AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Once more unto the bridge dear friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 21:45



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Mal à l'aise ? Paniqué ? Un peu des deux sans doute. Voilà les sentiments qui doivent doute animer le petit valet, alors qu'il fait face à Henry. Celui-ci lui demande simplement de l'attaquer, se mettant tranquillement en position de défense et le laissant prendre son temps. Le brusquer maintenant n'est sans doute pas la solution la plus adéquate qui soit. Et puis de toute manière, le jeune seigneur à bien assez confiance en ses capacités et ses reflex pour comprendre quand Athelstan voudra attaquer. De plus, les mouvements déjà de base pas très rapide de son valet, sont encore plus ralentis avec la ferraille de l'armure. Au final lorsque le petit brun accepte de l'attaquer enfin, c'est avec des gestes timides, sans aucune précision. Les attaques sont très faciles à parer pour un guerrier comme Henry, qui a déjà affronté de redoutable ennemis contre lesquels il pensait vraiment ne pas pouvoir s'en sortir. Mais peu importe. Après quelques minutes de combat, plusieurs commentaires, quelques nouveaux placements et beaucoup de conseils pour Athelstan, ses attaques deviennent légèrement plus précises. Et c'est justement à ce moment là qu'Henry décide de changer de rôle.

Alors, lorsqu'il passe dans le rôle de l'attaquant, il ne ménage absolument pas son valet. Au contraire. Il le force à se reculer, à se replier, le chasse, le fait revenir. Maniant l'épée avec force et précision, il lui donne le coup de grâce : un coup l'abdomen qui fait chuter le plus valet en arrière sur le dos. Pendant de nombreuses secondes il ne bouge plus puis un soupire se fait entendre et finalement il retire son heaume et se redresse sur un coude. Dans un soupire, il lui dit que pour quelqu'un qui n'aime pas voir ses valets mort, Henry s'y prend sacrément mal, car il a l'impression d'être bien mort là.

 « N'exagérons rien !» répond-t-il en éclatant de rire. Il secoue la tête et lui tend une main pour se redresser  «Allez, debout, on recommence. Parce que bon dans ... »  « Tu veux vraiment avoir une mort sur la conscience, Henry » retentit une voix à côté du jeune seigneur. Celui-ci se tourne, posant son regard sur Chadwick, son cadet. Henry se redresse, laissant Athelstan se débrouiller pour se remettre sur pied  «Non, pas spécialement. Enfin quoique … tu m'aides ? » demande-t-il, innocent.  « Oh non frérot, tu n'as pas besoin de moi pour achever ton valet» répond le jeune Percy en tendant à son tour une main vers Athelstan, l'invitant à l'attraper pour l'aider à se relever  «Allez vient, reste pas par terre  » dit-il, bienveillant. Henry, quant à lui, se recule pour laisser de la place au jeune homme.

 «Mon pauvre, Henry devrait plutôt se trouver un autre adversaire sur lequel s'acharner  » dit Chadwick à l'attention d'Athelstan en remettant un peu son plastron en place.  « Je peux prendre ça comme un défit ?» demande l'héritier, malicieux. Son jeune frère fait un clin d'oeil au demi écossais, puis se redresse et joue avec le manche de son épée  «Je sais pas … » il sort doucement l'épée de son fourreau tout en marchant un peu pour s'éloigner du valet. Henry en fait de même se préparant à une attaque.

Mais, celle-ci ne venant pas, c'est lui-même qui charge sur son frère. La passe d'arme est longue et intense. Lorsque l'un semble avoir prit le dessus c'est l'autre qui le reprend. Henry parvient finalement à désarmer son frère, mais celui-ci l'attaque en corps à corps. Et là, il faut dire ce qu'il en est, c'est bel et bien Chadwick qui prend et surtout garde le dessus. Mais, alors qu'il se retrouve sur le dos, son frère le maintenant avec un genoux au sol, Henry sort un couteau de derrière son dos et le point contre l'aisselle de son frère.  «T'as encore beaucoup à apprendre, petit frère » souffle-t-il, hautain. Cadwick grogne simplement puis sourit et se redresse avant d'aider son frère à en faire de même. Ils vont récupérer leur armes respectives avant qu'Henry ne se rappelle de la présence de son valet.  «Voilà un vrai combat digne de ce nom » dit-il, large sourire bordant ses lèvres  « Allez, vient là, on reprend l'entraînement » indique-t-il à Athelstan  «Bon, je vous laisse du coup, merci pour ce combat » dis le jeune frère en posant une main sur l'épaule d'Henry  «Et surtout bon courage ...hm ... » il interroge le valet du regard  « Athelstan répond Henry.  « Il s'appelle Athelstan» précise-t-il  «Et ça c'est Chadwick, le cadet de la famille » dit-il à l'intention de son valet. Il donne une tape viril dans le dos de son frère qui se détourne et repart en sifflotant joyeusement.

code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 28 Aoû - 22:56



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Athelstan s’attendait à finir au sol, complètement épuisé, amoché, mais franchement, il aurait cru que cela arriverait plus tôt. Il avait eu le temps de faire quelques progrès, bien qu’il apprît vite dans certaines disciplines, le combat n’en faisait pas parti. Il lui faudrait de nombreuses séances pour atteindre un niveau correct, et il craignait déjà les répétitions de ce genre de cours. Cela le ruinerait encore plus rapidement que ses journées chargées. Pour sûr qu’il dormira comme un loir la nuit tombée.

Pour le moment il comatait à terre, essayant de retrouver le plein usage de ses poumons. Il lâcha bien une phrase de circonstance, un peu acerbe, concernant le talent d’Henry à tuer ses valets, alors que c’était l’effet inverse qui était recherché. C’est l’éclat de rire du noble qui fait relever les yeux à Athelstan. Un éclat de rire, certes court, qui restait rare. Appuyé sur un coude, le casque tombé sur l’herbe à ses côtés, le brun reprenait convenablement son souffle, et dû même dissimuler un sourire dans un soupire alors qu’Henry s’amusait de son dramatisme. Il soupira lourdement, quand il fallût recommencer, mais alors qu’il allait accepter la main tendue d’Henry, celui-ci se retourna vers un nouveau venu qui l’interpella familièrement. Athelstan reconnu le visage de ce jeune homme, c’était le second fils du Comte, à qui il ressemblait, tout comme à son aîné. En revanche il ne l’avait jamais rencontré, pas vraiment, et à l’instant ne se souvenait plus de son nom. Athelstan allait soupirer, devant se relever seul avec ce plastron dérangeant, mais le jeune Percy, bienveillant, vint à son secours et le remit sur pied, tout en narguant son grand-frère.

Athelstan fût presque trop perturbé par le fait que le jeune homme lui remettait son armure en place pour écouter réellement ce qui se disait entre les deux frères. Puis par son clin d’œil alors qu’il taquinait son frère. Le plus jeune était moins attaché aux règles que son aîné, c’était l’impression qui ressortait. Il avait l’air moins sérieux, plus insouciant. Le domestique comprit cependant rapidement que les deux hommes se chauffaient, et il ne se fit pas prier pour ramasser son épée et son casque et se décaler de plusieurs bons pas. Il les laissa bien volontiers. Le combat ne débuta pas immédiatement, mais une fois qu’il fût parti, c’est comme si rien n’aurait pût les arrêter. Athelstan les regarda, presque émerveillé. Ils se battaient à force égale, on ne pourrait parier avec assurance sur le vainqueur. Le petit brun ne savait qui regarder, tant ça en devenait beau, au final. Henry parvint à désarmer son petit frère, qui ne se démonta pas et le prit directement au corps à corps. Là, le plus jeune eût finalement l’avantage et coinça l’aîné au sol, un genou appuyé sur son torse. Cependant l’expérience vainquit : Henry sortit son poignard et menaça directement l’aisselle de son adversaire, un des rares points faibles en armure complète. Très souvent létal, aussi.

S’avouant vaincu, le plus jeune se releva, les mains en l’air. Athelstan avait déjà prévu sa petite pique à lancer à son maître lors de sa défaite, et fût à demi déçu de sa victoire. A demi seulement, car l’autre moitié était tout de même contente qu’Henry ait remporté le combat. Ils allèrent récupérer leurs armes avant de s’approcher de l’Ecossais, qui espérait en avoir pris de la graine quand même. Henry lui indiqua de revenir pour reprendre l’entraînement, et quand son jeune frère, les quittant alors, souhaita bon courage au valet, c’est lui qui répondit à la place de ce dernier. Les présentations furent ainsi faites, et Athelstan n’oublia pas la petite courbette de circonstance face à Chadwick. Le brun se tourna ensuite vers Henry au départ de son frère.

— J’aurais besoin de mille vies pour atteindre votre niveau, j’espère que vous en avez conscience, lança-t-il en remettant son casque.

Il n’allait pas y couper, à cette seconde session. Mais par chance, il avait eu le temps de récupérer un peu de forces. D’ailleurs, il se demande si ça n’était pas aussi dans l’idée d’Henry que de le laisser se reposer. Cependant il chassa rapidement cette idée saugrenue de son esprit ; l’homme pouvait se montrer soucieux de l’état de son valet, mais pas à ce point-là. Il se remit en position, et ce fût de nouveau un quart d’heure éreintant. Qu’il attaque ou qu’il se défende, Athelstan était rapidement à bout. Dès qu’il sentait que son valet était sur point de (dé)céder, Henry retenait ses coups et ralentissait le rythme quelques temps. Puis finalement, comme la dernière fois, il lança une dernière série de coups avec le tranchant de l’épée qui mit bien en peine son pauvre domestique. Surtout qu’il l’acheva pas un puissant coup sur le heaume. Tout le monde d’Athelstan vibra et sonna au son du métal. Il se retrouva à nouveau sur les fesses mais cette fois-ci, c’était volontairement qu’il s’allongea. Son casque retiré, il se tint la tient entre les mains.

