AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

Partagez | 
 

 → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 33
SURNOM : Juste "T." étant donné que Triss n'est déjà pas très long comme prénom
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Tatoueuse
LOGEMENT : #12 Redcliffe

POSTS : 159 POINTS : 1705

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Superbe licorne tatouée sur l'intérieur de la cuisse droite ~ Ne se balade jamais sans cigarettes, c'est pire que sortir toute nue pour elle ! ~ Dors encore avec sa peluche préférée ~ Elle a un piercing au téton gauche, n'ayant pas fait le droit à cause de la douleur ~
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Goran Brevic
→ Petite virée près de l'eau ?

Sid Bauer
→ Un petit film ? Ou pas.

Joey Donagan
→ Un verre, deux verres, trois ver...

Alex Samuels
→ PUT SOME MARKS ON MY SKIN

Diana Armanni
→ Un café entre amies.

AVATAR : Ruby rose
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15401-triss-souvignet-un-esprit-libre-dans-un-corps-tatoue http://www.30yearsstillyoung.com/t15445-triss-souvignet-o-quelqu-un-pour-un-lien-avec-une-accro-du-tatouage-et-de-la-clope-o http://www.30yearsstillyoung.com/t15520-triss-souvignet#590652

MessageSujet: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Jeu 1 Juin - 20:14



Un bruit strident vint interrompre un rêve qui se voulait assez osé, voire érotique... Triss ouvra assez rapidement - à son plus grand étonnement - un œil en râlant contre son réveil qui était l’auteur de ce bruit irritable. De plus, il venait de la tirer de la magnifique torpeur dans laquelle elle se trouvait jusque là. Elle roula les yeux en direction de sa table de chevet en soupirant, bien que sa tête soit enfuie dans les oreillers. La jeune femme pinça ses lèvres lorsque son bras dû sortir de son cocon de chaleur pour atteindre son portable. Sa main manqua de faire tomber un cendrier plein avant d’atteindre, non sans mal, son objectif. Dans cette position son bras ressemblait plus au membre d’un cadavre à pendre le long son lit, elle devait avoir l’air d’un phoque. Le lit est certainement l’un de ses endroits préférés : on peut y dormir, regarder un film, y rester juste pour savourer quelques minutes de sérénité en plus ou y faire des choses plutôt excitantes. Bref, le meilleur endroit au monde après une soirée bien remplie comme elle les aimes.

Son premier rituel du matin est à chaque fois le même : s’allumer une cigarette en position assise sur son lit. Etant seule dans l’appartement, elle profitait à chaque fois de ce moment pour savourer quelques minutes de silence avant d’avoir à affronter le monde extérieur. Ce matin son petit-déjeuner allait être un verre de jus d’orange, ni plus ni moins. Elle prendrait un café sur le chemin car elle avait en tête d’aller se promener le long de la côte pour marcher sur le sable humide. Son petit corps nu - car elle dort toujours nue - se traîna jusqu’à sa douche qu’elle prit en quelques minutes à peine. Ses cheveux avaient d’ailleurs été coupés dans l’optique de passer le moins de temps possible à se préparer le matin. Elle n’avait pas longtemps supporté de devoir passer 30 minutes sous la douche à se laver les cheveux, elle laissait ça aux vraies filles comme elle les appelait. Sa tenue serait toute aussi simple que sa préparation : un maillot de bain deux pièces orné de têtes de mort, un short trop large à la mode garçonne des vans aux pieds et un t-shirt avec écrit «Shit» dessus. Sa garde robe n’a jamais réellement ressemblé à celle d’une femme de 33 ans, mais il faut s’habiller pour se sentir bien et à l'aise alors autant privilégier les trucs plutôt larges.

Bien qu’elle n’ait pas mis beaucoup de temps à se préparer, sa montre indiquait déjà 13h... La faute aux soirées qui se terminent toujours trop tôt dans la journée, mais qu’importe elle n’avait pas de boulot pour la semaine à venir, alors autant se laisser vivre. Elle se balada un peu dans son quartier qu’elle chérissait tant. Il n’était pas calme, mais il y avait toujours quelque chose à faire, quelqu’un à rencontrer ou une soirée d’ouverte à tous. Un quartier dynamique pour les trentenaires qui aiment la fête. Elle s’arrêta dans un petit snack pour prendre un café froid avec du lait et plein de glaçons, ce qu’elle boit ressemble davantage à du lait au café que l’inverse, mais elle n’a jamais apprécié le café serré ou noir. C’est une fois sa paille en bouche et en sirotant son précieux nectar, qu’elle se mit en quête de la plage pour aller y poser ses jolies fesses toute l’après-midi afin de profiter du soleil qui n’était pas encore trop chaud et agressif à cette période de l’année.

Avec ses nombreux détours et son envie de flâner, elle n’arriva à la plage qu’à 15h. De quoi éviter les coups de soleil, ce qui n’est pas plus mal en fin de compte. Il faut se laisser vivre et prendre la journée comme elle vient, qui sait où elle se trouvera ce soir ? Elle adorait la plage, c’était un symbole d’évasion et de liberté et puis elle n’avait pas eu la chance de grandir ni de vivre à proximité d’un littoral lorsqu’elle était en France, donc elle savourait tous les instants qu’elle pouvait passer sur les côtes de son pays d’adoption. Ses chaussures furent vite abandonnées sur le sable, elle alla tremper ses pieds dans l’eau encore froide en cette période. Ce contact froid la fit frissonner de tout son être, mais elle était bien à cet instant précis. Elle retourna sur le sable moins humide pour partir à la recherche du coin parfait pour se poser. Vous savez cet endroit avec pas trop de vent, un peu d’ombre mais pas trop, loin de toute l’agitation et les enfants ? Tout le monde recherche ce petit coin particulier quand on va à la plage, faites pas semblant ! Après quelques minutes elle repéra un coin qui avait l’air pas trop mal et s’y déshabilla pour prendre un peu le soleil. Un long soupire de satisfaction lui échappa lorsqu’elle se laissa gentiment tomber sur sa serviette. Ses lunettes sur le nez et ses tatouages bien protégés par de la crème, elle se délecta de cette journée qui commençait parfaitement.


Dernière édition par Triss Souvignet le Sam 17 Juin - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25
SURNOM : L'Ours
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Aucun
LOGEMENT : Hotel
POSTS : 27 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Triss Souvignet | Nina Farrell
AVATAR : Kevin Creekman
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15392-mieux-vaut-etre-dans-le-ventre-de-l-ours-qu-entre-ses-crocs-goran-bravic

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Jeu 1 Juin - 21:07


Un bruit sourd vient réveiller le blond. Lui qui était dans un sommeil léger comme à son habitude et agité, il se réveilla facilement. Le front perlant de goutte de sueur comme à son habitude le sommeil avait été bercé de doux cauchemars. Il se redressa de son lit essayant de discerner d'où venait le bruit. La porte était tambourinée par quelqu'un. Le premier réflexe de l'homme fut d'attraper un caleçon avant de s'approcher de la porte. L'ouvrant délicatement tenant la batte de Baseball caché derrière son dos. Il n'eut le temps de rien qu'un homme empestant l'alcool lui réclamait toute sorte de choses. Après quelques minutes de politesse et poussé dans ses derniers recours Goran attrapa sa batte pour fuir l'homme. Effet garantis l'homme pris la fuite sans rien demander d'autre. "Hôtel miteux de merde".

