AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.
anipassion.com
Partagez | 
 

 Who's this fucking man darling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Aust'
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Héritier et PDG de l'empire hôtelier Wayne
LOGEMENT : #88 Pine Rivers
Mia Talerico
POSTS : 472 POINTS : 70

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Riche comme crésus depuis qu'il est tout petit, il est le dernier héritier de sa famille ≈ Jusqu'à sa prise de fonction il a enchainé les conneries, maintenant il est plus posé, mais peu vite déverrouillé ≈ Il a le sens des affaires, mais il est aussi un peu tyrannique quand il s'y met ≈ Il est très généreux, parfois même trop généreux, mais il s'en fou il est plein aux as ≈ Il a du mal a s'attacher depuis qu'il a perdu la femme de sa vie dans une histoire de famille ≈ Il est le père d'une petite Lou qu'il aime plus que tout et qui est sa princesse.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :












RPs TERMINÉS : Lana / Kim / Camber
PSEUDO : Alex
AVATAR : Dave Franco
CRÉDITS : blondie
DC : Aucuns
INSCRIT LE : 13/09/2016

MessageSujet: Who's this fucking man darling   Mar 20 Sep - 14:47




Midi, l'heure de déjeuner arrive et comme à son habitude c'est sur son bureau qu'Austin mange tranquillement, une oreille sur son portable, un œil sur son ordinateur portable et sur le cours des actions de sa boite. Oui monsieur et l'héritier Wayne, ici il passe un peu inaperçu car les hôtels portants son nom sont encore très peu nombreux, il n'y en a même qu'un seul. Mais c'est pas plus mal, le tumulte de New York et surtout voir sa tête un peu partout serait assez embêtant. Ici il peut tranquillement sortir avec sa petite au parc, dans les centres commerciaux sans que l'on lui saute dessus, ou comme son père qu'on essaie de le kidnapper contre une grosse somme d'argent. Que c'est bon d'être riche et d'être son propre patron quand on y pense, il peut faire ce qu'il veut, quand il veut, par exemple il est un peu fatigué de la journée d'hier, surtout de la nuit. Non il n'a pas fait de folies de son corps, il y a eu un problème avec un hôtel en France, vous connaissez le décalage horaire avec ce pays européen vous ? Et bien lui ne le connaissait pas jusqu'à ce qu'il soit réveillé en pleine nuit par un de ses employés. Que tout le monde se rassure, même si vous vous en foutez tous le problème est réglé, mais Austin lui n'est pas d'humeur à bosser.

Aujourd'hui avec la fatigue il est très pensif, la chance qu'il a ou la malchance c'est qu'il n'a plus de père et ne peut pas appeler sa mère n'importe quand vu qu'elle est en prison. Non aujourd'hui il pense à la belle Kim, son amie d'enfance, ça plus grande confidente, mais aussi son plus gros fantasme. Bon parlons un peu de la belle blonde, elle a le même age que lui, elle est la fille des meilleurs amis de ses parents. Ils ont été éduqués ensemble et étaient promis à se mettre ensemble, forcement les mariages arrangés ne pouvant être fait avec des têtes de mules comme eux, ils sont encore tous les deux célibataires. Elle est aussi la marraine de sa petite, petite qui lui demande tout le temps pourquoi Kim n'est pas sa mère, comment lui expliquer ? Comment lui dire que pour que Kim soit sa mère il voudrait que papa la chevauche, enfin nous nous égarons. Donc voilà la jeune femme est une très bonne amie, la barrière est très mince entre la considérer comme une sœur et comme une fille qui l’intéresse. Aussi protecteur que jaloux, il peut se comporter comme un frère et comme un ex. Leur relation est spéciale rajoutez à ça la petite maladie de Kim et vous comprendrez que c'est deux là ont une relation des plus spéciales.

A quoi sa sert de penser à une fille, de se dire que vous ne l'avez pas vu depuis un bon bout de temps. De savoir qu'elle n'habite pas loin et de ne pas lui rendre visite. C'est donc à 14 heures après avoir correctement mangé et fini les deux trois petites choses qu'il devait faire que le patron décide de s'en aller. Comme il aimait le dire quand il était petit « Je fais ce que je veux, c'est moi le patron ». Direction chez la belle Fisher qui elle aussi fait l'école buissonnière vu qu'après un coup de fil à son bureau il apprend qu'elle n'est pas là. Peut-être malade, peut-être en déplacement, qu'importe il allait la voir. Passant avec sa voiture de luxe dans les quartiers de luxe il ne faisait pas tache loin de là, il était chez lui, il commençait petit à petit à connaître les voisins de la belle tant il avait passé de temps dans ce quartier qui était aussi le sien. Arrivé à deux maisons de chez elle il se gara pour faire le reste à pied, un moyen de lui faire une surprise vu le bruit que pouvait faire son moteur. Plus c'est cher plus sa pollue et plus ça fait de bruit, mais les hommes aiment ça que voulez vous.

Arrivé vers chez elle il tomba nez à nez avec une personne qui sortait à coup sûr de chez elle, métisse, musclé, transpirant. Ok il n'était pas docteur et à le voir il savait pertinemment ce qu'il venait de faire, « La salope » ce dit-il avant de quand même reprendre sa marche en avant, pas un bonjour à cet homme. On ne va pas dire bonjour au mec qui se tape Kim et puis quoi encore. Frappant à la porte de la jeune femme, affublé d'un sourire en coin pour ne pas avoir l'air trop énerve. Elle lui ouvrit en tenue de sport, elle qui n'en met jamais devait certainement avoir enfilé la première chose qui lui était passé sous la main, il embrassa sa main et la posa sur la joue de la jeune femme avant de lui lancer « Alors tu consommes épicé maintenant ! » phrase totalement raciste qui ne choquait pas forcement dans la bouche du jeune homme qui souvent pouvait paraître bordeline sur ce genre de sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11469p15-certains-ont-les-yeux-de-leur-pere-et-la-bouche-de-leur-mere-moi-j-ai-prefere-leur-pognon#417559 http://www.30yearsstillyoung.com/t11560-a-15-ans-on-veut-plaire-a-20-ans-on-doit-plaire-a-40-ans-on-peut-plaire-mais-ce-n-est-qu-a-30-ans-qu-on-sait-plaire#420872 http://www.30yearsstillyoung.com/t11604-austin-wayne#423232 http://www.30yearsstillyoung.com/t11605-austin-wayne#423248

ÂGE : 30 ans. Une dizaine en âge mental.
SURNOM : Kimmy ou la Connasse.
STATUT : Pas trop le temps d'avoir une relation sérieuse. Les hommes n'ont qu'à bien se tenir avec moi.
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit de la famille et féministe à temps plein.

