AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Découvre le du forum
et n'hésite pas à participer !


Partagez | 
 

 SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : mariée, arrangée, obligée.
MÉTIER : peintre et photographe lorsque la tête et le coeur le veulent.
LOGEMENT : ap. 18, pine rivers

POSTS : 320 POINTS : 515

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
ezra #1ezra #2ameliathomassaul (fb)leo (fb)madison (fb)jamieben



RPs EN ATTENTE : alvaro + wade + gabriella + cassia + aaron + james + kane + hannah
PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : .
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t12359-ginny-she-smelled-of-daisies-she-drives-me-crazy http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Lun 28 Nov - 5:18


baby, it's cold outside
Saul & Ginny
My mother will start to worry, beautiful, what's your hurry? Father will be pacing the floor, listen to the fireplace roar. So really I'd better scurry, beautiful, please don't hurry. Maybe just a half a drink more, put some records on while I pour. The neighbors might think, baby, it's bad out there. Say, what's in this drink, no cabs to be had out there. I wish I knew how, your eyes are like starlight now. To break this spell, I'll take your hat, your hair looks swell.

La robe que j’avais choisie à la va vite avec Matt lors d’une énième journée sur Kensington avenue était trop serrée, trop étouffante, trop criarde. Elle suffoquait sur elle-même, elle gardait tout en place, soutenir, supporter, diriger. Elle avait sa façon à elle de m’immobiliser, de me garder attentive, inquiète, détaillant les moindres plis, les coutures, les courbes que me renvoyaient le miroir. Un corps que je ne reconnaissais pas, que je ne reconnaissais plus. Un corps qui, il y a quelques semaines déjà, ne m’appartenait même plus. Un corps qu’on promenait de clinique en hôpital, de cabinet de psychologie puis de droit, de salon à la cuisine, de la salle de bain à ma chambre. Toujours sur mes talons, toujours à observer le moindre fait et geste, toujours à se douter du pire, à encaisser les coups à l’avance, à scruter le moindre de mes gestes comme s’il était le dernier. J’avais merdé, oui, j’avais laissé la pression faire le reste. Il s’était avéré que le cri avait été entendu, aussi sourd soit-il. Mes parents avaient arrêté de vivre sous terre, sous leurs convictions, sous l’étouffement du silence pour porter ne serait-ce que la moindre attention sur comment leur fille se sentait, elle qui avait tenté de commettre l'irréparable. Plutôt que de diriger, d’orchestrer, de manipuler, ils avaient pris le temps de se poser, de jouer leur rôle, aussi égaré ait-il pu être. Leur fille n’allait pas bien, et peu importe les conséquences de ses actes, ils avaient pris ce qui leur restait de force, de courage, de temps pour m’écouter. Ou du moins, pour me laisser souffler un peu. Quelques jours de répits, quelques heures de silence, pour finir par revenir vers une ambiance encore plus survoltée, encore plus tenaillée qu’avant. Une mère nerveuse, un frère qui suit ma moindre trace et un père qui reprend les rennes comme s’il en avait toujours été décidé ainsi. J’avais cru pourtant, que tout se calmerait, qu’ils comprendraient, qu’ils verraient. Que j’avais besoin d’eux, que Noah avait besoin d’eux, mais à notre façon. Jusqu’à ce que le jugement tombe. J'étais une mère à problème, mère instable, enfant en danger. Maman l’avait apporté comme une fleur, comme une rose au dîner, un simple papier à signer, une simple formalité au cas où quelque chose de grave se produirait. Puis les petits caractères qui s’alignent, la lueur de la lampe de chevet qui dévoile des bribes de leur plan, des marionnettes que je jouais à la ligne, leur tempo, ma vie. Ridicule. Mais c’étaient eux, dans toute leur splendeur.

Puis Bailey. Bailey, fils d’un ami de longue date, anglais prometteur, riche financier, sourire charmeur. Il m’avait fait rire, la première fois. Un esprit vif, allumé, sympathique. Il avait bien joué ses cartes, il était allé à tâtons, à petits pas, comme s’il savait comment m’apprivoiser, comme si on lui avait soufflé à l'oreille chaque étape, à la lettre, chaque parole choisie au compte-gouttes. Les premières rencontres se passaient bien – trop bien. Papa l’aimait déjà beaucoup trop, maman prenait assidûment de ses nouvelles. Seul Matt, dans son coin, qui se triturait la tête, qui semblait toujours à quelques secondes de dévoiler quelque chose, pour finir par se taire. Bailey qui avait tout vu, mes déboires, mes débuts. Qui était passé à l’hôpital, qui s’était excusé aussi, confus. D’avoir demandé trop vite, d’avoir poussé trop fort. Ces quelques mots, sa proposition, son offre de cristal, demande en mariage arrangée pour bien couvrir les choses, les traces, mes gaffes. Quelle grande âme, qu’on disait. Un déclencheur comme un autre. Et Noël qui se pointe le bout du nez. La première neige qui fait office de paysage, Londres qui frémit, qui s’illumine. Londres la romantique que je découvre à travers les yeux de Bailey, un Bailey attentionné, omniprésent, dévoué, assaillant.

