AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 wasted years, wasted gain (joanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : 35 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : célibataire, divorcé depuis bientôt trois ans
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios
LOGEMENT : #25 logan city, il vient de racheter l'ancienne maison de ses parents

POSTS : 4580 POINTS : 410

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : possède un berger allemand, Spike ☆ fin 2013 on lui a diagnostiqué une leucémie, il est en rémission depuis mai 2015 ☆ 5 tatouages ☆ donne des cours de soutien dans un lycée, et fait la lecture aux enfants malade à l'hôpital ☆ d'origine iranienne, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000-2001 ☆ en couple pendant 9 ans et marié pendant 3 ans à Joanne, a demandé le divorce en apprenant sa leucémie sans lui en parler ☆ parle farsi (persan) et a un bon niveau d'arabe ☆ diagnostiqué dépressif, il a fait une tentative de suicide en avril 2016 ☆ ne boit pas d'alcool, par conviction
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : hannahelisejoanne #7moirayasmine #8jamie #2elliesaul #1jordan #2ashleyterrence & harleyalissa

هرگز تسلیم

RPs EN ATTENTE : camber ☆ charlie hp ☆ terrence #2 ☆ aaron ☆ elsie


RPs TERMINÉS : joanne #6yasmine #7joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@benmckee & crackship@selfmade & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio
INSCRIT LE : 20/09/2015

MessageSujet: wasted years, wasted gain (joanne)   Mar 22 Nov - 12:56


joanne & hassan
wasted years, wasted gain

And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know, knowing that faith is all I hold. And I've lost who I am, and I can't understand why my heart is so broken, rejecting your love, without love gone wrong, lifeless words carry on, but I know all I know is that the end's beginning. ☆☆☆



Étonnamment le remplaçant dégoté par l'administration universitaire pour assurer son cours durant son absence s'était révélé un peu plus dégourdi qu'Hassan ne l'avait craint en le rencontrant la première fois. Dieu sait pourtant que les choses n'avaient pas bien démarré et que le brun s'était senti un peu coupable d'abandonner ses élèves aux mains d'un type qui semblait à peine sortir de la case "élève" et qui avait accompli l'exploit de se perdre - deux fois - sur le trajet pourtant simple reliant la cafétéria à l'amphithéâtre Vasco de Gama, où Hassan dispensait la majorité de ses cours. Malgré cela le dénommé Kurt était parvenu à boucler le programme à temps, et le retour imprévu (et impromptu) d'Hassan leur avait permis de se partager la correction des partiels de fin d'année, et donc de gagner l'un et l'autre un temps précieux. Un temps que le brun tentait malgré tout d'occuper à tout et n'importe quoi, pourvu que cela l'empêche de repenser aux déboires auxquels il avait fait face à la fin de son séjour iranien. Flairant l'intrigue juteuse, sans doute, Wyatt avait tenté de lui faire dire des choses qu'il n'avait pas envie de dire et Hassan avait claqué la porte de son bureau d'ABC avec un agacement qui n'était pas encore totalement redescendu depuis. Pas claqué définitivement, non, mais simplement le temps suffisant pour le producteur de réaliser qu'Hassan ne se laisserait pas manipuler à sa guise pour un simple désir de booster son audience. De l'hôpital aussi le brun se tenait loin, la peur de croiser Ellie sans trouver les mots pour lui rendre la disparition de Kenneth moins douloureuse, la peur aussi d'entendre à nouveau comme l'une des petites à qui il faisait la lecture chaque semaine s'était éteinte quelques jours avant la tempête. Et puis, Yasmine n'avait probablement pas envie de l'avoir dans les pattes, en ce moment ... Hassan n'était simplement pas capable de dire si c'était elle qui lui en voulait, ou bien lui-même qui s'en voulait suffisamment pour eux deux.

Mais pas d'hôpital ce soir-là, ni même d'obligation à traîner jusque tard dans la soirée dans son bureau - son placard, comme il l'appelait - de l'université pour tenter d'échapper à la solitude de son chez-lui, d'autant plus pesante que l'absence de Spike se faisait de plus en plus cruellement ressentir. Qasim ne devait le ramener que le mois suivant, lorsque lui et le reste de sa tribu débarqueraient pour les fêtes de Noël, mais Hassan se surprenait lui-même à se sentir aussi perdu en l'absence de son compagnon à quatre pattes, lui qui jamais n'aurait pensé s'attacher ainsi à un animal de compagnie. Étirant ses bras au-dessus de sa tête et faisant craquer sa nuque après avoir rentré la dernière note de son paquet de copies sur le logiciel informatique de l'université, il avait surveillé l'heure du coin de l’œil. La veille il avait promis à Joanne de passer chez elle en toute fin d'après-midi, successivement inquiet de ce qu'il avait pu entrapercevoir dans la presse, soulagé d'entendre la voix de la jeune femme à l'autre bout du fil, et enfin incertain (mais soulagé, là aussi) de la savoir à une nouvelle adresse. Il n'avait eu aucun mal à trouver l'adresse, et pour cause puisqu'il avait visité une maison pas très loin, séduit par la proximité avec l'université, mais finalement pris de cette indécision chronique qui s'était emparé de lui à chaque fois qu'il avait visité une maison sans jamais trouver son bonheur. Comme si au fond de lui il savait déjà qu'il attendait celle de Logan City. « J'en connais un qui a mangé de la soupe, depuis la dernière fois que je l'ai vu. » Hassan avait esquissé un léger sourire, faisant bien entendu référence au bébé que Joanne tenait dans un de ses bras lorsqu'elle lui avait ouvert la porte. C'était une réflexion qu'il se faisait presque à chaque vacance scolaire, lorsqu'il voyait son neveu et sa nièce et les trouvaient bien plus grands que la dernière fois : les enfants grandissaient bien trop vite. « Ça va, toi ? » La question, teintée de plus de sérieux, s'adressait maintenant à Joanne dont on pouvait difficilement ignorer qu'elle manquait de sérénité, et sans doute un peu de sommeil également. « Je t'ai pris des muffins, sur le chemin. Tu les aimes toujours ? » Elle les aimait en tout cas, à l'époque où il en ramenait chez eux en rentrant de l'université. « Et j'ai pris mon huile de coude, aussi. » avait-il finalement rajouté d'un ton léger, n'oubliant pas que s'il était là, à la base, c'était pour cette histoire de meuble ou d'étagère, il n'avait pas très bien compris la veille mais retenu que l'incapacité des fabricants de meubles à faire des notices claires faciles d'accès était probablement encore une fois en cause.









    - don't tell me if i'm dying, 'cause i don't wanna know, if i can't see the sun maybe i should go. don't wake me 'cause i'm dreaming of angels on the moon, where everyone you know never leaves too soon - thriving ivory

 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

la poupée de jamie

ÂGE : 30 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Célibataire, et compte le rester. Limite les contacts physiques avec les hommes, à quelques exceptions près.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de neuf mois. Directrice de la fondation Keynes venant en aide aux enfants/adolescents en difficulté situé en Angleterre. Ancienne conservatrice.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 2758 POINTS : 240

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a fait une fausse-couche juste après, alors qu'elle ignorait être enceinte. ▽ qualifiée de trop gentille ▽ conservatrice dans un musée ▽ passionnée d'histoire ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ Joanne aime beaucoup danser, c'était son activité depuis son enfance, que ce soit en groupe, seule ou en couple ▽ très facilement impressionnable ▽ depuis sa fausse-couche, Joanne est en proie à des crises d'angoisse ▽ elle adore se promener ▽ sujette aux détresse respiratoires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : joamie #88 + joamie v.a.#2 + hassan #6 + saul + adele + moira





PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : black arrow + tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Mar 22 Nov - 14:38

wasted years, wasted gain
I believe in the lost possibilities you can see. And I believe that the darkness reminds us where light can be. I know that your heart is still beating, beating darling. I believe that you fell so you can land next to me. ‘Cause I have been where you are before. And I have felt the pain of losing who you are. And I have died so many times, but I am still alive

