AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain ou rejoins un groupe d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant de possible

 F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente et un ans
STATUT : Cœur perdue
MÉTIER : Éditrice
POSTS : 6 POINTS : 5

AVATAR : Diana Agron
DC : Nope
INSCRIT LE : 27/08/2017

MessageSujet: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 14:37





Fairy Robyn O'connor
'   IL PARAÎT QUE QUAND TU RÂLES, ÇA AUGMENTE L'ESPÉRANCE DE VIE. ÇA VA JE NE RISQUE PAS DE MOURIR ALORS.'
Pièce d'identité

NOM ≈ O'connor, Nom de famille symbolique et réputer, de par la carrière de ton père, tu n'affectionnes, pourtant, ces deux derniers. Issu d'une famille aisée, oui, tu pourrais jouer de tes relations, seulement, tu t'affères, tout particulièrement, à les renier. Sûrement liées aux origines. Au tempérament, de cet homme, impartiale et colérique, qui a plongé ta famille, dans le déclin. Le drame absolu... Mais, comme on dit, on ne choisit pas sa famille. Loin de là. PRÉNOM(S) ≈ Fairy. Tu réponds à ce prénom depuis ta naissance. Prénom original. Fairy pour ta douceur, pour ta fragilité, pour ta beauté. Pour le temps présent qui pourtant s’efface peu à peu. En hommage pour ta grand-mère - cette femme vive d'esprit et qui possédait une gentillesse inouïe. Et, Robyn comme l'acolyte de Batman, sauf que tu est une fille. Un choix cornélien. Tu n'étais pas censé être une fille - une surprise énorme pour tes parents. Pour tout ce que tu apportes comme joie de vivre, comme bonté et comme sincérité. Robyn c'est joli. Robyn c'est gentil. Ça sonnait pure. Ça sonnait sucré. ÂGE ≈ Trente et un ans. Non seulement, on t'a taquinée, sur ton jour de naissance, mais en plus de cela, il faut rajouter une couche, sur ton âge ! En effet, tu viens de souffler tes trente et une bougies et tout le monde te fait la remarque. Te met en garde contre les années à venir. Comme quoi, tu commences à te faire vieille... Mais, tu t'en moques, dans le fond. Ce cap, tu le passes haut la main. Ce n'est qu'un chiffre, après tout. La tête pleine d'envie d'évasion, de voyages, de désirs. LIEU DE NAISSANCE ≈ Voyant le jour, un trente et un octobre, on t'a beaucoup charrier, durant ta préface d'adolescence. Te nommant, ainsi, Samantha, comme dans « ma sorcière bien aimée. » Ce n'est point cela, qui t'a braqué et t'empêcher de vivre, cependant. Au contraire ! Ton premier jour, tu l'as vu. Ou plutôt aperçue, entre tes yeux mi-clos, à Brisbane. C'était une belle journée ensoleillée. Bien plus chaude, qu'aux températures, qui étaient, habituellement, annoncées. Les feuilles rouges écarlates et cramoisies, commençais à tomber, de leurs arbres, anciennement, printanier. Mais, tu ne pensais qu'à te nourrir. Sentir le doux parfum enivrant et naturel, de ta mère. Dormir, dans le creux de ses bras, de surcroit. STATUT SOCIAL ≈ Cœur perdue. Le prince charmant, tu n'y croyais point. C'est ce que tu laissais entendre, en tout cas... Secrètement, tu nourrissais des sentiments amoureux à l'égard de Hadrian. Et, aujourd'hui il est devenu ton patron, tu ne fis rien. Tu demeurais dans le silence, le plus totale. Le plus complet. MÉTIER ≈ Rêvant tutus, chaussons. Danse gracieuse, sur un air de Tchaïkovski. Tu te complaisais dans l'idée de devenir une étoile montante, au sein de grands ballets. Et ce, depuis toute petite. Malencontreusement pour toi, ton rêve ne put se réaliser, étant donné que, vers l'âge de tes quinze ans, Tu vécu. Subit, un grave accident de voiture, qui faillit te couter la vie. C'est ta jambe droite, qui empâtait sur la douleur, et qui manqua de te l'a faire perdre, par la même occasion. A la suite de cet événement traumatisant, tu devais, logiquement, te choisir une autre vocation... Tu t'intéressais, alors, à l'art - de toute sorte. Mais, tu tombais amoureuse dans le monde de l'édition. Tu dus apprendre le métier, sur de longues études. Mais, en vis le bout, avec l'obtention de tes beaux diplômes. Devenue ainsi une brillante éditrice. ORIENTATION SEXUELLE ≈ hétérosexuelle, pour le plus grand plaisir des hommes. GROUPE ≈ Trente ans sinon rien. AVATAR CHOISI ≈ Dianna Agron.

Les informations en vrac

Tu adores la danse classique, les ballets, depuis toute petite. ★ Etant issu d'une famille aisée, cette dernière n'a jamais manqué de rien ★ Durant une bonne partie de son enfance, Fairy partait, souvent, avec sa famille, au Canada, pendant leurs vacances. Plus précisément, durant les périodes de fêtes, de fin d'année. Par ailleurs, la jolie blonde, raffole de la neige.★ Malencontreusement, Fairy a perdu sa mère, durant l'âge de ses cinq ans. C'est pourquoi, avec sa sœur, vous avez subi un manque constant, de tendresse et d'affection. ★ De part son travail, il était très pris, oui. Il passait, même, sa vie en dehors de la maison, afin d'oublier la mort tragique, de sa femme. Mais, ce dernier était, surtout, craint, à cause de ses crises de colère, constantes. Et, dès qu'il rentrait chez lui, le jeune homme noyait son chagrin, dans l'alcool ★ Les seuls souvenirs, pour le moins, agréables, que Fairy garde, précieusement, dans le fond de sa mémoire, c'est que, le matin, il lui servait son bol de céréales et l'accompagnée, parfois, au parc, lorsqu'il était dans ses beaux jours. De meilleure humeur ★ C'est dans le courant de tes huit ans, que tu as fais la connaissance de Siobhan, qui en devient immédiatement, ta meilleure amie. Ta confidente. Ton âme sœur, ta petite princesse , comme tu aimes bien le mentionner. ★ Fairy est tomber amoureuse durant son pré-adolescence d'Hadrian, sans jamais vraiment osé l'approcher. ★ Passé le cap des quinze ans, Fairy eut un grave accident, qui faillit lui coûter la vie, ainsi que sa jambe droite. Il a fallu qu'on l'opère d'urgence, afin que, cette dernière, l'a conserve. Malheureusement, la jolie blondinette, en soit reconnaissante - une elle cicatrice que tu caches aux yeux des autres. ★ Suite après cette épreuve, Fairy se doit de changer ses plans. Sa vocation. En commençant à s'intéresser à l'art - de toute sorte, d'ailleurs. Tu te penches sur l'écriture. ★ Tu commence, dont, à suivre des études, baser sur la littérature. Dévorant chaque bouquin les uns après les autres. ★ C'est dans le courant, de sa deuxième année d'études, que Fairy est appeler d'urgence, de la part d'un inconnu, afin de venir rejoindre sa grande sœur, qui se trouve à l'hôpital, et qui a eu, un grave accident de voiture. C'est, une fois rendu sur place, que tu rencontre, ainsi Graham, qui a tenté de sauver la vie, de cette dernière. ★ Dans son malheur, Fairy perdit sa sœurette, dans les quelques heures suivantes. C'est pour cette raison, que le jeune homme, l'a pris sous son aile. Il lui à apporter en main propre la chaîne que la défunte portait, autour de son cou. Et, qui se trouve être un flocon. Symbole même de leur lien fraternel, que Fairy lui avait passé, étant enfant. ★ Tu adore passer des heures à la bibliothèque, les livres sont les reflets de l'âme ...ou un truc comme ça. Malgré ton soucis pendant ton adolescence avec la danse, tu essaye de combler ce vide en reprenant des cours de danse. Les enfants sont très souvent au centre de tes intérêts. ★ aussi longtemps, que, tu t'en souviennes, tu adores la neige ★ tu ne sais, absolument, pas mentir, et a d'ailleurs horreur, qu'on fasse de même, à ton égard ★ malheureusement, quand on te pose une question qui te semble trop embarrassante, tu es plutôt du genre à vouloir détourner la conversation ★ tu es très protectrice envers tes proches et ton entourage ★ tu es, également, jalouse. aussi bien en amitié qu'en amour ★ tu es du genre compréhensive et tente toujours de te mettre à la place des autres, pour essayer de saisir leur point de vue ★ on peut te faire confiance, et même sous la torture, tu ne cracheras le morceau ★ par contre, même si tu n'es pas du genre à étaler tes problèmes et ta vie privée, on peut facilement te faire céder, en te donnant du chocolat ★ Quand tu te sens contrarié, tu te mets à griffonner, dans un calepin, que tu garde toujours, précieusement, dans ton sac ★ tu adores cuisiner et donner des cours de danse, à tes heures libres ★ tu es une maniaque de la propreté ★ tu as une peur bleue des clowns ★ tu raffoles des glaces à la vanille, avec de la sauce chocolat par-dessus. du nougat et les litchis ★ tu manges toujours les dragibus noirs, en premier, car, ce sont tes préférés ★ tu es allergique à l'ananas, et, dès que tu sens qu'il y en a, tes yeux gonfles comme des balles de tennis ★ tes desserts préférés sont le cheescake, ainsi que le crumble ★ tu détestes les champignons ★ tu adores te balader sous la pluie, ou t'endormir, avec ce bruit. ca te berce ★ tu adores les animaux et serait, tout à fait, prête, à les défendre, contre la maltraitance ★ tu aimes les enfants, aussi, mais tu te braques,au fond, tu as peur de ne pas être une bonne mère. tu songes, sérieusement, à rédiger, un livre. ★ Le bruit de la pluie, à la fois calme et doux, mais qui claque violement sur les fenêtres lorsqu’il y a du vent, cette petite chose apaisante qui te fait du bien quand tu prétends que tout va bien alors que ce n’est pas le cas ★ Courir le matin, quand on peux toucher du bout des doigts ce moment où le monde se réveille, où les rue commence à s’animer pour vivre à cent à l’heure ★ Prendre une douche froide pour faire redescendre la pression et te remettre les idées en place quand tout semble partie en vrille ★
Regarder les documentaires stupide sur tous les sujets possible et inimaginable, pour prétendre en savoir plus que le voisins sur ce qui se passe dans le monde ★ Se laisser porter par la foule au heure de ponte dans le métro ★L’odeur piquante de l’essence qui te rappelle que tu es en vie et que tu as de la chance ★ Le doux souvenirs de ces longues nuit d’été à regarder les étoiles avec ton grand-père ★ Surprendre les gens en les photographiant au moment où ils s’y attendent le moins , afin de saisir l’instant ★Collectionner les tickets de caisses, comme un symbole du temps qui passe et un rappel de la seule vie qui nous est offertes alors ne vaut mieux pas la gâcher ★ Allergiques au Kiwi, tu as toujours rêvé de pouvoir en manger alors quand tu as eu un chat tu l’as appeler comme le petit fruit vert à la peau râpeuse ★ Tu déteste par-dessus tous les gens qui s’apitoie sur leurs sort et se plaigne sans cesse, les psy ne sont pas fait pour rien, puis faut avancer dans la vie ★Tu ne peux pas conduire sans écouter de la musique et tu es surement la seule sur Terre à apprécier les bouchons qui s’éternise sur l’autoroute   ★ Tu aimes les plaisirs simple que peuvent offrir la vie comme profiter d’un bon verre de vins en terrasse ou encore un plateaux-repas devant une bonne série. ★Tu aimes découvrir de nouvelles choses et voyager ★ Même adulte tu es un avaloir à sucrerie en particuliers les sucettes à l’orange, celle que tout le monde laisse dans le paquet habituellement ★ Tu déteste les gens qui expose leur richesse pour rabaisser les autres ★ Tu n’aimes pas que l’on te juge toi et ta famille sans savoir toute l’histoire   ★ Tu voudrais pouvoir vivre éternellement tant la vie offre des possibilités ★ Tu n’es pas indécises, mais tu as toujours peur de faire le mauvais choix et Dieu sait combien tu en as fait ★ Il t’arrive souvent de médité, cela t’aide à mettre de l’ordre dans tes idées quand tu fais face à une situation difficile   ★ Tu crois en une entité supérieure, mais tu ne te retrouve dans aucune religion ★ Tu as un humour qui n’as pas de limite et ton grain de folie fait souvent ton charme ★ Tu est gauchère, mais tu t’entête à vouloir devenir droitière ★ Tu adore prendre la voix des gens célèbres et les imiter pour faire rire les gens. ★ Quand tu es nerveuse tu parles trop ★ Tu n'aimes pas parler de toi, tu préfères de loin écouter et conseiller les autres ★ Tu as ce goût prononcer pour les meubles ancien et les choses vintage


