AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

l'amoureux des laitues

ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 1959 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
DC : Thomas & Nathan & Matteo
INSCRIT LE : 15/04/2016

MessageSujet: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Mer 2 Nov - 21:48



"I'll tell you my sins and you can sharpen your knife"

No Masters or Kings when the Ritual begins there is no sweeter innocence than our gentle sin. IIn the madness and soil of that sad earthly scene. Only then I am human, only then I am clean Hoozier




C'était début Octobre. J'ai, comme qui dirait, péter les plombs. Alors, un vendredi soir, j'ai fermé le cabinet, je suis rentré, j'ai préparé mon sac à dos, j'ai commandé un billet d'avion pour Ushuaïa en faisant bien attention d'avoir une place en soute pour Odin et je suis parti le soir même vers l'aéroport. En chemin j'ai appelé mon remplaçant attitré qui était fort heureux de pouvoir travailler à ma place pour une durée indéterminé. J'ai même eu la présence d'esprit de prévenir Svetlana, même si celle-ci ne va pas me répondre, je sais qu'elle sera heureuse que je ne sois pas là pour quelques temps.

A l'aéroport, j'ai mis Odin dans une cage -ça m'a brisé le cœur, je dois l'avouer, mais c'est la seule solution, car je ne veux pas qu'il soit seul pour une durée indéterminée- et je l'ai observé partir en soute. J'ai fais mon propre check in, j'ai envoyé un dernier message a Ian pour pas qu'il ne flippe, lui disant que je quittais le pays. Mais c'est à Kate et Jameson que j'ai envoyé le plus long message. Je leur ai dis que je n'en pouvais plus, que mon âme de vagabond ne m'a jamais quitté et que l'appel du large était de plus en plus grand. J'adore Brisbane, mais je me sens de plus en plus oppressé par cette ville. Je sais qu'elles me comprendront, elles. Kate m'a d'ailleurs rapidement répondu me demandant directement où elle pourrait me rejoindre et quand. C'est avec un sourire amusé que je lui ai répondu que je préfère rester un peu seul avec mon chien, mais que je la recontacterais rapidement.

Et j'ai tenu parole. Le 25 octobre je l'ai appelé, lui disant que je serais à Buenos Aires le 2 Novembre et que je comptes monter direction de Lima au Perou. De là je prendrais sans doute un avion jusqu'au Canada. Si elle veut, elle peut m'accompagner jusque là. Et nous décideront ensemble si nous iront ensemble au Canada où si elle repart direction Brisbane.

C'est donc comme ça, que je me retrouve ce jour au à l'aéroport de Buenos Aires, Odin assit à mes côté, et tenant une pancarte sur laquelle j'ai écris « Looking for my pussy, have you seen it ? »  J'aurais dût me mettre en caméra cachée aussi, tant le regard des gens, qui lisent mon panneau, est priceless. Enfin, moi je les ignore car tout ce qui m'importe c'est la tête multicolore de ma meilleure amie. D'ailleurs, c'est Odin qui la reconnais en premier. Dressant les oreilles, il se relève, fixe un point, puis aboie et galope vers Katherine qui sort avec son sac à dos sur les épaules. Je rigole doucement mais reste sur place, attendant que mon chien n'accompagne la jeune femme vers moi.
Code by Sleepy




You haven't live until you found something worth dying for
(c) black pumpkin


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Mer 2 Nov - 23:50

       
 I'll tell you my sins and you can sharpen your knife

   
- Martin — Pussy -

   

