AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 find your way back (clarck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt sept ans
STATUT : en couple avec un véritable prince charmant
MÉTIER : conseillère d'orientation dans un lycée
LOGEMENT : la moitié du temps chez son père à Logan city, le reste chez son copain à Pine Rivers

POSTS : 29 POINTS : 205

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle est incapable de reste fidèle à son petit ami. elle l'aime, mais ce n'est jamais simple.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jack#1 + Hassan#1 (2/4)
RPs EN ATTENTE : Hassan
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : carlson young
CRÉDITS : AILAHOZ (ava) alaska (signa)
DC : corapuce, lenoulove et tadamour
INSCRIT LE : 28/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17319-lovefool-clara

MessageSujet: find your way back (clarck)   Lun 13 Nov - 3:07



Se promener dans les couloirs du lycée lui rappelle toujours une multitude de souvenirs. Si elle n’avait pas passé dans ces murs les meilleurs moments de sa vie, elle se retrouve forcée de revoir les scènes du passé au moment où elle franchit la porte de la cafétéria, qui n’a pas changé son menu en dix ans, ou même celle de la bibliothèque où elle pouvait encore lire sous une des tables un vieux tag où figure son prénom et celui de son petit ami de l’époque. Le pire étant peut-être qu’elle soit allée voir si ça y était toujours. Mais, en dehors de ces reliques, c’est surtout quand elle voit les étudiants que la plupart des souvenirs reviennent. Tous sont plus ou moins la copie d’un ou une élève qu’elle a connu, et certain ont même des liens de parenté, ce qui rend la chose encore plus effrayante, comme si chaque période de sa vie allait être la copie d’une autre et que le premier rembobinage commence maintenant et aujourd’hui n’a rien de différent d’un autre jour. Elle surprend les mêmes conversations, les mêmes blagues et les mêmes disputes qu’à son époque. Et c’est toujours les mêmes élèves qu’elle surprend en train de fumer ou boire. Toujours les mêmes retenues et toujours les mêmes remarques. « Monsieur Epstein ? » demande t-elle en entrant dans le couloir qui présente la porte de son bureau. L’homme lève les yeux vers elle. Elle hausse les sourcils, signe que ça n’est pas le moment de rêvasser et après qu’il se soit levé, elle lui offre une poignée de main bien règlementaire avant d’ouvrir la porte de son bureau. La salle est peu accueillante, mais propre. Clara ne s’est jamais dit qu’il faudrait qu’elle décore son lieu de travail. L’endroit doit être fonctionnel et ne doit rien transcrire sur sa personnalité. Il subsiste néanmoins une légère touche artistique en l’objet d’un dessin, réalisé par sa nièce qui trône derrière son siège. « Installez vous. J’ai fait du café, vous en voudrez ? » Elle a le sourire dans sa proposition. En retard sans l’être, elle parait un peu pressée dans ses gestes entre son service et l’actuelle discussion qu’elle est censé avoir avec le parent d’élève. « On avait conclu par téléphone qu’Elie serait avec nous, mais elle a un test et j’ai préféré ne pas lui faire rater la classe. Je pense qu’au vu de ses résultats, vous comprenez. » Même sourire. Elle ne le dit pas pour être vexante, juste pour établir les faits. « Votre fille a séché vraiment beaucoup de cours dernièrement. Je vous ai demandé de venir pour que l’on en parle avant d’avoir à réfléchir à des – elle cherche le mot le plus diplomate à sortir – solutions plus engageante. » Pour ne pas dire un renvoi. Force lui est de constater que la situation lui ramène immédiatement un souvenir, puisque quelques années plus tôt, c’est elle qui se tenait là, à côté de son père, à devoir rendre des comptes au lycée pour des absences répétées et autres voies de fait. Le retournement de situation est assez triste.


