AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 set fire to our insides just for fun (jordaan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27
SURNOM : Son vrai prénom est Ivory mais tout le monde l'appelle Izzie depuis qu'elle est tout petite.
STATUT : Libre comme l'air, elle vogue de lit en lit, de coeur en coeur.
MÉTIER : Officiellement tatoueuse mais elle trempe dans tout un tas de petites magouilles qui lui permettent d'assouvir sa soif de luxure.
LOGEMENT : Pro du couch-surfing elle s'est faite virer de son dernier logement pour loyer impayé et cherche une colocation en vain.

POSTS : 110 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Fumeuse de weed compulsive, il n'est pas rare de la voir avec un paquet de doritos dans son sac en cas de foncedall.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Rihanna Fenty
DC : Angelina Gilmore la maman-célibataire psycho-bitch paraoïnaque.
INSCRIT LE : 12/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16405-darius-ghosts-live-inside-us http://www.30yearsstillyoung.com/t16533-darius-may-angels-lead-you-in#638149

MessageSujet: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Dim 19 Nov - 14:29



J O R D A A N & I Z Z I E
« set fire to our insides just for fun »

La nuit était tombée depuis un moment sur Brisbane et on pouvait sentir la chaleur de l'été voguer entre les rues, déposant sur chaque habitant un voile de sueur désagréable et humide, propre à l'été australien. Izzie tentait de se rafraichir dans l'arrière boutique de son salon de tatouage, un énorme ventilateur posé à quelques mètres de son visage. Ses longs cheveux ondulés volaient lentement dans les airs alors que les yeux fermés elle tirait sur son joint. Son prochain client devait arriver d'un moment à l'autre et l'odeur de la weed ne pourrait lui échapper mais ça lui était égal. Tous ses clients savaient qu'elle entretenait une relation passionnelle avec le cannabis. Il était environ 23h, elle travaillait majoritairement la nuit en ce moment car c'était le seul moment où la fraicheur s'insinuait un peu dans les boutiques. Elle détestait avoir les mains moites pour tatouer, ses traits étaient moins précis et même si Izzie s'appliquait à faire de sa vie un immense bordel, elle prenait son travail très au sérieux. Tatoué la peau de quelqu'un était un geste plus intime qu'il n'y paraissait, beaucoup plus profond, beaucoup plus fort que ce qu'elle pouvait vivre avec d'autres personnes qu'elle connaissait depuis des années. C'était peut-être le seul contexte où les gens lui faisaient confiance, elle qui passait son temps à mentir et à se défiler : l'art du tatouage, c'était le seul truc qu'on pouvait pas lui enlever tellement son talent était évident. Des gens venaient de toute l'Australie pour se faire tatouer par ses soins, son compte Instagram avait un succès phénoménal et elle devait avouer qu'il était beaucoup plus agréable de gagner de l'argent grâce à sa passion que via ses magouilles, bien que l'adrénaline était une sensation toute aussi agréable que de piquer la peau d'un inconnu.

Le bruit de la porte attira son attention, le prochain client était arrivé. Le rendez-vous avait été pris en ligne et elle n'avait pas regardé le prénom. Elle écrasa son blunt dans le cendrier et tira le rideau de l'arrière boutique pour voir qui venait d'entrer dans le salon de tatouage. Oh. "Je m'attendais pas à ce que ça soit toi." Elle l'avait reconnu immédiatement car ce n'était pas le genre de type dont on oubliait la carrure ou le regard. Ce type là c'était quelque chose. Elle savait peu de choses de lui, pourtant c'était pas faute de le questionner. Ce n'était pas la première fois qu'elle tatouait Jordan mais ça faisait un moment qu'il n'avait pas pris rendez-vous. Elle lui fit signe de s'asseoir. "Met toi à l'aise. Tu veux boire quelque chose ? Whisky ? Rhum ?" Elle aimait mettre ses clients dans des conditions bien particulières, propices à l'intimité. On pouvait entendre un fond sonore de PARTYNEXTDOOR plongeant le salon dans une atmosphère tamisée, un peu enfumée.


the way life goes
They say you don't know what you got 'til it's gone. They say that your darkest hour come before your dawn but there was something that I should've asked all along.


