AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 the sweet escape (cammy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
la toujours solo
la toujours solo
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-et-un ans, un cap difficile lorsqu'on réalise qu'on est passé à côté de sa jeunesse (23/05)
STATUT : seule, désespérement seule. elle se voit déjà finir vieille fille avec son chat
MÉTIER : en arrêt maladie pour cause de burn out
LOGEMENT : #102 pine rivers où elle héberge sa soeur et sa nièce depuis décembre

POSTS : 6705 POINTS : 375

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a eu un accident quand elle avait 19 ans, une voiture l'a renversée ≈ a renoncé à sa passion (le surf) depuis ≈ n'a pas eu de relation sérieuse depuis 2011 ≈ amatrice de vin mais très mauvaise cuisinière ≈ ne se souvient pas de la dernière fois où elle est partie en vacances ≈ fan d'harry potter, son chat roux s'appelle ron
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : saul 2event zombiestommy 3owencleo 3

- caleo -
hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. oh, if the sky comes falling down, for you, there’s nothing in this world i wouldn’t do.

- cammy -
it feels empty here, like we left in a hurry and forgot ourselves. take my hand and let’s not feel alone for a while.

- caul -
you're right by my side whenever i need you, through the hardest times, i'll be there for you. at the crack of dawn when the moon is gone.

RPs EN ATTENTE : aisling 2
RPs TERMINÉS : ianaustinevent halloweentommychelseasaulcleoeleanorlenealvarolivianaaislingtommy 2
PSEUDO : utopian delusion
AVATAR : leighton meester
CRÉDITS : nimitz. (avatar), tumblr (gifs signature), neon demon (signature), loonywaltz (userbars)
DC : rose (s.turner)
INSCRIT LE : 11/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9682-camber-cause-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t9774-camber-everybody-dies-but-not-everybody-lives http://www.30yearsstillyoung.com/t10451-camber-huntington

MessageSujet: the sweet escape (cammy)   Dim 29 Oct - 18:59



the sweet escape
Tommy & Camber

Ça va être l’occasion pour toi de te reposer. Tu verras, tu te découvriras du temps pour tes loisirs. Il y a toujours quelque à faire. Tu vas regretter ton arrêt lorsqu’il touchera à sa fin. Un long soupir s’échappa de ses lèvres. Aussi paradoxal que cela pouvait être, elle n’avait jamais été aussi épuisée qu’aujourd’hui, à ne rien faire d'autre qu’observer le temps passer. Elle avait essayé de s’occuper dès la seconde semaine sans travail. Cela avait commencé par un rangement drastique de son armoire de vêtements, puis celle des chaussures. Était venu le tour du reste de l’appartement, mais bien rapidement elle en était venue au constat qu’il n’y avait pas grand chose à jeter. La notaire s’était tant plongée dans son travail qu’elle n’avait jamais pris la peine de s’occuper de son logement. Alors elle avait tenté de s’intéresser à une décoration un peu plus poussée. Les visites des magasins spécialisés avaient occupé une journée, l’installation une deuxième. Et de nouveau l’ennui s’était montré. Ses livres Harry Potter, confinés dans un tiroir depuis des années avaient fini par attirer son intérêt, pour quelques heures du moins. Chaque fois qu’elle tentait de se concentrer sur une ligne, son esprit partait ailleurs. Oublier son travail n’était pas si simple néanmoins personne ne semblait la comprendre. Saul ne manquait pas de la réprimander chaque fois qu’elle abordait le sujet, qu’elle lui signifiait son désir de mener à bien le divorce de sa meilleure amie. Ça n’était pas le moment, c’était encore trop tôt, fais-toi plaisir en attendant. Pourquoi ne comprenaient-ils pas, il n’y avait rien d’autre. Il n’y avait jamais rien eu d’autre dans sa vie que son travail. Désormais qu’elle en était privée, Camber ne se résumait plus qu’à une ombre errante.

