AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : N'essaye même pas
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Cambrioleur #LeClub / Barman pour les autres, pour combler ses nuits solitaires
LOGEMENT : Redcliffe, appartement 400

POSTS : 123 POINTS : 680

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
You keep my heart under the cover of night. Could be the devil in a clever disguise. Temptation leads us, it's too late for goodbye.
Harweiss
Zelda

RPs TERMINÉS :
You rise i fall, I stand you crawl. You twist I turn, who’s the first to burn ?
PSEUDO : MadnessPastis
AVATAR : Adam Driver
CRÉDITS : Avatar (Scared Euphoria) Crackship (made by me) Signa (Bat'phanie)
DC : //
INSCRIT LE : 31/12/2017

MessageSujet: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Jeu 4 Jan - 16:35





If you can't read in my heart, try to read in my eyes

You're so hypnotizing
Could you be the devil, could you be an angel



*Mon téléphone vibre contre la poche avant de ma cuisse, me sortant de ma torpeur. Que faire ce soir ? La réponse se trouvait sur mon téléphone. M'asseyant plus confortablement sur mon fauteuil, concentrant une partie de mon attention a dévérouiller l'appareil, l'autre partie a me demander de qui pouvait provenir ce message a cette heure de début de soirée. Préférant amplement la solitude au fausses amitiés ou tout autre relation susceptible d'être destructrice, je mettais déjà de coté les messages amicaux d'invitation a sortir.
Mon index glissa prudemment dans la section message de mon portable tandis que mon esprit curieux vagabonde vers Heller. Le temps s'était calmé, avait il du travaille pour moi ? Une requête ?
Pourtant lorsque le message s'ouvre sous mes yeux, c'est une tout autre demande qui s'offre a moi. Une occasion de mettre le nez dehors, s'activer tout en s'amusant jusqu'aux lumières du jour.
Ca au moins ça n'avait pas changé. Cette insouciance des temps passés, cette envie de se déconnecter de tout juste le temps d'une nuit, jusqu'a ce que la réalité nous rattrape. Jusqu'a ce que le soleil lève le voile sur tout ça. Une nuit entière pour s'échapper, semer des démons un peu trop insistants, n'était ce pas suffisant ?*

Un des bars situé a Canvas, habitué a faire venir Liam lorsqu'ils avaient besoin de main en plus, venait de faire appel a lui. Un barman a remplacer de toute urgence. Liam tapota rapidement son clavier avant d'envoyer une réponse positive a l'intéréssé. Rendez vous dans 1h, montre en main. Ce samedi soir ne l'avait donc pas abandonné. Il s'empressa de prendre une douche puis entreprit de se préparer, s'habillant de vêtement plutôt sombre, comme a son habitude, munit d'une chemise qui laissait subtilement entrevoir sa musculature qu'il prenait soin d'entretenir. Avant de quitter la salle de bain, il se parfuma d'une note boisé, un détail qui le tenait a coeur sans avoir de réel raison apparente.
22h30
*Comme attendu, je pénétre enfin dans le bar. Je quitte le froid de l'hiver, me laisse envelopper par la chaleur enivrante de l'endroit. La musique, l'alcool, l'ambiance, tout me revient en pleine face comme si ce nouveau monde pouvait chasser ce désir de solitude dans lequel je m'étais embourbé des années auparavant.
Cet autre monde c'était le mien. Celui de la nuit. L'excitation de ces excès d'une nuit, cette folie hautement addictive.
J'inspire, savourant cette agitation, avant de rapidement déposer mes affaires dans un casier, derrière le bar, saluant d'un signe de tête mes collègues, semblant heureux de voir du renfort arriver. Nous nous connaissions de vue mais je n'avais jamais réellement appris a les connaitre. Etait ce mieux ainsi ?
Je n'avais eu vent que des bribes de leurs vie entre deux verres préparés. Rien qui ne pouvait les faire rentrer dans mon cercle d'amis très fermé.
Quelques minutes plus tard, me voila derrière le bar, shaker en main, rendant des rictus mystérieux aux femmes fougueuses qui se présentait a moi. La soirée s'annonçait bonne, mon regard sombre se baladant sur les différents visages du bar lorsque le temps me le permettait. Je repère une tête connue. Une jeune femme qui n'en était pas a sa première visite ici. Nos regards se croisent avant de se perdre au milieu de ces âmes tumultueuses. Un nouveau client me cache momentanément la vue. Elle aussi semble me chercher du regard mais ne bronche pas. Sa beauté particulière ne laisse pas indifférent, quelque chose au fond de ses yeux me renvoi, étrangement, un sentiment de déjà vu. Elle est seule, comme toujours.
Comme moi.
Pourtant, ni l'un ni l'autre n'avions jamais pris l'initiative, curieusement difficile, de venir faire connaissance.
C'est bien plus tard, lorsqu'il est temps de prendre une pause, que mon attention se pose a nouveau sur elle. Ou plutôt, sur eux. Une vingtaine d'années, tout au plus, un tôt d'alcoolémie bien trop élevé, sans doute. L'expression qu'arborait la jeune femme quant a leurs proximités et leurs grands gestes mélé a des paroles dénuées de sens, m'indiquait qu'ils n'étaient pas les bienvenus a sa table. Je décide de m'interposer, m'offrant finalement une occasion soudaine de venir lui parler aprés ces nombreuses fois a s'épier mutuellement derrière un contoir.*

Liam saisit le bras du plus grand avec fermeté, son regard peu enclin a négocier, suffisant a faire reculer les deux autres. Sa voix calme mais ferme vint couvrir le bruit de la musique.

- Laisses la.

Simple mais efficace, les voila déjà pret a déserter, laissant le champs libre a Liam. Son visage se tourna vers la jeune femme auquel il offrit un sourire réconfortant avant de finalement s'assoir a sa table avec une seconde d'hésitation. Le silence s'installa alors, la musique du bar en fond sonore, le jeune homme prenant son temps pour l'analyser de ses yeux noisettes avant de finalement rompre le silence.

- Salut.

Se sentant soudain bête, ses lèvres se déchirèrent en une sorte de rictus moqueur, sa main droite passant dans ses cheveux.

- Tu viens souvent ici...seule.

Seule. Sa façon a lui de lui demander la raison de cette solitude. Il parcouru une nouvelle fois son visage a la recherche d'une éventuelle réponse a sa question.
Elle était belle. Oui, elle l'était.



