AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le cul-de-sac
le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : en procédure de divorce - le coeur qui flirte entre le passé, le présent, et tout ce qui se trouve à travers.
MÉTIER : peintre et photographe, l'atelier se transforme les week-ends en workshop du dimanche ouvert au public.
LOGEMENT : jongle entre la chambre 214 au St Vincent's Hospital, l'appartement #18 à Pine Rivers et son petit atelier isolé à Logan City.

POSTS : 3041 POINTS : 1420

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui lutte contre une maladie le gardant hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Mariée de force pour faire bonne figure. ▲ Ne s’autorise pas à tomber amoureuse. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 2 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

EZNNY (contre les zombies)
EZNNY #5EZNNY #4 (réalité alternative)
I wake up alone, in an other life the world was beneath us. Tonight comes, mistaken for a vision. Something of my own creation.


BENNY #5ZOMBENNY
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


SAUNNY #2
Hearts that break the night in two, arms that can't hold you too. Let's take this night from black to blue, I'm just glad you want it at all.


EDWINNY #2 (fb)
We're paralyzed, we apologize, our hell is a good life. My hands will shake, my eyes will burn. My throat will ache, watching you turn.


CORA (fb)
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TAD #2
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.

elio #TeamMalaise #1 hassan #TeamDrama auden #2 coram eda & rose


RPs EN ATTENTE : joanne #2 + jamie #2 + debra + ed #4

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con - et le grand frère & Ariane l'incandescente
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   Ven 21 Avr - 19:48



for what it's worth
Elio & Ginny
There's something happening here, what it is ain't exactly clear. There's someone over there telling me I got to beware. I think it's time we stop, children. What's that sound? Everybody look what's going down. There's battle lines being drawn, and nobody's right if everybody's wrong. Young people speaking their minds, getting so much resistance from behind. Singing songs and carrying signs, mostly say, hooray for our side.


