AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 What is happening to me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: What is happening to me?   Jeu 12 Oct - 23:25



Eliane & Anton




-Putain . De. Bordel. De. Merde!!

Je bataille avec mon reflet dans le miroir, tentant de mettre la lentille correctement sur mon œil. J'avais poussé le costume jusqu'au bout, si je ne faisais pas peur, j'avais au moins le mérite d'être quelqu'un d'autre. Je cligne plusieurs fois des yeux pour placer la lentille couleur chocolat sur mon iris si bleu d'origine. Je me regarde dans le miroir et sourit très légèrement. J'avais loué un costume dans une boutique du coin, un superbe costume d'époque qui me coûtait une petite fortune à loué mais que je trouvais parfaitement adapter pour moi. Repoussant ma crinière brune vers l'arrière, tentant de les dompter un minimum (après tout, en deux semaines de temps, mes cheveux avait bien repousser…), je me regardais dans le miroir de ma chambre avec une certaine appréhension. Étrangement, je me demandais si Eli allait aimé, si j'allais lui "plaire". Je soupire bruyamment et lève les yeux aux ciels. Je ne vois pas pourquoi cela devrait m'importer, de toute façon. Je ne me comprends pas ses derniers temps.

Chaque jour, je pense a Eli. Chaque jour son sourire m’apparaît, dans mes songes ou seulement quand mon esprit divague, et je me surprend a sourire en pensant a elle. Je soupire de nouveau, balaye l'air du dos de la main comme si je congédiais mes propres pensées. Attrapant la veste qui termine mon costume, je l'enfile rapidement avant de finir avec une paire de lunette ronde. Me voilà transformer en parfait bibliothécaire tout droit sortit de la fin du XIX eme siècle. Pour l'occasion, j'avais laissé pousser ma barbe, devenue douce depuis une semaine , j'avoue ne l'avoir jamais autant laissé pousser. Je ris en me voyant. J'ai l'impression d'avoir pris dix ans de plus… Je quitte l'appartement, sourire aux lèvres, prêt à voir à quoi ressemble ma meilleure amie et qu'elle costume elle a choisis pour l'occasion…

J'arrive chez Eli un peu avant l'heure a laquelle je lui avait dit arrivé. Je frappe deux fois et entre, sans attendre qu'elle me dise d'entrée. Je sais, ça ne se fait pas, mais en vrai je suis impatient de lui montrer mon costume et je suis tout aussi impatient de la voir:

-Eliiii? T'es prête? Tu vas tellement aimé mon costume que tu…

Je me retourne en l'entendant arrivé derrière moi et je perds tout bon sens. Je la détaille des pieds a la tête, glisser dans sa dentelle rose, ses cheveux brun laisser libre retombant sur ses épaules, sa peau caramel qui semble aussi dorée que les broderies de son costume. Je reste un instant là, à ne plus savoir parler, à juste la regarder, planter là dans le salon, bras ballant et bouche ouverte. Je secoue la tête et détourne un instant le regard pour me reprendre. Mais qu'est ce que j'ai nom de dieu?? Il s'agit là d'Eli, ma meilleure amie. Je me répète cette phrase dans ma tête, inlassablement jusqu’à faire disparaître les battements trop fort de mon cœur. L'instant ne dure que quelques secondes, mais j'ai l'impression que ça dure des heures. Je relève le regard sur elle, l'air de rien et reprend tout en souriant :

-Ok… Je suis battus a plat de couture. Tu as trouvé, et de loin, beaucoup mieux que moi. Regarde toi… Tu es fabuleuse Eli.

Je m'approche d'elle, m'apprête à la prendre dans mes bras comme je le fais si souvent, mais serre les poings au dernier moments et n'ose même plus la toucher pour le coup. A dire vrai, j'ai peur qu'il ne se passe quelque chose si ma peau ne faisait qu'effleurer la sienne. Je me contente donc de sourire et lui montre ma tenue en faisant un pas vers l’arrière:

-Bibliothécaire du dix huitième siècle. Tu crois que je serais assez classe pour une princesse indienne? T'es bien une princesse hein?

J'ai peur de dire une bêtise. Genre une grosse bêtise, parce que la première image qui m'a traverser l'esprit quand elle est arrivé derrière moi, j'ai commencé par l'imaginer en train de danser de manière très sensuel avec une musique orientale derrière. Je ne sais pas pourquoi j'ai imaginé ça, pourquoi je ne peux pas empêcher mes lèvres de sourire quand elle me regarde ainsi, pourquoi mes yeux n'arrive pas à se détacher des siens, pourquoi sa peau attire comme un aimant le bout de mes doigts, cette envie irrésistible de la toucher, rien qu'une seconde… Mais bon sang, qu'est ce qui m'arrive?






fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 bientôt 32
SURNOM : El' - Eli
STATUT : Veuve
MÉTIER : Avocate spécialisée dans le droit des sociétés
LOGEMENT : Villa 2024 Bayside

POSTS : 580 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : Anton#3 ¤

RPs TERMINÉS : Alex#1 ¤ Alex#2 ¤ Alex#3 ¤ Anton#1 ¤ Anton#2 ¤ Alizée#1 ¤ Alizée#2 ¤ Félix#1 ¤ #TeamPizza ¤ Milena #1 ¤ Pénélope #1 ¤ Milena#2 ¤ Mercy ¤ Félix#2 ¤ Pene#2 ¤ Nissrin#1
AVATAR : Kristin Kreuk
CRÉDITS : Shiya
DC : No
INSCRIT LE : 01/05/2017

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Sam 14 Oct - 17:12



 

❝What's happening ?❞
  Anton & Eli
Achevant de mettre sa tikka sur les cheveux, Eli se regarda un instant dans le miroir. Le petit bijou retombait légèrement sur son front achevant ainsi sa transformation. Nissrin avant de repartir lui avait offert cet ensemble indien lui disant qu’elle allait certainement avoir l’occasion de la porter un jour. Eliane avait eu un petit sourire en l’entendant. A l’époque, elle n’y avait pas cru mais en se voyant ce soir, elle comprit que Nessie avait encore eu une de ses intuitions légendaires. Pour l’occasion, elle avait bouclé ses longs cheveux bruns qui retombaient sur ses épaules. Le tissu vaporeux rose framboise était drapé autour de son corps mince d’une main experte. Heureusement que la jeune femme adorait tout ce qui avait trait à l’Asie sinon elle ne se serait jamais dépatouillée avec ces six mètres de tissus. Des épingles à nourrice dissimulées ici et là maintenaient la bande en place. La blouse que Nessie avait fait faire pour elle, lui allait à merveille dévoilant le ventre plat de la brune. Pour ne pas paraître indécente, Eli avait rabattu le pan de broderie qui était censé être libre derrière sur le côté. On pouvait toujours voir sa peau mise à nue par la tenue indienne mais elle n’y pouvait rien. Autour de ces bras se trouvaient 17 bracelets se mariant parfaitement avec sa tenue. L’eye-liner autour de ses yeux lui conférait une allure assez mystérieuse mettant en valeur ses yeux en amandes. Ainsi vêtue, Eli semblait tout droit sortie d’un de ces films bollywoodiens haut en couleurs.

Elle se regarda un instant se demandant si elle faisait bien d’accompagner Anton à cette fête. Après tout, elle n’était veuve que depuis… cinq mois ! Elle tressaillit en se rendant compte que bientôt cela ferait un semestre qu’Alex était mort. Elle avait lâché l’affaire d’en savoir plus. Elle n’y arrivait plus. Son frère était passé en coup de vent et sa visite lui avait fait l’impression d’une bouffée d’oxygène tout en la faisant souffrir le martyre. Son métier était un rappel constant de ce que faisait Alex et de ce qui l’avait tué. Mais c’était Alex qui l’avait aidé à trouver sa voie et Jay s’était toujours tellement bien entendu avec son beau frère qu’elle n’avait pas eu le cœur de lui enlever ses illusions. D’autant plus que cela ne devait influencer en rien l’opinion qu’il avait gardé de son beau frère. Jay était reparti aussi vite qu’il était venu. Une autre mission l’attendait et il se devait de rendre visite à leur mère. Mais sa première visite avait été pour sa sœur bien aimée. Elle eut un sourire en pensant à lui avant de se rappeler de l’origine de cette pensée. Eli se rendit alors compte que cela allait bientôt faire un an que plus rien n’allait dans son couple. Cette constatation la troubla. Enormément.

Elle n’eut pas le temps de s’appesantir sur ce sentiment que la porte d’entrée claqua et que l’accent russe d’Anton se fit entendre dans l’entrée. Eli sourit comme toujours en entendant cette voix. Elle prit alors sa petite pochette et descendit le rejoindre. En voyant la réaction de son meilleur ami, elle eut un moment de doute.