Très rapidement, la brune avait réalisé que voir ses proches n’était pas la meilleure façon d’affronter sa situation. Leurs conseils sonnaient comme de vieux disques qui ne s’arrêtaient jamais et leurs bonnes intentions finissaient par posséder l’effet inverse. Camber étouffait ici, dans cet appartement où ses parents, sa sœur et son cousin ne cessaient de défiler pour son bien. Avec les jours, elle avait finit par ignorer leurs appels, refuser leur visite. Ils avaient tous semblé enthousiastes lorsqu’elle avait fait croire être trop occupée. Une sortie au théâtre, un verre avec une amie, toutes les excuses étaient bonnes pour les convaincre de ne plus se soucier d’elle. Toutes les excuses étaient bonnes pour respirer. Son téléphone portable qu’elle n’avait pas lâché depuis son passage à l’hôpital ne bougeait plus de sa table basse depuis quelques jours. Il arrivait parfois qu’elle y jette un coup d’œil pour se rassurer, puis bien vite, l’amas de messages et d’appels manqués la décourageait. Oui, elle étouffait.

Étalée de tout son long sur son canapé, vêtue d’un jogging qu’elle n’avait pas porté depuis des années, Camber avait renoncé à regarder le film qu’on lui avait conseillé. Les images défilaient sous ses yeux mais aucun son ne parvenait à ses oreilles. Les yeux dans le vide, elle sursauta lorsque son chat lui sauta sur le ventre. « Heureusement que t’es là toi » Dans un sourire plein d’amour, elle avait attrapé la boule de poils rousse pour la serrer contre sa poitrine. Sa tentative se solda par un échec, un coup de griffe et Ron qui s’en alla dans le couloir. Visiblement, son chat caractériel avait aussi du mal à respirer dans cet appartement depuis que sa maîtresse était là sans arrêt. A quelques centimètres d’elle, son téléphone portable se mit à vibrer. Agacée, elle le laissa sonner et continua sa contemplation du vide. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il ne vibre à nouveau, jusqu’à la troisième fois. Dans un mouvement brusque, Camber se redressa et attrapa l’appareil où le nom de sa mère s’affichait à de nombreuses reprises. C’était trop. Si elle restait ici une minute de plus, elle allait finir par devenir folle. Alors qu’elle se mit à faire les cent pas dans son salon à la recherche d’un moyen de fuir cette oppression, son esprit s’arrêta sur une option qu’elle n’avait pas encore envisagée et qui pourtant, lui semblait maintenant être la meilleure. Sans réfléchir plus longtemps, elle chercha le nom de Tommy dans son répertoire devant lequel elle s’arrêta cependant. Allait-elle vraiment le faire ? L’appeler à l’aide ? Lui. Son cœur se mit à battre avec plus de rapidité, tandis que son index flottait nerveusement au dessus de son écran. Réfléchir était inutile. Sans plus tarder, elle rédigea son message puis s’écroula dans son canapé. Il n’allait jamais répondre, elle en était certaine. A deux doigts de sombrer dans le désespoir, elle sentit son téléphone vibrer, affichant le nom de Tommy sur l’écran. Incroyable. “Je commençais à croire que tu avais changé de numéro. Et je ne faisais rien d'important, non ... tout va bien ?” Sans réellement comprendre ses premières paroles, Camber en fit abstraction et répondit immédiatement. Elle n’avait plus rien à perdre maintenant qu’il lui avait répondu. Son appel à l’aide lancé, elle se sentait plus nerveuse que jamais. S’il refusait de l’aider, c’était probablement le coup de grâce. Une nouvelle fois, la réponse se fit rapide. Le cœur bondissant, la brune n’osa pas l’ouvrir tout de suite, bien trop préoccupée par le contenu de sa réponse. Dans une grande inspiration, elle fit glisser la fenêtre du message. “J'arrive.” Sa respiration se coupa l’espace de quelques secondes, puis un sourire étira ses lèvres. Bien qu’elle aurait voulu prendre le temps de se réjouir plus longuement de son message, Camber jeta son téléphone sur le canapé pour se préparer au plus vite. Il n’était pas question de le faire attendre alors qu’elle le faisait se déplacer en hâte. Elle troqua rapidement son jogging contre un simple pantalon noir serré, conserva son pull et enfila une paire de converse blanches qu’elle n’avait jamais l’occasion de porter en temps normal. Elle abandonna très rapidement l’idée de se maquiller, tout comme celle de se parfumer. Furtivement, elle vérifia que la gamelle de Ron était bien remplie, éteignit toutes les lumières et quitta son appartement, portable et clés en mains. Elle avait descendu les escaliers comme si sa vie en dépendait, oubliant même l’existence des ascenseurs. Elle ne pensait plus qu’à partir avec lui. Lorsqu’elle arriva à la sortie de son immeuble le souffle lui manquait. 21h17, seulement.