Dernière édition par Izzie Smalls le Dim 19 Nov - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-sept belles années au compteur
SURNOM : Dr Mamour ; merci grey's anatomy..
STATUT : amoureux de la liberté
MÉTIER : neurochirurgien, doctorant en neurosciences
LOGEMENT : #17 bayside

POSTS : 58 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : tatoué ≈ dépendant à l'alcool ≈ propriétaire de deux chiens ≈ propriétaire de nombreuses voitures et motos de collection ≈ polyglotte, mais a toutefois un accent allemand lorsqu'il parle ≈ originaire de berlin-est ≈ doctorant en neurosciences
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
essenceizziethearebeccamay


AVATAR : ryan gosling le fabuleux
CRÉDITS : avengedemchains
DC : rien pour le moment
INSCRIT LE : 10/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17467-jordaan-i-want-to-drive-you-through-the-night-down-the-hills http://www.30yearsstillyoung.com/t17532-jordaan-nightcall#677468 http://www.30yearsstillyoung.com/t17531-jordaan-rosenberg

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Dim 19 Nov - 17:34



izzie&jordaan
set fire to our insides just for fun

Les tatouages sont pour moi un échappatoire, une manière de tourner la page sans pour autant oublier. Tous les événements qui m'ont marqué sont gravés, éternellement, sur cette peau qui est la mienne. Ma peau est ornée d'une trentaine de tatouages, mais étrangement, je ne m'en suis jamais voulu. J'ai bien souvent pleuré après m'être fait tatoué, non pas car je le regrettai, mais simplement car cela m'indiquait que je devais passer à autre chose. A trop vouloir oublier, on se souvient sans cesse. C'est pourquoi j'entretenais une relation singulière avec le monde du tatouage. C'était mon secret, mon plaisir confidentiel, ce qui guérissait mes maux, ce qui me décorait, la personne que j'étais. Peu de gens savent pour ces tatouages. Uniquement les personnes qui ont eu l'occasion de me voir dévêtu ont pu admirer ces fresques. Jamais je ne les montre volontairement. Ce sont des parties de moi, bien souvent sombres, dont je ne souhaite plus faire resurgir le moindre souvenir.

J'ai averti ma tatoueuse attitrée depuis quelques temps, la fameuse Izzie Smalls, que je passerai aux environs de minuit, après le boulot. Je l'ai fait sur Internet, question de rapidité, mais surtout que je n'avais pas vraiment le coeur à parler. Ma journée a été longue et épuisante, j'avais besoin de ce moment pour me retrouver, me reposer, mais surtout, penser à autre chose. Nous étions, à une heure près, le jour de la quatrième année de la disparition de ma soeur. J'avais le coeur lourd, l'humeur à rien, la mélancolie s'emparait de moi telle une tumeur, je me sentais m'éteindre à petit feu. Nous avions fait, avec ma soeur, un tatouage commun, à son dix-huitième anniversaire. Nous nous sommes tatoués les mots « you will never die » le long de la colonne vertébrale. Un message explicite, que je ne pensais pas répéter dans ma tête en pensant à elle. Avec le temps, l'écriture s'estompe progressivement, et je voulais à tout prix y remédier. Je ne voulais pas l'oublier. Un second tatouage la représente. Les mots «Dear Heroin» décorent le centre de mon pectoral gauche ; un message tristement ironique, d'une ironie amère, d'une ironie qui brise. Je pensais ajouter « don't come again » sous les premiers mots. Izzie était la seule en qui j'avais confiance. C'est pourquoi je me suis dirigé vers son salon après être sorti de l'hôpital. J'avais une cadence pressée, limite anxieuse. Je voulais m'asseoir pour la première fois de la journée, et respirer, enfin.

C'est l'odeur caractéristique du cannabis qui m'a accueilli en premier en poussant la porte du salon. Un salon qui m'était familier, un salon finement décoré, enfumé, assombri par la nuit. Je découvris Izzie après quelques secondes. Sa surprise m'a fait sourire. « Vous risquez d'en avoir pour plusieurs heures avec moi, j'espère que ça ne vous dérange pas, Mademoiselle Smalls » lui dis-je en déboutonnant ma chemise,
dans laquelle je suffoquais depuis la sortie de l'hôpital. Elle me proposa à boire et je ne pus m'empêcher de secouer la tête lorsqu'elle prononça "whisky". Cela faisait plusieurs jours que je tentais de ne plus y toucher, péniblement, en vain. Après quelques secondes de réflexion, je lui répondis : « Donnez-moi le meilleur whisky que vous aviez ». Une erreur de ma part peut-être, mais je n'avais rien à perdre. J'enlevai ma chemise après cette lutte acharnée avec les boutons, et la posai sur l'une des chaises. Je me sentais détendu, malgré cette forte odeur de cannabis qui me démangeait le nez. Mais elle se dissipa rapidement ; du moins, je ne la sentais plus. « Je souhaiterai faire des retouches » lui ai-je dis en m'adossant au mur, les bras croisés. « Mais pas des retouches sur n'importe quels tatouages. Vous savez que je vous fais confiance.. » Malgré mon buste dévêtu, je ne pouvais m'empêcher d'avoir chaud, ce qui me forçai à me placer devant le ventilateur. « Je souhaiterai retoucher ce tatouage que j'ai le long de la colonne.. J'y tiens énormément, mais l'encre part, et ça m'fait vraiment chier » Mon inconscient a parlé à ma place. Je n'emploie des mots vulgaires que très rarement, mais en effet, il faut le dire, ça m'agaçait du plus haut point de devoir toucher à nouveau à ce tatouage. « J'aimerai retoucher celui-ci aussi » lui avouai-je en plaçant ma main près du tatouage «Dear Heroin». J'avais étrangement peur de le toucher. « J'aimerai ajouter «don't come again», ça  me tient à coeur.. » Je lui souris avant de m'allonger sur le ventre sur la table. A ce moment précis, je m'abandonnai entre ses mains.
code by Chocolate cookie



