d’une voix morne, la grange en flammes qu’ils abandonnent loin derrière eux, les chevreaux qui les accompagnent, et le coup de clef à molette de sa gamine. Il secoue la tête avec un petit rire, parce qu’elle est pas croyable, et qu’il aime bien quand elle sort de ses gonds, l’air de rien. Le ronronnement de moteurs qui grondent à l’unisson le tire de ses pensées, et Kyte se redresse pour voir passer un club de motards. Il ne reconnait ni les types, ni leurs couleurs, alors il se dit que ça coûte rien de saluer ces frangins de la route. Fenêtre ouverte, il leur gueule des trucs un peu sans queue ni tête en levant ses doigts pour afficher le V de la victoire. D’abord un peu surpris, les types finissent par répondre et les fument en poussant des cris de chacals excités. Le sourire aux lèvres, Kyte les regarde s’éloigner à l’horizon, et il essaie de pas trop penser à la douleur dans sa poitrine. A ses frères et ses sœurs qu’il a laissé derrière lui en Norvège. Un jour, il aimerait bien faire partie d’un club à nouveau. Comme un jour, il aimerait bien qu’une femme réchauffe encore son cœur. Mais pas aujourd’hui. Parce qu’il a perdu la capacité d’aimer quoi que ce soit et il sait pas trop quand ça lui reviendra. Ou si ça lui reviendra. Tout ce qu’il lui reste c’est la rage dans son cœur, la haine dans ses tripes, et la violence dans ses veines. Dans le fond, il lui faut pas tellement autre chose pour ses actions avec l’ALF, à part peut-être les convictions. Et sur ce point de vue-là, il est pas mal loti non plus.

C’est vers la fin de l’après-midi qu’ils arrivent à la frontière. Kyte ralenti un peu, le temps de sortir son téléphone et de passer un rapide coup de fil à Johnny pour vérifier qu’il est bien en place. Ce bon vieux bougre. Comme c’est le cas, le pick-up s’ébranle à nouveau et le motard se faufile jusqu’à son ancien compagnon de terrain. Il le salue avec un sourire à charmer un radiateur mais l’autre reste de marbre. Loin de se laisser perturber, Kyte lui raconte ses chèvres et sa môme à l’arrière, en laissant tout ce qui pourrait l’incriminer, bien entendu. Le douanier maintient son air austère et vérifier bien tous les papiers. Y’a qu’à la fin qu’il lui adresse un petit signe de reconnaissance qui montre à Kyte que tout va bien se passer. Il le remercie formellement et remet le contact, fort amusé par l’air courroucé de Jaimie à l’arrière qui a cru dur comme fer qu’ils allaient se faire arrêter direct.

- Désolé gamine, mais t’aurais vu ta gueule, t’étais pâle comme un linge !

Qu’il lui dit en rigolant comme un con. Et puis elle se calme, alors qu’ils s’enfoncent vers le centre de l’Alberta, en route pour le refuge qui accueillera leur précieux fardeau. La nuit tombe rapidement, à cette période de l’année, et un étrange calme règne sur la route. Même dans l’habitacle, Kyte a baissé le son. La radio grésille encore quelques notes d’un bon vieux morceau de country parfait pour un road trip, et le bêlement des chevreaux viennent parfois troubler cette morne ambiance. Et c’est pas plus mal, parce que Kyte serait pas loin de s’endormir au volant sinon. Il faut dire que la journée a été longue, et la nuit courte. Il a juste hâte d’arriver à Elkford et de casser la croûte puis de roupiller un moment. Avec un peu de chance Lauren le laissera pioncer quelques heures sur place avant de reprendre la route. Il en aurait bien besoin. C’est soit ça, soit faudra voir si la gamine peut conduire un peu la bagnole pour le soulagement. Ses lèvres s’écartent brusquement et un bâillement l’assaille. Plus que quelques mètres. Enfin, il reconnait la route qui bifurque vers la montagne et y engage le pickup, La bête gueule un peu puis finit par gravir le chemin de terre jusqu’à une petite ferme encore éclairée.

- Tabernak, c’est pas trop tôt !

Kyte soupire en coupant le moteur. Il sort de la bagnole au moment où une voix de femme se met à gueuler en français : « Hey ! Qui c’est qui va là ? ». Lauren. Modèle de douceur et de charme comme dans ses souvenirs. A moitié caché derrière la portière, Kyte lève les mains au ciel en signe de paix et plisse les yeux quand elle braque sa lampe torche (et son fusil à pompe) sur eux.

- Louloute, c’est moi mon p’tit cœur ! Qu’il gueule dans la même langue pour la rassurer. On t’amène une pelletée de biquettes pour qu’t’occupes tes nuits d’hiver !

Il entend un grand rire qui ressemble pas loin à un grincement, et puis la dame sort une tirade un peu trop rapide pour qu’il comprenne quoi que ce soit. En revanche il entend bien l’inquiétude de Jaimie dans sa voix et qui s’exprime sur son petit visage d’ado paumée pareil. Faut dire qu’on dirait qu’elle vient de se réveiller, et forcément c’était un peu brutal. Et elle a l’air tellement vulnérable avec sa bouille comme ça qu’il sent un peu son cœur dégouliner d’une sorte de tendresse étrange et nouvelle.

- C’est rien gamine, il lui assure d’une voix douce en serrant son poignet. On est arrivés au refuge, Lauren est partie chercher le vétérinaire qui va examiner les chevreaux.

« Kyte ! Mon grand, amènes les donc par-là tiens. » Kyte jette un coup d’œil par-dessus son épaule et voit la brave Lauren se diriger vers une petite cabane de bois pas trop loin sur la droite. La stalle de quarantaine, surement.

- J’arrive ma belle ! Il dit en hochant la tête. Puis il relève les yeux vers Jaimie. Tu m’aides à amener tes rejetons là-bas ?


Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 21 Fév - 23:18


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Mon cœur tambourinait dans ma poitrine et tous mes sens étaient à l’affut. De nature plutôt rêveuse, j’avais déjà dû mal à émerger de mes songes en temps normal, mais là, avec le vacarme et mes bébés à protéger, j’étais à cran. Heureusement, Kyte a tôt fait de se pencher vers moi pour m’intimer que tout allait bien et que nous étions simplement arrivés au refuge où nos chevreaux allaient être examinés et pris en charge.

- Oui ‘fin je les trouve quand même légèrement agressifs…

J’ai maugréé en resserrant mon hoodie autour de moi, comme pour me protéger de ces inconnus fort bruyants et incommodants. Je crois que quelque part, c’était surtout contre le froid montagnard de la nuit que j’essayais du lutter. Ou alors contre ce sentiment perfide qui tentait de s’insinuer en moi : la sensation désagréable d’abandonner meschevreaux, et de laisser ces petits êtres tremblotants et sans défense entre les mains d’inconnus pour ne jamais les revoir. Mais fallait pas que je pense à ça. Notre mission, c’était de les sauver, un point c’est tout. Alors j’ai pris une grande inspiration et j’ai bloqué tout ça à l’intérieur, comme Kyte m’avait déjà dit plusieurs fois de le faire quand on est dans une situation similaire. « C’est bien beau d’avoir des sentiments tout plein le cœur gamine, mais s’ils t’empêchent de prendre la bonne décision, vaut mieux les mettre de côté », qu’il me répétait souvent. Et l’air de rien, à force de faire équipe avec lui, je commençais à imprimer. Il fallait dire qu’avec les horreurs qu’on voyait lui et moi, on n’avait pas trop le choix non plus.

La voix féminine s’est élevée de nouveau et j’ai instinctivement cherché sa propriétaire des yeux. Il s’agissait d’une bonne femme d’une quarantaine d’années, à la silhouette plutôt robuste et voluptueuse, et aux joues bien roses, probablement à cause du climat capricieux des montagnes. D’épaisses boucles d’un blond vénitien encadraient son visage rond criblé de tâches de rousseurs. Elle avait la fermeté dans les traits mais une sorte de lumière taquine dans le fond de ses yeux bleus et me fit immédiatement penser à une fermière des alpes suisses (ne me demandez pas pourquoi). Intriguée, j’ai observé son échange avec Kyte en silence, notant au passage l’étrange intimité qui semblait les lier.

- Ma belle hein ?

Je l’ai taquiné à mi-voix avec un sourire amusé, parce que j’étais qu’une môme d’une quinzaine d’années et que ça me faisait vachement marrer, ce genre de relations ambigües. J’irais même jusqu’à dire que ça me travaillait pas mal, même si je n’osais pas vraiment me l’avouer. Kyte a fait une expression qui m’a indiqué qu’il n’en dirait pas plus, même si elle recelait pas mal d’indices en soit. J’ai étouffé un petit rire et puis je me suis mise sur mes pieds.

- D’accord, mon grand, allons-y !

