AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 new town, new life, new you | rosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]

POSTS : 689 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #4 + lisbeth + rosa + nikki + nina
RPs EN ATTENTE : heller + zelda
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature)
DC : flavia, l'esclave
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

MessageSujet: new town, new life, new you | rosa   Mer 8 Nov - 5:08



new town, new life, new you
She lives in a fairy tale, somewhere too far for us to find. She's forgotten the taste and smell of a world that she's left behind. It's all about the exposure, the lens, I told her. The angles were all wrong. Now, she's ripping wings off of butterflies. Keep your feet on the ground when your head's in the clouds ► Brick By Boring Brick, Paramore

Miaou! Le miaulement strident transperce les oreilles de Sid. Pour l'ignorer, il s'enfouit un peu plus profondément sous les couvertures. Il n'a pas du tout envie de quitter le cocon moelleux qu'il s'est creusé dans le matelas. Malheureusement, Mouse n'a rien à faire du confort de son maître. Il continue à miauler, imitant avec talent la sirène la plus agaçante de la planète. « Humph. » Vaincu, le jeune homme sort la tête des draps et se retrouve nez à nez avec le chat, qui s'est assis tout près de son oreiller, sans doute pour mieux se faire entendre. Encore mal réveillé, Sid glisse un bras maladroit hors des couvertures pour gratouiller la tête de son animal de compagnie. Dès que les doigts de son maître se posent sur sa fourrure noire, le matou se met à ronronner, visiblement heureux d'avoir obtenu l'attention qu'il voulait. « Heureusement que t'es mignon, parce que t'es aussi plutôt chiant par moment. » Les yeux mi-clos, il continue à caresser la petite bête en écoutant son ronronnement affectueux. « En plus, je suis sûr que tu m'as encore réveillé à l'heure des poules. » Peu intéressé par les paroles de Sid, le chat roule sur le côté et offre son ventre à la main qui continue de lui gratouiller l'échine.

Le tatoueur obtempère et, ce faisant, il se redresse en bâillant pour jeter un coup d'œil au réveil qui trône sur sa table de nuit, s'attendant certainement à y voir une heure dégueulasse. Le cadran, cependant, n'affiche pas six heures, mais bien dix heures. « Merde! Pourquoi tu m'as laissé dormir toi? » Bien éveillé tout à coup, Sid saute du lit, laissant derrière lui un Mouse à l'air indigné. Il enfile le premier jean qui lui tombe sur la main, puis attrape à tâtons un t-shirt sur la pile de vêtements propres qu'il n'a jamais le temps – ou plutôt, le courage – de plier. Il prend à peine le temps de se faire une tartine et de trouver son téléphone portable avant de sortir en trombe de son appart. Heureusement, qu’il n'avait aucun rendez-vous de prévu aujourd'hui. S’il avait fait attendre clients pour rien, la réputation du salon aurait sûrement souffert au moins un peu. En revanche, ça ne change rien au fait qu’il aurait dû ouvrir le salon il y a déjà deux bonnes heures, d’autant plus que c’est la journée de congé de Lisbeth, ce qui signifie qu’il n’y avait vraiment personne pour tenir boutique. En espérant que personne ne se soit présenté au salon pour se faire tatouer à l'improviste, il saute dans sa voiture et prend le chemin de Wild Ink.

Lorsqu'il arrive, une vingtaine de minutes plus tard, personne ne l'attend et il laisse échapper un soupir de soulagement en déverrouillant le commerce. Il imaginait presque une foule impatiente qui se pressait à la porte ou encore quelques-uns de ses clients réguliers, vexés d'être obligés de camper sur le trottoir en attendant de le voir. Comme ce n’est visiblement pas le cas, il se détend en entrant dans le salon. « Ça t’apprendra aussi à utiliser ton chat comme réveille-matin, » marmonne-t-il en hochant la tête. Puisque rien ne presse dans l’immédiat, le tatoueur décide qu’il doit d’abord boire un café. Il n’a évidemment pas pris le temps de s’en faire un avant de quitter en catastrophe son appartement et il sent le manque de caféine qui commence à se faire sentir dans son système, aussi désagréable qu’un début de migraine. Il se rend donc dans la petite cuisinette au fond du salon, où il prépare en chantonnant les ingrédients du précieux liquide. Il vient d’appuyer sur le bouton de la cafetière lorsque la clochette qui annonce l’arrivée d’un client retentit dans l’avant-boutique. Il sort aussitôt de la cuisinette et s’approche de la jeune femme qui vient d’entrer. Il lui sourit et la salue d’un signe de tête. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi? »



