AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 the day we rocked the world (myrddin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le retour du boomerang
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (10/03/1979).
STATUT : récemment divorcé, de nouveau célibataire, il réapprend à vivre seul et se consacre à ses trois enfants qu'il voit une semaine sur deux.
MÉTIER : auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de comédies musicales au sein de la Northlight Theater Company, qu'il a co-fondée.
LOGEMENT : anciennement au #24 Logan City, séjournant de nouveau à l'hôtel, il compte se mettre en quête d'un cocon où rebâtir sa vie.

POSTS : 9068 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : il est le père de trois enfants : Caleb, Elliot et Lexie, nés d'un mariage qu'il a mis en péril en ayant entretenu une liaison extra-conjugale ≈ il a la double nationalité australo-péruvienne ≈ passionné de théâtre, il est à la tête d'une compagnie depuis 2011 ≈ sa mère est atteinte de la maladie d'Alzheimer et son père est décédé dans la tempête qui a frappé Brisbane en octobre 2016 ≈ il joue de la guitare à un très bon niveau ≈ il songe à combler le récent vide de son existence par la religion.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

ginny #2
have no fear for giving in, have no fear for giving over. you'd better know that in the end, it's better to say too much than never to say what you need to say again.


camber #2
through the years you've never let me down, you turned my life around. the sweetest days i've found, i've found with you.


sofia #1
put your faith in a miracle, and it's non-denominational. join the choir we will be singing, in the church of wishful thinking.


☆ elsie ☆
now that i've lost you, it kills me to say i've tried to hold on as you've slowly slipped away.


☆ meg ☆
it is not clear why we choose the fire pathway. where we end is not the way that we had planned.


RPs EN ATTENTE : maxyn ≈ hassan #2
RPs TERMINÉS : hannah #1lene #1lexis #1tommy #1nathan #1vidal #1joanne #1hannah #2halloween eventdeepika #1joanne #2enzo #1elsie #1hannah #3hassancamber #1hannah #4margaret #1scarlett #1hannah #5jamie #1ginny #1 (fb)hannah #6hannah #7nathan & myrddinjoanne #3hannah #8tommy #2
PSEUDO : mischief insane, charlotte.
AVATAR : oscar isaac.
CRÉDITS : (c) alaska, tumblr, loonywaltz.
DC : cynthia dorman, marius warren.
INSCRIT LE : 10/07/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10373-you-have-trust-issues-not-to-mention-saul http://www.30yearsstillyoung.com/t10410-saul-truth-never-lies-they-will-fall-apart http://www.30yearsstillyoung.com/t10748-saul-masterson http://www.30yearsstillyoung.com/t10827-saul-masterson http://justoscarisaac.tumblr.com

MessageSujet: the day we rocked the world (myrddin)   Sam 16 Sep 2017 - 12:38




we didn't listen when they said it could be done, we're on a mission to prove everybody wrong.



« Je te demande pardon. Pour tout. » Ces quelques mots quittèrent ses lèvres tandis qu'il la serrait tout contre lui, le cœur éprouvé par des mois de procédures, vidé par une ultime audience qui sonnait finalement la fin de tout. Tout, c'était leur rencontre sur les bancs de la fac plus d'une décennie plus tôt. C'était leur mariage devant leurs deux familles, elle magnifiée dans sa robe bustier blanche, lui mort de trouille dans un costume choisi par son père. C'était leur emménagement à Bayside, les premiers mois d'une douce vie à deux au milieu des cartons et des rêves de famille. C'était la naissance de Caleb, après des années à sentir l'espoir s'effriter entre leurs doigts, puis celles d'Elliot et Lexie, comme suppléments à leur bonheur. Et puis, finalement, c'était cette conclusion qu'ils n'auraient pas imaginé des années plus tôt. Les avocats, les convocations au tribunal, les conversations autour de leurs biens communs, de la garde des enfants... Triste fin pour une histoire qu'il n'aurait jamais cru voir se conjuguer à l'imparfait. C'était en ça que l'émotion l'accablait tout particulièrement aujourd'hui, alors qu'il enlaçait la femme qu'il avait épousé, celle qui lui avait donné trois enfants, dans ce qui ressemblait à l'étreinte d'une rédemption demandée, d'un amour plus que jamais déclaré. Parce qu'il continuerait de l'aimer jusqu'à la fin, comme c'était prévu au départ, comme il l'avait juré devant un prêtre et une centaine d'invités. Peu importe qu'aujourd'hui ce soit une autre signature en bas d'un document qui les sépare comme elle les avait liés onze plus tôt. Elle serait toujours rattachée à une partie de sa vie, un bout de son passé, telle une larme accrochée aux parois de son cœur. Elsie n'était peut être plus sa femme, mais elle restait sa famille.