Le joueur derrière l'écran

Sur le net, on m'appelle TiFou, mais appelez-moi Tifany . J'ai 22 ans, et je viens de Belgique, mais je compte pas y rester longtemps et rejoindre mon copain en Espagne ( oups je raconte ma vie). J'ai découvert 30YSY grâce à A un autre forum DE CEUX, et j'ai cédé à m'inscrire parce que je suis tombé amoureuse de cd personnage. Malgré mon emploi du temps chargé, je pourrai tout de même être présent(e) 6/7 par jours tout dépend de mon réseau.. Mon personnage est un SCÉNARIO celui du beau Hadrian . Je suis content(e) de vous rejoindre dans l'aventure et Je vous love tous et toutes .

Code:
<pris>DIANNA AGRON  ≈</pris> Fairy O'connor




Dernière édition par Fairy O'Connor le Ven 1 Sep - 14:33, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente et un ans
STATUT : Cœur perdue
MÉTIER : Éditrice
POSTS : 6 POINTS : 5

AVATAR : Diana Agron
DC : Nope
INSCRIT LE : 27/08/2017

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 14:38




Il était une fois, mon histoire
IL Y A DES DISCUSSIONS QUI NE SE TERMINERONT JAMAIS. IL Y A DES EXPLICATIONS QUI NE SE TIENDRONT JAMAIS. IL Y A DES SOUVENIRS QUI NE MOURRONT JAMAIS.
PART I : PROLOGUE.


    « Le vent est à l'est, la brume se lève. Quelque chose se prépare, et arrivera, tôt ou tard. Je ne saurais dire, ce qui nous attends. Mais, ce qui va se produire, est arriver, avant... »



CHAPTER I - ONCE UPON A TIME : PILOT.


Assise sur les marches du grand escalier, tu jouais, sagement, aux barbies. A côté de la maison parfaite, que tu leurs à faite, un dossier avec inscrit, tout simplement "Papa". Dans ce dossier des dessins, tous assemblés là, depuis trois ans, représentant toute la petite famille que vous étiez... Petite ? Tel n'est point le mot qui conviendrait, c'est juste que tu ne te rends guère compte, de l'ampleur que tout cela a. Tu te mis à sourire, telle une idiote balafrée - un doux et mignon petit rictus, qui s'agrandit, quand tu vis, enfin, arriver ce que tu  attends depuis ce matin... « PAPA! » Ton petit rire d'enfant, emplie le hall. Tout le monde se tourne vers toi, tandis que tu essaies de courir vers lui, et ce malgré le volume formé, par toutes les couches de robes et de jupons, que tu as sur ta frêle silhouette. Tes petits cheveux, aussi blonds que le blé, retombant tout le long de ton dos, en cascade. Ton père, et tous ses amis te regardent faire, quand tu arrives, enfin, vers lui. Il te serre contre lui, avant de te murmurer une phrase que tu entends, continuellement. « Fairy, pas maintenant... » Cette phrase que tu détestes, que tu entends tout le temps, et auquel tu ne vois jamais d'issue. Tu regardes ton père, les yeux embués de larmes, et laisse tomber par terre tes dessins, avant même, de courir en pleurant, dans ta chambre. Ta grande-sœur te regarde pleurer, seule, sur ton lit. Toi, la petite enfant, qui n'avait rien demandé à personne... Alors, que tu étais toujours allongée sur ta petite couchette, bien douillette, ta sœurette arriva doucement, et s'allongea à côté de toi, te caressant les cheveux, dans une tendresse, une douceur infinie. C'est un rituel que vous aviez entre vous deux. Quand tu étais, encore toute petite, tu n'arrivais, point, à t'endormir, sans que la jeune femme ne vient à tes côtés, te caressant la joue, délicatement, en prononçant le nom des couleurs. Et là, alors que tu te sentais mal, que les larmes coulaient à flots, sur tes joues nacrées, celle-ci faisait la même chose - elle faisait la seule chose, qu'elle savait capable de te calmer. Elle sait combien il est dur pour toi, de ne pas partager autant de temps que tu le voudrais, avec votre père, mais ce que tu ne comprenais pas, dans ton jeune âge, c'est qu'il avait bien d'autres choses à faire, à penser. « Ne t'en fais pas. Un jour, ça s'arrangera, Sweety. Je te le promets. » Avoua Riley, en continuant de te caresser les cheveux. Tu t'endormis, alors, dans ses bras, espérant qu'elle aurait raison. Que vous auriez, enfin, l'occasion de profiter de votre paternel. Hélas... Tu ne pouvait savoir ce qui se tramait juste derrière ces sourires et ces faux semblants. Derrière le comportement colérique et impartial, de ce dernier, qui s'acharnait au travail...



CHAPTER II - LA PRINCESSE AUX BISOUS MAGIQUES.

