AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Lun 1 Jan 2018 - 23:39




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.




Une chose est sure, les brunch HP étaient loin d’être une réussite, ils ressemblaient même de plus en plus à une émission ratée de confession intime. Entre le repas où Théo nous avait appris sa grossesse et la nouvelle confession de Gauthier, je redoutais sérieusement le prochain repas. Quelle sera la prochaine révélation ? Que Charlie est en faite une femme depuis le début ? Non merci très peu pour moi, je m’abstiendrai de la prochaine séance. A la base mon plan initial avait été de sécher cette séance familiale, mais c’était sans compter Bryn et sa morale sans faille. Je ne pouvais pas faire ça à Théo, elle le savait et moi aussi, je n’avais donc pas eu d’autre choix que de me rendre à ce brunch (non pas sans tirer la gueule).

Mais maintenant que le repas était officiellement terminé, il ne me fallut pas plus de deux minutes pour quitter cette villa, autant dire que j’avais eu ma dose d’HP pour la journée. Sans compté que le repas avait été loin d’être tranquille et convivial. La tension permanente que émanait de tout le monde pesait vraiment sur l’ambiance. Une famille ça nous l’étions, mais ils n’y en avait pas un pour rattraper l’autre lorsqu’il s’agissait de parler de nous, surtout sans sarcasme… Et même si je trouve ça divertissant les premières minutes, les piques lancés toute au long du repas ça use à la longue.

Dès que l’opportunité s’offrit à moi, je parti donc en direction de ma deuxième maison, autrement dit chez Bryn qui m’avait gentiment mis dehors quelques heures auparavant. Le trajet séparant nos maisons me permettant de faire le point sur ce brunch. Il faut croire que je ne m’y faisait pas encore. Gauthier nous avait fait la une belle révélation à laquelle je ne m’attendais pas le moins du monde, et pourtant c’est pas comme si je n’avais jamais rencontré le petit Gabriel. Mais de là à faire le lien de sang avec mon ainé, non clairement je n’y étais pas même encore maintenant j’avais du mal à y croire. Me voilà donc avec un nouveau neuve, enfin je n’ai pas à me plaindre de ce coté là, de ce que je connais de Gabriel il a clairement un potentiel Hazard-Perry (enfin si on le laisse passer un peu de temps avec ses oncles bien sur).

J’arrivais donc devant la porte de Bryn, sans plus de façon je m’étais contenté de frapper à la porte et de rentrer. Probablement alertée par le bruit, Bryn sortie de la cuisine, « Re. » dis-je en lui adressais un hochement de tête tout en me dirigeant machinalement vers sa chambre. A peine arrivé dans la chambre je me laissais tombé sur le lit, m’écroulant sur le lit. Je fus vite rejoints par Bryn, les mains sur les yeux je laissais échappé un long soupir « J’avais déjà fait le brunch infernal, j’savais bien qu’un deuxième round c’était pas une bonne idée. » Je laissais glisser mes mains, les passant dans mes cheveux « Tu m’héberges ? J’ai vu trop d’Hazard-Perry pour aujourd’hui. » Au fond je ne lui laissais pas vraiment le choix, je ne me sentais clairement pas la force de retourné à la villa.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Mer 3 Jan 2018 - 18:25


Entre les fêtes, les entrainements, concours et travailler mes cours d’été, je ne vois pas réellement ce début de vacances passer. Les semaines sont rythmées et intenses mais il faut l’avouer : j’adore ça. Même si c’est vrai, ce matin, le réveil a été compliqué et se lever du lit a relevé d’un effort surhumain, faciliter par le fait que j’ai pu pousser Connor hors de la couette tout aussi vite, le sourire poussé jusqu’aux oreilles. Il était hors de question qu’il loupe son repas de famille. La mienne est une véritable catastrophe, et je n’ai jamais vivre ce genre de repas, alors même s’il me dit que c’est un enfer, je m’en fiche, je vis par procuration, il doit supporter ses frères et sœurs, un point c’est tout. Puis au fond, je sais qu’il les adore…

Profitant de son départ pour aller courir et faire quelques exercices, je dois absolument éviter d’aller à la plage aujourd’hui vu que je dois finir un devoir pour… ce soir. J’adore mes études, sincèrement, mais lorsque je dois rester enfermer chez moi pour écrire un papier de cent cinquante pages en plein été alors qu’une compétition m’attends dans moins de cinq jours, j’ai plus de mal à relativiser… Et s’il y a bien une chose qui me bousille mes entrainements lorsque je révise en même temps c’est ça : la faim. Je ne comprends pas, mais rester inactive, a une tendance plus accrue à me mettre l’eau à la bouche que passer trois heures dans l’eau ou une à courir. Tentez pas la logique, à part l’ennui, je n’en vois pas. Me levant, je passe devant mes colocs avachis sur le canapé. « Vous êtes au courant qu’il fait 30 dehors et que vous n’avez aucune excuse pour rester enfermer, là ? » Le regard d’Arthur me donne toutes les explications. « Je me remets d’hier et me prépare pour ce soir, tu permets l’enfant ? » Je souris voyant ses céréales sur les genoux, et c’est qui l’enfant ? J’ai une tendance à oublier qu’ils n’ont pas tous une capacité dingue à récupérer après les soirées, mais tout de même, il est quinze heure ! Attrapant un paquet de gâteau, je laisse bouillir de l’eau avant d’en prendre un, lorsque la porte s’ouvre suite à un frappement rapide.

Intriguée, je me déplace vers la porte pour y voir apparaitre Connor. Qu’est-ce qu’il fiche déjà là ? Qu’est-ce qu’il fait là ? Les questions s’envolent quand je vois sa tête. Ça ne s’est pas bien passé. « Re.» J’hoche la tête. « Re. » Sans même que j’ai le temps de l’inviter, il se dirige vers la pièce qu’il connait le mieux : ma chambre. Bon heureusement, avec lui, je n’ai pas besoin de faire attention au bordel parce qu’avec le nombre de papier par terre, mes fringues et les cafés, il ne faut pas trop prêter attention au propre quand je suis en révision… Je passe à mon tour la porte de ma chambre pour le voir avachi sur mon lit, mon sourire se dissipant dans une petite moue attendrie. Pauvre enfant. « J’avais déjà fait le brunch infernal, j’savais bien qu’un deuxième round c’était pas une bonne idée. » Je souris légèrement. Bon, ça fallait s’y attendre. Ma famille ne va pas bien, la sienne est dingue, donc, je pouvais m’en douter et je m’en veux un peu de l’avoir envoyé dans la gueule du loup. Je me note tout de même d’envoyer un message à Théo pour savoir comment elle va à la suite de cette interview. Je m’approche de lui, toujours couché, m’allonge à ses côtés, passant mes bras autour de lui mais ma tête à son niveau – moi, mes pieds ne touchent donc pas le sol... « Tu m’héberges ? J’ai vu trop d’Hazard-Perry pour aujourd’hui. » Je lève les yeux au ciel, c’est bien une des premières fois qu’il le demande et ne le prend pas pour acquis, comment je pourrais donc refuser. « Mi casa es tu casa. » Lui déposant un baiser sur la joue, je pose ensuite ma tête sur son torse. « Tu veux en parler ? » Je me redresse en me positionnant en tailleur mon regard fixé sur lui. J’avoue que ce n’est pas quelque chose que l’on fait régulièrement mais parler avec lui ne me dérange pas. En étant totalement différent, nous avons fini par être identique et avec lui je me sens en sécurité, comme j’espère, il se sent avec moi…




A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Lun 8 Jan 2018 - 0:24




Le sexe apaise les tensions. L'amour les provoque.




J’étais réellement épuisé, ce brunch avait été une torture pour moi et probablement pour le reste de ma famille d’ailleurs. L’idée en soit était déjà assez chaotique, mais rajoutez y une annonce des plus sublime de notre ainé Gauthier et l’ambiance… et bien, l’ambiance restera des plus chaotique en fait. Apprendre la paternité de Gauthier n’était pas si surprenant en soit, il était en âge d’être père, mais le fait que son fils est déjà 5 ans était quelque peu déconcertant, sans ajouter que le gamin en question était le petit Gabriel. Pas à dire, il y avait de quoi te retourner la tête, sans compter que le début du brunch n’avait pas été des plus chaleureux… Donc il était clair qu’une fois la réunion terminée je n’allais plus faire acte de présence dans cette villa. Dans un premier temps j’avais hésité à partir en direction des terrains vagues, dans l’espoir d’y trouver quelqu’un avec qui je pourrais lancer des balles et me vider la tête, mais je m’étais vite ravisé, pas sûr d’avoir la force de pouvoir jouer correctement. A la place, j’avais pris la direction de la coloc de Bryn, meilleure option, là-bas j’aurai juste à me poser et à ne plus bouger.

