AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 the sweet escape (cammy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
la toujours solo
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-et-un ans, un cap difficile lorsqu'on réalise qu'on est passé à côté de sa jeunesse (23/05)
STATUT : seule, désespérement seule. elle se voit déjà finir vieille fille avec son chat
MÉTIER : nouvellement professeure de TD en droit familial à l'université du queensland, elle fait sa thèse en parallèle pour devenir maitre de conférence
LOGEMENT : #102 spring hill

POSTS : 7438 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : n'a pas eu de relation sérieuse depuis 2011 ≈ amatrice de vin mais très mauvaise cuisinière ≈ ne se souvient pas de la dernière fois où elle est partie en vacances ≈ fan d'harry potter, son chat roux s'appelle ron ≈ ancienne notaire ≈ a fait un burn-out en juillet 2017
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : tommy 3owencleo 3tonyryan 2

- caleo -
hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. if the sky comes falling down, for you, there’s nothing in this world i wouldn’t do.


- cambeny -
i cannot lose you, because if I ever did I’d have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh, my everything.

- cammy -
it feels empty here, like we left in a hurry and forgot ourselves. take my hand and let’s not feel alone for a while.

RPs EN ATTENTE : aisling 2
RPs TERMINÉS : ianaustinevent halloweentommychelseasaulcleoeleanorlenealvarolivianaaislingtommy 2event zombies
PSEUDO : utopian delusion
AVATAR : leighton meester
CRÉDITS : morrigan (avatar), tumblr (gifs signature), neon demon (signature), loonywaltz (userbars)
DC : /
INSCRIT LE : 11/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9682-camber-cause-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t9774-camber-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t10451-camber-huntington

MessageSujet: the sweet escape (cammy)   Dim 29 Oct - 18:59



the sweet escape
Tommy & Camber

Ça va être l’occasion pour toi de te reposer. Tu verras, tu te découvriras du temps pour tes loisirs. Il y a toujours quelque à faire. Tu vas regretter ton arrêt lorsqu’il touchera à sa fin. Un long soupir s’échappa de ses lèvres. Aussi paradoxal que cela pouvait être, elle n’avait jamais été aussi épuisée qu’aujourd’hui, à ne rien faire d'autre qu’observer le temps passer. Elle avait essayé de s’occuper dès la seconde semaine sans travail. Cela avait commencé par un rangement drastique de son armoire de vêtements, puis celle des chaussures. Était venu le tour du reste de l’appartement, mais bien rapidement elle en était venue au constat qu’il n’y avait pas grand chose à jeter. La notaire s’était tant plongée dans son travail qu’elle n’avait jamais pris la peine de s’occuper de son logement. Alors elle avait tenté de s’intéresser à une décoration un peu plus poussée. Les visites des magasins spécialisés avaient occupé une journée, l’installation une deuxième. Et de nouveau l’ennui s’était montré. Ses livres Harry Potter, confinés dans un tiroir depuis des années avaient fini par attirer son intérêt, pour quelques heures du moins. Chaque fois qu’elle tentait de se concentrer sur une ligne, son esprit partait ailleurs. Oublier son travail n’était pas si simple néanmoins personne ne semblait la comprendre. Saul ne manquait pas de la réprimander chaque fois qu’elle abordait le sujet, qu’elle lui signifiait son désir de mener à bien le divorce de sa meilleure amie. Ça n’était pas le moment, c’était encore trop tôt, fais-toi plaisir en attendant. Pourquoi ne comprenaient-ils pas, il n’y avait rien d’autre. Il n’y avait jamais rien eu d’autre dans sa vie que son travail. Désormais qu’elle en était privée, Camber ne se résumait plus qu’à une ombre errante.

Très rapidement, la brune avait réalisé que voir ses proches n’était pas la meilleure façon d’affronter sa situation. Leurs conseils sonnaient comme de vieux disques qui ne s’arrêtaient jamais et leurs bonnes intentions finissaient par posséder l’effet inverse. Camber étouffait ici, dans cet appartement où ses parents, sa sœur et son cousin ne cessaient de défiler pour son bien. Avec les jours, elle avait finit par ignorer leurs appels, refuser leur visite. Ils avaient tous semblé enthousiastes lorsqu’elle avait fait croire être trop occupée. Une sortie au théâtre, un verre avec une amie, toutes les excuses étaient bonnes pour les convaincre de ne plus se soucier d’elle. Toutes les excuses étaient bonnes pour respirer. Son téléphone portable qu’elle n’avait pas lâché depuis son passage à l’hôpital ne bougeait plus de sa table basse depuis quelques jours. Il arrivait parfois qu’elle y jette un coup d’œil pour se rassurer, puis bien vite, l’amas de messages et d’appels manqués la décourageait. Oui, elle étouffait.