Code by Sleepy


I've buried my love in the moon dust
Breathe ▬ I'm never gonna let you close to me. Cause every time I open up, it hurts. In case you go and leave me in the dirt. I know you're thinking I'm heartless. I'm just protecting my soul. And every time you hurt me, the less that I cry. I'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Âgée de trente ans, tu es née un premier janvier.
SURNOM : Kiều Diễm n'est pas un surnom, c'est seulement ton prénom viet que seule ta famille l'utilise. Sinon, tu n'as pas de surnom et tu n'en veux pas.
STATUT : Célbataire endurcie, grande gourmande.
MÉTIER : Mannequin professionnelle
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)

POSTS : 378 POINTS : 700

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : it’s alright if you run out of breath, no one will blame you, it’s okay to make mistakes sometimes because anyone can do so although comforting by saying it’s alright are just words
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
seduction is easy, that common way to spend this night we’re a little too special to spend it that way, yeah hold on, the magic, the desire, the moon they whisper closely “it’s alright honey”

so that everything collapses and melts, you make me absurdly crazy come and turn me on, you don’t stop that fire, it’s like a universe inside of you, need you closer, if I fall in.

5/5
ʕ •ᴥ•ʔ Clément (◡‿◡✿) Nina (͠≖ ͜ʖ͠≖) Liam (˵ ͡~ ͜ʖ ͡°˵)

RPs EN ATTENTE : Sid, Aisling, Seun-jin, vous ?
PSEUDO : apaisios
AVATAR : Kim fuckingqueen Taeyeon
CRÉDITS : eriam (avatar) ; sowonis (gif) ; kingshara & nina (crackship) ; loonywaltz (ub) ; bat'phanie (signa)
DC : izaac, le papa poule
INSCRIT LE : 24/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Dim 7 Jan - 15:50







if you can't read in my heart

try to read in my eyes

De ton balcon tu regardais le soleil qui se couchait petit petit, te laissant un spectacle de couleurs et de contrastes. Toi, les deux bras sur le rebord tenant ton visage dans tes mains, tu fumais une énième cigarette de la journée. Toujours vêtue de ton pyjama, tu n'avais pas travaillé de la journée à cause de ta maladie. Le dernier jour de ton cycle était le plus calme. Les douleurs étaient toujours présentes, mais supportables, du moins tu l'espérais. Une journée où tu n'avais rien foutu, où tu n'es pas sorti prendre l'air, une journée qui, étrangement, se ressemblait comme les autres. Te rappelant la solitude qui est accrochée à toi depuis la fin de ton adolescence. Cette solitude c'est toi qui a décidé de l'avoir, mais pourtant tu n'arrives toujours pas à l'accepter. Tu étais triste, mélancolique durant ces journées seules dans ton grand appartement. Tu cherchais de l'affection dans les bras de parfaits inconnus, mais tu ne voulais plus les revoir le lendemain. Tu ne sais plus ce que peut procurer le sentiment d'aimer quelqu'un. Aimer une personne par admiration, amitié, amour. Tout ça n'était que flou dans tes souvenirs te demandant si tu aimais encore tes parents. Sûrement, peut-être, tu ne savais plus. Tu tirais une dernière fois sur ta clope avant de l'écraser contre ton cendrier avant de revenir dans ton salon vide. T'asseyant sur ton canapé, tu caressais légèrement la tête de ton chien avant de prendre ton téléphone. Tu naviguais sur les réseaux sociaux, voyant les personnes que tu connaissais postaient des photos d'eux en train de s'amuser te démoralisant encore plus sur ton état actuel. Tu restais là, assise, attendant ne serait-ce qu'un message pour pouvoir sortir, te changer les idées. Mais tu enlevais toutes espérances, tu savais bien qu'ils s'en fichent bien de toi. Et tu l'acceptes, parce-que ça a toujours été comme ça depuis ta venue en Australie. Tu soufflais, tu passais la main dans tes cheveux gras, dehors il faisait déjà nuit et tu te décidais à sortir tant bien que mal. Seule, comme d'habitude, mais tu n'as jamais été si bien accompagnée que par toi-même. Tu te regardais une dernière fois dans ton miroir, te dévisageant de la tête au pied. Te trouvant passable habillée en noir, tu franchissais l'autre côté de ta porte avant de n'être réellement dehors. Tu pris une grande inspiration et c'est à cet instant-même que tu sentis une légère douleur au niveau de ton bas ventre. Tu serrais légèrement les dents, grimaçant, tu touchais ton ventre comme si la douleur allait partir en une seule caresse. Ton idée était peut-être insensée, prise trop à la légère à la vue de ta maladie, mais tu ne voulais pas faire marche arrière, pensant qu'au pire, quelqu'un aura pitié de toi pour te ramasser après une petite crise. Tu déambulais les rues, à la recherche d'une quelconque idée, d'un quelconque endroit pour passer le temps. Durant ta balade, quelques passants étaient venu vers toi pour te dire qu'il aimait ton travail, avoir une photo, discuter avec toi pendant quelques courtes minutes. Tu n'as jamais eu la prétention de te dire "célèbre" puisque tu ne l'es pas, mais le peu de personnes qui te reconnaissaient, tu voulais les accueillir avec ton plus beau sourire quand bien même il pouvait être faux. Ta balade nocturne s'arrêtait devant un bar que tu connaissais bien. Tu as l'habitude d'y être assez souvent quand ton emploi du temps pouvait te le permettre. Tu pensais s'il allait être présent. Lui qui avait le même regard que toi. Tu lâchais un petit soupire, tu franchissais l'entrée du bar et tu regardais autour de toi. Le bar avait du monde, mais ce n'était pas bondé. Le bruit des rires, de la musique, des discussions t'avaient agressé les oreilles, mais tu n'y prêtais pas attention. Tu essayais, tant bien que mal, d'aller vers le comptoir, mais tu n'étais pas vraiment imposante avec tes pauvres un mètre soixante et quelques. Tu décidais d'attendre là, au bout milieu du bar, que les autres aient fini de commander. La sensation qu'on te regardait te prenait, mais tu savais que c'était lui. Derrière le comptoir, vos regards se croisent comme ils ont l'habitude de faire. Ce regard tu le connaissais, tu le voyais chaque matin devant ton miroir, le regard d'une personne seule. Ni toi, ni lui avez franchi le pas pour en savoir plus sur l'un comme sur l'autre. Un client devant lui vous cache la vue, mais tu ne cessais de le chercher, tout comme lui. La soirée avait passé, ton verre de whisky vide, tu étais assise seule, au fond du bar à regarder sur ton téléphone avant que tu ne fasses emmerder par plusieurs mecs bourrés à souhait. Ils essayaient de s'approcher de toi, te faisant sentir l'alcool à plein nez, tu résistais en jouant la non-intéressée, te disant qu'ils allaient finir par partir. «Laissez-la». Levant la tête vers cette voix, tu étais bien surprise de voir le barman. Tu le regardais faire, sans broncher avant de les voir partir. Tes yeux se posèrent sur cet homme, ce barman au charme empoisonnant. Il te sourit, tu répondais à son sourire. Tu voulais lui remercier, mais celui-ci était bien plus rapide que toi avant de souligner ta solitude. Tu restais surprise à sa phrase, mais tu lui souris. «A force de se regarder, on arrive à déchiffrer le regard de l'autre, surtout quand ce regard on le connaît trop bien» Tu lui indiques qu'il pouvait s'asseoir à tes côtés avant de reprendre. «J'ai toujours préféré me la jouer solitaire plutôt que faux-cul» tu disais cette phrase toujours le regard noyé dans le sien. C'était bien la première fois que tu le voyais aussi proche et tu t'étais résolu qu'il était un très bel homme. «Quand je te vois, entouré de tes collègues, des clients, tu souris. Tu veux les rassurer...» tu voulais par "comme moi", mais tu ne le faisais pas. «Au fait... merci pour tout à l'heure.» Il te fascinait, t'intriguait et te comprenait sûrement mieux que quiconque à cet instant. 

