AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 hong kong meeting (nina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: hong kong meeting (nina)   Jeu 27 Juil - 17:25


Brisbane, 18h48.
Carlisle s'arrêta à un feu rouge, releva la visière de son casque, et posa son regard sur sa montre. Il était en retard. Il soupira, et se maudit d'avoir voulu être trop gentil avec son père. Comme à chaque fois qu'il lui rendait visite, ce dernier s'appliquait à lui rappeler qu'il vieillissait. « Je ne suis plus tout jeune, un peu d'aide ne serait pas de trop », disait-il à son fils, le regard brillant d'espoir. Carlisle ne répondait jamais ; pire encore, il détournait le regard. Un aveu de faiblesse ? Non, c'était pire que ça encore – c'était une volonté de désertion. Il ne voulait pas être là. Il ne voudrait probablement jamais être là. Siéger sur le grand et majestueux fauteuil en cuir de son père ne lui disait vraiment rien. Diriger l'entreprise familiale ? Encore moins. « Combien de temps pars-tu, cette fois-ci ? » Le pilote releva la tête, ayant décelé une pointe d'agacement dans le ton employé par son père. Carlisle savait ce que son géniteur pensait : qu'il était temps pour lui d'arrêter de s'amuser, qu'il avait atteint l'âge de raison depuis bien longtemps, et qu'il ferait bien de se poser et de construire une famille. Il ne partageait pas ce point de vue, qui constituait l'essentiel de leurs discordes. Ni l'un ni l'autre n'était prêt à faire de concessions. Leur relation, déjà compliquée, n'allait pas en s'améliorant avec les années. « Quatre jours. » L'Australien s'était attendu à une réflexion de la part de son père, mais ce dernier n'en fit rien. À la place, il se contenta de se détourner de son fils unique en soupirant, et en secouant la tête. Quatre jours d'absence ? Inconcevable, pour le chef d'entreprise qu'il était. « D'ailleurs, je dois y aller. Je suis déjà en retard. » Constata le pilote en jetant un coup d’œil à sa montre. Par chance, il avait anticipé : ses vêtements et valises étaient déjà dans son casier, à l'aéroport. Il n'avait plus qu'à se changer avant de se rendre au classique débriefing avant un vol. Il s'avança vers son père pour l'embrasser sur la joue, avant de quitter les lieux d'un pas vif, le casque sous le bras.
Il arriva à l'aéroport à son heure de convocation, à savoir 19h tapante.
Il se pointa au débriefing avec une dizaine de minutes de retard – évidemment, on le houspilla et on lui rappela que les horaires étaient la clé du succès de Cathay Pacific. Il acquiesça, s'installa, et mit ses boutons de manchette. Sans perdre une miette de ce que son supérieur disait à propos de ce vol particulier. Vol d'affaires, avec une poignée de passagers triés sur le volet – ce qui expliquait l'équipe réduite des personnels de bord. Les conditions météorologiques annoncées étaient idéales ; il n'y avait aucun difficulté sur ce vol, qui durerait un peu moins de neuf heures. Décollage prévu à 22h ; Carlisle s'éclipsa, accompagné des deux autres pilotes. Le cockpit l'attendait, et il avait déjà hâte de s'installer dans son siège. Là où il se sentait vraiment à sa place.

Comme prévu, le vol se déroula sans encombre. Alors que l'avion recevait l'autorisation d'atterrir à l'aéroport d'Hong Kong, Carlisle annonça leur descente imminente, et rappela les consignes de sécurité élémentaires – s'attacher, et ne pas se lever pendant la période de descente. L'avion perdit de l'altitude progressivement, et bientôt, la piste d'atterrissage fût visible. Les spots colorés l'éclairait, et aidaient les pilotes à s'orienter. En tant que co-pilote, Carlisle laissa son collègue prendre les commandes de l'appareil, et se soumit à ses ordres. L'atterrissage se fit sans heurt ; bientôt, les quelques passagers furent libérés de l'appareil. Carlisle s'étira, serra la main tendue des deux autres pilotes, et se leva. Tous les passagers étaient sortis, et devaient probablement récupérer leurs affaires. Eux, par chance, évitaient cette longue attente. C'était là un de leurs privilèges. Leurs pas les menèrent ensuite vers la navette, qui les conduirait directement dans un hôtel en périphérie de la ville, afin qu'ils puissent se reposer et récupérer correctement, avant le vol retour. Carlisle s'installa, alluma son téléphone portable, et détourna le regard vers l'extérieur pour admirer la vue. Il allait régulièrement à Hong Kong, mais ne s'était jamais lassé des différents panoramas qui se succédaient.  Une demie-heure s'écoula, et l'ensemble des employés de Cathay Pacific sortirent pour se diriger vers leur hôtel. Le jour se levait à peine sur la ville, mais pour eux, l'heure du repos avait sonné.

Le pilote s'était accordé quelques heures de sommeil, puis était sorti se balader. Quand il était rentré à l'hôtel, il avait été surpris de croiser dans le hall un visage familier. « Mademoiselle Farrell. » Dit-il en inclinant légèrement la tête vers l'avant. Il savait que la famille Farrell avait l'habitude de se rendre à Hong Kong, afin de rencontrer les investisseurs. Cependant, ce qui le surprit davantage fut de croiser l'héritière dans cet hôtel ; d'ordinaire, ils se rendaient dans des hôtels du centre-ville, au plus proche du quartier d'affaires. « Quel bon vent vous amène ici ? » Demanda-t-il, alors qu'il demandait sa clé de chambre au réceptionniste.



Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 21 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1363 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Sam 29 Juil - 16:49


- Si tu bouges ton fou, je te mets échec et mat en trois coup. Enfin... je dis ça, mais...   Oui, il pouvait gagner en trois coups minimum mais il pouvait aussi décider de la cuisiner, toujours en sachant qu'une victoire l'attend à la clé. Ses sourcils se rapprochent, dans une expression contrariée, résultat d'une longue période de concentration et de réflexion... sans grands résultats. Elle glisse, toujours aussi sérieuse. « Ce n'est pas comme si j'avais l'intention de gagner en jouant contre toi, Slim. » L'homme à qui elle s'adresse sourit, pour sa part, il a l'air tout à fait détendu. Dans un grand et lent mouvement, il tire ses deux bras vers le haut et vers l'arrière en soupirant d'aise. La gamine à toujours la tête plongée se l'échiquier mais elle est beaucoup moins douée dans ce jeu de projection mentale, il ne lui reste qu'un fou, une tour et deux pions en plus de la pièce maîtresse et tous les déplacements qu'elle envisage n'aboutissent qu'à la mort du roi. Le directeur financier de la Cathay Pacific sourit quand elle relève les yeux vers lui, l'éclat de ses dents toutes blanches lui fait penser à ses personnages de cartoon, au sourire complice scintillant. L'homme approche la soixantaine, sans les faire, comme on dit. Il connaît bien son grand-père et même son père même s'il a eu des différents avec ce dernier, son adversaire se trouve être l'un des piliers de la compagnie. Les chiens ne font pas des chats, il gagne vite le cœur de cœur de l'héritière Farrell – ils sont loin de leur première partie d'échecs à bord d'un vol d'affaires. Autour d'eux, les lumières s'éteignent peu à peu et les derniers stressés ont laisse de côté leurs dossiers et cherchent à s'endormir. Andrina n'a pas de documents sur lesquels plancher, elle a déjà pris de l'avance et a même analysé toutes les voies que pouvaient prendre les différentes affaires. C'est donc l'esprit tranquille qu'elle voyage, profitant d'être au-dessus des cieux pour s'oublier un peu. Ils finissent la partie, dont l'issue était déjà déterminée dès les premiers déplacements, et Slimane lui fait part de son envie de dormir. Elle se laisse convaincre d'en faire de même, après avoir soigneusement rangé les pièces. Son esprit vagabondait souvent vers un certain pilote, elle recréait mentalement son visage et se surprenait à rêver éveillée. Encore cette fois, elle arrivait à se retrouver avec Carlisle sans la présence gênante d'Amal, il ne fallait plus que de forcer un peu le destin en faisant croiser leurs chemins. Comme elle n'était pas une grande adepte du hasard, il lui semblait que les choses seraient plus simple si elle bookait dans le même hôtel que lui. Elle plonge dans les méandres de ses pensées après avoir éteint sa lumière et incliné son siège, finit par s'endormir, bercée par Radiohead dans son casque.

