AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 let's go back to this summer all those years ago - auden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : dix-huit ans, née un dix avril.
SURNOM : vi' la plupart du temps quand on a envie de te donner un surnom. bb par ta maman qui te voit toujours comme un bébé.
STATUT : célibataire et curieuse de goûter à tout elle ne se prend pas la tête et laisse son coeur et ses envies la guider.
MÉTIER : en année sabbatique. ouais enfin ça c'est ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. bien décidée à changer le monde, elle fait du bénévolat dans diverses ONG et elle bosse au Grey Garden comme serveuse pour vivre.
LOGEMENT : une maison numérotée 732 à toowong avec bryn et quatre autres lurons. puis connor notre squatteur professionnel.

POSTS : 176 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : audenbrynilhankatherinegirl squadnathanielnissrinevie & bryn


⭐︎ girl squad ⭐︎
Find a group of people who challenge and inspire you; spend a lot of time with them, and it will change your life.

RPs EN ATTENTE : priam ● milo

PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : katherine langford.
CRÉDITS : .Cranberry (avatar), tumblr (gifs)
DC : milena grimes & arthur iver.
INSCRIT LE : 15/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15213-there-s-nothing-as-dangerous-as-a-headstrong-girl-who-knows-her-own-mind-violet http://www.30yearsstillyoung.com/t15273-violet-here-s-to-us-here-s-to-love

MessageSujet: let's go back to this summer all those years ago - auden   Jeu 25 Mai - 20:44



auden & violet

Tu as décidé qu’aujourd’hui sera le grand jour. Aujourd’hui et pas un autre jour. Tu tournes autour du pot depuis quelques temps mais désormais il est temps que tu te jettes à l’eau. Aujourd’hui tu travailles toute la journée, du service du midi jusqu’à un petit peu avant celui du soir. C’est une fois par semaine, en général tu fais la fin de l’après-midi et toutes les soirées de la semaine. Tu préfères avoir tes journées libres, les soirées tu peux t’en passer à part quand il y a une fête quelque part mais si jamais tu arrives en deuxième partie de soirée. Te coucher tard ou ne pas te coucher ne te fait plus peur maintenant. La journée s’éternise et te semble longue, beaucoup trop longue. Pourtant, il y a des clients, tu n’es pas en train de te tourner les pouces mais ton esprit est à dix milles kilomètres de ton travail aujourd’hui et cela se sent. Tu manques de renverser les plats sur les clients, ton côté maladroit a tendance à ressortir quand tu es un peu stressée. Mais tu rattrapes comme à chaque fois avec un beau sourire et la phrase qu’il faut. Tu as toujours senti ta différence dans la société qui t’entourait mais tu as appris au fil des années à maîtriser de main de maître comment elle fonctionnait. Cela t’est drôlement utile dans ton travail aujourd’hui parce que si tu t’écoutais, tu aurais déjà renversé des dizaines de plats sur des clients insupportables. Mais tu avais besoin de ce job alors tu te comportais comme une employée modèle. Enfin, presque modèle parce que pour le coup tu n’étais pas assez prétentieuse pour penser que tu étais l’employée du mois. Et puis finalement, l’heure de la fin de ton service arriva. C’est presque comme une fusée que tu te dirigeais vers la pièce réservée aux employés où tu ouvris ton casier et tu te changeais rapidement. Pas besoin d’aller dans les toilettes, la nudité ne te dérangeait pas et tu te fichais de savoir si elle dérangeait les autres. Une fois prête, tu attrapais la feuille de magazine froissée qui traînait dans ton sac et tu allais attraper un bus en direction de l’adresse que tu avais mis du temps à récupérer. Il avait fallu te faire passer pour une fan inconditionnelle à la tête d’un magazine indépendant voulant absolument voir ton idole. Des balivernes pour faire flancher le propriétaire de la galerie où se trouvait l’art d’Auden Wells. Ce nom sonne étrange dans ta bouche, tu l’as pu prononcé préférant taire ce nom jusqu’à cette rencontre que tu vas forcer. Finalement, le bus te dépose à l’arrêt le plus proche et tu décides de ne pas y aller trop vite. C’est étrange, tu fonces toujours dans tout ce que tu entreprends mais tu as besoin d’un peu de temps pour regrouper tes idées. Mais tu es bien trop rapidement devant l’immeuble. Tu refuses de sonner à l’interphone alors tu attends innocemment que quelqu’un sorte ou rentre. C’est quitte ou double et tu finis par attendre vingt minutes mais ce n’est pas tant que ça finalement. Tu regardes sur la boîte aux lettres le numéro de l’appartement de cet homme, potentiellement ton père au sens purement biologique du terme. Finalement, tu frappes à la porte, le cœur battant et quand on t’ouvre la porte, tu le reconnais, c’est l’homme de la photo, Auden Wells apparemment. Mais ce qui sort de ta bouche est loin d’être une bonne introduction, quoique … « C’est toi monsieur con ? » Lui demandas-tu de cet air désinvolte qui était feint pour le coup. « T’en as l’air en tout cas. » Peut-être qu’il te prendra pour une folle, tu n’en as rien à faire. Si ta mère a couché avec cet homme à un moment donné, c’est qu’il était aussi barré qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Toi, ça fait bien trente-huit ans que tu montres ton cul à qui veut le voir.
SURNOM : "L'alien", selon les titres racoleurs. Le "Gainsbourg du troisième art" pour Giovanna, c'est avec ce genre de déclarations lambda qu'on t'apprivoise .Pas des plus glorieux dans la bouche de certain(es), tu resteras Auden pour les intimes. Auden et quelques noms d'oiseaux dissimulés de ça et là.
STATUT : Girouette accomplie, marié à ses pinceaux. Géniteur d'une hippie de dix-huit ans qui vient d'apparaître dans sa vie.
MÉTIER : Basquiat des temps modernes.
LOGEMENT : #112, Pine Rivers

POSTS : 320 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Personnalité misanthrope. ≈ Le genre de trentenaire n'ayant jamais raccroché sa crise de l'adolescence ≈ Vrai goujat avec les filles ≈ Ne se prive pas de dire tout haut ce que beaucoup penseront tout bas, pas forcément en accord avec les idées mais par plaisir de faire chier son monde ≈Consommateur de stupéfiants en tout genre. ≈ Noctambule sur les bords. ≈ Esprit lunaire. ≈ Amoureux des voyages, son appartement est un petit musée qu'il prend soin de compléter ≈ Narcissique, qu'ils diront. ≈ Tatoué maladif ≈ Fêtard "Jackass"≈ Excentrique perfectionniste. ≈ Superviseur détesté, artiste admiré.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Ginny Gio Violet Nina