☾ anesidora


we are time fliers



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : N'essaye même pas
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Cambrioleur #LeClub / Barman pour les autres, pour combler ses nuits solitaires
LOGEMENT : Redcliffe, appartement 400

POSTS : 123 POINTS : 680

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
You keep my heart under the cover of night. Could be the devil in a clever disguise. Temptation leads us, it's too late for goodbye.
Harweiss
Zelda

RPs TERMINÉS :
You rise i fall, I stand you crawl. You twist I turn, who’s the first to burn ?
PSEUDO : MadnessPastis
AVATAR : Adam Driver
CRÉDITS : Avatar (Scared Euphoria) Crackship (made by me) Signa (Bat'phanie)
DC : //
INSCRIT LE : 31/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Lun 8 Jan - 8:52





If you can't read in my heart, try to read in my eyes

You're so hypnotizing
Could you be the devil, could you be an angel



Cet homme est une énigme. Un labyrinthe tortueux pour accéder a son véritable fond, ce qu'il cache dérrière cette froideur désinvolte. Bien trop mystérieux pour qu'on le connaisse vraiment. Bien trop distant pour qu'on l'apprécie réellement. Bien trop féroce pour qu'on ose l'affronter directement. L'homme qui ne tendait que très rarement la main a ce monde qui l'entourait au risque de se la faire broyer, n'acceptait jamais ou presque celle qu'on lui tendait de peur d'être un jour redevable. Pourtant quand son regard vient frôler celui de l'ange a ses cotés, Liam n'est plus vraiment sur de vouloir continuer a jouer ce rôle ce soir. Ce rôle qui lui colle a la peau depuis bien trop d'années. Ôter le masque, lever le voile. Facile a dire, si difficile a mettre en place. Parceque même si il n'avait jamais pu se résoudre a se l'avouer, Liam avait peur. Lui qui avait mit tant de temps a remonter la pente après avoir fuit son père, lui qui s'était tant acharné a creuser cet écart entre lui et les relations qui s'offrait a lui. Oui, il avait peur. Peur des conséquences si il brisait a nouveau cette carapace. Profonde et si fragile a la fois. C'était ça exister. Combattre ses peurs les plus intimes. Fuir n'avait jamais été une solution. Pourtant c'est ce qu'il faisait. Depuis bien trop d'années. Parceque cette crainte d'être abandonné, détruit psychologiquement par une nouvelle relation empoisonné était incrustée en lui, circulait dans ses veines, animait son coeur. Elle vivait là, en lui. Depuis l'instant ou son père avait eu une emprise sur lui. Et puis il y avait cette envie farouche de liberté. Insupportable parfois. Nécessaire, souvent. Insupportable car la solitude ne lui avait jamais autant fait saigner intérieurement. Une sorte de scarification psychologique qui lui rappelait la dure réalité. Qu'il préférait souffrir de solitude passagère que de se laisser abandonner par quelqu'un. Jusqu'a se perdre lui même dans sa compléxité. Il avait apprit a vivre avec. Avec ça.

* Elle me plait. Pas comme toutes ces femmes que je pouvais croiser dans mon boulot. Non. Elle, c'est différent. Au delà du physique, elle dégage ce petit quelque chose de sauvage, comme ci a trop s'en approcher on pouvait s'y bruler les ailes. Farouche, un pas de travers et l'oiseau prend son envol. Je ne lui ai jamais parlé pourtant j'ai l'impression de la connaitre depuis toujours. Parceque ce que m'offre l'abime de son regard est bien plus suffisant que de simples mots. Elle a le regard des hommes qui ont souffert dont seul ceux qui ont vécu le pire peuvent le discerner.
Elle aussi me cherche, me scrute. Ca m'amuse, réveil ma curiosité, me donne l'envie d'en savoir plus sur elle, bien plus que je ne le devrais.

- A force de se regarder, on arrive à déchiffrer le regard de l'autre, surtout quand ce regard on le connaît trop bien.

Troublant, elle semble lire en moi comme dans un livre ouvert. Tout comme moi je pouvais le faire. Etrangement ça me plait. Son sourire réchauffe mon coeur l'espace d'un court instant. L'impression étrange qu'en ce moment même elle était la seule a pouvoir me comprendre, décortiquer mes silences.

- J'ai toujours préféré me la jouer solitaire plutôt que faux-cul.

Un sourire malicieux s'installe sur mes lèvres. Mes coudes se posent sur la table, mon visage se rapproche d'elle, gardant néanmoins une distance raisonnable.

- La solitude est la seule amie qui ne te trahira jamais. Je ne sais pas pourquoi je dis tout ça mais j'ai envie de continuer. On dit de moi que je suis un loup solitaire. J'hésite. Il y a souvent une louve dans l'ombre du loup.

Je pose ça là, me rendant parfaitement compte que je viens de subtilement la draguer. Au fond, j'avais toujours été un séducteur dans le seul but de m'amuser. Sauf que là ce n'était pas de l'amusement, l'envie curieuse d'en savoir plus sur elle. Je sentais cette attirance réciproque. C'était déroutant.

- Quand je te vois, entouré de tes collègues, des clients, tu souris. Tu veux les rassurer...

