AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 Humanité - Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
la fausse parfaite
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
STATUT : Fiancée
MÉTIER : Rédacteur en chef chez ABC radio
LOGEMENT : Logan City, #13

POSTS : 981 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Camille - Rad - Lene
RPs EN ATTENTE : Lene - Priam - Milena
RPs TERMINÉS : Elio - Tommy - Aaron - Lene - Burger Kill - Milena - Nathan -
AVATAR : Natalie Portman
CRÉDITS : angel180886
DC : Nino&Noa
INSCRIT LE : 14/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14231-eva-adams

MessageSujet: Humanité - Camille    Mer 12 Juil - 19:49


Une semaine venait de s'écrouler depuis cette soirée sur le bateau Hunger Jack. J'avais finis par ne pas attaquer la société en justice car de toutes évidences, elle n'y était pour rien. Pas fautive. Il semblerait après coup que le coupable ai trouvé toutes ses armes à bord du bateau, du moins, les armes avec lesquels il avait blessé ces pauvres innocents, blessé ou pire, tué. Quant à la scène finale, j'ignore comment il y est parvenu mais je pense que finalement, je préférais oublier tout ça. Passer à autre chose, aller de l'avant. C'était compliqué. J'avais pris quelques jours de congés qui me permettraient de m'évader, éviter de trop ressasser mais en fin de compte, j'ignore si c'était vraiment mieux.  Peut être que le seul point positif dans tout ça, c'était que j'avais enfin décidé à m'inscrire à une auto-école, motivée à passer mon permis de conduire, je devais prévenir Milena d'ailleurs, elle serait sans doute très fière de moi. Antony lui avait trouvé l'idée sans grand intérêt, j'avais les moyens de prendre des taxis comme bon me semblait et si j'avais d'autres trajets plus long, je pouvais compter sur lui pour me promener à droite et à gauche. C'était sans doute ce qui me motivais le plus : ne pas avoir à compter sur lui justement. D'ailleurs, la prochaine étape était de prendre le temps d'enfin lui annoncer que j'étais stérile. Qu'on prenne le temps tous les deux de se poser et qu'on puisse enfin discuter de tout ça. J'appréhendais sa réaction, mais Milena avait raison, je ne pouvais pas me marier avec lui sans qu'il soit au courant de ça. C'est bien trop important et j'aurai l'impression de le prendre en otage et c'est pas du tout ce que je souhaite.

L'un de mes moments préférés ces derniers temps est la fin d'après midi quand on commence à entendre les cris des enfants dans les parcs. L'hiver pointe le bout de son nez mais les rayons du soleil percent suffisamment pour que la température soit agréable et douce. L'hiver en Australie est bien loin d'être rude, contrairement à d'autres pays, d'autres continent. Je me souviens lorsqu'avec Antony nous sommes allés fêter Noel en Suisse, la neige n'avait cessé de tomber pendant la nuit et nous nous sommes réveillés sous un mètre quarante de poudre blanche et froide. Ici, rien à voir avec tout ça. Les manteaux étaient loin d'être nécessaires.
J'étais assise sur ce banc au jardin d'enfant a deux pas de mon appartement. Je revenais de l'épicerie du quartier et en passant, je n'ai pas pu m'empêcher de prendre place. Ce n'était pas la première fois et je commençais à reconnaître des petites têtes d'anges qui semblaient bien plus habituée que moi à venir ici. J'aurai tant aimé me dire que bientôt, moi aussi je pourrai me rendre dans ce lieu avec mon enfant, mes enfants. Mais c'était un fantasme auquel je ne pensais plus. Je me contentais d'être là et de regarder ces enfants jouer. A vrai dire, j'ignorai que mon comportement pourrait poser question. Pour moi, j'étais simplement spectatrice d'un merveilleux spectacle qu'offrait la vie. J'étais dans la démesure certainement, mais à aucun moment, je ne remettait en question mon honnêteté et pourtant, je voyais quelques regards se poser sur moi, ces femmes, des mères, en face. Je les voyais se pencher les unes vers les autres, murmurant quelques paroles et me lançant des regards interrogateur, accusateurs même. Qu'importe, je n'étais pas là pour une raison malsaine.

