AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

  you came along and you cut me loose (nikki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
la maman poule
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29
SURNOM : Le peu d'amis qu'elle possède l'appelle Angie, ses parents l'appellent affectueusement Lila.
STATUT : Renoue doucement avec sa vie de femme mise de côté ces quatre dernières années.
MÉTIER : Barmaid au Canvas et maman à temps plein le jour.

POSTS : 936 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Maman d'un petit Abel qu'elle a eu par accident avec son ex Arthur Iver. Elle n'a pas eu d'homme dans sa vie depuis qu'elle est tombée enceinte il y a quatre ans. Elle est connue sur Brisbane car ses parents adoptifs sont richissimes. Hélas son caractère de feu et sa personnalité border-line ont conféré à lui construire une très mauvaise réputation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

ANGOENIX
So tell me when you hear my heart stop. You're the only one who knows. Tell me when you hear my silence, There's a possibility I wouldn't know. So tell me when my sorrows over. You're the reason why I'm closed. Tell me when you hear me falling.


ARTHULINA
We gave our best, it wasn't enough. You get upset, we argue too much. We made a mess of what used to be love. Going nowhere fast. We've reached the climax.


ANGININA
So maybe we're different. Maybe we're totally different. Maybe we'll never be friends. But I know your heart and you know mine.




BEFORE IT'S TOO LATE
And the risk that might break you
is the one that would save
A life you don't live is still lost
So stand on the edge with me
Hold back your fear and see
Nothing is real 'til it's gone



nina3kane2callum • [url=http://www.30yearsstillyoung.com/t15943-friends-only-friends-kane hadriencarlisleagathephoenix
RPs EN ATTENTE : arthur6 • azur3
RPs TERMINÉS : azur1arthur1lydiaphoenix1arthur3debraarthur2nina1arthur4nina2azur2arthur5kane1
PSEUDO : SPURRYQUICK
AVATAR : MEGAN FOX
CRÉDITS : Hedgekjey pour la signature.
DC : X
INSCRIT LE : 21/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14297-angie-karma-karma-don-t-you-let-me-down http://www.30yearsstillyoung.com/t14329-angie-if-you-had-my-love

MessageSujet: you came along and you cut me loose (nikki)   Jeu 30 Nov - 19:01


A N G E L I NA  & N I K K I
« you came along & you cut me loose »

La mort de Carlos avait été un véritable choc pour Angelina. Elle avait appris la nouvelle de la plus horrible des manières, un coup de fil de la police à 6heure du matin, elle s'apprêtait à se coucher lorsque la police l'avait appelé pour lui signaler que son patron s'était fait descendre dans la ruelle jouxtant le bar. Une heureuse seulement après qu'elle l'ait aidé à fermer et à compter les caisses. Il s'était visiblement fait descendre comme un chien alors que la pluie australienne diluvienne s'abattait dans le pavé, emmenant avec elle le sang de celui qui avait joué un si grand rôle dans la vie d'Angelina. Elle se souvenait de son air méfiant, caressant frénétiquement sa grosse moustache et la bedaine qui allait avec lorsque la petite Angie de 17 ans s'était pointé au bar en réclamant qu'on l'embauche. Il savait qu'elle était mineure à l'époque et l'avait menacé de lui couper sa longue chevelure noire de jais si jamais elle disait à qui que ce soit au bar qu'il la payait au black. Carlos oscillait constamment entre la mauvaise humeur et les intentions benveillantes, presque parternelles, qu'il pouvait avoir envers les filles qui bossaient pour lui. Jamais. Absolument jamais il n'avait eu le moindre geste déplacé envers elle, et jamais il n'avait accepté qu'un des clients ne pose la main sur elle malgré sa dégaine de gros satyre. Il avait engueulé Angelina aussi fort qu'il l'avait pu, la faisant sortir de ses gonds, la traitant d'incapable lorsqu'elle faisait tomber son plateau ou oubliait d'encaisser un client. Carlos était loin d'être un enfant de coeur mais il avait eu le mérite de donner une première et une seconde chance à cette gosse de riche un peu paumée quand plus personne ne croyait en elle.

Puis il était mort. Plongeant Angelina dans les abysses. Parce qu'il était plus qu'un patron et qu'elle le connaissait depuis tellement longtemps qu'il était difficile d'envisager un quotidien duquel il ne ferait pas partie. Mais la réalité l'avait vite rattrapée : puisque Carlos n'était plus là et qu'Angelina était la fille la plus ancienne du bar elle avait naturellement repris les reines. Certaines des filles avaient démissionnés, passant ainsi de 8 à 6 ce qui obligeait Angelina à redoubler d'efforts pour faire tourner le bar. La situation durait ainsi depuis un mois et demi, elle n'avait aucun moyen de savoir qu'elle était l'avenir du bar. Si il allait être reprendre, si on allait lui laisser. Ce qu'on savait c'était que Carlos n'avait ni femme ni gosse, et pas de parent proche à leur connaissance. Y avait des trucs dont Carlos parlait pas, comme le fait que le Canvas était un vivier de drogue en tout genre. Un secret de polichinelle. Angelina s'était toujours tenue éloignée de tout ça. Et maintenant elle était aux commandes du navire. Cette après-midi là, le bar était fermé. C'était journée de livraison et faute de Carlos c'était à Angelina d'assurer. Elle arriva donc au bar et fut surprise de voir une voiture sur le parking à côté de la place où elle se garait tout le temps. Elle ne l'avait jamais vu ici. Puis, même. Le bar était fermé. Personne ne devait se trouver sur le parking à part les deux, trois SDF habituels. Elle commença sérieusement à paniquer lorsqu'elle vit de la lumière dans le bar, elle accéléra le pas et rentra en trombe, encore plus inquiète par le fait que la porte ne soit même pas verrouillée. Un type se tenait derrière le comptoir, la tête plongée dans le livre des comptes qu'elle tenait scrupuleusement, elle qui avait la bosse des maths. "Eh mais vous êtes qui ? Vous sortez d'où, vous ?" scanda t-elle dans le bar désert.




LAST, BUT NOT LEAST.
hot as hell ☽ He calls me the devil I make him wanna sin. every time I knock, he can't help but let me in. must be homesick for the real. I'm the realest it gets, you probably still adore me with my hands around your neck
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Jeu 30 Nov - 20:53


Every moment is a fresh beginning
feat Angelina Gilmore
Accoudé à la rambarde de mon balcon, j'observais la mer tout en demeurant plongé dans mes pensées. Comme souvent, je m'étais presque levé à l'aube pour observer le lever du soleil tout en sirotant un café. C'est ainsi que j'aimais démarrer chacune de mes journées: sans doute parce que je ne me sentais jamais aussi bien que lorsque j'avais l'impression d'être en parfaite harmonie avec la nature. Encore une fois, j'avais passé une nuit des plus agitées mais cela ne me dérangeait pas outre mesure: depuis la mort de ma femme, je m'étais habitué à dormir par intermittence et cela ne m'empêchait pas d'être en forme le lendemain. Alors que le soleil illuminait le ciel de ses plus belles couleurs, mes yeux avaient fini par se perdre dans le bleu de l'océan et ce n'est qu'au moment où une légère brise caressa mon visage que je finis par sortir de mes songes: je ne pus alors contenir quelques frissons comme si l'espace d'un instant, j'avais ressenti une présence qui m'était familière. Ce n'était guère la première fois que j'étais confronté à cette situation mais encore aujourd'hui, j'en venais à croire que c'était simplement mon imagination qui me jouait de vilains tours. Il faut dire que dès lors que je n'avais pas l'esprit occupé, Kiara occupait chacune de mes pensées. Voilà désormais un peu plus de huit ans que sa maladie avait fini par l'emporter et je crois que d'une certaine manière, j'étais également mort à l'instant précis où elle avait passé l'arme à gauche. Poussant un soupir qui en disait long sur la peine que j'éprouvais, j'entendis alors un couinement qui attira mon attention. Ce n'était autre Kiara, mon compagnon à quatre pattes: cette chienne avait toujours le don de sentir les choses et venait systématiquement me voir dès lors qu'elle comprenait que j'étais triste. Arborant un sourire empli de douceur, je me mis à la caresser tout en la contemplant avec émotion.

