AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Découvre le du forum
et n'hésite pas à participer !


Partagez | 
 

 where you belong (elsie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 4581 POINTS : 2280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie (#2)
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


☆ camber ☆
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah (#4)
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginnytommy #2

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ jules ≈ rafaelle ≈ sean ≈ lindsie
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommy #1nathan #1vidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1hannah #3camber #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) starfire, tumblr.
DC : cynthia dorman.
INSCRIT LE : 10/07/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: where you belong (elsie)   Jeu 1 Déc - 20:27



i feel the blood rushin' throughout your body, you see the scars painted over my skin. i'm always numb to the topic of loving, i fell in love with the subject of sin.



Dix-huit heures et cinquante-neuf minutes. Telle était l'heure qu'affichait l'horloge disposée sur un coin de son bureau. Une heure à laquelle Saul était souvent bien loin d'avoir terminé sa journée, mais qui aujourd'hui sonnait la fin imminente de longues heures d'étude de dossiers et de conversations téléphoniques. Parce qu'aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres, et certainement pas un jour où il faisait bon s'éterniser au travail. Et Saul, dont les yeux guettaient le déplacement des aiguilles autour du cadrant avec impatience, avait d'ors et déjà pris ses dispositions pour que ce soir ne lui soit imposé ni réunion de dernière minute, ni vol imprévu. Ainsi, aux coups de dix-neuf heures, c'est d'un bond qu'il quitta finalement sa chaise, puis qu'il récupéra sa veste et saisit sa besace. Sortant de son bureau en saluant plusieurs de ses collègues pour qui la soirée serait sans doute encore longue, c'est d'un pas pressé qu'il emprunta les escaliers puis gagna le hall de sa compagnie, se retrouvant sur le trottoir en seulement quelques minutes. Pas de parking pour cette fois, sa voiture dormant comme souvent dans l'allée de son garage, c'est en taxi qu'il était arrivé ainsi c'est en taxi qu'il repartirait. Un véhicule ne tarda justement pas à s'arrêter à sa hauteur, lui laissant tout juste le temps d'allumer une cigarette dont il ne prit que quelques bouffées. S'installant alors à l'arrière du taxi, il sortit de son porte-feuille de quoi régler sa course, lorsqu'un détail lui revint. « 96 Springvale Circuit, s'il vous plait. » Ce n'était pas l'adresse de son domicile, et pour cause, il y avait un endroit où il avait tout intérêt à faire une petite escale s'il voulait que ses efforts pour célébrer ce jour bien particulier soient d'autant plus appréciés par celle à qui il espérait faire tout particulièrement plaisir ce soir. C'est alors devant un fleuriste que le chauffeur le déposa bientôt, un endroit où Saul ne mettait pas les pieds pour la première fois. « Vous pouvez m'attendre ici, ce ne sera pas long. » Et s'engouffrant à l'intérieur de la boutique, il ne mit effectivement pas longtemps à porter son choix sur un bouquet qui avait attiré son attention dès son arrivée. Une ravissante composition ornée de roses rouges, de lys et de gerberas, dont les couleurs n'étaient pas sans lui rappeler le tout premier bouquet qu'il avait offert à sa femme, onze ans plus tôt. Aujourd'hui bien des choses avaient changé, si bien qu'il en arrivait bien souvent à se demander à quel moment il était devenu cet homme lâche à qui le mensonge servait aujourd'hui d’oxygène pour éviter une asphyxie sans arrêt repoussée, et qui voyait peut être en ce nouvel anniversaire de mariage une manière de racheter sa conduite et de redevenir, au moins pour un soir, le mari dévoué et intègre qu'Elsie avait épousé. Ressortant de la boutique, son bouquet garni à la main, Saul reprit finalement place à bord du taxi, cette fois bien décidé à n'en ressortir que lorsqu'il serait arrivé devant chez lui. Ce fut chose faite après quelques minutes et c'est la gorge légèrement nouée qu'il s'avança bientôt jusqu'à la porte d'entrée, constatant que la voiture de sa femme était bien là et qu'Elsie l'attendait donc probablement à l'intérieur. Mais lorsqu'il franchit finalement la porte pour atterrir dans l'entrée, c'est une mine un peu ébahie qu'il afficha au moment où il constata qu'en plus d'être effectivement à la maison, Elsie attendait visiblement son retour. C'est en tout cas ce qu'il conclut lorsque les notes d'une douce mélodie s'échappèrent de la salle à manger et l'incitèrent à s'approcher, permettant bientôt à ses yeux de découvrir une table impeccablement dressée sur laquelle trônaient deux coupes de champagne et des mets assurément savoureux. « Elsie ? » Il énonça alors, supposant que sa femme ne devait pas être bien loin et qu'elle apprécierait probablement de savoir qu'il était rentré. Mais lorsque la silhouette de la jolie rousse se dessina finalement dans l'encadrement de la porte qui séparait leur salle à manger de leur cuisine, c'est dans une robe des plus troublantes qu'elle lui apparut, lui valant de rester pantois l'espace d'une seconde. « Oh. » A présent conscient qu'Elsie n'avait sûrement pas enfilé une telle tenue et dressé une aussi jolie table si elle n'avait pas elle aussi l'intention de fêter ce jour si particulier comme il se doit, c'est un sourire teinté de malice qu'il esquissa par la suite, tandis qu'il s'approcha. « J'ai l'impression que j'ai bien fait de quitter le bureau en avance et d'avertir mes collègues que je ne serai pas joignable ce soir. » Et s'emparant des deux coupes disposées sur la table, il tendit l'une d'elles à Elsie sans plus détacher son regard du sien. « Ça y est, ça fait onze ans. » Onze ans qu'ils s'étaient dit oui, et que les deux étudiants qu'ils étaient à l'époque avaient choisi de s'unir pour le meilleur et pour le pire. Ils avaient expérimenté les deux, étaient passé par d'intenses bonheurs mais aussi par de cruelles désillusions, et avaient battis, main dans la main, ce dont ils étaient probablement les plus fiers l'un comme l'autre après tant d'années : leur famille. « Joyeux anniversaire. » Saul reprit finalement, faisant tinter leurs verres avant de lui tendre, dans un élan presque fébrile, l'imposant bouquet qu'il avait pris soin d'acheter quelques instants plus tôt. Lui souriant avec tendresse, il guetta sa réaction. « Tu as fait garder les enfants ? » Question plus rhétorique qu'autre chose alors qu'autour d'eux régnait un silence auxquels ils n'étaient plus vraiment habitués. Ses yeux, en tout cas, brillaient à l'idée d'être potentiellement seul avec sa femme en cette soirée où sa nostalgie se mêlerait à son envie de la retrouver, pleinement, sans plus penser ni à son père, ni à ses tracas, ni à cette culpabilité qui le rongeait généralement de l'intérieur mais qu'il tâcherait ce soir de maintenir en dehors de leur petite bulle.