Je relève la tête et vois ce jeune homme que j'avais déjà croisé il y a quelques temps. Je le voyais d'ailleurs régulièrement ici. Je me souviens bien qu'on avait déjà discuté ici même plusieurs fois mais à chaque fois, j'étais incapable de me souvenir de son prénom et à chaque fois, je me sentais bête de ne pas être capable de lui redemander. En le voyant s'approcher, je me demande s'il vient de lui même ou si ce n'est pas ces autres femmes qui l'ont envoyé, comme missionné.  " Tu viens en éclaireur? " je demande en riant lorsqu'il s'assoit finalement à coté de moi. Je désigne d'un geste rapide de la tête, ce groupe de femme en face de nous qui semblaient très curieuses d'en savoir plus sur nos échanges.



:burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-huit ans (30/10/88), le quart de siècle est passé. il s'approche de plus en plus de la trentaine, chose qu'il redoute plus que tout.
SURNOM : il est surnommé cam par ses amis les plus ou moins proches. mais tout dépend de la personne avec qui il se trouve.
STATUT : veuf, il ne se remet pas de la mort de sa femme quelques mois plus tôt. il est aussi père d'une petite fille de sept mois.
MÉTIER : professeur d'histoire/géo au lycée de Brisbane.
LOGEMENT : toowong au #286 avec sa fille, Jane, et leur chat, Simba.

POSTS : 2351 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il a une fille de sept mois qu'il n'a pas accepté avant ses trois ou quatre mois. ≈ il a perdu sa femme durant l'accouchement de Jane. ≈ il n'a pas réussi à vendre leur maison, celle qu'ils s'étaient achetées juste après leur mariage. ≈ son père est décédé et il s'en fout, il n'en a jamais été très proche. ≈ il a une sœur qu'il ne voit jamais parce qu'elle fait le tour du monde. ≈ il ne mange que très peu de chocolat parce qu'il n'aime pas trop ça. ≈ il parle couramment français parce qu'il est né là-bas et que sa mère est française. ≈ il est passionné d'histoire. ≈ il boit énormément de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

My friends, my family. #tbbc

Noa, Arthur, topic commun.



Martin, Eva, Indiana, Sofia, Billie (tc).

RPs EN ATTENTE : Maxyn, Livianna, Billie, Kaylan, Penelope, Agathe, Loan.
RPs TERMINÉS :
abandonnés :
 

PSEUDO : nothing personal, marie.
AVATAR : edward westwick.
CRÉDITS : class whore, alaska, françois cheng, tumblr.
DC : aucun.
INSCRIT LE : 17/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15644-say-something-true-im-not-brave-enough-to-stay-camille http://www.30yearsstillyoung.com/t15792-camille-remember-me-for-centuries http://www.30yearsstillyoung.com/t15832-camille-davenport

MessageSujet: Re: Humanité - Camille    Mer 19 Juil - 17:23


Camille rêvait d'être père depuis des années. Il ne sait pas réellement d'où lui vient cette envie mais il sentait que c'était ce qu'il souhaitait au plus profond de son cœur. Encore plus lorsqu'il a rencontré sa femme à présent décédée. Il se souvient qu'il l'avait beaucoup embêtée avec cette envie. Il se souvient qu'il ne ratait pas une occasion pour lui en parler. Et il se souvient aussi qu'elle n'en avait pas réellement envie. Elle était catégorique sur le sujet, elle ne voulait pas d'enfants, pas maintenant en tout cas. Camille était déçu, bien entendu mais il n'a pas pour autant lâché son objectif. Il se disait qu'elle allait bien changer d'avis un jour ou l'autre. Et c'est ce qui est arrivé l'an dernier alors que Camille ne s'en doutait pas une seule seconde. Il avait enfoui cette envie dans un coin en attendant qu'elle soit prête et qu'elle en ait autant envie que lui. Il ne pensait pas que ce jour arriverait si rapidement. Rien n'aurait pu lui faire plus plaisir, rien n'aurait pu gâcher son bonheur à cet instant. Sauf peut-être s'il avait eu la capacité de voir le futur et les événements que cette grossesse allait provoquer. Mais Camille ne la possède pas, cette capacité. Ce n'est pas encore possible dans le monde d'aujourd'hui. À cause de cet enfant, Camille a perdu la femme de sa vie et il a renié sa progéniture pendant plusieurs mois. Impossible pour lui de s'en occuper et encore moins de l'approcher.