Mon regard noisette se balade sur son visage avant de m'adosser contre le dossier de ma chaise, une main dans mes cheveux. Je choisis de répondre par l'humour.

- Ouais, ça file des courbatures aux zygomatiques quand on est pas entrainé.

Elle sourit. Ma petite blague a eu l'effet escompté. Elle finit par me remercier. Je me rend compte que nous ne connaissons même pas nos noms respectifs. Je me lance, rompant le silence.

- Je m'appel Liam.

Et toi ?*


Code by Sleepy


I've buried my love in the moon dust
Breathe ▬ I'm never gonna let you close to me. Cause every time I open up, it hurts. In case you go and leave me in the dirt. I know you're thinking I'm heartless. I'm just protecting my soul. And every time you hurt me, the less that I cry. I'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Âgée de trente ans, tu es née un premier janvier.
SURNOM : Kiều Diễm n'est pas un surnom, c'est seulement ton prénom viet que seule ta famille l'utilise. Sinon, tu n'as pas de surnom et tu n'en veux pas.
STATUT : Célbataire endurcie, grande gourmande.
MÉTIER : Mannequin professionnelle
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)

POSTS : 378 POINTS : 700

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : it’s alright if you run out of breath, no one will blame you, it’s okay to make mistakes sometimes because anyone can do so although comforting by saying it’s alright are just words
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
seduction is easy, that common way to spend this night we’re a little too special to spend it that way, yeah hold on, the magic, the desire, the moon they whisper closely “it’s alright honey”

so that everything collapses and melts, you make me absurdly crazy come and turn me on, you don’t stop that fire, it’s like a universe inside of you, need you closer, if I fall in.

5/5
ʕ •ᴥ•ʔ Clément (◡‿◡✿) Nina (͠≖ ͜ʖ͠≖) Liam (˵ ͡~ ͜ʖ ͡°˵)

RPs EN ATTENTE : Sid, Aisling, Seun-jin, vous ?
PSEUDO : apaisios
AVATAR : Kim fuckingqueen Taeyeon
CRÉDITS : eriam (avatar) ; sowonis (gif) ; kingshara & nina (crackship) ; loonywaltz (ub) ; bat'phanie (signa)
DC : izaac, le papa poule
INSCRIT LE : 24/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Mar 9 Jan - 17:27







if you can't read in my heart

try to read in my eyes

Tu te sentais bien en sa compagnie. Vous ne vous connaissez à peine, mais tu sais qu'il ressent les mêmes émotions que toi. Vous êtes tous les deux seuls dans ce monde vaste, bruyant et nombreux. Tu t'es renfermée sur toi-même pour ne plus à avoir à souffrir, pour ne plus te sentir trahi ou coupable pour une chose que tu n'as pas commise. L'hypocrisie tu en vois tous les jours, tu en es habituée, mais ça t'offusque toujours de voir des personnes hautaines. Pourtant, au fond, tu l'es aussi. Par la peur d'être si vite écraser, tu as voulu joué avec ce que tu ne savais pas faire. Agir comme ceux que tu méprises pour paraître plus forte, mais au fond, tu te meurs. Tu souffres de la solitude, mais tu en as besoin. La dépression est entrée chez toi il y a peu, tu penses souvent à la mort, mais tu n'as jamais songé à aller voir un psy parce-que tu sais que personne ne te comprendra et t'écoutera. Quand bien même le barman en face de toi pouvait te ressembler, te comprendre mieux que quiconque, tu as toujours peur d'avouer tes chagrins, tes soucis, tes peurs. Alors, tu souris. Tu souris pour rassurer tout le monde. Tu souris pour te rassure à toi-même. Tu touchais rapidement ton ventre, sentant une petite douleur. Rapide, mais tu l'avais bien sentie. Si tu ne te tuais pas c'est ta maladie qui allait te tuer, du moins ce que tu pensais. Ta maladie te connaît parfaitement. Elle sait comment te faire pleurer, te faire souffrir et te faire chier. Tu as toujours vu ta maladie comme une malédiction et tu continues toujours d'y croire ainsi. Croire que tu as toujours été un enfant pas comme les autres, avec un prénom pas comme les autres et qui n'avaient pas les mêmes yeux comme les autres. Tu as toujours été différente sans le savoir et tu as su l'accepter au fil du temps. Mais pas ta maladie. Tu n'as jamais su accepter sa venue. Sans te retourner, tu pouvais sentir la bonne atmosphère qui remplissait ce bar. Les personnes qui portaient en eux la joie de vivre et qui la croquaient à pleine dent, profitant de leur temps dans ce monde. Toi, tu te sentais comme l'intrus au fond, celle qui n'avait rien à faire dans cette bonne ambiance. Appuyant ta tête à l'aide de ta main, tu regardais, tu scrutais le visage du beau barman en face de toi. Tu cherchais les quelques traces qui pourraient te donner une piste sur son passé, sur le pourquoi il était devenu aussi solitaire, mais tu ne voyais rien. Il était impénétrable. Cet homme était une vraie énigme à déchiffrer, un mystère à résoudre. Tu le regardais dans les yeux, commençant ce jeu de regards que tu connais trop bien. Plongeant ton regard dans les yeux, le provocant, un petit peu. Tu levais un sourcil, sentant le petit jeu de séduction dans sa dernière phrase. Mais tu ne faisais pas la surprise parce-que tu en avais l'habitude et tu aimais ça. Te sentir désirer, que quelqu'un te séduise avec les mots justes. Tu lui souris légèrement avant d'entendre sa petite blague qui t'a fait lâcher un léger rire. Même si tu te sentais vide, tu savais encore rire quand il le fallait. Tu aimais toujours l'humour et ton sens de l'humour n'était pas très difficile à comprendre. "Liam". En plus d'être canon le barman portait un prénom qui lui allait parfaitement. Un prénom doux, court, moderne et facile à retenir. Tu voyais sur son visage l'air curieux qu'il portait, l'impatience de savoir ton prénom. «Kiều Diễm» dis-tu avec une parfaite intonation, prononciation et dans un parfait vietnamien. Tu étais fière de tes origines, même si tu le montrais peu. La réaction sur son visage te faisait lâcher un sourire puis un deuxième rire. L'incompréhension, les yeux cherchant à savoir si c'était vrai ou faux. «Du moins, ceci est mon deuxième prénom. Zelda, je m'appelle Zelda. Enchantée Liam» Le voilà rassuré, son visage s'était détendu de pouvoir coller un prénom sur ton visage, un prénom dont il pourrait bien prononcer. Il t'avait rendu ton rire. «Et donc, tu travailles ici depuis longtemps.. Liam ?» Disant son prénom d'une manière des plus sensuels, tu cherchais la provocation. Tu cherchais les questions afin de tout savoir sur lui. Mais pas trop vite, tu ne voulais pas tout gâcher. Tu voulais apprécier chaque morceaux.     