J’ai singé, comme une gosse insupportable. Mettons cela sur le compte de la fatigue et le choc émotionnel que j’avais subit. J’ai sauté en vrac hors de la camionnette, pleine d’énergie mais peu coordonnée, comme à mon habitude, si bien que je me serais ramassée si Kyte n’avait pas daigné me rattraper au vol. Je lui ai fait un signe de tête pour le remercier et j’ai pris mon bébé blessé dans les bras tandis que Kyte installait les autres dans une petite carriole fournie par notre hôte. A l’aide de cordes qu’il tenait autour de ses épaules il s’est mis à la tirer derrière lui dans le petit chemin de terre en pente en direction de la grange que nous avait indiqué la bonne femme. Je l’ai suivi en silence, sauf que rapidement le petit sentiment désagréable est revenu me bouffer les tripes alors j’ai accéléré le pas pour me retrouver à sa hauteur et j’ai resserré le chevreau contre moi plus encore.

- Ces gens, comment tu les connais ?

J’ai demandé, plus sérieuse. Je crois qu’une partie de moi essayait de se rassurer quant à l’identité et aux compétences de la famille que nous avions choisi pour mes petits. Mais une autre restait assez curieuse concernant cet échange plutôt intime entre Kyte et la dénommée Lauren. Ça m’étonnait, parce que mon mentor ne m’avait jamais parlé d’elle avant ce soir. Mais après tout, il ne me parlait pas énormément de sa vie tout court. C’était un homme plutôt pudique au niveau des sentiments, même si ça crevait des yeux qu’il en avait tout plein à l’intérieur. Mais ça m’allait, parce que moi aussi ça avait tendance à bouillonner et même que je ne savais absolument pas comment les transcrire en gestes ou en parole. Disons qu’on faisait une belle équipe d’amputés au niveau du cœur, même si lui pour le coup il avait plus de raisons valables que moi, avec ses traumatismes de la guerre et la perte de sa famille.

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Ven 3 Mar - 18:36



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Kyte est sur le cul. Est-ce que cette sale môme est en train de le chambrer ? Il sait pas trop si ça l’amuse ou l’énerve. Venant de ses frères, il a l’habitude, c’est presque une tradition entre bikers. Mais là il s’agit quand même s’une gosse même pas majeure, merde ! Au final, il se contente de serrer la mâchoire et d’hausser nonchalamment les épaules, ses pensées traînant vers le joli postérieur rondouillard de Lauren qu’il a bien en tête. Evidemment, Jaimie ne passe pas à côté de cette expression. C’est qu’elle est intuitive, la petite garce, et voilà qu’elle le tacle le plus belle. Et puis comme elle allait sauter du camion, faut croire que tout n’est pas injuste dans ce bas monde parce qu’elle manque de se rétamer. Kyte la rattrape par réflexe, mais une fois qu’il l’a reposée sur le sol il se demande s’il aurait pas bien fait de la laisser mordre la poussière pour lui apprendre un peu. Puis comme il la voit prendre le chevreau dans ses bras avec une grande délicatesse, il regrette aussitôt ses pensées. Ses mains glissent sous le ventre chaud d’un autre petit et il les installe un à un dans une petite carriole que Lauren a laissée là. Ensuite, place les cordes sur ses épaules et tire le chariot bêlant derrière lui pour remonter le chemin de terre. Il voit pas Jaimie mais il entend ses pas dans son dos. Après un moment de silence, ils accélèrent et la gamine se retrouve bientôt à sautiller à ses côtés. Elle lui demande comment il connait le sanctuaire.

- Des amis de la cause.

Il répond sans trop la regarder. Sauf que quand sa remarque est accueillie par du silence, il relève les yeux vers Jaimie et il est pas mal surpris par la tension qui se dégage de sa petite face toute crispée. Alors il se sent un peu obligé d’élaborer, pour la rassurer d’il ne sait trop quoi.

- Lauren, sa frangine est la régulière d’un de mes frères en Norvège. C’est chez elle qu’ils m’ont envoyé quand j’ai dû quitter le pays. Elle m’a accueilli sans poser de questions et l’aider à la ferme ça m’a pas mal aidé à reprendre le pied. Puis il donne un petit coup de coude dans l’épaule de Jaimie et ajoute avec un sourire. Te fais pas d’bile gamine. J’lui confierai ma vie sans hésiter.

Il sait pas trop ce qui la turlupine, mais il se dit que cette explication, lui, ça l’aurait tout de suite rassuré. Alors faudra qu’elle s’en contente. De toutes les façons, il pourrait pas vraiment ajouter grand-chose d’autre parce que les voilà bientôt à la grange où Lauren les attend en compagnie d’un grand type dégingandé en tenue blouse qui les accueille avec un sourire chaleureux malgré la fatigue qui se lit sur son visage émacié. Y’a quelque chose de doux et de terrible à la fois dans son regard hanté, comme s’il avait vu trop de bataille. « Voilà nos sauveurs » commente le type d’une voix douce – et Kyte décide qu’il l’aime bien. « Amenez ces petits battants ici, je vais les observer ». Kyte et Jaimie échangent un regard un peu incertain, puis finalement il hoche la tête d’un air convaincu, comme pour lui assurer que tout se déroule comme prévu – même si dans le fond, il en sait trop rien. Il observe sa gamine poser délicatement son protéger sur une table en inox et s’écarter à contrecœur. Le vétérinaire s’approche en parlant au chevreau à voix basse et examine ses membres un par un avec une expression vachement solennelle. Et puis après un moment, il relève la tête, une moue embêtée sur ses lèvres trop fines. « Il a de la chance d’être en vie, ce petit. Ces blessures auraient pu être mortelles si vous n’étiez pas arrivés à temps. Heureusement, avec le bon traitement la rémission est assurée. En revanche… » Il marque une petite pause, hésitant, et Jaimie se tend immédiatement aux côtés de Kyte. « En revanche quoi ? » Elle demande d’une voix à la fois incroyablement vulnérable et empreinte d’une certaine fermeté. Celle d’une mère qui s’inquiète pour son petit. Kyte n’a pas le temps de ressasser davantage que le vétérinaire parle à nouveau, et cette fois c’est Jaimie qu’il regarde directement dans les yeux. « En revanche il faudra l’amputer d’une patte, voir deux. » Puis, voyant la réaction de la gosse, il s’empresse d’ajouter. « Mais rassures-toi ma grande, les chèvres vivent très bien avec des pattes en moins. Il existe des prothèses qui leurs permettent de jouer et de sauter. »

- C’est vrai gamine. Ajoute Kyte en la prenant par les épaules. Il se penche pour chercher son regard et le doute qu’il y lit le frappe en plein poitrine. C’est des bestiaux joyeux et ils se laissent pas abattre par ce genre de trucs. Puis, relevant la tête vers Lauren. Louloute, tu veux bien lui présenter Jackie pour qu’elle voit par elle-même ?

« Ça roule mon chou, » qu’elle répond de sa voix toute particulière. « Suis moi donc mon petit » qu’elle dit à Jaimie en tendant la main vers elle. Puis comme la gamine hésite toujours, Kyte lui tapote dans le dos pour l’inciter à décoller.

- Vas gamine. Je vais rester là avec le doc’ pour veiller sur les petits.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Ven 17 Mar - 19:26


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Quelque part, je suppose que j’aurais dû m’attendre à ce genre de réponse courte et vague de la part de Kyte. Et pourtant, je ne pus m’empêcher d’être déçue. Des amis de la cause. Ça voulait tout dire, et absolument rien en même temps. Et ça ne calmait définitivement pas cette brûlure glaciale qui irradiait dans mes tripes. Instinctivement, j’ai resserré mon chevreau contre moi, et je me suis promis que si je ne les sentais pas, il repartirait avec moi. Et tant pis pour la raclée que j’allais me prendre en retournant chez mes parents (et que je recevrai, de toutes les façons, pour avoir fait le mur et loupé quelques jours d’école). Cependant, Kyte ajouta que la propriétaire du refuge était reliée à son club en Norvège et qu’elle l’avait accueilli lorsqu’il avait dû fuir le pays. Il ne m’avais jamais vraiment confié la raison de cet exil, mais j’étais pas conne, j’avais rapidement compris en faisant quelques recherches sur internet. Même que ça m’avait un peu fait flipper au début, de me dire que je traînais avec un meurtrier potentiel. Mais Kyte, j’avais jusque dans son âme, et j’étais persuadée que tout ce qu’il faisait, il y avait une raison derrière. Même tuer quelqu’un. Et alors je me suis dit qu’il devait avoir foutrement confiance en sa Lauren, pour crécher chez elle quand Interpole le recherchait partout. Étrangement, ça m’a un peu rassurée.

