AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 time is money (tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

le capitaine crochet

ÂGE : 38 ans (08/05/78)
SURNOM : le corse, le teigneux
STATUT : célibataire (très) endurci. les relations sérieuses ce n'est pas pour lui
MÉTIER : pêcheur de père en fils, gagne péniblement sa croûte
LOGEMENT : vit sur son bateau amarré au port de Brisbane, dans le quartier de Bayside
POSTS : 446 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il débute une nouvelle vie à Brisbane, il a fui sa Corse natale et les problèmes qu'il s'y était créé ≈ Il vit seul depuis des années, et ne se sent pas prêt à faire de la place pour une femme dans sa vie ≈ Il a une sœur, Chiarra, qu'il tente de faire venir à Brisbane pour sa sécurité ≈ Il traine un lourd passé qu'il n'évoque pas, gardant le secret sur une grande partie de sa vie ≈ Il a un penchant pour l'alcool, mais rien d'affolant ≈ Sa sœur et son bateau sont les deux choses les plus précieuses à ses yeux ≈ Il entretient un rapport malsain avec l'argent, et a beaucoup de dettes
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : #1 Saul › #1 Lexis › #1 Tommy › #1 Caitlyn

HALLOWEEN BLACKOUT
#groupe 07
THRILLER NIGHT

~ a bocca chjusa, nè moschi nè bonbucconi


RPs EN ATTENTE : Martin

~ natu a parsona, natu u distinu.

RPs TERMINÉS : #1 Jane › #1 Piper › #1 Gillian
PSEUDO : ladyfame (clémence)
AVATAR : riccardo scamarcio
CRÉDITS : leave, gifs homemade
DC : nope
INSCRIT LE : 28/07/2016

MessageSujet: time is money (tommy)    Mar 13 Sep - 0:56


Tommy & Vidal
__________________________________
U boiu chi un vo bia Hè un gattivu zifulà
Il ne sert à rien de siffler un boeuf qui ne veut pas boire.


Il fallait vraiment une très bonne raison à Vidal pour qu'il daigne sortir du quartier de Bayside ce jour-là, sa "zone de confort" aurait-on pu dire. Le corse mettait très rarement les pieds en dehors et pour cause, il n'en avait jamais vraiment le besoin puisqu'il avait tout, ou presque, sous la main ici. Le port où était amarré son bateau et donc son lieu de vie, le pub McTavish qui était incontestablement l'endroit qu'il fréquentait le plus quand il n'était pas sur son bateau, et puis c'est aussi à Bayside que Vidal s'était constitué son petit réseau peu après son arrivée. On ne le referait pas, il fuyait les ennuis pour s'en récréer de nouveaux, ce n'était vraiment pas un Angeli pour rien c'est sûr. Vidal avait monté ses petites affaires dans le quartier essentiellement, mais ça devenait de plus en plus risqué et il était entrain d'envisager d'étendre tout ça sur une zone un peu plus vaste de la ville. Le corse et ses fréquentations tous concentrés au même endroit, ça avait de quoi susciter les soupçons des habitants de Bayside mais aussi des agents de police, ce qui était donc potentiellement dangereux pour lui. Il tenait à conserver l'image du pêcheur discret, et ne surtout pas attirer l'attention sur ses magouilles. Il avait échappé à toute condamnation jusqu'ici mais le moindre faux pas désormais pourrait bien le mener à sa perte, s'il ne demeurait pas vigilant. Et il valait mieux faire particulièrement attention lorsqu'on voulait élargir son réseau et enrôler de nouvelles recrues prêtes à tremper dans ses sales affaires. Depuis quelques temps Vidal avait un homme dans son viseur, un certain Tommy qui semblait avoir le profil pour ce genre de choses, en tout cas d'après ce qu'on avait pu lui dire à son sujet. Car évidemment Vidal n'avait pas attendu de s'en faire sa propre opinion pour se renseigner un peu avant, il lui fallait impérativement connaitre la vie de cet homme, et ce qui pourrait possiblement le pousser à se laisser convaincre. L'un de ces gars, Mike, avait donc été chargé de partir à la chasse aux informations pour son compte et ce qu'il avait découvert lui servirait à coup sûr pour la suite. Il valait de toute façon mieux revenir vers Vidal avec des trouvailles et surtout pas les mains vides, c'était vraiment préférable. Ainsi donc ce Tommy avait un vrai besoin d'argent, comme lui. Sa source lui avait aussi et surtout rapporté que Tommy était dans le passé tombé dans une affaire de détournement de fonds et avec ça, Vidal tenait vraiment quelque chose d'intéressant. Le profil de Tommy était parfait, c'était le genre d'homme que Vidal désirait recruter pour agir avec lui, un complice, voilà ce qu'il était prêt à faire de lui s'il se révélait déterminé et convaincant dans un tel rôle. Vidal le savait, il devrait trouver les bons arguments face à ce Tommy pour que celui-ci accepte de se joindre à lui, et ce ne serait pas forcément facile. Après tout, même si Vidal était réputé dans le milieu pour agir efficacement et avec discrétion, il n'était évidemment pas sans risque de s'adonner à ces opérations-là. Il avait en tout cas soigneusement préparé le terrain avant de passer à la phase d'embrigadement.