- Ne t'en fais pas, c'est juste un coup de blues passager.

Quittant finalement le balcon, je décidai de me préparer un petit déjeuner. En général, je n'avais pas pour habitude de manger le matin mais je savais qu'aujourd'hui, j'aurais besoin d'avoir quelque chose dans le ventre car une rude journée m'attendait à l'horizon. Cela faisait un peu moins d'une semaine que je m'étais installé à Brisbane et pour le moment, j'évoluais encore dans un univers où je manquais de repère. Il faut dire qu'avant de déménager en Australie, j'avais vécu toute ma vie à Dublin et il était donc normal que j'ai besoin d'un peu de temps pour m'acclimater à mon nouvel environnement. Pourtant, j'avais décidé de ne pas me reposer sur mes lauriers: d'une certaine manière, j'étais aussi venu dans cette ville pour me reconstruire et le meilleur moyen d'y arriver était de m'atteler à la tâche. C'est pour cette raison que j'avais décidé de me rendre dans le bar de mon cousin au cours de cette journée afin de faire un premier état de lieux. Je devais également admettre que sa mort demeurait ancrée dans un coin de mon esprit car depuis que la police m'avait annoncé cette terrible nouvelle, je me posais beaucoup de questions à son sujet. Mon but n'était pas de le juger mais de faire toute la lumière sur cette histoire. Je restais intimement persuadé qu'il me faisait des cachotteries au regard de l'attitude qu'il avait adopté en ma compagnie juste avant de décéder et j'avais bien l'intention de mener ma petite enquête.

L'après midi venait à peine de débuter quand je décidais donc de partir à la recherche du bar de mon cousin et avant même d'arriver à destination, un détail ne tarda pas à retenir mon intention. Le quartier dans lequel je me trouvais me laissait à penser que son établissement ne devait pas accueillir que des enfants de cœur et ce simple détail ne faisait que renforcer mes soupçons. Quelques minutes plus tard, je finis par apercevoir le bar de Carlos et je pus alors constater qu'il était loin de ressembler à ce que j'avais imaginé. Dans mon fort intérieur, je commençais même à me dire que je venais sûrement de m'embarquer dans une sacrée galère. Prenant dans l'une de mes poches la clé que mon cousin m'avait envoyé peu avant sa mort, je décidai de visiter l'établissement tout en me demandant ce qui allait m'attendre au tournant.

Voilà maintenant plus d'une heure que me trouvais dans ce bar et je ne savais déjà plus où donner de la tête. J'ignorais comment Carlos gérait son établissement mais il m'avait suffi d'effectuer de simples recherches pour réaliser que mon intuition ne m'avait pas trompé: ayant moi-même géré un bar à Dublin, j'avais rapidement compris qu'il s'adonnait visiblement à quelques combines plus ou moins louches et à vrai dire, cela ne me disait rien qui vaille

*Carlos, dans quelle galère t'es tu donc embarqué?*

Tandis que je continuais d'explorer le livre des comptes, une voix m'interpella et en relevant la tête, je pus alors apercevoir une charmante demoiselle qui semblait se demander ce que je fichais ici. Son attitude me laissa tout de suite à penser qu'elle me prenait de haut et autant dire qu'en ma compagnie, ce n'était pas vraiment l'attitude à adopter. Arborant un visage fermé, je répondais à ses questions en lui revoyant la balle en quelque sorte.

- Et si vous baissiez d'un ton pour commencer? Je m'appelle Nikki, je suis le cousin de Carlos. A qui ai-je l'honneur?
  
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la maman poule
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29
SURNOM : Le peu d'amis qu'elle possède l'appelle Angie, ses parents l'appellent affectueusement Lila.
STATUT : Renoue doucement avec sa vie de femme mise de côté ces quatre dernières années.
MÉTIER : Barmaid au Canvas et maman à temps plein le jour.

POSTS : 936 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Maman d'un petit Abel qu'elle a eu par accident avec son ex Arthur Iver. Elle n'a pas eu d'homme dans sa vie depuis qu'elle est tombée enceinte il y a quatre ans. Elle est connue sur Brisbane car ses parents adoptifs sont richissimes. Hélas son caractère de feu et sa personnalité border-line ont conféré à lui construire une très mauvaise réputation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

ANGOENIX
So tell me when you hear my heart stop. You're the only one who knows. Tell me when you hear my silence, There's a possibility I wouldn't know. So tell me when my sorrows over. You're the reason why I'm closed. Tell me when you hear me falling.


ARTHULINA
We gave our best, it wasn't enough. You get upset, we argue too much. We made a mess of what used to be love. Going nowhere fast. We've reached the climax.


ANGININA
So maybe we're different. Maybe we're totally different. Maybe we'll never be friends. But I know your heart and you know mine.




BEFORE IT'S TOO LATE
And the risk that might break you
is the one that would save
A life you don't live is still lost
So stand on the edge with me
Hold back your fear and see
Nothing is real 'til it's gone



nina3kane2callum • [url=http://www.30yearsstillyoung.com/t15943-friends-only-friends-kane hadriencarlisleagathephoenix
RPs EN ATTENTE : arthur6 • azur3
RPs TERMINÉS : azur1arthur1lydiaphoenix1arthur3debraarthur2nina1arthur4nina2azur2arthur5kane1
PSEUDO : SPURRYQUICK
AVATAR : MEGAN FOX
CRÉDITS : Hedgekjey pour la signature.
DC : X
INSCRIT LE : 21/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14297-angie-karma-karma-don-t-you-let-me-down http://www.30yearsstillyoung.com/t14329-angie-if-you-had-my-love

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Dim 3 Déc - 20:06


A N G E L I NA  & N I K K I
« you came along & you cut me loose »

Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne l'avait jamais vu dans le coin. Angelina avait une excellente mémoire visuelle, elle connaissait ses clients mais encore plus les prestataires et les fournisseurs. Sauf que normalement on l'appelait avant de pénétrer dans le bar. Peu de personne avait le double des clefs, elle et la boutique à quelques mètres du bar au cas où s'il fallait ouvrir pour une livraison trop matinale et que Carlos ne se pointait pas. Elle n'avait reçu aucun message ce matin-là, et ce grand barbu derrière le bar avait tout de même le nez dans le livre des comptes. Impossible que ce soit un contrôle fiscal, il ne portait pas de costume et elle croyait se souvenir que Carlos avait des contacts qu'il payait grassement pour passer entre les mailles des filets bien qu'Angie faisait le maximum pour garder les affaires le plus clean possible. Tâche très loin d'être aisée quand on connaissait le patron et ses multiples magouilles qu'Angelina avait souvent du mal à suivre. Elle s'était demandé plusieurs fois si un jour les choses ne finiraient pas par tourner mal et c'était finalement ce qui s'était produit. Elle avait même craint un moment pour sa sécurité, hésitant à ré-ouvrir le bar avant de finalement parvenir à se raisonner. Reprenant ainsi cet établissement légendaire de Fortitude Valley. Quoiqu'il en soit, cela ne résolvait pas le problème. Et l'homme n'avait pas l'air particulièrement aimable de surcroit, se chargeant dans l'instant de remettre Angelina à sa place. Elle avança d'un pas décidé jusqu'au bar sur lequel elle posa son sac brusquement puis se stoppa net quand l'homme lui répondit qu'il était le cousin de Carlos. Angelina n'en revenait pas. En 11 ans de service pour Carlos, si on mettait de côté les quatre ans pendant lesquels elle était partie accoucher et vivre à Hawaï elle n'avait jamais vu un seul membre de la famille de Carlos, même pas une conquête. Carlos avait sa part sombre pour sûr et ce fantôme du passé qui venait fouiller dans les comptes du bar ne lui disait rien qui vaille. "C'est bien la première fois que je rencontre un proche de Carlos. Vous étiez où ces onze dernières années ?" Puis soudainement elle réalisa qu'elle ferait peut-être mieux de se calmer. Si c'était le cousin de Carlos, alors c'est qu'il était en deuil. Mais pouvait-il souffrir autant qu'elle qui le voyait quasi quotidiennement depuis la sortie de son adolescence ? Elle se reprit, d'une voix légèrement plus maitrisée, témoin de sa volonté de calmer de jeu. "Je suis désolée pour ce qu'il est arrivé à Carlos." rajouta t-elle, non sans sentir sa gorge se serrer à l'évocation de cet homme aussi odieux qu'attachant. Si tenté est qu'il était possible de l'être. La jeune maman contourna donc le comptoir pour poser sa veste sur le crochet qui jouxtait la porte des vestiaires. Il était peut-être temps qu'elle se présente, mais alors qu'elle s'apprêtait à lui donner son nom, elle réalisa. Si ce cousin était là, c'était peut-être... Pour reprendre le bar ? Bordel. Son cerveau n'était pas prêt à process cette information, comment avait-elle pu croire sérieusement qu'elle pourrait reprendre ce bar comme si de rien n'était ? Comme si implicitement les commandes lui revenait alors qu'elle n'était personne aux yeux de la loi pour gérer ce bar ? Angelina ne savait pas quoi penser, devait-elle être soulagée de sentir le poids des responsabilités qui pesait jusqu'alors sur ses épaules s'envoler ou devait-elle avoir peur pour son emploi ? Après tout ce ne serait pas si grave, une belle opportunité professionnelle s'était présenté à elle il n'y a pas si longtemps, et l'acceptait induisait qu'elle devait arrêter de travailler au bar. Peut-être que tout était une question de timing après tout et qu'elle avait fait son temps ici. "Vous allez reprendre le bar c'est ça ?" demanda t-elle d'une voix plus sèche qu'elle ne l'aurait voulu. C'était stupide mais la belle brune ne pouvait s'empêcher de se sentir menacer par ce retournement de situation brutal. Elle avait commencé à prendre ses marques, son autorité était assise et elle allait être renvoyée fissa à son poste de manager qui finalement ne lui convenait plus tant que ça. Il ne s'agissait que d'un bar et pourtant, détenir le pouvoir pendant quelques temps avait été plus que jouissif. Elle s'était même demandé un moment si elle ne passerait pas outre sa fierté pour demander à ses parents de l'aider à racheter le Canvas. Mais son père était malade, ce n'était pas le moment d'entamer des nouveaux projets qu'elle risquerait de ne pas pouvoir assumer si les choses tournaient mal. Le Canvas était donc resté sa valeur sûre, tout au long de sa vie, et pour la première fois depuis onze ans, elle avait l'impression que tout risquait de lui filer entre les doigts.




LAST, BUT NOT LEAST.
hot as hell ☽ He calls me the devil I make him wanna sin. every time I knock, he can't help but let me in. must be homesick for the real. I'm the realest it gets, you probably still adore me with my hands around your neck
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Lun 4 Déc - 7:55


Every moment is a fresh beginning
feat Angelina Gilmore
Contrairement aux apparences, je n'étais pas un homme froid et agressif mais il est vrai que j'avais vécu tellement de galères dans ma vie que je m'étais construit une certaine carapace pour me protéger du monde extérieur. Ainsi, j'avais pour habitude de ne rien laisser transparaître et de ne montrer aucune émotion lorsque je croisais la route d'un inconnu. En général, je ne faisais jamais le premier pas pour la simple et bonne raison que j'avais pris l'habitude d'être un loup solitaire et que j'acceptais assez facilement de vivre dans ma bulle. Malgré tout, cela ne signifiait donc pas que je voulais absolument demeurer seul dans mon coin mais je reconnaissais volontiers que je restais méfiant et que pour gagner ma confiance, il fallait le mériter. Indépendamment de cela, je possédais un cœur en or et il m'arrivait parfois de me dévoiler pour venir en aide à une personne dans le besoin. En résumé, j'étais assez complexe mais quand on s'en donnait la peine, on découvrait que je pouvais être une crème dans mon genre.

A contrario, j'en avais tellement bavé avant d'arriver à Brisbane que je n'avais eu de cesse de m’endurcir tout au long de ma vie. En d'autres termes, j'avais de la bouteille et lorsque l'on recherchait l'affrontement avec moi, j'avais toujours du répondant. Je ne savais pas qui était cette charmante jeune femme et sans être méchant, je m'en foutais royalement. Personnellement, je n'avais absolument rien contre elle mais même si je n'étais pas du genre à juger les gens qui m'entouraient avant de vraiment les connaître, je reconnaissais volontiers que je n'avais pas du tout apprécié qu'elle me parle sur ce ton et rien que pour cela, elle était déjà dans mon collimateur. Non mais sérieusement, pour qui elle se prenait? Qu'est ce qui lui donnait le droit de me prendre de haut alors qu'elle ne savait même pas qui j'étais? Ce n'est pas parce qu'elle possédait un physique des plus avenants que cela lui donnait tous les droits: en tout cas, si c'était sa manière de fonctionner, je n'allais pas manquer de la remettre rapidement à sa place.

Quoi qu'il en soit, il n'était pas dans mes intentions de me lancer dans une guerre des mots en sa compagnie en particulier parce que j'avais d'autres chats à fouetter et que ma priorité était de reprendre ce bar en main. Seulement, il faut croire que de son côté, elle n'était pas du genre à lâcher prise: je commençais même à me dire qu'elle avait le chic pour être une sacrée emmerdeuse. Alors que j'avais décidé de ne pas insister et de laisser couler, voilà que cette charmante inconnue se permettait d'en rajouter une couche. En général, il en fallait beaucoup pour que je sorte de mes gonds mais en l’occurrence, elle faisait preuve d'une telle impertinence que je commençais vraiment à voir rouge. Qui était-elle pour porter un jugement sur la relation que j'entretenais avec mon cousin? D'ailleurs, il s'en fallu de peu pour que je lui dise mes quatre vérités mais alors que j'allais lui cracher mon venin à la figure, la jeune femme changea soudainement d'attitude et me présenta même ses condoléances.

Était-il possible qu'elle soit plus douce qu'elle ne le laissait paraître? Toujours est-il que j'avais la chance d'être très intuitif et qu'il me suffit alors d'observer la jeune femme pour comprendre que selon toute vraisemblance, son attitude pour le moins agressive était peut être directement liée à la mort de Carlos. Il suffisait en fait de regarder ses jolis yeux et d'écouter attentivement le timbre de sa voix pour s'apercevoir qu'elle éprouvait une certaine peine. Cela signifiait-il qu'elle était donc proche de mon cousin et qu'elle le fréquentait au quotidien? En tout cas, c'est ce que j'en déduisais même si pour le moment, cela ne demeurait que des suppositions.

- Je vous remercie.

A mon tour, j'essayais de calmer le jeu car je ne voyais pas l'intérêt d'envenimer la situation. Après tout, si elle appréciait beaucoup Carlos, il était normal qu'elle soit à fleur de peau et je n'allais pas lui en tenir rigueur. Pourtant, mon répit fut de courte durée car j'eus à peine le temps de reporter mon attention sur le livre des comptes qu'une fois de plus, la jeune femme m'interpella sèchement. A ce rythme, j'allais finir par saturer et d'ailleurs, je ne tardais pas à pousser un soupir qui en disait long sur l'agacement que j'éprouvais. Délaissant finalement le livre des comptes, je foudroyai alors la charmante inconnue du regard et me chargeai de lui faire comprendre que son attitude commençait à me taper sur le système.

- Bon, que les choses soient bien claires. D'une, vous allez arrêter de me causer de la sorte parce qu'au bout d'un moment, ma patience a des limites. Ensuite, vous allez me dire qui vous êtes sans plus tarder et une fois que je connaîtrai votre nom, peut-être que j'aurais la gentillesse de répondre à votre question.

Pour le coup, je m'étais montré ferme mais il fallait admettre qu'elle l'avait bien cherché. Impassible, j'attendais donc qu'elle s'exécute: je voulais enfin savoir à qui je m'adressais.
  
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la maman poule
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29
SURNOM : Le peu d'amis qu'elle possède l'appelle Angie, ses parents l'appellent affectueusement Lila.
STATUT : Renoue doucement avec sa vie de femme mise de côté ces quatre dernières années.
MÉTIER : Barmaid au Canvas et maman à temps plein le jour.