« Anton ? »

Et rigola franchement lorsqu’il reprit la parole. L’air malicieux, elle lui dit alors

« Une princesse saura se contenter pour la soirée d’un simple bibliothécaire très cher »

Joignant les mains à la mode indienne, elle s’inclina alors légèrement. Puis
s’approchant de lui, elle leva son regard vers lui et remarqua alors ses yeux

« Oh… Anton… Tes yeux ! Pourquoi ? »

Elle ne comprenait pas. Non pas qu’il n’était pas beau ainsi, Anton était l’un des plus bel hommes qu’elle connaissait mais c’était tellement dommage de cacher de si beaux yeux bleus… Consciente qu’elle le dévisageait et qu’ils étaient trop proches, elle recula un peu légèrement gênée et glissa son bras sous le sien en lui demandant d’une voie enjouée

« Peut-on y aller maintenant monsieur le bibliothécaire du dix-huitième siècle ? »

Ce fut en rigolant qu’ils s’installèrent dans la voiture. La jeune femme appuya sur le bouton de la radio et de la musique classique se diffusa alors dans l’habitacle. C’était reposant. Ils ne parlèrent pas beaucoup mais le silence ne les avait jamais dérangé. Entre eux, c’était signe de confiance. Ils n’avaient pas besoin de meubler le silence pour se sentir bien en la compagnie de l’autre. Ils arrivèrent bientôt grâce à la conduite sportive de son compagnon. Prenant le bras que lui offrait galamment Anton, ils pénétrèrent dans le domaine. Eliane stoppa pour admirer le décor majestueux qui s'offrait à ses yeux. On pouvait y lire ce qu'elle pouvait ressentir dans ses beaux yeux si expressifs. Un homme se détacha d'un groupe pour s'avancer vers eux et se découvrit à la vue de la jolie brune.

« Malikov ! Enfin là et ... superbement accompagnée à ce que je vois. Madame ? », finit-il en s'inclinant devant la jolie brune.

Un joli rire cristallin s'échappa des lèvres d'Eliane.

« Eliane. Je ne suis qu'une pauvre indienne envoyée ici pour servir Monsieur Malikov...», répliqua-t-telle malicieuse.

Reprenant son sérieux, elle rajouta avec un charmant sourire

« Je n'aurais jamais pensé à me trouver dans un endroit aussi superbe...»

L'homme se rengorgea de fierté à ses mots et s'éloigna en leur disant à tout à l'heure. Eliane regarda Anton et lui demanda

« Bon dis moi à quoi je dois m’attendre maintenant ? »

 
©️ Pando


Because I need you so
Where are you? Can’t you hear my voice? My pained heart is looking for you Is calling out to you- crazily  ▬ Please come back to me- I call out your name every night And in my exhausted waiting, I wander around and look for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Mar 17 Oct - 11:45



Eliane & Anton




J'ai du mal a faire abstractions de son regard planté dans le miens, de son visage si proche… Je ne lâche pas son regard mais je peux sentir la chaleur de son souffle se répercuté sur ma peau. Je lâche un rire tous ce qu'il y a de plus idiots et me reprend en toussotant légèrement. J'hausse un peu les épaules et détourne le regard en souriant :

-Pour le fun… Pour changer, c'est halloween quoi!

Je ris un peu et la laisse prendre mon bras en soupirant, soulagé. Mais soulagé de quoi après tout? Elle était un peu proche de moi, mais elle l'a déjà été, de nombreuse fois même. Mais voilà, j'ai l'impression que la mort d'Alex et mon divorce ont eu comme… Une sorte de déclic. Nos câlins étaient plus… Je ne sais pas. Moins amicale, tout du moins c'est ce que je ressent. Mais ça doit être seulement une impressions. Je serre légèrement son bras contre moi et me reprends rapidement :

-Bien sur, princesse. Je me dois de vous faire découvrir notre beau pays, vous venez de si loin…


Lorsque les lumières du manoir Hautcoeur ce font enfin voir, je souris. L'architecture du bâtiments est un mélange de style colonial et de manoir anglais, une beauté en pierre blanche dans ce décor de vigne verte. Les colonnes sur deux étages, les fenêtres gigantesque, la porte d'entrée en avec ses énormes poignées… J'adorais cette maison, mais vivre au milieu du raisin n'était pas ma tasse de thé. Je me gare et descend en premier pour venir lui ouvrir la portière. La route c'est passé en silence, mais en vérité, ça à été agréable. Je lui tends la main pour qu'elle s'y appuie pour se relever avant de lui tendre le bras. Je frissonne légèrement mais préfère mettre ça sur le compte de la fraicheur du début de soirée.

L'entrée est gigantesque, avec des hauts plafonds et un couloir en parquet anciens. Sur les murs blanc, de grands tableaux de tous style et de toutes époques nous guident jusqu’à l'entrée de la grande salle. Comme d'habitude, Hautcoeur à sortie le grand jeu. Halloween est présent dans tous les coins de la pièce, des petits fours en forment d'asticots ou de doigts, des serveurs et serveuse en tenue de zombie ou de momie, ainsi que des coupes remplis d'une mixture alcoolisé ressemblant étrangement à du sang. Je grimace légèrement en regardant les coupes remplis de ce faux sang que les invitées déguste quand mon nom résonne non loin de moi. Je me crispe, me préparant à recevoir la fameuse tape de Hautcoeur sur le haut de l'épaule, et je n'y échappe pas, bien entendu. Je me retiens de grimacer et lui offre un sourire tous ce qu'il y a de plus faux :

-Monsieur Hautcoeur….

J'hausse un sourcil alors qu'il s'adresse à Eli. Je la regarde et rit de bon cœur quand elle se présente comme une simple servante. J'adore l'entendre rire, j'ai toujours adoré ça. Je la regarde avec tendresse, une bouffée de fierté dans le torse me pousse à bomber ce dernier légèrement. J'ai presque envie de répondre à hautcoeur que oui, ma cavalière est ravissante, mais que pour couronner le tout, c'est la mienne… Mais voilà, elle n'est pas mienne. C'est ma meilleure amie, cavalière d'un soir. Je souris en coin alors qu'elle use de son charme d'avocate pour mettre l'éditeur face à elle dans sa poche, j'évite la deuxième tape déboite épaule de ce dernier et je remercie Eli intérieurement, même si elle ignore ce à quoi elle vient de me faire échapper. Je regarde Hautcoeur retourner dans la foule, son torse bombé de fierté face au compliment d'Eli et lui sourit avant de rire légèrement:

-A des langues de vipères, des gros requins qui parlent de festins de petits poissons et de femme stupide bourrée de silicone… En gros, ça ne change pas des soirées d'avocat. Ils parlent pognon et bouquins, ils défendent tel ou tel auteur et se gavent de petit four.

Je ris un peu et regarde autour de nous, admirant les décorations d'halloween accroché un peu partout, les fantômes, les toiles d'araignées… Ca me permet de penser à autre chose qu'a Eli et sa peau de miel qui est accroché à mon bras. La dernière fois que je suis venue ici, c'était avec Ophélia, pour la soirée du  nouvel an. C'était il y a 10 mois et ça me permet si loin… Je l'ai lâchement quitté, je l'avoue, mais je ne ressentais rien pour elle, et je ne pouvais pas lui mentir. Les sentiments, pour moi, c'est important.

J'entends le groupe dans le fond de salle se mettre à chanter et je souris avant de reprendre:

-Ce salaud sort vraiment le grand jeu à chaque soirée… Je me tourne vers Eli : Tu vas devoir danser aussi . Avec moi qui plus est. Je suis désolé de cette torture que je devrais t'infliger.

En vérité, je n'ai jamais été piètre danseur. Mon pére avait insister pour que je sache danser, questions de "traditions" disait il. Alors , je sais danser, pas mal de danses différentes. Je retire mon bras du siens, prends sa main et la fait tourner sur elle-même avant de la ramener vers moi en riant :

-Tu vois, je suis hyper nul.

Nos regards se croisent un long moment et je suis le premier à mettre un terme à ce contact visuel, alors que le groupe derrière nous fait une reprise de "I don't wanna live forever". Je me retrouve dans cette chanson, perdu, l'impressions de devenir fou a chaque fois qu'elle me touche, me regarde, me sourit… Je tente de lutter intérieurement contre un ouragan qui m'arrive en pleine face, une tornade sans nom (ou plutôt que je me refuse à nommée). Tous ce que je sais, c'est que j'ai besoin d'elle à chaque instant, plus qu'avant cela va de soit. Je lui sourit et la relâche lentement avant de chopper deux coupes de faux sangs sur le plateau d'un serveur zombie. J'en tends une a Eli et trinque avec elle :

-A notre amitié. Qu'elle soit éternelle et plus forte que tout… Et à notre réussite aussi, après tout.