POSTS : 60 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
PSEUDO : Earithralia
AVATAR : Emily VanCamp
CRÉDITS : avatar : Shiya ; sign : Anaëlle ; gif : Tumblr.
DC : Ida la Viking.
INSCRIT LE : 21/08/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Mer 21 Sep - 10:19

Who's this fucking man darling

YOU HAVE THE POWER TO MAKE TOMORROW BETTER

Il m’arrivait parfois de travailler depuis la maison. C’était plus simple et puis ça me permettait de faire tout ce que je ne pouvais pas faire le week-end sans avoir à quitter mon poste. La nouvelle technologie a beaucoup révolutionné le monde du travail et je chéris internet d’exister. Antonio, mon charmant coach sportif était passé à la maison m’aider à garder la forme. Il acceptait de se déplacer à domicile pour une somme assez conséquente mais je ne pouvais me plaindre, il était très doué dans ce qu’il faisait et mon compte était plein aux as pour pouvoir être radine. De plus, il n’était pas désagréable à regarder et je me surprenais très souvent à le matter comme une adolescente en chaleur. Pourtant, jamais je ne lui avais fait d’avance ou fait de proposition indécente. Celui-ci je voulais le garder, pour mettre envoyer en l’air avec mon ancien coach autant vous dire que ce n’est pas trop Jojo et de suite la relation devient trop ambigu. J’en deviens rapidement allergique, moi les histoires d’amour ne sont pas faite pour moi et quand il s’agit de cul… et bien autant que ce soit avec quelqu’un que je ne reverrais plus, histoire de ne pas trop me justifier, d’expliquer que c’était juste pour le sexe. J’ai bien conscience que ça doit faire de moi une parfaite connasse, incapable de se caser à 30 ans. Mais tant pis, je le vis très bien et je n’en suis que très épanouie de ce mode de vie à la je-men-foutiste. Après une séance bien rythmée, je m’arrête à bout de souffle et demande à Antonio de m’arrêter là. Je n’ai jamais été une grande sportif, trop vite fatiguée, l’effort physique est un supplice pour moi, mais je m’efforce de garder un semblant de forme. Le coach esquisse un sourire moqueur en essayant de me motiver encore un peu, mais que nenni, mon coeur est à deux doigt de lâcher si je force encore un peu. Comme à chaque fin de séance et pour éviter les courbatures, j’ai le droit à un petit massage pour détendre mes muscles. Je m’allonge sur le dos et laisse le pro faire. Je commence presque à m’endormir lorsqu’il m’annonce que c’est terminé. Je râle un peu… comme d’hab quoi avant de me lever pour l’accompagner à la porte. Une bise et je referme la porte.

Je suis à bout de souffle et prête à monter prendre une douche quand on frappe à la porte. Antonio a oublié quelque chose? Ma femme à tout faire n’est pas là, elle passe la semaine avec sa jeune soeur qui va se marier. Je n’ai pas pu lui refuser sa demande bien que je commence à avoir du mal à me débrouiller seule. Je me retrouve donc à devoir me faire à manger, quoique je commande le trois-quart du temps et à ouvrir la porte dés qu’elle sonne. C’est Austin. Je suis très contente de le voir et lui saute au coup. Tant pis pour lui si je suis toute transpirante. Ce garçon compte beaucoup pour moi bien que je ne lui dise pas souvent. Il vient de bonne famille, nos parents se connaissaient, vivant aux États-Unis, il nous arrivait de loger dans leur hôtels lorsqu’on y allait pour les vacances ou pour des affaires plus professionnelles. Rapidement, nous nous étions liés d’amitié. Et puis je l’ai détesté à un moment, puis re-aimer, et re-detesté, ainsi de suite. Plus jeune, nos parents nous auraient sois-disant promis l’un à l’autre, un vieux trucs de familles riches voulant préserver le patrimoine. Mais c’était mal nous connaitre et vite l’idée leur a quitté l’esprit. J’ai été triste d’apprendre la terrible tragédie qui avait touché sa famille. Je me rappelle que j’adorais ses parents. Imaginer sa maman en prison m’avait brisé le coeur mais je ne pouvais m’empêcher de juger ce qu’elle avait fait. Pourtant, dans mon métier des cas similaires j’en voyais tout les jours, mais lorsque ça touchait Austin c’était différent. Je finis par me détacher de lui. Roulant des yeux à sa remarque : «  Ah! Parce que tu me surveilles maintenant. » Dis-je, tout en le laissant pénétrer mon humble demeure. « Tu sais que tu tombes assez mal. Je n’ai pas fini de bosser et comme tu peux t’en apercevoir, je dois passer par la case douche avant. » avouais-je, bien que me doutant bien qu’il n’allait pas partir. Ce serait trop facile. Il aimait me faire chier et plus les choses me gênait, plus ça l’amusait d’en rajouter une couche. « Au fait, combien de fois faudra-t-il te le dire. Si tu viens sans la petite, ce n’est pas la peine de venir. Toi seul ne m’intéresse pas » plaisantais-je bien que c’est vrai que j’adorais sa fille. Je me rappelle le jour où j’ai appris que son amie était enceinte. Je n’avais pas pu retenir mes larmes. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais été jalouse que cette fille ait pu donner à Austin un aussi beau cadeau. C’était mon Austin et le fait de pouvoir construire une famille, l’éloignait un peu plus de moi. J’en avais fait une dépression sans jamais qu’il en sache quoique ce soit. Entre lui et moi ça avait toujours été comme ça. Hors de question qu’il pense que je puisse avoir des sentiments pour lui. Cela ne collait pas à l’image que je me donnais. Et pourtant Austin me rendait clairement différente. Je m’approche de lui de nouveau, passant mes bras autour de son cou, et lui demande d’un ton presque neutre : « A moins que ...Tu veuille peut être prendre une douche avec moi? » Si ma demande était sincère? Impossible de le savoir. J’étais folle et tout le monde le savais. Ma maladie était parfois un bon moyen de faire passer tout les messages. Je n’avais que très peu de limites. Pourtant LA CHOSE, nous l’avions faite une ou deux fois et avions jugé tout les deux que c’était une erreur et qu’il faudrait ne pas recommencer. Bien qu’au fond de moi, je savais que s’en était pas. C’était la meilleure chose que nous ayons fait. C’était doux, romantique, et plein d’affection. Tout ce que je n’aime pas en temps normal. Ce n’était pas que de la baise… c’était un peu plus que ça.
made by roller coaster