Le silence qui régnait dans l’appartement n’était pas aussi salvateur qu’habituellement. Edward parti, Edward submergé de boulot, Edward et notre dernier échange qui mettait les bases de ce divorce qui tardait tant à venir. Je savais qu’en bout de ligne il serait d’accord, je savais qu’au final il accepterait, qu’on reprendrait notre liberté, ce contrôle de notre propre vie aux dépens de celles de nos parents respectifs. Néanmoins, j’avais cette urgence, ce malaise, cette impression que malgré l’attente devant laquelle je trépignais d’envie, restait cet inconnu, ce risque, cette immense connerie qui me reviendrait au visage. Habituée à voir tous mes plans se faire rattraper au quart de tour, je me doutais que quelqu’un ou quelque chose viendrait mettre son grain de sel dans l’affaire, et malgré mes nombreuses heures de réflexion, j’ignorais encore de qui ou de quoi il pourrait bien s’agir. Alors oui, je restais sur ce canapé inconfortable à laisser mon regard dériver sur la ville, sur les lumières qui se reflétaient à travers les rideaux, sur la nuit qui a déjà commencé à doucement flirter avec le jour. J’avais en tête de passer la soirée à l’atelier, livres et couvertures et musique d’ambiance, mais une old fashioned et quelques heures plus tard m’avaient gardé sciée à ce loft silencieux qui englobait tout le reste. Ne vous méprenez pas : je n’avais pas que de mauvais souvenirs de cet endroit, bien au contraire. J’avais toujours aimé la lumière qui reflétait au fil du jour sur les murs blancs, immaculés. J’avais toujours aimé cet écho qui accompagnait les pas – la course – de Noah à travers les couloirs. Et j’avais, surtout, toujours apprécié la compagnie jamais trop accaparante de mes voisins. Parlant d'eux. Un message texte illumine mon portable alors qu’Elio – mur du fond, à gauche – me mentionne qu’il est en solo ce soir, solo en compagnie de ses jumeaux fallait préciser. Ces voisins donc, qui avaient vu une Ginny dans tous ses états un nombre incalculable de fois, à travers les absences du mari et les malaises du fils. Kaecy était douce, avenante, souriante, et elle avait su écouter sans juger bon nombre de mes questionnements existentiels. Et Elio pour sa part s’était toujours dévoué pour s’assurer que tout fonctionnait bien dans l’appartement, de la plomberie à mon cœur, des fenêtres à ma tête. Si sa meilleure amie lui a fait faux bond ce soir, c’est sans compter qu’il avait au programme de s’amuser un brin, et je ne peux retenir un éclat de rire au simple fait de penser que passer quelques heures en ma compagnie le divertira. Je n’étais pas particulièrement sympa à côtoyer depuis le nouvel an, et si la semaine à Disney avec Ben avait été un énorme baume sur mes pensées noires, il n’en restait malheureusement que des souvenirs, les jours nous en séparant commençant à devenir des semaines. Alors oui, me changer les idées en compagnie d’Elio me semble être un scénario gagnant, en espérant que la simple présence du jeune homme et des jumeaux me garde de sombrer de nouveau dans mon mutisme plutôt épuisant au final. J’attrape une bouteille de vin pour les adultes, quelques DVDs pour les enfants, des surprises de mon voyage, la dose de sucre recommandée et le pyjama qui est devenu de rigueur entre nous et quelques minutes plus tard, je cogne doucement à la porte d'à-côté. C’est Scott tout fier qui ouvre, à peine mes jointures appuyées sur le bois. « Où il est le chocolat? » qu’il me balance, ses petites mains appuyées sur ses hanches, le regard détaillant mes affaires au millimètre près. « Qu’est-ce que tu crois? » que je lui réponds du tact au tact, les doigts se glissant dans mon sac avant d’en exhiber deux barres l’une pour lui, l’autre pour son frère. À force, je connaissait le prix d’entrée de la résidence Harrington-Wilson et même si j’avais voulu jouer à la bonne maman bien élevée, la vérité restait que j’adorais ce petit jeu avec les jumeaux. « Tonton est au téléphone mais il m’a dit de te laisser entrer si tu avais à boire. »  j’éclate de rire, agitant la bouteille de vin sous les yeux du garçon, avant de le suivre à l’intérieur, réalisant que j’ai traversé de chez moi à chez lui complètement nus pieds. Tiens, si c’était pas ça me mettre à l’aise… Scott retourne retrouver Dani au salon, les deux s'écrasant sur le canapé devant les rediffusions d’un cartoon dont j’ignore le nom, habituée à faire connaître les classiques à mon fils et pas les nouveautés qu’on passait sur le câble. Noah, il grandissait avec les X-Men, avec Pokemon, avec des vestiges de ma jeunesse qui lui allaient si bien. Les garçons, comme à leur habitude, commencent à piquer quelques bouchées de chocolat en secret, mais il reste évident qu’ils se goinfrent sans gêne juste à les entendre savouer bruyamment. « C’était cool Disney? » demande Dani, les joues tartinées de chocolat. Je m’approche, lui essuyant la peau au passage, le sourire qui s’étale en repensant à notre escapade en Floride. « Nah, c’était nul. Vous n’étiez pas là pour terroriser Mickey, ça a beaucoup manqué à Noah pour la peine. » leurs rires contagieux déclenchent le mien, et je m’installe à leurs côtés sur le canapé, retrouvant en chacun d’eux une petite parcelle de mon fils. Ils s’écrasent un peu plus près, m’encadrant d'un côté comme de l'autre, et poursuivent leur dégustation chocolatée. Et oui, je les vois bien garder l’oeil sur la porte de crainte qu’Elio vienne nous rejoindre et leur confisque leur dû.

Made by Neon Demon


    Darkness falls across the land, the midnight hour is close at hand. Creatures crawl in search of blood to terrorize y'all's neighborhood. And whosoever shall be found, without the soul for getting down. Must stand and face the hounds of hell and rot inside a corpse's shell.



Dernière édition par Ginny McGrath le Sam 13 Mai - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amant indécis
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29ans (01/08/1987)
SURNOM : Eli
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Barman et musicien (compositeur et interprète). Pianiste dans le groupe street cats.
LOGEMENT : Pine Rivers avec ses deux neveux (Scott et Dani) et Kaecy.

POSTS : 3281 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il travail bénévolement pour une association en tant que traducteur en langue des signes ≈ Il est intéressé par toute sorte d’art que ce soit peinture, danse, écriture mais sa vrai passion reste la musique. Il sait d’ailleurs jouer de multiples instruments. ≈ Sa sœur est décédée il y a 3ans depuis il a la garde de ses deux neveux de 6ans qui sont de vraies terreurs. ≈ Il a reçu un héritage conséquent à la mort de sa grand-mère il y a 10 ans mais a presque tout lapidé en voyage et en fête. ≈ Il a posé pour une marque de sous-vêtements célèbre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