Matt passe la tête dans l’embrasure de la porte, s’arrêtant dans son élan, détaillant du regard le reflet que je renvoie dans le miroir. « Ça fait différent de te voir dans autre chose qu’un vieux pyjama troué. » je lui tire la langue, en dénotant que mes cernes ont fini par s’estomper, que mes joues sont de moins en moins creuses. L’appétit qui revient, les bases qui se retrouvent. L’anneau à mon doigt qui chauffe, que je cache en passant la main derrière mon dos, suivant le pas de mon frère qui m’entraîne vers la voiture, qui m’y laisse pour retourner vaquer à ses propres conneries. La société pour laquelle Bailey travaillait organisait le traditionnel cocktail de Noël avant de fermer les portes pour quelques jours et évidemment, toute bonne fiancée les poings liés par sa famille se devait de faire office, d’être bien présente. Je me glisse près de lui sur le siège arrière, quelques mots échangés, un baiser sur la joue à la va vite, et le charme se reporte sur son portable, sur ses actions à suivre, sur les chiffres et rien d’autre. Silence, salvateur. La course se termine quelques minutes plus tard devant un immense building d’époque, bureau chef de la division anglaise, là où Bailey passe le plus clair de son temps. On nous aide à sortir du véhicule, puis quelques pas sous les flocons humides nous laissent à l’entrée, illuminée de vert, de rouge, de blanc pour l’occasion. Bailey prend mon manteau j’ai le regard ailleurs, vers les différentes toiles ornant les murs, lorsque je réalise qu’il détaille lui aussi la fameuse robe. À croire que personne ne voyait que sous la loque humaine que j’étais devenue, se cachait autre chose. « Tu es superbe, chérie. » la main au creux de mon dos, il m’attire à lui avant de nous amener dans la pièce d’à-côté où le piano a déjà commencé à être effleuré, où les rythmes de jazz se mélangent aux mélodies des Fêtes.

Ce n’est que 30 minutes plus tard que je finis par m’excuser d’une discussion flirtant entre la situation économique avantageuse du Moyen-Orient versus le crash de l’Asie du sud-ouest pour passer au bar. L’alcool étant très rarement une solution, j’avais pour l’instant un goût amer à chasser au travers de la gorge. L’impression d’être tout sauf à ma place, encore plus qu’à l’habitude. Une silhouette me précède pourtant dans la file, un homme, grand, cheveux foncés, l’air déterminé, se glissant entre moi et le barman sans grande gêne. Oh, la robe ne faisait pas tout finalement que je rigole, en silence. « Scotch, double. » que je l’entends demander. « Et il n’est que 17h. » ma voix répond toute seule, chantante, un brin moqueuse. Je n’avais pas tout perdu, finalement. « La même chose pour moi aussi, s’il vous plaît. » le barman hausse le sourcil, amusé, avant de sortir un deuxième verre pour y verser son contenu ambré.

Made by Neon Demon


    fell down from the sky.
    Asked if I would try to leave this all behind. Halo around his head, feathers in a bed. It’s sacrilege, sacrilege you say. And I plead, and I pray.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 4581 POINTS : 2280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie (#2)
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


☆ camber ☆
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah (#4)
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginnytommy #2

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ jules ≈ rafaelle ≈ sean ≈ lindsie
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommy #1nathan #1vidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1hannah #3camber #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) starfire, tumblr.
DC : cynthia dorman.
INSCRIT LE : 10/07/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Mer 30 Nov - 3:07