i fly with the stars in the skies. i am no longer trying to survive, i believe that life is a prize but to live doesn't mean you're alive. cause everybody dies but not everybody lives.  —


Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf & père célibataire
MÉTIER : barman au McTavish, et quelques jobs au black pour arrondir les fins de mois
LOGEMENT : #45 redcliffe, avec sa fille de 8 ans, Moïra

POSTS : 2084 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : vilain petit canard des Warren ☆ emprisonné au Canada de mi-2013 à fin 2015 ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ il a une fille de 8 ans, Moïra, élevée par son frère Marius durant son incarcération ☆ il a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ avant d'être emprisonné il travaillait comme bûcheron dans une scierie ☆ il essaye désespérément d'arrêter de fumer ☆ il porte son alliance autour du cou ☆ il a une addiction déraisonnable aux sodas et aux boissons sucrées en général ☆ il parle le français et baragouine le serbe
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : camber #3izaacloanmariusjamesliviana #2


RPs EN ATTENTE : milena #2 ☆ lene #3 ☆ matt
RPs TERMINÉS : #teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2saul #2camber #2event d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebecca #1eliemilena #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : michiel huisman
CRÉDITS : avatar@moneyhoney & sign@nikita77gataleya & crackship@camberbaby & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

MessageSujet: Re: the sweet escape (cammy)   Ven 10 Nov - 20:01



C'était une volonté aussi délibérée que maladroite de la part de sa mère, de toujours se sentir ainsi obligée de glisser un mot à propos de Marius lorsqu'ils étaient ainsi réunis à table, sans que Tommy ne sache trop bien si le but était de le faire culpabiliser ou bien si la matriarche Warren espérait simplement faire pansement sur la plaie pourtant béante que la brouille entre ses deux fils provoquait au sein de cette famille. « Ton frère n'est pas certain de pouvoir se libérer pour les fêtes. » avait-elle cette fois-ci lâché dans un soupir un poil exagéré à l'intention de Beth, assise à la droite de Tommy. « Il a dû prendre goût aux Noëls parisiens. » avait commenté la jeune femme en tachant de ne pas avoir l'air de prendre le parti de qui que ce soit. Affichant une moue dubitative, la mère avait admis « Peut-être, oui … » en coulant malgré tout vers son autre fils un regard qui en disait long. Oui Maman, Marius ne sera pas là à cause de moi, on sait. Elle pouvait toujours attendre le jour où Tommy s'en désolerait. À dire vrai le brun n'était pas certain qu'il parviendrait à gérer un retour inopiné de son aîné dans les parages, et l'angoisse de lui perdre Moïra qui en découlerait forcément, en plus du reste. Sentant la situation glisser vers un inconfort collectif la fille aînée avait prétexté « Je vais faire le café. » pour s'éclipser, et réclamé l'aide de son frère dans la besogne, les conduisant tous les deux à la cuisine. « Tu sais comment elle est. » avait-elle finalement soupiré lorsqu'ils s'étaient retrouvés seuls, pour tenter de temporiser. « Je sais, oui. » L'air fermé, Tommy avait mis en marche la cafetière sans un mot ni un regard supplémentaire pour Beth, qui après plusieurs secondes d'un silence artificiel était revenue à la charge « Moïra m'a dit que tu ne dormais pas bien, ces temps-ci. Tout va bien ? » Une grimace contrariée lui échappant, le brun avait fait mine de chasser la conversation d'un geste de la main « Ça va. Elle doit dire ça parce que mon rythme de sommeil est déréglé. » Il lui arrivait de ne pas parvenir à dormir lorsqu'il rentrait du McTavish, et de laisser couler la nuit puis d'emmener sa fille à l'école avant de tenter d'aller se coucher seulement une fois de retour chez lui. « Elle dit que tu fais des cauchemars … » avait pourtant insisté Beth, une mine concernée sur le visage. Les doigts attrapant le bord du plan de travail avec frustration, le brun avait senti sa mâchoire se crisper avant de marmonner « Elle est venue me réveiller y’a une semaine ou deux, je devais parler dans mon sommeil, j’suppose. C’était rien. » Croisant le regard de sa sœur, Tommy l’avait vue absolument pas convaincue et s’était senti obligé de rajouter « Je lui parlerai, elle s’inquiète pour rien. Et toi aussi. » Mais Beth savait comment le faire culpabiliser, et elle avait réussi. Depuis la tempête du printemps précédent et l’hospitalisation de son père, la fillette semblait à l’affût du moindre pépin, et s’angoissait bien plus qu’une enfant de son âge ne devrait le faire pour qui que ce soit.