Joanne n'avait jamais aimé demandé osé demandé de l'aide. Elle avait toujours rêvé d'être une personne indépendante, qui savait se débrouiller seule. Elle n'avait jamais voulu admettre qu'elle avait besoin de quelqu'un, qu'elle n'était pas le genre de personnes à pouvoir vivre indéfiniment seule. C'était idiot, qu'une simple étagère la forçait à admettre cette évidence. Joanne n'était pas bien grande, ni très forte, et la notice de montage de ce meuble ressemblait à un véritable casse-tête chinois. Daniel, lui, jouait tranquillement par terre, sur son tapis de jeu, dans la grande pièce de séjour qui faisait à la fois office de salon et de salle à manger. Elle était encore bien vide pour le moment, elle avait hâte d'être début décembre afin de l'étoffer davantage. Il n'y avait pour l'instant qu'un canapé, et une table et quelques chaises. La pièce manquait cruellement de décoration, il y avait encore un peu d'écho, même. Par chance, la cuisine et la salle de bain -qui se trouvait à l'étage- avaient été refaites par les anciens propriétaires. C'était ce qui avait décidé la jeune femme de s'installer ici et d'investir dans ce bien. C'était assez moderne, et spacieux, bien que la maison n'était pas bien grande en soit. Daniel ne semblait pas déranger par le manque de décoration. Il avait son tapis de jeux et ses jouets. Sa chambre était la seule pièce que sa mère avait véritablement aménagé. Joanne pensait s'occuper de la sienne en dernier lieu, priorisant les besoins de son fils. Celui-ci sourait et jouait avec ses peluches, s'imaginant une histoire qu'il se racontait à lui-même. Nunki et Sirius, les deux bergers suisses que Joanne avait recueilli et adopté, n'étaient jamais bien loin. Ils n'avaient que quelques mois, mais ils commençaient à retenir un peu de leur éducation quotidienne. Nunki était blanc, et Sirius, noir. Joanne avait donc abandonné dans un coin de la pièce les planches en vois de pin qui constituaient la future bibliothèque. Celle-ci allait être large. Les meubles devenaient de plus en plus des éléments décoratifs, et Joanne se réjouissait de pouvoir y ranger ses livres, y mettres quelques photos ou ses DVDs. Ca se construisait, petit à petit. Hassan avait dit qu'il passerait en fin de journée. Daniel aura fait sa sieste et ils n'avaient pas besoin d'être silencieux. D'ailleurs, Joanne s'empressa d'aller le coucher. Lui, au moins, avait un sommeil de plomb. Bien moins que sa mère, qui avait largement de quoi se tracasser pour ne pas réussir à fermer l'oeil de la nuit. Ou alors, elle cauchemardait. Elle pensait à ses conversations avec Jamie, à son soi-disant avertissement de prendre les mesures nécessaires si elle embarquait Daniel avec elle dans une éventuelle dépression. Pour elle, cela sonnait surtout comme une menace. Cela l'avait tant énervé qu'elle avait giflé Jamie. Il comptait lui retirer la dernière chose qui lui restait. Après la sieste, Joanne avait longuement joué avec Daniel. Celui-ci adorait qu'on lui raconte des histoires. La sonnette retentit lorsqu'elle était en train de lui en raconter une. Elle le prit dans ses bras. "Il a un peu plus de neuf mois, maintenant. Déjà." dit-elle en regardant affectueusement son fils. "Tu dis bonjour à Hassan, mon trésor ?" Elle embrassa sont front, alors que le bébé regardait avec curiosité le beau brun. "C'est lui qui avait ramené Ben chez le vétérinaire, tu te rappelles ?" Il y avait peu de chance, mais peut-être savait-il que c'était un visage familier. Elle haussa ses épaules à sa question. "On fait aller." répondit-elle simplement. Il y avait tout à refaire avec un bébé à sa charge. Elle savait que Saul avait dénoncé Jamie, que Jamie ne voulait absolument plus d'elle. Saul défendait Hannah du mieux qu'il le pouvait et Hassan avait certainement d'autres chats à fouetter. Il voulait certainement se montrer là pour elle en venant ici pour la dépanner, mais lui aussi avait des soucis. Il devait aussi penser à lui et se reconstruire. "Toujours, oui. Merci beaucoup." dit-elle avec un sourire, touchée par cette petite attention. Elle récupéra la petite boîte contenant les pâtisseries d'une main. "Viens, entre." dit-elle en se décalant sur le côté afin qu'il puisse entrer dans la maison. "Merci encore d'avoir pu te libérer, j'avoue que je commençais à désespérer avec ce meuble." lui avoua-t-elle nerveusement. "J'ai encore beaucoup de choses à acheter, désolée si ça te semble quelque peu précaire. Mais la chambre de Daniel est totalement finie." expliqua-t-elle, un peu embarrassée. "Il me faudra un peu de temps pour que ça ressemble à quelque chose, ici." Elle déposa la boîte de gâteaux dans la cuisine avant de rejoindre Hassan dans le séjour. "Tout est là, j'ai tout sorti. J'espère que tu y comprendras quelque chose, de cette notice. C'est du chinois, pour moi." Joanne mit à nouveau Daniel sur son tapis de jeu. "Je suis juste là avec Hassan, Daniel, d'accord ? Je jouerai avec toi après." lui dit-elle en souriant, accroupie devant lui. La petite blonde lui tendait quelques jouets, ceux qui allaient le tenir occupé un certain temps. Il ne s'agissait que jouets qui faisaient de la musique et beaucoup de bruit. Mais au moins, ces sons là remplissaient la maison, il était rare que ça finisse par agacer la jeune mère. Celle-ci se redressa et constata qu'Hassan ne traînait pas, ayant déjà la notice en main. "Jamie a rompu avec moi." Un dernier acte d'amour, avait-il dit. C'était peut-être évident, mais Joanne ressentait le besoin de le dire. "C'est pour ça que j'ai déménagé. Je n'en pouvais plus de mes parents, surtout depuis qu'ils ont lu les journaux, ils..." Elle secoua négativement la tête. "Ils ne veulent pas m'écouter." Joanne croisa les bras. "Et je voulais rapidement trouver une maison pour Daniel, qu'il ait un nouveau chez-lui. Et maintenant je me retrouve coincée avec une bibliothèque que je n'arrive pas à monter." dit-elle en terminant avec un petit rire.

crackle bones


"please stay next to me"
They couldn't stay together because they loved each other way too much. Everyone is against it, but everything keeps telling her to be close to him. She would love to ignore what people said and love as she used to do.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://queenofdale.tumblr.com En ligne

ÂGE : 35 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : célibataire, divorcé depuis bientôt trois ans
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios
LOGEMENT : #25 logan city, il vient de racheter l'ancienne maison de ses parents

POSTS : 4580 POINTS : 410

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : possède un berger allemand, Spike ☆ fin 2013 on lui a diagnostiqué une leucémie, il est en rémission depuis mai 2015 ☆ 5 tatouages ☆ donne des cours de soutien dans un lycée, et fait la lecture aux enfants malade à l'hôpital ☆ d'origine iranienne, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000-2001 ☆ en couple pendant 9 ans et marié pendant 3 ans à Joanne, a demandé le divorce en apprenant sa leucémie sans lui en parler ☆ parle farsi (persan) et a un bon niveau d'arabe ☆ diagnostiqué dépressif, il a fait une tentative de suicide en avril 2016 ☆ ne boit pas d'alcool, par conviction
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : hannahelisejoanne #7moirayasmine #8jamie #2elliesaul #1jordan #2ashleyterrence & harleyalissa

هرگز تسلیم

RPs EN ATTENTE : camber ☆ charlie hp ☆ terrence #2 ☆ aaron ☆ elsie


RPs TERMINÉS : joanne #6yasmine #7joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@benmckee & crackship@selfmade & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio
INSCRIT LE : 20/09/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Ven 25 Nov - 7:01