J’avais donc débarqué chez Bryn, comme si je vivais là. Mon amie se trouvait dans sa cuisine, je lui adressais un hochement de tête qu’elle me redis, analysant probablement mon humeur au passage. Le salon étant déjà occupé, je pris la direction de la chambre de Bryn. Je n’avais pas la tête à affronter des gens maintenant. Je ne tardais d’ailleurs pas à m’écraser sur le lit de mon amie, laissant le silence évolué autour de moi. Je fus vite rejoint par la rouquine qui s’installa à coté de moi. Alors que je pensais que la solitude serait la meilleure option, je me redis vite compte que sa présence m’apaisait. Pour la forme je lui demandai même si elle était d’accord de m’héberger quelque temps, histoire que je digère un peu toute cette histoire loin des principaux concernés. Sa réponse fut rapide et claire.
« Mi casa es tu casa. » puis elle déposa un baiser sur ma joue ce qui eu au moins l’effet de me détendre un peu. Nous restâmes quelques instant en silence, la tête de Bryn posée sur mon torse, je profitais de l’instant pour faire un peu le vide. Bryn finit cependant par se redressée, en tailleur sur son lit elle prit la parole « Tu veux en parler ? » Pour changer je restai un instant silencieux.

Est-ce que je voulais en parler ? Même moi je ne le savais pas vraiment. Mon premier réflex serait d’enfouir tout ça au fond d’un tiroir et de faire comme si de rien était, mais pour être honnête cette méthode s’était avérée foireuse plus d’une fois et je commençais à être fatigué avec toute ces histoires. En plus, même si nous n’avions pas l’habitude d’aborder ce genre de sujet, Bryn était bien la seule personne de Brisbane avait qui je souhaitais partager ses informations. Sans compté ma famille, mais je les avais assez vu aujourd’hui. Je me redressais donc à mon tour faisant face à mon amie. Une sorte de rire nerveux sortis de ma bouche alors que je passais maladroitement ma main de mes cheveux « J’sais pas trop… et j’voudrais pas t’ennuyer avec mes histoires de famille. » Surtout que je n’étais pas le seul à ne pas vivre dans le monde des bisounours de ce côté là… Peut-être même que ma situation était plutôt enviable quand on sait le caractère chaotique de certaine famille. « Mais je dois avouer que la situation vaut le détour… » Un semi-rire s’échappe de mes lèvres lorsque je pensais à l’annonce que Gauthier nous avait fait quelques heures auparavant « Hrm… Gauthier nous a annoncé qu’il était père… » Je repassais ma main frénétiquement dans mes cheveux, me frottant légèrement la tête au passage. Bryn semblait légèrement surprise de la nouvelle, mais ce n’était au final pas une si mauvais nouvelle quand on y pense, surtout quand on connait ma relation avec mon premier neuve Oliver. Je finis cependant la phrase que j’avais laissé en suspens « D’un gamin de 5 ans… » et ce n’est pas tout… « Gamin qui se trouve être le meilleur ami d’Oliver. » Cette fois un sourire qui ressemble plus à une grimace s’affiche sur mon visage alors que je me laissais tomber une nouvelle fois en arrière « On dirait vraiment le début d’une mauvaise blague non? » Je laissais échapper un long soupire. Gauthier qui s’avérait être le père de Gabriel… Il ne me semblait pourtant pas qu’il ait fréquenté Elisabeth, mais après tout je ne connais pas vraiment les relations de mon frère et de toute évidence je ne le connaissait pas lui non plus ! « Mais sinon rien de bien extraordinaire, nous avons eu droit au sarcasme de ce cher Charlie, au ton autoritaire de Gauthier, à l’indifférence de Maura et au milieu de tout ça, à Théo et son calme olympien, qui tentait tant bien que mal de faire tampon entre nous tous. » Quand j’y pense cette dernière à du vivre un enfer durant ce Brunch, d’ailleurs.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Sam 13 Jan 2018 - 22:27


Le voir dans cet état amorce une légère ride sur mon front. Je n’aime pas ça, lui qui est habituellement si heureux et je m’en foutiste, a l’air d’avoir vu un fantôme ou d’avoir perdu un morceau de son âme, ça fait froid dans le dos… Pour lui, je tente d’être calme, de faire attention et même de l’écouter, sans partir dans des blagues vaseuses. Il en aura besoin par la suite, pour le moment, je pense qu’il faut juste qu’il évacue. Même à ma question, il ne réagit pas. Même si son silence et sa présence ont la tendance à m’apaiser et me donner cette impression d’être dans un endroit où rien ne peut m’arriver, tout est brisé par ce pli qui se dessine entre ses sourcils. Connor a cette particularité d’être comme moi. Je sais que s’il n’était pas là, il aurait simplement mis toute cette journée en boule dans un des nombreux placards dans son for intérieur pour essayer de l’oublier et ne jamais retrouver les sentiments qui l’envahissent actuellement. Ça nous protège, ça nous donne l’impression d’être plus fort, même si au fond, ça nous bouffe et nous rends fragiles, jusqu’à nous paralyser face à la réalité de nos vies. « J’sais pas trop… et j’voudrais pas t’ennuyer avec mes histoires de famille. » Il n’est pas bien et ça se voit. Silencieuse, je reste face à lui, sachant qu’il a besoin de parler. Je lève tout de même les yeux au ciel pour lui montrer qu’il dit n’importe quoi. Si je lui ai proposé, c’est qu’il ne m’ennuie pas. Accouche avant que je t’arrache les vers du nez ou que je décide que finalement, tes histoires m’ennuient. « Mais je dois avouer que la situation vaut le détour… » Ah ! Je m’installe un peu mieux, prête à l’écouter comme s’il allait me conter l’histoire du soir. Son sourire engendre le mien, sans même savoir pourquoi. «  Hrm… Gauthier nous a annoncé qu’il était père…  » Mes lèvres descendent et mes yeux s’arrondissent. Gauthier, papa ? Son frère un peu – beaucoup – coincé sur les bords, ce frère, là ? «  D’un gamin de 5 ans… » Cette fois-ci ma mâchoire se déboite. Puis un sourire moqueur s’affiche sur mon visage. Je suis désolée, mais c’est plus fort que moi. Gauthier a un gosse de l’âge d’Oliver ? Il était passé où pendant tout ce temps le môme ? Bon en même temps ça me rassure sur un truc, il était peut-être moins ridé à l’époque et donc la fille a pu profiter un peu du moment, parce que là sincèrement, je ne le vois même pas sourire donc faire la cour à quelqu’un… « Gamin qui se trouve être le meilleur ami d’Oliver.  » Ah oui, c’était pas une petite annonce qu’il avait à faire… Tout en regardant Connor, je ne peux m’empêcher de penser à Théodora, la sœur de la fratrie et surtout une de mes meilleures amies et maman de ce Oliver. Comment a-t-elle pu prendre la nouvelle ? Revenant à mon brun, j’écarte les yeux sans pouvoir retenir un léger sourire moqueur. « On dirait vraiment le début d’une mauvaise blague non?  » Pas qu’un peu oui. « Il vous a pas loupé, non.  » Décidément, les enfants retrouvés sont à la mode en cette fin d’année… « Mais sinon rien de bien extraordinaire, nous avons eu droit au sarcasme de ce cher Charlie, au ton autoritaire de Gauthier, à l’indifférence de Maura et au milieu de tout ça, à Théo et son calme olympien, qui tentait tant bien que mal de faire tampon entre nous tous.  » Je soupire. Qui a inventé la famille déjà ?

Je laisse un léger silence, le temps d’accumuler les informations qu’il vient de me livrer et de mettre mes idées en place. Je n’y arrive pas réellement et abandonne l’idée assez rapidement. « Woh, woh, woh. On parle bien de Gauthier, Gauthier ? Genre ton frère avec le balai dans… et qu’on doit payer pour qu’il sourisse ? Ce Gauthier là ?  » Oui désolée, je vois qu’il a un côté sexy, mais je ne vois pas comment quelqu’un peut avoir envie de faire quoi que ce soit avec lui, j’ai dû l’entendre dire trois mots en deux ans et je ne me rappelle pas d’un sourire ou chose du genre… Il est gentil hein, mais nop, je pige pas. Après, je sais que c’est un gars bien donc par une erreur… « Et le gosse, il l’avait caché ou genre, on vient de lui déposer sur votre porche ?  » Parce que dans ce genre de famille, je ne sais jamais… Bon ok, j’arrête l’ironie, promis. Lui attrapant les mains, je plante mon regard dans le sien, plus abîmé qu’à l’accoutumé. « Et toi dans tout ça ?  » Parce qu’il me parle de tous, sauf de lui au final et bien qu’il me soit sympathique, je me fiche de Charlie, Maura est une inconnue pour moi et Théo, ok, pour elle, ça m’inquiète vraiment, et j’ai une grande envie de prendre mon téléphone pour prendre de ses nouvelles… Je sais que Connor a dû se montrer ironique et froid pendant tout le repas, mais comment va-t-il ? Que ressent-il ? Il se retrouve avec un deuxième neveu sur les bras, mais cette fois-ci, il ne l’a pas vu venir…



A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Mar 23 Jan 2018 - 20:11




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.