wanna know who'll be the
latest to fall ?
what if your like was just in the day to day ? and after you're gone the world stays the same ? why should you love what you're gonna lose anyway ?




Revenir en haut Aller en bas

la presque parfaite
la presque parfaite
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-six ans (14/02/1980).
SURNOM : Elsie est déjà un surnom en soi, mais certains arrivent encore à trouver plus court en l'appelant Els'.
STATUT : Mariée à Saul et mère comblée de trois enfants.
MÉTIER : Architecte d'intérieur chez Woods Bagot.
LOGEMENT : #24 Logan City.

POSTS : 5525 POINTS : 15

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Née sous le nom d'Elisabeth Rosenwood à Canberra, elle est issue d'un milieu moyen ♦ Elle est tombée enceinte à l'âge de 16 ans et a confié son enfant aux services sociaux ♦ Mère désormais épanouie de Caleb (7 ans), Elliot (3 ans) et Lexie (1 an) ♦ Véritable acharnée du travail, elle n'est pas vraiment du genre 'mère au foyer' ♦ Pratique le tennis et la boxe anglaise ♦ Honnête, indépendante, réfléchie, cultivée, créative et passionnée ♦ S'essaye au bio et envisage de devenir végétarienne ♦ Elle a la manie de dessiner tout ce qui lui passe par la tête ♦ Porte presque toujours des talons hauts
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : SAUL #2 ♦ HASSAN ♦ THOMAS [3/3]

- SAUL -
they say that nothing lasts forever, but I am a firm believer in the fact that for some, love lives on even after we're gone.


