AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 #438, i get knocked down (cora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : 30 ans (24/01/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : célibataire avec une idée derrière la tête
MÉTIER : en congé sabbatique, donne des conseils juridiques rémunérés sur internet & joue au bénévole dans une association d'aide aux SDF
LOGEMENT : #234 logan city, en colocation avec bobo

POSTS : 148 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 ☆ 5 demi-frères et une demi-soeur ☆ ceinture noire de full-contact ☆ parle italien & napolitain, accent à couper au couteau ☆ très mauvais sens de l'orientation ☆ se déplace à vélo ☆ SDF pendant quelques semaines au début de ses études ☆ ancien procuratore sostituto au barreau de Rome ☆ honte de ses origines ☆ (trop) carriériste ☆ 2 de ses frères sont en prison ☆ tient un journal intime ☆ ne réprime pas toujours ses manières de voyou
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : kaecyarchercorabobchelsea
RPs EN ATTENTE : elio ☆ lexis ☆ liviana
PSEUDO : yumita
AVATAR : andré hamann
CRÉDITS : avatar@polarize & sign@tumblr & userbar@loonywaltz
DC : hassan & tommy
INSCRIT LE : 04/10/2016

MessageSujet: #438, i get knocked down (cora)   Jeu 13 Oct - 23:51


cora & vittorio
i get knocked down but i get up again

Don't cry for me, next door neighbor. I get knocked down but I get up again, you're never gonna keep me down, I get knocked down but I get up again, you're never gonna keep me down. ☆☆☆



Se saisissant de l'enveloppe kraft, légèrement gondolée par l'épaisseur de feuillets qu'elle contenait, Vittorio avait fait mine de l'inspecter sous toutes les coutures avant de demander « J'ai le droit de le lire ? » Il surveillait Bob du coin de l'oeil ; Plus que de la curiosité, Vitto testait surtout son colocataire, une pratique courante chez lui pour tenter de déterminer à qui il avait affaire. « C'est ta nouvelle piste de reconversion ? J'te préviens d'avance, il te manque certains attributs non-négociables pour le rôle titre. » Comme s'il avait besoin d'une confirmation Vitto avait mimé des courbes féminines à l'aide de ses mains, un sourire narquois s'étirant sur son visage « Et ovviamente tu as pensé à Cora, hm ? » L'italien aimait bien taquiner Bob à ce sujet, principalement parce qu'il n'avait encore jamais eu l'occasion de rencontrer la rouquine mais qu'il avait déjà l'impression d'en entendre parler autant que si elle était leur troisième colocataire ... D'ailleurs c'était même indirectement le cas, si l'on considérait la poupée à l'effigie de Cora que possédait Bob comme un prolongement de cette dernière. « C'est elle qui l'a oublié ici, ça n'a rien à voir, et de toute façon ... oh, et puis tu m'embrouilles, tu y vas ? » Gardant l'enveloppe dans une main et prenant Bob de vitesse pour récupérer sa béquille et l'empêcher de quitter ce canapé, il avait argué avec un brin d'autorité « J'y vais, relax. Et toi tu ne bouges pas d'ici, j'ai pas envie de te retrouver une seconde fois à l'hôpital parce que tu te seras cassé le col du fémur en mon absence. » Le ton était un peu moqueur mais Vitto n'en était pas moins sérieux, et pour ne pas mentir Bob n'était pas le malade le plus facile à supporter alors il n'y avait réellement pas besoin d'en rajouter une couche supplémentaire.

Glissant l'enveloppe kraft dans son sac à dos avant de le charger sur son épaule, il avait enfourché le vélo acheté d'occasion quelques jours seulement après son arrivée à Brisbane, et avec lequel il se déplaçait presque exclusivement depuis lors. Il avait bien tenté le métro quelques fois, mais très vite compris que d'avoir changé de ville et même de continent n'avait absolument rien changé à son sens de l'orientation déplorable et à sa tendance à prendre une rame de métro dans le mauvais sens, voir même sur le mauvais quai. Sur son vélo, armé du GPS de son téléphone, il avait encore une chance d'arriver à bon port sans trop de difficulté ... Et pourtant. Les vingt-cinq minutes affichées par le GPS s'étaient malgré lui transformées en quarante minutes bien tassées, au point que Vitto en ait presque regretté de n'avoir pas troqué sa chemise pour quelque chose d'un peu plus confortable avant de partir. Il aurait pu se fondre dans la masse de touristes et d'expatriés qui ne quittaient plus leurs short-tee-shirt depuis que les beaux jours revenaient, mais c'était presque un principe pour lui. Il ne voulait pas perdre ses habitudes de boulot, pour rester dans le bain, il continuait de se lever à la même heure et de s'habiller de la même manière qu'avant de quitter son boulot, et tant pis si ce n'était que pour ouvrir son ordinateur et s'installer à la bibliothèque ou dans un coffee shop pour répondre à ses mails ; C'était une question de principe. Les manches de chemise remontées au niveau de ses coudes, c'était à peu près la seule "folie" vestimentaire qu'il s'autorisait, mais le jour où on le verrait déambuler dans Brisbane avec une paire de tongs et un débardeur n'était pas encore arrivé.