☾ anesidora


we are time fliers



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : N'essaye même pas
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Cambrioleur #LeClub / Barman pour les autres, pour combler ses nuits solitaires
LOGEMENT : Redcliffe, appartement 400

POSTS : 123 POINTS : 680

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
You keep my heart under the cover of night. Could be the devil in a clever disguise. Temptation leads us, it's too late for goodbye.
Harweiss
Zelda

RPs TERMINÉS :
You rise i fall, I stand you crawl. You twist I turn, who’s the first to burn ?
PSEUDO : MadnessPastis
AVATAR : Adam Driver
CRÉDITS : Avatar (Scared Euphoria) Crackship (made by me) Signa (Bat'phanie)
DC : //
INSCRIT LE : 31/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Mer 10 Jan - 10:09





If you can't read in my heart, try to read in my eyes

You're so hypnotizing
Could you be the devil, could you be an angel



*Elle a cette façon de me scruter, m'analyser. Elle reste en retrait mais son corps parle pour elle. Sa curiosité l'emporte, elle a soif d'information. Tout comme moi. Je la laisse fouiller mon regard, décripter le rictus sur mes lèvres, je sais quelle n'y trouvera rien si ce n'est un immense vide qui ne demandait qu'a être comblé. Tant de remparts émotionnels avait été construit. Trop de blessures mal cicatrisées. Ce que dégageait mon regard n'était autre que son reflet. Ce monde dans lequel nous étions prit au piège. Ce destin qui nous avait avalé de sa gueule béante, mâché, recraché.
Moi c'est une lueur de défi qui illumine soudain mes yeux. Le loup reprend du poils de la bête. Elle aime ça, cette comparaison avec cet animal fougueux et dangereux. C'était ce que j'avais toujours été. Un loup dangereux et blessé. C'était ceux dont il fallait le plus se méfier. Ne jamais sous estimer la puissance de la douleur. Une effrayante source d'inspiration.
Elle ne semble pourtant pas se méfier de ce coté mystérieux que je pouvais dégager. Bien sur que non. Elle l'était tout autant. Si proche et si différent a la fois. La louve use de son charme. Parfaite réponse a ma technique de drague. J'avais envie de voir jusqu'ou nous pouvions allé dans ce petit jeu mystérieux. Jusqu'ou nous pouvions être proche.
Son rire m'enveloppe, ma curiosité s'accroie. J'étais loin d'imaginer a quel point cette fille allait changer ma soirée du tout au tout. Elle use de la provocation visuel pour me pousser a en dévoiler plus sur moi. Je trouve presque ça excitant. Si bien que je compte faire durer le suspens. Il en faut bien plus pour me percer a jour. Même si au fond de moi, l'envie de m'ouvrir a elle me traverse l'esprit. Parcequ'elle était surement la seule a pouvoir me comprendre ce soir. Cette fille qui, en un regard, avait réussit a attirer mon attention. Et c'était réciproque.*

- Kiều Diễm.

Il arrondit les yeux, la scrute avant de lacher un rire géné. Sa manière de lui faire comprendre qu'il n'est pas sur de réussir a l'appeler par son nom. Instinctivement, il opte par déduction a des origines vietnamienne.
Son regard brille a nouveau de cette même intensité lorsque son rire parvient jusqu'a ses oreilles. Il n'entend que ça. Comme ci la musique de fond du bar, les rires, les éclats de voix autour d'eux s'était soudain volatilisés.

- Du moins, ceci est mon deuxième prénom. Zelda, je m'appelle Zelda. Enchantée Liam.

Le voilà soulagé de enfin pouvoir poser un nom sur ce visage. Le visage d'un ange. Un ange que les ténèbres semblait avoir frôlé. Il excise un mouvement de tête.
Enchanté Zelda.
Il se laisse absorber par sa voix, cette façon de prononcer son propre prénom. Liam. Ce nom qui prenait un tout autre sens dans la bouche de cette fille. Il cède a la tentation.

- Zelda. Vietnamienne, je présume. Tu ne m'en veut pas si je garde ce prénom ? Je ne suis pas certain de pouvoir parler ta langue. Il lui rend son regard, la provoquant également avant de pouffer a la manière d'un enfant puis de se reprendre. Ces genres de moments ou il pouvait se révéler attachant... Cela dit, je parle quelques mots d'italien...seule chose que mon père a su me léguer.

Et voila, c'est sortit tout seul. Pourtant il n'en diras pas plus. Le voila se renfermant a nouveau dans le silence, ses pupilles animée par la haine l'espace d'un millième de seconde. Et encore, Zelda était loin d'imaginer dans qu'elle circonstances, Liam avait apprit ces fameux "quelques mots".
Heureusement, elle change de sujet.

- Et donc, tu travailles ici depuis longtemps.. Liam ?

Je cherche une réponse adéquate.

- Je suis vacataire. Je travaille ici et là quand on a besoin de main en plus... mais, oui, je fais ça depuis longtemps.

Une réponse vague, rien de bien précis. Comme toujours. Parceque encore une fois, Zelda était loin d'imaginer le véritable travaille de Liam, que barman n'était qu'une sorte de couverture. Et ce silence qui s'impose a nouveau avant que sa voix ne vienne le briser.

- Et toi, Zelda ? Un oiseau de nuit, également ?

Il se cale sur le ton de la jeune femme, sa voix se voulant calme et presque dangereuse a la fois. Sensuel et viril a la fois. Il savait définitivement s'y prendre. L'art de pimenter le jeu. A la Liam Weiss.


Code by Sleepy


Spoiler:
 


I've buried my love in the moon dust
Breathe ▬ I'm never gonna let you close to me. Cause every time I open up, it hurts. In case you go and leave me in the dirt. I know you're thinking I'm heartless. I'm just protecting my soul. And every time you hurt me, the less that I cry. I'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Âgée de trente ans, tu es née un premier janvier.
SURNOM : Kiều Diễm n'est pas un surnom, c'est seulement ton prénom viet que seule ta famille l'utilise. Sinon, tu n'as pas de surnom et tu n'en veux pas.
STATUT : Célbataire endurcie, grande gourmande.
MÉTIER : Mannequin professionnelle
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)

POSTS : 378 POINTS : 700

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : it’s alright if you run out of breath, no one will blame you, it’s okay to make mistakes sometimes because anyone can do so although comforting by saying it’s alright are just words
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
seduction is easy, that common way to spend this night we’re a little too special to spend it that way, yeah hold on, the magic, the desire, the moon they whisper closely “it’s alright honey”

so that everything collapses and melts, you make me absurdly crazy come and turn me on, you don’t stop that fire, it’s like a universe inside of you, need you closer, if I fall in.