- ROSENWOOD FAMILY -
arrogance is a creature. it does not have senses. it has only a sharp tongue and the pointing finger.

- THOMSIE -
here's to the crap we talk, the guys we stalk, the way we shop, the laughs we can't stop, the gossip we spill, the looks that could kill, to having each others back, to the next morning getting the facts, downing the beers and spilling the tears...

PSEUDO : Muffin.
AVATAR : La sublime Jessica Chastain.
CRÉDITS : Aquamarine (avatar), Which witch (signa), Tumblr (gifs).
DC : Janis, Milena & Nina.
INSCRIT LE : 07/06/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t11664-elsie-love-is-a-battlefield http://www.30yearsstillyoung.com/t11873-elsie-i-m-not-the-only-one

MessageSujet: Re: where you belong (elsie)   Jeu 15 Déc - 20:34



say nighty-night and kiss me, just hold me tight and tell me you'll miss me. while I'm alone and blue as can be, dream a little dream of me



Le souvenir que la tempête ayant touché Brisbane avait laissé à Elsie était bien trop fort, bien trop amer. L’architecte d’intérieur avait connu la détresse la plus profonde, la tristesse la plus épouvantable, pour finalement connaître un bonheur absolu, celui de voir son mari revenir d’entre tous ces gens, ces morts et ces blessés, ces malchanceux et ces endeuillés. Les jours suivant la catastrophe avaient été rudes, rythmés par des nuits trop courtes et peu sereines, par les interrogations incessantes de ses enfants, qui se demandaient quand ils pourraient reprendre le chemin de leur école, quand ils pourraient revoir leurs camarades de classe, leurs institutrices, quand ils pourraient aller à la plaine de jeu à nouveau, quand ils pourraient redevenir des enfants en somme. Heureusement, la rousse avait pu compter sur le soutien indéfectible de son mari, qui avait été plus présent dans leurs vies durant ces quelques jours que depuis quelques mois. Elsie avait remarqué ses absences répétées, parfois de plusieurs jours, mais jamais elle ne l’avait blâmé. Pourquoi ? Car elle était de celles à travailler très dur, à comprendre que le labeur était quelque chose de très estimable, qu’il fallait toujours faire de son mieux pour atteindre ses objectifs, quitte à sacrifier parfois ce qui lui tenait à coeur. Elle n’en avait jamais voulu à son mari, cependant elle avait commencé à émettre quelques inquiétudes depuis la dernière visite de son petit frère, William. Ce dernier n’était fort heureusement pas à Brisbane lors de la tempête, et c’était avec une joie non-dissimulée qu’il avait rendu visite à son aînée quelques jours auparavant. Leurs retrouvailles avaient été chaleureuses, en dépit des nombreuses choses qui séparaient les deux enfants Rosenwood. Saul avait repris le travail, et passait de nombreuses longues journées à rattraper le retard accumulé depuis l’événement tragique, ce qui avait une nouvelle fois suscité les remarques de William auprès de sa soeur. Elle avait encore une fois balayé celles-ci d’un revers de la main, mais une petite voix dans sa tête l’avait mis en garde une fois encore, une fois de plus. Et ces remarques refirent surface alors qu’elle terminait de dresser la table de son imposante salle à manger. Elle alluma les deux bougies posées de part et d’autre des deux assiettes et secoua la tête afin de chasser ces pensées néfastes de son esprit. Ce soir là était important, si pas le plus important. La rousse avait pris soin de faire garder ses trois enfants et avait préparé son anniversaire de mariage avec une minutie qui lui était propre. Bien déterminée à impressionner son mari et à lui faire re-découvrir ses nombreux talents, l’architecte d’intérieur avait misé gros. Elle avait commencé sa journée par une séance chez l’esthéticienne, puis avait rendu visite à son coiffeur afin qu’il réalise un chignon digne des plus beaux tapis rouges. Elle avait par la suite écumé les petites boutiques d’un quartier chic de Brisbane afin d’y trouver de la lingerie fine et d’autres réjouissances dont elle allait pouvoir faire profiter