AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
l'amoureux des laitues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 3203 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Battle ~

Abby
sujet commun
Alex

Non Battle ~

Hughey #1
Alizée #1
Jameson #9
RPs EN ATTENTE : Like Mother, like son ~


Only family left ~


A grandpa' is just a father without rules ~



We rise by lifting others ~

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
CRÉDITS : Avatar : @.wings
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 15/04/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

MessageSujet: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Jeu 10 Aoû - 8:10


 «HELENE ! LA CORDE PUTAIN ! » m'époumonais-je alors que le vent rageait. Le bruit des vagues frappant avec force et violence contre la parois du bateau couvre sans doute ma voix, car ma coéquipière ne réagit pas. Je fini d'attacher le mousqueton et sécuriser le bateau de secoure, puis me dirige vers la jeune femme, chancelant sur le bateau instable qui se soulève et s'abaisse. Je lance un coup d’œil à  Robert qui semble maîtriser le navire avec bravoure, avant d'attraper Helène par le bras pour la tirer en arrière. Sans un mot, j'attrape la corde et sécurise au maximum l'embarcation  «Allez on retourne à l'intérieur avant que ... »

Je ne peux ne dire d'avantage qu'une vague, bien plus grosse que les autres ne s'échoue sur le pont, balayant tout sur son passage. Je suis projeter contre la rambarde à laquelle je m'accroche fermement pour ne pas passer par dessus bord. Je remarque qu'Helène en a fait de même, mais aussi et surtout que le bateau penche dangereusement sur le côté  « QU'EST-CE QU'IL FOUT ROBERT » hurlais-je, plus pour moi qu'autre chose. Je soupire, secoue la tête et attrape Hélène par la main pour la tirer derrière moi.

Nous parvenons finalement à l'intérieur, dans un lourd soupire, je referme la porte de la cabine derrière moi, alors que Robert a réussi à stabiliser le bateau. Je retire la capuche de ma tête et me passe une main dans mes cheveux trempé avant de retirer ma veste. En me redressant je lance un sourire au reste de l'équipage, composé de Robin et Florent. J'ai un pincement au cœur lorsque je me rappelle que Hugh, lui, est à l'autre bout du globe. C'est la première mission que je fais sans lui et ce n'est vraiment pas la même chose. Mais peu importe.

 « ça va Robert ?» demandais-je à m'approchant de l'homme  « Tu vas pouvoir nous sortir de là ?» je me place à côté de lui et observe la mer déchaînée  « On verra» grogne-t-il  « maintenant laisse moi tranquille et ...» il se tait, fixe l'horizon, puis se tourne vers nous  «Vous devriez mettre vos gilets de sauvetage, ne sait-on jamais »

Je me tourne vers le reste de l'équipage et pince les lèvres, avant d'hocher la tête, me dirigeant vers la pièce adjacente dans laquelle se trouve ces dit gilets que je distribue à tout le monde.  «T'en as de la chance » dis-je à Robin, sourire narquois sur les lèvres, en arrivant à son niveau  « Première sortie en mer et tout de suite une tempête. Et non des moindres» dis-je enfilant mon gilet au-dessus de ma veste  « J't'avoue franchement que si Robert nous dit de nous équiper c'est que ça va pas fort avec le navire ...» lui glissais-je doucement. Je devrais la rassurer ? A quoi bon. Si je mens et qu'il nous arrive quelque chose, elle risque de m'en vouloir. S'il ne nous arrive rien, elle me dira que j'ai exagéré et voilà, c'est tout.


Society, you're a crazy breed
It's a mystery to me we have a greed with which we have agreed. Society, have mercy on me I hope you're not angry if I disagree.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Robbie, Robinou, La Carotte, allons-y gaiement ! Aussi auto-proclamée Love Doctor.
STATUT : Libre & polyamoureuse ♥
MÉTIER : Artiste (peintre & sculpteuse), curatrice à la galerie d'art, maman d'accueil dans un refuge pour animaux & pirate pour Sea Shepherd
LOGEMENT : En coloc' avec Gio dans une petite maison à Logan City. Venez donc ! Plus on est de fous plus on rit !

POSTS : 1147 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Hippie rêveuse, altruiste & passionnée • Un brin instable, pot-de-colle, impulsive & explosive • Née avec un énorme besoin d'affection et un terrible besoin d'en donner • Aussi née orpheline avec un cœur tout cabossé • Apaisée par le yoga & le krav maga • Vis pour les bains de minuit, la créativité sous tous ses aspects, les roadtrips improvisés, l'amitié, les bons concerts de rock, les cookies vegan, les conversations enflammées avec des êtres authentiques, l'amour libre, les sensations fortes & les roucoulements de chats ♥
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : phoenixgiovannakyte (2)maxynmartin


Phoenix Ellsworth - My brother, my heart, we may not share the same blood (and I may want to rip your head off from time to time) but what ever may come our way, I will always fiercely love you and protect you with all of my being, to infinity and beyond!


Jameson Winters - My future best friend, my fellow Metallica fan, my tartuffe sauvage, I'm bursting from excitment just thinking about all our amazing adventures to come. There's not a word yet, for old friends who've just met.


Duncan Wilde - My savior, my darling, the only doc I trust with my whole heart. I want to know everything about you. And I know you can rescue me. In fact, you already have.


Kyte Savard - No act of kindess, no matter how small, is ever wasted. You're a beautiful soul, one of a kind, and you'll always find a friend in me.


Gio Salvaggi - My muse, my rockstar. Sometimes you get lucky and find a soul that grooves with yours. And man do I love grooving with this lady.