Quelques mois après, les choses ont bien changé malgré le fait que Camille y pense encore constamment. Il a fait son deuil mais il n'a pas encore tourné la page. Il n'est pas encore prêt pour ça. Mais il s'occupe de Jane, leur fille, comme si c'était l'être le plus fragile que la planète terre porte actuellement. Il y a fait très attention parce qu'il ne veut pas la perdre, il ne veut pas revivre ça. Alors il fait attention. La preuve aujourd'hui, Jane est couverte de la tête aux pieds. On pourrait se demander comment elle arrive à respirer sous la tonne de vêtements et de couvertures qu'elle a sur elle. Arrive-t-elle à recevoir, à sentir l'air frais de cet hiver ? Pas sûr. Mais Camille est trop inquiet, trop angoissé à ce qu'elle puisse tomber malade. Comme si ça pouvait la tuer sur le champ. Camille est un peu trop protecteur et il veut un peu trop bien faire les choses. Tellement, qu'il les fait mal. Et tout ça parce qu'il a décidé d'aller faire un tour dans le parc à quelques rues de chez lui. Et contrairement à sa fille, lui n'enfile qu'un manteau et une écharpe. C'est la crève assurée.

Il roule plusieurs mètres, traverse plusieurs rues avant d'arriver à destination. Il fait le tour, salue quelques mamans, et papas, qu'il a l'habitude de croiser par ici. Il faut avouer qu'il n'y a pratiquement que des familles qui prennent possession de ce parc parce qu'il dispose de pas mal de jeux pour les enfants. L'endroit idéal pour qu'ils se défoulent avant de rentrer et de ne plus les entendre de la journée. Et puis, il y a cette femme que Camille croise souvent et qui n'a jamais d'enfant avec elle. Il entend souvent des mauvaises choses à son sujet de la part des autres mamans. Elles se disent que c'est peut-être une psychopathe qui ne cherche qu'à leur voler leurs enfants dans leur dos. Alors que Camille, il ne pense pas ça. Il ne pense pas que ce soit une mauvaise personne, peut-être parce qu'il voit le bien chez tout le monde ? C'est possible. Mais aussi parce qu'il lui a déjà parlé plus d'une fois. Quand il la voit, il s'assoit à son banc et il entame la discussion ou elle le fait. Dans tous les cas, ils discutent de choses et d'autres, des choses bateaux de la vie, de la pluie et du beau temps. Et aussi des enfants. Tu viens en éclaireur? Camille éclate un peu de rire à la question de la jeune femme, Eva si ses souvenirs sont bons. Et encore plus quand elle désigne ce groupe de femmes en face d'eux qui ne les regardent pas d'un très bon œil. Je suis certain qu'elles adoreraient savoir ce qu'on peut dire à cet instant. Mais non, je ne viens pas en éclaireur. Camille grimace un peu, il est pourtant sûr qu'elles vont lui mettre le grappin dessus juste après ou la prochaine fois qu'elles le verront pour lui poser des questions à ce propos. Elles l'ont déjà fait alors, il ne serait pas surprise. Il ne faut pas croire, elles sont très gentilles quand on les connaît un peu. C'est juste que tu es un peu "l'étrangère". Elles ne te connaissent pas et tu n'as pas d'enfant, elles se méfient et se posent pas mal de questions. Camille dit les choses comme elles sont. Il n'est pas du genre à mentir pour ne pas blesser l'autre mais il ne fait pas non plus en sorte de blesser la personne qu'il a en face de lui, actuellement Eva. Il ne la connaît pas, ou très peu, alors il ne peut pas savoir si elle va bien le prendre ou non. Mais il espère qu'elle pourra les comprendre. Mais tu vas bien sinon ? Pas trop froid malgré ces températures ? La neige avait recouvert la ville durant la nuit. Et même si une partie avait fondu avec le passage des véhicules, une autre était encore intacte. Camille adorait particulièrement cette saison, même si ce n'était pas la plus supportable. Les paysages étaient beaux et il ne pouvait s'empêcher de s'émerveiller comme un gosse devant ses cadeaux de noël. C'est presque la même chose à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la fausse parfaite
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
STATUT : Fiancée
MÉTIER : Rédacteur en chef chez ABC radio
LOGEMENT : Logan City, #13