C'était le même cirque année après année, Noël après Noël, depuis que son père trônait à la tête de l'une des entreprises les plus florissantes de l'hémisphère sud. Les cocktails faussement improvisés dans des locaux de haut standing, les invités prestigieux aussi crispés qu'élégants, les discussions existentielles entre des hommes qui par leur allure se prenaient systématiquement pour les maîtres du monde … Saul n'avait que trop l'habitude de ce genre de mascarades et celles-ci le confortaient chaque fois davantage dans l'idée que ce monde n'était décidément pas le sien. Il ne doutait pas que son père – comme beaucoup d'autres sans doute – y trouvait largement son compte entre sa confortable réussite et l'admiration qu'il inspirait à ses pairs, mais Saul, lui, tenait beaucoup trop de sa mère pour s'épanouir dans un milieu où l'hypocrisie se mêlait à une course effrénée pour la réussite et le pouvoir. Cette dernière avait passé des années à fréquenter ces mondanités incessantes à l'époque où elle était une reine de beauté au sommet de sa gloire, et elle en était ressortie – selon ses propres dires – profondément répugnée. Il n'y avait probablement que sa rencontre avec son père qui sauvait encore à ses yeux ces années passées à sourire pour flatter l’ego de riches entrepreneurs qui avaient longtemps vu les femmes de son rang comme des trophées ambulants, et c'est presque inconsciemment qu'elle avait finalement transmis à son fils son dédain plus que prononcé pour ce milieu des plus superficiels. Mais c'était aussi et surtout son coup de foudre pour le théâtre qui avait achevé d'opposer les aspirations de Saul à celles de son père. Car là où le théâtre délivrait une sincérité véritable et sans autre artifice que le jeu de comédiens prêts à exhiber jusqu'au plus profond de leur être, les masques que l'on portait dans le monde des affaires n'avaient rien d'une fiction. Saul le constatait une nouvelle fois ce soir, dans ce building londonien semblant tout droit tiré d'un film d'espionnage, où des hommes qu'il avait vu se tirer dans les pattes pendant des mois se saluaient ici à grand renfort de gestes chaleureux et de sourires surfaits. C'est alors un énième soupire qu'il poussa, lui, les yeux directement rivés vers ce spectacle désolant, tandis que près de lui son père serrait autant de mains qu'il avait jusqu'ici enchaîné les coupes de champagne. « C'est vraiment dommage qu'Elsie n'ait pas pu venir. Elle t'aurait sûrement déridé un petit peu, et puis tu sais que si les gens te voient faire cavalier seul, ils risquent de s'imaginer que ta femme et toi traversez une mauvaise passe. » Sa voix le sortit justement de ses songes et Saul posa sur son père un regard incrédule. Sa tendance à se soucier du qu’en-dira-t-on était une preuve de plus qu'ils n'avaient pas été taillés dans le même bois, et que leurs préoccupations différaient bien souvent. « Ils peuvent bien penser ce qu'ils veulent. Elsie est restée à Brisbane pour veiller sur Caleb et s'occuper des préparatifs de Noël, c'est aussi simple que ça. » Mais si quelques curieux avaient envie de s'imaginer que rien n'allait désormais plus dans le mariage du fils du PDG, alors grand bien leur fasse sans doute. « Un jour, c'est lui qui sera à la tête de cet empire. Mon petit-fils, assis derrière mon bureau … oh oui, je l'y vois déjà. » Cette fois, c'est un sourire presque attendri qu'esquissa Saul, lui qui pourtant avait bien d'autres ambitions pour son fils unique que de marcher dans des traces que lui-même avait délibérément renoncé à suivre. « Tu ne doutes vraiment de rien, papa. » Il commenta alors, d'un ton qui n'avait rien d'un reproche et qui marquait simplement l'idée que son père avait décidément des projets pour tout et pour tout le monde. Des projets que lui avait réussi à contrer, il y a quelques années de ça, mais qui bien souvent lui revenaient malgré tout en pleine figure, les soirs où la conciliation de son père disparaissait en même temps que sa sobriété. « Je n'ai peut être pas su faire entendre raison à son père, mais j'ai bon espoir que ce brave gamin soit un peu moins contrariant ... et un peu plus ambitieux. » Sa remarque, pourtant, lui valut d'encaisser un certain dépit. Sans doute devrait-il mettre ce genre de réflexions sur le compte de l'alcool, mais son père savait toujours comment s'y prendre pour appuyer là où ça faisait systématiquement le plus mal, et ce soir Saul n'était pas nécessairement d'humeur à faire semblant ou bien à jouer au jeu des ripostes. « Je crois que tu as un peu trop bu, je vais voir si je ne peux pas te rattraper. » Il s’éclipsa ainsi à plusieurs mètres de son père, le laissant volontiers aux nombreux partisans qui gravitaient autour de lui et se feraient certainement une joie de l'arracher à sa solitude. Saul, lui, trouverait auprès du bar une compagnie certainement plus enviable, ainsi c'est sans chercher à dissimuler son besoin grandissant de décompresser qu'il se dirigea tout droit vers le barman. « Scotch, double. » Il formula à son attention, sans même avoir noté qu'une jeune femme attendait déjà d'être servie. Ce n'est que lorsque sa voix s'éleva tout près de là que son attention fut captée et qu'il put poser les yeux sur une jolie brune qui comptait visiblement la franchise parmi ses qualités. « Passez cinq minutes avec mon père et je vous garantis que vous perdrez vous aussi la notion du temps. » Saul répliqua alors, dans un léger rire, le premier depuis qu'il avait posé ses valises dans la capitale anglaise. « C'est l'homme au centre de la pièce, avec la cravate rouge et déjà quelques verres dans le nez. Hal Masterson, celui à qui l'on doit ce genre d’événements. » Il jugeait bon de faire les présentations sans même compter sur l'intervention de son père, encore trop occupé à sourire à la moitié de la salle, tendant bientôt une main à la jeune femme, alors qu'il poursuivit. « Je suis Saul. Et vous l'aurez compris, je ne passe pas la meilleure soirée de ma vie. » C'était une précision superflue dès lors que son expression trahissait son envie de se téléporter en dehors de cette pièce, de ce bâtiment et même de cette ville qu'il aurait certainement apprécié de retrouver dans des circonstances un peu plus spontanées. « Je suis désolé de vous être passé devant, je crois que j'avais désespérément besoin de ce verre. » Il reprit finalement, après quelques secondes et dans un léger sourire, préférant qu'elle ne s'imagine pas avoir à faire à l'un de ces mufles qui se croyaient tout permis sous prétexte qu'ils portaient un costume de marque et des chaussures cirées. « Mais je vois que je ne suis pas le seul. Dois-je comprendre que vous préféreriez être ailleurs, vous aussi ? » C'est dans un nouveau rire qu'il osa cette fois l'interroger, après que la jeune femme ait elle-même commandé un scotch, piquant ainsi tout particulièrement sa curiosité. « Vous ne travaillez pas pour mon père, je me trompe ? » Car sans aller jusqu'à prétendre qu'il reconnaîtrait entre milles chacun des visages des employés de son père – pour ceux qui n'étaient pas expatriés aux quatre coins du monde, du moins – Saul avait toujours eu une excellente mémoire visuelle et croyait pouvoir dire que ce minois-ci lui apparaissait pour la première fois. Alors, avait-elle comme lui concédé à faire un peu de figuration auprès d'un père particulièrement persuasif ? Ou bien comptait-elle parmi ces nouvelles recrues qu'il n'avait pas encore eu la chance de rencontrer et que son père se chargeait d'exhiber à ce genre d'occasions, sachant pertinemment qu'une jolie jeune femme distrairait facilement tout un groupe de millionnaires, surtout lorsque comme lui ils avaient jugé bon d'épargner à leurs épouses ce genre de mondanités ?



wanna know who'll be the
latest to fall ?
what if your like was just in the day to day ? and after you're gone the world stays the same ? why should you love what you're gonna lose anyway ?




Revenir en haut Aller en bas

le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : mariée, arrangée, obligée.
MÉTIER : peintre et photographe lorsque la tête et le coeur le veulent.
LOGEMENT : ap. 18, pine rivers

POSTS : 320 POINTS : 515

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
ezra #1ezra #2ameliathomassaul (fb)leo (fb)madison (fb)jamieben



RPs EN ATTENTE : alvaro + wade + gabriella + cassia + aaron + james + kane + hannah
PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : .
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t12359-ginny-she-smelled-of-daisies-she-drives-me-crazy http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Ven 2 Déc - 1:58


baby, it's cold outside
Saul & Ginny
My mother will start to worry, beautiful, what's your hurry? Father will be pacing the floor, listen to the fireplace roar. So really I'd better scurry, beautiful, please don't hurry. Maybe just a half a drink more, put some records on while I pour. The neighbors might think, baby, it's bad out there. Say, what's in this drink, no cabs to be had out there. I wish I knew how, your eyes are like starlight now. To break this spell, I'll take your hat, your hair looks swell.