Arrivé au pied de l'immeuble et après avoir revérifié deux fois qu'l s'agissait bien de la bonne adresse, Vittorio avait inspecté les alentours d'un œil critique, cherchant à jauger quelles étaient les chances qu'il ne retrouve pas son vélo à son retour s'il l'attachait au lampadaire à côté de lui. Mais qu'on se le dise, la fameuse Cora ne vivait pas dans le quartier le plus dégueu de Brisbane. Enroulant dans l'antivol sans trop de crainte, il s'était engouffré dans l'immeuble à la suite d'un autre locataire et avait décrété avoir suffisamment pédalé pour venir pour avoir le droit de préférer l'ascenseur aux escaliers. Récupérant l'enveloppe contenant le scénario dans son sac à dos tout en traversant le couloir, il avait sonné sans même y regarder à deux fois. Sens de l'orientation déplorable, certes, mais il savait encore lire un nombre sur une porte. Pratiquement une minute, c'était le temps qu'il avait fallu pour que la porte s'ouvre finalement sur une cascade de cheveux roux, la silhouette soutenue par deux béquilles et l'air boudeur sur son visage difficile à ignorer « Oh, je comprends mieux pourquoi Bob avait besoin d'un coursier ... Séparés par vos paires de béquilles respectives, ça a presque un côté tragico-romantique, non ? » Sourire narquois sur son visage, Vittorio faisait comme souvent preuve d'une entrée en matière qui dépassait le simple "bonjour, enchanté" ordinairement de rigueur. Pour autant, il avait fini par se présenter de manière un peu plus formelle, adoptant un ton plus neutre en reprenant « Vittorio, le nouveau colocataire. Il était - parait-il - très urgent que je te rende ceci. » avant de lui tendre l'enveloppe. Parait-il car Bob faisait preuve d'un véritable caractère de cochon depuis qu'il s'était pris ce morceau de plafond sur la tête, et Vitto ne savait pas trop dans quelle mesure le "très urgent" l'était véritablement ... urgent.






    - you left a hole where my heart should be -

       
     
     


Dernière édition par Vittorio Giovinazzo le Jeu 1 Déc - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11831-nuje-vulimme-na-speranz-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11891-vittorio-giovinazzo http://madebyumita.tumblr.com

la petite sirène

ÂGE : tout juste vingt neuf (8/8)
STATUT : célibataire. incapable de se projeter avec quelqu'un et pas vraiment à la recherche de l'âme soeur.
MÉTIER : actrice populaire de cinéma. ancienne enfant star, mais si, t'as sûrement regardé son show avec les dessins animés. elle est également fondatrice d'un refuge pour animaux abandonnés
LOGEMENT : #438 loft à Pine Rivers, avec Eireen.

POSTS : 7832 POINTS : 355

PETIT PLUS : elle a eu un enfant à dix huit ans. il lui a été retiré à la naissance par sa mère pour le mettre à l'adoption. ça la hante, bien qu'elle soit passée maitresse dans l'art de ne pas en parler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

It hurts, you'va made a pretty deep cut. Now, we have to find an other way to love each other.


It might be. May be. It's possible. Somewhere. Sometime. Probably. We may be more than just friends.


You're the most important part of me. My twin, my blood. Despite everything. We were born together, we will die together.


So sweet, so innocent. my lovely baby sister, you will unite us.

Ezra#2 + Heidi#5 + Milena + celia#2 + Vitto + Leah+Kaleb#2 + Kael +Bobo#3 + Valentin#3 +Priam +
Benjamin

RPs EN ATTENTE : A venir, Eireen,
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) shiya
DC : lene adams
INSCRIT LE : 11/01/2016

MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Lun 17 Oct - 17:07



   
   Vitto & Cora
     i get knocked down

E
lle n’offre pas une vision d’elle-même que l’on qualifierait de charmante. En fait, c’est même tout l’opposé, Cora présente totalement différemment d’à son habitude. Elle reste là, devant la télévision à s’abrutir devant ce que la société a le mieux à proposer en matière de divertissement. Ce n’est pas glorieux. D’ordinaire si active, elle est totalement amorphe, et pour cause, depuis cette virée au cimetière qui lui avait valu de se casser la jambe, l’actrice était interdite de tournage, d’émission et de tout ce qui impliquait de faire un pas dehors sans être accompagnée. Si Eireen tentait tant bien que mal de rendre la situation vivable à la rousse en restant avec elle le soir, elle ne pouvait cependant pas ne pas aller travailler. Par conséquent, Cora reste tous les jours chez elle, en attendant d’aller mieux. Bien sûr, vu qu’elle ne voit personne, elle fait totalement l’impasse sur ce qui touche à sa présentation, elle qui offre toujours une image d’elle très soignée, elle ne cherche même plus à quitter son pyjama ou à se maquiller. Tout cela, c’est bien inutile quand on ne fait rien de ses journées. Cela faisait déjà une semaine qu’elle avait ce plâtre, et ça lui semble être une éternité. Résultat, elle se sent un peu comme en prison et à par grignoter et regarder la télé, elle fait un peu peur à voir. Sans oublier qu’elle ne serait pas elle-même si elle n’était pas sur les nerfs à chaque fois qu’elle recevait un texto de son agent, ou autres personnes liées ou non à sa carrière. Une telle situation est plus qu’invivable pour un bourreau de travail comme elle.
Toutefois, un texto de Bob le matin même avait réveillé la jeune femme. Avant la tempête, elle avait oublié un scénario chez lui, une proposition de rôle qu’elle était en passe d’accepter avant qu’elle ne se retrouve en congé forcé. Elle ne l’avait pas lu, mais maintenant semblait le meilleur moment pour le faire puisque c’est une activité ne nécessitant pas deux jambes valides (enfin, pas pour l’instant) et surtout parce qu’elle risque de devoir donner une réponse assez rapidement, par exemple avant que les producteurs n’apprennent son accident et mettent un casting en route ou même avant que ça ne retarde tout et que l’on se décide de se passer d’elle. C’est un risque. Elle avait donc demandé à Bob de le lui faire envoyer par coursier assez rapidement, vu qu’il ne pouvait pas lui rapporter lui-même à cause qu’il avait été lui aussi blessé pendant la tempête et était rendu à la même sentence qu’elle soit une interdiction de se déplacer. Elle était en vacance et il n’y avait même pas moyen de passer du temps avec lui. Désopilant. Cora avait vraiment l’impression que le temps lui filait entre les doigts sans qu’elle ne puisse rien faire pour anticiper du retard, et qu’elle était condamnée à assister calmement à l’apparition de tout un tas de problème sans qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit pour les résoudre à part attendre.
La porte sonne. Elle éteint la télévision et empoigne ses béquilles pour aller répondre à la porte. Elle se demande alors si Bob a prévenu le coursier qu’elle risquerait d’être longue à répondre. Aujourd’hui, ce n’est pas possible pour elle de s’élancer pour ouvrir la porte et avec ses deux jambes en supp, l’affaire était compliquée. Parce qu’en plus, Cora n’arrive pas à choper le truc pour marcher avec ses machins là. De quoi la faire pester sur son chemin que plus jamais elle ne fera quoique ce soit pour Halloween et que ça la faisait désormais encore plus chier d’être là à se trainer comme une petite vieille. Aussitôt à la porte, elle prend une grande inspiration en se donnant pour ordre de ne pas être désagréable avec quelqu’un qui n’a rien demandé et de ne pas colporter ses problèmes sur quelqu’un d’autre. Elle ouvre la porte, visiblement aimable. Et tombe nez à nez avec quelqu’un … qui n’est pas en uniforme de coursier. « Oh, je comprends mieux pourquoi Bob avait besoin d'un coursier ... Séparés par vos paires de béquilles respectives, ça a presque un côté tragico-romantique, non ? » Elle aurait ri, oui. Mais sa remarque ne fait que rajouter une couche à la détresse que ressens Cora. Ce serait drôle, si elle n’était pas déjà en train de s’efforcer de cacher qu’elle pète légèrement un câble. Alors au lieu de répondre, elle toise le garçon, de haut en bas et sans lui répondre. Ce n’est pas le moment pour être désagréable et s’en vouloir juste après, comme elle en a l’habitude. Vraiment pas. « Vittorio, le nouveau colocataire. Il était - parait-il - très urgent que je te rende ceci. » Voilà qui explique au moins pourquoi il ne porte pas un uniforme de coursier. Cora continue de l’observer, tout en s’disant intérieurement qu’elle doit être aimable avec lui – vu qu’il est le colocataire de Bob – et qu’elle ne doit pas laisser les circonstances la laisser rendre une mauvaise impression. Elle finit par prendre la parole pendant un temps, en observant le script qu’il lui tend. « Excuse moi, j’ai un peu la tête ailleurs en ce moment. Tu veux bien le déposer à l’intérieur s’il te plait ? J’ai déjà les mains prises. » explique t-elle en montrant ses mains qui tiennent ses béquilles. D’un signe de tête, elle l’invite à entrer. « Ne fais pas attention au désordre, c’est un peu compliqué en ce moment. Je t’offre quelque chose pour te remercier de t’être déplacé ? » Elle réalise à ce moment, qu’elle n’a pas vraiment rendu les présentations. C’est un comble. On vient la voir et elle arrive à avoir la tête ailleurs. Elle le guide vers la cuisine, seule pièce de la maison à être rangée vu que Cora n’y met jamais les pieds. Elle s’empare du script, aussitôt qu’elle a trouvé où s’asseoir et le feuillète. « En tout cas, merci de me l’avoir ramené. Ce sera probablement ma seul source de distraction pendant les semaines à venir. J’aurais pensé que Bob nous présenterait dans de meilleures occasions. Tu viens d’Italie il m’a dit ? »


WILDBIRD


Black velvet and that little boy's smile. Black velvet with that slow southern style.A new religion that'll bring ya to your knees. Black velvet if you please. Every word of every song that he sang was for you





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t11881-cow-girl-in-the-sand-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

ÂGE : 30 ans (24/01/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : célibataire avec une idée derrière la tête
MÉTIER : en congé sabbatique, donne des conseils juridiques rémunérés sur internet & joue au bénévole dans une association d'aide aux SDF
LOGEMENT : #234 logan city, en colocation avec bobo

POSTS : 148 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 ☆ 5 demi-frères et une demi-soeur ☆ ceinture noire de full-contact ☆ parle italien & napolitain, accent à couper au couteau ☆ très mauvais sens de l'orientation ☆ se déplace à vélo ☆ SDF pendant quelques semaines au début de ses études ☆ ancien procuratore sostituto au barreau de Rome ☆ honte de ses origines ☆ (trop) carriériste ☆ 2 de ses frères sont en prison ☆ tient un journal intime ☆ ne réprime pas toujours ses manières de voyou
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : kaecyarchercorabobchelsea
RPs EN ATTENTE : elio ☆ lexis ☆ liviana
PSEUDO : yumita
AVATAR : andré hamann
CRÉDITS : avatar@polarize & sign@tumblr & userbar@loonywaltz
DC : hassan & tommy
INSCRIT LE : 04/10/2016

MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Jeu 27 Oct - 0:49

Probablement que Bob aurait pu faire envoyer l'enveloppe par quelqu'un d'autre, d'ailleurs il n'avait même pas eu besoin de demander à Vittorio de lui rendre ce service, l'italien s'était proposé lui-même, bien trop heureux d'avoir quelque chose pour occuper une partie de son après-midi. Il n'était pas habitué à cela, voir autant de temps libre dont il ne savait plus quoi faire, aucune contrainte, aucune obligation autre que celle de se démerder pour payer sa part de loyer en temps et en heure ... C'était une situation véritablement pesante pour lui qui, depuis aussi loin qu'il s'en souvienne, s'était toujours immergé presque intégralement dans les études puis dans le travail, comme s'il voyait là le seul et unique moyen d'être quelqu'un et de faire quelque chose. Et actuellement il ne faisait plus rien, et son statut de faux vacanciers risquait à terme de lui faire péter un plomb. Et dans ces conditions même une tâche aussi futile que celle de transmettre une enveloppe devenait un moyen de faire quelque chose de vaguement utile. Et puis, avoir autant entendu parler de Cora le rendait curieux, aussi n'allait-il pas laisser passer une occasion de se faire sa propre opinion de la jeune femme.