RPs EN ATTENTE : aisling ✢ phoenix (2)
PSEUDO : Birdie
AVATAR : Rachel McAdams
CRÉDITS : avatar: shya
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Mar 22 Aoû - 16:02



There are some things you learn best in calm, and some in storm
An entire sea of water can’t sink a ship unless it gets inside the ship. Similarly, the negativity of the world can’t put you down unless you allow it to get inside you.
J’adorais la mer et les animaux et l’aventure et je détestais l’injustice, alors Sea Shepherd ça s’était un peu imposé comme une évidence à mon esprit. Avant ça, j’arpentais les océans avec une petite troupe d’amis pour récupérer les bouteilles en plastiques aux fonds de l’eau. Et puis après un moment j’avais ressenti le besoin de passer à la vitesse supérieur, devenir une vraie pirate de la défense des animaux marins - trop peu défendus à mon gout. Je me voyais déjà sillonner les eaux en quête de terroristes aquatiques, prête à hurler « A LABORDAGE ! » en grimpant sur leurs bateaux de merde et puis les jeter à l’eau - ça c’était une petite improvisation de ma part. Aujourd’hui, j’avais été prévenue, rien de tout ça, juste un repérage des lieux, mais qu’importe, j’étais gonflée à bloque et prête pour une sacrée aventure maritime avec mes nouveaux coéquipiers. Et ça pour être une aventure, ça en été une ! Juste pas exactement celle que j’avais imaginé…

J’ai risqué un coup d’œil par le hublot du bateau, une énorme vague s’y est écrasée de plein fouet, j’ai fais machine arrière. Mes yeux écarquillés, les bras fermement accrochés à la colonne où on m’avait posé quelques instants plus tôt, je luttais de toutes mes forces pour tâcher de ne pas me retrouver pour les quatre fers.

Quand la tempête avait éclatée, mazette on aurait dit que c’était la fin du monde ! Avec les vagues qui montent bien trop hauts et les gros nuages noirs et le vacarme et l’équipage qui court partout et les grands chamboulements dans tous les sens. Ça faisait comme dans le film catastrophe mais en plus flippant, parce que c’était pas un film. Alors moi, solidaire, j’avais pris mon courage à deux mains et je m’étais élancée dans la bataille pour agir et aider mes compagnons ! SOLIDARITÉ !

Sauf qu’ils m’avaient bien vite fait comprendre que je serais plus utile si je n’étais pas dans les pattes et m’avaient gentiment envoyé les attendre à l’abri. Désappointée mais compréhensive, je m’étais exécutée, et me voilà qui attendait. J’aimais pas trop les ordres et la hiérarchisation et tout ça mais le capitaine de bord, Martin, ça crevait les yeux que c’était un gentil gars bienveillant, alors pour cette fois, ça me dérangeait pas. D’ailleurs il était le seul dont j’avais retenu le nom, ayant oublié tous les autres au fur et à mesure qu’on me les avait présenté.

Cramponnée à ma colonne, donc, j’observais celui que j’avais mentalement baptisé Pissenlit – rapport à sa coiffure – faire les cent pas et manquer de se rétamer toutes les deux enjambées et je me suis demandé pourquoi il s’acharnait.

- Heureusement qu’on a pas le mal de mer hein !

J’ai lancé pour essayer de le faire sourire un peu, mais il avait pas trop l’air de vouloir plaisanter sur le coup et il a continué de s’agiter alors moi j’ai décidé de plus trop l’embêter. N’empêche, je commençais à me sentir un peu seule, avec ma colonne pour seule compagne !

Heureusement, Martin a vite fini par revenir comme un sacré héro et alors je me suis redressée avec un grand sourire pour l’accueillir. « T’as de la chance, qu’il a dit en tendant un gilet de sauvetage, première sortie en mer et tout de suite une tempête. Et non des moindres. J't'avoue franchement que si Robert nous dit de nous équiper c'est que ça va pas fort avec le navire » Robert, Robert, qui était Robert ? J'ai acquiescé, courageusement lâché ma colonne et j’ai attrapé le gilet de sauvetage pour l’enfiler tant bien que mal non sans m’accrocher à Martin parce qu’à force d’être secouée dans tous les sens moi je tenais plus bien sur mes pattes. J’ai remarqué qu’il était trempé alors j’ai attrapé une serviette et je la lui ai tendue pour pas qu’il attrape une pneumonie.

- Au moins comme ça y a pas à dire je serais parée à toutes les prochaines aventures. La mer n’aura plus aucun secret pour moi et bientôt faudra m’appeler Barbe Rousse !

Au moment où je terminais ma phrase une grosse percussion a ébranlé le bateau et je me suis cramponnée de toutes mes forces à Martin qui était apparemment ma nouvelle colonne. Sauf qu’il était pas aussi solide malheureusement et on vite fait de valser dans la pièce jusqu’à se cogner contre la paroi de la coque. Je suis restée quelques secondes comme ça le temps de reprendre mes esprits avec le cœur qui cognait bien fort dans la poitrine et puis je me suis écartée :

- Ça c’est un Kraken où je m’y connais pas ! Hehe… hum, rien de cassé ?

- Non, c’est une putain de vague, et c’est pas passé loin ! A répondu Pissenlit qui décidément avait pas l’air de saisir mon humour. Et si on se retrouve à la flotte, le gilet de sauvetage il va pas nous aider.

Je l’ai regardé un instant, dubitative. Dorénavant il s’appellerait Pissenlit Pessimiste. Je me suis demandé si c'était moi qui étais naïve ou si PP ici présent était un poil alarmiste sur le bord. Alors pour en avoir le cœur net, je me suis retournée vers Martin - parce que je lui faisais confiance, à lui, et j’ai demandé :

- Mais, euh… c’est souvent comme ça ? On risque quoi, en fait?





❝we are all such radiant fuckups❞
People will disappoint you and wrong you, but they will also defend you and fight for you and bowl you over with kindness. We are all such radiant fuckups — we have to remember this and love one another for it. And even when it seems impossible, we have to be good to one another, to extend an open hand, to try to bring the light back in to illuminate the darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amoureux des laitues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 3203 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Battle ~

Abby
sujet commun
Alex

Non Battle ~

Hughey #1
Alizée #1
Jameson #9
RPs EN ATTENTE : Like Mother, like son ~


Only family left ~


A grandpa' is just a father without rules ~



We rise by lifting others ~

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
CRÉDITS : Avatar : @.wings
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 15/04/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Mer 23 Aoû - 19:03


J'éclate de rire lorsque Robin me dit que bientôt on l'appellera barbe rousse.  « Vas-y, j'te met au défis d'avoir un jour la même barbe que Gimli !» dis-je avec humour  « Pour l'instant on se contentera de bouclette Rousse. C'est moins impressionnant pour tes ennemis mais nous on saura de quoi on parle» je lui adresse un clin d’œil alors que je tire légèrement sur ses cheveux pour bien lui montrer de quoi je parle.