"MAKE MISTAKES & FAKE PERFECTION."
Love turns to ashes, with all that I wish I could say. I'd die to be where you are. I tried to be where you are. Every night, I dream you're still here. The ghost by my side, so perfectly clear. When I awake, you'll disappear, back to the shadows with all I hold dear. I dream you're still here.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11265-kim-l-avocate-cruelle-bordeline-de-brisbane

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Aust'
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Héritier et PDG de l'empire hôtelier Wayne
LOGEMENT : #88 Pine Rivers
Mia Talerico
POSTS : 472 POINTS : 70

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Riche comme crésus depuis qu'il est tout petit, il est le dernier héritier de sa famille ≈ Jusqu'à sa prise de fonction il a enchainé les conneries, maintenant il est plus posé, mais peu vite déverrouillé ≈ Il a le sens des affaires, mais il est aussi un peu tyrannique quand il s'y met ≈ Il est très généreux, parfois même trop généreux, mais il s'en fou il est plein aux as ≈ Il a du mal a s'attacher depuis qu'il a perdu la femme de sa vie dans une histoire de famille ≈ Il est le père d'une petite Lou qu'il aime plus que tout et qui est sa princesse.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :












RPs TERMINÉS : Lana / Kim / Camber
PSEUDO : Alex
AVATAR : Dave Franco
CRÉDITS : blondie
DC : Aucuns
INSCRIT LE : 13/09/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Mer 21 Sep - 11:09




Austin bosser à la maison ? Totalement impossible et pour plusieurs raisons, la première est tout simple et coule de source, il travaille déjà dans un autre pays que la où se trouve sa boite alors si en plus de ça il bosse chez lui les autres actionnaires bien que minoritaires vont lui faire la peau. Ensuite comment voulez-vous bosser à la maison quand vous avez la plus belle des blondes qui hurlent, qui courent et qui demande qu'une chose quand vous êtes là votre attention. Autant dire que Lou est un travail à plein temps qui coute plus d'argent qu'elle n'en rapporte. La dernière est surement la chose la plus importante, s'il venait à bosser chez lui, déjà qu'il ne fait pas grand-chose au bureau il en foutrait encore moins. Toute manière sa boite n'a pas besoin de lui, tout tourne bien, il est un peu la reine d'Angleterre, simplement là pour serrer des mains et faire joli. Il porte le nom de la boite alors il est légitime un point c'est tout. Alors contrairement à Kim qui est une acharnée du travail, qui en plus de bosser dans son bureau bosse le soir chez elle, lui est pas forcement quelqu'un qui aime l'effort. Même en sport courir pour courir il en est incapable, il lui faut un ballon, comme les petits chiens. Amateur des football américains ici il n'y en a pas. Voilà pourquoi il s'était inscrit dans un club de football australien, un moyen de se dépenser et de ne pas rester comme une loque dans son canapé à jouer aux barbies avec sa fille. Puis bon la petite Lou adore voir papa se faire casser le dos par des mecs bien plus costaud que lui, elle crie de joie quand papa va à l'impact. Pas la peine de se taper son coach sportif comme une certaine blonde dont je tairai le nom.

Enfin aujourd'hui ni sport, ni Lou qui crie, mais une petite visite à sa vieille amie, la vieille Kimberley. Le sourire en coin qu'il avait tout le temps quand il allait la voir avait disparu à la rencontre de ce mec, il ne supportait pas qu'elle se tape des mecs, encore moins quand il devait les croiser transpirants à la sortie de son appartement. L'espace d'un petit instant son sourire avait disparu, puis quand elle avait ouvert la porte il était réapparu, hors de question qu'elle voit qu'il était touché par ça. Hors de question qu'elle sache qu'il lui arrivait de jalouser les mecs qu'elle se tapait, même si pour lui la baiser n'était pas quelque chose d’intéressant. Non avec Kim c'était lui faire l'amour, bien qu'ils avaient fait l'erreur deux fois, il n'était pas contre faire cette erreur plus souvent.
Depuis que la porte était ouverte ce n'était que flot de parole et de geste brusque, elle lui avait sauté dessus et depuis il était tout humide, frottant sa veste hors de prix confectionné uniquement pour lui par sa petite styliste adorée. L'écoutant parler il prit un air blasé avant de rétorquer, hors de question qu'elle ait le dernier mot, hors de question qu'elle se sente gagnante. «  Tu ne te ferais pas de pause sexuelle à longueur de journée tu aurais certainement le temps de bosser. Regarde moi, il est à peine 14 heures j'ai déjà fini ma journée. Mais va donc te doucher je m'occupe de ton boulot » elle était très maniaque, lui assez bordélique. Alors il savait comment la faire bondir, il s'assit dans le siège de son bureau avant de mettre le nez dans ses papiers, il leva une feuille et lança «  Kimberly lui tu me le vires, il ne fou rien et surtout il ne sert à rien » elle n'aimait, mais alors pas du tout qu'on l'appelle Kimberly, mais c'était son petit privilège, la faire chier à longueur de journée.

Kim avait toujours été là pour lui, elle connaissait les moindres faits de sa vie et ne l'avait jamais jugé. Une mère en prison, un père mort elle avait toujours été là pour lui. Elle était même la marraine de la petite Lou, comme une seconde maman vu que la première avait totalement disparue. Quand elle commença à parler de sa fille il ne pu s’empêcher de se lever, faisant le tour de la jeune blonde comme un lion autour de sa proie, elle avait toujours la phrase qui pouvait piquer, mais il adorait ça. Puis Austin en bon fils unique savait comme faire cramer un fusible aux gens, posant sa main sur le ventre de son amie « Tu sais Kim, ma Kim adorée, tu arrêterais d'avaler tout peut-être que tu serais capable d'avoir un enfant. Pas aussi parfaite que ma Lou, mais tu ferais une mère parfaite ! » dit-il en déposant un baiser sur la joue de la jeune blonde . Avec elle il était taquin, piquant, elle était l'une des seules personnes avec qui il se comportait comme ça, il l'aimait, elle avait une place très importante dans sa vie.
Quand une nouvelle fois elle posa ses bras transpirant et certainement pas que de sa sueur à elle sur la veste d'Austin il la repoussa en souriant «  Tu m'as pris pour la seconde mi-temps ? Non mais j'hallucine quand même, va te doucher je vais un peu trier tes papiers » il le savait elle ne partirait pas s'il trainait prêt de son bureau et forcement c'est ce qu'il faisait, la rendre folle était devenu son sport national. «  On voit que ta femme à tout faire n'es pas là. C'est Bagdad chez toi et encore je suis certains que la réputation de cette capitale est surfaite. » forcement pour Kim un endroit propre est un endroit ou rien en traine, les choses étaient sur les étagères, sur les tables. Austin allait prendre un malin plaisir à tout ranger, à sa manière ...




hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11469p15-certains-ont-les-yeux-de-leur-pere-et-la-bouche-de-leur-mere-moi-j-ai-prefere-leur-pognon#417559 http://www.30yearsstillyoung.com/t11560-a-15-ans-on-veut-plaire-a-20-ans-on-doit-plaire-a-40-ans-on-peut-plaire-mais-ce-n-est-qu-a-30-ans-qu-on-sait-plaire#420872 http://www.30yearsstillyoung.com/t11604-austin-wayne#423232 http://www.30yearsstillyoung.com/t11605-austin-wayne#423248

ÂGE : 30 ans. Une dizaine en âge mental.
SURNOM : Kimmy ou la Connasse.
STATUT : Pas trop le temps d'avoir une relation sérieuse. Les hommes n'ont qu'à bien se tenir avec moi.
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit de la famille et féministe à temps plein.

POSTS : 60 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
PSEUDO : Earithralia
AVATAR : Emily VanCamp
CRÉDITS : avatar : Shiya ; sign : Anaëlle ; gif : Tumblr.
DC : Ida la Viking.
INSCRIT LE : 21/08/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Mer 21 Sep - 11:53

Who's this fucking man darling

YOU HAVE THE POWER TO MAKE TOMORROW BETTER

Personne ne m’appelle Kimberly. Même pas mes parents. C’était ma mère qui avait choisi ce prénom; seule elle avait le droit de m’appeler ainsi. Austin avait découvert que je m’appelais Kimberly, quand nous étions plus jeune. Il s’était permis de fouiller dans mon passeport et avait passé la journée à se moquer de moi. Ca m’avait clairement fait chier qu’il finisse par connaitre ce secret et il prenait malin plaisir à m’appeler par mon vraie prénom. J’avais beau crié et boudé, c’était foutu pour moi. Il n’allait pas me lâcher avec ça. Ma mère adorait ce prénom, ça lui rappelait une chanson des années 80 et s’était jurée que si elle avait une fille, elle l’appellerait ainsi. Je tire Austin par le bras pour le faire sortir de ma salle à manger, qui faisait office de bureau. « Dégage de là, ce n’est pas pour les enfants. » Lui dis-je en souriant, bien que j’étais réellement agacée qu’il touche à mes affaires. Je n’étais pas maniaque, mais dans mes dossiers, il fallait que je puisse m’y retrouver. Les cas se ressemblaient souvent et je n’avais pas le droit à l’erreur en mélangeant par mégarde les documents.

Je l’attirais vers le salon, pour l’éloigner au maximum de mes affaires. Il était vraiment chiant, mais vous savez, c’est le genre d’ami dont on ne peux pas facilement se débarrasser. Il refusa ma proposition, et une petite mou offensée se dessina sur mon visage. « Pas la seconde mi-temps. Aller, steuplait… Comme au bon vieux temps. » je finis par m’arrêter là. Me rappelant que plus petits, sa maman nous avait une fois donné le bain ensemble. A cette époque Austin n’avait aucun poil sur le zizi et moi j’avais des lentilles à la place des tétons. Mais qu’importe, c’était innocent. Pourtant, je ne voulais pas faire référence à sa maman. Ce genre de sujet était à traiter avec des pincettes et je préférais ne pas trop lui rappeler de mauvais souvenirs. Et puis, je m’installe à ses côtés : « De toute façon, tu ne seras jamais à la hauteur de la première mi-temps. » avouais-je pour l’embêter. Je savais que ce genre de remarque pouvait très vite l’agacer et mais je ne manquais pas de les faire. Et puis, il avait aussi eu des propos un peu déplacé, mais venant de lui je ne me vexait pas. « J’en ai pour dix minutes. Ne touches à rien. J’ai des affaires très importantes. Sérieusement. » finis-je par dire cette fois le ton un peu plus dur, histoire de bien faire passer le message. Je ne savais jamais à quoi m’attendre avec lui, et lui non plus avec moi.

Enfin moi c’était différent, personne ne savait vraiment comment je risquais de réagir, ni même moi. Je ne contrôlais que très peu mes sentiments et mes émotions. On m’avait diagnostiqué borderline lorsque j’étais encore petite. Le suicide de ma mère m’avait beaucoup touché, au point d’en devenir incontrôlable. J’avais changé d’environnement, de langue, de culture, et je me retrouvais avec un papa que je ne connaissais que très peu. Trop de facteurs qui m’avais un peu fait péter les plombs. Depuis quelques temps, je ne prend plus de traitement. Je n’en peux plus de ces cachets qui m’assomme pour avoir l’air moins agité. Bien sur, je me suis tenue d’en parler à personne. On essayera surement de me raisonner. « Je laisserai la porte ouverte au cas où tu changerais d’avis. » insistais-je de nouveau. Je savais que ça le rendait fou intérieurement. Que même si on s’était promis de ne rester qu’amis, les choses entre nous étaient plus forte. Et ce que j’appréciais encore plus chez lui, c’est qu’il me respectait. Il avait beau être tenté par l’appelle de la chair, lorsqu’il s’agissait de moi, il arrivait à se contenir. Alors que je m’apprêtait à monter les escaliers pour aller me doucher, il lâcha de nouveau un commentaire sur l’état de mon appartement, sans trop avoir envie de débattre je lacha un : « La ferme. ».