5/5
ʕ •ᴥ•ʔ Clément (◡‿◡✿) Nina (͠≖ ͜ʖ͠≖) Liam (˵ ͡~ ͜ʖ ͡°˵)

RPs EN ATTENTE : Sid, Aisling, Seun-jin, vous ?
PSEUDO : apaisios
AVATAR : Kim fuckingqueen Taeyeon
CRÉDITS : eriam (avatar) ; sowonis (gif) ; kingshara & nina (crackship) ; loonywaltz (ub) ; bat'phanie (signa)
DC : izaac, le papa poule
INSCRIT LE : 24/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Ven 12 Jan - 7:29






if you can't read in my heart

try to read in my eyes

Tu voulais tout savoir, il le voulait aussi. Mais, vous deux réunis, vous étiez deux portes closes à doubles serrures. Une attirance, une curiosité vous attire tout autant l'un comme sur l'autre. Alors pourquoi ne pas sauter sur l'occasion ? Toi même tu ne le savais pas. Tu avais peur ? Peur de savoir son passé, ses secrets ? Peur d'être déçue par ce que tu ne sais pas ? Son rire rayonnait dans le bar, tu n'entendais que ce son qui te faisait du bien. Liam est un homme qui te plaît physiquement que par son caractère aussi, son côté mystérieux te plaît tout autant. Tu voulais te rapprocher beaucoup plus de lui, mais tu avais peur que celui-ci ne s'en aille après ton rapprochement. Tu te demandais comment cette soirée allait se terminer. Si elle allait se terminer positivement ou négativement, mais tu oubliais ces pensées. Tu n'avais juste qu'à laisser passer le temps quand bien même tu ne tenais plus en place en sa présence. Liam avait réussi à t'étonner. Il avait su trouver l'origine de ton prénom, peu de gens y arrivent et quand ils y arrivent tu es agréablement surprise. Evidemment, Liam préfère t'appeler par ton premier prénom et tu le comprends. Seulement ta famille t'appelle par ton prénom vietnamien ou même toi quand tu te parles toute seule, il t'arrive même de parler en vietnamien sans t'en rendre compte ou alors d'insulter les autres en cette langue. Tu prends un plaisir fou à insulter dans ta deuxième langue maternelle. Quand bien même tu ne parles pas aussi souvent vietnamien qu'auparavant quand tu étais encore en Nouvelle-Zélande et, quelque part, ça te manque. Dans ton boulot tu as déjà croisé des vietnamiens durant des défilés, mais beaucoup ont préféré te parler en anglais. Ta curiosité te démange encore plus quand Liam te parle de son père. Tu imaginais sûrement un père aux origines italiennes, mais le ton dont il a sorti ces quelques mots tu pouvais sentir une rancune. Alors, tu pensais. Tu laissais faire ton imagination. Peut-être que lui aussi avait des problèmes avec sa famille ? Sûrement que ces problèmes sont plus graves et intenses que les tiennes, mais tu ne pouvais rien savoir. Tu passais la main dans tes cheveux et tu t'en voulais d'avoir changer de sujet, tu voulais en savoir plus sur ce père que Liam n'aimait probablement pas. Après un court silence, Liam répondait à ta deuxième question. La réponse à tes questions d'antan. Tu venais de savoir pourquoi, de temps en temps, quand tu venais ici tu ne le voyais pas. Liam avait peut-être un deuxième boulot, mais là encore il t'en aurait parlé directement mis à part si celui-ci voulait te le cacher. Tu ne voulais pas lui poser des questions là-dessus, mais cette histoire de père te démangeait d'autant plus. Zelda, la façon dont il avait prononcé ton prénom te faisait frissonner. Il voulait jouer avec toi aussi, te provoquer comme tu l'avais fait. Liam était tout autant joueur que toi et tu aimais ça, tu voulais pousser le jeu de la provocation encore plus loin afin de savoir où cela pourrait vous amener. «Je peux être un oiseau de nuit, comme tu dis seulement quand mon emploi du temps pouvait me le permettre» ou quand ma maladie pouvait me le permettre aussi. Tu ne lâchais guère du regard tout en lui disant ta réponse. Tu avais cessé de t'appuyer contre bras pour aller t'adosser contre le mur. Vous restez comme ça à vous regarder, à ne rien dire. Laissant l'autre briser le silence, mais personne n'osait faire quoique ce soit. Vous ouvrez en même la bouche, sortant de légers bruits avant de rire en même temps. Vous étiez tous les deux gênés de cette situation, mais le voir rire te faisait t'attirer qu'encore plus de lui. Liam indiqua que tu pouvais parler avant lui, tu te mordis la lèvre inférieure en sachant quoi dire. Tu hésitais avant de te lancer ; «Tu as des origines italiennes du coup, par rapport à ce que tu m'as dit sur ton pèr-» le dernier mot tu n'as su le dire en entier. Grimaçant, mordant ta lèvre, tu serrais le tissu de ton t-shirt de toutes tes forces. Tu sentais l'air inquiet de Liam se dessinant sur son visage, mais tu lui souris du mieux que tu pouvais. «Ne t'inquiètes pas... tu sais les problèmes qu'on a nous les filles tout ça... ça devrait passer» La main toujours sur ton ventre, tu baissais ta tête vers l'arrière, le regard vers le plafond. Tu sortais un rire. Tu voulais le rassurer, tu ne voulais pas qu'il te pose des questions par rapport à ce qu'il venait de passer, alors tu voulais le rassurer du mieux que tu pouvais. Finalement, tu pensais qu'il aurait mieux fallu que tu restes chez toi même si ton cycle s'était arrêté il y a un jour. La douleur étant passée, tu ne voulais plus le regarder dans les yeux. Tu te sentais honteuse. 