Heidi & KaecyMatteoGinnySofia #2VittorioHeilio #10Street Cats






PSEUDO : Mel
AVATAR : Ryan Guzman
CRÉDITS : (c) avatar liloo_59, signature blasphemy
DC : James (b), Yasmine & Gauthier ♥
INSCRIT LE : 15/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2191-elio-fasten-your-seat-belts-it-s-going-to-be-a-bumpy-night http://www.30yearsstillyoung.com/t2194-elio-you-stop-dating-a-girl-because-she-was-a-pornstar-friendship-over http://www.30yearsstillyoung.com/t2909-elio-harrington

MessageSujet: Re: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   Sam 13 Mai - 20:59



for what it’s worth
Ginny & Elio

Les ennuies financiers avaient commencé, d’abord ça avait été l'hôpital, l’assurance plus que minimaliste que nous avions ne couvrant de loin pas tous les frais engendrés par l’hospitalisation des jumeaux. Tout à double qui plus est. Puis il y avait eu l’école, la somme annoncée pour retaper tout ce que le feux avait détruit avait manqué de me faire tourner de l’oeil c’est pourquoi depuis 8h ce matin je m'évertuais à appeler toutes les banques d’une longue liste pour parler crédit. Un crédit que personne ne voulait évidemment nous accorder. « Je travaille monsieur, je pourrais rembourser. » Tout le monde en doute, les dettes sont trop importante, les revenus pas assez conséquent et le fait que nous ne soyons pas mariés avec Kaecy n’aide en rien. J’entends sonner à la porte et pousse un énième soupire. « Vous pouvez vous la foutre où je pense votre politique... » Je raccroche aussi vite. Je n’ai pas envie d’être de mauvais poils ce soir - Ginny vient manger avec nous. Je l’avais moi même invité pour nous divertir un peu - et sans doute aussi lui changer les idées à elle. Sa vie n’étant pas plus simple que la nôtre en ce moment. Espérant qu’elle ait apporté de quoi nous nourrir - mes compétences en terme de cuisine n’étant pas vraiment reconnues, j’avais affiché un sourire sur mon visage avant de retrouver la petite équipe au salon. « Nah, c’était nul. Vous n’étiez pas là pour terroriser Mickey, ça a beaucoup manqué à Noah pour la peine. » arrivant sur ses propos de la jeune femme mon sourire s’était, cette fois, fait plus sincère. « T’inquiète pas, ils s’occupaient du clown de l’hôpital, ne t’étonne pas si tu ne le vois plus jamais dans les parages, il est probablement terrorisé. » Et pour cause, les jumeaux s’étaient fait un plaisir de lui mener la vie dur - probablement bien trop ennuyés entre ses 4 murs blancs.

Jetant un regard aux jumeaux il avait de suite remarqué leurs frimousses pleine de chocolat. « J’avais dit quoi ! Pas avant manger ! » Comme à mon habitude, mon autorité était loin d’être en top forme. « Allez vous laver les frimousses bande de sauvages ! » Étonnamment les jumeaux avaient obéis, peut-être inquiet d’être privé de leur soirée avec Ginny sinon. Passant devant moi en cachant leur reste de chocolat j’avais tendu la main avec autorité pour qu’il me les donnes. Et attendu qu’ils aient quitté la pièce pour s'exclamer. « C’est normal que je sois inquiet de les voir obéir ? » Habituellement quand ils le faisaient c’était qu’ils préparent une nouvelle gaffe droit derrière. « Salut quand même. » M’approchant de la brune je l’avais enlacé avait de déposer un baiser sur sa tempe. Entre nous pas de pudeur corporelle, puis j’avais bien conscience que c’était une femme mariée malgré tout. « Comment tu vas ? » Je ne peux pas le nier je lui trouvais petit mine depuis un moment - plus encore qu’à son habitude. « Je vois que les jumeaux ont mené à bien la tâche que je leur avait donné. » J’avais ajouté en désignant la bouteille d’alcool qu’elle avait ramené. Et elle ne le savait pas encore mais j’avais une surpris pour nous -  plus tard quand les jumeaux seraient sagement au lit.




dance like there's nobody watching





Revenir en haut Aller en bas
avatar
le cul-de-sac
le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : en procédure de divorce - le coeur qui flirte entre le passé, le présent, et tout ce qui se trouve à travers.
MÉTIER : peintre et photographe, l'atelier se transforme les week-ends en workshop du dimanche ouvert au public.
LOGEMENT : jongle entre la chambre 214 au St Vincent's Hospital, l'appartement #18 à Pine Rivers et son petit atelier isolé à Logan City.

