AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bug ForumActif en cours
toutes les informations dans ce sujet
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 Sweet as sugar, cold as ice → Rad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 bougies 27 assez prochainement (24 septembre 1990)
SURNOM : Caméléon. Simplement parce qu'il a le mot camé dedans. Et du coup c'est drôle. Un petit peu. Plus sérieusement Cole c'est déjà assez court, vous trouvez pas ?
STATUT : Célibataire pas vraiment par choix, plutôt par peur on va dire.
MÉTIER : Chômeur, branleur, feignant. Note le rythme ternaire, c'est pas parce qu'on est au chômage qu'on ne sait pas user de la rhétorique.
LOGEMENT : #77 Pine Rivers joli loft payé grâce aux billets de papa

POSTS : 821 POINTS : 2395

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Accro aux seringues et à tout ce qui peut faire planer → Véritable paria de sa famille et considéré comme un déséquilibré par cette dernière à cause de l'addiction et l'homosexualité → Régulièrement en cure de désintox sans réel changement pour le moment mais il semblerait que les choses soient sur le point de changer → Dessinateur et musicien à ses heures perdues pour s'échapper du monde un peu dégueu dans lequel on vit.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : ✻ Eliana ✻ Nina ✻ Martin ✻ Rad (fb) ✻ Lisbeth ✻ Nathan #2
RPs TERMINÉS : ✻ Lou&Nathan ✻ Nathan #1
PSEUDO : stressedcreep
AVATAR : Ezra Miller
CRÉDITS : loonywaltz (vava+ub) solosand (signa) tumblr (gif)
DC : Pas encore schyzophrène.
INSCRIT LE : 16/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16001-if-anything-can-go-wrong-it-will-cole#608502 http://www.30yearsstillyoung.com/t16019-and-what-a-beautiful-mess-this-is-cole#609840 http://www.30yearsstillyoung.com/t16047-cole-harvey

MessageSujet: Sweet as sugar, cold as ice → Rad   Dim 30 Juil - 22:51


Sweet as sugar, cold as ice.

   
My happy little pill, Take me away. Dry my eyes, Bring color to my skies. My sweet little pill, Tame my hunger. Lie within, Numb my skin. Like a rock, I float. Sweat and conversations, Seep into my bones. Four walls are not enough, I'll take a dip into, The unknown. Unknown.

Je triture mes mains, joue avec mes articulations, plus pour m'occuper que pour me déstresser. J'avais lu une fois cet article qui disait que les gens qui se sentaient toujours obligés de garder quelque chose dans leurs mains avaient des troubles psychologiques, ou étaient des camés. C'est un peu plus rassurant d'un certain côté de me dire que j'appartiens à la deuxième catégorie. Mais j'avoue que parfois je me fais peur en me disant que peut-être je suis un peu des deux. Sûrement. On l'est tous dans le fond. Ou au moins tous les gens présents dans cette salle. J'ai toujours détesté les cures de désintox, je me rappelle même plus comment j'ai atterri ici une fois encore, encore une de mes illuminations quand j'étais camé, je me suis dit que j'avais l'idée du siècle et j'ai dû me ramener ici. Quel con. Et bonne chance après pour leur faire comprendre que vous voulez partir, que vous voulez pas être aidé, mais non tout d'un coup tous ces gens qui d'habitude passent à côté de vous en vous regardant d'un mauvais oeil, vos voisins qui chuchotent quand vous arriver, vos familles qui vous voient comme une mauvaise herbe à arracher, tout d'un coup tous ces jolis gens ont simplement envie de vous aider. Ils tiennent à ce que vous restiez dans ce centre, qui peut un peu s'apparenter à une prison quand on y réfléchit un peu, et ils tiennent surtout à ce que vous fassiez et finissiez correctement votre putain de cure. Alors je fais le dos rond, pas d'autre choix. Il suffit de faire comme si je croyais vraiment que ça pouvait me passer comme ça, comme si c'était aussi simple, comme si mon problème de came était le seul problème de ma vie. Bien sûr c'est tellement plus simple de voir les choses ainsi. Ça arrange bien tout le monde, comme ça tous les gens qui travaillent ici peuvent rentrer dans leurs petites maisons soit disant parfaites le soir avec la conscience bien tranquille. Du coup, je suis assis là comme un débile profond sur une chaise dans un centre en espérant simplement que le karma saura reconnaître les erreurs commises par chacun, et plus spécialement par les gens qui me forcent à être ici.

