AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Once more unto the bridge dear friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mar 15 Aoû - 19:53



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


C’était magnifique. Merveilleux. Inégalable. Athelstan était à présent dans de bien meilleures dispositions après ce fougueux galop. Il se borna à remercier son cheval, sans toucher un mot de son bonheur au noble. Il n’irait pas jusque-là non plus. Mais, pouvoir chevaucher fréquemment était une belle contrepartie à ses nouvelles charges – bien cela ne changeait pas l’idée terrible qu’il en avait, cela l’aiderait sûrement à mieux le vivre. Le jeune homme tenta de garder une distance dans la voix, et comme il n’avait pas changer d’avis par rapport à Henry, cela se fit presque tout seul quand il lui répondit, sans mâcher ses mots. Pourtant ce fût un rire qui lui répondit, s’amusant du fait qu’il ne s’était toujours pas remis de leur première rencontre. L’écossais se fit un peu plus boudeur, essayant par-là même de cacher les rougeurs sur ses joues, surtout piqué au vif par les insinuations d’Henry qui n’était nullement choqué. Ni par ses propres paroles, ni par celles du gamin.

— Je suis parfaitement bien proportionné merci de vous en soucier, rétorqua-t-il, pince sans rire.

Puis, suivant le mouvement d’Edan, Avalon entra lui aussi sous le couvert des arbres dans un nouveau chemin forestier. Et dire que tout cela appartenait à Henry. Athelstan eut un léger frisson sous sa cape, puis passa à autre chose en décidant de se présenter. Enfin, si j’ose dire. S’il avait cru que cela arrêterait les questions de la part de l’héritier, il s’était fortement trompé. Le blond voulait tout savoir, son âge, d’où il venait, pourquoi... Il posait sûrement plus de questions qu’il n’aurait de réponses, car Athelstan prévoyait déjà de modifier la réalité pour ne pas courir de risques. Il resta un court instant silencieux, observant un peu Henry, puis le chemin qui se déroulait devant eux entre les arbres. Soudain il se rendit compte ne plus être sûr de la marche à suivre. Plus du tout.

— J’ai... 23 ans, répondit-il, après un rapide calcul. Il était né en début d’automne, le jour de l’équinoxe. Il devait donc être entré dans sa vingt-troisième année il y a quelques temps. Je viens de la frontière. Ça devait même s’entendre à son accent d’ailleurs, pourquoi le noble avait-il besoin de plus de précisions. Ma mère était anglaise, et mon père écossais, je suis né au nord des Cheviots, mais nous ne sommes pas restés là-bas très longtemps. A cause des guerres. Il jeta un coup d’œil à Henry. Il y a quelques années cependant, nous sommes revenus à Coldstream, sur le Tweed. Ma famille vit sur la frontière depuis des siècles, mon père n’avait pas envie que cela change. Mais maintenant que mes deux parents sont morts, au lieu de rester en Ecosse, j’ai préféré essayer de rejoindre ma sœur qui habite pas loin d’ici avec son mari.

Il se passa une main dans les cheveux. Il ne s’était finalement pas décidé à mentir. Pourquoi ? Il aurait peut-être des problèmes, à avouer ainsi qu’il n’était d’aucun pays, partagé en son sang entre Angleterre et Ecosse. Les joies d’être frontalier. Il finit par hausser les épaules, s’attaquant à la dernière partie de son court récit bien monotone. Il se demanda un court instant si tout cela servait à quelque chose, mais c’était trop tard à présent.

— Avant d’aller chez elle j’me suis dit que je passerais par le château pour demander s’il n’y avait pas un peu de boulot pour moi, aux écuries, ou n’importe quoi. Si non, j’aurais essayé dans le bourg. Mais vous m’êtes tombé dessus avant.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mer 16 Aoû - 23:01



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Il y a des choses qui ne devraient pas avoir de fins. Comme par exemple ce galop avec Edan. S'il ne s'était écouté que lui, Henry aurait sans doute continuer la course en longeant la forêt. Mais il n'est pas seul et est, malgré tout, tout de même attentif au bien être de son valet. Même Audric avait le droit à ses petites attentions quelques fois. Par exemple, il ne l'ai jamais ordonné de s'occuper des chevaux car il en a peur. Ce nouveau gamin là, par contre, il semble être bien à l'aise avec Avalon, donc sans doute aura-t-il plus de responsabilité de ce côté là. Enfin, Athelstan, de son nom, a encore beaucoup à apprendre. Mais ça viendra rapidement, Henry en est persuadé.

Ainsi donc, remettant Edan en route au pas, le jeune seigneur laisse sa curiosité prendre le dessus et pose des questions à son nouveau valet, voulant tout de même connaître un minimum celui qui l'accompagne. Ainsi donc il découvre qu'il s'agit là d'un frontalier, né d'une mère anglaise et d'un père écossais. Ses parents son morts, du coup il veut rejoindre sa sœur qui habite pas loin d'ici avec son mari. Il a décidé de faire un croché par le château des Percy pour essayer de trouver du boulot ici.

Henry ralentit Edan pour laisser Avalon les rattraper puis sourit doucement  « Eh bien, tu en as trouvé rapidement, du boulot» dit-il en laissant les rênes longues à Edan pour qu'il puisse s'étendre tranquillement  «Comme je t'ai expliqué, ce château et ces terres m'appartiennent » il hésite, grimace légèrement  «Enfin, plus précisément, ils appartiennent à mon père. J'en suis l'héritier » dis-je haussant les épaules  «Mon père est parti pour gérer une négociation avec un autre seigneur. Il ne reviendra pas avant de longues semaines. Jusque là j'occupe sa place » continue-t-il  avant tranquillité  « Et tu te doutes bien qu'en tant que Seigneur je ne peux pas me permettre de perdre mon temps avec des choses aussi futiles que la lessive, nettoyer ma chambre, cirer mes bottes, lustré mon armures et toutes ces conneries» dit-il soupirant  « Je ne m'occupe que de mes devoirs et d'Edan» il se penche en avant et flatte l'encolure de son cheval qui mâchouille tranquillement son mord  «Donc ...voilà.  » il se tourne vers Athelstan  « Comme dit, tu seras nourris et loger en contre parti de ton travail et il se pourrait que je te donne le droit de sortir avec Avalon si tu travail bien et correctement » Henry sourit doucement à Athelstan  « Audric a remplacé mon premier valet qui est décédé lors de la dernière bataille contre les écossais» Henry hausse les épaules, l'air de rien  « Il n'a jamais été à la hauteur d'Edmund » ce qui, en soit, n'est absolument pas faux. Audric est sans doute le pire des valets qu'Henry ait pu avoir dans sa vie.  «Eh puis, si tu travail correctement, dans un mois je te redonnerais un de tes livres. Et dans deux mois tu auras tes deux livres de nouveau » n'est-ce pas là une espèce de limite ? Comme si Henry autorisait Athelstan de partir au bout de deux mois. Sans doute.

code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 21 Aoû - 0:48



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Athelstan raconta tout – ou presque – à Henry, et se surprend même à le faire. Il répondit à ses questions, avec sincérité et simplicité, craignant tout de même que cela ne lui retombe dessus. Les écossais n’étaient pas dans les bonnes grâces des anglais, et inversement. Mais le noble le surprit en n’évoquant même pas cela. Au contraire, il ne fit aucun réel commentaire et se contenta d’écouter l’histoire du plus jeune. Celui-ci ne sut pas déterminer ce qu’Henry en pensait, et ne sut pas davantage si c’était une bonne ou mauvaise chose. Le jeune héritier fit simplement remarqué qu’il en avait trouvé, du travail, et pas n’importe lequel puisque directement à son service. Arrivé au niveau d’Edan et de son maître, Avalon prit la même cadence reposante après le galop effréné, et Athelstan le laissa faire. Il préférait écouter ce qu’Henry avait à lui dire.