La question s'était assurément posée de par la proximité de ce quartier résidentielle avec l'université - et l'hôpital, où Hassan continuait d'avoir diverses raisons de se rendre régulièrement - mais pourtant au fond de lui Hassan savait bien que cela avait toujours été Logan City ou rien. C'était sans doute un peu bête de s'être attaché autant à un quartier, parait-il que le changement était parfois bénéfique, mais l'adage ne semblait pas s'appliquer au brun, ou tout du moins pas dans cette situation. Il avait passé des semaines, des mois à se faire de fausses idées de ce dont il avait besoin, à croire que ce qu'il lui fallait c'était du changement, de la nouveauté, mais en réalité la seule chose dont il avait besoin c'était des repères solides. Des lieux auxquels se raccrocher à défaut de personnes pleinement capables de comprendre - et d'entendre - ce qui se tramait dans son esprit, de bon ou de mauvais. Mais il pouvait comprendre l'attrait que Joanne trouvait à cette partie de Toowong, et s'il aurait momentanément pu la penser hébergée chez un ami quelconque, cette histoire de bibliothèque à monter laissait supposer qu'elle avait effectivement décidé de s'y installer. Loin de l'instabilité manifeste du père de son fils, espérait-il seulement. C'est d'ailleurs avec le petit dans les bras qu'elle avait ouvert la porte, accueillant la remarque du brun avec un sourire et reposant sur son fils un regard attendri « Il a un peu plus de neuf mois, maintenant. Déjà. Tu dis bonjour à Hassan, mon trésor ? C'est lui qui avait ramené Ben chez le vétérinaire, tu te rappelles ? » Il y avait fort peu de chance en réalité, mais le brun avait malgré tout offert un sourire attendri au bambin avant de reporter son attention sur Joanne « On fait aller. » La réponse était loin d'être concluante, mais Hassan doutait de pouvoir espérer plus que cela et s'en était donc contenté, n'insistant pas et préférant tendre les muffins dont il avait l'espace d'un instant oublié qu'il le tenait à la main. « Toujours, oui. Merci beaucoup. Viens, entre. » Suivant et refermant la porte derrière eux, Hassan avait laissé un regard curieux parcourir la pièce du regard pendant les quelques secondes où la blonde avait eu le dos tourné.

Son fils toujours dans les bras, elle avait disparu un cours instant le temps de déposer les pâtisseries à la cuisine - du moins Hassan supposait-il que c'était l'endroit où elle les avait laissées - trouvant le brun à la même place à son retour et s'excusant avec un brin de nervosité « Merci encore d'avoir pu te libérer, j'avoue que je commençais à désespérer avec ce meuble. J'ai encore beaucoup de choses à acheter, désolée si ça te semble quelque peu précaire. Mais la chambre de Daniel est totalement finie. Il me faudra un peu de temps pour que ça ressemble à quelque chose, ici. » Elle semblait avoir la mémoire un peu courte, et secouant légèrement la tête en esquissant un sourire Hassan n'avait pas manqué de lui rappeler « Tu te souviens probablement de l'état dans lequel se trouvait ma maison avant que tu ne lui rende un peu justice. Je suis la dernière personne à pouvoir te reprocher de ne pas savoir par où commencer, ici. » Sa propre maison était loin d'être terminée, d'ailleurs, le mobilier restait spartiate et constitué uniquement des quelques indispensables qu'Hassan avait acheté pour meubler l'appartement de Fortitude Valley. Le brun se disait qu'il aurait bien le temps de réfléchir à cela plus tard, à son rythme. « Tout est là, j'ai tout sorti. J'espère que tu y comprendras quelque chose, de cette notice. C'est du chinois, pour moi. » avait finalement repris Joanne en lui désignant la notice abandonnée au milieu des éléments éparses de la bibliothèque. Laissant échapper un rire, Hassan avait commencé par poser un genou à terre pour se saisir de la notice et y jeter un premier coup d’œil. « Je crois que ce genre de notice n'est toujours compréhensible que pour celui qui les a rédigé. » Si le père d'Hassan avait encore été là, sans doute aurait-il lui ergoté qu'un mode d'emploi n'était même pas utile avec un minimum de jugeote, mais faute d'être aussi calé que son paternel Hassan se contentait des notions de bricolage qu'il avait malgré tout probablement hérité de lui. Semblant hésiter une seconde ou deux, Hassan s'était relevé un instant pour récupérer sa besace, abandonnée dans un coin avec son blouson, et en sortir l'étui à lunettes qu'il avait pourtant tendance à bouder en dehors de chez lui. Mais à quoi bon tenter de donner le change, entre autres effets secondaires la chimio avait assurément détérioré sa vision de près, et il ne pourrait pas prétendre pouvoir lire ce mode d'emploi sans coller littéralement son nez dessus, sans cela.

Laissant Joanne reporter son attention sur son fils, le brun avait lui saisi le sachet en plastique contenant les vis et autres chevilles pour commencer par compter les éléments et être certain qu'il ne manquait rien. Il était toujours fâcheux de se rendre compte de ce genre de détails une fois la partie montage entamée. Gazouillant en s'occupant de ses jouets comme un bien-heureux, Daniel semblait presque plus bavard que sa mère, dont Hassan avait pourtant la sensation de sentir le regard par-dessus son épaule avant qu'elle ne reprenne finalement la parole « Jamie a rompu avec moi. » S'interrompant dans son comptage, Hassan était resté immobile - mais silencieux - quelques secondes avant de reprendre sa besogne tandis que la blonde ajoutait « C'est pour ça que j'ai déménagé. Je n'en pouvais plus de mes parents, surtout depuis qu'ils ont lu les journaux, ils ... Ils ne veulent pas m'écouter. » Remettant les vis dans leur sachet, pour éviter l'éventualité que l'une d'entre elles ne roule par mégarde jusqu'à la portée du bébé, Hassan avait finalement relevé les yeux vers Joanne, dont le ton laissait toujours transparaitre un fond de nervosité, qui semblait ne pas la quitter « Et je voulais rapidement trouver une maison pour Daniel, qu'il ait un nouveau chez-lui. Et maintenant je me retrouve coincée avec une bibliothèque que je n'arrive pas à monter. » La notice toujours dans une main, il avait esquissé un sourire et fait valoir avec douceur « Je pense que tu peux mettre la bibliothèque en fin de liste de tes soucis. » A la fois parce qu'il y avait plus important, et parce qu'avec un peu d'efficacité le problème serait réglé d'ici à ce qu'il reparte. « Je ne pensais pas que tes parents décideraient de s'installer à Brisbane. » A moins qu'il n'ait mal compris, mais ses ex-beaux-parents semblaient décidé à ne pas quitter les environs dans l'immédiat. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, Hassan les avait pourtant toujours entendu afficher leur préférence pour la côte Est. « Ils se font du souci pour toi. » avait-il finalement argué, avec une certaine douceur malgré tout. « Je ne dis pas qu'ils s'y prennent de la meilleure façon, mais ... je suis certain qu'ils essayent. Ils sont inquiets à ton sujet, c'est ce que les parents font de mieux. Sans quoi ils ne s'attarderaient pas ici. » Comme on tentait d'ignorer l'éléphant au milieu d'une pièce, Hassan s'était en tout cas gardé de faire le moindre commentaire direct quant à la séparation de Joanne. Elle ne s'attendait probablement pas à ce qu'il lui dise qu'il en était désolé, et pour cause puisqu'il ne l'était pas. Concernant un autre peut-être l'aurait-il sincèrement été, mais concernant l'homme auquel il avait fait face dans cet ascenseur d'ABC, il ne pouvait décemment pas l'être. « Mais tu as raison, cette maison vous sera bénéfique à tous les deux. Une page blanche aide toujours à remettre de l'ordre dans ses idées ... et ton sens de la décoration fera le reste, j'en suis certain. » Ou au moins cela lui permettrait-il de s'occuper l'esprit, raison déjà invoquée quant au fait qu'elle se soit occupée de donner à chasser de la maison d'Hassan les allures de chantier dans laquelle il l'avait laissée en partant.









