AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 The best mirror is an old friend / Nikki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
les doigts de fée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (02/07/86)
SURNOM : Baby, le surnom que son père lui donnait et que ses amis d'enfance ont adopté
STATUT : célibataire (lucky i'm in love with my best friend)
MÉTIER : créatrice de bijoux qu'elle vend sur Internet/vendeuse à mi-temps dans une boutique d'antiquités
LOGEMENT : #16 Toowong, coloc avec Andy #bestcolocever, Summer (pnj) et Colson (pnj)

POSTS : 881 POINTS : 3040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Un coeur en or ; un rire ultra communicatif ; une volonté de fer ; un secret bien gardé ; des troubles du comportement alimentaire depuis l'adolescence ; un talent inné pour le karaoké après avoir bu quelques verres
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : Hassan ☆ Joanne ☆ Essence ☆ Liv ☆ Soren ☆ Howard

RPs TERMINÉS : Andy#1
PSEUDO : Liz
AVATAR : Emilia Clarke
CRÉDITS : liz / bat'phanie
DC : aucun
INSCRIT LE : 23/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17255-leena-into-the-light-of-the-dark-black-night-en-cours http://www.30yearsstillyoung.com/t17302-leena-here-comes-the-sun http://www.30yearsstillyoung.com/t17303-leena-scofield#668676 http://www.30yearsstillyoung.com/t17332-leena-scofield#669484

MessageSujet: The best mirror is an old friend / Nikki   Dim 24 Déc - 13:09


En arrivant dans la rue où se tenait le bar de Nikki, Leena ralentit le pas. Si elle était partie bille en tête en sortant de la boutique d’antiquités, sans réfléchir et bien décidée, le doute s’était soudainement emparé d’elle : Nikki n’avait répondu à aucun de ses messages, et s’il avait sans doute changé de numéro de téléphone il était bel et bien actif sur son compte instagram. Pourquoi refusait-il le contact ? Après toutes ces années, pourquoi ne voulait-il pas la revoir, ou au moins avoir de ses nouvelles ? C’était comme si le souvenir passé refaisait surface, aussi douloureux qu’il avait été sur le moment. Si leur rencontre, plusieurs années auparavant, avait été complètement fortuite, il s’était instauré entre Leena et Nikki une relation particulière à laquelle elle s’était énormément attachée. Nikki était un homme doux sous sa carapace et Leena s’était construit un lien avec lui qu’elle n’avait avec personne d’autre, comme une projection du grand-frère qu’elle n’avait jamais eu ou du père qui avait disparu – ou plus simplement un ami, avec qui elle avait passé de très bons moments en Irlande et qu’elle avait ensuite gardé tout près d’elle, malgré la distance qui les avait séparés. Et puis du jour au lendemain, plus rien ; la femme de Nikki était décédée et il avait disparu, et malgré les appels incessants de Leena il n’avait jamais décroché. Le temps fait ensuite le reste ; elle ne s’était pas sentie de courir après qui ne voulait visiblement plus de lien avec elle, malgré la douleur de le perdre et l’incompréhension d’alors. Le retour de Nikki était donc parfaitement surprenant, à bien des égards ; encore plus de le voir visiblement s’installer ici et propriétaire d’un lieu… Il n’était pas du genre à envisager de quitter son Irlande natale. Mais après tout, s’était dit Leena, qui aurait parié sur son propre retour à Brisbane ? La vie était ainsi : une succession de choix et de surprises.

Quand elle pensait à l’Irlande, le pays qu’elle avait préféré avec la Grande-Bretagne, il y avait toujours le souvenir de Nikki quelque part : dans un pub bien au chaud près de la cheminée qui sentait la tourbe, le long d’une route à travers les plaines verdoyantes, à une fête dans un village qui organisait des courses hippiques, à une fête chez des amis, à cette fameuse soirée riches en émotions qui avait fini à l’hôpital. Et puis il avait disparu, laissant tous ces souvenirs quelque part sans donner de nouvelles. Aujourd'hui, Leena trouvait tout cela presque vertigineux : non seulement elle allait peut-être savoir pourquoi il avait décidé de ne plus jamais la contacter, mais en plus, elle allait retrouver ce qui un jour les avait liés, d'une manière ou d'une autre, et n'était pas certaine d'être vraiment prête au fond. Si Nikki avait été assez clairement son père de substitution quand le sien avait baissé les bras, il avait rendu par la même occasion sa disparition encore plus douloureuse.