Les visages qui se confondent, se mélangent, s’agencent, se divisent. Je m’y perds à travers les sourires, les poignées de main, les questions évasives, les réponses articulées. Un jeu de cartes, de marionnettes, d’apparences qui s'orchestre sous mes yeux, et qui paraît déjà moins éprouvant lorsqu’on le prend comme tel. Une succession de noms que je ne retiendrai jamais, pas par impolitesse mais bien à l’inverse, par respect. Ces gens n’ont pas besoin d’une autre femme de financier à amadouer, d’une autre âme charitable à convaincre, d’une place de plus à leur table d’honneur, d’un portefeuille supplémentaire pour investir dans leurs levées de fond. Bailey, par contre, nage comme un poisson dans l’eau, et je me complais à l’observer, à tenter de comprendre, de voir là où j’ai manqué à l’appel, de saisir à quel moment il a décidé par lui-même d’entrer dans le jeu alors que j’ai préféré il y a bien longtemps déjà céder ma place au plus offrant. La flûte de champagne qu’on m’a offerte il y a quelques minutes, ou quelques heures, je ne sais plus, reste bien stoïque, bien droite entre mes doigts distraits alors que j’entends leurs discussions, que je constate leurs divergences, que j’assiste à leurs opinions arrêtées, luttes verbales qu’ils s’imposent, jeu du plus fort qui leur sied comme un gant. Tellement, que je m’excuse, que je m’éclipse, le temps de passer du champagne au scotch, de faire le point sur le carrelage au fond de la pièce, celui qui semble être du marbre ou de la céramique, celui qui m’intrigue plus que les actions et la bourse, que l’import et l’export. Et voilà que je semble avoir trouvé pire situation que moi, alors que le grand brun qui se faufile au bar sous mes yeux en profite pour souffler, pour se vider le cœur un brin, pour faire amende honorable. Son père alors, un costard de plus, une affaire de famille encore. Je ravale mon sourire en pensant au mien, celui qui étouffe, celui qui abrège, et j’ose même les imaginer, le mien et le sien, duel l’un contre l’autre. Qui ferait plier en premier? Qui motiverait le second à commander lui-même un double alcoolisé? J’en étais là dans ma réflexion lorsque l’inconnu se rapproche, qu’il dégaine même une présentation, donnant plus d’étoffe, de caractère à ce personnage presque mythique qu’il décrit maintenant. « Oh, celui-là. » je constate, suivant les doigts qui pointent dans la direction du patron de Bailey, apparemment. « Je ne crois pas avoir eu l’honneur encore… est-ce que je devrais garder ce verre pour les dommages collatéraux? » je souris, je compatis surtout. Boy, we’re on the same boat.

Je m’attendais à être laissée là. Non pas par habitude – depuis les cachets, on ne me laissait plus seule, plus aucun temps mort, plus aucune liberté si ce n’est celle de prendre une longue douche brûlante, entendant la respiration d’un membre de la famille de l’autre côté de la porte – mais plutôt par résignation. Sa résignation, son abandon, lui qui tourne la page et nos chemins qui se séparent le plus normalement du monde. Mais il renchérit, et le parquet qui semblait si intéressant quelques minutes plus tôt sombre maintenant dans l’oubli. Un nom, une explication, de la politesse surtout. Sa voix est douce, posée, triste sous l’éloquence. Le cœur qui se serre, un peu. « Ginny, enchantée. » je lui tends la main, les lèvres qui dessinent doucement un sourire plein de compassion. « Et en effet, disons qu’il y a des obligations maritales qui sont un peu plus mon style que celle-ci. Mais si le scotch est bon, alors le reste est superflu. » je joins le geste à la parole en approchant mon verre du sien pour l’y cogner. Saul questionne mon boulot, l’idée des bouquins d’art qui trônent sous mon lit accompagnés de notes inachevées m’effleure tranquillement alors que je balaie l’idée du revers de l'esprit. « Bien vu. J’accompagne la cravate bleue, à l’extrême droite. » que je renchéris, utilisant le même code que lui pour décrire ma propre obligation. Son regard suit le mien, pour y découvrir Bailey en pleine discussion enflammée avec deux autres cadres qui me semblent s'être présentés plus tôt. Si? « Je me demande s’ils sont en train de s’emporter sur le fait qu’ils vont tous acheter chez le même tailleur, ou s’ils se demandent laquelle des nouvelles associées cèdera à leurs avances la première. » Je régresse, je m’amuse, je tente de lire sur leurs lèvres, bien sarcastique. « À une joute sans fin. » je porte le verre à mes lèvres, toujours autant fascinée par la scène qui se joue devant moi, avant de tourner la tête vers Saul qui semble se prêter lui aussi au jeu. « Et vous, c’est par affaires ou par plaisir que vous avez dû enfiler la cravate? » la question se pose d’elle-même, à croire que j'apprivoise doucement mes premiers pas dans la fabuleux monde du small talk comme il ne s’en fait plus.