Comme il le savait déjà, le noble ici présent n’était encore que l’héritier des terres, domaines, et titres de son père, mais en l’absence de celui-ci il en occupait les charges. Le Comte Percy ne devait pas revenir avant plusieurs semaines, étant chez un autre seigneur pour des affaires dont Athelstan n’avait aucune idée. Pas que ça le regarde non plus. Le petit brun entend et note toutes ces informations qui ne pourront que lui être utiles. Evidemment, Henry ne pouvait s’occuper des tâches de bas étages, futiles, telles que la lessive, s’occuper de ses armures, habits, et autre, ce que toute personne non noble effectue pourtant quotidiennement. Henry n’avait à penser qu’à ses fonctions, et à Edan. Athelstan hocha la tête, n’ayant de toute façon aucune illusion concernant le travail d’un domestique. En contrepartie de sa charge, il sera nourri et logé, ce qui est le minimum vital. Henry lui accordera même, pour bons services, le droit de sortir avec Avalon.

— Oh, merci, lâcha doucement Athelstan, puis il se racla la gorge. Et.. j’ai un salaire, ou... ? osa-t-il demander.

Cela ne mangeait pas de pain et, d’ordinaire, tout travail mérite salaire. Même s’il était nourri et logé, quelques piécettes ne seraient pas de refus, et venant d’une famille réputée aussi puissante et riche, cela ne devrait pas trop faire du mal à leur coffre. Athelstan ne demandait pas grand-chose, juste de quoi amasser un petit pécule, voire aider sa sœur, voire encore, s’offrir un livre. Pure fantasme de sa part. Il lui faudrait économiser des années pour acheter un tel objet, cela ne l’empêchait pourtant pas de rêver. Henry lui raconta ensuite l’histoire du précédent valet, Audric, qui avait remplacé le précédent mort au combat. Athelstan eût un frisson – devrait-il lui aussi accompagner le noble sur le terrain ? Quasiment sur le champ de bataille ? Sûrement oui. Il ne souhaitait pas revoir de telles horreurs, mais sans doute y serait-il obligé. A moins qu’il ne se fasse remplacer pour cela, par quelqu’un d’un peu plus fort, dans tous les sens du terme. D’après les dires du maître des lieux, Edmund, son premier valet, avait été très bon, et le pauvre suivant n’a pas su être à la hauteur. L’écossais garda le silence, ne sachant que dire. Mais ensuite, Henry évoqua ses livres, et le fait qu’ils lui seraient tous les deux rendus à intervalle d’un mois.

— C’est vrai ? s’étonna-t-il franchement, pas du tout préparé à cela.

Cela voulait dire qu’au bout de deux mois, il pourrait partir. Sans avoir de problèmes. Cela l’étonne, franchement. Peut-être qu’être au service d’Henry était, pour ce dernier, une punition assez juste pour l’irrespect d’Athelstan, ou tout simplement le gamin était tombé à pic quand il avait besoin d’un valet. Prendre quelqu’un d’inexpérimenté parce qu’on l’a sous la main, un peu étrange, mais apparemment le noble était plus imprévisible que cela. Il lui avait seulement fait peur, tout à l’heure, car s’il acceptait de lui rendre les livres c’est qu’il ne pensait pas réellement qu’il était un voleur. D’ailleurs, il ne pouvait le penser tout court, ou alors il été idiot, car laisser un voleur dans un château… Bref.

— Merci, en tout cas. En fait. Il ne savait trop comment le formuler, le petit. Je ferais de mon mieux, je vous le promets. surtout si le précédent s’est viré à cause d’un mauvais travail, Athelstan ne voulait pas que ça lui arrive avant qu’il ne récupère ses livres ! et il peut s’en passer des choses, en deux mois. Une question le turlupinait cependant. Pourquoi... Pourquoi avoir décidé de me prendre, moi, comme domestique, alors que je n’ai aucune expérience ? Vous auriez moins perdu votre temps à me jeter aux cachots, si vous me pensiez espion ou voleur. Il jeta un regard à Henry. Il était beau quand même, son allure s’accordait à son sang, et à le regarder on serait en peine de l’imaginer dans la fange de la campagne. Il se mordilla la lèvre, mais sa parole dépassait à nouveau sa pensée. Pourquoi accepter de me rendre mes livres ? Pas que ça ne m’enchante pas hein ! Mais je ne pensais vraiment pas que.. que vous le feriez... Cet homme s’avérait être une énigme, finalement.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 21 Aoû - 23:04



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Certes, Arthelstan vient d'avouer, devant un des plus puissant noble anglais, qu'il est écossais de père. Normalement, Henry devrait se mettre sur la défense et amèrement regretter de lui avoir proposer un job aussi important qu'est celui de valet. Mais pouvait-il connaître les origines du gamin ? Non, clairement, le pouvoir de divination est inconcevable au château et dans tout comté de Northumberland. Dans tout le royaume d'Angleterre, d'ailleurs aussi. Mais ça c'est une autre histoire. Au final, chose assez surprenante, Henry ne fait aucun commentaire sur les origines du petit brun et préfère parler du job qu'il sera obligé de faire, les tâches qu'il devra accomplir. Il lui parle d'Edmund, l'avant dernier Valet mort durant la dernière bataille contre le écossais. Et si Henry avait eu plus d'empathie et de sensibilité il aurait sans doute remarqué le voile d'incertitude et de panique qui est passé sur le visage du jeune homme alors que lui parle de tout ça sur un ton plutôt détaché.

Mais la seule question d'Athelstan porte sur si oui ou non il aura un salaire. Henry tourne le regard vers lui et arque un sourcil, se demandant sans doute s'il est sérieux ou non. Son visage s'assombrit quelques secondes avant qu'il n'hausse les épaules  «On verra bien » dit-il sobrement  «Tout dépends si tu bosses bien ou non » continue-t-il simplement et reportant son attention devant lui  « mais je pense que tu n'auras pas spécialement besoin d'argent étant donné que tu vivras au château avec tout le confort qui s'y trouves  »

Il finit par lui avouer qu'au bout de deux mois de bon et loyaux services, il lui rendra sans doute ses livres. Ou au moins un. En fonction du travail fourni par le jeune homme. Ce qui étonne très franchement ce dernier. Et c'est compréhensible, après tout. Il finit par ouvrir à nouveau la bouche, voulant savoir pourquoi Henry l'a choisit, lui, en tant que domestique. Lui qui n'a aucune expérience dans ce domaine et avec il aurait moins perdu son temps s'il ne l'avait pas directement jeté au cachot.

 « Parce que, justement, tu n'as aucune expérience» répondit Henry en se tournant vers le petit brun  «Tu ne sais pas à quoi t'attendre, tu ne pourras pas anticiper quoique ce soit et tu as tout à apprendre. Tu n'as jamais servi personne d'autre, tu n'as donc pas prit des reflex ou des habitudes qui ne me plaisent pas. » Henry lui offre un petit sourire  « tu pourras demander quelques conseils à Audric qu'il voudra bien t'en donner, mais en sommes tu vas devoir m'écouter moi » il plonge son regard dans celui du petit brun  « Mais ne t'inquiète pas, ça devrait bien se passer »

Il se redresse, laisse le silence s'installer quelques instant puis soupire doucement  «Pour ce qui de tes livres … je vais d'abord les donner à Bartholomew, notre prêtre et érudit en chef » reprend-t-il  « On verra s'il peut les déchiffrer, et après … ouais. S'il juge qu'ils ne sont pas d'une grande importance, je ne pense pas que nous garderont» Henry immobilise subitement Edan qui ne comprends pas ce qui lui prends  « Mais si tout de fois il découvre qu'un de tes livres renferme un secret d'une quelconque nature, il les gardera et tu auras sans doute des problèmes » dit-il, sèchement, froidement.  «Alors sois intelligent et prends les devants : y a-t-il quelque chose que tu veux avouer, concernant ces livres ? » demande-t-il, sur un ton sans équivoque.


code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Jeu 24 Aoû - 18:02



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Henry ne rebondit pas sur les origines du petit brun et ne parla que de son nouveau poste. Athelstan n’y fit aucune mention particulière, simplement étonné, mais soulagé en voyant qu’il n’y reviendrait pas, qu’il laissait couler. Cela cachait peut-être quelque chose, mais il ne pouvait deviner quel dessein retors le noble aurait imaginé, c’en était même improbable. Rien de dangereux ne planait sur sa tête de ce côté-là, pour l’instant du moins. Si dans le futur, Henry se retournait contre pour quelque raison, il utiliserait son origine écossaise pour le faire peser du mauvais côté de la balance. Qui ne le ferait pas. Quel anglais passerait à côté de ça. A l’inverse, les Ecossais seraient tout aussi capables du pire à cause de sa mère anglaise. Idioties d’hommes.