Elle s'arrêta avant d'avancer un peu plus dans la rue, regardant son reflet dans la porte vitrée d'un établissement. Elle avait forcément changé un peu — même si elle n'en avait pas l'impression — et d'ailleurs elle avait l'air un peu fatigué, cela faisait deux jours qu'elle travaillait d'arrache-pied à son atelier, la période des fêtes étant toujours évidemment plus chargée. Elle passa la main dans ses cheveux et se détourna ensuite, haussant les épaules. De toute façon, Nikki n'avait même pas daigné répondre à un texto. Est-ce qu'il accepterait même de lui parler ?

Cette fois, sans s'arrêter, elle traversa la rue et pénétra dans le Canvas, un bar où elle allait de temps en temps. L'odeur familière des lieux de la sorte infiltra tout de suite ses narines : les effluves de bière ou de vin, de nourriture, avec en touche de fond très légère l'odeur du bois ciré, du cuir. Son coeur battait si fort qu'un bruit désagréable bourdonnait dans ses tempes, comme s'il cherchait à l'assourdir. Il n'y avait pas grand monde, l'après-midi était avancée et touchait à peine à sa fin. Au comptoir, personne ; Leena se hissa sur l'un des hauts tabourets et attendit, tellement stressée qu'elle s'en trouvait pathétique. Puis une silhouette apparut et Leena le reconnut tout de suite : il avait les traits du visage plus tiré mais c'était lui, et elle lui fit un grand sourire. « Bonjour Nikki ! » Un instant. Elle avait posé les mains sur le comptoir et tout d'un coup l'air lui paraissait dense comme de la glace. « Comment ça va ? » Nul. Ridicule. « J'ai vu que tu étais à Brisbane et comme je suis rentrée il y a à peine deux mois maintenant je me suis dit que c'était une sacrée coïncidence... J'ai eu envie de venir te voir. » Elle sourit une nouvelle fois mais elle avait l'impression qu'elle se fragilisait de mot en mot, que Nikki n'en avait plus rien à faire d'elle de toute façon, qu'elle était stupide d'être venue ici, à quoi s'attendait-elle ?! « J'espère que ça ne t'embête pas trop... Et, euh... Tu as du cidre ? » Comme au bon vieux temps — c'était sa boisson préférée, en Irlande.




home again
Many times I've been told speak your mind just be bold so I close my eyes and the tears will clear then I feel no fear my paths will remain straight home again : One day I know I'll feel home again


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: The best mirror is an old friend / Nikki   Mer 27 Déc - 5:16



❝ The best mirror is an old friend. ❞
- Leena Scofield & Nikki Dempsey -
The meeting of two personalities is like the contact of two chemical substances: if there is any reaction, both are transformed.
 D'ici moins d'une semaine, une nouvelle année allait se terminer et à chaque fois que j'étais conscient de cette réalité, je réalisais à quel point le temps passait vite. Noël venait tout juste de s'achever mais il régnait toujours une ambiance festive dans les rues de Brisbane puisque désormais, c'est le réveillon du Nouvel An qui se profilait à l'horizon. Une certaine joie de vivre planait dans l'atmosphère: j'en étais conscient dès lors que je sortais promener Kiara ou que je me baladais dans la ville. Je voyais les gens qui m'entouraient afficher de larges sourires et même si j'étais conscient que tous ne nageaient pas dans le bonheur le plus complet, j'avais dans l'idée qu'en cette période de l'année, ils parvenaient à oublier tous leurs tracas en sachant qu'ils allaient passer des moments inoubliables en compagnie de leurs amis ou des membres de leur famille. Je n'étais pas du genre à envier les autres tout comme je n'avais pas pour habitude de me plaindre de mon sort ou de jalouser de simples inconnus. Je trouvais normal qu'ils profitent du moment présent et ce n'est pas demain la veille que j'allais souhaiter du mal à mon prochain. Malgré tout, j'avouais sans peine que d'un point de vue personnel, je vivais très mal les fêtes de fin d'année car elles me rappelaient sans cesse à quel point j'étais seul. Je n'irais pas jusqu'à dire que le reste du temps, j'étais un homme comblé car il y a déjà bon nombre d'années que je n'avais plus goûté au bonheur mais je m'étais habitué à mener une existence des plus ternes. J'avais choisi de vivre dans ma bulle tel un loup solitaire et je m'accommodais parfaitement de cette situation. Il n'en demeurait pas moins que je ne pouvais pas m'empêcher d'éprouver une certaine nostalgie dès lors que les fêtes approchaient: erré comme une âme en peine au milieu de tous ces gens qui semblaient si joyeux me donnait l'impression de subir une torture des plus insoutenables au quotidien.