J'ai a peine le temps de me reculer d'un pas que le bateau penche brusquement. Je remarque tout juste que Robin se cramponne à moi et c'est la chute. Par reflex, je passe mes bras autour de la jeune femme pour la serrer contre moi et la protéger, mon corps faisant effet airbag alors que nous atterrissons assez brutalement contre la parois. Je suis un instant sonné mais reprends assez rapidement mes esprits lorsque j'entends la voix de Robin, disant que nous venons d'être attaqué par un Kraken. Je ne peux m'empêcher de sourire, amusé.  « Je crois que cthulhu n'est pas très content aujourd'hui. Florent n'a sûrement pas fait assez d'offrande ...» répondais-je sur le même ton alors que ce même Florent montre bien qu'il est fortement à cran en s'en prenant à Robin. Je soupire doucement et le fusille du regard  « Calme toi. On est tous à cran, pas besoin de t'en prendre à nous encore plus hein ...» dis-je avant de me redresser.

J'aide Robin à en faire de même avant qu'elle ne me demande si c'est souvent comme ça et ce qu'on risque.  « Non, ce n'est pas souvent comme ça, c'est ...»  « On risque de crever putain !» s'exclame Florent en s'approchant de Robin, menaçant pour une raison qui m'est inconnue.  « Quand est-ce que tu vas fermer ta gueule et te concentrer un moment, gamine ?» crache-t-il. Je roule des yeux et m'avance pour le stopper.  « C'est plutôt toi qui va fermer ta gueule et ...»  « Mais elle sait rien faire !» hurle-t-il en pointant un doigt sur Robin.  « Elle apprends et c'est son droit. Toi aussi t'as été comme ça un jour, toi aussi tu as vécu ta première tempête et putain j'peux te dire que Robin elle s'en sort plutôt bien» tenais-je tête à Florent. Nous nous observons quelques instants encore avant qu'il ne décide de se détourner.

 «Désolé » dis-je en me tournant vers la jolie Rousse  «Florent a du mal à se contrôler sous l'emprise du stress et de la panique » expliquais-je avant d'hausser les épaules  «Enfin, il n'a pas tort, si Robert ne nous sort pas de là, on risque d'y laisser notre vie, clairement.» je pose une main sur l'épaule de Robin et plonge mon regard dans le sien  «Mais je ne laisserais rien t'arriver, crois …. »

 « CRAMPONNEZ VOUS ! CA VA SECOUER !» hurle Robert. Je lance un coup d'oeil vers lui et vois avec horreur la vague, bien plus grosse que les précédente, qui se forme devant le bateau, élevant déjà maintenant la proue.  «Ok Robin » dis-je en attrapant sa main.  «Tu t'accroches là et ne lâche la barre sous aucun prétexte, ok ? » dis-je en posant ses doigts sur la barre de parois. Je m'accroche à mon tour puis m'approche d'elle.  «Et c'est pas le moment d'être pudique non plus » soufflais-je avant d'entourer sa taille de mon bras libre et la serrer contre moi. Au moins si le bateau chavire, nous aurons l'avantage d'être à deux. Ce qui est mieux que seul en mer.  « Une fois que tu seras dehors, que tu auras sorti la tête de l'eau, tu appuie ici dessus. Ce bouton est là pour signaler ta présence. Pas besoin de gonfler le gilet, il l'est déjà et t'aideras à flotter sans problème» dans la mesure où la mer n'est pas trop agiter, ce qui semble mal partie.


Society, you're a crazy breed
It's a mystery to me we have a greed with which we have agreed. Society, have mercy on me I hope you're not angry if I disagree.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Robbie, Robinou, La Carotte, allons-y gaiement ! Aussi auto-proclamée Love Doctor.
STATUT : Libre & polyamoureuse ♥
MÉTIER : Artiste (peintre & sculpteuse), curatrice à la galerie d'art, maman d'accueil dans un refuge pour animaux & pirate pour Sea Shepherd
LOGEMENT : En coloc' avec Gio dans une petite maison à Logan City. Venez donc ! Plus on est de fous plus on rit !

POSTS : 1147 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Hippie rêveuse, altruiste & passionnée • Un brin instable, pot-de-colle, impulsive & explosive • Née avec un énorme besoin d'affection et un terrible besoin d'en donner • Aussi née orpheline avec un cœur tout cabossé • Apaisée par le yoga & le krav maga • Vis pour les bains de minuit, la créativité sous tous ses aspects, les roadtrips improvisés, l'amitié, les bons concerts de rock, les cookies vegan, les conversations enflammées avec des êtres authentiques, l'amour libre, les sensations fortes & les roucoulements de chats ♥
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : phoenixgiovannakyte (2)maxynmartin


Phoenix Ellsworth - My brother, my heart, we may not share the same blood (and I may want to rip your head off from time to time) but what ever may come our way, I will always fiercely love you and protect you with all of my being, to infinity and beyond!


Jameson Winters - My future best friend, my fellow Metallica fan, my tartuffe sauvage, I'm bursting from excitment just thinking about all our amazing adventures to come. There's not a word yet, for old friends who've just met.


Duncan Wilde - My savior, my darling, the only doc I trust with my whole heart. I want to know everything about you. And I know you can rescue me. In fact, you already have.


Kyte Savard - No act of kindess, no matter how small, is ever wasted. You're a beautiful soul, one of a kind, and you'll always find a friend in me.


Gio Salvaggi - My muse, my rockstar. Sometimes you get lucky and find a soul that grooves with yours. And man do I love grooving with this lady.