Étalée de tout son long sur son canapé, vêtue d’un jogging qu’elle n’avait pas porté depuis des années, Camber avait renoncé à regarder le film qu’on lui avait conseillé. Les images défilaient sous ses yeux mais aucun son ne parvenait à ses oreilles. Les yeux dans le vide, elle sursauta lorsque son chat lui sauta sur le ventre. « Heureusement que t’es là toi » Dans un sourire plein d’amour, elle avait attrapé la boule de poils rousse pour la serrer contre sa poitrine. Sa tentative se solda par un échec, un coup de griffe et Ron qui s’en alla dans le couloir. Visiblement, son chat caractériel avait aussi du mal à respirer dans cet appartement depuis que sa maîtresse était là sans arrêt. A quelques centimètres d’elle, son téléphone portable se mit à vibrer. Agacée, elle le laissa sonner et continua sa contemplation du vide. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il ne vibre à nouveau, jusqu’à la troisième fois. Dans un mouvement brusque, Camber se redressa et attrapa l’appareil où le nom de sa mère s’affichait à de nombreuses reprises. C’était trop. Si elle restait ici une minute de plus, elle allait finir par devenir folle. Alors qu’elle se mit à faire les cent pas dans son salon à la recherche d’un moyen de fuir cette oppression, son esprit s’arrêta sur une option qu’elle n’avait pas encore envisagée et qui pourtant, lui semblait maintenant être la meilleure. Sans réfléchir plus longtemps, elle chercha le nom de Tommy dans son répertoire devant lequel elle s’arrêta cependant. Allait-elle vraiment le faire ? L’appeler à l’aide ? Lui. Son cœur se mit à battre avec plus de rapidité, tandis que son index flottait nerveusement au dessus de son écran. Réfléchir était inutile. Sans plus tarder, elle rédigea son message puis s’écroula dans son canapé. Il n’allait jamais répondre, elle en était certaine. A deux doigts de sombrer dans le désespoir, elle sentit son téléphone vibrer, affichant le nom de Tommy sur l’écran. Incroyable. “Je commençais à croire que tu avais changé de numéro. Et je ne faisais rien d'important, non ... tout va bien ?” Sans réellement comprendre ses premières paroles, Camber en fit abstraction et répondit immédiatement. Elle n’avait plus rien à perdre maintenant qu’il lui avait répondu. Son appel à l’aide lancé, elle se sentait plus nerveuse que jamais. S’il refusait de l’aider, c’était probablement le coup de grâce. Une nouvelle fois, la réponse se fit rapide. Le cœur bondissant, la brune n’osa pas l’ouvrir tout de suite, bien trop préoccupée par le contenu de sa réponse. Dans une grande inspiration, elle fit glisser la fenêtre du message. “J'arrive.” Sa respiration se coupa l’espace de quelques secondes, puis un sourire étira ses lèvres. Bien qu’elle aurait voulu prendre le temps de se réjouir plus longuement de son message, Camber jeta son téléphone sur le canapé pour se préparer au plus vite. Il n’était pas question de le faire attendre alors qu’elle le faisait se déplacer en hâte. Elle troqua rapidement son jogging contre un simple pantalon noir serré, conserva son pull et enfila une paire de converse blanches qu’elle n’avait jamais l’occasion de porter en temps normal. Elle abandonna très rapidement l’idée de se maquiller, tout comme celle de se parfumer. Furtivement, elle vérifia que la gamelle de Ron était bien remplie, éteignit toutes les lumières et quitta son appartement, portable et clés en mains. Elle avait descendu les escaliers comme si sa vie en dépendait, oubliant même l’existence des ascenseurs. Elle ne pensait plus qu’à partir avec lui. Lorsqu’elle arriva à la sortie de son immeuble le souffle lui manquait. 21h17, seulement.



i fly with the stars in the skies. i am no longer trying to survive, i believe that life is a prize but to live doesn't mean you're alive. cause everybody dies but not everybody lives.  —



:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : barman au McTavish, en recherche d'une reconversion professionnelle
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 8 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)

POSTS : 2292 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ emprisonné au Canada de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 8 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie avant son incarcération ☆ essaye (sans succès, depuis deux ans) d'arrêter de fumer ☆ porte son alliance autour du cou ☆ une addiction déraisonnable aux sodas et boissons sucrées en général ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker)
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : liviana #3 ☆ loan #2mattnadiaeva #2lene #3camber #3james (08/08)


RPs EN ATTENTE : sunny ☆ beth ☆ milena #2
RPs TERMINÉS : 2018 › soon 2017loan #1liviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2event d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebecca #1eliemilena #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@lux aeterna & sign@itberice & crackship@camberbaby & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Ven 10 Nov - 20:01



C'était une volonté aussi délibérée que maladroite de la part de sa mère, de toujours se sentir ainsi obligée de glisser un mot à propos de Marius lorsqu'ils étaient ainsi réunis à table, sans que Tommy ne sache trop bien si le but était de le faire culpabiliser ou bien si la matriarche Warren espérait simplement faire pansement sur la plaie pourtant béante que la brouille entre ses deux fils provoquait au sein de cette famille. « Ton frère n'est pas certain de pouvoir se libérer pour les fêtes. » avait-elle cette fois-ci lâché dans un soupir un poil exagéré à l'intention de Beth, assise à la droite de Tommy. « Il a dû prendre goût aux Noëls parisiens. » avait commenté la jeune femme en tachant de ne pas avoir l'air de prendre le parti de qui que ce soit. Affichant une moue dubitative, la mère avait admis « Peut-être, oui … » en coulant malgré tout vers son autre fils un regard qui en disait long. Oui Maman, Marius ne sera pas là à cause de moi, on sait. Elle pouvait toujours attendre le jour où Tommy s'en désolerait. À dire vrai le brun n'était pas certain qu'il parviendrait à gérer un retour inopiné de son aîné dans les parages, et l'angoisse de lui perdre Moïra qui en découlerait forcément, en plus du reste. Sentant la situation glisser vers un inconfort collectif la fille aînée avait prétexté « Je vais faire le café. » pour s'éclipser, et réclamé l'aide de son frère dans la besogne, les conduisant tous les deux à la cuisine. « Tu sais comment elle est. » avait-elle finalement soupiré lorsqu'ils s'étaient retrouvés seuls, pour tenter de temporiser. « Je sais, oui. » L'air fermé, Tommy avait mis en marche la cafetière sans un mot ni un regard supplémentaire pour Beth, qui après plusieurs secondes d'un silence artificiel était revenue à la charge « Moïra m'a dit que tu ne dormais pas bien, ces temps-ci. Tout va bien ? » Une grimace contrariée lui échappant, le brun avait fait mine de chasser la conversation d'un geste de la main « Ça va. Elle doit dire ça parce que mon rythme de sommeil est déréglé. » Il lui arrivait de ne pas parvenir à dormir lorsqu'il rentrait du McTavish, et de laisser couler la nuit puis d'emmener sa fille à l'école avant de tenter d'aller se coucher seulement une fois de retour chez lui. « Elle dit que tu fais des cauchemars … » avait pourtant insisté Beth, une mine concernée sur le visage. Les doigts attrapant le bord du plan de travail avec frustration, le brun avait senti sa mâchoire se crisper avant de marmonner « Elle est venue me réveiller y’a une semaine ou deux, je devais parler dans mon sommeil, j’suppose. C’était rien. » Croisant le regard de sa sœur, Tommy l’avait vue absolument pas convaincue et s’était senti obligé de rajouter « Je lui parlerai, elle s’inquiète pour rien. Et toi aussi. » Mais Beth savait comment le faire culpabiliser, et elle avait réussi. Depuis la tempête du printemps précédent et l’hospitalisation de son père, la fillette semblait à l’affût du moindre pépin, et s’angoissait bien plus qu’une enfant de son âge ne devrait le faire pour qui que ce soit.