On est rentrés dans une grande grange rougeâtre qui sentait bon le foin et la paille fraiche. Mon petit toujours serré dans mes bras, j’ai soigneusement observé le vétérinaire qui se tenait là dans sa blouse. Une vraie cette fois, pas un truc dégueulasse acheté en vitesse au Wallmart du coin. Il avait une allure étrange, avec son sourire tendre et sa mine toute fripée, mais j’ai plutôt ressenti des trucs positifs à son égard. Il nous a demandé d’amener nos chevreaux sur une petite table d’observation, et comme j’hésitais, Kyte a hoché la tête pour me signifier que je pouvais y aller. Alors c’est ce que j’ai fait, le cœur battant. J’ai délicatement posé mon protéger sur l’inox froid, regrettant de ne pas avoir de couverture à mettre sous son petit corps malmené.  

- Tout va bien, j’ai dit en caressant sa tête où les cornes commençaient à peine à pointer. Le docteur va bien s’occuper de toi.

J’ai assuré à voix basse. Sauf que contrairement à moi, la petite chèvre n’avait pas l’air inquiète pour un sou. Alors j’ai bien dû me rendre à l’évidence : ma présence gênerait la consultation plus qu’autre chose. J’ai donc fait un pas en arrière, mon regard toujours dardé sur mon protégé et le vétérinaire qui s’en approchait pour l’ausculter. J’ai apprécié la douceur dont il faisait preuve à son égard. En revanche, j’aimais un peu moins la mine désolée et grave qui creusait de profondes rides sur son visage émacié. Après un moment, il a fini par se relever, se lançant dans une petite déclamation sur la chance que mon bébé avait d’être encore envie. Moi, j’avais juste envie qu’il ferme sa gueule où qu’il aille directement au but, parce que j’aimais pas trop les détours et les jolis phrases qu’il utilisait pour retarder le moment où il nous énoncerait un diagnostic clair.

- En revanche quoi ?  

J’ai demandé d’une voix un peu sèche pour le ramener à l’ordre, en essayant de cacher la peur viscérale qui me bouffait de l’intérieur. La réponse ne tarda pas à venir, et j’ai eu l’impression qu’on venait de m’enfoncer un couteau dans les poumons.

- Vous voulez l’amputer ?!

Je me suis exclamée en m’approchant instinctivement du petit chevreau pour le protéger de mes bras. Moi vivante, il était hors de question que ce psychopathe s’approche de mon petit avec ses ustensiles de torture. J’ai senti une sorte de rage féroce monter dans ma gorge alors même que des larmes essayaient de piquer mes yeux. Le vétérinaire a fait un mouvement vers moi, mais je crois qu’il a vu dans mon regard que j’étais prête à le tuer, alors il a continué son baratin en m’assurant que mon bébé mutilé aurait quand même une jolie vie avec des prothèses. A ce moment-là, je lui aurait probablement arraché la gueule si Kyte n’étais pas intervenu en me prenant par les épaules pour m’assurer que docteur avait raison. J’ai ressenti une haine mêlé d’un sentiment dégueulasse de trahison, mais sous tout ça je sentais bien qu’il y avait une sorte de soulagement. Et puis d’irritation aussi, mais ça c’était parce que les trois adultes me regardaient avec un air de pitié mêlée de compréhension qui ne me plaisait pas du tout. Et puis finalement Kyte a demandé à Lauren de me présenter un certain « Jackie », et je voyais pas vraiment comment ça pourrait me calmer, alors j’ai croisé les bras et je suis restée sur place, boudeuse. Puis finalement Kyte m’a tapoté dans le dos en m’incitant à y aller avec une voix qui me disait que c’était pas loin d’être un ordre.

- D’accord, j’ai dit en me retournant vers lui. Mais vous faites rien à flocon sans mon accord. Puis, devant leur air béat, je me suis tournée vers le vétérinaire et j’ai désigné le petit chevreau du menton. Flocon. C’est son nom.

Ils ont acquiescé, et alors j’ai accepté de suivre Lauren qui m’attendait près de la porte où elle m’a tendu une solution en gel pour que je me désinfecte les mains. Elle m’a conduite vers une autre grange en me racontant tout un tas d’histoire que j’avais pas envie d’entendre, alors je me suis contentée de garder le silence en regardant devant moi comme la gosse butée que j’étais. Et puis finalement elle a ouvert une grande portière et une plotée de bêlement joyeux m’ont accueillie. Je faisais moins la gueule, brusquement, alors qu’une ribambelle de chèvres se précipitait entre mes jambes. Je crois même que j’ai laissé échapper un sourire alors que je présentais mes doigts à leurs narines avides. « Viens par ici gamine », m’a intimé Lauren. Je me suis frayé un chemin entre les chèvres vers le fond de la grande où se trouvait un petit enclos qui ressemblait à s’y méprendre à une aire de jeux pour bébé chèvres. Il y avait deux petits roux qui dormaient l’un contre l’autre et un petit blanc qui se leva d’un coup lorsqu’il nous a vus arriver. Il trotta vers nous avec une excitation contagieuse, et lorsqu’il s’est approché, j’ai remarqué que deux prothèses violettes remplaçaient ses pattes arrière. « Jaimie, je te présente Jackson », elle m’a dit d’une voix toute pleine de tendresse en m’ouvrant le portail. J’ai porté une main à mes lèvres, submergée par tout un tas d’émotions que j’étais incapable de contenir ou d’analyser, et je suis venue à sa rencontre.

- Coucou mon petit Jax.

J’ai murmuré d’une voix chargée de ces sentiments qui m’agitaient. Je me suis accroupie et il est venu me sautiller autour en bêlant alors j’ai passé mes bras autour de son cou et j’ai caressé son pelage à la fois doux et rêche. Et là, les genoux enfoncés dans la paille odorante, j’ai pas pu retenir les larmes qui ont coulé le long de mes joues. Les larmes de joie et de tristesse mélangée. De fatigue et de toute cette tension que j’avais contenue toute la journée et qui s’échappait d’un seul coup. Et j’ai été frappée d’une certitude : mon petit flocon aurait une belle vie dans ce sanctuaire, en compagnie de ses frères, de ses sœurs, et de Jackson.    

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Ven 19 Mai - 16:41



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Elle le regarde de ses grands yeux verts comme pour le toiser, et puis finalement elle accepte, mais à la condition que personne ne touche à son chevreau qu’elle a nommé flocon. Alors Kyte hoche la tête gravement et gonfle sa lèvre supérieure comme pour donner de l’importance à ce moment.

- Y’a personne qui touchera à ton p’tit sans ton accord, ça tu peux m’croire.

Et puis alors elle semble rassurée et elle tourne enfin les talons. Kyte regarde les deux femmes franchir l’encadrement de la porte et il se passe une main sur le front. « Vous savez, dans ces moment il vaut mieux ne pas attendre. Opérer au plus vite. » C’est la voix du vétérinaire et Kyte se retourne lentement vers lui pour le lorgner, parce qu’il comprend pas très bien ce que le mec a pas compris dans les mots qu’il vient d’échanger avec Jaimie. « Si je dis ça, c’est juste pour souligner le fait que… »

- Ouai bah t’va rien souligner du tout. Qu'il le coupe brusquement. C’est t’à l’heure qu'y aurait être plus convaincant. Et pis moi j’ai donné ma parole alors t’y coupe pas ses pattes sans qu’la gamine elle a sanctionné, qu'ce soit bien clair.

Il crache d’un ton morne parce qu’il est fatigué et qu’il a d’autres choses à foutre que de gérer les émois d’un vieux type tout fripé. Fort heureusement ce dernier comprend bien le message parce qu’il se met à grommeler des trucs dans sa barbe et alors Kyte n’est plus obligé de faire semblant de l’écouter. Il lui installe les autres chevreaux sur la plaque et essaie de les tenir tant bien que mal parce que c’est qu’ils ont envie de jouer les bestiaux et qu’ils comprennent pas bien qu’on leur demande de rester immobiles pour écouter leurs cœurs, prendre un peu de leur sang et leur faire les vaccins qui vont bien. Et puis enfin le dernier est relaxé par le doc et alors Kyte s’appuie contre un mur pour fouiller dans la poche de son jean trop serré et en tirer une clope rabougrie qu’il glisse entre ses lèvres. « Qu’est-ce que je fais de ce petit du coup ? »

- Tu veille à c’qu'il manque de rien et t’attends un peu qu’j’revienne avec la gosse. Et puis, comme il a l’air d’avoir envie d’argumenter, Kyte décide de lui clouer le bec une fois pour toute : l’est pas débile c’te môme. Elle va t’dire de faire c’qu’y a d’mieux pour Flocon et dans même pas une heure t’y pourra t’éclater comme tu le sens avec ta tronçonneuse, ça j’peux t’l’assurer.