Je haïssais cette période de l'année et dire que j'avais le cafard était un euphémisme. Pour éviter de trop cogiter inutilement, je travaillais donc sans relâche si bien que la plupart du temps, je me trouvais dans le bar de mon cousin. Même si je continuais d'entretenir une relation houleuse avec Angelina, je m'étais montré bon prince à son égard et avais allégé son emploi du temps ces derniers jours pour qu'elle puisse profiter des fêtes à sa guise: puis en un sens, je ne cachais pas que j'étais plus zen quand elle ne traînait pas dans mes pattes. Désormais, je gérais cet établissement d'une main de maître et j'étais fier de constater que le bar restait toujours aussi populaire. J'étais surtout heureux que les affaires continuent de bien tourner sans pour autant reproduire les mêmes erreurs que mon cousin. Dès le départ, je m'étais opposé à poursuivre ses combines plus que douteuses et par chance, cela n'avait pas conduit le bar à sa perte, du moins pour le moment. En effet, je demeurais sur mes gardes car j'étais conscient que tôt ou tard, les anciens associés de Carlos finiraient par se manifester et selon toute vraisemblance, ils ne viendraient pas en ces lieux pour effectuer une visite de courtoisie. Il était évident à mes yeux que j'allais être victime de représailles dans un avenir plus ou moins proche mais je ne comptais pas pour autant me faire des cheveux blancs: j'étais prêt à riposter si on me cherchait des noises et j'était surtout déterminé à mettre tout ce qui était en mon pouvoir pour que le Canvas continue de prospérer.

Pourtant, je ne cachais pas que j'étais très nerveux ces derniers temps. Il suffisait que je mette les pieds dans le bar pour éprouver une angoisse sans commune mesure. Encore aujourd'hui, j'avais une boule au ventre qui n'avait de cesse de me rendre soucieux mais cette peur qui envahissait chaque parcelle de mon cœur s'expliquait pour une raison bien précise qui n'avait pas le moindre rapport avec la mort suspecte de mon cousin. Récemment, par le biais des réseaux sociaux, j'avais en effet eu la sensation de voir resurgir un fantôme de mon passé. A ma grande surprise, Leena avait tenté de me contacter et le choc avait été tel que j'avais cru que mon cœur allait s'arrêter de battre. Il faut dire que cette jeune femme n'était pas n'importe qui à mes yeux: je la considérais tout simplement comme la fille que je n'avais jamais eu la chance d'avoir. Durant plusieurs années, nous avions partagé une relation particulièrement fusionnelle puis lorsque la maladie de ma femme s'était aggravée et que j'avais compris que la mort n'allait pas tarder à l'emporter, j'avais choisi de couper les ponts avec Leena si bien que je n'avais plus jamais échangé le moindre mot en sa compagnie. Bien entendu, elle avait continué de me contacter pendant un long moment puis doucement mais sûrement, elle avait fini par lâcher prise.

La chasser de ma vie n'avait pas été chose aisée et j'en avais sacrément bavé pour la rayer de mon existence de manière définitive. D'ailleurs, ce n'était pas pour autant que je l'avais totalement oubliée: en réalité, elle n'avait eu de cesse de demeurer ancrée dans chaque parcelle de mon être. Alors forcément, quand elle m'avait écrit il y a tout juste quelques jours, cela ne m'avait pas laissé de marbre de constater qu'elle tenait absolument à me revoir. Pourtant, encore une fois, j'avais gardé le silence en luttant de toutes mes forces pour ne pas céder à une tentation à laquelle je m'étais promis de résister. Le problème, c'est que je connaissais Leena sur le bout des doigts et si j'étais aussi anxieux, c'est qu'au plus profond de mon cœur, je me doutais que tôt ou tard, elle chercherait à me revoir.

J'espérais me tromper et j'avais envie de croire que je me plantais dans les grandes largeurs mais comme souvent, mon intuition avait vu juste. Alors que je venais de servir un client et que je revenais en direction de mon bar, mon regard se figea quand je la vis soudainement assise au comptoir. Je n'aurais su dire ce que j'éprouvais à cet instant précis mais ce qui est certain, c'est que j'étais limite bouleversé de revoir Leena après tant d'années. D'ailleurs, je crus un instant que j'allais demeurer paralysé mais je parvins à la rejoindre tout en évitant cependant de trop la contempler: je crois que d'une certaine manière, j'avais peur de laisser mes émotions prendre le dessus si je l'observais avec trop d'insistance. Leena était aussi charmante que dans mes souvenirs et aujourd'hui encore, j'aurais reconnu sa douce voix entre mille. Au regard de l'attitude que j'adoptais, on pouvait imaginer que je l'ignorais mais je tentais surtout de me protéger: je craignais qu'elle ne réussisse à percer la carapace que je m'étais construite.

