AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 so in our veins, it runs mud blood (tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le syndrome de l'aîné
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (24/10/76).
SURNOM : on évite en général de lui en trouver.
STATUT : en couple, mais pas au sens le plus traditionnel du terme, car pourquoi s'engager quand on peut s'éviter ça ?
MÉTIER : professeur de psychopathologie à l'université.
LOGEMENT : #15 Pine Rivers avec Elsa, avec qui il s'est installé à son retour à Brisbane.

POSTS : 478 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il est l'ainé d'une fratrie de cinq enfants ≈ En froid avec son frère Tommy, il s'est pourtant occupé de sa fille pendant qu'il était en prison pour vol. Mais parce qu'il a tenté de leur empêcher de communiquer à l'époque, il n'a plus le droit de voir sa nièce ≈ Il est parti faire le point à Paris début 2016 ≈ Amoureux de la France, il s'y est découvert une passion pour la culture française et sa gastronomie ≈ Son niveau de français est excellent, reste que son accent pour le trahir ≈ Il revient aujourd'hui à Brisbane et sait que le torchon risque de brûler entre certains Warren et lui.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :

tommy #1
i'm not trying to threaten or to decieve, i'm just enlightening you so you wont be naive. i'll tell you one thing that you better believe, my hate is better to give than to receive.


RPs EN ATTENTE : nissrin.
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : hugh dancy.
CRÉDITS : (c) jugband blues, tumblr, loonywaltz.
DC : saul le coeur d'artichaut et cynthia la rebelle.
INSCRIT LE : 19/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16046-ambition-is-a-good-servant-but-a-bad-master-marius http://www.30yearsstillyoung.com/t16096-living-is-easy-with-eyes-closed-marius http://www.30yearsstillyoung.com/t16097-marius-warren http://www.30yearsstillyoung.com/t16099-marius-warren http://poedameryn.tumblr.com/

MessageSujet: so in our veins, it runs mud blood (tommy)   Dim 30 Juil - 16:58




we got demons. demons stuck inside our blood. yeah we've got drugs inside our heart. yeah we eat the mud to be free.



Enfiler un chaud manteau un matin de juillet, ça ne lui était plus arrivé depuis près de deux ans. L'été dernier, Marius l'avait passé sous la chaleur parisienne, dans des chemises légères qu'il portait avant son départ de Brisbane, avant de décider de changer d'horizon et par la même occasion de climat. Reprendre ses marques après plus d'un an passé à plusieurs milliers de kilomètres de chez lui n'avait rien d'évident, pas même pour quelqu'un comme lui. Organisé, minutieux, il avait pourtant géré sans difficulté sa réinstallation en ville, de l'achat d'un loft où il avait posé ses valises en compagnie d'Elsa, à son ancien poste de professeur à l'Université qu'il avait retrouvé non sans une pointe de nostalgie. C'était alors finalement des détails, comme le changement brutal des températures ou l'emploi à nouveau exclusif de sa langue natale qui demandaient à l'australien une légère acclimatation. Acclimatation qui suivait son court en ce matin humide où il avait quitté le loft de bonne heure, pas rebuté par le vent frais qu'il n'avait pas que du déplaisir à retrouver, et même étonnamment motivé à l'idée de s'octroyer une petite demi-heure de marche. Mais plus parce qu'il avait une petite idée en tête que pour le plaisir d'entretenir sa forme. Pour ça, il avait un sac de frappe qui n'attendait que son retour pour être malmené et qui se faisait continuellement son exutoire tout désigné chaque fois qu'il montait en pression – ce qui depuis quelques mois arrivait plus souvent qu'il n'aimait se l'avouer. Marius savait donc où ses pas le mèneraient, parce qu'il n'avait pas oublié ce chemin. Et pas seulement parce qu'il le réempruntait tous les matins depuis son retour. Au bout, et bientôt face à lui, les portes de l'école le replongeaient chaque fois instantanément plus de trois ans en arrière, lorsqu'y déposer et y récupérer sa nièce constituait une partie importante de ses journées. Il ne s'était jamais senti un instinct particulièrement paternel, pourtant, n'aimant les responsabilités que quand elles touchaient au travail, à l'effort, au pouvoir. Mais avec Moïra, c'est un Marius un peu différent qui avait peu à peu émergé, un Marius qui progressivement s'était pris au jeu et s'était même surpris à vouloir d'une vie comme celle-là tous les jours. Une vie faite de sorties au parc, de virées dans des confiseries, de week-ends passés devant des dessins animés. De choses simples, mais qui avaient pris fin, brusquement, quand était venue l'heure de payer pour ses choix les plus risqués. A ça aussi, il y repensait souvent. Au moment où Tommy était réapparu, sa dette envers la société payée et ses grands airs de père courage pour toute annonce. A la bataille dans laquelle il avait pensé se jeter corps et âme avant qu'on ne balaie ses espoirs d'un revers de la main, lui faisant plus que clairement comprendre qu'aucune journée passée à veiller sur sa nièce ne lui octroierait jamais le droit d'en réclamer la garde. Et puis il s'était fait une raison. Pourtant, depuis, retrouver un peu de cette impression d'avoir un rôle à jouer dans la vie de quelqu'un, de pouvoir le protéger du reste du monde et lui offrir la seule forme d'amour pure qu'il ait éprouvée depuis sa jeunesse et ses premiers émois, était comme une idée fixe pour le brun. C'est pourquoi, ce matin, il resterait à nouveau devant ces grilles. A attendre de la voir. A guetter l'heure de la récréation pour apercevoir sa frimousse et constater qu'elle allait bien. A vivre ce qu'on lui refusait désormais au travers d'un portail qui l'empêcherait peut être d'être physiquement là mais qui ne changerait rien à ce qu'il éprouvait chaque fois qu'il la voyait courir d'un bout à l'autre de la cour. Comme maintenant, quand Moïra surgit sous ses yeux et lui fit oublier qu'il se tenait de bon matin face à une grille fermée, à suivre du regard une gamine qu'il n'avait plus le droit d'approcher et qui peut être s'était quant à elle parfaitement réhabituée à ce que son oncle ne fasse pas partie de sa vie. C'avait été le cas pendant près de quatre ans, et ça l'était de nouveau depuis l'année dernière. Au fond, peut être était-ce dans l'ordre des choses. Et peut être était-il le seul à ne pas encore se l'être avoué. Il fallut finalement qu'il sente une silhouette évoluer derrière son dos pour quitter la fillette des yeux et se retourner, lentement, loin d'imaginer que les yeux qui le fixeraient l'instant d'après seraient ceux qui déjà l'avaient foudroyé près d'un an en arrière. A la vision de son frère, ou de celui qui n'en avait peut être plus que le nom, Marius sentit ses muscles se raidir. S'il avait pensé le revoir, s'il avait pensé l'affronter, au moins avait-il pensé que ce serait lui qui choisirait. Quand. Comment. Un luxe qu'il ne méritait même pas pour son retour, semble-t-il. « Trop prévisible ? » Il railla, d'un ton sans saveur et le regard mauvais. Alors, comment avait-il su ?