Kyte hoche la tête et donne une petite tape sur le bois de la porte comme pour appuyer ses paroles, et puis il protège sa cigarette entre ses mains pour l’allumer et tire une latte en regardant les étoiles hautes dans le ciel. Les mains dans les poches de son jean, il descend tranquillement vers la grange où il est certain de retrouver Lauren et puis surtout Jaimie. Il entre en sifflotant mais arrête rapidement parce que Lauren met un indexe devant ses fort jolies lèvres et lui fait signe de venir voir quelque chose. Alors Kyte s’approche et ses yeux ont un peu de mal à se détacher de la généreuse poitrine de sa belle mais il se force quand même à regarder ce qu’elle lui désigne et laisse sa main traîner sur ses épaules douces pour compenser. Il cherche un peu des yeux dans la pénombre et puis il finit par discerner la silhouette de Jaimie accroupie dans la paille et entourée de chevreaux à la queue frétillante qui lui sautent dessus et tètent ses vêtements. Et elle a des larmes sur les joues mais elle rit en même temps, et quand elle ouvre ses bras aux petits diables c’est un peu comme si elle leur ouvrait aussi son cœur. « C’est une bonne fille. Où c’est que tu l’as trouvée et qu’est-ce tu lui a dit pour qu’elle te suive partout comme ça ? »

- Bah, j’sais pas trop, mais j’la mérite pas.

Il répond à voix basse avec un sourire attendrit. La réplique de Lauren ne se fait pas attendre : « Grand dadais » qu’elle proteste en lui fourrant un coup dans les côtes. Et puis elle se fait plus câline, et sa main potelée caresse la joue piquante de Kyte. « T’es un bon gars toi aussi, dans le fond. Un peu sauvage, mais bon quand même. » Et puis comme ça, elle pose un baiser sur ses lèvres et puis elle file par la porte, la coquine. Et Kyte la regarde s’éloigner, avec ses fesses qui ondulent d’une façon irrésistible et qui semblent l’appeler comme un aimant. Mais pas tout de suite. Il a une mission à mener. Il sourit tout seul dans le noir, passe deux doigts sur ses lèvres et s’avance tranquillement vers la gosse et puis il s’accroupit à ses côté.

- J’vois qu’t’as fait la connaissance de Jackie et des autres terreurs. Il ricane tendrement. J’savais bien qu’z’alliez vous adorer. Et puis il pousse un soupir et se relève. ‘Commence à s’faire tard gamine. C’est qu’j’irais bien pioncer avant d’t’ailler la route, et pis avant ça y’a l’doc qu’attend tes instructions.  

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Jeu 25 Mai - 0:22


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Les chevreaux sautillaient autour de moi, me bouffaient les vêtements, jouaient entre eux et me donnaient des petits coups de tête rieurs en agitant la queue. Et moi je rigolais. Je rigolais et je pleurais en même temps. Je savais pas vraiment ce qui provoquait ça mais j’essayais pas trop de me prendre la tête. Alors j’ai mis ça sur le compte de la fatigue et des nerfs. Et puis du soulagement aussi, parce que Jackson venait de m’apporter l’espoir qu’il me manquait à la fin de cette rude journée. Il était joueur et plein de vie. Heureux, malgré sa double amputation et le calvaire qu’il avait enduré avant d’être recueillit dans sanctuaire de Lauren. Mais rien de tout cela ne semblait l’abattre et il était un petit chevreau comme les autres. Et moi j’étais plutôt admirative parce que je le trouvais vachement fier et courageux. Il a poussé un bêlement excité et c’était comme s’il venait de comprendre toutes les choses positives que je pensais à son égard, parce qu’il s’est précipité dans mes bras un peu férocement et ça m’a fait tomber en arrière. Je l’ai pris dans mes bras et j’ai éclaté de rire, caressant son poil ras et odorant. J’étais tellement focalisée sur cette créature et sa tendresse brutale qu’il a fallu que Kyte prenne la parole pour que je réalise qu’il s’était accroupit à mes côtés.

- Oh ! Je t’avais pas vu.

J’ai bredouillé en me redressant un peu brutalement. J’ai rapidement essuyé mes joues humides d’un revers de manche en espérant qu’il ne m’avait pas trop vu rire et chialer, parce que j’assumais pas vraiment de montrer ce genre de vulnérabilité face aux êtres humains. Surtout ceux que j’essayais un peu d’impressionner, et c’était clairement le cas avec Kyte.

- Terreurs, ça tu peux le dire !

J’ai répliqué avec un rire franc et une tendresse infinie dans le regard. J’ai fait mine de jeter quelques morceaux de paille sur Jackson et alors il s’est mis à sautiller de côté comme un fou si bien que j’ai cru qu’il allait tomber à la renverse, mais s’était mal le connaître et il s’est juste contenté de quelques pirouettes alors ça m’a encore fait marrer. J’étais en train de me dire que je serais bien restée toute la nuit avec ces glorieux spécimens mais Kyte s’est relevé et m’a rappelée à l’ordre en me disant qu’il fallait qu’on se repose et que le docteur attendait encore de nos nouvelles. A ces mots, j’ai senti un étaux m’écraser à nouveau le cœur, alors j’ai cherché le regard de Jax pour y puiser de la force.

- Ok. J’ai dit en lui caressant la tête. Allons-y.

J’ai caressé une dernière fois la petite tête dure de Jackson le chevreau et je suis sortie de l’enclot, refermant consciencieusement la porte derrière moi, puis j’ai suivi mon mentor dans l’atelier où nous avions laissé Flocon en compagnie du vétérinaire. Lorsque je suis rentrée, il a levé sa petite tête et j’ai senti mon cœur se briser en mille morceaux tellement son regard de souffrance contrastait avec l’air joyeux que Jax affichait quelques minutes plus tôt. Je me suis précipitée à ses côtés et j’ai délicatement caressé son crâne en lui murmurant des paroles rassurantes et en lui racontant comme il serait heureux lorsqu’il pourrait sauter à nouveau en compagnie de ses futurs compagnons. Et puis j’ai relevé les yeux vers le vétérinaire et j’ai hoché la tête.

- Si vous pensez que sa seule chance c’est de l’amputer, alors faites ce qu’il faut. Je veux pas qu’il souffre, et je veux qu’il puisse s’amuser comme Jackson et les autres.

Il a hoché la tête d’un air grave et alors j’ai su qu’il y avait une sorte d’accord tacite entre nous. Je me suis penchée vers le crâne de Flocon et j’y ai déposé un baiser pendant que le vétérinaire préparait son injection, et puis je suis restée à ses côtés jusqu’à ce qu’il s’endorme, ne quittant la pièce que lorsque Kyte m’entraîna à l’extérieur en me passant une main dans le dos. On s’est dirigé vers la maison de Lauren accompagnés de silence comme on était tous les deux plongés dans nos pensées. On a rapidement avalé les sandwiches an beurre de cacahuète et à la gelée de groseille qu’elle nous avait préparé, mais c’était plus pour nous dire qu’on avait un truc dans le ventre que par réelle envie. Et puis on a pris un thé, et on a attendu en en faisant mine de se raconter des blagues mais je savais que Kyte, il faisait surtout ça pour essayer de me faire garder le moral, et c’était vraiment chic de sa part. Après une heure, le doc est passé nous voir pour nous dire que le petit Flocon était un vrai battant, et que l’opération s’était bien passée, qu’il se réveillait doucement et qu’on pourrait le voir demain, puis il est retourné veiller sur son petit patient. Alors Kyte m’a montré la chambre qu’on allait se partager et il est allé tout droit vers le lit. Et là ma parole à peine il avait rebondit sur le matelas qu’il ronflait déjà. Quelque part, je lui enviais cette facilité qu’il avait à déconnecter aussi rapidement de la réalité pour sombrer dans le monde des rêves. Moi, je savais qu’il m’en faudrait beaucoup plus, alors je suis allée prendre une douche. J’avais besoin de sentir mes muscles s’engourdir sous l’eau brûlante qui semblait laver la fatigue, la douleur et le stress de la journée. Je me suis enroulée dans une petite serviette pour me sécher, j’ai enfilé un tee-shirt immense que Lauren m’avait mis de côté, et je me suis affalée sur le matelas qui jonchait le sol à côté du lit que Kyte occupait. J’ai remonté la couverture sur moi et j’ai mis mes écouteurs pour écouter un CD avec quelques un de mes morceaux préférés. Et là, quelque part entre Nothing Else Matters et Sound of Silence, je me suis endormie.

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 13 Juin - 22:40



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Y’a comme une ombre qui passe dans les jolis yeux verts de Jaimie, et Kyte peut pas s’empêcher de se dire qu’elle est trop sensible pour cette vie-là. Qu’elle écoute trop son cœur et qu’elle tiendra pas. Et puis pile quand ces doutes viennent le pourrir, voilà que l’adolescente se relève avec un petit air buté et déterminé qui serait pas loin de lui rappeler sa Bly, alors il doit lutter pour pas lui embrasser le front avec une sorte d'amour paternel.