Je ris et prend une gorgée, surpris par le goût j'hausse les sourcils en souriant. Je m'attendais à tout sauf à de la vodka. Le gout de la framboise cache sans mal l'amertume de cette alcool et le cassis apporte une pointe d'acidité à ce cocktail qui enchante mes papilles. Je reléve le regard sur Eli… La soirée promet tellement de surprise, cependant, je l'ignore encore, cette soirée sera décisif, pour elle et moi.






fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 bientôt 32
SURNOM : El' - Eli
STATUT : Veuve
MÉTIER : Avocate spécialisée dans le droit des sociétés
LOGEMENT : Villa 2024 Bayside

POSTS : 580 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : Anton#3 ¤

RPs TERMINÉS : Alex#1 ¤ Alex#2 ¤ Alex#3 ¤ Anton#1 ¤ Anton#2 ¤ Alizée#1 ¤ Alizée#2 ¤ Félix#1 ¤ #TeamPizza ¤ Milena #1 ¤ Pénélope #1 ¤ Milena#2 ¤ Mercy ¤ Félix#2 ¤ Pene#2 ¤ Nissrin#1
AVATAR : Kristin Kreuk
CRÉDITS : Shiya
DC : No
INSCRIT LE : 01/05/2017

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Mer 1 Nov - 16:54



 

❝What's happening ?❞
  Anton & Eli
Anton n’avait vraiment pas exagéré lorsqu’il lui raconté les soirées chez Hautcoeur. Tout n’était que faste et luxe autour d’eux. C’était si imposant que ça en frisait même l’indécence. Mais après tout chacun son truc. Eli, même si elle admirait tout ça, n’était pas vraiment une adepte de ce luxe. Comme toute femme, elle aimait les jolies choses mais si on regardait sa garde-robe, on pouvait voir que la plus grande majorité de ce qu’il y avait dans ses penderies étaient des jeans et des t-shirts. Elle préférait les plaisirs simples de la vie. Mais ce soir c’était différent. C’était la première fois qu’elle sortait depuis longtemps. Depuis la mort de son mari et Eliane avait juste envie de profiter de cette soirée. De ne plus penser à rien. Elle était reconnaissante à son ami de l’avoir pratiquement forcé à venir. La brune ne le regrettait pas. Tout ce qu’elle voyait était juste une petite merveille pour les yeux. Et leur hôte était aussi haut en couleur que la demeure qui les accueillait en ce moment même. Eli dissimula du mieux qu’elle pu son hilarité en le voyant malmener en toute bonne foi Anton. La jeune femme lui adressa alors quelques paroles et lui fit part de son admiration ce qui eut le don de rendre très fier le propriétaire des lieux. Ce dernier parti en promettant de revenir les voir. Ils échangèrent un petit regard complice avec Anton avant de pénétrer dans la somptueuse demeure.

Si l’extérieur avait suscité l’admiration de la jeune avocate, l’intérieur l’éblouit littéralement. Hautcoeur n’avait vraiment pas lésiné sur les moyens. Un vrai décor comme on en voyait que dans les films. Le regard d’Eliane se dirigea vers le mur rempli de livres. Plus que le faste, cette impressionnante collectionna fit briller ses yeux. Elle donnerait beaucoup pour avoir une vraie collection de livres. Comme la bibliothèque de la Belle et la Bête. Cela avait toujours été le rêve de la jeune femme. S’arrachant à cette contemplation, elle demanda à son compagnon ce qui l’attendait et rigola de plus belle lorsqu’il le lui dit. En fin de compte, les soirées mondaines étaient toutes les mêmes quelque soit le milieu dans lequel on se trouvait. Elle se rappelait qu’Alex les détestait. Il n’arrêtait pas de lui dire que la seule chose qu’il aimait était le fait de la voir dans de belles robes. Ça et la bonne nourriture qu’on trouvait à ces soirées. Une ombre voila un instant son regard mais elle se reprit très vite. Elle ne voulait pas ruiner les efforts d’Anton. Levant un regard vers lui, elle lui sourit et dit malicieusement

« Je ne devrais pas être trop dépaysée alors. »

Elle avait accroché sa petite pochette à son poignet pour ne pas être dérangée par celle-ci. Bien lui en prit car Anton la prit de court et la fit tourner sur elle-même à ce moment là. L’épingle qui retenait le tissu sur son ventre se détacha et le pan qui devait normalement se retrouver à l’arrière reprit sa place originelle. La jeune femme n’eut pas le temps d’y penser car Anton la ramenait déjà vers lui. Sa main se plaça au creux de ses reins sur sa peau nue et Eliane ressentit comme une décharge électrique la traverser. Elle leva son regard vers lui et se retrouva prisonnière de ses yeux marron aujourd’hui. Combien de temps se passa ? Elle ne le sut pas réellement. Anton, le premier, rompit le contact et Eliane s’aperçut qu’elle avait retenu son souffle tout du long. La chanson et la danse se déroulèrent comme dans un rêve. Eli dansa par automatisme et souriait machinalement. Elle n’arrivait pas à comprendre ce qui venait de se passer. Tout ce qu’elle savait c’était que ça la perturbait étrangement. Ce fut doc avec soulagement qu’elle accueillit la fin de la chanson. Reculant de quelques pas, elle accepta le verre que son compagnon lui tendait. Regardant avec méfiance la mixture, elle fit néanmoins un sourire à Anton en répétant

« A notre amitié. C’est ce qui est le plus important... »

Pourquoi avait-elle rajouté cela ? Eliane ne le savait pas trop. Elle se sentait fébrile sans aucune raison. Si Anton le remarqua, il ne lui dit rien. La jolie brune but une petite gorgée de la coupe et fut agréablement surprise. Elle regarda Anton et vit que lui aussi.

« Bon ben… Hautcoeur n’a pas mauvais gout »

Elle lui sourit. Sourire qui s’élargit quand elle vit le maitre des lieux revenir vers eux. Elle lui attrapa vivement le bras avant qu’il ne puisse la jeter sur l’épaule de son compagnon.

« Monsieur Hautcoeur, lui dit-elle toujours accrochée à son bras, vous avez vraiment mis les petits plats dans les grands. Tout est magnifique et ce cocktail délicieux ! »

L’homme eut un petit rire satisfait et essaya de prendre un air modeste qui ne fut que plus amusant sur ce visage rond. Voyant cela, Eliane continua sur sa lancée.

« J’ai vu dans l’entrée un mur remplis de livres. J’imagine que cette demeure doit contenir bons nombres de trésors ? »

Elle avait fait mouche. Hautcoeur répliqua aussitôt

« Bien sur ! J’ai une collection de livres très rares que je me ferai un plaisir de vous montrer Eliane. Malikov, j’espère que ça ne vous dérange pas que je vous enlève votre cavalière quelques instants ? »

Et sans vraiment prendre le temps de laisser au russe de dire quoique ce soit, il entraina l’indienne du soir à travers la pièce. Elle jeta un regard désolé à Anton et haussa légèrement les épaules. A vrai dire, Eliane n’était pas mécontente d’être loin d’Anton un moment. Elle ne s’était toujours pas remise de ce petit moment de flottement et avait besoin d’un temps pour elle. D’ailleurs, elle passa un très bon moment en compagnie de son hôte. Hautcoeur avait beau être légèrement bourrin, il avait une véritable passion pour les livres et sa collection était vraiment magnifique. La fine intelligence de la brune et ses remarques durent faire bonne impression car en la ramenant, il lui glissa qu’il avait pris grand plaisir à leur petit tête à tête et qu’elle était la bienvenue quand elle le voulait. A peine revenus qu’on accapara le maitre de maison et Eli se retrouva un peu perdue. Elle marcha un peu au hasard espérant retrouver Anton parmi tout ce monde. Et finit par le retrouver en grande conversation avec une sculpturale blonde déguisée en déesse grecque. Et de ce qu’elle pouvait voir, la proximité avec le bibliothécaire ne la dérangeait nullement. Au contraire, elle n’aurait pas été contre un endroit un peu plus isolé. De là où elle se trouvait, Eli ne pouvait voir l’expression d’Anton qui lui tournait le dos mais il ne devait pas s’ennuyer puisqu’elle vit la blonde rire à gorge déployée et posa une main sur le bras du brun. Avant de se rapprocher un peu plus de lui pour lui murmurer quelque chose à l’oreille. N’y tenant plus et ne cherchant pas vraiment à analyser ce qu’elle ressentait en ce moment, elle s’approcha d’eux et dit d’une voix enjouée

« Désolée d’avoir tant tardé Anton ! Tu nous présentes ? »

 
©️ Pando


Because I need you so
Where are you? Can’t you hear my voice? My pained heart is looking for you Is calling out to you- crazily  ▬ Please come back to me- I call out your name every night And in my exhausted waiting, I wander around and look for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Jeu 2 Nov - 23:34



Eliane & Anton




Je sourit avant de rire. Pour moi, Hautcoeur a bien trop mauvais gout. Trop poussé dans le luxe, trop exubérant en soit. Ça a le don de m'énerver, de me taper sur le système. Mais de temps en temps, je trouve un charme à tout ce "m'as-tu vu" et je profite pleinement des soirées auquel il se fait plaisir de me convier pour je ne sais quel raison. Je suis le regard d'Eli et voit ce fameux maître des lieux revenir à la charge, main déjà levé, prêt à s’abattre sur mon épaule déjà meurtris tel un carnassier sur sa proie. Je grimace intérieurement a l'idée de sentir encore sa main s'abattre ainsi sur moi mais encore une fois, Eli me sauve la mise et j'évite de nouveau une nouvelle tape qui m'aurait surement valu plusieurs semaines de kiné avec l'espoir qu'elle re-fonctionne correctement un jour.