Assis sur ce lit avec Bryn j’avais finis par lâcher le morceau. Vider mon sac me permis de m’être certaine chose au clair et de me rendre compte à quel point toute cette histoire pouvait paraitre grotesque. L’étonnement de Bryn s’agrandissait au fur et a mesure de mon récit, probablement comme nous lorsque nous avions appris la nouvelle, à une échelle un peu plus basse peut-être. Poser des mots sur la situation n’était pas dans mon habitude, j’avais toujours eu tendance à renfermer tout à l’intérieur de moi, c’était bien plus simple. Pourtant, cette fois j’avais décidé de partager toute cette histoire et dans le fond ça me faisait du bien d’en parler. Bryn était d’une écoute attentive et je savais qu’elle ne se moquerait pas de la situation ou qu’elle ne jugera pas la situation.  « Il vous a pas loupé, non.  » Un faible rire m’échappe « Tu l’as dis… Et tu connais mon frère en son amour des grands discours. Il nous a balancer ça d’une traite, comme s’il nous disait qu’il avait manger une pomme. » Encore pire que lorsque Théo nous avait annoncé sa grossesse il y a quelques années.

Après ce qui devait être un temps d’adaptation Bryn pris à nouveau la parole « Woh, woh, woh. On parle bien de Gauthier, Gauthier ? Genre ton frère avec le balai dans… et qu’on doit payer pour qu’il sourisse ? Ce Gauthier là ?  » Je ris de bon coeur à cette annonce, le pauvre Gauthier doit avoir les oreilles qui chauffent actuellement. « Lui-même. » Et c’est bien le plus surprenant d’ailleurs… Si c’était Charlie qui nous avait appris cette nouvelle je n’aurais peut-être pas été autant surpris. Va savoir ça lui correspond plus « On a du mal à se faire à l’idée qu’il a fréquenté quelqu’un hein… Enfin que quelqu’un ai pu le supporter surtout. » Quoi que, quand sait qu’elle lui a caché pendant tout ce temps sa paternité je ne suis pas sur que ce soit la définition de supporter. « Et le gosse, il l’avait caché ou genre, on vient de lui déposer sur votre porche ?  » « Oh tu sais, on parle de Gauthier… Il s’est pas étendu sur le sujet. » Comme je disait il était plus dans le genre à dire je suis père, point. Heureusement que Théo était là pour creuser un peu, je n’allais pas commencer à faire un interrogatoire pour ma part « Mais de ce que j’ai compris, il l’a appris y’a pas très longtemps… J’crois que ça lui a fait un petit choc à lui aussi. » J’aurais bien aimé voir sa tête d’ailleurs, lui qui est toujours aussi stoïque, ça devait être drôle à voir.

Bryn saisit alors mes mains « Et toi dans tout ça ?  » Elle me posait la question sérieusement, je ne savait mais j’avais encore de la peine à être totalement honnête. « Oh, à ma connaissance j’ai pas encore de gosse donc ça va. » Enfin, allez savoir si ça se trouve un jour une femme va toqué à ma porte pour m’annonce que je suis le père de son gamin. Enfin, ça ne devrait pas arrivé vu que je sais me protéger moi. « …Plus sérieusement je sais pas… J’crois que je suis un peu paumé en fait. » Les yeux plongés dans les siens, je ne peux retenir un sourire « Mais ça me fait du bien d’en parler, merci de m’écouter me plaindre. » Je crois que je m’étais d’ailleurs assez plaint de ma journée comme ça, il était temps de changer de sujet. J’en profitais d’ailleurs pour m’allongé à nouveau, dirigeant mon regard vers Bryn « Et sinon, comment va la deuxième famille la plus folle de Brisbane ? » Et oui, ma famille était loin d’être la seule à avoir des problèmes en Australie, et là ou nous avions pas mal de point commun Bryn et moi, nos galères familiales étaient l’une des principales. « La Pop Stars se laisse un peu oublier ou elle fait encore des siennes ? » Si je savais que Bryn pouvais avoir certains problèmes avec sa mère, il était clair que l’une des principales causes des conflits dans sa famille était en lien avec la carrière prématurée de son ainée, même si cette dernière semblait vouloir recoller les morceaux. Je déposais ma tête sur la cuisse de mon amie « J’sais pas si tu veux en parler, mais si c’est le cas, sache que, je suis là. » Et je suis un ne peu plus sérieux, elle à jouer les oreilles attentives pour moi alors je lui dois bien ça et ça me fait plaisir.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Lun 12 Fév 2018 - 20:05


Au fur et à mesure de son récit, je sens les tensions chez mon ami disparaitre ou bien apparaître. Certaines se dissipent surement dû au fait qu’il ait pu en parler, d’autres parce qu’il doit se rendre compte de ce qui vient de lui tomber dessus à lui et sa famille, une nouvelle fois. Je connais assez bien leur histoire, pas forcément par ses dires à lui, plus par Théo avec qui ma relation est plus dans la confidence que celle que j’ai avec Connor qui n’est pas toujours réellement verbale, même si j’adore ces moments passés avec lui. Je tente de l’écouter et de lui faire comprendre qu’il peut tout me dire, mais clairement, je ne m’attendais pas à ce genre de révélation. Il faut croire qu’un Brunch chez les Hazard-Perry amène toujours un nouveau membre dans la famille. Et celui-ci est plutôt inattendu ! « Tu l’as dis… Et tu connais mon frère en son amour des grands discours. Il nous a balancer ça d’une traite, comme s’il nous disait qu’il avait manger une pomme. »  Je lève les yeux au ciel et soupire tout en souriant. Mon dieu, cet homme n’a vraiment aucun tact. Je l’imagine parfaitement faire son annonce, droit comme un piquet, en articulant tous ses mots et dans un ton froid et monotone. La basique, comme s’il annonçait à des clients qu’il allait vendre une partie de leurs biens. De quoi donner l’envie au reste de la famille de finir ce repas au plus vite quoi.

Je tente de le détendre au maximum en dépeignant son frère de la manière la plus… naturelle et réelle possible ? Son rire atteint mes oreilles comme un carillon et un véritable soulagement. «  Lui-même. On a du mal à se faire à l’idée qu’il a fréquenté quelqu’un hein… Enfin que quelqu’un ai pu le supporter surtout.» Cette fois-ci, je ne peux retenir mon rire à mon tour. Bien qu’il ait ses défauts, on ne peut retirer une chose à son frère ainé : c’est un Hazard-Perry et dans cette famille, les gênes ne leur mènent pas réellement la vie dure côté sexappeal. Même moi, avec un sourire, il pourrait peut-être me tenter. Pour ce qui est de le supporter… Je ne suis pas sûre que je pourrais tenir trop longtemps avec son air supérieur et son froid olympien. Du coup, je m’intéresse au petit. S’il a cinq ans, où était-il pendant tout ce temps ? C’est dingue, il n’a pas pu apprendre ça du jour au lendemain, si ? Qui pourrait faire ça à quelqu’un ? Ce n’est pas humain, même quand on parle de Gauthier ! « Oh tu sais, on parle de Gauthier… Il s’est pas étendu sur le sujet. » J’hoche la tête, il marque un bon point. « Mais de ce que j’ai compris, il l’a appris y’a pas très longtemps… J’crois que ça lui a fait un petit choc à lui aussi. » J’hausse les sourcils. Peut-être que c’est également une des raisons pour lesquels il n’a pas pu l’annoncer avec une grande joie ou même de grandes tirades. Ce n’est pas le genre de la maison et il vient au final d’avouer à ses frères et sœurs qu’il avait fait une faute, qu’il était dans l’ignorance de sa paternité depuis tout ce temps et même qu’il avait faibli à quelque chose. Dur pour un homme comme lui, je peux parfaitement le comprendre… Je fais la moue mais passe mon intérêt sur le plus jeune de la fratrie, celui qui est ici et nécessite mon attention.

« Oh, à ma connaissance j’ai pas encore de gosse donc ça va. » Mon dieu, il me fatigue. Je souris pourtant, secrètement rassurée par cette annonce. Rapidement, mon sourire s’efface, ma question est sérieuse, s’il a commencé à parler, ce n’est pas pour simplement me tenir au courant des nouveautés familial mais bien pour annoncer ce qu’il a sur le cœur. Je suis là et je l’écoute, autant qu’il en profite car ce n’est pas tous les jours que je peux lui offrir cela. « …Plus sérieusement je sais pas… J’crois que je suis un peu paumé en fait. » Je mords ma lèvre pourtant il me fixe et sourit, ce qui engendre la même réaction de mon côté. « Mais ça me fait du bien d’en parler, merci de m’écouter me plaindre. » J’hausse les épaules. « Quand tu veux mon petit. Mais pas trop souvent non plus, hein, sinon on va croire que je suis une oreille attentive. » Et s’il y a bien une façade que je sais garder c’est celle-ci. Celle de la fille qui n’en a rien à faire, qui est jute là, joyeuse, pétillante, toujours à faire n’importe quoi, une bonne pote, mais qui peut être une amie que pour très peu de personne. Je pourrais écouter et être là pour tout le monde, le problème c’est la suite. « Et sinon, comment va la deuxième famille la plus folle de Brisbane ? » Cette suite, parfaitement. Celle où la personne qui a été écouté se sent redevable, ou ne veut plus parler et renvoie la question. Celle où il est alors nécessaire de se confier. Des amis, de vrais amis, je n’en ai que très peu. Si on ne compte pas mon frère, des personnes à qui je peux réellement me confier, encore moins. Je pourrais probablement les compter sur les doigts d’une main : Simon, Lola, Théo peut-être Wesley qui a fini par lire en moi et peut-être Connor, je ne serais dire. Si, Connor en fait également parti, il est ce genre de personne avec qui je sais que mes dires seront gardés et pourtant, je ne lui dis jamais rien, n’étant pas dans ce type de révélation avec lui. Pourtant, il nous arrive de parler, comme ce moment et alors il apprend doucement à m’écouter et moi à me confier. Quand la question se tourne alors sur mon histoire, j’ai cette envie terrible de fuir, de changer de sujet et de ne plus jamais en parler. Pourtant, si cela lui a fait du bien, peut-être que ça pourrait m’aider ? Je ne pense pas… Il faut tout de même que je lui montre que sa famille n’a pour une fois peut-être pas la palme d’or dans le domaine…