Après avoir claqué la porte, il observe l'heure qu'il était, à peine midi. Une douche s'imposait, une douche longue et froide, n'ayant pas d'autre option. Le prix de cet hôtel était vraiment bas et on savait pourquoi. Cafard, douche froide, et les visiteurs n'étaient pas vraiment fréquentable. Mais bon, le pire de tous devait être Goran. Sortant de sa douche nue les cheveux attachés, direction la penderie. Enfin la valise déballée nonchalamment à même le sol. Tee shirt blanc col en V et jean. Pas plus pas moins, à vrai dire ce n'était pas une grande diva de la mode. Sortant de sa chambre, il descendit du premier étage ou était sa chambre pour rejoindre sa voiture. Prenant immédiatement la route direction un supermarché pour acheter un simple Sandwich et un soda.

Le reste de la journée se passa simplement entre ballades en voiture et arrêt en bord de route pour uriner, la grande classe en somme. C'est sur les coups de 15h qu'il arriva à la plage se garant en aval de la plage. Il sortit un pochon de beuh de sa boite à gants qui contenait aussi son flingue. Il roula un joint et le garda au bec. Il attrapa son sandwich et son soda avant de descendre sur la plage. Les quelques gens présents le regardaient, à vrai dire avec cette peau recouverte d'encres, on ne passe pas inaperçu. Il cherchait son coin à lui, celui où il va tous les jours avec le même rituel, bédot, sandwich et soda. Il approcha de son coin avant de remarquer qu'il était déjà peuplé.

Une femme trônait là au soleil, dans son coin. Il hésita un instant mais bon, on n'allait pas lui retirer le peu de plaisir qu'il avait. Il s'approcha de son coin et comme à son habitude, il se colla au rocher qui faisait un coin d'ombre. Il s'assit dos à celui-ci se trouvant à environ deux mètres de la femme. Il ouvrit son sandwich, creusa un trou pour sa canette et commença à manger. Le repas disparus, il chercha dans ses poches un briquet. Il l'avait oublié. Il soupira avant de briser ses habitudes. "Goran enchanté, je fais preuve de politesse avant tout, mais t'aurais pas un briquet par hasard ?" Il ne savait pas que cette phrase anodine avec une touche d'ironie allait débouler sur une future relation. Le temps que la femme réponde un ballon d'un chiard venait foncer sur la tatouée. Le gosse déboula en trombe récupérant son ballon gêné, avant de lâcher un petit "Désolé d'avoir touché votre copine, me faite pas mal !". Avant de prendre la fuite de peur sans que Goran ne dise un mot. Quelques secondes s'écoulèrent. "Petit con."


Bleu = En Serbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 33
SURNOM : Juste "T." étant donné que Triss n'est déjà pas très long comme prénom
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Tatoueuse
LOGEMENT : #12 Redcliffe

POSTS : 159 POINTS : 1705

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Superbe licorne tatouée sur l'intérieur de la cuisse droite ~ Ne se balade jamais sans cigarettes, c'est pire que sortir toute nue pour elle ! ~ Dors encore avec sa peluche préférée ~ Elle a un piercing au téton gauche, n'ayant pas fait le droit à cause de la douleur ~
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Goran Brevic
→ Petite virée près de l'eau ?

Sid Bauer
→ Un petit film ? Ou pas.

Joey Donagan
→ Un verre, deux verres, trois ver...

Alex Samuels
→ PUT SOME MARKS ON MY SKIN

Diana Armanni
→ Un café entre amies.

AVATAR : Ruby rose
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15401-triss-souvignet-un-esprit-libre-dans-un-corps-tatoue http://www.30yearsstillyoung.com/t15445-triss-souvignet-o-quelqu-un-pour-un-lien-avec-une-accro-du-tatouage-et-de-la-clope-o http://www.30yearsstillyoung.com/t15520-triss-souvignet#590652

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Jeu 1 Juin - 23:13


La douce brise marine était un de ces bonheurs qui est inexplicable mais qui emplis votre cœur d’amour et de plénitude. En tout cas c’est l’effet relaxant et euphorique que cette dernière avait sur la jeune femme. Elle pouvait venir à n’importe quel moment de crise, la vue de l’océan, les effluves marines et le bruit des vagues avaient un effet réparateur sur Triss. Toutes ces choses réunies avaient le don d’éloigner, le temps d’un instant, les démons qui trottaient toujours dans la tête de la jeune femme. C’est d’ailleurs en se réveillant d’une énième cuite et défonce totale sur une plage d’Australie qu’elle eut le déclic pour une remise en question et qu'elle décida de reprendre sa vie en main. Plus qu’une simple virée en dehors de la maison, cet endroit était un lieu presque sacré pour Triss, un lieu de replis où la pression pouvait retomber.

Elle n’avait d’ailleurs pas choisi de venir à la plage par hasard aujourd’hui, la fête à laquelle elle a participé la veille avait eu raison de son crâne qui subissait des attaques presque continues de restes d’alcool dans son sang. En position allongée et même avec des lunettes, la lumière lui irritait les tympans qui toquaient à intervalles réguliers, au rythme des battements de son cœur. Elle se concentra donc sur les bruits des vagues et de l’eau sur les rochers pour tenter de contrer ce mal de tête incessant. Son esprit, bien que dérangé par cette attaque de tous les instants, se permis de divaguer vers son passé. Aujourd’hui elle savait lever le pied sur l’alcool et les drogues - elle ne fume d’ailleurs plus que de la marijuana ! - mais elle était en train de se dire que hier soir, plutôt ce matin..enfin à la fête d'hier elle avait un peu trop donné niveau mélanges en tous genres. Il fallait qu’elle avale quelque chose contre la gueule de bois une fois qu’elle serait rentrée à l’appartement. Avait-elle seulement encore de quoi lutter contre les migraines dans son placard ? Sinon il faudrait qu’elle passe à la pharmacie... Qu’importe, T. allait bien survivre encore 2 ou 3 heures à la plage, elle en a vue d’autres.

