AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 Le temps passe... | Hadrian & Duncan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le docteur du coeur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans. (13 aout)
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Chirurgien en cardiologie
LOGEMENT : #44 Logan City
Winter is coming.
POSTS : 3796 POINTS : 530

PETIT PLUS : Il adore immortalisé les meilleurs moments de la vie avec un appareil photo. ◈ Il vient d'adopter un petit chaton tout noir avec les yeux verts qui porte le nom de Shadow. ◈ Considère le Mali comme son deuxième pays y ayant fait de l'humanitaire pendant six ans. ◈ Possède des origines roumaine du coté de sa mère, son père est australien. ◈ Son dispensaire pour les enfants d'Afrique ouvre officiellement ses portes le 16 mai 2016.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaraCéliaAndrewNinoHadrianColin

Rp's passés: OrionMa familleCélia

« Always and forever. »
« Brothers souls.»

PSEUDO : Aloa
AVATAR : Sebastian Stan
CRÉDITS : Signature : © anaëlle
DC : Gabriel, l'artiste dans sa bulle.
INSCRIT LE : 16/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2220-duncan-wilde http://www.30yearsstillyoung.com/t10526-duncan-wilde-how-to-save-a-life#388116 http://www.30yearsstillyoung.com/t2352-duncan-wilde#53413 http://www.30yearsstillyoung.com/t7107-duncan-wilde

MessageSujet: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Jeu 6 Avr - 17:33





Le temps passe...

Hadrian & Duncan
 
 Il y a quelques jours, Duncan avait retrouvé un ami d'enfance à l'hôpital, Hadrian. Son père était un patient de son service, bien qu'il n'était le docteur qui se charger de son dossier. Non, le père d'Hadrian était suivi par le chef du service. Dans un sens, ça arranger Duncan car c'était toujours un peu délicat d'être le docteur d'un patient qu'on connaissait plus ou moins. Le père d'Hadrian était souvent venu les chercher au lycée à la fin de leurs cours. Duncan n'ayant pas de père avait apprécié ces petits moments même s'il n'en avait jamais parler avec Hadrian. Les revoir tous les deux à l'hôpital lui avait donc permis de proposer à Hadrian de se revoir quelques jours plus tard.

Duncan avait d'abord optait pour un bar mais ce n'était pas vraiment le genre d'endroit qu'il appréciait, sauf, exception les longues journées où il n'avait pas spécialement le moral pour x raisons. Au final, il opta pour un café qui servait également de l'alcool et qui avait plutôt une bonne réputation à Brisbane. Son vieil ami avait accepté et ils se mirent d'accord sur une date, un vendredi soir.

La date arriva assez rapidement, il faut dire que Duncan voyait jamais vraiment les semaines défiler, sauf la dernière fois qu'il avait eu le bras dans le plâtre durant un mois et demi. Là, il avait bien eu le temps… Bref, il s'était préparé un peu en avance mais bon, il n'aimait jamais vraiment être en retard. Il envoya un dernier sms à Hadrian pour lui demander s'il était toujours partant pour ce soir et quand il eut la réponse, il prit la direction du Centre-ville. Ce qu'avait omis Duncan, c'est qu'un vendredi soir, il y aurait probablement pas mal de monde quand la soirée serait bien entamé mais ils verraient bien tous les deux une fois sur place. En arrivant, il gara sa voiture un peu plus loin et se rendit dans le café. Hadrian n'était pas encore arriver alors il prit place à une table près de la fenêtre. Ce café avait aussi la particularité de servir des pâtisseries ou même des parts de pizza et l'odeur dans cet endroit en devenait vraiment alléchante. Duncan attrapa une carte en attendant pour voir quelque genre de boissons ils avaient à disposition tout en attendant son ami d'enfance qu'il n'avait plus vu depuis des années. Ils auraient sûrement tout le temps pour rattraper tous ce qui c'était passé ces dernières années.

By Phantasmagoria





○ THIS IS HALLOWEEN. ♫♪

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le tyran littéraire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans (19/03/84).
SURNOM : On ne le surnomme pas, on l'appel Monsieur, tout simplement.
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Rédacteur en chef de sa maison d'édition.
LOGEMENT : bayside appartement #203.

POSTS : 1042 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
COMPLET (3/3).

Duncan WildeLe temps passe...
Victor BellamySurpris par la pluie.
Angelina GilmoreThe devil wears Calvin Klein.


Boy, and as the years go by our friendship will never die. You're gonna see it's our destiny. You've got a friend in me
ßεsт ƒriεηd ƒσrενεr

▄ ▅ ▆ ▇ █ ▇ ▆ ▅ ▄

Tσgεтhεr ƒσrενεr
I was the one who had it all. I was the master of my fate. I never needed anybody in my life. I learned the truth too late. I'll never shake away the pain.