La journée ne fut pas être éprouvante pour Andrina. Son statut de représentante de la compagnie, ici, à Hong Kong n'avait duré que l'espace d'une réunion dans l'après-midi... à faire de la figuration, en plus. Le reste allait impliquer les directeurs, cadres et ingénieurs en tous genre. Elle fut donc rapidement libérée de ses fonctions. D'ailleurs, elle n'avait pas le cœur à s'éterniser dans cette ville, pourtant chère à son cœur. Elle songeait à repartir demain ou après-demain, non pas pour retourner à Brisbane mais pour s'arrêter à Sydney et ce, pour deux raisons qui se résumaient en deux noms propres : Farrell et Gilmore. Elle restait tourmentée par ces deux histoires parallèles, ces deux familles auxquelles elle appartenait – l'une par défaut, l'autre par adoption. Elle ne voulait pas se miner le moral à penser à ça maintenant, elle avait même éludé les questions de Slimane  qui s'inquiétait de son état. Cela faisait des semaines que ses pensées étaient parasitées par différents problèmes et elle trompait ses tourments en se plongeant corps et âme dans le travail. Il lui restait la soirée pour se changer les idées et il fallait peut-être qu'elle pense à mettre le principal intéressé au courant. Elle plonge dans le métro, pour être venue plusieurs fois ici et en maîtrisant les bases du mandarin, elle n'a aucun mal à se débrouiller pourtrouver le chemin. Elle s'éloigne du plein-centre, du quartier des affaires pour rejoindre l'hôtel. Ce n'est pas une coïncidence si elle ne se trouve pas avec Slimane et les autres mais plutôt avec le personnel de bord, en plus d'être dans son quartier préféré, c'était aussi l'hôtel où son grand-père avait ses habitudes, héritant même d'un menu à son nom. C'était la deuxième fois qu'elle venait, la première datant de plus d'un an, elle avait encore le souvenir d'un service impeccable. Son téléphone sonne alors qu'elle gravit les marches jusqu'à l'entrée, c'est pour la Cathay Pacific. Devant toutes les informations qui lui tombent dessus, elle coince le cellulaire entre son oreille et son épaule et mime l'action d'écrire pour que la jeune femme à l'accueil lui passe un papier et un stylo. Elle griffonne ensuite une liste selon ce qu'on lui dicte en approuvant d'un bruit court, à intervalles réguliers. Même après que son interlocuteur ait raccroché, elle ajoute quelques annotations. Tellement concentrée, elle n'avait pas relevé la présence près d'elle, sursaute quand elle entend son nom. La surprise passée, en voyant le visage rassurant de Carlisle, elle se radoucit et sa main vient se poser instinctivement sur sa poitrine, au dessus de son cœur. « Monsieur Bishop ! » dit-elle doucement, mais sur un ton de reproche comme si elle lui en voulait de l'avoir involontairement effrayée. Elle sourit, polie. « Le vent du travail, comme vous pouvez le voir, des détails à régler avec l'intendance  de la compagnie. – Elle désigna le bloc-notes du regard – J'aurai préféré hériter de complexes hôteliers, cela m'aurait rendu la vie plus facile, enchaîner fêtes après fêtes mais j'ai eu le goût des affaires.», ajoute-t-elle, guillerette. Elle avait le même pedigree que Paris Hilton mais sa vie était tout de même différente. Nina était travailleuse, personne ne la forçait à faire tout ça mais elle ne regrettait pas, c'était la seule chose qui pouvait la rapprocher de son père. « Vous tombez très bien. Venez, offrez-moi un cocktail. » Qui pourrait résister à l'héritière Farrell ? Lui peut-être mais sur l'instant, elle ne lui laisse pas d'autres choix et l'entraîne vers la partie restaurant de l'hôtel. Elle s'installe dans un coin tranquille, voire même isolé. Nina porte encore son costume, blazer et pantalon Saint Laurent, chemise Paco Rabanne et ses stilettos Manolo, la tenue est comme une seconde peau, elle n'a aucun mal à se glisser dans le rôle de la femme d'affaires. Elle croise les jambes et son coude s'appuie sur son genou. « Comment allez-vous Carlisle ? » Elle pose son menton sur sa main, l'air ingénue, son regard pétillant dardé sur le pilote. « J'espère que vous n'aviez rien prévu pour ce soir... je comptais sur votre compagnie.   » Que de mystère dans ses yeux, de l'amusement aussi, il lui tarde de connaître sa réaction. « Je nous ai réservé une table dans le meilleur restaurant de tout Hong Kong. »



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Jeu 3 Aoû - 17:42


La journée de ses trente-neuf ans, Carlisle l'avait passée à flâner dans les rues bondées de la ville d'Hong Kong. Les mains dans les poches, il avait déambulé dans les rues qui lui étaient familières, avant de s'arrêter dans un parc de la ville, où des rassemblements pour faire du tai-chi avaient lieu le temps de midi. Il s'était assis dans l'herbe, et avait profité de ce spectacle aussi reposant que singulier. Sur le chemin du retour, il avait acheté quelques dim-sum – différentes bouchées cuites à la vapeur, une spécialité asiatique dont Carlisle raffolait – et en avait picorées sur le trajet. Le reste , qui se trouvait dans une petite boîte, constituerait probablement son repas du soir. « Navré, je ne voulais pas vous effrayer. » Dit-il après avoir constaté que l'héritière avait sursauté. Il remercia le réceptionniste, qui venait de déposer sa clé de chambre devant lui. Le pilote, d'ordinaire peu bavard, entama la discussion. « Vous ne semblez pas malheureuse pour autant. » Constata-t-il en remarquant son sourire et son ton enjoué. Son rôle d'héritière lui collait à la peau, et lui convenait parfaitement. Carlisle avait beau réfléchir, il ne voyait pas Andrina Farrell dans un autre rôle que celui de gérante de la compagnie Cathay Pacific. Elle avait été élevée pour cela, tout comme lui avait été élevé pour reprendre l'entreprise familiale. Malheureusement pour le père Bishop, son fils ne semblait pas prêt à rentrer dans les rangs. « Et voyez le bon côté des choses : votre foie vous remercie. » Plaisanta-t-il. Ou pas, d'ailleurs, puisqu'elle lui demandait de lui offrir un cocktail. Carlisle n'avait rien contre l'idée ; passer du temps avec l'héritière ne le dérangeait pas. Pour lui, elle restait un mystère : difficile à cerner, difficile à suivre. « Votre aplomb me fera toujours halluciner. » Fit-il remarquer en souriant. Il admirait cette capacité qu'elle avait à être à l'aise en toute circonstance, et en compagnie de n'importe qui. Ils firent quelques pas pour atteindre le bar de l'hôtel, et Carlisle laissa Nina choisir la place qui lui convenait le mieux. Cette dernière était quelque peu isolée, loin de l'agitation qui commençait à animer le lieu. Un endroit calme, dans lequel ils pourraient échanger sans avoir besoin de hurler pour s'entendre. « Qu'est-ce que vous voulez boire ? » Demanda-t-il en voyant le serveur s'approcher d'eux. Lui opta pour un double scotch, occultant complètement le fait qu'il était à peine dix-huit heures. Après tout, on n'avait pas trente-neuf ans tous les jours, si ? « Ça va. Je me suis remis de mon décalage horaire sans difficulté, et je repars après-demain, très tôt. » Répondit Carlisle en haussant les épaules. En gros, il n'avait pas grand chose à raconter. « Et vous ? » Si Andrina Farrell était là pour affaires, nul doute que ses journées devaient être plus passionnantes et palpitantes que les siennes. Le serveur revint avec leurs boissons ; Carlisle le remercia, et lui demanda de mettre la note sur le compte de sa chambre. Il reporta ensuite son attention sur l'héritière. « Vraiment ? » Demanda-t-il en fronçant les sourcils, surpris de voir que l'héritière avait connaissance de sa présence à Hong-Kong. Pendant un temps, il fût tenté de lui demander si cela n'était que le fruit du hasard – mais il s'abstint de le faire. Il était intimement convaincu qu'Andrina Farrell avait œuvré dans l'ombre pour se retrouver sur son chemin ; néanmoins, une autre partie de lui-même avait naïvement envie de croire que leur rencontre n'était qu'un heureux concours de circonstance. Cela rendrait les choses plus authentiques, moins calculées. Cependant, l'Australien décida de démêler le vrai du faux d'une autre manière. En effet, aujourd'hui était un jour particulier : celui de sa naissance. Trente-neuf ans. Une année de plus, et il en était toujours au même point. Il s'approchait grandement d'un nouveau cap – celui de la quarantaine – mais ne s'en formalisait guère. Sa vie lui plaisait telle quelle était, et c'était tout ce dont il rêvait. « En quel honneur ? Suis-je démasqué ? » Demanda-t-il en souriant légèrement. Il savait qu'elle savait, mais il avait envie de s'en assurer. Il passa une main dans ses cheveux, presque gêné. Il ne s'était pas attendu à ce que quelqu'un sache, et le mette devant le fait accompli. Et puis, sortir avec l'héritière Farrell était-il une bonne idée ? Le pilote en doutait. Tous deux n'avaient pas les mêmes envies, pas les mêmes attentes – et leur différence d'âge n'était probablement pas étrangère à leurs antagonismes. « C'est gentil, mais je ne suis pas sûr d'être habillé en conséquence. » Fit-il remarquer, baissant automatiquement les yeux sur sa tenue. Tee-shirt, shirt et petites baskets ; ce n'était sans doute pas le standing attendu dans le restaurant où Nina voulait l'amener. Il releva les yeux vers elle, et ne put s'empêcher de sourire en voyant la moue qu'elle faisait. « Ne me regardez pas comme ça, Andrina. » Dit-il en laissant échapper un petit rire. Elle devait penser qu'il se foutait de sa gueule, et qu'il cherchait une échappatoire – ce qui n'était peut-être pas tout à fait inexact, d'ailleurs. « J'ai de quoi me changer si nécessaire. » Ajouta-t-il. Il n'était pas fou ; il ne prendrait pas le risque de mettre sa patronne en colère pour si peu – surtout qu'il était convaincu que cette soirée ne serait pas désagréable.



Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 21 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1363 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Mar 8 Aoû - 0:03


Carlisle. Une joie innocente la gagne en posant ses yeux sur sa personne. C'est un bel homme, avec une stature élégante que sa réserve met en valeur. Il possède cette part de mystère et quand elle lève la tête pour rencontrer son regard, elle sent tout de même que leurs rapports ont changé. La preuve, il est venu spontanément vers elle et c'est bien plus qu'une attention cordiale, un employé de la Cathay Pacific se serait contenté d'un signe de tête poli, elle dirait même que c'est amical. Avoir forcé un peu le destin portait ses fruits, elle était certaine d'approcher du but. Elle voulait lui faire oublier Amal, au moins le temps d'une nuit. Mais il était un homme à prendre par les sentiments et c'est  pourquoi  elle avait tout planifié autour de cette observation. « Il va falloir vous racheter. » lance-t-elle doucement, d'un ton guilleret. Elle flirte gentiment, il le sait de toute façon, mais elle est sûrement assez subtile pour qu'il n'ait toujours pas fini. Même si ces dernières semaines, Carlisle n'avait pas été sa préoccupation première, cela ne signifiait pas qu'elle avait lâché l'affaire. Elle sourit à ses paroles, en fixant ses notes que son écriture rapide fait ressembler à des hiéroglyphes. Il soulignait, par son commentaire, l'un des aspects problématiques de son caractère. À force de manipuler son monde et à s'efforcer d'avoir une image parfaite, la surface restait opaque et ajouter les préjugés à ça, on n'aurait pas pu douter de son bonheur de vivre une telle vie. Elle était prise au piège de son propre stratagème, son sourire avait quelque chose de moqueur, elle se jugeait elle-même de sombre idiote. Pour relancer sa confiance en elle, elle avait besoin de changer de sujet et d'un peu d'alcool. Elle rit à sa remarque, sachant qu'elle s'apprêtait à l'inviter boire un verre avec elle. À sa remarque sur son impulsion, sa lubie qu'il pensait spontanée (elle l'était à moitié), elle se retourna vivement vers lui, avec un petit air de défi, toujours joueur. « Osez me dire que cela ne vous plaît pas. » Andrina eut alors une petite expression de satisfaction puis tournant les talons, ses cheveux volèrent derrière elle pour intensifier l'air royal qu'elle se donnait. Une fois installée, elle annonça, sans hésitation. sa commande à Carlisle, un cosmopolitan, un regard affectueux posé sur lui pendant qu'il s'adresse au serveur. Sa présence avait le don de l'apaiser. Elle l'écouta ensuite attentivement pendant leur conversation. « J'ai rempli tous mes devoirs pour cette fois-ci, je suis libre de faire ce que je veux! » dit-elle, en amenant ses mains l'une contre l'autre. Cela servit d'amorce pour sa future invitation (à peine) forcée. Elle fit un mouvement de tête, un grand sourire sur le visage. Elle était certaine de le surprendre mais si elle parvenait vraiment à mettre en place ses plans, à lui faire accepter cette soirée avec elle, il pouvait d'ores et déjà s'attendre à d'autres surprises. Son sourire s'élargit à sa question, c'était plutôt elle qui semblait démasquée vu son ton faussement innocent. Mais elle fit de même, joua subtilement les ignorantes. « Démasqué ? Qu'avez-vous fait ? » l'interrogea-t-elle. « Je voulais vous remercier pour la dernière fois. Vous n'avez pas été affecté sur mon vol par hasard, c'était un caprice personnel. Parce que sans ça, je n'aurai jamais pu vous croiser, n'est-ce pas ? » Elle prit un air contrit et posa une main sur la table, refermant leur cercle d'intimité, cette bulle imaginaire qui les isolait. « Vous ne vous reposez jamais... » Andrina feignait l'inquiétude, peu lui importait qu'il se tue ainsi à la tâche, au contraire, plus il était loin d'Amal, plus cela fragilisait leurs relations. Elle n'avait pas décortiqué tous les vols prévus par le pilote mais cela lui permettra de pister Amal et de découvrir son ou ses différents amants, une photo pouvant servir de parfaite preuve. Elle se redressa à l'arrivée du serveur avec leurs boissons, sans lui jeter un coup d'oeil ni le remercier, même pas d'un signe de tête. Carlisle en profita pour décliner, prétextant ne pas avoir la tenue adéquate... Son chagrin transparut sur son visage, comme une enfant à qui on refuse un cornet de glace promis. Peut-être même que ses yeux avaient cessés de briller. Elle réprimait intérieurement un gloussement, il pensait sûrement, venant de sa part, qu'elle l'emmènerait dans un endroit cossu. C'était cohérent... sans compter qu'elle s'était donné pour mission de le surprendre. « Il n'y a pas de dresscode, là-bas. » lui assura-t-elle. « Ne changez rien, vous êtes parfait, Carlisle... » Elle réplique, en secouant légèrement la tête de gauche à droite. Se rendant compte de son ton trop doux, donnant facilement à ses paroles un double sens, elle ajoute, amusée. « Vous êtes parfait... comme ça. » Un petit sourire illumine son visage tandis que ses joues se colorent en croisant son regard. « Alors, ça vous dit ? » Elle sent qu'il est sur le point de céder. Andrina lui laisse une temps de répit, lève son verre et plonge ses yeux dans les siens. « À quoi trinque-t-on ? Je vous laisse le choix. » Elle sourit toujours le verre en l'air, curieuse de voir ce qu'il va trouver. « Ce sera la première fois que vous me verrez sans tenue de soirée et je vous ferai découvrir mon endroit préféré...  » Elle relança la conversation sur leur programme de ce soir après avoir bu une grande gorgée de son cocktail parfaitement dosé. « Dans 40 minutes, dans le hall de l'hôtel, est-ce que cela vous convient ? »



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Jeu 10 Aoû - 20:58


Pendant une fraction de seconde, Carlisle se demanda comment pouvait être nommé le talent si particulier d'Andrina – à savoir celui de tourner chaque situation à son avantage. Il lui faisait remarquer son audace et son assurance, et en quelques mots, elle le mettait face à ses préférences. Il ne chercha d'ailleurs pas à nier l'évidence : il aimait les femmes de caractère. Celles qui savaient se montrer fermes, piquantes, et, d'une certaine façon, passionnées. Amal l'était ; visiblement, Andrina aussi. « Je n'ai jamais dit cela. » Admit-il en souriant légèrement, baissant le regard pour éviter une confrontation visuelle qui profiterait invariablement à l'héritière Farrell. Il attendit qu'elle se détourne de lui pour s'autoriser un sourire plus large, plus franc. Il s'amusait de la situation, de leurs échanges aussi brefs qu'intenses. Ils s'éloignèrent pour s'installer au bar, et Carlisle profita de leur retrait pour prendre ses aises. Ses deux mains se posèrent sur les accoudoirs de son fauteuil en rotin et, complètement à son aise, il déplia ses jambes sous la table. « Vous voulez une médaille ? » Demanda-t-il, moqueur. Il n'avait pas pu s'en empêcher ; Nina semblait tellement fière d'elle. C'était sans doute sa jeunesse, qui la rendait si enthousiaste, si motivée, si appliquée. Secrètement, le pilote espéra qu'elle ne perdrait jamais son entrain pour les affaires. Qu'elle resterait cette femme engagée, passionnée, prête à déplacer des montagnes pour le bien de la compagnie. « Vous comptez faire un peu de tourisme dans la ville ? » Demanda-t-il, plus sérieusement. Elle lui avait déjà dit qu'elle connaissait bien la ville, mais sait-on jamais ; Hong Kong était une ville dynamique, où on ne pouvait pas s'ennuyer. Andrina ne devait pas être sans le savoir. « Beaucoup de choses. » Répondit-il en haussant les épaules, restant volontairement vague. Par chance, l'héritière semblait ignorer qu'il passait l'ultime cap avant la quarantaine, et cela lui convenait parfaitement. Si elle avait su, elle l'aurait probablement traîné dans le tout Hong Kong, lui faisant découvrir des endroits atypiques ou exotiques. Et le pire dans tout cela ? C'est qu'il s'imaginait parfaitement faire ça, en sa compagnie. Elle devait avoir bonne influence sur lui, tout simplement ; étrangement, il se sentait d'humeur légère et frivole. Elle le faisait rire, lui faisait oublier ses tracas et autres moments difficiles. « Vraiment ? » Il arqua un sourcil, surpris par les révélations de son interlocutrice. Il n'en était pas offusqué pour autant ; il commençait à s'habituer à ce tempérament bien trempé. « N’exagérez rien. Je ne suis pas insaisissable. » Déclara-t-il en haussant les épaules. Elle, mieux que quiconque, était en mesure de savoir où il était, à quel moment. « En tout cas, pas insaisissable pour vous. Et c'est d'ailleurs grâce à cela que vous êtes en train de fabriquer notre relation de toute pièce, n'est-ce pas ? » Cette question n'appelait aucune réponse ; elle n'était qu'un reflet de la réalité. Le peu de fois où ils s'étaient retrouvés ensemble, ça avait été orchestré. Tantôt par Cathay Pacific, tantôt par l'héritière elle-même. « Je n'ai pas besoin de beaucoup de sommeil. » Avoua-t-il en haussant les épaules, préférant ne pas s'étendre sur ses nuits courtes, et souvent agitées. Il n'aimait pas dormir, et encore moins seul, parce qu'il associait cela à ses années troubles. Il revoyait le corps décharné de sa mère, la difficulté qu'elle avait à rester éveillée alors que la mort l'emportait un peu plus à chaque seconde qui s'écoulait. Il repensait au moment où, à quatorze ans, il avait soigneusement plié ses affaires avant de s'allonger – normalement pour l'éternité. Échec cuisant, puisque vingt-cinq ans plus tard, il respirait toujours. « Vous faites bien de le préciser. Il ne faudrait pas que mon égo soit trop surdimensionné. » Commenta-t-il, amusé. Il ne fut aucunement offensé, habitué aux sorties de route et autres provocations de la part de l'héritière. « A vos affaires accomplies ? » Suggéra-t-il, avant de faire la moue. Il n'était pas particulièrement convaincu, puisque l'héritière avait déjà avoué être douée dans ce domaine. « Non, oubliez. Trinquons plutôt à la soirée qui s'annonce. » Rectifia-t-il en souriant. Nul doute que si Amal avait été présente, elle n'aurait pas apprécié la discussion qu'ils avaient. Elle avait toute confiance en Carlisle – et elle avait raison – mais elle n'approuverait probablement pas l'évidente alchimie qui le liait à Andrina. « C'est vrai. » Remarqua le pilote. Il était presque surpris ; habituellement, l'héritière n'était pas du genre à se révéler. Elle le lui avait fait comprendre lors de leur dernière entrevue, et il ne s'attendait pas à ce qu'elle se dévoile à nouveau en sa compagnie. « C'est quoi, la prochaine étape ? » Conscient que cette question, apparemment anodine, pourrait appeler une réponse qui le serait nettement moins, Carlisle prit les devants. « Une sortie sans maquillage ? » Suggéra-t-il, espérant presque qu'elle accepterait. C'était aussi pour lui une façon de lui faire comprendre qu'elle pouvait se montrer telle qu'elle était, sans artifice. Elle n'avait pas besoin de faire semblant, quand elle était avec lui. Pas besoin de jouer un rôle, ni même de dissimuler qui elle était réellement. « Je vous en laisse trente. » Annonça Carlisle en croisant ses mains derrière sa nuque, bousculant les plans de l'héritière avec un sourire qui en disait long. Il n'était pas peu fier de lui. En voyant qu'elle ouvrait la bouche, il ajouta : « Ne perdez pas de temps à discuter ; les secondes s'égrainent, et je ne reviendrai pas sur ma décision. » Il se leva en même temps que l'héritière, et l'accompagna jusque dans l'entrée de l'hôtel. Tandis qu'Andrina s'engouffrait dans un ascenseur, Carlisle porta une cigarette à ses lèvres.