De retour à table, il avait passé une main sur le crâne de la petite fille avec tendresse, obtenant un couinement à moitié outré de Moïra, ayant protesté mollement « Mais Papa, mes nattes ! Elles vont être toutes défaites. » d’un air boudeur. Laissant échapper un léger rire Tommy s’était assis après avoir déposé le sucre sur la table, laissant sa sœur s’occuper de remplir les tasses de café. Il avait senti son téléphone vibrer dans la poche de son jean, et hésité quelques secondes avant d’y jeter un œil – sa mère avait horreur qu’ils sortent leur téléphone à table, tous adultes qu’ils étaient. Le prénom de Camber l’avait intrigué : la jeune femme ignorait ses messages depuis déjà quelques semaines, et le brun n’était pas homme à courir après qui que ce soit, pourtant lorsqu’il avait lu « Tommy ? Dis-moi que tu ne fais rien là. J’ai besoin de toi. » sa réponse avait été instantanée. « Emmène-moi quelque part, n’importe où, le plus loin possible. J’ai besoin de changer d’air. Je t’attends en bas de mon immeuble. » Ignorant le regard inquisiteur de sa mère, il avait répondu dans la seconde, avant de relever les yeux vers son père « J’ai une urgence. » - « Quel genre d’urgence peut-on avoir quand on est barman ? » - « Une urgence personnelle. » Le regard glissant vers Beth, le brun n’ayant soudainement plus le cœur ou la patience pour jouer à la famille fonctionnelle avec leurs parents « Tu pourrais me déposer quelque part, et garder un œil sur Moïra jusqu’à demain ? » Dans sa vision périphérique il voyait leur mère s’agacer, pincer ses lèvres, et finalement rétorquer « Moïra peut rester ici, si tu as à faire. » d’un ton inquisiteur. Mieux à faire que de se conduire en père responsable, voulait-elle dire. « Je préfèrerais qu’elle reste chez Beth. » Visiblement vexée, la mère s’était renfrognée et le père avait l’air de celui qui se retenait fort de dire quelque chose pour ne pas faire de scandale devant la seule enfant présente à table. Comprenant qu’il y avait anguille sous roche, sa sœur n’avait en tout cas pas faire d’histoire et accepté, tous les trois prenant congés des parents Warren dans une ambiance électrique avant de rejoindre la voiture garée dans l’allée. « En fait, je … » S’arrêtant net alors qu’il posait la main sur la poignée de la portière, Tommy avait repris en craignant de trop tirer sur la corde « Est-ce que je pourrais emprunter ta voiture ? » Devant l’air estomaqué de Beth il s’était rattrapé au mieux « Juste pour cette nuit. Je vous dépose toi et Moïra, et je te la ramène demain matin. » La fillette était déjà occupée à grimper à l’arrière et à boucler sa ceinture, asseyant sa poupée de chiffon à côté d’elle. « A une seule condition. » Dear Lord. « Tu me promets que tu m’expliques tout demain matin. Et que tu ne t’es pas mis dans de sales draps. » Encore, aurait-elle pu rajouter. « Ça fait deux conditions. » avait-il de son côté eut le culot de faire remarquer. « Trois conditions. Tu amènes le petit déjeuner demain matin. » Elle le défiait du regard, avec l’air diablement sérieuse qui faisait d’elle la Warren qui obtenait toujours gain de cause à la fin. « Deal. » Et voilà comment Tommy s’était retrouvé derrière le volant.