- Bien. Qu’il marmonne, à défaut. Bien.

Il passe sa main dans le dos de la gosse et l’entraîne à l’extérieur de la petite étable, vers l’atelier sordide où la petite chèvre blessée git toujours en compagnie du docteur maboule. C’est qu’il est dans un piteux état, le bestiaux, et que c’est pas loin d’ébranler la môme une fois de plus. Mais au lieu de s’effondrer comme il le craignait, la voilà qui rassure tendrement la bête, et qui regarde le vétérinaire droit dans les yeux pour lui donner ses instructions. Alors Kyte croise les bras et hoche la tête gravement avec une moue appréciatrice. Et même qu’il y a une sacré lueur de fierté dans son regard. C'est qu’il l’a plutôt bien élevée, cette gamine. Elle a voulu rester le temps qu’on l’endorme, et elle serait probablement restée aussi pendant l’opération, pour s’assurer que tout se déroulerait dans les règles de l’art. Mais Kyte sait trop bien ce que ça fait que de voir quelqu’un à qui on s’est attaché se faire déchiqueter sous ses yeux. Et tabarnak, il souhaite pas ça pour cette gamine à qui il a volé déjà bien trop d’innocence en l’entraînant dans ces missions dangereuses.

- Allez viens gamine, laisse dont l'doc faire son boulot, hein ?

Il l’entraîne jusqu’à la petite maison où Lauren les a installés pour la nuit. Les lèvres scellées par un silence qu’il ne sait pas trop comment alléger. Alors il les ouvre avec un sandwich au beurre de cacahuètes et un peu de groseille, comme il les aime, pour lubrifier sa gorge asséchée par la rude journée derrière eux et la nuit pareil. Après ça, Jaimie a fait du thé, comme une véritable Irlandaise qui cherche un remède à son âme, et alors il en a pris aussi, même si c’est plutôt d’un bon bourbon qu’il aurait eu envie. Mais après quelques gorgées, il se dit que ce truc aux herbes c’est pas si mal finalement parce que les voilà bientôt qui se charrient un peu au sujet de Lauren ou d’autres broutilles, et que leur rires timides mais sincères défient l’angoisse du silence et du temps qui passe. Et avant qu’il n’ait le temps de le remarquer, la nuit les englobe d’une douce couverture, et la porte de la cuisine s’ouvre pour voir apparaître le docteur. Kyte étudie ses traits fatigués mais satisfaits, et alors il sait que l’opérations s’est bien passée, avant même de l’entendre parler. Il le laisse quand même finir par bonté, puis il broie l’épaule de Jaimie dans sa main , attendri parce qu’elle a le rire et les larmes qui se mêle dans sa gorge nouée.

- Un battant ! Tu vois gamine, j’te l’avais dit. Allez viens, on va s’pieuter.

Ses jambes sont lourdes dans les marches, et son dos lui gueule que c’est pas humain de porter des petites chèvres, de tabasser des raclures et de conduire toute la journée quand on a son âge. Il pénètre dans la chambre en se massant les lombaires et en rouspétant, puis ses yeux d’aigle repère bientôt le seul lit et alors il se rue dessus comme un malpropre pour aller s’étaler dans le matelas. Il prend même pas le temps de se demander si Jaimie aura une place pour dormir, parce qu’elle est jeune et pleine d’énergie, qu’il est un vieux con, et qu’elle se démerdera. Et puis alors qu’il s’enfonce dans un coussin délicieusement mou, ses lèvres esquissent un sourire, sa bouche mâchonne un instant dans le vide, et Morphée lui ouvre enfin tout grand ses bras pour l’accueillir en son sein.

C’est le soleil qui le réveille quelques heures plus tard. Ça et l’odeur forte du café qui décante lentement dans la cuisine, accompagné dans cette besogne par la voix mélodique de la belle Lauren. Il n’en faut pas plus à Kyte pour sauter hors de son lit. Il enjambe le corps encore endormit de Jaimie et se dirige vers la salle de bain, parce qu’une petite douche ne lui ferait pas de mal s’il compte impressionner leur charmante hôtesse. Il chantonne quelques vers, se savonne le visage et les cheveux et se sèche dans une serviette avant de s’envelopper dans un peignoir rose qui traînait par là et glisse ses pieds dans ses chaussons. Et comme il porte encore le parfum de sa peau, ça lui fait un peu l’impression de s’envelopper tout entier dans le corps de Lauren. Des images plein la tête, il ne peut résister à l’envier de caresser ses tétons durcis à travers le tissus et lorsqu’il descend les escaliers, il est quasiment sûr que ce n’est pas la seule partie de son corps qui répond à l’appel. Alors, d’humeur joueuse, il s’approche à pas de loups de l’objet de ses fantasmes et la déesse de ses souvenirs. Et voilà qu’il attrape sa taille avec un grognement prédateur. Elle pousse un petit cri de stupeur bientôt suivi de ce rire franc et éclatant qu’il lui connait. Il couvre son cou et sa clavicule de baisers avides, elle finit par se désintéresser de ses casseroles pour lui témoigner toute son attention. Et alors il décide de la remercier de son hospitalité comme il sait faire, et comme il l'avait déjà fait quelques mois plus tôt, quand y'avait plus une once de vie dans son âme et qu'elle a rallumé son désir de la chair et de la vie par la magie de ses lèvres miraculeuses.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Dim 18 Juin - 20:32


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Je ne savais pas très bien ce qui m’avait réveillée. Je savais juste que c’était brutal, et que mon cœur battait la chamade. J’ai relevé la tête pour voir s’il en allait de même pour Kyte mais sa couche était vide. Fronçant les sourcils, j’ai tendu l’oreille, mais le silence régnait désormais sur la maison. Haussant les épaules, j’ai pris quelques affaires et je suis allée dans la salle de bain pour me brosser les dents, me débarbouiller et me coiffer les cheveux. J’en ai profité pour m’habiller, avec les vêtements de rechange que j’avais pensé à emporter. Vêtue d’un jean et d’un tee-shirt de Metallica un poil trop large dont j’avais coupé les manches, je me sentais déjà vachement plus fraiche. Je me suis observée d’un œil critique dans la salle de bain, et je me suis dit que mon look ferait vachement plus stylé si j’avais eu une plus petite poitrine. Je me suis aplati les seins, pour voir ce que ça donnerait, mais je n’ai pas eu le temps de m’attarder sur ce résultat qu’un hurlement me fit sursauter. J’avais pas besoin de me tâter la poitrine pour savoir que mon cœur battait la chamade. J’ai discrètement ouvert la porte de la salle de bain et je me suis aventurée dans le couloir en essayant de ne pas faire grincer les lattes du plancher. Il y eu un grand bruit, suivit d’autres gémissements qui semblaient appartenir de Lauren et provenaient de la cuisine. Bordel de merde, où était Kyte quand on avait besoin de lui ?

Je me suis précipitée dans la chambre que nous occupions et j’ai fouillé dans ses affaires à la recherche de son pistolet. Hélas, il était introuvable. A défaut, je me suis emparée d’un manche à balais qui traînait dans le couloir et j’ai descendu les escaliers aussi rapidement que je le pouvais en conservant la discrétion nécessaire à cette opération de sauvetage. Je me suis approchée de la cuisine avec précaution. Je pouvais sentir mes mains devenir moite autour du bois, et j’aimais pas ça du tout. J’avais pas envie d’avoir peur. Parce que de l’autre côté de la porte il y avait une femme qui avait besoin de mon aide. Et que j’étais préparée pour ce genre de situations : Kyte m’avait appris. Alors j’ai pris une grande inspiration et j’ai ouvert la porte en grand et là mes yeux se sont arrondis de choc et de surprise pareil. Je ne sais pas très bien à quoi je m’attendais, mais certainement pas à la scène qui se déroulait devant mes yeux. A savoir de découvrir Lauren étalée face la première sur la table à manger, ses jupes redressées jusqu’à son visage rosi par le plaisir, et Kyte qui s’agitait derrière elle en grognant comme une bête sauvage avec le pantalon en bas des chevilles. Mon cerveau a mis quelques secondes de trop avant de comprendre la situation. Et même une fois que c’était clair, ce qui était en train de se passer, j’étais toujours pas certaine de savoir si je ne devais pas quand même écrase mon bâton sur la nuque de Kyte, vu les cris qui s'échappaient de la gorge de Lauren. Au final, je crois que mon mentor a compris la situation un peu plus rapidement que moi parce que ses yeux clairs se sont rivés sur les miens avec une expression entre l’horreur et l’extase (qui me hante encore à ce jour). Il y a eu un moment de flottement, bientôt suivi par un bruit de vêtements froissés et un cliquetis de ceinture, le genre que fait quelqu’un quand il remonte son futal un peu rapidement. J’ai vaguement entendu Kyte me dire d’abaisser mon arme et c’est seulement à ce moment que j’ai réalisé que je les dévisageais toujours en les menaçant avec mon balai.