— Je ne vous insulterais pas par déférence mais je n’en pense pas moins, grinça Athelstan, en fermant les yeux fortement pour essayer de faire cesser le bourdonnement de cloche à ses oreilles. Après quelques minutes, il se sentit mieux, et se redressa, pour finalement se lever tout en prenant garde. J’arrête, ou alors pas avec ces outils du démon, annonça-t-il en laissant ostensiblement son épée au sol. Il en avait assez de se faire humilier comme le bleu qu'il était. Et imaginer que cela se répéterait souvent...

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Mar 29 Aoû - 13:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mar 29 Aoû - 0:12



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Le petit combat avec Chadwick n'avait pour effet que de le mettre un peu dans le bain. Un petit échauffement, rien de plus. Et clairement, Henry avait prit son pied. Avec son père qui l'a interdit de champs de bataille pour une durée indéterminée, il n'a plus que les combats avec ses frères ou les autres chevaliers pour avoir un peu d'action dans sa vie. Et dieu sait que s'il n'avait pas ça et les sortis à cheval avec Edan, il serait mort d'ennui, sans doute littéralement. Mais peu importe. Une fois son frère reparti, il appelle Athelstan pour qu'ils reprennent le combat. Celui-ci semble s'être un peu remit de sa défaite.

Mais il n'est pas pour autant près au combat. Au bout de seulement 15 minutes, il se retrouve au sol, sonné à cause d'un coup d'épée contre son heaume. Henry l'observe s'allonger sur le sol, retirer son casque et se prendre la tête entre les mains. Une grimace compatissante apparaît sur le visage du jeune seigneur car il connaît la douleur que ce genre de coup peuvent engendrer. Le nombre de fois où il s'est retrouvé dans la position d'Athelstan ne se compte même plus sur les doigts de deux mains. Il finit par lui sourire et s'autorise même un petit rire lorsque son valet abandonne.  «Ok, très bien  » dit-il en lui tendant la main. Il attend que le petit brun la prenne dans la sienne pour l'aider à se relever et lui tapote l'épaule  « C'était pas mal pour une première fois » dit-il en allant récupérer les quelques affaires qu'il avait posé sur le côté  «Demain on reprend la même chose. Tout les jours à partir d'aujourd'hui, à vrai dire, on se fera une telle cession de combat » explique-t-il en retournant vers la réserve  «Tu vas voir, tu vas rapidement gagner en force et en endurance. Et comme dit, je n'ai jamais dit que je ferais de toi un guerrier. De toute manière tu n'auras pas le temps de suivre l'entraînement des chevaliers. Et tu n'auras surtout pas le droit compte tenu de ta … bref.  »

Passant la porte de l'armurerie, il va déposer les armes là où il les a trouvé puis aide Athelstan a se débarrasser de son plastron  « Dans 3 semaines on organise, ici, un tournois de chevalier » raconte-t-il  « Une fois dans l'année, les chevaliers de tout le pays font la route vers un des trois prestigieux châteaux du pays pour s'affronter» il retire le plastron d'armure et le pose sur le côté  « Cette année, il est organisé ici pour le futur mariage de ma sœur qui aura lieu dans un mois » souriant, il l'aide à retirer le gambison puis se redresse  « J'y participe. Va falloir que je défende les couleurs de mon écusson et mes deux titres de champion» il sourit puis se recule  «Et donc évidement, tu vas devoir m'accompagner. Autant lors du tournois que pendant mes entraînements  » reprend-t-il en se dirigeant vers la sortie.  «Mais d'abord on va manger » dit-il en refermant la porte derrière eux.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mar 29 Aoû - 13:02



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.


Henry était plus en jambes après le combat avec son frère, et Athelstan nota aisément la différence. L’homme se battait avec plus de vivacité, d’entrain, et c’était comme s’il prenait plaisir à taper sur quelqu’un – on valet en l’occurrence. Ou alors c’est l’Ecossais qui faiblissait. Il arrivait à bloquer certain coup, mais la force lui manquait encore cruellement. Il se retrouva à nouveau au sol, rincé, et maudissait déjà le ciel pour les futures courbatures qu’il avait gagné. Un coup sur son heaume lui fût fatal et signa l’arrêt de l’entraînement. Même si Henry avait voulu continuer, Athelstan serait simplement resté au sol, pour ne pas continuer. Mais le noble eût quelque pitié et rangea son épée. Il aida le plus jeune à se relever, acceptant d’en finir-là avec ces exercices.

Il le complimenta pour une première fois, lui tapota même l’épaule, disant que ce n’était pas si mal que ça. Soufflant comme un bœuf, Athelstan lui lança un regard signifiant plus ou moins qu’il ne croyait un mot ses paroles. En plus Henry lui fit savoir qu’ils reprendraient cette activité tous les jours. Tous. Les. Jours. Cela resta coincé dans la gorge du brun qui, ayant récupérer son casque et son épée qui traînaient au sol, se redressa lentement. Il n’en croyait pas ses oreilles. Et il poussa un soupir comme un chien en peine.

— Comme si je n’avais pas assez de travail...

Il se plaignit ensuite un peu en gaélique, pas fort, et par réflexe, alors qu’ils retournaient à l’armurerie. Henry lui assurait qu’il ferait de rapide progrès avec un tel rythme d’entraînement. Encore heureux, sinon Athelstan ne voyait pas l’intérêt de s’épuiser jusqu’à l’os tous les jours. Le but n’était de toute façon pas d’en faire un chevalier, et sa basse-naissance le lui interdisait qui plus est. Percy s’arrêta avant de prononcer ces mots, mais il fallait être un idiot pour ne pas comprendre. Cependant cela ne gênait pas Athelstan qui était fier de ce qu’il était. Tout en continuant de parler, Henry l’aida à se défaire du plastron métal.

Il se lança alors dans des explications d’un sujet dont Athelstan avait bien eût l’occasion d’entendre parler entre serviteurs. Tous étaient plus ou moins surchargés de travail à préparer le tournois qui aurait lieu dans seulement trois semaines, et beaucoup s’en plaignaient autant qu’ils s’impatientaient. Les joutes étaient toujours sources d’amusement, de joie, et de divertissement. S’ils servaient surtout aux nobles à s’affronter et à parader, le peuple n’était pas en reste et avait de quoi profiter. Henry lui raconta que toutes les années, un tournois de ce type a lieu, dans un coin différent du pays. Souvent un des plus beaux et prestigieux châteaux de toute l’Angleterre, et Alnwick en faisait partie. Cette année, en plus, offrait l’occasion de célébrer par ces festivités les fiançailles de la jeune sœur d’Henry, dont l’union serait officialisée dans un mois après. Un des évènements de l’année, car elle épousait le fils unique d’une famille puissante.

Evidemment, Henry y participerait. Pour défendre ses couleurs et son titre. Ah, quelques jeunes servantes avaient été en émois rien qu’à l’idée de voir le beau Henry démontrer ses talents. Il en avait ri, parce que ça papotait beaucoup en bas, de tout et de rien, et les rumeurs et secrets étaient connus de tout le personnel. En côtoyant Herade et quelques jeunettes qui travaillaient avec elle, Athelstan avait eu un bel aperçu de l’ambiance. Il y avait tant de monde que, forcément, quelques tensions et ressentiments étaient nés, mais globalement tout le monde s’entendait bien. Aussi, il n’apprenait pas grand-chose d’Henry. Sauf qu’il devrait suivre son maître lors de l’évènement.

— Je sais tout ça, ça parle beaucoup en bas, c’est l’évènement de l’année presque, avec le mariage de votre petite-sœur. Il sourit légèrement en se levant, puis se passa une main dans les cheveux. Je.. Du coup n’y aurait-il pas quelqu’un à qui je puisse demander tout ce qu’il y a à savoir sur ce genre de choses ? Je n’ai jamais assisté à un tel évènement, je n’ai aucune idée de comment cela va se passer, répondit-il, un peu gêné pour une fois d’avouer qu’il ne savait rien du tout sur la question. Qu’est-ce qu’il y a comme épreuves ? Je devrais vous aider à vêtir votre armure surtout c’est ça ? Et vous ne monterez pas Edan j’imagine ?

Il posa ainsi pas mal de question au noble. Ce dernier savait une quantité de choses à ce propos, ayant été totalement élevé là-dedans. Pour ça. Pour la guerre. Pour diriger. Athelstan suivit Henry jusqu’à l’intérieur, puis à la chambre, pour manger un morceau du déjeuner apporté plus tôt par Herade. La suite n’a guère d’importance. Après avoir mangé et s’être préparé pour la journée, le noble était parti à ses tâches, notamment s’entretenir avec son père, lui faire un rapport de ce qu’il s’était passé récemment... D’autres choses barbantes aux yeux d’Athelstan. Ses tâches n’étaient pas forcément mieux, entre ranger la chambre, s’assurer que les vêtements étaient bien pris en charge, et d’autres choses encore. Mais il pouvait chantonner quand il le voulait, et on lui foutait assez la paix.