Athelstan se concentrait pour ne rien rater des informations que lui donnait l’héritier, mais les mêmes questions subsistaient dans son esprit. L’évocation d’un valet mort à la guerre, et du suivant congédier pour travail catastrophique ne provoqua chez le jeune homme que frissons. Néanmoins la perspective de se retrouver sur un champ de bataille était pire que celle d’être renvoyé. Chaque chose en son temps cependant, et il en vint à demander s’il toucherait un petit salaire. Cela ne mangeait pas de pain. Il était certes nourri et logé, mais il aimerait bien avoir quelques économies pour le long-terme. Ce fût la seule question valable à ses yeux pour le moment ; le reste attendra, et il ne se voyait pas parler des batailles. Pas maintenant. Henry resta un instant interdit, surpris par la question, mais finit par répondre en haussant les épaules qu’ils verront en temps voulu, suivant la qualité de travail d’Athelstan. Donc, ce n’est pas pour tout de suite. Le petit hocha la tête, avant de s’expliquer un peu mieux.

— Je sais bien, je pensais juste sur le long-terme, et aussi, peut-être, aider un peu ma sœur et sa famille. On sait jamais ce qu’il peut arriver, conclut-il sombrement.

La suite fût plus réjouissante et étonnante, car il apprend qu’on lui rendra ses livres au bout de quelques mois. Voilà une chose à laquelle il ne s’attendait pas et il ne manqua pas de le signifier. Il voulut aussi savoir pour Henry l’avait choisi lui, sur ce qui s’apparentait un coup de tête et de hasard assez étrange. Tout aussi étrangement, les explications du noble furent très cohérentes. Comme Athelstan n’avait aucune expérience, il n’avait justement aucun réflexe d’un autre maître, aucune habitude qui déplairait au blond. Il était malléable à souhaite, Henry le formerait selon son bon plaisir, et il aurait un valet qui saurait répondre à chacune de ses attentes à la perfection car directement formé dans ce but. N’ayant pas eu cette vision des choses auparavant, Athelstan resta un instant silencieux, à fixer le noble, et à comprendre. Il hocha finalement la tête pour marquer le fait qu’il avait saisi le truc, mais il fût hypnotisé par le regard qu’Henry planta dans ses yeux. Le souffle lui manqua, quand son esprit fit un lien particulier : il sera, littéralement, à Henry. Il n’écoutera, ne servira, ne suivra et n’obéira qu’à Henry. Ce n’était pas l’angoisse qui nouait son ventre cependant, une autre chaleur y avait pris place. Il se sentait rougir et, soutenant toujours le regard bleu du noble, ne put qu’acquiescer encore une fois. « Ça devrait bien se passer. »

Le silence qui s’ensuit fût aussi profond que la forêt autour d’eux. Athelstan était bien loin dans ses pensées, à se remettre de ses émotions. Il tenta de les chasser mais, à chaque fois qu’il relevait les yeux et voyait l’homme sur le cheval non loin du sien, elles revenaient. Elles finirent par se taire tranquillement, après avoir fait leur petit effet, et laissèrent bientôt leurs places. Lorsqu’Henry évoqua les livres, ce fût de l’appréhension que le jeune corbeau ressentit. Et à juste titre. Les ouvrages seront confiés à l’érudit du château, un ecclésiastique du nom de Bartholomew, qui tentera de les déchiffrer. S’ils ne sont pas d’importance, on les rendra à Athelstan, si non... Le brun frémit. Puis sursauta légèrement quand l’héritier fit arrêter brusquement son cheval. En ayant fait de même, le plus jeune se sentit très mal à l’aise. Henry lui faisait presque peur, mais les sensations de tout à l’heure n’avaient complètement disparues. Bien moindres cependant, Athelstan ne les remarqua pas, trop occupé à flipper.

Il se mordilla la lèvre inférieure, indécis sur la marche à suivre. Il n’y avait rien dans ces livres, rien du tout de compromettant, mais à ses yeux cependant. Qui sait comment sera interprété le codex, s’il est déchiffré ? Et cela ne serait pas si dur, ce n’était qu’un mélange de dialectes écossais, qui variaient selon l’auteur. Ce n’était pas codé à dessein, c’était simplement incompréhensible pour qui ne parle pas ces langues.

— Il n’y a aucun secret. L’un est une bible en latin tout ce qu’il y a de plus banale, vous le verrez bien. Il parlait doucement, prenant bien soin de respirer calmement pour ne pas se laisser aller à écouter son cœur tambourinant dans sa poitrine. L’autre est aussi un héritage. Il vient de mon arrière-grand-mère, qui avait commencé à consigner les contes qu’elle et son mari racontaient aux veillées. Ce n’est vraiment rien de particulier non plus, j’vous assure. Des histoires, et des remèdes de grand-mère, c’est tout. Il avait du mal depuis le début à soutenir le regard d’Henry, mais faisait de son mieux, car il était sincère. Ne gaspillez pas le temps de votre prêtre, je pourrais vous le traduire moi. C’est simplement du gaélique.

Il espérait par-là que la conversation s’arrête. Et, au fond, il espérait aussi qu’Henry accepte qu’il les traduise lui-même, il pourrait ainsi sauter certains passages. Le noble le croyait peut-être, à défaut de voleur, d’être un espion, ou un messager. Le seul moyen pour Athelstan de se défendre dans ce cas, ce serait la traduction du bouquin. Mais n’importe qui verrait qu’il n’est question que de plantes, voire même de recettes si on ne sait pas lire le reste. Mais le mieux encore, c’est que personne ne touche à ces fichus livres.

— Vraiment, cela ne vous apprendra rien, mis à part des légendes de chez nous que je pourrais vous conter par cœur.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Ven 25 Aoû - 23:36



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Qu'Athelstan ne pense pas qu'Henry n'ait pas entendu l'évocation de ses origines. C'est une information bien trop importante pour être passée sous silence. Toutefois, Hotspur ne fait aucun commentaire là-dessus, laissant un peu planer le doute sur ce qu'il pense. Bonne ou mauvaise chose ? La logique voudrait que les origines du petit brun aient une grande importante, que le bon sens d'Henry devrait lui crier de virer cet Ecossais de chez lui. Mais c'est difficile car Athelstan n'est pas tout à fait écossais. Si on le vire du château, il retourne en Ecosse, donc on lui fera la misère pour sa partie Anglaise. Non mais quelle idée ses parents avaient-ils de s'enticher l'un de l'autre ? Henry secoue légèrement la tête alors que son nouveau valet lui dit qu'il espérait avoir un peu d'argent car il pense sur le long terme, lui.  « On verra je te dis» répond hotspur, sur le point de perdre patience. Il déteste les gens qui insistent alors qu'ils sont clairement en tort.

Il parle ensuite des livres, dis à Athelstan qu'il les lui rendra au bout de deux mois mais que jusque là il les laissera aux bons soins de Bartholomew qui se fera une joie de déchiffrer ces écrits, dès fois qu'ils renfermeraient des secrets. D'ailleurs, en parlant de secrets, Henry invite expressément son valet de les lui avouer directement s'il y en a. Et au vu de son hésitation, le jeune seigneur est persuadé que, oui, ces livres renferment plus d'un secret inavouable. Et même si Athelstan lui explique que l'un est une bible en latin et l'autre un héritage de son arrière grand mère. Un recueil de tout genre, recettes, conte. En soit, Henry ne devrait pas gaspiller le temps du prêtre car il peut le traduire lui-même du gaélique. Tout ce qu'on découvrira dans ce livre ce sont des contes qu'il peut raconter lui-même.