RPs EN ATTENTE : • Liam Hawkins.
• Billy Rosefield.
RPs TERMINÉS : ~ Abandonnés

Poppy StevensKatherine BeauregardShanon Miller
PSEUDO : Pop's
AVATAR : Hayden Christensen
CRÉDITS : cece (ava); northern lights (signa); gif (tumblr)
DC : Pas encore Schizo'.
INSCRIT LE : 11/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14111-hadrian-le-maitre-du-feu-le-maitre-du-jeu?highlight=Hadrian+Krenaste#532880 http://www.30yearsstillyoung.com/t14266-i-m-faded-hadrian#540329

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Lun 24 Avr - 13:14



   
Le temps passe...
(oscar wilde) ▽ Seuls les faibles mettent des années à s'affranchir d'une émotion. Celui qui est maître de soi peut étouffer un chagrin aussi aisément qu'inventer un plaisir.
Relisant les dernières lignes d'un potentiel auteur, je reposais le tas de feuille devant moi, m'adossant dans le fond de mon siège. Une main frottant le bas de mon visage en signe de grande réflexion, je me tâtais à l'idée de publier cet ouvrage. Rassemblant les feuilles entre elles, d'un pas rapide je me dirigeais vers l'une de mes employées, lui prescrivant de corriger et de faire publier ce roman. C'est en tournant les talons que je sentis une vibration dans la poche arrière de mon pantalon. La porte se refermant derrière moi, ce n'était autre que Duncan, souhaitant savoir si c'était toujours d'accord pour que l'on aille boire un verre ce soir. Je lui répondis immédiatement que pour ma part il n'y avait aucun souci. Malheureusement pour moi, j'envoyais mon message alors que je ne me souvenais plus de l'heure à laquelle on s'était prévu notre rendez-vous. Ce n'était pas dans mes habitudes de renvoyer un message à la suite du mien. Voyez-vous, il fallait que la conversation soit message par massage de chacun, quand une personne renvoie un autre message à la suite du sien, je me sens tout de suite très mal à l'aise. Mes tocs et mes tics me pourrissent la vie, je l'accorde. Le téléphone remit en place, je me hâtais sur mon bureau pour feuilleter mon agenda. On s'était dit entre dix-sept et dix-huit heures au Starbucks Coffee à Logan City. Scrutant ma montre, il était déjà dix-sept heures bien passées. Eh merde... Tout le monde n'était pas encore parti de la maison d'édition et étant le rédacteur en chef, je me devais de fermer une fois toute mon équipe rentrée chez eux. Pour cette fois, on fera une exception, après tout, ce n'était pas tous les jours que l'on retrouvé un vieil ami d'enfance. Rassemblant mes affaires, je prévins toute mon équipe qu'il pouvait plier bagage maintenant pour cette fois, trouvant pour excuse que c'était le week-end. N'étant en aucun cas dans mes habitudes de dire à chacun qu'ils pouvaient finir plus tôt, ils ne prirent d'abord pas au sérieux mais je pense qu'au vu de mon expression relativement pressée de ne pas être en retard à mon rendez-vous -puisque ça aussi j'en ai une salle horreur-, personne ne traîna pour protester. Tous me remercièrent et quand le dernier fut enfin sorti, je me pressais pour fermer les portes pour ensuite courir à ma voiture. Arrivée à mon appartement, je me dis que je ne pouvais tout de même pas me pointer en tenue de travail. Certes ce n'était pas un rendez-vous galant, c'était juste une soirée avec un ancien camarade et... Je n'avais aucune idée de comment il fallait que je me présente... C'est-à-dire, que je ne sors pratiquement jamais pour retrouver certains de mes amis, aussi peu nombreux soient-ils alors je n'avais aucune expérience dans ce domaine. Est-ce que des amis qui ne se sont pas vus depuis une éternité s'habille-t-il en costard cravate ou alors en tenue totalement décontractée ? Comme c'était frustrant de ne pas savoir ! Tant pis, il fallait y réfléchir après la douche, voire même pendant ça faisait gagner du temps. Passant une serviette autour de ma taille une fois finie, je m'étais dit qu'un jean et une chemise à carreaux feront parfaitement l'affaire. Scrutant l'heure, il était déjà dix-sept heures quarante. Merde de merde, j'allais être en retard ! Me peignant un minimum les cheveux au sommet de mon crâne, je me rendis compte par la même occasion qu'ils avaient poussés, un petit tour chez le coiffeur ne fera pas de mal non plus. Ce n'était pas le tout, mais le temps passait si vite et je m'en serais voulu toute ma vie d'être en retard ne serait-ce que d'une seule minute. Roulant malgré tout à la vitesse limite, je fus vite surpris par quelques ralentissements, on était dans l'heure de pointe... Fais chier de fais chier ! Tant pis, je devais me garer plus loin. Une fois fait, je n'avais plus qu'à courir jusqu'au bar. Arrivé à la porte, mon souffle était court, il fallait que je reprenne ma respiration, que je me ressaisisse et me calme à fond. Dix-sept heures cinquante-neuf. Ouf ! J'étais pile dans les temps tout compte fait. Quand ma respiration fut de nouveau à un rythme normal, je me décidais enfin à rentrer. Cherchant dans toutes les directions, je finis enfin par retrouver le chirurgien. M'avançant vers lui, je lui fis un signe de tête suivi d'un bref sourire. Ma main agrippa la chaise et tandis que je m’asseyais en enlevant mon manteau, je finis par décrocher quelques mots. « Salut, excuse-moi d'être en retard, j'ai pas vu l'heure tourner. Heureusement que tu m'as envoyé un message. » J'avais fini par me surprendre moi-même. il me semble bien, que depuis la mort de mon père et que je m'étais fait adopter, je n'avais pas décroché une phrase aussi longue à quelqu'un, sachant que le travail ne compte pas. Enfin, ce n'était pas n'importe qui non plus. Il s'agissait de Duncun Wilde, le seul et l'unique copain d'enfance. Quelle ironie du sort qu'il soit devenue chirurgien en cardiologie, au moins, je sais que s'il m'arrivait le même problème que mon père un jour, je serais entre de bonnes mains. Même si je mourrais entre ses mains, je sais qu'il aurait fait le nécessaire pour me maintenir en vie, jamais je ne pourrais lui en vouloir pour ça. Quelle surprise de l'avoir retrouvé alors que je passais simplement un petit test de contrôle quotidien sur mon état de santé. Malgré toutes ses années sans ses nouvelles, je ne savais même pas quoi lui dire, mais de son côté il avait l'air d'avoir un million de questions, du moins c'est ce qu'il laissait paraître quand on s'était revu. Sauf que prit de court par son métier, il m'avait simplement demandé de venir boire un verre avec lui et je lui avais aussi donné mon numéro pour qu'on concrétise tout ça plus tard. Et finalement nous voilà, ici l'un en face de l'autre depuis tant d'années, chacun poursuivant sa route en fonction de ses études. Depuis la mort de mon père, je n'avais plus donné signe de vie à qui que ce soit à cause de ma mère. Elle me retenait prisonnier à notre nouvel appartement, m'interdisant de voir qui que ce soit. Et quand je finissais les cours, je n'avais surtout par intérêt à traîner quelque part sinon ma sentence était terrible. Quoique j'en avait tellement subit, que je m'étais habitué à la douleur. Une serveuse me fit sortir de mes pensées en me tendant la carte. Je la gratifiai simplement d'un bref sourire. Oui, c'est dur pour moi de dire merci à une inconnue. Pas besoin de lire la carte, je savais déjà ce que je prendrais. L'homme qui n'était autre que mon ami, était largement plus intéressant. « Comment tu vas alors ? »
(c) AMIANTE