POSTS : 981 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Camille - Rad - Lene
RPs EN ATTENTE : Lene - Priam - Milena
RPs TERMINÉS : Elio - Tommy - Aaron - Lene - Burger Kill - Milena - Nathan -
AVATAR : Natalie Portman
CRÉDITS : angel180886
DC : Nino&Noa
INSCRIT LE : 14/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14231-eva-adams

MessageSujet: Re: Humanité - Camille    Ven 21 Juil - 23:06


J'imaginais avec difficultés ce qu'on pouvait bien penser de moi. Enfin, j'avais l'habitude qu'on me critique pour mon côté hautain, ma façon d'être fière, toujours fière. Ma façon de me tenir, d'être droite et de rarement sourire. J'étais peu être inaccessible, d'apparence, peut être aussi froide que la banquise, et je m'en donnais parfois à coeur joie d'en rajouter un peu. Ca me permettait de garder une certaine distance avec les personnes qui m'entouraient, cet espace vital dont j'avais vraiment besoin. C'est pour cette raison que le taxi était mon moyen de transport favori et qu'au contraire, je fuyais les transports en commun comme la peste. Ces gens qui toussent, qui transpire, qui touche les mains courantes sans même avoir pris le temps d'utiliser un gel hydroalcoolique avant. Je n'avais aucunement envie de partager ces moments désagréables avec le tout Brisbane. J'étais peut être agoraphobe, j'étais peut être juste associable ou simplement trop précieuse,  mais j'étais ce que j'étais et il était difficile de m'en faire changer à 33 ans. Alors ces femmes à peines plus jeunes que moi pouvaient sans doute penser que j'étais une de ces garces nées avec une cuillère en argent dans la bouche, l'une de ses ménagères, bien à la maison à attendre que Monsieur ramène de l'argent de poche pour s'acheter la dernière robe de Pacco Rabane. Elle pouvait bien penser ce qu'elles voulaient, je ne les connaissais ni d'Adam, ni d'Eva et ne leur devrais sans doute jamais rien. Ce jeune homme, dont le prénom ne me revenait toujours pas lui semblait vouloir creuser un peu plus loin. C'était bien le seul ici qui m'avait adresser un regard franc et des paroles honnêtes depuis que je fréquentais ce parc.   Je suis certain qu'elles adoreraient savoir ce qu'on peut dire à cet instant. Mais non, je ne viens pas en éclaireur. Elle s'en doutait au fond, elle avait bien compris qu'il ne semblait pas nourrir les ragots. Fais toi plaisir en retour alors pour leur donner des informations croustillantes, elles se feront peut être un plaisir d'aller les amplifier auprès de leurs maris qui se boivent une bière devant le match de rugby. l'équipe de Brisbane rencontrait Melbourne à ce moment même d'ailleurs. Ca me revient tiens, c'est sans doute pour cette raison que les femmes sont si nombreuses avec leurs enfants aujourd'hui. Moins de bruit pour regarder un match tranquillement, personne pour crier, pleurer, réclamer à manger, aucune couche à changer, pas de vomi à nettoyer. Enfin, je plaisante. Je te vois difficilement alimenter les débats.  Il ne faut pas croire, elles sont très gentilles quand on les connaît un peu. C'est juste que tu es un peu "l'étrangère". Elles ne te connaissent pas et tu n'as pas d'enfant, elles se méfient et se posent pas mal de questions. Tiens donc, rien que ça, c'était en fait pire que ce que j'avais imaginé. Je me raidis un peu sur mon banc.  Ah oui...   je souris faussement, un peu touchée par ces paroles. Croire que je suis une femme imbue de ma personne ne m'aurait finalement pas déranger. Croire que je suis une psychopathe qui veut du mal à leurs enfants, là, c'est blessant.  Tu pourras leur dire que leurs enfants n'ont rien à craindre de moi... moi qui ait toujours voulu fonder une famille, qui suis folle des petites têtes d'anges, c'est bien la première fois que j'entends de telles absurdités. Je me racle la gorge, avale ma salive difficilement.  Mais tu vas bien sinon ? Pas trop froid malgré ces températures ? Je fais un timide signe de la tête. Je détourne le regard et hésite un moment à m'en aller. Je regarde alors le bébé du jeune homme un instant. Camille! je dis doucement, enfin, c'est ce que j'imagine. Mais en tout cas, son prénom me revient, ca y est! Je me sens moins bête d'un coup. Je le regarde à nouveau. Désolée. Oui, ca va... Ecoute, je vais pas rester. Visiblement, je ne suis pas la bienvenue ici. J'ai pas tellement envie d'attendre là pendant que d'autres se demandent si oui ou non,  elles doivent appeler les flics ou l’hôpital psychiatrique pour savoir si une folle ne s'est pas échappée. je dis avec un peu d'amertume.