C’est alors qu’il était dans la pièce de bains, avec Herade qui lui expliquait ce qu’il fallait savoir sur le bain – qu’il n’avait jamais vu de sa vie encore –, qu’Henry vint le trouver. Et visiblement, il avait parcouru une partie du château à la recherche de son valet. Herade s’excusa d’une courbette, puis laissa les deux hommes. C’est alors que cela devint moins marrant. Une nouvelle séance d’entraînement (à croire qu’Henry n’avait que ça à faire, martyriser son pauvre domestique).

— Encore ? Mais les bleus de ce matin n’ont même pas encore eu le temps de se former ! protesta-t-il.
code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mer 30 Aoû - 1:21



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Henry roule simplement des yeux lorsque son valet lui dit qu'il n'a sans doute pas que ça à faire que de s'entraîner tous les jours.  « Eh bien tu mettras une tâche de côté. Je penses qu'être paré pour une éventuelle attaque est plus important que de garder sa chambre plus propre qu'elle ne l'est déjà» dit-il en haussant les épaules, totalement sincère pour le coup. Athelstan peu bien voir cela comme une invitation à mettre cette tâche de côté, de ne pas faire le ménage de fond en comble tous les jours comme il le fait actuellement. Enfin, peu importe. Ils passent par l'armurerie, déposent leurs armes et armures puis vont manger.

En chemin, Henry lui explique un peu le programme pour ces prochaines semaines et ne s'étonne même pas qu'Athelstan soit au courant de tout ce qui se trame dans le château. Herade est une vraie pipelette. Adorable, mais elle a des oreille partout et aime bien rapporter les derniers ragots dans la salle des servantes.  « Tu peux demander à Delwyn, c'est l'écuyer en chef. Il saura t'aider et te guider et ce avec plaisir» sourit-il avant d'hausser les épaules  «Les épreuves sont, comme dans la plupart des épreuves, le combat à l'épée et la joute à cheval  » explique-t-il s'arrêtant au niveau des marches  «Nous on a ajouter le tir à l'arc et une épreuve d'adresse à cheval » il observe Athelstan puis sourit doucement et se remet en route, grimpant les marches quatre quatre.

Arrivé à l'intérieur du hall, il retire ses gants puis se dirige vers sa chambre où il s'occupe de remplir son estomac puis celui de son valet avant d'aller rejoindre son père, espérant qu'il se soit un peu calmer. Certes, il semble plus calme mais n'est pas moins tendu. Tant pis, Henry lui demande quand même quelques informations de plus. Il apprends que les Écossais ont gagné un peu de terrain. Mais beaucoup. Leur but n'est pas d'envahir les terres des Percy, mais tout de même assez pour qu'ils soient obligé de se préparer. Et là, le seigneur n'aura sans doute pas d'autre choix que de laisser son fils aîné retourner sur le champ de bataille. Mais ils n'y sont pas encore. Par la suite, Henry passe voir son frère qui, malgré une épaule déboîtée, une contusion à la hanche et plusieurs ecchymose ainsi qu'une entaille sur la cuisse droite, semble aller bien. A voir comment les blessures évolueront, bien que celle à la cuisse n'est pas très profonde, elle reste tout de même assez sérieuse. Les gens qui meurent de telle blessures de sont pas rares.

Il ne remonte dans sa chambre que pour l'heure du midi avant qu'il ne fouille tout le château à la recherche de son valet qui a disparu il-ne-sait-où. Il le trouva finalement, après moult recherches, dans la salle de bain en compagnie d'Herade qui semble être plongé dans une sacré explication. Celle-ci s'excuse puis éclipse rapidement, alors qu'Henry propose une séance d’entraînement -encore- à Athelstan. Évidement, celui-ci se plaint, disant que ses bleus de ce matin n'ont pas encore eu le temps de se former.  « L'armure t'empêche d'avoir des bleus, crois-moi» dit-il en roulant des yeux, sortant de la salle de bain.

Sans un mot de plus, Henry le guide à nouveau hors du château, vers la pelouse où ils étaient ce matin.  « Cette fois-ci, par d'arme et pas d'armure. Car admettons tu te retrouves sans armes devant quelqu'un. A part courir pour fuir, tu peux faire quoi ?» demande-t-il, souriant en coin.  « Tout simplement un combat en corps à corps» répond-t-il à sa place  « Allez, vient, mets-toi ici. Promis j'y vais doucement » Doucement ? Sérieusement ? Certes, Henry retient de beaucoup sa force. Mais le peu de force qu'il met est déjà bien trop pour Athlestan. Bien que le jeune seigneur à l'impression d'être au ralentit, il reste trop rapide pour son pauvre valet qui a bien l'occasion de parfaire des hématome tant il tombe au sol.

Mais Henry fait une erreur lors du dernier combat. Une erreur qui lui aurait été fatale à 100% s'il avait eu un vrai ennemi en face de lui. Alors qu'il retenait un peu la chute du gamin, celui-ci a le reflex d'attraper son bras. Un peu trop penché en avant, trop facilement déséquilibré, Henry se retrouve bien rapidement au sol, au dessus d'Athelstan et met un peu trop de temps avant de réagir, se perdant dans les iris bleues de son valet.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mer 30 Aoû - 22:23



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Henry n’avait pas eu tort en disant qu’Athelstan pouvait diminuer sa charge de travail sur une ou deux tâches quotidiennes, en revanche le valet ne pensait pas que cela s’appliquerait aussi vite. Dès l’après-midi, alors qu’il apprenait encore des choses auprès d’Herade sur le fonctionnement d’une telle maison, son maître vint le chercher pour une nouvelle session d’entraînement. Le valet se plaignit, évidemment, mais cela ne dérangea en rien le noble qui sortait déjà de la pièce d’un pas énergique. Grommelant dans son coin sur l’injustice du monde, Athelstan suivit tant bien que mal la cadence. Lorsqu’ils passèrent devant l’armurerie, sans s’arrêter, il commença à se poser des questions. Auxquelles Henry apporta des réponses avant même y avoir été convié. Ainsi ils se battront à mains nues, car il arrive qu’on se fasse surprendre sans armes, sans armure. Athelstan se devait de savoir se défendre dans une telle situation.

Et il allait apprendre. Il eu bon nez de ne pas croire Henry quand celui-ci lui promit qu’il irait doucement avec lui. Non. C’était faux. Alors sans doute qu’il était plus lent, mais il ne faisait aucun cadeau à Athelstan qui se retrouva plus d’une fois à terre. En revanche il se relevait toujours, et repartait à l’assaut. Sa vitesse l’aidait parfois à esquiver un coup mais il se faisait alors surprendre à un autre endroit, et se faisait maitriser totalement. Et la proximité des corps ne l’aidait pas, non plus, à se concentrer. Une sensation pas inconnue mais qu’il lui fallait réfréner coûte que coûte. Pour cela il s’en voulait à lui-même, de manière générale, et plus particulièrement parce que ça concernait cet idiot de blond. Il ne pût toucher Henry d’ailleurs, pas une seule fois, et ce malgré ses conseils. Au bout d’un moment, il commençait à réellement fatiguer, et le chevalier avait toujours l’air d’autant aimer ça, faire tourner en bourrique son serviteur. Ce fût à ce moment-là où, chutant, il se rattrapa à la première chose qu’il avait sous la main : le bras d’Henry.

Ce dernier ne le retint pas le moins du monde en raison d’un équilibre peu sûr dans la position où il était, et tomba de la même façon sur Athelstan. Le petit brun eût un instant le souffle coupé sous le choc, puis se fût autre chose qui l’empêcha de respirer. Tout aussi physique. D’abord les yeux d’Henry qui le fixaient, puis le poids de ce corps sur le sien. Il rougissait à mesure que le noble ne bougeait pas, ne faisait pas un geste pour se relever. Lui aussi resta immobile tout ce temps, jusqu’à ce qu’il gigote pour faire comprendre à l’héritier que cela suffisait. Mauvaise idée. La sensation devint brûlante dans son bas ventre et il se redressa alors vivement sur les coudes. Henry se leva alors, enfin.

— Vous êtes plus lourd qu’il n’y paraît, lança-t-il pour la bonne mesure, en gardant la tête baissée pour dissimuler la rougeur de ses joues alors qu’il se relevait. Il épousseta ses vêtements pour s’occuper l’esprit et respira un bon coup. Si vous pouviez arrêter de me jeter au sol à chaque fois que vous en avez l’occasion, ça serait sympathique.

Il se fit craquer le dos, et fit rouler ses épaules. Pourtant, malgré la douleur qui augmentait dans ses muscles à chaque duel, il se remit en position, prêt à y retourner. Il ne savait pas pourquoi, mais ça lui plaisait finalement, d’essayer de battre Henry. L’entraînement à l’épée lui avait davantage fait peur, car il était un peu maladroit, et surtout il manquait de muscles. Plus jeune, enfant, il avait beaucoup joué avec les autres de son âge à la bagarre, au chevalier, il perdait souvent mais s’amusait toujours, et il sentait qu’il retrouvait cela en cet instant. Il repartit alors à l’attaque, et fût à nouveau battu, plusieurs fois, mais sans tomber ! Il tentait plus de feintes, qui marchaient rarement face aux réflexes et à l’expérience d’Henry. Mais l’intention était là.