N’ayant pas conduit de voiture depuis le Canada – où le sens de circulation et l’emplacement du volant n’était pas le même qu’en Australie – il lui avait fallu un petit temps d’adaptation pour retrouver une certaine aisance derrière le volant, mais le brun avait fini par retrouver ses réflexes et déposé sans encombre Moïra et Beth devant l’immeuble de cette dernière. « Tu me fais un bisou de bonne nuit ? » Triturant l’une de ses nattes, la fillette s’était approchée de la vitre ouverte côté conducteur et avait déposé un baiser sur la joue rugueuse de son père. « Sois sage avec ta tante, je t’aime. » Parce qu’elle n’avait pas répondu et s’était contenté d’attraper la main de Beth, Tommy savait que Moïra était contrariée, et lorsqu’il avait redémarré la voiture et jeté un coup d’œil dans le rétroviseur en quittant le trottoir, il avait eu un pincement au cœur en sentant sa culpabilité monter encore d’un niveau. Avant d’atteindre la rue où vivait Camber il ne s’était pas vraiment posé la question de savoir depuis combien de temps elle l’attendait, au juste. Le tableau de bord indiquait 21h41, c’était là sa seule certitude. Ralentissant pour ne pas risquer de louper l’immeuble, il avait finalement reconnu la silhouette de la jeune femme à quelques dizaines de mètres et s’était arrêté à sa hauteur, baissant à nouveau sa vitre « Parait qu’on a besoin d’un chauffeur ? » Malgré le sourire en coin, le brun avait inspecté Camber des pieds à la tête presque avec souci, le ton alarmiste de ses messages lui ayant presque fait craindre de la trouver estropiée, ou en larmes, ou dieu sait quoi d’autres … Sa tendance à toujours s’imaginer le pire, sans doute. « Allez, grimpe. Tu m’expliqueras ça en route. » Disant cela il avait tendu la main vers la portière passager pour l’ouvrir. En réalité il n’avait pas l’intention de bombarder Camber de questions, c’était même tout le contraire ; L’idée c’était plutôt d’attendre qu’elle se décide à parler toute seule. Et peu importe qu’il faille rouler des dizaines de kilomètres avant qu’elle ne se jette à l’eau, ou qu’elle décide plutôt de bidouiller la radio pour mettre un peu de musique qui comblerait la conversation qu’elle n’avait pas envie d’avoir. Y’avait quelque chose dans les messages qu’elle lui avait envoyé qui sonnait comme un « aide-moi » et parmi la tonne de défauts qu’on pouvait sans doute lui attribuer Tommy ne possédait pas celui de ne pas être capable de lire entre les lignes. Et si le paysage qu’offrait la route longeant la côté en direction du sud n’était pas suffisant pour délier la langue de Camber, au moins auraient-ils l’un et l’autre profité d’un paysage agréable pendant cette balade nocturne.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

 :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la toujours solo
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-et-un ans, un cap difficile lorsqu'on réalise qu'on est passé à côté de sa jeunesse (23/05)
STATUT : seule, désespérement seule. elle se voit déjà finir vieille fille avec son chat
MÉTIER : nouvellement professeure de TD en droit familial à l'université du queensland, elle fait sa thèse en parallèle pour devenir maitre de conférence
LOGEMENT : #102 spring hill

POSTS : 7438 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : n'a pas eu de relation sérieuse depuis 2011 ≈ amatrice de vin mais très mauvaise cuisinière ≈ ne se souvient pas de la dernière fois où elle est partie en vacances ≈ fan d'harry potter, son chat roux s'appelle ron ≈ ancienne notaire ≈ a fait un burn-out en juillet 2017
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : tommy 3owencleo 3tonyryan 2

- caleo -
hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. if the sky comes falling down, for you, there’s nothing in this world i wouldn’t do.


- cambeny -
i cannot lose you, because if I ever did I’d have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh, my everything.

- cammy -
it feels empty here, like we left in a hurry and forgot ourselves. take my hand and let’s not feel alone for a while.

RPs EN ATTENTE : aisling 2
RPs TERMINÉS : ianaustinevent halloweentommychelseasaulcleoeleanorlenealvarolivianaaislingtommy 2event zombies
PSEUDO : utopian delusion
AVATAR : leighton meester
CRÉDITS : morrigan (avatar), tumblr (gifs signature), neon demon (signature), loonywaltz (userbars)
DC : /
INSCRIT LE : 11/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9682-camber-cause-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t9774-camber-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t10451-camber-huntington

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Sam 18 Nov - 15:59


the sweet escape
Tommy & Camber

Lorsqu’elle arriva au pied de son immeuble, à bout de souffle et presque transpirante d’avoir dévalé les nombreux étages qui séparaient son appartement du hall d’entrée, Camber fut frappée par la réalité. Elle s’était immédiatement senti dans l’obligation de se dépêcher afin de ne pas faire attendre Tommy, néanmoins, elle n’avait pas un instant réfléchi au temps qu’il faudrait au barman pour la rejoindre. Seule une bonne dizaine de minutes avait eut le temps de s’écouler depuis leur échange de messages, depuis que Tommy lui avait confirmé sa proposition. Et maintenant qu’elle y pensait à tête reposée, le trentenaire était loin d’habiter dans le quartier. Pire encore, elle ne lui connaissait aucun moyen de transport autre que les transports en commun. Un nouveau coup d’oeil vers l’heure sur son portable lui confirma que se déplacer à une heure si tardive de la journée n’allait pas être une chose évidente. Si le but de sa venue était de s’échapper, elle voyait désormais difficilement la façon dont ils s’y prendraient s’ils étaient contraints de suivre les horaires des bus de la ville. Un frisson lui parcourut l’échine alors qu’un brin de vent se leva, faisant contraste entre la fraîcheur de la soirée de printemps et son corps encore bouillonnant par l’effort physique qu’elle venait de fournir. Désormais inquiète par l’attente qui se profilait, la brune hésita un instant à interroger son ami quant à son moyen de locomotion ou en tout cas à son estimation d’heure d’arrivée avant de se résoudre à ne rien faire. Tommy se montrait suffisamment serviable en la rejoignant sans poser de question, il n’était pas question de lui mettre la pression en guise de remerciements.

Les minutes défilaient bien trop lentement, bercées par le calme du quartier résidentiel. Un silence presque complet résidait, parfois coupé par un bruit lointain de moteur ou par le passage furtif d’un habitant promenant son chien ou rentrant chez lui. Camber avait décelé une certaine surprise sur le visage de son voisin de pallier, un homme d’une cinquantaine d’années à l’air plutôt grognon qui n’avait jamais semblé l’apprécier sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Son chien, un petit terrier, l’avait toisé avec autant de jugement que son maître lorsqu’ils étaient passé à ses côtés. Il fallait dire qu’il n’était pas coutume de voir la notaire vêtue de la sorte, en bas de son immeuble à une heure pareille. Peu encline à jouer les voisines polies, elle ne lui adressa aucun sourire hypocrite comme elle pouvait en avoir l’habitude et se contenta de regarder à nouveau l’écran de son téléphone. 21h39 et aucune nouvelle de Tommy. Son attention se porta aussitôt sur la batterie représentée dans un coin de l’écran, affichant dans une couleur alarmante un pourcentage qui ne présageait rien de bon. Il fallait simplement espérer que le barman ne tarderait plus ou ne tenterait pas de la joindre si son téléphone la lâchait avant son arrivée.