Je n'eut pas le temps de placer un quelconque mot dans leur bref échange que déjà il me volait ma cavalière pour me l'emporter loin de moi. Je lui sourit, pour toute réponse à son regard désolé. Je ne suis pas vraiment ravi de cet éloignement, mais je tente de me convaincre du contraire. Eli est grande, et je l'ai amené ici pour qu'elle puisse voir de nouvelles têtes, pas pour que je puisse la coller toute la soirée… Sur mon épaule, une main aux ongles manucurées se glisse, détonnant sur mon costume noir. Je sursaute légèrement et me retourne pour tomber nez à nez avec… :

-Ophélia…

Eh merde. C'est bien la dernière personne que j'aurais voulu voir à cette soirée. Glissé dans une robe blanche, juchée sur 10 centimètres de talons, une coupe a la main, les tresses qui entoure sa tête lui donne des aires de grandes déesses. Elle me sourit de toutes ses dents :

-Bonsoir Anton… J'espérais bien te trouver ce soir a dire vrai. Tu es très beau comme ça, ça change. Tu es seul? Ca tombe bien , je comptais avoir une discussion en tête à tête avec toi…

Elle se rapproche, viens triturer le nœud de ma cravate et je la repousse une première fois, délicatement du dos de la main mais sans vraiment de ménagement :

-Nous ne sommes plus ensemble, Ophélia.


-Ah oui, c'est vrai… D'ailleurs.. Tu ne m'as pas vraiment dit le "pourquoi" du fait qu' on ne devait plus se voir.

Le pourquoi. J'avais délibérément omis de lui dire pourquoi nous ne pouvions plus nous voir, pourquoi je mettais fin a notre relation. Parce que je n'avais tous simplement aucun sentiments pour elle, autre qu'une attirance purement physique. Elle était gentille, intelligente… Mais ca ne collait pas entre nous. Et puis… Elle était ma stagiaire. Je m'en étais donc séparé à la fin de son contrat, mettant également un terme a notre pseudo relation. J'inspire profondément, avale cul sec mon verre de vodka et le repose sur un plateau de serveur :


-Tu sais pourquoi on c'est séparé Ophélia… Parce qu'on n'était pas bien ensemble, parce que on avais aucun sentiments l'un pour l'autre… Parce que je ne suis pas fait pour toi.


Elle se met a rire à gorge déployée et je ne cache pas mon air blasée. Cela fait plus d'un mois que l'on est plus ensemble, et elle revient à l'attaque ce soir? C'est n'importe quoi… Elle pose une main sur sa hanche  et me sourit de plus belle :

-Arrête tes conneries Anton. Tu sais très bien qu'on était bien à deux. Tu t'es tirée pour une autre raison.

Elle se rapproche de moi lentement, j'esquisse un pas vers l’arrière dans l'espoir de me défaire d'elle mais elle insiste encore, se collant presque contre moi. Si avant j'aurais vite glisser mes lèvres sur la peau délicate de son cou, la je me sens comme pris au piège, offensé par cette proximités. Mais il y a du monde , je ne peux pas la repousser comme j'en ai envie à moins de me montrer en spectacle. Je serre les mâchoires, prenant mon mal en patience, alors que je peux sentir sa main sur mon bras, son souffle qui vient chatouiller mon oreille :

-Je sais que tu as quelqu'un d'autre… Et je me doute de qui. Par contre, sache le, elle n'a aucune chance contre moi.


-Je ne vois pas de quoi tu parles et je n'ai personne.


Je la repousse d'un geste de l'épaule, me défait de sa prise alors que la voix d'Eli s’élève derrière moi. Je peux sentir mon cœur se serré, comme un amant pris sur le faites. Je me sens soudainement stupide et honteux, j'ai l'impression d'avoir fait une connerie monumentale. Je recule d'un pas pour me rapprocher d'Eli, fuyant un peu plus Ophélia et ses messes basses. J'inspire profondément et présente les deux jeunes femmes par des gestes de la main :


-Eli, Ophélia. Ophélia, Eli, ma meilleure amie.
 Je me tourne vers Eli et reprend:
Je t'ai déjà parler d'Ophélia. Mais, elle allait justement partir.


Je lance un regard en coin a Ophélia qui pour toute réponse sourit et tourne les talons en lançant un "bonne soirée!". Je serre les mâchoires et secoue la tête, dépité par son comportement puérils. Je me tourne vers Eli, faisant maintenant dos a Ophélia et ses idioties. Je souris à ma meilleure amie :


-Alors, la collection de Hautcoeur? Elle donne quoi?


Je fais bien entendu diversion. Je n'ai pas envie d'épiloguer sur le cas Ophélia, sur mon histoire (courte certes ) avec elle et du pourquoi du comment ces présentations furent aussi glacial. Ophélia n'était rien, une passade, un coup de cœur… Pourtant je me sentais coupable face à Eli. Coupable comme si je l'avais trompé, comme si j'avais fait une erreur que j'étais en train de lui faire du mal volontairement… Alors que, je n'ai pas à me sentir ainsi. Eli n'est que ma meilleure amie non?






fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 bientôt 32
SURNOM : El' - Eli
STATUT : Veuve
MÉTIER : Avocate spécialisée dans le droit des sociétés
LOGEMENT : Villa 2024 Bayside

POSTS : 580 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : Anton#3 ¤

RPs TERMINÉS : Alex#1 ¤ Alex#2 ¤ Alex#3 ¤ Anton#1 ¤ Anton#2 ¤ Alizée#1 ¤ Alizée#2 ¤ Félix#1 ¤ #TeamPizza ¤ Milena #1 ¤ Pénélope #1 ¤ Milena#2 ¤ Mercy ¤ Félix#2 ¤ Pene#2 ¤ Nissrin#1
AVATAR : Kristin Kreuk
CRÉDITS : Shiya
DC : No
INSCRIT LE : 01/05/2017

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Ven 3 Nov - 16:14



 

❝What's happening ?❞
  Anton & Eli
Contre toute attente, Eli passait réellement une bonne soirée. Hautcoeur, bien qu’il ait tout d’un parvenu, était un homme agréable. On pouvait devenir un homme plutôt gentil sous ses airs bourrin. Et surtout, c’était un fin connaisseur et Eli appréciait vraiment le moment en tête à tête qu’ils avaient passé ensemble. Sans compter que sa collection était magnifique. Et c’était ses livres bien plus que sa demeure qui faisait briller les yeux de la belle indienne. La jeune femme avait beau être avocate, ses deux passions restaient les livres et la photographie. Elle avait rêvé par le passé de devenir photographe mais avait reléguer ce rêve au fond d’elle pour essayer de devenir quelqu’un selon les termes de sa propre génitrice. Elle ne s’en plaignait pas. Elle aimait son métier. Leur hôte la raccompagna dans la salle de réception et elle partit à la recherche d’Anton qu’elle trouva en charmante compagnie. Hochant la tête, elle fit un petit sourire à la blonde et lui dit

« Oui bien sûr. Enchantée de vous rencontrer enfin Ophélia »

Cette dernière la regarda un instant avant de partir sur un désinvolte « Bonne soirée ». Un petit silence s’ensuivit qu’Anton brisa en essayant de faire diversion. Eli le regarda d’un air perplexe et lui répondit

« Sa collection est magnifique. On sent que Hautcoeur aime vraiment les livres et surtout il a beaucoup de connaissances »

Elle resta un moment silencieuse avant de lui demander

« Pourquoi tu n’es pas venu avec elle Anton ? Je n’avais pas pensé à te le demander avant mais tu m’avais dit que vous débutiez quelque chose non ? »

Eliane ne comprenait pas pourquoi son ami lui avait demandé de l’accompagner. Il était vrai que sur le moment, elle avait complètement oublié l’existence d’Ophélia. Et pourtant, Anton lui avait déjà parlé de cette stagiaire qu’il appréciait. Elle était heureuse pour Anton surtout vu tout ce qu’il avait déjà enduré à cause de son ancien mariage. Cela était donc d’autant plus incompréhensible qu’il ne l’ait pas invitée. Etait-ce à cause d’elle ? Pour qu’elle sorte et qu’elle voit du monde ? Elle savait qu’il avait passé beaucoup de temps à ses côtés depuis la mort d’Alex. Forcément, cela avait dû être au détriment de sa propre vie. Eliane ne voulait pas devenir un fardeau pour lui. Anton était un homme généreux et bon et il méritait un peu de bonheur.