Et, à un moment, il prit le dessus. Ce fût bref, furtif, mais il le comprit bel et bien et cela le fit redoubler d’ardeur. Sans grand succès. Le noble parvint à le bloquer, plaquant un bras dans son dos ce qui le fit grimacer de douleur. Dans son dos, il sentit le rire d’Henry alors que celui-ci relâchait sa prise. Dommage pour lui cette libération se retourna contre lui. D’un geste vif, Athelstan se retourna et parvint il ne sût trop comment à déséquilibrer Henry. De la même façon que précédemment, celui qui tombait chercha à entraîner l’autre dans sa chute. Le petit brun se retrouva donc à son tour à cheval sur le noble mais, craignant un retournement de situation comme lors de la bataille avec le frère, il fût prompt à bloquer les poignets d’Henry. Il avait ainsi le dessus. Respirant fort, épuisé, il sourit tout de même avec éclat.

— Vous avez perdu, mon seigneur.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Jeu 31 Aoû - 19:01



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Alors qu'il se retrouve bêtement sur Athelstan, Henry ne parvient pas à se relever tout de suite. Non pas parce qu'il est blessé ou quoique ce soit c'est juste que ….c'est juste inexplicable. Il n'a jamais eu ce genre de proximité avec un homme si ce n'est pour le tuer ou avec son frère, mais jamais avec un inconnu et encore moins son valet. Et bizarrement, au lieu de se sentir honteux ou pas à sa place, il aurait envie de rester encore quelques instants de plus ici, allongé sur lui. Mais ce n'est pas possible. D'ailleurs, c'est la voix d'Athelstan qui le sort de ses pensées. S'appuyant sur les mains, il sourit doucement et se redresse  «Et encore je n'ai pas mon armure sur le dos» répond-t-il alors que son valet lui dit qu'il est 'plus lourd qu'il n'y paraît'. Hotspur ne le prend pas mal, il est assez a l'aise avec son corps pour passer au-dessus de ce genre de critique -qui n'en n'est pas vraiment une, à vrai dire.

Alors qu'il se relève et lui tends la main pour l'aider, Henry éclate de rire en entendant son valet se plaindre. Encore et toujours.  «Tu n'arrêteras donc jamais de te plaindre ? » demande-t-il, secouant doucement la tête  « Mais c'est comme ça qu'on apprends.» il tape dans ses mains  « Allez, on y retourne»Se penchant légèrement en avant, bien campé sur ses deux jambes et le regard fixé sur Athelstan, il le laisse lancer la première attaque. Attaque bien trop lente et surtout totalement prévisible. En fait, tout en Athelstan est prévisible et Henry parvient à anticiper sans aucune problème.


Sans aucun problème ? C'est sans compter sur le moment où Athelstan parvient par un quelconque miracle de prendre la main sur le jeune seigneur. Ça ne dure que quelques instants, mais assez longtemps pour que le valet s'en rappelle et réussisse à faire chuter Henry. Il rattrape sa chute du mieux qu'il peut, se retrouve avec son valet sur lui qui lui bloque en même temps les poignets à côté de la tête. Affichant un sourire narquois sur le visage, il lui dit avoir gagner. Hotspur plonge son regard dans celui du jeune homme et lève légèrement le visage vers celui de son valet  « Ah ouais ?» demande-t-il.

Il arque un sourcil et tend vivement les bras sur le côté, déstabilisant ainsi le petit brun. En même temps, passant une jambe au-dessus d'Athelstan, il donne une impulsion sur son coude droit et se tourne rapidement vers la gauche, se retrouvant à nouveau au dessus du gamin, le menaçant avec sa dague au niveau de la carotide.  «répète un peu ce que tu viens de dire, je ne t'ai pas trop bien entendu ... » reprend-t-il sur un ton mielleux, regorgeant d'ironie. A la tête du gamin, Henry éclate de nouveau de rire, un rire franc et joyeux, pas mal moqueur aussi en même temps.  « Le combat n'est jamais fini avant que ton adversaire ne soit mort ou inconscient, rappelles-toi bien de cette règle » il pousse sur ses bras, range sa dague puis aide son valet à se relever  «Évidemment, on ne tue ni n’assommons pas les gens pendant les entraînements, mais t'as compris le principe ? » il époussette un peu les vêtements du gamin puis hoche la tête en souriant  «Mais ton coup là … je sais pas ce que tu as fait, mais c'est pas évident de me faire tomber aussi rapidement et simplement » avoue-t-il en haussant les épaules  «Y a pas vraiment de technique, à vrai dire. Tant que tu arrives à faire tomber ton adversaire, peu importe comment tu t'y prends, c'est bon, la victoire sera à portée de main »

Henry sourit à Athelstan puis lui tape dans le dos  «Allez, va voir Herade si elle n'a pas du travail pour toi, sinon tu reviens me voir, j'ai sûrement encore une ou deux petites tâches qui pourra t'occuper l'après midi ! » lance-t-il alors qu'il commence déjà à s'éloigner pour rejoindre le château  « Tu me trouveras dans lu bureau de mon père !» précise-t-il en s'éloignant au petit trot, laissant Athelstan seul derrière lui.
code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 10 Sep - 19:29



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois d’Octobre.

Se retrouver sous Henry était assez dérangeant, et malheureusement pas dans le mauvais sens du terme. Pour éviter que quoique ce soit d’involontaire ne se produise, Athelstan ne tarda pas à le repousser, reprenant ses esprits par la même occasion et repoussant toute pensée qui n’avait pas de rapport avec la notion de combat. Difficile, mais ça n’était pas la première fois. Naturellement, il se plaignit, car c’était sans doute ce qu’il savait le mieux faire au final. Le noble lui fit remarquer qu’il n’avait même pas son armure sur le dos, et que cela aurait donc pu être pire. Le brun eût une légère grimace rien qu’à l’idée du poids d’une côte de mailles, et n’ajouta rien. Ou pas à ce propos en tout cas, car il balança qu’il en avait un peu marre de se retrouver à terre. D’abord sous les coups d’épée, et à nouveau maintenant, ça devenait agaçant. Ou pas, mais ça Henry ne devait pas le savoir. Au moins, cela fait rire ce dernier, qui se demande sincèrement quand ce genre de plaintes cessera.

— Ce n’est que l’un des mes nombreux talents, répliqua l’écossais d’un haussement d’épaules.

Puis il se remit en position, et son adversaire en fit de même. De longues minutes s’écoulèrent et virent chaque mouvement du plus jeune être bloqué aisément. Mais ce dernier prenait davantage de plaisir à se battre ainsi, presque comme deux gamins qui se chamaillent. Il y avait quelque chose d’enfantin qui lui rappelait ses toutes jeunes années, et il oubliait ce qui pesait sur ses épaules depuis l’arrivée au château. Finalement, sans qu’aucun des deux hommes ne purent expliquer comment, Athelstan réussit. Il réussit à mettre Henry à terre. Voyant là sa victoire, il prit garde à ne pas faire la même erreur que le frère d’Henry et lui bloqua les poignets. La respiration erratique suite à ce combat, il eût tout de même un sourire bien fier en faisant remarquer qu’il avait gagné.

Mais cette joie pure ne dura pas longtemps. Elle se transforma en trouble lorsque le regard d’Henry vint se planter dans le sien, lui rappelant la situation de tout à l’heure. Déconcentré plus que de raison, il ne tint plus sa prise correctement et le noble pût le déséquilibrer en un battement de cil. D’un coup de bassin. Tout le mouvement était parfait, au point, efficace, fluide. Et Athelstan, n’ayant rien pu se faire, se retrouva à nouveau sous le noble qui le menaçait à présent de son poignard. Il n’écouta pas ce qu’on lui disait, ni ne jeta un coup d’œil à l’arme mettant en péril sa vie. Il était bien trop préoccupé par ce que cette manœuvre avait éveillé en lui, et il n’aimait pas ça. Ce n’était ni la peur, ni l’appréhension, ou même la colère d’avoir perdu, qui se voyait sur ses traits, c’était tout bonnement le choc. Cependant, Henry se mit à rire en croyant y voir les effets de la désillusion qu’il a infligé au petit brun. Avec une pointe de moquerie. Se relevant, il expliqua qu’un combat n’est jamais fini tant que l’autre n’est pas mort ou inconscient. Et Athelstan n’en avait cure, trop chamboulé ; ses idées n’étaient plus tellement cohérentes. Il n’était sûr que de deux choses : il avait chaud, très chaud – et pas à cause de l’entrainement – et Henry ne devait pas s’en apercevoir. Lorsqu’il entendit comme une question, il hocha simplement la tête, n’ayant rien écouté. En revanche il comprit qu’à présent le noble le félicitait pour avoir réussi à le mettre à terre.

— Ouais je- je sais pas non plus comment j’ai réussi, avoua-t-il avec un léger rire pour faire comme si de rien n’était.

Mais il ne se trompa pas lui-même. Henry n’y fit aucune allusion et continua avec quelques conseils auxquels le valet acquiesça, sans un mot. Après un sourire et une tape encourageante dans le dos, le noble lui demanda d’aller voir Herade pour trouver de quoi l’occuper. Elle doit sûrement avoir besoin d’aide, c’est presque toujours le cas en fait. Toute paire de mains est la bienvenue. Le blond ajouta cependant que, si elle n’avait rien pour lui, le jeune domestique pourrait revenir le voir pour récupérer un boulot ou deux. Ne se sentant toujours pas sûr de sa voix, Athelstan hocha la tête pour faire comprendre qu’il avait saisi. Henry s’éloigna alors, le laissant seul sur le terrain d’entraînement. Une fois qu’il fût à bonne distance, quasiment hors de vue d’ailleurs, l’écossais se permit enfin de respirer, comme s’il sortait de l’eau après être resté trop longtemps en apnée.

