AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 a little chaos ▲ (joamirene)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
la lady passionnée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/09/1982)
SURNOM : Lady Irene, Iri
STATUT : Fiancée à Victor, malgré les tensions naissantes depuis que le mariage a été repoussé. Toujours indécise concernant ses sentiments pour Jon.
MÉTIER : Directrice commerciale de la maison de vins Delaney, et gestionnaire du domaine.
LOGEMENT : Une belle villa du côté de Bayside, n°50.

POSTS : 1130 POINTS : 605

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : aristocrate anglaise, comtesse de Gresham ✢ diplômée de Cambridge en Histoire de l'Art et en Littérature Anglaise (2005) ✢ parle couramment français et italien ✢ musicienne et chanteuse de talent, bien qu'elle n'aime pas se produire en public ✢ marraine du petit Daniel Keynes ✢ investie dans des associations pour la culture, l'éducation, la santé et les actions humanitaires.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [8/4] jameson (fb 2007)joanne (2)jamie (4)jackjoamirene (alt 2017)leenajon (4) ✢ robin ∆ clos.


JORENE ∆ i took the stars from my eyes, and then i made a map and knew that somehow i could find my way back. then i heard your heart beating, you were in the darkness too, so I stayed in the darkness with you


VIRENE ∆ we're not the only ones, i don't regret a thing. every word I've said you know I'll always mean. it is the world to me that you are in my life, but I want to live and not just survive.


JAMIRENE ∆ the only rule we need is never giving up the only faith we have is faith in us, we're the ones who start little fires yet they burn out, but when they're on the rise they can't help but shine


JOARENE ∆ everybody stares, as she goes by 'cause they can see the flame that's in her eyes nobody knows that she's a lonely girl and it's a lonely world but she gon' let it burn, baby...


IRESON ∆ shine bright like a diamond find light in the beautiful sea i choose to be happy, you and i, you and i, we’re like diamonds in the sky

RPs TERMINÉS : jamielisandrejonjon (2)jamie (2)joannejamie (3)victorjon (3)
PSEUDO : mou (manon)
AVATAR : michelle dockery
CRÉDITS : © abisror (avatar) © astra (signature) © vinyles idyles (icon signa)
DC :
INSCRIT LE : 11/05/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9120-irene-knockin-on-heaven-s-door http://www.30yearsstillyoung.com/t9166-irene-and-the-crashes-are-heaven-for-a-sinner-like-me http://www.30yearsstillyoung.com/t10337-irene-delaney

MessageSujet: a little chaos ▲ (joamirene)   Lun 30 Oct - 2:06



« marry your best friend, they said.
it will be fun, they said
. »

« Jay, darling, tu es prêt ? La voiture passe nous prendre dans un quart d’heure ! » Retenant un soupir de justesse, Lady Irene Serena Keynes jeta cependant un regard appuyé à son mari. Elle détesterait être en retard : ce soir était un grand soir dans leur emploi du temps. Conférence exceptionnelle au British Museum, réunissant de nombreux professionnels de l’art, conservateurs de musées, artistes, professeurs, venus du monde entier pour présenter leurs travaux devant une audience composée de l’élite britannique. Et si la Reine n’honorerait pas l’assemblée de sa présence, un nombre non-négligeable de Lords et Ladies et de personnalités politiques et artistiques incontournables du Royaume feraient leur apparition. Évidemment, les Keynes ne pouvaient pas ne pas être là. Enfin, si Jamie avait eu son mot à dire, il ne serait probablement pas venu. Pas à cause du sujet de la Conférence, bien au contraire, mais à cause de tout ce qu’elle impliquait – et à ce jeu-là, Irene était bien plus douée et bien plus naturelle. Resplendir lors des galas, serrer des mains et faire la bise à des inconnus, sourire aux journalistes, pratiquer le small talk avec des cousins éloignés comme si c’était un sport national … Elle avait toujours eu ce côté très femme modèle, le genre de princesse moderne auquel on s’attend exactement. Et malgré ça, ils s’avanceront côte à côte parmi la foule, souriant tous les deux, irréprochables : l’avantage d’un power couple comme le leur, c’est que les forces de l’un compensent les faiblesses de l’autre. Le mariage entre meilleurs amis, la solution à tous vos problèmes ? Avec un sourire, et sans attendre de la réaction de la part dudit meilleur ami turned époux pour le meilleur et pour le pire, la brune monta à l'étage pour embrasser sa fille une dernière fois avant de partir. Du haut de ses neuf ans, Alice, l’héritière en titre, ressemblait beaucoup à ses parents et possédait ce côté débrouillard qu'on pouvait lui envier. Ses parents n'avaient aucun souci à se faire ; la petite Lady saurait parfaitement gérer sa soirée... même si par acquis de conscience, Irene avait demandé à sa nièce, Catharine, de passer un peu plus tard dans la soirée veiller sur Alice. « On rentrera tard ma chérie, mais ne veille pas trop tard quand même... » « Promis. J'aurais juste bien voulu venir avec vous. » Irene sourit - elle était bien la digne fille de ses parents, la fibre artistique bien ancrée dans son ADN. « Quand tu seras plus grande, Al, promis. »

Oui, ils auraient bien le temps de parcourir les musées du monde en famille, soudés par cet équilibre précieux qui tenait leur foyer ensemble. Et pourtant, les choses ne se présentaient pas forcément sous un bon angle, au début. Lorsqu'Irene était revenue le coeur brisé d'Australie, profondément bouleversée par un jeune homme dont elle était tombée éperdument amoureuse. Lorsque Jamie était à quelques étapes d'épouser sa copine du lycée, promise à une carrière assez fulgurante dans le mannequin, et qu'il était en rupture totale avec sa famille. Alors, certes, on a vu mieux comme dispositions pour conclure des fiançailles prévues de longue date... mais finalement, finalement, ils se sont dit oui devant l'autel ce jour-là, l'un et l'autre toujours un peu surpris par cette décision. Dix ans après, pas si mal finalement. Leurs chagrins se sont apaisés et leurs cicatrices se sont refermées, et ils savent qu'ils peuvent partager leurs souvenirs sans crainte. Ils se connaissent mieux que n'importe qui ; la tendresse et l'amitié qu'ils éprouvaient l'un vers l'autre a fini par se muer en un amour qui n'a rien de passionnel ou de charnel, qui ne ressemble en rien avec ce qu'a connu Irene en Australie, mais qui se défend bien. Doucement, mais sûrement - et ils s'en sont plutôt bien débrouillés jusqu'à présent. Leurs vies auraient pu être bien, bien différente si finalement ils avaient décidé de ne pas écouter leurs parents et toute leur caste, mais avec des « si » et des « peut-être », on pourrait mettre un cachalot dans une boite d'allumettes !