RPs EN ATTENTE : Ariane; Lloyd; Edward; Matt; Nissrin; Cole;
RPs TERMINÉS :
in coming.
PSEUDO : blue.v; solène.
AVATAR : James Edward Franco.
CRÉDITS : mine
DC : _
INSCRIT LE : 23/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14834-auden-tout-est-plus-glamour-quand-vous-le-faites-sur-votre-lit-meme-peler-des-pommes-de-terre http://www.30yearsstillyoung.com/t14853-auden-the-high-life http://www.30yearsstillyoung.com/t14857-auden-wells

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Ven 26 Mai - 22:34



Let's go back to this summer all those years ago - Violet
EXORDIUM.
Tu sais désormais que le plan des pâtes post-réveil n'est pas la plus glorieuse des idées en soi, surtout quand tu confonds sucre et sel de ton esprit encore brouillé. Certes, c'est mangeable. Oui, c'est dégueulasse, alarmant la suite de la journée, quand le karma s'absente, quand le soleil est bel et bien là, à attirer le monde dans la rue d'en face, à t'enfermer dans ton cocon pour un semblant de silence. Tu aurais pu être alarmé des miaulements du chat la veille et de son sixième sens qui aurait pu t’empêcher de descendre à l'épicerie chercher sa foutue bouffe hors de prix avec l'allure qu'on te connaît si bien Wells, quand tu n'en as vraiment rien à faire de vivre dans un quartier où les yeux ne se tourneront pas pour ton art, mais pour ton manque de chic permanent. Même le gars de l'épicerie tire la tronche quand il te voit débarquer en furie, pourtant Dieu sait ce que représente ton manque de programmation sur son chiffre mensuel. Puis une douche, froide, glaciale, à te réveiller en fin de journée, quand ce soir tu te vois déjà dans un spot caché, à la belle étoile ou au comptoir d'un bar à l'autre bout de la ville. Une douche, écourté par le poing qui cogne ta porte d'entrée, le robinet qui ne coule plus, le peignoir humide, les gouttes qui perlent au fur et à mesure que tes pas s'approchent. Alors certes, cette courte journée n'avait rien de phénoménale, rien de marquant, rien qui relève du grand positivisme, celle qui te tenterait de retourner au lit, de ne rien faire, absolument rien, quelque chose qui t'insupporte pourtant. Alors tu t'attends à tout sur le profil de ce visiteur importun, quiconque que tu remercieras avec les pincettes que l'on te connait. Oui  tu t'attends à tout, mais pas à ça. "C’est toi monsieur con ?" La mâchoire élancée, le son qui bloque. « T’en as l’air en tout cas. ». Tu fronces les sourcils, jette un coup d’œil sur ta dégaine avant de reporter le regard sur cette..gamine. Une adolescente, le visage poupon, les yeux bleus, une mine étrangement familière qui ne te mène sur aucune piste. Est-ce que tu viens vraiment de te faire traiter du con à l'entrée de ton cocon ? Gros yeux, tu mets quelques secondes pour revenir à la réalité, exclamant ta surprise dans un fou-rire à peine exagéré. " Celle-là, on me l'avait jamais faite." Tu regardes à sa gauche, puis à sa droite. Le couloir est vide, aucune caméra n'est pourtant à déplorer autour de la jeune fille. Tu reprends peu à peu ton sérieux, frustré d'avoir été interrompu dans ta toilette de cette sorte. " Non mais sérieux, t'as pas de devoirs à faire, des vieux pour te surveiller, un traitement à prendre ? Je sais même pas qui tu es ! " Même pas de quoi s'alarmer. Au pire, la cuisine est adjointe à l'entrée, si tu dois te défendre d'une énième barge.







Sociological critics are waste makers.
©bat'phanie




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : dix-huit ans, née un dix avril.
SURNOM : vi' la plupart du temps quand on a envie de te donner un surnom. bb par ta maman qui te voit toujours comme un bébé.
STATUT : célibataire et curieuse de goûter à tout elle ne se prend pas la tête et laisse son coeur et ses envies la guider.
MÉTIER : en année sabbatique. ouais enfin ça c'est ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. bien décidée à changer le monde, elle fait du bénévolat dans diverses ONG et elle bosse au Grey Garden comme serveuse pour vivre.
LOGEMENT : une maison numérotée 732 à toowong avec bryn et quatre autres lurons. puis connor notre squatteur professionnel.

POSTS : 176 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : audenbrynilhankatherinegirl squadnathanielnissrinevie & bryn


⭐︎ girl squad ⭐︎
Find a group of people who challenge and inspire you; spend a lot of time with them, and it will change your life.

RPs EN ATTENTE : priam ● milo

PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : katherine langford.
CRÉDITS : .Cranberry (avatar), tumblr (gifs)
DC : milena grimes & arthur iver.
INSCRIT LE : 15/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15213-there-s-nothing-as-dangerous-as-a-headstrong-girl-who-knows-her-own-mind-violet http://www.30yearsstillyoung.com/t15273-violet-here-s-to-us-here-s-to-love