Cela s’annonçait mal, si la proximité physique d’Henry provoquait chez lui de telles sensations innommables. Assez étonnement, l’aider à s’habiller, se déshabiller, et même prendre un bain n’avaient pas eu ce genre de connotations car c’était tout bonnement normal. C’était déjà devenu une routine pour Athelstan. Après, il faut aussi avouer que la position dans laquelle ils étaient avait dû beaucoup jouer. Retournant au château, le jeune homme mis donc tout cela sur le seul compte de cette intimité bizarre due au combat. Impensable que ce soit Henry en lui-même. Impossible. Il remit ses pensées en droite ligne après avoir éliminé toutes celles qui divaguaient, et tâcha de trouver Herade. Finalement, il n’eût pas besoin d’aller déranger Henry.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mer 13 Sep - 23:54



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.


Un mois et demi qu'Athelstan a élu domicile dans la chambre réservée au valet du jeune Seigneur. Et, alors qu'Henry se rappelle encore plus que parfaitement bien des doutes dont le jeune demi écossais lui avait fait part, il doit avouer que ce gamin gère plutôt bien les tâches en tout genre. Que ce soit les tâches ménagères de base, ou alors simplement les sortie à cheval et même les entraînement, Henry est persuadé d'avoir fait le bon choix. Malheureusement, il n'en est pas de même pour tout le monde au château.

A commencé par son père, le seigneur Henry Percy.  Lui, il a toujours adoré Audric. Et jamais il ne changera d'avis. Il est persuadé que son fils à fait la pire erreur de sa vie en virant son ancien valet et il le fait bien comprendre à son petit valet actuel. Athelstan se récolte assez régulièrement la foudre de Percy et ce pour des broutilles. Et comme le Seigneur le fait, alors les gardes et les autres chevaliers sont persuadé qu'ils ont aussi le droit de s'en prendre au pauvre garçon. Mais quand Henry l'accompagne. Là, subitement, ils se taisent et jouent les innocent. Mais Henry n'est pas dupe, il sait bien que la vie au château n'est pas de tout repos pour Athelstan. Même s'il ne le montre pas, le fait qu'on ne le prenne pas suffisamment au sérieux le travail bien plus que de raison et c'est normal.

Alors, Henry compte énormément sur ses capacités lors de ce tournois.Il lui a expliqué les règles en détails, s'est entraîné avec lui et, s'est, bizarrement, montré très compréhensif pendant presque toute une semaine. Il a essayé, du mieux qu'il pouvait, de ne pas laisser le stress prendre le dessus sur sa relation avec Athelstan. Et il pense y avoir plutôt bien réussi.

Assit dans la tente de préparation dans laquelle se trouve tout le matériel pour les différentes épreuves, Henry attends l'arrivée de son valet avec son armure. Un petit sourire de soulagement se dessine sur ses lèvres lorsqu'il voit la tête brune débarquer, essoufflé, dans la tente avec la grosse caisse.   « Ah parfait !» dit-il en s'installant sur une chaise. Il observe comment Athelstan pose la caisse sur le sol à côté de lui et enfile déjà son gambison  «Tu as bien suivi tout ce que mon père a dit lors de la cérémonies d'ouverture ? Le déroulement des épreuves et tout ça ? » demande-t-il, juste pour avoir confirmation que son valet soit au courant de tout.  «Est-ce que tu as préparé Ahearn aussi ? C'ets de lui dont j'ai besoin pour la première épreuve » dit-il  « Et les lances ? Elles sont bien au nombres de trois dehors ? Rappelle-toi, c'est toi qui dois me les donner et toujours le plus vite possible, ok ? » il l'observe attraper les éléments de l'armure  « Non d'abord le plastron après les … oh non j'ai rien dit, pardon» se reprend-t-il alors qu'il pensait qu'Athelstan allait attraper les spalières avant.  «vas-y, je te laisse gérer »

code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 1 Oct - 0:50



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.

Même si Henry n’avait rien laissé paraître, ces ultimes jours avant le tournoi avaient été emplis de stress. Athelstan le sentait dans tous les murs du château et, bien qu’il fût content que son maître ait fait de gros efforts pour ne pas lui infliger de pression supplémentaire, cela l’affectait. Heureusement, quelque part, il y avait toujours du boulot, un truc à faire, pour se changer les idées. Toujours une chose à apprendre ou se remémorer, surtout en cette veille d’ouverture. Athelstan se devait de connaître tout un tas de règles, de la bienséance au déroulement des épreuves. Au moindre écart, aussi infime soit-il, qui parvenait aux oreilles du Comte, il subirait sa colère. C’était ainsi depuis le retour de cet homme que l’écossais craignait plus qu’il ne respectait. Alors il doutait souvent de lui-même, et essayait alors de se raccrocher aux remarques positives qu’Henry lui glissait parfois. Et puis, celui-ci se plaignait peu de façon réelle, c’était plus souvent pour la forme qu’autre chose.

Bref, Athelstan gérait mieux qu’il ne l’aurait cru, mais faisait des efforts pour cela. Seulement ce n’était guère reconnu. Percy père le traitait comme un moins que rien, persuadé que son fils avait eu tort, et du coup, la plupart de ses gens en font de même. Ce gamin sortit de nulle part n’est, à leurs yeux, même pas digne du peu d’égard qu’on peut porter au valet d’un chevalier, héritier de la maison de surcroit. Sa parole n’a quasiment aucune valeur, par exemple. Tout changeait dès qu’Henry était dans les parages, mais lui non plus n’était pas dupe. Pourtant le jeune domestique ne laissait rien paraître. Au moins, en coulisses, la grande majorité était de son côté. L’adorable Athelstan avait du soutien parmi le personnel, et pour lui, cela comptait davantage que de plaire à quelques nobles qu’il n’appréciait point.

Pour toutes ces raisons il ne pouvait faire un faux pas lors de ces jours de fête qui devaient se dérouler à la perfection. Le jeune homme ne comptait plus les heures passées avec Henry à réviser tout ce qu’un homme peut connaître sur ce genre d’évènement. Etonnement, il ne s’en plaignait pas, car tout c’était bien passé. Il ne savait s’il était vraiment prêt, mais la première étape était facile à présent : aider Henry à revêtir son armure. Il avait assez rapidement assimilé la chose. Ainsi donc, il transporte le coffre avec les kilos de métal à l’intérieur, très heureux de pouvoir enfin le poser sur le sol de la tente. Il se demandait encore pourquoi personne ne l’y avait placé là, comme ç’aurait dû être le cas, en ouvrant le coffre et en commençant à s’affairer à disposer les différents éléments sur la table de bois.

— Oui, j’ai bien écouté, ça, et vos cours aussi, ça va aller, répondit-il au blond, autant pour se rassurer lui-même qu’autre chose. Il hocha ensuite la tête pour dire qu’il s’était en effet occupé d’Ahearn, mais ne parla pas en comprenant qu’Henry était lancé pour plusieurs questions. Il continue donc d’acquiescer à chaque fois, s’assurant que l’armure était impeccable. Puis il tourna un regard désabusé vers Henry, alors qu’il se saisissait du plastron. Et vous, vous rappelez que vous devrez toucher les cibles ou le bonhomme d’en face pour gagner, n’est-ce pas ? demanda-t-il, un peu effronté, pour souligner avec amusement l’agitation d’Henry. Vous êtes tendu sire, ajouta-t-il alors qu’il lui mettait la première pièce d’armure, que d’autres viendraient rejoindre. Je pensais que vous auriez un peu l’habitude, et que vous n’appréhenderiez pas ce tournois.

Il esquissa un sourire en ajustant une sangle dans le dos de l’anglais ; comme quoi, même les nobles restaient sujets à des émotions bien terriennes. Puis il alla chercher les spalières, puis attacha toutes les pièces formant les protections pour les bras, et ainsi de suite. Consciencieux, il ne rata pas une étape. Toute sa concentration était nécessaire en cet instant. Il voulait prouver à Henry qu’il était capable de tout faire parfaitement, mais cela permettrait aussi au chevalier de ne pas se faire de soucis pour son petit valet. Il ne devait penser qu’à ce qui allait arriver sur la piste. Cela pouvait être dangereux, certains mourraient en tournois, conséquences de malchances parfois, ou d’erreurs stupides. Il ne fallait pas que ça arrive. A présent, Athelstan appréciait Henry, et n’avait pas le moindre désir de voir une telle chose se produire.

— Vous vous êtes beaucoup entraîné, et je n’y connais pas grand-chose mais vous me semblez être le meilleur ici. Il n’y a pas de raison que vous perdiez.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 


Dernière édition par Myrddin Owens le Dim 8 Oct - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Dim 1 Oct - 19:07



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.


Non ce n'est pas le premier tournoi auquel participe Henry. A vrai dire, il participe à ce tournoi-ci tous les ans depuis ses 15 ans. Étant donné qu'il a atteint la trentaine il y a quelques mois, ce tournoi n'a plus aucun secret pour lui. Normalement. Bien sûr, il connaît les règles par cœur, il connaît les différentes techniques des uns et des autres, mais il y aura toujours des nouveaux chevaliers et de nouvelles tactiques à déjouer. Les blessures, elles, sont devenues de plus en plus fréquentes depuis quelques années. Les gens qui meurent ne sont pas non plus extrêmement rares. Henry en a subit quelques unes, plus ou moins grave, mais est invaincu depuis plus de 5 ans. Et il compte bien faire perdurer la tradition encore cette année.