La voiture se gara dans l'allée et les époux Keynes se dépêchèrent de s'engouffrer dans l'habitacle, la pluie ne les ayant pas attendu pour, une fois de plus, régner sur la capitale de l'Angleterre. Le trajet fut raisonnablement long, compte tenu des habituels embouteillages et déviations pour cause de travaux, mais la Bentley se gara devant l'entrée du British Museum à l'heure pile. « J'ai tellement hâte de voir ce que ça va donner ! Et la liste des professionnels invités est vraiment exceptionnelle. » Le couple fut accueilli par le directeur du Musée, tout sourire. « Lord Keynes, Lady Keynes, bienvenue, bonsoir. Je suis absolument ra-vi de vous accueillir. Tenez, s'il vous plaît, suivez-moi jusque dans le Hall... La Conférence ne débutera que dans une heure, nous avons prévu un petit buffet avant, comme cela risque d'être long. Ainsi vous pouvez rencontrer certains intervenants et puis surtout nos autres invités. Mais vous serez des nôtres pour la clôture de Conférence n'est-ce pas ? Encore un buffet, mais surtout de la musique et un peu plus d'alcool... » Irene sourit poliment, et acquiesça non sans chercher le regard de son cavalier. Ils pouvaient bien sûr faire leurs projets séparément si l’un voulait rester tandis que l’autre préférait rentrer mais la brune espérait passer un peu de temps avec Jamie ce soir. Contrairement à certains de leurs pairs qui avaient fait le choix de se reposer sur leurs lits gonflés de livres sterling, à la fois Jamie et Irene travaillaient, ce qui avait parfois tendance à les éloigner un peu, ne se voyant que le soir à la maison, ou les week-end. D’ailleurs, peut-être même qu’Irene aurait pu se trouver derrière le micro, ce soir. Certains de ses collègues y seraient sans doute. En effet, deux ans après la naissance d’Alice, Irene s’était tournée vers la prestigieuse maison de vente Christie’s, afin de trouver un poste au sein du département d’art impressionniste et moderne – poste qu’elle avait obtenu sans difficultés. Elle était passionnée par le sujet depuis son enfance et l’impressionnisme était sans conteste l’une de ses périodes favorites. Et ce soir... ce soir était tout à eux. On leur servit une coupe de champagne, et Irene fit tinter son verre contre celui de Jamie. « Cheers ! À notre soirée, à l'art, et... à nous. Je suis vraiment contente que nous puissions passer la soirée ensemble. J'ai l'impression que ça fait une éternité que nous n'avons rien fait de tel... tu crois qu'on se fait vieux ? » demanda-t-elle avec une note d'espièglerie dans la voix. Même si l'ambiance générale serait assez guindée, ils trouveraient forcément le moyen de s'amuser et peut-être même de faire de nouvelles rencontres.



sur un signe seulement de toi je vole en éclats avant toi j'ignorais tout ça et tu n'en savais pas plus que moi







Revenir en haut Aller en bas
avatar
le sextoy de joanne
le sextoy de joanne
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (05/06/81)
SURNOM : Jay
STATUT : Marié à Joanne, en toute discrétion (14/02/18). Papa de leur petit bonhomme, Daniel, âgé de 2 ans (13/02/16).
MÉTIER : Rédacteur en chef @GQ Australia (juillet 2017). Philanthrope, président de la fondation Oliver Keynes pour jeunes en détresse. Ambassadeur WWF et SANE. Occupé, très occupé.
LOGEMENT : #98 Bayside (prev. #42 Logan City jusqu'à fin 2016)

POSTS : 16247 POINTS : 580

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Anglais, né à Londres. Fils de Lord, et l'est lui-même. ≈ A recueilli deux chiens abandonnés: Ben, un golden retriever, et Milo, un teckel. ≈ Végétarien. ≈ N'aime pas le surplus de technologie ≈ Grand passionné d'art. Il est peintre et mécène. ≈ Sanguin, ses poings dépassent parfois sa pensée ≈ Sait cuisiner et adore ça. ≈ Diagnostiqué borderline il y a un an, sous traitement à la demande du juge suite à sa condamnation pour violences domestiques (nov.2016) ≈ S'est fait tatouer la date de naissance de son fils sur l'omoplate gauche.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Joamie #116 - GQ Noël - Ginny - Marianna - [4/5]

Réalités parallèles : Joamie (v.a) #3 - Zamissan - Joamirene (what if)


JOAMIE ► Who says truth is beauty after all? And who says love should break us when we fall? But if we're strong enough to let it in, we're strong enough to let it go.
RPs EN ATTENTE : Jonathan - Beauregard/Keynes - Marianna - Nina
RPs TERMINÉS : a lot.


PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : luke evans
CRÉDITS : loonywaltz
DC : lou aberline & benjamin brody & kelly ward
INSCRIT LE : 27/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1188-jamie-elle-m-a-fait-la-bise-langoureusement http://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t1525-jamie-keynes http://www.30yearsstillyoung.com/t2243-jamie-keynes