« TOUT COMME IL EXISTE DES COUPS DE FOUDRE EN AMOUR, IL Y A, QUELQUE FOIS, DES COUP DE FOUDRE EN AMITIE. »


Le parc était, sans nul doute, le plus bel endroit de Brisbane. Des journées entières, durant, tu flânais entre les allées boisées, courant derrière les écureuils en riant, saluant les passants souriants. Tu adorais cet endroit. Cette contrée verdoyante. Cet immense espace, où tu avais vu le jour. Et, sans doute, que tu retrouvais, en ces promenades quotidiennes, un quelconque réconfort. Bien que ton père n'avait point, énormément, de temps à te consacrer, certains jours, cependant, tu venais te promener avec lui, main dans la main, aux côtés de ta grande-sœur. Votre paternel te laisser jouer en toute liberté, en ces lieux. Tant que tu ne t'éloignais, guère trop... Parfois, tu t'autorisais à t'asseoir sur un banc et regarder les autres enfants jouer, ensemble. Glisser sur les toboggans colorés, se balancer jusqu'à toucher le soleil, et caresser les nuages duveteux, sur les balançoires. Une fois, tu avais voulu tester. Etre comme tous ces enfants, insouciants et innocents, et tu ne t'étais fait prier plus longtemps, pour venir t'installer, confortablement, sur une des balançoires. Voulant t'envoler vers les cieux, bougeant rapidement les jambes, pour aller toujours plus haut. Tes cheveux blonds, comme les blés, voletaient, furibond, derrière ton tracé, et cette vision accaparait l'attention d'une petite fille, qui se trouvait au loin. Peut-être, était-ce pourquoi, lorsque, tu chutais lourdement, sur le sol, elle avait accourue, sortant un carré de tissu de sa poche, pour venir l'appliquer sur ton genou, d'où perlait l'essence écarlate, à l'amer odeur de rouille. Tu laissais s'échapper larmes de douleur, de tes orbes caramélisées, et elle s'enquit de ton état. Cependant, la douleur n'arrivait à passer... Tu vis, alors, cette tête brune se pinçait les lèvres de frustration, et soudain, une idée - elle se pencha légèrement, et aussi doucement que possible, posant ainsi sa bouche, contre ta plaie encore saignante, pour y déposer un furtif baiser, qui vraisemblablement, faisait disparaître toute douleur, instantanément. Tu séchais rapidement tes larmes de crocodiles, en lui exprimant ta gratitude, dans un mignon petit rictus. « C'est ce que ma tata fait, quand je me fais mal. Un bisou magique et hop, on se sent beaucoup mieux! » Tu l'observais, désormais, avec un regard intrigué. Voir, comme si tu venais de croiser un revenant, cependant que vous vous releviez, doucement. Un bisou magique ? Voilà bien une chose, qui ne t'était guère familière. Tu ne te fis prier plus longtemps, pour le lui montrer, par ailleurs, mais, la jeune fille te rassura, immédiatement, en t'expliquant que sa tante le lui avait fait connaître, assez tôt. « Ah... Je m'appelle Fairy Robyn et toi ? » - « Fairy Robyn  ? Fairy.. Genre... ça existe comme prénom ? Il est bizarre ton nom! Moi, c'est Siobhan. » Se moqua-elle, gentiment, à l'entente de ton nom. Pour toute réponse, tu lui tirais la langue, dans une moue adorable et naïve de petite fille, et croiser les bras sur ta poitrine, dans un semblant d'air contrarié. Elle se serait presque excusé de t'avoir offensée, si tu n'avais pas ajoutée, aussitôt. « Tu peux parler, toi !  Je n'ai jamais entendu quelqu'un s'appelait, ainsi. Et puis... Tu t'es pris pour un super héros, en me secourant, comme ça ! » Vos rires éclatèrent et résonnèrent alors, à l'unisson, dans le parc. On dit qu'il existe des coups de foudre en amour. Mais, ce jour-là, vous aviez connu plus beau, plus fort et plus intense encore que cela : un coup de foudre amical.



CHAPTER III - L'APPEL DE L'ANGE.

« LE VOYAGE NE S'ACHEVE PAS ICI. LA MORT N'EST QU'UN AUTRE CHEMIN, QU'IL NOUS FAUT TOUS PRENDRE. LE RIDEAU DE PLUIE GRISATRE, DE CE MONDE, S'OUVRIRA, ET TOUT SERA BRILLANT, COMME L'ARGENT. ALORS, VOUS LES VERREZ... LES RIVAGES BLANCS. ET, AU DELA, LA LOINTAINE CONTREE VERDOYANTE, SOUS UN FUGACE LEVER DE SOLEIL. »


Cela faisait un moment, déjà, que tu patientais, dans le plus grand silence. Tu regardais le sol d'un air vide, totalement absent. Les secondes semblaient durer des heures... Ton pied tapotait nerveusement le carrelage, qui était d'un blanc immaculé. Quelques fois, tu t'autorisais à porter ton attention, sur cette horloge, qui était sagement accolée au mur. Comme si cela allait faire quelque chose... Tu laissais s'échapper de tes lèvres rosées, un soupir, aussi léger qu'une brise, cependant que, tu sentais le regard de cet homme, braquer sur toi - cet homme, que tu ne connaissais guère, mais, qui pourtant, venait de sauver la vie de ta grande sœur. Il l'avait menée, jusqu'ici, dans cet hôpital, alors que cette dernière, lui avait recommandée de t'appeler, pendant qu'on s'occuperait d'elle. Tu avais, alors, accouru, aussitôt. Tu avais couru, jusqu'à en perdre haleine, et c'est là, que tu le vis. Au détour de ce couloir... Il aurait très bien pu la laisser là, toute seule. Sans nul doute, que tu n'aurais jamais été mis au courant, a moins qu'un médecin n'appelle directement, sur ton cellulaire, pour t'annoncer une terrible nouvelle, mais au lieu de quoi... Ce bel apollon avait suivi ses recommandations, bien sagement. Et, tu savais, sans nul doute, que tu ne serais jamais assez reconnaissante, pour ce qu'il a fait. Tu étais réellement touchée, par son geste, même si, en cet instant, tu te faisais du mouron, pour ta soeurette... « Est-ce que... Je peux faire quelque chose ? Vous offrir une boisson. Un petit truc à grignoter, peut-être ? » Te demandait ton sauveur, d'un timbre, qui se voulait doux et rassurant. Restant sagement assis, à tes côtés. Tu te raclais la gorge, afin de te faire entendre, et croiser son doux regard envoûtant, pénétrant. « Merci. J'apprécie ce que vous faites. Vraiment. Probablement que, je ne pourrais jamais, assez, vous exprimer ma gratitude, mais... Vous en avez déjà assez fait, pour moi. Je... Je ne voudrais surtout pas vous importuner. » Après tout, il était libre de partir, si ce dernier le voulait... Il ne te devait rien. Absolument rien. Ou, disons, que c'était plutôt toi, qui te sentait redevable. Qui plus est, cela t'embarrassée... Qui sait... Sa femme, ses enfants devaient sans doute l'attendre, chez lui. Ils devaient, quelque peu, s'inquiétaient, alors que tu le retenais. Même si, ce n'était guère ce que tu voulais, dans le fond... «  Mais, qui a dit que vous m'importunez ? Et puis... Est-ce une façon de me remercier ? » Te rétorquai-t'il, d'une voix délicieusement mélodieuse, suave. Soulignant, au passage, la faveur, que tu lui devais. Essayant, certainement, de détendre l'atmosphère, qui plus est... T'adressant, ainsi, un mignon petit rictus. Tu le lui rendis, alors, toujours aussi embarrasser... Tu te sentais ridicule. Affreusement ridicule... Il était là, à attendre, une quelconque réaction de ta part, avec son regard d'ange, son sourire à faire fondre sur place. Son doux visage pénétrant. S'en était presque déstabilisant... Durant quelques instants durant, tu t'attardais sur ses fins traits de visage. Sur ses opales, au tintement caramélisées, chocolatées, dont tu te noyais considérablement et irrévocablement. Tu visualisais sa carrure joliment sculptée, élancée et gracieuse, qui était sagement accoutrée de sombre tissu. Il avait l'air d'être sorti de nulle part. Un peu, comme si un ange venait de tomber du ciel. Tu ne voyais que lui. Tu n'entendais, ne prêter plus la moindre attention à ce qui t'entourait. Cela te semblait abstrait, indigne de ton intérêt. Seul lui t'importait, désormais. Cela en devenait presque irréel. Il était bien trop beau pour être vrai. Sûrement que ton imagination, te jouait quelques vilains tours... Tu vis ses fines lèvres, méticuleusement, douces et pulpeuses, s'entrouvrirent, néanmoins, que tu tentais de reprendre tes esprits. Qu'avait-il dit ? Tu fronçais les sourcils, dans un semblant d'incompréhension, adressant au bel apollon un regard navré. L'obligeant, à se répéter. «  Je m'appelle Graham, et vous ? » Répéta-t'il, avec courtoisie, bien que tu perçue une pointe d'amusement, dans le son, de sa voix, délicieusement, mélodieuse. Tu ne put t'empêcher de rougir, tel un pivoine. Hochant, alors, la tête, comme une pauvre demeurée. « Je suis enchantée de faire votre connaissance, Graham. Bien que... J'aurais souhaitais vous rencontrer dans de meilleures conditions... Et, je m'appelle Fairy. Mais, tout le monde m'appelle Sweety ou, tout simplement, Fai. » Tu étais vraiment stupide... Jamais tu n'aurais l'ombre d'une chance de lui attirer plus d'attention que cela. Tu n'étais rien, et encore moins, quand tu te trouvais face à un bel homme, comme lui. Il te troublait, te décontenancer. Te déconcerter. Tu ne le connaissais point, et pourtant, il sentait tout aussi bien que toi, qu'il te faisait un certain effet - effet qui s'avérait, pourtant réciproque, contrairement à ce que tu te laissais croire. Il se leva, dont, avant même de pivoter, et de te tendre la main, pour t'aider à te relever. Tu le remerciais, en te levant plus ou moins facilement, grâce à l'appui qu'il t'offrait. C'est ainsi, que vous vous dirigiez vers la cafétéria, a pas léger, feutrés... Ce fut, malgré tout, un agréable moment. Vous appreniez à vous connaître, un peu plus, que de coutume, que de raison. A vous trouver des points communs, des centres d'intérêts. Bien, que, dans le fond, tu ne parlais guère, beaucoup de toi. De ton trouble et douloureux passé. C'était mieux, ainsi... Cependant, vous décidiez de ne point vous attarder, trop longtemps. Juste en cas de nécessité. Si un chirurgien en venait à passer, durant ce temps... Et, cela ne manqua guère, puisqu'une fois de retour, il se dirigea vers vous deux, en te présentant toutes ses condoléances. Tu restais, là, durant quelques longues minutes. Tu étais aussi droite qu'un piquet. Aussi raide qu'une planche de bois. Tu tentais de retenir tes larmes. En vain... Tu peinais à reprendre ton souffle hacher. Tu tentais de t'asseoir. De faire un mouvement, mais rien n'y faisait. Tu étais bloquée, paralysée. Tu sentais tes jambes devenir coton, et c'est sans crier gare, que tu t'effondrais, sous les regards attristés des deux hommes.« Laissez, je m'en occupe. » Entendais-tu, entre deux sanglots, alors que Graham, te prenait, tout entière, dans ses bras, pour t'amener dehors. A l'air frais. Tu voulais bouger. Te débattre. Dire au bel apollon que tu pouvais te débrouiller, toute seule, mais tu te sentais aussi inerte, vider qu'un poisson. Rapidement, vous arriviez jusqu'à la voiture de ce dernier, qui tenta de te calmer, tant bien que mal. Te demandant, alors, ton adresse. Et, bien que, tu avais du mal à lui répondre, que tu avais toutes les raisons de te méfier, tu t'en moquais, cependant. Plus rien n'avait d'importance, désormais... Tu pouvais très bien te faire kidnapper. On pouvait te vouloir du mal. Te torturer, que ça ne serait rien, en comparaison de ce que tu ressentais. Tu venais de perdre ta grande-sœur. Le seul être, que tu chérissais. Que tu aimais, sans nul doute, le plus, en ce bas monde, dans cette vie terrestre... Le trajet se passait, dont, dans le silence le plus total. Le plus complet - un silence, à en retourner n'importe quel spectre, dans sa pierre tombale. Dans sa propre sépulture. Sans faire de mauvais jeux de mots, bien sûr... Tu essayais de garder les yeux ouverts, mais tu te sentais totalement partir. Tu tentais de t'emmitoufler dans ton manteau. De te recroqueviller. Sentant le froid t'envahir, te parcourir l'échine, cependant que le beau brun voyait ton état. Il monta alors, le chauffage, et se risqua à te parler. Tentant de te réconforter, comme il pouvait... Et, puis... Vous arriviez, enfin, devant cette lugubre bicoque, qu'était ta demeure. Qui donnait un air affreusement froid et glauque. Tout comme ta misérable petite vie, le devenait. Tu aurais très bien pu remercier ce bel homme, qui t'avait ramené. Lui certifier, que ça irait. Que tu pouvais rentrer, sans problème, mais, dans le fond, il sentait que tu n'en étais, point, capable. Sans nul doute, avait-il peur que, tu commets une bêtise. Un acte tout aussi délibéré, qu'il en deviendrait stupide et barbant, sur le moment présent. Alors, il appela ta meilleure amie : Siobhan. Parce qu'il savait que tu aurais besoin de son aide.



