AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Eli, Lizzie ou Beth selon les goûts et les couleurs
STATUT : Mariée bafouée qui a le coeur ailleurs l Mère d'un petit garçon de 4 ans
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit pénal et international
LOGEMENT : #27 Bayside (maison)

POSTS : 77 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Nina l Gauthier l Thriller Night
PSEUDO : Cendre
AVATAR : Teresa Palmer
CRÉDITS : Noralchemist (avatar) l endlesslove (signature)
DC : /
INSCRIT LE : 24/09/2016

MessageSujet: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Dim 25 Sep - 21:57

She's my sister.
And not by something as accidental as blood.
By something much stronger.
By choice.
Nina & Elisabeth
We all are a single dust in the universe

Les mains d’Elisabeth coiffent avec précaution les cheveux ébouriffés de Gabriel. Le petit garçon vient à peine de se réveiller et ses yeux bleus sont encore lourd de sommeil. Sur sa joue rose, la marque de l’oreiller témoigne du petit loir qu’il est. Les mèches folles sont sagement rangées derrière les oreilles. Le pyjama imprimé de têtes de koala rondes est retiré et sa mère lui enfile rapidement sa salopette en jean et ses adorables petites baskets. D’ailleurs, celles-ci deviennent peut-être trop petites. La jeune femme s’en fait une note mentale. Il faudra aller lui en acheter de nouvelles. Elle passa un gant d’eau fraîche sur son visage et encore à moitié rêveur, le garçonnet ne rechigne pas. Enfin, elle le porte sur sa hanche, embrasse son front et le pose sur le comptoir de la salle de bain. Elle se saisit d’une brosse à dent verte où le visage grimaçant de Hulk est dessiné et du tube de dentifrice avant de brosser énergiquement les dents de son fils.

« Maman ? » bredouille-t-il la bouche pleine d’écume.

Un long filet de bave tombe sur le t-shirt à rayure sous la salopette. Il s’esclaffe en se balançant en arrière, mais Elisabeth le retient et finit son labeur. Concentrée, elle ne prend même pas la peine de rouspéter.
Avec une serviette propre, elle essuie la tache qui laisse pourtant une auréole d’eau sur le tissu. Tant pis.

« Maman ? » répète-t-il. « Pas bien ? »

Ses doigts coiffent une nouvelle fois les épis rebelles de la tête de Gabriel. Elle soupire à la question de son fils, mais lui sourit pour le rassurer. Elle s’agenouille au sol pour se mettre à sa hauteur.

« Si, Maman va très bien. Un peu stressée peut-être. »

Jamais elle n’aurait cru angoisser avant de revoir sa famille. Elle est revenue à Brisbane il y a quatre jours, mais n’a toujours pas oser rendre visite aux Moore-King. Terrassée par le changement horaire et le jetlag, elle s’est laissée à moitié mourir sur son lit les deux premiers jours avant de réfléchir à la suite. Ses parents, Nina et Leah… Elle ne se rappelle même plus depuis combien de temps ils ne se sont pas vus. Le dernier souvenir net dont elle se souvient est le mariage de son ainée. Se remémorer cela laisse un goût amer dans sa bouche alors que le visage radieux de sa sœur et de son ex-époux traversent son esprit. Il faut croire que les sœurs Moore-King sont maudites.
La veille, elle s’est décidée à aller voir Nina, justement. Elle n’a encore jamais rencontré Gabriel qui lors de son dernier voyage en Australie était trop jeune et était donc resté à Londres avec Daniel.

« Prêt à rencontrer ta tata Nina ? Et ton cousin Isaac ? »

Il acquiesce vivement, pas le moins du monde intimidé. Si Elisabeth montre un peu d’appréhension, c’est à cause de ce qu’elle a fait, ou plutôt de ce qu’elle n’a pas fait, lors du divorce de son ainée. Elle qui s’était promis de toujours se montrer présente et à l’écoute de sa famille malgré les kilomètres les séparant… Elle n’a jamais cherché à se trouver d’excuses, mais il est vrai qu’elle s’était toujours sentie un peu déconnecté de l’Australie, perdue dans la grisaille anglaise, jonglant entre un travail prenant, son fils et son couple qu’elle soupçonnait déjà alors de battre de l’aile.

Chassant ses idées noires, elle prend Gabriel dans ses bras et file au pas de course près de l’abri à vélos de la maison en prenant bien soin de fermer à double tour la porte derrière elle. Déjà en retard, elle a prévu de surprendre sa sœur avec le petit déjeuner.
Elle installe le petit garçon sur le siège pour enfant et vérifie qu’il est bien attaché avant de se mettre en selle et de pédaler à vive allure le long de la route côtière du quartier de Bayside.
L’odeur de la mer, les couleurs orangées des maisons et le soleil qui baigne l’horizon… Comme tout cela lui avait manqué ! Elle respira à pleins poumons, se délectant du parfum iodé et des rayons contre sa peau.

Après une halte à la boulangerie entre Bayside et Logan City, elle reprend sa route vers le logement de Nina. Elle n’a pas besoin du GPS de son téléphone pour se diriger. Brisbane, sa ville, là où elle a grandi, elle la connaît par cœur. Ce simple petit détail la fait soupirer alors qu’une brise légère agite sa crinière blonde derrière elle. Elle sent Gabriel qui s’amuse à glisser ses doigts dans ses mèches virevoltantes et elle s’esclaffe dans le vent.

Les freins du vélo crissent devant la coquette villa de sa sœur adoptive. Elle reste un instant à admirer la devanture avant de reprendre ses esprits. Elle accroche solidement le guidon avec son antivol, détache Gabriel qu’elle doit retenir par la main pour l’empêcher de partir gambader et se saisit du sachet encore chaud des viennoiseries précédemment achetées.
Avec un raclement de gorge elle presse la sonnette avant de se ressaisir de la main encore potelée d’enfance de son fils. Derrière la porte, elle entend un chien japper joyeusement. Gabriel se met à trépigner d’impatience.

« Un chien ! » s’exclame-t-il. « Un chien ! »

Finalement, la porte finit par s’ouvrir. Un sourire ravi dévoile les dents blanches d’Elisabeth alors qu’elle découvre sa sœur dans l’entrée.

« Surprise ! » chantonne-t-elle en haussant les sourcils et en agitant le petit sac de croissants.



Made by Neon Demon



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le chat noir

ÂGE : trente-quatre années de poisse au quotidien. (2/02/1982)
STATUT : divorcée de theo depuis un an.
MÉTIER : gynécologue, elle en connaît un rayon sur les utérus et les mycoses vaginales.
LOGEMENT : #120 logan city avec son chien isaac et son fils magneto. ou l'inverse.