POSTS : 3041 POINTS : 1420

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui lutte contre une maladie le gardant hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Mariée de force pour faire bonne figure. ▲ Ne s’autorise pas à tomber amoureuse. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 2 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

EZNNY (contre les zombies)
EZNNY #5EZNNY #4 (réalité alternative)
I wake up alone, in an other life the world was beneath us. Tonight comes, mistaken for a vision. Something of my own creation.


BENNY #5ZOMBENNY
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


SAUNNY #2
Hearts that break the night in two, arms that can't hold you too. Let's take this night from black to blue, I'm just glad you want it at all.


EDWINNY #2 (fb)
We're paralyzed, we apologize, our hell is a good life. My hands will shake, my eyes will burn. My throat will ache, watching you turn.


CORA (fb)
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TAD #2
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.

elio #TeamMalaise #1 hassan #TeamDrama auden #2 coram eda & rose


RPs EN ATTENTE : joanne #2 + jamie #2 + debra + ed #4

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con - et le grand frère & Ariane l'incandescente
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   Mar 6 Juin - 3:45


for what it's worth
Elio & Ginny
There's something happening here, what it is ain't exactly clear. There's someone over there telling me I got to beware. I think it's time we stop, children. What's that sound? Everybody look what's going down. There's battle lines being drawn, and nobody's right if everybody's wrong. Young people speaking their minds, getting so much resistance from behind. Singing songs and carrying signs, mostly say, hooray for our side.


Les jumeaux avaient su charmer Noah dès leurs premiers pas dans sa chambre, et depuis, ils étaient devenus les références de mon fils lorsqu’il pensait à un nouveau mauvais coup pour emmerder son infirmière. Rien de bien dramatique ni de trop dangereux, mais il avait pris en admiration leurs bouilles, leurs idées et leur énergie commune, et le rire qu’ils partagent alors que je leur parle de l’occasion qu’ils ont ratée de faire de la vie de Mickey un enfer n’en est que plus contagieux. « Cette idée aussi, de leur mettre un clown. » que je les défends presque, le rose aux joues, et les yeux pétillants de retrouver mon ami. « Il l’a mérité l'autre, avec sa perruque rouge et son maquillage de film d'horreur. » je chuchote à l’oreille de Dani, absolument unfair, ignorant volontairement une réprimande silencieuse d’Elio qui n’en pouvait plus de devoir jouer cavalier seul lorsque les garçons étaient à mes côtés. La mention de l’hôpital me fait tout de même cesser plutôt rapidement les enfantillages, notant mentalement d’aborder le sujet lorsque nous serons tranquilles, question de prendre des nouvelles, pour vrai. Errant à travers les murs de l’hôpital depuis plus d’un an maintenant, il avait fallu que l’incendie dont les jeunots étaient la cause se déroule alors que j’avais quitté l’enceinte de l’établissement pour une petite semaine en Floride. J’étais bien sûr passée en trombe une fois la nouvelle apprise à mon retour, pour voir l’étendue des dégâts et tenter d’offrir mon appui et mon aide à l’oncle démoli qu’il avait pu être, mais j’étais particulièrement dégoûtée de ne pas avoir pu être là pour lui, plus tôt, autant qu’il avait pu l’être pour moi à de nombreuses reprises. M’enfin. « C’est ma faute, Elio. C’est moi qu’il faudrait gronder, et envoyer faire le ménage de leur chambre. » que je me confesse, amusée mais prise sur le fait, gamine en puissance, alors qu’il dispute les gamins pour leur tronche chocolatée. Ils s’activent lorsqu’il le leur demande, et j’assiste à la course folle vers la salle de bain le rire facile, éclatant de plus belle lorsque mon ami semble terrifié de la situation. « Je n’y vois que la lobotomie. C’est la seule possibilité. » j’étais sarcastique, et tout autant consciente que vu leur comportement chaotique habituel, une telle obéissance signifiait probablement que le pire était à venir  - et qu’il faudrait se mettre à l’abri rapidement. Je me lève maintenant, la silhouette d’Elio s’approchant de moi. Dénotant les cernes qui contournaient son visage, y reconnaissant les mêmes traits de fatigue, d’épuisement dont je faisais preuve, ils me semblent aussi normal que crève-coeur pour un parent inquiet de la santé de ses bambins. « C’est bon de vous voir. De te voir. » je resserre l’étreinte, l’impression que ce grand frère d’une autre vie n’a pas côtoyé mon existence depuis longtemps, trop longtemps. « J’ai un cadeau pour toi aussi… » que je chuchote à son oreille, lui qui répond d’un baiser sur ma tempe. « J’attends que les gamins soient couchés, sinon ils risquent d’être jaloux et de vouloir te le piquer. » bien évidemment, je m’attendais à plusieurs blagues salaces du jeune homme pour le lui avoir présenté de la sorte, mais il me semble plus que drôle de casser l’introduction d’une mention bien pudique. Se détachant d’un mouvement commun, je garde pourtant mon regard bien ancré dans le sien, souriant faiblement à sa remarque. Si seulement il savait. « Le retour a été… étonnant. Différent de ce que je croyais. » que je narre, haussant les épaules. « Il y a beaucoup de choses qui se sont dites dans l'appartement d’à-côté. » j’avais encore l’échange avec Ed en travers de la tête, lui qui s’était tant ouvert, tant donné, et moi qui m’était fermée plus encore que jamais. Nos premiers, et vrais adieux. « Tu veux que je l’ouvre? » que je demande maintenant, malicieuse, le suivant à la cuisine alors que je fouille effrontément dans ses placards, bouteille en main, m’y connaissant autant dans l’architecture de l’endroit qui calquait notre propre appartement, que dans leur routine qui m’avait accueillie plus de fois que je ne pouvais le compter. « Et toi, ça va? J’aime pas trop ces cercles bleus qui se dessinent, là, et là, et ici. » entre la blague et l’inquiétude, je laisse mon index glisser le long de ses joues, traçant la courbe qui se creusait sous ses iris. « Si tu veux, j’ai un excellent cache-cerne qui m’a sauvé un milliard de fois depuis les 5 dernières années. » ma voix imite celle d’un annonceur d’infopub, et c’est Scott qui nous interrompt en dévalant le couloir, le bouchon de la bouteille de rouge qui sort d’un coup, lançant la soirée. « On peut manger au salon ce soir? On a été assez gentils? » Dani vient vite le rejoindre, et ils s’arment de leurs regards les plus emplis de pitié, de supplication et d’autres bribes adorables que je ne pourrais refuser. Sauf que ce n’est pas moi, la tutrice. M’en lavant les mains, j’étire le bras pour attraper deux coupes sur la tablette du dessus, versant le vin dans l’attente de la réponse d’Elio. « Oublie ce que j’ai dit sur la lobotomie - ils sont encore totalement les mêmes. » et on les adorait ainsi.  