Saul n’a même pas le temps d’ajouter qu’une main se glisse autour de ma taille, m’attirant fermement vers la gauche. « Je m’inquiétais. Tu devais revenir et… » il a la voix ferme, la poigne qui l’est toute autant et à l’instant, je sens la plus intense des pulsions de rage se nourrir à l’intérieur de mon ventre. Aucune liberté, aucun air. Évidemment, j’étouffe le tout  – si ironiquement bien dit – avant de laisser mes yeux lui confirmer le reste. « Je prenais un verre, simplement. On se rejoint au dîner? » Bailey hausse le sourcil devant ma voix mielleuse, celle qu’il connaît pour être à double tranchant, avant de détailler Saul comme s’il ne le connaissait pas, comme s’il le voyait pour la première fois, apparaître d’un nuage de fumée ou d’une explosion d’artifices. « Bailey Livingston. Je ne crois pas déjà vous connaître. » il s’avance pour lui serrer la main, d’une poigne de coq de basse-cour. Ridicule. Il finit par partir, non pas sans jeter plusieurs regards à la dérobée espérant que je le suive à la trace. Les visages autour auront au moins eu ça de bon d’être des témoins. « Il n’est pas toujours comme ça… » que je l’excuse, par habitude. « Mais ça me donne tout de même envie de voir comment il réagirait si je sors de la pièce et pas seulement de son champ de vision. » une expression moqueuse trouve son chemin sur mon visage. L’envie de jouer qui se pointe le bout du nez. Ça faisait longtemps.

Made by Neon Demon


    fell down from the sky.
    Asked if I would try to leave this all behind. Halo around his head, feathers in a bed. It’s sacrilege, sacrilege you say. And I plead, and I pray.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 4581 POINTS : 2280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie (#2)
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


☆ camber ☆
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah (#4)
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginnytommy #2

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ jules ≈ rafaelle ≈ sean ≈ lindsie
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommy #1nathan #1vidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1hannah #3camber #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) starfire, tumblr.
DC : cynthia dorman.
INSCRIT LE : 10/07/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Ven 9 Déc - 22:25