Rapidement, je retire mon jogging pour me retrouver nue dans ma chambre. Je pensais au départ me couler un bon bain mais l’arrivée indésirée d’Austin me força à le transformer en douche. Douche express, de quoi passer le savon sur tout le corps pour retirer les toxines que j’avais évacuée avec Antonio. Je n’arrivais pas à rester zen, Austin c’était comme un enfant. Il avait beau critiqué sa fille, il était comme elle. Ou plutôt elle était comme lui. C’était des gosses.
made by roller coaster


"MAKE MISTAKES & FAKE PERFECTION."
Love turns to ashes, with all that I wish I could say. I'd die to be where you are. I tried to be where you are. Every night, I dream you're still here. The ghost by my side, so perfectly clear. When I awake, you'll disappear, back to the shadows with all I hold dear. I dream you're still here.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11265-kim-l-avocate-cruelle-bordeline-de-brisbane

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Aust'
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Héritier et PDG de l'empire hôtelier Wayne
LOGEMENT : #88 Pine Rivers
Mia Talerico
POSTS : 472 POINTS : 70

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Riche comme crésus depuis qu'il est tout petit, il est le dernier héritier de sa famille ≈ Jusqu'à sa prise de fonction il a enchainé les conneries, maintenant il est plus posé, mais peu vite déverrouillé ≈ Il a le sens des affaires, mais il est aussi un peu tyrannique quand il s'y met ≈ Il est très généreux, parfois même trop généreux, mais il s'en fou il est plein aux as ≈ Il a du mal a s'attacher depuis qu'il a perdu la femme de sa vie dans une histoire de famille ≈ Il est le père d'une petite Lou qu'il aime plus que tout et qui est sa princesse.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :












RPs TERMINÉS : Lana / Kim / Camber
PSEUDO : Alex
AVATAR : Dave Franco
CRÉDITS : blondie
DC : Aucuns
INSCRIT LE : 13/09/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Mer 21 Sep - 12:33




Austin était entré plusieurs fois dans l'intimité de la jeune femme, il savait tout sur elle comme elle savait tout sur lui. Entre les photos dossiers qu'ils avaient l'un sur l'autre, les photos d'eux nus dans une baignoire, il y avait des photos ensemble de leur première couche, à maintenant, en passant par toutes les étapes de la vie. Elle était un pilier dans sa vie, elle était importante et pour rien au monde il ne se séparerait d'elle, voilà peut-être l'explication à tout, au fait qu'il n'ait jamais rien tenté avec elle, qu'il ne joue pas trop sexuellement alors qu'ils en ont tous les deux extrêmement envie. Sans elle il n'est rien, c'est égoïste de le dire, mais sur ce coup là elle lui est vitale, pas la peine d'en parler trop longtemps, lui le prendra à la rigolade. Alors oui quand ils étaient ensemble il redevenait l'enfant terrible qu'elle avait connue, qu'elle était la seule à connaître dans ce nouveau continent qui était le leur. Ici rares étaient les gens qui le connaissaient depuis plus de trois ans, elle faisait partie d'une liste très courte, toute manière la vie d'Austin tourne forcement autour de la belle Kim, pas la peine d'en parler pendant des heures. « Hey, hey, hey d'une je ne suis pas un gosse, de deux je gère une entreprise bien plus grosse que la tienne. La paperasse ça me connait » dit-il en étant totalement convaincu que c'était faux. Elle est bien meilleure que lui dans le domaine de la paperasse, lui tout lui est tombé tout cuit dans la bouche. Kim c'est faite toute seule, il la respectait pour ça et bien d'autres choses.

Tiré par le bras et enlevé de force à son nouveau terrain de jeu, le bureau de sa meilleure amie, il fut jeté sur le canapé par la belle « Toi tu me touches pas avec tes mains pleines de … je ne veux même pas savoir de quoi » dans un coin de sa tête il réfléchissait et avait l'impression à en voir l'appartement qu'ils avaient vraiment fait du sport. Voilà pourquoi il était plus ou moins détendu, lui qui jouait beaucoup avec les pourcentages était sur du 60/40. Elle n'allait certainement pas lui enlever le doute, elle préférait jouer avec lui. Elle continuait à jouer avec ses nerfs, franchement quel mec pourrait résister à la belle Kim, surtout un mec comme Austin qui se demande à chaque fois qu'il la voit s'il n'est pas amoureux d'elle. Elle est tyrannique avec lui, il ne sait jamais sur quel pied danser, mais ce qui le rassure c'est qu'il se comporte pareil avec elle et que souvent elle aussi se retrouve dans la même situation que la sienne, chacun son tour. « Tu ne mérites pas un mec parfait comme moi Kim, joue avec tes premières mi-temps de secondes zones. Quand tu serra prête pour un match international tu viendras me voir » dit-il en reprenant un peu d'aplomb.
Quand elle se leva pour aller se doucher il ne pu s’empêcher de la mater, toute manière ils étaient tout le temps en train de se regarder, il l'avait vu un nombre de fois incalculable dans la douche. Ils avaient préférés arrêter les bains ensemble, ça dérapait un peu trop souvent. « Tu sais quoi ? Je vais faire un peu de rangement, j'ai l'impression d'être dans la chambre de Lou quand elle a décidé de jouer à la tornade » le nouveau jeu de sa fille. Crier tornade et tout secouer dans sa chambre, des fous rires assurés de la part du père qui n'arrive jamais à être sévère avec sa petite princesse.

La maladie de Kim ? Austin le savait, il l'avait déjà vu en crise et faisait avec. Elle prenait ou pas ses médicaments ? Il s'en moquait pas mal, il voulait juste qu'elle se sente bien, si pour ça il fallait qu'il subisse quelques crises, il ferrait avec. Elle n'était pas un animal féroce, elle était sa Kim, alors même si elle arrivait à passer d'un bord à l'autre en quelques secondes, la voir sourire valait forcement le coup. Une fois en haut il ne pu s’empêcher de se lever et de ranger, oui ranger, Austin ne le fait pas chez lui, il fouillait plutôt. Première chose, le portable, il regarda les contacts et surtout la photo du métisse qui venait de sortir. Bingo c'était bien le professeur de sport, un ouf de soulagement fut de mise. Il enchaina ensuite par l'ordinateur, mais cette fois-ci c'était pour faire une connerie, changer le fond d'écran et le mettre lui en train de faire le con ? Bonne idée, branchant son téléphone à l'ordinateur, il grimaça en entendant le ding de l'USB. Qu'importe elle était bien trop loin et surtout sous la douche pour l'entendre. Dans sa tête résonnait encore la voix de la belle « Ne touche à rien, c'est important », oui bien sûr. Ce dossier sur celui-ci, celui-là on va changer l'ordre, petite punition pour lui avoir menti sur son professeur de sport.
Il avait fini, il allait se remettre à sa place quand son œil fut attiré par une boite de cachet, pleine, pas un seul en moins, elle avait arrêté son traitement. Prenant la boite dans sa main droite il prit la direction de la salle de bain qu'elle n'avait pas fermé.