Le rendez-vous avait été donné dans un bar à Fortitude Valley pour plus de discrétion. Tommy était serveur au McTavish et il semblait évident que leur entretien ne se déroulerait pas sur le lieu de travail de ce dernier, où Vidal était un client plus que régulier. Il était crucial d'organiser ça ailleurs pour ne pas compromettre ni l'emploi de Tommy, ni la discrétion des affaires de Vidal. C'est Mike qui avait joué les intermédiaires pour lui auprès de Tommy, Vidal ne l'avait encore jamais rencontré et ce serait bientôt à lui de vendre l'infaillibilité de ses méthodes. Le corse n'était pas le moins du monde tendu à l'approche de cette rencontre, il était sûr de lui, persuadé de parvenir à convaincre Tommy sans trop de mal aujourd'hui. Et s'il ne ressortait pas du bar Canvas totalement convaincu, Vidal se donnait quelques jours grand maximum pour mener à bien son projet. Il saurait trouver les mots, il n'en doutait pas. Le corse était installé au bar à l'heure convenue du rendez-vous, et quelques instants plus tard c'est un grand barbu qui fit à son tour son apparition. Pas de doute il correspondait à la photo qu'on lui avait donnée de Tommy, alors pour signaler sa présence à ce dernier Vidal lui fit un discret signe de la main pour l'inciter à venir prendre place à côté de lui. Une ferme poignée de mains s'engagea alors. « Tommy, je présume ? Je suis Vidal. Tu as dû rencontrer Mike, il "travaille" pour moi. Je ne sais pas s'il t'a précisément dit ce que nous faisons ici ce soir. Enfin, chaque chose en son temps. » Vidal n'était pas pressé d'en venir au fait, il se donnait le temps de faire les choses dans l'ordre ce soir. Tommy saurait bien assez vite ce qui motivait cette rencontre, si toutefois Mike ne s'était pas déjà chargé de lui en toucher un mot. Si c'était le cas il lui avait certes mâché le travail, mais le plus dur l'attendait puisque le convaincre ne se ferait certainement pas en cinq minutes à partir de là. « Barman, deux bières merci. C'est pour moi. » énonça le corse sans prendre la peine de demander à Tommy s'il désirait boire autre chose. Une bière lui semblait adaptée pour ce soir, il n'y avait pas d'heure pour en boire après tout et quel homme dirait non à une bonne bière qu'un parfait inconnu plein de bonnes (ou presque) intentions lui offrirait. « Je préfère qu'on se tutoie. Je ne vouvoie pas ceux qui travaillent avec moi, ou ceux dont ça pourrait être prochainement le cas. » il reprit tout en faisant glisser un billet sur le comptoir pour régler leur commande. Vidal y allait franco, amenant doucement mais sûrement le sujet avant d'entrer dans le vif de celui-ci. Il avait par ailleurs bien dit travailler avec lui, et non pour lui. Ce qu'il avait à proposer à Tommy ce n'était pas du tout le rôle d'un homme comme Mike, qui lui rendait certains services en échange de quelques poissons gratuits pour nourrir les siens. Mike ne percevait pas d'argent puisqu'il ne prenait pas part aux activités douteuses du corse. C'est tout l'inverse qui attendait Tommy, à savoir participer à ses affaires et toucher des sommes intéressantes, s'il acceptait d'y tremper avec lui. « Avant toute chose, j'aimerais que tu me parles de ton besoin d'argent. Aujourd'hui où en es-tu, et jusqu'où es-tu prêt à aller pour améliorer ta condition ? Car tu as dû le comprendre je pense, je ne donne pas dans des activités très légales, et on ne peut pas dire qu'elles soient très morales non plus. En général on met sa conscience et certains de ses principes de côté pour ce genre d'affaires, tu saisis ? » Il n'était pas question de le baratiner, les ripoux dans le genre de Vidal n'agissaient pas dans le respect des lois, bien au contraire. Lui n'avait pas tiré une croix sur tous ses principes, mais disons qu'aujourd'hui il pouvait faire chanter et manipuler quelqu'un sans le moindre scrupule. Ses actions ne se limitaient évidemment pas à ça, et il n'hésiterait pas à en donner les détails à Tommy le moment venu, pour que celui-ci se rende compte de ce que cela impliquerait de se joindre à un homme comme Vidal. Dans ce milieu on devait pouvoir agir sans se sentir coupable de rien, sans ça on ne parvenait à rien. « Je précise quand même que mes méthodes n'emploient aucune forme de violence. Par exemple aucune arme ne circule sous ma supervision, c'est une garantie que je peux d'ors et déjà te donner. » C'était un point qui avait son importance aux yeux de Vidal, il tenait à faire valoir la non-violence de ses méthodes. Le corse n'avait effectivement pas besoin d'éliminer ou de blesser qui que ce soit pour parvenir à ses fins, jamais, ça ne faisait pas du tout partie de son fonctionnement et il n'était pas question que cela vienne à changer. Jusqu'ici ses affaires avaient très bien marché sans ça, il y avait bien d'autres moyens d'obtenir ce qu'on voulait sans forcément que cela se termine dans un bain de sang. Pas la moindre forme de violence, peut-être que ça contribuerait à convaincre Tommy, du moins partiellement. Vidal n'avait jamais perdu aucun homme en "action", et ainsi il pouvait déjà se dire que son intégrité physique ne serait en aucun cas menacée lors de l'accomplissement de leurs affaires. Ce n'était pas pour le tranquilliser qu'il avait souligné ce point, mais bel et bien pour assurer le plus de transparence possible sur ses méthodes, que les choses soient claires dès le départ.