   



Je suis un homme
Tu vois, j' suis pas un homme, je suis le roi de l'illusion. Au fond, qu'on me pardonne. Je suis le roi, le roi des cons. (⚡️) zazie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le docteur du coeur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans. (13 aout)
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Chirurgien en cardiologie
LOGEMENT : #44 Logan City
Winter is coming.
POSTS : 3796 POINTS : 530

PETIT PLUS : Il adore immortalisé les meilleurs moments de la vie avec un appareil photo. ◈ Il vient d'adopter un petit chaton tout noir avec les yeux verts qui porte le nom de Shadow. ◈ Considère le Mali comme son deuxième pays y ayant fait de l'humanitaire pendant six ans. ◈ Possède des origines roumaine du coté de sa mère, son père est australien. ◈ Son dispensaire pour les enfants d'Afrique ouvre officiellement ses portes le 16 mai 2016.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaraCéliaAndrewNinoHadrianColin

Rp's passés: OrionMa familleCélia

« Always and forever. »
« Brothers souls.»

PSEUDO : Aloa
AVATAR : Sebastian Stan
CRÉDITS : Signature : © anaëlle
DC : Gabriel, l'artiste dans sa bulle.
INSCRIT LE : 16/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2220-duncan-wilde http://www.30yearsstillyoung.com/t10526-duncan-wilde-how-to-save-a-life#388116 http://www.30yearsstillyoung.com/t2352-duncan-wilde#53413 http://www.30yearsstillyoung.com/t7107-duncan-wilde

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Lun 8 Mai - 11:53





Le temps passe...