amérique du sud | buenos aires, ARGENTINE

Je suis du genre décidée. Décidée et dévouée. Surtout lorsqu'il s'agit du mois d'octobre. Octobre, ce doux mois où les nuages ont la maussade habitude de se refléter dans mon regard. Je suis empreinte d’ennui. Je supporte très mal l'ennui et je cherche bien vite des solutions pour y palier. C'est pourquoi lorsque Martin m'envoyait de ses nouvelles, en plein mois d'octobre, je me sentie particulièrement concernée. Comme la plupart des gens lorsqu'ils ont des meilleurs amis et qu'ils ont tendance à un peu trop s'y identifier, si bien que lorsqu'il leur arrive malheur, ils sont bien les premiers à en souffrir (avant même le meilleur ami en question). Or, Martin m'apprenait qu'il était épris de ce sentiment que je connaissais si bien, en pire : en être fatigué. J'ai toujours admiré et respecté mon très cher Martin pour la patience et la persévérance dont il faisait preuve dans l'épanouissement qu'il tentait d'atteindre dans son cabinet de kiné. Moi, personnellement, je m'en sent incapable. Je pense que justement, le secret de sa réussite réside dans le temps qu'il s'autorise à s'évader, ainsi, lorsque j'ai reçu son message m'annonçant son départ immédiat pour Ushuaia, j'ai profondément compris sa situation. De plus, j'avais tout de suite compris que bientôt, j'aurais l'occasion de me retrouver à ses côtés à l'autre bout du monde (car je ne le connais que trop bien). Je suis restée durant une longue période littéralement scotchée à mieux vieux bigot, dans l'espoir de recevoir une nouvelle quelconque de Martin à chaque sonnerie qu'émettait mon magnifique Nokia C11. Lorsqu'enfin, je reçu le message tant attendu m'annonçant que mon meilleur ami m'attendait à Buenos Aires, et qu'il mettrait bientôt le cap vers Lima, mon cerveau au disjoncté. L'AMÉRIQUE DU SUD PUTAIN. L'ARGENTINE PUTAIN. ET LE PÉROUUUU. Après l'outback australien, l'Amérique du sud était très certainement mon recoin favoris du monde.Je m'emparais avec empressement de mon sac à dos (avant même d'avoir pris le temps d'acheter mes billets), et y enfournait maladroitement une pile de vêtements au hasard. Ceci fait, je me jetais sur mon petit ordinateur portable : Google > "billet avion buenos aires pas cher". Pas cher était un très bel euphémisme que je manipule toujours avec autant de délicatesse. De toute manière, j'avais déjà prévu le coup, et les quelques économies que je réservais depuis quelques mois pour mon prochain voyage faisaient largement l'affaire. Billets imprimés, dans deux jours, direction l'Argentine. Ces deux jours furent parmi les plus longs de mon existence mais j'y survécu (on ne peut que survivre lorsqu'il s'agit de partir en voyage à un tel endroit). Le jour j, j'embrassais mes deux acolytes, leur promis de rentrer au plus vite et laissais le loft entre leurs mains. J'avais une entière confiance.L'avions était  plutôt vide, mais surtout très petit. Assise à côté d'une vieille et bien maigre dame parfumée à la lavande, je m'appliquais à rédiger dans un petit carnet tout ce que je souhaitais absolument réaliser 1) en Argentine, et 2) au Pérou. La liste était longue et je voyais parfois le regard de ma voisine se pencher avec amusement sur mes écrits. Je voyais dans son sourire beaucoup d'affection, elle semblait touchée par mon entrain qui lui rappelait certainement un de ses âges passés. À ses longs cils bruns et à son teint ambré, je devinais qu'elle devait être native d'un pays latino-américain. Je l'ai trouvée très belle. Arrivée à Buenos Aires, les battements de mon cœur semblaient s'être emballés et, je me précipitais vers le retrait des bagages. Pour la première fois de mon existence, le premier bagage pointant le bout de son nez était le mien. J'étais si étonnée que je pense même avoir laisse s'échapper un petit couinement de bonheur. Je m'emparais de mon sac à dos orange et courrais vers le terminal des arrivées. J'arborais mon plus beau sourire pour retrouver Martin, et je mettais en avant ma poitrine sur laquelle était écrit de toutes les couleurs "PUSSY IS SEXY", tshirt que je m'étais appliquée à fabriquer moi même il y a quelques années de cela et que Martin connait bien désormais. Bien vite, un museau amical et un grognement significatif se présentent à moi.

« Mais c'est le brave Odin ! Comment va mon meilleur body gard ? »

Odin était particulièrement excité, sa langue pendait, il couinait et l'on aurait dit qu'il dansait. Odin était très doué pour me mettre de bonne humeur. Mon regard se levait et je cherchais avec avidité celui qui était mon meilleur ami parmi cette masse informe de gens. « Have you seen my pussy ? » Mon sourire s'élargit encore (à vrai dire, je crois bien que je riais) et je courrais vers Martin. Un bras maintenant mon sac à dos, l'autre en l'air, j'hurlais dans l'aéroport.