- Je suis désolée ! J’ai bafouillé en me détournant brusquement, les joues brûlantes. J’ai entendu des cris et je croyais. Enfin… je pensais que Lauren était…

J’ai froncé les sourcils, incapable de comprendre pourquoi les mots refusaient de sortir, pourquoi je cherchais à expliquer une situation qu’on avait probablement tous les trois compris, et surtout pourquoi mon esprit n’arrêtait pas de me ramener à la scène dont je venais d’être témoin. Avec des détails vachement graphiques que j’aurais voulu ne jamais avoir à connaître.

- Oh et puis merde ! J’ai lâché non sans une certaine frustration. Je vais faire un tour dehors, Snowflake doit être réveillé à l’heure qu’il est, je vais voir comment il va.

J’ai dit un peu rapidement tout en me précipitant à l’extérieur. Et comme si je cherchais à échapper au malaise qui bouillait sous ma peau et aux images qui continuaient de me hanter, j’ai dévalé la colline au pas de course. La sortie fut courte, mais elle me fit du bien. Le vent frais et humide du matin faisait comme une caresse fraiche sur ma peau, et mon système semblait laisser cet évènement douteux derrière lui. J’ai pris quelques inspirations pour reprendre mon souffle (et mon honneur), et je suis rentrée dans la grange. Où je fus accueillie par les bêlements enthousiastes de Snowflake et le sourire de son vétérinaire.

- Salut toi ! J’ai dit avec tendresse en m’approchant de mon petit protégé. Puis mes yeux se sont posés sur l’énorme bandage autour de sa jambe et j’ai eu un petit pincement au cœur. Comment il va ?

« Bien » m’a répondu son médecin. « Il était un peu faible au réveil mais il a bien mangé. D’ici quelques jours, il pourra rejoindre les autres chevreaux, mais en attendant Lauren va le garder à l’intérieur ». J’ai senti un immense soulagement s'abattre sur moi, et brusquement mes poumons me parurent beaucoup plus légers. Je n’avais pas réalisé à quel point j’étais sous tension depuis notre sauvetage de la veille. J’ai laissé échapper un petit rire et je me suis penchée vers Snowflake pour le couvrir de baisers et de caresses.

- Bonne idée, j’ai dit à l’intention du vétérinaire. Mais je pense qu’il vaut mieux ne pas lui amener Snowflake tout de suite. Elle est… euh… occupée.

J’avais pas prévu de rigoler, et pourtant j’ai commencé à sentir une hilarité monter dans ma gorge, tellement forte que j’ai pas pu la retenir. Et c’est parti en un grand éclat de rire hystérique qui ne s’est calmé que lorsque j’ai réalisé que je faisais paniquer Snowflake (et son médecin). Je crois que quelque part, mes nerfs devaient essayer de me passer une sorte de message, du genre : eh, Jaimie, on est littéralement en train de te lâcher !

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 10 Juil - 14:56



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Quand tu visites le corps d’une femme en profondeur, y’a pas grand-chose d’autre au monde qui peut attirer ton attention. Kyte, ça, il le sait bien. Même que ça l’a foutu dans la merde un peu plus d’une fois. Alors pendant qu’il pense à la peau laiteuse de sa jolie fermière, il pense pas trop à la porte grande ouverte. Aux pas qui descendent les escaliers. Y’a que lui et sa Lauren, et la sensation exquise de leurs corps qui se rencontrent et qui se boivent comme s’ils sortaient tous deux d’un désert aride. Jusqu’à ce mouvement sur sa droite. Cette silhouette menaçante qui brandit un balai, avec un choc tout particulier inscrit partout sur sa face. Tabernak j’allais jouir ! Et d’ailleurs… Ouai, pas le temps de se retenir. Un dernier coup de hanche, un dernier rugissement guttural avant que les réflexes ne reprennent totalement le contrôle. Crisse. Il remonte rapidement son futal sur ses hanches et tend la main vers la gosse pour essayer de calmer la situation.

- Baisse dont ton arme là, tu vois bien qu’elle est pas en danger la Lauren.

Qu’il lui explique en s’approchant doucement – sait-on jamais s’il doit parer quelques coups de manches à balais. Mais Jaimie semble revenir à la réalité et voilà que ses joues prennent une teinte franchement pivoine, et qu’elle détourne les yeux en bafouillant des paroles pas totalement claires. Et puis la gêne laisse place à l’énervement, et elle se précipite en dehors de la pièce avec ses sourcils sombres froncés et son ton tout plein de reproches à peine déguisés. Kyte la regarde partir en écartant les bras puis se tourne vers Lauren avec un regard tout plein d’incompréhension.

- Pourquoi est-ce que toutes les adolescentes me détestent ?

Lauren éclate de rire, et l’amusement pétille dans ses yeux encore brillants d’extase et de désir. Elle pose ses petits doigts potelés devant ses lèvres fines et ses gloussements soulèvent sa forte poitrine. Alors ça donne juste envie à Kyte de poser sa tête contre les glorieux mamelons qui semblent ainsi l’appeler à eux. « Allons mon beau. Elle te déteste pas la p’tite », qu’elle lui dit en enfonçant ses doigts dans sa tignasse pour lui masser le crâne. « Comment qu’t’aurai réagi toi s’tu surprenais ton vieux en train d’chevaucher ainsi une dame ? ». Kyte sent un sourire étirer ses lèvres et il secoue la tête avec un petit rire.

- J’avouerai qu’ça m’est déjà arrivé. Et pour tout t’dire j’en ai dégueulé là sur le moment. Vrai de vrai.

Leurs regards se croisent. Lauren jauge son sérieux et la voilà repartie dans un grand éclat de rire qui lui fait tout chaud en dedans. Y’a rien de plus agréable que de voir une femme rire sincèrement à vos blagues. Ça remonte l’égo d’un homme, ça. Elle lui caresse le dos et s’écarte, prétextant qu’elle doit finir le petit déjeuner et qu’il est pas la seule bête amochée qu’à besoin de sa tendresse en ce jour. Et Kyte se retient de le lui dire, mais ce serait pas loin de le rendre un peu jaloux. Alors il noie son chagrin dans un pancake moelleux, puis il attrape le petit paquet qui contient les autres et que Lauren leur a préparé pour la route, et le voilà qui marche en direction de la grange où il trouve Jaimie aux côtés de son petit patient. Il les observe avec un air attendri, parce que c’est plutôt touchant comme tableau de voir cette gamine féroce caresser les poils de son chevreau rebelle qui dors paisiblement sur ses genoux.

- Comment c’est qu’il va ?

Il demande en s’installant à côté d’elle dans la paille. Il peut pas s’empêcher de noter le malaise dans sa réponse, et il sait bien que c’est pas lié à la petite chèvre, parce que Lauren lui a dit que Snowflake allait bien. Alors il se dit que c’est peut-être à cause de la scène de ce matin, mais il sait pas trop comment lui parler de ces trucs-là. Merde alors, que foutent les vrais parents de cette môme dans son éducation ? Et lui, comment il est censé s’y prendre alors que sa petite fille, il l’a quitté quand elle avait pas encore dix ans ? Et que de toutes les façons, elle savait plus de chose que lui déjà à l’époque.

- Tiens, Lauren nous a fait des pancake, mange donc un bout. Il propose en lui tendant le petit paquet. Puis, devant son air suspicieux, il précise : elle les a fait avant… tout ça.

Ça le fait même marrer un peu, peut-être parce que c’est drôle, peut-être parce que c’est malaisant. Probablement un peu des deux, au final. Il prend une grande inspiration, puis il se lance enfin.