☾ anesidora


we are time fliers



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : N'essaye même pas
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Cambrioleur #LeClub / Barman pour les autres, pour combler ses nuits solitaires
LOGEMENT : Redcliffe, appartement 400

POSTS : 123 POINTS : 680

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
You keep my heart under the cover of night. Could be the devil in a clever disguise. Temptation leads us, it's too late for goodbye.
Harweiss
Zelda

RPs TERMINÉS :
You rise i fall, I stand you crawl. You twist I turn, who’s the first to burn ?
PSEUDO : MadnessPastis
AVATAR : Adam Driver
CRÉDITS : Avatar (Scared Euphoria) Crackship (made by me) Signa (Bat'phanie)
DC : //
INSCRIT LE : 31/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Hier à 12:29





If you can't read in my heart, try to read in my eyes

You're so hypnotizing
Could you be the devil, could you be an angel



Zelda. Cette façon d'appuyer sur son prénom d'une manière un peu trop caractèristique. Il ne fait que lui renvoyer la monnaie de sa pièce. La séduction c'était son domaine. Mais pas comme eux. Pas comme les autres. Lui, avait toujours été différent. C'était ce qui faisait son charme. Ce regard impénétrable, ce sourire indéchiffrable. Cette essence de mystère qui planait au dessus de lui. Comment ne pas résister a l'envie d'en savoir plus ? Etrange mécanisme, plus son monde s'intéréssait a lui, plus il se fermait, nous narguant de ses yeux sombres. Alors lorsqu'il avait, pour la première fois, affaire a un specimen du même genre, le voila de l'autre coté du jeu. Etrangement, c'était excitant. L'envie de se méler a la douleur que lui offrait son regard. Des semaines qu'il l'observait, ce regard. Des semaines qu'il s'y sentait attiré sans vraiment savoir pourquoi. Ce soir il commençait a comprendre. Cette similitude loin d'être une coincidence a ses yeux. Il a envie de lui parler. De la comprendre. De s'immiscer dans ses doutes. Ses complaintes. Ses peurs. Ses pleurs. Juste rester là. Et observer. Tel un fantôme, un esprit qui veillerait a sa manière sur elle. Une présence dont l'abime de ses iris resterait braqué en permanence sur elle. Parceque des actions en disait bien plus long que des mots. Voilà pourquoi il avait choisit depuis longtemps le silence aux paroles quand aucune des lettres de l'alphabet n'avait pu assembler des mots sur ce qu'il vivait. Ressentait.
Il a envie de rester là. L'observer. La guetter. Un loup solitaire un peu trop curieux.

- Je peux être un oiseau de nuit, comme tu dis seulement quand mon emploi du temps pouvait me le permettre.

Liam penche légérement la tête sur le coté. Il attend la suite. Quelque chose qui lui permettrait de mettre une image sur ce fameux emploi du temps, ce travail qui semblait lui prendre une partie de son temps. Ca ne vient pas. Le silence remplace ses interrogations. Oui, elle était comme lui. Il finit par entrouvrir la bouche, bien trop curieux a son sujet, se préparant a lui poser la fameuse question mais il est devancé. Ses mots disparaissent instantanèment. Il rit en écho avec Zelda. Aucun des deux ne savait réellement comment s'y prendre. Le coté maladroit de Liam le rendait d'autant plus attachant.

- Tu as des origines italiennes du coup, par rapport à ce que tu m'as dit sur ton pèr...

Son sourire s'efface. Son rire n'est plus qu'un souvenir lointain. Dès la première fois qu'il avait mentionné l'existence de son paternel, Liam avait su qu'il était rentré sur un terrain glissant. L'immensité de son regard en disait bien trop long quant a son envie de poursuivre cette conversation si bien qu'il ne remarque pas de suite la douleur sur le visage crispé de Zelda. Il détourne un instant le regard, quittant cette bulle qu'ils s'étaient crée. C'était comme ci la musique a l'intérieur du bar lui revenait en pleine face. La réalité lui revenait en pleine face. Et ses origines italiennes qu'il aurait tant voulu oublier.
Il inspire, croise a nouveau le visage de Zelda. Quelque chose a changé. Il l'interroge, ses sourcils se fronçant légérement.

- Ne t'inquiètes pas... tu sais les problèmes qu'on a nous les filles tout ça... ça devrait passer.

Il ne sait pas vraiment comment réagir, analysant les traits de la jeune fille qui s'était durcie sous la douleur et cette lèvre mordue pour apaiser sa souffrance. Sa voix finit par venir percer le silence.

- Ca a l'air... douloureux.

Piètre réponse. Il fallait être aveugle ou passablement borné pour ne pas le voir. Il finit par fouiller la poche de son pantalon et en sort un petit paquet de médicament contre les douleurs passagères. Efficace pour éradiquer les facheux mal de tête de lendemain de soirée. Il le fait glisser sur la table en direction de Zelda, sourire aux lèvres.

- Ca devrait le faire. Souffla il.

Voyant ses collègues s'affairer auteur d'eux, Liam jeta un rapide coup d'oeil discret a sa montre avant de s'adresser a nouveau a la jeune femme.

- Tu veux allé faire un tour dehors ? Je ne reprend que dans 1h, ça te fera peut être du bien.

L'envie de se retrouver seul avec elle le titille, loin du tumulte du bar, loin du regard de ses collègues. Voir jusqu'ou cette rencontre pouvait mener en tête a tête. Sans vraiment lui laisser la peine de répondre, il se lève, rompant la distance entre la table et Zelda, lui offrant sa main pour l'aider a se lever.
Lui offrant une opportunité de mieux se connaitre.


Code by Sleepy


I've buried my love in the moon dust
Breathe ▬ I'm never gonna let you close to me. Cause every time I open up, it hurts. In case you go and leave me in the dirt. I know you're thinking I'm heartless. I'm just protecting my soul. And every time you hurt me, the less that I cry. I'm way too good at goodbyes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Âgée de trente ans, tu es née un premier janvier.
SURNOM : Kiều Diễm n'est pas un surnom, c'est seulement ton prénom viet que seule ta famille l'utilise. Sinon, tu n'as pas de surnom et tu n'en veux pas.
STATUT : Célbataire endurcie, grande gourmande.
MÉTIER : Mannequin professionnelle
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)

POSTS : 378 POINTS : 700

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : it’s alright if you run out of breath, no one will blame you, it’s okay to make mistakes sometimes because anyone can do so although comforting by saying it’s alright are just words
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
seduction is easy, that common way to spend this night we’re a little too special to spend it that way, yeah hold on, the magic, the desire, the moon they whisper closely “it’s alright honey”

so that everything collapses and melts, you make me absurdly crazy come and turn me on, you don’t stop that fire, it’s like a universe inside of you, need you closer, if I fall in.