Hadrian & Duncan
 
 Duncan n'avait pas connaissance des problèmes de son ami. Leur chemin s'était séparé il y a des années et Hadrian n'avait jamais montré ses tocs ou alors à l'époque, Duncan ne s'en était pas rendu compte. C'était également tout à fait possible, bien qu'aujourd'hui ça lui sauterait peut-être aux yeux. Il vit quelqu'un arrivait à bout de souffle dans le bar et Duncan fut surpris de constater que c'était Hadrian. Il ne lui en aurait pas voulu d'être en retard de quelques minutes mais non, il avait une minute d'avance. Duncan était médecin, ça le connaissait très bien les retards et même s'il n'aimait pas ça, il n'allait pas laissé un de ses patients à coeur ouvert sur une table d'opération sous prétexte qu'il y avait des complications et qu'un autre patient attendait son tour. Pour le coup, Hadrian n'avait aucune raison de courir aussi vite pour venir le rejoindre, il afficha un sourire sur ses lèvres après lui avoir fait un signe de la main pour lui montrer où il s'était installé.

- Du retard ? Mais tu as une minute d'avance. Tu sais qui n'a jamais une minute d'avance ? Les docteurs. Tu pouvais prendre ton temps, je t'aurais attendu.

Il laissa Hadrian s'installer en face de lui et surtout reprendre son souffle. Il n'arrivait plus à savoir depuis combien de temps ils ne s'étaient plus revu mais tout ce qui remontait d'avant son départ du Mali lui paraissait extrêmement lointain. Son internat avait été tellement intense que lui non plus n'était pas beaucoup sortie en dehors de sa promotion d'internes qu'ils voyaient… Tout le temps ! La serveuse lui apporta la carte et Duncan ne pu s'empêcher de la remercier même si elle s'adressait à Hadrian. C'était un réflexe, probablement un peu également un défaut du à son travail. Même quand ça allait mal, il savait parfaitement montrer le contraire dans son savoir être. Son regard se posa ensuite sur Hadrian qui lui posa la plus courante des questions.

- Je vais plutôt bien et toi alors ? Tu arrives à te souvenir de la dernière fois où nous nous sommes vus ? En dehors de l'hôpital la semaine dernière bien évidement.

Duncan écoutait avec une attention toute particulière ce que lui disait Hadrian et ça malgré le bruit à l'intérieur du bar. Parfois il fronçait les sourcils car beaucoup de gens entraient et sortaient et il peinait à se concentrer sur autre chose que le bruit de la porte. Finalement, il se demandait si c'était une bonne idée d'être venu ici et si ça n'aurait pas été mieux de prendre un verre chez lui au calme par exemple. Après c'était peut-être un peu trop, même s'ils avaient été amis à l'école, de l'eau avait coulé sous les ponts et Duncan ne vivait dans la maison familial qu'avait connu Hadrian.

- La serveuse va revenir, tu prends quoi ? C'est moi qui offre ! En souvenir du bon vieux temps.


By Phantasmagoria





○ THIS IS HALLOWEEN. ♫♪

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le tyran littéraire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans (19/03/84).
SURNOM : On ne le surnomme pas, on l'appel Monsieur, tout simplement.
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Rédacteur en chef de sa maison d'édition.
LOGEMENT : bayside appartement #203.

POSTS : 1042 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
COMPLET (3/3).

Duncan WildeLe temps passe...
Victor BellamySurpris par la pluie.
Angelina GilmoreThe devil wears Calvin Klein.


Boy, and as the years go by our friendship will never die. You're gonna see it's our destiny. You've got a friend in me
ßεsт ƒriεηd ƒσrενεr

▄ ▅ ▆ ▇ █ ▇ ▆ ▅ ▄

Tσgεтhεr ƒσrενεr
I was the one who had it all. I was the master of my fate. I never needed anybody in my life. I learned the truth too late. I'll never shake away the pain.

RPs EN ATTENTE : • Liam Hawkins.
• Billy Rosefield.
RPs TERMINÉS : ~ Abandonnés

Poppy StevensKatherine BeauregardShanon Miller
PSEUDO : Pop's
AVATAR : Hayden Christensen
CRÉDITS : cece (ava); northern lights (signa); gif (tumblr)
DC : Pas encore Schizo'.
INSCRIT LE : 11/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14111-hadrian-le-maitre-du-feu-le-maitre-du-jeu?highlight=Hadrian+Krenaste#532880 http://www.30yearsstillyoung.com/t14266-i-m-faded-hadrian#540329