« HIGH FIIIIIIIIIVE !  et lâchais une énorme claque dans la main du jeune homme. Tu m'as jamais autant manqué en si peu de temps, j'étais tellement pressée d'arriver ! Aaaaah je sais même pas par où commencer ! »[

Je sautillais sur place, aux côtés d'Odin, et passais frénétiquement d'une jambe à l'autre, comme pour canaliser mon excitation. Je me stoppais, reprenais mon souffle, et gardais pendant une seconde un silence pendant lequel je regardais Martin avec un regard tellement significatif : merci. Puis je le prenais dans mes bras le plus affectueusement possible et y restait quelques instants, pendant lesquels mon cœur battait à tout rompre, dans l'attente d'un séjour qu'il attendait avec les plus grands espoirs.
   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

 


Dernière édition par Katherine Beauregard le Jeu 3 Nov - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

l'amoureux des laitues

ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 1959 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
DC : Thomas & Nathan & Matteo
INSCRIT LE : 15/04/2016

MessageSujet: Re: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Jeu 3 Nov - 10:43



"I'll tell you my sins and you can sharpen your knife"

No Masters or Kings when the Ritual begins there is no sweeter innocence than our gentle sin. IIn the madness and soil of that sad earthly scene. Only then I am human, only then I am clean Hoozier




Elle est là ! Kate est là. Et putain qu'est-ce que ça fait du bien ! Mon cœur s'accélère rapidement alors que l'excitation monte en moi. Ne voyez la aucune connotation sexuelle, entre Pussy et moi c'est purement amicale. Nous avons tous les deux placer rapidement des limites. Et même si à un moment je n'aurais pas été contre le fait qu'on soit en couple, j'ai sans problème accepté ce statut de meilleur ami et ça me plaît beaucoup. Enfin peu importe. C'est donc, accompagnée par Odin que la jeune femme revient, rigolant de bon cœur, en courant vers moi.

J'abaisse le panneau à temps et lève la main au moment où Kate frappe dedans, toute joyeuse. Elle me dit que jamais je ne lui avais autant manqué que ces derniers jours et qu'elle est contente d'être ici. En fait, elle doit être autant excité que moi vu comment elle sautille sur place. Je rigole de bon cœur et réponds sans plus tarder à son étreinte lorsque me tombe dans les bras. Je la sers contre moi, laisse durer l'étreinte quelques instants, puis la relâche et souris  largement.

 «Toi aussi tu m'as manqué » lui dis-je avec toute la sincérité du monde avant de passé une main dans ses cheveux  « C'est moi où t'es repassée au bleu depuis que je suis parti ?» demandais-je en rigolant de bon cœur avant de désigner la sortie de l'aéroport.  « Allez go, ne perdons pas une seconde de plus !» lui dis-je. Je tapote un peu ma jambe pour faire comprendre à Odin de nous suivre et nous nous dirigeons vers la sortie.

 «Petit programme : visite de Buenos Aires by night ce soir, puis by day demain. Et après demain on prends la voiture et … yolo. On monte en direction la Quiaca à la frontière de la Bolivie. Et après on verra comment on va au Pérou. Si on prends un avion ou si on repars en voiture par la Bolivie. Mais on a bien deux semaines devant nous. Donc on a le temps» je souris de bon cœur et prends le chemin vers le parking. Je ne met pas longtemps avant de trouver le van que je loue.

C'est le genre de van avec lequel on s'imagine réellement en roadtrip. D'ailleurs, je connais très bien le couple qui me la prêter. Ils voulaient de toute manière partir en voyage. Eux feront donc le voyage en stop et à pied jusqu'à Lima où il récupéreront leur voiture. Donc j'ai presque deux mois pour y arriver. Je m'avance vers le van jaune et me tourne vers Kate  « TADAAAA ! Bienvenue dans ce qui va être ta maison pour les prochaines semaines !» déclarais-je joyeusement en ouvrant la porte. Odin saute à l'intérieur alors que j'attrape le sac à dos de ma meilleure amie pour le mettre dans le coffre, avant de m'installer au volant.  «C'est génial non ? » demandais-je en désignant l'intérieure de la voiture  « Ceux a qui je l'ai loué ne demande que très peu d'argent ce qui est vraiment génial. Ce sont des hippies, mais les vrais, ceux qui limite embrasseraient un arbre pour y puiser de l'énergie» je rigole doucement puis hausse les épaules  « des gens géniaux. Tu les adorerais, toi» dis-je en démarrant.  «bon allez, raconte moi un peu. Ça a été à Brisbane ce dernier mois ? » j'avoue que je ne me suis que très peu intéressé à la ville depuis que je suis ici. Lorsque je parle avec Jameson -car oui, ça m'arrive de l’appeler le soir par exemple- nous ne parlons pas le ville. D'ailleurs, ça doit faire 3 jours que je n'ai plus de nouvelles d'elle. Faudrait que je reprenne contact..
Code by Sleepy