J'avais beau ne pas regarder Leena, je comprenais à quel point je la mettais dans une position délicate. L'intonation de sa voix montrait qu'elle en avait gros sur le cœur sans doute parce qu'elle redoutait ma réaction. De mon côté, j'étais perdu et totalement déstabilisé: j'avais juste envie d'être ailleurs car la simple présence de Leena me gênait au plus haut point. En apparence, je ne laissais rien paraître mais ce n'était qu'une illusion qui risquait de voler en éclats d'un instant à l'autre. Tout en prenant mon courage à deux mains, je regardai alors la jeune femme en affichant un visage dénué de toute émotion.

- Pourquoi tu fais ça Leena? Tu ne crois pas que la situation est déjà assez complexe comme cela?

Dans la foulée, je lui servai malgré tout un verre de cidre avant de prendre de nouveau la parole.

- Tu n'aurais jamais dû venir ici...
   
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
les doigts de fée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (02/07/86)
SURNOM : Baby, le surnom que son père lui donnait et que ses amis d'enfance ont adopté
STATUT : célibataire (lucky i'm in love with my best friend)
MÉTIER : créatrice de bijoux qu'elle vend sur Internet/vendeuse à mi-temps dans une boutique d'antiquités
LOGEMENT : #16 Toowong, coloc avec Andy #bestcolocever, Summer (pnj) et Colson (pnj)

POSTS : 881 POINTS : 3040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Un coeur en or ; un rire ultra communicatif ; une volonté de fer ; un secret bien gardé ; des troubles du comportement alimentaire depuis l'adolescence ; un talent inné pour le karaoké après avoir bu quelques verres
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : Hassan ☆ Joanne ☆ Essence ☆ Liv ☆ Soren ☆ Howard

RPs TERMINÉS : Andy#1
PSEUDO : Liz
AVATAR : Emilia Clarke
CRÉDITS : liz / bat'phanie
DC : aucun
INSCRIT LE : 23/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17255-leena-into-the-light-of-the-dark-black-night-en-cours http://www.30yearsstillyoung.com/t17302-leena-here-comes-the-sun http://www.30yearsstillyoung.com/t17303-leena-scofield#668676 http://www.30yearsstillyoung.com/t17332-leena-scofield#669484

MessageSujet: Re: The best mirror is an old friend / Nikki   Ven 29 Déc - 17:39


Il y a des cassures qui sont plus difficiles que d’autres. En amitié, elles sont toujours particulières : on accorde moins d’importance à un cœur brisé quand il est question d’amitié que d’amour, par convention ou par habitude, quand au fond la puissance et l’importance de la relation avait, sous beaucoup d’aspects, le même poids. Leena avait toujours été quelqu’un pour qui les amis étaient plus importants que le reste, des ancres, des soutiens, des échappatoires. Sans doute était-ce qu’elle s’était reconstruit sa petite famille à elle quand la sienne s’était délitée, ou bien juste parce que c’était son tempérament, de rencontrer et de se lier, pour le meilleur et pour toujours. Nikki avait fait partie de ceux-là depuis qu’elle l’avait connu ; la cassure avait donc été douloureuse et le chagrin réel, d’autant plus quand leur relation amicale était un petit peu différente des autres, en raison de leurs âges respectifs. Nikki avait une aura si rassurante et si communicative — pourtant il n’était pas l’archétype de la personne joviale et solaire mais il y avait quelque chose de doux et de bon qui mettait tout de suite à l’aise. Elle se souvenait tellement de leurs soirées ensemble par la suite, quand parfois il chantait, ou bien quand ils écoutaient de la musique et partageaient leurs goûts musicaux — et même les rares fois où elle avait consenti de regarder des films d’horreur avec lui alors qu’elle était une véritable trouillarde et qu’elle criait à chaque moment un peu trop intense. C’était presque incompréhensible qu’il ait pu la rayer de sa vie de la sorte. Bien sûr il y avait eu sa femme, un coup dur des plus horribles que Leena entendait totalement, mais justement, pourquoi refusait-il du soutien ? Souvent elle s’était demandée ce qu’elle avait fait de mal — ils s’appelaient très souvent au téléphone, peut-être avait-elle oublié de lui donner des nouvelles un jour, ou peut-être lui reprochait-il des choses qu’il ne lui avait jamais dites ? C’était l’explication la plus logique mais pourtant elle n’avait pas de sens : Leena avait toujours accordé à Nikki une place importante de sa vie et n’avait jamais raté une occasion pour le voir ou discuter avec lui ; il savait la faire rire et elle savait le faire parler, et ils s’accordaient à merveille sans que cela leur demande le moindre effort.