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Ven 30 Juin - 18:57



 
Le temps passe...
(oscar wilde) ▽ Seuls les faibles mettent des années à s'affranchir d'une émotion. Celui qui est maître de soi peut étouffer un chagrin aussi aisément qu'inventer un plaisir.
Une fois à l'intérieur, j'avais cherché du regard mon très cher ami d'enfance. Ce dernier m'avait fait un signe de la main, accompagner d'un de ses sourires si chaleureux. Tandis que je m'avançais et m’asseyais en face de lui, je m'étais excusé pour mon petit retard. Duncan avait tout de suite répliqué en prétendant que j'avais une minute d'avance. Ce n'était pas faux, mais j'avais une sale horreur d'être en retard, que ce soit à mon travail ou à un rendez-vous quelconque. Non pas quelconque, ce rendez-vous-ci était tout sauf quelconque, il s'agissait du Docteur Wilde et ça, c'était très précieux à mes yeux autant qu'à mes souvenirs joyeux les plus profonds de le revoir. Il prétendait aussi, que ceux qui avaient toujours du retard, c'était les docteurs. Oui, ce n'était pas faux, ces personnes sont tellement débordées aussi qu'ils ne peuvent jamais avoir un rythme bien soutenu. Ce qui n'était en outre pas un métier fait pour moi où il me fallait des heures fixes et précises. La suite de ses mots m'auraient fait glacer le sang s'il n'était pas sorti de sa propre bouche. Prendre mon temps ? Il m'aurait attendu ? Oh non surtout pas, pas ça ! Brrr j'en avais des frissons rien que d'y songer ! Je n'aimais pas attendre, alors je n'allais pas faire aux autres ce que je n'aimais pas qu'on me fasse. Jamais je ne pouvais faire attendre quelqu'un, lui comme quelqu'un d'autre. En fait, surtout pas lui car cela m'avait fait grandement plaisir qu'il souhaitait qu'on se revoie après tout ce temps perdu sans nouvelles. Alors je n'aurais raté ce rendez-vous pour rien au monde -bien que j'avais failli l'oublier-. En revanche, ce n'était pas moi qui aurais eu le culot de lui demander qu'on se retrouve quelque part et ça que j'aimais chez lui, c'était son enthousiasme, ce trait de caractère qui m'avait filé entre les doigts à cause de ma mère. Peu après mon arrivée, une serveuse était venu m'apporter la carte, je l'avais donc remercié d'un sourire, étant incapable de décrocher ne serait-ce qu'un seul mot mais visiblement, Duncan l'avait fait pour moi. J'avais très brièvement scruté la carte et comme je lus ce que je désirais, je n'avais pas cherché plus loin. Reposant la carte sur la table, j'avais fait en sorte que l'une des pointes, soit pile poil dans l'angle de la table. Manie du soir bonsoir. Suite à ma question sur le fait que j'étais désireux de savoir s'il se portait bien, ce dernier renchérit sur le fait qu'il allait plutôt bien. Bon, tant mieux, cela me rassurait. Sauf que bien sur et je m'y attendais, il souhaitait savoir s'il en était de même pour moi. Et a quand remonté la dernière fois que l'on s'était vu. C'était une bien bonne question ça. « Hum ça va plutôt bien aussi. La dernière fois que l'on s'est vue... Ça ne remontait quand même pas à la primaire ? Si je crois bien pourtant. » Inutile de lui dire la raison pour laquelle on ne se voyait plus après la mort subite de mon père. D'ailleurs je n'avais pas envie d'aborder ce sujet-là non plus. Il n'empêche... Cela faisait vraiment longtemps que l'on ne s'était pas revu et ça semblait impossible à imaginer. Ce dire que tant d'années s'étaient écoulé relever de l'impossible, pourtant si. Je ne pensais pas que ma propre mère m'avait condamné à l'exil aussi longtemps dans cet appartement lugubre et sinistre de toute joie potentielle. Le bruit dans le bar avait beau aller et venir, j'avais parfaitement entendu que Duncan souhaitait payer pour nous deux. Or de question ! Ça ne se faisait pas, n'est-ce pas ? « Oh non je ne peux pas te laisser faire ça voyons, je me sentirais mal. » Sauf qu'il avait ajouté que c'était en souvenir du bon vieux temps... Non, je ne pourrais plus boire ma boisson après ça, parce que ce serait lui qui l'aurait payé et non moi. Malheureusement, la serveuse était bel et bien revenue. Je ne pouvais rester là sans rien dire. Vite il fallait agir. « Un whisky s'il vous plaît. » Par la même occasion, je lui avais rendu la carte, tout en suppliant du regard le chirurgien de ne pas payer à ma place. Bien que je m'en doutais qu'il le ferait bien entendu. D'un sens, après tout ce temps sans s'être revu, il était toujours fidèle à lui-même. Juste après qu'elle soit partie, j'avais regardé un peu autour de moi. Quel monde ! Et plus ça allait, plus il y en avait. Moi qui détestais la foule, j'étais mal parti. La pression commençait à monter dans tout mon corps, si je n'étais pas encore rouge à cause de la chaleur humaine, ça n'allait certainement pas tarder. « Sinon, comment ça se passe à ton travail ? » Ouais... On sort probablement dans son cas, tous les deux de notre travail et je me mets à parler boulot. Ce n'était pas que ça ne m'intéressait pas, c'est juste que je n'appréciais pas les blancs et puis, j'avais besoin de l'entendre parler d'une certaine façon. Juste histoire d'un instant, d'entendre autre chose que "Monsieur, j'ai finis, voici vos copies" et blablabla toute la journée. C'était une façon comme une autre de changer d'atmosphère et de le voir peut-être épanouie ou non dans son métier. Tant de choses s'était passée et je voulais simplement savoir s'il était heureux, à présent.
(c) AMIANTE