RPs EN ATTENTE : aisling ✢ phoenix (2)
PSEUDO : Birdie
AVATAR : Rachel McAdams
CRÉDITS : avatar: shya
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Jeu 24 Aoû - 19:06



There are some things you learn best in calm, and some in storm
An entire sea of water can’t sink a ship unless it gets inside the ship. Similarly, the negativity of the world can’t put you down unless you allow it to get inside you.

J’aimais beaucoup Martin. Il était drôle et droit et doux, il avait des références qui me plaisaient et il rigolait à mes blagues. Je l’avais aussitôt adopté. Pissenlit, en revanche, c’était une autre affaire. Alors que mon ami tentait de fournir une réponse à ma question sur les risques que l’on courait, l’autre tête de fleur agressif s’est brusquement mis à gesticuler en lui coupant abruptement la parole : « On risque de crever putain ! qu’il a paniqué avec le sang froid qui semblait le caractériser. Quand est-ce que tu vas fermer ta gueule et te concentrer un moment, gamine ? » La mâchoire m’en est tombée. Quelle pugnacité ma parole, j’en revenais pas. J’ai senti mon sang monter tandis que Martin essayait de me défendre et que l’autre énergumène continuait de me pointer d’un doigt accusateur sous prétexte que je ne « savais rien fait ». Quel culot ! Ce petit merdeux devait être à peine plus âgé que moi, n’en avait pas foutu une depuis que la tempête avait commencée et à présent il déchargeait son angoisse en passant ses nerfs sur la nouvelle qui semblait inoffensive. Grosse erreur mon connard. Il allait voir de quel bois je me chauffais.

- Baisse d’un ton ducon, je suis pas ton punching-ball ! Tu me parles moi encore une fois comme ça et je te refais le portait façon cubisme !

Il m’a regardé avec les yeux tout ronds et le visage tout rouge de la colère. J’ai cru que sa tête allait exploser. A côté j’ai entendu Martin s’est excusé à sa place et j’ai secoué la tête :

- T’as pas à t’excuser Martin, c’est pas toi qui passes tes nerfs sur les autres comme un gros lâche.

J’étais si furibonde que j’en tremblais, trucidant mon adversaire du regard. Sensible, mon ami s’est glissé face à moi et a tenté de tempérer les choses : «Florent a du mal à se contrôler sous l'emprise du stress et de la panique », a-t-il expliqué.

- J’ai cru remarquer, oui.

J’ai marmonné en croisant les bras, pas franchement mature moi non plus. « Enfin, il n'a pas tort, si Robert ne nous sort pas de là, on risque d'y laisser notre vie, clairement.» Il a posé une main sur mon épaule en plongeant son regard profond dans le mien et ce contact seul a aussitôt dissipé ma colère, m’apportant une sensation de sécurité inébranlable qui contrastait avec les paroles terrifiantes qu’il venait de prononcer. Mais sans trop savoir pourquoi, je n’avais pas peur, j’étais confiance. Jusqu’à ce que...

« CRAMPONNEZ VOUS ! CA VA SECOUER !». J’ai tourné la tête et alors tout s’est passé très vite. Mouvement de panique à bord. J’ai jeté des regards paniqués autour de moi pour essayer de comprendre ce qu'il se passait. Trop tard. Le bateau se soulevait déjà. Des paroles fusaient de toutes les bouches, des ordres mitraillaient dans tous les sens, je comprenais rien. Martin a attrapé ma main pour l’accrocher sur une barre, me sommant de ne la lâcher sous aucun prétexte.

- Quoi ? Quoi ?

J'ai répété, hébétée, le cœur battant la chamade et les yeux exorbités. Il a passé son bras autour de ma taille et m’a serré contre lui à m’en broyer les côtes. Il parlait, vite et fermement, et moi j’arrivais pas à m’accrocher à un seul mot, mon cerveau paralysé de peur. Comment ça « une fois que je serais dehors » ? Comment ça « sortie la tête de l’eau » ? Quel bouton ? Quoi ? J’ai ouvert la bouche mais n’eus pas le temps de prononcer le moindre mot car le bateau a soudainement basculé si fort que j’ai du me cramponner de toutes mes forces à la barre pour ne pas tomber à la renverse. Et je crois que j’aurais lâché prise si Martin ne m’avait pas retenu aussi fermement. Au vacarme que j’entendais derrière, je crois que quelques chose - objet ou compère, je n'en savais trop rien - n'avait pas tenu le coup. J’étais pétrifiée, certaine qu’on allait se retourner comme un crêpe. Mais au lieu de ça, le navire est lourdement retomber sur les flots, la pointe de sa coque plongeant tout droit vers les profondeurs de l’océan et nous propulsant cette fois brutalement vers l’avant. La barre s’est enfoncée brusquement dans mon abdomen, me coupant la respiration.  

- PUTAIN C'EST UNE VAGUE SCÉRÉLATE ! a crié la surnommée Violette - rapport à son ombre à paupière -  et je ne savais pas si c’était de la terreur ou de l’émerveillement que j’entendais dans sa voix, surement un peu des deux. C'EST EXCESSIVEMENT RAR-

Elle n’a pas eu le temps de finir sa phrase qu’une nouvelle fois le bateau s’est soulevé brutalement dans les airs avant de replonger tête la première et cette fois, la pression de l’eau a eu raison d’une des fenêtres qui vola en éclat. J’ai à peine eu le temps de relever les yeux qu’un monstrueux amas d’eau s’engouffrait déjà par le carreau manquant.

- ATTENTION !

J’ai hurlé à l’attention de Martin alors que la plaque de verre nous fonçait droit dessus. Je me suis retournée vers lui et on s’est baissé comme un seul homme au moment où elle passait au dessus de nos têtes.

- RAH PUTAIN FAIT CHIER ! A mugi Trapu – ou peut-être était-ce le fameux Robert - en s'agitant dans tous les sens aux commandes pour tenter de composer avec la mer en furie.

- IL FAUT EMPÊCHER LA FLOTTE DE RENTRER, BOUCHER LA FENÊTRE ! J’ai criaillé, regardant autour de moi le plus vite possible pour trouver une solution.