- T’sais gamine, va falloir qu’t’apprenne à différencier les cris de jouissance de cris de terreur. J’ai pas trop envie de me prendre un plomb dans l’cul parce que tu t’es mise en tête de sauver une damoiselle pas en détresse. Pour ça j’peux t’donner qu’un conseil. Expérimente. Et j’parles pas du terrain sauvetage parce que ça t’en fais déjà bien trop avec moi. Pourquoi que je te vois jamais avec des types de ton lycée ? Même les gars du club y semblent pas trop t’intéresser.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Sam 15 Juil - 16:46


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Je crois que le véto n’a pas trop compris d’où sortait mon hilarité parce que ses lèvres ont vaguement esquissé ce qui ressemblait pas mal à une grimace et il est parti sans demander son reste. Alors moi j’ai continué à me marrer toute seule et au final j’ai posé mon cul sur la paille parce que j’avais pas trop d’autre endroit où aller. Snowflake est venu appuyer sa petite tête curieuse sur mes genoux et j’ai fini par me calmer en le caressant doucement. Je sais pas trop combien de temps je suis restée comme ça. Peut-être une demi-heure. J’étais foutrement mal installée, avec le bois inégal d’une poutre qui me labourait le dos et le poids de mon chevreau qui engourdissait mes jambes. Mais j’osais pas bouger, parce qu’il avait l’air bien à somnoler ainsi sur mes genoux. Alors j’ai passé le temps en fredonnant quelques chansons Irlandaises de mon enfance et Snowflake avait l’air de carrément aimer ça, ce qui m’encourageait. Et puis la douleur physique a fini par disparaître au second plan et j’ai accueilli une sorte de sérénité qui fut bientôt troublée par la voix de Kyte dans mon dos, qui me fit sursauter.

- Tu m’as fait peur ! J’ai dit en jetant un coup d’œil dans sa direction. Ça a l’air d’aller, mais le doc dit que Lauren doit le garder à l’intérieur pendant quelques temps.

J’ai essayé de dire ça à la désinvolte, mais j’étais toujours pas très à l’aise avec ce qu’il venait de se passer. J’avais pas l’impression que Kyte soit en colère, mais ça n’effaçait pas le malaise de les avoir surpris en pleins ébats. J’ai jeté un coup d’œil dans la direction de mon mentor, qui m’avait l’air un peu silencieux tout d’un coup, et je me demandais si lui non plus ne savait pas trop sur quel pied danser. Il a fini par briser le silence en me proposant des pancakes que Lauren avait préparés, et quand il a vu mon hésitation, il s’est empressé de préciser qu’elle les avait préparés avant « tout ça ».

- Oh !

Je me suis exclamée, à la fois surprise et gênée. J’ai vaguement essayé de bégayer que ce n’était pas du tout ce que j’insinuais mais je sentais mes joues qui me brûlaient davantage à chaque son qui s’échappait de mes lèvres alors j’ai fini par les sceller en mordant avidement dans un pancake. Et Kyte, lui, ça le faisait marrer. Moi j’étais tellement mal à l’aise que j’espérais presque m’étouffer avec mon petit déjeuner rien que pour échapper à mon présent. Le truc, c’est que le futur s’avérait encore plus embarrassant, puisque Kyte s’est mit en tête de me donner des petits conseils sous prétexte qu’il n’avait pas envie que je panique encore une fois et me mette à lui tirer dans les fesses.

- T’as qu’à pas batifoler en mission, ça t’évitera ce genre de surprises.

J’ai rigolé en lui flanquant mon coude dans les côtes pour le pousser un peu. J’ai secoué la tête et pris une deuxième bouchée de mon pancake en me disant que cet évènement malheureux était derrière nous une bonne fois pour toute et qu’on allait pouvoir aller de l’avant et oublier ces images qui me hantaient encore. Mais Kyte, il a repris d’un ton vachement plus sérieux, et ma parole j’avais presque l’impression cette discussion là c’est le genre que j’aurais dû avoir avec mon paternel. J’ai senti un petit pincement dans mon cœur et dans ma gorge, parce que cette perspective éveillait en moi des sentiments contraires.

- J’sais pas. J’ai répondu d’un ton un peu boudeur. Au cas où tu l’aurais pas remarqué j’suis pas tout à fait le genre de filles que les garçons remarquent et qu’ils ont envie d’inviter à sortir. Et puis de toutes les façons ça m’intéresse pas trop non plus ce genre de trucs. C’est peut-être parce que j’ai pas encore rencontré le bon. Mais en attendant, je préfère largement venir avec toi pour sauver des animaux, au moins je fais quelque chose de vraiment utile !

J’ai expliqué avec tout l’aplomb dont j’étais capable. Je mettais toute mon assurance dans cette affirmation pour essayer de colmater la blessure que je sentais se creuser depuis quelques temps. Celle qui venait avec tout un lot de questions auxquelles j’avais pas envie de répondre. Qu’est-ce qui cloche chez moi ? Pourquoi je n’arrive pas à former de vraies amitiés avec mes camarades de classe ? Pourquoi les mecs ne me trouvent-ils pas attirante ? Pourquoi, moi, je ne suis pas attirée par eux ? J’aimais pas trop me poser toutes ces questions, parce que ça me donnait l’impression d’être une sorte d’attardée du côté des relations.

- Allez, viens. J’ai dit en me relevant pour clore la discussion. Faut qu’on apporte Snowflake à Lauren.

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 25 Juil - 3:46



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
La gamine, elle avait beau rigoler deux minutes plus tôt, la voilà qui prend un air tout sérieux et vachement pensif qui donne l’impression qu’elle a beaucoup plus que seize ans. Kyte, ça le fait un peu baliser, quand il y pense. Y’a rien de bon qui peut sortir d’une âme trop profonde, parce que si on y fait pas trop attention, c’est le genre d’endroit où on peut finir par se noyer. Il le sait bien, lui. Sa Lenore elle avait des moments comme ça. Oh, pas exactement pareil, parce que c’était une tarée d’un tout autre genre. Mais quand même, il se dit que c’est à surveiller et qu’il est certainement la pire personne pour le faire. Jaimie finit par répondre d’un ton boudeur et tellement adolescent qu’elle le ramène un peu sur terre. Se noyer dans son âme, qu’est-ce qu’il va imaginer ? C’est juste une môme comme toutes les autres qu’a un peu de mal à trouver sa place. Il serait presque rassuré, pour le coup, mais ça lui fait quand même un petit pincement au niveau du cœur. Parce que merde alors, cette gamine, elle est magnifique avec sa peau toute pâle et ses yeux verts tout plein d’intelligence et de détermination, et ses cheveux sombres aux reflets roux qu’ont l’air tellement doux qu’il peut pas s’empêcher de lui tapoter la tête une fois de temps en temps. Mais ça doit être un truc de nanas ça encore. De pas se trouver jolie et d’imaginer que les garçons les remarqueront jamais. Il secoue la tête avec une sorte de rictus au coin des lèvres. Merde alors, si seulement elles savaient à quel point elles nous rendent dingue !, il se dit en se frottant le front de son annulaire. Mais il sait pas trop comment lui dire tout ça, alors il ferme sa gueule et il l’écoute se rassurer en disant qu’elle préfère attendre le bon et sauver des animaux avec lui. Et là encore il hésite à calmer ses ardeurs de romantiques ou à culpabiliser comme une merde parce qu’il lui vole un peu son adolescence et ses expériences à l’entraîner partout avec lui pour faire des conneries pas vraiment légales et pourtant tellement utiles. Au final, il faut croire qu’il est trop long à réfléchir, parce qu’elle bondit sur ses pieds en disant qu’il faut apporter Snowflake à Lauren. Alors Kyte la regarde de ses grands yeux océan emplis de plein de trucs qu’il arrive pas à exprimer, et il se relève avec un soupir à fendre l’âme.

- Laisse gamine, je vais le porter.

Qu’il dit en posant une main sur son avant-bras pour la stopper en plein élan. Il peut au moins faire ça, à défaut de trouver un truc intelligent à dire pour la rassurer ou encore la guider. Il se penche et glisse ses bras sous le petit chevreau, puis se relève et maudit tous ses ancêtres quand son dos se met à le tirer un peu brutalement.

- Ostie de tabarnak ! Il hurle sans retenue en se dandinant à droite et à gauche pour essayer de soulager ses reins. C’est qu’il est lourd, le bestiaux !

Il aurait bien continué à jurer un peu plus longtemps, mais ça fait rigoler la môme taciturne alors il exagère un peu les mouvements, pour nourrir l’atmosphère bon enfant qui est retombé sur eux. Sauf qu’en route sur le chemin, il peut pas s’empêcher de repenser ce qu’elle lui a sorti. Et alors il baisse les yeux vers elle et la couve d’un regard qui serait presque attendrit.

- T’sais quoi, j’crois bien qu’as raison. C’est qu’t’as pas encore rencontré l’bon. Les mômes du club et ceux d’ton lycée c’est des p’tits niaiseux qu’ont pas l’habitude des nanas qu’ont de la suite dans les idées et un peu plus d’caractère qu’eux. Des p’tites fiottes tous autant qu’ils sont. T’faux un gars un peu plus coriace que ça. D’ici quelques années ils auront eu l’temps d’se forger des épaules un peu plus solides et ça d’viendra plus intéressant pour toi, t’verras.