POSTS : 936 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Maman d'un petit Abel qu'elle a eu par accident avec son ex Arthur Iver. Elle n'a pas eu d'homme dans sa vie depuis qu'elle est tombée enceinte il y a quatre ans. Elle est connue sur Brisbane car ses parents adoptifs sont richissimes. Hélas son caractère de feu et sa personnalité border-line ont conféré à lui construire une très mauvaise réputation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

ANGOENIX
So tell me when you hear my heart stop. You're the only one who knows. Tell me when you hear my silence, There's a possibility I wouldn't know. So tell me when my sorrows over. You're the reason why I'm closed. Tell me when you hear me falling.


ARTHULINA
We gave our best, it wasn't enough. You get upset, we argue too much. We made a mess of what used to be love. Going nowhere fast. We've reached the climax.


ANGININA
So maybe we're different. Maybe we're totally different. Maybe we'll never be friends. But I know your heart and you know mine.




BEFORE IT'S TOO LATE
And the risk that might break you
is the one that would save
A life you don't live is still lost
So stand on the edge with me
Hold back your fear and see
Nothing is real 'til it's gone



nina3kane2callum • [url=http://www.30yearsstillyoung.com/t15943-friends-only-friends-kane hadriencarlisleagathephoenix
RPs EN ATTENTE : arthur6 • azur3
RPs TERMINÉS : azur1arthur1lydiaphoenix1arthur3debraarthur2nina1arthur4nina2azur2arthur5kane1
PSEUDO : SPURRYQUICK
AVATAR : MEGAN FOX
CRÉDITS : Hedgekjey pour la signature.
DC : X
INSCRIT LE : 21/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14297-angie-karma-karma-don-t-you-let-me-down http://www.30yearsstillyoung.com/t14329-angie-if-you-had-my-love

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Dim 10 Déc - 21:34


A N G E L I NA  & N I K K I
« you came along & you cut me loose »

Elle se demandait qui il était vraiment au fond. Le cousin de Carlos, d'accord mais Carlos n'était-il pas espagnol ou mexicain, un truc dans le genre ? C'était du moins ce qui semblait établis depuis toujours avec sa grosse bedaine, sa grosse moutache et le petit chapeau qu'il ne quittait jamais, véritable signe distinctif du patron du Canvas dont la ressemblance avec Pablo Escobar était souvent soulignée par la clientèle. Cliché. Néanmoins, Angelina n'avait pas pu ignorer le fort accent irlandais de celui qui lui faisait face. Il y avait définitivement un bug dans la matrice mais Angelina n'avait pas envie de se lancer dans un interrogatoire mal rodée qui achèverait de la faire passer pour la malpolie de service. Si les choses se présentaient comme elle le pensait et que ce type là était son nouveau patron alors il serait peut-être beaucoup plus judicieux de sa part de commencer à se comporter de manière civilisé, voir de faire bonne impression dans l'éventualité où il devrait faire un peu de ménage parmi le staff. Si elle se montrait un peu trop insolente ou quoique ce soit dans le genre, Monsieur risquerait de bien gentiment la remercier lorsqu'il serait temps de reprendre officiellement les commandes de la petite entreprise. Si ce n'était pas déjà fait. Alors quand le fameux Nikki lui demanda pour la énième fois de décliner son identité sans quoi elle avait le sentiment qu'il risquait sérieusement de s'énerver, elle se résigna à lâcher un peu de lest. À se faire violence. Elle devait garder en tête qu'il pouvait décider de la jeter et franchement, après la perte de Carlos, elle n'était pas du tout préparé à perdre le job qu'elle occupait depuis tellement d'années et qu'elle avait appris à apprécier. Angelina retint un soupir et tendit la main vers le cousin de Carlos. "Je m'appelle Angelina Gilmore, je travaille au Canvas depuis que j'ai 17 ans et je suis la manager. Je m'occupais notamment des comptes étant donné que Carlos était vraiment nul en maths donc si vous avez des questions ou que vous voyez des incohérences, je peux y répondre parce que c'est sûrement de ma faute." En réalité elle se trompait rarement, Angelina n'était certes pas une fille scolaire, genre vraiment pas du tout scolaire, mais c'était une fille très intelligente avec des capacités certaines qui avaient vite été gâchées à l'époque par une envie de vivre ses propres expériences bien loin des bancs de la fac au grand dam de ses parents adoptifs qui pourtant rêvaient encore de la voir un jour reprendre ses esprits et donc par conséquent ses études.

Elle venait donc de se présenter au cousin de Carlos et attendait une réaction de sa part. Elle avait laissé son attitude bêcheuse au placard et se montrait plutôt encline à la conversation maintenant que la surprise était passée. Elle avait vraiment envie de sa voir ce qu'il se passait ici, un tas de questions se bousculait dans son esprit et elle était avide de réponses. Angie se demandait pourquoi la vie la malmenait aussi souvent. Quand elle pensait trouver un semblant d'équilibre après une situation particulièrement difficile il suffisait d'une journée pour que tout parte en live, une sorte d'énorme coup de pieds dans la fourmilière et qui venait bousculer son quotidien. "Donc du coup ? À quelle sauce allons-nous être mangé tous autant qu'on est ?" Angelina imaginait déjà la réaction du staff si on leur disait qu'ils allaient perdre leurs travails. Certains ne pouvaient compter que sur le Canvas comme revenues, Angelina avait la chance d'être issue d'une famille aisée alors si jamais les choses tournaient mal elle aurait toujours de quoi se retourner mais ce n'était clairement pas le cas pour tout le monde ici.




LAST, BUT NOT LEAST.
hot as hell ☽ He calls me the devil I make him wanna sin. every time I knock, he can't help but let me in. must be homesick for the real. I'm the realest it gets, you probably still adore me with my hands around your neck
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Mer 13 Déc - 3:43


Every moment is a fresh beginning
feat Angelina Gilmore
Il est certain que je venais de faire preuve d'une grande fermeté mais si elle était un tant soit peu honnête, elle ne pouvait pas nier qu'elle l'avait un peu cherché. Le pire, c'est que je n'avais jamais eu l'intention de me montrer dur à son égard mais comme elle m'avait quasiment mis au pied du mur, il avait bien fallu que je montre les crocs et que je sorte l'artillerie lourde. D'ailleurs, elle pouvait s'estimer heureuse que je ne possède pas un cœur de pierre car dans le cas contraire, je ne vois pas ce qui aurait pu m'empêcher de la foutre dehors afin d'avoir la paix. Seulement, il n'était pas dans mes intentions d'employer des méthodes aussi radicales: ce n'était pas dans ma nature de traiter les gens de la sorte. De plus, même si j'ignorais tout à son sujet, son comportement m'avait déjà permis de comprendre qu'elle éprouvait sûrement beaucoup d'affection pour Carlos et si j'avais vu juste, cela démontrait qu'au fond, ce n'était sûrement pas une garce ou bien encore une femme pavée de mauvaises intentions. Sans doute qu'en revanche, elle était du genre à démarrer au quart de tour et selon toute vraisemblance, cela ne devait pas non plus être son fort de garder le contrôle de ses émotions. Le moins que l'on puisse dire, c'est que notre relation avait démarré du mauvais pied mais j'avais envie de croire que l'on pouvait tout effacer afin que notre relation redémarre sur de meilleures bases: c'est d'ailleurs pour cette raison que je lui avais accordé une seconde chance en croisant les doigts pour qu'elle se montre sous un jour meilleur.

A mon grand soulagement, elle me donna raison et me révéla enfin son identité: peut être qu'elle ne l'avait pas fait de gaieté de cœur mais j'appréciais qu'elle ait mis de l'eau dans son vin. Dans la mesure où elle semblait prête à signer l’armistice, je décidai de lui emboîter le pas en serrant tendrement la main qu'elle me tendait: restait à savoir pour combien de temps nous allions enterrer la hache de guerre.  

- Enchanté de faire votre connaissance Angelina et loin de moi l'idée de remettre en cause vos compétences mais il y a quand même pas mal de choses qui me chiffonnent quand je regarde le livre des comptes.