:burger::
 


Dernière édition par Eva Adams le Lun 18 Sep - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-huit ans (30/10/88), le quart de siècle est passé. il s'approche de plus en plus de la trentaine, chose qu'il redoute plus que tout.
SURNOM : il est surnommé cam par ses amis les plus ou moins proches. mais tout dépend de la personne avec qui il se trouve.
STATUT : veuf, il ne se remet pas de la mort de sa femme quelques mois plus tôt. il est aussi père d'une petite fille de sept mois.
MÉTIER : professeur d'histoire/géo au lycée de Brisbane.
LOGEMENT : toowong au #286 avec sa fille, Jane, et leur chat, Simba.

POSTS : 2351 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il a une fille de sept mois qu'il n'a pas accepté avant ses trois ou quatre mois. ≈ il a perdu sa femme durant l'accouchement de Jane. ≈ il n'a pas réussi à vendre leur maison, celle qu'ils s'étaient achetées juste après leur mariage. ≈ son père est décédé et il s'en fout, il n'en a jamais été très proche. ≈ il a une sœur qu'il ne voit jamais parce qu'elle fait le tour du monde. ≈ il ne mange que très peu de chocolat parce qu'il n'aime pas trop ça. ≈ il parle couramment français parce qu'il est né là-bas et que sa mère est française. ≈ il est passionné d'histoire. ≈ il boit énormément de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

My friends, my family. #tbbc

Noa, Arthur, topic commun.



Martin, Eva, Indiana, Sofia, Billie (tc).

RPs EN ATTENTE : Maxyn, Livianna, Billie, Kaylan, Penelope, Agathe, Loan.
RPs TERMINÉS :
abandonnés :
 

PSEUDO : nothing personal, marie.
AVATAR : edward westwick.
CRÉDITS : class whore, alaska, françois cheng, tumblr.
DC : aucun.
INSCRIT LE : 17/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15644-say-something-true-im-not-brave-enough-to-stay-camille http://www.30yearsstillyoung.com/t15792-camille-remember-me-for-centuries http://www.30yearsstillyoung.com/t15832-camille-davenport