Son corps commençait à chauffer à cause du soleil, il faudrait bientôt qu’elle se décale pour se mettre davantage à l’ombre si elle ne voulait pas finir comme le rôtis de noël. La chaleur du soleil est une chaleur enveloppante, comme celle des bras d’une mère. Enfin c’est ce qu’elle se laissait imaginer car elle n’a pas de réels souvenirs de tels épisodes passés auprès de sa mère lors de son enfance... Cette pensée lui arracha un pincement de lèvres, elle lui en voulait de l’avoir enlevé de la sorte, loin de l’amour dont un enfant à besoin. Ses pensées furent interrompues par une voix masculine qui la fit sursauter et lâcher un petit cri de stupeur étouffé. «Goran enchanté, je fais preuve de politesse avant tout, mais t’aurais pas un briquet par hasard ?». Elle se redressa presque immédiatement pour s'asseoir en tailleur, ce qui raviva un peu son mal de tête, elle sera les dents. Ce gars n’arrivait pas au bon moment, elle voulait penser à tout et à rien, mais surtout pas jouer les filles sociables aujourd’hui. Seulement, son premier ressentis disparu en un instant lorsqu’elle remarqua les tatouages sur les avants bras et le cou du jeune homme, son t-shirt blanc légèrement transparent laissait croire qu’il y avait aussi de quoi faire niveau tatous sur son torse. Cela ne se fait pas, mais elle dévisagea cet inconnu arrivé ici comme un vent marin, sans bruit mais en laissant une sensation délicieuse sur le visage.

Un choc à l’arrière de la tête la coupa violemment de son observation et lui fit un mal de chien. Elle se crispa en se prenant la tête dans la main droite, passant ses doigts dans ses cheveux mi-longs. Un long soupire quasiment inaudible sortit de sa bouche déformée par la douleur. Son regard croisa celui du jeune garçon qui venait récupérer son objet de malheur, au moins il était polis, autrement il en aurait chié avec Triss ! Puis en voyant la tête déconfite du petit, elle se mit à rire doucement en le rassurant sur le fait qu’il ne lui avait pas fait mal. Elle retira sa main de sa tête pour la mettre devant sa bouche pendant qu’elle rigolait et se stoppa en reportant son attention sur l’inconnu aux tatouages, elle n’était pas seule et devait se tenir un minimum. Cette pensée la fit intérieurement sourire, depuis quand devait-elle faire attention aux impressions des gens à qui elle parle ? Foutaises. Les dires du petit la plongea dans un fou rire incontrôlable. Sa copine, vraiment ? «Petit con.» A ces mots elle repartit de plus belle dans un rire qui vous prend aux tripes, elle en oublia même son mal de tête. «Mince, je crois que ta copine est amochée. Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai un briquet beau gosse ? Triss enchantée.»

Elle se releva avec grâce, ce qui l'étonna beaucoup étant donné son état de la veille. Triss tendit sa main au jeune homme en vue de serrer la sienne tout en relevant ses lunettes sur le haut de la tête pour pouvoir plonger son regard dans le sien. Avant même qu'une réaction soit possible de la part de l'inconnu elle fit un petit  «Ah!» tout en se baissant pour fouiller dans ses affaires et en sortir un briquet sur lequel était gribouillée une rose gothique qu'elle avait dessiné elle-même. Elle lui tendit l'objet en en allumant la flamme tout en penchant légèrement la tête sur le côté, le sourire aux lèvres.


Dernière édition par Triss Souvignet le Sam 17 Juin - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25
SURNOM : L'Ours
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Aucun
LOGEMENT : Hotel
POSTS : 27 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Triss Souvignet | Nina Farrell
AVATAR : Kevin Creekman
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15392-mieux-vaut-etre-dans-le-ventre-de-l-ours-qu-entre-ses-crocs-goran-bravic

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Ven 2 Juin - 18:48


L'océan, un étendu non pas infini, mais qui en possède l'allure. Ses vagues emportent tout, souvenirs, rire, pleur, corps. L'eau n'avait jamais fait peur à Goran contrairement à d'autres, il voyait ça comme la suite logique des choses. L'homme ne pouvait pas être partout, la mère nature reprenait ses droits à un moment ou un autre. Le sable qui glissait entre ses doigts de pied lui faisait un bien fou. Ce sentiment de se sentir aspirer par le sol était génial pour lui, il se sentait encré dans cette terre sableuse. Les plages le font rêver lui, de le voir marcher avec un chien au bord de l'eau. Une vie posée et tranquille, mais qui n'est pour l'instant qu'un simple fantasme. L'homme n'était bon qu'as faire le mal autour de lui pour l'instant, il s'en contentait d'ailleurs.

Au loin passait un grand bateau style Yatch. Sûrement, une bande de jeune bourgeois en manque d'attention. Lui aussi avait travaillé sur des bateaux, de marchandise. De marchandise humaine à vrai dire. Goran avait été engagé à l'époque pour faire passer des immigrés sur les côtes adriatiques. Mais le bateau avait été pris d'assaut par les forces de l'ordre. Il n'avait pas hésité une seconde à sauter par-dessus le bord. C'est ce pourquoi il était recherché par ses anciens compagnons. Il avait dû nager jusqu'aux côtes seul, environ deux kilomètres de nage à contre-courant. L'homme n'était pas passé loin de la mort à vrai dire, et ceux présents sur le bateau n'ont pas du s'en tirer sans rien. C'est exactement ce à quoi faisait référence l'homme, les vagues emportent tout et ramènent tout, comme les mauvais souvenirs.

L'homme d'habitude peu bavard et peu social avait osé prendre la parole. Lui qui aurait d'habitude levé son cul pour aller à sa voiture avait préféré opter pour la méthode facile. Il venait sûrement de déranger la femme qui était devant lui et qui avait du choisir cet endroit pour le côté tranquille. Ça n'avait pas manqué, l'homme était dévisagé par la femme devant lui. Le ballon qu'elle avait reçu ne l'avait pas énervé plus que ça à vrai dire. Il partagea son rire quelques secondes par politesse lui qui n'avait pas l'habitude de rire pour si peu. Le "Petit con." De l'homme avait prolongé le fou rire de la fille. Pour une fois qu'il faisait rire quelqu'un, il n'allait pas s'en plaindre. "Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai un briquet beau gosse ? Triss enchantée." Bonne question, mais la réponse était assez facile. "Simple déduction à mon avis, les tatouages portent un certain préjudice parfois, tu sais.". "Amochée ? Un si joli minois, ouais, j'ai dit minois."

Il ne quitta pas la femme du regard en profitant quelques secondes pour la regarder de haut en bas quand elle se levait. Il se releva de toute sa taille devant elle. Il faisait facilement deux têtes de plus qu'elle. Avant même qu'il ne lui sert la main, elle se retourna attrapant le briquet dans son sac. Il l'attrapa ensuite et en dégageant sa main lui serra vigoureusement avec un léger sourire. Il apporta le briquet à son joint et le cache du vent avec son autre main. Il tira une taf pour commencer. Il le tendit ensuite à la femme par politesse. "Ne me dis pas non, on le voit sur ton front que tu fumes.". Il se rassit rapidement ensuite avant d'engager la conversation sans réellement s'en rendre compte. "Alors Triss, pourquoi venir me voler mon coin ? C'pas cool, tu sais.". Il dégagea un sourire moqueur par la suite.