J’hausse les épaules, je ne sais pas ce que je dois dire. « La Pop Stars se laisse un peu oublier ou elle fait encore des siennes ?» Il m’aide me pousse à me confier, mais je ne sais même pas si je le peux. Un rire nerveux s’échappe pourtant d’entre mes lèvres. Comment pourrait-elle se faire oublier, elle s’apprête à dévoiler un secret qui va la suivre pour le restant de ses jours. Ironiquement, nous avons un peu les mêmes révélations à se faire. Pourtant, je ne suis pas sûre d’avoir le droit de faire la mienne. C’est le secret de ma sœur et même s’il ne le sera pas très longtemps, il ne doit pas sortir avant la grande révélation. Mes doigts s’entrelacent et mon cœur bat la chamade, mon regard fuyant enfin celui de Connor. Je n’aime pas les moments où je me sens faible et à cet instant, je me sens nue, vide et fragile. Mon cœur bondit tout de même, en même temps qu’un frisson s’installe dans mon dos quand il pose sa tête sur ma cuisse. Instinctivement, ma main vient jouer avec ses cheveux et un léger sourire s’empare enfin de mes lèvres. « J’sais pas si tu veux en parler, mais si c’est le cas, sache que, je suis là. » Je sais que je peux lui faire confiance, il sait ce qu’est un scandale et il ne me fera jamais ça. « Et bien figure toi qu’ils doivent se téléphoner pour nous mener la vie dure. » Je ris doucement, la situation parait si ironique. « Je suis ta-ta. » Je n’avais encore pas dit ces mots à voix haute et je ne sais pas ce qu’ils provoquent réellement chez moi. De la peur, de l’horreur et en même temps un fond de fierté et d’envie de connaître cet enfant qui fait partie de notre famille de dingue. Peut-être pour lui dire de ne pas en faire partie et en même temps pour le connaitre car au fond, il est une partie de Cora et autant que je le voudrais au fond de moi, le faire avec elle, j’aimerais peut-être le connaitre. « Et je crois qu’elle restera la star, Gauthier n’est qu’un plaisantin avec son bambin, mon neveu à douze ans, tu le crois ? » Qu’est-ce qu’on a bien pu faire au bon dieu pour ça ? Je ne sais toujours pas si cette situation mérite de rire ou de pleurer mais je préfère en rire avec lui, le reste, je me le réserve bien assez pour moi-même…



A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Mer 7 Mar 2018 - 21:44




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.



J’avais vidé mon sac, et Dieu sait comme il s’était remplis en une journée, après ce brunch et cet after avec Charlie. Bryn avait été d’une grande écoute et je l’en remerciait plus que ce que je ne voulais l’admettre. C’était dans ce genre de moment que je  me rendais compte de l’importance de cette amitié amélioré et même si ça pouvait m’inquiéter parfois, je n’allais pas m’en plaindre dans l’immédiat. « Quand tu veux mon petit. Mais pas trop souvent non plus, hein, sinon on va croire que je suis une oreille attentive. » Je lui adressais un sourire, elle comme moi savions que ce n’était pas mon genre de répéter la manoeuvre, surtout avant un bon bout de temps et que même si ça se reproduisait, je n’allais pas en faire un habitude, loin de là. « ça marche, je me confirais à la gouvernante pour les prochaines fois. » dis-je en rigolant. Puis naturellement, et comme j’en avais finis de me plaindre, je retournais mon attention sur Bryn, car après tout, elle aussi en connaissait un rayon sur les conflits que peuvent engendrer le manque de communication dans une famille. Cependant, ce n’était pas qu’un retour de faveur parce que Bryn avait accepter de m’écouter, non, je me souciais vraiment de ses histoires et je voulais m’assurer que tout allait bien de son côté.

Bryn pris son temps pour me répondre et je ne la pressait pas, après tout elle n’était absolument pas obligée de se livrer à moi. Je savais à quel point certaine personne préférait enfouir leurs histoires privées au fond de leur coeur plutôt que de déballer le tout aux yeux des autres. Bryn semblait aussi mal à l’aise que moi quelques minutes auparavant, hésitant probablement entre vider son sac avec moi ou enterrer ses sentiments et changer de sujet. Je tentais une ouverture en mentionnant sa soeur qui avait le don d’être souvent le noyau des problèmes de sa famille - enfin sans compté leur mère. Un rire nerveux s’échappait des lèvres de mon amie et je doutais un instant de l’avoir mise dans une situation délicate, ce qui n’étais vraiment pas mon but. M’installant plus aisément, je précisait à Bryn qu’elle n’avait pas à se forcer si elle ne voulait pas en parler mais que je serai à l’écoute si elle le désirait. La main de Bryn vint alors se placer dans mes cheveux et elle prit la parole « Et bien figure toi qu’ils doivent se téléphoner pour nous mener la vie dure. » Ne voyant pas encore où elle voulait en venir je restais silencieux, Bryn quand à elle semblait sur le point de balancer un gros morceau « Je suis ta-ta. » Je restai incrédule quelques instant à cette annonce. Tata ? Il ne me semblait pourtant pas avoir entendu que la Popstar était enceinte et au dernière nouvelle son frère n’était pas non plus devenu papa. Je fronçais légèrement les sourcils tentant de démêle cette histoire « Tu es tata… » Répétant à haut voix les parole de mon amie pour tenter de mieux les comprendre, ce qui n’apporta pas un franc succès… Je compris cependant à son ton que la joie qu’elle aurait du avoir lorsque l’on apprenait que la famille s’agrandissait n’était pas vraiment présente. Bryn reprit la parole « Et je crois qu’elle restera la star, Gauthier n’est qu’un plaisantin avec son bambin, mon neveu à douze ans, tu le crois ? » Mes yeux s’écarquillèrent à cette annonce, 12 ans ! Mais comment avait-elle caché cette histoire tout ce temps ? Autant Gauthier pouvais avoir l’excuse de ne pas avoir été tout de suite mis au courant de sa paternité, autant la soeur de Bryn avait mis au monde cet enfant il y a 12 ans… Passage de sa vie qui avait du être passablement inoubliable. Si j’y croyais ? Oui parce que l’information venait de Bryn, mais pas sûr que j’y aurait cru si quelqu’un d’autre me l’avais dis. Je finis enfin par prendre la parole, sombre « 12 ans… Sérieusement, moi qui me plaignait de Gauthier, je retire tout ce que j’ai dis. » Il était clair que je n’avais plus trop de raison de me plaindre quand on analysait la situation. « Tu le sais depuis combien de temps ? » Parce qu’il était clair que ça ne faisait pas 12 ans comme ça aurait du être le cas dans toute autre famille respectable. Je revoyais sans peine le discours de Gauthier nous annonçant sa paternité et j’espérait que Bryn avait eu un discours un peu plus fourni de la part de son ainée lorsque celle-ci lui avait appris la nouvelle. « Eh ben, on dirait vraiment une mauvaise blague en effet… et t’as tiré le gros lots, ça a du te faire un choc non? » J’imaginais surtout que la nouvelle n’avait pas été  facile à encaisser, pourquoi donc attendre 12 ans avant cette révélation. « Le reste de ta famille était déjà au courant ? » Je bombardais mon amie de questions mais j’étais vraiment inquiet de la situation et j’espérais au moins qu’elle avait quelqu’un avec elle pour surmonter cette annonce.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Lun 16 Avr 2018 - 18:56


« Ça marche, je me confirais à la gouvernante pour les prochaines fois.  » Je ris doucement. Il est bête. La pauvre gouvernante d’ailleurs, elle doit vivre tous ces conflits familiaux à longueur de journée et cela ne doit pas être drôle au quotidien. « Ce sera même pas drôle pour elle, tu ne lui apprendras rien.  » C’est bien connu, les gouvernantes savent parfaitement tout ce qu’il se passe dans la maison de leurs employeurs, alors rien de fun à leur raconter notre journée. « Et puis, elle est quand même moins fun que moi, non ?  » De la jalousie ? Moi ? Non, jamais. Je sais, c’est bas et ça ne vaut pas grand-chose, mais j’aime bien le fait qu’il vienne se confier à moi parce que mine de rien, je l’aime bien ce petit anglais…