 



Je suis un homme
Tu vois, j' suis pas un homme, je suis le roi de l'illusion. Au fond, qu'on me pardonne. Je suis le roi, le roi des cons. (⚡️) zazie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le docteur du coeur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans. (13 aout)
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Chirurgien en cardiologie
LOGEMENT : #44 Logan City
Winter is coming.
POSTS : 3796 POINTS : 530

PETIT PLUS : Il adore immortalisé les meilleurs moments de la vie avec un appareil photo. ◈ Il vient d'adopter un petit chaton tout noir avec les yeux verts qui porte le nom de Shadow. ◈ Considère le Mali comme son deuxième pays y ayant fait de l'humanitaire pendant six ans. ◈ Possède des origines roumaine du coté de sa mère, son père est australien. ◈ Son dispensaire pour les enfants d'Afrique ouvre officiellement ses portes le 16 mai 2016.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaraCéliaAndrewNinoHadrianColin

Rp's passés: OrionMa familleCélia

« Always and forever. »
« Brothers souls.»

PSEUDO : Aloa
AVATAR : Sebastian Stan
CRÉDITS : Signature : © anaëlle
DC : Gabriel, l'artiste dans sa bulle.
INSCRIT LE : 16/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2220-duncan-wilde http://www.30yearsstillyoung.com/t10526-duncan-wilde-how-to-save-a-life#388116 http://www.30yearsstillyoung.com/t2352-duncan-wilde#53413 http://www.30yearsstillyoung.com/t7107-duncan-wilde

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Dim 13 Aoû - 15:00





Le temps passe...

Hadrian & Duncan
 
 La primaire vraiment ? Cela faisait si longtemps ? Honnêtement, Duncan avait du mal à s'en souvenir mais possible. Son père était parti de chez lui lorsqu'il était encore au primaire et donc il s'était doucement renfermer sur lui-même suite à ça. Duncan avait tout donner pour réussir ses cours et choisir la carrière la plus longue et la plus glorieuse qui pourrait rendre fière sa mère et ainsi qu'elle ne soit plus triste. C'était un plan dangereux mais qui lui avait permis d'oublier lui-même qu'il m'avait plus de père. Son père n'était pas mort, il était juste marié avec une autre, il avait d'autres enfants et donc Duncan était plus un problème pour lui, qu'un fils. Enfin apparemment. Pour le moment, c'était sa version parce qu'il n'avait plus revu son père depuis des années. Aucun moyen de le contacter, aucun moyen de s'expliquer et puis, est-ce qu'il le voulait vraiment ? Du coup, dès la primaire, il avait arrêté de jouer dans la cours de récréation au profit des livres. Avocat était une bonne carrière mais il ne se voyait vraiment pas défendre les criminelles. Avoir une entreprise semblait complexe surtout si on finissait pas perdre de l'argent au lieu dans gagner. Par contre un médecin dans une famille, c'était bien, c'était glorifiant surtout pour une maman. C'était ce qu'avait pensé Duncan à l'âge de dix ans. Ce n'est que pendant son internat qu'il s'est rendu compte que finalement c'était une réelle vocation et qu'il savait exactement ce qu'il voulait faire, aider les autres.

- Tu as sûrement raison… J'ai préféré laisser ces années là derrière moi mais je suis content qu'on puisse rattraper le temps perdu.

Pourtant, le temps, on ne le rattrapait vraiment jamais. Non, il filait à toute allure en emportant avec lui, nos joies, nos peines, nos souvenirs et nos regrets. Lorsque Duncan proposa de payer, il le fit s'en penser à mal car pour lui c'était naturel. C'était lui qui avait proposé qu'il se voit en dehors de l'hôpital et donc il trouvait son geste normal. Pourtant, il voyait cette détresse dans le regard de son ami. Il ne saurait l'expliquer mais ses nombreuses années en médecine lui permettait de très rapidement détecter les émotions d'une personne et Hadrian ne semblait pas très bien prendre cette offre plutôt banal pour Duncan.

- On pourrait peut-être dire que la prochaine fois, c'est toi qui offre ? Comme ça, nous sommes sûr de nous revoir et pas seulement pour cette fois.

Oui parce que parfois, on se retrouvait, on se faisait la promesse de se revoir et un silence encore plus long que le précédent faisait son apparition. Mais ça aussi, c'était un signe de la vie qui passait beaucoup trop vite. Duncan passa également commande mais en prenant quelque chose d'un peu plus léger au cas où son biper se mettrait à sonner parce que même s'il n'était pas à l'hôpital, il y avait toujours un risque d'un débordement aux urgences. D'ailleurs Hadrian se mit à parler de boulot.