Il se demandait bien qui était cette fille. Il avait comme une impression de déjà vue, mais rien ne lui revenait vraiment. "Que fais-tu dans cette petite vie ? Laisse moi deviner, ça a un rapport avec l'art non ?". Les tatouages de la femme ne mentaient pas. Elle avait une fibre artistique, il le sentait. Mais bon, si ça se trouve, il se trompe sur toute la ligne.


Bleu = En Serbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 33
SURNOM : Juste "T." étant donné que Triss n'est déjà pas très long comme prénom
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Tatoueuse
LOGEMENT : #12 Redcliffe

POSTS : 159 POINTS : 1705

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Superbe licorne tatouée sur l'intérieur de la cuisse droite ~ Ne se balade jamais sans cigarettes, c'est pire que sortir toute nue pour elle ! ~ Dors encore avec sa peluche préférée ~ Elle a un piercing au téton gauche, n'ayant pas fait le droit à cause de la douleur ~
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Goran Brevic
→ Petite virée près de l'eau ?

Sid Bauer
→ Un petit film ? Ou pas.

Joey Donagan
→ Un verre, deux verres, trois ver...

Alex Samuels
→ PUT SOME MARKS ON MY SKIN

Diana Armanni
→ Un café entre amies.

AVATAR : Ruby rose
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15401-triss-souvignet-un-esprit-libre-dans-un-corps-tatoue http://www.30yearsstillyoung.com/t15445-triss-souvignet-o-quelqu-un-pour-un-lien-avec-une-accro-du-tatouage-et-de-la-clope-o http://www.30yearsstillyoung.com/t15520-triss-souvignet#590652

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Dim 4 Juin - 17:08


Quelle belle surprise ! Elle qui pensait passer sa journée seule sur un coin de plage. La solitude était bien loin depuis que cet inconnu était venu la tirer de ses pensées pour un simple briquet. Il aurait pu vouloir s’allumer une petite clope - c’est d’ailleurs la supposition la plus logique ! - mais il n’en était rien, il venait de s’allumer un joint, juste à côté d’elle. «Simple déduction à mon avis, les tatouages portent un certain préjudice parfois, tu sais.». «Amochée ? Un si joli minois, ouais, j’ai dit minois.» En ce point, il n’avait pas tort, c’était un peu écrit sur elle qu’elle fumait. Son regard se plongea sur son sac posé à ses pieds et elle eu un petit sourire en imaginant son paquet de cigarette qui se trouvait à l’intérieur. « Tu n’as pas tort, les tatouages véhiculent certain préjugés, mais la plupart sont souvent fondés. Je fume même pas mal, mais surtout des clopes. ». Elle chercha son paquet dans son sac pour lui montrer et l’agita comme s’il s'agissait d’un trophée. «Joli minois ? Comme c’est rigolo dans ta bouche, t’as pas l’air d’être le genre de type à utiliser ces expressions. Tu veux te la jouer crâneur ?». A ces mots elle eu un petit rire coquin, il l’amusait bien avec les airs qu’il essayait de se donner.

La jeune femme eu un tressaillement à la vue - et surtout à l’odeur ! - du joint qui était entre les lèvres du jeune homme. Quel âge pouvait-il bien avoir ? Sa barbe et ses cheveux longs le rendaient ténébreux, mais il n’avait pas l’air d’avoir particulièrement de rides sous cette épaisse fourrure. La jeune femme a de nombreux tatouages, mais rien de comparable avec ce qu’elle avait en face d’elle à ce moment précis. Il n’était pas difficile de voir que les tatouages sur son cou sont très foncés et assez imposants. De plus, comme dis précédemment, son t-shirt laisse à penser que son torse est tout aussi noir que l’avant de son cou. Elle adorait les tatouages, mais n’avait pas osé créer une telle oeuvre d’art sur son corps comparé à lui. Pour elle, les tatouages racontent une part de vôtre vie, il devait donc avoir un certain bagage derrière lui. De quoi creuser peut-être plus tard ?

Néanmoins revenons à notre histoire de drogues douces. Il est vrai que la jeune femme avait longtemps fumé lorsqu’elle était plus jeune et peut-être plus bête, mais elle n’avait plus touché de joint depuis un moment. La perspective d’une bouffée de cette drogue naturelle et si douce la fit légèrement frissonner. Lorsqu’elle était dans une mauvaise période de sa vie elle fumait des choses beaucoup plus lourdes à supporter pour les corps et les esprits et elle regrette cette période noire de son existence. Aujourd’hui il lui arrivait de temps à autres de fumer un petit joint, mais cela devait bien faire trois mois qu’elle n’avait plus rien touché de ce genre. Un de ses potes la fournissait en temps normal, mais ce dernier avait disparu de la circulation suite à une altercation avec un flic. Etait-il raisonnable pour elle de remettre la main là-dedans ? Son regard toisa quelques instants le joint entre les lèvres du jeune homme, puis elle s’égara dans le regard de ce dernier. Il était charmant. Il avait un petit quelque chose de mystérieux et de noir en lui qui faisait écho à sa propre histoire. «Ne me dis pas non, on le voit sur ton front que tu fumes.». Elle ne put s’empêcher de lui sourire de toutes ses dents lorsqu’il eut fini sa phrase. Vraiment ? Est-ce qu’elle a tellement une tête d’accro aux drogues ? D’accord elle a des tatouages, particulièrement sur les bras, mais quand même...

Elle décida d’imiter le jeune homme en s’asseyant à son tour sur sa serviette qui était devenue légèrement humide au contact du sable. « Alors, j’ai une tête qui fait tellement fumeuse de joint ? Au fait, tu sais que ce n’est pas polis de ne pas se présenter lorsque quelqu’un te donne son prénom ? Franchement. Et puis, excuse, mais ton coin ? Je n'ai vue ton nom nul part. Peut-être que ça m'aurait permis de le connaitre en fin de compte vue que tu sembles vouloir garder ton identité secrète.» C’est vrai, il n’avait pas répondu à ses présentations, pour le moment c’était toujours un inconnu sans prénom pour elle. Peut-être qu’il s’appelait Charles et qu’il avait décidé de se lancer dans les tatouages pour faire enrager ses parents, un peu comme elle dans sa jeunesse. Ou alors peut être qu’il avait un prénom composé de la bourgeoisie ? Toutes les suppositions qui lui passaient dans la tête la fit sourire sur sa serviette.