    ~ a chi dormi ùn piglia pesci
    Chissà se tu mi penserai Se con i tuoi non parli mai Se ti nascondi come me Sfuggi gli sguardi e te ne stai Rinchiuso in camera e non vuoi mangiare Stringi forte al te il cuscino Piangi Non lo sai quantro altro male ti farà la solitudine



Dernière édition par Vidal Angeli le Lun 3 Oct - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10690-cu-parenti-e-amizia-si-vince-ancu-a-justizia-vidal http://www.30yearsstillyoung.com/t10840-vidal-e-fune-longhe-diventanu-serpi

la rédemption

ÂGE : 32 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf & père célibataire
MÉTIER : serveur au McTavish, et quelques jobs au black pour arrondir les fins de mois
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 7 ans, Moïra

POSTS : 1199 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ il sort de 2 ans et demi de prison, au Canada ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ il a une fille de 7 ans, Moïra, dont il vient de récupérer la garde après que son frère Marius l'ait élevée durant son incarcération ☆ il a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ avant d'être emprisonné il travaillait comme bûcheron dans une scierie ☆ il essaye désespérément d'arrêter de fumer ☆ il porte son alliance autour du cou ☆ il a une addiction déraisonnable aux sodas et aux boissons sucrées en général ☆ il parle le français et baragouine le serbe
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aurore ☆ camber #2margaretlexis #2livianavidalscarlettdereklenerebecca


RPs EN ATTENTE : james b. ☆ saul #2 ☆ chelsea


RPs TERMINÉS : event d'halloweencamber #1lexis #1saul #1elie
PSEUDO : yumita
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@alaska & sign@nbmagnus & crackship@demlzapoldark & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio
INSCRIT LE : 19/11/2015

MessageSujet: Re: time is money (tommy)    Mar 20 Sep - 4:28

Il n'était probablement pas de très bon conseil, ce Mike. Preuve en était que Tommy l'avait écouté, et cela voulait tout dire quand on connaissait la tendance de Tmmy à accorder son attention aux mauvaises personnes. Et puis Mike continuait de lui proposer des clopes, chaque fois qu'ils quittaient le club de boxe en même temps ; Il savait très bien que le brun tentait d'arrêter de fumer, pourtant. C'était comme s'il se délectait de l'incapacité de Tommy à faire preuve de volonté lorsqu'il lui mettait la cigarette sous le nez. Mais Tommy n'était pas simplement facile à détourner du droit chemin, il était aussi facile à convaincre pour peu qu'on lui avance les bons arguments, aussi lorsque Mike s'était approché de lui dans les vestiaires, avec cet air de posséder le mot de passe de la bombe nucléaire, pour lui dire « Si t'as toujours besoin de fric, j'ai peut-être un gars qui pourra quelque chose pour toi. J'lui ai parlé de toi, il peut te rencontrer demain soir si t'es toujours intéressé. » Et bien sûr, que Tommy était toujours intéressé. Ne souhaitant pourtant pas passer pour un désespéré, il avait joué la carte de l'hésitation et de la nonchalance avant de finalement accepter, curieux. A peine sorti du club de box il avait téléphoné à l'un de ses collègues l'avait convaincu de lui prendre sa matinée en l'échange de sa soirée, et l'affaire était réglée.