L'alcool ne réussissait pas toujours à son père. C'était une chose que Saul constatait à chaque diner de famille où le choix des vins primait bien souvent sur le choix du menu, à chaque réveillon où il se permettait généralement quelques folies en prévision des bonnes résolutions qui suivraient, mais aussi et surtout à chaque réception donnée en l'honneur de son entreprise, où son père buvait sous le coup de la pression sociale d'un milieu qui voulait que les « grands hommes » se réunissent autour d'un verre bien plein. Chaque fois, le résultat était alors le même : il enchainait les verres en se promettant qu'il arriverait à troquer sa coupe de champagne pour un grand verre d'eau lorsqu'il commencerait à perdre le contrôle, et finissait pourtant systématiquement par dépasser les limites qu'il s'était fixé. Et dans ces moments-là, sa discrétion et sa diplomatie s’évanouissaient bien souvent tandis que son père devenait cet homme à la franchise caustique qui ne s'encombrait plus de finesse. C'est ainsi que Saul avait régulièrement droit aux mêmes allusions, aux mêmes reproches, lui qui déjà avait passé toute une partie de sa vie à essuyer les remarques d'un père qui avait mis du temps à accepter l'idée que leurs aspirations soient diamétralement opposées. Car là où son père faisait les yeux doux au pouvoir, Saul vivait d'une passion plus modeste, qui bien que lui ayant réussi ne se résumait pas à rechercher la toute-puissance. Alors ce soir, tandis que son père n'avait pas perdu de temps pour vider quelques premières coupes de champagne – entre autres choses – sans doute n'y avait-il rien d'étonnant au fait qu'il n'ait pas laissé passer une occasion de lui renvoyer en pleine figure la déception qu'il lui avait longtemps inspiré. Et bien qu'habitué au tempérament parfois lunatique de son paternel, Saul eut cette fois bien du mal à prétendre que sa réflexion ne l'avait pas blessé. Alors, pensant que cette soirée serait bien assez longue sans qu'il ait en plus besoin d'épiloguer sur ce genre de sujets, c'est rapidement qu'il entreprit de s'éloigner pour prendre la direction du bar. Un verre, voilà de quoi il avait besoin. Et sa précipitation pourrait bien lui avoir rendu service, maintenant qu'il se retrouvait face à une jeune femme qui sans nul doute serait de bien meilleure compagnie que son père. Elle ne semblait pas manquer de répartie, elle non plus, mais dégageait une délicatesse bienvenue dans ce milieu où s'affrontaient requins et loups affamés. Alors, songeant que la soirée pourrait enfin devenir intéressante, c'est naturellement que sa langue se délia au moment où il lui présenta sommairement son père, telle une entrée en matière obligée lorsque comme souvent il lui devait une certaine irritation. La remarque de la brune dessina alors sur ses lèvres un sourire amusé. « Je suis sûr qu'il se fera une joie de vous en offrir un autre une fois qu'il nous aura vu discuter et qu'il se sera inquiété de savoir son fils marié seul avec une jeune femme et à la merci des rumeurs. » Parce que son père aspirait à sauver les apparences quoi qu'il arrive, et que Saul avait probablement fait preuve de suffisamment d'inconscience en consentant à ce que sa femme et son fils restent à Brisbane tandis que lui était parti pour Londres. Comme si les gens n'avaient rien de mieux à faire que de cancaner sur la vie du fils du PDG alors que son père attirait certainement beaucoup plus l'attention rien qu'en vidant une coupe de champagne. Déclinant en tout cas sa propre identité, à présent bien décidé à s'attarder quelques peu, c'est un sincère « De même » que Saul souffla bientôt lorsque la dénommée Ginny se présenta à son tour, puis un rire – sans doute un peu nerveux – qu'il laissa échapper. « J'en conclus que c'est l'une de vos premières fois ? » Il le supposait à sa façon de préserver un certain recul sur la situation, et de voir malgré tout une once de positif dans ce tableau pourtant déplorable. « C'est une chance, car croyez-moi lorsque tout ça devient tristement routinier et que l'on se retrouve à ne même plus savoir à quel moment on a bien pu se laisser convaincre d'entrer dans la danse, même le meilleur scotch finit par perdre de son attrait. » Il en savait quelque chose, pour prendre part à ce genre de réceptions depuis déjà quelques années. Et c'était vrai, lui-même aurait bien du mal à se remémorer le jour où il avait accepté de jouer les figurants, ou plutôt la raison pour laquelle il n'avait pas fui en courant ce jour-là. « Je ne devrais sûrement pas vous dire ça, mais vous pouvez peut être encore vous en sortir. » Sourire complice et amusé à l’appui, Saul n'usait pas d'un ton tout à fait sérieux, mais lui souhaitait malgré tout d'avoir un peu plus de chance que lui sur la durée, et de ne pas se voir imposer ce genre de comédies indéfiniment. La jeune femme lui désigna alors à son tour l'homme à qui elle devait sa présence ici. Son mari, donc. Un homme au charisme certain que Saul jurerait avoir déjà aperçu ou qui lui rappelait peut être simplement les fayots toujours prêts à faire du zèle lorsque son père était dans les parages. Dieu sait qu'il en avait connu. La remarque de Ginny, en tout cas, l'amusa pour de bon. « A moins qu'ils ne débattent de la qualité et de la cuisson des petits-fours. Malheureusement mon père s'est vu conseiller l'un des meilleurs traiteurs de la ville, alors j'ai bien peur qu'on soit privés d'un peu d'animation. » Lui aurait pourtant donné cher pour voir ces hommes argumenter sur la cuisson des amuse-bouches. Mais parce que son père avait pu compter sur les conseils avisés de quelques experts en la matière, l'ambiance ne serait certainement pas relevée de si tôt. Souriant ensuite à sa prochaine remarque, c'est un doux soupire qu'il laissa échapper. « Ni l'un ni l'autre, à vrai dire. Je ne suis là que parce que mon père s'est mis en tête d'adoucir son image auprès de ses collaborateurs en présentant son fils comme l'une de ses plus grandes fiertés. Mais on sait lui et moi que la vérité est un peu moins réjouissante. » Un peu moins réjouissante pour lui, du moins, qui bien qu'en meilleurs termes avec son père qu'à une certaine époque savait pertinemment qu'il se maudirait toujours de ne pas avoir su lui donner le goût des affaires et de l'entrepreneuriat. Et c'était difficile à vivre, bien sûr, de savoir qu'il ne le rendrait jamais aussi fier que s'il avait marché sur ses pas, peu importe les efforts qu'il pourrait faire pour s'accomplir et vivre de sa passion. « Toute ma vie s'est presque résumée a évité ce milieu où je ne me serais pas senti à ma place. Mon truc à moi, c'est le théâtre, et je mentirais si je disais que ce choix de carrière l'a enthousiasmé au départ. » Difficile encore aujourd'hui d'en parler sans que sa voix ne laisse transparaitre un certain dépit, pourtant Saul n'avait aucune envie de s’apitoyer sur son sort, et encore moins alors que cette jeune femme devait déjà trouver cette soirée passablement ennuyante. « Et vous alors, que faites-vous lorsque vous n'accompagnez pas votre époux à ce genre de soirées ? » Saul lui demanda par la suite, d'un ton aussi curieux qu'intrigué. Il ne l'imaginait pas dans un cadre aussi austère que celui-ci, la brune lui donnant en effet l'impression d'avoir elle aussi choisi sa propre voie, peut être contre l'avis de ses proches et alors qu'on lui avait tracé une toute autre route au départ. Que ce soit vrai ou non, Saul apprécierait d'en apprendre lui aussi un peu plus sur sa comparse d'un soir. Mais ce fut sans compter sur l'intervention de l'homme précédemment désigné par Ginny. La « cravate bleue », selon ses propres termes, attira en effet la jeune femme contre lui, laissant Saul à demi interloqué face à ce troublant élan de possessivité. S'en suivit un échange entre les deux époux, avant que l'homme ne daigne finalement lui accorder un semblant d'attention, d'abord en le dévisageant, ensuite en se présentant à lui. Répondant alors à sa poignée de main, c'est toutefois dans un sourire un brin crispé que Saul souffla. « Saul Masterson. » Il n'ajouta rien de plus, supposant que son interlocuteur ferait sûrement le lien entre son nom et celui de son père, si comme il l'imaginait cet homme faisait partie de ses rangs. Passé ce drôle d'échange qui lui avait donné l'impression d'un avertissement quasi silencieux, Saul reporta alors son regard sur Ginny, attendant d'être certain que Bailey se soit éloigné pour s'amuser de la remarque de la brune. « Ça tombe bien, j'allais justement vous proposer d'aller prendre un peu l'air. » Il reprit ainsi, un sourire un peu plus malicieux accroché aux lèvres, car s'il pouvait lire dans son regard une pointe de défi, lui-même devait bien avouer que ce bref échange avait réveillé son coté joueur – et peut être aussi son esprit de contradiction. « Vous fumez ? » Et sortant de sa poche son paquet et son briquet, il aligna quelques pas jusqu'à la baie vitrée qui les séparait jusqu'à lors du balcon, rejoignant celui-ci après l'avoir interrogée du regard pour s'assurer qu'un bol d'air frais lui faisait autant envie qu'à lui. « Comment ça se passe, généralement, lorsque vous disparaissez un peu trop longtemps ? Est-ce qu'il remue ciel et terre jusqu'à vous retrouver ou bien est-ce qu'il contacte directement Scotland Yard ? » Saul se tourna cette fois complètement vers Ginny et étouffa un rire légèrement sarcastique, forcé d'admettre qu'il valait certainement mieux s'en amuser, là encore. « Je suis sûr que leurs menottes accessoiriseraient parfaitement ce costume. » Car parions que si Ginny n'était pas réapparue dans le prochain quart d'heure, son époux ne manquerait pas de l'accuser d'avoir entrepris de la kidnapper. Ses sourires n'avaient trompé personne, Saul savait qu'il ne s'était pas fait un nouvel ami, et il ne serait pas étonné que ce Bailey soit déjà entrain de guetter sa montre, transpirant d'angoisse à l'idée de la savoir hors de son champ de vision, accompagnée de surcroit.



wanna know who'll be the
latest to fall ?
what if your like was just in the day to day ? and after you're gone the world stays the same ? why should you love what you're gonna lose anyway ?