L'heure qui suivit l'annonce du divorce fut glaçante, pénible, et Saul eut tout le temps du voyage en taxi pour réaliser. C'était ses premiers instants d'homme célibataire, même après plusieurs semaines où sa vie personnelle s'était transformée en vaste jardin fané qu'il ne s'était plus senti la force de replanter. Car pour la première fois depuis onze années, il n'y avait plus de bague autour de son doigt, plus de femme portant son nom quelque part en ville, plus de contrat pour les lier quoi qu'ils fassent. C'était sans doute ce qui le laissait le plus perdu, le plus incertain. Est-ce que maintenant la vie serait toujours comme ça ? Est-ce qu'il était arrivé à ce moment de son existence où les meilleurs moments étaient déjà derrière, lointains, et où seule l'attendait une vie de contemplation et de nostalgie de ces instants qui comme le reste avaient été trop courts ? Cette question résonna à l'intérieur de son esprit tandis qu'il quitta le véhicule, paya sa course et s'engouffra comme si souvent à l'intérieur du hall de sa compagnie. Les regards curieux et les sourires compatissants y furent nombreux, peut être un peu trop pour une journée qui avait déjà vu se répandre un trop plein de regrets et de désolation. Ainsi n'attendit-il pas pour gagner l'étage et rejoindre son bureau, refermant la porte derrière lui et soupirant au moment de s’asseoir dans son fauteuil. Le boulot lui avait bien souvent évité de trop ressasser et ce serait de nouveau le cas aujourd'hui. Le nez d'ors et déjà plongé dans la pille de dossiers qui l'attendait pour son retour du tribunal, Saul releva bientôt la tête lorsqu'on frappa à la porte. Là, c'est la silhouette de son assistante qui lui apparut, alors que celle-ci fit quelques pas jusqu'à son bureau. « Saul ? Bonjour, je venais ... » Il eut un sourire, léger, avant de l'interrompre. « Réquisitionner tous les coupe-papiers et condamner les fenêtres ? Vance a été plus rapide, et il était à deux doigts de confisquer les lacets de mes chaussures avant que je lui dise qu'il poussait l'inquiétude un peu loin tout de même. » Bien sûr, il n'était pas sérieux, et Maureen le connaissait maintenant assez bien pour s'en douter, ou tout du moins pour reconnaître son humour pas très fin, un peu maladroit, quand il en usait. C'est d'ailleurs face à la mine un peu décontenancée de son assistante qu'il reprit. « Ne t'inquiète pas, Maureen, je vais bien. » Et de sourire, plus tendrement. Parce qu'il savait que c'était ce qui la tracassait, alors que comme beaucoup ici elle devait l'imaginer au bord de la crise de nerfs en ce jour bien particulier pour lui. En tant qu'homme, en tant que père. En tant qu'ex-mari, à présent. Mais il allait bien, parce que ça n'était pas en se