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   Mar 14 Nov - 10:34



Il m'arrive de scruter mon reflet dans le miroir, comme à cet instant, et de me dire que cette vie n’est pas la mienne, que cette personne qui me fait face n'existe pas. Seulement le produit des attentes, des labels, des obligations, l’esprit étouffé dans un automate de faux sourires, un fantôme dans la machine -rien de plus. À la mort d'Oliver, je me suis plongé dans une perpétuelle remise en question de mon monde, de ma réalité, tout ce qui me paraissait trop difficile, trop cruel, trop laid pour être vrai -moi y compris. D'une certaine manière, je ne me suis jamais arraché à cet état. Je doute toujours de ce que je touche, ce que je vois. Et je n'ai strictement aucune idée de l'identité de la personne dans le miroir. Lui qui hésite entre deux cravates depuis à peu près quinze minutes, et qui optera pour un noeud papillon, comme toujours, pour aller avec le plus classique et noir des smokings -tu ressembles à un pingouin. J'ai quelques ancres afin de ne pas m’oublier, j'ai la présence et le soutien indéfectible d’Irene, j’ai l'amour inconditionnel de ma fille ; cela devrait être largement assez dans la mesure où d'autres, de notre sphère, d'autres sphères, n'ont pas la chance d'être aussi bien lotis. Pourtant, pendant ces longues contemplations, je me demande aussi ce qu'il s'est passé, à quel moment ai-je laissé les évènements prendre le dessus, quand et pourquoi j’ai lâché prise. Pourquoi ai-je l'impression que cette vie là n’est pas à moi. Je sursaute, un battement de cils rompt le contact avec le reflet qui se tourne également vers la silhouette d'une Irene bien réelle. “Bientôt.” dis-je en terminant de nouer le noeud papillon autour de mon cou, ce qui, fort de pratique, ne prend qu'un court instant. Un rapide coup d'œil sur mes poignets me font constater qu'ils sont nus, et un autre sur une trop grande collection de montres m'indique que sa pièce maîtresse est absente. Petit battement de coeur raté, ma mémoire ne me permet pas de retracer les gestes qui l'auraient déplacée -elle ne peut pas être perdue, Irene me tuerait. “Tu n’aurais pas vu ma Van Cleef ? Pas moyen de mettre la main dess-” Demi-tour, elle est là, plantée devant moi, la montre dans la main qu'elle me tend avec un sourire taquin. Après un soupir de soulagement, mes lèvres déposent un baiser sur son front, marque de fabrique de la tendre affection que nous partageons. “Tu es parfaite.” Cela aurait pu être pire, comme mariage. J'aurais pu poursuivre mes élans de rébellion et épouser Enora, mais l'affront a été abandonné au profit de la sagesse, et elle batifole au bras d'une autre grosse fortune britannique pour son plus grand bien. Non, je me suis tourné vers Irene, j'ai embrassé absolument tout ce qui était attendu de moi, résigné à ne jamais être capable de ressentir quelque chose de plus fort pour une femme que ce qui me lie à elle, et entièrement dévoué à ma plus ancienne amie, ma meilleure amie, et aujourd'hui, je le réalise, sûrement la meilleure épouse que l'on puisse avoir. C'était une belle mariée, toutes les photos de la cérémonie le prouvent. Et dix ans plus tard, alors que nous pourrions être las l'un de l'autre, il semblerait que l'harmonie que nous avons trouvé fasse notre force et que rien ne pourrait l’ébranler. J'enfile la montre en suivant Irene jusqu'au salon où Alice se trouve. Une fillette parfois trop enthousiaste à l'idée d'assurer ses obligations de petite Lady, croyant sûrement encore que ce titre est poétique et qu'il implique la vie d'une princesse. Elle n’a pas conscience qu'elle vit là ses années les plus simples, les plus libres. “Ne sois pas trop pressée, quand même.” “Je finirai par avoir l'âge, papa, tu ne peux pas m'empêcher de grandir.” “Bien sûr que si.” dis-je pour plaisanter, même si j'admets avoir déjà songé qu'il serait aussi bien qu'elle reste ma petite fille pour toujours. Un baiser au sommet de son crâne, une main qui replace ses cheveux derrière son oreille pour au revoir, et je retrouve l’autre femme de la maison dans le hall avant de sauter dans la voiture.

Tandis qu'elle s’extasie sur le programme de la soirée, j’ai le regard rivé sur les rues de Londres qui défilent autour de nous à travers les vitres teintées, n’accordant qu'un vague “hmh” aux paroles de mon épouse, pourtant pas moins enthousiasmé par l'événement. Par toute l'élite qui s'y rend également, en revanche… Comme toujours, je ne trouve aucun plaisir à me prêter à pareil jeu jusqu'au moment où je suis forcé de baigner dedans -alors seulement je trouve le moyen de m’en accommoder et la présence d’Irene n’y est pas pour rien. Sa main dans la mienne est toujours une promesse tacite de support mutuel. La seule preuve, la seule présence dont j'ai besoin pour me motiver à sourire dès que ma tête sort de la voiture. Bien que le champagne peut être un bon coup de pouce également. Détaillant l’allure de ma cavalière, toujours à la pointe de l'élégance, je réalise que les occasions comme celles-ci se sont raréfiées, et bien que les bains de foule ne me manquent pas, c'est de partager autre chose que quelques heures volées le soir qui ne nous fait pas de mal. “Ce sont les vieux qui ont le temps de se voir. Vivement la retraite.” dis-je avec un petit rire avant de prendre une première gorgée. Dans la ligne des libertés sur lesquelles j'ai courbé l'échine, je me suis laissé glisser dans une spirale de pistons qui m’a porté où je suis, à la tête du journal télévisé de la BBC. Faire du bon travail n’est pas suffisant pour me persuader que je suis à ma place, mais je n'empêche pas qui que ce soit de le croire pour moi. Parlant de chemins tout tracés, je m’assure d'un rapide balayage de la salle que les architectes de ce destin ne s'y trouvent pas ; aucune trace du Lord Keynes senior, ni de ma génitrice. Soulagement. En revanche, je vois venir depuis l'autre bout de la salle l'une des curatrices du musée, visiblement prête à l'abordage, lancée dans une grande tournée de serrage de mains et d'introduction d'invités, un grand sourire déjà tout prêt comme si nous étions tous les meilleurs amis du monde. Dora Thornton, ses lunettes ovales sans monture et son petit carré à frange qui lui font gagner dix ans, ce besoin cruel de changer de marque de crème hydratante, et ces fichus colliers de grosses perles cheap à souhait. Je reprends une gorgée avant ce premier assaut. “Dora à trois heures, arrivée dans quatre, trois, deux… Bonsoir !”



there is only
so many dances
we can take
across the night





:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la poupée de jamie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Mariée à Jamie Keynes (14/02/18), incognito. La belle cérémonie sera pour plus tard.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de deux ans (13/02/16) Conservatrice au QAGOMA, dans la galerie d'art historique international depuis juin 2017.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 5150 POINTS : 555

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a deux bergers suisses : un blanc (Nunki) et un noir (Sirius) ▽ a toujours beaucoup de difficultés à faire des choix, à cause d'une famille surprotectrice ▽ antécédents de fausse-couches ▽ amatrice de vin et de champagne ▽ passionnée d'art et d'histoire (surtout la Renaissance italienne) ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ a récemment repris des cours de danse en couple ▽ très impressionnable, naïve, elle prend presque tout au 1er degré ▽ adore se promener ▽ on lit en elle comme dans un livre ouvert ▽ ne sait pas mentir
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : joamie #116 + joamie v.a.#3 + irene #2 + joassan (fb #1) + rhett + ginny #3 + joamirene (au) + eda + kelly + sophia + chad + velvet club + (non)GQ staff

joamie
our love were just to strong
that it even teared us apart



joassan
just trying to understand each other
beside all the feelings we still have for one another



RPs TERMINÉS : oula.

grelso
PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : avatar (black arrow) signature : codage(black arrow) & gifs (black arrow) & ub (loonywaltz)
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://www.30yearsstillyoung.com/t2348-joanne-prescott http://cogsworth.tumblr.com