Poussant la porte grand sourire aux lèvres il lui lança « C'est la deuxième mi-temps » dit-il en secouant la boite, avant de la vider dans le lavabo et d'ouvrir l'eau « Quand tu ne prends pas des cachets jette les Kimberly, que dirait ton père s'il passait et voyait ça ? » elle allait hurler oui, mais elle le savait Austin lui l'aimait avec ou sans son traitement...




hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11469p15-certains-ont-les-yeux-de-leur-pere-et-la-bouche-de-leur-mere-moi-j-ai-prefere-leur-pognon#417559 http://www.30yearsstillyoung.com/t11560-a-15-ans-on-veut-plaire-a-20-ans-on-doit-plaire-a-40-ans-on-peut-plaire-mais-ce-n-est-qu-a-30-ans-qu-on-sait-plaire#420872 http://www.30yearsstillyoung.com/t11604-austin-wayne#423232 http://www.30yearsstillyoung.com/t11605-austin-wayne#423248

ÂGE : 30 ans. Une dizaine en âge mental.
SURNOM : Kimmy ou la Connasse.
STATUT : Pas trop le temps d'avoir une relation sérieuse. Les hommes n'ont qu'à bien se tenir avec moi.
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit de la famille et féministe à temps plein.

POSTS : 60 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
PSEUDO : Earithralia
AVATAR : Emily VanCamp
CRÉDITS : avatar : Shiya ; sign : Anaëlle ; gif : Tumblr.
DC : Ida la Viking.
INSCRIT LE : 21/08/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Ven 23 Sep - 10:58

Who's this fucking man darling

YOU HAVE THE POWER TO MAKE TOMORROW BETTER

A peine l’eau avait commencé à ruisseler sur mon corps que j’entendais ses énormes bruits de pas monter mes escaliers. Combien de fois, lui avais-je dis de retirer ses chaussures à l’entrée. Chez moi, je me baladais pied nue, et parfois même toute nue. J’aimais me sentir libre chez moi. Quand je me retrouvais seule, je ne voyais pas pourquoi je devais me couvrir. Personne ne me regardait. Les gens se moquait parfois de mon idée et quand je demandais à quoi bon porter des fringues seule, on me répondait soit pour ne pas avoir froid, soit par pudeur envers toi même. Jamais aucun de ces arguments ne m’avait vraiment convaincu. Ma soeur, qui était accessoirement ma meilleure amie ne partageait pas ces principes mais préférait se murer dans le silence plutôt que d’entrer dans un débat sans fin avec moi. A quoi bon tenir tête à un avocat, qui dit plus la meilleure avocate de tout les temps. De plus, j’avais un jour peint une énorme fresque de moi, nue dans le salon. Je voulais confronter mes invités à leur contradiction. Pourquoi, lorsqu’il s’agissait de nudité en art personne ne parlait? Lorsqu’il finissait par reconnaitre mon visage, la plupart ne pouvait cacher leur surprise. Genée pour les un mais curieux pour la plupart. Il faut dire que je cachais bien mon talent d’artiste. Mon père ne voulait pas que je continue dans cette voie. Il devait se dire que j’étais déjà suffisamment folle pour me retrouver avec d’autre fou. Il avait beau savoir un bon Van Gogh quand il en voyait un, il ne pouvait s’empêcher de se rappeler à quel point cet homme était pris par ses démons.

Enfin soit, la porte s’ouvrit et Austin était devant moi. Trop prévisible. Il faut dire que je le connais assez bien pour savoir de quoi il était capable. Et bien évidemment, je savais aussi à quel point c’était un beau parleur. Malheureusement pour lui, je le connaissais par coeur. Il aimait avoir le contrôle du jeu. Les filles étaient toute à ses pieds. Je m’amusais donc à reprendre le jeu, jouant exprès avec ses nerfs et n’hésitant pas à lui faire du rentre dedans qui parfois le gênait bien qu’il ne voulait pas avouer le contraire. Je sors ma tête du rideau, cachant accessoirement mon corps. Non parce que s’il s’agit de futur, ex ou même petit copain, fallait mériter de me voir dans ma tenue d’Eve. En fait non, je n’étais nudiste qu’avec moi même, et j’aimais afficher des portraits de moi dans cette tenue, mais lorsqu’il s’agissait d’assumer réellement mon corps aux yeux de quelqu’un, je me montrais plus pudique. « Ben qu’est ce que tu attends pour venir. » lui demandais-je par provocation. Bien sur qu’il ne le fera pas. On a ce petit truc entre nous, on essaye de toujours pousser l’autre à ses limites sans pouvoir nous même assumer ce qu’il sera. Mon sourire se perd lorsqu’il parle de mes cachets. Je me sens faible à chaque fois qu’il s’agit de parler de mon état d’esprit. Je n’aime pas ce sujet, mes parents le genre de truc que mon père me sort à chaque repas de famille : ‘j’espère que tu prends toujours tes cachets’.

Je sais que dans le fond, il le dit pour moi mais ça me rend malade d’être contrôlée comme ça, je ne suis plus une enfant. Et puis ces cachets me rendent plus malade qu’autre chose. Je ne dors pas, je ne mange pas et j’ai l’air toujours très fatiguée. Un zombie quoi. Au lieu de ça, je préfère me filer un bon rail de coke. Pour le coup, personne n’est au courant de ma dépendance à la drogue. Je me cache bien de le dire et je le range dans un endroit bien trop secret pour qu’on le découvre. Bien évidemment, je ne tarde pas à réagir lorsque je l’entend jeter les cachets. Je suis quasi en furie. « MAIS CA VA PAS. » lui dis-je en lui arrachant le paquet des mains. il ne restait pas grand chose dans la boite et un peu sous l’effet des nerfs et ne savant pas trop comment réagir je lui jette en pleine tête ce qu’il reste de médicament, enfilant mon peignoire et me dirigeant vers l’extérieur de la salle de main. « Tu dépasses vraiment les bords. TU N’AVAIS PAS LE DROIT DE FAIRE ÇA » . Ma maladie n’était pas un jeu. J’étais la seule qui avait le droit de ne pas la prendre aux sérieux. J’étais en furie et bien évidemment, je ne contrôlais que très peu mes émotions. Je revins vers lui, toujours sous l’emprise de la colère et lui lance : « CASSE TOI DE CHEZ MOI, C’EST MIEUX POUR TOI. » je m’éloigne. Je ne veux pas être violente mais bizarrement je ne contrôle ni mes faits ni mes gestes. Je ne vois que du noir devant moi. Ce ne sont que des foutus cachets, je pourrais en avoir d’autres mais il n’avait pas le droit de faire ça. « Je ne veux plus te voir. » dis-je avant de casser un vase au sol histoire de faire plus de bruit. Mes parents avaient subi mes crises toutes leur vie. Je pouvais être gentil et en l’espace d’une seconde, être contrariée pour un petit truc et devenir un véritable petit démon.

