AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 epstein ▲ mind doodles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 42 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où on demande.
STATUT : veuf depuis 3 ans, après avoir brisé le coeur de la seule femme qui y a cru, un peu trop fort.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, un label de musique indépendant.
LOGEMENT : #250 bayside : avec Ellie, l'adolescente incomprise

POSTS : 190 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 15 ans, Ellie. Une rebelle en ébullition, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ S'est récemment greffé aux Street Cats ; jouer de la musique lui manque. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Ancien junkie, ancien taulard. ▲ Vieil hippie dans l’âme.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : KaneIrene ▲ Clara #2 ▲ Street CatsEllie
RPs EN ATTENTE : samantha

RPs TERMINÉS : Clara
PSEUDO : hub
AVATAR : Joaquin Phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : les mcgrath, la parker
INSCRIT LE : 20/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

MessageSujet: epstein ▲ mind doodles   Mer 27 Déc - 20:10


mind doodles
ellie & jack


« Tu… tu as bien fait de demander l’extra beurre. » un peu plus et j’ai la voix hilare, le cœur léger. Un coup d’oeil, une tentative, la main de ma gamine qui farfouille à l’intérieur du sac plus gros encore que ce que jumbo peut signifier pour moi, et l’impression que c’est pas tout, mais que ça pourrait l’être. Ellie me laissait pas le choix, elle se gommait les doigts, elle se gavait de popcorn, en avait sur les joues, gardait son précieux bien loin de toutes mains inconnues. La bagnole vient tout juste de se stationner dans l’allée idéale, choisie par les bons soins de ma fille qui a annoncé ses couleurs dès qu’on est entrés sur le terrain et qu’elle l’a repérée au loin. Bien sûr que je faisais tout, à la micro seconde, pour me plier à ses demandes, à ses bribes de. Le dernier moment à deux passés ensemble remontait à loin, plus de 5 minutes par ci par là à s’adresser la parole en voleur dans les couloirs de la maison. Avec elle, c’était toujours à calculer au quart de tour de toute façon. Le moindre mot, le regard, la blague, l’hésitation - ça passe, ou ça casse. Mais pourtant, ce soir, c’était un terrain connu, c’était une valeur sûre, l’un de nos seuls points communs mis à part la musique - et l’amour incommensurable qu’on portait chacun pour Jude jadis. Le cinéma, c’était notre truc. Dès notre arrivée à Brisbane, on avait développé cette habitude du mercredi soir à se poser devant un film, à la maison, à même ce grand cinepark en plein air, ou au fond d’une salle plongée dans la pénombre à Logan City. C’était notre routine, en silence, imposée par la bande parce que règle générale, séparément ou ensemble, on finissait toujours par s’écraser devant un écran et admirer le travail. C’était cool ces moments-là, avec Ellie, c’était simple, normal, presque naturel. Elle ne m’en donnait pas autant que ce que j’espérais, j’étais à même de tenter sauf que je me retenais, mais au final, on s’en sortait sans heurt quelques heures plus tard, et l’impression que notre bonne action de la semaine était réglée au quart de tour jusqu’au mercredi suivant.