Revenir en haut Aller en bas

le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : mariée, arrangée, obligée.
MÉTIER : peintre et photographe lorsque la tête et le coeur le veulent.
LOGEMENT : ap. 18, pine rivers

POSTS : 320 POINTS : 515

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
ezra #1ezra #2ameliathomassaul (fb)leo (fb)madison (fb)jamieben



RPs EN ATTENTE : alvaro + wade + gabriella + cassia + aaron + james + kane + hannah
PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : .
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t12359-ginny-she-smelled-of-daisies-she-drives-me-crazy http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Jeu 5 Jan - 2:45


baby, it's cold outside
Saul & Ginny
My mother will start to worry, beautiful, what's your hurry? Father will be pacing the floor, listen to the fireplace roar. So really I'd better scurry, beautiful, please don't hurry. Maybe just a half a drink more, put some records on while I pour. The neighbors might think, baby, it's bad out there. Say, what's in this drink, no cabs to be had out there. I wish I knew how, your eyes are like starlight now. To break this spell, I'll take your hat, your hair looks swell.

Je laisse mes prunelles s’accrocher aux siennes, arborant un sourire qui complète le tableau. Alors que j’avais prévu une soirée de plus à porter un masque, à laisser les mots faire leur chemin sans grand impact, à m’adapter au silence, pesant, aux regards insistants, aux idéaux manipulés, il semble être la sortie de secours dont j’avais besoin. Sans grand chevaux, sans pression aucune, il me laisse me faire une place au bar et dans sa vie, m’en racontant les moindres détails, m’incluant dans sa propre soirée, son propre quotidien. Ses mots me font l’effet d’un baume, un baume à double tranchant tout de même. Alors voilà que les apparences nous rattrapent, pour lui maintenant, alors qu’il mentionne son mariage, l’absence de sa partenaire, et les rumeurs qui en seraient reliées. Je retiens mon envie de rouler des yeux, d’abdiquer devant la routine, la roue qui tourne, le superflu encore et toujours. À croire que le vrai est trop beau, trop difficile à assumer, tellement mieux à cacher qu’à réaliser. Je le comprends autant qu’il m’intrigue, je l’écoute autant qu’il me semble répéter un exposé similaire à celui que je m’impose moi-même. J’en profite pour balayer la salle, m’amusant à imaginer la vie secrète, les bribes cachées des gens présents. Maîtresse qui attend à l’hôtel d’à-côté ? Divorce en branle et enfants en tornade ? Dépression et surmenage, impression d’être un imposteur, peut-être ? Ce petit jeu me distrait une seconde pour m’ennuyer la suivante. Je n’ai jamais aimé me moquer des autres, jamais aimé mettre leurs faiblesses au grand jour. Et pourtant, ce sont eux qui m’ont rendue ainsi. Saul me ramène à lui d’une question, toute simple, à laquelle j’hausse les épaules, désabusée. « J’essaie de voir chaque nouvelle soirée du genre comme une première. Ça rend les choses un peu plus amusantes, presque moins prévisibles. » Il fallait y voir du positif là où on le pouvait. Si je comptais le nombre de soirées où j’avais assisté à la même ribambelle d’hommes d’affaires, alternant les cocktails, les cravates et les opinions, j’en serais bien devenue folle. Mais l’idée était d’y trouver mon compte, un peu plus chaque fois. Les gens y étaient pour beaucoup et, en somme, Saul rachetait à sa façon la partie après quelques minutes seulement. Je laisse le liquide ambré monter à mes lèvres alors qu’il ressasse ses propres conclusions, essayant de trouver la faille derrière ses paroles. Le problème, c’est qu’il a malheureusement raison. « Dans des moments comme ça, on passe au whisky. Ou même au bourbon. Il faut savoir faire avec ce qu’on a sous la main. » j’appuie mes mots d'un clin d’œil, mes maux eux, se cachant sous l’humour. L’avenir tout tracé qui se défilait sous mes doigts me promettait une ascension dans ce monde, un monde d’apparences, un monde qui n’est jamais beau et qui pourtant donne tout pour l’être. Le plus tard je le réaliserais, le mieux je m’en porterais.