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Sam 27 Mai - 12:13



auden & violet

Et voilà, et le voilà devant toi. Ce serait mentir que de dire que tu t’es toujours demandée à quoi ton père biologique ressemblait, qui il était, ce qui avait fait que ta mère avait eu une aventure avec lui. Cette dernière n’avait jamais parlé de manière très positive de cet homme qu’elle avait rencontré lors d’un road trip et qui avait apparemment tagué sa voiture avant de disparaître dans la nature après une nuit d’amour sous les étoiles. Donc tu ne t’attendais pas à grand chose en venant frapper à la porte du grand Auden Wells. De ce que tu en avais lu dans les magazines et puis sur l’ordinateur de Bryn, il n’avait pas l’air très sympathique. Certains le disaient même égocentrique. Enfin, tu verras bien. Mais il est là, devant toi et tu peux voir ce qui a attiré ta mère à cet homme. Il fronce les sourcils en te voyant, oui, on ne s’attend pas en général à être insulté quand on vient ouvrir sa porte d’entrée mais tu n’as jamais été une fille comme les autres et tout ce que tu sais sur cet homme en réalité c’est que ta mère l’a toujours surnommé ‘monsieur con’. Ca donne envie n’est-ce pas ? Mais tu es déterminée dans ta quête et tu es bien décidée à te faire entendre. « Celle-là, on me l'avait jamais faite. » Un petit sourire en coin satisfait apparut sur ton visage. Ce n’était pas étonnant, tu avais toujours été unique en ton genre et les conventions sociales et toutes ces conneries ne t’avaient jamais vraiment intéressées. Tu étais déjà obligée de les subir au travail pour ne pas te faire virer, cela suffisait. « Non mais sérieux, t'as pas de devoirs à faire, des vieux pour te surveiller, un traitement à prendre ? Je sais même pas qui tu es !  » Tu lèves les yeux au ciel en soupirant. Oui, tu avais toujours eu conscience que tu avais le visage d’une gamine mais quand même ! Clairement, monsieur n’avait pas envie d’être dérangé alors il essayait de te faire déguerpir. Mais tu n’avais aucune envie de déguerpir, tout le contraire même. Oh il n’allait pas tarder à savoir qui tu étais. Il allait certainement te rire au visage, t’en as rien à foutre. Tu t’attendais à rien de spécial en venant ici donc tu es sûre de pas être déçue. Enfin tu l’espères, des fois ton inconscient te joue de mauvais tours. « C’est bête mais personne m’attend ! » Dis-tu presque innocemment avec un sourire sur les lèvres. « C’est normal que tu me connaisses pas, je viens d’arriver à Brisbane. Toutefois, je suis désolée de te l’annoncer mais il est fort possible que nous partagions la même ADN. » L’homme en face de toi doit approcher de la quarantaine et te parle comme un ado de ton âge donc autant y aller doucement, il ne s’attend sûrement pas à la bombe que tu vas lâcher. Te rappelant que tu n’étais pas venue les mains vides, tu ouvres ton sac à dos pour en sortir une boîte. « Ah et je t’ai amené quelques cookies vegan, c’est ma boss qui les fait. Etrangement ils sont plutôt pas mauvais. Je peux rentrer ? » Utiliser des cookies pour t’inviter chez les gens ? Tous les moyens sont bons et tu n’avais nullement envie de te faire jeter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Toi, ça fait bien trente-huit ans que tu montres ton cul à qui veut le voir.
SURNOM : "L'alien", selon les titres racoleurs. Le "Gainsbourg du troisième art" pour Giovanna, c'est avec ce genre de déclarations lambda qu'on t'apprivoise .Pas des plus glorieux dans la bouche de certain(es), tu resteras Auden pour les intimes. Auden et quelques noms d'oiseaux dissimulés de ça et là.
STATUT : Girouette accomplie, marié à ses pinceaux. Géniteur d'une hippie de dix-huit ans qui vient d'apparaître dans sa vie.
MÉTIER : Basquiat des temps modernes.
LOGEMENT : #112, Pine Rivers

POSTS : 320 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Personnalité misanthrope. ≈ Le genre de trentenaire n'ayant jamais raccroché sa crise de l'adolescence ≈ Vrai goujat avec les filles ≈ Ne se prive pas de dire tout haut ce que beaucoup penseront tout bas, pas forcément en accord avec les idées mais par plaisir de faire chier son monde ≈Consommateur de stupéfiants en tout genre. ≈ Noctambule sur les bords. ≈ Esprit lunaire. ≈ Amoureux des voyages, son appartement est un petit musée qu'il prend soin de compléter ≈ Narcissique, qu'ils diront. ≈ Tatoué maladif ≈ Fêtard "Jackass"≈ Excentrique perfectionniste. ≈ Superviseur détesté, artiste admiré.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Ginny Gio Violet Nina

RPs EN ATTENTE : Ariane; Lloyd; Edward; Matt; Nissrin; Cole;
RPs TERMINÉS :
in coming.
PSEUDO : blue.v; solène.
AVATAR : James Edward Franco.
CRÉDITS : mine
DC : _
INSCRIT LE : 23/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14834-auden-tout-est-plus-glamour-quand-vous-le-faites-sur-votre-lit-meme-peler-des-pommes-de-terre http://www.30yearsstillyoung.com/t14853-auden-the-high-life http://www.30yearsstillyoung.com/t14857-auden-wells

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Jeu 1 Juin - 21:55



Let's go back to this summer all those years ago - Violet
EXORDIUM.
Une première réplique peu convaincante. Tu caches bien ton jeu Wells, avec ta posture façadière de chien de garde, loin du petit oiseau inquiet qui te caractériserait tant en ce moment même. Non, ce serait mentir de dire que tu n'es pas, ne serait-ce qu'un minimum, inquiet face à l'inconnue du palier que "personne n'attend.". Soit, c'est pas toi qui la contredira sur ce coup-ci. Sourire ravageur, mignonnerie insoutenable. T'hésites à lui fermer la porte au nez d'autant plus que tu te les cailles en peignoir. « C’est normal que tu me connaisses pas, je viens d’arriver à Brisbane. Toutefois, je suis désolée de te l’annoncer mais il est fort possible que nous partagions la même ADN. ». Tu plisses les yeux, réitère de suite l'action de les écarquiller sans masquer cette mine inquiète qui t'appâte depuis le début de l'entretien improvisé. Constate que tu es un aimant à situations loufoques. Et quand tu t'apprêtes à rétorquer, objecter même, de ces mots crus du gars indocile et dédaigneux, la brune aux cils battants en rajoute une couche, boîte de cookies végan -selon ses dires- empoignée dans ces mains qu'elle te tend avec tout l'aplomb du monde. Ton odorat s'en va dans les doux songes quand ton estomac crie famine, torture fortement agréable... mais pas assez pour te faire prendre dans l'embuscade. "Okay... Je sais pas à quoi tu tournes, mais ça m'a l'air assez puissant." Les gâteaux pour sûr. Quand à répondre à cette ultime question, ce dilemme qui s'avère pourtant simple à remédier quand ton cœur de pierre t'ordonne de lui claquer la porte au nez, ton cerveau aliéné, lui, hésite toujours. Il faut dire que l'étrange attise ta curiosité. Après tout, qu'est-ce que tu risques, si ce n'est de perdre un temps fou à polémiquer en compagnie d'une innocente névrosée ? " Si je refuse, qu'est-ce que je risque ? " Crétin , tu sais pourquoi ce genre de colle est à éviter dans un thriller psychologique ? Tu vois bien qu'elle ne lâchera pas l'affaire de sitôt. Hyperfan ou simple mégarde, il est temps de lui rappeler qui possède les clés du coffre ici. Erreur, grosse erreur de cible.
Tu l'as laisse rentrer non sans difficultés, scrutant le moindre de ses faits et gestes à peine franchit-elle le seuil de la porte que tu refermes avec la douceur que l'on t'associe. Finissons-en vite.. ou plutôt commençons tiens. Après tout, tu es chez toi, loin de toi l'idée de vouloir qu'on s'immisce dans ta vie, et c'est tout naturellement que tu tournes le dos à la jeune fille, te dirigeant vers la chambre, peignoir enlevé à l'arrache. Auden et la pudeur. Tu prends le premier boxer et pantalon que tu trouves, changé en un temps record pour courir de nouveau dans la pièce d'à côté, torse encré, nu, conscient de l'inconscience. Vraiment, il n'y a que toi pour laisser ton chat se faire apprivoiser par une inconnue baroque. " Désolé pour le bordel, c'est pas tout les jours que j'accepte que n'importe quelle timbrée se retrouve sur mon canapé. Estime toi heureuse, j'suis de bonne humeur. Maintenant, on va aller droit au but, tu vas déjà me dire qui tu cherches, à savoir le nom et prénom du gars.. non parce que "monsieur con", c'est vague tu sais ?" Sidéré, médusé, traficoteur, mais de bonne humeur. Let's play avant d'appeler tes copains flics.