You haven't live until you found something worth dying for
(c) black pumpkin


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Jeu 3 Nov - 19:28

       
 I'll tell you my sins and you can sharpen your knife

   
- Martin — Pussy -

   

amérique du sud | buenos aires, ARGENTINE

Les étreintes de Martin m'avaient manquées, il a cette manière singulière de vous serrer dans ses bras qui vous invite à y rester des heures, emplis de sincérité. Mais pas de panique, je savais alors que j'avais quelques semaines devant moi pour profiter de ses étreintes. Lorsqu'il passait sa main dans mes cheveux en me demandant si j'en avais encore changé la coloration, je souriais, emplie de fierté (je suis toujours très sensibles aux remarques sur ma chevelure), et avec un clin d'œil, je lui confiais :

« L'océan commençait à me manquer... »

Et ce furent sur ces paroles que j'ai eu la véritable impression que mon voyage avait commencé. Vous savez, ce genre de révélation incongrue ? À cet instant précis, quelque chose dans mon esprit me murmurait “Bienvenue dans une nouvelle aventure". Mon sourire s'élargit à nouveau, et comme si Martin avait eu la même révélation à cet instant, ou bien comme s'il avait lu dans mes pensées, il surenchérit par une formule m'invitant à mettre les voiles de l'aéroport, “ Allez go ! ”. Nous avançâmes de bon train vers le parking pendant que Martin m'annonce le programme de mon séjour. Mon excitation augmentait à chacun de mes pas, et je finis par arriver dans le parking en sautillant, comme une enfant. Non loin de là, un van jaune était carré, et je pense que quelque chose dans mon esprit m'a fait le remarquer (il était particulièrement joli), un petit signe du destin puisque le jeune homme se dirige justement vers le véhicule en question. Ce serait notre chez nous pour les quelques semaines mémorables que nous allions passer. Splendide. Je bondis pour manifester ma joie et m’emparais d'Odin, qui n'était pas léger, pour le faire tournoyer une fois autours de moi en poussant un petit cris. Martin ouvrait le van et je m'empressais de reposer l'énorme chien à terre afin de me glisser dans le van dans son sillage. L'intérieur était très simple, exactement comme l'image que l'on se ferait d'un van un peu usé. On sentait qu'il avait du vécu et cela me plaisir énormément. Je posais mon sac à dos orange sur une banquette et venait m'installais à l'avant à côté de Martin au siège conducteur. Je ne m'étais jamais sentie aussi confortablement installée, et je pense que c'était du au fait que j'affectionnais tout particulièrement le van jaune. Savoir qu'il appartenait a un couple de hippies me réjouissais encore plus, et je me demandais soudain s'il avait un nom, et me promettait de le demander à Martin. Mais pour le moment, il mit le contact, le véhicule vrombit, et il me demanda des nouvelles de notre très chère ville de Brisbane.

« Bah tu sais bien que je suis pas bien souvent au courant des potins ou des machins comme ça, mais de manière générale ça va plutôt bien, je crois pas qu'il se soit passé grand... elle avait omis quelque chose.  Ah mais siii ! T'es au courant de ce qu'il s'est passé le soir d'Halloween ? C'était tellement drôle. Genre toute la ville a été coupée, énorme blackout à cause d'une tempête impressionnante. Et puis c’était partit : plus de lumières, plus d'internet... bref la grosse merde. On a un peu douillé jusqu'au 2 novembre, parce que t'as eu la masse d'incidents de répercussion. Ils avaient mis en place des abris et tout. Moi j'ai été réquisitionnée au musée pour sécuriser au max. On était genre 5 par salle, un devant chaque œuvre, au cas où il se passait quelque chose. Dans le noir avec des lampes de poches dans le musée vide pendant toute la nuit, avec le bruit de la tempête et tout ! On s'est bien marrés. Et puis je t'avoue que ça m'a arrangée vu que j'ai été payée plus du coup. Mais en ville, genre dans la ville ville, c'était un peu la merde. Enfin bon, la fratrie va bien, donc ça va. J'ai pas pris de nouvelles de Jaimie d'ailleurs, putain je suis conne. Ça fait un moment qu'on s'est pas vues, je crois qu'on a été toutes les deux très occupées. T'as des nouvelles de ton côté ? »

Sortis du parking, la lumière de Buenos Aires venait frapper contre le van. Dehors les gens semblaient tous heureux et je regardais avec émerveillement la ville autours de moi. Je me sentais bien.
   