Elle regarda son ami et lui fit un petit sourire en lui disant

« Tu es un ami extra Anton. Le meilleur. Mais tu n’as pas à sacrifier ta vie amoureuse pour moi. Du moins plus maintenant. Je sais qu’à cause de ce qui s’est passé, je t’ai beaucoup accaparé mais ça va. Je vais mieux maintenant. Je t’assure ! »

Elle se hissa alors sur ses pointes de pieds et posa ses lèvres sur la joue barbue du brun.

« Je t’adore Malikov mais vas rejoindre ta dulcinée »

Puis lui fit un petit clin d’œil complice en rajoutant

« Et qui sait, je vais peut-être faire une rencontre moi aussi ! »

Eli n’était pas prête à faire des rencontres. Elle n’était même pas sure de l’être un jour mais elle voulait faire comprendre à Anton qu’elle allait mieux et qu’elle était prête à avancer. Il avait raison. Elle ne pouvait pas vivre dans le passé. Alex n’était plus et si elle ne refaisait pas sa vie, elle pouvait toujours essayer de vivre sa vie.

 
©️ Pando


Because I need you so
Where are you? Can’t you hear my voice? My pained heart is looking for you Is calling out to you- crazily  ▬ Please come back to me- I call out your name every night And in my exhausted waiting, I wander around and look for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Lun 6 Nov - 1:28



Eliane & Anton




Le regard qu'elle me lance ne me laisse aucun doute sur ce qu'elle pense. Elle me prend pour un fou, un idiot aux mieux mais surement pour une pauvre tache. Elle me répond malgré tout, sans passer par quatre chemins. Sa réponse rapide et simple me fait bien comprendre que je vais passer au peigne fin, sous une tonne de questions, et je me prépare intérieurement à lui répondre. Je me pince les lèvres avant d’esquisser un sourire :


-Il à été un des premiers éditeurs a Brisbane tu sais…


Okay, pour dire des choses aussi peu utiles, ferme la Anton. Je me passe une main sur la nuque et me crispe lorsqu'elle reprend la parole. Mon regard, jusqu’alors fuyant, viens chercher a capturer le siens, ne la lâchant pas des yeux, tentant encore et encore de percer le mystère qui se cache derrière ses grands yeux bruns. J'ai peur de la suite de ses mots, j'ai le cœur et la gorge serré. Je ne sais pas quoi lui répondre, je suis comme pétrifié devant elle, mon cerveau ne fonctionnant uniquement dans le but de garder mon corps en vie. Les bras ballants, les yeux dans les yeux je ne sais pas quoi répondre a Eli. Pourquoi ne suis-je pas venue avec Ophélia? Parce que je ne suis plus avec elle, depuis 1 mois maintenant. Voilà pourquoi. C'est simple et facile a dire, alors pourquoi mes lèvres et ma langue refuse de coopérer? Pourquoi est ce que je n'arrive pas à sortir un seul mots?

La suite de son discours me fait l'effet d'un adieu déchirant. L'impression qu'une partie en moi se déchire en petit morceau à chaque syllabe qu'elle prononce. Je secoue la tête, inspire comme si je sortais la tête de l'eau alors que mes lèvres se décident enfin à être coopérantes avec mon cerveau :


-Non, Eli je…


Ses lèvres sur ma joue me coupent de nouveau la parole. Je retiens ma respirations alors que ma main se pose tout naturellement sur sa hanche, mes doigts caressant sa peau chaude, j'ai ce besoin farouche de la retenir contre moi. Mais je ne peux pas. Elle me fait comprendre que je dois vivre ma vie, que j'ai le droit a mon tour de vivre autre chose que ce que Margot m'a fait vivre… Oui, bien sur que j'y ai le droit, tout comme elle, elle a le droit d'avoir un autre homme qu'Alex, un homme sincère, gentil, qui s'occuperais d'elle correctement sans se sauver tous les mois loin d'elle, de lui donner une famille, une maison dans laquelle elle serait heureuse… L'idée de la voir avec quelqu'un d'autre me peine étrangement, mais je préfère mettre ça sur le compte de la tristesse de moins voir ma meilleure amie si jamais elle trouvait de nouveau quelqu'un.

Elle recule, ma main glisse de sa peau et me laisse une étrange sensation de frais sur le bout de mes doigts, vous savez comme quand vous êtes trop longtemps prés d'une source de chaleur et que brusquement vous retournez dans le froid de l'hiver. Je serre les mâchoires et secoue la tête alors qu'elle dit tout naturellement qu'elle pourrait a son tour rencontrer quelqu'un:


-Non. Attend.


Je rattrape son poignet sans cesser de secouer la tête de gauche a droite. Mes sourcils se froncent et je relève le regard, tentant de trouver autour de nous un endroit plus calmes. Glissant ma main dans la sienne, je l’entraîne a ma suite vers une porte au fond de la salle. Je la pousse sans savoir ce qu'il se trouve derrière, et c'est presque sans étonnement que je découvre une salle de réception, plus petite que l'autre, totalement vide de toute décorations mais tout aussi impressionnante par sa beauté de marbre blanc. Refermant la porte derrière nous, j'avance dans la salle, nos pas résonnent , se répercutant sur les murs alors que le groupe chantent en sourdine derrière nous. J'ai besoin de lui parler, au calme, loin de tout, loin d'Ophélia et de son regard dédaigneux.  Je finis par m’arrêter au coté d'une fenêtre, m'épaule contre le mur et croisent les bras :


-Je ne suis plus avec Ophélia. Depuis un mois. Elle me plaisait, oui, énormément même, je ne te le cacherais pas. Elle est jolie et intelligente. Mais ça s'arrête là. Il n'y a rien entre elle et moi, tout simplement parce que je n'ai aucun sentiment pour elle, aucun. J'ai mis fin à cette relation. Je ne voulais pas venir ici avec elle, je voulais venir avec toi.


Je me redresse, me passe les mains dans les cheveux et fait les 100 pas comme un lion en cage. Je me stoppe de nouveau et reprend :


-Et ne me ment pas, tu sais tout aussi bien que moi que tu n'es pas prête à faire de nouvelle rencontre. Tu es une femme qui a besoin de temps, qui a besoin d'être sur d'elle avant de se lancer. Tu es, en amour comme dans ton métier, prudente. Tu as besoin d'être sur d'avoir toutes les bonnes cartes en mains pour te lancer. Et tu ne les as pas, tu ne les cherches pas.


Je ne me sens pas vraiment sur de ce que je dit. Je m'embrouille dans mes propres paroles, je baragouine plus que je ne parle et mon accent reprend le dessus lorsque je parle aussi vite, rendant la plupart de mes mots incompréhensibles. En bref, mon beau discours à du se transformer en blabla incompréhensible pour ma meilleure amie. Je me pince les lévres et me rapproche d'elle lentement sans cesser de lui parler :


-Je voulais que tu m'accompagne. Toi. Pas quelqu'un d'autres. Je voulais que tu puisses voir le monde dans lequel je vis, je voulais t'avoir à mes côtés ce soir. Pour que tu puisses penser à autres choses. Pour que tu puisses voir du monde, voir les vignobles, le manoir… Je voulais que tu passes une bonne soirée… J'ai l'impression qu'Ophélia à tout gâcher.