I wish I knew when we lost it
et si je vous disais que même au milieu d'une foule, chacun, par sa solitude, a le cœur qui s'écroule et que même inondé par les regards de ceux qui nous aiment, on ne récolte pas toujours les rêves que l'on sème
• tel un seul homme, pierre lapointe

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28
SURNOM : Rosie
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin légiste
LOGEMENT : #43 Redcliffe, dans un appartement au balcon bientôt fleurit

POSTS : 59 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Rosie connaissait mieux le mode d'emploi de son synthétiseur que les conventions sociales
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
AVATAR : Laura Berlin
DC : Pas d'autres comptes.
INSCRIT LE : 25/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16974-rosa-eberhardt-j-ai-encore-une-valise-a-berlin?highlight=Rosa+Eberhardt http://www.30yearsstillyoung.com/t17204-rosa-eberhardt-j-ai-encore-une-valise-a-berlin#665420

MessageSujet: Re: new town, new life, new you | rosa   Jeu 16 Nov - 10:47






New tow, New life, New you
Une histoire d'aiguilles




Faire de nouvelles choses, savoir agir sur un coup de tête, Rosie ne l'avait jamais fait.
Sage, solitaire et studieuse dès l'enfance, la berlinoise n'avait jamais changé de ligne de conduite, et pourtant, elle aurait put !
Son père, artiste, lui permettait tout et s’était évertué à lui donner une éducation bohème : son enfance fut donc faite de musés, de films, de partitions ; d’épanouissement culturel permissif en somme.
Là ou beaucoup d'autres enfants auraient saisi cette liberté a bras le corps en usant et en abusant, Rosie, elle, n'en avait rien fait, préférant la liberté de son monde intérieur a celle de la vraie vie.
Adolescente, elle préféra faire des études scientifiques, gardant, dans son esprit, la déesses des arts au fond d'une veille boite en fer - qu'elle ouvrait seule dans sa chambre le soir - comme une amante.

Enfin, tout cela était avant de tout lâcher pour venir s'installer en Australie. Rosie en avait marre de cette sagesse à l'odeur douce bien trop familière, elle avait envie d'épices.

Et quoi de mieux pour sceller le pacte d'un soi nouveau qu'un tatouage ?
Eternel, ou du moins, jusqu'à ce que sa peau se décompose, ce serait la fin de la Rosa aussi sage que sa peau était blanche, et la naissance d'une nouvelle Rosie au derme tacheté d'encre.

Voilà donc comment elle avait attéri, sur un coup de tête, dans cette boutique de tatouage de Brunswick Street Mall, l'affiche de film Deux mains la nuit imprimée sur une feuille A4 pliée en deux dans son sac.
Elle avait lut et vu  des histoires horribles de tatouages raté, sur-infecté, et avant même que le tatoueur put s'approcher d'elle, elle avait la ferme intention de s'assurer de la propreté de chaque centimètre carré de l'échoppe. Non, non Rosie, il connait son job, pas la peine de psychoter, suis ton instinct.
Suivre son instinct plus facile a dire qu'a faire.
En franchissant la porte, elle n'aperçu d'abord personne. L'endroit avait l'air vraiment propre, et des photos et dessins de tatouages ornaient les murs. Rapidement, un grand gaillard entièrement vêtu de noir et aux traits fins surgit d'une petite pièce. L'air encore endormi, il saluât Rosie d'un signe de tête en souriant. « Qu'est ce que je peux faire pour toi ? »
« Bonjour, je sais pas trop comment ça ce passe, mais, j'aimerai me faire tatouer ça » ,dit elle en posant la feuille froissée sur le comptoir.
« Enfin, pas exactement, mais, quelque chose inspiré de ça. Vous...euh, tu pourrais me renseigner ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]