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   Mar 14 Nov - 14:22



a little chaos
and i wonder how things would be if it happened differently

Les adieux étaient particulièrement difficiles. Joanne n'avait pas souvenir de devoir être séparé si longtemps de Neil, son mari, mais ce dernier avait des cours à assurer et il ne pouvait décemment pas accompagner son épouse comme il l'aurait voulu. Surtout qu'il s'agissait là d'un sacré tournant dans sa vie professionnelle, ce n'était pas rien. Il s'était toujours montré d'un très grand soutien, surtout que le projet de la petite conservatrice était plus que conséquent. Epaulée par le Museum of Brisbane, elle ne comptait plus les heures de recherche et de rédaction de sa thèse, qu'elle conservait précieusement dans une pochette dans laquelle elle avait également mis son ordinateur portable pour le voyage. La petite blonde restait longuement, très longuement, dans les bras de son époux. Elle prenait son visage entre ses mains et l'embrassait longuement. Il était évident qu'elle allait l'appeler à peine après avoir mis le pied sur le sol britannique. Joanne avait presque l'allure d'une femme d'affaires, perchée sur ses escarpins, sa tenue impeccable, avec la sacoche contenant paperasse et ordinateur d'une main, son sac à main dans l'autre. Elle volait un dernier baiser à son époux avant de partir et de rejoindre l'un de ses supérieurs, Sebastian, qui faisait également partie du voyage. L'on n'allait pas laisser une jeune conservatrice au futur prometteur se rendre toute seule à un tel événement. De plus, Sebastian savait bien mieux y faire avec la haute société. Durant le voyage en avion, Joanne était assez nerveuse. Elle jouait de temps en temps avec sa bague de fiançailles et son alliance qu'elle portait au même doigt, les yeux rivés sur le hublot. Le musée avait bien investi dans tout ceci, elle était bien surprise de découvrir qu'ils se retrouvaient en classe business. Elle ne pouvait s'empêcher d'allumer son ordinateur, de visionner une énième fois le diaporama qu'elle avait très minutieusement préparé pour la conférence, sa thèse non loin de là. Elle y avait écrit quelques notes, entourés quelques phrases ou quelques mots qu'elle se devait de ne pas oublier durant sa présentation. Sebastian ne cessait de lui dire qu'il n'y avait pas de raison qu'elle doute de son travail, lui-même ayant méticuleusement sa thèse. Il supposait que c'était simplement à cause du stress, que la date approchait à grand pas.

Il avait été judicieux d'arriver deux jours avant. Il fallait dans un premier temps se remettre du jet lag, ce qui était certainement le plus compliqué. On leur avait laissé une journée pour se remettre du voyage. Puis le lendemain, le British Museum s'était chargé du reste. On leur avait fait visité le musée puis montré l'immense salle dans laquelle la présentation aura lieu, on réglait les derniers paramètres à réajuster, on s'assurait que tout fonctionne afin qu'il n'y ait pas le moindre risque de faux pas durant la soirée qui s'annonçait déjà prestigieuse. Joanne était bouche bée, déjà émerveillée de base d'avoir l'opportunité de visiter le British Museum. Elle ne s'attendait certainement pas à ce que leur accueil soit autant organisé. Après une journée bien chargée, il était temps de se préparer. La jeune femme s'était habillée d'une robe bleue, la couleur qu'elle préférait. Elle s'était faite sacrément plaisir, se disait-elle, en se rappelant le prix de cette tenue mettant en valeur ses quelques formes. Elle était déjà prête depuis quelques temps lorsque Sebastian était venu toqué à la porte de sa chambre d'hôtel, signalant qu'un voiturier les attendait à l'entrée. Il n'y avait pas encore grand monde qui était présent, ce qui leur permettait de régler encore les derniers détails lorsqu'ils furent accueillis par le directeur de musée. La légère nervosité de Joanne était palpable. "Ce n'est pas une goutte de champagne qui va t'empêcher de parler normalement pendant ta présentation." avait dit Sebastian avec un rire en tendant une coupe de champagne qu'il avait récupéré pour elle et qu'elle avait initialement refusé. Mais Joanne finit par la prendre et en but une fine gorgée. Ils avaient déjà fait la connaissance de Dora la veille, et son excentricité leur avait rappelé l'une des restauratrices avec qui le Musée de Brisbane travailler régulièrement et qui les avait doucement fait rire. Elle ne traînait pas lorsqu'il s'agissait de faire les présentations à l'un l'autre, histoire d'inclure un peu plus le duo australien parmi les autres convives. Plusieurs nationalités étaient représentées ici, mais ils avaient eu l'impression qu'ils étaient ceux qui venaient du pays le plus lointain d'ici. Il y avait quelques personnes que Sebastian connaissait, il en profitait pour leur présenter Joanne. Et lorsque ces personnes apprirent que c'était ce petit bout de femme qui allait tenir faire une présentation durant la conférence plus tard que l'on s'évertuait à la présenter à d'autres, et ainsi de suite, comme un effet domino. Joanne se sentait plutôt à l'aise, bien qu'elle était impressionnée par le nombre d'aristocrates présents. La blonde avait noté que Dora avait commencé la discussion avec un couple un peu plus loin. Alors qu'elle faisait connaissance avec un autre Lord, la curatrice interpella Joanne et Sebastian, déterminée à continuer de faire les présentations. Les deux australiens s'approchèrent alors du couple. "Voici Sebastian Anderson, directeur-adjoint du Museum of Brisbane et l'une de leurs conservatrice, Joanne Prescott." La petite blonde sourit en coin lorsqu'elle remarquait qu'on l'avait oublié d'associer le nom de famille de son mari en plus du sien, mais elle ne fit pas de commentaire à ce sujet. Neil avait tenu à ce qu'elle garde son nom de jeune fille, mais jusqu'ici, elle s'était toujours présentée avec le nom de son époux. Ce ne sera pas pour cette fois. "Mrs. Prescott fera une présentation durant la conférence, qui devrait très certainement vous intéresser. Sa thèse a de quoi remettre beaucoup de choses en question." expliqua Dora avec un large sourire satisfait. "Et voici Lord Jamie Keynes et son épouse, Lady Irene Keynes." Estimant qu'elle n'avait pas à en dire plus, la curatrice s'éloigna rapidement pour continuer la tâche qu'elle s'était imposée depuis le début de la soirée. Sebastian tendit une main chaleureuse au dénommé Jamie pour enfin officialiser les salutations et les présentations, avec un sourire plus que sincère. Plus discrète, Joanne en commençant par saluer la brune avec sympathie. "Enchantée. Je suis ravie de faire votre connaissance." dit-elle de sa voix douce avec un sourire. Elle n'avait levé les yeux vers Jamie que lorsqu'elle avait commencé à lui serrer la main – qui était incroyablement plus chaude que la sienne. Ce n'était un secret pour personne qu'elle avait les mains particulièrement froides, qu'importent les températures extérieure, mais la différence lui semblait plus flagrante à ce moment là.
made by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
avatar
la lady passionnée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/09/1982)
SURNOM : Lady Irene, Iri
STATUT : Fiancée à Victor, malgré les tensions naissantes depuis que le mariage a été repoussé. Toujours indécise concernant ses sentiments pour Jon.
MÉTIER : Directrice commerciale de la maison de vins Delaney, et gestionnaire du domaine.
LOGEMENT : Une belle villa du côté de Bayside, n°50.