    - don't tell me if i'm dying, 'cause i don't wanna know, if i can't see the sun maybe i should go. don't wake me 'cause i'm dreaming of angels on the moon, where everyone you know never leaves too soon - thriving ivory

 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

la poupée de jamie

ÂGE : 30 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Célibataire, et compte le rester. Limite les contacts physiques avec les hommes, à quelques exceptions près.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de neuf mois. Directrice de la fondation Keynes venant en aide aux enfants/adolescents en difficulté situé en Angleterre. Ancienne conservatrice.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 2758 POINTS : 240

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a fait une fausse-couche juste après, alors qu'elle ignorait être enceinte. ▽ qualifiée de trop gentille ▽ conservatrice dans un musée ▽ passionnée d'histoire ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ Joanne aime beaucoup danser, c'était son activité depuis son enfance, que ce soit en groupe, seule ou en couple ▽ très facilement impressionnable ▽ depuis sa fausse-couche, Joanne est en proie à des crises d'angoisse ▽ elle adore se promener ▽ sujette aux détresse respiratoires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : joamie #88 + joamie v.a.#2 + hassan #6 + saul + adele + moira





PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : black arrow + tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Dim 27 Nov - 17:40

wasted years, wasted gain
I believe in the lost possibilities you can see. And I believe that the darkness reminds us where light can be. I know that your heart is still beating, beating darling. I believe that you fell so you can land next to me. ‘Cause I have been where you are before. And I have felt the pain of losing who you are. And I have died so many times, but I am still alive

Bien qu'il nappréciait absolument pas le père de l'enfant, Hassan semblait tout de même s'être pris d'affection pour Daniel. Surtout parce qu'il était le fils de Joanne. Et dire que ça aurait très bien pu être le leur enfant. Mais les choses ont été bien différentes. Elle avait laissé entrer Hassan dans la maison, le laissant constater à quel point elle était loin d'être installée pour le moment. Joanne en avait un peu honte, mais elle ne pouvait pas vraiment faire autrement. "Justement, tu aurais très bien pu te dire qu'en étant la personne qui a pu réaménager ta maison, tu te serais attendu à ce que ce soit un peu plus... en forme que ça ne l'est actuellement." dit-elle embarrassée, en haussant les épaules. "J'attends mon salaire de ce mois, je vais commencer par meubler le salon, un petit peu. Histoire que ça soit un peu plus convivial et accueillant." Qu'elle puisse recevoir des personnes un peu plus dignement. Rien que pour la baby-sitter de Daniel. "Mais la salle de bain, à l'étage, et quasiment neuve. Les propriétaires précédents l'avait refaite, et la cuisine deux ans avant ça." C'était déjà des travaux en moins, surtout qu'ils semblaient avoir bon goût. Du moins, cela correspondait à Joanne. Elle lui montrait ensuite la notice qu'elle avait laissée près des planches, des vis et des clous. Elle rit à la remarque d'Hassan. "Quoi que chez Ikea, ils font des efforts." lui rétorqua-t-elle. Mais cette bibliothèque n'était pas de cette marque là. Le petit jouait tranquillement sur son tapis de jeux, avec ses jouets. Pendant ce temps, Joanne racontait à son ex-mari que Jamie avait rompu avec elle. Elle avait parfaitement conscience qu'Hassan ne se sentait pas désolé, c'était certainement quelque chose qu'il souhaitait. Parce que tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle soit saine et sauve. Et à ses yeux, elle ne l'était pas en restant accrochée à Jamie. "Non, il... Il faut qu'elle soit montée. Que ça ressemble un peu plus à quelque chose ici." répondit-elle la voix nerveuse et tremblante. "Je pourrai enfin déballer quelques cartons. Mes livres et mes DVDs. Quelques photos de Daniel, aussi." Il ne s'agissait là que de quelques cartons, mais le salon paraîtrait un peu plus organisées, avec une bibliothèque rangées et quelques cartons en moins. "Ils l'ont plus ou moins décidé lorsque Daniel est né. J'avoue qu'ils m'aident beaucoup, lorsqu'ils peuvent le garder lorsque j'ai des choses à faire. Mais ils ont gardé la maison à Perth, je crois qu'ils songent à passer un semestre ici, puis un autre là-bas, et ainsi de suite." expliqua-t-elle. "C'est leur seul petit-enfant après tout, je suppose qu'ils veulent passer un maximum de temps avec lui." C'était pourquoi il ne refusait jamais de le garder. "Ils en deviennent envahissants. Comme si je n'était restée qu'une adolescente à leurs yeux, à me demander systématiquement où je veux aller, à vérifier que je n'ai effectivement plus aucune marque sur mes poignets, et j'en passe des meilleurs." soupira-t-elle. "Et je finis par leur en vouloir, à la longue. Je sais que ce n'est pas ce qu'ils recherchent mais... Je ne sais pas, on ne doit pas être sur la même longueur d'onde." Cependant, Hassan pensait que c'était une bonne chose qu'elle ait pu se trouver une maison et l'aménager et la décorer. "Ca se fera par étape. Ma chambre en dernier." Parce qu'elle était la seule à pouvoir y aller, elle ne comptait pas ramener un homme tous les soirs à la maison, Hassan était bien placé pour savoir que ce n'était absolument pas son cas. Elle le laissait terminer de compter clous et vis pour voir si tout y était. Une fois fait, il étudiait les planches. Comme tout le monde, Joanne finit par s'asseoir par terre. Son fils la vit, et, peluche en main, il se précipita à quatre pattes vers elle pour se mettre sur ses genoux, et reprendre son jeu adossé contre elle. "Tu sais ce que Jamie m'a dit ?" finit-elle par lui dire, bien qu'il ne voulait certainement pas entendre par lui. "Il m'a dit que cette séparation était comme son dernier geste d'amour pour moi." Quelque chose qui était bien familier entre eux aussi. Même si les circonstances avaient été totalement différentes. "Je ne sais pas si c'est moi qui ne le mérite pas ou lui qui ne me mérite pas." dit-elle en baissant les yeux, désemparée. "Je me remets beaucoup en question. Encore une fois." Joanne était en partie fautive de ce qu'était devenue cette relation entre Jamie et et elle. "Je me demande ce qui cloche chez moi." dit-elle avec un rire nerveux, essayant de dédramatiser un peu, alors qu'elle se questionnait véritablement sur sa vie amoureuse.

crackle bones


"please stay next to me"
They couldn't stay together because they loved each other way too much. Everyone is against it, but everything keeps telling her to be close to him. She would love to ignore what people said and love as she used to do.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://queenofdale.tumblr.com En ligne

ÂGE : 35 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : célibataire, divorcé depuis bientôt trois ans
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios
LOGEMENT : #25 logan city, il vient de racheter l'ancienne maison de ses parents

POSTS : 4580 POINTS : 410

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : possède un berger allemand, Spike ☆ fin 2013 on lui a diagnostiqué une leucémie, il est en rémission depuis mai 2015 ☆ 5 tatouages ☆ donne des cours de soutien dans un lycée, et fait la lecture aux enfants malade à l'hôpital ☆ d'origine iranienne, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000-2001 ☆ en couple pendant 9 ans et marié pendant 3 ans à Joanne, a demandé le divorce en apprenant sa leucémie sans lui en parler ☆ parle farsi (persan) et a un bon niveau d'arabe ☆ diagnostiqué dépressif, il a fait une tentative de suicide en avril 2016 ☆ ne boit pas d'alcool, par conviction
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : hannahelisejoanne #7moirayasmine #8jamie #2elliesaul #1jordan #2ashleyterrence & harleyalissa

هرگز تسلیم

RPs EN ATTENTE : camber ☆ charlie hp ☆ terrence #2 ☆ aaron ☆ elsie


RPs TERMINÉS : joanne #6yasmine #7joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@benmckee & crackship@selfmade & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio
INSCRIT LE : 20/09/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Mer 30 Nov - 8:34

A dire vrai Hassan ne s'attendait à rien de spécial concernant la nouvelle adresse de Joanne, sans trop savoir pourquoi l'aspect ou le contenu de la maison ne lui avait même pas traversé l'esprit, sans doute parce que ce n'était pas vraiment important. Lui avait campé dans son salon et dormi sur son canapé pendant presque un mois, au fond, alors il aurait été mal placé pour faire - ou penser - le moindre commentaire. « Justement, tu aurais très bien pu te dire qu'en étant la personne qui a pu réaménager ta maison, tu te serais attendu à ce que ce soit un peu plus ... en forme que ça ne l'est actuellement. » Mais comme il venait de le dire elle n'y était pas du tout, et n'avait pas à s'inquiéter à ce sujet. « J'attends mon salaire de ce mois, je vais commencer par meubler le salon, un petit peu. Histoire que ça soit un peu plus convivial et accueillant. Mais la salle de bain, à l'étage, est quasiment neuve. Les propriétaires précédents l'avait refaite, et la cuisine deux ans avant ça. » Hassan aurait aimé pouvoir en dire autant de la sienne, refaite à leur goût par les anciens propriétaires, certes ... mais sur une période désormais vieille de vingt ans. Mais enfin, cet achat n'avait été en rien dicté par une quelconque préoccupation matérielle, c'était même tout le contraire. « Tu n'as pas gardé quelques meubles de ton ancien appartement, qui pourraient te dépanner en attendant ? » Il ne savait pas grand-chose de cet appartement, pour des raisons évidentes, mais l'adresse de Pine Rivers mentionnée sur les papiers du divorce - ceux d'Hassan, réduits en confettis peu de temps après leur signature - lui suffisait à savoir que cet appartement avait bel et bien existé. A en juger par le fait qu'elle était toujours en pièces détachées, la bibliothèque ne faisait en tout cas pas partie de ces vestiges de la période ayant suivi leur séparation. « Quoi que chez Ikea, ils font des efforts. » Sans doute. Dommage qu'ils n'aient toujours pas songé à l'idée d'en faire sur les prix.