CHAPTER IV - OMBRE ET POUSSIERE.

« CA NE S'ARRANGE PAS, AVEC LE TEMPS. LA DOULEUR, JE VEUX DIRE... LES BLESSURES CICATRISENT, EN SURFACE. T'AS L'IMPRESSION QUE, TU N'AS PLUS MAL. ET PUIS, AU MOMENT OU TU T'Y ATTENDS LE MOINS, LE CHAGRIN RESURGIT. HISTOIRE DE TE RAPPELER, QUE TU NE SERAS PLUS JAMAIS LA MEME. »


Y a comme un flottement dans l'air, une absurdité qui plane sans même que son ombre apparaisse. Elle est là, dans la solitude de son âme, dans les étoiles consternée par la grandeur de la voie lactée. Elle brille d'un regard sans lendemain et vole au dessus des nuages. L'amour la ronge, l'avenir la déstabilise, la mort la brutalise. Elle vit au jour le jour, elle ne réfléchit plus au jour prochain qui viendra sans laisser le temps passer lentement. Elle ne s'écroule pas cependant, elle est là, le regard fixe, perdu dans le vague, perdu dans son âme. Elle voudrait danser à en perdre haleine, elle voudrait voler à s'en couper le souffle, elle voudrait voyager à en devenir folle. Elle est pas complètement perdue, elle vogue au grès du vent, au grès du temps, sur des eaux au goût amer, au goût incertain. L'incertitude, elle connait, elle la guette comme une vipère guetterait sa proie. Y a pas de juste milieu, y en a plus. Elle a disparu avec son âme, laissant derrière elle une traînée de poudre de son enfance. ✼ journal de Sweety

Tel bleu azur, l’océan s’agite, l’océan se réveille. Au fond de tes yeux, rien ne va plus. Parce que c’est un océan de larmes qui déferle. Pourquoi pleures-tu ? As-tu si mal que ça au coeur pour vouloir verser toutes ces perles cristallines, des larmes et encore des larmes. Tu laissais retentir le répondeur, une nouvelle fois, contre l'oreille de ton petit prince, et lâcher un soupir las, qui frémissait contre tes lèvres, en faisant retomber le combiné de ton visage, pour le voir tomber lourdement sur ton lit. Tu t'allongeais de nouveau sur le côté. En position du fœtus, et prenait ton visage entre tes mains. Fermant les paupières, sur tes orbes ténébreuses, pour évacuer le trop plein de pensées embrouillées, qui se percutaient dans ton esprit. Tu ne voulais lui répondre. L'embêtait avec ta pathétique histoire. Cela faisait maintenant des jours, des semaines, que tu avais décidée de disparaître de la circulation... Introuvable, injoignable... Tu n'étais plus venue, non plus, au parc. Ne donner guère, la peine de répondre au moindre coups de fil, de ton meilleur ami... Tu te doutais, pertinemment, qu'il devait se poser des tas de questions. Pourquoi tu jouais la morte, de la sorte. Mais, tu ne pouvais pas... Tu ne te sentais de taille à tout lui révéler. Ta poitrine était encore plaie béante, qui te consumait un peu plus chaque jour, de l'intérieur. Tu avais perdu l'appétit. Le goût à la vie. Tu étais là, dans ta couche, depuis de nombreux jours, et tu ne faisais plus le moindre mouvement. Mourir, c'est tout ce que tu souhaitais... Tu voulais uniquement que ça s'arrête. Tu ne voulais plus ressentir cette douleur lancinante, qui te transperçait de ses piques de glaces, à longueur de temps. Qui te perforait le cœur, un peu plus encore, alors que les secondes s'égrenaient, à travers ce sablier, qui marque ton apogée. Ton temps... Un légume vivant. Une poupée de chiffon. Une coquille vide, dénuées de sens, d'expressions. Dénuées du moindre petit sentiment. Ombre et poussière... Voilà ce que tu étais devenue... Tu te laissais sombrer, dans un sommeil sans rêve, lorsque soudainement, tu entendais frapper du poing, contre ta porte d'entrée. Tu te levais difficilement, ne prenant la peine de remettre tes mèches rebelles, derrière l'une de tes oreilles, et dévoilée, avec une certaine surprise et une pointe d'embarrassement, l'entrée à Siobhan, qui était là, haletant. Cherchant son souffle. Il ne te fallut pas plus de difficultés pour saisir, que cette dernière avait dû courir, sûrement son sport habituelle. Sur le coup, tu remarquais son visage rayonnant de bonheur - bonheur qui s'évapora, pourtant sitôt, qu'elle aperçue tes prunelles rougies par les larmes, et ton teint blême et fatigué... « Mon dieu, Sweety, tu a vue ta tête ? » disait-elle sans ménagement. « Je... C'est juste, que... Je ne suis pas en forme, c'est tout. » Tu la vis, alors, croisés les bras, sur sa poitrine, secouant son visage de gauche à droite - elle te connaissait bien, et elle savait que ton nez s'allongeait, comme Pinocchio. « je sais que tu souffres, sache que je te promets que ça passera avec le temps. » - « J'ai pas envie d'en parler. » - Tu la vis, dont, se rapprocher, dans une ultime tentative de consolation - tu t'ecartais, pourtant. Fuyant son regard, fuyant son contact. « Elle est morte, ma sœur est partie... rien ne pourra la ramener. Et, le temps ne changera rien du tout. » Ta voix se brisa dans l'air, laissant ces mots en suspend, dans la pièce, où ils flottaient d'un air menaçant. Tes yeux s'embuèrent de larmes, cependant que ta meilleure amie cherchait une raison à tout cela. « Tu ferais mieux de part... » Tu ne pus guère terminer, qu'en une fraction de seconde, ta meilleure amie fut, de nouveau, face à toi, entourant ta frêle silhouette de ses bras - Tu te laissais glisser dans son étreinte, laissant tes larmes rouler sur ses douces joues nacrées, mourir sur son cou. « Ca va aller, je suis là, ma Sweety. » Dans le fond, elle savait ce que tu ressentais. Elle se doutait parfaitement, que tu avais besoin d'aide, pour passer au travers de tes pleurs, étouffer ta douleur. Toute la soirée durant, ainsi que, chaque nuit qui suivirent, elle essuyait tes larmes, caresser tes cheveux. Embrasser ta peau fiévreuse, dans une douceur et tendresse infinie. Elle t'étreignait, pour t'insuffler son réconfort. Parce qu'elle était ta meilleure amie. Parce qu'elle t'aimait, autant que tu l'aimais, elle.