Sociological critics are waste makers.
©bat'phanie




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : dix-huit ans, née un dix avril.
SURNOM : vi' la plupart du temps quand on a envie de te donner un surnom. bb par ta maman qui te voit toujours comme un bébé.
STATUT : célibataire et curieuse de goûter à tout elle ne se prend pas la tête et laisse son coeur et ses envies la guider.
MÉTIER : en année sabbatique. ouais enfin ça c'est ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. bien décidée à changer le monde, elle fait du bénévolat dans diverses ONG et elle bosse au Grey Garden comme serveuse pour vivre.
LOGEMENT : une maison numérotée 732 à toowong avec bryn et quatre autres lurons. puis connor notre squatteur professionnel.

POSTS : 176 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : audenbrynilhankatherinegirl squadnathanielnissrinevie & bryn


⭐︎ girl squad ⭐︎
Find a group of people who challenge and inspire you; spend a lot of time with them, and it will change your life.

RPs EN ATTENTE : priam ● milo

PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : katherine langford.
CRÉDITS : .Cranberry (avatar), tumblr (gifs)
DC : milena grimes & arthur iver.
INSCRIT LE : 15/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15213-there-s-nothing-as-dangerous-as-a-headstrong-girl-who-knows-her-own-mind-violet http://www.30yearsstillyoung.com/t15273-violet-here-s-to-us-here-s-to-love

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Jeu 8 Juin - 22:04



auden & violet

Le moins qu’on puisse dire c’est que cette rencontre était des plus étrange. En même temps, que dire à un homme qui a un enfant depuis dix-huit ans mais n’en sait rien ? Enfin, si c’était vraiment ton père. Oui parce que tu ne te basais que sur des photos et une vague impression de ta mère qui n’avait jamais voulu rien confirmer. De toute façon, tu avais déjà un père, ce n’était pas vraiment cela que tu cherchais. C’était plutôt tes origines qui t’intéressaient, savoir qui était cet homme, apprendre à le connaître si possible. Comprendre pourquoi ta mère lui avait accordé une nuit qui avait changé sa vie. Oui, la vie est étrangement faire des fois, ta mère était loin de se douter à l’époque que ce serait le cas. Tu décides de ne pas faire durer le suspens plus longtemps parce que vu son attitude, il devait te prendre pour une fan trop collante. La vérité c’était que tu n’avais jamais vu une de ses œuvres donc tu jugeras son talent plus tard. Tu lui annonçais donc ce qui t’amenait ici et c’est avec un sourire amusé sur les lèvres que tu le regardas froncer les sourcils puis avoir l’air inquiet. Il devait se demander si tu mentais très certainement. Peut-être que tu mentais mais ton intuition te disait que non parce que cet homme partageait quelques traits communs aux tiens que tu ne partageais pas avec ta mère. Toutefois, qu’il soit surpris, ahuri, qu’il ne te croit pas était complètement normal. Tu essayais donc de ramener un peu de douceur avec les gâteaux que tu avais chipés à Nissrin. « Okay... Je sais pas à quoi tu tournes, mais ça m'a l'air assez puissant. » Tu n’avais pourtant pas imaginé qu’il te prendrait pour une droguée. Tu aurais dû t’y attendre, il n’était pas le premier. Pourtant, même si tu avais déjà goûté à ces substances illicites, tu n’en étais pas une grande fanatique. Cela devait venir de ton enfance où tu étais bien trop enfumée à ton goût et cela te rendait claustrophobe à force de stagner dans cette fumée. « Je ne suis pas sous l’effet de la drogue idiot ! Si je l’étais j’aurais bien mieux à faire ! » Oh oui, tu doutes que tu serais venue lui rendre visite si cela avait été le cas. Tu aurais préféré passer la soirée avec des amis, profiter à fond que de rendre visite à ton possible père biologique. « Si je refuse, qu'est-ce que je risque ? » Cette fois, c’est à ton tour d’hausser un sourcil. Toi aussi tu pouvais jouer à ce jeu. Certes, tu n’avais pas l’avantage mais il ne t’avait pas fermé la porte au nez depuis le début et cela voulait bien dire qu’il était intrigué. « Tu veux vraiment jouer à ça ? » Lui demandas-tu comme si tu parlais à un gamin. Ta maturité en avait déconcerté plus d’un toi qui avais presque pour passion de converser avec l’ancienne génération. Il semble se raviser, un peu contre son gré mais tu finis par passer le pas de la porte. Miracle n’est-ce pas ? Pour toi cela veut surtout dire que ton culot a encore une fois eu raison de la situation et tu en jubiles intérieurement. A peine entrée, tu ne tardes pas à regarder autour de toi et alors que tu te diriges vers le salon, tu ne manques pas de remarquer que cet homme est tout aussi pudique que toi c’est-à-dire pas du tout. Tu n’y fais d’ailleurs presque pas attention préférant te concentrer sur son chat que tu câlines jusqu’à ce qu’il revienne. « Désolé pour le bordel, c'est pas tout les jours que j'accepte que n'importe quelle timbrée se retrouve sur mon canapé. Estime toi heureuse, j'suis de bonne humeur. Maintenant, on va aller droit au but, tu vas déjà me dire qui tu cherches, à savoir le nom et prénom du gars.. non parce que "monsieur con", c'est vague tu sais ? » Tu lèves les yeux au ciel. Tu l’as appelé ainsi pour le provoquer, tu n’es pas assez idiote pour ne pas connaître son nom et son prénom. Mais tu sens qu’il cherche une quelconque preuve, quelque chose qui fera qu’il pourra te jeter dehors à tout moment. Toi, tu fais comme si de rien n’était. « Je sais comment tu t’appelles Auden Wells. C’est pas difficile de trouver ton nom dans les magazines. C’est juste que ma mère t’a toujours appelé que comme ça. » Dis-tu en haussant les épaules. Ce n’était que la pure vérité que tu mettais sur la table malheureusement pour lui. « Ce surnom te vient de la nuit que vous avez passé ensemble, c’était l’été lors de son road trip. Apparemment tu t’étais évaporé le matin en ayant tagué sa caisse en souvenir. Et tu lui as fait un gosse par la même occasion. » Dis-tu pour venir compléter le tableau. « Ca te rappelle des souvenirs ? » En réalité, c’était tout ce que tu avais comme information sur cet homme alors tu espérais qu’il allait valider ta version.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Toi, ça fait bien trente-huit ans que tu montres ton cul à qui veut le voir.
SURNOM : "L'alien", selon les titres racoleurs. Le "Gainsbourg du troisième art" pour Giovanna, c'est avec ce genre de déclarations lambda qu'on t'apprivoise .Pas des plus glorieux dans la bouche de certain(es), tu resteras Auden pour les intimes. Auden et quelques noms d'oiseaux dissimulés de ça et là.
STATUT : Girouette accomplie, marié à ses pinceaux. Géniteur d'une hippie de dix-huit ans qui vient d'apparaître dans sa vie.
MÉTIER : Basquiat des temps modernes.
LOGEMENT : #112, Pine Rivers