POSTS : 2393 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née en afrique du sud, elle y a vécu quatre ans avant de déménager à brisbane ✽ elle a une soeur adoptive (elisabeth), une petite soeur de huit ans sa cadette (leah), mais également un petit garçon de cinq ans (isaac) ✽ maladroite et délurée, elle fait rire à peu près tout le monde ✽ elle a énormément de poisse et n'est tombée que sur de mauvais garçons ✽ elle a adopté un bouledogue français il y a quelques mois ✽ passionnée de skittles, elle pourrait exclusivement se nourrir de ces derniers ✽ adepte du yoga/pilates, elle est très flexible (huhu).
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : leahdeanelisabeththeo #2


- MOORE-KING FAMILY -
That’s the best thing about little sisters: They spend so much time wishing they were elder sisters that in the end they’re far wiser than the elder ones could ever be.

- ISAAC -
To have a child is to decide FOREVER to have your heart go walking around outside your body.

- THEO -
Why am I so emotional? No, it's not a good look, gain some self-control. And deep down I know this never works, but you can lay with me so it doesn't hurt.

- SHANE -
You build on failure. You use it as a stepping stone. Close the door on the past. You don't try to forget the mistakes, but you don't dwell on it. You don't let it have any of your energy, or any of your time, or any of your space.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : mila (ku)kunis.
CRÉDITS : freckles sloth (avatar), tumblr (gifs), astra (signa)
DC : janis, elsie & milena.
INSCRIT LE : 20/05/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Lun 26 Sep - 11:52

she's my sister by choice
Elisabeth & Nina
« How the hell do you sum up your sister in three minutes? She's your twin and your polar opposite. She's your constant companion and your competition. She's your best friend and the biggest bitch in the world. She's everything you wish you could be and everything you wish you weren’t. »

Dimanche, ou mon jour préféré de la semaine. Celui où je ne dois me préoccuper de rien, sinon de mon fils. C’est aussi bien souvent le jour où je m’essaye à diverses expériences culinaires, ou à des activités dénichées sur internet pendant la semaine. Aujourd’hui allait être simple : réveil douceur, pancakes et Peter Pan, jouer avec Magneto dans le jardin et pourquoi pas un peu de peinture. C’est parti. Je me frotte les yeux et me redresse, avant de m’étirer longuement et de sortir du lit pour ouvrir les rideaux. La mélancolie me gagne, comme à chaque réveil alors que mon regard se pose sur ce grand lit étrangement vide, mais je me reprends aussitôt. C’est dimanche, je dois être heureuse. Je secoue la tête et quitte la pièce pour rejoindre la chambre de mon fils un peu plus loin dans le couloir. À pas de souris, je tire les rideaux, laissant entrer une lumière naturelle et reposante dans la pièce. Je m’approche ensuite du lit d’Isaac et m’y installe délicatement, avant de poser tendrement ma main sur son front. « Isaac... » je murmure. Il cligne des yeux plusieurs fois, se sent dérangé par la lumière et il finit par me regarder, me reconnaître même. Il sourit et je m’approche de son visage pour le couvrir de baisers. Il rit, me repousse puis attrape ma main pour jouer nonchalamment avec. Nous restons alors ainsi de longues minutes, avant que le trop-plein d’énergie le frappe de plein fouet. Il se redresse, sort de son lit, commence à jouer avec ses petites voitures. Il m’explique un tas de choses, des choses sans importance pour le monde des adultes, mais que j’écoute néanmoins avec attention. Je finis par le laisser s’amuser, Magneto s’étant également invité dans la pièce, et prends la direction de la cuisine pour commencer à préparer des pancakes. J’allume la radio, me dandine avec amusement sur "It’s not unusual" et commence à rassembler les différents ingrédients. Je me sers ensuite un verre de jus d’orange frais et me fais interrompre net par la sonnette de la porte d’entrée. J’arque un sourcil… Qui peut bien donc venir à cette heure matinale ? Je jette un coup d’oeil à mon allure en m'avançant vers le hall d’entrée. Je porte un simple pantalon de jogging et un débardeur, et mes longs cheveux noirs sont retenus par un chignon sauvage. Je hausse les épaules, tant pis si Mister Univers se trouve derrière la porte. Magneto est descendu et commence à japper devant la porte d’entrée. J’ouvre alors le battant de cette dernière avec précaution et y découvre… Elisabeth, ma petite soeur et son fils, Gabriel. « Surprise ! » me lance-t-elle d’un air enjoué, agitant un petit paquet dans les airs. Mes yeux s’écarquillent et se posent tour à tour sur Elisabeth, son fils et ce petit sac. « E...Ellie ? Qu’est-ce que tu fous ici ? » J’avoue ne pas y mettre la forme, mais je dois dire que c’est une drôle de manière de découvrir que ma petite soeur est revenue en Australie. Est-elle là en vacances ? Evidemment, je dois être la dernière au courant. Je finis par soupirer et j’ouvre la porte pour les laisser entrer. Même si j’éprouve une rancoeur certaine envers Elisabeth, je ne peux m’empêcher de m’émerveiller devant Gabriel. Je m’abaisse à sa hauteur et lui ébouriffe les cheveux avec amusement. « Alors petit bonhomme, on a bu toute sa soupe à ce que je vois ! Qu’est-ce que tu as grandi ! » Je laisse échapper un léger rire et me ravise aussitôt en me redressant et en croisant le regard de ma soeur. J’attends des explications, voire même des excuses.  
Made by Neon Demon




look at what we had
You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9213-everyday-is-a-second-chance-nina

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Eli, Lizzie ou Beth selon les goûts et les couleurs
STATUT : Mariée bafouée qui a le coeur ailleurs l Mère d'un petit garçon de 4 ans
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit pénal et international
LOGEMENT : #27 Bayside (maison)

POSTS : 77 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Nina l Gauthier l Thriller Night
PSEUDO : Cendre
AVATAR : Teresa Palmer
CRÉDITS : Noralchemist (avatar) l endlesslove (signature)
DC : /
INSCRIT LE : 24/09/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Lun 26 Sep - 13:37

She's my sister.
And not by something as accidental as blood.
By something much stronger.
By choice.
Nina & Elisabeth
We all are a single dust in the universe

Nina est habillé comme un dimanche matin. Ses cheveux noirs sont retenus par un chignon flou et le jogging qu’elle porte semble être son pyjama. Durant un instant, Elisabeth craint de l’avoir réveillée et de l’avoir tirée du lit. Ayant toujours été une matinale, même le week-end, la jeune femme n’a pas vraiment fait attention à l’heure à laquelle elle risquait d’arriver. Son esprit obnubilé par le fait de revoir sa sœur n’a pas songé une seconde à ce petit détail. Pourtant, un vieil air de Tom Jones qui résonne dans le salon la rassure. Si son ainée a eu le temps d’allumer la radio, alors son arrivée soudaine et imprévue de l’a pas interrompue dans sa séance de grasse matinée.
La jeune femme attend beaucoup de ces retrouvailles. Pourtant, la première réaction interloquée de la brune la déçoit un peu. Elle avait espéré des exclamations de joie et des embrassades autour d’un café en dégustant les pains au chocolat fraichement achetés. Finalement, elle avait bien fait de se trouver angoissée à l’idée de revoir sa sœur. Et Elisabeth avait bien mérité cette première impression glaciale.

