AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 la nuit, je mens (deirdre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 20 ans (19.11.1996)
SURNOM : Elle s'appelle en réalité Andrina mais Nina, c'est plus court.
STATUT : Officiellement en couple avec Simon Adams, elle se considère néanmoins libre comme l'air.
MÉTIER : Fait des études de management, formation en alternance chez HANNAH.
LOGEMENT : Entre le #209, à Pine Rivers et le grand manoir des Gilmore à Bayside.
POSTS : 1356 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Princesse sans couronne, hard feelings/loveless, après moi le déluge, bonne mais débile, le corps électrique, ouragan Andrina.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :


carlisle #2noaaudenbrynazurdeirdreangelina #3jeremy

RPs EN ATTENTE : keandra ≈ lene ≈ arsène ≈ arthur ≈ rose ≈ lola≈ ambroise ≈ mia.
RPs TERMINÉS :
AVATAR : Dua Lipa.
CRÉDITS : princesse ève.
DC : None.
INSCRIT LE : 17/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15246-fire-walk-with-me-nina http://www.30yearsstillyoung.com/t15311-nina-to-pimp-a-butterfly http://www.30yearsstillyoung.com/t16706-nina-farrell http://www.30yearsstillyoung.com/t16707-nina-farrell

MessageSujet: la nuit, je mens (deirdre)    Jeu 31 Aoû - 23:15




≈ ≈ ≈
{ in the land of gods and Monsters
I was an Angel Living in the garden of evil
Screwed up, scared, doing anything that I needed
Shining like a fiery beacon  }
deirdre ✰ andrina
La tête à l’envers, le cœur en vrac, elle a sifflé le fond du whisky de papa Gilmore avant d’honorer le tout Brisbane nocturne de sa présence. Elle se souvient de sa mésaventure datant d’il y a quelques semaines, elle sait qu’il y a des loups dans les rues mais la gamine est bien trop curieuse du monde extérieur à sa cage dorée pour ne plus se risquer à l’explorer. Peu importe si Mitchell règne sur toute la ville, il n’était pas Dieu et elle était une anonyme parmi les autres, ce soir, elle était certaine de pouvoir échapper à ses yeux. Dans l’enfer de la nuit, ses pas déterminés la mènent dans un des quartiers les plus animés et soudain, elle n’est plus seule malgré l’heure tardive. Des jeunes, des moins jeunes, des plus vieux qui se prennent pour des jeunes, des filles tristes, des garçons drogués, des gens qui prétendent, des gens qui s’aiment, des gens qui s’amusent, même s’ils pouvaient être catégorisés dans ces groupes où elle les classait, Nina était certaine qu’ils étaient tous uniques, qu’ils possédaient tous leur propre histoire et qu’au final, même d’un point de départ complètement différents, ils arrivaient à se croiser cette nuit, sur ce trottoir, à cette heure. Sursaut. Une décharge électrique a parcouru tout son corps quand une main s’est posée brusquement sur son épaule, la faisant tourner au passage. La princesse fronce des sourcils, par réflexe, même quand il s’agit de plus fort qu’elle mais la main menaçante n’est finalement pas malintentionnée. Le garçon s’excuse, bredouillant qu’il s’attendait à un autre visage et leurs chemins se séparent quand il prend la direction opposée. Une âme aussi perdue qu’elle, visiblement, mais elle était tout de même dans un meilleur état. A sa place, beaucoup se demanderaient ce qu’elle fout ici, seule dans ces rues, à se mêler au bas-peuple jouissant des plaisirs nocturnes alors qu’elle pouvait s’échapper, à tout instant, noyer ses chagrins dans une fête à l’autre bout du monde ou pour laisser ses cartes gold exorciser ses démons dans une boutique parisienne. Mais cela ne l’effleure même-pas, de ne pas être à sa place ici même quand au détour d’un trottoir, une odeur de pisse et d’égouts la prend aux tripes, la baigne dans l’ambiance singulière de la zone où elle vient d’entrer. Des éclats de voix attirent son regard ; c’est un parking. Trois silhouettes qu’elle distingue très bien, derrière elles, une enseigne suintant la débauche. Dans son imagination, entre ces murs, défilaient des hommes échappant à leur vie conjugale ennuyeuse, nostalgiques d’une vie à côté de laquelle ils étaient passés et qui courraient derrière des mirages, des sirènes mal liftées, hautaines, ni saintes ni putes. Elle n’aurait même pas daigné prendre connaissance de ce lieu s’il n’y avait pas eu ce singulier spectacle devant ses yeux. Des craquements d’os, un bruit sourd quand la masse s’écrase sur le sol après cinq coups, une chevelure virevolte et puis plus rien. Un silence. Tous les regards sont visiblement tournés vers ce corps, par terre. Les secondes semblent interminables en attendant le verdict. Mort ? Elle ne gravite pas ici, ce n’est pas son monde, elle devrait se mêler de ses affaires. Inconsciente au plus haut point, elle s’est pourtant dévoilée comme témoin de la scène qui vient de se dérouler – meurtre ? homicide ? elle ignore tout de cette histoire – et s’enfonçant toujours plus dans sa bêtise, elle commençait à s’avancer vers les deux femmes.



    ✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32
STATUT : célibataire et pas intéressée
MÉTIER : Prof de kickboxing & strip-teaseuse

POSTS : 39 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : LisbethNinaNoa
AVATAR : Taylor Warren
DC : aucun
INSCRIT LE : 15/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16473p30-deirdre-cehashtagneditrienmaisilnenpensepasmoins http://www.30yearsstillyoung.com/t16636-deirdre-you-may-have-my-number-you-can-take-my-name-but-youll-never-have-my-heart http://www.30yearsstillyoung.com/t16637-deirdre-willis

MessageSujet: Re: la nuit, je mens (deirdre)    Ven 1 Sep - 22:10



Nuit.
Lumière rouge, puis verte. Le bus s'ébranle et défilent les enseignes, clinquantes, et les lampadaires, trop jaunes. Indifférente à ces lumières changeantes Deirdre finit d'estomper son crayon noir. Il paraît que le bleu ce n'est pas pour sous les yeux, alors elle a masqué ses cernes et voilé son teint. Montée dans ce bus femme un peu fatiguée elle en ressort jolie poupée, peau immaculée et yeux de charbon. Sur son épaule se balance un sac de sport où cohabitent quinze centimètres de talons et lingerie pailletée. La voilà dans le coeur battant du Brisbane nocturne - un coeur alimenté au sexe et à la cocaïne, aux filles aux lèvres trop rouges et aux garçons trop saouls, aux désespoirs que l'on veut noyer et aux exultations que l'on noie aussi. Deirdre se faufile entre les fêtards, esquive de justesse un garçon parti bien trop haut pour encore la voir et disparaît dans la bouche noire d'un établissement aux néons criards.
A l'intérieur la chaleur assaille et Deirdre se détend dans l'atmosphère famillière. Directement, elle passe dans les vestiaires où les filles rient en vacillant sur des kilomètres de talons aiguilles. Deirdre leur sourit et laisse tomber son sac, détache ses cheveux. Elle est penchée sur le miroir pour retoucher son anti-cernes quand elle entend les autres s'alarmer.
« ... j'ai vu Lola sortir, et il y avait ce type qui la suivait. Celui de l'autre soir, là, tu sais, le tatoué... »
Des tatoués ici il y en a plein, mais tout le monde sait de qui elle veut parler. Quelques semaines que celui-là rôde, et elles ne l'aiment pas parce qu'il touche sans payer et qu'il a déjà essayé de coincer Lola, une fois ou deux. Mais dans la salle les vigiles veillent. Dehors par contre...
Deirdre a un sale pressentiment. Elle s'esquive du vestiaire et sort par derrière. Bingo. Elle ne les voit pas tout de suite, mais contre le mur se trouvent Lola et son gros lourd. La cigarette qu'elle fumait brûle pour rien sur le goudron et à travers la main plaquée sur son visage, Deirdre l'entend pleurer. Elle entend aussi les paroles répugnantes du type, et comment elle ne devrait pas résister parce que c'est son métier, d'façon, hein salope ?
« Lâche-la. »
Sa voix cingle et l'homme tressaille en se tournant vers elle.
« Tu nous rejoins poupée ?
- Non. Toi par contre, tu vas la lâcher et faire trois pas en arrière. Maintenant.
- Tu t'prends pour qui à me parler comme ça, chiennasse ? »
Deirdre sent la flamme s'allumer au fond d'elle.
« C'est pas très gentil », son ton est uni.
Mais elle avance d'un pas et passe dans son regard la lueur que tout le monde comprend, celle du prédateur.
« Et tu vas faire quoi, salo... »
Un, le crochet qu'il n'a pas vu arriver. Deux, un autre pour la symétrie. Trois, le coup de pied dans l'estomac. Quatre, genou dans le nez. Cinq, l'ultime poussée, il s'effondre.
Bon, peut-être que numéro cinq était en trop, il ne bouge plus du tout. Mais Deirdre n'aime pas beaucoup le mot salope.
Lola tremble comme un oiseau blessé et Deirdre la décolle du mur, un bras autour de ses épaules.
« Il t'embêtera plus » promet-elle non sans se demander s'il va au moins se relever.
C'est alors qu'elle remarque la silhouette dans le parking. Quelqu'un a vu, et se rapproche.
« Rentre avec les autres » conseille-t-elle à Lola en la poussant gentiment vers la porte.
Elles seront plus habiles qu'elle pour la réconforter. Et quoi que veuille l'importun - l'importune - qui arrive, Deirdre préfère ne pas l'y mêler.
Elle se penche sur le répugnant personnage qu'elle vient de mater. Bon, il a un pouls. Du pied, elle le bascule sur le côté pour lui éviter de s'étouffer dans le sang qui ruisselle de son nez brisé.
L'inconnue est toujours là, assez près pour que son visage soit éclairé du rose de l'enseigne à l'entrée.
« Je peux t'aider ? » questionne Deirdre, plus revêche que serviable.



darling, darling, doesn't have a problem
lying to herself 'cause her liquor's top shelf
it's alarming honestly how charming she can be
fooling everyone, telling how she's having fun
Revenir en haut Aller en bas
 

la nuit, je mens (deirdre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-