+nightcall+
Theres something inside you,
its hard to explain.
They’re talking about you boy,
but you still the same
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27
SURNOM : Son vrai prénom est Ivory mais tout le monde l'appelle Izzie depuis qu'elle est tout petite.
STATUT : Libre comme l'air, elle vogue de lit en lit, de coeur en coeur.
MÉTIER : Officiellement tatoueuse mais elle trempe dans tout un tas de petites magouilles qui lui permettent d'assouvir sa soif de luxure.
LOGEMENT : Pro du couch-surfing elle s'est faite virer de son dernier logement pour loyer impayé et cherche une colocation en vain.

POSTS : 110 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Fumeuse de weed compulsive, il n'est pas rare de la voir avec un paquet de doritos dans son sac en cas de foncedall.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Rihanna Fenty
DC : Angelina Gilmore la maman-célibataire psycho-bitch paraoïnaque.
INSCRIT LE : 12/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16405-darius-ghosts-live-inside-us http://www.30yearsstillyoung.com/t16533-darius-may-angels-lead-you-in#638149

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Dim 19 Nov - 20:48


J O R D A A N & I Z Z I E
« set fire to our insides just for fun »

Chaque tatouage avait une signification. Du moins, Izzie ne tatouait jamais si le dessin ou peu importe ce qui devait être tatoué n'avait pas un message profond à délivrer. C'était pour cela peut-être qu'elle tatouait majoritairement des grosses pièces à la différence d'autres artistes qui collectionnaient les petits dessins sans importances. Certes, il était déjà arrivé à Izzie de tatouer un pokémon ou un truc à la con dans le même genre mais uniquement à des amis proches. Le reste du temps, le tatouage ne pouvait exister si il ne faisait pas référence à quelque chose d'important pour celui ou celle qui allait le porter. Lorsqu'elle avait rencontré Jordaan, dès le premier coup d'oeil à ses tatouages déjà présents elle savait que ses tatouages avaient tous une signification bien particulière dont il ne lui parlerait probablement jamais. Il faisait partie d'un des rares clients à qui elle ne demandait pas de détails lorsqu'il venait lui demander un tatouage. Mais ce soir elle était d'humeur curieuse, et lorsqu'il lui parla de retouches elle sut immédiatement auquel il faisait référence car elle avait déjà remarqué qu'un de ses tatouages avaient mal vieillis, sa peau avait rejeté l'ancre à certains endroits et les retouches ne devaient pas avoir été faites sérieusement à l'époque. Ça tombait bien, Izzie était là pour ça. Elle l'avait invité à prendre place, ses outils avaient déjà été stérilisés et il ne restait plus qu'à se mettre au travail. "Je suis prête à te torturer toute la nuit s'il le fait bébé. T'as plus qu'à t'installer." Jordaan aimait mettre de la distance entre lui et elle en la vouvoyant et en parlant de cette manière guindée qui la faisait rire. Elle se permettait d'être familière par pure provocation et parce que ça faisait aussi parti du truc après tout. "Tu peux me faire entièrement confiance, tu le sais bien." répliqua t-elle.