morfondant qu'il avancerait d'une manière ou d'une autre. Or c'était bien son objectif. « S'il y a quoi que ce soit, tu sais que tu peux venir parler quand tu veux. On est comme une famille, ici. » La jeune femme lui souffla, dessinant un plus large sourire sur les lèvres du péruvien. « C'est vrai, et je te remercie. » Saul quitta finalement son bureau, alignant quelques pas jusqu'à son assistante pour venir poser une main sur son bras dans un geste reconnaissant, peut être parce qu'il avait appris à apprécier les petites preuves de soutien après des mois où ses détracteurs avaient été plus nombreux que ses défenseurs. « Et je suis désolé de te fausser compagnie, mais j'ai promis à Myrddin qu'on se retrouvait au théâtre pour le faire répéter, et il va être l'heure. » Il reprit, sous le regard un peu fataliste de la jeune femme. « Tu aurais peut être du prendre ta journée ? Il aurait sûrement compris. » Sûrement oui, mais elle le connaissait aussi assez pour savoir qu'il ne l'avait pas envisagé pour autant. « Je sais, mais c'était la dernière chose dont j'avais besoin. » Parce qu'il avait toujours trouvé plus de réconfort que de dépit dans le travail et que c'était précisément ce qu'il lui fallait, aujourd'hui, pour éviter de trop penser à ce que son nouveau statut impliquait, ainsi qu'à tout ce qui changerait prochainement pour lui. Nouvelle maison, vie de père célibataire, garde alternée … Il y réfléchirait bien assez tôt. C'est ainsi qu'il prit congé de son assistante, quittant son bureau avec le nécessaire sous le bras pour rejoindre rapidement le théâtre où il savait qu'il retrouverait le comédien. Sur place, Myrddin était déjà affairé sur scène, et c'est d'une forte voix qu'il s'annonça à son entrée dans le théâtre. « Salut, Myrddin. J'espère que je ne t'ai pas fait attendre. » Saul s'approcha de la scène, où il monta pour venir le saluer, enthousiaste. « Avant qu'on commence, je voulais voir avec toi comment tu vivais tes débuts parmi nous. Je sais que j'ai souvent du m'absenter ces dernières semaines, pour régler la fin du divorce et plusieurs départs, mais à présent ça ira mieux, on devrait pouvoir augmenter le rythme de nos répétitions. Si tu es d'accord. » Le brun guetta la réponse du comédien, peut être anxieux à l'idée de n'avoir pas été aussi présent pour lui à son arrivée qu'il l'aurait du, car forcé d'être sur plusieurs fronts à la fois. Aujourd'hui il se mettait à son entière disposition parce que ça lui tenait à cœur d'être là pour lui en tant que metteur en scène, mais c'était à Myrddin seul de décider de ce qu'il voulait pour sa carrière ici.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothern Light Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-ourson à Toowong.