 «Hm, ok ... » répond Henry, pas convaincu pour un sous.  « On verra bien, mais pour l'instant ils resterons avec Bartholomew, vaut mieux pas qu'ils ne tombent entre les mains de personnes mal intentionné » continue-t-il  « Au moins avec notre prêtre on est sûr qu'il ne leur arrivera rien, à tes livres, ni à toi» Henry darde son regard dans celui du jeune homme  «D'ailleurs, conseil : ne donne jamais tes vraies origines. Ne les dis à personne, vraiment personne. Même moi je devrais être entrain de te couper la tête si je n'écoutais que le sens moral de mon royaume, mais j'ai l'avantage de posséder assez de bon sens, moi » je s'avance un peu avec Edan  «Ne crois pas que tout le monde au château soit comme moi Ne fait confiance à personne, surtout pas sur ce point » il relève légèrement le menton et affiche un sourire narquois, avant de faire claquer la langue pour faire avancer Edan  « Allez, on rentre au château, tu vas te reposer pour être en forme demain, car c'est une longue journée qui t'attends » Sur ces paroles, Henry lance son cheval au petit trot tranquille à travers vers la forêt sur le sentier qui les amène aux portes du château.


code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 27 Aoû - 20:35



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Le noble resta bien borné, ne voulant donner de réponse claire à la demande d’Athelstan. Il lui servait à nouveau la carte du « on verra plus tard », et cela fit naître une moue sur le visage du plus jeune, qui n’était pas satisfait. Oui, ou non, ça n’était compliqué pourtant. Pourtant il laissa là ces pensées quand Percy lui accorda le retour de ses livres, à raison d’un par mois si tout se passait bien. Cela réjouit l’Ecossais sur une bien courte durée, car il apprit que ses ouvrages seraient entre les mains de l’érudit du château, qui sera chargé de les traduire. Au cas où il y aurait à l’intérieur des choses intéressantes. Lorsque l’anglais lui demanda s’il n’avait pas des choses à avouer, pour éviter toutes complications, Athelstan eût une hésitation qui, il le savait, ne passerait pas inaperçue. Il décida alors, en cachant une partie de la vérité, d’expliquer ce qu’étaient ces livres, dans les grandes lignes. Il assura qu’il n’y avait là qu’une bible et un recueil de contes, rassemblés par sa famille, ainsi que quelques astuces de grands-mères qui n’avaient rien de secret.

Il affirma même que ce n’était pas la peine d’user ainsi le temps de ce prêtre, il avait sûrement mieux à faire. Et puis, lui-même pouvait déchiffrer et lire ces livres, quoiqu’il eût bien plus de mal avec le latin. Henry ne le crut pas le moins du monde, malheureusement, et il ne fit rien pour le cacher. Il préféra mettre un terme à la conversation, avec pour conclusion que ces ouvrages étaient de toute façon bien mieux entre les mains de Bartholomew. Cela empêcherait qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains. Précaution non nécessaire puisque personne dans ce foutu château ne saurait lire un mot de gaélique ; ça, Athelstan le pensa bien fort. Mais Henry avait peut-être raison de prendre cette décision, les livres, et le jeune Fitheach lui-même seront ainsi protégés. Et en parlant de cela, lorsqu’Henry lui conseilla très fortement de ne rien dire sur ses origines à qui que ce soit, le petit brun baissa la tête. Le rouge qui colorait le haut de ses pommettes et ses oreilles trahissait la légère honte qu’il ressentait à se faire ainsi morigéné comme un gamin. C’est comme si le noble le grondait pour lui avoir dit la vérité.

Mais encore une fois il avait raison. On n’accueillerait pas le jeune homme avec joie si ses origines écossaises étaient connues. Henry, lui, se pensait plus censé que la plupart des gens, et donc ne ferait pas pendre Athesltan pour être né du mauvais côté de la frontière. Il hocha simplement la tête, comprenant ce qui pesait au-dessus de celle-ci. Ce n’était pas comme s’il avait prévu de le crier sur tous les toits, de toute façon. Puis il serra les mollets pour faire avancer sa monture, suivant le blond pour un retour au château, où il découvrirait la chambre qu’il occupera pendant un long, très long moment. Bien qu’il lui faudra se reposer, il savait déjà qu’il serait trop angoissé pour cela, dans l’attente du lendemain.

— Debout mon seigneur, le soleil s’est déjà levé ! lança un fringuant Athelstan en ouvrant les lourds rideaux du lit à baldaquin à grands gestes.

Les volets avaient déjà été ouverts et la lumière de ce jour naissant et gris pénétrait dans la pièce. Il n’avait jamais été un grand dormeur, alors se lever tôt n’était un problème chez le nouveau valet. En revanche c’était toujours un peu compliqué pour Henry, qui ne se couchait que très tardivement. Athelstan s’afféra à raviver le feu dans la cheminée de pierre, en attendant un signe de son maître. Cela faisait plus d’une semaine qu’il était là, au service de Percy, et les premiers jours n’avaient en effet pas été évidents. Pourtant il avait vite pris quelques marques, et son moment préféré était certainement le matin. Lorsqu’il devait sortir du lit le noble. Il prenait un alors un malin plaisir à cela, et malgré sa façon de lui parler, le jeune seigneur ne lui avait jamais redit là-dessus. En même temps, il était souvent plus occupé à grogner.

— Allez, ne faites pas l’enfant, soupira sèchement le jeune valet en se redressant. Il s’était tourné vers le lit, et voyait la forme du blond, roulé en boule sous les épaisses couvertures. Et ça se dit supérieur. Vous avez beaucoup de pain sur la planche aujourd’hui, votre déjeuner sera monter d’une minute à l’autre, levez-vous.

Tout en disant cela, il était allé récupérer les habits d’Henry pour les disposer sur le coffre sculpté au pied du lit. Puis, voyant que l’autre ne bougeait toujours pas, il décida d’employer la manière forte. Il n’avait pas de temps à perdre avec un noble de plus de trente ans qui se prenait pour un enfant, il avait lui aussi bien des choses à faire en ce jour. Sans compter que cela lui prenait plus de temps qu’une personne connaissant son boulot, puisqu’il apprenait tous les jours des gestes, des subtilités, et devait retenir encore mieux que tous les préférences d’Henry. Herade était en effet d’un grand secours, pas comme Audric qui avait carrément vue l’arrivée du jeune homme comme un affront. Être remplacé par un bleu venu d’on ne sait où, qui n’y connaissait rien ! Il était en plus jaloux au possible. Bien rapidement Athelstan avait compris que ce gars-là lui mettrait des bâtons dans les roues, mais il n’avait pour l’instant qu’à vivre avec ses répliques acerbes qui l’humiliaient le plus souvent en le mettant face à son ignorance. Pour autant le petit brun avait la langue aussi acérée et les joutes verbales entre les deux étaient déjà un amusement chez les serviteurs.

Pour autant, Athelstan commençait à se plaire ici. Surtout pour ce qu’il s’apprêtait à faire. Venant se placer à côté du lit, silencieusement, il attendit quelques secondes. Aucun mouvement. Il se baissa lentement, attrapa la couette à pleines mains, et la retira d’un coup sec pour la rabattre au fond du lit.

— Debout Henry, somma-t-il un dernière fois, avec hardiesse – il utilisait rarement le prénom seul du noble, mais il osait tout de même. Il gardait aussi, toujours, ce ton avec un sourire dans la voix.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 27 Aoû - 21:41



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Pire que la lessive ou d'autre tâche ingrates de ce genre, c'est le réveil. Henry déteste se réveiller. Surtout si c'est d'aussi bonne heure. Sachant qu'il n'a put trouvé le sommeil que tard cette nuit, il avait espéré avoir un réveil un peu plus tardif aussi. Mais c'est sans compté sur son valet qui prends son rôle un peu trop à cœur. Et chaque matin, à la même heure, c'est sa voix joviale qui le réveil et qui lui donne envie de l'envoyer au pilori pour deux jours, histoire d'être un peu tranquille, au moins le lendemain. Mais jamais il ne met ces pensées à exécution.