Il hoche la tête avec une moue satisfaite. Il le voit bien, le gars qu’il lui faut. Un type droit et qu’est capable d’utiliser un peu son cerveau, mais avec une envie d’aventure dans les veines et une pointe d'humour original pour pas qu’elle s’ennuie trop. Puis le genre direct et loyal à qui t’a envie d’accorder ton respect. En d’autres termes, une sorte de biker cultivé qu'aurait bouffé un prince charmant à l'ancienne avant de le remettre un peu au goût du jour. Ben ma pauvre c’est pas d’main la veille que tu mettras la main sur un pareil spécimen. Qu’il peut pas s’empêcher de penser. Mais ça, il lui dira pas, faut pas déconner. En attendant, ça fait pas d'mal de la laisser rêver et pas toucher. V'la que j'me comporte comme si j'étais son vieux, à pas vouloir qu'elle se trouve un gars finalement ! Qu'il réalise avec autant d'irritation que d'amusement et d'attendrissement.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3704 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyte [3]SorenSoren [3]IreneRose [2]Martin [9]


PHOENIX ELLSWORTH - Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.



KYTE SAVARD - This one's for the man who's taught me loyalty, sacrifice and bravery



ROBIN-HOPE BERRY - I'm the anchor that keeps your feet on the ground; you're the wings that get my heart wandering.



MARTIN DAVID-LENNY & ROSE LEONI - We won't change the world, until we're dead and burnt, but the world will never change us.



IRENE DELANEY - Guarded hearts sometimes open up to each other.



SOREN WEST - We should have died a hundred times but somehow we're still alive.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Martin & Hugh
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte le vieux loup de mer & Aisling la paumée
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 8 Aoû - 19:22


Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
J’étais pas mal butée et je savais pas pourquoi, alors ça m’énervait encore plus. J’ai pas eu un geste d’humeur mais presque quand Kyte m’a stoppée pour se pencher et attraper mon bébé. Je l’ai foudroyé du regard, et j’étais prête à le calciner de mes mots pareil mais il s’est relevé un peu trop brutalement et s’est mis à jurer dans son français coloré que je commençais un peu à déchiffrer depuis le temps que je traînais avec lui. Sur le coup, ça m’a un peu calmée, et j’ai pas pu réprimer un sourire. Alors Kyte, je crois qu’il l’a remarqué parce qu’il a pas mal exagéré ses mouvements et alors je me suis mise à rire de bon cœur, trop soulagée au final de laisser ces sentiments un peu négatifs derrière moi et de ne plus les sentir qui me bouffaient. On a repris le chemin de la maison de Lauren. Moi j’avais les mains dans les poches et les yeux rivés sur le bout de la route devant nous et ça ressemblait sacrément à la fin d’une aventure. J’essayais de pas trop y penser parce que sinon j’allais flipper à l’idée de laisser Snowflake pour peut-être ne plus jamais le revoir. Ou encore au sujet de mes déficiences relationnelles. Pourtant, c’était un sujet qui devait tenir au cœur de Kyte quelque part parce qu’il l’a remis sur la table. Et il semblait pas mal d’accord pour dire que les gars de mon âge manquaient un peu de substance. Et sa façon colorée de le dire m’a fait pas mal rigoler.

- C’est sûr que j’aime pas trop les mecs qui ne pensent qu’à gagner le match de basket et à séduire la première fille qui passe.

J’ai commenté avec un haussement d’épaule. J’étais pas trop sure du genre de type que je pourrais aimer en revanche. J’essayais de pas y penser, parce que ça me faisait flipper. L’idée de le trouver, ou l’idée qu’il n’existe pas. Je préférais me concentrer sur le présent, sur ce que je voulais accomplir pour que les animaux ne subissent plus le calvaire que je leur connaissais. Pour que la planète ne soit plus sacrifiée. Mais parfois, juste avant de m’endormir, je me disais que j’aurais bien aimé partager tout ça avec quelqu’un. Alors je rêvais d’un mec qui ferait toutes ces missions avec moi. Un type de mon âge et qui me ferait rigoler, et qui après une journée éprouvante, me prendrait dans ses bras pour effacer la douleur et la tristesse qui me collait parfois encore à la peau pendant des heures. Quelqu'un avec qui je partagerai mon âme, et qui comprendrait. Et ça m’énervait, de vouloir un truc comme ça. Je trouvais ça faible et désespérant. Je préférais tellement les jours où je me sentais forte et indépendante et comme si j’avais besoin de personne.

- Vas-y, je te suis.

J’ai dit en ouvrant à Kyte la porte de la cuisine de Lauren. Elle était toujours à l’intérieur, et ça sentait bon les fourneaux et le petit plat qu’elle préparait pour le midi. Moi, j’évitais un peu son regard, mais j’ai pas pu m’empêcher de sourire en l’entendant parler tendrement à Snowflake comme si c’était un bébé humain. Ça me rassurait sur le fait qu’il était entre de bonnes mains. Je suis allée rassembler mes affaires pour laisser un peu Kyte avec elle, et puis je suis redescendue lorsqu’ils m’ont appelée pour venir goûter ce qu’elle avait préparé. Ça parlait pas mal autour de la table. Ça déconnait. Moi, j’essayais juste d’avaler quelque chose parce que je sentais que j’allais défaillir sinon. Mais je savais que l’heure du départ approchait. Et avec lui le retour à la maison, affronter mes parents, retrouver les quatre murs si aseptisés de ma chambre bien trop grande, retourner au lycée, écouter les conneries de mes profs et leurs remontrances parce que j’ai séché encore quelques jours. Rattraper mon retard et faire remonter mes notes. Jusqu’au prochain appel de Kyte, et à la prochaine aventure. Et bordel, elle pouvait pas venir assez tôt.

©junne.




Follow in no footsteps, listen for the true guides

Wherever we go, we'll never be lost. Some follow the compass rose, some Follow the cross. Me, I follow roads compulsively till sirens call me off, then I wander, eyes closed, following song. •• The river, the woods
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 232 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu schizophrène. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jameson [3]Robin [2]Nissrin

B L Y . S A V A R D
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S
Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y
Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Jameson ○ Martin
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 18 Sep - 15:51



Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Y’avait comme une odeur de foyer chatoyant dans l’âtre. Comme un goût de fraternité et de liens familiaux qui n’ont rien à voir avec le sang. Comme un soupir de bonté et une pincée de tendresse. « Regarde comme il est beau ce p’tit ! Y’a pas de doute qu’il s’intègrera bien ici avec les autres ! » Glapit Lauren en s’approchant du chevreau qu’il tient de ses bras et qui réchauffe un peu son cœur.

- Pour sûr, c’est un petit guerrier comme les autres.

Il commente avec tendresse en le déposant contre Piney, un espèce de cochon sanglier acariâtre qui s’est étrangement révélé parfaite nourrice pour les chevreaux abandonnés. Aussitôt, ils se blottissent l’un contre l’autre, ce qui déclenche le rire des humains. « Allez, allez, installez-vous à table ! » Leur ordonne bientôt Lauren en revenant avec un plat de pommes de terre au four et de champignons rissolés au tofu. Ça sent tellement bon que Kyte doit pas mal faire un effort pour ne pas piocher dedans tout de suite. Alors pour se faire patienter, il tire la chaise pour Lauren qui glousse en rougissant avant d’y prendre place. Et le festin commence. Kyte vit pour ces moments. Les rires de personnes entières et joviales, les couverts qui tintent, l’alcool qui coule à flot, les saveurs sans cruauté qui chatouillent ses papilles et titillent son odorat. Les histoires qu’on finit par se conter au coin du feu en s’enfilant un petit digestif traditionnel des montagnes. Le feu qui crépitent et projette de longues ombres contre les murs. Quelques accords de guitare enfin, et des voix qui s’élèvent à l’unisson pour bercer les autres. La chaleur du corps de Lauren, la rondeur de ses seins voluptueux qui reposent contre sa poitrine. Le parfum de ses cheveux qui dégoulinent sur ses tendres épaules. Le bâillement de Jaimie au loin, qui se recroqueville sous une couverture en s’abandonnant à ses songes. J’voudrais toujours vivre comme ça. Qu’il se dit, et même que l’émotion est pas loin de lui faire monter les larmes aux yeux. La vie en communauté, comme ça lui manque parfois. Alors il a une pensée pour sa gosse en Norvège et pour ses frères et sœurs motard.es qui s’occupent d’elle dans la ville où elle est née. Et pour toutes les âmes qu’il rencontre sur la route et qui lui offrent un foyer le temps de quelques heures ou de quelques jours. Et comme il aimerait y rester éternellement. Mais toujours, la route l’appelle. Une nouvelle quête, encore une mission, des animaux à sauver, des crétins à corriger. Ses paupières se ferment sur ces notes aussi douces qu’amères. Et un dernier sourire étire ses lèvres avant qu’il ne sombre dans le sommeil. Une dernière pensée : il n’est plus seul désormais, puisqu’il y a la petite Jaimie, toujours fidèle et flanquée à ses côtés.  
 
Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   


Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-