S'obstinant quelques instants à tenter de déchiffrer la notice, Hassan avait jeté l'éponge et récupéré ses lunettes dans son sac avant de poursuivre son comptage des pièces. Laissant couler la mention de Jamie avec une indifférence feinte, il avait préféré s'en remettre aux deux sujets mentionnés ensuite, à commencer par la bibliothèque dont elle ne devrait plus être un problème pour longtemps « Non, il ... Il faut qu'elle soit montée. Que ça ressemble un peu plus à quelque chose ici. Je pourrai enfin déballer quelques cartons. Mes livres et mes DVDs. Quelques photos de Daniel, aussi. » De quoi transformer la pièce en quelque chose de plus chaleureux et moins impersonnel, il comprenait le principe « Non, ce que je voulais dire c'est que je ne repartirais pas d'ici sans que cette bibliothèque soit sur pieds, alors ça fera un problème à rayer de ta liste. » avait-il alors simplement répondu en esquissant un léger sourire. La volonté des parents de Joanne à s'attarder en ville laissant en tout cas penser à Hassan qu'ils avaient décidé de s'installer à Brisbane, fait assez surprenant pour le brun qui se rappelait d'eux autant que de leur attachement à Perth. « Ils l'ont plus ou moins décidé lorsque Daniel est né. J'avoue qu'ils m'aident beaucoup, lorsqu'ils peuvent le garder lorsque j'ai des choses à faire. Mais ils ont gardé la maison à Perth, je crois qu'ils songent à passer un semestre ici, puis un autre là-bas, et ainsi de suite. C'est leur seul petit-enfant après tout, je suppose qu'ils veulent passer un maximum de temps avec lui. » C'était même probable, et parfaitement compréhensible de son point de vue, bien qu'il imagine aisément que cela puisse devenir un poil envahissant, et d'ailleurs Joanne avait repris presque aussitôt « Ils en deviennent envahissants. Comme si je n'était restée qu'une adolescente à leurs yeux, à me demander systématiquement où je veux aller, à vérifier que je n'ai effectivement plus aucune marque sur mes poignets, et j'en passe des meilleures. Et je finis par leur en vouloir, à la longue. Je sais que ce n'est pas ce qu'ils recherchent mais ... Je ne sais pas, on ne doit pas être sur la même longueur d'onde. » Sans doute, mais Hassan ne pouvait pas leur jeter la pierre concernant leur inquiétude, lui aussi était inquiet. Mais si ses propres parents ne parvenaient pas à lui faire entendre raison ce n'était pas lui, qu'elle semblait actuellement ranger dans le même panier, qui parviendrait à changer la donne.

Repérant les deux parois latérales parmi la pile de planches posées à côté de lui, Hassan s'était emparé de l'une des deux, s'interrompant un instant pour froncer les sourcils devant la marche à suivre illogique - de son point de vue - proposée par le mode d'emploi. De l'intérieur vers l'extérieur, on lui avait toujours appris à procéder ainsi, c'était l'une de ces choses que son père répétait lorsque pas plus haut que trois pommes Hassan l'observait bricoler dans son garage avec les chutes de bois récupérées à la menuiserie. Tentant de revenir à un sujet moins sensible, il s'était contenté de parler décoration comme d'une futilité, tandis que le bébé crapahutait à quatre pattes jusqu'à sa mère. « Ça se fera par étapes. Ma chambre en dernier. » Attrapant deux vis moyennes et la clé de montage, Hassan avait coincé l'une des deux entre ses lèvres de temps de s'occuper de fixer la première, attentif à ce qu'il faisait mais attentif également aux paroles de Joanne bien qu'il ne puisse pas à la fois avoir les yeux sur l'étagère et les yeux sur elle. « Tu sais ce que Jamie m'a dit ? » Non, bien sûr il ne savait pas. Tout ce qu'il savait c'était qu'avant de partir pour Téhéran, et de manière un peu maladroite, il avait tenté de lui faire comprendre que lui jeter Jamie au visage à la moindre occasion était plus blessant qu'elle ne l'imaginait ... Et il était à nouveau là, pourtant, au cœur d'une conversation qu'Hassan n'avait aucune envie d'avoir, mais dont la blonde semblait ne pas vouloir se défaire. « Il m'a dit que cette séparation était comme son dernier geste d'amour pour moi. Je ne sais pas si c'est moi qui ne le mérite pas ou lui qui ne me mérite pas. » Il se demandait si c'était les mots de Jamie, ou simplement la manière qu'avait Joanne de le définir. Mais Hassan avait presque la nausée qu'elle ose les comparer tous les deux, comme si les situations avaient quoi que ce soit de comparable. « Je me demande ce qui cloche chez moi. » La vis qu'il gardait calée entre ses lèvres avait chuté sur le parquet et roulé aux pieds de Joanne avant qu'Hassan ne puisse la rattraper. Un peu agacé de s'être ainsi laissé troubler, il avait secoué vaguement la tête « Qu'est-ce que tu espères que je te dise, Joanne ? » La question était posée à voix basse, sans animosité mais avec une certaine résignation, en revanche. « Que je suis désolé ... ? Je le suis pas, tu le sais. » Et elle savait sans doute aussi pourquoi, elle devait savoir que ce n'était pas contre elle, au fond.

Terminant de fixer la première vis, il s'était finalement interrompu, retirant ses lunettes et passant une main sur son visage en soupirant, un peu las. Non pas de Joanne, mais de cette situation inextricable dont il lui semblait que seule la volonté de la jeune femme l'empêchait de s'en sortir. « Je peux pas avoir de compassion pour lui, j'ai même pas envie d'essayer, parce que la manière dont il s'est comporté avec toi je trouve ça inacceptable. Et je sais, tu vas me dire qu'il est pas toujours comme ça, et j'te crois ... mais ça suffit pas. » Ça ne voulait pas dire qu'il ne recommencerait pas, en réalité même si Hassan ne jugeait pas utile de le mentionner, le comportement de Jamie durant leur face à face dans l'ascenseur lui laissait même penser exactement le contraire. Il n'avait vu qu'un type instable, incapable de raisonner autrement qu'avec colère, obligé d'abattre son poing sur le cadran de l'ascenseur parce que l'abattre sur la mâchoire d'Hassan lui aurait donné encore plus mauvais rôle. « Et c'est pas ce que tu mérites, vivre dans l'incertitude de savoir s'il s'en reprendra à nouveau à toi, rester avec quelqu'un qui veut que tu sois à lui plutôt qu'avec lui, je suis désolé mais tu ne mérites pas ça. Personne ne mérite ça. » Et quelque part c'était peut-être ce qui lui faisait le plus de peine, l'idée qu'elle pense ne pas pouvoir métier autre chose, ou mériter mieux. Silencieux, le bébé avait un temps donné la - fausse - impression d'écouter la conversation, mais bientôt il avait recommencé ses babillages et reporté son attention sur sa peluche. « Mais je sais que tu penses que je me trompe, tout comme je pense que toi tu te trompes ... Alors je suppose qu'on ne tombera jamais d'accord là-dessus. » Elle ne parviendrait pas plus à le convaincre que lui à la convaincre, c'était ça la vérité, peu importe qu'elle ne soit plaisante ni pour lui, ni pour elle. Récupérant la vis qui avait roulé jusqu'au pied de Joanne, il avait entrepris de la fixer à son tour, chaussant à nouveau ses lunettes sur son nez et quittant la jeune femme des yeux, mais ajoutant malgré tout « Mais je veux pas que tu penses que la situation me fait plaisir non plus ... Ça ne me plait pas, de te savoir malheureuse. » Et s'il se sentait obligé de le dire à voix haute c'est parce qu'il craignait réellement qu'il ne se satisfasse de sa situation. Elle n'était pas heureuse, ce n'était en rien une victoire ou une satisfaction à ses yeux.