Saul. Elle avait finalement terminé ses courses par un détour chez son traiteur favori, qui avait réalisé un menu de cinq plats à la hauteur de ses espérances, composé exclusivement de mets italiens. Elsie avait ensuite passé une majeure partie de son après-midi à peaufiner les détails de sa petite surprise, et elle soupira de satisfaction face à la table de la salle à manger, qui était digne des plus grands restaurants. Elle servit alors deux coupes de champagne et s’approcha du mur adjacent pour jeter un coup d’oeil à son reflet dans le miroir. Elle portait une robe rouge au long col en V, laissant apparaître un décolleté savamment calculé. Elle avait complété sa tenue d’une paire d’escarpins noirs et de bijoux en or, dont le bracelet que Saul lui avait offert pour leur premier anniversaire de mariage. Elle ajusta sa robe, qui lui arrivait juste au-dessus des genoux, et se décida d’accompagner la soirée d’un peu de musique. Elle se dirigea vers la chaîne hi-fi du salon et fit résonner les enceintes de la voix divine d’Ella Fitzgerald, l’une des artistes favorites du couple. Elle retourna ensuite en cuisine pour contrôler la cuisson du rôti qui était prévu dans leur menu. « Elsie ? » La principale intéressée se retourna brusquement, surprise par la voix de son mari au loin. Elle respira un grand coup et s’élança avec confiance dans la salle à manger. Elle ralentit le pas lorsqu’elle arriva au niveau de l’encadrement de la porte, et s’amusa de la réaction de Saul. « Oh. » Elle croisa les bras en lui lançant un léger sourire. « J'ai l'impression que j'ai bien fait de quitter le bureau en avance et d'avertir mes collègues que je ne serai pas joignable ce soir. » Il s’approcha de la douce et attrapa les deux coupes de champagne au passage. Elsie attrapa l’une des coupes en ne quittant pas son mari des yeux. « Ça y est, ça fait onze ans. » Elle soupira un grand coup, ne pouvant croire en la fatalité du temps. Onze ans, cela lui semblait être une éternité, et pourtant elle se rappelait de chaque moment comme si ceux-ci s’étaient déroulés en une fraction de secondes. « Onze ans, oui… et je t’aime toujours autant. » Elle ferma les yeux, se délectant du silence momentané de sa déclaration puis les rouvrit pour cogner sa coupe contre celle de Saul. « Joyeux anniversaire. » Elle but une longue gorgée de ce champagne choisi avec soin et Saul lui présenta ensuite un bouquet de fleurs, le même que celui qu’il lui avait offert à leurs débuts. « Oh, Saul… Elles sont magnifiques. Merci. » Ses yeux s’embuèrent légèrement en se remémorant cette dizaine d’années de souvenirs. Elle déposa alors sa coupe pour attraper le bouquet et déposer un doux baiser sur les lèvres du seul qu’elle n’ait jamais vraiment aimé. Elle s’éloigna ensuite pour attraper l’un des vases vides de la salle à manger. « Tu as fait garder les enfants ? » demanda le brun en retirant sa veste. « Des enfants ? Quels enfants ? » Elle laissa échapper un rire cristallin devant le regard alarmé de son mari et retourna dans la cuisine pour remplir le vase d’eau. Elle revint rapidement dans la salle à manger et plaça le vase en bout de table, en admirant une nouvelle fois la magnifique composition. « Elles sont vraiment magnifiques... » répéta-t-elle avant de se rapprocher à nouveau de Saul. « Ne t’en fais pas pour les enfants, ils sont chez Carmen. On a même remonté le berceau de sa fille, je peux te dire qu’il a pris la poussière depuis le temps ! » Elle lança un beau sourire au brun, et attrapa une nouvelle fois sa coupe de champagne, qu’elle porta aussitôt à ses lèvres. « Tu as passé une bonne journée ? » lui demanda-t-elle ensuite en l’invitant à s’installer à table. Elle avait déjà servi la première entrée froide : des bruschetta aux saveurs italiennes.



in the name of love ✻  running in circles, chasing our tails, coming back as we are. nobody said it was easy, oh it's such a shame for us to part. nobody said it was easy, no one ever said it would be so hard. I'm going back to the start.




Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (10/03/1979).
STATUT : marié, il entretient une relation adultère depuis deux ans. aujourd'hui tiraillé, son coeur appartient à deux femmes.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales.
LOGEMENT : #24 Logan City, avec sa femme et ses trois enfants.

POSTS : 4581 POINTS : 2280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il possède la double nationalité australo-péruvienne ≈ il est marié depuis onze ans et est père de trois enfants ≈ il entretient une relation adultère avec meg depuis deux ans et ne peut se résoudre à choisir entre les deux femmes qu'il aime ≈ il a un demi-frère, né à l'époque où sa mère s'était séparée de son père, de qui il est très proche ≈ sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie qu'il a co-fondé ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

elsie (#2)
they're the ones make you trust in the universe, when you're lost and you're left and it's getting worse.


margaret
hold me like you never lost your patience, tell me that you love me more than hate me all the time.


☆ camber ☆
without a doubt you are my rhyme and my reason, and i won't let you down.


hannah (#4)
i believe in good things coming back to you, you're the light that lifts me higher.


adriel
you just call on me, brother, when you need a hand. we all need somebody to lean on.

leahscarletthassannathan #2jamieginnytommy #2

RPs EN ATTENTE : alvaro ≈ jules ≈ rafaelle ≈ sean ≈ lindsie
RPs TERMINÉS : hannah #1lenelexistommy #1nathan #1vidaljoanne #1hannah #2halloween eventdeepikajoanne #2enzoelsie #1hannah #3camber #1
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) starfire, tumblr.
DC : cynthia dorman.
INSCRIT LE : 10/07/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://upsettingmetaphor.tumblr.com/