everybody hoping
they could be the one
looking at my years like a martyrdom. everybody needs to be a part of 'em. never be enough, i'm the prodigal son. i was born to run, i was born for this.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf & père célibataire
MÉTIER : barman au McTavish, et quelques jobs au black pour arrondir les fins de mois
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 8 ans, Moïra

POSTS : 2035 POINTS : 450

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ emprisonné au Canada de mi-2013 à fin 2015 ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ il a une fille de 8 ans, Moïra, élevée par son frère Marius durant son incarcération ☆ il a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ avant d'être emprisonné il travaillait comme bûcheron dans une scierie ☆ il essaye désespérément d'arrêter de fumer ☆ il porte son alliance autour du cou ☆ il a une addiction déraisonnable aux sodas et aux boissons sucrées en général ☆ il parle le français et baragouine le serbe
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : scarlett #3loanmariusjamesliviana #2camber #2


RPs EN ATTENTE : milena #2 ☆ lene #3 ☆ izaac ☆ matt
RPs TERMINÉS : #teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2saul #2event d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebecca #1eliemilena #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@lux aeterna & sign@nikita77gataleya & crackship@camberbaby & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

MessageSujet: Re: so in our veins, it runs mud blood (tommy)   Mer 30 Aoû - 18:17



Lorsque la petite s’était accrochée à sa manche d’un air incertain et avait marmonné d’une voix timide « Miss Denvers veut te parler. » Tommy avait senti arriver le début des ennuis. La dernière fois que pareille scène s’était produite, au printemps précédent, la fillette s’était battue comme une chiffonnière avec l’une de ses camarades de classe et tout cela s’était terminé dans le bureau de la directrice en compagnie de l’autre petite impliquée et de la mère de cette dernière. Croisant le regard suspicieux de son père Moïra avait d’ailleurs protesté pour s’éviter l’injustice « J’ai rien fait, je te jure ! » et glissé sa main dans celle de Tommy d’un air boudeur. « Bon, allons voir ça. » Remontant tous les deux les marches qui menaient à l’entrée de l’école, père et fille étaient allés à la rencontre de la directrice qui, surveillant d’un œil la sortie des élèves, suivait la progression des Warren de l’autre et avait tendu une main polie au brun lorsqu’il était arrivé à sa hauteur « Monsieur Warren, bonsoir. » Tentant de garder un air impassible Tommy lui avait rend sa poignée de main en questionnant « Bonsoir, Moïra m’a dit que vous souhaitiez me parler ? » Le regard glissant sur la fillette, la directrice avait acquiescé « Moïra, tu permets que ton papa et moi parlions entre adultes quelques minutes ? » Hésitante, la petite avait levé les yeux vers son père comme si elle attendait son approbation « On n’en aura pas pour longtemps, tiens. » Fouillant dans la poche arrière de son jean il en avait sorti un peu de monnaie « Va t’acheter un muffin en face en m’attendant. Tu fais attention en traversant et tu m’attends là-bas. » Faisant tinter les pièces dans la paume de sa main, la petite avait retrouvé une mine réjouie et s’était exclamée « Trop bien ! Merciii. » avant de tourner les talons et de redescendre les marches en trottinant jusqu’au coffee shop de l’autre côté de la rue. « Je vous écoute. » avait de son côté signalé le père en reposant les yeux sur la directrice, à la fois curieux et anxieux quant à la teneur de la conversation à venir.