Plantée sur le trottoir, les bras et jambes un peu crispées par la fraîcheur qui s'intensifiait à cause de son immobilité, la brune fut éblouie par les phares de la voiture qui s’arrêta devant elle. Ne pensant pas qu’il puisse s’agir de Tommy, elle jeta un regard intrigué à travers la vitre quand les traits du conducteur se firent plus nets. « Parait qu’on a besoin d’un chauffeur ? » Incapable de retenir un sourire de soulagement, la notaire ne trouva pas les mots suffisants pour montrer sa joie, aussi hocha-t-elle simplement la tête. « Allez, grimpe. Tu m’expliqueras ça en route. » Attendant (im)patiement qu’il lui ouvre la portière, Camber se faufila dans la voiture et referma derrière elle, le visage toujours illuminé par un sourire qui ne quittait pas ses lèvres. Elle n’était pas certaine de savoir ce qui la rendait soudain si heureuse, ne plus avoir à attendre comme une idiote sur le bord de la route ou tout simplement de retrouver Tommy après quelques temps sans nouvelles. « Elle sort d’où cette voiture ? Ne me dis pas que tu l’as volée » plaisanta-t-elle en passant un coup d’œil rapide à l’intérieur par simple curiosité. Malgré leur manie de rire de l’autre, elle n’attendit pas une seconde de plus pour lui prouver sa gratitude, ne lui laissant pas le temps de lui faire une remarque à ce sujet. « Merci d’être venu aussi vite, je suis consciente que ma demande pouvait paraître abusive » La lumière sur son visage s’était finalement dissipée pour laisser place à une inquiétude et une fatigue palpables. « J’espère vraiment que je ne t’ai pas arraché à quelque chose, ou à quelqu’un. Ça va le faire pour ta fille ? » s’inquiéta-t-elle soudain à la pensée de la petite. Et puis, ce quelqu’un pouvait tout aussi bien être une autre personne. Une femme, peut-être. Une odeur de parfum lui prit les narines, occupant tout l’espace de la voiture. « Tu n’étais pas avec une femme j’espère ? Ça sent le parfum. » constata-t-elle sur un ton inquisiteur. « Ou alors tu m’as caché ta véritable identité depuis tout ce temps et tu es en fait un travesti » Elle haussa les épaules, ne le lâchant pas du regard tandis qu’elle s’attachait enfin.



i fly with the stars in the skies. i am no longer trying to survive, i believe that life is a prize but to live doesn't mean you're alive. cause everybody dies but not everybody lives.  —



:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : barman au McTavish, en recherche d'une reconversion professionnelle
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 8 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)

POSTS : 2292 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ emprisonné au Canada de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 8 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie avant son incarcération ☆ essaye (sans succès, depuis deux ans) d'arrêter de fumer ☆ porte son alliance autour du cou ☆ une addiction déraisonnable aux sodas et boissons sucrées en général ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker)
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : liviana #3 ☆ loan #2mattnadiaeva #2lene #3camber #3james (08/08)


RPs EN ATTENTE : sunny ☆ beth ☆ milena #2
RPs TERMINÉS : 2018 › soon 2017loan #1liviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2event d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebecca #1eliemilena #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@lux aeterna & sign@itberice & crackship@camberbaby & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Sam 13 Jan - 15:57


Incapable de dire combien de temps s’était écoulé depuis le SOS de Camber, il envisageait déjà la possibilité qu’elle se soit endormie en l’attendant et ne s’attendait en tout cas certainement pas à ce que la jeune femme l’attende directement au pied de son immeuble, plantée sur le morceau de trottoir et donnant l’impression qu’elle attendait le déluge. En lieu et place d’un orage seul le ronronnement de la voiture conduite par Tommy avait interpellé la jeune femme, le regard méfiant tandis que les phares du véhicule l’éblouissaient. Retrouvant visiblement une contenance en reconnaissant le brun, Camber avait malgré tout observé la voiture d’un air dubitatif que Tommy avait mis sur le compte du fait qu’il ne possédait à sa connaissance pas de voiture – s’il en avait possédé une, cette histoire de taxi qui les avait rassemblés quelques mois plus tôt n’aurait jamais eu lieu d’exister. « Elle sort d’où cette voiture ? » avait-elle d’ailleurs fini par questionner, rajoutant d’un ton faussement suspicieux « Ne me dis pas que tu l’as volée. » et arrachant au barbu un roulement d’yeux et une légère dose de sarcasme lorsqu’il avait répondu « Si, et d’ailleurs si tu pouvais te dépêcher de monter avant que la horde de flics lancée à ma poursuite ne nous rattrape. » pas plus sérieux qu’elle. Disant cela il avait désactivé le verrouillage centralisé du véhicule, pour effectivement permettre à la jeune femme de monter à bord et lui laisser ensuite le temps de boucler sa ceinture. « Merci d’être venu aussi vite, je suis consciente que ma demande pouvait paraître abusive. » s’était finalement excusée Camber, retrouvant dans la voix un certain sérieux tandis que Tommy quittait le bord du trottoir pour reprendre la route « J’espère vraiment que je ne t’ai pas arraché à quelque chose, ou à quelqu’un. Ça va le faire pour ta fille ? » Le souvenir de la mine rabougrie de Moïra lorsqu’il lui avait dit bonsoir parasitant un court instant son esprit, Tommy ne s’était pas laissé déstabiliser et avait secoué négativement la tête « Elle est chez ma sœur. Et je ne faisais rien de très intéressant avant ton message, t’inquiètes. » Ce qui, à ses yeux, ne constituait même pas un mensonge : un repas chez ses parents relevait bien plus de la corvée que de l’évènement intéressant, de son point de vue. Au fond il était même persuadé que ses parents ne l’invitaient eux non plus pas tant par envie que par obligation, pour pouvoir voir Moïra et pour donner à Beth l’illusion que tous faisaient des efforts pour tenter de faire perdurer la paix familiale, quand elle prenait en réalité totalement l’eau.