Aujourd'hui ne diffère pas d'un autre jour. La lumière vive du jour lui brûle les rétines alors qu'il a eu le reflex d'ouvrir les yeux. Grognant son mécontentement, il se tourne de l'autre côté et relève la couverture au-dessus de sa tête, se blottissant en dessous. Il entends Athelstan lui dire qu'il a beaucoup de travail en ce jour, il ignore ce que ça peut être. Tout ce qu'il souhaite c'est pouvoir fermer l’œil encore quelques minutes. D'ailleurs, il pensait vraiment que son valet ait eu pitié de lui  car il n'entends plus un bruit… jusqu'à ce que son valet ne l'appelle par son prénom et que sa couverture ne lui soit brusquement retirer, découvrant son corps simplement pourvu d'une chemise de nuit.  «MAIS VA TE PENDRE ! » qu'il hurle sur son valet en se levant brusquement et se dressant devant lui, menaçant. Il le fixe quelques instants puis soupire, las, et s'assoie lourdement sur son lit en se passant une main dans ses cheveux. Il secoue la tête et regarde par la fenêtre avant de se passer une main sur le visage  « Rapportes-moi mes affaires» dit-il en se levant pour aller se changer derrière le paravent.

Il retire sa chemise de nuit, l'envoie sur le sol, puis attrape son pantalon, referme sa ceinture et se fige en attrapant sa chemise.  «Attends... » il passe une tête sur le côté du paravent  « ATHELSTAN ! » l'interpelle-t-il alors que son valet allait sortir de la chambre  «On est quel jour aujourd'hui ? Le 25 ? » demande-t-il, une légère panique se faisant entendre dans sa voix.  « Merde...» souffle-t-il en voyant le petit brun hocher la tête la tête alors qu'il s'approche de la fenêtre  «Merdemerdemerdemerdemerde » panique-t-il se détournant, commençant à boutonner sa chemise  «C'est pas vrai, je ... » il se tait lorsque la porte s'ouvre sur Herade qui rapporte le petit déjeuné.  «Pas maintenant » crache-t-il avant de soupirer  «Pose le plateau là, sur la table. Je mangerais plus tard » la presse-t-il avant de se tourner vers Athelstan  « Prends ma veste et suis moi, tout de suite !» ordonne Hotspur alors qu'il sort dans le couloir.

Finissant de s'habiller en vitesse, il atteint la porte pour sortir dans la cours et s'immobilise, attrapant sa veste des mains de son valet  « Mon père. Il revient aujourd'hui. Ce matin.» explique-t-il en vitesse  « Tu ne dis pas que tu as a moitié écossais, tu as compris ?» dit-il à voix basse en pointant un doigt sur Athelstan  «Sinon on est tout les deux mort avant ce midi » il se redresse puis ouvre la porte  « Maintenant vient et pas un mot si tu n'y es pas invité» conclue-t-il en s'avançant sur les marches au moment même où son père descend de cheval. Affichant un large sourire, Henry descends l'escalier  «Père ! Enfin vous êtes de retour » dit-il joyeusement, essayant de ne pas montrer qu'il vient de se réveiller.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 27 Aoû - 23:03



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Comme d’habitude, réveiller Henry ne fût pas une tâche facile. Peut-être même un peu plus que d’habitude car, bien qu’Athelstan s’attela à d’autres tâches en attendant que le jeune noble ne daignât se lever, il se retrouva obligé de tirer les couvertures. Il l’avait pourtant prévenu, aujourd’hui il avait des choses à mettre en ordre, il ne pouvait se permettre de traîner au lit. Henry réagit très vivement au départ de ses couvertures, se levant promptement et faisant presque sursauter le jeune Ecossais. Mais il resta droit face à son maître, qui lui demanda avec force gentillesse d’aller se pendre. Ils se fixèrent un court instant tous les deux, avant qu’Athelstan ne retrouve son sourire, pas dérouté pour un sou. Il savait bien qu’Henry avait besoin d’un coup de pied aux fesses certain matin, malgré le fait qu’il détestait ça. Et il savait aussi qu’Henry, sous ses airs sévères et mécontents, avait tout autant conscience de cela.

Il suffisait d’attendre un peu, et cela passe finalement. Henry s’assit sur le bord de son lit, puis rassembla ses esprits avant de se rendre derrière le paravent. A peine eût-il, sur le chemin, demander ses habits à Athelstan que celui les lui apportait. Il retourna alors à son feu de cheminée qui faisait des siennes, laissant Henry s’habiller seul. Il préférait faire ainsi, son valet ne l’aidant que lorsque cela devenait un peu compliqué, ou un peu chiant. Mais bientôt Henry passa la tête au dehors de sa cachette, et interpella le petit brun qui s’apprêtait à sortir de la pièce. Une fois n’est pas coutume, il fût presque surpris par le ton du jeune seigneur, qu'on avait dû entendre dans tout l’étage. Et tout ça, simplement pour lui demander la date du jour. Il dû réfléchir un instant avant d’hocher la tête, et vit le noble commencer à paniquer. Tout d’un coup très pressé, ce dernier boutonna sa chemise à une vitesse folle, renvoya la pauvre Herade qui, habituée au caractère de ce maître, secoua simplement la tête en déposant le plateau de nourriture sur la table avant de tourner les talons.

Athelstan resta immobile, ne sachant que faire, ni pourquoi Henry se mettait de tels états. Il bougea quand il lui demanda sa veste, et de le suivre. Il ne se fit pas prier et dû courir sur quelques pas pour arriver à hauteur de l’homme auquel il passa une veste en cuir juste alors qu’ils arrivaient à la porte donnant sur la cour. C’était comme si le nouveau valet ne s’était pas vu descendre les escaliers. Néanmoins il comprit alors cet empressement quand Henry lui rappela que son père arrivait aujourd’hui. Et Henry Percy père n’était pas connu pour être en retard. A supposer qu’il était déjà là, du coup.

— C’était pas dans mes intentions, siffla Athelstan, les sourcils froncés, alors qu’Henry lui interdisait d’évoquait son sang écossais, sinon ils étaient tous les deux morts.

Donc non, ça n’était pas dans ses prévisions que de rendre l’âme aujourd’hui. En revanche, comme Henry lui rappelait de ne pas ouvrir la bouche sans y avoir été invité, il espérait ne pas avoir à parler du tout, carrément, comme ça aucune chance que le Comte ne remarque son accent. Certes, c’était avant tout un accent du nord, comme celui du Northumberland diffère de celui du sud de l’Angleterre, mais on pouvait y déceler des notes écossaises. Il expliquait souvent cela par une vie à la frontière, mais du côté anglais, ce qui était à moitié vrai. Pas sûr qu’il ait cet aplomb face au seigneur des lieux. C’était plus simple avec Henry, sans raisons spéciales, mais comme prévu, face au père, Athelstan se senti tout petit.

Il suivit le fils héritier sur quelques pas, jusqu’au bas des marches, avant de s’arrêter, les mains dans le dos. Il se tenait droit, mais avait le regard baissé, observant les retrouvailles familiales de sous ses cils noirs. Percy père ne lui parût pas très content de rentrer, de revoir son fils, et il le fit savoir en lui donnant une simple tape sur l’épaule en guise de salut. Son visage était fermé, concerné par quelques soucis, et il annonça tout d’un coup que le plus jeune frère d’Henry avait été blessé lors d’une attaque éclair et surprise. Mais il prit quelques secondes pour fixer son fils, et remarquer sans doute son air à peine sorti du lit. Cependant il n’avait pas que ça à faire non plus, comme il l’expliqua, car sa visite avait été infructueuse. Athelstan se décala d’un grand pas et s’inclina sur le passage de l’homme d’importance. Celui-ci lui passa devant sans le voir. L’eût-il crût, car le Compte de Percy s’arrêta au milieu des marches, et revient sur ses pas.

— Qui es-tu ?