    - don't tell me if i'm dying, 'cause i don't wanna know, if i can't see the sun maybe i should go. don't wake me 'cause i'm dreaming of angels on the moon, where everyone you know never leaves too soon - thriving ivory

 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

la poupée de jamie

ÂGE : 30 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Célibataire, et compte le rester. Limite les contacts physiques avec les hommes, à quelques exceptions près.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de neuf mois. Directrice de la fondation Keynes venant en aide aux enfants/adolescents en difficulté situé en Angleterre. Ancienne conservatrice.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 2758 POINTS : 240

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a fait une fausse-couche juste après, alors qu'elle ignorait être enceinte. ▽ qualifiée de trop gentille ▽ conservatrice dans un musée ▽ passionnée d'histoire ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ Joanne aime beaucoup danser, c'était son activité depuis son enfance, que ce soit en groupe, seule ou en couple ▽ très facilement impressionnable ▽ depuis sa fausse-couche, Joanne est en proie à des crises d'angoisse ▽ elle adore se promener ▽ sujette aux détresse respiratoires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : joamie #88 + joamie v.a.#2 + hassan #6 + saul + adele + moira





PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : black arrow + tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Mer 30 Nov - 17:51

wasted years, wasted gain
I believe in the lost possibilities you can see. And I believe that the darkness reminds us where light can be. I know that your heart is still beating, beating darling. I believe that you fell so you can land next to me. ‘Cause I have been where you are before. And I have felt the pain of losing who you are. And I have died so many times, but I am still alive

Au moment où Joanne avait à nouveau emménagé avec Jamie, elle ne s'était pas vraiment posée la question concernant son appartement et ses meubles. Elle avait rendu les clés, et vendu le mobilier. Il ne lui était jamais venu à l'esprit qu'elle pourrait à nouveau en avoir besoin étant donné que Jamie avait déjà bien plus que nécessaire, et il était prêt à lui offrir tout et n'importe quoi. Elle avait été bien aveugle et naïve pour penser qu'elle n'aurait plus jamais besoin de tous ces meubles. Et jamais elle n'avait songé à louer un endroit où les stocker, juste au cas où. Elle était pourtant une personne très préventive, elle avait toujours une roue de secours. C'était alors un peu honteuse, qu'elle secoua négativement la tête. "Non." répondit-elle tout bas. "Je... Je ne pensais pas en avoir besoin." Et la jeune femme ne se voyait pas non plus utiliser les mêmes meubles achetés après sa première séparation pour les réutiliser après la seconde. Au fond, ce n'était pas plus mal. "Mais ça me permet de repartir de zéro. Ca serait très progressif, et ça se montera petit à petit, ce n'est pas plus mal comme ça." ajouta-t-elle. Et pour preuve, elle venait déjà de s'acheter une bibliothèque. Certes, elle n'arrivait pas à la monter, mais Hassan lui avait assuré qu'elle n'avait plus à se faire de soucis de ce côté-là. Bien qu'il ne semblait pas comprendre grand chose à la notice également. Joanne savait qu'il parvenait toujours à se débrouiller, et il utilisait tout son bon sens afin de comprendre comment monter ce meuble. Joanne le regardait avec une reconnaissance sincère. Néanmoins, les sourires et tout autre émotion positive furent vite évincés de leur conversation. Joanne regretta très vite d'avoir eu ce besoin de parler. Elle se sentait si bête, elle savait combien Hassan n'aimait pas lorsqu'elle pouvait le mentionner lui. Elle ne les comparait absolument pas sur la séparation, elle trouve surtout étrange le fait que les deux l'aient pu quitter par amour. Aucun des deux ne voulait qu'elle souffre. Et Hassan la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle n'aurait jamais pu supporter son veuvage si les choses s'étaient déroulées comme Hassan le pensait. La vis qu'il avait malencontreusement lâché roula jusqu'aux pieds de la jeune femme. Elle l'observa, bien que son regard semblait particulièrement vide. Daniel avait fini par quitter ses genoux, ayant vu au loin un jouet qui l'intéressait. Le ton employé par Hassan était bien différent de celui qui l'avait d'habitude. Il fallait bien le connaître pour remarquer le contraste qui lui pinça vivement le coeur. Il parlait tout bas, mais c'était comme s'il la fusillait du regard, comme s'il lui en voulait beaucoup. Elle déglutit difficilement sa salive et baissa les yeux, honteuse de son erreur. Elle n'en ratait pas une. A fleur de peau, les larmes étaient très vite montées au bord de ses yeux. Elle restait muette, et lui continuait de parler, disant tout ce qu'il pouvait penser, même entre les lignes. Pourtant il était rare qu'elle fonde en larmes devant son fils, elle faisait véritablement de son mieux pour qu'il ne souffre pas de cette situation à cause d'elle. Heureusement, il était occupé avec sa peluche, bien qu'il avait eu un moment où il semblait écouter la conversation. Elle restait longuement silencieuse. "Je suis désolée, je ne voulais pas t'importuner, ou même t'offenser." dit-elle tout bas, la voix plus que tremblante. Elle s'en voulait terriblement. Pourtant, c'était certainement ce dont elle avait besoin, de parler. Mais certainement pas à un psychologue, Dieu sait comment l'on réagirait si on savait que l'on avait face à soi la femme que Jamie Keynes avait violenté. Joanne ne voulait pas de ces regards là. Le fait qu'Hassan s'était autant braqué était légitime, elle en avait pleinement conscience. Mais cela ne faisait que continuer de creuser ce trou qui devenait sans fin et qui ne faisait qu'accentuer ce sentiment de solitude. Depuis des semaines, Joanne se sentait particulièrement seule, et ça n'allait pas en s'améliorant. Il avait raison sur bien des points, notamment sur le fait que Jamie préférait largement dire qu'il était à lui plutôt qu'avec lui. Joanne mentirait si elle disait que ça ne lui plaisait pas. Elle avait trouvé un certain réconfort dans cette possessivité, dans le fait d'appartenir à quelqu'un. C'était devenu quasi contagieux. Mais Hassan avait pointé du doigt cette différence là, et ça avait interpellé Joanne. Songeuse, elle se renfermait peu à peu sur elle, le montrant avec le réflexe de se recroqueviller sur elle-même en pliant ses genoux contre elle et en les entourant de ses bras. Elle posait son menton sur ses genoux, et regardait dans le vide. "Je suis désolée..." répéta-t-elle, toujours en larmes. Elle ne savait pas vraiment pour quoi elle était désolée, mais c'était la seule chose qu'elle pensait à ce moment là. Elle était navrée pour tellement de choses vis-à-vis d'Hassan. Elle s'en voulait de s'être comportée ainsi, d'avoir ramené ce sujet là alors qu'il n'était vraiment pas la personne avec qui il fallait parler de ce genre de choses. Désormais, Joanne n'osait plus vraiment dire quoi que ce soit, de peur de froisser une nouvelle fois son ex-mari. L'on entendait plus que Daniel se divertir avec ses jouets, et les bruits de planches et de vis qu'Hassan fixait et montait au fur et à mesure. "Tu ne t'attendais certainement pas à ce que je termine comme ça, pas vrai ?" lui demanda-t-elle finalement, rongée par une sorte de culpabilité. "Tu dois être si déçu..." Et pour Joanne, c'était la pire des choses pour elle, de décevoir une personne qui lui est particulièrement proche. C'était l'une de ses pires craintes. Hassan le savait. C'était encore plus dur pour elle de remonter la pente tout en sachant qu'elle en avait déçu plus d'un. Ses parents, par rapport au fait de s'être laissée aveuglée par les sentiments qu'elle avait pour Jamie, Jamie lui-même avait été déçu d'elle, Saul aussi, certainement. Et pour elle, Hassan s'ajoutait logiquement à cette liste. Et qu'est-ce que c'était douloureux pour elle. 

crackle bones


"please stay next to me"
They couldn't stay together because they loved each other way too much. Everyone is against it, but everything keeps telling her to be close to him. She would love to ignore what people said and love as she used to do.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://queenofdale.tumblr.com En ligne

ÂGE : 35 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : célibataire, divorcé depuis bientôt trois ans
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios
LOGEMENT : #25 logan city, il vient de racheter l'ancienne maison de ses parents

POSTS : 4580 POINTS : 410

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : possède un berger allemand, Spike ☆ fin 2013 on lui a diagnostiqué une leucémie, il est en rémission depuis mai 2015 ☆ 5 tatouages ☆ donne des cours de soutien dans un lycée, et fait la lecture aux enfants malade à l'hôpital ☆ d'origine iranienne, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000-2001 ☆ en couple pendant 9 ans et marié pendant 3 ans à Joanne, a demandé le divorce en apprenant sa leucémie sans lui en parler ☆ parle farsi (persan) et a un bon niveau d'arabe ☆ diagnostiqué dépressif, il a fait une tentative de suicide en avril 2016 ☆ ne boit pas d'alcool, par conviction
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : hannahelisejoanne #7moirayasmine #8jamie #2elliesaul #1jordan #2ashleyterrence & harleyalissa