Trente minutes plus tard, Carlisle retourna dans le hall de l'hôtel. Il était remonté dans sa chambre pour se passer un coup d'eau sur le visage, et prendre une petite veste – au cas où l'humidité laisserait place à la pluie. Il déposa sa clé de chambre au réceptionniste, et sourit en voyant les portes de l'ascenseur s'ouvrir sur l'héritière. « Vous avez une minute de retard. » Fit remarquer le pilote en jetant un coup d'oeil à sa montre, alors qu'elle s'avançait vers lui. Mais il ne lui en voulait pas une seule seconde. « Ne vous méprenez pas, mais... Les tenues de ville vous vont aussi bien que celles de soirée. » Commenta Carlisle en souriant timidement.



Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 21 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1363 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Dim 20 Aoû - 20:50


Elle prend une expression faussement choquée quand il ose se moquer de son enthousiasme avant de pouffer de rire. S'il savait de quoi elle tirait tant de fierté... Elle n'avait presque pas de mots à dire et avait autant d'utilité que n'importe qu'elle autre potiche. En effet, elle avait beau avoir un statut qui liait son sang à la Cathay Pacific, pour la plupart des cadres, elle n'était rien d'autre qu'un faire-valoir, un atout tradition pour donner un côté plus chaleureux et sympathique à l'entreprise. Il n'en restait pas moins que c'était le business qui comptait le plus et bien sûr, elle n'était jamais mêlée à ces histoires. De toute façon, elle n'était pas encore assez compétente pour négocier contre ses requins qui en plus d'avoir la tête pleine après leur séjour dans les plus grandes universités du monde, avaient des années d'expérience derrière eux. Nina savait où était sa place et faisait ce qu'elle avait à faire dans ce monde qui la fascinait beaucoup depuis ces dernières années, après qu'elle ait appris tout le vocabulaire des affaires. « Vous avez de la chance que je sois de bonne humeur ce soir... » s'amusa-t-elle, Nina se moquait volontiers d'elle-même en présence de personnes avec qui elle se sentait à l'aise. C'était le cas avec Carlisle. Même si elle sous-entendait qu'en parfaite diva elle n'aurait laissé personne glisser une moquerie sur elle, ce genre de plaisanterie laissait transparaître la vraie Nina, celle qui se cachait derrière son masque. Elle souriait beaucoup trop en sa compagnie, elle ne contrôlait même plus ses zygomatiques. « Pas cette fois, je n'ai pas le temps. J'ai tout misé sur notre soirée, Carlisle. » dit-elle sur le ton le plus naturel du monde alors que son plan avait été minutieusement préparé depuis des semaines. Pour lui, elle avait prévu quelque chose de simple mais qui n'en serait pas moins inoubliable, elle l'espérait. Elle était peut-être bonne actrice mais cela n'empêchait pas le pilote de voir clair en elle, il fait mouche. Un silence s'installe parce qu'elle s'efforce à rester impassible, feignant la désinvolture pour ne pas montrer à quel point sa remarque l'a tout de même touché même s'il n'y avait pas de méchanceté dans ses paroles. « Permettez-moi de prendre les devants. Même si passer du temps avec moi se trouvait être votre désir le plus cher, en tout bien tout honneur, votre réserve et vos manières de gentleman vous dissuaderaient de me proposer quoique ce soit. » La vérité sort toujours de la bouche des "enfants", n'est-ce pas ? Elle le met devant ses propres limites, celles qu'elle se permet de transgresser parce qu'elle est fougueuse, Andrina, puis elle prend un air peiné, là par goût de la mise-en-scène. « Je pensais avoir votre amitié. » lâche-t-elle en plongeant ses yeux dans les siens. Elle pense avoir installé un froid alors elle se rattrape en faisant preuve de plus de douceur à son égard. Son visage montre de la compassion, silencieuse, seul son regard parle pour elle, exprimant l'inquiétude sincère pour la santé du pilote. Les offenses semblent s'effacer quand leurs boissons arrivent, l'ambiance redevient plus légère, encore plus quand il faut trouver une raison de trinquer. Elle est rayonnante quand il évoque leur future soirée, elle en frémit d'excitation tellement elle meurt d'envie de le surprendre. Elle ferait tout pour cette petite lueur taquine dans son regard, pour que ses iris azurés pétillent de joie et que pour les quelques heures où ils seraient ensemble, qu'aucune fois Amal ne traverse son esprit. « A la soirée qui s'annonce. » dit-elle à sa suite. Elle lève son verre et ses lippes s'étirent quand le petit bruit de tintement qu'émet le contact parvient à ses oreilles. Dans son élan, elle vide presque la moitié de son verre dans cette première gorgée mais ne s'en formalise pas. C'est moins l'alcool qui lui monte à la tête que la suggestion de Carlisle qui la fait éclater de rire. « Vous voulez vraiment me priver de mes fards à paupières pailletés ? » l'interrogea-t-elle, faussement outrée, déjà qu'elle était assignée à se restreindre pour ce qui était du maquillage qui accompagnait sa tenue de travail. Cependant, elle comprenait le message qu'il tentait de lui faire passer et inconsciemment, cela la flatta. Il commençait à se dévoiler, se dit-elle et quand il réduisit le temps qu'il lui laissait pour se préparer, cela la conforta dans son idée. Elle n'y voyait aucun problème, c'était l'ambiance qu'elle voulait instaurer entre eux. Quelque chose de simple, sans prise de tête malgré tous les stratagèmes qu'elle avait imaginés pour se rapprocher du pilote. « Je ne vous promets rien. » concéda-t-elle, à mi-mots. Elle commençait à avoir des crampes aux joues à force de sourire autant et ce n'était que le début de leur escapade. Elle vida la fin de son cocktail, prête à répliquer pour s'offusquer de son ultimatum mais il la coupa dans son élan. Elle capitula. « Vous êtes trop cruel. » furent les derniers mots qu'elle souffla à son intention, sans cacher son amusement, avant de prendre la direction de sa chambre.

Il se jouait d'elle, elle le sentait. Elle restait partagée parce qu'une petite voix lui soufflait de jouer aussi tandis qu'une autre lui intimait de reprendre contrôle sur la situation. Elle restait pensive alors qu'elle faisait un premier pas pour sortir de l'ascenseur. Il l'attendait, malgré l'heure, hormis le personnel de l'hôtel, il n'y avait personne d'autre que lui dans le hall. Elle souriait déjà en l'approchant mais fut encore plus rayonnante en entendant sa remarque. Cette minute avait été utilisée à bon escient mais il l'ignorait encore, elle gardait son secret. « J'espère que cette minute d'attente supplémentaire en valait la peine. » répliqua-t-elle, en faisant un tour sur elle-même pour exposer sa tenue dans tous les angles. Elle laissa échapper un gloussement, son compliment lui fit plaisir. « Merci. » répondit-elle en riant devant son air gêné. Elle fit un pas vers lui avant de fermer les yeux et de tendre son visage pour l'éclairer. « Regardez. » Andrina était chanceuse, sa peau était rarement marquée de rougeurs ou de cernes, elle n'avait pas de mal à relever le défi de se montrer sans maquillage devant Carlisle. Il n'avait pas besoin de savoir que c'était le résultat d'une routine quotidienne très stricte pour prendre soin de son visage, qui incluait aussi des restrictions niveau alimentation. « J'ai simplement triché pour ça. » fit-elle en avançant les lèvres avant de sourire pour lui faire remarquer sa bouche brillante. Elle ouvrit les yeux pour découvrir si elle avait réussi à capter l'attention du pilote avec son gloss pêche et fut surprise de trouver son visage si près du sien. Loin de s'effaroucher, elle lui lança un regard brûlant avant de se diriger vers le comptoir. A peine sortie, elle fut enveloppée par la chaleur nocturne qui rendait Hong Kong si douce, elle jeta un regard vers son compagnon d'aventure. « Je suis contente d'être avec vous ce soir. » glissa-t-elle innocemment alors qu'ils commençaient à marcher vers la bouche de métro. « Puisque vous semblez avoir de l’intérêt pour la version non-officielle d’Andrina Farrell, je suis ouverte à toutes les questions. » lui annonce-t-elle, faiblement, en fixant droit devant elle. « Mais ne vous attendez pas à des réponses extraordinaires, je ne suis pas aussi spéciale que j’aimerai le faire croire. » confessa-t-elle, cette fois-ci en baissant la tête pour regarder ses pas, se disant que sa réflexion était encore plus accentuée par le fait qu’elle baignait dans la foule d’une métropole inconnue, où elle était juste une anonyme parmi d’autres.