Voilà comment le soir suivant Tommy avait laissé Moïra chez Meg, l'une de ses sœurs, et pris la direction de Fortitude Valley, toujours avec la nonchalance du gars qui espérait tout mais n'attendait rien, au fond. Le Canvas était un bar bruyant, en quête du renouveau permanent probablement destiné à un renouvellement de clientèle perpétuel, là où le McTavish savait chouchouter ses habitués, un pu plus casaniers. Avec - volontairement - quelques minutes de retard, le brun avait approché le comptoir du bar, balayant l'endroit du regard « Une bonne gueule de rital. Avec une mâchoire de doberman et des yeux de putain de prince charmant, tu peux pas le louper. » C'était en ces termes que Mike lui avait décrit le dénommé Vidal, que Tommy avait rapidement réussi à identifier à la fois de par son allure et de par le regard qu'il lui avait lancé dès lors que leurs regars s'étaient croisés. Sortant les mains de ses poches, l'australien avait avancé « Tommy, je présume ? Je suis Vidal. Tu as dû rencontrer Mike, il "travaille" pour moi. Je ne sais pas s'il t'a précisément dit ce que nous faisons ici ce soir. Enfin, chaque chose en son temps. » Vidal avait un accent. Pas un accent à couper au couteau, mais un accent malgré tout, un accent qui lui donnait un vague sentiment de familiarité. Laissant l'homme guider la conversation il l'avait laissé commander « Barman, deux bières merci. C'est pour moi. » Tommy attendant de voir comment la discussion évoluait pour décider si oui ou non la seconde bière serait "pour lui" il l'avait laissé reprendre «  Je préfère qu'on se tutoie. Je ne vouvoie pas ceux qui travaillent avec moi, ou ceux dont ça pourrait être prochainement le cas. » S'accoudant au comptoir en jetant un regard en biais au barman, qui n'avait pas mis longtemps à déposer deux pressions devant eux, Tommy avait adressé un signe de tête en guise de remerciement et reporté son attention sur le dénommé Vidal « C'est toi qui voit. » Tommy se montrait volontairement docile, attentif, conscient qu'aussi peu recommandable ce type était probablement, il avait peut-être de quoi l'intéresser.

Attrapant sa bière sans plus de cérémonie, décidant qu'il n'en savait pas encore suffisamment sur son interlocuteur pour décider de trinquer avec, il s'était contenté de lever vaguement son verre dans sa direction avant de boire quelques gorgées. Le bonhomme n'avait pas l'air d'être là pour enfiler des perles, et Tommy attendait donc avec une vague impatience qu'il en vienne au fait. « Avant toute chose, j'aimerais que tu me parles de ton besoin d'argent. Aujourd'hui où en es-tu, et jusqu'où es-tu prêt à aller pour améliorer ta condition ? Car tu as dû le comprendre je pense, je ne donne pas dans des activités très légales, et on ne peut pas dire qu'elles soient très morales non plus. En général on met sa conscience et certains de ses principes de côté pour ce genre d'affaires, tu saisis ? » Il le restait, du moins c'était le sentiment qu'avait Tommy, et l'espace d'un instant il s'était même demandé si ce type était le genre de guignol exigeant un rite initiatique, une preuve bidon de loyauté ou une sorte de connerie du même genre. Tommy estimait qu'il n'y avait pas besoin de loyauté, lorsqu'il était question d'argent ; L'avidité suffisait. « J'ai besoin d'argent parce que j'ai besoin de pouvoir garder un toit sur la tête de ma gosse. Partant de là, j'pense qu'on est d'accord pour dire que j'ai pas l'intention de faire le difficile, à priori. » A priori parce qu'il ne fallait pas non plus déconner, Tommy n'était pas un criminel notoire et Vidal-le-rital devrait se trouver un autre couillon s'il espérait braquer une banque ou cambrioler la baraque de riches vacanciers russes. La volonté de Tommy n'était, comme on s'en doute, pas de se retrouver - encore - au trou à la première occasion. « Je précise quand même que mes méthodes n'emploient aucune forme de violence. Par exemple aucune arme ne circule sous ma supervision, c'est une garantie que je peux d'ors et déjà te donner. » Se détendant un peu, de manière presque imperceptible cela dit, Tommy avait reposé son verre sur le comptoir et acquiescé d'un vague signe de tête « J'touche pas à ces trucs-là. » Les armes, donc. Ce n'était clairement pas son truc, et même dix ans de forêt canadienne n'avaient pas développé chez lui la moindre fibre de chasseur, au grand damne de bon nombre de ses anciens collègues de la scierie. « Soyons clairs, j'ai pas masse de principes, mais ceux que j'ai je ne les transgresse pas. » Et ce n'était pas Vidal et ses airs de faux gangster qui le feraient changer d'avis à ce sujet. « Mais je ne suis ni un curieux ni un emmerdeur, je ne pose pas de questions si on ne m'en pose pas ... Tu me fais une proposition, si elle ne heurte pas mes principes je prends, si ce n'est pas un job pour moi j'te laisse le filer à quelqu'un d'autre, et j'oublie jusqu'à l'existence de la proposition en question. » ça lui semblait être un deal d'autant plus honnête que le Vidal ne semblait pas être du genre à aimer rendre des comptes à qui que ce soit. Un gars qui ne posait pas de questions c'était une source d'emmerdement en moins, pour lui. « Si tu me disais ce que tu attends de moi. Et combien tu payes, évidemment. » C'était le nerf de la guerre, Tommy n'était prêt à se mouiller que si le jeu en valait financièrement la chandelle ... c'était devenu le propre de l'être humain, parait-il.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