Mais avant ça, Izzie avait tenue à mettre son client dans de bonnes conditions en lui proposant un whisky qu'il refusa dans un premier temps avant d'accepter. Son meilleur whisky ? Izzie hésita un moment, le fixant une demi-seconde. Méritait-il le meilleur whisky du salon ? Sûrement après tout le cash qu'il lui avait filé la dernière fois. Sans se faire prier, Izzie marcha machinalement jusqu'au bar improvisé qu'elle avait posé dans son salon et servit un whisky pour son client ainsi qu'un rhum pour elle. Elle lui tendit le verre et posa le sien sur la petite table où reposaient ses affaires pour tatouer. Elle ne boirait pas le verre avant d'avoir fini, comme d'habitude, ce serait sa récompense. Lorsque Jordan lui annonça ce qu'il voulait faire, un fin sourire se dessina sur les lèvres de la métisse. "J'aime beaucoup." répondit t-elle même si on ne lui donnait pas son avis. "On va commencer par les retouches pour t'échauffer un peu. Allonge-toi." Izzie commença donc à préparer la peau de Jordaan. Dix minutes plus tard, elle plantait l'aiguille, ses mains rêvetus de gants en caoutchouc elle s'appliquait à tatouer la colonne vertébrale de son client. "Tu me dis si tu veux stopper, comme d'habitude." Le salon se retrouva plongé dans le silence avec pour seul bruit la playlist Spotify de Izzie et le bruit de l'aiguille. Elle mâchait un chewing gum tranquillement, elle avait besoin de beaucoup de concentration au début et une fois qu'elle avait trouvé son rythme de croisière elle pouvait se permettre de parler. "Dure journée, hein ? Ça se voit à ta gueule quand quelque chose ne va pas." Elle se doutait bien que Jordaan allait pas lui étaler sa vie mais elle savait que parfois la souffrance physique pouvait donner envie de soulager la souffrance psychique. Elle pouvait être une oreille attentive pour ses clients là où d'habitude elle se foutait de tout et de tout le monde. Jordaan avait ce côté magnétique qui lui donnait envie d'en savoir plus sur lui même si tout lui criait d'éviter de s'aventurer dans les méandres de son passé.


the way life goes
They say you don't know what you got 'til it's gone. They say that your darkest hour come before your dawn but there was something that I should've asked all along.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-sept belles années au compteur
SURNOM : Dr Mamour ; merci grey's anatomy..
STATUT : amoureux de la liberté
MÉTIER : neurochirurgien, doctorant en neurosciences
LOGEMENT : #17 bayside

POSTS : 58 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : tatoué ≈ dépendant à l'alcool ≈ propriétaire de deux chiens ≈ propriétaire de nombreuses voitures et motos de collection ≈ polyglotte, mais a toutefois un accent allemand lorsqu'il parle ≈ originaire de berlin-est ≈ doctorant en neurosciences
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
essenceizziethearebeccamay


AVATAR : ryan gosling le fabuleux
CRÉDITS : avengedemchains
DC : rien pour le moment
INSCRIT LE : 10/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17467-jordaan-i-want-to-drive-you-through-the-night-down-the-hills http://www.30yearsstillyoung.com/t17532-jordaan-nightcall#677468 http://www.30yearsstillyoung.com/t17531-jordaan-rosenberg

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Lun 20 Nov - 21:19



izzie&jordaan
set fire to our insides just for fun

« Merci » lui dis-je lorsqu'elle me tendis le verre duquel se dégageait une belle couleur ambrée aux reflets cuivrés, à la lumière du projecteur. Elle savait mettre à l'aise ses clients, c'est ce que j'aimai notamment chez elle, en plus de son talent immense pour les tatouages. J'ai été particulièrement impressionné par le premier tatouage que je lui ai demandé, il y a quelques mois déjà. J'avais besoin de nouveau, de quelque chose en plus dans ma vie. Je lui ai demandé des ailes d'ange près des omoplates. Un tatouage qui peut sembler anodin mais que j'appréciai depuis toujours. Le signe de liberté, un envol vers quelque chose de meilleur. Il symbolise le besoin d’être protégé par un ange gardien ; mon ange gardien, c'est elle. Je lui ai également demandé une croix, chrétienne, à proximité des ailes. Je n'étais pas réellement croyant de base. J'ai été éduqué sous l'influence du christianisme, mais ô grand jamais je ne suis allé par moi-même à une messe. Mais, généralement, on commence à y croire lorsqu'on se sent particulièrement seul. On y croit lorsqu'on ne sait plus qui croire. J'ai demandé pardon de nombreuses fois, sans savoir comment faire, juste par nécessité. Je devais demander pardon, demander pardon à ma soeur, lui dire que j'aurai dû empêcher tout cela. Je dormais mieux, je me sentais rassuré, du moins durant quelques temps. Les verres de whisky m'accompagnaient durant ces nuits entières à pleurer et m'en vouloir. N'ayant qu'un seul souhait, qu'elle me pardonne, le temps a fait ses choses. J'ai guéri. Comme l'on guérirait d'une maladie. Je me suis réveillé une nuit, aux alentours de trois heures, et je me sentais léger. Ce poids sur mon coeur avait mystérieusement disparu.