MessageSujet: Re: Humanité - Camille    Mar 8 Aoû - 9:37


Il est vrai que les mamans du parc n'étaient pas les personnes les plus agréables et les plus accueillantes aux premiers abords. C'était même loin d'être le cas. Camille l'avait découvert avec le temps, quand de nouvelles personnes faisaient irruption dans le parc alors qu'elles n'y avaient jamais mis les pieds. Ou en tout cas, que ces femmes n'avaient jamais vu. Pourtant, pour le garçon, ça ne s'était pas du tout passé comme ça. Elles ont tout de suite été adorables avec lui. Il soupçonne le fait que ce soit un homme et qu'un homme qui s'occupe de son enfant et qui le promène, c'est craquant. C'est en tout cas ce qu'elle n'arrêtait pas de lui répéter durant un moment. Camille, tout gêné, de répondait jamais rien. Il s'en occupait parce qu'il était père célibataire et aussi parce que c'était tout ce qu'il lui restait aujourd'hui. Il s'y accrochait à Jane, autant qu'il le pouvait. Et il n'ose même pas imaginer le jour où elle devra quitter la maison. Il essaie de virer cette pensée de sa tête dès qu'elle fait son apparition. Il a encore le temps avant que ça n'arrive. Fais toi plaisir en retour alors pour leur donner des informations croustillantes, elles se feront peut être un plaisir d'aller les amplifier auprès de leurs maris qui se boivent une bière devant le match de rugby. Camille ne peut s'empêcher de rire à la réponse de la jeune femme. Elle ne doit pas avoir tout à fait tord malgré tout. Il ne connait rien de la vie de ses femmes mais il est certain que c'est le genre à raconter tout ce qu'elles ont pu apprendre dans la journée à leur mari. Ou à en discuter entre elle, même après leur balade quotidienne. Elles sont mères au foyer pour la plupart et Camille imagine que leurs journées ne doivent pas être bien remplies pour s'occuper des affaires qui ne les regardent absolument pas. Enfin, je plaisante. Je te vois difficilement alimenter les débats. Il lui adresse un sourire, soulagé qu'elle ne le pense pas capable de ça. Camille, il est du genre à garder tout pour lui. Même ce que les autres lui racontent ou lui confient. Il est comme ça. Plus je m'en éloigne et mieux je me porte. Et il rajoute quand même que ces femmes ne sont pas méchantes, que c'est simplement parce qu'elles ne la connaissent pas. Mais Camille est sûr qu'elles sauront l'apprécier si elles la connaissaient un peu. Mais il n'est pas très sûr qu'elles feront le premier pas un jour. Ah oui... Il la voit perdre un peu de son éclat, son sourire devient faux et Camille panique un peu. Est-ce qu'il a dit quelque chose de mal ? Qu'il ne fallait pas ? Mais il n'ose pas demander parce qu'il pourrait empirer les choses et que ce n'est pas son intention. Tu pourras leur dire que leurs enfants n'ont rien à craindre de moi... Le professeur hausse un peu les épaules, berçant en même temps Jane dans sa poussette. Des petits allers et retours, il ne lui en faut pas plus pour la plonger dans un sommeil profond. Je suis certain qu'elles le savent au fond d'elles. Et Camille change rapidement de sujet parce qu'il voit que c'est nécessaire et qu'il ne doit pas s'éterniser. Il lui demande comment elle va et comment elle survit malgré cet hiver déjà bien installé à Brisbane. Il ne fait pas spécialement froid. Camille a déjà connu bien pire en France lorsqu'il était plus jeune. Des températures négatives et de la neige à n'en plus finir. En Australie, c'est différent. Ou plutôt à Brisbane. Il ne fait pas assez froid pour qu'il neige, il fait même plutôt doux pour un hiver. Camille! Ce dernier fronce un peu les sourcils. Il ne comprend pas son prénom sort de ses lèvres que maintenant. Mais il ne lui en tient pas rigueur. Désolée. Oui, ça va... Ecoute, je vais pas rester. Visiblement, je ne suis pas la bienvenue ici. J'ai pas tellement envie d'attendre là pendant que d'autres se demandent si oui ou non, elles doivent appeler les flics ou l’hôpital psychiatrique pour savoir si une folle ne s'est pas échappée. Le garçon se mord un peu la lèvre. Ce n'était pas son intention quand il lui a dit toutes ces choses. Il n'a pas envie qu'elle s'en aille et qu'elle se prive d'un moment de détente dans l'un des parcs de la ville. Pourquoi d'ailleurs, elle devrait s'en aller ? À cause de ses femmes qui ne font que les regarder et certainement parler sur eux ? Ou sur elle ? Il ne sait pas trop. Reste. Ce parc ne leur appartient pas, tu as autant le droit qu'elles de venir ici, Eva. Ce n'est pas parce que des bonnes femmes étaient là avant et te regardent mal que tu dois fuir et les laisser gagner. Crois-moi, elles n'en valent pas la peine en plus. Il hausse les épaules et il note à lui-même qu'il va devoir en toucher deux mots à ces femmes. Et certainement mettre les points sur les i avant qu'il ne soit trop tard. Mais si tu veux, on peut aller plus loin ? Là où elles ne sont pas ? Ce sera certainement mieux pour tout le monde.