Sans doute était-ce la raison pour laquelle, un peu malgré lui, il n'avait pas pu s'empêcher de la détailler furtivement des pieds à la tête lorsqu'elle lui avait ouvert la porte. Mais, malgré tout désireux de ne pas paraitre impoli, il avait rapidement enchaîné sur la raison de sa venue et s'était vaguement présenté, pas entièrement certain que Bob avait pris le temps d'annoncer sa venue à la propriétaire de l'appartement. Le toisant d'ailleurs quelques instants elle aussi, Cora avait fini par ouvrir la bouche « Excuse moi, j’ai un peu la tête ailleurs en ce moment. Tu veux bien le déposer à l’intérieur s’il te plait ? J’ai déjà les mains prises. » C'était le moins que l'on puisse dire. Agitant doucement la tête il ne s'était pas fait prier une seconde fois et avait passé le seuil de l'appartement après y avoir été invité. « Ne fais pas attention au désordre, c’est un peu compliqué en ce moment. Je t’offre quelque chose pour te remercier de t’être déplacé ? » La suivant docilement jusqu'à la cuisine, où il avait déposé le script sur la table, Vittorio avait secoué doucement la tête en adressant un sourire à son hôte, et répondu avec une pointe d'amusement « Ta reconnaissance éternelle, ça sera bien assez. » Croisant les bras, inspectant un peu machinalement autour de lui sans pour autant adhérer à l'idée que l'on pouvait se faire une bonne idée de quelqu'un en voyant sa cuisine, il avait reporté son attention sur Cora lorsqu'elle avait repris « En tout cas, merci de me l’avoir ramené. Ce sera probablement ma seule source de distraction pendant les semaines à venir. J’aurais pensé que Bob nous présenterait dans de meilleures occasions. Tu viens d’Italie il m’a dit ? » Elle s'était assise, feuilletant nonchalamment le script que Vitto regrettait presque de ne pas avoir lu en fin de compte, et sa tendance à répondre à des questions par d'autres questions aidant il avait demandé « J'avais cru comprendre que tu ne vivais pas seule, pourtant ? » A moins qu'elle ne soit dotée d'un(e) colocataire incapable de la distraire, auquel cas Bob avait beaucoup plus de chance qu'elle à ce sujet (si peu).

Prenant la liberté de s'asseoir face à elle, jetant avec un peu de curiosité un œil au titre du script inscrit sur la couverture, il avait répondu à sa question avant de se laisser à nouveau déconcentrer par tout et n'importe quoi « Rome, oui. Et j'peux savoir ce que Bob a dit d'autre à mon sujet ? » Bien que demandé d'un air taquin, la réponse intéressait Vittorio plus qu'il ne voulait bien l'avouer. Inutile de préciser que Bob n'avait pas manqué de parler de Cora à son nouveau colocataire, suffisamment pour que ce dernier soit curieux de la rencontrer pour pouvoir se faire sa propre idée. Et en toute honnêteté, il était agréablement surpris. « Tu n'es pas du tout comme je l'imaginais. » avait-il d'ailleurs fait remarquer sur le ton de la conversation, pas du tout inquiet de ne pas tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler « J'veux dire, ne te vexe pas mais avec ton métier je m'attendais à tomber sur une diva qui m'aurait arraché l'enveloppe des mains avant de me claquer la porte au nez ... Et en même temps j'imaginais assez mal Bob être élogieux à propos d'une sorcière, donc je suppose que je n'ai pas vraiment de raison d'être surpris. » Qu'elle le croit ou non c'était plus ou moins un compliment qu'il venait de lui faire, malgré sa manière peu conventionnelle de le formuler.






    - you left a hole where my heart should be -

       
     
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11831-nuje-vulimme-na-speranz-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11891-vittorio-giovinazzo http://madebyumita.tumblr.com

la petite sirène

ÂGE : tout juste vingt neuf (8/8)
STATUT : célibataire. incapable de se projeter avec quelqu'un et pas vraiment à la recherche de l'âme soeur.
MÉTIER : actrice populaire de cinéma. ancienne enfant star, mais si, t'as sûrement regardé son show avec les dessins animés. elle est également fondatrice d'un refuge pour animaux abandonnés
LOGEMENT : #438 loft à Pine Rivers, avec Eireen.

POSTS : 7832 POINTS : 355

PETIT PLUS : elle a eu un enfant à dix huit ans. il lui a été retiré à la naissance par sa mère pour le mettre à l'adoption. ça la hante, bien qu'elle soit passée maitresse dans l'art de ne pas en parler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

It hurts, you'va made a pretty deep cut. Now, we have to find an other way to love each other.


It might be. May be. It's possible. Somewhere. Sometime. Probably. We may be more than just friends.


You're the most important part of me. My twin, my blood. Despite everything. We were born together, we will die together.


So sweet, so innocent. my lovely baby sister, you will unite us.