- ET AVEC QUOI ? S’est époumoné Pissenlit en retour. C’EST TROP TARD ! FAUT SE TIRER DE LÀ !

- T’AS VU LA GUEULE DES VAGUES ? A rugi Trapu. SI ON QUITTE LE BATEAU ON EST MORTS !

- SI ON RESTE DESSUS AUSSI !

J’ai dégluti, alarmée, puis je sais pas trop pourquoi mais je me suis aussitôt tournée vers Martin et je crois que tous les autres ont fait exactement pareil.





❝we are all such radiant fuckups❞
People will disappoint you and wrong you, but they will also defend you and fight for you and bowl you over with kindness. We are all such radiant fuckups — we have to remember this and love one another for it. And even when it seems impossible, we have to be good to one another, to extend an open hand, to try to bring the light back in to illuminate the darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amoureux des laitues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 3203 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Battle ~

Abby
sujet commun
Alex

Non Battle ~

Hughey #1
Alizée #1
Jameson #9
RPs EN ATTENTE : Like Mother, like son ~


Only family left ~


A grandpa' is just a father without rules ~



We rise by lifting others ~

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
CRÉDITS : Avatar : @.wings
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 15/04/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Jeu 24 Aoû - 22:02


Je suis sur le cul, choqué et incrédule face à la violence dont fait preuve Robin. Pas la violence physique, mais la violence des mots. Elle répond à Florent avec une force incroyable, me prouvant que finalement, non, les femmes n'ont pas besoin qu'un homme prenne leur défense. Toutefois, je sens mon cœur se serrer douloureusement lorsqu'elle utilise l'expression 'refaire le portrait façon cubisme'. Je ne connais que deux personnes sur cette terre qui l'utilise : Kyte et Jameson. Se pourrait-il que Robin connaisse l'une des deux ? Ou les deux ? Je pose mon regard sur la jeune rousse qui continue de fusiller Florent du regard et note dans un coin de ma tête de lui poser la question. Si on s'en sort vivant, évidement.

Car oui, la mort me semble de plus en plus imminente. Robert nous hurle de nous cramponner, alors que le bateau est percuté par une violente vague. Il monte et descends à pique. Pendant tout ce temps, j'ai gardé Robin dans mes bras, serrer contre moi. Je parlais vite, j'en avais conscience et je ne pense pas qu'elle ait comprit plus de la moitié de mes mots. Mais, alors que j'étais sur le point de répéter, le bateau s'est violemment écrasé sur la mer et une vitre en verre a volé en éclat. Nous nous sommes protéger comme nous le pouvions alors qu'une vague à déferlé dans notre cabine. Et là, c'était la panique. Même Hélène, d'habitude si calme, était sur le point de perdre son sang froid, de même que Robert qui malgré tout essayait de garder le bateau plus ou moins droit.

Robin a crié qu'il fallait colmaté la fenêtre, Florent lui a hurlé dessus comme quoi c'était trop tard, qu'il fallait se tirer, Robert a répondu qu'on est mort si on sort, Florent répond que dans tous les cas on est mort et pour une fois je lui ai donné raison. C'est alors que les 4 paires d'yeux se sont tournés vers moi. Comme si j'avais la solution, moi ! Sous la pression, j'ai senti la panique m'envahir.  « Je …euh … je sais pas moi !» hurlais-je pour contrer le bruit assourdissant des vagues  «Dans tous les cas on aura une meilleure chance de survit si on est dehors. Si on reste ici et que le bateau coule, on coule avec lui et on est sûr de crever » je tourne mon regard vers Robert  «La bateau de secoure, il est motorisé ? Je -... »

La troisième vague s'engouffre dans la cabine et nous submerge tous. J'ai eu tout juste le temps de reprendre ma respiration et de la bloquer, alors que je ne parviens pas à savoir où est le sol et où est le plafond. Lorsque je parviens enfin à contrer la panique qui menace de prendre possession de mon corps, je commence à battre des pieds et des bras, me cogne à ce que j'imagine être le cadran de la vitre, parviens à trouver une sortie et après encore deux brassés, je me retrouve à l'air libre. Ouvrant la bouche, je laisse mes poumons emmagasiner l'air qu'ils recherchaient tant et regarde autour de moi, essayant de trouver quelque chose à quoi m'accrocher et surtout retrouver mes coéquipiers.  «MARTIN ! » j'ai entendu la voix d'Hélène hurler mon prénom et mon cœur à fait de joie. Tournant la tête, je vois la jeune femme allongé sur ce que je devine être le bateau de secoure. Prenant une profonde inspiration je nage aussi vite que possible vers et m'accroche à la parois  «T'AS VU LES AUTRES ?! » demandais-je alors que je me hisse à l'intérieur  « NON on va les chercher» répond-t-elle alors qu'elle se dirige vers l'arrière, essayant d'allumer le moteur.

Mes prières sont rapidement entendues et le moteur s'allume. Aussi bizarre que cela puisse paraître, il semble fonctionner parfaitement. Au moins ça.  «REGARDE ! » m'exclamais-je en pointant l'horizon qui s'éclaircit  «LE PLUS GROS EST PASSE ! » je capte le sourire de ma coéquipière alors qu'elle commence a guidé l'embarcation. Pour ma part je garde les yeux grands ouvert.  «LA-BAS ! » hurlais-je en pointant du doigt une lumière rouge. En nous approchons, je reconnais la tignasse rousse de Robin et mon cœur s'accélère remplissant mes veines de ce cocktail d'adrénaline ennivrant.

Je me penche par dessus bord et attrape le bras de la jeune femme. Sans ménagement et sans aucune douceur, je la tire à l'intérieur du petit bateau puis me réinstalle correctement, la laissant reprendre ses esprits tranquillement.  «ça va ? » demandais-je finalement, alors qu'elle se met doucement à bouger. Je lance un coup d’œil à Hélène et lui signifie de nous sortir du tumultes des vagues. Il me paraît évident que si Robert a pu reprendre ses esprits rapidement, il a commencé à nagé vers l'endroit où s'arrête la tempête.  « Robin, si tu vois Florent et Robert tu hurles, ok ?» qu'importe les différents qu'on peu avoir avec les uns ou les autres, jamais on n'abandonne un coéquipier derrière nous. Je ne le ferais avec personne, pas même avec James. Et dieu sait que je fuis James comme la peste.