Made by Neon Demon


    Darkness falls across the land, the midnight hour is close at hand. Creatures crawl in search of blood to terrorize y'all's neighborhood. And whosoever shall be found, without the soul for getting down. Must stand and face the hounds of hell and rot inside a corpse's shell.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amant indécis
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29ans (01/08/1987)
SURNOM : Eli
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Barman et musicien (compositeur et interprète). Pianiste dans le groupe street cats.
LOGEMENT : Pine Rivers avec ses deux neveux (Scott et Dani) et Kaecy.

POSTS : 3281 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il travail bénévolement pour une association en tant que traducteur en langue des signes ≈ Il est intéressé par toute sorte d’art que ce soit peinture, danse, écriture mais sa vrai passion reste la musique. Il sait d’ailleurs jouer de multiples instruments. ≈ Sa sœur est décédée il y a 3ans depuis il a la garde de ses deux neveux de 6ans qui sont de vraies terreurs. ≈ Il a reçu un héritage conséquent à la mort de sa grand-mère il y a 10 ans mais a presque tout lapidé en voyage et en fête. ≈ Il a posé pour une marque de sous-vêtements célèbre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

Heidi & KaecyMatteoGinnySofia #2VittorioHeilio #10Street Cats






PSEUDO : Mel
AVATAR : Ryan Guzman
CRÉDITS : (c) avatar liloo_59, signature blasphemy
DC : James (b), Yasmine & Gauthier ♥
INSCRIT LE : 15/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2191-elio-fasten-your-seat-belts-it-s-going-to-be-a-bumpy-night http://www.30yearsstillyoung.com/t2194-elio-you-stop-dating-a-girl-because-she-was-a-pornstar-friendship-over http://www.30yearsstillyoung.com/t2909-elio-harrington