Lorsque l'aiguille transperça ma peau, je ressentais de la douleur certes, mais une douleur supportable, loin de celle que j'avais ressenti pour la première fois, ou lorsque je m'étais fait tatouer quelques temps après sa disparition. Le temps m'avait guéri. Les années m'ont forgé. Et au fil des minutes, je me suis totalement abandonné ; je me laissai guider par le bruit constant de l'aiguille ainsi que par les doigts d'Izzie. Une atmosphère réconfortante m'entourait à cet instant ; n'était-ce qu'une illusion? Je sentais Izzie concentrée, et cela me faisait étrangement du bien. Elle voulait réussir cette retouche, elle était déjà assez exigeante envers elle-même ; je n'avais pas besoin de l'être avec. Elle parla alors de cette journée. Cette longue journée que je ne pensais jamais finir. J'ai tourné en rond. « C'est une journée particulière.. » lui avouai-je entre deux longues inspirations, souffrant malgré tout un minimum. « Ma.. soeur... » Je n'allais donc pas pleurer? Pourtant, je sentais mon corps entier chavirer. Chavirer sous une vague d'émotion, de sentiments mêlés entre eux, de tristesse. « J'ai perdu ma soeur il y a quatre ans de cela. Le tatouage que vous êtes en train de retoucher, je l'ai fait avec elle.. C'est pour ça que je l'aime autant » Ma voix tremblait, malgré moi, malgré mes efforts. Je n'étais donc pas guéri? Je sais bien que c'est comme un miroir. Lorsqu'on le brise une fois, il nous sera impossible qu'il soit comme avant. Si l'on tente de le recoller, il manquera des bouts et la surface ne sera pas complètement lisse. J'avais beaucoup de peine à parler d'elle, mais ce sont sûrement ces deux gorgées de whisky et cette aiguille qui m'ont fait parler. « La croix, c'était pour elle aussi. Et le « dear Heroin» également..» Je pris une gorgée de whisky. « Puis merde, ils sont tous pour elle en fait.. » Je devais me faire à l'idée qu'au fond, je ne voulais pas passer à autre chose. Je ne voulais pas l'oublier. Car en l'oubliant, j'oublierai une partie de moi-même.
code by Chocolate cookie



+nightcall+
Theres something inside you,
its hard to explain.
They’re talking about you boy,
but you still the same
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27
SURNOM : Son vrai prénom est Ivory mais tout le monde l'appelle Izzie depuis qu'elle est tout petite.
STATUT : Libre comme l'air, elle vogue de lit en lit, de coeur en coeur.
MÉTIER : Officiellement tatoueuse mais elle trempe dans tout un tas de petites magouilles qui lui permettent d'assouvir sa soif de luxure.
LOGEMENT : Pro du couch-surfing elle s'est faite virer de son dernier logement pour loyer impayé et cherche une colocation en vain.

POSTS : 110 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Fumeuse de weed compulsive, il n'est pas rare de la voir avec un paquet de doritos dans son sac en cas de foncedall.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Rihanna Fenty
DC : Angelina Gilmore la maman-célibataire psycho-bitch paraoïnaque.
INSCRIT LE : 12/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16405-darius-ghosts-live-inside-us http://www.30yearsstillyoung.com/t16533-darius-may-angels-lead-you-in#638149

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Ven 24 Nov - 17:55


J O R D A A N & I Z Z I E
« set fire to our insides just for fun »

On entendait presque plus que le bruit de l'aiguille. La magie du tatouage opérait dans le salon à la lumière tamisée, dans l'intimité de la nuit australienne. Izzie avait noué sa chevelure bouclée en un volumineux chignon dont quelques mèches rebelles s'échappaient. Elle était concentrée mais une part d'elle restait ouverte à la discussion. Jordan était quasi immobile, il avait ce genre de peau facile à tatouer. Et elle imaginait qu'elle était plutôt douce, bien que les gants en caoutchouc évitaient le contact direct entre leurs deux peaux. Izzie gardait le silence tandis qu'elle continuait à tracer, lorsque Jordan prit la parole pour annoncer que c'était une journée particulière. Elle ne répondit pas, afin de l'inviter à continuer sans même lever les yeux de son oeuvre. Il parla alors de sa soeur, racontant que le tatouage que Izzie était en train de retoucher il l'avait fait avec elle et que c'était pour ça qu'il y tenait tant. Izzie appuya un peu moins fort avec l'aiguille, sentant qu'il était empreint à l'émotion et que ce n'était pas le moment de le rater. L'homme conclut qu'en réalité tous les tatouages étaient pour sa soeur.