Sans vraiment me rendre compte, je l'ai pousser à reculer vers le mur , la surplombant de ma taille , je m'appuie d'une main contre le mur derrière elle, la main poser non loin de sa tête, mes yeux planter dans les siens, je me rend compte que j'ai le souffle court, surement du a mon monologue. Je me pince les lèvres et reprend doucement :


-Je voulais seulement que tu passes une bonne soirée… Que tu danses… Et que tu puisses t'amuser…







fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 bientôt 32
SURNOM : El' - Eli
STATUT : Veuve
MÉTIER : Avocate spécialisée dans le droit des sociétés
LOGEMENT : Villa 2024 Bayside

POSTS : 580 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : Anton#3 ¤

RPs TERMINÉS : Alex#1 ¤ Alex#2 ¤ Alex#3 ¤ Anton#1 ¤ Anton#2 ¤ Alizée#1 ¤ Alizée#2 ¤ Félix#1 ¤ #TeamPizza ¤ Milena #1 ¤ Pénélope #1 ¤ Milena#2 ¤ Mercy ¤ Félix#2 ¤ Pene#2 ¤ Nissrin#1
AVATAR : Kristin Kreuk
CRÉDITS : Shiya
DC : No
INSCRIT LE : 01/05/2017

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Lun 6 Nov - 2:22



 

❝What's happening ?❞
  Anton & Eli
Ophélia était magnifique il fallait l’admettre. Et en les voyant côte à côte, Eliane n’avait pu que remarquer quel beau couple ils feraient tout deux. Etrangement cela ne lui fit pas plaisir le moins du monde. Une – grande – partie d’elle voulait garder Anton à ses côtés. Elle avait besoin de lui, de sa force, de son amitié. Elle avait simplement besoin de sa présence pour réussir à avancer. C’était égoïste et Eli le savait parfaitement. C’était pour cette raison qu’elle lui demanda pourquoi il n’était pas venu avec elle. Elle ne voulait pas redevenir cette personne si centrée sur elle-même qu’elle en avait oublié les autres. Elle ne se rappelait que trop bien comment elle avait été pendant pas mal de temps. Ne se souciant de personne d’autres, pas d’elle non plus. Elle avait été si longtemps dans les ténèbres qu’elle avait peur aujourd’hui d’y retourner en perdant Anton. Elle se rendait compte qu’elle ne pourrait pas toujours compter sur lui et qu’elle devait réapprendre à vivre pour elle et non plus pour quelqu’un d’autre. Elle le savait et c’était aussi pour ça qu’elle le poussait à rejoindre Ophélia. Elle essayait d’être aussi bonne amie pour lui que lui l’avait été pour elle.

La main d’Anton sur sa peau nue la fit de nouveau frissonner comme quelques instants auparavant. Gosh, il y avait bien longtemps qu’un homme ne l’avait pas touchée… C’était surement pour ça que son corps réagissait autant et aussi vite. Eliane ne voyait pas d’autres explications. Elle ne voulait pas en voir d’autres. Elle recula alors de quelques pas faisant par la même occasion glisser les doigts du brun sur sa peau qui y laissèrent un sillon de feu qu’elle préférait ignorer. C’était malvenu de sa part que de ressentir ce genre de choses. C’était Anton. Son meilleur ami. Un homme séduisant certes mais avant tout son meilleur ami. Lui souriant, elle l’exhorta une nouvelle fois à reprendre sa vie en main et lui fit même une petite blague pour lui faire comprendre qu’elle allait bien. Qu’elle irait toujours de mieux en mieux et qu’il n’avait pas à s’en faire pour elle. La jeune femme était pratiquement sure et certaine que c’était pour ne pas la laisser seule qu’il était encore là et non dans les bras de cette déesse blonde.

Mais Anton ne l’entendait pas de cette oreille. Lui prenant la main, le bibliothécaire d’un soir l’entraina à travers la salle jusqu’à une porte presque cachée au fond. Comme si il connaissait les lieux, il la poussa et ils pénétrèrent dans une petite salle de réception bien plus intime que l’immense salle voisine. Cette pièce vide plongée dans l’obscurité et seulement éclairée par la lune était tout aussi voire plus belle encore que sa grande sœur. Peut-être était-ce dû justement à ce manque de décoration. Ici tout était simple et pur. Et c’était tout simplement magnifique. Mais tout cela, Eliane ne le vit que d’un œil. Elle était bien plus préoccupée par son compagnon. Anton l’entraina alors près d’une fenêtre et commença à parler. Elle le regarda surprise qu’il lui dise qu’ils avaient rompu depuis maintenant plus d’un mois. Elle n’avait pourtant pas eu cette impression. Ophélia lui semblait encore très attachée à lui. Elle n’eut pourtant pas l’occasion de lui parler puisqu’il reprit sa marche cette fois seul. Dans d’autres circonstances, elle l’aurait trouvé presque comique à faire les cent pas ainsi. Mais pas aujourd’hui. Pas ce soir. Eliane sentait confusément qu’il était en train de se passer quelque chose mais elle n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui se passait. Cela la frustra légèrement. Il continua alors sur sa lancée et lui démontra une nouvelle fois à quel point il la connaissait bien. Ce n’était pas pour rien qu’Anton était son meilleur ami. Les yeux d’Eli se remplirent de larmes. Son cœur débordait d’affection pour cet homme qui ne cherchait en toute occasion que de la protéger. Mais il fallait qu’il cesse de la protéger pour commencer à vivre lui aussi… Elle était une grande fille.

La jeune femme ouvrit la bouche pour parler mais encore une fois, Anton ne lui en laissa pas le temps. Il continua de parler en avançant vers elle l’obligeant par conséquent à reculer autant que lui avançait. Mais bientôt, elle se retrouva dos au mur le visage éclairé seulement par la lune. La brune eut un sourire attendri aux dernières paroles de son ami.

« Mais je me suis amusée Anton… Ophélia n’a rien gâché, ne t’inquiètes pas. »

Elle lui dit d’une voix douce toujours avec le sourire aux lèvres

« Arrêtes de t’inquiéter autant pour moi Anton. Je suis une grande fille, je peux me débrouiller seule. Je sais que ces derniers temps, je t’ai fait peur. C’est vrai que la mort d’Alex m’a mise plus bas que terre mais je suis en train de me relever. Ça ne va pas être facile tous les jours mais je peux le faire. Je le dois. Comme toi tu dois vivre ta vie Anton. Tu as le droit d’être heureux, ne gâche pas ta chance de l’être. Ophélia me semble être encore très attachée à toi. Les sentiments peuvent arriver avec le temps. Si elle te plait c’est déjà un bon début tu ne penses pas ? »

Posant une main tendre sur la joue de son meilleur ami, elle plongea son regard dans le sien et répéta

« Ne laisse pas passer ta chance d’être heureux Anton »

 
©️ Pando


Because I need you so
Where are you? Can’t you hear my voice? My pained heart is looking for you Is calling out to you- crazily  ▬ Please come back to me- I call out your name every night And in my exhausted waiting, I wander around and look for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Lun 6 Nov - 11:12



What is happening to me?


Les larmes. Ses petites perles d'eau qui peuvent transformer le visage de n'importe qui en immense joie comme en immense tristesse. Je déteste les larmes. Les miennes comme celles des autres, plus particulièrement chez les femmes. Je trouve ça perturbant, je ne sais pas quoi faire et je me sens idiot de ne pas savoir quoi faire. Et là, elles se pointent dans les yeux pétillants de la jolie brune. Je serre les mâchoires et détourne le regard. Je ne voulais pas la faire pleurer. Non, je voulais la faire rire ce soir, c'était ça le but, non?

A réfléchir sur mes sentiments et mes intentions, je n'arrive plus a distinguer le vrai du faux, du bien être au mal être, de l'amour et de la haine. J'ai envie de m'arracher les cheveux, mes méninges tournent à plein régime et je me retrouve comme un idiot devant elle, perdu, paumé dans une nappe de brouillard que mon esprit a créé en moi, me cachant la vérité sur mes propres sentiments. Je déglutit, difficilement, gorge serrée et bouche sèche, j'ai l'impression d'avoir fait une escapade dans le désert. Et bien sur, vu que j'ai entraîné Eli loin de tout, il n'y a, bien entendu, rien pour se désaltérer à porter de main.