Pour cela, il compte bien sur Athelstan qui, d'ailleurs, ne met pas longtemps avant d'arriver dans la tente de préparation. S'installant sur une chaise, Henry observe son valet déposer les pièces de l'armure sur la table. Parlant, un peu trop vite sans doute, il trahit ainsi un peu trop sa nervosité et ça n'échappe pas à son valet qui ne manque pas de lui faire la remarque, effronté qu'il est. Rétorquant que le boulot d'Henry c'est de touché la cible ou le bonhomme en face de lui, il fait aussi remarqué qu'il est tendu et qu'il pensait qu'il aurait l'habitude.

 «J'ai l'habitude, certes » répond le jeune seigneur  « Mais ça ne veux pas dire que je n'appréhendes pas» explique-t-il, levant son regard sur le jeune homme  « On ne sait jamais à quoi s'attendre. D'autant plus qu'il y a Leagh Donwell en compétition et il est connu pour ses coups puissants. Il base toute sa technique sur la violence et ne retient jamais aucun coup qu'il peut donner» henry tapote nerveusement sa cuisse avec ses doigts  «En plus il n'est pas fair play et aime bien amocher le matériel de ses adversaires pour son avantage. Peu importe s'il risque la vie de celui qu'il combat» il ferme un instant les yeux et souffle doucement  « C'est le meilleur de sa catégorie et ...bref, l'adversaire le plus redoutable qui existe» rouvrant les yeux, il repose son regard sur Athelstan  « Je veux que tu fasses attentions à mes affaires, coûte que coûte. Ne laisse personne entrer ici cette nuit, ok ?» Il se tait ensuite et laisse son valet se concentrer pour mettre les dernières pièces de son armure en place.

Une fois que la dernière pièce est mise en place et bien accrochée, Henry se lève et, sans problème, malgré le poids sérieux de l'armure qui repose sur son corps, sort de la tente derrière Athelstan a qui il a confié son casque. Il se dirige alors vers son Ahearn, l'étalon alezan qui attend, s'ébrouant et piétinant nerveusement le sol, un peu plus loin. Il laisse Athelstan le tenir, le temps qu'il se mette en selle. Il attrape ensuite son casque, le met, visière ouverte, sur sa tête puis récupère les rênes et sourit à son valet  «Merci » Après un clin d’œil et une petite caresse à son cheval, il fait claquer sa langue, tourne son cheval et le met au galop pour atteindre le milieu de la piste. Très vite rejoint par son premier adversaire. Rien de très spécial, c'est son premier tournois et il n'a absolument aucune renommé. Henry se demande d'ailleurs pourquoi il est là, mais peu importe. Un salut de politesse puis un rapide discours de son père plus tard et il est de retour au galop vers Athelstan.

Sans un mot de plus, il attrape la lance qu'il lui tend, et met Ahearn en place de son côté de la lisse. Abaissant la visière, le regard fixé sur le drapeau de l'homme du centre, il transmet sa nervosité sur son cheval qui a du mal à tenir sur place et qui a juste envie de s'élancer. Alors, lorsque le drapeau s'abaisse, Henry a tout juste besoin de relâcher la pression sur les rênes pour que son cheval ne s'élancer au grand galop, avec force et puissance. Pas le moins surpris par ce démarrage en trombe, Henry garde un équilibre parfait et casse le bout de sa lance en plein dans la poitrine de l'autre qui, désarçonné par le choc, se retrouve à terre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Et c'est ainsi que se déroule les épreuves. Henry casse au maximum 2 lances sur ses adversaires qui finissent tous au sol et prends assez facilement la confiance, gagnant tous ses combats.

Toutefois, la finale, elle, se joue entre lui et Leagh, comme il l'avait prévu. Ayant eu un peu de temps pour voir son jeu, ses techniques et sa tactique, Henry a toutes les raisons du monde pour ne pas être tout à fait à l'aise. Mais il ne laisse rien paraître. Pas même lorsque les deux chevaliers se saluent et que Leagh le menace silencieusement. Il se détourne simplement, retourne vers Athelstan, attrape une lance et, sans un mot de plus, se met en place. Il fixe durement son adversaire, prends une profonde inspiration, puis baisse la visière... puis talonne Ahearn lorsque le drapeau s'abaisse.

La suite se déroule bien plus rapidement que prévue. Une quart de seconde d’inattention et la lance de Leagh vient se briser sur son épaule gauche. Le choc est assez fort pour lui faire lâcher sa lance et être obligé de se rattraper à l'encolure de son cheval, mais pas assez pour le faire tomber. Heureusement, l'animal, lui, il sait ce qu'il a à faire et c'est au petit trot qu'il revient à sa place à côté d'Athelstan. Celui-ci attrape les rênes et lui parle doucement pour le calmer, le temps qu'Henry reprenne ses esprits. Malgré la douleur à l'épaule, Henry fini par se redresser et pose son regard sur Athelstan.  «Ma lance » dit-il, dents serré  « Dépêches-toi» grogne-t-il, ne supportant pas de finir sur une mauvaise note.

code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 9 Oct - 2:07



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.

Athelstan avait plus ou moins peur pour Henry. Plutôt plus d’ailleurs, ajouté au fait qu’il craignait pour sa propre survie s’il commettait la moindre erreur. Cependant, le seigneur ne paraissait guère inquiet jusqu’alors, et le valet avait pu mettre de côté quelques angoisses. Ces dernières étaient cependant sur le point de ressurgir alors que, caché derrière un ton humoristique, il soulignait la tension présente chez le noble. Des serviteurs, il avait appris que son maître était invaincu depuis plusieurs années, malgré son âge. Il avait d’ailleurs pu constater à l’entraînement que son niveau était en effet remarquable. Cependant, la vie lui a bien fait comprendre à maintes reprises que rien n’est acquis. Aussi, sans pour autant le paralyser, la peur est constante, l’inquiétude qui intime de rester sur ses gardes lorsque nos tripes devinent le danger.

Et danger il y avait, malheureusement. Henry lui répondit qu’il avait en effet l’habitude d’un tel genre d’évènement, mais que l’appréhension ne l’avait point quitté. L’inattendu se profile toujours au détour d’une lame. Il expliqua aussi que le dénommé Leagh Donwell est redoutable. Sa technique se base sur sa force, et il ne rechigne pas devant un coup bas, ou d’aller jusqu’au bout. Déglutissant, Athelstan du se reconcentrer pour ne pas louper une étape. Le voilà qui s’inquiétait un peu plus. Il hocha vivement la tête lorsque le noble lui ordonna de surveiller ses affaires en tout temps, et que personne ne vienne ici cette nuit. Il comprenait que Leagh n’était vraiment pas à prendre à la légère et qu’il faudrait garder un œil sur lui constamment.

Une fois l’armure complètement mise, Athelstan se recula et laissa Henry se lever. Il récupéra le casque en sortant à la suite du blond. Ahearn était déjà prêt, déjà impatient d’entrer en scène. Car il se doute de ce qui l’attend. Tenant les rênes du cheval agité, le valet remit ensuite le heaume au chevalier une fois celui-ci hissé sur sa monture. Le sourire qu’il lança alors à Athelstan n’aide en rien. Un simple hochement de tête lui répondit, l’écossais ne sachant plus quoi dire en restant naturel. Autant se taire. Le cheval démarra au simple relâchement des rênes de son propriétaire et rejoignit la lice. Les spectateurs applaudirent leur champion, on fit les salutations d’usage entre les adversaires, au seigneur, à la sublime sœur d’Henry dont les fiançailles étaient la raison d’un tournoi aussi grandiose, et aux invités de marque. Bien à sa place, Athelstan connaît son rôle et tend la première lance à Henry sans trembler des genoux. Ça viendra bien assez vite.

Au moins, on peut reconnaître une certaine beauté. L’inquiétude du petit brun diminua en voyant que le premier adversaire n’arrivait pas à la cheville d’Henry. Les suivants non plus d’ailleurs. Il n’avait peur que de l’imprévu, mais c’est une chose qu’on ne maîtrise pas par définition. Alors, c’était remplacer par la fascination qu’il avait pour le noble qui remportait ses duels. Il se prit un peu au jeu, même, lorsque cela devint plus corsé. Il espérait bien que son maître remporte tout ! Le public était tout aussi ravi. Devant se retenir d’applaudir la maîtrise d’Henry, il retrouvait néanmoins un grand sourire à chaque victoire. Jusqu’à la finale qui s’annonçait rude, entre l’héritier et Donwell, qui avait lui aussi tout remporté, avec une force ravageuse. Et cela ne se passa pas aussi bien que prévu pour Henry. Une rumeur de stupéfaction et d’effroi agita les tribunes quand ce dernier fût touché. Tous eurent peur qu’il ne chute, mais il tint bon. Leagh lui n’avait rien, et restait très impassible en retournant vers son écuyer. Cependant on ne pouvait se méprendre sur ses intentions, il était clairement là pour affirmer sa supériorité. Adieu adresse et élégance, adieu technique et précision quand Donwell était sur la piste.