Quittant les rues qui entouraient l’immeuble de Camber pour rejoindre l’artère principale de Spring Hill – encore animée à cette heure pas si tardive de la soirée – Tommy suivait la direction du sud, la jeune femme questionnant à nouveau après un court silence « Tu n’étais pas avec une femme j’espère ? Ça sent le parfum. » Machinalement il avait fait fonctionner ses narines, l'odeur lui parvenant à peine d'être dans l'habitacle depuis qu'il avait quitté Logan City. « Ou alors tu m’as caché ta véritable identité depuis tout ce temps et tu es en fait un travesti. » Laissant échapper un rire, il avait entrouvert la fenêtre de son côté pour faire circuler un peu l'air et jeté un coup d'œil machinal dans le rétroviseur avant de répondre « Y'a tellement de choses que vous ignorez toujours, Miss Huntington … » en adoptant l'espace d'un instant un ton mystérieux, avant de reprendre plus sérieusement après une seconde ou deux de latence « Mais pas celle-ci. Et j'étais avec deux femmes, si tu veux tout savoir. Et un homme. » Il pouvait presque la voir arquer un sourcil dans sa vision périphérique, tandis qu'il gardait les yeux sur la route « Bref, j'étais chez mes parents avec ma sœur. Et tu n'imagines pas de quelle corvée tu m'as libéré sans le savoir. » Après coup il s'était rappelé que le désintérêt qu'il témoignait à sa famille était parfois mal vu, la plupart du temps par des gens proches de leur propre famille et qui avaient du mal à concevoir que cela puisse ne pas être le cas de tout le monde. Et n'ayant aucune idée de la situation familiale de Camber et lui connaissant le jugement un peu facile, il s'était presque senti mal à l'aise à l'idée de jeter un regard de son côté et s'était éclairci la gorge avant de changer de ton « Est-ce que tout va bien ? » Un peu soucieux, et n'ayant malgré tout pas envie de la brusquer d'une indiscrétion déplacée, il avait malgré tout tourné un instant les yeux vers elle après avoir pris l’embranchement du freeway. « Je pensais plus avoir de tes nouvelles. » Les quelques messages qu'il avait envoyé étant restés sans réponse il avait d'abord senti son ego se vexer un brin, avant de finalement céder au fatalisme. Les trêves n'étaient parfois – souvent – que temporaires, au fond.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

 :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la toujours solo
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-et-un ans, un cap difficile lorsqu'on réalise qu'on est passé à côté de sa jeunesse (23/05)
STATUT : seule, désespérement seule. elle se voit déjà finir vieille fille avec son chat
MÉTIER : nouvellement professeure de TD en droit familial à l'université du queensland, elle fait sa thèse en parallèle pour devenir maitre de conférence
LOGEMENT : #102 spring hill

POSTS : 7438 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : n'a pas eu de relation sérieuse depuis 2011 ≈ amatrice de vin mais très mauvaise cuisinière ≈ ne se souvient pas de la dernière fois où elle est partie en vacances ≈ fan d'harry potter, son chat roux s'appelle ron ≈ ancienne notaire ≈ a fait un burn-out en juillet 2017
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : tommy 3owencleo 3tonyryan 2

- caleo -
hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. if the sky comes falling down, for you, there’s nothing in this world i wouldn’t do.


- cambeny -
i cannot lose you, because if I ever did I’d have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh, my everything.

- cammy -
it feels empty here, like we left in a hurry and forgot ourselves. take my hand and let’s not feel alone for a while.

RPs EN ATTENTE : aisling 2
RPs TERMINÉS : ianaustinevent halloweentommychelseasaulcleoeleanorlenealvarolivianaaislingtommy 2event zombies
PSEUDO : utopian delusion
AVATAR : leighton meester
CRÉDITS : morrigan (avatar), tumblr (gifs signature), neon demon (signature), loonywaltz (userbars)
DC : /
INSCRIT LE : 11/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9682-camber-cause-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t9774-camber-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t10451-camber-huntington