and i miss you everyday
ce que les morts laissent aux vivants, c'est certes un chagrin inconsolable, mais aussi un surcroît de devoir vivre, d'accomplir la part de vie dont le morts ont dû apparemment se séparer, mais qui reste intacte. @françoischeng©️ alaska.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
la fausse parfaite
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
STATUT : Fiancée
MÉTIER : Rédacteur en chef chez ABC radio
LOGEMENT : Logan City, #13

POSTS : 981 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Camille - Rad - Lene
RPs EN ATTENTE : Lene - Priam - Milena
RPs TERMINÉS : Elio - Tommy - Aaron - Lene - Burger Kill - Milena - Nathan -
AVATAR : Natalie Portman
CRÉDITS : angel180886
DC : Nino&Noa
INSCRIT LE : 14/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14231-eva-adams

MessageSujet: Re: Humanité - Camille    Lun 18 Sep - 21:11


Je ne me sentais pas très à l'aise dans ce parc. Les révélations de Camille m’avaient refroidi et ne m'encourageaient pas à rester ici. Ni même à revenir. Non, je n'étais pas folle. Non, je n'allais pas enlever un gamin, le prendre sous le bras et partir en courant pour l'emmener je ne sais où. Non, je n'avais aucun fantasme déplacé envers l'un d'entre eux. Je condamnais tout cela, je condamnais les criminels qui voulaient du mal aux enfant, je n'en étais pas un. Reste. Ce parc ne leur appartient pas, tu as autant le droit qu'elles de venir ici, Eva. Ce n'est pas parce que des bonnes femmes étaient là avant et te regardent mal que tu dois fuir et les laisser gagner. Crois-moi, elles n'en valent pas la peine en plus. Ce parc ne leur appartient pas, en effet mais il semblerait qu'elles soient plus légitimes que moi pour pouvoir être présentes ici. Leurs regards ne cessaient de nous mitrailler. Je n'étais pas du genre à me laisser abattre et sans doute qu'il y a quelques mois, je serais resté là, peu importe ce qu'on pensait de moi et peu importe qu'on me regarde mal ou non. Mais là, c'était différent. J'avais cette impression de faiblesse, de manquer d'assurance, de ne pas leur arriver simplement à la cheville car j'étais moi-même incapable d'enfante. Jamais je ne reviendrai ici avec mon propre enfant pour pouvoir leur dire : moi aussi, je suis mère, moi aussi, je peux le faire. Non, si j'avais à revenir ici, ce serait de nouveau seule. T’en fais pas, j’ai à faire, de toutes façons. Oui, j’avais sans doute autre chose à faire de plus productif que rester assise sur un banc à me morfondre une fois de plus. Je me lève alors prête à partir, je suis sur le point de remercier le jeune homme pour sa gentillesse, lorsqu’il prend à nouveau la parole. Mais si tu veux, on peut aller plus loin ? Là où elles ne sont pas ? Je relève les yeux et j’hésite. Je reste quelques secondes à me demander quoi faire. Puis, je finis par acquiescer. Je pense qu’un peu de compagnie ne me ferait pas de mal. Bon… Okay ! Pourquoi pas... et on verra plus tard pour ce que j’ai soi-disant à faire. Je mets mon sac à l’épaule et attend donc que le jeune homme ne se lève à son tour. Je regarde sa petite fille dans sa poussette et souris, elle est vraiment mignonne. Je me fais alors la remarque qu’à chaque fois que je vois Camille, il est seul. Pas de maman, pas de femme en vue. Je me doute bien qu’elle ne se cache pas parmi ces femmes, mantes religieuses, qui ne cessent de nous scruter. Qu’est-ce que tu dirais d’une boissons chaude ?



:burger::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Humanité - Camille    


Revenir en haut Aller en bas
 

Humanité - Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: new farm park
-