Seulement, partir sur mes propres histoires n’était pas réellement dans mes projets pour ce soir. Le voir signifie habituellement s’oublier et mettre de côté tous mes problèmes. Le fait qu’il m’amène sur le sujet famille est étrange, mais ce qui l’est plus est cette facilité que j’ai à me dévoiler à lui, comme si je n’avais attendu que ça de la semaine : lui livrer tous mes secrets. Sans être face à lui, je devine parfaitement les modifications de ses traits à mon annonce. Les miens devaient être bien pire lorsque Cora m’a gentiment fait comprendre qu’elle était maman depuis des années sans que personne ne soit au courant. « Tu es tata…   » La boule au ventre, j’hoche la tête. L’entendre dire d’une personne extérieure au Coverdale me fait froid dans le dos et c’est comme si cela devenait réel. Je suis tata et même si ce n’est pas censé être grand-chose pour moi, sachant que je ne verrais peut-être jamais mon neveu, je ressens ce manque en moi depuis que ma sœur me l’a avoué et je ne cesse de me demander à quel point elle doit en souffrir car il est son propre enfant… Pourtant je reprends, ironique comme à mon habitude. « 12 ans… Sérieusement, moi qui me plaignait de Gauthier, je retire tout ce que j’ai dis.  » Je souris difficilement mais naturellement. Sans montrer l’acide qui me dévore doucement et ce mal-être qui ronge petit à petit mes entrailles. « Tu le sais depuis combien de temps ?  » J’hausse les épaules. « Deux semaines.  » Mes bavardages incessants sont moindres, je dois rester silencieuse un temps pour reprendre mon énergie et lui sortir sa propre vie de la tête par la suite. Je ne voudrais pas qu’il fasse psy alors qu’il est venu pour un divertissement. « Eh ben, on dirait vraiment une mauvaise blague en effet… et t’as tiré le gros lots, ça a du te faire un choc non?  » J’avoue, moi qui aime la compétition, j’aurais préféré, pour une fois, perdre celle-ci. « Le reste de ta famille était déjà au courant ? » Mes dents s’entrechoquent. « Oui. Elle a prévenu Finn la veille.  » Je n’aime pas du tout la tournure de cette discussion. Les souvenirs de ces dernières semaines reviennent parfaitement. L’annonce de ma sœur, le semi-silence que mon frère m’offre depuis mon retour, ce sentiment de solitude malgré un entourage présent, l’entrainement qui s’intensifie avec pourtant cette épée de Damoclès au-dessus de la tête de ma mère-manager sans qu’elle ne soit au courant. Je sers les poings, je n’ai pas l’habitude de parler de ce genre de chose, je n’aime pas ça, ma famille est mon jardin secret et j’ai toujours su agir comme une huitre à son évocation, en fuyant ou en trouvant un subterfuge et changeant de sujet. Mon cerveau travaille à tout à l’heure mais je ne trouve pas et ça m’agace.

D’un coup, je me retourne vers Connor, un sourire ancré sur le visage. Je me lève et file dans un coin de ma chambre où je laisse mon pied faire chavirer une de mes planches de skate sur le sol, jouant distraitement avec. Debout sur la planche, je le fixe. « Et du coup, il est chou quand même ton nouveau neveu ?  » Comment ça je change de discussion sans lui avoir donné de véritable réponse ? Mais j’avoue, son histoire est bien plus intéressante que la mienne à mes yeux. « Ça te dit d’aller faire un tour ou tu préfères rester là ?  » J’ai simplement besoin de faire quelque chose, je ne supporte plus de rester là à tourner en rond et avec ces sujets bien trop lourds pesant dans l’atmosphère. Ce n’est pas nous, ce n’est pas drôle, et mon rôle était de lui changer les idées. « Je peux te proposer pique-nique sur la plage ou terrain vague, bain de minuit ou skate-park, je peux même tenter de faire comme si je savais jouer à la balle avec toi si tu le souhaites.  » Je ne sais pas, je crois que pour la première fois de ma vie, je suis à court d’idées…



A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Sam 5 Mai 2018 - 19:10




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.



« Ce sera même pas drôle pour elle, tu ne lui apprendras rien.  » Me lança Bryn alors que je menaçais de mon confier à la gouvernante la prochaine fois. Je laissais glisser un sourire, après tout elle n’avais pas tord, même si notre gouvernant pouvait être des plus discrète il était probable qu’elle en sache beaucoup sur notre famille « Oh tu serais étonnée, Honnêtement je crois qu’elle en sait moins que le chien. » Facile pour lui Chronos passait son temps dans nos pattes, s’il était vraiment doté de parole nous serions clairement dans de sacré beaux draps. Heureusement pour nous ce dernier était plus bête que ses pieds. « Et puis, elle est quand même moins fun que moi, non ?  » Je lançais un sourire à mon amie « La question ne se pose même pas, elle ne t’arrive pas à la cheville chaton. »

Nous avions finalement dérivé sur la révélation de la soeur de Bryn qui elle aussi lui avant annoncé qu’elle avait un enfant caché. Je demandais à mon amie si d’autre membre de sa famille était au courant de cette histoire. « Oui. Elle a prévenu Finn la veille.  » Et bien, le jeune femme n’avait pas perdu de temps, enfin après avoir gardé le silence pendant plus de 10 ans. « Et bien… Il faudrait peut-être que ta soeur vide son sac plus souvent, ça fait un peu beaucoup en 24h pour quelqu’un qui tenais sa langue depuis si longtemps… enfin j’dis ça je dis rien, c'est juste un conseil. » Surtout que ma  famille n’avait pas à donner des leçon sur la façon d’annoncer les choses. Au moins les choses étaient sortie maintenant, plus de secret - enfin c’est ce que j’espérais pour mon amie. Un léger silence s’installa, marque que le sujet était probablement clos pour le moment. Bryn finit d’ailleurs par se lever pour aller jouer avec l’une de ses planches de skate. Pour ma part je m’accroupis sur le lit, lançais des regard amusé devant mon amie en équilibre sur sa planche.

Bryn me questionna alors sur l’enfant de Gauthier. « Et du coup, il est chou quand même ton nouveau neveu ?  » Je souriais en pensant au petit Gabriel. Ce gamin était presque aussi adorable qu’Oliver, prendre conscience que ce dernier faisait autant parti de la famille que mon neveu m’amusais même si cette idée me semblais des plus saugrenue. « Oui, il est adorable et l’avantage c’est que comme c’est le meilleur ami d’Ollie, je le connais déjà bien le petit morveux. » Maintenant il me faudra juste un temps d’adaptation avant d’assimiler que ce petit monstre fait maintenant parti de notre famille - enfin si Gauthier se décide à prendre un peu ses responsabilités. De mon côté je préférai ne pas retourner la question à Bryn, le sujet semblait encore un peu frais et je redoutais qu’elle m’annonce ne pas connaître l’identité exact de son neuve de 12 ans. Je décidais qu’il serait peut être préférable d’enterrer le sujet pour l’instant, peut-être que Bryn se sentira plus à l’aise d’en parler à quelqu’un d’autre ou au moins dans quelques mois histoire de lui laisser le temps de digérer. « Ça te dit d’aller faire un tour ou tu préfères rester là ?  » Il n’y avait pas à réfléchir bien longtemps, un brin d’air frais ne pourrait me faire que le plus grand bien « Va pour sortir d’ici, j’ai bien envie de prendre un peu l’air là. » Clairement sortir de cette chambre ne pouvait que nous faire un peu de bien, je me levais pour rejoindre mon amie qui me proposa plusieurs activité dont celle de jouer à la balle avec moi. Je lui adressais à sourire en coin « Sérieusement, tu serais prête à jouer à la balle avec moi ? J’te reconnais pas. » Bryn était un as dans le maniement de toute sorte de planche mais la balle de baseball n’était pas vraiment son amie « Mais je te rassuré j’ai pas envie de jouer les gros bras ce soir, un tour au skate-park ça te vas ? » A cette heure-ci il ne devait pas être trop fréquenté et si vraiment on pouvait toujours rouler jusqu’à la plage pour un petit bain de minuit. « Part contre je vais devoir t’emprunter une place la mienne est resté à la villa. » Et j’avais tout sauf envie d’y mettre les pieds avant encore bien 24h. D’ailleurs il faillait que je m’assures que mon amie n’avait pas l’intention de partager sa couche avec quelqu’un ce soir parce qu’il me fallait impérativement un pieu ou dormir. Je lui adressais mon sourire le plus charmant alors que cette dernière me tendait une planche. « Juste une question avant qu’on quitte la chambre. Y’a de la place pour moi dans ton lit ce soir ? Parce que même si ça m’a fait du bien de t’en parler, j’ai toujours pas digéré et impossible que je remette les pieds là-bas. » En tout cas pour l’instant du moins - en plus c’est toujours mieux de passer la nuit avec Bryn que de dormir seul dans mon grand lit.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Sam 9 Juin 2018 - 18:23