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

   
Revenir en haut Aller en bas

l'amoureux des laitues

ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 1959 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
DC : Thomas & Nathan & Matteo
INSCRIT LE : 15/04/2016

MessageSujet: Re: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Ven 4 Nov - 17:53



"I'll tell you my sins and you can sharpen your knife"

No Masters or Kings when the Ritual begins there is no sweeter innocence than our gentle sin. IIn the madness and soil of that sad earthly scene. Only then I am human, only then I am clean Hoozier



C'est avec un pincement au cœur que j'écoute Pussy me répondre qu'elle s'est teint les cheveux en bleu parce que l'océan commençait à lui manquer.  « A qui le dis-tu ...» lui répondais-je en un souffle. Ça fait plus d'un mois que je suis parti de Brisbane, je n'ai plus eu l'occasion de faire une quelconque action avec les Sea Shepherd depuis plus de deux mois. Et ça me manque. Cruellement. J'hausse finalement les épaules puis colle mon poing dans l'épaule de ma meilleur amie.  «En revenant à Brisbane on repars en mission toi et moi. Y a pas moyen, faut qu'on prouve à nouveau combien ils ne peuvent pas se passer de nous lors de leur escapade»

je rigole doucement puis indique la sortie de l'aéroport. Je me dirige vers le parking et en voyant la voiture qui nous accompagnera durant toute la durée de notre périple, Kate saute de joie, fait tourner Odin autour d'elle puis s'installe à mes côtés, sur le siège passager Je démarre et sort du parking en demandant des nouvelles de Brisbane à ma meilleure amie.

Elle me répond d'abord ne pas être au courant des potins et de ce qui se trame en ville, disant que c'est relativement calme. Mais elle fini pas s'interrompre, m'annonçant ce qui s'est passé pour Halloween. J'arque un sourcil, fortement étonné de toute ça. Grosse coupure de courant, beaucoup d'accidents. Pussy semble avoir trouvé ça marrant. J'avoue que c'est mon cas aussi, un peu. Du moins, vu de l'extérieur ça semble marrant. Si je l'avais vécu en temps et en heure je n'aurais peut-être pas rigolé. Mais peu importe. Je grimace un peu lorsqu'elle m'explique ne pas avoir demander de nouvelles à Jameson et qu'elle s'en veut pour ça.

 «T'inquiète, Jaimie est plus résistante que le champion du monde de boxe » rayais-je avec humour. Même si c'est vrai, que Jameson est en très bonne condition physique, une petite voix en moi me dit qu'elle est peut-être en danger, ou qu'elle est blessée et que c'est assez grave pour pas qu'elle puisse m'envoyer de ses nouvelles. Peut-être a-t-elle aussi perdue son portable ? Non, elle aurait trouvé un moyen pour me contacter. Enfin, je reporte mon attention sur Kate et secoue la tête  «Non, aucune. Son dernier SMS date justement du 31 Octobre, l'après midi.  » je passe une main dans mes cheveux puis hausse les épaules  « Enfin, pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Hein ?» dis-je avec une certaine amertume. Ça me stresse, l'idée que quelque chose de sérieux serait arrivé à Jameson m'inquiète réellement.

 « Enfin bref. Tant mieux si la fratrie va bien. Tu ...» j'écarquille les yeux  « Putain … t'es pas passé devant mon cabinet à tout hasard ?» demandais-je  « Je veux dire … il est encore debout ? Entier ? Tu sais ?» je grimace puis soupire  « Grosse merde. Enfin. Moi j'étais Punta Alta pour Halloween. On a rien eu ici, si ce n'est un énorme soleil très magnifique» je souris doucement et lance un coup d’œil dans mon rétro avant de tourner à droite.  « par contre cette nuit on dort dans un vrai lit. Dans une auberge de jeunesse carrément charmante au centre ville. Mais je vais devoir me garer un peu plus loin. Faudra qu'on marche un peu, mais c'est pas grave, hein ?» je souris doucement puis prends une profonde inspiration et exhale doucement  « ça fait tellement plaisir que tu sois là. T'es déjà venu ici, en Argentine ?» je sais que Kate a, comme moi, énormément voyagé dans sa vie et je sais qu'elle adore l’Amérique du sud. Mais je ne sais pas si elle est déjà venue précisément en Argentine ou non.
Code by Sleepy




You haven't live until you found something worth dying for
(c) black pumpkin


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥   Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll tell you my sins and you can sharpen your knife || Pussy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-