هرگز تسلیم

RPs EN ATTENTE : camber ☆ charlie hp ☆ terrence #2 ☆ aaron ☆ elsie


RPs TERMINÉS : joanne #6yasmine #7joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@benmckee & crackship@selfmade & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio
INSCRIT LE : 20/09/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Ven 2 Déc - 15:01

Hassan avait posé la question un peu sans y réfléchir, et en avait regretté la formulation de sa question à peine avait-il croisé le regard défait et incertain de Joanne, comme si elle y avait vu une forme de jugement qu'il n'avait pourtant eu aucune intention de porter. « Non ... Je ... Je ne pensais pas en avoir besoin. » Évidemment, et ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait légitimement lui reprocher, aussi secouant légèrement la tête il s'était repris « Non, tu as raison. Excuse-moi. » On ne s'investissait pas dans une relation dans l'optique d'en voir la fin, ce n'était fort heureusement jamais le but, et Hassan avait simplement fait l'erreur de mettre dos à dos leurs emménagements respectifs en oubliant momentanément que leurs situations, en revanche, n'étaient pas similaires. « Mais ça me permet de repartir de zéro. Ça serait très progressif, et ça se montera petit à petit, ce n'est pas plus mal comme ça. » Il avait acquiescé légèrement, elle avait probablement raison. Parole de personne qui avait loué un appartement à la va-vite et acheté le minimum de meubles, dans l'optique de ne probablement pas en voir la couleur bien longtemps. Continuant de dompter cette bibliothèque pour laquelle la blonde l'avait appelé à la rescousse, il gardait les yeux rivés sur ce qu'il était en train de faire mais les oreilles attentives à ce que lui disait Joanne, bien qu'au fil de ses phrases une pointe d'agacement finisse par s'insinuer en lui alors que le sujet dérivait - sans surprise - sur l'ex-fiancé de la jeune femme. Celui-là même auquel Joanne continuait de donner le beau rôle en lui trouvant tout un tas d'excuses qu'Hassan ne pouvait pas cautionner.

Un agacement qu'il n'avait finalement pas été capable de garder pour lui, tant le stoïcisme et la manière dont Joanne se laissait subir la situation le révoltait. Ce n'était pourtant pas après elle qu'il en avait, ou pas directement du moins, c'était ce qu'elle semblait être devenue au contact de cet homme qui le laissait perplexe, ce qu'il avait réussi à faire d'elle en l'espace d'un an et demi, deux ans, ou peu importe à quand remontait leur rencontre à tous les deux. Mais, peu habituée sans doute à se retrouver au centre des contrariétés du brun, Joanne avait bafouillé « Je suis désolée, je ne voulais pas t'importuner, ou même t'offenser. » d'un air confus, pourtant inconsciemment capable de comprendre ce qui, dans ces propos, pouvait effectivement avoir quelque chose d'offensant. De blessant, même, parce qu'il se sentait blessé de la voir ainsi les mettre sur le même pied d'égalité Jamie et lui, comme si leurs comportements étaient équivalents, comme si ces actes qu'il condamnaient avec véhémence ne valaient pas mieux que la situation à laquelle il avait confronté la blonde presque trois ans plus tôt, en pensant pourtant lui laisser l'option la "moins pire". Est-ce que cela l'était à ses yeux, alors ? Équivalent. Hassan n'avait pas osé poser la question, par peur sans doute de quelle pourrait être la réponse. « Je suis désolée ... » avait-elle pourtant répété à nouveau, Hassan sentant son cœur se serrer en voyant les larmes rouler sur ses joues et ses jambes se replier contre elle tel un mécanisme de défense inconscient. « Ne me fais pas passer pour le méchant, Joanne ... » avait-il soupiré avec une pointe de tristesse, et l'impression que si elle laissant Jamie faire d'elle sa poupée de chiffon sans broncher, lui n'avait pas le droit véritable d'exprimer une opinion qu'elle savait pourtant d'avance être déplaisante à entendre pour elle.

Amer quant à l'impression de se retrouver dans une impasse face à elle, Hassan n'avait plus rien dit et artificiellement reporté son attention sur le montage de la bibliothèque, le silence pesant de la pièce troublé uniquement par les babillages du bébé, l'assemblage des panneaux de bois et Joanne qui reniflait doucement en tentant de sécher ses larmes. « Tu ne t'attendais certainement pas à ce que je termine comme ça, pas vrai ? » avait-elle fini par questionner, persuadant Hassan d'interrompre à nouveau sa besogne lorsqu'elle avait ajouté « Tu dois être si déçu ... » Reposant la clef de montage au-dessus du sachet de vis qui trônaient près du meuble à demi-monté, Hassan avait pivoté d'un quart tout en restant assis sur le parquet du salon, mais faisant ainsi face à Joanne « Je ne suis pas déçu, je suis ... triste. » Son état quasi-permanent depuis plusieurs mois, serait-on tenté d'ajouter, mais la situation tendait à se compliquer légèrement « Je ne sais pas si tu peux t'imaginer ce que ça m'a coûté de te dire que je voulais divorcer. L'effet que ça peut faire de regarder dans les yeux la personne que tu aimes, et de te dire que c'est terminé ... de repenser au dernier baiser, aux dernières caresses, au dernier "je t'aime" et de savoir qu'il n'y en aura pas d'autres, parce que tu t'apprêtes à y renoncer. » Elle ne saurait jamais vraiment, non, mais si elle l'avait réellement aimé autant qu'il l'avait aimée elle pouvait en avoir une vague idée. « Mais je pensais vraiment que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire, que ce serait plus simple pour toi, et que tu retrouverais quelqu'un de bien ... quelqu'un qui prenne soin de toi. Maintenant j'ai simplement l'impression de t'avoir laissée à la merci du premier manipulateur venu, et d'avoir fait pire que mieux. » Et il s'en voulait, quelque part. D'avoir cru comme l'évangile à la parole des ces médecins qui ne cachaient même pas leur pessimisme à son sujet, d'avoir voulu prendre les devants et finalement réussi uniquement à mettre Joanne dans la situation qui était la sienne actuellement. Attirée par un type instable, probablement dangereux, comme un papillon de nuit attiré par une source de lumière. « Et je ne sais juste plus quoi faire ou quoi dire pour te faire comprendre que c'est trop facile, pour lui, si tu acceptes sans broncher et sans te poser de question que tout est de ta faute. Que c'est toi qui l'a énervé, qui n'a pas dit ou fait ce qu'il fallait, qui pose trop de questions ou Dieu sait quoi d'autre encore ... J'ai vu comment il raisonnait. Mais tout ça c'est de fausses excuses. C'est pas toi qui a un problème. » Il avait vu, dans cet ascenseur, la façon qu'avait Jamie de se justifier en pointant les fautes des autres, simplement pour ne pas avoir à affronter les siennes. La manière dont il minimisait ses actes envers Joanne en parlant de "mauvais jours" comme si s'en prendre physiquement à elle n'était qu'un détail insignifiant ou d'une banalité affligeante. « Et le pire c'est que je crois que quoi que je dise, à la seconde où il décidera de te récupérer tu accourras vers lui. » Et les choses ne changeraient jamais, parce que Jamie aurait la preuve que peu importe son comportement envers Joanne elle lui pardonnerait tout, même l'impardonnable. Sentant sa gorge se serrer, il avait détourné le regard et préféré à nouveau s'en remettre à la bibliothèque, récupérant dans le sachet les vis de fixation pour les coins du meuble. Il se demandait à quoi bon, s'il n'était là que pour monter ce foutu meuble et donner des conseils qu'elle ne suivrait pas, et dont elle n'avait probablement que faire.