Assise sur le petit rebord de la vitrine du coffee shop, occupée à déguster un énorme muffin à la banane et aux pépites de chocolat, Moïra avait relevé les yeux en voyant son père traverser la rue, et s’était remise debout. D’abord hésitante, se demandant probablement à quelle sauce elle allait être mangée, elle avait agité la tête lorsque Tommy avait demandé « On rentre ? » et lui avait emboité le pas. Soucieux, le brun avait gardé le silence quelques instants en ne sachant pas trop comment mettre le sujet sur le tapis, et tâchant de ne pas avoir l’air trop alarmiste il s’était contenté de questionner « Chérie, tu sais qu’on a déjà discuté du fait de ne pas parler aux inconnus ? » Mâchouillant son muffin, la petite avait agité lé tête pour dire oui « Et tu sais qu’il faut que tu le dises à quelqu’un, à ta maitresse ou à moi, si un inconnu t’embête ou te demande quelque chose ? » Dodelinant sa tête d’enfant comme si son père lui rabâchait là quelque chose de déjà abordé cent fois, elle avait assuré « Oui, oui … » et s’était mise à sautiller d’un pavé à l’autre en évitant les joints. « Et il n’y a personne qui est venu t’embêter récemment et dont tu aurais oublié de me parler ? » S’arrêtant en poussant un soupir théâtral, la petite avait levé les yeux vers lui « Je suis plus un bébé, tu sais. » Il savait oui, même si parfois il peinait à s’en rappeler. « Personne n’est venu me parler. C’est Miss Denvers qui a dit ça ? » Malgré une seconde d’hésitation Tommy avait secoué la tête « Non, ne t’en fais pas. Elle voulait simplement s’assurer que je t’avais expliqué qu’il fallait se méfier des inconnus. » Semblant jauger l’information quelques instants la fillette avait semblé s’en satisfaire, et finalement la conversation en était restée là et père et fille avaient regagné l’appartement en évitant la pluie de justesse.

{…}

La méfiance et l’inquiétude de Tommy, elles, ne s’étaient pas dissipées pour autant. Et dans les jours qui avaient suivi le créneau midi – quatorze heures avait été occupé par ses allers et venues dans le quartier qui entourait l’école de Moïra à la recherche de cet homme. Celui contre lequel la directrice l’avait mis en garde lors de leur conversation, celui qu’elle avait supposément surpris à épier Moïra lors de la pause de midi à travers le grillage de la cour de récréation et qu’elle avait fait fuir en menaçant d’appeler la police sans réussir à obtenir son identité. Peut-être la simple menace des forces de l’ordre aurait-elle suffit à le faire fuir pour de bon, difficile à dire, mais loin de se satisfaire de cette éventualité le brun avait à cœur de pouvoir le vérifier par lui-même. Et ce jour-là la chance avait été avec lui – du moins façon de parler – et il pensait l’avoir repéré. Là, rôdant aux abords de l’école, vêtu du même manteau que celui décrit par la directrice, les cheveux bruns parsemés de quelques fils grisonnants. Serrant les poings dans les poches de son blouson en se répétant que le but n’était pas de faire une esclandre au milieu de la rue et d’attirer l’attention, Tommy avait laissé la première vague de colère passer et pris une grand inspiration avant de se décider à traverser la rue et remonter le long du trottoir. « Vous voulez un coup de main ? » lui avait-il finalement lancé avec vindication une fois arrivé à quelques mètres de l’individu. Lorsque ce dernier s’était retourné vers lui, pourtant, Tommy avait eu quelques secondes de latence durant lesquelles il n’avait pu empêcher sa bouche de s’ouvrir avec surprise « Trop prévisible ? » Les narines pincées par les sentiments tous négatifs que lui inspiraient le ton employé autant que la présence de Marius, le brun avait retrouvé un visage fermé « Tu vas dégager tout seul, ou bien j’appelle les flics en leur parlant du rôdeur qui observe les petites filles devant l’école primaire ? » Rien à foutre, que la situation soit passée du pervers de base au type que quelques années de plus laissait croire qu’il était au-dessus de tout et de tout le monde. Pourquoi n’avait-il pas appris avant le retour de Marius ? Est-ce que leurs parents auraient eu le culot de lui cacher cette information ? Et Beth ? Non, Tommy voulait croire que si Beth avait été au courant elle lui en aurait parlé. Ce qui ne changeait rien à la nouvelle plus que désagréable que constituait ce retour impromptu.









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

 :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
 

so in our veins, it runs mud blood (tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st anthony's school
-