La question de Nina reste sans réponse le temps au duo mère-fils de pénétrer dans l’incroyable villa de sa sœur adoptive. Sa demeure n’a absolument rien à voir avec la coquette, mais petite maison en bord de mer que la sud-africaine a loué au dernier moment sur Internet alors qu’elle grimpait dans l’avion reliant Londres à Sydney.

L’atmosphère semble se détendre un peu lorsque l’attention de sa sœur se porte sur Gabriel qui, soudain intimidé, recule et se cache dans les jambes de sa mère après avoir eu les cheveux décoiffés. Avec un rire, elle glisse sa main sur son épaule pour le rassurer.

« Dis bonjour à ta tante, Gabriel. Elle ne va pas te mordre. Enfin je crois, » lui dit-elle pour l’encourager.

Il finit par s’avancer vers la jeune femme et lève son visage vers elle pour la regarder dans les yeux.

« Bonjour, » marmotte-t-il.

Une série d’aboiements enjoués fait écho dans l’immense maison et cela suffit à dérider le timide Gabriel qui cherche des yeux l’animal. Le chien jaillit de derrière le canapé.

« Le chien ! »

Gardant un œil sur son fils, Elisabeth tend à nouveau son sachet de boulangerie devant les yeux de Nina.

« J’apporte le petit-déjeuner et il ne va pas se manger tout seul, » annonce-t-elle d’une voix douce.

Elle suit sa sœur qui l’invite à s’installer sur le bar séparer la cuisine du salon. Elle observe à nouveau la villa avec un « waouh » murmuré. Son air ébahi témoigne de sa stupéfaction et elle laisse un sifflement appréciateur filtrer entre ses lèvres.

« Ta maison est magnifique… »

En rentrant en Australie, elle s’était inconsciemment imaginée que les choses seraient telles qu’elles les avaient laissées, dix ans plus tôt. Ses sœurs vivraient toujours dans la grande demeure familiale des Moore-King. Elles iraient encore au collège et au lycée du coin. Comme d’habitude, ses parents adoptifs seraient absents, à vagabonder aux quatre coins du monde. Elle aurait été accueilli avec une fête de bienvenue, parce qu’elle aurait bien évidemment prévenu de son retour. Mais rien ne se passe comme prévu. Rien ne se passe jamais comme prévu.

« Gabriel a grandi pas vrai ? Et Isaac ? » dit-elle en faisant écho aux paroles de sa sœur.

Elle n’a pas vu son neveu depuis une éternité. Lui aussi doit avoir poussé durant ses années d’absence. Peut-être lu n’est-il pas encore réveillé. A cet âge-là, même le tintement d’une sonnette ne suffit pas à vous tirer des bras de Morphée.
Puis, finalement, Elisabeth sait que le moment est venu de répondre à la question de Nina. Qu’est-ce qu’elle fait là ? Evidemment qu’elle n’est pas au courant. Personne ne l’est. La jeune femme ne s’est pas amusée à crier sur les toits que son mari la trompe allègrement depuis des années. D’ailleurs, elle ne s’est pas amusée à crier sur les toits qu’elle l’avait fait aussi.

« Je suis arrivée il y a quatre jours, » soupire-t-elle. « Les cernes témoignent encore du voyage. »

Elle pointe du doigt ses yeux encore fatigués avant d’appuyer son menton dans sa paume ouverte. L’odeur du jus d’orange laissé sur la table lu chatouille les narines.

« J’ai posé ma démission. Je suis revenue. Pour de bon. Tu es la première au courant. »

Les raisons de l’abandon de son poste sont restées floues, pour le plus grand plaisir de son employeur. « Raisons familiales ». Ce n’est ni un mensonge ni la vérité. Mais aurait-elle pu en dire plus ? Certainement pas. Aujourd’hui, elle se rend compte qu’elle a agi dans la précipitation. La honte et l’humiliation ont pris le pas sur la raison, elle qui se doit d’être si cartésienne dans son travail. En colère contre son mari, mais également contre elle-même, coupable des mêmes erreurs, elle a filé comme une voleuse, sans demander son reste.

« Et je suis également revenue pour te demander pardon. »

Sa voix est contrite de chagrin. Comme Nina pourrait-elle l’excuser ? Son comportement n’avait pas été digne de celui d’une sœur. Et la culpabilité la ronge depuis bien trop longtemps.




Made by Neon Demon



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le chat noir

ÂGE : trente-quatre années de poisse au quotidien. (2/02/1982)
STATUT : divorcée de theo depuis un an.
MÉTIER : gynécologue, elle en connaît un rayon sur les utérus et les mycoses vaginales.
LOGEMENT : #120 logan city avec son chien isaac et son fils magneto. ou l'inverse.

POSTS : 2393 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née en afrique du sud, elle y a vécu quatre ans avant de déménager à brisbane ✽ elle a une soeur adoptive (elisabeth), une petite soeur de huit ans sa cadette (leah), mais également un petit garçon de cinq ans (isaac) ✽ maladroite et délurée, elle fait rire à peu près tout le monde ✽ elle a énormément de poisse et n'est tombée que sur de mauvais garçons ✽ elle a adopté un bouledogue français il y a quelques mois ✽ passionnée de skittles, elle pourrait exclusivement se nourrir de ces derniers ✽ adepte du yoga/pilates, elle est très flexible (huhu).
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : leahdeanelisabeththeo #2


- MOORE-KING FAMILY -
That’s the best thing about little sisters: They spend so much time wishing they were elder sisters that in the end they’re far wiser than the elder ones could ever be.

- ISAAC -
To have a child is to decide FOREVER to have your heart go walking around outside your body.

- THEO -
Why am I so emotional? No, it's not a good look, gain some self-control. And deep down I know this never works, but you can lay with me so it doesn't hurt.