POSTS : 320 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Personnalité misanthrope. ≈ Le genre de trentenaire n'ayant jamais raccroché sa crise de l'adolescence ≈ Vrai goujat avec les filles ≈ Ne se prive pas de dire tout haut ce que beaucoup penseront tout bas, pas forcément en accord avec les idées mais par plaisir de faire chier son monde ≈Consommateur de stupéfiants en tout genre. ≈ Noctambule sur les bords. ≈ Esprit lunaire. ≈ Amoureux des voyages, son appartement est un petit musée qu'il prend soin de compléter ≈ Narcissique, qu'ils diront. ≈ Tatoué maladif ≈ Fêtard "Jackass"≈ Excentrique perfectionniste. ≈ Superviseur détesté, artiste admiré.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Ginny Gio Violet Nina

RPs EN ATTENTE : Ariane; Lloyd; Edward; Matt; Nissrin; Cole;
RPs TERMINÉS :
in coming.
PSEUDO : blue.v; solène.
AVATAR : James Edward Franco.
CRÉDITS : mine
DC : _
INSCRIT LE : 23/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14834-auden-tout-est-plus-glamour-quand-vous-le-faites-sur-votre-lit-meme-peler-des-pommes-de-terre http://www.30yearsstillyoung.com/t14853-auden-the-high-life http://www.30yearsstillyoung.com/t14857-auden-wells

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Dim 11 Juin - 19:25



Let's go back to this summer all those years ago - Violet
EXORDIUM.
Tu t'installes à ses côtés, ta psychose n'omettant pas de privilégier une petite distance entre vous, que tu peux prétexter en même temps comme étant la place du chat monarque, avant tout. D'ordinaire, tu offres un verre à tes convives, tu essaies de faire l'effort d'une once de complaisance à leur égard, mais cela résulte une perte de temps, trop précieux pour un esprit qui carbure au barbiturique. Ainsi, il n'est pas nécessaire de mentionner le fait que les passagers nomades n'ont pas le droit à tes traitements de faveurs; plus vite le comprendront-ils et plus vite ils dégageront et la kid ne dérogera pas à la règle. Alors, tu écoutes attentivement sous tes airs désintéressés. Chaque syllabe, chaque mots qu'elle déblatère avec une insolence à foison, aussi méprisable que grandiose et que tu te forces à considérer. Mais au dernier son, suivi d'un long silence où ta poker face prime sur une ambiance presque lugubre, tu glousses, de plus en plus fort, avant de rire aux éclats la seconde qui s'ensuit. Émotions, ou simplement foutage de gueule, le terme semble plus approprié. "Oh merde. " Rebelote, tu te pinces l'arrête du nez, pris dans l'absurdité du moment, tu as besoin d'un massage crânien par la même occasion. Remis de tes émotions perturbatrices en un temps très court, tu plantes tes yeux dans les yeux clairs de la brune. Non, sans déconner, vous n'avez rien en commun en plus, du moins physiquement parlant. Le front, à la limite. " Tu diras à ta chère maman que le compte de ton supposé papa est à sec, donc inutile de m'embrigader dans un scandale complètement bidon. C'est bien de me prendre pour un con. " Tu te lèves, ouvre la fenêtre, la mégalomanie à son apogée, convaincu par le caractère obsessionnel de la chose. " Et ton nom, c'est quoi ?" Cancerette au bec, tu essaies de changer de sujet, la pousser dans ses retranchements à ton plus grand désarroi, sans savoir que cela allait mener à une énième piste qui lui donnerait davantage raison.







Sociological critics are waste makers.
©bat'phanie




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : dix-huit ans, née un dix avril.
SURNOM : vi' la plupart du temps quand on a envie de te donner un surnom. bb par ta maman qui te voit toujours comme un bébé.
STATUT : célibataire et curieuse de goûter à tout elle ne se prend pas la tête et laisse son coeur et ses envies la guider.
MÉTIER : en année sabbatique. ouais enfin ça c'est ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. bien décidée à changer le monde, elle fait du bénévolat dans diverses ONG et elle bosse au Grey Garden comme serveuse pour vivre.
LOGEMENT : une maison numérotée 732 à toowong avec bryn et quatre autres lurons. puis connor notre squatteur professionnel.

POSTS : 176 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : audenbrynilhankatherinegirl squadnathanielnissrinevie & bryn


⭐︎ girl squad ⭐︎
Find a group of people who challenge and inspire you; spend a lot of time with them, and it will change your life.

RPs EN ATTENTE : priam ● milo

PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : katherine langford.
CRÉDITS : .Cranberry (avatar), tumblr (gifs)
DC : milena grimes & arthur iver.
INSCRIT LE : 15/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15213-there-s-nothing-as-dangerous-as-a-headstrong-girl-who-knows-her-own-mind-violet http://www.30yearsstillyoung.com/t15273-violet-here-s-to-us-here-s-to-love