     :
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

le capitaine crochet

ÂGE : 38 ans (08/05/78)
SURNOM : le corse, le teigneux
STATUT : célibataire (très) endurci. les relations sérieuses ce n'est pas pour lui
MÉTIER : pêcheur de père en fils, gagne péniblement sa croûte
LOGEMENT : vit sur son bateau amarré au port de Brisbane, dans le quartier de Bayside
POSTS : 446 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il débute une nouvelle vie à Brisbane, il a fui sa Corse natale et les problèmes qu'il s'y était créé ≈ Il vit seul depuis des années, et ne se sent pas prêt à faire de la place pour une femme dans sa vie ≈ Il a une sœur, Chiarra, qu'il tente de faire venir à Brisbane pour sa sécurité ≈ Il traine un lourd passé qu'il n'évoque pas, gardant le secret sur une grande partie de sa vie ≈ Il a un penchant pour l'alcool, mais rien d'affolant ≈ Sa sœur et son bateau sont les deux choses les plus précieuses à ses yeux ≈ Il entretient un rapport malsain avec l'argent, et a beaucoup de dettes
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : #1 Saul › #1 Lexis › #1 Tommy › #1 Caitlyn

HALLOWEEN BLACKOUT
#groupe 07
THRILLER NIGHT

~ a bocca chjusa, nè moschi nè bonbucconi


RPs EN ATTENTE : Martin

~ natu a parsona, natu u distinu.

RPs TERMINÉS : #1 Jane › #1 Piper › #1 Gillian
PSEUDO : ladyfame (clémence)
AVATAR : riccardo scamarcio
CRÉDITS : leave, gifs homemade
DC : nope
INSCRIT LE : 28/07/2016

MessageSujet: Re: time is money (tommy)    Lun 3 Oct - 20:28


Tommy & Vidal
__________________________________
U boiu chi un vo bia Hè un gattivu zifulà
Il ne sert à rien de siffler un boeuf qui ne veut pas boire.


Mike avait rempli la mission que le corse lui avait confiée, comme convenu Tommy était présent ce soir pour parler affaires avec le corse. Et s'il était bien au rendez-vous c'est que Mike lui en avait certainement suffisamment dit sur le boulot que Vidal avait à lui confier pour que ça puisse l’intéresser. À partir de là Vidal pouvait terminer le travail débuté et exposer à sa possible future recrue ce qui était attendu de lui. Mais d'abord, il devait faire en sorte que cet entretien se déroule dans un cadre favorable. Autour d'une bonne bière et dans un lieu où aucun des deux n'avait ses habitudes, il fallait bien ça. Organiser ça dans le bar où travaillait Tommy et où Vidal était un client plutôt régulier aurait été une erreur monumentale, cette rencontre devait à tout prix se dérouler à l'abri des oreilles indiscrètes, surtout que depuis quelques temps le corse était surveillé. La discrétion de ses affaires n'en était pas encore menacée, mais il était crucial de rester sur ses gardes et de ne pas jouer avec le feu le temps que les soupçons pesant sur lui se dissipent un peu. Il n'était pas question qu'il offre sur un plateau les preuves dont la police manquait pour le coffrer depuis si longtemps. Si Vidal en était aujourd'hui à vouloir engager quelqu'un pour tremper dans de sales combines avec lui, c'est bien parce que tout seul c'était de moins en moins évident de tout gérer. Il y avait beaucoup d'argent à se faire mais il ne pouvait pas être partout à la fois, et il ne voulait pas passer à côté d'un petit pactole au prétexte qu'il n'avait pas quatre bras. Et puis, c'était aussi pour se décharger un peu et libérer du temps pour sa soeur. Pas pour s'autoriser à mener une vie sentimentale qui ressemblerait enfin à quelque chose, oh non, il n'y songeait pas le moins du monde car très franchement ça ne faisait vraiment pas partie de ses priorités, ni de ses projets dans un futur proche.