- SHANE -
You build on failure. You use it as a stepping stone. Close the door on the past. You don't try to forget the mistakes, but you don't dwell on it. You don't let it have any of your energy, or any of your time, or any of your space.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : mila (ku)kunis.
CRÉDITS : freckles sloth (avatar), tumblr (gifs), astra (signa)
DC : janis, elsie & milena.
INSCRIT LE : 20/05/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Dim 9 Oct - 13:31

she's my sister by choice
Elisabeth & Nina
« How the hell do you sum up your sister in three minutes? She's your twin and your polar opposite. She's your constant companion and your competition. She's your best friend and the biggest bitch in the world. She's everything you wish you could be and everything you wish you weren’t. »

Evidemment, ma cadette est toujours irréprochable. C’est le genre de fille qui pourrait porter un sac à patates qu’elle ressemblerait toujours à Miss Univers. Et là, je dois bien avouer que je l’envie d’être aussi parfaite. Elle est grande, blonde, elle a un teint naturellement hâlé, un exotisme mélangé à un style classique parfaitement maîtrisé et surtout, personne ne pourrait résister à son sourire. Pas même moi, même si j’ai toutes les raisons de lui en vouloir. Mais je ne cède pas, du moins pas tout de suite. « Dis bonjour à ta tante, Gabriel. Elle ne va pas te mordre. Enfin je crois. » Je lève légèrement les yeux au ciel et le petit s’exécute timidement. Je ne peux m’empêcher de sourire tant mon neveu est adorable. Magneto jappe alors ensuite et se rapproche de nous, flairant certainement un nouveau copain de jeu potentiel. « Le chien ! » Gabriel s’avance vers ce dernier, beaucoup moins timide avec la bête à quatre pattes. « Il s’appelle Magneto, et il adore courir ! » je glisse en direction de mon neveu, avant de reporter mon attention sur Elisabeth. « J’apporte le petit-déjeuner et il ne va pas se manger tout seul » Je me déride légèrement. « C’est gentil. J’allais justement faire des pancakes. » Je lui montre la cuisine d’un signe de tête et nous prenons alors toutes les deux la direction de cette dernière. « Ta maison est magnifique… » se laisse-t-elle aller avant de déposer le sachet de boulangerie sur l'îlot principal. « Merci. » je réponds d’un ton neutre. J’ai envie de lui dire que c’est étrangement vide depuis quelques temps, que cette maison est bien trop grande, bien trop remplie de souvenirs douloureux et impossibles à oublier, mais je me retiens. Je suppose que ces explications se donneront plus tard, lorsque le nuage gris de notre relation sera passé. « Gabriel a grandi pas vrai ? Et Isaac ? » J’attrape quelques verres et deux tasses dans l’une des étagères. « J’ai trop peu vu Gabriel, donc je dois bien avouer que le changement est évident… » Je dis d’un air amer en haussant les épaules. « Et Isaac pousse oui, bien trop vite. » Je secoue la tête. « À mon avis il ne va pas tarder à descendre, il doit se demander ce qu’est ce remue-ménage. Tu veux un café ? » Je lui montre l’une des tasses que j’ai déposées sur le comptoir. Elisabeth semble tourmentée et me lâche d’un air las : « Je suis arrivée il y a quatre jours. Les cernes témoignent encore du voyage. » Elle indique ses yeux et je pouffe de rire. Des cernes ? Où ça ? « J’ai posé ma démission. Je suis revenue. Pour de bon. Tu es la première au courant. » Je secoue la tête d’un air grave. « Et je suis également revenue pour te demander pardon. » Des dizaines de questions se bousculent alors dans ma tête, et je balbutie : « Qu-qu… pourquoi ? Qu’est-ce qu’il se passe Ellie ? » J’entends Gabriel rire aux éclats dans le salon, occupé à jouer avec le bouledogue. « Pourquoi tu m’en as pas parlé avant ?  » Cette fois, je sens que j’ai vraiment besoin d’un café. J’enclenche la machine et sers quelques verres de jus d’orange, en lançant quelques regards inquiets en direction de ma soeur.

Made by Neon Demon




look at what we had
You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9213-everyday-is-a-second-chance-nina

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Eli, Lizzie ou Beth selon les goûts et les couleurs
STATUT : Mariée bafouée qui a le coeur ailleurs l Mère d'un petit garçon de 4 ans
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit pénal et international
LOGEMENT : #27 Bayside (maison)

POSTS : 77 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Nina l Gauthier l Thriller Night
PSEUDO : Cendre
AVATAR : Teresa Palmer
CRÉDITS : Noralchemist (avatar) l endlesslove (signature)
DC : /
INSCRIT LE : 24/09/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Sam 15 Oct - 20:10

She's my sister.
And not by something as accidental as blood.
By something much stronger.
By choice.
Nina & Elisabeth
We all are a single dust in the universe

Installée avec sa sœur dans la cuisine, Elisabeth couve des yeux son fils qui essaye d’attraper la queue du petit bouledogue français de Nina, bien trop rapide pour lui. Gabriel a toujours adoré les animaux et sa mère a bien remarqué les yeux envieux du petit garçon lorsque quand ils étaient encore à Londres, elle l’amenait au parc en bas de chez eux et qu’il regardait les autres enfants jouer avec leur shar-pei, shih-tzu et autres races imprononçables. Malheureusement, l’immeuble dans lequel ils vivaient tous les trois avec Daniel n’autorisait pas les canidés et les félins. Et le couple était bien trop centré sur son travail pour s’encombrer d’un nouveau membre à quatre pattes qu’il faudrait sortir toutes les quatre heures pour éviter qu’il ne salisse tout l’appartement. Aujourd’hui, elle peut reconsidérer la question.
La situation lui semble irréelle. Même attablée dans la maison de son aînée, celle-ci à ses côtés, l’avocate a encore du mal à croire qu’elle est belle et bien de retour en Australie, à Brisbane. Il y a à peine une semaine, elle se promenait à Picadilly Circus et allait acheter du thé chez Fortnum & Mason pour ses beaux-parents. Elle a quitté la brume, la grisaille et la fin de l’été anglais pour retrouver le soleil, la brise marine et le printemps de son enfance.

Etonnamment laconique, Nina se montre un peu plus bavarde à la mention de son fils. Cependant, son ton amer n’échappe pas à sa sœur lorsqu’elle déplore le manque de temps passé avec son neveu. À cela, Elisabeth ne peut que soupirer. Gabriel est né et a grandi en Angleterre. Leurs rares visites en Océanie se résumaient au repas de Noël chaque année et à quelques semaines passées, de-ci de-là. En quatre ans, la famille Moore-King ne doit avoir vu le petit londonien que quatre fois. Une fois par an en somme. Mais pour cela, la blonde ne peut s’excuser. Son travail et sa vie au-delà de la Manche lui prennent –prenaient- assez de temps pour l’empêcher d’embarquer dans un avion tous les mois. D’ailleurs, les billets ne sont pas gratuits –d’en avoir réservé deux à la dernière minute le lui a d’autant plus rappelé- et malgré sa profession, elle n’avait pas pu se permettre de céder à ses moindres désirs de retrouver la ville où elle a grandi, ses parents et ses sœurs.
En revanche, l’inverse se vérifie également et si Nina n’a que peu vu Gabriel, sa cadette n’a presque jamais vu Isaac également. Et Nina n’est jamais venue la voir à Londres. Elle ne lui en tient pas rigueur pour autant. Chacun a sa vie et rendre visite à sa famille du bout du monde peut parfois –non, souvent… presque toujours en fait- relever du parcours du combattant.