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Dim 18 Juin - 17:03



auden & violet

Tu le regardes exploser de rire et tu ne peux t’empêcher de te demander s’il va bien. Tu as eu toutes sortes de réactions face à ton comportement jugé comme étrange souvent mais un rire pareil, jamais. Cela ne t’impressionne pas plus que ça, tu te poses de sérieuses questions sur son état mental cependant. Il ne dit rien ou presque rien et tu n’arrives pas à savoir ce qui se passe dans sa tête. Est-ce qu’il essaye de trouver la faille qui lui permettra de prouver que ton histoire n’est pas la sienne ou est-ce qu’il essaye de nier l’évidence que tu lui mets sous les yeux ? Tu n’en sais rien mais tu te poses beaucoup de questions peut-être futiles. Ta mère t’a toujours encouragée à poser beaucoup de questions mais là tu ne sais pas si c’est une excellente idée. Tu continues donc ton histoire et c’est lui qui s’arrête de rire tout seul avant de te dire : « Oh merde. » Tu es bien partie avec ce genre de réponse. Tu ne retiens pas ton soupir cette fois. Les personnes de l’âge de ta mère ne sont-elles pas censées être adultes et savoir comment gérer ce genre de situation sans passer pour un malade mental ? Il semble se reprendre cependant avant de te dire : « Tu diras à ta chère maman que le compte de ton supposé papa est à sec, donc inutile de m'embrigader dans un scandale complètement bidon. C'est bien de me prendre pour un con. » Cette fois c’est toi qui laisses échapper un petit rire. De l’argent ? Il pense que tu es ici à dix-huit ans pour de l’argent ? Oh non ! Ta mère elle ne sait même pas que tu es là, son argent elle n’en a rien à faire. Et vu son quartier d’habitation et cet appartement, tu doutes que ses comptes soient à sec mais ça c’était un autre sujet dans lequel tu allais éviter de mettre les pieds, tu t’étais déjà assez mise dans la merde là pour le coup. « Ma mère ne sait pas que je suis ici, elle en a rien à foutre de ton argent et moi non plus d’ailleurs. Je me suis toujours débrouillée seule et cela n’est pas prêt de s’arrêter. » C’était la féministe qui sommeillait en toi qui venait de parler. Ta mère avait subvenu à tes besoins bien sûr mais tu avais toujours aidé à la maison puis au bar à tes seize ans plus des petits boulots par-ci par-là. Tu ne gagnais pas des millions mais bien assez à tes yeux pour vivre. « Et ton nom, c'est quoi ? » Ah oui, se présenter. C’était censé être la première chose à faire non ? Mais toi t’avais toujours tout fait différemment … Les conventions sociales tu les connaissais vaguement, les respecter c’était autre chose. « Violet Burgess. » Dis-tu avant de te souvenir que ton nom venait certainement d’un geste de cet homme dix-huit ans plus tôt. « Ma mère m’a appelée Violet car c’est le seul cadeau qu’elle n’ait jamais reçu de mon père. Enfin de toi quoi. » Lui dis-tu d’un petit geste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Toi, ça fait bien trente-huit ans que tu montres ton cul à qui veut le voir.
SURNOM : "L'alien", selon les titres racoleurs. Le "Gainsbourg du troisième art" pour Giovanna, c'est avec ce genre de déclarations lambda qu'on t'apprivoise .Pas des plus glorieux dans la bouche de certain(es), tu resteras Auden pour les intimes. Auden et quelques noms d'oiseaux dissimulés de ça et là.
STATUT : Girouette accomplie, marié à ses pinceaux. Géniteur d'une hippie de dix-huit ans qui vient d'apparaître dans sa vie.
MÉTIER : Basquiat des temps modernes.
LOGEMENT : #112, Pine Rivers

POSTS : 320 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Personnalité misanthrope. ≈ Le genre de trentenaire n'ayant jamais raccroché sa crise de l'adolescence ≈ Vrai goujat avec les filles ≈ Ne se prive pas de dire tout haut ce que beaucoup penseront tout bas, pas forcément en accord avec les idées mais par plaisir de faire chier son monde ≈Consommateur de stupéfiants en tout genre. ≈ Noctambule sur les bords. ≈ Esprit lunaire. ≈ Amoureux des voyages, son appartement est un petit musée qu'il prend soin de compléter ≈ Narcissique, qu'ils diront. ≈ Tatoué maladif ≈ Fêtard "Jackass"≈ Excentrique perfectionniste. ≈ Superviseur détesté, artiste admiré.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Ginny Gio Violet Nina

RPs EN ATTENTE : Ariane; Lloyd; Edward; Matt; Nissrin; Cole;
RPs TERMINÉS :
in coming.
PSEUDO : blue.v; solène.
AVATAR : James Edward Franco.
CRÉDITS : mine
DC : _
INSCRIT LE : 23/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14834-auden-tout-est-plus-glamour-quand-vous-le-faites-sur-votre-lit-meme-peler-des-pommes-de-terre http://www.30yearsstillyoung.com/t14853-auden-the-high-life http://www.30yearsstillyoung.com/t14857-auden-wells

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Jeu 29 Juin - 4:10



Let's go back to this summer all those years ago - Violet
EXORDIUM.
Auden l'irrécupérable. Auden, l’ermite atrabilaire, sauvageon bougon qui n'attire que l'insaisissable et ce depuis son premier soupir. Mais ne serait-ce donc pas incompatible avec cette chasse permanente qui te permet de garder les pieds sur la terre ferme ? Le mythe du bad boy gentilhomme à l'aube de la vingtaine, tu t'souviens ? Grand frêle dépareillé, novice des rues en perpétuelle crise, claquant la porte au moindre braquement, à la moindre remarque des tuteurs impérissables. Pas de mot, juste des gestes, des pas guidés par le vent, le bruit, le ciel, tout et rien à la fois. Curiosité intarissable qui mène à tes lieux saints : des raves, des ponts, des camps, des bars... des raves, surtout, quelques endroits élus pour domicile le temps d'une soirée qui se finit rarement en solitaire. Parce que tu es un élitiste et que rares sont celles se satisfaisant d'un pauvre garçon dont la confiance et l'estime de soi dépassent le vrai visage de son maudit sort, celui qui te suivra jusqu'à aujourd'hui.
" Violet Burgess "
Parce qu'il faut remonter à loin pour comprendre la soudaine nostalgie qui décompose tes traits. Tu trimbalais toujours ton sac à dos avec toi, ton kit de survie pour diverses raisons valables à tes yeux d'insouciants; un sac qui, plusieurs fois, fut vidé sans jamais t'être confisqué, tu étais tellement doué pour exprimer une valeur affective que les argousins ont fini par lâcher l'affaire, te laissant ainsi jouir d'une liberté artistique conceptuelle. Et si la compagnie des autres ne te semblait guère indispensable, tu aimais cependant celle de ceux qui sollicitent ton monde à leur manière. Il y avait les simples captifs, les curieux d'un temps et les intéressées frénétiques, celles qui te donnèrent goût au plaisir charnel en échange, accentuant un peu plus ton immodestie encore masquée.  
"Ma mère m’a appelée Violet car c’est le seul cadeau qu’elle n’ait jamais reçu de mon père."
Et bien-sûr, tu ressentais constamment le besoin de remercier ces gens-là de manière peu conventionnelle, à l'instar de la neutralité qui t'habitait et qui t'habite encore. Va savoir pourquoi tu alliais les courbes féminines avec les fleurs; le retour à la nature, probablement. Le comble quand on connait la tonne de produit chimique que constitue une  bombe aérosol.
"Enfin de toi quoi."