Athelstan fût pris de court, et se redressa complètement. Il jeta un rapide regard apeuré à Henry, avant d’incliner la tête – plus facile pour s’adresser à l’imposant père, non par la carrure mais par l’aura. Son cœur battait la chamade, alors qu’il n’avait face à lui rien de plus qu’un homme. L’homme le plus puissant du Nord, certes, mais un homme tout de même. Un homme qui avait tué son lot d’écossais. Et c’est surtout ça qui faisait trembler les mains du petit brun, dont les jointures blanchissaient car fermées en poings dans son dos. Il tâcha aussi d’en dire le moins possible.

— A- Athelstan, Monsieur le Comte, valet de votre fils.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 27 Aoû - 23:43



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Henry Percy, le seigneur de ces terres, n'est pas un homme facile et aimant. Hotspur l'avait comprit très rapidement à ses dépends. Toutefois il a une très grande estime envers son père et le respecte énormément. Il sait qu'il n'est ni tactile et ne se montre pas proche de ses enfants, mais il sait qu'il les aime et ne veut que le meilleur pour eux. Mais Henry sait surtout quand il faut le laisser tranquille. Aujourd'hui est un tel jour. Des négociations infructueuses avec l'autre seigneur doublé d'une attaque fortuite lors de leur retour. Attaque dans laquelle Aldridge, le plus jeune des frères Percy a été touché. Hotspur hésite : doit-il suivre son père ou le laisser tranquille et s'occuper de son frère ? Celui-ci est très rapidement prit en charge par le guérisseur du château et le seigneur, lui, a déjà presque atteint le haut des escaliers avant qu'il ne s'arrête pour redescendre et se poster devant Athelstan.

Hotspur fait un pas en avant, vers son valet, prêt a intervenir si besoin. Sombrement, le comte lui demande qui il est. Athelstan se présente sous son prénom et en déclinant simplement sa fonction. Henry le regarde de haut en bas puis darde son regard sur son héritier.  « Et Audric ?» demande-t-il, fronçant les sourcils  « je l'ai viré» répond Hotspur avec sérieux et sûr de lui. « Tu l'as QUOI ?» le père hausse subitement la voix tandis mais le jeune Seigneur reste droit et soutient son regard menaçant  « Vous auriez dû le voir à l’œuvre. Un bon a rien, il ...» « Bon a rien mais une descendance digne de ce nom !» grogne Henry, pointant Athelstan du doigt « Est-ce que ce gamin peu rivaliser avec ça ?» Hotspur lance un coup d’œil à son valet puis se redresse et fait un pas vers son père  « Il n'a pas de ligné noble, son nom n'est pas reconnu dans le comté, mais son travail est exemplaire. Et puis, depuis quand est-ce qu'un valet doit-il avoir une descendance noble ? » demande-t-il en arquant un sourcil, effronté. Henry le fixe durement «Tu ne me parles pas sur ce ton ! » crache-t-il en s'approchant de son fils qui ne bouge pas pour autant, soutenant son regard avant de soupirer doucement et s'adoucir, sachant que la pire des choses à faire maintenant c'est d'hausser la voix contre le comte  «Ecoutez père … je sais que le voyage a été long, que ça ne s'est pas passer comme vous l'auriez voulut, qu'il y a eu des pertes. Pourquoi n'allez-vous pas tout d'abord vous  prendre un bain et vous reposer. On verra le reste plus tard lors du déjeuner » dit-il calmement et souriant doucement.

Tout d'abord étonné par ce changement de ton, Henry ne sait plus trop comment réagir. Il finit par se détourner et monter très rapidement les marches de l'escalier. Ce n'est que lorsque la porte se referme derrière lui que Hotspur s'autorise à respirer de nouveau.  «Tu viens de voir l'homme le plus puissant du comté dans toute sa splendeur » glisse-t-il en se penchant vers Athelstan avant de se redresser en secouant la tête  «BON ! » s'exclame-t-il finalement en frappant dans ses mains  « tant qu'on est dehors, autant utiliser correctement le temps » il pose son regard sur Athelstan  «Vient suis-moi, j'ai une idée de ce qu'on va faire » dit-il en se mettant en route vers la réserve.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 11:59



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Le Comte de Northumberland était un personnage imposant, aussi quand il s’adressa à Athelstan, ce dernier eût un peu de mal à garder la face. Fort heureusement, l’homme se détourna rapidement du jeune serviteur pour s’adresser directement à son héritier, et lui demandait ce qu’il avait fait du précédent valet. Comme si tout était normal, Henry expliqua l’avoir viré, pour la simple et bonne raison qu’il n’était qu’un bon à rien. Ceci ne plût guère au paternel et en cet instant, Athelstan comprit un peu mieux d’où venait le caractère de son maître ; les chiens ne font pas des chats. Henry ne parût pas désarçonner par les remontrances de son père, qui n’appréciait pas ce choix de serviteur en raison de sa lignée dont on ne savait rien. A contrario Audric descendait d’une famille importante et respectée, le sang était pur.

Il était certain qu’on ne pouvait en dire autant du brun qui, extérieur à la dispute comme s’il n’en était pas le sujet, se recula un petit peu, doucement. Il fût quelque part touché qu’Henry prenne sa défense, et assure que son travail était du meilleur niveau, alors que c’était loin d’être encore le cas. Il trébuchait sur rien d’autre que de l’air bon sang. Mais il faisait de son mieux, et ça comptait. Cependant Athelstan était assez d’accord avec le fait qu’un valet se devait d’être de confiance, et dans les strates supérieures de la société, cela signifiait souvent avoir une ascendance noble, ou tout du moins respectable. Néanmoins il avait arrêté dès les premiers jours à se demander pourquoi, en dépit de tout, Henry l’avait pris à son service. Il aurait pu le tuer dans son sommeil dès la première nuit s’il l’avait voulu – et s’il ne s’était pas perdu dans le château. Le fils aîné fit la bonne chose pour calmer son père, il resta serein et lui conseilla, après ce long et infructueux voyage, d’aller se reposer. Etonnement, le père accepta. Il tourna les talons et monta le reste des marches lestement pour son âge. Athelstan pût enfin respirer. Il jeta alors un regard à Henry qui penchait vers lui.

— Bizarrement je suis pas surpris du tout, rétorqua le jeune valet, impassible malgré son rythme cardiaque encore élevé.

Il s’attendait à ce qu’ils rentrent ensuite tout deux mais Henry avait d’autres plans en tête. Le regardant s’éloigner, un sourcil haussé, Athelstan dû se dépêcher un peu pour rattraper son pas. Il avait un petit pressentiment par rapport à ce qui avait traversé la tête du noble.

— Vous ne voulez pas que j’aille chercher votre cape, ou quelque chose de plus chaud que votre veste, si on reste dehors ? s’inquiéta le valet.

Il ne faisait pas chaud du tout en cette fin d’octobre, surtout en matinée, et il ne voulait pas prendre froid, ni qu’il en soit de même pour Henry. Il n’avait presque rien sur le dos, par rapport à ce que de telles températures nécessitaient. Pourtant Henry secoua négativement la tête, et Athelstan eût encore plus d’appréhension. L’homme était souvent imprévisible, son valait avait donc encore du mal à comprendre certaines de ses idées spontanées. Toujours est-il qu’il suivit, non sans soupirer.

— Vous ne voulez pas aller voir votre frère d’abord... ? questionna-t-il, car ayant entendu la conversation avec le Comte, il s’étonnait assez qu’Henry ne soit pas déjà aux nouvelles de son petit-frère. Dès le premier jour il avait appris par cœur qui composait les membres de cette illustre famille, ce qui n’avait pas été un grand défi pour lui. Puis il tenta encore de détourner Henry pour le ramener à l’intérieur : Vous n’avez pas faim non plus ? Votre déjeuner vous attend toujours.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 12:52



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Athelstan n'est pas surprit par la prestance de l'homme le plus puissant du comté ? Grand bien lui fasse. Henry sait que son père a plus d'un tour dans son sac et qu'un jour ou l'autre son valet va goûter à la puissance destructrice du seigneur, mais il se garde bien de le lui dire. Il le mettra sans doute encore une dernière fois en garde, mais c'est tout. Si le petit brun veut courir dans la gueule du loup, ce ne sera pas son problème. Enfin, pour l'instant Henry tient tête à son père et lui ordonne de façon détournée et très calme d'aller se reposer. Un instant il est persuadé que l'homme va s'en prendre à lui, mais au final il accepte sa recommandation et se détourne pour monter les marches et entrer dans le château, sans doute pour aller se prélasser dans un bain bien chaud.