PART II : MA SORCIERE MAL AIMEE.



CHAPTER V - LA MACHINE A EXPLORER LE TEMPS.

« NOUS AVONS TOUS, NOS MACHINES DU TEMPS. CELLES QUI NOUS RAMENENT EN ARRIERE, SONT LES SOUVENIRS. ET, CELLES QUI NOUS PROJETTENT EN AVANT, SONT LES REVES. »


On a tous besoin de repenser à notre enfance - même si tout n'était pas parfait. Ta vie n'était pas simple. Un père absent par son boulot, qui n'avais jamais de temps à te consacrer. Ta mère - cette femme brillante restait avec toi toute la journée - elle t'a appris tout ce que tu devais savoir sur le monde. Ta mère était une femme avec beaucoup d'esprit. Mais pourquoi alors le destin a choisi de la faire disparaître ? Tu avais a peine 6 ans, mais c'était qu'on ne pouvait oublier. Tumeur au cerveau Check. Vie très courte Check. Est-ce qu'à six ans, on comprend ce genre de chose ? Non. Ta mère est morte peu de temps. En découvrant son corps sans vie, tout marchait au ralentit comme dans une machine trop lente. Tu t'es laissé tomber au sol, les yeux rivés sur le bitume. amère, sans une once de vie dans le regard. Les yeux brouillés par ces fichues larmes qui ternissaient ton maquillage. Tu regrettais d'avoir ouverte ses portes. Après le décès de ta mère, il y a eu bien sûr des hauts et des bas. Tu était considérée comme la fille inaccessible. Ni populaire - Ni invisible. Tout simplement normale. Dans l'ensemble une très bonne élève. Très sociable,  tu savais choisir tes amis et te faire aimer. Néanmoins, tu n'es jamais sortie avec aucun garçons - malgré qu'Hadrian Krenaste t'avais marqué. Tu n'a jamais su ouvrir ton cœur. Cette période resté ancré dans ta mémoire. Prendre une décision importante pour le restant de sa vie, ce n’est pas évident. Cela peut apporter un bon nombre de chamboulements et on peut facilement perdre ses repères. Des responsabilités sont prises, et parfois cela apporte plus d’inconvénient que de bons points. Un avenir tout tracé. La danse. Devenir ballerine. C'était une évidence. Mais le destin joue parfois de sales tours. Un accident et tout change. Résultat, tu a failli perdre ta jambe et ton avenir a été changé a jamais. Ton cœur a pris une toute autre direction.

Cela faisait un bon moment que tu avais demandé à Siobhan, de venir te rejoindre au parc. Tu attendais patiemment sa venue, appréhendant un peu plus sa réaction, à chaque instant qui s'écoulaient, tel du sable doux et fin, à la couleur scintillante de l'argent. Une semaine sans nouvelles c'était long. Cela faisait bien longtemps, que vous n'y étiez guère retrouvés. Cet endroit, bien qu'il soit le symbole pur de votre amitié, était également un amer souvenir de ton père. De ta défunte sœur, et leurs présences, semblaient suinter de chaque détail, en ces lieux. Pourtant, aujourd'hui, tu l'avais convoquée sur ce banc, sur lequel vous aviez pris l'habitude de vous retrouver... Tu t'étais doucement et difficilement relevée de la mort de ta sœur, et tu doutais encore de ta force, à surmonter cette épreuve. Ta meilleure amie l'avait ressenti. Lorsque tu la vis apparaître sous tes iris caramélisées, tu ne pus t'empêcher, de te jeter dans ses bras, avec une certaine délicatesse. Tu t'étais pratiquement approchée, dans une démarche gracieusement dansante. Tu lui adressais un sourire, en retour, alors que vous vous installiez, tranquillement. Pendant de longues minutes, le silence n'avait été troublé que par vos respirations lentes. Tu attendais le moment idéal pour lui parler. « Fai, quand vas-tu te décider à me dire ce que tu as à raconter ? » Demanda-t'elle, d'une petite voix douce, en replaçant une mèche de cheveux volages, qui barrait ton visage à sa vue. Cela n'avait rien de discourtois, pourtant, la jeune femme avait presque faillit t'arracher un sursaut. Tu soupirais, tranquillement. « Je m'en vais. » - « Où va-t-on ? » Souligna-t'elle, automatiquement, comme si, elle se sentait visé, dans ce départ imminent. Son cœur palpitant, battait la chamade, dans sa poitrine, à mesure, que tu ne remarquais, son souffle haché. Tu laissais échapper un léger rire cristallin. « Pas toi, Siobhan. Moi. Je m'en vais... seule. » Silence, tandis qu'un poids affaissait, alors, les épaules de la fille, qui retira sa main de ton emprise, comme si tu venais de la lui brûler. « Avec tout ce qui s'est passé - j'ai besoin d'aller voir d'autres paysages. Ce n'est pas contre toi. Cet endroit est emplit de bien trop de souvenirs. C'est trop difficile... » Sans que tu ne remarquais cela, la belle brune se mit à serrer les dents, d'amertume. « Et, moi ? » Tu soupirais de lassitude. Tu voulais qu'elle vienne avec toi, mais ça serait tout aussi égoïste de ta part. Et, tu ne voulais la retenir prisonnière de votre passé. De vos souvenirs d'enfance. L'enfermer dans une cage dorée, où seuls, les reflets aveuglants du miel, les lui renverraient. Le tourmenterait, encore et encore... Non, c'était trop pour toi. Tu ne voulais de cela pour elle. Tu pouvais prendre ta machine, à explorer le temps. Mais, seule, cependant... « N'avait-on pas dit qu'on ne se quitterait jamais ? » Tu posais tes iris, aux couleurs chatoyantes, sur les siennes. Encore indécise. « Je ne veux pas de cela pour toi. Ta vie est ici. Tu as toujours vécu ici, et... » - « Mais, je veux venir avec toi, Sweety! C'est mon choix. Tu comptes revenir au moins ? » Tu sentais ton cœur cognait, tambouriner dans ta poitrine. Tes opales commencèrent à te piquer, néanmoins, que des larmes n'allaient point tarder à perler, sur tes joues nacrées. « Oui. Peut-être. Pas toute de suite. J'ai besoin de temps. » consentais-tu, finalement avant de t'en aller.



CHAPTER VI - LA PROPOSITION.