Vidal menait deux vies : celle de la crapule excellant dans l'art de l'escroquerie et la manipulation, et celle du modeste pêcheur aux fins de mois difficiles. Deux vies avec un dénominateur commun, toujours : l'argent. Avec ce que lui rapportaient ses activités crapuleuses Vidal commençait tout juste à percevoir de quoi pouvoir rembourser une infime partie de ses dettes, c'était encore loin d'être suffisant pour se sortir la tête de l'eau. Autrement dit il n'était pas près de raccrocher et de se ranger pour mener une paisible petite vie avec femme et enfants. La motivation de Tommy était aussi l'argent et non le goût du risque, ils avaient ça en commun mais ça s'arrêtait là. Ce dernier disait vouloir garder un toit sur la tête de sa fille, et il était prêt pour ça à ne pas faire le difficile et à accepter une grande partie de ce que Vidal pourrait lui donner à faire. Là-dessus le corse souhaita clarifier les choses pour que Tommy ait une idée de ce dans quoi il ne tremperait pas avec lui, à savoir la violence, les armes, la mort. Il estimait que c'était important de le préciser, après tout il était censé lui vendre ce travail, et non lui donner envie de fuir. Il n'avait rien à lui cacher sur ses méthodes de travail, avec Vidal il ne toucherait certes pas aux armes et ne porterait atteinte à l'intégrité physique de personne, tout comme il fallait aussi qu'il se mette bien en tête que leurs actions ne seraient ni légales, ni morales. S'il était du genre à avoir des problèmes de conscience ce n'était pas un boulot pour lui, mais ça ne semblait pas poser de problème au bonhomme tout ça. Mieux, ce Tommy ne serait apparemment pas l'un de ces mecs qui lui poserait des problèmes puisqu'il se définissait lui-même comme quelqu'un qui ne fouinait pas, ne posait pas de questions et se contentait de tout travail allant dans le sens de ses quelques principes. Bref, une recrue qui ne ferait pas d'histoire, possiblement un homme dont le travail serait bien fait et dont il n'entendrait pas beaucoup parler. À présent Tommy voulait en savoir plus sur le travail en question et, c'était prévisible, sa rémunération. « Ce que tu toucheras dépendra de ton efficacité, et de l'argent en jeu. Certaines opérations payent bien voire très bien, et quand on agira à deux tu pourras espérer toucher 35 à 40 % du pactole, dans un premier temps. » C'était une estimation, et il faudrait déjà que les résultats soient au rendez-vous, cela allait de soi. Si Tommy était un bon il pourrait compter sur des rentrées d'argent intéressantes avec ces affaires-là, et même si Vidal ne lui proposerait pas de cinquante-cinquante il ne ferait probablement pas la fine bouche vu son besoin d'argent. De plus quand on savait à quel point le corse était près de ses sous et du genre grosse pince, on pouvait déjà s'estimer heureux d'avoir droit à un tel pourcentage sur la somme totale à rafler. Se saisissant fermement de son verre, il poursuivit. « En ce moment par exemple je suis sur un gros poisson, un type que je fais chanter. Le mec est dans le monde du spectacle, et il est surtout pété de blé. Sauf qu'à côté de ça, et c'est dommage pour lui, il est pas foutu de tromper sa femme discrètement. L'info a pas mal circulé avant d'arriver jusqu'à moi, j'ai senti qu'il y avait pas mal de pognon à en tirer et j'ai effectivement bien flairé le truc. Le type veut préserver sa famille et son image, il me donne du fric et en échange je ferme ma gueule. C'est comme ça que ça fonctionne et jusqu'ici j'ai pas rencontré de problème particulier avec lui. J'arrive même à me faire avancer les versements prévus, bref j'en fais un peu ce que je veux. » Le chantage sur la personne du metteur en scène australien était la plus grosse affaire en cours du corse, et Tommy allait potentiellement avoir la chance d'y prendre part. Vidal s'en était occupé seul mais les choses allaient prendre une nouvelle tournure, et ils ne seraient pas trop de deux pour gérer tout ça. Mais encore fallait-il que Tommy se sente de taille pour une affaire pareille. « C'est bon, jusque là tes principes n'en sont pas heurtés ? » il l'interrogea du coin de l’œil, juste pour s'assurer que Tommy n'avait pas de problème avec le fait d'opérer un chantage sur quelqu'un. C'était conforme à ce que Vidal lui avait certifié, il n'y avait pas de place pour la violence, juste de la manipulation et de l'escroquerie, la routine pour le corse. « Mais tu vois j'ai envie de lui mettre la pression au type. Plus il aura peur que la vérité éclate et que son petit monde s'écroule, et plus les enveloppes seront garnies. Il va falloir approfondir ce qu'on sait déjà sur lui et trouver de nouvelles infos, par exemple le nom de sa maitresse. J'ai pas encore cette info-là, mais on doit montrer au type qu'on est très bien informés, qu'il a pas d'échappatoire. Ce qui signifie monter une surveillance, le suivre pour mettre un nom sur celle qu'il rejoint en secret. Il connait ma tête et j'ai de toute façon pas le temps de m'occuper de ça. Tu penses que ce serait dans tes cordes ? » Évidemment, toute réponse négative pourrait être difficilement tolérée. Il s'agissait de la première proposition de travail faite à Tommy, et pas des moindres, il y avait une vraie opportunité à saisir ici. « Il s'agit pas de se planquer derrière un buisson et d'attendre que le type sorte de l'hotel au bras de sa gonzesse, je pense que t'as compris. Faut être plus malin que ça, se renseigner. Mais avec le petit réseau que je me suis fait en ville tu devrais pas avoir de mal à choper des infos, mes gars sont fiables. Tu auras l'emploi du temps du type, les fréquentations de lieux qu'on lui connait... T'auras un bon début pour le pister, mais une fois dans ton viseur faut pas le lâcher. Je sais de source sûre qu'il voit encore sa maitresse, il pourra pas la planquer éternellement. » Maintenant c'était à lui de voir, mais pour débuter et se faire la main avec les méthodes du corse il n'y avait pas mieux. De plus, un travail de surveillance et de filature, ça devait être largement à la portée du grand brun. Vidal le sentait bien pour une tâche comme celle-là, qui ne lui prendrait en principe que quelques soirées s'il s'organisait bien et ne se dispersait pas. Et puis, s'il apportait de précieuses informations à Vidal sur la mystérieuse maitresse ce dernier saurait se montrer reconnaissant au moment de le payer. Tout travail bien fait se devait d'être récompensé.