Plusieurs mecs et quelques nanas entrent dans la salle, ce sont sûrement les "intervenants" dont on nous a parlé. Ça arrive souvent dans les cures vous savez c'est comme dans les pubs pour les régimes, on vous montre ceux qui ont réussi, ceux qui étaient comme vous avant, qui désormais sont des meilleures personnes que vous. Vous voyez, vous aussi vous en connaissez des comme ça. Une sacré blague, hein? Il y a un gars qui attire particulièrement mon attention, barbe de trois jours, yeux magnifiques et cheveux plaqués en arrière, bien rangés.  Je sais pertinemment que je serai jamais comme ce mec. Et pas seulement à cause de la came. Il a une présence qui impose le respect alors qu'il n'a même pas encore prononcé un mot, une carrure prononcée qui fait ressentir sa force physique, son talent manuel peut-être, et une sorte d'aura qui semble flotter autour de lui et qui laisse tous les autres camés en manque pantois, tout comme moi. Il est diamétralement opposé à moi, et pas besoin pour lui de parler pour que je devine que je ne serai jamais comme lui. Cette "intervention" s'annonce donc vraiment intéressante, j'ai hâte de l'entendre dire qu'on en est tous capables, qu'on peut tous s'en sortir, qu'il faut juste de la volonté, alors que lui-même sait qu'il faut bien plus que ça. La volonté n'est qu'une infime partie du puzzle, puzzle qui est lui-même composé de des pièces de la vie de chacun jusqu'à ce moment précis, pièces avec des formes complexes, déformées, uniques. Un travail à effectuer sur sa vie entière ne se fait pas uniquement à l'aide de la volonté. Mais personne dans ce putain de centre n'aura jamais le cran de l'admettre.
Notre groupe de super-héros ne semble pas vraiment décidé à commencer, un silence de mort plane dans la salle, une femme aux cheveux poivre et sel avec un petit badge accroché sur sa chemise indiquant qu'elle travaille au centre, que je n'avais même pas remarqué et qui possède autant de charisme qu'un bidet d'une salle de bain des années 90, nous indique avec sa voix de chèvre qu'on est censés simplement tous se lever et se diriger vers un buffet prévu à l'occasion pour faire connaissance et "partager nos expériences". Super le dernier repas de Jésus merci bien au moins même si je meurs d'ennui j'aurai eu une nourriture correcte. Les camés se lèvent tous de leurs chaises avec ce même mouvement de lassitude général, on sent que personne n'a profondément envie d'être là. J'attends que tout le monde soit levé, pour profiter de ce spectacle qui est un peu ma seule source d'amusement ici, avant de me lever à mon tour. Je vois qu'à peu près tous les autres membres du groupe participant à la cure ont déjà trouvé quelqu'un à qui parler, il ne reste plus que le mec, celui qui a attiré mon attention quand il est arrivé. Tiens qui sait ça pourrait être marrant. Je me dirige alors vers la zone du "buffet" où il se situe, j'arrive devant un petit bol en osier avec des pains au chocolat et je me sers en m'adressant à mon interlocuteur « Bon bah vu qu'on est obligé de parler avec quelqu'un et qu'il ne reste plus que nous deux, je crois que tu vas être obligé de me supporter. » Il doit sûrement déjà me prendre pour un petit con alors je ne vois pas pourquoi je devrai forcément faire des efforts pour lui faire penser le contraire. Je prends une bouchée de pain au chocolat avant de me rappeler que je dois peut-être me présenter « Ah, au fait, moi c'est Cole. » Comme toutes mes bonnes manières n'ont pas disparu, je me sens obligé d'ajouter « Oh, et désolé de manger direct comme ça mais faut me comprendre c'est pas tous les jours qu'on a ce genre de repas de roi ici. »

   
love.disaster


+I lost my mind a while ago+


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans. (21 septembre)
SURNOM : Pas de surnom, Rad suffit amplement.
STATUT : Divorcé, techniquement. Et père d'un bonhomme agé de 12 ans.
MÉTIER : Mécanicien dans un petit garage indépendant dont il est le propriétaire. Membre actif du club de motard de Brisbane quand il n'est pas au garage.
LOGEMENT : Redcliffe #110 appartement F3

POSTS : 47 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 1/5 : Cole Harvey -
PSEUDO : weirdo
AVATAR : Jai Courtney.
CRÉDITS : -tumblr -
DC : Nop.
INSCRIT LE : 21/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16083-i-want-the-whole-world-or-nothing http://www.30yearsstillyoung.com/t16132-rad-be-humble#615323

MessageSujet: Re: Sweet as sugar, cold as ice → Rad   Jeu 17 Aoû - 5:07



 
sweet as sugar,


cold as ice.