MessageSujet: Re: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   Mar 4 Juil - 16:14


for what it’s worth
Ginny & Elio

Je ne me faisais pas trop d’idée. Si les jumeaux avaient obéi c’était pour mieux me gruger plus tard, je les connaissais par coeur - presque comme si je les avais fait - comme s'ils avaient toujours été à moi - balayant les années qu’ils avaient passé avec leur mère - avec ma soeur - alors que je gambadais encore autour du monde, ne revenant que pour leur donner des cochonneries et les faire sauter des mes genoux. « Je n’y vois que la lobotomie. C’est la seule possibilité. » Je ris franchement en me retournant vers la brune. « Si la lobotomie était suffisante j’aurais tenté l’expérience depuis longtemps. » Un rire de plus alors que je m’approche de Ginny pour l’enlacer sans pudeur - heureux de retrouver son contact chaud. « C’est bon de vous voir. De te voir. » Un baiser sur son front alors que ma main se glisse dans sa nuque pour la regarder dans les yeux. « Tu nous a manqué. » Parce que toute la famille c’est très vite attachée à ce petit bout de femme. « J’ai un cadeau pour toi aussi… J’attends que les gamins soient couchés, sinon ils risquent d’être jaloux et de vouloir te le piquer. » Elle attise ma curiosité et aussi mon sourire un peu charmeur. « A oui ? J’attends de voir ça alors. » Je ris un peu parce que je sais bien que notre relation n’a rien de sensuelle et qu’y faire allusion et plutôt drôle. « Et moi aussi j’ai un cadeau pour toi. » Et pas des moindres - même si je ne suis pas sûr de savoir comment elle va prendre ce petit cadeau. « Le retour a été… étonnant. Différent de ce que je croyais. Il y a beaucoup de choses qui se sont dites dans l'appartement d’à-côté. » Je baisse les yeux sur elle l’interrogeant silencieusement, sans pourtant en demander plus. Ce n’est pas le moment je le sais bien - les jumeaux vont bientôt revenir et il vaut mieux attendre que nous soyons seuls pour aborder ce genre de sujet. Au lieu de ça mon regard dévie sur la bouteille qu’elle a ramené.  « Tu veux que je l’ouvre? » Mon regard devient un peu plus malicieux. « Tu me le demande vraiment ? » Non pas que je sois un ivrogne mais c’est pas comme si je disais non à ce genre d’opportunité.  « Et toi, ça va? J’aime pas trop ces cercles bleus qui se dessinent, là, et là, et ici. Si tu veux, j’ai un excellent cache-cerne qui m’a sauvé un milliard de fois depuis les 5 dernières années. » Je ris un peu en secouant la tête de droite à gauche. J’avais encore espoir que mes inquiétudes et ma fatigue passent inaperçus - mais c’est loupé de toute évidence. Et c’est le retour des jumeaux qui coupe court à la conversation, ne me laissant pas le temps de répondre à Ginny.  « On peut manger au salon ce soir? On a été assez gentils? » Les deux garnements qui s'accoudent au canapé avec leurs regards pleins de pitié. « Et on est encore un peu malade. » Dani fait mine de tousser un peu - comme les premiers jours de leur retour à domicile et je secoue un peu la tête amusé en lançant un regard vers Ginny. « Oublie ce que j’ai dit sur la lobotomie - ils sont encore totalement les mêmes. » Et même encore plus fourbes, mais on les aime quand même. « Bon d’accord pour ce soir - parce qu’on a un disney à regarder. Allez choisir celui que vous préférez. » Se retournant les deux garçons commencent à faire leur sélection sur la table du salon. « On parie qu’ils vont choisir Kuzco ? » On commence un peu à les connaitre ses deux crapules. « C’est eux que je vais finir par transformer en lama si ça continue. » Évidemment sans grand étonnement c’est sur le dessin du roi lama que leur choix se porte. « Tout le monde en pyjama. » C’est devenu l’habitude entre nous. Et alors que tout le monde va se changer je téléphone au traiteur pour nous faire livrer des nouilles chinoises avant de retrouver ma chambre pour enfiler un caleçon et un T-shirt. Tout le monde est déjà installé devant la télé quand je redescends. « Faite moi une place. » Je pousse les jumeaux vers le milieu en prenant place sur le canapé avant de lancer le film dans l’ambiance tamisé jusqu’à ce que les plats arrivent. « J’y vais. » Je récupère les nouilles en tendant un pot à chacun des deux garçons. En faisant un signe à Ginny pour qu’on s'éclipse un peu trouvant place sur le balcon pour manger ensemble. « On parie qu’ils se sont même pas rendus compte qu’on est plus là. » Tellement hypnotisé par le dessin. « Bon c’est pour quand mon cadeau ? » Je la regarde amusé et impatient.




dance like there's nobody watching





Revenir en haut Aller en bas
avatar
le cul-de-sac
le cul-de-sac
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : en procédure de divorce - le coeur qui flirte entre le passé, le présent, et tout ce qui se trouve à travers.
MÉTIER : peintre et photographe, l'atelier se transforme les week-ends en workshop du dimanche ouvert au public.
LOGEMENT : jongle entre la chambre 214 au St Vincent's Hospital, l'appartement #18 à Pine Rivers et son petit atelier isolé à Logan City.