    ~ a chi dormi ùn piglia pesci
    Chissà se tu mi penserai Se con i tuoi non parli mai Se ti nascondi come me Sfuggi gli sguardi e te ne stai Rinchiuso in camera e non vuoi mangiare Stringi forte al te il cuscino Piangi Non lo sai quantro altro male ti farà la solitudine

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t10690-cu-parenti-e-amizia-si-vince-ancu-a-justizia-vidal http://www.30yearsstillyoung.com/t10840-vidal-e-fune-longhe-diventanu-serpi

la rédemption

ÂGE : 32 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf & père célibataire
MÉTIER : serveur au McTavish, et quelques jobs au black pour arrondir les fins de mois
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 7 ans, Moïra

POSTS : 1199 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ il sort de 2 ans et demi de prison, au Canada ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ il a une fille de 7 ans, Moïra, dont il vient de récupérer la garde après que son frère Marius l'ait élevée durant son incarcération ☆ il a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ avant d'être emprisonné il travaillait comme bûcheron dans une scierie ☆ il essaye désespérément d'arrêter de fumer ☆ il porte son alliance autour du cou ☆ il a une addiction déraisonnable aux sodas et aux boissons sucrées en général ☆ il parle le français et baragouine le serbe
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aurore ☆ camber #2margaretlexis #2livianavidalscarlettdereklenerebecca


RPs EN ATTENTE : james b. ☆ saul #2 ☆ chelsea


RPs TERMINÉS : event d'halloweencamber #1lexis #1saul #1elie
PSEUDO : yumita
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@alaska & sign@nbmagnus & crackship@demlzapoldark & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio
INSCRIT LE : 19/11/2015

MessageSujet: Re: time is money (tommy)    Jeu 27 Oct - 0:43

Bien que doté d'une sacré tendance à prendre les mauvaises décisions, Tommy n'était pas totalement stupide, et en se présentant devant le dénommé Vidal ce soir-là il avait déjà une vague idée du genre de crapule à laquelle il ferait face. Le genre qui vous présentait une solution à votre problème presque sur un plateau, mais qui en réalité ne se souciait que de son propre intérêt et d'absolument rien d'autre ; Tommy ne s'en émouvait pas, c'était être trop ridiculement optimiste que d'attendre de l'être humain qu'il serve autre chose que son désir personnel. Et de la même manière il se foutait bien du service que cela pouvait rendre au dénommé Vidal, tant que le pognon terminait dans sa poche ... c'était tout ce qui l'intéressait, et c'était sans surprise à ce sujet qu'il avait souhaité obtenir des détails. « Ce que tu toucheras dépendra de ton efficacité, et de l'argent en jeu. Certaines opérations payent bien voire très bien, et quand on agira à deux tu pourras espérer toucher 35 à 40 % du pactole, dans un premier temps. » Ce n'était pas équitable, inutile d'être un cador en mathématiques pour le savoir, mais Tommy ne s'était pas vraiment attendu à ce qu'il en soit autrement tant qu'il n'aurait pas montré patte blanche et fait un peu ses preuves. « Je devrais pouvoir m'en satisfaire, dans un premier temps. » Attrapant son verre, Tommy l'avait porté à ses lèvres sans cesser de soutenir le regard du voyou, se demandant l'espace d'un instant si cet accent était authentique ou bien s'il essayait simplement de se donner un genre. Il avait en tout cas à coeur de lui faire comprendre qu'il ne l'impressionnait pas, mais au fond le souci de Tommy c'était qu'il ne se laissait pas impressionner par grand-chose, même lorsque c'eut été utile.