Athelstan attrapa les rênes d’Ahearn revenu à sa place par habitude. Il le calma par des paroles, le temps qu’Henry revienne à lui totalement et comprenne son erreur. Le valet s’apprêta à s’inquiéter pour lui, d’ailleurs. Le coup avait été si puissant que la lance s’était fendue comme une brindille sèche, avec un bruit de tonnerre. Mais il n’en fit rien, car le blond lui demandait déjà sa deuxième lance. Sur un ton que ne prêtait à la discussion. Fermant la bouche, avec un dernier coup d’œil pour lui, le serviteur la lui rapporta sans un mot. Le départ fût donné bientôt. Cette fois-ci ce fût la lance d’Henry qui se brisa, mais Donwell resta en place.

Ils recommencèrent, plusieurs fois, sans que rien ne puisse les départager nettement. Car si l’un prenait l’avantage, l’autre le récupérait. La tension était palpable, et bien insupportable pour le petit brun. Le soir avançait, lui aussi, inexorablement. On s’apprêtait d’ailleurs à clore cette journée, pour mieux reprendre demain, cependant un dernier tour fût décider. Après une courte pause, les chevaliers se remirent en place. Mais les conditions n’étaient plus idéales. Bien à sa place, dans son coin, en retrait, Athelstan se surprit à prier. Avec un soupire, il se dit amèrement que Dieu avait de toute façon toujours eu mieux à faire que de l’écouter. A peine avait-il pensé cela qu’on abaissa le drapeau, que les deux cavaliers en armure s’élancèrent, et que l’un deux s’écroula bientôt avec un bruit terrifiant. C’était Henry. Net, propre, le coup avait été porté en plein torse. La chute, inévitable.

Sous le choc, Athelstan mit quelques secondes à réagir, quelques secondes durant lesquelles Henry ne fit aucun mouvement. Son cœur s’était stoppé dans sa poitrine, dans ce silence désormais assourdissant. Deux juges s’approchèrent alors de l’homme à terre. L’impulsion fût envoyée aux jambes de valet qui le portèrent jusqu’à Henry, sans qu’il n’en décide rien. Il murmurait une prière en écossais alors qu’il atteignait le corps, et même le soupir de soulagement qu’il poussa en entendant les grognements du noble défait fût plus audible.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 9 Oct - 16:06


[quote="Thomas Beauregard"]
Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.

La rage de gagner s'est brusquement réveillée en Henry alors qu'Athelstan lui donne la lance qu'il lui a demandé. Le regard fixé sur Leagh, il remarque bien le sourire narquois qu'il lui offre. Les dents serré, il resserre ses mains sur les rênes du cheval qui s'énerve un peu plus alors qu'il attrape la lance. Il contre la douleur dans son épaule, se penche légèrement en avant et attends que le drapeau ne s'abaisse pour talonner son cheval qui s'élance très rapidement. Les deux chevaliers se rapproche et, au dernier moment, Henry dévie légèrement la pointe de sa lance vers la gauche, la brisant comme un cure dent dans la poitrine de son adversaire. Le choc est fort mais rien ne se passe. Et les échangent continuent comme ça. Aucun d'eux n'a envie d'abandonner. La rage de vaincre coûte que coûte est bel et bien enclenchée. Les conditions commencent à être de moins en moins parfaites, Ahearn est de plus en plus intenable et un peu trop motivé.

Tout cela mis à bout, la chute d'Henry est inévitable. Le dernier échange est autrement plus puissant que les autre, la lance de Leagh s'enfonce dans la poitrine du jeune seigneur qui est directement désarçonné, ne pouvant rien faire d'autre. Il chute lourdement sur le sol et ne bouge plus. Il ne revient à lui que lorsqu'il sent qu'on lui retire son heaume, il entends qu'on lui parle mais les paroles lui semblent bien trop loin. Il ferme les yeux, laisse les personnes retirer contre armure, grogne lorsqu'ils galèrent à retirer le plastron. Il fini par prendre plusieurs profonde inspirations et tente de se redresser. Mais une douleur saillante dans ses côtes et son épaule, l'oblige à rester au sol, grognant légèrement.

Plusieurs minutes passent, pendant lesquels Henry reprend le contrôle sur son corps et où personne d'autre n'ose parler. Même les spectateurs se taisent avant de retenir leur respiration lorsqu'Henry fait une seconde tentative pour se redresser. Et il y parvient enfin ! Assis sur le sol, soufflant doucement, bras droit serrer contre son torse. Il attends encore quelques instants, puis attrape la main d'un garde qui le tire sur les pieds. Soufflant, les yeux fermés, le jeune seigneur se bat quelques instants contre un vertige avant d'hocher la tête, signifiant qu'ils peuvent se mettre en route. Et au moment où il pose un pied devant l'autre, un tonnerre d'applaudissement retenti dans l’arène, ce qui lui arrache, malgré tout, un petit sourire. Il salut faiblement les spectateurs alors qu'il est emmené vers la tente où il se laisse tomber sur un siège et est très rapidement rejoint par le médecin.

Le diagnostique est rapide : épaule droite déboîtée et plusieurs côtes touchées, cassées voire fêlée. Le soigneur a tôt fait de remettre son épaule en place, arrachant un cri de douleur au jeune Percy, avant de lui immobiliser le bras et bander ses côtes pour éviter d'aggraver le tout et essayer de contrer un peu la douleur. Ce n'est que lorsque médecin sort en dernier de la tente, qu'Henry remarque Athelstan, dans un coin. Il l'observe quelques instants puis soupire doucement et se redresse légèrement  «Tu t'es occupé d'Ahearn ? » demande-t-il, son cheval étant la première chose qui lui vient à l'esprit. Avant qu'il ne soupire doucement  «Tu ...m'aides à retourner à la chambre, s'il te plaît ? » reprend-t-il alors, très fortement déçu et persuadé à cent pour cent que le tournoi est fini là pour lui.

code by lizzou


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 683 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Lun 16 Oct - 21:52



Once more unto the bridge dear friends. —

— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.

Athelstan pensait sérieusement qu’Henry gagnerait. Il avait ses chances, mais le destin en décida autrement par une pirouette. Bien qu’il s’y était préparé, réellement, puisque les malheurs ne sont pas rares, le valet ressenti pourtant un réel en choc en voyant le chevalier atterrir à terre. Le bruit de fracas fit écho à celui de son propre cœur qui, après un battement puissant, se tu à peine trop longtemps. Il ne revint à lui qu’alors que ses jambes le portaient auprès d’Henry, immobile au sol après avoir reçu un coup brutal en pleine poitrine. Deux juges étaient auprès de lui, et un médecin vint rapidement sur place. Athelstan aida ce dernier à défaire avec délicatesse l’armure qui encombrait l’homme, avant de rester en retrait car on n’avait plus besoin de lui. Il soufflait bien mieux à présent, sachant que l’héritier respirait lui aussi.

Bien mieux, mais toujours pas correctement, car Henry se trouva incapable de se lever. Il fallut patienter plusieurs minutes avant que cela ne soit fructueux, et que la douleur évidente qu’il ressentait le laisse au moins se redresser. On l’aida à se lever, un garde et un écuyer l’encadrent après l’avoir remis sur pied. Athelstan voudrait venir, l’aider, le soutenir aussi, mais il paraît invisible. Il fût surpris par les applaudissements fournis qui accompagnèrent la sortie d’Henry. Bien que perdant, il restait le maître ici. Le petit brun jeta un coup d’œil à Leagh. Toujours droit sur son cheval, il fixa son adversaire jusqu’à ce qu’il disparaisse de sa vue avant de descendre de sa monture. Il était le vainqueur, et c’est comme s’il en prenait conscience à cet instant, tout en décidant que ça ne lui suffisait pas.

Athelstan ne s’occupa pas de la suite des évènements du tournoi. Leah avait gagné, Henry avait perdu, point. Il s’assura qu’Ahearn était entre de bonnes mains, avant de demander à autre serviteur de débarrasser les derniers effets de Percy, puis de filer à la tente de son maître. Il entra, par chance, au moment où on délivrait le diagnostic. Il se calla dans un coin, comme à son habitude, et écouta. L’épaule avait pris sévèrement ; elle était déboîtée, et quelques côtes avaient été touchées. Cassées ou fêlées... Athelstan se dit un instant que si elles avaient été vraiment cassées, le blond n’aurait pu convenablement se lever, à moins qu’il supporte la douleur extrêmement bien. Pour l’épaule, le docteur la lui remis en place en un rien de temps, avec un bruit de craquement qui fit frissonner l’Ecossais jusqu’au fond de son âme. Il détestait ça... Ensuite, on entoura le torse d’Henry de bandages, ainsi que son bras, pour éviter des complications. Alors que tout le monde sortait, Athelstan se demandait déjà quelques plantes il pourrait utiliser pour soulager le noble, car sa douleur devait être abominable. Perdu dans ses pensées, il sursauta légèrement lorsque la voix de l’héritier de Percy parvint à lui.

— O-Oui, on prend soin de lui, j’ai donné les directives à Robert, répondit-il immédiatement.

Ce n’était pourtant pas la chose la plus importante, mais Henry aimait et estimait son cheval. N’ayant aucune idée de ce qu’il était devenu, c’était assez normal qu’il s’en inquiète. Athelstan ne s’en offusqua pas. Il acquiesça à la demande du blond, mais alla d’abord chercher la lourde cape doublée pour la poser sur les épaules de ce dernier. L’air était mordant, maintenant que le soleil avait complètement disparu derrière les murs et les collines. La journée avait été belle pour un mois de novembre, mais cela ne changeait en rien le froid de la soirée. Athelstan espéra que les domestiques avaient bien fait leur travail, et que le feu crépitait déjà dans la grande cheminée de la chambre du jeune Percy. Il aida alors Henry à se mettre debout, et ajusta la cape pour qu’elle le protège correctement. Il commença à marcher dès que le noble le décida, surveillant ses moindres grimaces, ses moindres grognements de douleur. Et il maintint un rythme tranquille. Ne sachant pourtant pas s’ils pourront affronter les escaliers...