La suite me réchauffe intérieurement, m'arrache même un sourire face à son sourire attendri. J'adore quand elle sourit ainsi. Ça veut dire qu'elle est heureuse, que JE l'ai rendue heureuse. J'ai envie de caresser ses pommettes quand elle fait ça, de toucher ses lèvres du bouts des doigts… Mais putain de merde, mais qu'est ce qui m'arrive? Je me sens fou, je deviens fou. Eli. Eli est ma meilleure amie. Oui, nos contacts ont toujours été très naturel, mais je ne peux pas, je n'ai pas le droit d'avoir des envies comme tel a son égard. Je ne peux pas. Je me répète ses mots, encore et encore dans ma tête alors qu'elle reprend comme quoi elle c'est amusée. Je souris de plus belle. Mission réussie. J'ai pu lui faire penser à autre chose, et c'est ce qui importait le plus. Je suis rassuré, également, sur le fait qu'Ophélia n'a rien gâché de cette soirée. Qu'elle appréciait malgré tout ma présence à ses côtés… Oui mais alors, si elle ne m'en veux pas, pourquoi j'ai toujours cette boule d'angoisse dans la gorge? Pourquoi j'ai l'impression de l'avoir "trompé"? Je ne comprend plus rien à mes propres sentiments…

Arrêter de m'inquiéter pour elle. C'est possible ça? Je ne le pense pas. Je ne cesserais jamais de m'inquiéter pour Eliane. Du jour ou elle est entrée dans ma vie, j'ai voulue prendre soin d'elle. Quand elle m'est apparue ce jour là, j'ai eu l'impression de voir une petite fleur sauvage, incroyablement forte et résistante, mais tellement jolie que certains pourrait lui faire du mal pour assouvir leur besoin égoïste. Et je refusais qu'elle vive ça. Je le refuse toujours. Mon regard planter dans le siens, je bois ses paroles sans broncher. Mais lorsqu'elle prononce le mot "sentiment", j'ai l'impression qu'une bulle de savon éclate dans ma tête, dissipant le brouillard, dissipant les doutes et l'incompréhension. Les sentiments peuvent venir avec le temps. Des tonnes de moments ensemble m’apparaissent, des flash-back rapide et concret, des moments important, de joie comme de pleur. Son arrivée dans le cabinet, ses cheveux brun, son sourire et ses yeux rieurs. Notre complicité, inébranlable. Nos fous rires. Son sourire. Ses yeux bruns qui se plongent dans les miens. L'odeur de son parfum sur sa veste. L'odeur de ses cheveux quand elle se blottit contre moi. Ce besoin, sans cesse, de l'avoir à mes côtés. Sa peau aux reflets caramel. Ses lévres, rosée, pulpeuse…

Sa main sur ma joue déclenche en moi une décharge électrique. Je sais que si je bouge, je détruirais tout. Tout ce qu'on a construit ensemble elle et moi. Si je fais un pas en sa direction, je mettrais fin à 10 ans d'amitié. Est-ce vraiment ce que je désire? Non. Non je ne veux pas perdre Eli, jamais. Je pousse ma joue contre ses doigts, soupirant d'aise, je veux sentir la douceur de sa peau contre moi. Un chien à la recherche d'affection, voilà tout ce que je suis quand je suis avec elle. Je ferme un court instant les yeux afin de me reprendre, serrant le poing appuyer contre le mur. Je déglutit, profitant du moment, silencieux.

Soit heureux? C'est ce qu'elle a dit? Je cligne un instant des yeux. Ne pas laisser passer ma chance d'être heureux. Mais avec qui j'ai envie d'être heureux? Ophélia? Non. Certainement pas. Ophélia n'est pas faites pour moi. Elle ne me connait pas, pas comme Eli me connait. Quand je repense à nos disputes avec Margot, je comprend mieux. Nous étions inséparables déjà à cette époque là. Une sorte de Harry et Sally, trop proches pour n'être que des amis. Sophie et Julien, dans Jeux d'enfants. On devrait être couler dans le béton pour ne jamais être séparés. Sauf que nous, on a jamais joué. J'hoche la tête à ses mots,me mords les lèvres et murmure (plus pour moi-même que pour elle):

-Ne pas laisser passer ma chance…

J'hoche de nouveau la tête. Je ne laisserais pas passer ma chance. Mon cerveau se met en position off, mon corps prend seul le contrôle de mes gestes, je ne cherche plus à comprendre quoi que ce soit. Mon visage se penche sur le sien, mon nez frôle le sien, je peux sentir la chaleur de son souffle contre ma peau juste avant que mes lèvres ne trouvent les siennes,se posant une première fois dessus, délicatement. Puis une seconde fois, de manière plus pousser, avant de s'écraser contre sa bouche dans un baiser tous ce qu'il y a de plus passionnée. Nous sommes seules, personne pour nous voir, pour nous juger. J'ai trop besoin d'elle, il faut bien que je me l'avoue. Mes mains se placent en coupe autour de son visage alors que mon corps se collent aux siens. Je profite longuement de ses lèvres, douces, chaleureuse, l'embrassant encore et encore. Je ne fais plus attention à rien, juste au goûts de sa bouche, a la chaleur de son corps, à la douceur de sa peau. Je ne saurais dire pourquoi je fais ça, mais j'en avais envie, j'en avais besoin. Et ses lèvres sur les miennes me donnent l'impression de respirer un air si pure qu'il me fait perdre la tête. Elle me rends ce baiser non? Ou est ce mon cerveau qui tente de me le faire croire? Je ne sais pas. Je ne veux pas savoir. Je l'embrasse, c'est tout, je l'embrasse a perdre haleine, mon cœur palpitant nerveusement dans ma poitrine. Je me sens comme un enfant qui vient de braver un interdit, a la fois heureux de l'avoir fait et redoutant la suite. Je soupire d'aise, ce baiser, depuis combien de temps j'en avais envie? Je l'ignore. Mais vue comme je l'apprécie, j'en avais besoin depuis trop longtemps.

Bordel mais qu'est ce que je suis en train de faire…?






fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 bientôt 32
SURNOM : El' - Eli
STATUT : Veuve
MÉTIER : Avocate spécialisée dans le droit des sociétés
LOGEMENT : Villa 2024 Bayside

POSTS : 580 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : Anton#3 ¤

RPs TERMINÉS : Alex#1 ¤ Alex#2 ¤ Alex#3 ¤ Anton#1 ¤ Anton#2 ¤ Alizée#1 ¤ Alizée#2 ¤ Félix#1 ¤ #TeamPizza ¤ Milena #1 ¤ Pénélope #1 ¤ Milena#2 ¤ Mercy ¤ Félix#2 ¤ Pene#2 ¤ Nissrin#1
AVATAR : Kristin Kreuk
CRÉDITS : Shiya
DC : No
INSCRIT LE : 01/05/2017

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Mar 7 Nov - 0:33



 

❝What's happening ?❞
  Anton & Eli
Eliane était sincère lorsqu’elle disait à Anton de ne pas s’inquiéter pour elle et de tout faire pour être heureux. Elle tenait trop à lui pour ne pas vouloir qu’il ait voir dans son regard cette petite lueur. Lueur qu’il avait quand il lui parlait de Margot quand tout allait bien pour eux encore. Cette petite lueur qui prouvait au monde entier que l’on était heureux. Lueur qu’elle-même avait encore l’année dernière. La jeune femme savait que lorsqu’il serait en couple, elle le verrait beaucoup moins. Leur relation allait forcément changer aussi. Ce qui était normal. Après tout quelle femme aimerait voir celui avec qui elle venait à peine de débuter une nouvelle relation être aussi proche d’une autre ? Eli avait bien vu à quel point la jalousie pouvait affecter une relation. Le retour d’Alizée dans la vie d’Alex ne s’était pas fait sans heurt entre les époux et même si elle s’était résignée à le voir proche d’une autre, jamais il n’avait pu y avoir de véritable amitié entre les deux jeunes femmes. Un semblant de rapprochement s’était fait à l’annonce de la mort du militaire mais Alizée avait préféré quitter le pays pour retourner dans son Angleterre natal. Alors oui, elle comprenait très bien qu’elle allait voir Anton prendre ses distances avec sa nouvelle relation. Mais elle saurait s’effacer pour le bonheur de son ami. Et ce en dépit de ce pincement au cœur. Qu’elle attribuait au fait de ne plus avoir son meilleur ami auprès d’elle comme avant. Eliane ne voulait pas s’appesantir sur le sentiment qu’elle avait ressenti lorsqu’elle avait vu Anton en compagnie de la magnifique blonde. De les voir aussi proches et intimes. Non elle ne voulait pas.

Posant sa main sur la joue d’Anton, un ultime geste de tendresse pour lui faire comprendre à quel point elle tenait à lui, Eliane lui répéta encore qu’il fallait qu’il saisisse sa chance. Sous entendant par là avec Ophélia. Rien ne l’avait donc préparé à le voir s’approcher encore plus d’elle. Ecarquillant un peu les yeux, le souffle court, elle murmura

« Anton… »

L’instant d’après, les lèvres d’Anton effleuraient les siennes. Un baiser si léger qu’Eliane se demanda si elle ne l’avait pas rêvé. Mais le brun reprit possession de ses lèvres pour un véritable baiser cette fois. Le premier moment de surprise passé, Eliane se dit qu’elle devrait le repousser, qu’ils allaient franchir un point dans leur amitié qui n’allait peut-être pas s’en remettre. Pourtant elle n’en fit rien. C’était comme si sa volonté s’était enfuie dès le moment où Anton avait posé ses lèvres sur les siennes. Une chaleur nouvelle se répandit en elle. La main qui était posée sur la joue de son compagnon avait glissé sur l’épaule de ce dernier. S’y accrochant comme si sa vie en dépendait. Elle s’appuya de plus belle contre le mur de peur que ses jambes qui s’étaient transformées en coton ne la soutiennent plus. Le cœur battant à tout rompre, Eliane avait arrêté de penser pour se laisser envahir par les sensations qu’Anton faisait naitre en elle. C’était comme si elle revivait. Les parties qu’elle pensait mortes avec Alex semblaient être revenus à la vie. Alors elle s’abandonna. Ses lèvres cédèrent sous la douce pression qu’elles subissaient laissant le passage à la langue du brun. Un gémissement s’échappa de sa bouche lorsqu’elle sentit cette intrusion. Son autre main alla se poser sur l’épaule de son compagnon avant d’aller se perdre dans sa chevelure.