Tout de suite, elle sentit combien ses craintes étaient fondées. Quand Nikki apparut enfin, il avait eu presque immédiatement le regard fuyant, se détournant d’elle, la servant du bout des doigts, lui adressant des mots avec une dureté qu’elle ne lui connaissait pas. C’était bien sa voix (grave et un peu rocailleuse) mais ce n’était pas lui pour autant, il avait l’air froid et distant et tellement eu heureux de la trouver là qu’elle dut faire le plus gros des efforts pour ne pas se mettre à pleurer. Ma pauvre fille, tu es trop émotive, lui aurait dit sa mère avec son ton de reproche qu’elle quittait rarement. Et c’était vrai : Leena était incapable de retenir ses larmes dans des situations qui touchaient trop à ses émotions (il n’y avait qu’à se rappeler le départ de Rhett où elle avait pleuré comme une madeleine et même devant lui alors qu’elle s’était juré craché de ne pas trop en faire). Mais en cet instant, la réalité du refus de Nikki était si violente et si glaciale qu’elle se sentait clouée sur place, incapable de faire quoi que ce soit, même pleurer ou s’en aller.

Tu n’aurais jamais dû venir ici.

Les mots vrillèrent ses temps avant de s’imprimer réellement dans son esprit : c’était comme si tout se confirmait, Nikki lui en voulait, pour quelles obscures raisons elle n’en savait rien mais il y avait eu quelque chose de son côté, il était terriblement fâché… C’était là la seule raison plausible, non ? Elle attrapa son verre et le regarda sans le voir, sachant d’avance qu’il lui serait impossible pour le moment d’avaler quoi que ce soit. « Mais… Je ne comprends pas. » commença-t-elle d’une voix blanche. « Pourquoi c’est complexe ? Pourquoi tu ne veux pas me voir, pourquoi tu ne m’as plus jamais donné de nouvelles ? Je ne veux pas t’embêter mais… J’aimerais juste une explication. » Elle savait qu’elle avait l’air parfaitement ridicule à lui parler ainsi, la voix tremblante, mais elle n’en avait vraiment rien à faire. Son cœur était trop blessé, et elle voulait savoir. « Je sais que tu as passé des périodes difficiles et je ne t’en veux pas du tout, vraiment, je ne te reviens pas pour te faire la morale, mais je voulais juste profiter du fait que tu sois à Brisbane pour avoir un peu de tes nouvelles ? Tu me manques, Nikki, c’est juste ça… » Rien de plus. Elle chercha son regard, sans succès. Il avait l'air maussade, et quelque chose en lui avait changé, comme si il avait perdu cette petite étincelle de malice qui le caractérisait si bien. « Est-ce que j'ai fait quelque chose qui t'a offensé ? Si oui, je suis désolée. » Que pouvait-elle faire de plus ? Elle avait l'impression de taper dans un mur, et d'avancer de seconde en seconde vers lui, avant l'inévitable collision.




home again
Many times I've been told speak your mind just be bold so I close my eyes and the tears will clear then I feel no fear my paths will remain straight home again : One day I know I'll feel home again


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Coco, Kiki
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Gérant d'un bar
LOGEMENT : Bayside, appartement #06

POSTS : 278 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : A bien l'intention de retrouver ceux qui ont causé la mort de son cousin peu importe les problèmes que cela lui apportera.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : You came along and you cut me loose ∆ Angelina Gilmore.