Je ne savais pas comment l'expliquer mais des détails me gênaient. Ayant moi-même tenu un bar lorsque j'habitais à Dublin, je ne pouvais pas m'empêcher de croire qu'il y avait quelque chose de louche là dessous. Cela me démangeait de poser quelques questions à Angelina mais j'avais tendance à penser que je risquais de raviver les braises à peine éteintes si je rentrais directement dans le vif du sujet. Après tout, je pouvais patienter un peu et attendre un moment plus propice pour lui révéler le fond de ma pensée. Quand je m'en donnais la peine, je pouvais être un homme ouvert d'esprit et d'une certaine manière, j'avais envie de montrer à Angelina que je n'étais pas son ennemi car finalement, c'était peut être pour ça qu'elle m'avait agressé de la sorte: il était possible qu'à ses yeux, j'ai marché sur ses plates-bandes.

Avais-je vu juste? Toujours est il que par la suite, elle me posa des questions qui étaient révélatrices de son état d'esprit. Clairement, elle voyait d'un mauvais œil mon arrivée considérant sans doute que j'empiétais sur son territoire en prenant les rênes de ce bar. En un sens, je pouvais comprendre sa réaction mais je n'avais pas l'intention de lui présenter mes excuses pour la gêne occasionnée: après tout, il me semblait normal de respecter la promesse que j'avais faite à mon cousin car j'étais un homme de parole. D'ailleurs, comme je n'étais pas du genre à tourner autour du pot, je pris rapidement la parole afin de mettre les choses au clair.

- A vous écouter, vous avez l'air de penser que je suis le dernier des salauds. Qu'est ce que vous croyez? Que sous prétexte que mon cousin m'a filé les clés de son bar, je vais virer tout le monde sans ménagement, c'est ça? A en juger par l'inquiétude que je dis dans vos yeux, je ne dois pas être loin de la vérité. Du coup, je vais jouer cartes sur table en votre compagnie  histoire de vous montrer que je n'ai rien à vous cacher. Mon seul et unique objectif est d'assurer la pérennité de cet établissement pour me montrer à la hauteur des attentes que Carlos a placé en moi. En tant que patron, je peux me montrer dur mais je reste toujours correct: mon but est d'avoir une équipe soudée à mes côtés pour que  je sois entouré par des gens en qui je peux avoir pleinement confiance. Si les employés de ce bar sont de bons éléments, je ne chercherai aucunement à m'en séparer. Dans le cas contraire, j'agirai en conséquence et je prendrai les décisions qui s'imposent.

Je m'étais adressé à Angelina tout en employant un ton calme et posé: maintenant qu'elle savait comment je fonctionnais, c'était à elle de juger si elle voulait me faire confiance ou non.
  
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la maman poule
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29
SURNOM : Le peu d'amis qu'elle possède l'appelle Angie, ses parents l'appellent affectueusement Lila.
STATUT : Renoue doucement avec sa vie de femme mise de côté ces quatre dernières années.
MÉTIER : Barmaid au Canvas et maman à temps plein le jour.

POSTS : 936 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Maman d'un petit Abel qu'elle a eu par accident avec son ex Arthur Iver. Elle n'a pas eu d'homme dans sa vie depuis qu'elle est tombée enceinte il y a quatre ans. Elle est connue sur Brisbane car ses parents adoptifs sont richissimes. Hélas son caractère de feu et sa personnalité border-line ont conféré à lui construire une très mauvaise réputation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

ANGOENIX
So tell me when you hear my heart stop. You're the only one who knows. Tell me when you hear my silence, There's a possibility I wouldn't know. So tell me when my sorrows over. You're the reason why I'm closed. Tell me when you hear me falling.


ARTHULINA
We gave our best, it wasn't enough. You get upset, we argue too much. We made a mess of what used to be love. Going nowhere fast. We've reached the climax.


ANGININA
So maybe we're different. Maybe we're totally different. Maybe we'll never be friends. But I know your heart and you know mine.




BEFORE IT'S TOO LATE
And the risk that might break you
is the one that would save
A life you don't live is still lost
So stand on the edge with me
Hold back your fear and see
Nothing is real 'til it's gone



nina3kane2callum • [url=http://www.30yearsstillyoung.com/t15943-friends-only-friends-kane hadriencarlisleagathephoenix
RPs EN ATTENTE : arthur6 • azur3
RPs TERMINÉS : azur1arthur1lydiaphoenix1arthur3debraarthur2nina1arthur4nina2azur2arthur5kane1
PSEUDO : SPURRYQUICK
AVATAR : MEGAN FOX
CRÉDITS : Hedgekjey pour la signature.
DC : X
INSCRIT LE : 21/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14297-angie-karma-karma-don-t-you-let-me-down http://www.30yearsstillyoung.com/t14329-angie-if-you-had-my-love

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Dim 17 Déc - 19:01


A N G E L I NA  & N I K K I
« you came along & you cut me loose »

Carlos était un type plutôt rustre, du genre à roter après une gorgée de coca et à se gratter les bijoux de famille en public. En comparaison, Nikki son cousin était en lord tout droit venu de la Grande Bretagne. Son accent et sa façon de parler classieuse ne laissait aucun doute sur ses véritables origines. Il lui faisait penser aux invités qui venaient siffler du champagne au Manoir de ses parents trois fois par ans dans des cérémonies princières où les bonnes manières étaient aussi pompeuses que les petits fours distribués par le personnel de maison. Angelina faisait partie de ces gens hybrides qui étaient à l'aise avec toutes les classes sociales et qui savait s'adapter en conséquences mais là pour le coup elle n'était pas sûre de la bonne attitude à adopter avec l'homme qui lui faisait face. Elle opta pour elle-même, comme d'habitude, elle n'avait jamais été du genre à se calquer sur les personnalités qu'elle rencontrait même si elle s'était déjà montré plusieurs fois conciliantes pour faire plaisir à ses parents en adoptant le comportement de petite fille bourgeoise qu'ils attendaient d'elles lors d'événement important. Le reste du temps, Angelina se contentait d'être Angelina et ce n'était pas toujours au goût de tout le monde comme venait de le montrer le cousin de Carlos en lui répondant d'un ton sec, presque moralisateur. Angelina ouvrit des yeux ronds puis les roula, preuve de sa perplexité devant tant de blabla et de manières. Il avait vraiment une manière de parler qui contrastait avec son physique qui paraissait beaucoup plus dur à cuir, bien moins guindé que lorsqu'il ouvrait la bouche. Néanmoins si il y avait bien un truc qu'on ne pouvait pas lui enlever c'était son charisme évident. Et un charme indéniable. Mais ce n'était pas ce qui importait la belle maman pour le moment même si elle n'avait pas omis ces détails... Elle n'était pas aveugle. Ni sourde, hélas...

"Pas besoin de vous emballer comme ça, je vous ai pas accusé de meurtres je vous demande juste ce que vous comptez faire une fois que vous serez aux commandes car ils sont beaucoup à compter sur ce job pour vivre." Ce n'était pas son cas, ses parents seraient toujours là pour elle en cas de besoin, le Canvas était plus un job pour un job, puis elle avait eu une autre opportunité professionnelle ces derniers temps, elle se posait la question de savoir si elle allait garder ou pas son job au Canvas. "Ça fait onze ans que je suis ici alors forcément l'avenir de ce bar m'intéresse d'autant plus qu'il a vraiment beaucoup de potentiel si on omet le merdier que Carlos a organisé autour." soupira t-elle. Ce type ne lui disait rien qui vaille, sa manière de parler et de se comporter lui donnait l'impression qu'il se pensait plus malin que tout le monde et Angelina n'aimait vraiment pas le ton avec lequel il lui parlait. Ça promettait pour la suite... Angelina pouvait sentir d'ici que son quotidien allait nettement se compliquer et qu'elle pourrait oublier la petite routine qu'elle s'était inventée pour réussir à supporter la perte de Carlos en plus du cancer de son père et des problèmes relationnels qu'elle rencontrait avec le père de son enfant. Décidément, le sort s'acharnait et Angelina commençait sérieusement à s'en lasser. "Bon, et qu'est-ce qui vous chiffonne dans le livre des comptes ? Parce que déjà que ça a été une vraie galère pour convaincre Carlos d'en tenir un... Il n'avait pas trop envie qu'on mette le nez dans ses petites affaires. À mon avis vous êtes pas au bout de vos surprises." déclara t-elle. Elle espérait qu'il aimait les retournements de situation car sa vie allait être prochainement très mouvementée, pour ne pas dire totalement disloquée. Carlos avait fait énormément de magouilles, Angelina était au courant d'une partie mais il existait encore de nombreuses zones d'ombre. Elle supposait que ce n'était plus son problème maintenant qu'il y avait un nouveau shérif en ville.