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Mer 30 Aoû - 21:32



« Sinon quoi ? » Carlisle, en confiance, se montrait joueur. Il mettait les deux pieds dans le plat, déclenchait volontairement des joutes verbales, s’amusait des mimiques d’Andrina. Loin de son Australie natale, et maintenant qu’il était en repos pour quarante-huit heures, le pilote se sentait plus léger. Son comportement trahissait même une certaine désinvolture, une forme de laxisme terriblement éloignée de ses habitudes. Ici, il n’y avait personne pour l’observer, pour le juger, pour lui rappeler ce qu’il avait à faire. Il parvenait à faire taire la voix rauque de son père. Il parvenait à oublier les absences répétées de sa fiancée. Une fois son costume de pilote au placard, Carlisle était même en mesure d’être libéré de toute obligation. Ici, il n’était rien de plus qu’un anonyme, un touriste parmi tant d’autres. Et Andrina Farrell semblait vivre l’expérience de la même façon – son air détaché, son sourire sincère et ses yeux rieurs témoignaient de son bien-être. « Tout, vraiment ? » Demanda-t-il en arquant un sourcil. Ils se retrouvaient ici par hasard, et elle misait tout sur leur soirée ? Le fils Bishop comprit qu’il y avait probablement anguille sous roche, mais il passa ses doutes sous silence. Que tout cela soit orchestré ou pas, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Qu’est-ce que cela changeait ? L’important n’était-il pas qu’ils passent une bonne soirée ? « Vous me mettez la pression, là. » Plaisanta-t-il, rentrant volontiers dans le petit jeu de l’héritière. Carlisle était persuadé que beaucoup, jaloux ou méfiants, désapprouveraient son comportement. Certains se permettraient sans doute de le lui faire remarquer ; cette relation naissance, à la fois étrange et frôlant avec l’ambigu, pouvait lui rapporter plus de problèmes qu’il n’osait l’imaginer. Il laissa échapper un petit rire, alors qu’il lui fit remarquer son manque de spontanéité dû à ses bonnes manières. « C’est vrai. » Admit-il en haussant les épaules. Il frôlait la quarantaine. Il était de la vieille école. Inutile de le nier ; c’était à la fois visible et perceptible. « Ça vous change, n’est-ce pas ? » Question plus rhétorique qu’autre chose ; il suffisait d’observer l’évolution de la société pour s’apercevoir que l’éducation n’était plus la même. Que les comportements différaient. Que la poésie et le savoir-vivre avaient déserté le bon sens commun. « Vous l’avez. » Confirma-t-il en hochant la tête, plus sérieux qu’auparavant. Il avait du mal à réaliser qu’il venait de mettre un mot, une émotion sur leur relation si particulière. D’ailleurs, pour être tout à fait honnête, Carlisle avait même du mal à considérer que ses rapports avec l’héritière pouvaient s’apparenter à une relation, de n’importe quelle nature soit-elle. Etait-ce bien raisonnable ? Rien n’était moins sûr : tout, ou presque, semblait les séparer. Mais le temps des questions n’était pas encore venu ; Nina et Carlisle trinquèrent, visiblement plus prêts que jamais à profiter de leur soirée. Le pilote porta son verre à ses lèvres, et goûta au précieux liquide ambré. « Parfaitement. » Confirma-t-il en hochant la tête. Il ne connaissait encore pas suffisamment Andrina Farrell pour lui exposer clairement son point de vue sur le maquillage et tous les autres artifices possibles et imaginables. « Vous y voyez quelque chose à redire ? » Il était tellement en confiance qu’il se permettait quelques largesses, quelques provocations. Décidément, la soirée s’annonçait sous les meilleurs auspices – et ce n’était pas Carlisle qui allait s’en plaindre. Ses voyages et autres obligations ne lui permettaient pas toujours d’avoir une vie sociale active, à son plus grand regret. Ainsi, alors que l’héritière lui demandait de patienter pendant quarante minutes, le pilote lui en offrit seulement une trentaine. Il termina son scotch, et jeta un coup d’œil sur sa montre, mémorisant l’heure qu’il était. « On me le dit rarement. » Commenta-t-il, presque amusé par sa remarque. Non, définitivement, Carlisle n’était pas quelqu’un de cruel. Il était gentil. Doux. Discret. Timide. Sauvage. Attentif. Déterminé. Passionné. Il regarda la silhouette d’Andrina Farrell disparaître de son champ de vision, et ajouta un mot à sa liste le définissant : joueur.

Elle était en retard. Pas de beaucoup – une petite soixantaine de secondes. Elle avait relevé son défi et, bizarrement, il s’en trouva presque… Flatté. Il secoua la tête ; sa réaction était ridicule. Tous deux jouaient un rôle, sûrement dangereux, mais qui leur allait à ravir. Abandonnant ses principes le temps d’une soirée, Carlisle ne se priva pas de jouer. « Je sais être patient. » Amal lui couperait probablement la tête, si elle savait ce qui se tramait. L’Australien ne pensait pas à mal, il s’amusait simplement de la situation. Mais la différence pouvait paraître mince, et les regards extérieurs qui se posaient sur eux devaient douter de la nature exacte de leur relation. « Parfait. Défi relevé. » Admit le pilote, voyant que son visage ne portait aucune trace de maquillage. Enfin, presque aucune : un gloss mettait en valeur ses lèvres pulpeuses. Nina en profita d’ailleurs pour s’avancer vers lui – plus que de raison – pour exposer sa bouche tentatrice. Rectification : finalement, si Amal était présente, ce serait sans doute la tête de l’héritière qui roulerait sur le sol. « Je ne suis pas sûr que cet affront soit pardonnable. »  Andrina s’éloigna, remettant entre eux une distance plus raisonnable. Le personnel de l’hôtel leur souhaita une bonne soirée, et tous deux sortirent. L’Australien suivit sa nouvelle « amie » dans les rues de Hong Kong, curieux de voir où leurs pas allaient les mener. « Toutes les questions ? » Il fronça les sourcils, ne pouvant pas s’empêcher d’être suspicieux. Andrina était une personne futée, maligne même ; le pilote trouvait surprenant qu’elle accepte de se livrer, sans contrepartie. Ça ressemblait à un jeu trop simple, à un jeu auquel ils ne s’étaient jamais livrés. « Qu’est-ce que je vous dois, en échange ? » Demanda-t-il, laissant un petit sourire glisser sur ses lèvres. C’était une négociatrice dans l’âme, et elle avait été formée pour obtenir ce qu’elle désirait. « Vous me prenez au dépourvu. Je ne sais même pas par quoi commencer. » Et pourtant, la vie de l’héritière restait un mystère aux yeux du pilote. « Commençons par une question simple : où allons-nous ? »



Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 21 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1363 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Jeu 31 Aoû - 22:21


Son expression de figea alors qu'elle relevait les yeux vers lui. Elle resta interdite, incertaine de savoir si on n'avait pas remplacé son Carlisle par un autre modèle ce soir. Qui était cet inconnu si libre, qui se permettait de la provoquer, même gentiment ? Elle cligna des yeux plusieurs fois, nullement dérangée par le silence qu'elle leur imposait et parvint à se convaincre que cette réplique était parfaitement identique au pilote mais qu'on venait de désactiver le mode 'réserve'. Sa question déclenche une étincelle de curiosité en elle, leur dynamique à bel et bien changé, ils sont deux à danser sur ce terrain miné. Son détachement face à ses menaces – bien que fictives – révèle à Nina un visage du pilote qu'elle ne connaissait pas encore. Il entrait dans son jeu en y ajoutant une autre difficulté, il n'était plus tout à fait une marionnette entre ses mains mais bien un acteur à part entière de l'histoire. Il parvenait, rien qu'avec sa question, à la faire réagir au quart de tour. Heureusement, elle savait contrôler ses émotions et avait ravalé sa confusion mais il subsistait des doutes, on ne savait plus trop qui était le chat et qui était la souris dans leur binôme. Un sourire sans joie parvient à cacher son trouble devant la nouvelle facette du personnage. Ce n'est pas pour lui déplaire, au contraire, mais toujours de la suite des idées, cela lui ouvrait de nouvelles perspectives. Elle réfléchit à mille façons de répliquer mais préfère éluder. « Que diriez-vous de profiter du privilège de connaître la gentille Andrina au lieu de tenter le diable ? » suggère-t-elle, d'un ton léger, pour toute réponse. Oh, s'il le voulait, elle aurait du faire preuve de créativité pour le tourmenter. Rien que pour ces beaux yeux, elle était capable de beaucoup mais le pauvre ne se doutait de rien pour l'instant. On lit du mystère dans ses yeux, au même moment, elle fait briller ses canines quand elle lui sourit. Petit hochement de tête. Tout, pense-t-elle intérieurement. Elle se sent puissante, elle se sent en contrôle et elle a tellement hâte de lui montrer son restaurant préféré entre autres surprises qu'elle lui avait réservé.  « Il n'y a pas de quoi, détendez-vous. » le rassure-t-elle. C'était plutôt à elle d'avoir la pression, vu le défi qu'elle s'était lancé, elle se devait de le mettre à l'aise.  Pour l'instant, leur conversation n'avait rien d'ordinaire. Pensant avoir été trop brusque, elle se radoucit en entendant son ton plus doux. Elle posait un regard attentif sur lui, ses paroles la faisant réfléchir au fur et à mesure. Elle était habituée aux politesses et à la courtoisie mais ils ne lui avaient jamais été présentés avec autant d'élégance et de naturel qu'en Carlisle. S'il avait d'abord attiré son regard par sa stature et son physique avantageux, elle adorait ses yeux, bien plus expressifs que l'homme, ils étaient comme des pierres précieuses à l'état brut.   Nul besoin de préciser qu'il la charmait également avec ses manières simples. C'est cela qui la changeait, il était une invitation au voyage et il s'était souvent glissé dans ses rêves éveillés qu'elle avait l'impression qu'il était comme un ami. Quand il confirme, Nina fait preuve de réserve, sourit, en baissant les yeux. Elle sait que cette déclaration ne vaut rien mais sans savoir pourquoi, ce n'est pas désagréable à entendre.  « Alors tout est clair maintenant ? Que diriez-vous de célébrer, par la même occasion, cette nouvelle amitié ? » suggéra Andrina. Elle jouait avec le feu sans aucune retenue, elle ne craignait pas les dangers. Quels dangers, d'ailleurs ? Amal ? Hm... connais pas. Pendant qu'elle s'envoyait en l'air avant son amant du mercredi soir, son fiancé était à deux fuseaux horaires de Brisbane avec elle, l’héritière Farrell, bien décidée à profiter de l’humeur joueuse du pilote. Pour lui, elle était prête à faire quelques sacrifices parce qu’il ne lui en coûtait rien de se dévoiler sans artifices. Elle aimait le maquillage comme on aime mettre de beaux habits, les palettes colorées qu’elle collectionnait s’apparentaient à de la peinture de maître qui n’attendaient que d’être utilisés sur une toile. Pour elle qui n’avait jamais eu de fibre artistique, quand elle réhaussait son regard de violet ou de doré ou qu’elle soulignait les contours de sa bouche, c’était un jeu. Le résultat devait lui plaire, certes, mais elle se mettait aussi en valeur pour impressionner. Prétendument débordante de confiance en elle, sur le niveau apparence en tout cas, elle ne se plaignait pas de devoir faire une apparition sans maquillage. « Non, rien du tout. Préparez-vos mirettes, je suis tout aussi éblouissante au naturel. » plaisanta-t-elle. Sa requête l’amusait autant qu’elle l’intriguait elle ne l’interrogea pas sur ses raisons, après tout, il ne lui en coûtait rien. Elle lui envoya une dernière pique avant de le quitter. Un air amusé s’afficha sur son visage quand il répliqua. Carlisle ne pouvait le voir puisqu’elle s’en allait déjà mais son sourire ne la quitta pas jusqu’à ce qu’elle gagne sa chambre.