— Dites-moi si c’est trop dur pour vous, nous demanderons de l’aide à plus fort que moi, lança-t-il avec un peu d’humour, car il fallait avouer que, bien qu’il supporta Henry sans trop de mal pour le moment, Athelstan avait une carrure frêle. Il mangeait pourtant bien, mais sa nature était ainsi faite. Puis, comme il ne savait pas trop quoi dire, il se décida sur la première chose qui lui venait à l’esprit, sans doute pour déplacer un peu l’attention d’Henry et lui faire oublier sa douleur. Leagh a gagné la joute, mais vous avez conquis le public. Vous vous êtes vraiment bien battu, la façon dont vous lui avez tenu tête, c’était remarquable. Et votre sœur devrait venir vous voir avant le banquet de ce soir, on m’a prévenu. Elle est très inquiète.

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : En couple et heureux avec Myrddin
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 2749 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : I'm in love with your smile, your body, your voice, your laugh. I'm in love with you. ~Myrddas



Don't waste your time looking back, you're not going that way ~Ida



~ Ginny
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Martin
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   Mar 17 Oct - 22:09



Once more unto the bridge dear friends. —


— ATHELSTAN & HENRY

Alnwick Castle ; Comté de Northumberland,
Royaume d’Angleterre.
An de grâce 1388, mois de Novembre.

Comment peut-on espérer continuer un tel tournoi dans ces conditions ? Les côtes, à la limite. Henry a déjà combattu avec des blessures plus graves et surtout plus douloureuses que ça, mais une épaule déboîtée signifie un bras en moins. Et pour les combat à l'épée ainsi qu'au tire à l'arc il est primordial d'avoir ses deux bras fonctionnant parfaitement. Or, avec une épaule déboîtée il lui sera impossible de se présenter aux épreuves. Même s'il n'a en que faire du fait que la blessure ne s'aggrave, la douleur sera telle qu'il ne pourra en aucun cas porter une épée ou donner des coups et encore moins bander son arc. Et toute cette situation l'emmerde déjà à un point inimaginable.

Il n'a toutefois pas le choix que de devoir se reposer sur les autres. Et surtout sur Athelstan qui devait s'occuper d'Ahearn. Ce cheval, Henry il y tient fortement. L'animal ne doit pas pâtir de sa mauvaise santé et il ne se le pardonnera jamais si celle du cheval venait à s'aggraver par sa faute. Alors, lorsque son valet lui assure que le destrier est bien prit en charge et qu'il en a lui-même informé Robert, Henry hoche la tête, un léger sourire venant enjouer ses lèvres. Ce gamin, il se débrouille bien, il sait prendre des initiatives et il aime bien ça. C'est donc à lui qu'il demande de l'aide pour remonter dans sa chambre. Parce qu'il fait bien plus confiance à Athelstan qu'à quiconque d'autre.


Pourtant, le retour vers le château est bien plus dur pour lui, physiquement parlant, qu'il ne l'aurait pensée. Son valet a pensé à recouvrir ses épaules de sa grosse cape en laine avant de se mettre en route sans jamais quitter ses côtés. Ils avancent lentement, mais ils avancent bien, jusqu'aux escaliers. Là, Athelstan, lui dit qu'il veut être mit au courant si cet effort est trop grand pour Henry et qu'il ira chercher quelqu'un d'autre de plus costaud. Le jeune seigneur sourit légèrement puis secoue la tête  «T'inquiète pas, ça devrait aller » dit-il, sachant pertinemment qu'il est entrain de surestimer ses capacités. Mais, fierté oblige, il ne dit rien et commence à monter les escaliers un à un, soufflant doucement.

Il s'immobilise tout de même lorsqu'Athlestan reprend la parole pour lui dire qu'il n'a peut-être pas gagné la joute mais qu'il a conquit le publique, que sa façon de tenir tête à Leagh était impressionnante mais surtout que sa sœur va venir le voir parce qu'elle est inquiète. Henry sourit doucement et secoue la tête  «Elle s'inquiète toujours trop vite  Aelis» dit-il avant de regarder au-dessus de son épaule.  «Pour le reste … peu importe si j'ai conquis le publique, le tournois est fini pour moi et je vais perdre mon titre de champion » reprend-t-il, déçu, fataliste avant de continuer à monter les marches.

La douleur s'accentue et traverse tout son corps mais il tient bon jusqu'à sa chambre. Les derniers mètres, pourtant sont vraiment dur et il est bien contente lorsqu'il peut enfin s'asseoir sur son lit en soufflant doucement. Il accepte sans problème l'aide d'Athelstan lorsqu'il la lui propose, essayant de résister au maximum aux douleurs qui lancinantes. Une fois torse nu et le plus gros de la douleur estompé, Henry lève le regard vers son valet  «Tu veux bien me chercher un ... »

Sa phrase reste en suspens lorsque la porte s'ouvre sur sa sœur. La belle Aelis, inquiète comme pas permis, accourt et s’accroupit en face de son frère.  «Oh mon dieu Henry... » souffle-t-elle en posant une main sur sa joue  «ça va ? Qu'est-ce qu'ils a dit le médecin, hm ? » demande-t-elle alors que son regard est attiré par les bandages et son bras immobilisé.  « Que le tournois est fini pour moi» répond Henry, amèrement  «Le titre va aller aux Donwell et ils vont bien en profiter » Aelis soupire doucement  « L'important c'est que tu sois en vie» souffle-t-elle  «Quand je t'ai vu là, allongé sur le sol, j'avais vraiment pensé que tu ne relèveras jamais ...» la voix de la jeune femme se brise alors qu'elle baisse le regard, les larmes aux yeux. Le cœur d'Henry se serre un instant alors qu'il pose tendrement la main de son bras valide sur la joue de sa sœur  «Tu sais bien qu'il en faut plus pour me briser » dit-il avec douceur en souriant gentiment.

Au même moment, la porte s'ouvre à nouveau et c'est Percy seigneur qui entre, un air grave sur le visage. Il s'avance vers son fils, pose une main sur l'épaule de sa fille qui se lève, puis pose son regard dans celui d'Henry  «Je ne te félicite pas » dit-il froidement  «J'espère que tout ça ça te servira de leçon » il ferme un instant les yeux et sert les poings  « Bon dieu Henry ! Combien de fois est-ce que je t'ai déjà répéter encore et encore de ne pas te relâcher, hein ? » demande-t-il, soupirant  « Tu as trop pris la confiance sur ce dernier coup, tu n'as donc que ce que tu mérites» continue-t-il. Henry, qui, généralement, sait tenir tête à son père, se retrouve fort démuni et baisse le regard face aux remontrances.  «Je ne pensais pas que tu me décevra de la sorte  » assène-t-il finalement.  «Papa ! » s'exclame Aelis en se redressant subitement. Percy la fusille du regard  « Sort de la chambre, il a besoin de repos et de réfléchir à sa connerie» dit-il avec un calme froid puis se détourne et, avec un dernier regard à son fils, il sort de la chambre. Aelis déglutit puis se penche vers Henry  «Ne t'inquiète pas grand frère, il va rapidement entendre raison. Il ne penses pas ce qu'il dit... » le jeune seigneur soupire doucement et secoue la tête  « tu n'y crois pas toi-même...» il lève son regard sur sa sœur et lui sourit tristement  «Allez vas-y, avant qu'il ne s'en prenne à toi. Tu reviendras demain » Aelis hésite puis soupire doucement et, se penchant un avant, dépose un baiser sur la joue de son frère.  «Reposes-toi bien  » dit-elle avant de se redresser et face à Athelstan  «Tu feras attention à lui, ok ? » demande-t-elle, l'inquiétude se reflétant dans son regard  « Qu'il ait assez de repos et tout ça... si tu as besoin de quoique ce soit, ma chambre et à l'étage. N'hésites pas à venir m'y trouver si tu ne sais plus quoi faire de lui» elle lance un dernier doux sourire à son frère avant de s'éclipser rapidement.

Henry ne dit rien, garde le regard baissé sur le sol avant de finalement se décider à se coucher, grimaçant de douleur et mettant du temps avant de trouver une position adéquate où la douleur est supportable. Alors seulement il pose son regard sur Athelstan, ouvre la bouche pour dire quelque chose puis se ravise en se rendant compte que c'est peut-être un peu déplacer ce qu'il compte dire mais fini par secouer la tête  «Tu peux rester ici cette nuit ? » demande-t-il finalement  « Y a un le canapé qui, apparemment, est assez confortable» explique-t-il, souriant légèrement.  « Ce serait que pour cette nuit. Je … j'avoue que je me sentirais un peu plus à l'aise de te savoir ici, dans la chambre» autant pour son propre confort que pour la sécurité de son valet. Ne sait-on jamais ce qui peut passer par la tête de Leagh ou des autres compétiteurs..

code by lizzou

[/quote]


 The rythm of love
We may only have tonight, but till the morning sun you're mine all mine. Play the music low and sway to the rhythm of love. When the moon is low we can dance in slow motion



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Once more unto the bridge dear friends   


Revenir en haut Aller en bas
 

Once more unto the bridge dear friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-