MessageSujet: Re: where you belong (elsie)   Ven 23 Déc - 1:43


Au moment très précis où ses yeux s'étaient posés sur ce bouquet, Saul avait été happé par un flot de souvenirs incontrôlable, qui l'avait extrait quelques instants à la réalité pour le transporter vers une époque qui lui paraissait à la fois lointaine et si proche de lui. Une époque où son cœur était plus léger, où son esprit ne s'encombrait pas de remords et où tout paraissait tellement plus simple. Une époque où il y avait encore son père, où la maladie de sa mère semblait encore bien loin, mais où ni ses enfants, ni Meg ni beaucoup des personnes qui comptaient aujourd'hui particulièrement à ses yeux n'avaient encore leur place. Une époque pourtant heureuse, où sa future femme et lui vivaient leurs premiers émois, au rythme de leurs études respectives et de cette vie d'adulte qui leur tendait les bras. Elsie avait été l'une des premières jeunes femmes à avoir fait battre son cœur, et la toute première à qui il ait réellement osé se déclarer. Leur rencontre avait sonné la fin de ses tourments amoureux, des longues années qu'il avait pu passer à griffonner des scénettes en rêvant à des filles inaccessibles, plus fascinées par les prouesses sportives des athlètes de la fac que par ses écrits. Avec elle, sa timidité avait été une alliée, et tout ce qui aurait pu diamétralement les opposer les avait en fait rendus incroyablement complémentaires. Alors oui, ce bouquet le rendait nostalgique et l'arrachait à une réalité qui ces temps-ci lui valait de traverser des eaux tumultueuses, et c'est ce soir avec l'envie de rattraper presque trois ans de trahison et de mensonges qu'il s'était muni de ces fleurs et avait entrepris de rejoindre son domicile. Pourtant, Saul le savait, ce n'était pas cette soirée qui gommerait les nombreuses fautes qui jalonnaient désormais la route qu'il empruntait avec sa femme, mais ce onzième anniversaire de mariage avait néanmoins un goût particulier. Peut être parce qu'il se préparait depuis peu à l'idée que son existence pourrait tôt ou tard se dérober sous ses pas et l’entraîner dans un courant qui le confronterait enfin aux conséquences de ses actes. Peut être aussi parce que chaque jour qu'il passait auprès de sa femme était comme une heureuse surprise, pour un homme résigné à perdre la mère de ses enfants dès lors que sa situation serait connue de tous. C'est alors précisément parce qu'il avait conscience de l'épée de Damoclès qui flottait au dessus de sa tête que Saul comptait profiter de cette soirée comme d'aucune autre, et de célébrer cet anniversaire comme s'il était le dernier. Ainsi avait-il passé la porte de son domicile, et été immédiatement frappé par l'atmosphère qui régnait au rez-de-chaussée. Une envoûtante musique s'échappait en effet de la salle à manger, où il ne tarda pas à trouver une table soigneusement dressée. Mais c'est bientôt la vision de sa femme, qui apparut après quelques instants dans l'encadrement de la porte donnant sur la cuisine, qui valut à Saul d'être particulièrement troublé. Elsie avait toujours été une femme remarquablement séduisante, mais le passé le rattrapait une nouvelle fois tandis qu'il jurerait revoir la jolie étudiante qui avait conquis son cœur plus de dix plus tôt. Supposant alors qu'il avait bien fait de prendre sa soirée et de se déclarer injoignable pour les prochaines heures, il s'approcha de son épouse en saisissant au passage les deux coupes de champagne dressées non loin de là, avant qu'une vive émotion ne s'empare de son être au moment où il évoqua les circonstances qui les avaient ce soir réunis. Leur anniversaire de mariage. Leurs onze ans d'union. « Je t'aime toujours autant, moi aussi. » Ses lèvres soufflèrent alors, après la confession d'Elsie, non sans que son cœur ne se serre à l'idée que son amour pour sa femme ne l'ait pourtant pas empêché de commettre un faux pas impardonnable. Car brusquement, il en venait à craindre que ses sentiments soient précisément remis en question le jour où Elsie connaîtrait la vérité. Mais ne voulant pas y penser davantage, Saul lui tendit bientôt le bouquet qu'il avait acheté en chemin, esquissant un tendre sourire devant la réaction d'Elsie. Accueillant son baiser avec la même tendresse, il supposa que sa femme avait du faire garder leurs enfants, ce qui expliquerait le silence qui régnait tout autour d'eux. A sa réponse, c'est alors une mine faussement outrée qu'il afficha. « Ne me dis pas que tu les as vendus pour acheter tout ça ? » Il plaisanta spontanément, sachant qu'Elsie se plaisait elle aussi à s'amuser de la situation, elle qui disparut un court instant en direction de la cuisine, pour revenir quelques instants plus tard, un vase entre les mains. « Carmen est vraiment géniale avec eux. Je ne sais pas ce qu'on ferait si elle n'était pas là. » Il commenta après la confession d'Elsie, se rapprochant finalement de la table lorsqu'il fut temps pour eux de s'y installer. Constatant à ce moment-là qu'une appétissante entrée les attendait, Saul releva bientôt les yeux vers sa femme lorsque celle-ci le questionna sur sa journée. « Oui, très bonne. J'ai beaucoup pensé à cette soirée, et au moment où je te retrouverais pour fêter avec toi ce jour si particulier … Ça m'a donné le sourire dès que je suis arrivé au bureau, et il ne m'a plus