Jogging adidas oversize - dont elle avait fait sauter les boutons pressions sur le côté, dévoilant des bouts de peaux quand les pans volaient - et un top court, blanc, laissant ses épaules dénudées constituaient sa tenue décontractée. Elle sécha les dernières mèches de cheveux mouillés avant de s’observer une dernière fois dans la glace. L’éclairage désastreux la rendait jaune et creusait ses traits, cette dernière vision d’elle la paniqua alors que le temps qui lui était accordé était déjà écoulé. Elle avait beau avoir son propre style, elle avait toujours trouvé son visage affreusement banal et en une fraction de secondes, elle croula sous tous les défauts qu’elle déplorait sur son physique. Elle avait vécu tant de fois ce genre de situation et comme d’habitude, se força pour vider son esprit de toutes ces pensées parasites et fuit son reflet. Personne n’eut pu douter de ses inquiétudes quand elle s’affichait, ainsi, avec un grand sourire aux lèvres en le retrouvant. Elle restait d’humeur joviale mais elle souffrit de l’humeur égale du pilote, elle s’attendait à plus de compliments puis se remémora qu’il était Carlisle, l’homme d’une seule femme, l’homme d’Amal qui plus est. Même s’il ne flattait pas son égo fragile, Andrina était sincère, elle appréciait sa compagnie et son humour semblable au sien. Elle n’imaginait pas jusqu’où tout cela la mènerait, elle était bien trop insouciante pour ça, pas après pas pour rejoindre le métro, elle prenait la vie avec la même philosophie. « Toutes les questions. » confirma-t-elle, comme un écho. Elle ne comptait pas s’attacher à cet homme, qu’importe tout ce qu’elle dirait, une fois qu’elle disparaîtrait de sa vie, aussi éphémère qu’un songe, il pourrait faire ce qu’il désire de ces informations… s’il ne restait pas d’abord bloqué à tenter de démêler le vrai du faux. Elle sourit à sa question, hausse les épaules et secoue ses cheveux avec la même désinvolture. « Permettez-moi d’y réfléchir, Carlisle… Hmm… je vous demanderai une faveur plus tard dans la soirée. Cela vous convient ? » Elle lui lance un petit regard pour guetter son expression avant d’éclater de rire. « Rien de déplacé, arrêtez de vous méfier, je vais finir par être vexée. » fit-elle, affichant une moue. La première question la surprit mais finalement, elle reflétait bien le caractère du pilote, se dit-elle, il gardait les pieds sur terre quand il n’était pas au-dessus des nuages. « Dans le temple, non, le paradis de la cuisine cantonaise, je vous l’ai déjà dit, le meilleur restaurant de tout Hong Kong. » lui répond-elle. « Réfléchissez à votre prochaine question. » Quand ils s’engouffrent dans le réseau souterrain, ils sont obligés d’interrompre leur discussion tellement l’endroit est dense de monde et qu’ils sont sans cesse bousculés par les gens bien plus pressés. Elle descend par l’escalator, en même temps qu’une foule d’autres personnes et pendant qu’ils serpentent entre les personnes, elle se retourne à intervalles réguliers pour s’assurer de ne pas l’avoir perdu. Lassée de risquer un torticolis, elle finit par s’accrocher à son bras. Ils attrapent la ligne direction plein est, loin du centre et des endroits les plus animés. C’est un soulagement d’être enfin dans le métro, pas du tout désempli à cette heure-ci, elle se glisse entre deux hommes en costume et ne peut même pas atteindre une barre pour s’accrocher. Elle souffle entre ses lèvres à l’intention du pilote. « Ça va ? » Elle balaye les environs du regard avant que sa tête reprenne sa vision initiale, comme bercée par l’ambiance, elle ferme les yeux. Elle se protège de ces lumières si agressives et se ressource après la marée humaine qu’ils viennent de traverser. « Le voyage en vaut la peine, vous verrez. » lui dit-elle, comme une promesse.



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Sam 9 Sep - 13:34


« Profiter du privilège ? » Répéta-t-il en arquant un sourcil, faussement surpris. Il ne connaissait pas très bien l’héritière, mais devinait sans peine qu’elle ne s’abandonnait pas facilement. Elle ne se dévoilait pas, ou alors très peu. Et jamais suffisamment pour que la personne soit en mesure de la percer à jour. « Je veux bien laisser la diablesse de côté pour le moment. » Confessa-t-il en souriant, répondant favorablement à la question d’Andrina. Cependant, sa réflexion ne laissait pas de place au doute : tôt ou tard, l’Australien se confronterait pleinement à la partie sombre de l’héritière. Mais pas ce soir : ils avaient visiblement mieux à faire. « Je le suis. » Dit-il en hochant la tête, nouant ses bras derrière sa nuque. Il était non seulement détendu, mais aussi à l’aise : étrangement, il abordait avec plus de sérénité que prévu son trente-neuvième anniversaire. Ce bien-être, cette ambiance décontractée et agréable lui fit ensuite réaliser qu’il n’avait pas pris de vacances depuis des lustres, et que quelques jours à lézarder au soleil ne seraient pas de trop. Vivre pour lui, et uniquement pour lui ; c’était une philosophie de vie à laquelle Carlisle avait renoncé depuis bien longtemps. Il ne s’en plaignait pas ; voir les autres heureux lui suffisait. Il aimait voir le sourire apaisé et sincère d’Amal. Il aimait lire la fierté dans les yeux de son père – même si ce dernier lui rappelait sans cesse son devoir. On pouvait parfois lui reprocher de vivre par procuration… Mais les gens se méprenaient ; lui, ça lui convenait. Et c’était l’essentiel. « On célèbre ce que vous voulez, Andrina. » Il s’amusait volontiers de la situation, entretenait une ambiguïté certaine. Ils trinquèrent, et le pilote sirota avec délice son double scotch. Il profitait de son jour de congé d’une étrange façon ; lui qui pensait que sa soirée allait se résumer à une commande de nourriture et un film regardé en streaming sur son Ipad… Il était loin du compte. Pire ; il mettait même sa patronne au défi de se présenter face à lui sans maquillage. Cette familiarité n’avait pas été calculée, anticipée : elle résultait simplement de la légèreté du moment. Ils profitaient d’une bonne compagnie, s’amusaient de l’autre, se cherchaient sans vraiment se trouver, se tournaient autour sans risquer un quelconque dommage collatéral. « Comme moi. » Plaisanta-t-il, appuyant sa remarque d’un clin d’œil entendu. Carlisle n’était pas du genre à se préoccuper de son apparence ; pour lui, tout cela était éphémère, et ne dévoilait rien de la personne. Amal le maudissait souvent d’avoir un jugement aussi strict et aussi tranché ; ne pouvait-il donc pas faire un effort ? Il se contentait souvent d’hausser les épaules, loin d’être touché ou blessé par ses commentaires. Le pilote porta à nouveau son verre à ses lèvres en regardant l’héritière s’éloigner ; elle pouvait se montrer pleine de surprise. L’idée qu’elle soit pleine de contradictions lui effleura l’esprit, mais il préféra taire sa question. Pour le moment, en tout cas.