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Mar 27 Fév - 22:08


the sweet escape
Tommy & Camber

Il était toujours compliqué pour Camber d’imaginer Tommy dans un rôle différent que le barman qui parvenait à la faire rire quand personne n’y arrivait plus. Son rôle de père, qu’elle admirait néanmoins, lui échappait souvent, comme toute la vie qu’il avait pu mener avant de la rencontrer. La vision qui se présenta face à elle était surprenante, presque déstabilisante. Elle n’aurait jamais imaginé le voir au volant d’une voiture. Cela ne semblait pas être lui. Tout du moins ce qu’elle savait réellement de lui. « Si, et d’ailleurs si tu pouvais te dépêcher de monter avant que la horde de flics lancée à ma poursuite ne nous rattrape. » Elle avait presque rit avant qu’il ne lui réponde, persuadée qu’il brillerait encore par sa répartie. Désormais être la meilleure n’était plus la partie la plus amusante dans leurs combats verbaux, son plaisir se portait sur le talent du brun à la faire rire, encore et toujours. Par réflexe humain, elle avait pourtant jeté un rapide coup d’œil dans la vitre arrière; après tout on ne savait jamais. La rue était aussi déserte qu’avant son arrivée, à l’exception d’un chat de gouttière qui avait traversé avec lassitude la chaussée. Plaisanteries à part, la notaire profita du silence pour le remercier au plus vite de sa venue rapide qui la surprenait encore. Qu’avait-il laissé de côté pour la rejoindre, qui. Ses pensées s’étaient dirigées vers sa fille dont il paraissait prendre le plus grand soin. « Elle est chez ma sœur. Et je ne faisais rien de très intéressant avant ton message, t’inquiètes. » Elle acquiesça silencieusement, reportant son regard sur la route qui commençait à défiler maintenant qu’il avait démarré. S’il avait confié sa fille à sa sœur, il devait y avoir une bonne raison. Quelque chose de plus intéressant à faire qui nécessitait qu’elle ne soit pas dans les parages. L’odeur d’un parfum féminin renforça son idée qu’il pouvait avoir vu une femme. Pourtant il avait précisé de rien faire d’intéressant. C’était plus fort qu’elle, la curiosité avait gagné. « Y'a tellement de choses que vous ignorez toujours, Miss Huntington … » La trentenaire avait oublié la route et fixait Tommy avec grande intention. Elle savait pertinemment qu’il avait employé ce ton mystérieux pour l’agacer et le pire, c’est que cela marchait. « Mais pas celle-ci. Et j'étais avec deux femmes, si tu veux tout savoir. Et un homme. » La présence de l’homme la rassura pour une raison qui la dépassait. Néanmoins, son interrogation demeurait toujours sans réponse. Une spécialité chez lui. « Bref, j'étais chez mes parents avec ma sœur. Et tu n'imagines pas de quelle corvée tu m'as libéré sans le savoir. » Voilà qui expliquait la présence de Moïra chez sa sœur. C’était pour elle qu’il l’avait abandonnée ce soir. Son cœur se pinça quelques secondes tandis qu’elle tentait de cacher un sourire naissant. « Et bien, je suis ravie d’avoir pu t’aider. » avait-elle soufflé en s’enfonçant dans le siège pour être plus à l’aise. « Au moins maintenant je me sens moins redevable envers toi de m’avoir sauvée » Évidemment, elle n’en pensait pas un mot.

Depuis le temps qu’elle n’avait pas mis les pieds dans une voiture, Camber en avait oublié la sensation qui l’accompagnait. Elle se sentait bercée, à l’aise et bien plus sereine que dans son appartement qu’elle ne supportait plus. Le raclement de gorge de Tommy attira son attention, bien trop bruyant pour être naturel. « Est-ce que tout va bien ? Je pensais plus avoir de tes nouvelles. » La brune s’était préparée à cette question inévitable. Malgré tout le je m’en-foutisme dont le barman pouvait faire preuve, il ne pouvait la laisser s’en tirer aussi facilement. Cependant la deuxième partie de son intervention déclencha en elle une grande surprise. « Attends, pourquoi tu n’aurais plus de mes nouvelles ? » Sa voix laissait transparaître son incompréhension, tout comme un léger soupçon de vexation. « Est-ce que tu m’as fait quelque chose la dernière fois qu’on s’est vus que je pourrais avoir oublié parce que j’ai trop bu ? » Encore une absurdité, qu’y pouvait-elle, elle ne comprenait pas cette question. Dans ses mains, son portable vibra à nouveau en affichant le nom de sa mère. « Elle ne va jamais s’arrêter » Agacée, elle fit quelques manipulations qui mirent fin à l’appel et laissèrent apparaître une longue liste d’appels manqués et de messages. Ses yeux roulèrent vers le ciel. Une seconde fois, l’objet vibra sous les râles incontrôlables de Camber qui n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit cette fois. A bout de batterie, le portable s’éteignit et ne laissa qu’un écran noir. « Bon, et bien comme ça maintenant je suis sûre d’être tranquille. » avait-elle annoncé en montrant l’objet à Tommy dans un sourire satisfait. « Pour répondre à ta question, disons que ça pourrait aller mieux. Tu m’amènes où d'ailleurs ? Fais attention, la destination peut considérablement changer ma réponse. » Il fallait toujours ajouter un peu de plaisanterie pour alléger les choses. Il était peut-être encore trop tôt pour le noyer dans ses tourmentes. « Ne me décevez pas Tommy Warren. Ça serait dommage que je finisse par aller vraiment mal parce que tu as choisi un trou à rats » conclut-elle en le fixant intensément dans un sourire provocateur.



i fly with the stars in the skies. i am no longer trying to survive, i believe that life is a prize but to live doesn't mean you're alive. cause everybody dies but not everybody lives.  —



:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : barman au McTavish, en recherche d'une reconversion professionnelle
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 8 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)

POSTS : 2292 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ emprisonné au Canada de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 8 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie avant son incarcération ☆ essaye (sans succès, depuis deux ans) d'arrêter de fumer ☆ porte son alliance autour du cou ☆ une addiction déraisonnable aux sodas et boissons sucrées en général ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker)
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : liviana #3 ☆ loan #2mattnadiaeva #2lene #3camber #3james (08/08)


RPs EN ATTENTE : sunny ☆ beth ☆ milena #2
RPs TERMINÉS : 2018 › soon 2017loan #1liviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2event d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebecca #1eliemilena #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@lux aeterna & sign@itberice & crackship@camberbaby & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Jeu 15 Mar - 2:13


