AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

Partagez | 
 

 VITTORIO&ARIANE ▲ wild season

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans
SURNOM : Parker, Scarlett, la love doctor et autres synonymes ridicules
STATUT : pas intéressée
MÉTIER : en charge du courrier du coeur pour GQ Australia, animatrice d'un podcast grivois & presqu'auteure

POSTS : 163 POINTS : 425

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
PSEUDO : hub
AVATAR : rose leslie baby
CRÉDITS : avengedinchains
DC : les McGrath
INSCRIT LE : 10/06/2017

MessageSujet: VITTORIO&ARIANE ▲ wild season   Lun 3 Juil - 22:22


wild season
Vittorio & Ariane
I stay alone, skipped a stone, from the known to the unknown. Feeding fires, spinning tires, getting even, and for a while, I made you smile. Saw the voodoo in you child. Boy, you know you are the reason it's been a wild season.

Il y avait un citronnier juste à côté de la fenêtre de ma chambre. Et chaque matin, la brise qui venait de l’est poussait à l’intérieur de la pièce une envolée d’agrumes, de soleil et de bonheur. J’aimais Rome pour ses rues qui embaumaient les fleurs, le cuir, le vin, le beau. J’aimais l’atmosphère, l'ambiance, la chaleur, le soleil, les pavés, l’histoire. Les gens me blasaient par contre, et pour cause. La drague en bonne et dûe forme, les longues tirades, les tactiles, ceux qui t’agrippent des yeux et des doigts, ceux qui te draguent effrontément, ceux qui font passer ton accent pour une douce mélodie, discours qu’ils ont répété encore et toujours et qui arrive tout de même, nombreuses nuits, à ramener des conquêtes entre leurs draps de satin bien poisseux de luxure, de vice. Je préférais le vin aux coups d’un soir, je préférais la pizza aux orgasmes, je préférais me perdre dans des ruines que d’entendre pour une dixième fois que mes yeux rassemblaient toutes les étoiles qui couvraient le ciel étiolé de Sicile. Alors évidemment, je rentrais tôt, à l’auberge. Tôt et repue. Et je profitais des matinées pour humer le citron, pour me prélasser sur la terrasse, pour vivre le soleil de la Rome à ma façon, pour siroter mon triple espresso avec vue sur le quartier qui m’hébergeait pour les prochains jours, prochaines semaines, j’avais pas encore décidé. Et pour narguer les passants aussi, surtout, un seul du moins, une bribe d’hier, un autre de ces italiens à la belle gueule et aux promesses d'échanges torrides, qui finissent par de dédoubler plus les Spritz augmentent et les inhibitions s’envolent. « Pas besoin de faire du sport ce matin, t’as sûrement brûlé toutes tes calories dans les toilettes du bar, Casanova ! » y’a ce biscotti qui quitte mes doigts pour tomber sur sa bouille d’ange du haut du deuxième étage, question d’être certaine qu’il m’ait bien remarquée – et que même sans l’éclairage tamisé de la boîte où il m’a croisée pour la première fois la veille, et où il a pu me déballer en long et en large ce qui faisait de lui le candidat parfait pour que je le ramène docilement dans mon pieux le last call venu. Voilà que je l’avais poliment rembarré un battement de cils plus tard, et qu’il était allé butiner ailleurs comme le charmeur invétéré qu’il semblait être, probablement prêt à aller assouvir ses pulsions dans la oh combien mystérieuse salle de bain derrière la piste de danse. Charmant. Et puis cette séance de footing au grand soleil du petit matin, vraiment ? Le corps ruisselant de sueur, les rayons du soleil qui galbent le reste de son corps découpé, c’est à peine si j’ai envie d’éclater de rire devant la pose de playboy qu’il se tape là, et qui rend le reste de mes paroles encore plus faciles à déblatérer. C’est qu’il me met le tout sur un plateau d’argent le bonhomme. « Ou alors ça fait partie de ton plan drague du jour ? Faudrait au moins retirer le t-shirt pour la peine. » je lui fais les yeux doux, sarcasme qui prend le relais, avant de pointer du menton l’étendue de la chose. Le tissu est déjà complètement trempé de toute façon, autant dire que je lui fais une fleur et qu’il respirera mieux. Si ça lui permet de se choper une ou deux pimbèches sur le chemin de retour, ce sera mon karma qui lui dira merci. Puis basta. « Allez, va. Rends-moi fière ! » du haut de mon balcon, je me cambre un brin pour bien m’étaler sur la chaise qui j’y ai installée, entre la sieste de matinée et la dolce vita de mise. Je ne compte pas lui crier de mon haut perchoir toute la journée et me doute bien que mes paroles, aussi marrantes et bien ficelées soient-elles, risquent de le lasser à un moment ou à une autre, valait mieux me retirer dans la gloire et l’opulence. À savoir s’il rétorquera ou non, j’en profite pour poser mes lunettes de soleil sur mon nez et allonger mes jambes sur la rambarde. Autant prendre un peu de soleil en attendant son retour que je prévois des plus intéressants.     

Made by Neon Demon


    this isn't another girl meets boy
    Love is like a stubborn youth that you'd rather just annoy. I'm walking on a broken roof, while I'm looking at the sky. It's all false love and affection. You don't like me you just want the attention.




Revenir en haut Aller en bas
 

VITTORIO&ARIANE ▲ wild season

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-