Cette fois-ci, Izzie leva rapidement les yeux vers lui avant de les rabaisser sur le tatouage. "Tes tatouages sont forts, intenses. Ils sont puissants et quand tu as décidé d'encrer ta peau tu l'as ancré en toi. C'est la meilleure manière de faire son deuil, même si franchement, je pense que selon la personne qu'on perd, on s'en remet jamais vraiment." Elle marqua une pause, lorgna le verre de rhum qu'elle s'était servie et auquel elle n'aurait pas le droit de toucher avant d'avoir complètement fini. "Elle s'appelait comment ?" Voilà ce qu'elle aimait dans son métier, participer l'ancrage des événements les plus importants de la vie de quelqu'un. Tatouer, c'était aider les gens à faire la paix avec leur passé ou à célébrer le présent, les tatouages pouvaient dire bien plus que celui qui les portait. Et c'était ça la magie de l'ancre, c'était pour ça qu'elle faisait ce métier avec passion et dévotion malgré la mauvaise image que cela pouvait renvoyer d'elle. "Tu penses en faire d'autres jusqu'à ce que tu en sois couvert ? Tu fais quoi comme métier au juste ?" Elle se doutait qu'il faisait quelque chose où il devait bien présenter car aucun de ses tatouages ne se situait dans un endroit qu'on pouvait facilement découvrir. Elle l'imaginait bien directeur de quelque chose, un poste important. Parce qu'il était carrément charismatique. Ses employées devaient totalement fangirler sur lui, et bien qu'il n'était pas tout à fait son style, elle ne lui dirait jamais non si demain il décidait de s'intéresser à elle. Il avait ce truc touchant qui ne laissait aucune âme insensible.


the way life goes
They say you don't know what you got 'til it's gone. They say that your darkest hour come before your dawn but there was something that I should've asked all along.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-sept belles années au compteur
SURNOM : Dr Mamour ; merci grey's anatomy..
STATUT : amoureux de la liberté
MÉTIER : neurochirurgien, doctorant en neurosciences
LOGEMENT : #17 bayside

POSTS : 58 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : tatoué ≈ dépendant à l'alcool ≈ propriétaire de deux chiens ≈ propriétaire de nombreuses voitures et motos de collection ≈ polyglotte, mais a toutefois un accent allemand lorsqu'il parle ≈ originaire de berlin-est ≈ doctorant en neurosciences
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
essenceizziethearebeccamay


AVATAR : ryan gosling le fabuleux
CRÉDITS : avengedemchains
DC : rien pour le moment
INSCRIT LE : 10/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17467-jordaan-i-want-to-drive-you-through-the-night-down-the-hills http://www.30yearsstillyoung.com/t17532-jordaan-nightcall#677468 http://www.30yearsstillyoung.com/t17531-jordaan-rosenberg