« Oh tu serais étonnée, Honnêtement je crois qu’elle en sait moins que le chien. » Je lève un sourcil. Pas trop difficile en même temps quand le chien est tout le temps dans les pattes du garçon face à moi. « En même temps, je ne serais pas étonnée d’apprendre que ton chien a plus partagé ton lit que tes conquêtes. » C’est gratuit mais je souhaite tout de même revenir à notre conversation. Il n’irait pas voir cette dame plutôt que moi, si ? Ce serait… Plus qu’une trahison ! Jalouse, moi ? Jamais ! Son sourire me rassure, après tout, il ne fait que rire, il ne serait rien sans moi et il le sait parfaitement, non mais oh. « La question ne se pose même pas, elle ne t’arrive pas à la cheville chaton. » Mouais, on dira que j’y crois. Je fais la fière, la tête haute et le sourire en coin. Après tout, c’est à moi qu’il est venu se livrer et mine de rien, je suis reconnaissante pour cela. Connor et moi avons une relation étrange. Alors que nous pouvons tout nous dire l’un à l’autre, nous ne le faisons que rarement, sa sœur étant plus facilement ma confidente que lui. Pourtant, je sais qu’avec lui je ne risque rien non plus, que je peux tout lui dire et être moi, sans qu’il ne me juge et en me sentant parfaitement bien. Pourtant, ce que nous partageons est loin d’être de ce type là…

C’est comme cela que je finis par me livrer, plus que je ne l’ai fait depuis des jours et des jours. J’en ai gros sur le cœur et même si je ne veux pas tout lui balancer, en dire une partie fait du bien. J’ai cette impression affreuse de trahir ma sœur et en même temps, je sais que je peux faire confiance à ce garçon qui a vécu dans un monde où l’on connait le poids de ce genre de secret. Ce n’est pas non plus comme s’il ne venait pas de me donner une information similaire, et puis après tout, il a déjà assez d’argent pour vouloir s’en faire sur mon dos, non ? Seulement, parler de mon frère et ma sœur me trouble, je ne saurais l’expliquer. C’est quelque chose que je fais rarement et même si c’est Connor face à moi, j’ai l’impression de devoir contrôler tout mon corps pour ne pas craquer et trembler de tout mon être. « Et bien… Il faudrait peut-être que ta soeur vide son sac plus souvent, ça fait un peu beaucoup en 24h pour quelqu’un qui tenais sa langue depuis si longtemps… enfin j’dis ça je dis rien, c'est juste un conseil. » Je ris malgré moi. C’est sûr. Cela fait beaucoup et mon cœur se serre simplement en pensant à ce qu’elle a donc vécu. J’ai longtemps repoussé ma sœur en la prenant pour un diable en personne alors que finalement elle est simplement une personne élevée par le diable. Mon sourire se fend légèrement, presque triste mais je ne dis rien, le cache parfaitement, ce n’est pas le moment d’avoir des remords. Je dois être là pour mon ami de base, non ? Et non l’inverse. Pensant à rien, je me retrouve rapidement sur une planche, seul outil qui peut enlever toutes pensées de ma tête. Reprenant la discussion qui le concerne, j’esquive le sujet de ma famille qui ne me met pas à l’aise du tout, même avec Connor. Après tout, il m’a dit connaître ce petit garçon qui s’avère être son neveu, est-ce un nouveau Don Juan comme tous les hommes de cette famille ? « Oui, il est adorable et l’avantage c’est que comme c’est le meilleur ami d’Ollie, je le connais déjà bien le petit morveux. » Je souris simplement et naturellement. Je ne sais pas pourquoi, j’imagine parfaitement ce gosse comme un Connor Junior, très similaire à son premier neveu mais plus discret, je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce qu’il n’a pas eu une vie facile s’il ne connaissait pas son père jusque là ? « C’est cool du coup, ça ne va pas être trop dur pour eux de se connaître alors, ni pour lui de s’intégrer dans votre clan. » Parce qu’il faut l’avouer, cette famille anglaise ressemble bien plus à un clan qu’à une famille normale. Comme s’il fallait un certain nombre de drames dans votre vie pour leur arriver à la cheville. J’espère réellement que ce gamin y arrivera sans vivre tous les drames qu’ils peuvent avoir dans leurs quotidiens.

« Va pour sortir d’ici, j’ai bien envie de prendre un peu l’air là. » Je savais que ma proposition ne resterait pas vaine avec lui. L’avantage avec lui, c’est que mes envies sont les siennes tellement nous pouvons être similaires. A un point, presque gênant à certains moments… Je souris donc, heureuse d’imaginer l’air sur mon visage dans peu de temps. «Sérieusement, tu serais prête à jouer à la balle avec moi ? J’te reconnais pas.» Bien entendu que je serais prête à cela, pourquoi pas ? Je souris en acquiesçant. « Toujours, pour toi. » Je fais passer cette annonce comme une banalité mais je suis sincère. Il ne se rend peut-être pas compte de ce que je suis capable de faire lorsque quelqu’un compte réellement pour moi. Puis, il n’a toujours pas compris que je suis prête à tout, tout le temps ? « Je n’ai pas dis que je gagnerais mais te poursuivre en voulant attraper une balle ou bien te la lancer dessus ? Je suis clairement up to ! » « Mais je te rassuré j’ai pas envie de jouer les gros bras ce soir, un tour au skate-park ça te vas ? » Bon et bien, je ne vais pas me faire prier alors ! Mon sourire s’agrandit, autre que l’océan, le skate-park doit être mon deuxième endroit favori. Je pourrais y passer des journées entières et le connais parfaitement. « A qui penses-tu t’adresser ? » Mon pied déjà sur ma planche pour la récupérer, je pourrais déjà être à mi-chemin si je ne devais pas l’attendre. « Part contre je vais devoir t’emprunter une place la mienne est resté à la villa. » Promis, je ne le ferais pas retourner là-bas juste pour ça, et ce n’est pas comme si je manquais de planche. Me tournant, je récupère celle que je sais être sa préférée et lui tends avant qu’il ne l’attrape. « Tant que tu ne me la casses pas, considère-la comme tienne.» Mes planches sont mes bébés. Toutes faites par mes soins, je passe des heures que ce soit sur les skates ou les planches de surf. Je pourrais en parler des heures et des jours mais ne me laisse jamais aller, pourtant je sais qu’il sait et cela me suffit. N’empêche, avec elle, il sera bien mieux qu’avec ce qu’il a chez lui, même si la sienne est très loin d’être nulle. Je m’apprête à me diriger vers ma porte mais le vois parfaitement sourire comme un niais. Qu’y a-t-il encore ? « Juste une question avant qu’on quitte la chambre. Y’a de la place pour moi dans ton lit ce soir ? Parce que même si ça m’a fait du bien de t’en parler, j’ai toujours pas digéré et impossible que je remette les pieds là-bas. » Je ris doucement et fais mine d’hésiter. « Tu sais, je dois réviser et tout… » Je fais la moue puis ris en levant les yeux au ciel. « Mi casa es tu casa hombre. Par contre je sais pas dire lit, mais tu es bien entendu le bienvenu, tant que tu fais le petit dej demain. » Je lui adresse un clin d’œil et m’élance vers l’extérieur, nous menant tout droit vers le skate park sans oublier une fameuse course sur le chemin.

20 Juin 2018

Me penchant légèrement en avant, je me laisse tourner, fléchissant les jambes et sautant légèrement pour laisser ma planche se coincer sur le coping du bowl. De l’autre côté, je le vois parfaitement en train de se masser le mollet, cet abruti vient de se faire rentrer dedans par un gosse. Je me laisse retomber sans chercher la performance jusqu’à atteindre son côté, sourire aux lèvres. « Et bien, on regarde pas où on va Hazard-Perry ? » Je tire la langue, attrape ma planche et la laisse doucement s’arrêter à nos côtés alors que je me glisse dans son dos passant mes jambes des deux côtés de ses hanches et déposant un baiser sur sa joue. Cela m’avait manqué de venir ici avec lui et dieu seul sait à quel point cela va me manquer de ne pas y retourner pendant cette année. Je suis avec lui et pourtant, il me manque déjà tellement pourtant, je me rappelle pourquoi je pars et sait parfaitement que c’est le mieux pour moi. Il faut que je grandisse de mon côté et loin de Brisbane, loin de ma vie actuelle et puis c’est une offre en or, non ? « Il ne t’a pas loupé hein ? Tu veux que je t’apporte un pansement mon chou ? » Je n’ai pas tout vu, mais le gosse a dû y aller fort vu l’ouverture sur le genou de Connor. « Ou peut-être un bisou magique ? » Je ne vois pas parfaitement son visage vu notre position, mais je pourrais jurer qu’il lève les yeux aux ciels. Merde, dans une semaine, je ne verrais plus cette tête, il a intérêt à me tenir au courant de tout ce qu’il fait, parce que franchement, je crois que je suis entrain de devenir sentimentale et je refuse de le faire toute seule. « Comment tu vas faire sans moi pour te défendre hein ? » Je souris pourtant, une partie de moi n’est pas si heureuse, mais après tout, c’est mon choix, non ?



A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Dim 10 Juin 2018 - 14:23




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.