« C'EST LA COMBUSTION DE MON AME, QUE TU AS CAUSE. IL A SUFFI UN SEUL REGARD. AME QUI SE LIE A LA TIENNE, SANS QUE TU SOIS AU COURANT. TU HANTES MES PENSEES, VOILE CARMIN, OU SE DESSINENT TES IRIS CARAMELISEES. ET, JE NE CESSE DE PRIER - PRIER, POUR QUE TU ME VOIS, INCONSCIEMMENT, TANDIS QUE MA RAISON ME POUSSE A TE TOURNER LE DOS, EBAHIT DE LA VIOLENCE, DE SENTIMENTS INAVOUES. »


Tu saisis, nerveusement, la poignée de porte, et l'ouvrais, finalement. Tu inspirais une grande goulée d'air frais, qui te libérée, aussitôt, de cette ambiance, que tu trouvais, un tant soit peu, animée, étouffante. Trop agitée, oppressante. Festive, écrasante, et dont le chauffage te monter aux tempes. Tu a postulé un peu partout, pour finalement atterrir en face de lui : Hadrian. On dit souvent que lorsque l’on rencontre la bonne personne, on le sait tout de suite. Un regard échangé, c’est tout ce qu’il suffit pour s’en rendre compte. Encore faut-il que ça soit réciproque. Certes, il était séduisant - un peu trop mystérieux pour la blonde. Tu avais fait en sorte de faire plaisir un sourire, c'était un peu ce qu'on faisais durant son premier entretien. Tu avais tout fait, dans les règles de l'art, tout en chanson. Il en était même séduit - ton cœur d'adolescente en prenait même un sacré coup. Mais il se souvenait pas de toi - comment peut-on oublier cd joli visage ? Rien n'y faisait ... Tu luttais avec toi-même, avec la supercherie de tes sentiments inavoués. Tu souffrais en silence, de ce vide immense. Tu a été embauché presque immédiatement dans sa maison d'édition. En quittant les lieux, tu est partie avec ton appareil photo en ballade. Tu t'emmitouflais dans ta grande veste grisâtre, bien que la température, ne te gêner guère plus que cela, et te dirigeais, tranquillement, sur le chemin de gravier, qui t'acceuillait à bras ouvert. Tu découvrais, alors, un jeune enfant, son regard en disait long derrière un objectif. Les douces lumières, presque transparente, près d'un bâtiment découvert, donner un air épuré, bien qu'élégant. Rappelant à quiconque, qui s'aventurait ici, au demeurant, que la période de Noël pouvait se trouver magique, émouvante... Tu fermais, dont, les paupières sur tes orbes ténébreuses, prenant, une fois de plus, une grande bouffée d'air frais. Une respiration lente et régulière, que tu voulais contrôler.
Absolument maitrisée, et te décidais, finalement, à les rouvrir, avant même, de voir le jeune garçon devant toi. Tu avalais ta salive, avec une certaine difficulté. Tu te raclais la gorge et croise enfin son doux visage. « Ca fait longtemps que vous vous m'observez ? » Te questionna-t'il, cependant qu'un sourire idiot tirait les coins de sa bouche. Visiblement, curieux de ta réponse. Il constatait, d'ailleurs, que tu l'avais aperçu. « Non, juste depuis quelques instants. J'aime photographier de belles choses - ton profil - ton regard m'a intéressé. Tu dégages quelque chose de captivant. » Lui avouais-tu, d'une voix calme, sereine. « C'est gentil. Et, dans ce cas, je te suis. Tu pourras me photographier encore plus. » Tu acquiesçais, dont, d'un léger signe de tête, pour approuver. Lui faire savoir, que tu venais de saisir son message.
Votre amitié, n'a fait que grandir - encore et encore. Et, tous les jours : vous aviez vos manies - un rituel unique.




CHAPTER VII - LE TEMPS DES MIRACLES.

« SI PARFOIS, ON NE CROIT, CE QUE L'ON VOIT, IL Y A D'AUTRES FOIS, OU LES CHOSES LES PLUS IMPORTANTES, AU MONDE, SONT CELLES QUE L'ON NE VOIT PAS. »


Tu errais. Les rues de pavés. Laissant ton esprit voguait, se laisser emporter vers de vastes rivages. De vastes horizons. Tu songeais, douloureusement, à ton trouble passé. A ces intenses dernières semaines, où tu avais croisé Hadrian où même ton ex meilleure amie, qui avait décidé de t'oublier. Brisant votre belle et longue amitié, en mille et un éclat. La fissurant, dans une fine poudre de diamants, en te prenant dans la foulée, une cicatrice bien ouverte. Le lendemain matin, tu devais te rendre à ton travail. Et, il était la. L'homme de tes désirs. L'homme qui te fascine. Tu fronçais les sourcils, dans un semblant d'incompréhension. Ne comprenant. Ne saisissant, point, l'essence même, de ces quelques gestes et propos à ton encontre. Tu attendit jusqu'à tard le soir avant de pouvoir rentrer chez toi, dans ce grand appartement, qui était vide - y avait seulement ton chat Kiwi qui t'attendait. Est-ce que tu échappais à cet homme ? De toute évidence, ce n'était même plus une question. Quelques jours plus tard ; suivant ton emploi du temps, tu te rendais a une de tes nombreuses associations,spécialisation pour des chats. La violence contre les animaux est absolument hors de tes convictions. Tu a très vite sympathiser avec une jeune femme, elle aussi semblait être ravie de cette échange. Une complicité s'est très vite installer entre vous...aussi vite que l'orage. C'est devenue son amie, sa meilleure amie et sa sœur de cœur. Elle n'était pas comme ta sœur, qui n'était plus de ce monde, mais Luna a réussi à gagner ton cœur. Un dimanche tout à fait banale, sur le canapé de la belle Luna, tu avais décider de lui offrir un présent. «  Je t'ai acheté un cadeau. » Tu penchais la tête légèrement de côté. Prenant un air légèrement amuser par la situation. C'est vrai, passer des moments avec elle te rappelait cette échange fraternel qui avait tant manquer. «  Je sais pas.... Mais, je n'ai rien pour toi Fai . » Se justifia-t'elle, d'une voix douce, suave.  «  C'est pas grave ma belle, ton amitié est mon seul cadeau. » elle ouvrit une boîte toute ravissante et éclatante sous tes yeux pressé d'impatience, une boîte avec un pendentif en forme de flocon de neige, cela indique ton surnom de pluie. Une signification qui veut dire : infinity. Tu n'eut guère le temps de dire quoi que ce soit avant qu'elle te tombe dans les bras, c'était le début d'une nouvelle amitié. Quelques semaines se sont vite écoulé, aussi vite que l'eau de la mer en plein mois de juin. Une bien triste nouvelle apparaît sur le visage de Luna, elle devait repartir dans sa famille et surtout près de l'homme qu'elle aime. Luna restera la personne la plus importante de ta vie. Tu a partager tes inavouables secrets et réciproquement vous êtes devenues des sœurs. Mais la distance n'a été que de courte durée. Luna a décider de monter son bar à chat à Brisbane. Tu a beaucoup pleurer avant de pousser un petit cri de joie. Elle était prête a vivre sa vie comme elle l'entendait.




Dernière édition par Fairy O'Connor le Dim 3 Sep - 16:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le tout feu tout flamme
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (30/10/1988)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Pompier
LOGEMENT : #203 Fortitude Valley

POSTS : 20909 POINTS : 9695

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Martin&Rose&Lene - Angelina#2 - Ludmila - Arsène - Izaac - Caitriona - Inès - Clément - Nina#3 - Lene#2 - Matt - Jaylen - Scarlett
RPs EN ATTENTE : Azur - Vitto
RPs TERMINÉS : Anders - Anders#2 - Martin - Grace - Tamara - Zahra - Priam - Kara - Breony - Lene - Rose - Wendy - Yasmine - Yasmine#2 - Sofia - Martin#2 - Team Burger - Alfie - Nina - Angelina - Nina#2
PSEUDO : Amfly
AVATAR : Dougie Poynter
CRÉDITS : Amfly
DC : Xavi Waters
INSCRIT LE : 15/11/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12524-kane-williamson#458131 http://www.30yearsstillyoung.com/t16750-kane-i-think-i-m-ready-for-the-real-thing http://www.30yearsstillyoung.com/t12365-kane-williamson#451369 http://www.30yearsstillyoung.com/t12558-kane-williamson#459314

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 14:43


Bienvenue :l:



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'amoureuse malheureuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans (16/08/1984)
SURNOM : liv, depuis sa plus tendre enfance
STATUT : actuellement au milieu d'une procédure de divorce
MÉTIER : gérante de Livuel, un commerce spécialisé dans les produits biologiques situé à toowong
LOGEMENT : fortitude Valley #271 avec son fils Luca, son meilleur ami James et son fils Mathis

POSTS : 2001 POINTS : 630

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : elle a donné choisi le nom de son commerce en pensant à son amour pour Samuel, elle a décidé de mixer leurs deux prénoms et Livuel est né - elle est maman d'un petit garçon prénommé Luca depuis le soir d'Halloween, une expérience qui encore aujourd'hui est douloureuse
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

LIVUEL
you put your arm around me for the fist time, you made a rebel of a careless man's careful daughter, you are the best thing that's ever been mine


JAMANA
man, oh man, you're my best friend, i scream it to the nothingness, there ain't nothin' that i need home is wherever i'm with you

☆☆☆☆

tommy
james & samnissrinthomas
ezrajamessamuel#3
kanesurpriseninoarthur (11/11)

RPs EN ATTENTE : katherine › arthur › camille
RPs TERMINÉS : jamessamuel#1milenakatherinemilenamilena 2camberjames fbninosamuel#2ninoagathevittorio
PSEUDO : manon
AVATAR : felicity jones
CRÉDITS : yumita (avatar) ; tumblr (gifs)
DC : priam strand et lola martins
INSCRIT LE : 16/02/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13750-never-let-me-go#515069 http://www.30yearsstillyoung.com/t13778-i-got-all-a-need-when-i-got-you-and-i http://www.30yearsstillyoung.com/t13776-liviana-beauregard

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 15:57



Choix de prénom très intéressant
Bienvenue par ici en tout cas et bonne chance pour cette fiche.


never let me go
to stay ✻ “head stuck in a cycle, i look off and i stare it's like that I've stopped breathing, but completely aware. 'cause you're giving me a million reasons, give me a million reasons. about a million reasons”







Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : tu as soufflé ta vingt-septième bougie le premier juin.
SURNOM : tu n'aimes pas les surnoms. le seul que tu pourrais tolérer serait leigh et encore.
STATUT : tu es célibataire parce qu'incapable de mettre ton cœur en libre service.
MÉTIER : t'as un master en histoire de l'art, option marché de l'art. tu bosses pour maura hazard-perry. tu t'occupes de sélectionner les œuvres exposées dans leurs hôtels australiens.
LOGEMENT : tu vis sur bayside, au numéro 777. c'est une villa que tu partages avec tes frères et ta sœur.