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Jeu 7 Déc - 20:55



izzie&jordaan
set fire to our insides just for fun

« Elle s'appelait Eden Malika Rosenberg. Eden signifie paradis en hébreu, et Malika, reine, en arabe.. » répondis-je après une longue gorgée de whisky. « Là, c'est Eden.. » montrai-je au bas de mon dos le tatouage גן עדן, écrit en hébreux. « Et là, c'est Malika.. » dis-je en présentant le second tatouage, discret comme le premier, écrit cette fois en arabe, مليكة. Je reposai ma main sous ma tête, étant toujours à plat ventre. Les paroles d'Izzie me réconfortaient, bien que la douleur due à l'aiguille était tout aussi forte. On ne se libère pas comme ça de son passé. On n'échappe pas comme ça aux sables mouvants de ses obsessions. Cela fait bizarre, d'être dans cette pièce et d'avoir la tête inondée de souvenirs. De moments heureux qui aujourd'hui m'étouffent, me rappelant ce que j'ai perdu une des plus belles choses de ma vie. L'amour de la personne que j'aime qui me paraît indispensable pour être heureux. Comment tout-a-t-il pu changer à ce point là ? Qui suis-je devenu? Je suis restée avec les yeux clos si longtemps. J'ai un voile sur mes yeux, empli de souvenirs doux qui créent un contraste violent avec la réalité, agissant comme une brume qui se dépose et entoure mon cerveau, rendant flou toutes ses fonctions. Je ne vais pas bien, mais à quel point? Je voudrais une nuit étoilée, des amis, des verres de vins. Une belle piscine, une belle vue, le vent chaud des soirs d'été, la musique qui transperce mes oreilles et qui me remémore des souvenirs. Des souvenirs qui me rappellent combien la vie est vide sans elle. Ce n'est pas sa main dans mes cheveux, c'est juste le vent capricieux qui souffle sur nos souvenirs et qui me vole à son sourire. Ce n'est pas elle derrière la porte, c'est juste le vent qui l'emporte. Le silence ne sait pas mentir. Tous les soirs, ma solitude et moi ne parlons que d'elle, on attend tous les deux qu'elle revienne. Cela fait bien longtemps que je ne pleure plus, que toutes mes larmes ont quitté mon corps. Nous partagions ce même sang qui aujourd'hui ne coule plus que dans mes veines. Elle n'imagine pas le nombre de mots qu'il y a pour dire qu'elle n'est plus là, de conjugaisons à l'imparfait, au passé. Souvenir, souvenir, elle n'est plus qu'un souvenir, une photo dans un tiroir. Un mal au cœur qui ne veut pas mourir dans ma mémoire. Il y a certains jours qui inconsciemment nous marquent plus que d'autres. Des jours dont on se souvient parfaitement, où chaque infime détail revient nous hanter. Un sourire de la part d'une personne aimée, une parole, un compliment, une honte, une tragédie, la mort de quelqu'un... même si la routine nous ennuie, parfois des jours anodins valent mieux qu'un malheur. Notre mémoire trie les choses de façon à ce qu'on se souvienne du meilleur; cependant, quelques fois, les souvenirs auxquels on se met à repenser ne sont pas les plus heureux. Et on se rappelle, et on a le coeur qui se serre, et on regrette, et on rêve de revenir en arrière, de rectifier le tir. Mais recommencer à zéro, nous savons parfaitement qu'aucun d'entre nous ne peut le faire. Certaines personnes sont tellement tristes qu'elles en viennent à trouver la mort d'elles mêmes, sans que rien ni personne ne les poussent à le faire. Chaque jour de la semaine peut être banal, mais pourtant, quelques uns des jours de nos vies, que ce soit un dimanche ou un jeudi, nous marquent à tout jamais. Se réveiller un matin en ayant la certitude qu'on peut le faire, qu'on a la solution à nos malheurs. Savoir qu'aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Savoir qu'on est vivant, qu'on a besoin encore de l'être, ou non. Mais comment peut-on faire pour supprimer comme ça, des souvenirs, une part de notre existence ? Comment peut-on savoir si les choix que nous faisons sont les bons, si on embrasse la bonne personne, si on croque dans la bonne pomme. Oui, tout peut arriver en une journée, une journée qui semblait être normale et qui pourtant a décidé de rentrer dans votre mémoire et votre coeur, et d'y rester à tout jamais. C'était un vendredi. Le plus dur, c'est d'essayer d'oublier ce que justement, on n'aurait jamais voulu oublier. Ces moments, ces instants où l'on s'était inconsciemment dit « je me souviendrais toujours de ça ». On tente de passer à autre chose, mais quoi qu'il arrive, nos souvenirs reviendront toujours, referont toujours surface, bien qu'on veuille le contraire, bien qu'on regrette, parfois. Et puis à force d'essayer, on se rend compte que la meilleure chose à faire pour oublier c'est de ne plus y penser, de laisser couler, et de se réveiller un jour en ne ressentant plus ce manque qui nous gâchait la vie. Chaque soir j'enlève ma chemise, et j'aperçois toutes ces blessures gravées sur ma peau qui m'ont fait passer à autre chose, auxquelles je souris bêtement lorsque je les vois dans mon miroir, tapissées sur mon torse et mon dos, ayant une place à part. « J'en ferais jusqu'à ce que je sois totalement guéri de la vie » lui avouai-je après qu'elle m'ait posé la question. J'ai lâché un rire timide lorsqu'elle m'a demandé quel métier j'exerçais. J'aurai pu lui répondre n'importe quoi, mais je ne voulais pas nuire à cette atmosphère de confiance qui régnait. « Je suis neurochirurgien. Tu comprends mieux pourquoi je ne me suis pas encore attaqué au bras et au cou, bien que l'envie y est... »
code by Chocolate cookie



+nightcall+
Theres something inside you,
its hard to explain.
They’re talking about you boy,
but you still the same
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27
SURNOM : Son vrai prénom est Ivory mais tout le monde l'appelle Izzie depuis qu'elle est tout petite.
STATUT : Libre comme l'air, elle vogue de lit en lit, de coeur en coeur.
MÉTIER : Officiellement tatoueuse mais elle trempe dans tout un tas de petites magouilles qui lui permettent d'assouvir sa soif de luxure.
LOGEMENT : Pro du couch-surfing elle s'est faite virer de son dernier logement pour loyer impayé et cherche une colocation en vain.