J’ignorais si le cinéma était quelque chose qu’elle partageait avec Jude aussi, ou si ça m’était dédié sans qu’elle ne le veuille vraiment. De mon souvenir, sa mère était beaucoup trop active, mobile, éclatante, pour perdre son temps devant des histoires inventées. Jude rêvait de voyage, d’aventures, elle rêvait de faire de ses dix doigts des oeuvres d’art, de conquérir le monde. J’avais toujours été le plus posé des deux, le plus cérébral, du moins, dans mes bons jours. Si j’avais fini par accomplir ses rêves de roadtrip et de musique, j’étais bien le plus lambin des deux, trop calme, trop silencieux, trop perdu pour la suivre à travers ses idéaux, ses rêves, ses ambitions. Ellie pourtant, et plus elle grandissait, plus je la côtoyais, plus je le remarquais, avait l’ensemble des deux. Le feu qui bouille, et la glace qui calme, des idées plein la tête, mais cette logique, assez pragmatique pour se garder de partir dans tous les sens. J’aurais aimé que Jude le voit, qu’elle assiste à ce qu’Ellie pourrait devenir un jour, ce qu’elle devenait déjà. J’aurais aimé de tout mon coeur - mais ce n’était pas suffisant. Un coup d’oeil vers la gamine à mes côtés, dans l’attente, espérant un retour de sa part, ou même un éclat d’attention. Ce n’était pas facile, ça ne le serait jamais, elle avait toutes les raisons pour et encore, j’y croyais comme un con.  « Je suis content que tu aies pu te libérer ce soir pour accompagner ton vieux père. » Miss Davis disait de s’intéresser à elle, de créer des souvenirs, de créer un lien, quelque chose de plus fort que de vaines tentatives sans grandes convictions. Et même si la blonde m’avait énervé à mettre le doigt directement là où ça compte, sa voix restait toujours limpide entre mes neurones. Créer ; jadis, c’était ce que je faisais de mieux.




I'm lying on the moon, my dear, I'll be there soon. It's a quiet and starry place, time's we're swallowed up. In space we're here a million miles away, there's things I wish I knew. There's no thing I'd keep from you.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quinze petits lilas
STATUT : célibataire, le paradis
MÉTIER : #250 bayside : avec un inconnu, son père

POSTS : 34 POINTS : 45

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : All there is - Clara
Mind doodles - Jack
AVATAR : madison princess ziegler
DC : nope.
INSCRIT LE : 25/11/2017

MessageSujet: Re: epstein ▲ mind doodles   Ven 29 Déc - 2:14


mind doodles
ellie & jack


Les sorties au cinéma, les soirées passées avec mon père dans le salon à regarder de bons films autour d'un gros pot de popcorns étaient devenues incontournables. Dieu sait à quel point moi et mon père ne sommes pas proches et pourtant, cette habitude est venue s'hisser dans notre quotidien et je ne peux pas dire que ça me dérange. Le cinéma, j'ai toujours aimé ça. Découvrir de jolis fils qui font ressentir des émotions qui m'étaient inconnues, passer un bon moment comme on en passe que très rarement en famille depuis que maman est partie. Elle me manque. Je pense à elle, j'y pense et je me dis que j'aurais vraiment préféré qu'elle reste, foutue maladie. Mais elle n'est plus là, alors il faut partir de l'avant. C'est papa qui m'a proposé qu'on passe une soirée au ciné ensemble, j'avais rien de prévu donc aucune raison de refuser... enfin si, peut-être cette froideur, encore plus violente que l'habituelle qui s'est installée entre nous depuis qu'il est allé à ce rendez-vous avec la CPE. Je lui avais défendu d'y aller, je lui ai dit que c'était pour des conneries, que ça n'en valait pas la peine mais il y est allé. J'y ai eu le droit aussi et... merde, est-ce que ce serait des regrets ?

On est alors allés au cinéma pour la séance de 19h45 pour finalement en ressortir vers 21h. On avait pas mangé alors j'espérais secrètement qu'il passerait au MacDonald's sur la route du retour. S'il ne le faisait pas, je ne manquerais pas de lui demander... Il ne me refuse pas énormément de trucs. Il est du genre à toujours dire oui à mon plus grand avantage. On a choisi le film tous les deux (même si je sais que peu importe le film que je choisirais, il voudra me suivre), j'ai choisi les popcorns puis on est entrés dans la salle bondée de vieux, de familles et de gamins qui s'amusaient déjà à se frotter contre les sièges tout en donnant des coups de pieds à ceux d'en face. Que je déteste les mioches. Je me suis tournée vers mon père, lui adressant un bref regard avant de monter les marches sombres de la salle de projection pour nous installer dans le centre, le regard rivé vers l'écran qui diffusait des bandes annonces. J'étais déjà là, les mains plongées dans l'énorme pot de popcorns que j'étais certaine de ne pas terminer seule, le regard concentré sur ces brefs aperçus de films que j'irai sûrement voir avec mon père, ou avec ma bande d'amis dans les mois à venir.