Triss se décida enfin à saisir le joint qu'il avait dans les mains. De toute façon y a pas de mal à se faire du bien, n'est-ce pas ? Elle tira une tellement grande bouffé qu'elle failli tousser, mais se retint de justesse. Sa tête se pencha en arrière comme pour savourer davantage le gout de cette beuh. Elle souffla un nuage laiteux hors de sa bouche en soupirant se satisfaction. Ca lui avait manqué, les joints lui avaient manqués. «Que fais-tu dans cette petite vie ? Laisse moi deviner, ça a un rapport avec l'art non ?». Sa bouche était comme attirée par cette si petite chose qu'elle avait entre les doigt et elle se délecta d'une nouvelle bouffé de fumé et expira cette dernière comme la précédente, seule différence : elle avait fermé les yeux pour revivre un petit flash de ses années passées. C'est seulement après cette deuxième dégustation qui l'avait davantage rapproché de ses vices les plus profonds qu'elle prit la peine de tourner son visage vers l'inconnu installé à côté d'elle. Ses yeux clignèrent plusieurs fois comme pour la ramener dans le présent auprès de lui. «Ca se voit tellement que ça ? J'pense que tu dis ça vis-à-vis des mes tatouages et pour le coup t'es pas dans le faux. Je suis tatoueuse depuis plusieurs années maintenant. Et toi qu'est-ce que tu fais dans la vie bel inconnu mystérieux ?». Elle avait à peine terminé sa phrase qu'elle se laissa tomber lourdement sur sa serviette pour regarder les nuages tout en savourant une nouvelle fois le contacte de ce joint entre ses lèvres.


Dernière édition par Triss Souvignet le Sam 17 Juin - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25
SURNOM : L'Ours
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Aucun
LOGEMENT : Hotel
POSTS : 27 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Triss Souvignet | Nina Farrell
AVATAR : Kevin Creekman
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15392-mieux-vaut-etre-dans-le-ventre-de-l-ours-qu-entre-ses-crocs-goran-bravic

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Ven 9 Juin - 11:03


Une chose était sûre la jeune femme était bavarde. Elle le mettait un peu en confiance à vrai dire, chose rare avec Goran. Il voyait le regard qu’elle portait sur son joint, il avait vu juste encore une fois. « Tu n’as pas tort, les tatouages véhiculent certain préjugés, mais la plupart sont souvent fondés. Je fume même pas mal, mais surtout des clopes. ». Une accro aux clopes alors ? Enfin lui ne fumait que des joints, c’était kif-kif non ? « Surtout des clopes ? J’ai jamais compris le plaisir de fumer ça, aucune satisfaction non ? » Elle se retourna rapidement pour en sortir son paquet toute contente l’agitant comme si c’était un jouet. Il venait de tomber sur une sacrée timbré, on dirait. Elle venait par la suite se payer sa tête, déjà qu’il la considérait comme une intruse. « Me la joué crâneur ? Non mais j’essaye sûrement de t’impressionner comme les ados en face d’une fille » il rajouta un rire ironique avant de fumer une taffe de son joint et de recracher la fumé par ses narines. Sous un certain angle, on aurait pu s’imaginer le diable recrachant sa fumé infernal. Il regarda la femme dans les yeux légèrement admiratifs, elle avait un sens du social assez développé.

Il continua donc de fumer sont joints lentement en profitant pleinement. Il regardait la mer faire des va et viens tout en fumant étant de profil à la jeune femme. Il jeta un coup d’œil vers elle et remarqua qu’elle avait le regard fixé sur son joint. Puis il descendit ensuite sur ses tatouages. Il n’était pas fou et s’avait que ses tatouages étaient synonymes de grande pensée chez les gens. Il se décala légèrement et souleva son teeshirt sur sa côte droite, montrant la gueule d’ours rugissant tatoué. « C’est le premier que je me suis fait, un mal de chien sur les côtes, mais on finit par s’habituer. Et toi quel était ton premier tatouage, un truc à la con non ? » Fallait bien qu’il rétorque un peu au foutage de gueule de tout à l’heure. Il regardait ses propres tatouages, certains faits en prison, d’autre en Serbie, d’autre ici. Tous racontaient une histoire particulière, certaines joyeuse et d’autres moins, les joyeuses étaient une minorité.

Je lui avais une proposé une taffe gentiment et la voilà repartie dans tant de paroles. À vrai dire, j’aimais bien l’entendre parler, et j’alimentais cette même conversation, je me plaindrais de moi-même plus tard. « Alors, j’ai une tête qui fait tellement fumeuse de joint ? Au fait, tu sais que ce n’est pas poli de ne pas se présenter lorsque quelqu’un te donne son prénom ? Franchement. Et puis, excuse, mais ton coin ? Je n'ai vu ton nom nul part. Peut-être que ça m'aurait permis de le connaitre en fin de compte vue que tu sembles vouloir garder ton identité secrète.» Tant de questions en une phrase, elle était sacrément curieuse cette nana. « Disons que le regard que tu lances ne ment pas. Je me suis présenté dès ma première phrase, mais je me répète, je m’appelle Goran. Je viens tous les jours ici donc oui mon coin. Le coin de Goran Brevic, celui qui a dit son prénom dès la première phrase que je t’ai adressé, boulet. » Il rigola par la suite, se moquant un peu de Triss. Il fuma une énième taffe avant qu’elle ne l’attrape enfin. Il la regardait prendre son pied, ça devait sûrement faire un moment qu’elle n’avait pas fumé pour prendre autant son pied.

« Ça faisait un bail, je me trompe ? » Il sourit un instant lui laissant le joint pour le peu qui restait dessus. Il avait bien compris que cette femme avait certainement pleins d’histoire à raconter. En peu de temps, il aimait bien son sens du social, elle était marrante à vrai dire. Après avoir profité pleinement du joint, elle se retourna enfin vers lui. La manière dont elle fumait montrait qu’elle avait déjà fumé, ses choses-là ne trompent pas. « Ça se voit tellement que ça ? J'pense que tu dis ça vis-à-vis des mes tatouages et pour le coup t'es pas dans le faux. Je suis tatoueuse depuis plusieurs années maintenant. Et toi qu'est-ce que tu fais dans la vie bel inconnu mystérieux ?». Il détailla ses tatouages visibles un instant. Il parlait d’eux même à vrai dire, l’apparence n’est pas trompeuse. « J’ai un bon esprit de déduction à vrai dire. Oui, tes tatouages parlent pour toi en effet, mais bon, ton caractère en dit beaucoup, tu es sociale, un tatoueur se doit d’être social. Et je ne fais rien, je vagabonde à vrai dire, tel un Bohémien. » Goran attacha par la suite ses cheveux en un chignon et s’allongea la tête à côté de celle de Triss. Certains pourraient voir ça comme un rapprochement, hors lui faisait ça simplement sans vraiment penser aux interprétations. Il s’amusa à regarder les nuages à son tour. « Faut vraiment être con pour regarder les nuages à vingt-huit ans quand même, d’ailleurs quel âge à tu ? Laisse-moi deviner, vingt-sept non ? » La femme faisait jeune à vrai dire. Et l’homme avait envie d’en savoir un peu plus sur elle. Par simple curiosité et intrigué par la femme. Elle le distrayait à vrai dire et l’apaisais quelque peu. Il n’avait pas pensé aux mauvais souvenirs ou rester sur ses gardes tout le temps. Trouvant le blanc un peu gênant, il le brisa à nouveau. « Il est ou ton salon de tatouages du coup ? Qui sait à l’occasion, je pourrais venir voir ce que tu fais. Un nouveau client peut-être ? » Il esquissa un sourire avant de remarquer le début du coucher du soleil. Il restait une bonne heure et demie avant de voir la pénombre faire son apparition. Allait-il poursuivre leur conversation ou devrait-elle rentrer ? À vrai dire, lui, il s’en foutait, aucune responsabilité, l’un des grands avantage de la solitude.