POSTS : 110 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Fumeuse de weed compulsive, il n'est pas rare de la voir avec un paquet de doritos dans son sac en cas de foncedall.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Rihanna Fenty
DC : Angelina Gilmore la maman-célibataire psycho-bitch paraoïnaque.
INSCRIT LE : 12/08/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16405-darius-ghosts-live-inside-us http://www.30yearsstillyoung.com/t16533-darius-may-angels-lead-you-in#638149

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   Aujourd'hui à 19:50


J O R D A A N & I Z Z I E
« set fire to our insides just for fun »

Izzie était bien placée pour savoir à quel point les tatouages pouvaient avoir des significations bien plus profondes que l'ancre qui avait piqué leur peau. Izzie en était couverte, de la tête aux pieds. De toutes les couleurs, de tous les styles. Elle ne faisait pas partie de ces gens qui avait un style bien particulier et qui s'y cantonnait. Elle était un patchwork d'un tas de chose à l'image des ses origines arc-enciel. Parfois des choses fines et délicates, comme le tatouage qu'elle avait sur la hanche, d'autres plus agressive comme tout ce qui était tracés sur ses mains. Peu de gens parvenaient à comprendre cet acharnement à vouloir des choses toujours plus primaires, toujours plus marquées. Izzie elle-même ne se l'expliquait pas, ses tatouages n'avaient jamais été réfléchis comme les gens d'habitude le faisaient, ils se faisaient toujours dans l'émotion. Certains tatouages avaient été fait par elle-même, des soirs de pluie diluvienne dans l'intimité de sa chambre d'ado. Chaque tatouage représentait une période de sa vie, une émotion ou un proche qui avait fait tout ce qu'elle était à présent. Izzie n'avait pas eu une vie facile, sa vie n'était toujours pas facile à vrai dire mais sa sensibilité artistique lui permettait de garder la tête hors de l'eau quand elle avait envie de se noyer. Tatouer était pour elle un échappatoire qu'elle ne pouvait pas se permettre de négliger tant cela faisait office de lacher prise dans un monde qu'elle aimerait oublier. La plupart des gens se sentaient prisonniers de leur vie, pour Izzie c'était l'inverse. Tout le contraire. Elle était complètement perdue et ne savait pas où aller. Elle avait juste besoin d'une direction, d'un indice que personne ne voulait lui donner. Alors elle vivait au jour le jour et ignorer tout ce qui pouvait la contrarier en fuyant ses responsabilités.
Des clients comme Jordaan lui permettaient de reconnecter avec l'humain, de se rendre compte qu'elle n'était pas la seule à porter des blessures profondes bien qu'elle venait d'un milieu particulièrement défavorisé. Pas besoin d'être mentalist pour deviner que Jordaan était un homme qui venait d'un certain milieu social, avec un certain niveau de vie, il n'y avait qu'à entendre sa façon de parler pourtant lui aussi était complètement noyé dans les abysses de la douleur, de la peine, du deuil. Il semblait avoir expérimenté le pire sentiment que pouvait ressentir un homme. Au début, elle avait cru qu'il avait perdu un enfant. Parce qu'il portait sur lui la douleur lancinante des gens perdus trop tôt. Le syndrôme du survivant. "C'est un très joli prénom, deux très jolis prénoms en tout cas." Elle aurait adoré avoir un de ces noms exotiques, hébreu ou arabe. Au lieu de s'appeler Ivory, un prénom qu'elle détestait et qui lui rappelait tout ce qu'elle n'était pas. Ivoire. Izzie continua de faire jouer son aiguille tandis que Jordaan lui apprenait qu'il était en réalité médecin. Izzie s'arrêta net, laissant son aiguille suspendue dans les airs. "Attends, t'es médecin ?" Elle le fixa quelques secondes. "Putain je te pensais avocat ou homme d'affaire, je t'imaginais pas du tout en train de sauver des vies. C'est vraiment bizarre l'image ou l'idée qu'on peut se faire des gens aussi bêtement." rajouta t-elle en secouant la tête avant de recommencer à piquer. "Et tu es d'ici ? Tu bosses dans quel hôpital ? C'est bon à savoir ça, si un jour j'ai un problème je peux toujours venir te voir pour te demander de me sauver la vie." dit-elle tentant de forcer un trait d'humour pour détendre l'atmosphère.


the way life goes
They say you don't know what you got 'til it's gone. They say that your darkest hour come before your dawn but there was something that I should've asked all along.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: set fire to our insides just for fun (jordaan)   


Revenir en haut Aller en bas
 

set fire to our insides just for fun (jordaan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley
-