Ezra#2 + Heidi#5 + Milena + celia#2 + Vitto + Leah+Kaleb#2 + Kael +Bobo#3 + Valentin#3 +Priam +
Benjamin

RPs EN ATTENTE : A venir, Eireen,
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) shiya
DC : lene adams
INSCRIT LE : 11/01/2016

MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Ven 28 Oct - 23:50

Elle tente de ne pas laisser sa mauvaise humeur gâcher cette première rencontre. Bon, c’est le colocataire de Bob et elle ne joue pas sa vie sur l’opinion qu’il aura d’elle mais, une première impression, c’est très important. Cora met toujours un point d’honneur à paraître irréprochable, même si cela veut dire qu’elle risque de devoir jouer la comédie pour le reste de sa vie. Elle n’aime pas qu’on la déteste, ou qu’on ait une mauvaise opinion. Un trait de caractère hérité de maman et de sa constante obsession des apparences dont Cora était victime lors de ses jeunes années. Elle tente donc de se faire agréable, malgré qu’intérieurement ce soit le pétage de câble général. « Ta reconnaissance éternelle, ça sera bien assez. » Soulagement. Cora ne se voyait pas lui servir quoi que ce soit sans accident, c’est déjà pas mal qu’elle arrive à marcher sans tomber tous les trois pas sans chuter. C’est déjà un bon point pour Vitto d’avoir répondu à sa politesse par de la praticité. « Ce sera ma reconnaissance éternelle alors ! » dit-elle avant de se laisser tomber sur une chaise, ce qu’elle n’aurait certainement pas fait d’ordinaire en ayant un invité presque inconnu à la maison, mais il faut croire qu’en ce moment il faut une première à tout et veiller à son confort avant celui d’un invité doit en faire partie. Sacré coup sur la première impression. « J'avais cru comprendre que tu ne vivais pas seule, pourtant ? » ajoute t-il après qu’elle l’eut remercié. « Non, en effet, mais ma colocataire est occupée par son emploi et devrait déménager dans les prochaines semaines. Elle reste avec moi le soir mais bon, je ne veux pas l’utiliser comme garde malade. » explique t-elle brièvement, sans pour autant mentionner l’agression qui a eu lieu le mois précèdent ou bien la situation émotionnelle d’Eireen. Elle préfère de loin tourner le sujet vers lui.

« Rome, oui. Et j'peux savoir ce que Bob a dit d'autre à mon sujet ? » Ah. Il est donc le genre à répondre aux questions par des questions. Elle espère sur le moment qu’il n’est pas trop curieux, vu que les personnes qui partagent cette manie le sont aussi souvent. « Pas grand-chose. Qu’il avait un nouveau coloc avec un accent fort amusant, que ça se passait bien et qu’il avait hâte qu’on se rencontre. C’était tout juste avant la tempête et on n’avait pas trop le temps de discuter. » Oui, parce qu’à ce moment là, elle avait quelque chose à faire de sa vie. Remarque maintenant, elle pourrait presque en profiter pour passer ses journées au téléphone avec Bob vu que son programme ne propose pas plus urgent. « Tu n'es pas du tout comme je l'imaginais. » dit-il à la grande surprise de Cora. Elle ne sait pas trop où il veut en venir, surtout qu’il n’est là que depuis cinq minutes, ce qui pour elle représente bien peu pour se forger une opinion d’une personne. « J'veux dire, ne te vexe pas mais avec ton métier je m'attendais à tomber sur une diva qui m'aurait arraché l'enveloppe des mains avant de me claquer la porte au nez ... Et en même temps j'imaginais assez mal Bob être élogieux à propos d'une sorcière, donc je suppose que je n'ai pas vraiment de raison d'être surpris. » très bien. Elle ne savait pas trop comment le prendre, mais vu que Bob n’aurait pas insisté pour lui présenter quelqu’un qui cherche à être désagréable, elle suppose que c’est un compliment. En tout cas, ça la fait rire. Nerveusement peut-être. Mais, elle aime bien. « On me le dit assez souvent en fait. » commente t-elle avant de se corriger. « Enfin, que je ne suis pas aussi diva que ce qu’on peut s’imaginer. Mais tu sais, je reste quand même difficile à vivre, surtout au travail, je stresse tout l’temps, surtout quand quelque chose n’est pas fait. » Elle bavarde. De son emploi. Ce qui n’est pas une habitude. Mais d’habitude, elle travaille, elle n’est pas là à rien faire et de l’être justement, elle a comme envie de s’expliquer, de faire comprendre qu’elle n’est pas une fainéante. « En tout cas merci, c’est gentil, fais attention à ne pas rechanger d’avis en apprenant à me connaitre. » Elle rit à nouveau. Pourtant, Bob aurait du lui dire, vu qu’il en fait souvent les frais. Cora est capricieuse. « Du coup, qu’est ce qui t’amène en Australie ? ça se passe bien l’intégration ? »


Black velvet and that little boy's smile. Black velvet with that slow southern style.A new religion that'll bring ya to your knees. Black velvet if you please. Every word of every song that he sang was for you





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t11881-cow-girl-in-the-sand-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

ÂGE : 30 ans (24/01/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : célibataire avec une idée derrière la tête
MÉTIER : en congé sabbatique, donne des conseils juridiques rémunérés sur internet & joue au bénévole dans une association d'aide aux SDF
LOGEMENT : #234 logan city, en colocation avec bobo