A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les ailes, c'est bien connu. Machinalement, ton pouce suit le mouvement répétitif sur la molette de ton briquet à sec. Muet, contrarié, peu friand du mélodrame au cinéma, encore moins quand ces conneries te concernent directement.Le geste victorieux de la gamine n'arrange en rien l'état miséricordieux de ton ego surdimensionné. Au final, qu'est-ce que cela change ? Combien vas-tu croiser de Rose, de Marguerite ou de Violet dans ta vie ? A ton tour de lever les yeux au ciel, tout ce que tu aspires à faire désormais serait de la remercier à ta manière et d'activer ton mode off, dormir et dire au monde et à ton fichu karma d'aller se faire foutre, cordialement. Enfin, si seulement tu n'avais pas passé l'âge des caprices. " Tu veux boire quelque chose ? J'ai du Nesquik." Tu daignes enfin prendre la parole sur un sujet complètement à part. Comme si le grand Wells pouvait baisser les armes aussi facilement; quelque chose te dit pourtant qu'elle ne va pas prendre la porte aussi aisément qu’espéré, alors autant s'y préparer. Tu actives ta poker face en reprenant place à ses côtés, quitte à prendre le risque de passer pour un grand malade si tel n'est pas déjà le cas de toute manière. Après un long soupir, tu en rajoutes, arborant les sujets qui fâchent comme à ton habitude. " Si tu pensais que ta petite histoire personnelle ferait office de tire-larme, ça ne marche pas avec moi. Quand bien même elle serait vraie, sache que ton père est un enfoiré de première et que cela ne l'empêchera pas de dormir sur ses deux oreilles ce soir. " Et si tu l'imagines bien soupirer de désolation à foison, tu n'en as pourtant que faire sur le coup, trop occupé à contenir ta surprise bien enfouie. " Ravie de t'avoir rencontré Violet. " Tu te lèves, lui tournes le dos sans gêne : première tentative pour la convaincre de quitter la pièce, pour finir par te battre tout seul avec tes propres démons. Un échec.








Sociological critics are waste makers.
©bat'phanie




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : dix-huit ans, née un dix avril.
SURNOM : vi' la plupart du temps quand on a envie de te donner un surnom. bb par ta maman qui te voit toujours comme un bébé.
STATUT : célibataire et curieuse de goûter à tout elle ne se prend pas la tête et laisse son coeur et ses envies la guider.
MÉTIER : en année sabbatique. ouais enfin ça c'est ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. bien décidée à changer le monde, elle fait du bénévolat dans diverses ONG et elle bosse au Grey Garden comme serveuse pour vivre.
LOGEMENT : une maison numérotée 732 à toowong avec bryn et quatre autres lurons. puis connor notre squatteur professionnel.

POSTS : 176 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : audenbrynilhankatherinegirl squadnathanielnissrinevie & bryn


⭐︎ girl squad ⭐︎
Find a group of people who challenge and inspire you; spend a lot of time with them, and it will change your life.

RPs EN ATTENTE : priam ● milo

PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : katherine langford.
CRÉDITS : .Cranberry (avatar), tumblr (gifs)
DC : milena grimes & arthur iver.
INSCRIT LE : 15/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15213-there-s-nothing-as-dangerous-as-a-headstrong-girl-who-knows-her-own-mind-violet http://www.30yearsstillyoung.com/t15273-violet-here-s-to-us-here-s-to-love

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Dim 2 Juil - 14:58



auden & violet

L’homme qui se trouvait en face de toi était comme un puzzle que tu n’arrivais pas à assembler. De manière générale, c’était plutôt toi qu’on trouvait bizarre et qu’on comprenait pas. Toi, tu avais rapidement appris qu’il y avait des types de personnes dans le monde et que tu pouvais les ranger dans des catégories simples. Leur caractère et leurs choix les différenciaient un peu mais rien de plus. Avec cet Auden Wells c’était une autre histoire. Oh tu avais déjà entendu des tonnes d’histoire sur ta mère à cette époque, de vieux amis qui passaient régulièrement à Waga Waga n’hésitaient pas à t’en raconter de belles mais tu avais du mal à comprendre ce qui l’avait attirée chez cet homme. Il n’avait aucun point commun avec l’homme qui t’avait élevé, du moins pas au premier abord. Ta mère appelait ce monsieur con son erreur de jeunesse. Enfin, ta mère avait bien pu coucher avec qui elle voulait, tu t’en fichais un peu mais cet homme était réellement bizarre et venant de toi cela voulait dire beaucoup. Il t’écoutait cependant, raconter d’où venait ton prénom avec une certaine nostalgie dans le regard. Tu ignores s’il a changé ou s’il est toujours le même aujourd’hui, tu ne pourras jamais comparé car ta mère a toujours été avare de la moindre information. Mais rapidement la nostalgie semble être remplacée par une certaine contrariété. Tu ne saurais dire de quoi mais certainement de ta présence qui vient remuer de vieux souvenirs oubliés. Toi tu t’en fiches de venir chambouler sa vie, tu veux juste savoir si ça peut l’intéresser d’apprendre à te connaître. Tu vas tout faire pour l’intéresser en tout cas, refusant de baisser les bras. Voilà une valeur que le militantisme a bien inculqué en toi, la persévérance. Tu allais persévérer et peut-être qu’au fil du temps tu pourras mieux décrypter ce personnage si étrange à tes yeux. Tu te demandes quelle va être sa prochaine réaction, elles semblaient toutes imprévisibles alors quelle sera la prochaine ? Etrangement, il ne se remet pas à rire comme un fou furieux et il ne semble pas adepte des yeux levés vers le ciel comme toi. Il finit par te demander : « Tu veux boire quelque chose ? J'ai du Nesquik. » Tu le regardes un sourcil levé. Il se fiche de toi ? Très certainement. Tu es consciente de marcher sur des œufs, tu peux te faire virer à tout moment, il faut la jouer stratégique et dire la bonne chose au bon moment. Tu ne lèves pas les yeux au ciel cette fois mais tu ne peux t’empêcher de lui demander : « Tu penses que j’ai quel âge au juste ? » Oui parce que tu ne l’as certainement jamais vraiment donné et autant éclaircir ce point et lui faire comprendre que te prendre pour une idiote ne te fera pas partir plus vite. « Par contre je ne dirais pas non à un peu de whiskey. » Oui, cela aidera à faire passer le caractère imbuvable de ton interlocuteur pour le coup et puis il te tardait de voir sa réaction.