« J’ai hâte de le voir, » sourit-elle. « J’espère qu’il va me reconnaître. »

Il est évident que le petit garçon ne va certainement pas se souvenir de sa tante, mais Elisabeth a l’espoir futile de voir au moins un visage de cette maison s’illuminer à sa vue. Il est évident que c’est raté pour Nina… Quoique Magneto a l’air plutôt ravi de s’être dégoté un nouveau compagnon de jeu.
L’avocate accepte l’offre en caféine de son ainée avec un soupir de soulagement. D’ordinaire plutôt thé, il lui faut aujourd’hui un café pour tenir le coup. Elle en aura besoin et elle n’a pas besoin d’un devin pour le savoir. Le rire de la brune détend un peu l’atmosphère froide entre les deux sœurs, mais l’accalmie est de courte durée. L’inquiétude de Nina se peint sur ses traits à mesure qu’elle lui raconte brièvement qu’elle est revenue, sans s’enfoncer dans des explications nébuleuses. La fille adoptive des Moore-King lève les deux mains en l’air.

« Ne t’inquiète pas, tout va bien, » s’empresse-t-elle de la rassurer. « Je suis en bonne santé, Gabriel aussi. Simplement un peu fatiguée après les je ne sais combien d’heures de vol. »

Un rire triste s’échappe de ses lèvres alors qu’elle attrape un verre de jus d’orange tout juste servi. Elle le fait tourner dans sa main, cherchant quelques secondes comment aborder le sujet.

« Si je ne t’ai pas prévenue avant ce que… ce n’était pas vraiment prévu. Je comptais revenir pour Noël comme d’habitude, mais… »

Elle souffle à nouveau et laisse courir son index en rond sur le rebord translucide du verre plein. Les croissants oubliés sur un coin de la table commencent à refroidir.

« Mais on ne cale pas vraiment la réservation de ses billets avec la découverte inopportune de la maîtresse de son mari dans son propre lit. »

Voilà, c’est dit. Elisabeth n’est pas du genre à tourner autour du pot, en particulier avec sa famille. L’hésitation n’aurait fait qu’agacer Nina, toujours très franche dans ses propos. Elle inspire profondément, remplissant ses poumons, comme lors de ses compétions de natation lorsque, dans un crawl, elle ne bénéficie que d’une fraction de seconde pou respirer. Nina est la première à savoir. Même Leah n’est pas encore au courant. Le ton dont elle a annoncé la nouvelle l’a probablement fait deviner à sa sœur.
La blonde hausse les épaules en haussant les sourcils, un petit sourire désolé trainant sur ses lèvres lasses. Elle voudrait lui dire qu’il n’y a pas qu’elle pour tomber sur de mauvais garçons, mais la souffrance de Nina lors de sa rupture avec Theo n’est absolument pas comparable à celle que sa cadette ressent en ce moment. Car malgré le coup de poing sentimental, celui physique n’est jamais venu à l’inverse de la brune qui s’est vue infliger la double peine.





Made by Neon Demon



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le chat noir

ÂGE : trente-quatre années de poisse au quotidien. (2/02/1982)
STATUT : divorcée de theo depuis un an.
MÉTIER : gynécologue, elle en connaît un rayon sur les utérus et les mycoses vaginales.
LOGEMENT : #120 logan city avec son chien isaac et son fils magneto. ou l'inverse.

POSTS : 2393 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née en afrique du sud, elle y a vécu quatre ans avant de déménager à brisbane ✽ elle a une soeur adoptive (elisabeth), une petite soeur de huit ans sa cadette (leah), mais également un petit garçon de cinq ans (isaac) ✽ maladroite et délurée, elle fait rire à peu près tout le monde ✽ elle a énormément de poisse et n'est tombée que sur de mauvais garçons ✽ elle a adopté un bouledogue français il y a quelques mois ✽ passionnée de skittles, elle pourrait exclusivement se nourrir de ces derniers ✽ adepte du yoga/pilates, elle est très flexible (huhu).
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : leahdeanelisabeththeo #2


- MOORE-KING FAMILY -
That’s the best thing about little sisters: They spend so much time wishing they were elder sisters that in the end they’re far wiser than the elder ones could ever be.

- ISAAC -
To have a child is to decide FOREVER to have your heart go walking around outside your body.

- THEO -
Why am I so emotional? No, it's not a good look, gain some self-control. And deep down I know this never works, but you can lay with me so it doesn't hurt.

- SHANE -
You build on failure. You use it as a stepping stone. Close the door on the past. You don't try to forget the mistakes, but you don't dwell on it. You don't let it have any of your energy, or any of your time, or any of your space.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : mila (ku)kunis.
CRÉDITS : freckles sloth (avatar), tumblr (gifs), astra (signa)
DC : janis, elsie & milena.
INSCRIT LE : 20/05/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Mer 16 Nov - 21:03

she's my sister by choice
Elisabeth & Nina
« How the hell do you sum up your sister in three minutes? She's your twin and your polar opposite. She's your constant companion and your competition. She's your best friend and the biggest bitch in the world. She's everything you wish you could be and everything you wish you weren’t. »