dancing queen
Friday night and the lights are low Looking out for a place to go Where they play the right music Getting in the swing You come to look for a king Anybody could be that guy Night is young and the music's high With a bit of rock music Everything is fine You're in the mood for a dance ••  (abba)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 42 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où on demande.
STATUT : veuf depuis 3 ans, après avoir brisé le coeur de la seule femme qui y a cru, un peu trop fort.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, un label de musique indépendant.
LOGEMENT : #250 bayside : avec Ellie, l'adolescente incomprise

POSTS : 96 POINTS : 300

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 15 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ S'est récemment greffé aux Street Cats ; jouer de la musique lui manque. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaneIreneClaraStreet Cats
PSEUDO : hub
AVATAR : Joaquin Phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : les mcgrath, la parker
INSCRIT LE : 20/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

MessageSujet: Re: find your way back (clarck)   Mar 14 Nov - 23:00


Le soleil du petit matin chauffait la cuisine. Les tasses de café fumantes, les oeufs au plat qu’Ellie prenait avec un peu de poivre, et une rôtie presque calcinée. C’était Jude qui m’avait dit, comment elle n’en pouvait plus à un certain point d’avoir à empester l’appartement d’une vieille odeur de brûlé pour plaire à la gamine. Mais c’étaient les petites choses, les détails qui comptaient. Qui nous donnaient l’impression, à l’adolescente et à moi, d’avoir un semblant de famille. Je ne la connaissais que par les bribes que sa mère avait pu me mentionner, à travers toutes ces années. Autrement, je l'appréciais depuis notre arrivée à Brisbane, et doucement, à tâtons, je prenais même la liberté de l'appeler ma fille. Légitimement, naturel, inné. « Ils exagèrent. T’as pas besoin d’y aller, c’est juste un truc de routine. » elle passe le pas de la salle à manger en trombe, un éclair dans son sillage. Les mains affairées à refaire pour une énième fois son chignon, je crush sur son t-shirt de Ween première édition qu’elle a acheté la semaine dernière dans une vieille brocante de Logan City. Elle pouvait bien avoir le caractère d’une tornade, être à des années lumières de me ressembler, on avait tout de même tous les deux de foutus bons goûts en musique. « Ça m’a l’air plus sérieux que ça, Ellie. » ma voix tente d’être autoritaire, elle en ressort puérile, perdue. J’ignore comment la disputer, j’ignore comment faire régner un potentiel de limites. Et elle en a bien tiré profit, elle en joue avec finesse et innocence, parce qu’elle a toujours été beaucoup plus apte à se mettre ses propres règles plutôt qu’à suivre les miennes. « Ça a juste l’air. »  Ellie hausse les épaules, prend une bouchée de pain qui craque sous sa dent, gobe un oeuf, et la seconde suivante passe ses pieds dans ses vieux Converse usés, piqués dans la garde-robe de Jude. « Je devrais m'inquiéter? » faisant toujours référence à l’appel reçu plus tôt cette semaine de la part d’une certaine miss Davis, conseillère au lycée de ma gamine, l’estomac qui se noue déjà de savoir que je devrai bientôt faire face à la réalité. Ellie me cache des trucs, Ellie n’en fait qu’à sa tête, et je suis bien minable pour lui montrer le droit chemin. Je n’en ai jamais douté. « J’rentre avant minuit. » elle m’ignore jusqu’à ce que le bruit distinctif de ses clés cognent contre le bois de la bibliothèque à l’entrée. La journée est à peine commencée qu’elle file déjà entre mes doigts jusqu’à demain.