LAST, BUT NOT LEAST.
hot as hell ☽ He calls me the devil I make him wanna sin. every time I knock, he can't help but let me in. must be homesick for the real. I'm the realest it gets, you probably still adore me with my hands around your neck
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Lun 18 Déc - 2:22


Every moment is a fresh beginning
feat Angelina Gilmore
M'étais-je emballé? A dire vrai, si c'était le cas, je ne m'en étais même pas rendu compte. Etre sur la défensive était devenue comme une seconde nature chez moi: cela me permettait de me protéger du monde extérieur. Il est évident que je n'étais pas du genre à me montrer chaleureux et que je ne respirais pas la joie de vivre lorsque l'on me voyait mais au regard de tout ce que j'avais enduré au cours de mon existence, c'était déjà un miracle que je ne sois pas devenu un monstre dénué de la moindre émotion. Malgré tout, ce n'était pas pour rien que j'aimais me comparer à un loup solitaire: c'est vrai que je montrais souvent les crocs et que l'on préférait fuir ma compagnie la plupart du temps mais si je me montrais agressif, ce n'était pas parce que j'étais foncièrement méchant mais simplement parce que je me méfiais de la nature humaine et du monde qui m'entourait. Pour connaître ma véritable nature, il fallait s'armer de patience pour gagner ma confiance: il était difficile de m'apprivoiser mais celui qui parvenait à ses fins réalisait alors qu'en réalité, j'étais simplement une bête blessée.

Sans le vouloir, il était donc possible que je sois monté sur mes grands chevaux mais je ne comptais pas m'excuser pour autant. Déjà parce que ce n'était pas dans ma nature de prendre de telles initiatives sauf lorsque je me sentais vraiment en tort mais également parce que j'estimais que c'était Angelina qui avait mis le feux aux poudres: peut être que si elle s'était montrée courtoise à mon égard dès le départ, j'aurais évité de lui parler sur ce ton mais désormais, le mal était fait. Cependant, j'allais faire mon possible pour ne plus me braquer mais ce n'était pas gagné d'avance me connaissant: il était parfois difficile de lutter contre ses vieux réflexes. Gardant le silence l'espace d'un instant, je pris une profonde inspiration pour me calmer et m'adressais alors à Angelina en employant un ton plus posé.

- Je comprends votre inquiétude et c'est tout à votre honneur de vous faire du mouron pour le personnel de cet établissement. De mon côté, je pense m'être montrer honnête à  votre égard en vous expliquant ma manière de fonctionner. Maintenant, libre à vous de m'accorder ou non votre confiance: c'est à vous de décider.

A vrai dire, je me fichais pas mal de l'opinion que la jeune femme pouvait se faire de ma personne: j'avais appris à ne compter que sur moi-même depuis une dizaine d'années et j'assumais donc qui j'étais. De plus, j'avais peut être des défauts à la pelle mais personne n'avait le droit de remettre en cause mon intégrité: j'étais quelqu'un de droit et de totalement honnête qui n'avait jamais peur de se montrer franc. Après, si Angelina ne pouvait pas me voir en peinture ou qu'elle doutait de ma parole, c'était son problème, pas le mien: encore une fois, je n'étais pas là pour me montrer courtois et agréable en sa compagnie mais pour m'occuper de ce bar que Carlos m'avait laissé en héritage.

Par la suite, Angelina me confirma à demi-mots ce que je soupçonnais déjà depuis que j'avais compris que mon cousin était mort dans des circonstances troubles: de toute évidence, il avait dû s'embarquer dans des combines qui avaient fini par avoir raison de lui. Je me demandais vraiment ce qu'il avait trafiqué à tel point qu'à force, cette question allait sûrement finir par m'obséder. Quoi qu'il en soit, je constatais également que la jeune femme restait campée sur ses positions: à ce rythme, l'ambiance promettait vraiment d'être glaciale entre nous.

- Vous parlez comme si vous étiez déjà convaincue dans votre fort intérieur que j'allais couler ce bar. Mon cousin était la seule famille qui me restait donc croyez bien que je n'ai aucune envie de le décevoir: Carlos m'a confié cet établissement car il pensait sans doute que j'étais capable de prendre sa succession et je compte bien me montrer à la hauteur des espoirs qu'il a placé en moi.

Elle aurait beau dire le contraire, je sentais que ma présence lui déplaisait au plus haut point: elle devait sans doute penser que je n'étais pas à ma place en ces lieux même si j'ignorais encore ce qui lui posait vraiment problème. Sans doute que je finirais tôt ou tard par le découvrir mais de toute manière, ce n'est pas ce détail insignifiant qui risquait de me tracasser. Par la suite, Angelina évoqua de nouveau le livre des comptes et je ne pus m'empêcher d'arborer un sourire empli d'ironie quand elle me confia que je n'étais pas au bout de mes surprises. D'une certaine manière, c'était l'histoire de ma vie: le destin adorait me prendre de court pour faire de mon existence un véritable enfer. Arborant par la suite un regard songeur, je pris la parole tout en laissant mes yeux se perdre dans le vide.

- Ma vie n'a jamais eu de cesse d'être mouvementé: aujourd'hui, plus rien ne peut me surprendre. Quand à Carlos, j'imagine aisément pourquoi il pensait de la sorte même si j'aurais préféré me faire des idées à ce sujet. Quand à ce livre des comptes, il est très bien tenu et une personne lambda n'y verrait que du feu mais je ne suis pas né de la dernière pluie: même en imaginant que ce bar faisait des recettes records au quotidien, il est humainement impossible que vous en soyez arrivés à atteindre de tels bénéfices.

Je devais l'avouer: cela ne me disait rien qui vaille et peut être en effet que je risquais d'avoir des surprises au tournant. J'avais sûrement des raisons de m'inquiéter mais comme j'avais déjà tout perdu, cela ne me faisait nie chaud, ni froid. Au regard de la tension qui régnait entre nous, j'hésitai un instant à poser à Angelina une question qui me brûlait les lèvre mais finalement, je décidais de me jeter à l'eau.

- J'ai joué franc jeu avec vous jusqu'ici donc j'aimerais que vous en fassiez de même: est ce que vous savez ce que trafiquait Carlos?
  
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la maman poule
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29
SURNOM : Le peu d'amis qu'elle possède l'appelle Angie, ses parents l'appellent affectueusement Lila.
STATUT : Renoue doucement avec sa vie de femme mise de côté ces quatre dernières années.
MÉTIER : Barmaid au Canvas et maman à temps plein le jour.

POSTS : 936 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Maman d'un petit Abel qu'elle a eu par accident avec son ex Arthur Iver. Elle n'a pas eu d'homme dans sa vie depuis qu'elle est tombée enceinte il y a quatre ans. Elle est connue sur Brisbane car ses parents adoptifs sont richissimes. Hélas son caractère de feu et sa personnalité border-line ont conféré à lui construire une très mauvaise réputation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

ANGOENIX
So tell me when you hear my heart stop. You're the only one who knows. Tell me when you hear my silence, There's a possibility I wouldn't know. So tell me when my sorrows over. You're the reason why I'm closed. Tell me when you hear me falling.


ARTHULINA
We gave our best, it wasn't enough. You get upset, we argue too much. We made a mess of what used to be love. Going nowhere fast. We've reached the climax.


ANGININA
So maybe we're different. Maybe we're totally different. Maybe we'll never be friends. But I know your heart and you know mine.