POSTS : 148 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 ☆ 5 demi-frères et une demi-soeur ☆ ceinture noire de full-contact ☆ parle italien & napolitain, accent à couper au couteau ☆ très mauvais sens de l'orientation ☆ se déplace à vélo ☆ SDF pendant quelques semaines au début de ses études ☆ ancien procuratore sostituto au barreau de Rome ☆ honte de ses origines ☆ (trop) carriériste ☆ 2 de ses frères sont en prison ☆ tient un journal intime ☆ ne réprime pas toujours ses manières de voyou
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : kaecyarchercorabobchelsea
RPs EN ATTENTE : elio ☆ lexis ☆ liviana
PSEUDO : yumita
AVATAR : andré hamann
CRÉDITS : avatar@polarize & sign@tumblr & userbar@loonywaltz
DC : hassan & tommy
INSCRIT LE : 04/10/2016

MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Lun 31 Oct - 4:15

Vittorio pouvait se montrer des plus serviables autant qu'il pouvait faire sa tête de con et ne rien faire sans  contrepartie, tout était vraiment question de feeling ou d'opportunité. Il s'était proposé sans rien demander en échange  parce que c'était à Bob qu'il rendait un service, et que sans lui il se ruinerait toujours en créchant dans cette chambre d'hôtel miteuse quelque part à Redcliffe, et s'il n'avait pas sauté sur l'occasion de se rattraper en exigeant quoi que ce soit de Cora c'était probablement pour la même raison. Et parce qu'il n'avait pas envie de griller sa cartouche concernant cette occasion de satisfaire son brin de curiosité à l'egard de la rousse. Lorsqu'elle s'était exclamée « Ce sera ma reconnaissance éternelle alors ! » il s'était donc contenté d'un sourire satisfait et s'était permis de l'imiter en s'installant à son tour à table. Deux options : soit elle attendait ce script avec une impatience démesurée, soit elle s'ennuyait suffisamment pour que n'importe quelle occupation soit bonne à prendre, mais toujours est-il qu'elle avait saisi l'enveloppe à peine installée. Elle semblait s'ennuyer, comme si elle passait ses journées seule, Vittorio pourtant persuadé d'avoir comprid qu'elle vivait en colocation. « Non, en effet, mais ma colocataire est occupée par son emploi et devrait déménager dans les prochaines semaines. Elle reste avec moi le soir mais bon, je ne veux pas l’utiliser comme garde malade. » C'est vrai, l'italien oubliait un peu vite que c'était sa situation professionnelle un peu "en restructuration" qui lui donnait tellement de temps libre pour jouer au coursier ou écouter Bob maugréer comme le malade peu patient qu'il se révélait être. « Passe à la maison un de ces quatre, ça te tirera un peu de ton ennui, et je suis sûr que ça rendra Bob moins ronchon. » Et Vittorio, par la même occasion, qui lui se faisait garde-malade un peu par la force des choses et laissait donc forcément l'humeur de son colocataire déteindre un peu sur lui.

Et tant qu'il était question de Bob, et en l'occurrence de ce qu'il avait bien pu raconter à Cora le concernant, Vittorio n'y était pas allé par quatre chemins pour tenter de le savoir, bien que raisonnablement persuadé que le jeune homme ne se soit pas non plus répandu en éloges à son sujet durant des heures. « Pas grand-chose. » l'avait d'ailleurs coupé dans son élan la rouquine, avant de reprendre « Qu’il avait un nouveau coloc avec un accent fort amusant, que ça se passait bien et qu’il avait hâte qu’on se rencontre. C’était tout juste avant la tempête et on n’avait pas trop le temps de discuter. » La tempête, dont l'évocation venait d'arracher un rictus à Vittorio, et ce alors même que lui n'en avait pas directement subi les conséquences. Tout juste avait-il eu l'occasion de se comporter en colocataire modèle en remettant la maison en état avant le retour de Bob de l'hôpital, déblayant le jardin, colmatant la vitre cassée dans la buanderie, et grimpant sur le toit remplacer les trois tuiles endommagées. « Ouais, d'ailleurs hm ... cette tempête, c'est un truc récurrent par ici ? Parce que j'me sentais presque en sécurité loin des tremblements de terre qu'on a par chez moi, et en fait je ne suis plus aussi certain de mon coup, tu vois. » Il plaisantait, mais simplement à moitié. Ce n'était bien sûr pas pour fuir les tremblements de terre qu'il avait quitté son Italie natale, mais il est vrai qu'à entendre les informations parler des séismes à répétition Vitto aurait pu être tenté de se sentir plus en sécurité dans cette partie du globe. La tempête qui leur était tombée sur la tête allait totalement à l'encontre de ces certitudes.