Je ne sais pas toujours comme je fais pour m’en sortir, entre mon travail aussi épuisant qu’imprévisible, l’éducation de mon fils et cette nouvelle bête à quatre pattes qui me demande tellement de temps. Je ne sais pas comment je peux matériellement avoir assez de temps à consacrer à ces trois choses, mais je le fais. Et parfois, je me mets à croire Isaac lorsqu’il me scande que je suis une super-maman, une super-héroïne, un peu comme toutes ces figurines qu’il collectionne, mais qui représentent toutes des hommes aux pouvoirs bien trop complexes. Je me plais à croire que je suis l’exception, la seule femme dans ce terrain, la demi-déesse qui peut effectuer plusieurs tâches à la fois, qui ne se plaint jamais, qui a toujours le sourire, la pêche. Si Isaac savait pourtant à quel point je me sens seule, vulnérable, faible, le plus souvent lorsque je m’endors. S’il savait que je pleure presque tous les soirs cet amour perdu, gâché, cette vie touchée par un malheur bien trop profond. S’il savait toutes ces failles, tous ces défauts, peut-être qu’il me verrait différemment. Mais je n’aime pas trop y penser, je préfère lui donner l’illusion que tout va bien, que j’en suis capable. Et puis il y a Elisabeth, cette grande et belle blonde, cette plante parfaite, qui ne craint ni l’humidité, ni le soleil, qui n’a besoin de rien et qui réussit tout ce qu’elle entreprend. Enfin, tout ça c’était avant qu’elle ne m’annonce la raison de sa visite. Une démission. Etrange, surtout lorsqu’on sait qu’elle menait une vie paisible et bien rangée en Angleterre. « Ne t’inquiète pas, tout va bien. Je suis en bonne santé, Gabriel aussi. Simplement un peu fatiguée après les je ne sais combien d’heures de vol. » Je secoue la tête en enclenchant la machine à café. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ce n’est pas tout. Que cette simple démission cache quelque chose d’autre, un plus gros malaise, une plus grosse faille. Je tends un verre de jus d’orange à ma cadette qui joue avec celui-ci avant de me lancer platement : « Si je ne t’ai pas prévenue avant ce que… ce n’était pas vraiment prévu. Je comptais revenir pour Noël comme d’habitude, mais… » Je suis comme pendue à ses lèvres, sentant la détonation, la bombe, le chamboulement. « Mais on ne cale pas vraiment la réservation de ses billets avec la découverte inopportune de la maîtresse de son mari dans son propre lit. » « MAMAAAAAAAAN ! » Isaac déboule à toute vitesse dans mes bras, apeuré par ce qu’il venait de découvrir, c’est-à-dire un autre petit garçon s’amusant avec son chien. Quant à moi, je suis tout bonnement choquée, clouée sur place. Je secoue la tête, les yeux écarquillés et passe machinalement un bras dans le dos de mon fils pour le caresser. « N--non? C’EST-PAS-VRAI ? » Mon expression passe du choc extrême à la tristesse profonde. Pas elle, pas Elisabeth. De toutes les personnes peuplant ce monde, elle doit bien être la dernière à mériter pareil traitement. Isaac tire sur mon pantalon de jogging. « C’est qui ? » me chuchote-t-il en désignant de la tête le salon. Je me ressaisis, attrape Isaac dans mes bras et me rapproche de ma cadette pour le lui présenter. « C’est ta tante Elisabeth mon chéri, tu ne te souviens pas ? » Il la regarde d’un drôle d’air avant d’attirer à nouveau mon attention sur le petit garçon jouant avec Magneto. « Et lui c’est Gabriel, ton cousin. » Je lance un regard d’excuses en direction de ma soeur et accompagne Isaac jusque dans le salon, où il se présente timidement à son cousin. Le chien, lui, est aux anges. Deux compagnons de jeu, ça doit surement être le plus beau jour de sa vie canine. Je retourne auprès de ma soeur lorsque la situation entre les deux bonhommes semble s’apaiser et enclenche une nouvelle fois la machine à café. « Oh, Eli… » Je ne peux m’en empêcher, je contourne l'îlot pour prendre ma soeur dans mes bras. « J-je suis désolée pour toi… vraiment...  » Je me défais de son étreinte pour replacer une mèche rebelle de ses beaux cheveux blonds. « Ta vie est officiellement aussi pourrie que la mienne... » j’ose lui glisser en pouffant légèrement de rire.
Made by Neon Demon




look at what we had
You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9213-everyday-is-a-second-chance-nina

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Eli, Lizzie ou Beth selon les goûts et les couleurs
STATUT : Mariée bafouée qui a le coeur ailleurs l Mère d'un petit garçon de 4 ans
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit pénal et international
LOGEMENT : #27 Bayside (maison)

POSTS : 77 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Nina l Gauthier l Thriller Night
PSEUDO : Cendre
AVATAR : Teresa Palmer
CRÉDITS : Noralchemist (avatar) l endlesslove (signature)
DC : /
INSCRIT LE : 24/09/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Mer 23 Nov - 21:52

She's my sister.
And not by something as accidental as blood.
By something much stronger.
By choice.
Nina & Elisabeth
We all are a single dust in the universe

Elle ne sait pas si cette soudaine révélation lui fait plus de bien que de mal. Jamais encore depuis la découverte fatidique elle n’a partagé ce secret qu’elle a ressassé et retourné dans tous les sens, examinant chaque parcelle de sa mémoire depuis quelques nuits et quelques jours. Où a-t-elle échoué dans son rôle d’épouse ? N’aurait-elle pas pu s’en rendre compte avant de tomber devant le fait accompli ? Y avait-il es indices ? Son subconscient l’a t-il protégée en refusant de lui faire ouvrir les yeux sur ses relations avec Daniel ? Comment a-t-elle pu être aussi aveugle ? Depuis combien de temps se manège dure-t-il ? En décidant de n’en parler à personne, elle s’est maintenue dans l’ignorance. Si elle se taisait, cela rendrait peut-être la situation moins réelle. Plus facile à gérer. Mais c’était se voiler la face et vivre dans l’illusion d’un couple, d’une vie idyllique. C’était se mentir à elle même. Et Elisabeth ne veut pas d’un rêve à demi-éveillé.
Pourtant, elle ne se sent pas pour autant soulagée. Aucun poids ne vient se retirer de ses épaules tombantes, alourdies par la fatigue du voyage et le poids de ce qu’elle s’apprête à affronter. Depuis sa rencontre avec son mari, au fond d’elle, elle s’est toujours dit qu’ils affronteraient la vie ensemble. L’arrivée de Gauthier dans sa vie a ébranlé cette conviction profonde et elle s’est dépêchée d’avancer, de crainte de voir son monde s’écrouler et d’avancer à tâtons vers l’inconnu. L’avocate aime cependant être surprise et les imprévus. Mais pas quand la vie de son fils risque également d’être affecté par ses choix. Elle ne supporterait pas de voir Gabriel malheureux par sa faute.

Nina est interloquée. Elle a presque la bouche-bée, mais l’arrivée soudaine d’Isaac qui dévale les escaliers à toute allure empêche les deux sœurs de poursuivre leur conversation. Le petit garçon grimpe dans les bras de sa mère et regarde par-dessus l’épaule de la blonde, presque méfiant envers le nouveau compagnon de jeu de Magneto. L’aînée de la famille Moore-King n’en croit pas ses oreilles et un instant, Ellie se demande si son visage ressemblait à celui de la brune, aussi choquée que déboussolée, lorsque l’adultère lui avait sauté au nez sans qu’elle puisse fermer les yeux. Nina et Elisabeth ont beau être nées de père et de mère différents et se ressembler comme deux étrangères, elles ont grandi ensemble, ont partagé les mêmes joies et peines et, de fait, leurs expressions et mimiques sont quasi similaires.