On nous a demandé de venir un peu plus tôt histoire de s’informer de l’organisation du meeting. Bien sur, fidèle à moi même, c’est une fois le speech fini que je me suis pointé. Du bout de ma chaussure en cuir, j’écrase ma clope puis délaisse ma moto sur laquelle j’étais adossé, enfin décidé à faire mon entrée dans cet endroit que je connais un peu trop bien et qui ne m’avait pas manqué. Le centre n’avait pas changé d’un pouce, pourtant de longs mois avaient défilé depuis la dernière fois que j’y avais mis les pieds.  La salle principale est toujours aussi vide, impersonnelle, des chaises, quelques tables. Le strict minimum, le strict nécessaire.
Je rejoins alors le groupe d’intervenants parmi lesquels je reconnais des visages, visages que j’ai côtoyés pendant un bon bout de temps. Étrangement, ça me faisait plaisir de revoir certains d’entre eux, bien plus que je ne l’aurais cru d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment créé d’affinité avec eux quand j’étais au centre. Des camarades de cure, mais une fois sorti, ils n’étaient plus que des inconnus. Je ne donnais aucune nouvelle, et je ne cherchais pas à en avoir d’eux. Mais malgré cela, ça me fait plaisir de voir qu’ils n’aient pas replongé.

Il y a quelques jours, j’ai reçu un appel du centre, me demandant si j’accepterais de faire une intervention. Au début j’ai hésité, je veux dire…  en quoi mon parcours pouvait en aider d’autres ? Et puis, ce n’est pas la cure qui m’a fait sortir de ces merdes, même si elle y a peut être un peu contribué. Etre coincé avec certains m’a plus fait déprimer que réellement aider.
Malgré cela, me voilà quand même, devant ces accros de la seringue parmi lesquels il y a quelques mois encore j’avais ma place. Quatrième rangée, cinquième chaise. Cette maudite chaise inconfortable était il y a encore quelques mois mienne.
Puis, j’ai aussi hésité, car il faut noter que je ne suis pas un grand orateur non plus. Je n’ai jamais vraiment été à l’aise pour parler devant les autres malgré ce que mon apparence pourrait renvoyer. J’en suis conscient mon physique pourrait faire penser à un gaillard, grossier téméraire et présomptueux. Bon je suis peut être un gaillard grossier, mais je ne suis certainement pas le genre de mec à se mettre en avant en toute situation. Rien ne me poussait à accepter... Mais ma générosité a eut raison de moi, et me voilà.

Le groupe d’intervenant alors niché dans une petite salle annexe, s’avance dans la salle principale et je suis le mouvement et me retrouve face à une quinzaine de personnes, rectification une quinzaine de camés. La première chose qui me traverse l'esprit c'est qu'il y a en pas un qui essayent -un minimum - de se donner l'air de vouloir être ici. Merde, faites un effort. La deuxième chose que je me dis c'est : putain et dire que certains d’entre eux échoueront, que certains d’entre eux seront encore là dans quelques mois, ou que d’autres auront replongé. Ou seront morts.