quitté ensuite. » Et pour une fois, il ne se sentait pas obligé d'enjoliver la vérité pour lui éviter de se faire inutilement du souci. Ces dernières semaines avaient été compliquées pour lui et ses journées n'avaient pas toujours été sources de réjouissances, mais aujourd'hui était définitivement un jour différent. « Et toi, tu as pu souffler entre tous ces préparatifs ? Tu as du passer des heures à tout organiser, sans compter cette stupéfiante mise en beauté ... » Et alors que son regard trahissait très précisément sa pensée, c'est naturellement qu'il reprit. « Tu es vraiment magnifique. Aussi belle que le première fois qu'on a dîné tous les deux. » Sa main glissa alors tout contre la table pour venir rejoindre la sienne, et la serrer avec douceur. A nouveau rattrapé par une puissance nostalgie, Saul sentit ses joues s'empourprer légèrement sous le poids des confessions qu'il était sur le point de faire. « Je me souviens que j'avais eu beaucoup de mal à trouver le courage de t'inviter chez moi, ce jour-là. A l'époque, j'avais cet appartement d'étudiant qui donnait directement sur l'université, et certains matins, je pouvais te voir arriver devant les grilles, et je restais là de longues minutes, à simplement t'observer. » Il l'avait fait pendant des semaines, au risque parfois d'arriver en retard en cours, dès lors que sa route avait croisé la sienne et qu'il avait su, au plus profond de lui, qu'Elsie n'était pas une fille comme les autres. Et certainement pas une fille qu'il pourrait aussitôt oublier. « C'est un de ces matins que j'ai finalement décidé de me lancer. Je ne sais pas si tu t'en souviens, je t'avais donné rendez-vous à la sortie des cours, le soir-même. J'étais venu avec ma guitare, et j'avais repris cette chanson du spectacle Wicked, que mon père m'avait emmené voir à Broadway quelques semaines plus tôt … » Sa main toujours dans la sienne, il plongea cette fois son regard dans le sien, prenant une fébrile inspiration tandis qu'un timide sourire étira ses lèvres. « I've heard it said, that people come into our lives for a reason. Bringing something we must learn, and we are led, to those who help us most to grow. If we let them and we help them in return, well, I don't know if I believe that's true. But I know I'm who I am today, because I knew you... Like a comet pulled from orbit as it passes a sun, like a stream that meets a boulder, halfway through the wood. Who can say if I've been changed for the better? But because I knew you, i have been changed for ... » Sa voix se fit néanmoins plus fébrile sur la fin de sa phrase, ce qu'Elsie mettrait probablement sur le compte de son émotion. Une émotion bien réelle, mais qui pourtant n'expliquait pas exclusivement le fait qu'il perde brusquement ses moyens. « good. » Il baissa cette fois le regard, reportant son attention sur son assiette tandis qu'il sentait renaître en lui la culpabilité qu'il s'efforçait de laisser de coté depuis le début de cette soirée. Cette chanson voulait dire beaucoup pour lui à l'époque de leur premier rendez-vous et c'était bien entendu toujours le cas aujourd'hui, mais il ne pouvait pas nier qu'aujourd'hui il ne se sentait plus digne du sens qui était le sien. « … C'est délicieux. » Saul reprit alors, après avoir porté une première bouchée de son entrée à ses lèvres, osant recroiser le regard de sa femme tandis que le silence reprit bientôt ses droits tout autour d'eux. Il resta ainsi à simplement l'observer, quelques instants, puis poussa un doux soupire. Là, quittant sa chaise comme si l'idée de rester plus longtemps assis à cette table l'angoissait, c'est doucement qu'il se rapprocha d'Elsie, s'accroupissant près d'elle avant de relever les yeux vers les siens. « Parfois, j'aimerais qu'on soit encore ces deux étudiants qui avaient toute la vie devant eux. » Il reprit, dans un murmure, laissant ses mains serrer les siennes tandis qu'il se redressa jusqu'à permettre à ses lèvres de retrouver les siennes. Il y déposa alors un baiser, porté par une intensité nouvelle, qui justement n'était pas sans lui rappeler l'époque de leurs débuts. Était-ce cette entrée qui s'avérait étonnement aphrodisiaque, ou lui qui manquait brusquement de volonté et de discipline ? « Remontons le temps tous les deux. » Saul souffla finalement, contre ses lèvres, comme une requête qu'il ne voulait plus ni taire ni garder pour lui. Cette soirée faisait décidément remonter de nombreux souvenirs, et à cet instant sa nostalgie l'accablait autant qu'elle l'animait de sentiments délectables. Il y avait Elsie, cette femme qu'il désirait comme au premier jour, et la perspective que peut être demain tout basculerait pour lui, pour elle, pour eux. Il ne savait pas combien de temps il pourrait encore profiter de cette bulle qui ce soir semblait les isoler du reste du monde, mais Saul savait une chose : ils n'oublieraient l'un comme l'autre rien de cette soirée.



wanna know who'll be the
latest to fall ?
what if your like was just in the day to day ? and after you're gone the world stays the same ? why should you love what you're gonna lose anyway ?




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: where you belong (elsie)   Aujourd'hui à 18:21


Revenir en haut Aller en bas
 

where you belong (elsie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-