L’avouant sans réfléchir, Tommy s’était un premier temps mordu la langue de montrer un jour aussi acide et désinvolte quant à l’opinion qu’il portait à sa famille, et plus particulièrement au fait de devoir passer toute une soirée avec eux. Que les relations entre les Warren soient aussi distendues étaient une chose, admettre qu’il n’avait plus du tout la fibre familiale – si tenté qu’il l’ait eu un jour – en était une autre, encore plus à la lueur de son ignorance totale de la situation familiale de la jeune femme, et de son opinion sur le sujet. Mais à son soulagement, bien qu’il ait tenté de le contenir, Camber l’avait gratifié d’un fin sourire et s’était contentée de répondre « Et bien, je suis ravie d’avoir pu t’aider. » arrachant au brun un léger rire en ajoutant « Au moins maintenant je me sens moins redevable envers toi de m’avoir sauvée. » tandis qu’il reportait son attention sur la route. Intrigué par les événements qui avaient pu pousser la jeune femme à l’appeler ainsi à la rescousse après des semaines sans nouvelles, tout comme à l’appeler lui plutôt que quelqu’un d’autre, il était resté un long moment sans oser faire preuve de la curiosité nécessaire à poser la question, se contenant de garder ses mains sur le volant et le regard vissé sur la route, s’autorisant à peine une œillade rapide du côté passager de temps à autre. Il se demandait si le fait qu’il n’avait pour le moment pas la moindre idée d’où il les emmenait se voyait comme le nez au milieu de la figure, ou bien si trop prise par ses tracas Camber n’y voyait pour le moment que du feu … À moins que la destination lui importe simplement trop peu. Se décidant néanmoins enfin à briser le silence installé dans l’habitacle, le brun ne s’était pas risqué à poser frontalement la question de ce qui avait pu se passer – ou ne pas se passer – et avait préféré s’en tenir à lui demander comment elle allait. Pourtant, avant même la question c’était la réflexion faite maladroitement pour l’accompagner qui avait en premier retenu l’attention de la jeune femme « Attends, pourquoi tu n’aurais plus de mes nouvelles ? » Arquant un sourcil, il s’était permis un bref regard dans sa direction et qui en disait bien plus long que n’importe quelle réponse. Loin de sembler y voir une quelconque explication, la juriste avait même questionné avec plus d’insistance « Est-ce que tu m’as fait quelque chose la dernière fois qu’on s’est vus que je pourrais avoir oublié parce que j’ai trop bu ? » et avant qu’il n’ait pu apporter le moindre début de réponse, tous les deux avaient été interrompus par les vibrations du téléphone de la jeune femme, et un « Elle ne va jamais s’arrêter. » presque désespéré de la part de sa propriétaire. Reportant son regard sur la route tandis qu’elle rejetait l’appel, il s’était entendu commenter « Maintenant je comprends mieux. » et avait machinalement jeté un coup d’œil dans le rétroviseur arrière avant de reporté son attention sur la brune « À quand remonte la dernière fois que tu as décroché à un coup de fil ? » Ou répondu à un SMS, peu importe, elle aurait de toute façon sans mal saisi l’idée, ainsi que le sous-entendu qui allait avec. Presque par volonté d’en rajouter une couche, le cellulaire avait d’ailleurs choisi ce moment précis pour rendre l’âme, s’éteignant sans plus de cérémonie et arrachant à Camber un « Bon, et bien comme ça maintenant je suis sûre d’être tranquille. » dont le plus perturbant restait encore le fait qu’elle semblait pleinement s’en satisfaire. Voir même s’en réjouir, si l’on poussait le bouchon un peu plus loin. Ne se risquant pas à un commentaire supplémentaire, il avait de toute manière été pris de court par le fait que sa passagère semblait décidée à reprendre la parole pour satisfaire ses questionnements « Pour répondre à ta question, disons que ça pourrait aller mieux. Tu m’amènes où d'ailleurs ? Fais attention, la destination peut considérablement changer ma réponse. » La volonté d’alléger la discussion particulièrement palpable, elle avait tenté la grosse voix en ajoutant « Ne me décevez pas Tommy Warren. Ça serait dommage que je finisse par aller vraiment mal parce que tu as choisi un trou à rats. » et arraché au brun un rire amusé, et la tête qui se secouait juste assez pour refaire tomber une mèche de ses cheveux devant ses yeux. « J’vous trouve bien exigeante, pour une naufragée de la route, Miss Huntington. » s’était-il permis sans plus attendre de rétorquer sur le même ton, envisageant mentalement toutes les options qui s’offraient à lui décidant d’aller au plus attendu, peut-être, mais au plus efficace parait-il. Haussant pourtant les épaules, il avait repris « Tu verras. Le suspens fait partie de la thérapie. » bien décidé à ne pas griller ses cartouches trop vite, et seulement à moitié satisfait des réponses que lui-même avait obtenu à ses interrogations. « Donc, ça pourrait aller mieux … ? » Il avait l’impression de naviguer en eaux troubles, partagé entre l’envie de comprendre précisément quel était le problème, et celle de ne pas paraître intrusif ni de risquer mettre le doigt sur quelque chose de trop sensible. « Je ne peux pas te proposer de boire jusqu’à ce que je ne me rappelle plus ce que tu m’auras dit d’ici demain, j’aimerais nous ramener à bon port en un seul morceau, et il parait que boire ou conduire il faut choisir. » Tout barman qui se respectait avait usé de cet adage bien trop de fois. « Mais, on peut imaginer que ce qui est dit dans cette voiture ne sort pas de cette voiture … Un genre de zone neutre. » Est-ce qu’elle voyait où il essayait d’en venir ? Faute d’en être certain il s’était vu l’obligation de lui proposer une solution alternative, un « Ou alors on peut simplement mettre la radio, et ne pas en parler. » envisagé dans un haussement d’épaule et qui serait plus frustrant qu’autre chose pour lui, mais qu’il se sentait tout à fait capable d’endurer si c’était la solution avec laquelle Camber se sentait la plus à l’aise.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

 :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   


Revenir en haut Aller en bas
 

the sweet escape (cammy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-