    - don't tell me if i'm dying, 'cause i don't wanna know, if i can't see the sun maybe i should go. don't wake me 'cause i'm dreaming of angels on the moon, where everyone you know never leaves too soon - thriving ivory

 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

la poupée de jamie

ÂGE : 30 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Célibataire, et compte le rester. Limite les contacts physiques avec les hommes, à quelques exceptions près.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de neuf mois. Directrice de la fondation Keynes venant en aide aux enfants/adolescents en difficulté situé en Angleterre. Ancienne conservatrice.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 2758 POINTS : 240

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a fait une fausse-couche juste après, alors qu'elle ignorait être enceinte. ▽ qualifiée de trop gentille ▽ conservatrice dans un musée ▽ passionnée d'histoire ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ Joanne aime beaucoup danser, c'était son activité depuis son enfance, que ce soit en groupe, seule ou en couple ▽ très facilement impressionnable ▽ depuis sa fausse-couche, Joanne est en proie à des crises d'angoisse ▽ elle adore se promener ▽ sujette aux détresse respiratoires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : joamie #88 + joamie v.a.#2 + hassan #6 + saul + adele + moira





PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : black arrow + tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015

MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Ven 2 Déc - 17:28

wasted years, wasted gain
I believe in the lost possibilities you can see. And I believe that the darkness reminds us where light can be. I know that your heart is still beating, beating darling. I believe that you fell so you can land next to me. ‘Cause I have been where you are before. And I have felt the pain of losing who you are. And I have died so many times, but I am still alive

"J'ai toujours l'argent que nous avions chacun récupéré lorsque nous avions vendu la maison." dit-elle alors, se souvenant subitement qu'elle avait ce compte bancaire là qui dormait et auquel elle n'avait jamais toucher. Ce serait certainement une belle opportunité pour l'utiliser, son aménagement prendrait donc moins de temps que prévu. "Je n'ai jamais vraiment osé y toucher." avoua-t-elle. "Dans ma tête, cette somme là reste la nôtre, et non la mienne." Elle haussa les épaules. "S'il venait à être utilisé, je ne voudrais pas l'utiliser pour n'importe quoi." Juste après le divorce, Joanne avait fait ce qu'elle pouvait pour se raccrocher à lui. Il y avait sa bague de fiançailles, son alliance, ces quelques photos. Et finalement, cette somme d'argent avait fini par avoir une certaine valeur sentimentale aussi. Après quoi, la jeune femme avait bien compris à quel point le beau brun était agacé. Elle le prenait directement pour elle et préférait s'en excuser plus d'une fois, rongée par une certaine culpabilité. Hassan avait pivoté sur place afin de se retrouver face à elle, et il captait son regard pour lui avouer qu'il ressentait de la tristesse plutôt que de la déception. Suite à quoi il se lança dans une tirade, lui expliquant combien il avait été difficile pour lui de demander le divorce alors qu'il l'aimait encore, et de devoir renoncer à tout ce qui alimentait leur couple. "J'y ai renoncé aussi en disant tout de suite que j'étais d'accord." lui répondit-elle avec un regard compatissant, la voix douce. "Peut-être que tu t'attendais à ce que je me batte plus, à ce que je refuse cette séparation, mais je ne voulais pas que ça se termine sur un désaccord. Que si tu voulais mettre fin à notre idylle, c'est que tu devais avoir de très bonnes raisons et je ne voulais pas devenir celle qui te mettait des bâtons dans les roues. Ca ne m'a peut-être pas autant coûté que toi, parce que j'imagine qu'être la personne qui demande la séparation doit être la pire position qui soit." Difficile de se mettre à sa place, en effet, mais Joanne le comprenait. "Nous avons tous les deux renoncé à beaucoup de choses, ce jour-là." Et tout ça, par amour. "Ce n'est pas de ta faute, Hassan, s'il m'est arrivé tout ceci, si j'ai rencontré Jamie." Parce que sa phrase laissait largement sous-entendre le contraire. "Je suis touchée que tu aies pensé à moi de cette manière. Que tu te doutais que je m'en sortirai peut-être mieux en étant divorcée plutôt que veuve." Même si tout ne s'était pas passé comme prévu, Joanne avait fini par lui être reconnaissante. "Et tu en veux à nouveau, des baisers, des caresses et des mots d'amour ?" lui demanda-t-elle, ayant bien conscience que sa vie amoureuse semblait être le cadet de ses soucis. "Je ne pense pas forcément à moi, hein. Mais tu y as déjà songé, de retomber amoureux ?" Avoir un soutien quasi quotidien lui ferait du bien, Joanne n'en doutait pas. Mais peut-être qu'il ne se sentait pas encore prêt à s'engager dans quoi que ce soit. "Comment ça, tu as vu comment il raisonnait ?" lui demanda-t-elle, alors. Il était facile de supposer qu'ils ne s'étaient pas que croiser dans les couloirs du studio ABC pour qu'il dise ça. Joanne restait ensuite longuement silencieuse. Peut-être qu'Hassan n'était pas le plus objectif dans toute cette histoire, mais ses paroles restaient toujours justes, il s'empêchait de trop entrer dans un jugement. Et lui était bien sûr de lui lorsqu'il disait que ce n'était certainement pas son ex-femme qui avait un problème, que ce n'était pas sa manière de faire qui justifiait les réactions de Jamie. Peut-être qu'il avait raison. Elle le fixa longuement, plongée dans ses réflexions, à répéter sans cesse cette phrase dans sa tête. Et la confrontation à sa propre réalité fut d'autant plus brutal lorsqu'Hassan disait être persuadé qu'elle retournerait vers Jamie la seconde où il voudrait la récupérer. Et Joanne était subitement loin d'appréciée d'être ainsi à la merci d'un homme, alors que tant de personnes s'évertuaient à lui dire qu'elle avait tout pour elle. "Dis comme ça, ça ne donne pas très envie." dit-elle, un peu honteuse. Elle avait été plus que ça avec Hassan, elle ne parvenait pas à expliquer tout ce qui s'était passé pour en arriver là. "Je ne dis pas que je ne ferai plus d'erreur avec lui, mais..." Elle soupira. "Il a voulu cette séparation, et il l'aura. Même si c'est encore très difficile d'être dans la même pièce que lui." Elle était alors prise d'une certaine faiblesse dont elle n'arrivait pas à se défaire. Cette paire d'yeux verts qui pouvait lui demander encore presque n'importe quoi. "Je te crois, Hassan, dans tout ce que tu viens de dire. Et j'aimerais m'y détacher aussi facilement, être capable de tout éteindre, et d'essayer de repartir d'un bon pied. Là, je me sens engluée, et ça m'empêche d'avancer. Je... Je crois que j'ai besoin de recul, mais ça reste impossible. Pas avant qu'il puisse avoir la garde de Daniel." Il restait le père de cet enfant, et Joanne avait beau vouloir s'arracher d'elle ses sentiments pour lui, il restait l'homme avec qui elle avait pu avoir un enfant. C'était un lien indéfectible. "Il vient le voir plusieurs fois par semaine, et je ne vais pas l'en empêcher, je ne veux pas que Daniel grandisse sans père. Si tu voyais combien l'ambiance est étrange, presque, malsaine. Et l'avoir là, pendant deux, trois heures, ça n'aide pas vraiment." Et à côté, Jamie semblait tout faire pour toucher les points sensibles de la jeune femme, jusqu'à prétendre qu'elle serait une mauvaise mère. "Il aura peut-être un droit de garde pour Daniel d'ici quelques mois." Peut-être que moins le voir lui permettrait enfin d'avancer, et d'arrêter de sentir son coeur se serrer à chaque fois qu'il apparaissait dans son champ de vision. "J'aimerais être plus forte que ça." dit-elle en appuyant sa tête contre le mur. "Peut-être partir une ou deux semaines en vacances avec Daniel. Pour bien me détacher avant que je ne me fasse de nouveau avoir." Et qu'elle tombe dans le piège. La jeune femme resta ensuite longuement silencieuse alors qu'Hassan avançait bien sur le montage de la bibliothèque. "Tu veux rester manger, ce soir ?" lui demanda-t-elle finalement, alors que Daniel s'approchait à nouveau de sa mère pour avoir droit à quelques câlins. "Je comptais faire un gratin, avec un peu de viande. Je le conçois, le cadre n'est pas ce qu'il y a de plus fameux, mais il paraît que ma cuisine n'est pas si mauvaise que ça." dit-elle avec un léger sourire.  
crackle bones


"please stay next to me"
They couldn't stay together because they loved each other way too much. Everyone is against it, but everything keeps telling her to be close to him. She would love to ignore what people said and love as she used to do.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://queenofdale.tumblr.com En ligne

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: wasted years, wasted gain (joanne)   Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas
 

wasted years, wasted gain (joanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: logements
-