Lassé de tenter d'en apprendre plus sur le scénario en déchiffrant à l'envers les quelques mots couchés sur la page de garde, l'italien avait observé son interlocutrice pendant quelques instants, et comme souvent été incapable de garder pour lui ce qui lui traversait l'esprit. La vérité c'est que Cora ne ressemblait pas à l'idée qu'il s'en était fait jusqu'à maintenant, et que sans s'en désoler Vittorio en était un eu dérouté. « On me le dit assez souvent en fait. Enfin, que je ne suis pas aussi diva que ce qu’on peut s’imaginer. Mais tu sais, je reste quand même difficile à vivre, surtout au travail, je stresse tout l’temps, surtout quand quelque chose n’est pas fait. » Il imaginait sans mal que cela puisse faire office de défaut aux yeux de beaucoup de monde, mais si Cora espérait avoir affaire à l'un de ces spécimens elle n'avait pas misé sur la bonne personne. En bon acharné du travail qu'il était Vittorio n'allait certainement pas la contredire. « Je ne suis pas certain que ce soit une mauvaise chose. D'être stressée, j'veux dire, un peu de stress ça permet de faire son boulot correctement et de ne pas prendre les mauvaises habitudes de la routine. » A moins que ce ne soit simplement sa vision des choses à lui ? Il ne savait pas trop, il n'avait pas l'habitude de se poser tant de questions et se contentait généralement de donner son avis sans se soucier qu'on le partage ou non. « En tout cas merci, c’est gentil, fais attention à ne pas rechanger d’avis en apprenant à me connaitre. » Elle avait rit, et de manière suffisamment communicative pour qu'il l'imite l'espace de quelques secondes, avec légèreté. « Je tâcherai de m'en souvenir, si tu m'en donnes l'occasion. » D'apprendre à la connaître. Le fond solitaire de sa conscience n'empêchait pas Vittorio d'être quelqu'un de relativement sociable, et qui savait se comporter comme tel. « Du coup, qu’est ce qui t’amène en Australie ? ça se passe bien l’intégration ? » Parfois Vitto se demandait si Bob avait réellement gobé son excuse, le fait qu'il ne soit là que par besoin de plage et d'ailleurs, qu'il s'octroie des vacances dont il n'avait simplement pas encore choisi la date de fin. Probablement pas, Bob n'était pas aussi naïf que ne le laissait supposer son air un peu juvénile, Vittorio avait appris à se méfier de ce genre d'apparences souvent trompeuses. « Ça va, je crois que je commence à comprendre certaines de vos manies, c'est intéressant à observer ... Bon, les voitures qui conduisent du mauvais côté et qui arrivent en sens inverse, j'avoue que j'ai encore un peu de mal à m'y faire. Et vos gratte-ciels, ça me donne un peu le tournis, ça n'existe pas en Italie, ce genre d'immeubles. » Et ce n'était pas vraiment un mal se disait-il, sans avoir le vertige l'italien peinait un peu à comprendre comment on pouvait rester perché là-haut ds journées entière lorsqu'on y possédait un bureau. « J'avais besoin de changer un peu d'air. » avait-il finalement prétexté en réalisant qu'il n'avait pas répondu à sa première question. « Tu voyages beaucoup ? » Le métier qu'elle exerçait le poussait à penser que oui, mais là encore il n'excluait pas l'éventualité que la vérité ne corresponde pas à ce qu'il s'était mis en tête.






    - you left a hole where my heart should be -

       
     
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11831-nuje-vulimme-na-speranz-vittorio http://www.30yearsstillyoung.com/t11891-vittorio-giovinazzo http://madebyumita.tumblr.com

la petite sirène

ÂGE : tout juste vingt neuf (8/8)
STATUT : célibataire. incapable de se projeter avec quelqu'un et pas vraiment à la recherche de l'âme soeur.
MÉTIER : actrice populaire de cinéma. ancienne enfant star, mais si, t'as sûrement regardé son show avec les dessins animés. elle est également fondatrice d'un refuge pour animaux abandonnés
LOGEMENT : #438 loft à Pine Rivers, avec Eireen.

POSTS : 7832 POINTS : 355

PETIT PLUS : elle a eu un enfant à dix huit ans. il lui a été retiré à la naissance par sa mère pour le mettre à l'adoption. ça la hante, bien qu'elle soit passée maitresse dans l'art de ne pas en parler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

It hurts, you'va made a pretty deep cut. Now, we have to find an other way to love each other.


It might be. May be. It's possible. Somewhere. Sometime. Probably. We may be more than just friends.


You're the most important part of me. My twin, my blood. Despite everything. We were born together, we will die together.


So sweet, so innocent. my lovely baby sister, you will unite us.

Ezra#2 + Heidi#5 + Milena + celia#2 + Vitto + Leah+Kaleb#2 + Kael +Bobo#3 + Valentin#3 +Priam +
Benjamin

RPs EN ATTENTE : A venir, Eireen,
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) shiya
DC : lene adams
INSCRIT LE : 11/01/2016

MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Jeu 17 Nov - 17:16



   
   Vitto & Cora
     i get knocked down

L
es premiers échanges vont de bon train, et Cora arrive à se féliciter intérieurement de si bien arriver cacher à quel point la situation la fatigue et la met méchamment sur les nerfs. Vittorio est après tout un peu comme tombé du ciel et c’est sans hésitation qu’elle l’invite à entrer à l’intérieur de son loft pour au moins le remercier de s’être déplacé et aussi un peu faire connaissance, vu qu’il semblerait qu’elle soit amenée à le rencontrer à nouveau. Bon, et raison plus officieuse, elle s’ennuie tellement, elle est ravie de perdre une heure à papoter plutôt qu’à regarder la télé. « Passe à la maison un de ces quatre, ça te tirera un peu de ton ennui, et je suis sûr que ça rendra Bob moins ronchon. » propose t-il après qu’elle l’ait remercié et expliqué qu’elle était un peu livrée à elle-même la journée parce qu’elle ne voulait pas dépendre de sa colocataire, une situation tout d’même chiante à vivre. Elle sourit à son invitation. Bien sûr, elle avait déjà pensé à venir rendre visite à Bob, mais son platre est assez imposant et elle n’arrive jamais à l’accorder avec quoi que ce soit de sa garde robe, ce détail un peu futil et sa coquetterie est probablement la seule chose qui retient Cora d’appeler un taxi et essayer de vivre normalement. Enfin, ça et le fait qu’elle ne sache pas se servir de ses béquilles. Mais, c’est trop honteux pour être dit devant Vittorio. « Et bien, j’y penserais. Ne serait-ce que pour t’éviter de vivre avec un compagnon si ronchon. » répond t-elle en riant, elle reconnait là Bob, tout aussi frustré qu’elle de ne rien faire. « Mais, il n’a pas des projets sur lesquels il peut travailler de chez vous ? » Elle lui demande ça, il en sait probablement pas plus qu’elle.