Reste que le brun avait tendu l'oreille avec attention, à la fois par intérêt et parce que l'environnement bruyant empêchait les oreilles de traîner mais rendait aussi la compréhension mutuelle plus ardue. « En ce moment par exemple je suis sur un gros poisson, un type que je fais chanter. Le mec est dans le monde du spectacle, et il est surtout pété de blé. Sauf qu'à côté de ça, et c'est dommage pour lui, il est pas foutu de tromper sa femme discrètement. [...] » Son intérêt piqué plus que de raison, Tommy avait écouté avec attention les indications et excplicationsde Vidal, faisant mine d'adopter le même air narquois tandis que le latin ironisait sur la situation de l'infidèle dont il était question. « C'est bon, jusque là tes principes n'en sont pas heurtés ? » Oh, tout de même pas. Quand Tommy parlait de principes il songeait à des choses un peu plus nobles, et quand bien même la description faite de l'individu rappelait vaguement à Tommy la situation de Saul il ne se préoccupait pas plus que cela du parallèle et continuait de voir midi à sa propre porte, le pognon en jeu déjà précieusement rangé dans sa poche. « Pourquoi, parce qu'un type peine à garder ses couilles dans son pantalon ? Continue. » C'était sans doute un raisonnement un peu cruel, mais Tommy n'était pas le genre à plaindre ceux qui prenaient des engagements sans s'y tenir, et le mariage en était un. Il ne les accablait pas, mais il ne les plaignait pas non plus. « [...] mais on doit montrer au type qu'on est très bien informés, qu'il a pas d'échappatoire. Ce qui signifie monter une surveillance, le suivre pour mettre un nom sur celle qu'il rejoint en secret. Il connait ma tête et j'ai de toute façon pas le temps de m'occuper de ça. Tu penses que ce serait dans tes cordes ? » Pour être totalement honnête, Tommy s'attendait à bien pire que de devoir jouer les inspecteurs Colombo du dimanche, et presque comme si cela lui apparaissait comme trop beau pour être vrai il avait questionné « On est bien d'accord que c'est seulement son identité qui t'intéresse ? J'tiens pas à être responsable de la dépression nerveuse d'une pauvre fille qui se ferait extorquer le fric qu'elle n'a probablement pas. Parce que j'suppose qu'elle doit profiter de son blé à lui et qu'il doit la couvrir de cadeaux pour qu'elle continue de la boucler. » Il ne voyait pas d'autre raison de s'accrocher à un bonimenteur qui, s'il trompait une femme, était probablement capable d'en tromper une autre. Se faire entretenir était une raison plausible, et tant pis pour l'image vénale de la femme que cela renvoyait.

Une partie de lui, pourtant, continuait de trouver un peu troublantes les similitudes entre la situation décrite par Vidal, et celle dans laquelle Saul se morfondait parfois avec résignation quant à l'issue malheureuse que tout cela finirait par avoir pour lui. Tommy compatissait parce que le brun ne lui semblait pas être un mauvais bougre, mais pour autant il n'avait jamais tenté de le contredire sur ce dernier point. Cela finirait mal un jour, il le savait, Saul le savait, et si le gros poisson dont parlait Vidal lui l'ignorait c'était probablement qu'il faisait preuve de stupidité. « Il s'agit pas de se planquer derrière un buisson et d'attendre que le type sorte de l'hotel au bras de sa gonzesse, je pense que t'as compris. Faut être plus malin que ça, se renseigner. Mais avec le petit réseau que je me suis fait en ville tu devrais pas avoir de mal à choper des infos, mes gars sont fiables. Tu auras l'emploi du temps du type, les fréquentations de lieux qu'on lui connait ... T'auras un bon début pour le pister, mais une fois dans ton viseur faut pas le lâcher. Je sais de source sûre qu'il voit encore sa maitresse, il pourra pas la planquer éternellement. » Se donner tant de mal simplement pour foutre la frousse à un bonhomme, Tommy ne pouvait s'empêcher de pender au fait que le type devait être une source de revenus non-négligeable pour Vidal, et y voyait donc de la même manière un bon moyen de se faire du fric sans trop se mouiller. C'était une aubaine dont il ne saurait se priver. « Ça va, j'ai saisi le principe. Et il a un nom, ce mari de l'année ? » Cette simple question devait suffir au magouilleur de service pour savoir que Tommy acceptait sa proposition et lui offrait un accord de principe. Il avait sans doute quelques scrupules, mais plus besoin d'argent que de bonne conscience, de toute évidence. « J'te recontacte comment, ensuite ? Je préférerais éviter de passer trop souvent par Mike. Les intermédiaires c'est toujours un risque supplémentaire. » Et si Vidal semblait avoir à y gagner, Tommy ne savait pas en revanche jusqu'à quel point son acolyte du club de boxe était capable de tenir sa langue.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

     :
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: time is money (tommy)    Aujourd'hui à 4:53

Revenir en haut Aller en bas
 

time is money (tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: canvas
-