De retour à table, il avait passé une main sur le crâne de la petite fille avec tendresse, obtenant un couinement à moitié outré de Moïra, ayant protesté mollement « Mais Papa, mes nattes ! Elles vont être toutes défaites. » d’un air boudeur. Laissant échapper un léger rire Tommy s’était assis après avoir déposé le sucre sur la table, laissant sa sœur s’occuper de remplir les tasses de café. Il avait senti son téléphone vibrer dans la poche de son jean, et hésité quelques secondes avant d’y jeter un œil – sa mère avait horreur qu’ils sortent leur téléphone à table, tous adultes qu’ils étaient. Le prénom de Camber l’avait intrigué : la jeune femme ignorait ses messages depuis déjà quelques semaines, et le brun n’était pas homme à courir après qui que ce soit, pourtant lorsqu’il avait lu « Tommy ? Dis-moi que tu ne fais rien là. J’ai besoin de toi. » sa réponse avait été instantanée. « Emmène-moi quelque part, n’importe où, le plus loin possible. J’ai besoin de changer d’air. Je t’attends en bas de mon immeuble. » Ignorant le regard inquisiteur de sa mère, il avait répondu dans la seconde, avant de relever les yeux vers son père « J’ai une urgence. » - « Quel genre d’urgence peut-on avoir quand on est barman ? » - « Une urgence personnelle. » Le regard glissant vers Beth, le brun n’ayant soudainement plus le cœur ou la patience pour jouer à la famille fonctionnelle avec leurs parents « Tu pourrais me déposer quelque part, et garder un œil sur Moïra jusqu’à demain ? » Dans sa vision périphérique il voyait leur mère s’agacer, pincer ses lèvres, et finalement rétorquer « Moïra peut rester ici, si tu as à faire. » d’un ton inquisiteur. Mieux à faire que de se conduire en père responsable, voulait-elle dire. « Je préfèrerais qu’elle reste chez Beth. » Visiblement vexée, la mère s’était renfrognée et le père avait l’air de celui qui se retenait fort de dire quelque chose pour ne pas faire de scandale devant la seule enfant présente à table. Comprenant qu’il y avait anguille sous roche, sa sœur n’avait en tout cas pas faire d’histoire et accepté, tous les trois prenant congés des parents Warren dans une ambiance électrique avant de rejoindre la voiture garée dans l’allée. « En fait, je … » S’arrêtant net alors qu’il posait la main sur la poignée de la portière, Tommy avait repris en craignant de trop tirer sur la corde « Est-ce que je pourrais emprunter ta voiture ? » Devant l’air estomaqué de Beth il s’était rattrapé au mieux « Juste pour cette nuit. Je vous dépose toi et Moïra, et je te la ramène demain matin. » La fillette était déjà occupée à grimper à l’arrière et à boucler sa ceinture, asseyant sa poupée de chiffon à côté d’elle. « A une seule condition. » Dear Lord. « Tu me promets que tu m’expliques tout demain matin. Et que tu ne t’es pas mis dans de sales draps. » Encore, aurait-elle pu rajouter. « Ça fait deux conditions. » avait-il de son côté eut le culot de faire remarquer. « Trois conditions. Tu amènes le petit déjeuner demain matin. » Elle le défiait du regard, avec l’air diablement sérieuse qui faisait d’elle la Warren qui obtenait toujours gain de cause à la fin. « Deal. » Et voilà comment Tommy s’était retrouvé derrière le volant.