- Mmhh… Je ne sais pas si tu es au courant. J'ai ouvert un dispensaire. Je retourne dans quelques jours au Mali, un peu en urgence pour aller chercher un enfant qui ne va vraiment pas bien. J'aurais aimé y aller maintenant mais je dois faire des démarches pas possible. Comme si la vie d'un enfant n'était pas en jeu. Heureusement, il y a de bons médecins sur place. Et toi alors ? J'ai cru comprendre que tu avais une maison d'édition, c'est bien ça ?

By Phantasmagoria





○ THIS IS HALLOWEEN. ♫♪

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le tyran littéraire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans (19/03/84).
SURNOM : On ne le surnomme pas, on l'appel Monsieur, tout simplement.
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Rédacteur en chef de sa maison d'édition.
LOGEMENT : bayside appartement #203.

POSTS : 1042 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
COMPLET (3/3).

Duncan WildeLe temps passe...
Victor BellamySurpris par la pluie.
Angelina GilmoreThe devil wears Calvin Klein.


Boy, and as the years go by our friendship will never die. You're gonna see it's our destiny. You've got a friend in me
ßεsт ƒriεηd ƒσrενεr

▄ ▅ ▆ ▇ █ ▇ ▆ ▅ ▄

Tσgεтhεr ƒσrενεr
I was the one who had it all. I was the master of my fate. I never needed anybody in my life. I learned the truth too late. I'll never shake away the pain.

RPs EN ATTENTE : • Liam Hawkins.
• Billy Rosefield.
RPs TERMINÉS : ~ Abandonnés

Poppy StevensKatherine BeauregardShanon Miller
PSEUDO : Pop's
AVATAR : Hayden Christensen
CRÉDITS : cece (ava); northern lights (signa); gif (tumblr)
DC : Pas encore Schizo'.
INSCRIT LE : 11/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14111-hadrian-le-maitre-du-feu-le-maitre-du-jeu?highlight=Hadrian+Krenaste#532880 http://www.30yearsstillyoung.com/t14266-i-m-faded-hadrian#540329