« C’est cool du coup, ça ne va pas être trop dur pour eux de se connaître alors, ni pour lui de s’intégrer dans votre clan. » En effet c’était un avantage, mais sur ce point je n’avais pas encore connaissance des désirs de mon frère. Gabriel avait - de ce que j’avais compris - un père et pas sur que mon frère voulait entrer dans la vie du jeune garçon. Mais ça ce n’étais pas mon problème pour l’instant. « Ouais on verra bien comment tout ça évolue. »

Après ça Bryn me propose de sortir faire un tour, ce que je ne refuse absolument pas à condition qu’elle me prête une planche. « Tant que tu ne me la casses pas, considère-la comme tienne.» Elle comme moi avons besoin de prendre un peu l’air, je lui demande ce pendant si je peux quand même passer la nuit ici - même si depuis le temps que je fais ça je n’ai même plus besoin de demander « Tu sais, je dois réviser et tout… » Je fronçais légèrement les sourcils, depuis quand les révisions étaient un problème « Je suis un excellent prof’ tu sais. » Lui lançais avec un sourire malicieux, comme si elle pouvait me refuser avec cette excuse. « Mi casa es tu casa hombre. Par contre je sais pas dire lit, mais tu es bien entendu le bienvenu, tant que tu fais le petit dej demain. » Me lança finalement la jeune femme tout en m’adressant un clin d’oeil avant de filer à l’anglaise aussi vite que le vent. Amusé, je lui pressais le pas, attrapant une planche et me dépêchant de la rattraper, c’est pas parce que c’est une fille que je vais la laisser gagner si facilement.

20 Juin 2018

Ça faisait maintenant quelques semaines que je savais que Bryn allait quitter Brisbane, pourtant je n’arrivais toujours pas à m’y faire, espérant chaque jour, en vain, que mon amie me faisait simplement une blague. Malgré que je saches que Bryn n’était pas du genre à plaisanter sur ce genre du sujet, je l’espérais encore et encore. Pourtant mes espoirs s’envolaient au fur et à mesure que les jours s’écoulaient et il fut un temps ou même moi je n’y croyait plus . Le départ était pour bientôt, le compte à rebours était lancé et je n’avais plus aucun moyens de le retarder, je pouvais juste la voir partir. Nous avions pris nos planches et nous étions rendu au Skate-parc, un endroit qui était presque devenu notre repère, si bien que je ne m’imaginais plus vraiment m’y rendre si je n’y croisait plus la jeune femme.

Je n’avais clairement pas la tête à mon affaire, me lançant sur la rampe mon regard le quittait pour se fixer sur Bryn encore et encore. Je finis donc fatalement par être percuter un petit bonhomme en trottinette qui n’avait - pour ma défense - rien à faire là.  Heureusement pour lui, c’est moi qui pris le plus cher, mon genou s’écrasa sur le sol et le frictionna sur tout le reste de la rampe, l’ouvrant sur quelques centimètres. Manquait plus que ça, j’observais les dégâts, rien de bien grave, mais j’allais devoir faire une pause. Je m’écartais de la zone de glisse et fut rapidement rejoins par mon amie « Et bien, on regarde pas où on va Hazard-Perry ? » Oui c’était en parti de ma faute si ce jeune et moi nous nous étions percutés, mais je n’allais pas l’admettre de bonne fois. « P’têtre bien, mais c’est ce gosse qui n’avait rien à faire là aussi! » Bryn pris place derrière moi et déposa un simple baisé sur ma joue « Il ne t’a pas loupé hein ? Tu veux que je t’apporte un pansement mon chou ? » Un pansement ne serai peut-être pas suffisant , part contre je n’aurait pas non à un bandage et un spray désinfectant. « Ou peut-être un bisou magique ? » Je ne pu m’empêcher de lever les yeux au ciel… en temps normale je n’aurait pas hésiter une minute entre les deux, mais j’étais un peu ralenti aujourd’hui « C’est qu’une égratignure va, je suis un grand bonhomme, ça devrait aller. Mais je ne dis jamais non à un baiser de Bryn l’infirmière. » Aller savoir sa guérira peut-être bien ma plaie, et la douleur que je ressentais dans ma poitrine ces derniers temps

« Comment tu vas faire sans moi pour te défendre hein ? » Mon coeur se pinça à cette annonce. La gorge serrée, je laissais ma tête en arrière, la posant sur l’épaule de Bryn « Comment je vais faire sans toi tout court… » Fus la seule pensée que je pus communiquer. Je n’étais pas un homme à Je t’aime, pourtant il était clair que c’était ce que je ressentais pour la surfeuse - même si je ne voulais pas me l’admettre. On m’avait souvent dit qu’on se rendais compte de ce qu’on avait au moment ou on le perdais, et même si j’avais toujours eu cette phrase en horreur, elle n’avait pas totalement faux. J’avais été un idiot heureux trop longtemps, profitant de la liberté que la jeune femme m’offrait en papillonnant à droit à gauche comme à mon habitude, alors qu’il était clair que j’avais avec moi une perle rare avec qui j’aurais du passer tout mon temps… Maintenant j’avais envie qu’elle reste mais je savais que je ne pouvais pas me montrer si égoïste, je devais accepter son choix de partir même si celui si m’anéantissais. « Dis moi que tu vas revenir vite… » Je faisais des efforts pour ne pas paraitre égoïste mais c’était ma nature de l’être et je ne pouvais pas le cacher à Bryn - elle me connaissait trop bien pour ça. « Ça va être un enfer sans toi ici. » Et oui, en perdant Bryn je perdais mon refuse en plus de mon amie, j’allais vraiment perdre gros.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (02.08.95)
SURNOM : Euh... Bryn ? Ou B. Mais c'est assez rare...
STATUT : Célibataire, libre comme l'air, les boulets au pied, c'est pour les vieux.
MÉTIER : surfeuse en voie de professionnalisation et étudiante en quatrième année en Gouvernance et Politique Public

POSTS : 192 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a été élevé par son frère + elle a une tendance à ne jamais dire non pour faire des folies et toujours avec le sourire + elle entretien des relations encore assez froide avec sa soeur Cora + c'est une enfant non voulue et elle le sait + elle a commencé à travailler avec sa mère aux US et ne sait plus quoi faire et comment penser + elle est sujette aux crises de panique lorsque c'est trop pour elle + elle passe les 90% de son temps libre à la plage à faire du surf, le reste du temps est souvent avec un skate aux pieds.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do. ❃ Coverdale family

Who are we? What we run? We run the world ? Who run the world? Girls ! ❃ Space girls love

Don't get attached when I call you up, trying to get some ass like no no no... ❃ Bryonnor
Connor #2 + Cora #3 + Finn #3 + Coloc + Théo
PSEUDO : pimentine
AVATAR : Bridget Satterlee
CRÉDITS : signature : ANESIDORA
DC : Elisabeth D. ♥︎
INSCRIT LE : 14/05/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t15178-hey-i-m-not-a-slut-i-just-love-love-bryn#579154 http://www.30yearsstillyoung.com/t15181-bryn-when-a-situation-rises-just-write-it-into-an-album http://www.30yearsstillyoung.com/t15182-bryn-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t15187-bryn-coverdale

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Dim 10 Juin 2018 - 16:45


« P’têtre bien, mais c’est ce gosse qui n’avait rien à faire là aussi! » Mais c’est que monsieur est bougon dites moi ! Comme un peu depuis trois semaines mais je ne dirais rien… Je réponds simplement par un baiser que je ne peux retenir. Il m’amuse quand il est dans cet état là et je sais pourtant qu’il y a quelque chose qui le tourmente, quoi ? Cela reste par contre un mystère. « C’est qu’une égratignure va, je suis un grand bonhomme, ça devrait aller. Mais je ne dis jamais non à un baiser de Bryn l’infirmière. » Je souris à sa réponse. Un grand bonhomme ? Je jurerais que si je n’étais pas là, il serait en train de courir jusqu’à chez lui pour que sa sœur le panse, bébé va ! Rapidement je me détache de lui, m’approche de son genou et y dépose un léger baiser, là où la peau n’est pas enflée. Merde, il ne s’est pas loupé non plus… « Voilà grand bonhomme, la magie devra faire effet d’ici quelques instants. » Je lui renvoi un sourire niais et reviens sans qu’il ne me le demande à ma place mes bras s’enroulant cette fois-ci autour de sa taille et le taquinant pour surtout, l’amener dans ce sentiment qui me prends la poitrine depuis quelques secondes… Sa tête se pose sur mon épaule et une de mes mains doucement caresser ses cheveux déjà ébouriffés. Qu’est-ce qu’il me fait ? Ce n’est pas le moment d’être sentimental… « Comment je vais faire sans toi tout court… » Ma gorge se sert et mes lèvres se pincent. Il est sérieux là ? Je le sers un peu plus fortement et tente un léger sourire sans savoir quoi répondre pour une fois dans ma vie. Mon front alla se blottir contre lui, mon souffle se heurtant probablement dans son cou mais le silence reste entre nous. Une fois n’est pas coutume il parait ?