Eliane ne voulait penser à rien. Juste à ce qu’elle ressentait maintenant. Elle pouvait sentir une des mains d’Anton quitter son visage pour se poser au creux de ses reins pour la coller davantage à lui tandis que l’autre alla se placer derrière sa nuque y affirmer sa prise. Un bruit se fit entendre soudain éclatant la bulle dans laquelle ils se trouvaient.

« Malikov ?! Vous êtes là ? »

La grosse voix de Hautcoeur se fit entendre désorientant les deux amis. Ils échangèrent un regard et ce fut Eliane qui lui fit signe de répondre se contentant elle pour sa part de se renfoncer plus encore dans l’alcôve où ils se trouvaient la dissimulant ainsi aux yeux curieux.

« Ahhh ! Venez ! Il faut absolument que je vous présente ma dernière trouvaille ! Je vous laisse le soin de la décider à signer avec nous ! »

Eli poussa Anton d’un petit geste pour qu’il suive l’homme. De toute façon, elle avait besoin de temps. Elle avait besoin d’analyser ce qui venait de se passer et surtout de démêler son tumulte intérieur. Elle avait besoin qu’il s’éloigne. Ce qu’il fit. Eliane souffla soulagée et sortie par la porte-fenêtre. Elle appela un taxi qui la ramena alors chez elle…

Le lendemain matin à la première heure, elle embarquait pour le vieux continent. Elle avait ce besoin irrépressible de fuir. Fuir ce qu’elle avait ressenti. Fuir ses sentiments inopportuns.

Le fuir lui…

 
©️ Pando


Because I need you so
Where are you? Can’t you hear my voice? My pained heart is looking for you Is calling out to you- crazily  ▬ Please come back to me- I call out your name every night And in my exhausted waiting, I wander around and look for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le dévoreur de livres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 balais
STATUT : Perdu dans ce que je ressens...
MÉTIER : Anciennement avocat. Aujourd'hui éditeur
LOGEMENT : #745 Pine Rivers

POSTS : 435 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'ai un fort accent Russe, mon pays natale § Je vis en Australie depuis 10 ans. § J'ai tué un homme, pour protéger ma petite soeur, mais personne ne le sait. § J'ai une très ancienne jaguar, mon bien le plus précieux. § Je reviens de Russie, après un mois là bas.§ Ma soeur est décédée il y a peu dans un accident de voiture et cela reste un sujet tabou pour moi
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Elion #3
Zombie Land
Cassidy #1
AVATAR : Matt bomer
CRÉDITS : Blondie
DC : aucun
INSCRIT LE : 04/02/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6964-salut-mes-petits-chous http://www.30yearsstillyoung.com/t7034-a-main-froide-coeur-chaud-anton http://www.30yearsstillyoung.com/t8551-anton-malikov

MessageSujet: Re: What is happening to me?   Mer 8 Nov - 11:27



What is happening to me?



Non, non mon cerveau ne me jouait pas des tours. Ce baiser, elle me le rendait, et je ne me sentais pas seulement fou de joie, je me sentais revivre. Une petite partie en moi tentait toujours de me prévenir, je jouais avec le feu, mais tout le reste la faisait taire, repoussant ses avertissements au fond de moi, la ou je ne pourrais pas l'entendre. Elle se raccroche à moi, me rend mon baiser avec autant de passion que je peux lui donner. Glissant ma langue entre ses lèvres, partant à la recherche de sa congénère, nos baisers se font plus intense et je me sens presque défaillir lorsqu'elle gémis contre mes lèvres. Lachant son visage, une main se glisse dans le creux de ses reins, basculant son bassin pour la sentir plus proche encore, alors que l'autre se retrouve dans sa nuque, affirmant ma prise sur elle, je ne peux plus vraiment faire machine arrière, dire que c'était une erreur, que je ne voulais pas. Non, je la voulais. Pire encore, je la désirais.

Le bruit d'une porte qui claque me fit sursauter, me séparant à regret des lèvres de la jeune femme. J'ai le souffle court, le cœur battant à tout rompre. Je ne sais pas qui vient d'entrer, mais je le hais, je le hais pour le moment qu'il vient de gâcher. Je me pince les lèvres, tenant Eli contre moi en tentant de voir qui est dans l'embrasure de la porte. Je plisse un peu les yeux alors que la voix de Hautcoeur se fait entendre.



-Merde.
murmurais-je

Un regard a Eli, cherchant quoi faire dans ses yeux, c'est elle qui m'incite à y aller. Je la supplie un instant, je n'ai pas envie d'arrêter tout cela moi. Je finis par hocher la tête à contre cœur, m’apprête à la relâcher mais lui vole un dernier baiser. Je me détache de la jolie brune a contre cœur, lui demande silencieusement de m'attendre et me place de sorte a ce que Hautcoeur puisse me voir. Tentant d'afficher un air tous ce qu'il y a de plus normal, je lui offre un sourire :



-Je suis la, Monsieur. Montrez moi votre trouvaille…


Cette fois, ce sont mes pas et ceux d'Hautcoeur qui résonne dans la salle et j'ai cette étrange sensation qui me serre l'estomac. Je jette un regard derrière moi avant de refermer la porte. Il faut vite que je me débarrasse de notre hôte, que je puisse retrouver mon Eli. J'ai bien dit mon, la? Merde. Ca démarre mal la. Je secoue la tête et suis Hautcoeur.

J'arrive à me débarrasser de lui en l'espace de 10 minutes, 11 à tout péter. L'affaire ne me plaisait pas et je sentais ce livre comme un ennuie pas possible. Il ne marcheras pas, je le sens, je refuse donc d'y mettre mon grain de sel. Un mauvais livre est une mauvaise pub. Je réussis donc a me faufiler loin de tous ses requins et regagne sans mal la fameuse salle dans laquelle j'avais laissé ma meilleure amie. Cette fois ci, je ne me fais pas avoir, je ferme à clé derrière moi. Je me précipite vers l'endroit ou nous étions quelques instants plus tôt, passe devant une fenêtre ouverte sans y prêter attention et arrive la ou Eli est… Ou plutôt était. Mon cœur manque un battement et je manque de trébucher. Je regarde autour de moi :



-Eli?


La fenêtre ouverte.Elle n'y était pas tout à l'heure. Elle n'a quand même pas fait ça… Je me précipite vers la fenêtre, sors dans l'air frais de la nuit , ne trouve qu'autour de moi des vignes à perte de vues.



-ELIIIIIIIIIIII!!


Mon cris se perds dans les arbres gorgé de raisins, secouant la tête, je m'extirpe de cette endroit, retourne a l'intérieur et file pour récupérer ma voiture, ne prêtant pas attention aux curieux qui me regarde d'un air étrange. Je fonce jusqu’à ma Jaguar, monte et démarre, faisant vrombir le moteur. Mais je n'avance pas. Eli est partit. Elle n'aurait pas fait ça si elle voulait rester pour le reste de cette soirée avec moi. Je serre les mâchoires, donne un premier coup dans le volant, puis un second, encore et encore jusqu’à en avoir mal au mains. Je m'arrête à bout de souffle, pose le front contre le haut du volant et ferme les yeux. J'ai tout foutus en l'air. La soirée. Notre amitié. Ce lien, si particulier que j'avais avec elle. C'était tous ce qu'il me restait. Elle était tous ce qui me restait. Et je venais de la perdre. Je déglutis et reste la, assis dans ma voiture. J'irais la voir demain, la nuit porte conseil…


-Mademoiselle Samuels? Elle est partit ce matin, avec des valises d'ailleurs.

Je manque de tomber sur les fesses à ce que m'annonce sa voisine. Je déglutit difficilement et hoche la tête en la remerciant, la gorge serré. Eli n'avait pas seulement fuis la soirée. Elle avait fuis le pays. Elle m'a fuis. Eliane m'a fuis…








fiche par century sex.





   
I never knew you were the someone waiting for me

I found a love for me
Darling just dive right in, and follow my lead
Well I found a girl, beautiful and sweet
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What is happening to me?   


Revenir en haut Aller en bas
 

What is happening to me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Sirromet Wines
-