Society, you're a crazy breed
It's a mystery to me we have a greed with which we have agreed. Society, have mercy on me I hope you're not angry if I disagree.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Robbie, Robinou, La Carotte, allons-y gaiement ! Aussi auto-proclamée Love Doctor.
STATUT : Libre & polyamoureuse ♥
MÉTIER : Artiste (peintre & sculpteuse), curatrice à la galerie d'art, maman d'accueil dans un refuge pour animaux & pirate pour Sea Shepherd
LOGEMENT : En coloc' avec Gio dans une petite maison à Logan City. Venez donc ! Plus on est de fous plus on rit !

POSTS : 1147 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Hippie rêveuse, altruiste & passionnée • Un brin instable, pot-de-colle, impulsive & explosive • Née avec un énorme besoin d'affection et un terrible besoin d'en donner • Aussi née orpheline avec un cœur tout cabossé • Apaisée par le yoga & le krav maga • Vis pour les bains de minuit, la créativité sous tous ses aspects, les roadtrips improvisés, l'amitié, les bons concerts de rock, les cookies vegan, les conversations enflammées avec des êtres authentiques, l'amour libre, les sensations fortes & les roucoulements de chats ♥
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : phoenixgiovannakyte (2)maxynmartin


Phoenix Ellsworth - My brother, my heart, we may not share the same blood (and I may want to rip your head off from time to time) but what ever may come our way, I will always fiercely love you and protect you with all of my being, to infinity and beyond!


Jameson Winters - My future best friend, my fellow Metallica fan, my tartuffe sauvage, I'm bursting from excitment just thinking about all our amazing adventures to come. There's not a word yet, for old friends who've just met.


Duncan Wilde - My savior, my darling, the only doc I trust with my whole heart. I want to know everything about you. And I know you can rescue me. In fact, you already have.


Kyte Savard - No act of kindess, no matter how small, is ever wasted. You're a beautiful soul, one of a kind, and you'll always find a friend in me.


Gio Salvaggi - My muse, my rockstar. Sometimes you get lucky and find a soul that grooves with yours. And man do I love grooving with this lady.

RPs EN ATTENTE : aisling ✢ phoenix (2)
PSEUDO : Birdie
AVATAR : Rachel McAdams
CRÉDITS : avatar: shya
INSCRIT LE : 08/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Mer 30 Aoû - 15:54



There are some things you learn best in calm, and some in storm
An entire sea of water can’t sink a ship unless it gets inside the ship. Similarly, the negativity of the world can’t put you down unless you allow it to get inside you.

J’ai vu les couleurs s’enfuirent des joues de Martin alors qu’il semblait réaliser que le poids de la décision finale pesait sur ses épaules. Ça m’a fait mal au cœur, d’ailleurs, toute cette inquiétude qu’on pouvait lire dans ses gros yeux bleus. J’ai eu envie de le prendre dans mes bras et de lui faire un câlin pour le rassurer. Mais techniquement parlant c’était pas la meilleure idée du siècle étant donné la situation plus que précaire dans laquelle nous nous trouvions, et mes bras déjà bien occupés à me cramponner à la vie elle-même. N’empêche, c’est pas l’envie qui manquait ! « Dans tous les cas on aura une meilleure chance de survit si on est dehors, qu’il a répondu après un moment d’hésitation. Si on reste ici et que le bateau coule, on coule avec lui et on est sûr de crever » J’ai déglutie. Je la sentais pas trop, cette option. Si les vagues pouvaient exploser des fenêtres et faire voltiger un bateau comme celui-là, je n’imaginais que trop bien ce qu’elles allait faire de nous autres ridicules petits humains.

- On pourrait peut-être-

Trop tard. Une troisième vague s’est engouffrée dans la cabine, engloutissant tout sur son passage, et nous avec. J’ai rien vu, rien compris, je me suis faite percuter de plein fouet, avaler, secouer, cogner, aspirer, et finalement recracher. J’ai pu prendre une grande aspiration. Mes jambes s’agitaient dans tous les sens. Je peinais à rester à la surface. Je n’étais plus sur le bateau. Autour, je ne voyais que des vagues, au dessus les nuages noirs, et en dessous, une obscurité terrifiante. J’ai sentie la panique m’envahir et ma vision se brouiller. Ce n'était pas le moment de me laisser aller, je devais agir, survivre, secourir… et pourtant... rien à faire, mon cerveau était complètement pétrifié. J’ai essayé de crier mais une vague s’est retournée au dessus de ma tête, me fermant le clapet et m’entrainant vers les entrailles de la mer. J’ai fais des pieds et des mains pour remonter mais chaque effort était salué par une nouvelle vague, l’eau s’infiltrant de plus en plus dans mes poumons. J’allais crever ! Oh mon dieu j’allais crever ! Non, ça pouvait pas être la fin ! Ça n’avait aucun sens ! Les animaux ! Phoenix ! Je pouvais pas crever comme ça ! Oh mon dieu ! J’allais crever ! Oh mon dieu ! Je – Non !! Martin !! Le bouton !! Frappée par la foudre – au sens figuré, bien heureusement - je me suis agitée comme une forcenée pour remonter à la surface, j’ai tâté mon gilet dans tous les sens et finalement il est parti, le faisceau de lumière rouge. Je l’ai regardé s’élever dans le ciel. J’ai le cœur qui battait de plus en plus fort, ma vision qui devenait de plus en plus flou. J’ai pensé à mes coéquipiers, j’espérais qu’ils étaient sains et saufs. Martin, sûr et certain, il allait s’en sortir. C’était un vrai héro de la mer, un demi Poséidon même ! On la lui faisait pas, à lui ! Alors les vagues elles allaient s’écartaient sur son passage et il allait nous repêcher un à un, pour sûr. Sacré Martin quand même ! J’ai rigolé. Et puis plus rien. Le noir.