La petite voix timide de son neveu empêche la Sud-Africaine de répondre à la question rhétorique de la propriétaire des lieux. Ni déçue ni malheureuse par la réaction naturelle d’Isaac qui ne la reconnaît pas, Lizzie ose un sourire et un petit signe de la main tandis que la jeune mère la présente.

« Tu peux m’appeler Tante Ellie ou juste Ellie. Appelle-moi comme tu le sens, en fait, » lui dit-elle, heureuse de voir que le petit garçon a bien grandi, alors que Nina s’en va le présenter à Gabriel.

Elle regarde les deux cousins se tourner un peu autour sous les aboiements joviaux du canidé qui semble prêt à mourir de bonheur. Un soupir amusé franchit le seuil de ses lèvres.

Le son de la machine à café attire son attention sur la cuisine et sa sœur vient la prendre dans ses bras. C’est le premier geste de réelle affection entre les deux Moore-King. Touchée, Elisabeth lui rend son accolade. Nina lui a tant manquée. Elle la laisse la recoiffer avec un petit sourire. Son trait d’humour la fait s’esclaffer à son tour.

« N’exagérons rien, Nina ! » la taquine-t-elle. « L’élève n’a pas encore dépassé le maître… »

Car s’il existait une compétition de malchance, la brune remporterait tous les trophées. Et haut la main.

« A ce propos… Je veux m’excuser, encore une fois. Pour ne pas avoir été là. J’ai été carrément nulle. Tu peux me décerner le prix de la pire sœur si tu veux. Je le mérite amplement. »

Peut-être seront-elles deux à arborer des médailles.






Made by Neon Demon



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le chat noir

ÂGE : trente-quatre années de poisse au quotidien. (2/02/1982)
STATUT : divorcée de theo depuis un an.
MÉTIER : gynécologue, elle en connaît un rayon sur les utérus et les mycoses vaginales.
LOGEMENT : #120 logan city avec son chien isaac et son fils magneto. ou l'inverse.

POSTS : 2393 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née en afrique du sud, elle y a vécu quatre ans avant de déménager à brisbane ✽ elle a une soeur adoptive (elisabeth), une petite soeur de huit ans sa cadette (leah), mais également un petit garçon de cinq ans (isaac) ✽ maladroite et délurée, elle fait rire à peu près tout le monde ✽ elle a énormément de poisse et n'est tombée que sur de mauvais garçons ✽ elle a adopté un bouledogue français il y a quelques mois ✽ passionnée de skittles, elle pourrait exclusivement se nourrir de ces derniers ✽ adepte du yoga/pilates, elle est très flexible (huhu).
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : leahdeanelisabeththeo #2


- MOORE-KING FAMILY -
That’s the best thing about little sisters: They spend so much time wishing they were elder sisters that in the end they’re far wiser than the elder ones could ever be.

- ISAAC -
To have a child is to decide FOREVER to have your heart go walking around outside your body.

- THEO -
Why am I so emotional? No, it's not a good look, gain some self-control. And deep down I know this never works, but you can lay with me so it doesn't hurt.

- SHANE -
You build on failure. You use it as a stepping stone. Close the door on the past. You don't try to forget the mistakes, but you don't dwell on it. You don't let it have any of your energy, or any of your time, or any of your space.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : mila (ku)kunis.
CRÉDITS : freckles sloth (avatar), tumblr (gifs), astra (signa)
DC : janis, elsie & milena.
INSCRIT LE : 20/05/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Dim 27 Nov - 20:06

she's my sister by choice
Elisabeth & Nina
« How the hell do you sum up your sister in three minutes? She's your twin and your polar opposite. She's your constant companion and your competition. She's your best friend and the biggest bitch in the world. She's everything you wish you could be and everything you wish you weren’t. »

Un mythe s’effondre. Elisabeth, c’est la petite fille prodige des Moore-King. Elle représente la grandeur d’âme, la bonté, la beauté aussi et surtout l’intelligence. De nous trois, elle a toujours été la plus réfléchie, la plus responsable, même si Leah la talonne de très près. L’annonce de ma cadette me donne mal au coeur, elle me fait énormément de peine, et derrière son sourire j’arrive à déceler le poids de son chagrin. Et peut-être même inconsciemment sa honte de n’avoir pu être celle à qui tout avait réussi, de A à Z. Mon fils nous interrompt soudainement, au moment le moins opportun pour tout dire, et je l’expédie en vitesse auprès de son cousin et de notre ami canidé qui se trouve être le seul à être aux anges en ce moment. Je reviens ensuite près d’Elisabeth et la prend dans mes bras, lui offrant une sécurité, et lui rappelant surtout une certitude qu’elle croyait peut-être effacée : celle de ma présence à ses côtés, pour toujours. Maladroitement, je relâche mon étreinte et lui glisse un mot d’humour. « N’exagérons rien, Nina ! L’élève n’a pas encore dépassé le maître… » Je pouffe de rire en secouant la tête, mon visage près de celui de ma cadette. « A ce propos… Je veux m’excuser, encore une fois. Pour ne pas avoir été là. J’ai été carrément nulle. Tu peux me décerner le prix de la pire sœur si tu veux. Je le mérite amplement. » Je secoue une nouvelle fois la tête, cette fois-ci pour exprimer mon mécontentement, avant de reprendre position derrière le comptoir. « Arrête Eli, c’est ridicule. » Je lève les yeux au ciel avant de lui tendre la tasse qui lui est destinée. « Je t’en ai beaucoup voulu, je ne le cache pas, mais il m’a suffit de te revoir, là sur le pas de ma porte, pour que tout s’efface. » Je lui lance un sourire. « Disons qu’il va falloir qu’on rattrape certaines choses maintenant... » dis-je en montrant de la tête nos deux monstres s’amusant avec le bouledogue. Je bois une gorgée de mon café et viens ensuite m’asseoir aux côtés d’Elisabeth, sur le tabouret voisin. « Ca veut dire que tu es de retour alors ? Pour de bon ? » Je dépose ma tasse et essaye d’attraper le sachet que ma cadette avait apporté. J’en sors un pain au chocolat et le regarde avec une envie non-dissimulée. « Si tu veux rester ici n’hésite pas… C’est souvent… vide ici. » dis-je platement avant d’avaler une bouchée du petit pain. Il était vrai que tout paraissait plus grand ici depuis le départ de Theo. Et même si mes cris et mes pleurs restent prisonniers de ces murs, je ne pourrai jamais quitter ma maison. Elle représente l’accomplissement de ma vie, et puis mon fils y est bien trop attaché. J’ai même aménagé un petit coin expressément pour notre nouvel habitant, où un panier trône fièrement, entouré d’une multitude de jouets pour chien. « Enfin, vois le bon côté des choses, on pourra sortir entre célibataires avec Leah ! » Je laisse échapper un rire mêlé à une légère mélancolie et dépose ensuite ma main sur celle d’Elisabeth, espérant sincèrement pouvoir lui changer les idées lorsqu’elle sera prête.
Made by Neon Demon




look at what we had
You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9213-everyday-is-a-second-chance-nina