« Dis moi que tu vas revenir vite… » « Connor… » Ma gorge est sèche. Qu’est-ce qu’il me fait ? Nous sommes venus ici pour nous sortir les idées de la tête pas pour ça. Je n’aime pas les au revoir et ce qu’il est en train de me faire vivre est même pire qu’un au revoir… « Ça va être un enfer sans toi ici. » Abandonner les gens que j’aime, c’est ce qui est le plus dur dans ce projet. Je vais réaliser mon rêve, ce pourquoi je me bats depuis mon adolescence. Je vais enfin le faire mais pour cela je dois abandonner ma vie et tous ceux que j’aime derrière moi pendant environ un an. Revenir ne sera pas possible, pas tout de suite, cela représente un budget probablement trop important et nous n’avons en plus de cela pas de temps à perdre. Du coup en un mois, je dois me faire à l’idée que je ne vais pas revoir leur tête pendant un temps qui me parait une éternité. Je dois être forte pour eux parce que je suis celle qui part, mais diable, qu’est-ce que c’est dur. « C’est pas long un an et puis tu verras, à peine je serais montée dans l’avion que tu auras toutes les femmes de Brisbane à tes pieds profitant que j’ai fichu le camp. » Je souris difficilement mais parfaitement comme je sais le faire, cachant le reste de mes sentiments. Je lui dépose à nouveau un baiser sur la joue puis me relève en faisant attention à ne pas le faire tomber par la même occasion. « Tu vas pas jouer le sentimental Perry tout de même ? Et puis j’ai encore une semaine ici tout de même ! Tu vas pas me dire que je vais te manquer, qu’est-ce que les gens vont croire tout de même ? » J’ai besoin de le remuer, de lui montrer que ce n’est pas fini et puis après tout, je ne suis pas malade, je pars juste en voyage, long et loin, mais un simple voyage. « Promis, quand je reviens, je viendrais t’embêter un maximum et si tu as une copine à ce moment-là, tu ne m’en voudras pas d’être jalouse, hein ? » Je ne sais pas d’où cela sort mais probablement du cœur. Bien sûr que je serais contente pour lui mais si Brisbane a changé à ce point à mon retour alors pourquoi revenir ? Connor est un de mes piliers aujourd’hui et même si notre amitié est particulière pour beaucoup, elle est sincère et inestimable à mes yeux. Et au fond de moi, il faut que je l’avoue, je serais triste d’abandonner tout cela mais à nouveau, c’est mon choix… « Tu peux remonter sur ton skate ou je dois t’aider à sautiller jusqu’à je ne sais où pour soigner tout ça ? » Je suis peut-être inconsciente sur beaucoup de point mais une chose est sûre, il faut prendre soin de ses genoux, ils sont pour moi mon gagne-pain et je ne souhaite pas que Connor abandonne leur usage pour une simple connerie. « Puis si on le croise, promis je fais une balayette au gosse qui t’a fait ça. » Je lui fais un clin d’œil et lui tends la main pour le relever. Je refuse de pleurer sur un avenir possible, ce n’est pas nous et même si j’ai le cœur en miette de l’abandonner, je ne dois rien montrer, sinon, je ne pourrais être fidèle à moi-même, non ?


A little one, I don't want to admit to something, if all it's gonna cause is pain. Truth in my lies right now are falling like the rain, so let the river run

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (15.04.1996)
SURNOM : Conny ou Conno' mais c'est plutôt rare et surtout pour m'énerver
STATUT : libre comme l'air
MÉTIER : Etudiant dans le marketing et la communication pour l'instant
LOGEMENT : chez les HP la plus part du temps mais aime squatter la colocation de Bryn

POSTS : 295 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connor vient d’une famille aisée Londonienne, il a quatre frères et sœurs, il sont maintenant tous réunis à Brisbane ★ Connor est un grand fêtard, s’il y avait pas les cours il sortirai H24 ★ En plus d’être un grand fêtard c’est également un homme à femme (et à homme également). C’est un grand dragueur et avec sa gueule d’amour il ne se prend pas souvent de râteau ★ Connor a appris à jouer de la guitare, au début pour combler le silence et maintenant surtout parce que c’est un bonne atout de séduction sur la plage .
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Charlie #2GauthierBryn#2RyleighMaureen Family Hazard-Pegerton Itziar

RPs EN ATTENTE : ★ Ambroise MacLeod ★ Elisabeth Donovan
RPs TERMINÉS : BryonnorElisabeth#1Elisabeth#2HP FamilySushiTeamFelixCynthiaCharlieMauraFamily HP#2Théo
PSEUDO : Bobo
AVATAR : Cody Christian
CRÉDITS : ironshy
DC : -
INSCRIT LE : 29/03/2017

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   Lun 9 Juil 2018 - 21:49




Le sexe apaise les tensions, L'amour les provoque.




« Voilà grand bonhomme, la magie devra faire effet d’ici quelques instants. » Je lui souriais faiblement mais il fallait avouer que le coeur n’y étais pas vraiment. Il fallait avouer que j’étais en pleine déprime depuis que je savais que j’allais perdre l’un de mes repères en la personne de Bryn et aujourd’hui plus que les autres jours j’avais du mal à faire fasse ou trou que la jeune femme allait laisser dans mon quotidien - et peut-être bien dans mon coeur. Alors comme à mon habitude je m’étais montré égoïste  « Connor… » Je me mordis la langue pour ne pas en dire plus, mais c’était dans ma nature de trop parler et une fois de plus je ne résistais pas à dire à haute voix que j’allais vivre un enfer avec son départ, ce qui pouvait paraitre exagérer mais représentait bien ce que je ressentait en pensant que je ne la verrais plus à ma guise.  « C’est pas long un an et puis tu verras, à peine je serais montée dans l’avion que tu auras toutes les femmes de Brisbane à tes pieds profitant que j’ai fichu le camp. » Je redis faiblement son sourire à mon amie, les relations longues distances que ça soit dans la famille, les amis ou plus je connaissais bien et je savais que parfois -et bien souvent d’ailleurs - les un an se transformaient souvent en plus et c’est ce que je redoutais le plus. Mais je réussis à garder le silence, n’argumentant qu’un faible « C’est pas la même chose » en bougonnant à sa réplique sur le fait que j’allais courir retrouver d’autre filles à peine après qu’elle soit partie. Je laissait Bryn poursuivre  « Tu vas pas jouer le sentimental Perry tout de même ? Et puis j’ai encore une semaine ici tout de même ! Tu vas pas me dire que je vais te manquer, qu’est-ce que les gens vont croire tout de même ? » Moi sentimental, en effet ça ne me ressemblais guère, mais une semaine passait tellement vite que je ne pouvais m’empêcher de voir le négatif. Je pris cependant une grande inspiration, prêt à reprend mon rôle de sans coeur que je maîtrisait bien mieux que toutes ses histoires mielleuse. « Sentimental, Moi ? Non, tu as raison c’est pas moi ça… Et oui, encore une semaine après tout. » je me redressais faiblement et senti mon genou se raidir, le skate était définitivement finit pour moi aujourd’hui.

Bryn enchaina ensuite sur son retour, un sujet que j’avais déjà bien plus de plaisir à aborder  « Promis, quand je reviens, je viendrais t’embêter un maximum et si tu as une copine à ce moment-là, tu ne m’en voudras pas d’être jalouse, hein ? » J’échappais un faible rire, un peu plus enjoué qu’au début de cette journée. « Tu sais comment je suis. Mais ne sait-on jamais… Si, je dis bien si, il s’avère que je me dégotte quelqu’un pour plus d’une journée. Je t’accorde le droit d’être jalouse. mais surtout je t’ordonne de venir me sortir de ce pétrin. » Je ne suis toujours pas partant pour une relation exclusive et j’espère que je ne le serais jamais - ou alors c’est que je me serait bien fait avoir par une femme. « Et si toi, tu trouves quelqu’un, tu n’auras qu’à faire la comparaison avec moi à ton retour et tu le laisserai vite tomber. » Lançais-je avec mon plus beau sourire, fier de ma confiance en moi - ou de ma vantardise.

« Tu peux remonter sur ton skate ou je dois t’aider à sautiller jusqu’à je ne sais où pour soigner tout ça ? » J’adressais une grimace à Bryn « Je crois que je vais opter pour sautiller, ou alors je me pose sur le skate comme un enfant et tu me pousses? » Bien sur la deuxième proposition n’était pas sérieuse, rien que l’image me donne envie de m’écrouler de rire. Bryn vint alors se glisser à mes cotés pour tenter de me soutenir pendant que je pose ma jambe à terre, tendre la jambe et douloureux mais supportable si bien que je boitais plus qu’autre chose  « Puis si on le croise, promis je fais une balayette au gosse qui t’a fait ça. » en riant de bon coeur je répondis à Bryn « Ouvre bien les yeux alors, je suis sur qu’il a un casque jaune fluo, faut pas le rater. »

J’observais mon amie qui me soutenais du mieux qu’elle pouvait pour que je n’ai pas à tendre trop ma jambe. Rien à dire ça allait être dur de passer une année à Brisbane sans la voir, mais nous n’avions pas d’autre choix que d’accepter ça, je n’avais plus qu’à me résigner. « T’as intérêt à tout déchirer en fait, sinon c’est moi qui vient te faire une balayette. » C’était une façon de lui dire qu’elle faisait le bon choix, qu’à sa place je ferai le même et que même si ça n’allait pas être facile tout les jours au moins elle n’aurait pas de remords.





Si t’es souvent seul avec tes problèmes, c’est parce que, souvent, le problème, c’est toi. — Orelsan.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2   


Revenir en haut Aller en bas
 

Je dis toujours la vérité, même quand je mens - Bryonnor#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: logements
-