Quand j’ai rouvert les yeux, j’ai vu le ciel tout gris partout autour de moi. J’entendais des voix, je sentais que ça tanguait fort mais j’étais plus dans l’eau, j’étais couchée, c'était solide. J’ai papilloté, déstabilisée alors que la situation me revenant à l’esprit. Et puis soudain je me suis penchée sur le côté et je me suis mise à tousser de toutes mes forces alors que des litres de flotte s’échappaient de mon gosier. - Bon ok, c’était peut-être pas des litres mais mazette c’était tout comme ! Ensuite j’ai relevé la tête et alors je ne vous raconte pas ma joie quand j’ai reconnu le visage angélique de Martin juste à côté de moi. Un immense sourire m’a fendu le visage et je me suis aussitôt relevé pour lui sauter dessus – manquant de faire chavirer le bateau, mais c’était pas grave.

- Martin ! J’ai crié en le serrant de toutes mes forces dans mes bras. Je le savais ! Tu m’as sauvé !!

En l’espace d’une journée, il était passé du stade de capitaine sympa à celui de héro rassurant à celui de demi-dieu le plus génial de l’univers, et je pouvais pas m’empêcher de la regarder avec des étoiles pleins les yeux.

- Je crois que je vois Robert !!

Hein quoi qui parle ? J’ai tourné la tête et j’ai remarquée Violette qui s’était matérialisée à côté de nous. Elle conduisait le petit bateau. Ah Violette, elle avait la classe, elle aussi ! Ensuite j’ai suivi son regard, j’ai vu notre gros bateau entrain de couler un peu plus loin et accroché dessus, une petite silhouette qui ressemblait a Trapu.

- ROBERT !!

J’ai crié en agitant les bras pour qu’il nous rejoigne, mais il n’a pas bougé. Peut-être ne m’entendait-il pas, ou peut-être avait-il toujours espoir de remettre son navire à flot, ou peut-être ne pouvait-il simplement pas bouger… toujours est-il qu’il restait là, immobile, et pendant que je me posais toutes ces questions, j’ai vu Martin plonger tête la première dans la mer en furie pour nageait aussi vite qu’il le pouvait vers son ami. Aussi impressionnée que paniquée, j’ai plaqué ma main sur ma bouche.

- Il sait ce qu’il fait, t’inquiètes pas.

J’ai tourné la tête vers Violette. Son regard était terrifié, ça ne faisait aucun doute, mais sa voix était calme, et alors je me suis demandée laquelle de ne nous deux elle essayait de rassurer en disant ça. Peut-être les deux. J’ai décidé de ne pas rajouter une couche d’angoisse et j’ai hoché la tête. Et alors là, au loin, du côté des nuages plus clairs, j’ai aperçu une lumière rouge, comme la mienne, et j’aurais juré reconnaître la petite touffe de cheveux blonde de Pissenlit sortir de l’eau.

- Oh putain ! Je me suis exclamée en me redressant vivement. Putain, putain, putain…

J’ai regardé autour de moi, paniquée. Il nous fallait un héro ! Vite ! Où était Martin quand on avait besoin de lui ? Ah oui, entrain de sauver une autre vie… Oh mon dieu, que faire, que faire, que faire ? J’ai regardé la mer, puis Pissenlit, et alors j’ai pas réfléchie, j’ai sauté.

- ROBIN MAIS QU’EST CE QUE TU FOUS ?!

J’aurais voulu lui répondre mais j’ai préféré ne pas prendre le risque de me retrouver à respirer de l’eau une seconde fois. J’essayais de rester concentré sur ma mission : nager, ne pas perdre le faisceau du regard, ne pas me noyer, sauver Pissenlit. J’étais pas encore certaine de la façon dont je comptais le sauver mais je me disais que j’aviserais une fois sur place. Alors contre vents et marrées, j’ai continuée de nager, encore et encore, et je me suis faite secouée et coulée plus d’une fois mais par le plus grand des miracles je ne me suis pas noyée et après un moment, j’ai enfin aperçu Pissenlit. J’ai voulu crier Victoire un peu prématurément mais ensuite j’ai réalisé qu’il flottait sur le ventre, le dos vers le ciel, la tête dans l’eau et ça, c’était pas bon signe. J’ai poussé un cri terrifié et je lui ai foncé dessus :

- JE TE TIENS !

J’ai braillé en me démenant pour le retourner et sortir son nez de l’eau. Son visage était complètement blafard, sa tempe couverte de sang. J’ai poussé un nouveau cri. Ensuite j’ai essayé de me reprendre.

- Merde ! Merde ! Pissenlit ! Tu m’entends ?! J’ai dis en lui donnant des petites tapes sur les joues pour qu’il me donne un signe de vie. Il y a un bateau de secours ! On va te sortir de là ! T’entends ? Me crève pas dessus petit gars, ça va aller !

J’ai cru le voir froncer un peu les sourcils, ses paupières toujours clauses, il avait pas l’air en très bon état mais nom de nom IL ETAIT VIVANT ! J’étais tellement soulagée je vous jure je l’aurais serré dans mes bras, le bougre ! Mais une fois de plus, c’était pas le meilleur moment. Alors j’ai entrepris de la ramener vers le bateau. Sauf que même si la mer était moins déchainée par ici, j’arrivais pas à bouger des masses, et quand bien même, je me souvenais plus dans quelle direction j’étais sensée aller. Merde. Tu parles d’un sauvetage ! J’ai essayé de me repérer par rapport aux nuages, ce qui ne m’a bien sûr pas aidé. Je sentais mes muscles et ma respiration commençaient à fatiguer méchamment. Et alors tout à coup, j’ai pensé à Rose dans Titanic – chacun ses références – et je me suis dis qu’il y avait forcément un sifflet sur ce satané gilet. Je me suis mise à chercher à toute vitesse et enfin, eurêka, je l’ai trouvé ! Alors je me suis mise à souffler, souffler, souffler, et j’espérais que nos amis nous retrouveraient au plus vite, de préférences avant que Pissenlit ou moi-même ne tombions malencontreusement dans le coltard, ou que Cthulhu et ses potes décident de venir nous chatouiller les orteils.  