POSTS : 532 POINTS : 675

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : tu es la troisième enfants sur quatre d'une riche famille anglaise excellant dans la joaillerie. les bijoux egerton se vendant dans le monde entier. + tu es polyglotte maîtrisant six langues : anglais, français, allemand, espagnol, portugais et arabe. tu as quelques notions de chinois mais pas assez pour tenir une conversations. + tu joues du violoncelle depuis ta plus tendre enfance. + tu connais les rudiments des danses de salon. + tu as recueilli un chaton à ton arrivé à brisbane et tu l'as appelé chat.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


EGERTONCHARLEIGH



☞ ☞ ☞ ☞ ☞



MAULEIGH ☆ TOI

RPs EN ATTENTE : gauthier + emre + charleigh (#2)
RPs TERMINÉS : charleigh #1
PSEUDO : b_bulle (mel).
AVATAR : scodelario.
CRÉDITS : class whore & anaïs & tumblr & exordium & kiri.
DC : aucun.
INSCRIT LE : 26/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15706-ryleigh-god-save-the-queen http://www.30yearsstillyoung.com/t15749-ryleigh-quand-on-se-bat-moi-je-voudrais-qu-on-en-rigole http://www.30yearsstillyoung.com/t15750-ryleigh-egerton http://www.30yearsstillyoung.com/t15751-ryleigh-egerton

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 16:01


bienvenue chez toi :l:



I'VE GOT YOU UNDER MY SKIN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
la nouvelle du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans et toutes mes dents. Vous voulez voir mon beau sourire ? (04/02/1989)
SURNOM : Reen, et c'est bien tout comme surnom
STATUT : Amoureuse, fiancée et tout va bien !
MÉTIER : Avocate au pénal, en association avec Callum W. Leur cabinet est le W&M
LOGEMENT : Chez Kaleb. Depuis Juillet. Au #129 Bayside

POSTS : 15794 POINTS : 1835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : fille unique ; issue d'une famille catholique ; a eu une leucémie dont elle s'est remise ; a toujours peur de faire une rechute ; adore sa famille mais est plutôt une personne indépendante ; ancienne joueuse de tennis ; fait beaucoup de sport ; a été fiancée pendant près de sept ans mais a rompu parce qu'il l'a trompée ; a totalement perdu de vue sone x ; allergique au citron et à tout ce qui est à base d'arachide ; très attachée à une célébrité, un sportif qui plus est
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
PSEUDO : Nao'
AVATAR : Marie-la-toute-belle-Avgeropoulos
CRÉDITS : Avatar de Nao', Sign de Mad Love
DC : Delilah & Cassandra & Andrew & Selina & Niklas
INSCRIT LE : 05/02/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t659-la-vie-est-un-reve-fais-en-une-realite-eireen http://www.30yearsstillyoung.com/t1645-la-vie-est-un-reve-fais-en-une-realite-eireen http://www.30yearsstillyoung.com/t1395-eireen-murrough

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 16:02


Bienv'nue à toi ^^




LOVE IS NOT AN EASY THING
Can't say how the days will unfold, can't change what the future may hold. But, I want you in it, every hour, every minute. All I want to do is come running home to you, come running home to you. And all my life I promise to, keep running home to you, keep running home, to you


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 32
SURNOM : Lili
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Illustratrice / employée chez Wild Ink
LOGEMENT : #44 - Redcliffe

POSTS : 3675 POINTS : 735

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : ArsèneSidColeDeirdreJaylen ▬ you ?
RPs EN ATTENTE : Kael H. ▬
RPs TERMINÉS : EireenJaylen #1


PSEUDO : Eilyam
AVATAR : Camilla Luddington
CRÉDITS : eilyam (av) - anaëlle (sign)
DC : /
INSCRIT LE : 28/08/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12395-it-s-like-your-stitches-are-pulled-apart-lisbeth http://www.30yearsstillyoung.com/t12426-lisbeth-can-t-take-back-the-words-i-ve-never-said#453958

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 16:12


Bienvenue à toi :)


who will fix me now ?
What doesn't kill you makes you wish you were dead. Got a hole in my soul, growing deeper and deeper, and I can't take one more moment of this silence.©️ by anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-huit ans (30/10/88), le quart de siècle est passé. il s'approche de plus en plus de la trentaine, chose qu'il redoute plus que tout.
SURNOM : il est surnommé cam par ses amis les plus ou moins proches. mais tout dépend de la personne avec qui il se trouve.
STATUT : veuf, il ne se remet pas de la mort de sa femme quelques mois plus tôt. il est aussi père d'une petite fille de sept mois.
MÉTIER : professeur d'histoire/géo au lycée de Brisbane.
LOGEMENT : toowong au #286 avec sa fille, Jane, et leur chat, Simba.

POSTS : 2291 POINTS : 2765

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il a une fille de sept mois qu'il n'a pas accepté avant ses trois ou quatre mois. ≈ il a perdu sa femme durant l'accouchement de Jane. ≈ il n'a pas réussi à vendre leur maison, celle qu'ils s'étaient achetées juste après leur mariage. ≈ son père est décédé et il s'en fout, il n'en a jamais été très proche. ≈ il a une sœur qu'il ne voit jamais parce qu'elle fait le tour du monde. ≈ il ne mange que très peu de chocolat parce qu'il n'aime pas trop ça. ≈ il parle couramment français parce qu'il est né là-bas et que sa mère est française. ≈ il est passionné d'histoire. ≈ il boit énormément de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

My friends, my family. #tbbc

Noa, Arthur, topic commun.



Martin, Eva, Indiana, Sofia, Alizée, Billie (tc).

RPs EN ATTENTE : Maxyn, Livianna, Billie, Kaylan, Penelope, Agathe, Loan.
RPs TERMINÉS :
abandonnés :
 

PSEUDO : nothing personal, marie.
AVATAR : edward westwick.
CRÉDITS : class whore, alaska, françois cheng, tumblr.
DC : aucun.
INSCRIT LE : 17/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15644-say-something-true-im-not-brave-enough-to-stay-camille http://www.30yearsstillyoung.com/t15792-camille-remember-me-for-centuries http://www.30yearsstillyoung.com/t15832-camille-davenport

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 16:27


Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche.


and i miss you everyday
ce que les morts laissent aux vivants, c'est certes un chagrin inconsolable, mais aussi un surcroît de devoir vivre, d'accomplir la part de vie dont le morts ont dû apparemment se séparer, mais qui reste intacte. @françoischeng©️ alaska.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'étoile filante
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (15.01.90)
SURNOM : Zazou, Zu', Zuzu, la blonde, la chieuse. Il y a aussi ma Soie, mais ça, c'est pas pour toi.
STATUT : En train de négocier un pacte avec le diable. En fait, je crois même l'avoir déjà signé.
MÉTIER : Je panse donc je suis. Tu l'as compris, je suis infirmière.
LOGEMENT : En colocation avec une tarée que j'aime bien & Stitch the corgi au #10 à Fortitude Valley. Pas le temps de s'ennuyer.
you drive me craaaaazy
POSTS : 2257 POINTS : 815

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Les gens me prennent souvent pour une victime dans ma propre vie, mais s'ils me connaissaient réellement, je pense qu'ils verraient que je suis loin d'être innocente.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
orizur ♥️ But I wonder where were you? When I was at my worst down on my knees and you said you had my back... So I wonder: where were you? When all the roads you took came back to me.

yasminemattninakaylan
RPs EN ATTENTE : kane, edward, constance
RPs TERMINÉS : Orion; ♥️ ♥️ ♥️ ♥️ ♥️ ♥️ ♥️

angelina 1 - arthur 1 - angelina 2 - nathan 1 - bday squad
PSEUDO : aria.
AVATAR : Emma Roberts
CRÉDITS : darkdreams (ava), astra (signa), moi-même (crackship orizur) et loonywaltz (ub)
DC : Je vous emmerde déjà bien assez avec un seul compte.
INSCRIT LE : 09/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14069-ainsworth-it-azur http://www.30yearsstillyoung.com/t14122-it-was-great-at-the-very-start-azur http://www.30yearsstillyoung.com/t14174-azur-ainsworth http://www.30yearsstillyoung.com/t14175-azur-ainsworth#536605

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 17:35


J'en connais un qui sera content Bienvenue à toi :l:


Head full of stars
I will love you 'til the end of time, I would wait a million years. Promise you'll remember that you're mine. Baby, can you see through the tears?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : MrsPopy
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Webmaster indépendante - Créatrice de contenu vidéo-ludique sur un site d'hébergement vidéo, sa principale source de revenu
LOGEMENT : #12 (appartement contenant une petite chambre, un salon et un grand bureau pour y installer ses deux ordinateurs et son font vert ) à Toowong

POSTS : 164 POINTS : 1130

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Vient d'emménager à Brisbane - youtubeuse gaming (FR) en plein expansion - n'assume pas ses trente ans - fume depuis l'âge de ses 14 ans mais boit très rarement (Seulement du vin) - amatrice de bonne musique/festivals - n'a plus de contact avec sa famille/ses amis restés en Suisse - N'a pas peur du ridicule et est dotée de beaucoup d'auto-dérision
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Kane Williamson,
Izaac Walker,
Noa Jacobs, Milena Grimes
RPs EN ATTENTE : Yael
AVATAR : Zooey Deschanel
CRÉDITS : Bazzart
DC : Non
INSCRIT LE : 23/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16574-ludmila-one-day-i-ll-grow-up http://www.30yearsstillyoung.com/t16599-ludmila-one-day-i-ll-grow-up http://www.30yearsstillyoung.com/t16624-ludmila-oertley#642078 http://www.30yearsstillyoung.com/t16602-ludmila-oertley#640962

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 17:46


Bienvenue ! I love you




It's time to begin, isn't it? I get a little bit bigger but then I'll admit? I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le ciment familial
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-trois belles années bien remplies (04.01.1994).
SURNOM : théo. Juste Théo.
STATUT : Maman célibataire, entièrement dévouée à son fils, Oliver.
MÉTIER : En deuxième année de fac de médecine.
LOGEMENT : #20 Pine Rivers. Avec le clan Hazard-Perry.

POSTS : 1424 POINTS : 1005

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Quatrième enfant d'une fratrie de cinq ; elle a trois frères et une soeur ≈ Elle est maman d'un petit garçon de 4 ans, Oliver ≈ Elle est issue d'une famille londonienne fortunée ≈ elle est capable de parler 4 langues différentes ≈ elle jongle à la perfection entre sa vie étudiante et son rôle de mère ≈ trouver quelqu'un avec qui se poser ne fait clairement pas partie de ses priorités, elle n'enchaîne cependant pas les conquêtes non plus.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
ohana ♥️ ohana means family. family means nobody gets left behind or forgotten. HP family + charlie + maura + gauthier

girls squad ♥️ i may not always be there with you, but i always be there for you. party night

RPs TERMINÉS : groupe pizza + emre#1 + emre#2 + félix#1 + milena
PSEUDO : Pearlizz (Jess).
AVATAR : Adelaide Kane.
CRÉDITS : aslaug. (avatar.)
DC : Loan Levinson.
INSCRIT LE : 14/04/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14721-theodora-maybe-i-m-foolish-maybe-i-m-blind http://www.30yearsstillyoung.com/t14751-theodora-maybe-i-m-foolish-maybe-i-m-blind#562789 http://www.30yearsstillyoung.com/t14753-theo-hazard-perry http://www.30yearsstillyoung.com/t15856-theodora-hazard-perry

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 19:31


bienvenue parmi nous et bon courage avec ta fiche surtout


live. love. laugh.
The most amazing feeling I feel, words can’t describe what I’m feeling for real. My greatest creation was you.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
le maudit
le maudit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : célibataire, divorcé depuis février 2014
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios
LOGEMENT : #25 logan city, dans l'ancienne maison de son enfance, qu'il partage depuis peu avec Matteo

POSTS : 8149 POINTS : 1360

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un berger allemand, Spike ☆ traité pour une leucémie entre fin 2013 et mai 2015 ☆ 4 tatouages ☆ bénévole au service pédiatrique de l'hôpital & donne des cours de soutien dans un lycée ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000-2001 ☆ en couple avec Joanne de 2004 à 2014, divorce inexplicable en février 2014 ☆ parle farsi (persan) et a un bon niveau d'arabe ☆ diagnostiqué dépressif, il a fait une tentative de suicide en avril 2016 ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ grand fan de rugby ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman peu pratiquant ☆ fumeur occasionnel
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : jamie #4miayasmine #11joanne #12ginnymatteopriamjoanne (fb#1)

هرگز تسلیم

RPs EN ATTENTE : cynthia ☆ milo ☆ tad ☆ elisabeth ☆ saul #2 ☆ jodie ☆ charlie hp


RPs TERMINÉS :

joanne #11joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9joanne #8hannah #1yasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2saul #1joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@vinyles idylles & sign@margotskarsgard & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio
INSCRIT LE : 20/09/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 19:33


Bienvenue dans le coin I love you
C'est dommage cette fiche postée toute vide
Bon courage pour la rédaction en tout cas, n'hésite pas si tu as des questions :l:



 :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans. (21 septembre)
SURNOM : Pas de surnom, Rad suffit amplement.
STATUT : Divorcé, techniquement. Et père d'un bonhomme agé de 12 ans.
MÉTIER : Mécanicien dans un petit garage indépendant dont il est le propriétaire. Membre actif du club de motard de Brisbane quand il n'est pas au garage.
LOGEMENT : Redcliffe #110 appartement F3

POSTS : 106 POINTS : 225

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 3/5 : Cole Harvey
- Indiana Higginson- Eva Adams
PSEUDO : weirdo
AVATAR : Jai Courtney.
CRÉDITS : -tumblr -
DC : Nop.
INSCRIT LE : 21/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16083-i-want-the-whole-world-or-nothing http://www.30yearsstillyoung.com/t16132-rad-be-humble#615323

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 19:43


Bienvenuue ! Et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le mr. robinson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : j'ai actuellement 32 ans
SURNOM : je n'ai pas vraiment de surnom
STATUT : je suis en couple avec la très belle, magnifique Hope
MÉTIER : je suis chirurgien généraliste

POSTS : 410 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Allergique au gluten & protéines de lait
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : HOPE.INDIANA.MAXYN.
AVATAR : le très beau Jamie Dornan
CRÉDITS : SCHIZOPHRENIC pour l'avatar - You'll love coming here ... pour les gifs - code signature de Beerus
DC : aucun
INSCRIT LE : 18/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16026-je-te-donne-ma-main-mon-coeur-et-mon-amour-aujourdhui-et-aussi-longtemps-que-nous-vivrons http://www.30yearsstillyoung.com/t16077-liam-hawkins-je-suis-ton-homme#613144 http://www.30yearsstillyoung.com/t16078-liam-hawkins#613153 http://www.30yearsstillyoung.com/t16079-liam-hawkins#613155

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Dim 27 Aoû - 20:02


Bienvenue parmi nous. Bon courage pour ta fiche mademoiselle.


❝ I LOVE YOU HOPE ❞
- actuellement absente -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le papa-surprise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-deux ans, né un trente juillet.
SURNOM : art' le plus souvent ou arthy quand on veut vraiment le faire chier.
STATUT : célibataire, il vient d'apprendre qu'il est papa d'un enfant de trois ans.
MÉTIER : professeur de mathématiques au lycée de brisbane et coach de l'équipe de baseball de l'établissement.
LOGEMENT : appartement à pine rivers avec orion.

POSTS : 1566 POINTS : 960

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : arthur est l'aîné de la famille iver, il a deux soeurs, amelia et agate. ● arthur ne se pardonnera jamais de ne pas avoir cru sa soeur quand elle a avoué que leur beau-père la violait. il portera cette culpabilité pour toujours il en est certain. ● arthur est un vrai coureur de jupons, il a donné son coeur pour se le faire briser plusieurs fois, il y a six ans il a dit stop. il fuit aujourd'hui toute relation sérieuse. ● arthur adore le sport, particulièrement le baseball. ● arthur est un lecteur assidu.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : keandra#2orioncamilleagathe#2amelia#2loannoalivianalydia#4ttbcmaryxaviombelline


⭐️︎ ttbc ⭐️
it all started with the big bang. we found each other and throught the years we changed but ne thing stayed the same : the friendship linking together.

RPs EN ATTENTE : nina ● alizée#2 ● ombelline ● théodora ●

RPs TERMINÉS : anders#1alvaro#1lilyangelina#1lydia#1danielkeandra#1angelina#2angelina#3lydia#2félix#1penelope#1angelina#4lilypenelope#2anngelina#5azuragathe#1amelia#1alizéelydia#332nd birthday
PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : tyler hoechlin.
CRÉDITS : sawyer (avatar) tumblr (gif) astra (signature)
DC : milena grimes & mia strand.
INSCRIT LE : 02/01/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13162p15-tatoue-moi-sur-tes-seins-fais-le-du-bout-de-mes-levres-alex http://www.30yearsstillyoung.com/t13218-but-are-we-all-lost-stars-arthur

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   Lun 28 Aoû - 1:52


bienvenue et bonne chance pour ta fiche
dianna est si belle I love you




troublemaker is my name







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.   


Revenir en haut Aller en bas
 

F.A.I.R.Y ~ le rire c'est comme les essuie-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: bonjour la trentaine :: fiches validées
-