A friend is someone who knows the song in your heart and can sing it back to you when you have forgotten the words ∆ Sid Bauer

The best mirror is an old friend ∆ Leena Scofield

Sometimes, you meet people who become chapters in your stories ∆ Milena Grimes

We don’t meet people by coincidence: they are meant to cross our paths for a reason ∆ Maura Hazard-Perry
PSEUDO : Sweety
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
CRÉDITS : Tumblr
DC : //
INSCRIT LE : 25/11/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17606-nothing-can-stop-your-destiny-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17653-live-each-day-as-if-its-your-last-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17654-nikki-dempsey http://www.30yearsstillyoung.com/t17655-nikki-dempsey

MessageSujet: Re: The best mirror is an old friend / Nikki   Sam 30 Déc - 0:50



❝ The best mirror is an old friend. ❞
- Leena Scofield & Nikki Dempsey -
The meeting of two personalities is like the contact of two chemical substances: if there is any reaction, both are transformed.
Je ne pouvais même pas dire à quel point je me sentais minable de parler de la sorte à une jeune femme aussi douce et adorable que Leena. Cela me répugnait totalement d'adopter une attitude aussi immonde en sa compagnie mais il m'était impossible de faire autrement. Même si cela me fendait le cœur, je ne perdais pas de vue qu'en réalité, mon seul et unique but était de la protéger de la personne que j'étais devenu: je n'avais donc d'autre choix que de la rejeter pour son propre bien. Quel genre de monstre étais-je pour repousser cet ange descendu du ciel qui avait toujours trouvé les mots justes pour apaiser ma peine lorsque la santé de ma femme avait commencé à se dégrader de manière presque irréversible? Pendant tant d'années, le simple fait de la côtoyer avait pourtant illuminé mon quotidien: malgré sa relative jeunesse, je m'étais tout de suite attaché à sa personnalité au combien séduisante. Leena était une jeune femme tellement exquise et emplie d'une telle bonté qu'il suffisait de la fréquenter pour tomber sous son charme. Pour ma part, je n'avais pas tardé à la considérer comme ma propre fille tellement je l'avais trouvée irrésistible à bien des égards. Il faut dire que je l'avais rencontrée dans des circonstances particulières croisant sa route alors que l'une de ses amies se trouvait entre la vie et la mort après avoir été renversée par un chauffard. Je me souvenais de la peine que j'avais éprouvé en l'apercevant seule dans cette salle d'attente. Lorsque j'avais compris à quel point elle était désespérée de se sentir tellement impuissante, je n'avais pas pu m'empêcher de venir à son chevet comme si dès cet instant, je m'étais senti obligé de la prendre sous mon aile pour la protéger du mieux que je le pouvais. Encore aujourd'hui, je me rappelais d'être resté à ses côtés jusqu'au petit matin comme si au plus profond de mon cœur, j'éprouvais déjà le besoin de veiller à son bonheur.

En sa compagnie, je m'étais souvent surpris à devenir un autre homme comme si elle avait fait naître une fibre paternelle en moi. Je ne m'étais jamais permis de m'impliquer dans sa vie privée estimant qu'elle menait son existence comme elle le désirait mais je ne cachais pas que je l'avais souvent couvert d'affection tout en lui prêtant une oreille attentive dès qu'elle le désirait. D'une certaine manière, on pouvait dire que j'avais été une sorte de papa poule doublé d'un ami avec lequel elle aimait délirer quand elle ressentait le besoin de se détendre et de s'amuser. Nous avions passé tellement de moment inoubliables ensemble qu'il m'aurait été impossible de tous les citer.

Et voilà que maintenant, je mettais les bouchées doubles pour que Leena débarrasse le plancher. Je faisais des pieds et des mains pour virer ma fille de cœur de ma vie: c'était insensé et pourtant inévitable. Voilà d'ailleurs pourquoi depuis un peu plus de huit ans, je m'arrangeais pour demeurer un loup solitaire sans la moindre attache: c'était justement pour éviter de me retrouver dans une situation aussi pénible et douloureuse que je gardais une certaine distance avec les gens qui m'entouraient. Le problème, c'est qu'il ne m'était jamais venu à l'esprit qu'une de mes anciennes connaissances chercherait à tout prix à me revoir. C'était presque indécent que Leena m'accorde encore autant de crédit alors qu'il y a quelques années, je l'avais délaissé comme la dernière des enflures. Qu'elle ne m'en tienne pas rigueur en disait long sur la perle rare qu'elle était et dans ces conditions, me montrer aussi glacial à son égard revenait à subir une torture des plus insoutenables.