POSTS : 689 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #4 + lisbeth + rosa + nikki + nina
RPs EN ATTENTE : heller + zelda
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature)
DC : flavia, l'esclave
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

MessageSujet: Re: new town, new life, new you | rosa   Sam 18 Nov - 6:01




new town, new life, new you
She lives in a fairy tale, somewhere too far for us to find. She's forgotten the taste and smell of a world that she's left behind. It's all about the exposure, the lens, I told her. The angles were all wrong. Now, she's ripping wings off of butterflies. Keep your feet on the ground when your head's in the clouds ► Brick By Boring Brick, Paramore

La jeune femme n’a encore rien dit, mais Sid est déjà convaincu que c’est la première fois qu’elle entre dans un salon de tatouage. Il sait lire les gens et quelque chose dans sa posture – peut-être la façon dont elle observait les dessins collés sur les murs en triturant la feuille de papier qu’elle a apportée avec elle – lui a tout de suite fait croire qu’elle n’est encore jamais passée sous les aiguilles d’un tatoueur. Sa théorie se confirme lorsqu’elle prend la parole. « Bonjour, je sais pas trop comment ça ce passe, mais, j'aimerai me faire tatouer ça. » Elle lui tend sa feuille, qu’elle a dépliée et posée sur le comptoir. Sid la fait glisser vers lui pour pouvoir y jeter un coup d’œil. C’est une affiche de film, un assez vieux film d’ailleurs, à en juger par le style. C’est un choix intéressant, beaucoup plus personnels que bon nombre des « premiers tatouages » qu’il a vus dans sa carrière. Il n’en faut pas plus pour piquer la curiosité du jeune homme. « Enfin, pas exactement, mais, quelque chose inspiré de ça. Vous...euh, tu pourrais me renseigner ? » Il relève les yeux vers sa cliente potentielle en hochant la tête. « Oui, bien sûr. » Il tend poliment la main à la rousse. « Je m’appelle Sid. Je suis le proprio du salon. » En temps normal, lorsqu’il crée un tatouage personnalisé, il fait d’abord une première consultation, puis il fixe un rendez-vous ultérieur pour avoir le temps de dessiner quelque chose. Cependant, comme il n’a aucun client en ce moment et que le projet l’intéresse, il décide de faire une entorse à son protocole.

« Viens t’asseoir. » Il invite d’un geste de la main la jeune femme à s’installer dans l’un des fauteuils confortables qui servent à la fois de salle d’attente et de coin salon pour les consultations. Feuille de papier en main, il la suit, mais fait un détour par son bureau pour prendre un carnet et des crayons. Il choisit le fauteuil immédiatement à la gauche de sa cliente, pour qu’elle puisse voir ce qu’il dessine, et pose la feuille sur la table basse recouverte de magazines. « C’est ton premier tatouage, c’est ça? » Il est certain que oui, mais il n’y a pas de mal à demander, ne serait-ce que pour mettre la jeune femme à l’aise. D’habitude, Sid aime bien demander à ses clients s’ils ont des éléments – vagues ou précis – en tête, mais dans ce cas-ci, il sait déjà que Rosa n’a qu’une idée très approximative de ce qu’elle veut. « On va commencer par parler un peu de ce que tu as imaginé et je vais dessiner quelques croquis. Ça devrait t’aider à visualiser ce à quoi ça pourrait ressembler. Ça te va? » Elle a l’air d’accord, aussi le tatoueur se met-il à tracer rapidement le contour des mains et la silhouette de la femme dans l’escalier, en se servant de temps en temps de l’image comme repère, mais en essayant autant que possible de le faire de mémoire, afin de mettre sa touche personnelle dans le dessin dès le départ. « Est-ce que l’image a une signification particulière? Quelque chose que tu voudrais que je capture dans le tatouage? »



I wish I knew when we lost it
et si je vous disais que même au milieu d'une foule, chacun, par sa solitude, a le cœur qui s'écroule et que même inondé par les regards de ceux qui nous aiment, on ne récolte pas toujours les rêves que l'on sème
• tel un seul homme, pierre lapointe