ÂGE : 30 ans
SURNOM : Eli, Lizzie ou Beth selon les goûts et les couleurs
STATUT : Mariée bafouée qui a le coeur ailleurs l Mère d'un petit garçon de 4 ans
MÉTIER : Avocate spécialisée en droit pénal et international
LOGEMENT : #27 Bayside (maison)

POSTS : 77 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Nina l Gauthier l Thriller Night
PSEUDO : Cendre
AVATAR : Teresa Palmer
CRÉDITS : Noralchemist (avatar) l endlesslove (signature)
DC : /
INSCRIT LE : 24/09/2016

MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Mer 7 Déc - 14:27

She's my sister.
And not by something as accidental as blood.
By something much stronger.
By choice.
Nina & Elisabeth
We all are a single dust in the universe

Ce n’est pas Nina qui l’avait appelée pour lui annoncer sa séparation d’avec Theo. Ni même pour lui parler de l’origine du départ de celui qui a partagé la vie de la brune durant si longtemps. Non, c’était leur mère. Elisabeth s’en souvient encore nettement. Il était tôt, à Londres et pour une fois, un faible soleil scintillait derrière les nuages. Elle prenait son petit-déjeuner, se préparant à partir au travail avant de recevoir le coup de fil fatidique. Elle se rappelle du ton troublé de la cheffe de famille et de ses accents brisés. Qu’imaginait-elle alors ? Les poings d’un homme sur sa fille aînée ? La tristesse, la douleur de celle-ci ? L’avocate l’avait alors patiemment écouté, les sourcils froncés, abasourdie par la nouvelle. Comment était-ce possible ? Sa sœur, battue ? Victime de violences conjugales ? Elle n’avait pas pu y croire.
Mais elle était finalement partie au cabinet et avait repris les affaires en cours, s’enterrant dans des dossiers interminables, subissant pressions et nuits sans sommeil à s’acharner sur des cas difficiles, tout en gardant néanmoins dans un coin de la tête les malheurs de son aînée. Elle l’avait appelée alors, quelques jours après l’annonce, mais était tombée sur le répondeur. La blonde avait alors laissé un message avant de replonger dans ses papiers, délaissant mari, enfant, sœurs et parents. A l’époque, cela avait de l’importance pour elle. Une importance primordiale. C’était sa carrière, ce pour quoi elle avait étudié, travaillé, laissé l’Australie derrière… Mais aujourd’hui, elle se rend compte de sa bêtise. De sa stupidité honteuse à avoir privilégié son poste aux souffrances de Nina. Cette pensée, elle la ressasse depuis des mois déjà, bien avant s’être rendue compte de l’adultère de Daniel. Or, de peur ou par crainte de la réaction de la brune, elle n’a jamais osée l’appeler pour s’excuser. Mais il lui est impossible de reculer l’échéance pour des raisons égoïstes dont elle a depuis trop longtemps été la proie. Reculer pour mieux sauter ? Cette expression est ridicule. Elle n’est pas plus fière maintenant, épouse bafouée ayant tout perdu et demandant pardon à son aînée, que des mois auparavant alors qu’elle avait tout et que son futur s’annonçait à la fois stable et radieux. Comment Nina pourra-t-elle jamais lu pardonner de l’avoir délaissée ? De ne pas avoir insisté pour la soutenir ? De ne pas l’avoir défendue ? De n’avoir rien vu, rien soupçonné de la dangerosité de Theo ? Elle s’en veut et son regard trouble parle pour elle après ses mots d’excuses.

Avec un éclat de rire, la brune s’éloigne de la blonde et secoue la tête, la moue presque boudeuse. Ellie pince les lèvres, s’attendant au pire.
Mais elle passe l’éponge.
Comme ça, simplement, elle passe l’éponge. Après des mois et des mois d’inquiétude et de culpabilité, il lui suffit d’un haussement d’épaules, d’un léger sourire et d’une tasse de café pour tout oublier. Elle ne peut s’imaginer à quel point l’avocate lui est reconnaissante et à quel point elle se sent soulager. Pourtant, cela n’efface pas ses erreurs et il aura fallu quelques secondes à Nina pour lui pardonner son comportement, il en faudra beaucoup plus à Elisabeth pour se pardonner à elle-même.

Les lèvres appuyées sur le mug de café, elle s’autorise une risette en regardant les cousins qui s’amuse avec le petit chien.

« Oui, Nina. Pour de bon. »

Et avec ça elle boit de longues gorgées du liquide noir et revigorant. Le fait d’avoir prononcé cette simple phrase la libère. Oui, elle est rentrée chez elle. Et cela lui fait un bien fou. Elle n’aura pas besoin de retourner dans le brouillard frais et humide de cette Angleterre qu’elle avait appris à aimer.

La mention de l’impression de maison vide lui fait lancer un regard compatissant à son aîné. Avec un soupir, elle pose sa main sur la sienne et lui sert les doigts.

« Vide et qui manque surtout de croissants et de pains au chocolat, pas vrai ? »

Avec un rire, elle imite sa sœur et repose sa tasse à moitié vide.

« Merci pour ta proposition, mais j’ai loué une petite maison à Bayside. Elle est moins grande et moins belle que la tienne, mais j’ai besoin d’un peu de temps pour moi. Pour moi et Gabriel. Par contre attends-toi à ce que je te ravitaille souvent ! »

A quel point sa sœur lui a manquée, elle et ses petites manies, le fait de vivre avec elle, ensemble, tout partager…
La mention de Leah la déride un peu plus.

« Comment va-t-elle ? Je n’ai pas encore eu le temps de lui rendre visite ! Ça doit faire une éternité que je ne lui ai pas parlée… »

Encore une fois, la culpabilité se distille légèrement dans ses mots et dans ses intonations.

« Tu as raison. Il faudra sortir toutes les trois. Comme au bon vieux temps ! Mais j’ai vieilli, je ne suis pas certaine de réussir à vous suivre ! »

Même si Nina est légèrement plus âgée, elle déborde tant de joie de vivre et de dynamisme que l’on pourrait facilement la prendre pour la cadette de la famille.





Made by Neon Demon



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth   Aujourd'hui à 19:29

Revenir en haut Aller en bas
 

#120 - She's my sister by choice l Nina&Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-