BEFORE IT'S TOO LATE
And the risk that might break you
is the one that would save
A life you don't live is still lost
So stand on the edge with me
Hold back your fear and see
Nothing is real 'til it's gone



nina3kane2callum • [url=http://www.30yearsstillyoung.com/t15943-friends-only-friends-kane hadriencarlisleagathephoenix
RPs EN ATTENTE : arthur6 • azur3
RPs TERMINÉS : azur1arthur1lydiaphoenix1arthur3debraarthur2nina1arthur4nina2azur2arthur5kane1
PSEUDO : SPURRYQUICK
AVATAR : MEGAN FOX
CRÉDITS : Hedgekjey pour la signature.
DC : X
INSCRIT LE : 21/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t14297-angie-karma-karma-don-t-you-let-me-down http://www.30yearsstillyoung.com/t14329-angie-if-you-had-my-love

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Jeu 28 Déc - 11:33


A N G E L I NA  & N I K K I
« you came along & you cut me loose »

Angelina avait mis des années à comprendre les rouages du fonctionnement obscure du Canvas et même encore aujourd'hui elle n'y était pas totalement parvenue. Des zones d'ombres persistaient et rien ne disait que tout ne pourrait pas partir en live en un claquement de doigts. C'était clairement ce qu'il s'était passé avec la mort de Carlos, Angie ignorait si c'était le début ou la fin de quelque chose mais elle priait pour que les flics ne s'en mêlent pas trop et que les types qui avaient descendus Carlos ne viendraient pas la chercher en apprenant qu'elle avait tenu la barque jusqu'à l'arrivée du cousin. Si le cousin pensait d'ailleurs qu'il réglerait tout ça avec un coup de baguette magique il se mettait clairement le doigt dans l'oeil. Si elle n'était pas parvenue à solutionner la situation alors que ça faisait plus de dix ans qu'elle bossait ici elle voyait difficilement comment ce Nikki pouvait faire quoique ce soit pour l'établissement. Il lui déclara que c'était à elle de décider de lui donner sa confiance ou pas. Angelina le regarda un instant avant de répondre : "Je ne donne pas facilement ma confiance aux gens en général mais je suppose que je n'ai pas vraiment le choix si il va falloir qu'on travaille ensemble."

Soudainement l'offre d'Hadrian Krenaste de quitter le milieu de la nuit pour devenir son assistante devenait particulièrement alléchante. Lorsqu'elle avait voulu démissionner, cela avait coïncidé avec la mort de Carlos la mettant dans une situation fort délicate. Elle avait alors vu en le Canvas une nouvelle opportunité, un coup du destin mais maintenant que le cousin était là, c'était soit elle luttait pour garder son poste de manager et se lançait dans un conflit sans fin, soit elle partait bosser dans cette maison d'édition. Finalement, Angelina se découvrait un boulevard de possibilités. Lorsque le cousin parla des espoirs que Carlos avait placé en lui, la belle brune éclata de rire. Connaissait-il vraiment Carlos ? "Carlos ne nourrissait d'espoir en personne, Carlos avait compris qu'il s'était foutu dans la merde et qu'il avait besoin de quelqu'un pour nettoyer derrière lui. Ca n'a rien avoir avec vous, ne pensez pas qu'il a exprimé ses dernières volontés en vous demandant de venir ici, il avait peur pour sa peau et avait besoin de quelqu'un pour lui dire que tout irait bien." Angelina était évidemment dévastée par la mort de son patron mais elle n'oubliait pas sa mentalité sournoise qui avait fait sa réputation. Carlos n'avait sûrement espéré aucune solution miracle de son cousin, mais sentant le vent tourner il avait voulu s'assurer que quelqu'un vienne l'aider à se sortir d'une situation inextricable. Depuis le temps qu'il jouait... Il avait perdu.

Puis vint le sujet du livre des comptes, le fameux livre des comptes qui avait été un vrai casse-tête malgré qu'Angelina avait la bosse des maths. C'était étrange de voir que le cousin avait capté quelques incohérences alors que le peu de personnes qui avaient laissé ses yeux parcourir ces pages n'y avait vu que du feu. Angelina se rapprocha pour regarder les pages du livre à son tour. "Mais c'est quoi votre métier à la base au juste ? Vous êtiez dans la finance ou quelque chose dans le genre parce que j'ai vraiment fait du mieux que je pouvais pour cacher les singeries de Carlos. Le fait est que le bar tourne quand même très bien, on a nos invités et nos petits rituels de soirée. Ca peut vraiment tourner bien les gros soirs de week-end, les gens aiment venir dans ce trou miteux." répondit-elle. Il est vrai que les bénéfices étaient énormes, comprendre ce qu'il se passait ici ne nécessitait pas d'avoir fait des études en finance en fait. Le cousin ne lâchait pas l'affaire et il termina par demander ce qu'il se passait ici. Est-ce qu'elle savait ce que trafiquait Carlos ? Angelina soupira, il était encore trop tôt pour un whisky mais un café lui donnerait le coup de fouet nécessaire à affronter cette journée et ces questions désagréables. "Je vais me faire un peu de café vous en voulez ?" Elle se retourna vers la Nespresso cachée à côté de la caisse. Carlos l'avait mise là car il ne supportait plus de voir Angelina, cette accro à la caféine, faire des allers retours pendant son service pour se faire des shots d'expresso. Ainsi, la jeune femme pouvait se servir son café sans quitter son bar. Elle inséra une capsule dans la machine tandis que l'eau chauffer et poussa un long soupir à nouveau. "Bon, ma théorie c'est qu'il blanchissait de l'argent pour quelqu'un voir plusieurs personnes. J'ai jamais vu l'argent de mes propres yeux à part une fois quand je suis repassée au bar après la fermeture car j'avais oublié un truc. J'ai voulu aller lui dire bonne nuit et je l'ai retrouvé avec des liasses de billets dans son bureau. C'est la seule fois. Il a prétexté que c'était des liquidités du bar alors que c'est moi qui m'en occupait et que j'avais déjà rangé tout ça dans le coffre." expliqua t-elle en secouant la tête. "Peut-être qu'il en a eu marre d'être la chienne de la mafia ou de peu importe qui lui demandait de faire ça, il a essayé de se rebeller et il s'est fait descendre." termina Angelina en haussant les épaules. Elle ne voyait que ça de toute manière, les bénéfices étaient hors-norme, le cousin avait mis le doigt sur ce qui clochait et autant qu'il sache tout et qu'il sache où il mettait les pieds. "Il n'est pas trop tard pour reprendre un avion pour Dublin." s'amusa Angelina en faisant couler son café.




LAST, BUT NOT LEAST.
hot as hell ☽ He calls me the devil I make him wanna sin. every time I knock, he can't help but let me in. must be homesick for the real. I'm the realest it gets, you probably still adore me with my hands around your neck
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   Ven 29 Déc - 18:35


Every moment is a fresh beginning
feat Angelina Gilmore
Étrangement, je me disais que ce n'était pas plus mal que cette charmante jeune femme possède un certain culot tout comme il aurait été injuste de ma part de la juger juste parce qu'elle avait une grande gueule. Au moins, cela prouvait qu'elle savait ce qu'elle voulait et même si je me serais bien gardé de l'avouer, je préférais tomber sur quelqu'un qui n'avait pas peur de me tenir tête plutôt que d'être confronté à une personne qui manquait cruellement de caractère. J'avais toujours été exigeant avec moi-même sur un plan professionnel: j'aimais donc être entouré par des personnes qui n'avaient pas peur de s'affirmer et qui ne manquaient pas d'ambition. Visiblement, avec Angelina, j'allais être servi sur ce plan là et au regard du merdier dans lequel je venais visiblement de foutre les pieds, il était clairement préférable que je ne sois pas le seul à manquer de cran même si à contrario, je me doutais qu'au quotidien, notre relation risquait de faire de sacrées étincelles.

Au fond, je pense que ce qui me dérangeait vraiment était que cette jeune femme me voit comme un parasite et qu'elle me considère comme un ennemi parce que quelque part, j'avais pris une place qu'elle pensait sûrement récupérer suite à la mort de Carlos. Je ne savais pas si elle vivait cela comme une trahison de la part de mon cousin mais vraisemblablement, c'est sur ma personne qu'elle rejetait toute sa frustration. Seulement, encore une fois, pouvais-je la blâmer pour cela? N'aurais-je pas réagi de la même manière si les rôles avaient été inversés? C'est vrai qu'après tout, je devenais propriétaire d'un bar dont je ne m'étais jamais occupé alors qu'à contrario, Angelina semblait s'être pleinement investie dans le Canvas depuis bon nombre d'années. Dans ces conditions, c'était un peu normal qu'elle ne m'accueille pas les bras ouverts.