Bleu = En Serbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 33
SURNOM : Juste "T." étant donné que Triss n'est déjà pas très long comme prénom
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Tatoueuse
LOGEMENT : #12 Redcliffe

POSTS : 159 POINTS : 1705

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Superbe licorne tatouée sur l'intérieur de la cuisse droite ~ Ne se balade jamais sans cigarettes, c'est pire que sortir toute nue pour elle ! ~ Dors encore avec sa peluche préférée ~ Elle a un piercing au téton gauche, n'ayant pas fait le droit à cause de la douleur ~
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Goran Brevic
→ Petite virée près de l'eau ?

Sid Bauer
→ Un petit film ? Ou pas.

Joey Donagan
→ Un verre, deux verres, trois ver...

Alex Samuels
→ PUT SOME MARKS ON MY SKIN

Diana Armanni
→ Un café entre amies.

AVATAR : Ruby rose
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15401-triss-souvignet-un-esprit-libre-dans-un-corps-tatoue http://www.30yearsstillyoung.com/t15445-triss-souvignet-o-quelqu-un-pour-un-lien-avec-une-accro-du-tatouage-et-de-la-clope-o http://www.30yearsstillyoung.com/t15520-triss-souvignet#590652

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Mer 14 Juin - 23:47


Eh merde, ce mec avait du répondant ! De quoi la faire rire, enfin quelqu’un qui semblait digne d’intérêt. Il était rare de croiser des personnes qui lui donnaient envie d’approfondir les choses, même si elle sortait beaucoup -souvent trop !- elle ne faisait la connaissance que de mecs ou de nanas avec peu de caractère. Etant elle-même du genre à avoir un tempérament volcanique, elle devait pouvoir trouver quelqu’un pour lui faire face et lui tenir tête, ce qu’elle semblait avoir trouvé ici par le plus grand des hasards. Franchement, il avait un style hors norme tout comme elle, une belle gueule, peut-être même un peu grande la gueule et surtout il fumait des joints comme elle, cette journée plage était décidément bien intéressante tout à coup. « Surtout des clopes ? J’ai jamais compris le plaisir de fumer ça, aucune satisfaction non ? » Il avait vue juste, quel était l’intérêt de fumer des cigarettes ? A vrai dire, dans le cas de la jeune femme, c’était surtout et avant tout un moyen de ne pas succomber à la tentation permanente de se promener avec un joint dans la bouche. Il faut dire qu’elle a déjà eu un passé assez compliqué avec les drogues dures et elle ne voulait plus avoir l’impression d’être totalement dépendante voir même possédée par ses pulsions. Du coup, elle se concentrait davantage sur les clopes, même s’il est préférable de ne rien fumer du tout pour la santé, mais bon bat lec’ on mourra tous de quelque chose un jour. « Tu veux que je sois honnête ? Moi non plus je vois pas l’intérêt de fumer ces merdes de clopes tubées.. Mais ma fois c’est plus légal de se trimbaler avec une cigarette en bouche dans la rue qu’un bon gros joint, alors on fait contre mauvaise fortune bon cœur tu vois ? » C’est vrai merde, pourquoi ne pas être aller vivre en Hollande où on peut fumer à n’importe quel moment de la journée dans quasiment n’importe quel bar miteux ? Encore un mauvais choix stratégique de la part de la jeune femme, mais bon. « Me la joué crâneur ? Non mais j’essaye sûrement de t’impressionner comme les ados en face d’une fille. » Elle ne pu s’empêcher de rire à plein poumons lorsqu’il eut terminé sa phrase. Un ado ? Mais n’importe quoi, il était complètement perché, mais elle adorait ça ! De plus, il insinuait certainement qu’elle lui plaisait bien... Comme lorsque les jeunes sont intimidés par une nana mignonne. Il n’empêche qu’elle avait tellement ri qu’elle en avait les larmes aux yeux. Il était déstabilisant, impossible de savoir d’avance ce qu’il allait pouvoir sortir comme phrase tirée par les poils du cul comme celle qu’il venait dire. Est-ce qu’il pensait à voix haute ou est-ce qu’il était toujours comme cela ? Bizarrement il lui rappelait la façon dont elle parlait : sans filtre, ça sortait un peu comme ça à l’improviste. Elle adorait cela, il était fascinant.

Il fuma son joint encore quelques minutes avant qu’elle n’ai accès au précieux sésame. C’est à ce moment-là qu’il fit encore quelque chose de surprenant : lui montrer un bout de son torse musclé -il faut se l’avouer !-. Elle du cligner plusieurs fois des yeux, un peu à la façon des enfants devant une friandise afin de se rendre compte que c’était la réalité. Un large sourire parcouru rapidement son visage, il ne fallait pas non plus lui montrer qu’il lui plaisait de trop. « C’est le premier que je me suis fait, un mal de chien sur les côtes, mais on finit par s’habituer. Et toi quel était ton premier tatouage, un truc à la con non ? » Devant tant de lâché prise elle haussa un sourcil avec son regard rieur, il était vraiment intriguant ce mec-là ! « Tu vas rire, mais dans le genre tatouage débile j’ai la palme je pense... » Elle écarta les cuisses pour lui montrer sa licorne victorieuse sur l’intérieur de sa cuisse, sans aucune gêne apparente. Il faut avouer que T. n’est pas pudique pour un sous, elle adore d’ailleurs le naturisme et ne trouve pas ce genre de geste provocateur ou inadéquate, bien que cela pourrait être le cas pour la quasi-totalité de la race humaine. « Mon premier : ma licorne adorée. Je l’ai faite accompagnée de ma grand-mère qui n’est plus là aujourd’hui. Certainement le tatouage que j’affectionne le plus, mais aussi le plus cul-cul, je te l’accorde. » Elle se mit à rire légèrement tout en ayant le doigt pointé vers son entre-jambe. Ce tatouage lui rappelait tellement de bons moments qu’elle ne pourrait jamais le regretter, il représentait l’amour que sa grand-mère lui portait et ses belles années vécues à ses côtés.