POSTS : 1130 POINTS : 605

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : aristocrate anglaise, comtesse de Gresham ✢ diplômée de Cambridge en Histoire de l'Art et en Littérature Anglaise (2005) ✢ parle couramment français et italien ✢ musicienne et chanteuse de talent, bien qu'elle n'aime pas se produire en public ✢ marraine du petit Daniel Keynes ✢ investie dans des associations pour la culture, l'éducation, la santé et les actions humanitaires.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [8/4] jameson (fb 2007)joanne (2)jamie (4)jackjoamirene (alt 2017)leenajon (4) ✢ robin ∆ clos.


JORENE ∆ i took the stars from my eyes, and then i made a map and knew that somehow i could find my way back. then i heard your heart beating, you were in the darkness too, so I stayed in the darkness with you


VIRENE ∆ we're not the only ones, i don't regret a thing. every word I've said you know I'll always mean. it is the world to me that you are in my life, but I want to live and not just survive.


JAMIRENE ∆ the only rule we need is never giving up the only faith we have is faith in us, we're the ones who start little fires yet they burn out, but when they're on the rise they can't help but shine


JOARENE ∆ everybody stares, as she goes by 'cause they can see the flame that's in her eyes nobody knows that she's a lonely girl and it's a lonely world but she gon' let it burn, baby...


IRESON ∆ shine bright like a diamond find light in the beautiful sea i choose to be happy, you and i, you and i, we’re like diamonds in the sky

RPs TERMINÉS : jamielisandrejonjon (2)jamie (2)joannejamie (3)victorjon (3)
PSEUDO : mou (manon)
AVATAR : michelle dockery
CRÉDITS : © abisror (avatar) © astra (signature) © vinyles idyles (icon signa)
DC :
INSCRIT LE : 11/05/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9120-irene-knockin-on-heaven-s-door http://www.30yearsstillyoung.com/t9166-irene-and-the-crashes-are-heaven-for-a-sinner-like-me http://www.30yearsstillyoung.com/t10337-irene-delaney

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   Lun 11 Déc - 23:58



L'ensemble de la scène est un modèle de perfection. Un cadre somptueux, riche d'Art et d'Histoire, pour servir de décor. Des couples célèbres, des couples fortunés, les dignes descendants de la classe dirigeante de l'Angleterre tous parés de vêtements luxueux et de sourires étincelants en guise d'acteurs. Et puis finalement, la Conférence, the place to be ce soir à Londres, pour servir de contexte. Si tout le monde joue bien son rôle la représentation sera éblouissante et les flashs des appareils photos pourront capturer l'essence de la perfection de ces gens beaux et célèbres, pour vendre les photos le lendemain dans des magasines pour des prix à plusieurs zéros. Et l'on s'émerveillera encore de cette aristocratie britannique qui ne s'écroule pas et qui survit encore à l'Empire en s'adaptant et en sachant rester loin des scandales. Tout le monde aura l'air heureux.

Sont-ils heureux ? Irene sourit presque par automatisme, c'est un geste qu'elle maîtrise depuis longtemps, sourire en public même lorsque personne ne regarde car on n'est jamais vraiment à l'abri d'un oeil indiscret, un oeil qui pourrait juger que ne pas sourire est un signe de mécontentement ou pire, d'ennui, et on ne voudrait pas d'une Lady qui s'ennuie. Elle ne se pose pas la question, sa vie avec Jamie dépasse largement ses attentes. Elle a trouvé sa vocation, son métier est exactement ce qu'il lui fallait. Alice est le nouveau centre de son monde. Il n'y a pas de place pour une réalité alternative, pour se demander si aujourd'hui sa fille pourrait avoir de flamboyant yeux bleus et un peu de coeur de Dragon en elle, ou pour se demander si elle pourrait être en train de vivre en Australie, ou de simplement errer quelque part encore à la recherche d'un but. Elle a tout ce dont elle a besoin, le rêve est un embarras bien inutile dans son quotidien.

Le sourire rassurant de Jamie la ramena sur Terre juste à temps pour se préparer à accueillir l'une des curatrices qui s'avance vers eux avec le sourire d'un enfant au matin de Noël. Dora Thornton... accompagnée, visiblement, d'une jeune femme blonde aux airs délicats de poupée, et d'un autre homme un peu plus grand qu'elle s'empressa de leur présenter. Irene nota les noms dans un coin de sa tête. Joanne Prescott et Sebastian Anderson, donc, ouvrent les mondanités et les salutations.  « Bonsoir Dora, ça fait longtemps, fit d'abord remarquer Irene avec un sourire. Puis, Dora n'ayant utilisé aucun titre pour les présenter, la Lady devina qu'il s'agissait de conférenciers invités. « Mrs Prescott, Mr Anderson, enchantée. » Irene salua les intervenants qui venaient de leur être assignés, puisque visiblement Dora trouvait suffisant cet échange de politesse et était déjà repartie faire Dieu sait quoi. Jetant un coup d'oeil à son mari, la brune remarqua que Jamie se tenait soudainement plus alerte, et elle s'en réjouit. Peut-être pourrait-il se relaxer un peu s'il trouvait un sujet intéressant auquel s'accrocher jusqu'au début de la Conférence. « Sur quel sujet porte votre thèse, Mrs Prescott ? Dora semble très enthousiaste à ce sujet, j'espère qu'elle ne vous a pas trop mis sous pression. En tous cas, je suis sûre que ce sera passionnant. C'est un plaisir de vous recevoir ici... Est-ce votre première visite à Londres ? Cela doit vous changer du climat australien. »

C'aurait été mentir que de prétendre que son coeur n'avait pas fait un soubresaut lorsque Dora avait mentionné Brisbane, ouvrant à nouveau et par inadvertance la boîte de Pandore qui contenait tous ses secrets. Elle se demanda brièvement si Jamie en serait conscient - il savait bien ce qui lui était arrivée en Australie et les conditions de son départ, et il savait également qu'il lui était douloureux d'évoquer cette période. C'était plutôt une chose aisée que de changer de sujet et de faire comme si rien n'était. Simplement des touristes de plus. Elle allait donc prendre la parole une fois de plus, pour questionner le dénommé Sebastian, quand la discrète sonnerie de son téléphone se fit entendre. Fronçant les sourcils, elle sortir l'appareil de son sac pour découvrir le nom de Catharine sur l'écran. « Oh, veuillez m'excuser un instant. » Prenant un peu de recul, cherchant à s'isoler de la foule et des cercles en pleine conversation, Irene trouva un endroit où enfin décrocher. Presque adossée contre un pilier, elle voyait en plus Jamie et les deux australiens continuer leur conversation.