POSTS : 3041 POINTS : 1420

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui lutte contre une maladie le gardant hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Mariée de force pour faire bonne figure. ▲ Ne s’autorise pas à tomber amoureuse. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 2 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

EZNNY (contre les zombies)
EZNNY #5EZNNY #4 (réalité alternative)
I wake up alone, in an other life the world was beneath us. Tonight comes, mistaken for a vision. Something of my own creation.


BENNY #5ZOMBENNY
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


SAUNNY #2
Hearts that break the night in two, arms that can't hold you too. Let's take this night from black to blue, I'm just glad you want it at all.


EDWINNY #2 (fb)
We're paralyzed, we apologize, our hell is a good life. My hands will shake, my eyes will burn. My throat will ache, watching you turn.


CORA (fb)
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TAD #2
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.

elio #TeamMalaise #1 hassan #TeamDrama auden #2 coram eda & rose


RPs EN ATTENTE : joanne #2 + jamie #2 + debra + ed #4

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con - et le grand frère & Ariane l'incandescente
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   Lun 31 Juil - 3:16


for what it's worth
Elio & Ginny
There's something happening here, what it is ain't exactly clear. There's someone over there telling me I got to beware. I think it's time we stop, children. What's that sound? Everybody look what's going down. There's battle lines being drawn, and nobody's right if everybody's wrong. Young people speaking their minds, getting so much resistance from behind. Singing songs and carrying signs, mostly say, hooray for our side.