made by roller coaster


"MAKE MISTAKES & FAKE PERFECTION."
Love turns to ashes, with all that I wish I could say. I'd die to be where you are. I tried to be where you are. Every night, I dream you're still here. The ghost by my side, so perfectly clear. When I awake, you'll disappear, back to the shadows with all I hold dear. I dream you're still here.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11265-kim-l-avocate-cruelle-bordeline-de-brisbane

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Aust'
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Héritier et PDG de l'empire hôtelier Wayne
LOGEMENT : #88 Pine Rivers
Mia Talerico
POSTS : 472 POINTS : 70

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Riche comme crésus depuis qu'il est tout petit, il est le dernier héritier de sa famille ≈ Jusqu'à sa prise de fonction il a enchainé les conneries, maintenant il est plus posé, mais peu vite déverrouillé ≈ Il a le sens des affaires, mais il est aussi un peu tyrannique quand il s'y met ≈ Il est très généreux, parfois même trop généreux, mais il s'en fou il est plein aux as ≈ Il a du mal a s'attacher depuis qu'il a perdu la femme de sa vie dans une histoire de famille ≈ Il est le père d'une petite Lou qu'il aime plus que tout et qui est sa princesse.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :












RPs TERMINÉS : Lana / Kim / Camber
PSEUDO : Alex
AVATAR : Dave Franco
CRÉDITS : blondie
DC : Aucuns
INSCRIT LE : 13/09/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Ven 23 Sep - 12:28




Il comprenait parfaitement qu'à l'habitude elle veuille qu'il marche pied nu, chez elle s'était toujours propre, il n'y avait rien qui trainait, même pas un grain de poussière. Oui mais depuis quelques temps elle devait soit avoir viré sa femme de ménage lors d'un accès de colère, soit elle était en vacances. Marcher en chaussure était donc la bonne solution au problème, non pas que l'appartement était crade, mais tout simplement qu'il était moins tiré à quatre épingles qu'à l'habitude. Montant les escaliers en pensant faire le moins de bruit possible il fut décelé par la maitresse de maison. Maitresse de maison avec qui il avait énormément de point commun, l'art en était un énorme. Elle adorait l'art tout autant que lui, la peinture plus particulièrement. C'était déjà le point commun qu'il y avait entre son père et la mère d'Austin. Ils allaient parfois voir des expositions ensemble, mais leur avis divergé sur pas mal de choses, surtout sur les démons des artistes. Voilà certainement pourquoi il ne voulait pas voir sa fille peindre et voilà pourquoi aussi la mère d'Austin, qui elle adorait peindre était maintenant en prison avec quelques syndromes de schizophrénie détectés. Alors entre la belle Kim et Austin les discussions portaient souvent sur la peinture et surtout sur l'admiration qu'il avait pour ses tableaux. Non pas ceux de nue qui lui arrivait de peindre d'elle même (oui un peu de narcissisme pour la belle blonde). Mais pour tout le reste, il y avait même demandé un tableau pour mettre avec tous les autres, il avait beaucoup de grands artistes, mais à ses yeux Kim en était une aussi.

Une fois dans la salle de bain il ne pu s’empêcher de sourire en la voyant, tiraillé surement avec l'envie de la coller contre la paroi de la baignoire et de jouer avec son corps puis celui qui faisait rester debout droit sans bouger devant elle. Alors quand son visage changea totalement de couleur il comprit qu'elle avait vrillé, toute manière il en avait un peu l'habitude. Oui il avait un peu peur quand elle était comme ça, elle ne se contrôlait pas, il avait peur qu'elle se fasse mal. Qu'elle lui fasse mal à lui ? Il ne craignait pas forcement , surtout que la plupart du temps il jouait avec elle. Encore une fois, jeter ses pilules c'était quelque chose de pas très fair play, de pas très sympa. De totalement lui, avec elle il jouait comme un enfant, comme les enfants qu'ils ont toujours étés, qu'ils seront toujours, tiraillés entre l'amour fraternel et l'amour véritable qui pouvait flotter entre eux. « Je ne te ferai pas cette joie, tu ne me mérites pas ma belle Kim » lui répondit-il, il le savait c'était certainement la dernière phrase calme qu'il y allait avoir entre eux. Elle allait rentrer dans une colère noire, une colère qui porte vraiment bien son nom vu qu'elle perd tous les sens quand elle y rentre, un voile noir se dépose et elle fait beaucoup, beaucoup de dégâts.

Il l'aimait, qu'elle soit malade ou pas, qu'elle prenne son traitement ou pas, ce qu'il voulait c'est son bonheur. Il ignorait totalement pour la cokaine, mais si elle préférait la coke à son traitement il n'allait rien faire pour l'en empêcher. Il la voulait heureuse et surtout maitresse de ses choix. Alors peut-être qu'elle avait pris ça comme un reproche, qu'il lui reprochait de ne pas prendre ses médicaments, mais ce n'était pas le cas. Encore une fois il avait surement était trop loin avec elle, mais il était comme un petit frère de temps en temps, puis comme un grand frère le reste du temps. Elle avait en face d'elle le petit frère cette fois-ci. Le monstre qui fait que des conneries, même si à cet instant le monstre c'était plutôt la blonde qui était dans une colère noire, enfilant un peignoir les choses allèrent trop vite pour Austin. Il y avait des médicaments par terre, médicaments qu'il avait préalablement prit en pleine figure, puis elle était sortie, avait cassé un vase tout en lui hurlant de sortir. Dans ses moments là il ne savait pas comment réagir, mais il ne fuyait que très rarement, gardant la plupart du temps son calme olympien, pourtant il en prenait plein la gueule au sens propre comme au sens figuré.
Sortant de la salle de bain il suivit la jeune femme avant qu'elle se tourne une nouvelle fois vers lui, il embrassa en prenant un risque le front de la jeune femme avant de lui dire « Je ramasse le vase et je m'en vais, quand tu veux me revoir appelle moi Kim ! » il n'y avait pas de haine dans sa voix, mais il ne s'excusait pas pour autant non plus. Ce n'était pas son style de s'excuser et surtout il savait très bien qu'elle n'y était pas pour rien non plus. Sortant de la chambre de la belle, passant devant le vase avant de ramasser les 4 morceaux qui trainaient par terre. Le vase valait au moins le PIB d'un petit pays Africain, alors il le déposa sur la table où il était, il y avait certainement moyen de le réparer.