« Tu... Tu as bien fait de demander l'extra beurre. » Les popcorns sur mes genoux, mes mains déjà collantes tenaient le pot pour éviter de le faire tomber. Je regardais mon père silencieusement, haussant brièvement les épaules, ne sachant pas quoi lui répondre. Je le voyais à son regard presque larmoyant, à son joli sourire, il était heureux d'être là. Qu'est-ce qui le rendait aussi heureux... ? Je n'arrivais pas à comprendre. Vraiment pas. Est-ce que c'était parce qu'il était impatient de voir Paddington 2 et que je lui offrais enfin cette occasion ? Est-ce que c'était ma présence qui le faisait sourire ? J'étais un peu mal à l'aise parce qu'honnêtement, le voir essayer de me parler en bégayant à la maison, ne pas terminer ses phrases ou le voir s'écraser face à moi me laissait particulièrement indifférente. Il ne savait pas comment s'adresser à moi, il le faisait maladroitement et ne me montrait aucunement cet amour qu'il avait peut-être pour moi. Mais autant là, au cinéma, le voir autant sourire pour une raison que je connaissais... ça me donnait envie de m'excuser pour les merdes que j'avais pu causer ces quinze dernières années. Mon père, c'est pas quelqu'un de mauvais, je le sais bien. C'est juste un mec comme un autre qui sait pas montrer ses sentiments, qui sait pas les exprimer et qui est pas foutu d'essayer de le faire. Je suis sa fille, j'ai l'impression d'être une inconnue à ses yeux tellement je ne le connais pas, tellement jai l'impression qu'il ne s'intéresse jamais à moi. Et son absence n'aide en rien, absolument en rien.

« Je suis content que tu aies pu te libérer ce soir pour accompagner ton vieux père. » Des regards qui se croisent, il parle comme dans ces films où père et fille se rencontrent pour la première fois et que monsieur essaye de s'ajuster à sa fille pour essayer d'avoir son amour. Ça m'a fait faiblement sourire. « J'avais rien à faire de toute façon. » Oui papa, j'étais aussi ravie d'être au cinéma avec toi, j'étais ravie de voir ce second volet du film avec un ours en peluche hyper bizarre, mais j'avais pas la force ni les mots pour te le dire. Les lumières se sont éteintes puis nous ont plongés dans le noir, le film commençait.

Je continuais de manger, bouchée après bouchée, j'avais du popcorn sur les lèvres, un peu sur les joues et probablement sur ma robe vu toutes les boules que je faisais tomber depuis mon arrivée. La salle était plutôt bien aérée pour notre grand bonheur, vive l'été. La séance se déroulait plutôt bien malgré les quelques rires et les quelques voix de gosses qu'on entendait de temps en temps, pas étonnant... Faut pas être intelligente pour aller voir un film attendu par des gosses au cinéma. J'essayais de les ignorer, remarquant quelques regards de mon père alors que mes yeux étaient rivés vers l'écran. Ouais, ça faisait longtemps que je n'avais pas passé autant  de temps avec lui. Ça n'avait rien à voir avec ces fois où on se croisait dans la maison, ni avec ces trajets maison-lycée.


    better life

    Si tu pars du principe qu'il n'y a aucun espoir, alors tu peux être sûr qu'il n'y en aura pas. Si tu pars du principe qu'il existe un instinct de liberté, qu'il existe des opportunités pour changer les choses, alors il y a une possibilité que tu contribues à rendre le monde meilleur. / endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
 

epstein ▲ mind doodles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Cinepark
-