Est ce que cela signifiait que j'éprouvais de la compassion pour Angelina? Non, sûrement pas ou en tout cas, je refusais de me laisser attendrir par une jeune femme qui m'avait réservé un accueil aussi froid alors qu'elle ignorait tout de ma personne. J'avais dans l'idée qu'elle ne m'imaginait pas à la hauteur de la situation sans doute parce qu'elle pensait que je n'avais jamais manqué de rien ou que ma vie avait toujours ressemblé à un long fleuve tranquille. Seulement, peu importe comment elle me percevait, j'étais persuadé qu'elle était très loin de la vérité: en même temps, personne ne pouvait imaginer une seule seconde tout ce que j'avais enduré depuis ma naissance surtout que je ne laissais jamais rien paraître.

Ce qui était certain, c'est que nous n'étions pas sur la même longueur d'onde et je n'étais pas persuadé que nous puissions trouver un terrain d'entente dans un avenir plus ou moins proche. Seulement, il fallait bien que l'on fasse contre mauvaise fortune, bon cœur car dans le cas contraire, c'est le Canvas qui risquait d'en payer le prix en premier lieu. Or, j'étais convaincu que ma nouvelle collaboratrice était assez intelligente pour comprendre cela: après tout, qu'avions nous à gagner à nous livrer à une guerre sans merci? Il était préférable que l'on mette nos différents de côté. Même si elle le faisait probablement à contre cœur, je fus donc heureux de l'entendre dire qu'elle était prête à m'accorder sa confiance: c'était toujours ça de gagner.

- Au moins, cela nous fait un point en commun. Je ne suis pas non plus du genre à accorder ma confiance au premier venu sachant le nombre de fois où je m'en suis mordu les doigts par le passé mais même si vous ne m'appréciez pas, j'ai envie de penser que vous n'irez pas jusqu’à me poignarder dans le dos.

Elle avait donc accepté la main que je lui tendais et même si elle avait signé l'armistice à reculons et qu'il était fort possible qu'elle déterre la hache de guerre à tout moment, je voulais croire qu'elle se montrerait professionnelle jusqu'au bout des ongles. Avec Angelina, je n'étais plus à une surprise près mais j'admets que quand elle se mit à rire brusquement, je l'observai tout en fronçant les sourcils. Pourquoi une telle réaction? A en croire ce qu'elle racontait, elle avait l'air d'insinuer que Carlos m'avait bien roulé dans la farine. Non, je ne voulais pas y croire une seule seconde et pourtant...

Même si Angelina ne m'aimait pas, je doutais qu'elle cherche à me mentir: en tout cas, je ne l'imaginais pas assez fourbe pour employer une stratégie qui aurait eu comme seul but de me retourner le cerveau. Or, il ne fallait pas se mentir: de nous deux, c'est elle qui était la mieux placée pour connaître la véritable personnalité de Carlos. Certes, il avait été présent pour me réconforter quand j'avais perdu ma femme mais nos rapports s'étaient toujours limités à de simples appels téléphoniques. Était-il donc envisageable que dès le départ, il est cherché à me manipuler? J'avais du mal à le croire mais comme Carlos était la seule famille qu'il me restait, il était fort possible que l'affection que je lui portais m'ait aveuglé et que je ne me sois donc pas rendu compte de ses véritables intentions à mon égard. Cela avait de quoi me foutre un coup au moral mais je n'étais plus à ça près: après tout, il y a bien longtemps que je demeurais insensible à toute forme de souffrance. Du coup, je restais de marbre et me contentais de pousser un léger soupir.

- Peut être que vous avez raison mais peu importe la considération qu'il m'accordait, je sais aussi ce que je lui dois. Alors même s'il me voyait comme une simple roue de secours qui pourrait le dépanner de la merde dans laquelle il s'était foutu, il n'en demeure pas moins qu'il était la seule famille qu'il me restait. De toute manière, ce n'est pas moi qui vais le juger alors qu'il n'est plus de ce monde: je suis un homme de parole donc je respecterai la promesse que je lui ai faite même si cela s'avère être un cadeau empoisonné.

Rien ne pouvait plus me déconcerter ou me déstabiliser mais je reconnaissais volontiers que ce que venait de me confier Angelina me donnait matière à réfléchir. Pour autant, je n'avais pas envie de me prendre la tête et je fus donc le premier ravi quand Angelina en vint à changer de sujet en s'attardant sur le livre des comptes. Elle ne comprenait pas comment il était possible que j'ai pu mettre à jour les manigances de mon cousin: cela me confirmait qu'elle était loin d'imaginer quel homme j'étais réellement. A 48 ans, j'avais déjà vécu tellement de choses que je n'ignorais plus rien de la vie. Tout en donnant le livre à Angelina, j'essayais de lui expliquer comment j'étais parvenu à cette conclusion.

- Pour faire simple, dites vous simplement qu'à Dublin, je tenais un bar qui était sans doute deux fois plus grand que le Canvas. Sachant que la plupart du temps, il était plein à craquer et que nous faisions un très bon chiffre d'affaire, j'ai tout de suite trouvé louche en parcourant votre livre des comptes que vous fassiez autant de bénéfices. En général, je m'occupais de toute la paperasserie dans mon établissement mais il est vrai que durant un temps, j'ai laissé les commandes de mon bar à l'un de mes collaborateurs pour des raisons personnelles. Or, il se trouve que quand je suis revenu au bout de deux mois, j'ai tout de suite découvert que mon collègue avait tenté de tirer avantage de la situation pour arrondir ses fins de mois. Pourtant, lui aussi avait pris ses précautions mais quand tu es habitué à tenir un livre des comptes durant des années de manière scrupuleuse, même la moindre petite incohérence te saute tout de suite aux yeux.

En somme, j'avais de la bouteille mais cela ne me réjouissait pas forcément des masses. Il est clair que j'avais de l'expérience à revendre mais à quoi cela me servait aujourd'hui? J'avais une vie tellement morose que je ne souhaitais à personne d'être à ma place. Voulant clore le sujet du livre des comptes, j'en arrivais donc à la question qui fâche: contre toute attente, Angelina me demanda si je désirais un café et je me contentais alors d'hocher la tête pour répondre positivement à sa demande. Tout en s'attelant à la tache, la jeune femme ne manqua pas de m'exposer la situation sans tenter de me faire des cachotteries. A dire vrai, je ne m'attendais pas à ce qu'elle fasse preuve d'une telle honnêteté mais j'appréciais qu'elle se soit livrée sans le moindre détour bien que du même coup, je réalisais un peu plus à quel point Carlos avait franchi les limites du raisonnable. Si vraiment, mon cousin en était arrivé à faire des transactions avec la mafia, sa mort n'annonçait rien de bon: en général, ils étaient capables de faire perdurer leurs représailles tant qu'ils n'avaient pas récupérer la somme qu'ils réclamaient.

Quoi qu'il en soit, cette situation avait de quoi faire froid dans le dos et sans doute que si j'estimais que ma vie avait encore un sens, j'aurais peut être réfléchi à deux fois à ce que venait de dire Angelina en me confiant qu'il n'était pas trop tard pour que je retourne à Dublin. Je m'amusais aussi de sa réflexion et me surpris même à jouer la carte de l'humour quand elle m'apporta mon café.

- Et passer à côté de l'opportunité de rendre ma vie plus excitante? Je ne voudrais rater ça pour rien au monde.

Oui, je préférais en rire: de toute manière, qu'avais je à perdre? Le destin m'avait déjà tout enlevé. Après avoir bu une gorgée de mon café, je repris la parole tout en employant un ton plus sérieux.

- Et de votre côté, vous êtes certaine de vouloir rester malgré ce que cela implique?
  
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you came along and you cut me loose (nikki)   


Revenir en haut Aller en bas
 

you came along and you cut me loose (nikki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: canvas
-