Descendant tranquillement les escaliers avant de s’arrêter dans le bureau de la jeune femme. Il prit le premier papier qui trainait, faisant cette fois-ci attention à ne pas écrire sur un papier important. « Je t'aime ma petite Kim, appelle moi quand sa ira mieux que tu voudra plus me tuer;). Gros bisous, l'homme que tu aimes le plus au monde:D » .




hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11469p15-certains-ont-les-yeux-de-leur-pere-et-la-bouche-de-leur-mere-moi-j-ai-prefere-leur-pognon#417559 http://www.30yearsstillyoung.com/t11560-a-15-ans-on-veut-plaire-a-20-ans-on-doit-plaire-a-40-ans-on-peut-plaire-mais-ce-n-est-qu-a-30-ans-qu-on-sait-plaire#420872 http://www.30yearsstillyoung.com/t11604-austin-wayne#423232 http://www.30yearsstillyoung.com/t11605-austin-wayne#423248

ÂGE : 30 ans. Une dizaine en âge mental.
SURNOM : Kimmy ou la Connasse.
STATUT : Pas trop le temps d'avoir une relation sérieuse. Les hommes n'ont qu'à bien se tenir avec moi.
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit de la famille et féministe à temps plein.

POSTS : 60 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
PSEUDO : Earithralia
AVATAR : Emily VanCamp
CRÉDITS : avatar : Shiya ; sign : Anaëlle ; gif : Tumblr.
DC : Ida la Viking.
INSCRIT LE : 21/08/2016

MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Ven 23 Sep - 14:09

Who's this fucking man darling

YOU HAVE THE POWER TO MAKE TOMORROW BETTER

Je sais que je ne devrais pas réagir comme ça et encore moins avec les gens qui m’aiment. Pourtant, je ne me contrôlais pas, pire encore je regrettais presqu’instantanément ma réaction mais je n’arrivais pas à faire marche arrière. Impossible de m’excuser, donc je m’enferme dans ma chambre. Il claquera la porte en partant. Peu de gens me comprennent vraiment, d’ailleurs moi-même j’ai du mal à me définir vraiment. Je peux être à la fois très heureuse et très malheureuse dans la même heure. Mes sentiments sont confus également. J’ai envie qu’il reste et en même temps je fais tout pour qu’il parte. Je finis par me calmer lorsqu’il dépose un baiser sur mon front. Il sait que c’est tout ou rien, mais ça me réconforte sur le coup de voir qu’il ne réagit pas comme les autres. N’importe qui aurait pris la fuite, m’aurait traité de sale folle hystérique et aurait levé les voiles. Au lieu de ça, il ramasse le vase que j’ai cassé. Un cadeau de papa que je n’ai jamais aimé et qui devait être jeté depuis longtemps. Je ne m’en étais pas séparé parce qu’il ne m’offrais que très rarement de cadeaux. Nous n’avions pas la meilleure des relations. Courtoise la plupart du temps, et parfois plus dans les insultes. Il m’avait une fois dit qu’il avait honte que je sois sa fille. C’est vrai qu’Alba et Travis sont une réussite. J’ai toujours eu l’impression d’être le vilain petit canard. Je rend souvent mes parents tristes. Ils voudraient m’aider mais au lieu de ça je leur fait du mal. Du coup je m’isole. Je ne donne plus de nouvelles. J’ai pensé à partir. Vous savez, disparaitre, soit pour de bon ou peut être me créer une autre identité. Mais ne plus exister à leur yeux. Je suis sûre qu’il s’en remettrons. D’ailleurs qui me regrettera vraiment? Et puis même, il faudra se créer un nouvel entourage, un nouvel environnement mais mon caractère ne changera pas et ça sera rebelote. Rejoindre ma mère? J’ai trop souvent craché sur sa lâcheté pour en faire de même. Du coup, je reste là, à Brisbane. Je fais semblant d’assumer à 100% ce que je suis et ce que je fais, mais ce n’est pas toujours évident. Alors je me mens et je mens aux autres. Je souris et je dis que tout vas bien, que rien ne me touche et que je suis une dure à cuire. Et puis, y a d’autre moment où je me retrouve finalement avec mes propres démons. Où je passe des journées seule, dans le noir, allongée à pleurer un peu pour tout.

C’est d’ailleurs ce que je fais quand j’entend de nouveau les pas d’Austin redescendre les escaliers. Je réussis rapidement à me calmer mais je suis quand même triste qu’il soit finalement parti dans ces conditions. Je consulte mon téléphone après son départ. Peut être qu’il finira par m’envoyer un texto? Je sais que c’est à moi de le faire, mais je n’y arrive pas. C’est toujours plus simple lorsque je ne suis pas fautive. En réalité, je n’assumes rien, même quand c’est de ma faute, j’arrive très souvent à m’en sortir en remettant la faute sur autrui. Pire, j’ai cette fâcheuse tendance à retourner la situation. Je mens sur mes souvenirs, reviens sur des faits anciens et je fais toujours en sorte de culpabiliser l’autre. Impossible de m’excuser. D’ailleurs, si je devais réellement le faire, la liste des gens que j’ai blessée est longue. Je reste un moment dans ma chambre, prend le temps pour m’habiller. Malheureusement le boulot lui n’attend pas, il faut que je puisse me reprendre pour finaliser un dossier qui me sort un peu par tout les traits. Un divorce compliqué, un cas de polygamie, un truc pas très net et difficile à prouver par l’absence de documents officiels. Lorsque j’arrive à mon bureau, je me rend bien compte qu’Austin est déjà passé par là. J’ai cette aptitude à me rappeler de l’état dans lequel j’ai laissé une pièce avant de la quitter. Mon ordinateur est en veille alors que je ne l’ai pas allumé de la journée et mon téléphone n’est plus dans son chargeur. Je soupire, impossible de m’énerver plus. Qu’est ce qu’il a foutu? Je n’en sais rien, mais qu’importe j’espére juste que ce n’est pas grave. Puis, je tombe sur son petit écriteau. Quel ringard. Je souris en le lisant bien que son écriture soit difficile à déchiffrer, il aurait pu envoyer un SMS c’est plus pratique.

Soit, je passerais peut être ce week end voir ma petite protégée. Et lui par la même occasion.

made by roller coaster


"MAKE MISTAKES & FAKE PERFECTION."
Love turns to ashes, with all that I wish I could say. I'd die to be where you are. I tried to be where you are. Every night, I dream you're still here. The ghost by my side, so perfectly clear. When I awake, you'll disappear, back to the shadows with all I hold dear. I dream you're still here.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11265-kim-l-avocate-cruelle-bordeline-de-brisbane

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Who's this fucking man darling   Aujourd'hui à 23:20

Revenir en haut Aller en bas
 

Who's this fucking man darling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-