POSTS : 685 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens

MessageSujet: Re: the day we rocked the world (myrddin)   Sam 30 Sep 2017 - 18:57



The day we rocked the world. —

— SAUL & MYRDDIN
Une journée bien normale pour moi, comme je pouvais les apprécier. Arthur satisfaisait en général ma dose d’action pour la journée, s’il ne parle pas beaucoup, il est actif. Maintenant que ses nuits se passent mieux, il a encore plus d’énergie à revendre. Et avec Tom, on jongle entre nos boulots respectifs et ce petit père. Heureusement que mes horaires peuvent être adaptables. Si aucun de nous ne peut s’occuper de notre fils, et que je ne souhaite l’amener avec moi au théâtre, Arthur se trouve sous la garde de Nathan, ou d’une babysitter. Depuis peu je suis bien moins anxieux à ce sujet, car il s’est habitué à ne plus être constamment dans mes pattes. Enfin, habitué est un grand mot, mais il s’y est fait.

Je suis même en avance aujourd’hui au théâtre. Il n’y a réellement que ma répétition avec Saul qui m’importe. Mais finalement la babysitter est arrivée plus tôt que prévu, et je n’ai pas jugé nécessaire de traîner. Du coup, j’ai pu entendre quelques papotages me rappelant que la prononciation du divorce de Saul a lieu aujourd’hui même. Je m’inquiète de son état, mais je pense que je le découvrirais bien assez tôt. Sans message de sa part, de toute façon, je pars du principe qu’il compte bien honorer sa promesse de me faire répéter, depuis le temps qu’on en parle. Mais il avait d’autres choses sur le feu, d’autres choses en tête, comment lui en vouloir puisqu’il est à la tête de la compagnie. S’il est un tant soit peu comme moi, je comprends qu’à présent il veuille se changer les esprits après cet épisode bien désagréable. Tout divorce est différent, mais je frémis en repensant au comportement de Thomas lorsqu’il était passé par-là. Ce n’est pas évident ce changement de vie, même si dans notre cas – on ne va pas se mentir – c’était pour le meilleur. Je ne sais pas ce que je pourrais bien dire à Saul, ou si j’ai envie de lui dire quoique ce soit, tout dépendra de son attitude.

Déjà sur scène, seul, j’inspire profondément face aux rangées de fauteuils vides. Je me calme, chasse les idées parasites, et commence par mes tics habituels. Des étirements, qui aident à ma concentration et à ma détente. Avant chaque représentation, je préfère être dans mon monde, et je suppose que cela s’apparente à de la méditation. Ces étirements en sont toujours la première partie. En répét’, j’aime aussi les exécuter, avant ou après. Je fais mon petit rituel sans même être dérangé, et ça fait du bien. Comme Saul tarde un peu, je me relève du bord de la scène où j’avais trouvé place pour commencer à réviser mon texte en faisant quelques pas. Ainsi passent quelques minutes, avant que la voix de Saul ne me fasse me retourner.

— Non y’a aucun soucis ! répondis-je avec un sourire à la salutation de Saul, qui espérait ne pas être trop en retard.

Je m’approche à sa rencontre, ravis de le voir enthousiaste à l’idée de cette séance de travail. Une fois sur les planches, Saul s’inquiète alors de savoir comment cela se passe au sein de la compagnie, avec la troupe. En effet, il a souvent été absent, avec pas mal de choses à gérer sur les bras, durant ces dernières semaines, mais je ne l’en tiens pas rigueur. Il faut dire qu’il n’a pas été gâté, entre le divorce, le départ brusque d’Hannah qui nous a tous laissé un goût amer de trahison, et les soucis avec Maxyn... Je secoue la tête avec un léger sourire, comme pour aider les doutes qu’il peut avoir à se dissiper.

— Tout va bien, t’en fais pas trop pour moi. Tout le monde est super sympa et ça m’a aidé. Et avec tout ce que t’avais comme pain sur la planche récemment, je peux pas t’en vouloir de m’avoir un peu fait passé au second plan. J’hausse les épaules. Pis j’sais c’que c’est les divorces, celui de Thomas n’a pas été de tout repos non plus... Je lui lance un sourire compatissant, parce que je pense comprendre ce qu’il peut ressentir, ayant été un témoin proche de Tom dans ces moments-là. Mais en effet, j’serais pas contre plus de répétitions avec toi. J’angoisse plus que prévu à l’arrivée des représentations, j’ai pas encore repris assez confiance en moi, expliquais-je alors avec sincérité.

Avec Saul, je ne cache rien, je ne surestime pas ou quoique ce soit, et je lui avoue sans problème mes faiblesses. Entretenir une telle relation avec un metteur en scène m’avait manqué, c’est un lien particulier, autant personnel que professionnel, et de lui découle de bons, ou de mauvais, résultats. Lui il m’a donné envie de remonter sur scène, peu importe les efforts qui me terrifiaient par l’échec auquel ils pouvaient mener. Je ne compte pas rebrousser chemin à présent. Finalement, je lui tends le script que je tiens dans les mains.

— D’ailleurs t’as fait des modif’ de texte ou de mise en scène depuis la dernière fois ?

code by lizzou



THE LIVING AND THE DEAD.

Alone. Yes, that's the key word, the most awful word in the English tongue. Murder doesn't hold a candle to it and hell is only a poor synonym. Alone.


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
 

the day we rocked the world (myrddin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: emergenza
-