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28
SURNOM : Rosie
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin légiste
LOGEMENT : #43 Redcliffe, dans un appartement au balcon bientôt fleurit

POSTS : 59 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Rosie connaissait mieux le mode d'emploi de son synthétiseur que les conventions sociales
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
AVATAR : Laura Berlin
DC : Pas d'autres comptes.
INSCRIT LE : 25/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16974-rosa-eberhardt-j-ai-encore-une-valise-a-berlin?highlight=Rosa+Eberhardt http://www.30yearsstillyoung.com/t17204-rosa-eberhardt-j-ai-encore-une-valise-a-berlin#665420

MessageSujet: Re: new town, new life, new you | rosa   Mar 19 Déc - 13:49






New tow, New life, New You
Une histoire d'aiguilles




« Oui, bien sûr. » lui lance le jeune homme en hochant la tête, avant de poursuivre la main tendue vers la berlinoise :  Je m’appelle Sid. Je suis le proprio du salon. »
La berlinoise se saisissant de cette main tatouée amicalement tendue lui  répondit le plus simplement du monde  « Moi c’est Rosa ! »

Les présentations faites, Sid l’invita d’un geste de la main à venir s’installer dans l’un des fauteuils de la salle d’attente. C’était de gros fauteuils à l’air confortable,  Rosie, en choisissant un prit le temps pendant à peine une fraction de seconde, s’asseyant, d’effleurer du bout des doigts son cuir noir et d’en apprécier les sensations, observant par le touche les irrégularités de l’accoudoir très légèrement usé par d’autres clients avant elle. Rosie aimait bien ce genre de détails.

Une fois assise, Sid, crayon et carnet à la main s’assit à sa gauche, s’appuyant sur la table basse couverte de magasines aux couvertures illustrées par diverses photos de groupes inconnu à Rosie et de corps intégralement tatoués de motifs intriqués.

« C’est ton premier tatouage, c’est ça ? », lui lança Sid.
La question devait être plus une manière de la mettre à l’aise, vu l’attitude de Rosie, son absence de tatouages aurait aussi bien pu lui être gravée au milieu du front.
« En effet, je t’avoue que c’est une grande première ! », le tatouage était quelque chose de familier pour Rosa, bien qu’elle eut attendu l’âge canonique de vingt-huit ans pour passer à l’acte, elle avait pourtant été entouré petite de Hells Angels arborant fièrement les leurs, lui racontant comme un comte merveilleux l’histoire de chacun d’entre eux.

« On va commencer par parler un peu de ce que tu as imaginé et je vais dessiner quelques croquis. Ça devrait t’aider à visualiser ce à quoi ça pourrait ressembler. Ça te va? » Ça lui allait complètement !
Aussitôt dit, aussitôt fait, l’artiste se mit à  l’œuvre, modèle à l’appui, traçant si justement, en quelques lignes à peine le contour de l’escalier et d’Helen, tout en apportant une touche plus personnelle qui devait lui être propre que Rosie savait apprécier.

« Est-ce que l’image a une signification particulière? Quelque chose que tu voudrais que je capture dans le tatouage? »
Ah, cette affiche. Rosie raconta donc à Sid à quel point elle se souvenait bien de l’emballage de la cassette posée sur la table basse de l’appartement de son enfance à Berlin, son père et elle confortablement assis dans le vieux canapé de velours vert ce Vendredi soir d’hiver 1996. Le film projeté sur leur téléviseur cathodique, Rosie était fascinée par l’ambiance de tension hypnotique qui se dégageait de l’œuvre de Siodmak à chaque instant. Mais surtout, cet escalier autour duquel la maison était construite, et ce miroir... Cette nuit-là Wolfgang et Rosie n’avaient pas dormi, rembobinant la cassette encore et encore.

« C’est vraiment les escaliers qui sont hypnotisants, et les mains sans contour, comme une tache au milieu de l’image ! Je ne sais pas si je suis très claire, excuse moi. »
, finit elle par lui lancer, un sourire penaud aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: new town, new life, new you | rosa   


Revenir en haut Aller en bas
 

new town, new life, new you | rosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: brunswick street mall
-