La conversation tourne tout d’même autour de ce cher ami commun. Bien que Cora n’ait pas foule d’information pour satisfaire la curiosité de l’italien concernant ce que son colocataire avait dit de lui. Après tout, tout ça est assez récent et forcément, il n’y a pas grand-chose à dire sur le sujet. La conversation tourne et fatidiquement, ils parlent tous les deux de la tempête qui a ravagé Brisbane il y’a quelques jours. C’est comme le sujet de conversation qui est sur toutes les lèvres et sur toutes les chaines de télévision si bien qu’il est difficile de faire autrement. . « Ouais, d'ailleurs hm ... cette tempête, c'est un truc récurrent par ici ? Parce que j'me sentais presque en sécurité loin des tremblements de terre qu'on a par chez moi, et en fait je ne suis plus aussi certain de mon coup, tu vois. » Cora fait une grimace pleine de sens, sensée faire comprendre à Vittorio qu’il n’a peut-être pas choisi le meilleur coin pour être tranquille. L’Australie, c’est quand même bien loin de la tranquilité de l’Europe. « De cette puissance, c’est rare. Mais tu sais, si tu déménages dans le nord est du pays, tu t’approches d’une barrière de volcan et c’est là que 90% des tremblements de terre mondiaux sont recensés, avec des dégâts moins important quand même. » temporise t-elle avant d’ajouter « Puis, tu ajoutes à ça la chaleur, les risques météorologiques selon les Etats et bien sûr tous nos insectes mortels. Vraiment, si tu voulais la tranquillité, il aurait fallu aller dans un pays où il ne se passe jamais rien, comme l’Allemagne par exemple. » Elle le taquine un peu dans son discours en essayant un peu de lui faire peur, ou de moins d’exposer ce qui faire peur à tant d’européen.
Finalement, sans que Cora ne comprenne vraiment d’où ça venait et la raison d’un tel éloge, Vittorio avait fini par partager ce qu’il pensait d’elle. Ou du moins, de lui avouer sa surprise qu’elle soit bien différente de l’image qu’il avait en tête. Outre le soulagement qu’elle ressent de savoir qu’elle a finalement bien fait bonne impression, elle se pose tourne de même pas mal de question sur si les européens sont-ils tous aussi direct sur les gens qu’ils rencontrent. Cora ne s’y était pas attendue, du tout. Elle le remercie, avant de nuancer son propos. Tout d’un coup, elle est gênée de paraître aussi parfait « Je ne suis pas certain que ce soit une mauvaise chose. D'être stressée, j'veux dire, un peu de stress ça permet de faire son boulot correctement et de ne pas prendre les mauvaises habitudes de la routine. » Peut-être n’avait-elle pas été assez claire sur son explication. « Oooh tu sais, ça va au-delà de ça, ça m’étonne que Bob ne t’en ait pas parlé parce qu’il est tellement gentil qu’il subit un peu mais, je suis extrêmement lunatique et je peux être méchante pour rien. » A t’elle décidé de ruiner tout son travail de bonne impression ? Non, Cora n’aime juste pas tellement qu’on la perçoit trop positivement. Ça la gêne. Peut-être un travail d’estime de soi à faire ? On en sait rien, c’est juste comme ça. Enfin, toujours est-il qu’elle préfère le mettre en garde sur un éventuel changement d’avis. « Je tâcherai de m'en souvenir, si tu m'en donnes l'occasion. » « t’en fais pas, tu vis avec Bob. T’auras l’occasion. » Finalement, suffisamment parler d’elle. « Ça va, je crois que je commence à comprendre certaines de vos manies, c'est intéressant à observer ... Bon, les voitures qui conduisent du mauvais côté et qui arrivent en sens inverse, j'avoue que j'ai encore un peu de mal à m'y faire. Et vos gratte-ciels, ça me donne un peu le tournis, ça n'existe pas en Italie, ce genre d'immeubles. » hum. C’est vrai. Cora ne conduit jamais quand elle n’est pas en Australie, mais elle doit bien avouer que ça lui a fait bizarre la première fois qu’elle a occupé la place du mort à l’étranger. « ça t’aiderait peut-être un peu si on les construisait bancale nan ? » plaisante t-elle au sujet des grattes ciels. « Tu vas t’y faire, comme on est un pays relativement récent, ça se sent sur l’architecture. Et pour la conduite, fais juste gaffe aux priorités. » Elle hausse les épaules et tente d’être un peu amicale, c’est que c’est pas simple de s’intégrer à l’étranger. Elle le remarque quand elle passe aux Etats Unis pour d’éventuel rôle. Le regard est différent quand les gens songent qu’elle pourrait y faire carrière. « J'avais besoin de changer un peu d'air. » prétexte-t-il pour expliquer son expatriation, une excuse qui sonne juste aux oreilles de Cora. « Tu voyages beaucoup ? » « Huuum. Oui et non en fait. » dit-elle en réflechissant à si c’était plus l’un que l’autre. « En fait, je prends voyage beaucoup mais dans le pays. Ou quand une scène doit vraiment être tournée à l’étranger mais c’est pas si souvent. Et parfois, je vais à Los Angeles, mais le cinéma américain aime me garder dans des petits rôles alors je préfère rester en Australie.
WILDBIRD


Black velvet and that little boy's smile. Black velvet with that slow southern style.A new religion that'll bring ya to your knees. Black velvet if you please. Every word of every song that he sang was for you





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t11881-cow-girl-in-the-sand-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #438, i get knocked down (cora)   Aujourd'hui à 20:20

Revenir en haut Aller en bas
 

#438, i get knocked down (cora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: pine rivers :: logements
-