Henry, pour sa part, décide qu'il est grand temps pour Athelstan de savoir manier une épée. Ainsi donc, il lui demande de le suivre. Le jeune homme ne semble pas très serein quant à ce qui se passe par la tête de son maître et lui pose pleins de questions comme pour le dissuader de faire quoique ce soit. Une cape ? Une autre veste ? Non, pas besoin de ça. Henry secoue simplement la tête alors que le plue jeune reprends la parole, lui demandant s'il ne veut pas d'abord voir comment va son plus jeune frère, ou s'il ne préfère pas d'abord manger un bout. Soupirant, Henry s'immobilise brusquement et se tourne vivement vers son valet.

 «Non Athelstan, je ne veux rien faire de tout ça » lui répond-t-il sèchement  «Aldridge est entre de bonnes mains, il a sûrement besoin de repos et je serais sans doute de trop là, maintenant, tout de suite. J'irais le voir cet après midi. Et je n'ai pas faim, non » dit-il en lançant un coup d’œil vers le bâtiment dans lequel exerce le guérisseur du château avant de reporter son attention sur Athelstan.  « Tu peux aller chercher une veste si tu en as envie, mais elle sera plus encombrante qu'autre chose et tu l'abandonnera assez rapidement, crois moi» dit-il en souriant doucement, narquois.

Sans attendre une quelconque réaction de la part du plus jeune, Henry se détourne à nouveau et reprends sa marche vers la réserve  « ça fait 2 semaines que tu es ici, que tu prends tes marques. Je t'ai laissé 15 jours pour t'habituer au rythme du château, il est grand temps pour toi d'apprendre autre chose» annonce-t-il en ouvrant la porte de l'armurerie. Il s'avance, observe un peu les différentes armes puis se tourne vers Athelstan, le regarde de haut en bas, puis se dirige vers le mur du fond et attrape une épée. Il la soupèse, étudie rapidement la maniabilité, puis la tend vers son valet   «Tu prends ça, puis tu attrapes un casque, des gants et un plastron et tu me rejoins dehors » indique-t-il en désignant chaque chose du doigt  «je vais t'apprendre les bases du combat à l'épée aujourd'hui. On verra comment tu te débrouille, peut-être que demain ce sera un peu de corps à corps mais on n'y est pas encore là. Prépares-toi rapidement ! » lance-t-il en attrapant ses propres affaires. Atteignant la porte, il s'immobilise à nouveau et se tourne vers Athelstan  «ça va aller ? Ou t'as besoin d'aide pour t'habiller ? » demande-t-il, sincère, prêt à lui montrer une fois comment enfiler une armure.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion





Dernière édition par Thomas Beauregard le Lun 28 Aoû - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 18:04



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Rien dans le comportement du comte n’étonna vraiment Athelstan, et son aîné lui ressemblait parfois c’était indéniable, mais cela n’empêchait pas le petit Ecossais de se sentir bien insignifiant. Et sur ses gardes. Comme si chaque mot qu’il pourrait dire, chaque geste qu’il pourrait faire de travers, lui serait retourné en pleine face. Et il ne voulait pas goûter à ça. A n’en pas douter, le premier Comte de Northumberland n’avait pas gagné son titre à force de courbettes et de sourires ; c’était pas les actes qu’il avait encore grandit son nom. Néanmoins, le soulagement du valet fût de courte durée au départ du père, car l’attitude d’Henry lui fit immédiatement craindre pour la suite.

Rattrapant et suivant à la trace le blond, il essaya plusieurs fois de le dissuader de son entreprise. Ne sachant même pas de quoi il en retournait, son instinct lui disait qu’il s’était encore attiré des ennuis. Tel père tel fils. Brusquement, sans prévenir, Henry se retourna et Athelstan manqua de lui rentrer dedans. Ayant un mouvement de recul, il subit la réplique sèche du blond, qui lui dit que non, il ne fera rien de tout ça, et que ce n’est pas le moment d’aller voir Aldridge qui est entre de très bonnes mains. Le petit brun afficha une moue, avant d’ouvrir la bouche sur un son silencieux quand Henry accepta qu’il aille chercher un habit plus chaud, tout en le mettant en garde que cela l’encombrera. Il referma la bouche, un peu offusqué, et aurait compris s’il avait mieux connu le château qu’ils se rendait à la salle d’armes, la réserve où était entre posées armes et armures qui n’avaient pas d’utilité immédiate. Une partie d’entre elles était émoussés pour l’entraînement.

De toute façon, Henry le met bien vite au parfum de son projet. Depuis les deux semaines qu’il est entre les murs de l’immense demeure des Percy, Athelstan a eût le temps de prendre ses marques, de comprendre le rythme, de trouver le sien. Il aurait envie de préciser que ce n’était pas encore tout à fait le cas, mais cela ne détournerait pas l’héritier. Ce dernier voulait lui apprendre le maniement des armes.

— Pardon... ? souffla-t-il, interdit, en regardant Henry observer les armes, puis le toiser.

Athelstan resta sur place, à quelques pas à peine de l’entrée de l’armurerie. L’anglais se rendit ensuite près des épées, en choisit une qu’il soupesa, puis vint la donner à son domestique. Qui ne sût qu’en faire. Il écouta les consignes d’Henry, qui lui disait de prendre casque et plastron, et de le retrouver dehors. Tandis qu’il se saisit de son propre équipement, il regarda alors son immobile domestique et lui proposa de l’aide.

— Je.. euh, je veux bien oui, même si ça n’a pas l’air trop compliqué, répond-il face à la sincérité du blond. Lui n’avait qu’à enfiler un casque, des gants, un plastron, et sûrement le gambison en-dessous. Le métal brut sur ses vêtements lui scierait la peau. Mais les armures réelles étaient bien plus complexes que cela lorsqu’il s’agissait de protéger du sang noble. Je n’ai jamais – Dieu soit loué – eût à mettre une armure, mais faudra que j’apprenne pour vous aider à revêtir la vôtre non ? A moins que ça ne fût le rôle de l’écuyer puisqu’Henry était chevalier aussi. Athelstan n’y connaissait rien, il avait bien des questions. Il espérait aussi qu’il n’avait pas dans les mains une épée tranchante. Je devrais aussi vous prévenir que je n’ai jamais tenu une épée... Ou quelque arme que ce soit. A part son couteau, mais plus globalement il n’avait jamais eu à se battre. Enfin, si, une ou deux fois, pour se défendre, et heureusement qu’il n’avait pas été seul alors. Je dois vraiment apprendre tout ça ? Je ne suis que votre valet après tout.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Lun 28 Aoû - 20:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 19:06



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Henry a toujours entraîné ses valets aux bases du combat aux armes, qu'ils soient, ne serait-ce que capable de se défendre. Il ne leur demandera jamais d'être parfait, il n'a pas pour vocation de faire d'Athelstan un guerrier féroce, mais il veut au moins être sûr que son valet sache comment se défendre en cas d'attaque. Comme celle que le cortège de son père a essuyé en revenant. Malgré tout ce qu'il peut dire, il ne supportera sans doute pas qu'il arrive quoique ce soit au gamin. Il sait qu'Aldridge à eu de la chance et que lui sait très bien manier les armes. Le petit valet n'aurait eu aucune chance à sa place. Ainsi donc, il a décidé d'instaurer une session d'entraînement tous les jours et ça commencera aujourd'hui.

Il voit bien qu'Athelstan ne sait pas quoi faire avec cette épée qu'il tient en main, encore moins avec le casque et le plastron. Logique.. Où avait-il la tête, aussi ! Le gamin, c'est la première fois qu'il tient une épée en main, il n'a sûrement jamais vu une armure complète en vrai. Soupirant doucement, Henry referme la porte de l'armurerie, repose ses affaires puis se dirige vers une armoire. Il observe rapidement les gambisons, puis en sort un et retourne vers le jeune homme.  « Tiens, enfile ça. Au dessus de ta chemise, oui » indique-t-il. En attendant que le valet ait mit le vêtement, il retourne chercher le plastron d'une armure qui ne soit pas trop dégueulasse.