Il me glisse à l’oreille que je peux m’en sortir. L’anneau à mon doigt m’hurle le contraire, mais l’idée est tout de même douce à entendre. Naïveté certaine, mais tout de même. Le cirque continue de se jouer sous nos yeux et j’arrive même à retrouver Bailey dans sa marrée de sosies, lac de connaissances aux noms qui s’entrecoupent, qui riment ensembles, qui me rappellent tout et rien. Il ne me remarque pas, occupé à vendre le meilleur et le pire à la fois. Et je me surprends même à le détailler. La mâchoire, les yeux, les gestes. Dans une autre vie, dans un autre monde, peut-être. Il avait de l’humour, de la force. Un peu trop rude, un peu trop égocentrique, mais il avait quelque chose, un détail, une douceur peut-être. Je ne le détestais pas, au final. Je ne le maudissais pas non plus, pour le sort qu’on nous avait imposé. Il avait dû, lui-même, se plier à la volonté de ses parents et pour la peine, sa nouvelle fiancée, mère et dépressive, n’a sûrement pas été la meilleure nouvelle qu’il avait pu recevoir. Et toutefois, il restait, il prenait sa place, il gardait assurance, prestance. Alors oui, peut-être. Peut-être que son courage, que son esprit, que sa stature m’aurait plu, ailleurs, avant. Mais trop s’était passé, trop m’avait été arraché pour que ça puisse vraiment compter. À quoi bon. Je blague de nouveau, Saul renchérit. Il est sur la même longueur d’ondes que moi et, pour une fois, c’est rafraîchissant. Si seulement il pouvait toujours se retrouver à ce genre d’événement, j’aurais mon joker bien prêt à être dégainé si besoin est. L’instant d’après pourtant, c’est un regard plus sombre, nostalgique qui couronne son visage. Et évidemment, je m’en fais violence. D’un doux soupir suit ses quelques mots qui me vont directement au cœur. S’il savait comme je comprends… Les parents, la pression, le besoin de voir leur enfant réussir coûte que coûte, réussir à leur façon et pas à la sienne. La déception que j’avais pu lire sur les yeux de mes parents à mon entrée à la Brisbane School of Arts. L’horreur qui avait suivi lorsqu’ils apprirent ma grossesse. Et l’abandon, le déni pur et dur qui ornait leurs visages alors qu’ils étaient dans ma chambre d’hôpital. Saul parle d’éviter ce milieu, il s’emballe maintenant sur le théâtre, sa vraie passion, et à ce simple constat ses yeux retrouvent leurs étincelles. Mieux, beaucoup mieux. « Semblerait-il qu’être parent va de pair avec le besoin viscéral de tenir son enfant bien loin des arts et de tout ce qui s’en rattache. » Je souris, compatissante, me jurant de faire le contraire pour Noah. « Remplacez le théâtre par l’histoire de l’art et j’aurais bien l’impression que vous êtes entré dans ma tête pour avoir ce discours, le même que moi. » Nous voilà, deux moutons noirs, deux exclus, deux imposteurs sans aucune grande envie de se confondre dans la masse. La beauté de la chose aura tout de même été qu’on se soit trouvé. À temps, j’ose espérer.

J’allais répondre à sa question en lui précisant à mon tour un peu ce qui ponctue mes journées, avant que Bailey ne décide de se présenter de lui-même. Le coq, le lion, le roi de la jungle qui gonfle le torse et toise de haut en bas. Je l’esquive alors que je m’en veux un peu trop d’imposer à Saul notre ménage si peu fonctionnel. Mais mon nouvel ami y navigue comme s’il avait toujours su bien y faire, et c’est près de l’éclat de rire qu’il se tourne vers moi lorsque le Livingston nous quitte de reculons. Ma blague résonne à ses oreilles, et il me propose une sortie en vitesse, ce à quoi je pouffe de plus belle. « Je rêve d'air frais depuis que je suis entrée ici, pour être honnête. » que j’accepte, le suivant dans sa fuite. L’idée de joindre le geste à la parole me paraît idéale, et déjà, c’est plus vite qu’à mon habitude que je franchis les quelques pas nous séparant du balcon. Tant pis s’il y fait froid, tant pis si Bailey panique, tant pis si, pour quelques douces minutes, j’ai l’impression de retomber en adolescence, loin des règles, des contrats et de tout ce qu’ils imposent. Saul me tend une cigarette que j’accepte doucement, glissant mes cheveux derrière mes épaules, me souvenant de la dernière bouffée qui datait de bien loin, mais qui me semblait méritée, nécessaire. Je le laisse faire craquer le briquet avant d’inspirer doucement, gardant la cigarette entre mes doigts, les yeux qui brillent d’interdit. « Il n’alarme que la famille, les amis, et la majorité des médias. » que je blague, ajoutant à son questionnement sarcastique. « La dernière fois, la police lui a imposé la règle du 48h avant la disparition. Il s’y tient pour ne plus perdre la face, je crois bien. » nouvel éclat de rire, nouvelle bouffée de nicotine qui entre doucement par la gorge, descend le long de la trachée, vient se loger à l’intérieur. « Tant que les menottes ne s’agencent pas à ma robe, je me sens un peu plus en sécurité. » il est drôle, Saul, que je pense. Il sait où voir le ridicule, et surtout où l’adoucir. Son expression hilare, ses yeux rieurs, tout me soulage le temps d’un instant, court, où rien ne compte, où les engagements sont loin, bien blottis à la maison, là où ils m’attendent sagement à mon retour. Mais plus maintenant. « Et si vous me parliez un peu de théâtre ? Et pas de papa qui n’aime visiblement pas, mais plutôt, de ce qui fait que vous, vous aimez autant ? » j’ai en mémoire l’enthousiasme avec lequel il a effleuré le sujet un peu plus tôt. S’il arrive à me partager ne serait-ce qu’un peu de sa passion, de son amour pour le jeu, déjà, je sens que la soirée aura réussi à être encore meilleure que toutes les autres à mon actif, depuis mon arrivée à Londres. « J’ai toujours adoré la scène, ce qui est tout de même ironique quand je déteste autant le petit jeu d’apparences qui se joue tout autour de moi. Mais on dirait qu’à mes yeux, les acteurs ont quelque chose de plus, de vrai, de vulnérable derrière les masques qu’ils portent. »

Je me plais à parler d’art, quel qu’il soit. Évidemment, la peinture et la photographie restaient mes deux premières passions, mais la littérature, le cinéma, le théâtre restaient tout de même des disciplines qui m’inspiraient beaucoup. Si j’avais poursuivi mes études… la simple idée traversant mon esprit me garde d’aller plus loin dans ma réflexion, et je m’appuie sur la rambarde, dos à la salle, face à la ville, pour écouter ce que Saul veut bien me raconter. L’air doux de décembre caressant mes épaules, je profite de chaque effluve d’air pour recharger un peu mes batteries, pour me recentrer surtout.

Made by Neon Demon


    fell down from the sky.
    Asked if I would try to leave this all behind. Halo around his head, feathers in a bed. It’s sacrilege, sacrilege you say. And I plead, and I pray.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside   Aujourd'hui à 18:22


Revenir en haut Aller en bas
 

SAUL&GINNY ▲ baby, it's cold outside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: retour en arrière
-