« Allô, Cat ? » « Irene ? J'espère que je ne te dérange pas, je voulais juste t'appeler pour te dire que je viens d'arriver chez toi. Alice vous fait un bisou. » « Oh, parfait. Merci beaucoup de t'être dérangée ce soir. Je ne sais pas quand est-ce que nous rentrerons, ça n'a même pas commencé. » « Ce n'est pas un souci. Est-ce que ça a l'air bien ? » Rapidement, Irene raconta à sa nièce le détail du programme et raccrocha, soulagée de savoir qu'Alice était entre de bonnes mains. Sourire aux lèvres, elle revint prendre sa place auprès de Jamie, et posa une main sur son avant-bras, remarquant à peine que Sebastian avait dû s'absenter lui aussi un instant. « Voilà, désolée... C'était Cat, elle vient d'arriver, et Al est devant un dessin animé. » Elle sourit à nouveau avec sympathie à Joanne, dont elle admirait déjà le courage : ça ne devait pas être une chose évidente pour elle que de présenter une conférence dans une ville inconnue, devant un parterre d'invités prestigieux.



sur un signe seulement de toi je vole en éclats avant toi j'ignorais tout ça et tu n'en savais pas plus que moi







Revenir en haut Aller en bas
avatar
le sextoy de joanne
le sextoy de joanne
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (05/06/81)
SURNOM : Jay
STATUT : Marié à Joanne, en toute discrétion (14/02/18). Papa de leur petit bonhomme, Daniel, âgé de 2 ans (13/02/16).
MÉTIER : Rédacteur en chef @GQ Australia (juillet 2017). Philanthrope, président de la fondation Oliver Keynes pour jeunes en détresse. Ambassadeur WWF et SANE. Occupé, très occupé.
LOGEMENT : #98 Bayside (prev. #42 Logan City jusqu'à fin 2016)

POSTS : 16247 POINTS : 580

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Anglais, né à Londres. Fils de Lord, et l'est lui-même. ≈ A recueilli deux chiens abandonnés: Ben, un golden retriever, et Milo, un teckel. ≈ Végétarien. ≈ N'aime pas le surplus de technologie ≈ Grand passionné d'art. Il est peintre et mécène. ≈ Sanguin, ses poings dépassent parfois sa pensée ≈ Sait cuisiner et adore ça. ≈ Diagnostiqué borderline il y a un an, sous traitement à la demande du juge suite à sa condamnation pour violences domestiques (nov.2016) ≈ S'est fait tatouer la date de naissance de son fils sur l'omoplate gauche.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Joamie #116 - GQ Noël - Ginny - Marianna - [4/5]

Réalités parallèles : Joamie (v.a) #3 - Zamissan - Joamirene (what if)


JOAMIE ► Who says truth is beauty after all? And who says love should break us when we fall? But if we're strong enough to let it in, we're strong enough to let it go.
RPs EN ATTENTE : Jonathan - Beauregard/Keynes - Marianna - Nina
RPs TERMINÉS : a lot.


PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : luke evans
CRÉDITS : loonywaltz
DC : lou aberline & benjamin brody & kelly ward
INSCRIT LE : 27/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1188-jamie-elle-m-a-fait-la-bise-langoureusement http://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t1525-jamie-keynes http://www.30yearsstillyoung.com/t2243-jamie-keynes