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   Mar 5 Sep - 17:35



 
Le temps passe...
(oscar wilde) ▽ Seuls les faibles mettent des années à s'affranchir d'une émotion. Celui qui est maître de soi peut étouffer un chagrin aussi aisément qu'inventer un plaisir.
« Moi aussi. » Voilà. Après tant d'année sans s'être revu, c'était tout ce que j'étais capable de dire pour toute réponse. C'était tout moi ça. On ne pouvait pas en restait là. « Je suis vraiment content de te revoir. » Et ce fut vraiment long de ne pas avoir ton soutien, tes bonnes blagues, ta bonne humeur et que tu n'étais pas là pour me soutenir. Toi, l'épaule sur laquelle je me reposais quand tout aller mal... Voilà ce que mon cœur aurait voulu que je lui dise en plus de ceci. Mais ma langue, mes lèvres et mon esprit en était incapable. Il m'avait tellement manqué. Et durant "ma captivité", son absence se faisait grandement sentir. C'était comme un trou, un vide, un néant sans fond et sans frontière qui s'était formé dans mon cœur d'enfant perdu. Perdre mon père était une douleur inimaginable mais en plus perdre mon meilleur ami dans la même foulée, était un obstacle insurmontable. Je me suis donc exclu du monde qui m'entourait, me refermant sur moi-même. N'autorisant aucun contact avec qui que ce soit, de peur d'être de nouveau déçu, de perdre quelqu'un qui me serait de nouveau très cher. Mais ce temps-ci était fini, à présent il était là, devant moi et je ne pouvais qu'être le plus heureux des hommes. Et contre toute attente voilà qu'il désirait payé pour nous deux. Je ne pouvais tout de même pas le laisser faire ça sans réagir. Je me serais senti vraiment mal s'il venait à payer pour moi. Certes, c'était bien pensé, gentil et en l'honneur du bon vieux temps ça se comprenait. Pourtant, j'aurais eu comme le sentiment de lui rendre la pareille pour plus tard. En y réfléchissant, cela aurait voulu dire que l'on se serait revu. De toute façon, c'était une obligation que l'on continue de se voir, on allait tout de même pas juste se contentait de cette soirée, oh ça non alors ! Juste avant que la serveuse ne revienne, Duncan avait dû lire en moi comme dans un livre ouvert, proposant une idée pas si idiote que ça. « D'accord, on peut faire comme ça. Et cette fois c'est moi qui inviterait ! » Lui déclarais-je plus enthousiaste que jamais, l'imaginant dîner dans mon appartement, au moins on serait sûre d'être tranquille et qu'il ne payerait rien du tout. Quoi que. Ça ne me surprendrait pas qu'il vienne avec un petit quelque chose pour ne pas venir les mains vident. Je ne pouvais pas le blâmer pour si peux, j'en aurait fait tout autant. C'était donc un cercle sans fin et vicieux. Suite à ma déclaration, je commandais un whisky, tandis que Duncan prenait quelque chose de plus léger en terme de degré. Zut... Je ne suis pas très alcool fort d'ordinaire, j'avais commandé ceci parce que je me disais que mon ami en aurait fait tout autant et je ne voulais pas paraître pour un minable devant lui. C'était malin... Et il était trop tard pour faire machine arrière. Tant pis, ça m'apprendra et puis comme pour effacer tout ça, je me mis à parler boulot. Il fallait bien que l'on discute de quelque chose et c'était la seule idée qui m'était venu sur le coup. Au moins, ça engagerait peut-être la conversation vers autre chose. Plus jeune, je ne me souviens même plus de ce qu'il souhaitait faire. De mon côté j'étais plutôt très terre à terre et donc quelque chose de stable m'allait très bien. Mais lorsque l'on jouait, me faire passer pour un policier, un cascadeur ou encore un super héros -oui je croyais que c'était un métier, pour moi c'était un travail comme un autre de sauver des vies- ne m'aurait nullement dérangé, de toute façon nous ne faisions que jouer et simuler. Ses paroles me laissèrent sans voix suite à ma question. Il repartait au Mali dans quelques jours. Mais pour combien de temps ? Une semaine, un mois, si ce n'est plus ?! Je ne voulais pas qu'il reparte et c'était égoïste de ma part de penser cela. Pourtant, on venait tout juste de se retrouver et finalement, il fallait déjà couper les ponts pour quelques jours encore. Au moins, ce n'était pas des années, c'était déjà ça. En revanche, s'il a ouvert un dispensaire là-bas, c'est absolument merveilleux ! Et je ne peux que comprendre son mécontentement, la vie d'un enfant est tout de même plus précieux sur n'importe quoi sur terre. Surtout dans ces pays tel que le Mali, bien que je n'étais pas trop au courant des dernières nouvelles, moi les informations... « C'est exact. J'ai réussi à monter ma propre boîte. » A mon âge, réussir un tel exploit, relevé du miracle, puisqu'il devait très bien se souvenir que mes parents étaient de gens modestes, aux revenues modestes. Si j'avais réussi cet exploit, c'était entre autre grâce à mes parents adoptifs mais ça, je ne tenais pas à ce qu'il le sache, du moins pas tout de suite, c'était un souvenir encore trop douloureux à confier. « Et j'aide aussi une association pour enfant maltraité. » Alors là... Bravo moi. Je venais de lui tendre une perche, presque aussi grosse que la planète. Si avec tout ce que je venais de lui avouer, ça ne lui mettait pas la puce à l'oreille, je ne comprenais pas. D'un sens, tant mieux s'il ne me posais pas de question à ce sujet. Nos commandes finirent par arriver peu de temps après. Pour me soulager de ma bêtise d'être aussi bavard, je trempais mes lèvres dans le breuvage. Ce qu'il était fort ce whisky dis-donc Si je m'étais vendu aussi facilement, c'était parce qu'il y avait trop de monde, trop de chaleur humaine et de brouhaha. J'étouffais et mes joues me brûlait tant j'avais chaud. C'est alors, qu'une dame plutôt costaud, tenta de passer derrière moi pour s'installer. Ça me gêner, j'étais déjà mal à l'aise mais là c'était le pompon... D'autant plus qu'elle me donna un coup de son sac à main juste derrière mon crâne... Sans s'excuser. Par réflexe, ma main vint se poser où elle venait de me percuter, tout en baissant ma tête et un lâchant un « Aïe ! » d'aberration. Elle aurait pu au moins dire pardon ! Mais je n'allais certainement pas lui adresser la parole, trop peureux que j'étais. Toujours penché en avant, je glissais quelques mots à mon ami, me frottant toujours l'arrière de la tête. « Y en a qui se croit tout permis... » Ravanssant ma chaise, me voilà coller à la table mais c'était toujours mieux que d'être serré derrière l'autre mégère. Il n'empêche, qu'être coincé contre la table, c'était pas le top du top non plus. Une nouvelle gorgée de whisky et je revins à poser une autre question à Duncan. « Tu repars quand ? »
(c) AMIANTE

 



Je suis un homme
Tu vois, j' suis pas un homme, je suis le roi de l'illusion. Au fond, qu'on me pardonne. Je suis le roi, le roi des cons. (⚡️) zazie.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le temps passe... | Hadrian & Duncan.   


Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps passe... | Hadrian & Duncan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: starbucks coffee
-