Son attention se porta à nouveau assez vite sur le joint que le jeune homme avait entre les doigts. « Disons que le regard que tu lances ne ment pas. Je me suis présenté dès ma première phrase, mais je me répète, je m’appelle Goran. Je viens tous les jours ici donc oui mon coin. Le coin de Goran Brevic, celui qui a dit son prénom dès la première phrase que je t’ai adressé, boulet. » Merde, elle n’avait pourtant rien bue ni fumé hier soir ou ce matin, quelle quiche ! Elle plaça sa main devant sa bouche ouverte en «O» tout en feintant d’être embarrassée, ce qui était totalement faux. Elle pose une main sur sa hanche comme pour souligner le fait qu’elle n’allait pas relever cette bourde. « Oups. Je pensais que tu te foutais de moi tout à l’heure et puis franchement tu m’as tellement surprise que j’ai pas tout calculé dans tes présentations. Donc Goran... C’est de quelle origine ça ? Je n’avais jamais entendu ce prénom et pourtant j’en connais du monde. Boulet est mon deuxième prénom, faudra t’habituer. » C’est sur ces mots qu’elle attrapa sans garde le joint qu’elle porta tout de suite à ses lèvres, s’en délectant comme rarement auparavant. « Ça faisait un bail, je me trompe ? » Elle n’ouvrit qu’un oeil pour le regarder en coin, ne prenant pas la peine de lui répondre tout de suite. L’instant était trop bon : une plage, le soleil, le bruit des vagues, l’odeur de l’eau salée et un bon joint. Que demander de plus pour être heureuse ? Peu de choses en somme.

Elle ne loupa néanmoins pas le moment ou il prit le temps de détailler ses tatouages. Le truc sympa avec les mecs c’est qu’ils ont tendance à être beaucoup moins discrets que les femmes sur ce genre de choses. Peut-être que c’était pour cela qu’elle préférait partir à la chasse aux femmes, elles sont plus difficiles à appâter dans votre lit, mais c’est une toute autre histoire. « J’ai un bon esprit de déduction à vrai dire. Oui, tes tatouages parlent pour toi en effet, mais bon, ton caractère en dit beaucoup, tu es sociale, un tatoueur se doit d’être social. Et je ne fais rien, je vagabonde à vrai dire, tel un Bohémien. » Il avait désormais toute son attention, le mot «bohémien» avait eu l’effet d’un électrochoc sur la jeune femme. Cela faisait directement écho à son passé lors de son arrivée sur le continent et toutes les histoires noires qui allaient avec... Ce n’était pas le moment de se morfondre dans ses vieux démons, elle faisait une rencontre tout à fait charmante et intéressante, n’allons pas gâcher ce moment. « Un bohémien tu dis ? J’ai vécu comme ça quelques temps. Qu’est-ce que tu cherches à fuir ? J’ai fuis ma vie d’avant moi alors bon.. » Elle pencha la tête sur le côté en le regardant droit dans les yeux puis elle lui sourit de toutes ses dents impeccablement blanches. Quelques secondes plus tard la voilà au sol couchée de tout son long sur sa serviette devenue humide avec le contact du sable. « Laisse je rigole, j’suis pas d’la police. On a tous son passé et sa part de mystère. » Elle se laissa quelques minutes pour admirer le ciel qui était étrangement clément pour cette période de l’année, peut-être une des dernières sorties à la plage, quelle tristesse ! « Faut vraiment être con pour regarder les nuages à vingt-huit ans quand même, d’ailleurs quel âge à tu ? Laisse-moi deviner, vingt-sept non ? » Son petit corps menu se tortilla de rire sur son drap de bain. Elle faisait tellement jeune à ses yeux ? C’était quelque peu flatteur, donc elle le prit comme un compliment. Son style garçon manqué la rajeunissait un peu, elle le savait. Elle prit appui sur son coude pour lui faire face et le regarder par dessus, se mettant sur le flanc pour mieux le toiser. « Tu me donnes vingt-sept ans, sérieusement ? Sacré compliment et puis t’es un petit jeunot ! J’ai trente-trois ans cette année, mais continues à penser que j’ai pas encore la trentaine, ça me plaît bien. » Son bras libre se lança dans un geste un peu déplacé, mais Triss est quelqu’un de tactile et le contact de la dérange pas du moment qu’il reste dans le respect de la personne : elle plongea sa main gauche sous le t-shirt de Goran pour le remonter et regarder cette fameuse tête d’ours de plus près. Le contact de sa peau chaude la fit quelque peu frissonner, il avait la peau étrangement douce, encore un bon point ! Elle rapprocha son visage de telle sorte à l’avoir à quelques centimètres de la peau tatoué du jeune homme, il devait pouvoir sentir son souffle de là où elle se trouvait. Sa langue humecta sa lèvre supérieure, elle a ce tic lorsqu’elle est concentrée, ce qui a déjà fait sourire plusieurs clients au salon. « Il est ou ton salon de tatouages du coup ? Qui sait à l’occasion, je pourrais venir voir ce que tu fais. Un nouveau client peut-être ? » Elle stoppa presque aussitôt son exploration/admiration du tatouage pour reposer sa main sur sa hanche. Se rendant compte du geste qu’elle venait d’avoir et de la réaction que cela pouvait créer chez quelqu’un qui ne la connait pas elle pinça ses lèvres. « Ah euh excuse, déformation professionnelle ! Il est bien fait ton tatouage, ton tatoueur était pas un amateur. J’ai pas de salon, je tatoue chez un bon pote à moi à fortitude valley. Avoir plaisir, viens quand tu veux ! J’ai rarement la chance de bosser à la suite d’une oeuvre pareille, alors ça serait cool. » Elle se laissa à nouveau tomber pour éviter de le tripoter à nouveau, fallait qu’elle se retienne. Ce mec elle le connaissait depuis quoi, une heure ? Il pouvait pas encore comprendre ce genre d’initiatives de sa part... Peut-être qu’il la prenait déjà pour une folle ? Elle souri en imaginant la réaction qui n’allait pas tarder à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25
SURNOM : L'Ours
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Aucun
LOGEMENT : Hotel
POSTS : 27 POINTS : 175

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Triss Souvignet | Nina Farrell
AVATAR : Kevin Creekman
DC : Non
INSCRIT LE : 28/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15392-mieux-vaut-etre-dans-le-ventre-de-l-ours-qu-entre-ses-crocs-goran-bravic

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   Lun 19 Juin - 0:46


La présence de la femme lui plaisait. Lui le grand solitaire et le cynique appréciaient la présence de la jeune femme. À la base, elle qui était vue comme une intrus par le blond avait augmenté dans son estime. C’était une des rares personnes avec lesquelles il osait parler sans penser gêner ou toutes sortes de connerie dans le genre. « Tu veux que je sois honnête ? Moi non plus je ne vois pas l’intérêt de fumer ces merdes de clopes tubées.. Mais ma fois, c’est plus légal de se trimbaler avec une cigarette en bouche dans la rue qu’un bon gros joint, alors on fait contre mauvaise fortune bon cœur, tu vois ? » La bonne fortune, il en savait quelque chose. Elle n’avait pas tort à vrai dire, mais les règles sont faites pour être bafouées n’est-ce pas ? « Tu n'as pas tort en effet, c’est de la merde comme le joint, mais de la merde autorisé. En parlant de bonnes fortunes, si un jour t’a un paquet de cartes, je peux te la lire. Je suis un Bohémien, ou un gitan comme on dit.» Il rajouta un rire en pensant à toutes les fois où on l’appelait le gitan comme pour le dénigrer. Il est vrai que Goran avait des origines bohémiennes et avait appris pendant son enfance quelques trucs de ces origines. Il utilise plus ça comme une fierté plus que l’inverse.