A mon plus grand bonheur, une vieille femme, membre du centre, m’apprend qu’on ne va pas devoir faire un discours moralisateur devant eux mais simplement discuter et échanger avec eux autour du buffet. Je pourrais presque la prendre dans mes bras tellement je suis béat. Presque.
Suite à son invitation à se rendre au buffet, je m’avance vers ce dernier. Quand j’étais moi même en cure, je n’ai jamais eu ce genre de buffet, on avait juste droit à des assiettes en plastique avec trois chips qui se battent en duel. C'est qu'ils sont gâtés les nouveaux. Mon regard se balade le long de la table, d’un panier contenant des viennoiseries, apéritifs et autres gourmandises. Mais finalement, je me vois faire face à un dilemme. D’un coté du ring, un donut, beaucoup trop gras, mais beaucoup trop bon. De l’autre, des tomates cerises, peu caloriques, mais elles ne remplacent pas un donut. Alors que je me questionne sur le choix le plus judicieux, et surtout le plus respectueux de mes heures passées à la salle de muscu; un mec s’arrête près de moi. Au début mon expression faciale se durcit, puis je me souviens que je ne suis pas venu ici pour me remplir la panse, alors mon visage s’adoucit. Eh oui pendant que je faisais face à mon dilemme les gens se sont bougés et ont commencé à discuter, sauf toi Rad. Ce brun d’un tout autre gabarit que le mien posté devant moi affiche un air satisfait ? Espiègle ? Je ne serais dire. Puis il dit « Bon bah vu qu'on est obligé de parler avec quelqu'un et qu'il ne reste plus que nous deux, je crois que tu vas être obligé de me supporter. ». Ah ! J’ai trouvé ! Un air de petit con. Il ressemblait plus à un adolescent qui veut faire du tort à ses parents qu’à un véritable camé. Puis il se présente « Ok, Cole » répète ai-je comme pour essayer de ne pas oublier son prénom. "Moi c'est Rad."
Alors qu’il s’excusait de manger devant moi, je baisse mon regard sur son pain chocolat, je ne l’aurais même pas relevé, s’il ne me l’avait pas fait remarquer. Je ne suis pas ce genre de personne à cheval sur les bonnes manières. Et franchement ses excuses je m’en fous un peu, tu crois que je vais t’empêcher de manger ? Ma main s’avance vers le donut, mais je me résous finalement à prendre quelques tomates cerises. Je jette l'une d'elle dans ma bouche, et fais volontairement abstraction de ses excuses, mes actes témoignant relativement bien que, tout simplement, je m’en fous. Je préfère lui adresser franchement et simplement la question qui me turlupine depuis qu’il s’est posté devant moi. « Pourquoi t’es là ? Enfin.. Je lance une autre tomate dans ma bouche et reformule. C’est quoi ton histoire ? ». Qu’est ce qu’un mec qui semble être à peine sorti de la puberté fiche ici ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 bougies 27 assez prochainement (24 septembre 1990)
SURNOM : Caméléon. Simplement parce qu'il a le mot camé dedans. Et du coup c'est drôle. Un petit peu. Plus sérieusement Cole c'est déjà assez court, vous trouvez pas ?
STATUT : Célibataire pas vraiment par choix, plutôt par peur on va dire.
MÉTIER : Chômeur, branleur, feignant. Note le rythme ternaire, c'est pas parce qu'on est au chômage qu'on ne sait pas user de la rhétorique.
LOGEMENT : #77 Pine Rivers joli loft payé grâce aux billets de papa

POSTS : 821 POINTS : 2395

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Accro aux seringues et à tout ce qui peut faire planer → Véritable paria de sa famille et considéré comme un déséquilibré par cette dernière à cause de l'addiction et l'homosexualité → Régulièrement en cure de désintox sans réel changement pour le moment mais il semblerait que les choses soient sur le point de changer → Dessinateur et musicien à ses heures perdues pour s'échapper du monde un peu dégueu dans lequel on vit.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : ✻ Eliana ✻ Nina ✻ Martin ✻ Rad (fb) ✻ Lisbeth ✻ Nathan #2
RPs TERMINÉS : ✻ Lou&Nathan ✻ Nathan #1
PSEUDO : stressedcreep
AVATAR : Ezra Miller
CRÉDITS : loonywaltz (vava+ub) solosand (signa) tumblr (gif)
DC : Pas encore schyzophrène.
INSCRIT LE : 16/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16001-if-anything-can-go-wrong-it-will-cole#608502 http://www.30yearsstillyoung.com/t16019-and-what-a-beautiful-mess-this-is-cole#609840 http://www.30yearsstillyoung.com/t16047-cole-harvey