 « Assieds-toi» ordonne-t-il en poussant ensuite une chaise du pied  «C'est simple. Tu passes un bras ici, puis fait attention qu'elle soit bien à l'endroit, que le dos soit bien plaqué avant de fermé ici, sur l'épaule, en premier. Puis ici, aux côté. Assez serrer pour pas qu'on ne flotte dans l'armure, mais pas trop pour pouvoir avoir un maximum de liberté de mouvement ...du moins autant de liberté qu'on peut avoir avec une armure, évidement  » Henry rigole doucement avant se de redresser. Il se tourne, regarde autour de lui, puis attrape un casque qu'il place sur la tête d'Athelstan.  « Et voilà !» dit-il en se reculant pour admirer son travail. Il sourit puis retire le casque  «Celui-là, il n'est mit qu'au dernier moment, tu comprendras très rapidement pourquoi » explique-t-il avant de lui donner les gants.  «Ceux-là ont deux fonctions : déjà, si tu as un bouclier, ça évitera que tes phalanges ne rappent dessus. Mais elles te protègent aussi si jamais tu es touché à la main »

Il se recule puis désigne la porte de sortie  «Allez, attrape ton arme et ton casque et suis moi » indique-t-il en lui tendant le casque. Il l'observe quelques instants, histoire de voir comment il se dépatouille, puis se dirige vers la sortie, attrapant ses affaires au passage. Il traverse la cours, sort du château puis prends sur la droite pour se diriger vers le terrain de combat déjà occupé par quelques autres chevaliers.  «Avec tout ça je me rends comptes que je n'ai pas répondu à ta question en vrai  » brise-t-il le silence qui s'est installé entre eux  «Alors oui, tu n'es 'que' mon valet, comme tu dis, mais un valet est très important dans la vie d'un chevalier ou d'un seigneur. Je t'ai déjà expliqué que tu seras sans doute amené à me suivre sur un champs de bataille ou alors dans d'autre sortie et … enfin, tu as vu, nous ne sommes jamais a l'abri d'une attaque, comme l'on été mon père et le reste de sa chevalerie. » il pose les armes dans un coin sur l'herbe et se tourne vers Athelstan  «j'ai toujours entraîné mes valets pour qu'ils soient capable non pas de me défendre moi, mais de SE défendre  » il enfile ses gants  «Je ne veux pas te transformer en guerrier, loin de là, mais chaque homme dans ce château est obligé de connaître ne serait-ce que les bases de l'auto défense » Il attrape son épée et l'observe avant de reposer son regard sur le jeune homme  « Tu n'as jamais eu a manier une arme … c'est pas grave. Montre moi comment tu le ferrais, par instinct» Henry se recule et se place sur l'herbe, en face de son valet  « Vas-y, attaque moi» l'incite-t-il au combat.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 20:51



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Heureusement qu’Athelstan avait demandé des explications, car Henry lui en fournit même plus que prévu. Tout d’abord, le valet se vit revêtir par-dessus sa chemise en gambison, puis s’assit, comme ordonner. Il pouvait être sage quand il voulait, et il sentait que ce qu’il apprendrait en ce moment lui serait trop utile pour ne pas écouter. Henry lui détailla la mise en place d’un simple plastron, attachant lui-même les lanières, sous l’œil d’un Athelstan attentif. Il hocha la tête à la fin, pour montrer qu’il avait bien compris, puis observa le casque que le noble était allé chercher pour le lui mettre sur la tête. Mais il l’enleva avant d’avoir eu le temps de l’enfoncer sur le crâne de petit brun, qui se fit déjà une idée de pourquoi on garde ça pour la toute fin. Le casque sélectionné était intégral, on pouvait même appeler ça un heaume, car la face était couverte, et seules deux petites ouvertures permettraient de voir. Mais il ne dit rien, et se concentra alors sur les gants, qu’il arriva à enfiler seul.

Puis le moment de vérité approcha. Soupirant, le jeune homme se leva, et fût d’abord un peu perturbé par le métal qui l’engonçait, tout en ne bloquant pas ses mouvements. Et encore, il n’avait pas grand-chose sur le dos, juste le minimum. Il récupéra son épée et garda son casque sous le bras en sortant. Il suivit Henry un peu distraitement, essayant déjà de se souvenir des gestes de l’aîné pour ne pas les oublier rapidement. Ils traversèrent toute la cour pour se rendre sur un plat, aménagé pour l’entraînement des soldats ; certains étaient déjà sur place d’ailleurs. Athelstan se perdit dans leur contemplation, suivant toujours Henry par instinct. La prise de parole de ce dernier lui fit tourner la tête et revenir à la réalité. Il lui expliqua alors qu’il entraînait ses valets pour qu’ils sachent de défendre eux-mêmes. Ainsi, pas besoin de trop s’inquiéter pour eux lorsqu’ils accompagnaient leur maître sur le champ de bataille, ou tout simplement en déplacement, car les bandits étaient monnaie courante. Ils arrivèrent un coin, au pied d’un arbre bordant le terrain d’entraînement, où Henry déposa ses affaires. Un valet restait quelqu’un d’assez important pour le maître qu’il servait, et Henry n’avait pas envie de perdre le sien, alors que quelques connaissances en combat auraient pu changer la donne. Il s’habillait tout en continuant de parler, jusqu’à prendre son épée.

— Je suis plus doué pour l’esquive, ou utiliser ma tête pour me sortir de ce genre de situations, avança Athelstan en observant sa propre épée avant de regarder Henry. J’suis pas vraiment renommé pour ma force...

Le chevalier ne chercha pas à lui enseigner quoique ce soit en premier lieu, mais bien à le tester, à voir comme cette brindille se débrouillait avec une épée. Le jeune homme déglutit, en mettant son casque. Il dût bien attendre quelques secondes pour se faire à ce champ de vision réduit. En se mettant en position, mimant un peu celle d’Henry face à lui, prêt à attaquer. Enfin prêt... Il soupira doucement, sentant l’adrénaline glisser dans son sang. Il n’était pas confiant, mais il fallait bien y aller. Il tenta alors un premier coup, en plein front, qu’Henry para sans aucun problème. Ce dernier ne fit aucun commentaire et se remit en position de défense. Comprenant le message, Athelstan réitéra son attaque, changeant d’angle. Plusieurs fois il essaya, encore, de toucher le noble, qui paraît ou esquivait sans aucun problème. Il lui prodiguait quelques fois des conseils. Soit sur les attaques en elles-mêmes, soit sur la façon de se tenir.

Athelstan avait bien du mal à tout suivre, néanmoins il faisait de son mieux. Au bout de dix minutes d’assaut il était déjà essoufflé. Henry se redressa, le faisant croire à une pause, mais seulement pour mieux se replacer et annoncer qu’ils intervertissaient les rôles. Le volet n’eût pas le loisir de poser une question que son maître l’attaquait déjà, en annonçant l’endroit visé. L’Ecossais avait beaucoup de mal à rester à sa place, plusieurs fois il recula sous la pluie de coups qui s’abattait sur lui. A un moment, il eût quelques secondes pour souffler, juste avant qu’Henry ne revienne fondre sur lui de plus belle. Cette fois-ci il ne pût rien faire, un violent coup au thorax vint le faire chuter. Atterrissant sur le dos, il eût le souffle coupé quelques instants, de part le choc avec l’épée et celui avec le sol.

— J’ai cru que vous n’aimiez pas les valets morts... se plaignit-il, en restant au sol. C’était encore là qu’il était le plus en sécurité. Il toussa un peu, en s’appuyant sur un coude pour se relever. Parce que je crois que j’le suis, mort, pour vivre un enfer pareil...

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   


Revenir en haut Aller en bas
 

Once more unto the bridge dear friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-