L’homme regardait le visage et surtout les yeux de la femme rivée sur son tatouage. Elle ne regardait pas que ça, les muscles lui attiraient l’œil quelque peu. Il n’en dit rien, mais se laissait mater sans grande gêne. Elle venait de lui confirmer qu’elle faisait n’importe quoi avec ses tatouages. Mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle écarte ses cuisses ainsi pour monter son tatouage. Il détailla les jambes de la femme un instant. « Une licorne sérieusement ? Franchement t’es quelqu’un de spécial, mais j’adore ça. Respect à ta grand-mère de t’avoir supporté. » Il lui souriait un instant avant de regarder ses jambes à nouveau, il rigola. « Ferme moi ces jambes, espèce de dévergondé.» Une petite moquerie ne faisait pas de mal. La jeune femme n’était pas du genre à se vexer pour si peu, il l’avait bien compris.

La jeune femme partait en mimique sur exagéré voulant faire comprendre à l’homme qu’elle s’en fichait un peu. Elle savait se mettre en scène à vrai dire, ça en était presque drôle. « Oups. Je pensais que tu te foutais de moi tout à l’heure et puis franchement, tu m’as tellement surprise que je n'ai pas tout calculé dans tes présentations. Donc Goran... C’est de quelle origine ça ? Je n’avais jamais entendu ce prénom et pourtant, j’en connais du monde. Boulet est mon deuxième prénom, faudra t’habituer. » Le retour des questions. C’est vrai que son nom n’était pas trop répandu. La diaspora serbe n’avait pas été très grande. Et près de Brisbane, il devait être le seul serbe de la ville. « Je t’ai surprise ? C’est mon talent la surprise. C’est d’origine serbe, je dois être le seul serbe de Brisbane ahah. M’habituer ? Parce que je devrais te supporter ? Dans ce cas-là, donne-moi ton numéro ? » Il sortit de sa poche son téléphone à clapet. La regardant par la suite avant de dire machinalement « On ne se moque pas ok ? » Il vit son joint disparaitre de sa main en quelques secondes. Elle venait de fumer une taffe assez impressionnante. Le seul œil qu’elle ouvrit lui fit comprendre que oui, en effet, ça faisait un bail.

Il la regardait sans vraiment prendre la peine de se cacher. C’était une belle femme avec un côté garçon manque assez attirant. Il regarda par la suite la plage se vidant de sa population, il ne restait plus que quelques petits groupent par-ci par-là. Elle revenait à poser des questions, mais cette fois-ci, les questions étaient un peu plus poussées cette fois-ci. « Un Bohémien, tu dis ? J’ai vécu comme ça quelque temps. Qu’est-ce que tu cherches à fuir ? J’ai fuis ma vie d’avant moi alors bon.. » Un Bohémien en effet. Le mode de vie bohémien lui correspondait parfaitement. Ce qu’il cherchait à fuir par contre ne lui correspondait pas du tout. « Comme je te l’ai dit, j’ai des origines bohémiennes. Fuir, je ne sais pas trop, on cherche tous à fuir quelque chose non ? Mais fuir n’est que le dernier recours. » Ça venait de plomber un peu l’ambiance certes, mais il ne pouvait s’en empêcher. Elle avait raison le passé et le mystère devait rester enfouit bien profond.

À l’évocation de l’âge de la femme, elle se plia de rire. D'accord, elle venait clairement de lui faire comprendre qu’il s’était trompé, et sûrement pas qu’un peu. Elle se redressa au-dessus de lui l’embarrassant quelque peu, mais ne refusait pas pour autant la proximité. « Tu me donnes vingt-sept ans, sérieusement ? Sacré compliment et puis t’es un petit jeunot ! J’ai trente-trois ans cette année, mais continues à penser que je n’ai pas encore la trentaine, ça me plaît bien. » Il avait totalement échoué pour découvrir son âge. Il avait vu six ans d’écart, elle faisait vraiment plus jeune. « Franchement t’en fais vingt-sept. Moi un jeunot ? C’est plutôt toi la cougarde surtout. Regarde-toi même tu dis que ça te plaît, dévergondé. » Il fit un soupir exagéré pour jouer la comédie en souriant à fois. Il commençait à fermer les yeux quand il sentit une main passer sous son tee-shirt. Il prit des rougeurs un instant n’ayant pas eu de contact avec quelqu’un du sexe opposé depuis un long moment déjà. Il la regardait avoir son visage tout proche. Il bougea son torse d’un coup vers sa tête en rugissant comme pour imiter l’ours. Même si c’était puéril, il rigola amusé par sa propre blague. Dés fois, il en fallait peu à Goran. « Ah euh excuse, déformation professionnelle ! Il est bien fait ton tatouage, ton tatoueur n'était pas un amateur. Je n'ai pas de salon, je tatoue chez un bon pote à moi à fortitude valley. Avoir plaisir, viens quand tu veux ! J’ai rarement la chance de bosser à la suite d’une œuvre pareille, alors ça serait cool. » Elle semblait plutôt d’accord pour le tatouer. Le problème sera de trouver un endroit ou le tatouer, car il était déjà bien rempli le bougre. « Une œuvre d’art ? Merci du compliment ma chère. Je ferais un tour un de ces quatre. Je crierais ton nom à travers la rue, vu que tu ne me donnes pas d’adresse. » Il était taquin avec elle signe de bonnes ententes à vrai dire. Il commençait à bien apprécier la petite tête qui se tenait à ses côtés.

La nuit commençait à pointer le bout de son nez sur la plage. Il se releva sans rien dire et tendis sa main à la jeune femme. « Je t’invite pour manger un truc quelque part ça te dit ? Honnêtement, je fais ça juste pour ne pas passer la soirée seul et parce que je t’apprécie, madame me fait l’honneur de venir manger une pizza, si t’es nostalgique de la plage, on revient même ici. Si non, je comprendrais ne t'en fais pas, je ne suis pas le lourd de base.» Il resta la stoïque la main vers la femme attendant une quelconque réponse, elle déciderait de la suite de la soirée.


Bleu = En Serbe
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: → Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]   


Revenir en haut Aller en bas
 

→ Petite virée près de l'eau ? [Goran Brevic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside
-