MessageSujet: Re: Sweet as sugar, cold as ice → Rad   Lun 21 Aoû - 23:13


Quand il me voit posté devant lui, il semble me toiser de toute sa grandeur, son regard me surplombant, et me détaille, comme si mon air lui inspirait quelque chose qu'il n'arrivait pas vraiment à nommer. Mon sourire espiègle sur le visage, ma façon de m'exprimer, mon air juvénile, je sens que le tout fait son petit effet habituel : c'est à dire agacer. Et après tout si le but, si je voulais faire en sorte que ça change je le pourrai mais ça fait partie du personnage. Le personnage que je joue devant les gens, déjà dans la vie de tous les jours, alors ici encore plus. Interdiction formelle à moi-même de leur montrer ce qui peut bien se cacher quand on gratte la peinture. Pas aux gens ici, pas aux gens là-bas, pas aux gens en général en fin de compte. Il répète mon prénom, presque avec un ton de prof un jour de rentrée avant de décliner son prénom. Mon sourcil s'arque un peu malgré moi parce que c'est un prénom peu commun, et comme d'habitude je me sens forcément obligé d'ajouter mon grain de sel « C'est original tiens... » Un air un peu mystérieux et malicieux, en me disant que ça va peut-être le piquer, je m'amuse simplement, essaye de le titiller, de découvrir un peu ses différentes réactions. Après tout on ne peut pas vraiment dire que mes journées soient vraiment palpitantes ces derniers temps alors autant profiter du peu d'occasions que j'ai de m'amuser et d'exercer ce que j'aime appeler mon art. Je le vois hésiter du regard en un donut suintant de gras et des tomates cerises. Il finit par prendre l'option qui lui évitera le cholestérol et l’hyperglycémie, après tout ce serait dommage d'abîmer ce corps qui semble affûté. Remarque il peut sûrement se le permettre.

Un petit sourire amusé s'insinue sur mon visage quand il me demande ce qu'est mon "histoire". C'est marrant cette question, elle me fait toujours rire. Ils te demandent toujours ton histoire, mais ce qu'ils attendent c'est juste ce qui t'a poussé à commencer à te piquer ou à toucher peu-importe-quelle-drogue. Mais ton histoire, ta vraie histoire, pas celle de ton addiction, ils s'en branlent. Et c'est ça qui m'amuse. Et pourtant, c'est une question que les gens aiment bien poser, y compris Rad ici présent bien évidemment. Mais ça serai vraiment trop simple de lui déballer ma vie comme ça sur un plateau, et c'est surtout loin de faire partie de mes plans. Mon regard s'était porté sur la pointe de mes chaussures, l'espace d'un instant, avant de remontrer vers mon interlocuteur. « Je me commencé avec les mauvaises personnes, j'me suis retrouvé avec une seringue dans le bras un jour, et puis j'ai atterri ici parce que je me suis jamais arrêté. Et je répète ce schéma depuis un certain temps on va dire. » Je prend une bouchée de ma viennoiserie, mes yeux plantés sur lui, attendant sa réponse, encore une fois impatient de voir comment il va réagir, peut-être de façon imprévisible, du moins c'est ce que j'attends de lui au vu de sa façon de parler et de son charisme. Sûrement pas le genre de gars qui aime qu'on lui résiste ni même qu'on se foute un peu de lui. Et sûrement pas le genre de gars qui va se laisser faire. Alors je continue à forcer ces traits de petit con, de gamin pourri gâté qui se gâche la vie, de presque-encore-ado qui fait ça pour faire chier son petit monde. Mais cette fois au lieu de jouer avec mon histoire à moi, je m'amuse avec la sienne, pour détourner son attention peut-être dans un certain sens, « Et toi ? » Je laisse un petit silence, décemment pas assez long pour qu'il ait le temps de répondre toutefois, avant d'ajouter, « Ah laisse moi deviner, après une enfance difficile, tu t'es fait un rail pour t'échapper de ta vie, t'étais au plus bas et là t'es arrivé dans un centre et la Lumière divine est tombée sur toi et depuis tu vis une vie paisible et normale et c'est comme si t'avais jamais "dérapé" et si toi t'en as été capable alors moi aussi ? » Mon sourire espiègle refait surface sur mon visage, alors que pendant un instant j'avais presque revêtis un masque plus sérieux, « C'est ça le plan ? Vraiment novateur en tout cas. » J'essaye de manier l'ironie, après tout il faut que je travaille cette attitude, ça serait bête de la perdre après tant d'années d'exercice.


+I lost my mind a while ago+


:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sweet as sugar, cold as ice → Rad   


Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet as sugar, cold as ice → Rad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-