« Merci. » que je réponds, la tête ailleurs, alors que la jeune femme devant moi m’offre une tasse de café. J’ai les pensées prises entre la conversation au sujet d'aujourd'hui, ou le semblant de, entretenue avec Ellie, et sa tête qui a piqué lorsqu’elle m’a vu passer l’entrée du lycée, quelques minutes plus tôt. Pas de salutations, pas de regard, pas de signe de la main, l’ignorance au coeur et je ne peux pas l’en blâmer. Je ne suis pas grand chose d'autre qu’un chiffon se pliant à ses états d’âmes depuis le décès de sa mère. Elle n’en a que faire de ma vieille carcasse, surtout lorsque je ne lui apporte rien de concret autre qu’un toit où se planquer, qu’un pitoyable petit-déjeuner copié sur d’éloignés souvenirs. « Oui, bien sûr. » prenant place un peu plus confortablement dans la chaise que la blonde me propose, j’hoche distraitement de la tête lorsqu’elle explique l’absence de ma fille à nos côtés. Valait mieux, sachant à quel point Ellie appréhendait cette rencontre. Et vient la voix posée, et vient l’autorité, la vraie, celle que j’ai tentée de mettre en lumière depuis mon nouveau rôle de père assumé, celle que je ne maîtriserai pas encore pour les prochaines années. Mon interlocutrice l'avait à merveille, je me voulais caméléon. « Elle a eu de la difficulté à s’intégrer. » que je tente de justifier, mollement. Un simple coup d’oeil au dossier de ma fille lui fera probablement hausser le sourcil ; et j’essaie de le tourner à la blague même si l’humour ne sauvera pas grand chose je le crains. « Depuis 3 ans. »  silence, malaise. « Je sais que ça n’augure pas particulièrement bien, mais Ellie est... » et je reprends, tentant au mieux de comprendre la situation, même si je n’en ai eu que de vulgaires échos depuis la rentrée des classes l’an dernier, depuis le moment où tout a commencé à être pire, comme si c’était possible. « Ellie est une gamine vraiment intelligente. » bien plus que je ne l’étais à son âge, et ça, personne ne pouvait le contredire. « Elle a juste de la difficulté à canaliser tout ça, toute sa curiosité. »




Feels like forever, but no one ever tells you that forever feels like home. Sitting all alone inside your head. Folded up like paper dolls and little notes. You can't expect a bit of hope. And while you're outside looking in, describing what you see. Remember what you're staring at is me.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt sept ans
STATUT : en couple avec un véritable prince charmant
MÉTIER : conseillère d'orientation dans un lycée
LOGEMENT : la moitié du temps chez son père à Logan city, le reste chez son copain à Pine Rivers

POSTS : 29 POINTS : 205

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle est incapable de reste fidèle à son petit ami. elle l'aime, mais ce n'est jamais simple.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jack#1 + Hassan#1 (2/4)
RPs EN ATTENTE : Hassan
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : carlson young
CRÉDITS : AILAHOZ (ava) alaska (signa)
DC : corapuce, lenoulove et tadamour
INSCRIT LE : 28/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17319-lovefool-clara