La simple mention de mon retour et de la conversation plus que tendue qu’Edward et moi avons eue quelques jours plus tôt me fait frissonner un brin. Parce que c’était encore trop réel, trop tangible. Parce qu’il n’avait pas donné signe de vie depuis. Parce qu’il s’était ouvert un peu trop, et que je n’appréhendais que plus le moment où je devrais aborder le sujet du divorce avec lui. La bouteille de vin qui habituellement ne m’aurait pas du tout intéressée dans un moment aussi tendu me semble plutôt appétissante maintenant, et l’autorisation d’Elio est l’ultime soulagement. Ça irait mieux, une coupe plus tard. « Par simple politesse. » que je rétorque, faisant la maligne, attrapant l’ouvre-bouteille qui traîne dans le tiroir du haut pour faire ma besogne. Les gamins lançant une nouvelle vague dans l’appartement, je préfère rester en retrait à commenter la scène, toujours autant amusée de voir à quel point Elio se glissait bien dans son rôle. Je nous verse chacun une coupe, résonnant aux paroles du jeune homme qui finit bien vite par me rejoindre. « Ils seraient beaucoup moins drôles en lamas baveux qu’en gamins surexcités par contre. » mes épaules se haussent par dépit, parce que je n’imagine pas du tout l’endroit vide de leurs cris, de leurs mimiques, de leurs acrobaties. Ils déplaçaient de l’air, ils avaient de l’énergie à revendre, mais ils me confirmaient que je donnerais n’importe quoi pour chérir le même genre de moment, aussi épuisant soit-il, avec Noah. Elio avait de la chance, et je ne l’enviais que trop. Mission pyjama en cours, et j’entends Dani qui crie à travers le couloir, attirant mon attention, et bientôt mes pas vers lui. Elio se charge de commander, je peux bien aller voir ce que les garçons trament en espérant qu’une autre gaffe ne leur pende pas au bout du nez. « Ginny, regarde le mien il brille dans le noir! » qu’il me crie, grimpé sur son lit, alors que son frère allume et éteint les lumières de la chambre pour me montrer l’effet qui, ma foi, est plutôt sympa. « Et le mien il a deux côtés avec des motifs! » et voilà Scott qui retire et remet son chandail à la vitesse de l’éclair, pour que je puisse assister à une autre démonstration en direct. Épatée, je me plie au spectacle en applaudissant chaudement, avant de les féliciter pour la mise en scène impeccable.  « Les gars, ça c’est du solide! Et moi, mon pyjama il passe le test ou je suis pas aussi cool que vous ? » parce que la question est totalement légitime, et qu’à côté d’eux j’ai l’air bien piteuse dans mes yoga pants et mon gros t-shirt délavé. « Ça te prendrait ça. » qu’on réfléchit, à ma droite, me passant une casquette recouverte de Pokémon sur la tête. Mieux, selon le reflet que le miroir me renvoi. « Et ça. Là c’est mieux ! » Scott met la touche finale en m’aidant à enfiler des chaussettes de Toy Story, l’une à l’effigie de Woody, l’autre de Buzz. J’ai la classe et je l’assume, suivant les deux bonshommes vers le salon, à la recherche de la personne manquante au quatuor. Elio nous rejoint vite, lui aussi complètement changé, et c’est avec l’air fier et le torse bombé que je l’accueille, tout sourire. « Qu’est-ce que tu dis de mon relooking par les rois du pyjama ? » les garçons rigolent et on lui fait une place, de façon à ce que tout le monde puisse s’entasser confortablement sur le canapé. Il a à peine le temps d’admirer le résultat qu’on sonne déjà à la porte, et qu’il s’éclipse. Elio disparu, j’en profite comme à chaque fois pour me faufiler vers mon porte-monnaie, et lui cacher un billet ou deux dans un endroit le moindrement visible. La dernière fois, c’était sous la télécommande. L’autre d’avant, à même la plante qui ornait sa chambre. Ce soir, ce sera dans la paire de baskets qui trône dans la penderie. Il refusait toujours la moindre contribution monétaire de ma part, et je ne comptais plus le nombre de fois où j’avais dû le supplier de prendre l’argent pour finalement retrouver ma monnaie au fond de mon sac, innocemment. Voilà que ce petit jeu m’amusait un peu trop, et qu’il n’en aurait conscience qu’au jour où il enfilerait les dits souliers. La silhouette d’Elio réapparaissant avec les sacs, je la joue subtile en me glissant vite fait entre les gamins. « Merci. Je suis persuadée que tu as choisi comme un pro. » je louche vers le butin qu’il distribue entre nous, non sans remarquer qu’il passe des boîtes seulement aux jumeaux, gardant notre repas bien emballé. Un petit signe de tête et quelque regards complices plus tard, et voilà que je lui suis avec nos coupes, la bouteille, un sac sorti de mes affaires, et qu’il ouvre le chemin vers le balcon. Le film joue bien fort en arrière-plan, et il m’apparaît illogique que les garçons s’ennuient de nous, maintenant qu’ils ont tout pour se distraire le moindrement. « Quand personne ne leur dira qu’il ne faut pas commencer par le dessert, ils risquent d’y voir la supercherie. » et de ne pas du tout s’en plaindre que j’ajoute en pensée, disposant la coupe d’Elio face à lui. Il n’attend même pas que je m’installe pour me relancer à propos de son propre cadeau, et j’éclate de rire devant son attitude si enfantine, qui est pour le moins adorable. « Ça tombe bien que tu demandes, le moment est parfaitement choisi… » que je laisse planer, avant de dévoiler de derrière mon dos la fameuse surprise emballée aux couleurs de Disney. Soirée pyjama oblige, j’avais pensé à tout en lui achetant, hilare… « Tadam ! » un onesie de Stitch. La tête qu’il tire vaut tout l’or du monde et je me réjouis déjà de le voir l’enfiler lors de notre prochain rendez-vous nocturne. Il aura tout du confort et du charme avec ça. L’offrande faite, je me fie aux doux parfums sortant des divers sacs pour faire le choix de mon dîner, pigeant un peu partout où les plats se disposent. « Hum, Elio, t’es mon héros! » il n’a pas oublié les raviolis aux légumes, et je frétille en pensant à la première bouchée qui ne devrait pas trop tarder. Baguettes en main, j’attends tout de même qu’il se soit bien servi avant d’entamer. Finalement, j’avais plus faim que ce que je croyais, ce qui est des plus rassurants. « On peut parler un peu là, ils somnolent déjà les deux autres goinfres… » un coup d’œil par-dessus mon épaule à travers la fenêtre me confirme que le combo film et bouffe bien grasse a fait œuvrer sa magie, de nouveau. « Comment tu vas, toi ? » ça suffisait, les blagues concernant son air fatigué. Maintenant, c’était feu vert pour se vider le cœur et soulager un peu le poids qui pesait sur ses épaules.

Made by Neon Demon


    Darkness falls across the land, the midnight hour is close at hand. Creatures crawl in search of blood to terrorize y'all's neighborhood. And whosoever shall be found, without the soul for getting down. Must stand and face the hounds of hell and rot inside a corpse's shell.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: #19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth   


Revenir en haut Aller en bas
 

#19 ELIO&GINNY ▲ for what it’s worth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: pine rivers :: logements
-