5/5
ʕ •ᴥ•ʔ Clément (◡‿◡✿) Nina (͠≖ ͜ʖ͠≖) Liam (˵ ͡~ ͜ʖ ͡°˵)

RPs EN ATTENTE : Sid, Aisling, Seun-jin, vous ?
PSEUDO : apaisios
AVATAR : Kim fuckingqueen Taeyeon
CRÉDITS : eriam (avatar) ; sowonis (gif) ; kingshara & nina (crackship) ; loonywaltz (ub) ; bat'phanie (signa)
DC : izaac, le papa poule
INSCRIT LE : 24/12/2017

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   Aujourd'hui à 17:11






if you can't read in my heart

try to read in my eyes

Tu te sentais sale, tu voulais rentrer chez toi. Tu voulais t'enfuir jusqu'à chez toi, loin d'ici, loin de lui. Tu n'as jamais aimé que quelqu'un puisse voir que tu aies mal surtout à cause de ta maladie. Maintenant il va sûrement se poser des questions. Tu serrais tes mains d'une force, rentrant tes ongles dans ta peau, pourtant tu ne saignais pas. Tu as bien remarqué le visage de Liam quand tu as commencé à parler de son père, celui-ci ne voulait pas en parler. Rien que d'entendre le mot "père" ça lui met hors de lui, il a des problèmes avec lui. Ou il en a eu. Sur ce point-là, vous vous ressemblez aussi, du moins, tu le pensais. Toi tes parents ne t'ont jamais rien fait de mal, mais ils t'ont déçu du jour au lendemain. A avoir ce regard de pitié sur leur visage quand tu descendais des escaliers, quand tu te plaignais d'avoir mal, quand ils ont su que tu ne pourras jamais avoir d'enfants. Alors, chaque soir, tu pleurais dans ta chambre. Tu comptais les jours qui te restaient avant de partir définitivement de leurs vies, pour toujours, peut-être. Tu les aimes pourtant. Tu les aimes, mais tu les détestes aussi. Tu desserrais petit à petit tes mains, baissant la tête en avant pour les regarder. On pouvait y voir la marque de tes ongles, mais, pour une fois, aucune trace de sang. Tu reprenais tes esprits, tu détendais ton visage. Tu ne voulais pas que Liam ait une mauvaise idée de toi, tu ne voulais pas qu'il soit désintéressé de toi. Pour une fois que tu avais trouvé quelqu'un qui te ressemblait, qui ressentait les mêmes émotions, sentiments, qui partageaient les mêmes pensées, tu ne voulais pas le voir partir d'aussitôt. Tout comme lui, tu pensais. «Ca a l'air... douloureux.» Tu lâchais un faible rire, fermais les yeux tout en baissant ta tête vers l'avant. Liam était quelqu'un de naïf et mignon. Il avait dit ça sans le savoir, quand bien même il doit bien penser que tu souffrais le martyr. Mais tu ne relevais pas, tu avais l'habitude de cette remarque. Tu entendais un bruit sourd contre la table en bois. Ton regard vient se porter sur ce bruit étrange. Sur la table tu voyais un petit paquet de médicaments contre les maux de ventres passagères, il en restait quelques comprimés. Tu pris le paquet dans ta main et tu regardais Liam qui avait un léger sourire sur son visage, comme pour te réconforter. Oui, tu le trouvais même trop mignon. Tu lui répondis à son sourire avant de venir avaler le médicament à l'aide de ta salive. Quand bien même tu savais que ça n'allait pas marcher pour ton endométriose, tu le prenais, pour le faire plaisir. Son regard vient se perdre vers ses collègues de boulot, tu le suivais aussi.Avant que celui-ci vient rompre votre intimité, se lève et te tend la main vers toi ; «Tu veux aller faire un tour dehors ? Je ne reprend que dans 1h, ça te fera peut être du bien.» Tu regardais sa main vers ta direction, tu hésitais, mais dans un autre sens tu ne voulais pas le perdre de vue. Alors, d'un simple geste de tête tu lui répondis "oui" avant de prendre sa main dans la tienne. Tu te levais en douceur, la main toujours dans la sienne, il t'attire vers l'extérieur. Vous vous retrouvez à devoir passer entre plusieurs personnes bourrées, riant à haute ou alors des personnes qui n'avaient rien à faire en plein milieu du bar. Tu tenais fermement sa main, peur que tu puisses rester enfoui dans ce monde, lui aussi fait de même. Une fois dehors, tu prenais une grande bouffée d'air. Cela te faisait du bien que d'avoir l'odeur de la transpiration et alcool toutes les minutes. Vous remarquez que vos mains étaient toujours entremêlées avant de les séparer lentement tout en souriant, gênés. De ton sac tu sortais un paquet de cigarette avant de brûler le bout d'une clope. Tu pris une grande bouffée, cela aussi te faisait du bien. C'était la seule drogue qui te permettait de rester zen après une crise. Vous restez là, debout devant le bar à ne rien dire. Vous ne saviez pas quoi dire l'un comme l'autre, toi tu t'en voulais toujours de lui avoir montrer cet aspect de toi, tu t'en mordais la lèvre inférieure rien qu'en y repensant. «Je.. je n'aurais pas du parler de ton père et je m'en excuse» sont les mots qui ont réussi à sortir de ta bouche, un simple pardon. Parce-que oui, tu voulais te faire pardonner et tu t'en voulais pour ça aussi. «Si tu veux savoir, oui c'est très douloureux les règles. Disons que ça l'est beaucoup plus pour certaines personnes que d'autres, malheureusement.» Putain ta gueule Zelda. Tu ne savais pas pourquoi et comment tu avais pu sortir ça de façon calme, mais tu te détestais. Tu reprenais une grosse bouffée d'air toxique, ne sachant pas quoi dire après ça. Tu préférais changer de sujet, tout simplement. «Pour revenir au travail, je suis mannequin professionnel. C'est pour ça le truc de l'emploi du temps. Je peux en avoir des chargés ou comme celui que j'ai eu aujourd'hui. Avec mon boulot on voit ma tête un peu partout sur les affiches publicitaires, à la télé etc» Tu regardais la tête de Liam qui fronçait des sourcils, ne sachant pas que tu étais "connue". Tu souris. «Liam ne me dis pas que tu n'as jamais vu ce visage d'ange autre part que ce soir enfin !» Tu t'avançais petit à petit vers lui, avant de briser son intimité comme au bar. Tu imitais une bouille mignonne pour le faire rire et tu avais réussi. Face à son rire mignon, tu le suivais.

☾ anesidora


we are time fliers



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda   


Revenir en haut Aller en bas
 

If you can't read in my heart, try to read in my eyes | ft. Zelda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: canvas
-