« Une faveur ? » Répéta-t-il en arquant un sourcil. Connaissant l’héritière, tout était envisageable – le meilleur comme le pire. Mais cette touche d’inconnu n’était pas pour lui déplaire ; il n’avait que trop rarement l’occasion de jouer, dans la vie. Il calculait tout, et ne se laissait jamais prendre au dépourvu. Il était l’incarnation de la raison, puisqu’on l’avait toujours forcé à l’être. Avancer à l’aveugle n’était pas dans ses habitudes ; mais se défiler, encore moins. « D’accord. » Fit-il par dire, non sans avoir pris le temps de peser le pour et le contre. Ça ne pouvait pas être quelque chose de fou, si ? Et si tel était le cas, la ville d’Hong-Kong ne serait-elle pas en mesure de protéger leur secret ? « Ne m’en voulez pas ; je m’attends toujours à tout, avec vous. » Et ce n’était pas surprenant : la situation atypique dans laquelle il était plongé n’était que le résultat des plans maléfiques de l’héritière. Et lui, conscient de tout cela mais complètement indifférent, la suivait d’un pas léger. Sans se soucier d’être aperçu par quiconque, sans s’inquiéter des absurdités de la situation. Ils allaient dîner, point barre. La prochaine question ? Elle lui brûlait déjà les lèvres. « Comptez-vous me mettre dans une position délicate ce soir ? » Ou, plus clairement, envisageait-elle de le traîner dans une boîte de nuit hype de Hong-Kong ? De lui demander une danse endiablée alors qu’il détestait cela ? Elle eut tout juste le temps de lui répondre avant qu’ils ne s’engouffrent dans la marée humaine qui s’entassait déjà dans le wagon du métro. « Ça va, je survivrai. » Plaisanta-t-il en souriant, amusé par la situation. Il n’avait plus pris les transports en commun depuis des lustres ; habituellement, il ne se déplaçait exclusivement qu’en moto. Il aimait la sensation que cela lui procurait ; il se sentait libre, et plus serein que jamais. Le vent venait lui remettre les idées au clair, et les grandes routes droites qui se trouvaient en périphérie de Brisbane étaient le terrain de jeu favori du pilote. « J’espère que vous dites vrai. Je suis affamé. » Dit-il en hochant légèrement la tête, alors qu’un arrêt permettait au wagon de se désengorger quelque peu. Il s’apprêtait à soupirer de soulagement, mais l’impression de vide ne dura pas : de nombreuses personnes s’engouffrèrent dans la rame de métro, les obligeant à adopter une posture inconfortable. Un coup de frein brutal manqua de faire chuter l’héritière, et Carlisle saisit son avant-bras avec fermeté. Il réalisa aussitôt que ce contact physique imposé, bien que partant d’une bonne intention, ne serait pas forcément le bienvenu. « Désolé. » S’excusa-t-il platement, en relâchant l’avant-bras de l’Australienne. « Vous avez l’habitude de ce genre de chose ? » Demanda-t-il, profitant de ce droit exceptionnel qu’il avait ce soir – à savoir lui poser toutes les questions possibles et imaginables. Il comptait bien en apprendre davantage sur l’héritière et sur sa routine ; cela lui permettrait de mieux cerner l’individu qui lui faisait face. « Je veux dire… De sortir avec un quasi inconnu, de l’amener dîner je-ne-sais-où ? » D’après ce qu’il savait, Andrina était en couple. Il avait cru comprendre que son couple n’était pas sa priorité, et qu’elle ne se souciait guère des conventions et autres règles imposées par une société soi-disant bien-pensante. « Vous n’avez pas peur que la situation vous échappe ? » Poursuivit-il, suggérant pour la première fois qu’elle n’était peut-être pas la seule à s’amuser, dans leur duo. Si Carlisle affectionnait tout particulièrement son rôle passif – il lui permettait de mieux observer et d’analyser les gens – il lui arrivait aussi parfois de prendre des risques. Il sortait rarement de sa zone de confort, mais quand il était décidé à le faire, il ne faisait pas semblant. « Ou que le grand méchant loup soit finalement la personne que l’on pensait être inoffensive ? »




Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 21 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1363 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Dim 1 Oct - 20:33


Un sourire satisfait éclaire sobrement son visage quand il capitule. L’héritière n’ajoute rien, son regard reste fixé sur le visage du pilote quand une vision peu innocente s’impose dans son esprit. La façon dont il avait prononcé ‘diablesse’ n’avait rien de lascive mais l’imagination d’Andrina avait terminé le travail. Diablesse. Il faisait bel et bien référence à elle et elle n’en était aucunement offusquée, à ses oreilles, ça sonnait comme un hymne à la joie. Elle mourrait d’envie de lui donner une réelle raison de la qualifier de diablesse. Que ce soit quand elle embrasserait son cou pendant leurs étreintes ou quand elle le ferait languir sous ses caresses. Mais aussi quand elle finirait par lui tordre le coeur après avoir mis sa tête à l’envers. Son fantasme se tenait à sa portée mais elle n’était pas encore autorisée à le concrétiser. Elle devait pour l’instant se contenter de ses chimères, simplement réconfortée par l’idée qu’elle elle progressait lentement… Peut-être trop lentement pour la gamine impatiente qu’elle avait toujours été, habituée à ce qu’on lui obéisse au doigt et à l’oeil, mais cela rendait encore plus passionnant le jeu… et sa récompense. « Bien. » répondit-elle, d’un ton guilleret alors que les deux verres se touchaient. Elle lui fit un sourire, il n’était pas difficile de contenter Andrina, il suffisait de lui dire ce qu’elle avait envie d’entendre. Si elle se plaisait à l’idée d’être l’instigatrice de toute cette intrigue, elle se rendait compte que le pilote n’avait plus un rôle passif dans cette histoire et elle était curieuse de savoir jusqu’où il l’emmènerait. L’homme l’intriguait assez pour qu’elle accepte de se laisser faire.  Son humeur changea, encore, elle hésitait entre l’envie de se moquer de lui pour ce genre de lubie et l’envie de s’opposer fermement sa requête mais elle céda. Elle pensait comprendre les raisons qu’il avait de lui lancer un tel défi. Seulement, s’il pensait que le masque de l’héritière résidait derrière ses fards et ses poudres, il était loin de pouvoir imaginer sa véritable nature.

Marchant ainsi à ses côtés, elle se dit qu’ils ne doivent pas être bien différents de n’importe quels touristes. Sauf que deux personnes passant une soirée ensemble dans une ville étrangère ne devaient pas avoir une conversation aussi étrange que la leur… si cela ressemblait à une discussion. Il reste une distance entre eux, ils se cherchent et Andrina n’aurait pas été aussi délicate si elle avait eu à marcher sur des oeufs. La nuit ne fait que commencer et il leur reste encore plusieurs heures pour s’apprivoiser. Elle esquisse un sourire, sort un semblant de rire, quand il fait l’écho. « Oui... », lâche-t-elle, prête à préciser ce qu’elle entend derrière le mot faveur mais le temps de son hésitation, il la devance en acceptant. Elle est agréablement surprise lorsque l’objet de son attention accepte. Nina surpasse vite son étonnement d’un petit sourire amusé. Il n’a pas l’air de plaisanter ou d’avoir quelque chose à redire à ça alors elle hausse un sourcil interrogateur, attendant qu’il dise quelque chose, certaine qu’il ne lui laisserait pas sa bénédiction aveuglément mais il ne revient pas sur sa décision. Elle aurait aimé pouvoir s’immiscer dans son esprit pour lire ses pensées à ce moment précis. « Je… Nous ne faisons rien de mal, Carlisle. » dit-elle. C’était vrai. Quand on ne prenait pas en compte les intentions d’Andrina. Son ton lui prêtait une certaine naïveté ; elle s’amusait à jouer les ingénues. Elle continua, toujours avec autant de douceur. « Promis, je vous ramènerai vivant de cette escapade. C’est une journée spéciale… non ? » plaisanta-t-elle, sa tournure de phrase assez vague pour être générale mais son sous-entendu trop peu subtil pour qu’il ne comprenne pas qu’elle savait. Elle lui fit un sourire rassurant avant de regarder droit devant elle et donner des coups d’épaules pour se frayer un passage dans les souterrains. Il y a tellement de monde, elle baisse la tête, fixe un l’espace entre leurs deux corps, à peine moins d’un demi-mètre mais c’est moins cette proximité forcée que les plaisanteries du pilote qui la font sourire. « Vous avez intérêt à aller bien, j’ai promis de vous ramener vivant. » ajoute-t-elle, d'un ton faussement autoritaire. Mais encore fallait-il qu’ils ne périssent pas tous les deux dans ces maudits souterrains, se dit-elle, déjà mal-à-l’aise rien que de voir autant de nouvelles personnes forcer pour entrer dans une rame déjà bondée. Elle se retint de soupirer ou de se plaindre, surtout parce qu’elle était dans l’incapacité de le faire, elle commençait à ne pas se sentir très bien ; l’air lui manquait. Pour couronner le tout, elle se sentit être propulsée en arrière quand ils redémarrèrent mais elle évita la chute grâce au pilote, il la retint fermement et la tira vers lui. Elle leva les yeux vers lui quand il relâcha sa poigne, ses traits se radoucirent et elle lui lança un regard reconnaissant. Elle secoua la tête, lui faisant comprendre qu’il ne lui avait pas fait mal et elle se remit sur pied comme si de rien était. « Encore deux stations… » souffla-t-elle. Elle se pensait familière avec les transports communs de Hong Kong mais il fallait croire qu’elle ne l’avait jamais connu aux heures de grand afflux. Elle se pencha en avant, pour se distraire ; au-même moment, il s’adressa à elle. Face à sa question, elle reste pensive mais relève la tête. Finalement, ses yeux ne quittent plus les sien. Les prunelles de l’héritière exaltent de sensualité, ce n’est pas la meilleure façon pour sonder son âme à travers son regard mais arrivera-t-elle au moins à l’intimider ? Andrina est curieuse, qu’est-ce qui a bien pu lui passer pour qu’il lui pose cette question maintenant, en lieu et dans une telle situation ? Elle médite ses paroles et elle n’ignore pas que venant du monsieur, les mots sont sagement choisis. Elle analyse tout, chaque tournure de phrases, chaque terme, presqu’incertaine de ce qu’il faudrait répondre à ça. Ça résonne en elle, ça pulse en même temps que les battements de son cœur mais elle tente de rester neutre, malgré tout, deux plis se creusent entre ses deux sourcils. « Je ne suis pas sûre de vous suivre. Pardonnez-moi si j'ai été trop insistante, en aucun cas, je ne vous forçai la main. Il est encore temps de faire demi-tour si cela vous dérange autant. » Si elle avait manqué de subtilité, il se pouvait qu’il ait percé à jour ses intentions mais pourquoi choisissait-il d’être aussi cryptique au lieu de la repousser ? Elle lui sourit simplement. « Vous êtes un peu déstabilisé, je comprends. La situation, comme vous l’appelez, peut sembler incongrue mais c’est simplement parce que nous cassons les codes, Carlisle. » Il pouvait bien s’imaginer des histoires pour justifier leur drôle de duo. Il pouvait même endosser le rôle du grand méchant loup, Andrina prendrait beaucoup de plaisir à réécrire l’histoire. Des yeux, elle lui fait comprendre que c’est leur station d’arrêt et innocemment, elle glisse ses doigts le long de son avant-bras et finit par attraper sa paume pour marcher sur ses pas dès que le pilote se fraye un chemin vers la sortie. A peine le pied posé hors du métro, elle rompt le contact. « C’est à gauche. » indique-t-elle. « Si le grand méchant loup pouvait m’entendre… je serais curieuse de savoir ce qu’il me réserve… » marmonna-t-elle entre ses lèvres, juste assez fort pour qu'il puisse l'entendre. Elle avait toujours adoré prendre des risques, elle ne craignait plus rien Andrina puisqu’elle s’amusait de tout. On peut le voir à sa légèreté habituelle. Encore quelques pas et ils retrouveront enfin à l’air libre.