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   Mar 9 Jan - 20:54


Il y a cette jeune femme avec Dora. Cette toute petite femme, blonde, dont le bleu des yeux pouvait se deviner depuis l'autre bout de la salle de réception. Et il y a quelque chose, une chose indescriptible ; comme une aura qui l'entoure et qui la rend remarquable. Il est tout simplement impossible de ne pas la remarquer. Mon regard reste rivé sur elle, mon esprit plongé dans des pensées qui rendent les banalités lointaines. Je cherche, je me demande quel est ce quelque chose. Elle est discrète pourtant. Mais elle éclipse Dora, son supérieur, et bientôt Irene. Mrs Prescott. Si elle est l'une des intervenantes de la conférence, alors ma pleine attention est toute acquise. Je serre toutes les mains tendues machinalement, souffle un “enchanté” bien moins franc que celui de mon épouse. Elle est l'experte du small talk et des lancements de conversation. Elle se montre d'ailleurs particulièrement enthousiaste au sujet de l'intervention de Joanne. Non, à l'entendre, il y a autre chose. Là est l'avantage de se connaître si bien, se tout partager depuis le berceau ; pour saisir ce qu'il y a entre dans les lignes, dans chaque regard, dans le ton de sa voix, même malgré elle, même lorsqu'elle fait de son mieux pour le dissimuler. L'Australie, je réalise après coup. Brisbane en particulier. L'air de rien, ou simplement d'un mari attentionné, je passe un bras autour de sa taille. Cela remonte à si longtemps maintenant. Néanmoins je n'oublie pas que son coeur brisé et toutes les larmes qui ont coulé à son retour sont en grande partie les arguments qui m'ont fait adhérer à ce mariage, qui m'ont persuadé d'être volontaire pour endosser le rôle de celui qui prendrait soin d'elle et lui proposerait une vie à laquelle elle pourrait adhérer ; pour lui rendre un peu du bonheur arraché là-bas. Parce que personne d'autre n'y serait parvenu. Sauvée par la sonnerie de son téléphone, Irene s'éloigne. Sûrement Cat. “Irene a déjà été en Australie. Moi non, mais le pays m’a l’air superbe.” dis-je afin de reprendre le flambeau de la conversation. J'imagine que l'occasion de m'y rendre se présentera un jour, sûrement sans la belle brune, mais cela ne me manquerait pas plus que ça de ne pas en avoir la chance. Être deux bourreaux de travail, être une famille, cela oblige des concessions en matière de projets de ce genre. Du mieux que je le peux, je tente de m'arracher de temps en temps aux prunelles claires de Mrs Prescott et d'adresser un regard à son supérieur qui l'accompagne, mais cela n’est pas couronné d'un franc succès. “J’ai hâte de savoir à quel point une jeune femme si adorable compte bouleverser le monde, Mrs Prescott.” j’ajoute avec un sourire. “En tout cas vous avez bien du courage de vous frotter à une audience pareille.” Ce que l'on peut appeler le gratin de Londres, la crème de la crème parmi ceux que ce genre d'événements intéresse, se trouvera dans la salle. Et elle, avec toute sa candeur et du haut de son mètre soixante, devra supporter le poids de toute cette attention. Impressionnant pour une roturière venue de l'autre bout du monde. “Mais ne vous mettez pas trop de pression, je reprends avec un sourire rassurant, continuant de parfaitement ignorer l'homme qui l'accompagne et dont le nom ne m’a définitivement pas marqué. Dites-vous que vous êtes simplement entourée de passionnés comme vous. Nous sommes entre nous.” Irene réapparaît, assurée que notre fille est entre de bonnes mains. J'acquiesce d'un signe de tête, silencieux ; Alice est encore assez jeune pour demeurer cette partie de ma sphère privée quasiment secrète, celle dont je parle peu, brièvement, sur laquelle je n'offre pas d'aperçu, pas d'emprise de la part d'un environnement qui, nous, ne nous a pas fait de cadeaux. Je la protège autant que je peux, du mieux que je le peux, de ce qui m’a pris un frère et a brisé le coeur de sa mère. Le sujet est donc rapidement balayé et je retourne à ce qui nous réunit tous ici. “Oh, par contre, Irene est diplômée de Cambridge en histoire de l’art, c’est elle qu’il faut impressionner. En dehors de ça, pas de pression.” Mon air mutin croise le regard désapprobateur d’Irene avec un petit rire, faisant mine de ne pas comprendre pourquoi je ne devrais pas souligner ce détail tout en ayant parfaitement conscience, joueur et taquin comme souvent avec elle. “Combien de temps restez-vous à Londres ?” je demande finalement, curieux, et le regard à nouveau happé par celui de Joanne.



there is only
so many dances
we can take
across the night





:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la poupée de jamie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (11/04/1986)
SURNOM : Jo, mais peu de personnes la nomme ainsi.
STATUT : Mariée à Jamie Keynes (14/02/18), incognito. La belle cérémonie sera pour plus tard.
MÉTIER : Maman d'un petit garçon de deux ans (13/02/16) Conservatrice au QAGOMA, dans la galerie d'art historique international depuis juin 2017.
LOGEMENT : 37, toowong (maison)

POSTS : 5150 POINTS : 555

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : a deux bergers suisses : un blanc (Nunki) et un noir (Sirius) ▽ a toujours beaucoup de difficultés à faire des choix, à cause d'une famille surprotectrice ▽ antécédents de fausse-couches ▽ amatrice de vin et de champagne ▽ passionnée d'art et d'histoire (surtout la Renaissance italienne) ▽ n'aime pas parler de ses problèmes, reste très réservée par moment ▽ très émotive ▽ a récemment repris des cours de danse en couple ▽ très impressionnable, naïve, elle prend presque tout au 1er degré ▽ adore se promener ▽ on lit en elle comme dans un livre ouvert ▽ ne sait pas mentir
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : joamie #116 + joamie v.a.#3 + irene #2 + joassan (fb #1) + rhett + ginny #3 + joamirene (au) + eda + kelly + sophia + chad + velvet club + (non)GQ staff

joamie
our love were just to strong
that it even teared us apart



joassan
just trying to understand each other
beside all the feelings we still have for one another



RPs TERMINÉS : oula.

grelso
PSEUDO : black arrow
AVATAR : sarah gadon
CRÉDITS : avatar (black arrow) signature : codage(black arrow) & gifs (black arrow) & ub (loonywaltz)
DC : //
INSCRIT LE : 09/02/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t699-joanne-you-could-fly-higher-than-the-sky http://www.30yearsstillyoung.com/t10316-joanne-you-could-be-brighter-than-the-stars http://www.30yearsstillyoung.com/t1562-joanne-prescott http://www.30yearsstillyoung.com/t2348-joanne-prescott http://cogsworth.tumblr.com