J'aurais espéré que Leena s'en aille sans demander son reste mais cela aurait été trop facile. Si elle avait cherché à revenir dans ma vie alors que je l'ignorais depuis déjà de longues années, comment pouvais-je espérer lui faire entendre raison au travers de simples paroles aussi blessantes soient-elles? Aux yeux de Leena, c'était visiblement inacceptable: elle avait besoin de comprendre pourquoi j'avais choisi de ne plus lui parler. Bien évidemment qu'elle était en droit d'exiger des explications mais je n'étais pas persuadé que cela lui permettrait de se sentir mieux. Quoi qu'il en soit, sa gentillesse excessive me donnait la chair de poule comme si je luttais intérieurement pour ne pas la prendre dans mes bras alors qu'une partie de moi en mourait d'envie. Comment diable allais-je pouvoir me sortir de ce pétrin inextricable? J'avais l'impression que Leena chamboulait chacun de mes sens comme si j'étais à l'aube d'une métamorphose: il fallait donc que je tranche dans le vif avant d'aller au devant d'une mauvaise surprise. Voyant la tournure des événements, je décidais de prendre le taureau par les cornes: en effet, l'attitude de Leena n'avait pas manqué d'attiser la curiosité de plusieurs clients qui se demandaient sûrement pourquoi la jeune femme semblait si confuse. Comme j'avais particulièrement horreur d'être au centre des attentions, je décidais donc d'abandonner mon poste l'espace de quelques minutes. Attrapant Leena par la main, je l'entraînais alors vers le fond de la salle tout en demandant à l'un de mes employés de surveiller le bar en mon absence. Une fois à l'abri des regards, je me posais alors devant Leena et l'observa tout en croisant mes bras sur mon torse. J'étais tellement décontenancé que ce n'est qu'au bout de longues secondes que je pris enfin la parole.

- Ecoute Leena, tu n'as rien à te reprocher. Tu ne m'as jamais blessé et je te dois même beaucoup: je continuerai de chérir tous les moments que nous avons vécu tous les deux. Seulement maintenant, il faut absolument que tu passes à autre chose et que tu me rayes de ta vie: crois moi, tu ne dois plus me fréquenter ou tu finiras par en souffrir tôt ou tard.

Je continuais de la contempler avec un visage fermé mais j'étais au bord de l'implosion.

- Si tu m'aimes un minimum, quitte ce bar dès à présent: c'est ce que tu as de mieux à faire. Le Nikki que tu as connu est mort il y a déjà plusieurs années...
   
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
les doigts de fée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (02/07/86)
SURNOM : Baby, le surnom que son père lui donnait et que ses amis d'enfance ont adopté
STATUT : célibataire (lucky i'm in love with my best friend)
MÉTIER : créatrice de bijoux qu'elle vend sur Internet/vendeuse à mi-temps dans une boutique d'antiquités
LOGEMENT : #16 Toowong, coloc avec Andy #bestcolocever, Summer (pnj) et Colson (pnj)

POSTS : 881 POINTS : 3040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Un coeur en or ; un rire ultra communicatif ; une volonté de fer ; un secret bien gardé ; des troubles du comportement alimentaire depuis l'adolescence ; un talent inné pour le karaoké après avoir bu quelques verres
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : Hassan ☆ Joanne ☆ Essence ☆ Liv ☆ Soren ☆ Howard

RPs TERMINÉS : Andy#1
PSEUDO : Liz
AVATAR : Emilia Clarke
CRÉDITS : liz / bat'phanie
DC : aucun
INSCRIT LE : 23/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17255-leena-into-the-light-of-the-dark-black-night-en-cours http://www.30yearsstillyoung.com/t17302-leena-here-comes-the-sun http://www.30yearsstillyoung.com/t17303-leena-scofield#668676 http://www.30yearsstillyoung.com/t17332-leena-scofield#669484

MessageSujet: Re: The best mirror is an old friend / Nikki   Lun 8 Jan - 16:27


C’était toujours dans ce genre de moment — quand tout semble en péril — que Leena se rendait compte, goûtant à l’amertume du « trop tard », qu’elle aurait voulu dire une foule de choses qui auraient peut-être changé la donne. Elle avait une impression de déjà-vu ; il y a un an, quand Rhett lui avait annoncé son départ et par la même occasion la fin de ce qui les liait (ce quelque chose d’indéfinissable) elle s’était dit qu’elle avait tout raté, que le temps passait trop vite et qu’on ne prenait pas le temps de parler, qu’elle aurait dû lui dire bien avant combien il comptait et ce qu’il représentait pour elle, qu’elle ne se voyait pas vivre sans lui. Aujourd’hui cela y ressemblait, en beaucoup de points, et c’était une sensation de frustration horriblement désagréable — pourquoi n’avait-elle pas dit plus tôt à Nikki, quand elle en avait eu l’occasion, quand tout allait bien, l’importance qu’il avait pris dans sa vie, le rôle qu’il avait endossé sans s’en rendre compte, ce protecteur et ce père de substitution avec qui elle découvrait et apprenait énormément, sur qui elle savait se reposer, en qui elle avait une confiance sans faille, elle qui avait pourtant du mal à l’accorder en amitié ? Pourquoi n’avait-elle pas été plus présente, pourquoi n’avait-elle pas signifié haut et fort que malgré les épreuves qu’il traversait elle pouvait être là pour lui, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, s’il lui demandait ? Et à présent c’était trop tard : en face d’elle Nikki était plus verrouillé que jamais, elle savait que ses mots n’auraient aucun impact, ses déclarations resteraient stériles, comme si l’air ambiant était tout d’un coup devenu nocif et qu’il asphyxiait la moindre de ses tentatives. Elle le connaissait encore trop bien pour lire clairement sur son visage le refus de communiquer, et son entêtement sans limites. Pour une obscure raison, il ne lui accordait pas de seconde chance, et elle avait de plus en plus de mal à retenir les larmes qui lui brûlaient les paupières.