N’ayant pas conduit de voiture depuis le Canada – où le sens de circulation et l’emplacement du volant n’était pas le même qu’en Australie – il lui avait fallu un petit temps d’adaptation pour retrouver une certaine aisance derrière le volant, mais le brun avait fini par retrouver ses réflexes et déposé sans encombre Moïra et Beth devant l’immeuble de cette dernière. « Tu me fais un bisou de bonne nuit ? » Triturant l’une de ses nattes, la fillette s’était approchée de la vitre ouverte côté conducteur et avait déposé un baiser sur la joue rugueuse de son père. « Sois sage avec ta tante, je t’aime. » Parce qu’elle n’avait pas répondu et s’était contenté d’attraper la main de Beth, Tommy savait que Moïra était contrariée, et lorsqu’il avait redémarré la voiture et jeté un coup d’œil dans le rétroviseur en quittant le trottoir, il avait eu un pincement au cœur en sentant sa culpabilité monter encore d’un niveau. Avant d’atteindre la rue où vivait Camber il ne s’était pas vraiment posé la question de savoir depuis combien de temps elle l’attendait, au juste. Le tableau de bord indiquait 21h41, c’était là sa seule certitude. Ralentissant pour ne pas risquer de louper l’immeuble, il avait finalement reconnu la silhouette de la jeune femme à quelques dizaines de mètres et s’était arrêté à sa hauteur, baissant à nouveau sa vitre « Parait qu’on a besoin d’un chauffeur ? » Malgré le sourire en coin, le brun avait inspecté Camber des pieds à la tête presque avec souci, le ton alarmiste de ses messages lui ayant presque fait craindre de la trouver estropiée, ou en larmes, ou dieu sait quoi d’autres … Sa tendance à toujours s’imaginer le pire, sans doute. « Allez, grimpe. Tu m’expliqueras ça en route. » Disant cela il avait tendu la main vers la portière passager pour l’ouvrir. En réalité il n’avait pas l’intention de bombarder Camber de questions, c’était même tout le contraire ; L’idée c’était plutôt d’attendre qu’elle se décide à parler toute seule. Et peu importe qu’il faille rouler des dizaines de kilomètres avant qu’elle ne se jette à l’eau, ou qu’elle décide plutôt de bidouiller la radio pour mettre un peu de musique qui comblerait la conversation qu’elle n’avait pas envie d’avoir. Y’avait quelque chose dans les messages qu’elle lui avait envoyé qui sonnait comme un « aide-moi » et parmi la tonne de défauts qu’on pouvait sans doute lui attribuer Tommy ne possédait pas celui de ne pas être capable de lire entre les lignes. Et si le paysage qu’offrait la route longeant la côté en direction du sud n’était pas suffisant pour délier la langue de Camber, au moins auraient-ils l’un et l’autre profité d’un paysage agréable pendant cette balade nocturne.








    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

 :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
 

the sweet escape (cammy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-