❝we are all such radiant fuckups❞
People will disappoint you and wrong you, but they will also defend you and fight for you and bowl you over with kindness. We are all such radiant fuckups — we have to remember this and love one another for it. And even when it seems impossible, we have to be good to one another, to extend an open hand, to try to bring the light back in to illuminate the darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amoureux des laitues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans
SURNOM : Martin c'est très bien je trouves, non?
STATUT : célibataire
MÉTIER : kinésithérapeute, en formation d'ostéopathe, militant écologique à ses heures perdues, membre des Sea Sheppherd Australien
LOGEMENT : un appartement à fortitude valley

POSTS : 3203 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : J'ai été adopté à l'âge de 15 ans par mon parrain. Obligation? Elant de gentillesse et de générosité du à la pitié? Je ne pense pas. Il a été sincère lorsqu'il m'a fait cette proposition. ≈ J'ai toujours considéré ma cousine Gwen comme ma sœur. Mon adoption n'a fait qu’officialiser la chose ≈ J'étais à New-York lors des attentat du 11 Septembre 2001. Enfant capricieux, je n'ai pas voulu sortir voir les world trade center ce jour là et je suis donc rester avec Ian mon grand frère de 17 ans dans la chambre d'hôtel. Nous n'avons jamais eu de corps à enterrer ≈ Nous avons rapidement été recueilli
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Battle ~

Abby
sujet commun
Alex

Non Battle ~

Hughey #1
Alizée #1
Jameson #9
RPs EN ATTENTE : Like Mother, like son ~


Only family left ~


A grandpa' is just a father without rules ~



We rise by lifting others ~

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Adam Gallagher
CRÉDITS : Avatar : @.wings
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 15/04/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t8402-martin-i-m-on-the-hunt-for-who-i-ve-not-yet-become http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t8415-martin-david-lenny

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   Mar 5 Sep - 11:33


A peine réveillée que déjà Robin se jette à mon cou, manquant de faire chavirer la petite embarcation et me faire chuter en arrière. Je souris tout de même et passe mes bras autour de la taille de la jeune femme, souriant lorsqu'elle me dit qu'elle savait que je reviendrais la sauver.  « Toujours, Boucles Rousse» dis-je, amusé. Voilà son surnom est trouvé. Boucle rousse, à défaut de pouvoir s'appeler Barbe Rousse vu qu'elle n'a pas de poil au menton. Je répond à son étreinte avant qu'Hélène ne hurle avoir trouvé Robert. Je relâche la jeune femme et me redresse, scrutant les vagues et aperçois notre chargé du gouvernail. Ni une ni deux, je me redresse et plonge dans l'eau.

Bravant comme je peux les vagues qui s'échouent au dessus de moi, m'entraînant par moment dans le fond, je rejoins rapidement Robert.  «MARTIN !» s'exclame-t-il  «Mais qu'est-ce tu fous là ?! » hurle-t-il en me voyant.  « Je viens pour te sauver, gros tat !» répondais-je en m'accrochant à ce que je peux trouver.  « Allez dépêche toi, on va nager vers le large, la tempête est bientôt passé !» reprenais-je, désignant l'endroit où la mer semblait plus calme.  Robert hoche la tête, se lève et plonge dans l'eau pour commencer à nager. Je m'empresse de le suivre, essayant de garder la cadence.

De son côté Hélène garde son sang froid. Elle n'a pas le choix non plus car ses camarades comptent sur elle pour les sortir de là. Elle m'a perdu de vu, mais elle n'a jamais quitté Robin des yeux. Alors, lorsqu'elle entends un sifflement, elle n'hésite pas longtemps et dirige le bateau vers là d'où lui était parvenu le son.  «ROBIN ! » qu'elle hurle, afin de se faire entendre. Virant un peu à droite, puis continuant tout droit, faisant le tour, elle fini par apercevoir la lumièree rouge et clignotante d'un gilet de sauvetage et s'y dirige, poussant un lourd soupire de soulagement en voyant qu'il s'agit là de Robin.  « ATTRAPE MA MAIN !» hurle-t-elle en se penchant un peu hors de l'embarcation. Elle hisse d'abord le corps de Florent à l'intérieur du bateau de sauvetage, puis aide Robin à en faire de même. Une fois les deux hors de l'eau, Hélène redémarre, les laissant reprendre leur esprits et dirige le bateau vers le large, là où la mer est tout à fait calme.

Une fois sorti de l'orage, noyé par le soleil, elle cherche me frénétiquement du regard. Je lui fait de grands signes et, avec Robert, nous nous dirigeons vers l'embarcation. Dans un dernier effort, je me hisse dans le bateau, me recule un peu pour laisser la place au capitaine et m'allonge sur le sol. Les yeux fermé, la respiration haletante, je me permet de me prendre quelques minutes pour reprendre mes esprits. Je crois d'ailleurs que je me suis un peu endormi, car lorsque je me réveil, c'est Robert qui a prit les commandes du petit bateau. Soupirant doucement, je me redresse, cligne des yeux et observe Hélène et Robin qui sont assise dans leur coin, silencieuse. Florent, lui, est toujours allongé sur le sol, inconscient. Je me passe une main sur le visage puis regarde Robert  «Tu sais où on est ? » demandais-je. Le visage fermé, il hoche la tête sans rien dire mais ça suffit pour me rassurer.  « ça va, vous ?» demandais-je, posant mon regard tour à tour sur Robin puis sur Hélène.


Society, you're a crazy breed
It's a mystery to me we have a greed with which we have agreed. Society, have mercy on me I hope you're not angry if I disagree.





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin   


Revenir en haut Aller en bas
 

There are some thing you learn best in calm, and some in a storme || Robin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-