MessageSujet: Re: find your way back (clarck)   Jeu 16 Nov - 2:53



Elle dépose son café sous ses yeux avant d’entrer dans le cœur du sujet de l’autre côté du bureau. Il a l’air pensif, alors elle parle fort pour qu’il l’écoute. Clara n’aime pas faire ça, remonter les bretelles des parents pour qu’ils s’occupent de leurs enfants sous réserve que ce soit elle qui le fasse. Elle trouve ça terriblement ridicule et estime que ça ne devrait pas avoir lieu d’être. Si un gamin veut foirer sa scolarité, qu’il le fasse. Elle l’a fait, et regardez où elle en est. Well, à dire à des parents de faire attention. A un autre moment, elle s’accorderait à dire que son sort est une putain d’ironie. « Oui, bien sûr. » dit-il lorsqu’elle lui explique la raison de l’absence de sa fille. Ça devrait le conforter, de se dire que sa progéniture est bel et bien en classe aujourd’hui. Clara ne se dégonfle pas. Elle fonce, elle prend l’air sévère pour explique au père comment il a atterri dans son bureau. A sa réaction, elle a presque l’impression d’engueuler un élève. Elle ne dirait pas que c’est pathétique, mais le mot s’en rapproche pas mal. « Elle a eu de la difficulté à s’intégrer. » Elle hausse un sourcil, l’air de lui demander s’il pense vraiment que ça, c’est une réponse. « Depuis 3 ans. » Elle baisse les yeux, signe que l’humour, ce n’est pas son fort. Du moins, pas au travail, pas aujourd’hui, pas là, alors qu’elle doit faire quelque chose qu’elle exècre. Et elle se prépare à ce qu’il lui sorte tout un tas d’excuse pour qu’elle oublie le fait que sa gosse n’étudie pas, qu’elle ne vient pas et qu’elle manque au règlement. Elle s’y attend, parce qu’ils font tous ça les parents, ils cherchent tous à lui montrer combien leur merveille a droit à un passe-droit sous prétexte qu’elle est merveilleuse. Si seulement ce mec pouvait vite passer à cette partie pour qu’elle avance. « Je sais que ça n’augure pas particulièrement bien, mais Ellie est... » Quel adjectif compte-t-il sortir ? Evidemment, il va vanter ses mérites. Peut-être même lui dire qu’elle fait du bénévolat, qu’elle sauve des chiens et que well, sa vie de gamine gentille justifie qu’elle manque la classe. Elle ne sait pas, elle s’attend à tout. « Ellie est une gamine vraiment intelligente. » Elle imagine. Elle ne présentait pas déficit jusqu’à il y’a une heure quand elles se sont vues. « Elle a juste de la difficulté à canaliser tout ça, toute sa curiosité. » Ce n’est pas une excuse. « Monsieur Epstein, si le problème de votre fille était qu’elle est trop curieuse, quand je la retrouve en train de manquer la classe, elle serait dans la bibliothèque, pas en train de fumer avec les « caïds » de l’école. Vus n’êtes pas ici pour participer au concours de la meilleure excuse. » Elle soupire, elle sait qu’elle devrait avoir de parler à un pauvre papa en détresse comme ça mais, c’est pas la douceur qui l’aidera. « Vous avez raison sur un point, votre fille est intelligente, ça ne vous fait rien qu’elle gâche son potentiel à zoner près du lycée ? Est-ce que vous parlez avec elle au moins ? De ce qu’elle veut pour plus tard ? De si elle veut faire des études ? »


dancing queen
Friday night and the lights are low Looking out for a place to go Where they play the right music Getting in the swing You come to look for a king Anybody could be that guy Night is young and the music's high With a bit of rock music Everything is fine You're in the mood for a dance ••  (abba)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 42 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où on demande.
STATUT : veuf depuis 3 ans, après avoir brisé le coeur de la seule femme qui y a cru, un peu trop fort.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, un label de musique indépendant.
LOGEMENT : #250 bayside : avec Ellie, l'adolescente incomprise

POSTS : 96 POINTS : 300

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 15 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ S'est récemment greffé aux Street Cats ; jouer de la musique lui manque. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaneIreneClaraStreet Cats
PSEUDO : hub
AVATAR : Joaquin Phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : les mcgrath, la parker
INSCRIT LE : 20/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