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   Mar 9 Jan - 23:50


a little chaos
and i wonder how things would be if it happened differently

La mission était de convaincre. La petite blonde, bien qu'elle ne payait pas de mine, ne manquait pas de prestance et ni d'arguments sur ce qu'elle comptait bien prouver. Cette soirée pouvait être un véritable trampoline pour sa carrière, bien au-delà de ce qu'elle pourrait peut-être espérer. Alors plaire à la crème aristocratique britannique passionnée d'art et d'Histoire faisait partie des tâches à accomplir, la jeune femme en avait parfaitement conscience. Elle commençait son devoir en étant alors présentée à un couple qui semblait parfaitement assorti. Des belles personnes qui formaient un beau couple. C'était impressionnant, mais il suffisait d'aborder des sujets qui passionnaient la jeune femme et elle gagnait en aisance. Ses sourires deviendraient de plus en plus larges, de plus en plus sincères. Ses yeux pétilleraient de plus belle lorsqu'elle se plongerait dans les détails qui l'émerveilleraient. Bien qu'elle n'en avait pas toujours conscience, Joanne avait une présence. Elle faisait bonne impression et ses supérieurs le savaient parfaitement et l'exploitaient à la moindre occasion. Une fois les présentations faites, la belle brune ne tardait pas à bombarder ce petit bout de femmes de questions. Immédiatement, son regard se mit à pétiller. Elle était déjà bien heureuse d'aiguiser leur curiosité. "Pour vous donner une mise en bouche sans pour autant trop en révéler..." Joanne leva légèrement les yeux au ciel, toute malicieuse, pendant les quelques secondes où elle cherchait à bien formuler sa phrase. "Disons que je vais vous prouver l'existence d'une personne qui était à deux doigts de bouleverser l'Histoire telle que nous la connaissons, et qui a été méticuleusement effacé de celle-ci." dit-elle avec un large sourire. "Mais pas assez pour laisser derrière eux quelques indices qu'ils n'ont pas pensé à effacer, ou pas assez bien." Ses recherches avaient été un peu comme une enquête. Une aventure palpitante dans laquelle elle s'était plongée avec plaisir et le moindre indice lui semblait important et capital. Elle avait remarqué que Jamie avait mis une main sur la taille d'Irene, Joanne supposait qu'il devait être quelqu'un de très attentionné, qu'il tenait à son épouse. "Je mentirai si je disais que je n'avais pas la pression, mais je suis convaincue par mes recherches." dit-elle avec un rire nerveux. Ce petit bout de femme était dotée d'un sacré argumentaire pour convaincre les plus sceptiques. "Et c'est mon premier voyage à Londres, oui." Sebastian la laissait parler, lui sirotait tranquillement son champagne sans trop se faire de soucis sur ce que son employée pouvait dire. "Le plus déroutant doit être le fait que les saisons soient inversées. Mais je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter Londres comme il se doit." Avoir visité le British Museum avait déjà été une belle première expérience. La jeune femme était capable de passer des heures entières dans des musées et espérait avoir le temps d'en visiter d'autres. Joanne croisait régulièrement le regard du dénommé Jamie. Il avait du charme, beaucoup de charme. Ils étaient chacun happés par leur regard respectif, occultant toute autre présence au milieu de cette fourmilière aristocratique. Irene finit par s'absenter, prise par un appel qui devait certainement être important. "J'espère que vous aurez un jour l'occasion de visiter." lui répondit-elle, lorsqu'il abordait le sujet de l'Australie. Lorsqu'il s'arrachait de son regard, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de l'observer. Son costume sur mesure, impeccable, la montre qu'il avait au poignet, la ligne de sa mâchoire. Joanne se surprenait à aimer chacun de ses détails, elle qui, d'habitude, n'avait aucun intérêt à regarder de plus près d'autres hommes que son mari. Mais le Lord était différent. La petite blonde ignorait pourquoi, mais il était différent. Et surprenant également, lorsqu'il partageait un réel enthousiasme à l'idée d'entendre ce que Joanne avait à présenter, cherchant même à la détendre un peu. Alors que d'autres auraient pris un malin plaisir à lui rappeler où elle était, avec qui elle était, et tout ce qui était en jeu. Lui préférait glisser des compliments discrets. "Eh bien, j'ai vraiment hâte que vous le découvriez." lui répondit-elle par rapport à l'enthousiasme qu'il partageait à l'idée de découvrir ce que Joanne avait à découvrir. Elle avait toujours ce sourire qui étirait ses lèvres roses. "Du courage, je ne sais pas, mais l'envie y est. Et je pense que c'est le premier public à convaincre et il faut bien se lancer un jour, et c'est ce soir." Si Joanne voulait aller au bout de ce projet gargantuesque, cette étape était cruciale. Elle devait et allait le faire. Reconnaissante pour sa bienveillance, la petite blonde lui sourit adorable, touchée de constater qu'il n'y avait pas que des monstres assoiffés de pouvoir dans la classe sociale dans laquelle le Lord appartenait. Joanne ignorait si ce entre nous signifiait juste lui et elle, ou bien cette sphère intime formé de grands passionnés d'art et d'hisoire. Mais cette idée lui semblait bien moins impressionnante qu'être face à une audience prête à la tester et à la juger pour ses recherches. Irene réapparut avant qu'ils ne puissent faire de plus ample connaissance, mentionnant un prénom que Joanne supposait appartenir à leur enfant. La petite blonde, elle, n'en avait pas, ayant bien des difficultés à tomber enceinte, à son grand malheur. Mais elle ne perdait pas un seul instant son sourire face à cette courte pensée. Elle rit à la remarque de Jamie avant de reprendre. "A vrai dire, c'est plutôt gratifiant d'avoir d'autres personnes qui se passionnent des mêmes choses, avec un diplôme en poche, prêts à écouter une petite conservatrice venue de peut-être un petit peu trop loin." Joanne avait un ton légèrement amusé. Même en présence de son épouse, les yeux du brun restait happé par les iris bien bleus de Joanne. La magie opérait dans les deux sens, pour une raison qu'elle ne s'expliquait tout simplement pas. Elle appréciait sa présence, sa prestance, elle ne lui voyait aucun défaut alors qu'elle ne le connaissait qu'à peine. Il n'y avait eu qu'un échange de quelques minutes et cela était vraisemblablement suffisant pour que Joanne veuille en savoir plus sur lui. Il la perturbait. Entre temps, Sebastian s'excusa et s'éloigna du petit groupe pour aller saluer les illustres personnes d'un autre. "Un peu plus d'une semaine." répondit-elle à Jamie. "Mon supérieur veut profiter du voyage pour cumuler quelques rencontres professionnelles. J'aurai certainement quelques rencontres également suite à la conférence que je donnerai, mais je compte aussi bien en profiter pour faire aussi un peu de tourisme." Ce n'était pas tous les jours que Joanne avait l'opportunité d'aller à l'autre bout de la planète, surtout dans une ville aussi connue que Londres. "Vous vivez à Londres même ?" leur demanda-t-elle, lançant un regard sympathique à Irene avant de revenir sur Jamie. Elle n'avait aucune idée dans quel genre d'endroit un Lord et une Lady pouvait vivre. La seule référence qu'elle avait était Downton Abbey et elle n'était pas certaine que leur vie soit similaire à celle d'un couple aussi prestigieux qu'eux ayant vécu un siècle auparavant. Joanne n'avait jamais côtoyé l'aristocratie jusque là, c'était un univers qu'elle découvrait en même temps que Londres. Sebastian vint couper court à la conversation. "Il va falloir y aller, c'est bientôt à toi." dit-il en posant une main amicale sur son dos. Le coeur de Joanne ne fit qu'un bond. Voilà qu'elle réalisait que tout allait se jouer maintenant. Une petite dose de stress nécessaire, mais qui lui avait fait finir ce qui lui restait de champagne d'une traite. Fort heureusement, il n'en restait vraiment plus beaucoup dans sa flûte. "J'en avais besoin." leur dit-elle avec un rire léger, en indiquant la flûte vide qu'elle déposait sur une table. "Mais je n'oublierai pas vos précieux conseils, Lord Keynes." La jeune femme prit une profonde inspiration, histoire de prendre son courage à deux mains. "Et je vous dis peut-être à tout à l'heure, peut-être aurions-nous l'occasion de se croiser après la conférence. Je l'espère." dit-elle en toute sincérité, en les regardant tous les deux et leur adressant un dernier signe de tête avant de tourner les talons, bien déterminée à révéler à tout ce beau monde l'existence et l'importance de Celso Borgia.
made by black arrow


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: a little chaos ▲ (joamirene)   


Revenir en haut Aller en bas
 

a little chaos ▲ (joamirene)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-