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans.
STATUT : fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, et cocu depuis deux. commence à penser qu'il y a quelque chose de pas très net qui se trame.
MÉTIER : incertain. pilote de ligne (vols internationaux majoritairement) chez Cathay Pacific, mais est destiné à prendre les rênes de l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #03 (loft) ≈ pine rivers.

POSTS : 203 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : foncièrement gentil ≈ il est fiancé depuis trois ans, en couple depuis dix, mais n'a jamais franchi les étapes suivantes ≈ il est doublement diplômé de l'université de Berkeley en physique nucléaire et en management ≈ joue au tennis deux fois par semaine, avec son collègue, depuis cinq ans maintenant ≈ surdoué, il a eu son baccalauréat à quinze ans ≈ sa mère est morte dans ses bras il y a presque vingt-cinq ans ≈ il fume plus que de raison ≈ il a fait son service militaire en Australie, puis a poursuivi dans cette voie et a été formé pour être pilote d'avion de chasse
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : matteo ; angelina ; andrina (2) ; noa (2)
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; noa ;andrina ; noa ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : .sparkle ; matthias schoenaerts network.
DC : emre erdogan.
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   Dim 8 Oct - 15:33


« Pour le moment. » Commenta le pilote, sans pour autant s’étendre sur le sujet. Volontairement, il préférait rester évasif ; il n’avait pas envie de s’étendre sur le sujet. La raison était simple : en compagnie de l’héritière, le fils Bishop marchait sur des œufs. Il avançait à l’aveuglette, sans réellement savoir où tout cela allait le mener. Il (re)découvrait avec joie les règles d’un jeu interdit auquel il n’avait plus joué depuis de nombreuses années maintenant – ou avec Amal, à l’occasion. Inutile de se voiler la face : Carlisle savait pertinemment que ses échanges actuels avec Nina pouvaient être apparentés à un flirt. Rien de bien méchant, au contraire : l’échange était plaisant, amusant, distrayant. Mais l’échange n’était pas légitime, et encore moins supposé avoir lieu : leurs statuts respectifs leur imposaient, en théorie, un devoir de bienséance – une bienséance qu’ils piétinaient avec allégresse. « C’est trop aimable. » Plaisanta le pilote, alors que Nina lui assurait qu’elle le ramènerait vivant. Il n’en doutait pas – il suffisait de comparer leurs gabarits respectifs pour comprendre que le pilote ne pourrait faire qu’une bouchée de l’héritière, s’il en avait l’envie. Par ailleurs, il n’était pas loin d’avoir vingt ans de plus qu’elle ; l’expérience était de son côté. Quant à son art de la maîtrise totale, il sommeillait toujours en lui. Il n’était jamais très loin, et prêt à resurgir à tout moment. « Spéciale, vous dites ? » Demanda-t-il, employant les mots de l’Australienne. Il arqua un sourcil, essayant vainement de sonder l’esprit de l’héritière. Savait-elle ? Avait-elle, jusqu’à maintenant, volontairement dissimulé l’étendue de sa connaissance ? Carlisle le croyait ; Andrina était suffisamment maligne, suffisamment roublarde pour user de tels subterfuges. « Il semblerait. » Répondit finalement Carlisle, un petit sourire en coin. Elle pensait se jouer de lui, pouvoir le manipuler comme une vulgaire marionnette ? Elle n’était pas au bout de ses surprises. Carlisle s’engagea avec amusement sur un terrain glissant, voire carrément miné. Mais il avait envie de jouer, et jouer signifiait forcément, à un moment ou à un autre, prendre des risques. « Après tout, c’est notre premier dîner loin des conventions habituelles, n’est-ce pas ? » Ajouta-t-il, suggérant presque qu’il s’agissait, en réalité, d’un rencard. Sauf que ce n’en était pas un – pas directement, en tout cas. Carlisle préférait considérer cette entrevue comme un joyeux hasard. Mais il n’était pas naïf : il y avait peu de chance pour que ce soit la réalité. La rame de métro démarra, et Nina se retrouva propulsée vers l’arrière. Carlisle retint l’héritière de justesse, ses doigts attrapant avec fermeté son avant-bras. Il s’excusa pour sa soudaine brutalité, relâcha son bras, et réalisa en l’observant qu’elle n’avait pas l’air dans son assiette. Ses impressions furent confirmées lorsqu’elle lui indiqua qu’il leur restait encore deux stations à faire avant de pouvoir s’extirper de cet environnement inhospitalier. « Ça va ? Vous n’avez pas l’air bien. » Les paupières de Nina étaient closes, et son teint, plus pâle que d’habitude. Il n’espérait qu’une chose : qu’elle ne vienne pas à tourner de l’œil, dans cette rame de métro bondée. L’attention de l’héritière fût néanmoins captée par leur conversation, et cela la fit quelque peu reprendre des couleurs. « Non merci. Après nos péripéties souterraines, je tiens impérativement à prendre l’air. » Restaurant ou pas, d’ailleurs : il était hors de question qu’il rentre à l’hôtel. Andrina Farrell avait éveillé sa curiosité, et il était prêt à la suivre jusqu’au bout de la nuit pour découvrir ce qu’elle lui avait réservé. Carlisle avait accepté de laisser son côté casanier de côté. D’oublier sa vie rangée et stable, le temps d’une soirée. Profiter, sans ne se soucier ni du lendemain, ni du qu’en dira-t-on : il touchait la liberté du bout des doigts, et adorait cette sensation. « Casser les codes, vous dites ? » Répéta-t-il en haussant les épaules. Casé depuis une dizaine d’années, le pilote ne s’était guère intéressé aux fameux codes ou autres règles qu’imposait la vie en société. Discret, toujours distant, il s’était accommodé de son rôle transparent. Il observait plus qu’il ne participait, et ça lui convenait merveilleusement bien. « Ils ne me sont plus familiers. Ça fait bien trop longtemps que je suis rentré dans le moule pour être au courant des éventuelles évolutions. » Et ça lui convenait. En tout cas, il le pensait. Il n’avait plus l’âge de faire la fête jusqu’au petit matin. Plus l’âge de se laisser porter par ses envies uniquement. On lui demandait du sérieux, de la rigueur, de la stabilité – et il possédait tout cela. Perdu dans ses pensées, il ne reprit contact avec la réalité que lorsque les doigts de Nina glissèrent le long de son avant-bras, jusqu’à trouver sa main. Il entrelaça ses doigts avec les siens, et se laissa guider dans les couloirs qui menaient vers la sortie. Dès que l’humidité ambiante d’Hong Kong les enveloppa, Nina se détacha du pilote. « Ne le provoquez pas de trop, il est en sommeil depuis longtemps. » Répondit Carlisle, s’amusant de cette joute verbale. Il ne mentait pas : depuis qu’il s’était mis en couple avec Amal, il n’avait plus ressenti le besoin de s’oublier – comme ce fût le cas lorsqu’il vivait aux Etats-Unis. Il s’était éloigné des bars, des clubs et des autres tentations auxquelles il avait goûté avec plaisir lors de ses années loin du territoire Australien. Jeune et insouciant, il avait mordu la vie à pleine dents – avant de s’engager dans l’armée, et de reprendre un chemin moins chahuté, plus conventionnel. « Vous aimez bien jouer avec les limites, n’est-ce pas ? » Demanda Carlisle. Elle lui avait dit qu’il pouvait lui demander tout et n’importe quoi ; il ne comptait donc pas s’en priver. L’occasion serait probablement unique – son cadeau d’anniversaire, peut-être ? « Quelle est la chose la plus folle que vous ayez faite ? » Poursuivit-il, alors que de nombreuses questions se bousculaient dans sa tête. L’héritière, malgré son exposition médiatique, restait un mystère entier pour Carlisle. « Et la plus idiote ? » Lui avoir proposé de répondre à toutes ses questions, peut-être. « Que regrettez-vous le plus ? Et, à l'inverse, qu'est-ce que vous avez fait et que vous ne regrettez absolument pas ? »



Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain, Still remains, Within the sound of silence. In restless dreams I walked alone, Narrow streets of cobblestone, ‘Neath the halo of a streetlamp, I turned my collar to the cold and damp, When my eyes were stabbed by the flash of a neon light, That split the night, And touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: hong kong meeting (nina)   


Revenir en haut Aller en bas
 

hong kong meeting (nina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-