MessageSujet: Re: find your way back (clarck)   Mar 21 Nov - 6:02


J’ai l’impression d’être un gamin puni. D’être le Jack d’il y a plus de 20 ans, l'adolescent perdu et un brin perdant qui a fait du grabuge sur la base militaire, qui s’est retrouvé à allumer des feux de paille, à enclencher le détecteur de fumée, tout ça et plus encore pour les beaux yeux de Jude, pour la faire rire, pour me sentir un peu plus fier. C’est qu’Ellie et moi partageons autre chose que de l’ADN, à savoir que j’étais tout aussi désintéressé par l’école jadis qu’elle semble l’être aujourd’hui selon ce que me dit la jeune femme. Et que je compensais avec autre chose, des distractions pas particulièrement correctes. « Elle a commencé à fumer? » évidemment. Y’a mon paquet quotidien qui traîne sur la table de l’entrée, facile d’accès. Ceci explique ses vêtements qui puent la clope, et les quelques cigarettes qui semblent s’envoler à chaque semaine de mes affaires. Je serai plus suspicieux à l’avenir - quoi que je n’ai pas grand chose à dire sur le sujet. Je l’expose à un fumeur invétéré depuis sa naissance, y’a pas plus pire comme exemple. Pourtant, c’est ce détail qui me dérange, qui me pique. Un autre truc sous mon nez que je n’ai pas vu passer, que j’ai laissé aller. Et ses confessions qui me semblent encore plus difficiles, lointaines. « J’ai rendu mon titre il y a longtemps. » bien sûr que mon excuse ne tient pas la route, bien sûr que mon idée n’est pas claire. Je suis inconfortable et le cuir du siège craque alors que j’étire mes vieux os pour récupérer la tasse sur le bureau devant moi, y tremper mes lèvres le temps d’entendre à la dure ce que Mlle Davis a à me dire sur le cas de ma fille. Rien de reluisant, et je m’y attendais. Là au moins, pas de surprise. « Je crois qu'elle est… indécise. » tant de questions, tant d’incertitudes et une nouvelle claque verbale à la figure.

Je n’en savais strictement rien. Son avenir, si du moins elle en voulait un, si elle y croyait. J’étais persuadé qu’elle déballait tout à sa mère à l’époque, ses rêves, ses aspirations. Que toutes les deux, elles avaient refait le monde des dizaines de fois, emmitouflées sur le canapé, le regard perdu vers la fenêtre et les bribes d'un monde nouveau. Jude avait cette facilité à écouter les gens, à tout connaître d’eux, à les aiguiller, les appuyer. C’est de ça qu’aurait eu besoin Ellie à ce moment, et même, depuis ces 3 dernières années. Force est d’admettre que là aussi, j’avais échoué. « Elle ne me parle plus. » comme si la silhouette devant moi devenait la psychologue attitrée à mon cas. Comme si ça pouvait l’intéresser, mes remises en questions, mes doutes, ma paternité douteuse. Pourtant j’essayais, merde je donnais tout ce que j’avais pour la comprendre la petite. Et je l’aimais, je l’aimais de tout mon coeur meurtri, je la chérissais comme la prunelle de mes yeux. C’était pas suffisant. « Elle m’a jamais vraiment parlé en fait, alors ça n’est pas vraiment un gros changement. » voix lasse, haussement d’épaule pour la forme. Et je dépose la tasse de café sur le bois vernis, ignorant le sous-verre disposé là, en évidence, la tête perdue dans mes pensées, mes déceptions. Ce n’est pas à la Davis de régler nos problèmes, d’être l’oreille attentive, de m’offrir la solution à tous mes maux. Elle avait mieux à faire, et au-delà du reste, c’était une cause perdue. « Je vais essayer de lui demander, tenter d’avoir une idée un peu plus précise de tout ça. »  je le ferai. J’allais aussi m’heurter à un mur, la situation tournerait probablement au vinaigre, mais pour Ellie je le ferais. Elle méritait mieux, et autrement, ça ne ferait que dégénérer sur son avenir, je le sentais. Qu'elle se rattache à une possibilité d’étude, à une carrière, qu’elle se fasse une idée, peu importe ce sur quoi elle posera son attention, je serai là, je l’appuierai. Envers et contre tout. « C’est plus facile un jour, ou ça empire? » et je me doute cruellement de la réponse.




Feels like forever, but no one ever tells you that forever feels like home. Sitting all alone inside your head. Folded up like paper dolls and little notes. You can't expect a bit of hope. And while you're outside looking in, describing what you see. Remember what you're staring at is me.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: find your way back (clarck)   


Revenir en haut Aller en bas
 

find your way back (clarck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st anthony's school
-