Il semble fatigué de se tenir debout comme un idiot et vient prendre place à tes côtés. Toi tu es toujours à côté de son chat en train de caresser la bête qui te tient compagnie dans cette situation saugrenue. Mais tu l’as cherchée, c’est toi qui es venue ici alors tu l’assumeras jusqu’au bout un point c’est tout. « Si tu pensais que ta petite histoire personnelle ferait office de tire-larme, ça ne marche pas avec moi. Quand bien même elle serait vraie, sache que ton père est un enfoiré de première et que cela ne l'empêchera pas de dormir sur ses deux oreilles ce soir. » Tire-larmes ? Non, tu n’avais jamais considéré ton histoire comme telle parce que tu avais toujours été heureuse dans ta vie et tu ne voyais pas pourquoi le fait de n’avoir jamais connu ton père amènerait une quelconque larme dans cette discussion. « Mon but n’était pas de te faire perdre le sommeil, j’en ai rien à foutre. Ni de te faire sortir des larmes. C’était juste de te connaître en fait. » Honnête, trop honnête des fois mais la réalité. Peut-être que lui n’avait pas envie de te connaître mais t’en as rien à faire, tu le laisseras pas tranquille tant que tu n’auras pas eu ce que tu voulais. Que ce soit aujourd’hui ou un autre jour. « Ravie de t'avoir rencontré Violet. » Il ne comprend pas que plus il essaye de te mettre dehors, plus tu vas persister à rester assise. C’est tragique mais c’est comme ça malheureusement. « Tu m’étonnes que les critiques d’art te trouvent imbuvables. Ca doit être sympa de t’interviewer. » Lui dis-tu en faisant référence à la documentation que tu avais faite avant de venir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Toi, ça fait bien trente-huit ans que tu montres ton cul à qui veut le voir.
SURNOM : "L'alien", selon les titres racoleurs. Le "Gainsbourg du troisième art" pour Giovanna, c'est avec ce genre de déclarations lambda qu'on t'apprivoise .Pas des plus glorieux dans la bouche de certain(es), tu resteras Auden pour les intimes. Auden et quelques noms d'oiseaux dissimulés de ça et là.
STATUT : Girouette accomplie, marié à ses pinceaux. Géniteur d'une hippie de dix-huit ans qui vient d'apparaître dans sa vie.
MÉTIER : Basquiat des temps modernes.
LOGEMENT : #112, Pine Rivers

POSTS : 320 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Personnalité misanthrope. ≈ Le genre de trentenaire n'ayant jamais raccroché sa crise de l'adolescence ≈ Vrai goujat avec les filles ≈ Ne se prive pas de dire tout haut ce que beaucoup penseront tout bas, pas forcément en accord avec les idées mais par plaisir de faire chier son monde ≈Consommateur de stupéfiants en tout genre. ≈ Noctambule sur les bords. ≈ Esprit lunaire. ≈ Amoureux des voyages, son appartement est un petit musée qu'il prend soin de compléter ≈ Narcissique, qu'ils diront. ≈ Tatoué maladif ≈ Fêtard "Jackass"≈ Excentrique perfectionniste. ≈ Superviseur détesté, artiste admiré.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Ginny Gio Violet Nina

RPs EN ATTENTE : Ariane; Lloyd; Edward; Matt; Nissrin; Cole;
RPs TERMINÉS :
in coming.
PSEUDO : blue.v; solène.
AVATAR : James Edward Franco.
CRÉDITS : mine
DC : _
INSCRIT LE : 23/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14834-auden-tout-est-plus-glamour-quand-vous-le-faites-sur-votre-lit-meme-peler-des-pommes-de-terre http://www.30yearsstillyoung.com/t14853-auden-the-high-life http://www.30yearsstillyoung.com/t14857-auden-wells

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   Jeu 10 Aoû - 4:52



Let's go back to this summer all those years ago - Violet
EXORDIUM.

C'est comme ça la vie, tout va bien et puis subitement on est foutu échec et mat par le sort.
Elle mord, la gamine. Tu as beau essayer de la dissuader dans ses convoitises, que ce soit par ton inélégante attitude ou des répliques qui fâchent et dérangent, rien n'y fait, tu te confrontes à un mur et ça te frustre. Un mur en béton qui te défie à lui poser une année de naissance au hasard, ce qui n'arrange en rien ton embarras face à la tornade et à la situation dans sa complexité. Tu te surprends même à ne pas prendre la chose à la légère, quand tes esprits te disent de garder le cap sur ton incorrigibilité. Après tout, c'est elle qui vient chercher les emmerdes et non l'inverse. Dans la cuisine faisant partie intégrante du séjour, tu as l'avantage de lui tourner le dos quand tu prends les verres encore humides sur le rebord de l'évier après réclamation d'un whisky pour la diablesse au minois d'ange. Pas de doute, elle peut très bien être de toi, celle-ci. Tu remplies le tien d'eau, lui ramène la bouteille de tes bras encombrés, la laisse constater que tu n'es pas cet alcoolique fini de bon matin quand mademoiselle veut bien s’accommoder du contraire à son propos, quitte à paraître ridicule. Tu n'as pas vraiment besoin de le lui dire, ta tête en dit bien long.  " À en juger par la couverture, je te donne pas l'âge de venir jouer les grandes raseuses avec moi. "   Tu poses le tout sur la table base, prends place à ses côtés et ignores volontairement les dires qui s'ensuivent, ton estomac criant famine face au cadeau garni de l'adolescente. " Ma mère m'a toujours dit de se méfier de l'inconnu. La tienne aurait dû en faire autant avec toi. " Parce que cela t'apporterait bien plus que ses lamentations ô combien exaspérantes d'en savoir un peu plus sur la brunette et ses origines, si au moins pouvait-elle prouver la véracité de ses propos. Tu perdures dans le caractère insipide, haussant les sourcils d'un air faussement heurté quand elle commence à trouver le temps plutôt long. " Je t'offre un scotch et c'est comme ça que tu me remercies ?" Plus sérieusement, qu'est-ce que tu en as à foutre des critiques d'art et de leurs avis sur ta personne ? Leur titre indique bien la frontière de leurs recherches, l'inconnue s'avère de suite bien plus légitime de t'insulter en guise de salut que tout ces petits novices. Elle en veut, elle en a dans la tête, elle ne se retient pas, elle te fascine la mioche, elle te prend au dépourvu par sa gnaque et son manque de tact, elle appuie, en redemande. Qu'attendait-elle à trouver en faisant face à un tel adversaire ? Tu t'armes de ton plus beau sourire, t'enfonçant davantage dans le moelleux du canapé sans la quitter du regard. " Je te fascine tant que ça ? " L'air amusé, le ton mesquin, autant voir si cette supposée histoire de gênes jouera en sa faveur plutôt que de sombrer dans le mélodrame, songes-tu en ton fort intérieur.









Sociological critics are waste makers.
©bat'phanie




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: let's go back to this summer all those years ago - auden   


Revenir en haut Aller en bas
 

let's go back to this summer all those years ago - auden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: pine rivers :: logements
-