Quand il fit un mouvement vers elle, elle ne bougea pas, rivant soudain son regard sur le verre qu’il lui avait servi, resté intact. À la surface le liquide était légèrement troublé par une petite onde de choc, qu’elle regarda, les dents serrées. Nikki lui attrapa alors la main (effectivement ils n’étaient pas seuls) et elle le suivit comme une automate, incapable d’imposer une quelconque résistance, car la curiosité doublée de la crainte d’entendre le pire lui tétanisaient les muscles. Une fois à l’abri, il se mit à lui parler, tandis qu’elle le dévisageait, avec la sensation terrible de faire face à un inconnu. Entendre qu’il ne lui en voulait pour rien la soulagea à peine — cela signifiait que le problème était ailleurs, mais où ?! — mais lui redonna un sursaut d’énergie ; elle valorisait bien trop l’amitié et les gens qu’elle aimait pour abandonner et baisser les bras, c’était ainsi qu’elle était faite et ni rien ni personne, pas même Nikki, ne pourrait la changer. « Mais qu’est-ce que tu racontes, enfin, je ne comprends rien, tu es devenu tueur en série ou quoi ? » Elle parlait la voix plutôt basse, entre ses dents, ayant bien compris que tout cela devait rester entre eux, par égard pour Nikki et les clients de son bar. « Plus te fréquenter ? Mais qu’est-ce qui te prend, j’ai toujours trouvé que tu avais un petit côté bad boy qui t’allait comme un gant mais là c’est n’importe quoi, en quoi tu pourrais me faire souffrir ? C’est MAINTENANT que tu me fais souffrir au cas où tu n’aurais pas remarqué, tu m’as manqué et maintenant que je te retrouve tu refuses de me voir sans raison valable ! » Énervée contre elle-même, elle essuya les quelques larmes qui avaient coulé sur sa joue d’un revers de main. Elle tremblait, de colère et de chagrin à la fois. Nikki la regardait dans les yeux, mais il avait l’air tellement ailleurs que le cœur de Leena se serrait un peu plus à chaque seconde. « Bien sûr que je t’aime un minimum, je t’aime même beaucoup, mais je refuse de partir, après tout ce bar est public, si tu veux m’en sortir tu n’as qu’à le faire toi-même ; et tant pis pour l’agitation que ça va créer. » Elle se reconnaissait à peine — elle était loin d’exceller dans l’art de la confrontation et elle était probablement autant surprise de sa réaction que devait l’être Nikki lui-même, mais elle ne s’arrêta pas pour autant. La frustration et l’injustice qu’elle ressentait suffisaient à la maintenir dans cet état. « Le Nikki que j’ai connu est probablement enfoui sous plein de couches mais ce n’est pas une raison pour que je l’abandonne. Tu es à Brisbane, moi aussi, tu ne crois pas que c’est stupide de baisser les bras et de ne plus jamais se parler ? Tu n’es pas obligé de me dire tout ce que tu as traversé, ce n’est pas ce que je te demande, mais est-ce que tu ne pourrais pas… Juste… Je ne sais pas, être mon ami ? » Elle n’avait pas plus d’arguments que cela : simplement toute sa bonne volonté et son attachement sincère à Nikki, qu'elle ne quittait pas des yeux.




home again
Many times I've been told speak your mind just be bold so I close my eyes and the tears will clear then I feel no fear my paths will remain straight home again : One day I know I'll feel home again


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The best mirror is an old friend / Nikki   


Revenir en haut Aller en bas
 

The best mirror is an old friend / Nikki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: canvas
-