AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 it's time to have a little talk... (soren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: it's time to have a little talk... (soren)   Dim 14 Jan 2018 - 0:06




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.

luleaby
it's time to have a little talk...
  
Depuis mon retour, j'ai l'horrible sensation que ma vie ne cesse de m'échapper. Je me sens comme un spectateur impuissant, incapable d'agir. Parfois, j'ai l'impression d'étouffer, de ne pas avoir le temps de digérer tout ce que l'on me dit, qu'il faut déjà passer à une nouvelle annonce. Un nouveau choc, une nouvelle déception. Savoir que la vie à continuer sans moi pendant plus d'un an est la chose la plus compliquée à assimiler pour moi. Je m'en doutais. Le monde ne s'est, malheureusement, pas arrêté de tourner pendant mon absence. Je m'y attendais. Je savais que certaines choses allaient avoir changé. J'ai passé tout le vol de mon retour à me répéter que tout le monde me pensait mort et qu'ils allaient avoir un sacré choc en me retrouvant. Je m'étais fait quelques scénarios, juste quelques trucs comme ça. J'imaginais Cleo avec une nouvelle coupe de cheveux, Heidi avec de nouvelles lubies, Soren égale à lui-même.Des choses bien innocentes. La claque a été violente lorsque j'ai fini par apprendre tout ce qui avait bien pu se dérouler pendant ma mort présumée. Depuis, j'ai l'impression de n'être que le témoin de mon existence. Je ne sais plus à quoi me raccrocher. Heureusement, ma sœur est là, elle ne me lâche pas. Je ne sais pas ce que je ferais sans elle. Je crois que je serais tout simplement devenu fou. Fou d'avoir perdu la femme que j'aime qui a préféré se tourner vers mon meilleur ami. Un frisson me parcourt le corps en pensant une nouvelle fois à tout cela. La trahison est tellement intense. Impardonnable. Ce n'est même pas à Cleo que j'en veux le plus. Dans le fond, je peux comprendre pourquoi elle s'est tournée vers un autre homme. Vers notre meilleur ami. Elle venait de perdre son fiancé et d'apprendre qu'elle était enceinte. Elle avait tout simplement besoin de soutien. Je ne peux pas lui reprocher cela. Jamais. Je n'aurais jamais voulu qu'elle se laisse aller, qu'elle flanche à cause de moi. Elle a essayé de garder la tête hors de l'eau, pour notre bébé. Alors, non, je ne lui en veux pas. Soren par contre… Soren, c'est une autre histoire.

Depuis que j'ai appris pour Soren et Cleo, je ne cesse d'avoir cette même scène qui tourne en boucle dans mon esprit. C'était quelques semaines avant un de mes départs pour une nouvelle mission. J'étais en couple avec Cleo que depuis quelques mois et allait vivre son premier départ en tant que compagne de militaire. Je faisais toujours de mon mieux pour partir avec un esprit positif, mais il aurait été idiot d'ignorer totalement le danger vers lequel je me dirigeais à chaque nouveau départ. Alors, avant ce fameux départ, j'avais pris mon meilleur ami à part et je lui avais fait promettre de veiller sur ma petite amie pendant mes absences. Soren étant mon ami depuis des années avaient bien entendu acquiescé. Aujourd'hui, j'ai juste envie de rire en me remémorant tout cela. Rire ou pleurer. Jamais je n'aurais pensé Soren capable de me faire un coup pareil. Leur rapprochement était sans aucun doute inévitable, après tout nous étions un trio inséparable. Ils m'ont vu disparaître de leur vie subitement, ils avaient besoin de soutien. C'est compréhensible. Le rapprochement, mais pas le reste. Pas le fait qu'ils soient en couple. C'est sur ce point que je n'arrive plus à reconnaître mon meilleur ami. Je n'arrive pas à admettre qu'il est pu faire une chose pareille. Si encore, j'avais disparu pendant plusieurs années… Peut-être que j'aurais compris. Je l'aurais accepté plus facilement. Or, je n'ai disparu que pendant moins de deux ans et pourtant, ils ont déjà refait leur vie ensemble. Dans mon appartement. Appartement vers lequel je me dirige actuellement.

J'ai vu Cleo plusieurs fois depuis mon retour. Tout d'abord, pour discuter, pour lui expliquer ce qui avait bien pu m'arriver, puis pour qu'elle m'avoue tout ce qui avait changé ici. Puis pour voir ma petite Cami. Pourtant, chacune de nos rencontres se sont déroulées loin de notre ancien appartement. Il aura fallu que j'insiste quelque peu pour que la jeune femme finisse par m'avouer qu'elle vivait officiellement toujours là-bas, en compagnie de Soren. Alors, on a continué à se voir ailleurs, parce que je n'étais pas prêt pour croiser mon ancien meilleur ami. Cependant, les semaines n'ont cessé de s'écouler et je suis bien conscient que je ne peux pas l'éviter plus longtemps. Faire des suppositions commence à me rendre dingue. J'ai besoin de savoir ce qui a bien pu lui passer par la tête. J'ai besoin d'entendre sa version des faits. Alors, oui, je lui en veux énormément et je ne sais absolument pas comment vont se dérouler nos retrouvailles, mais je ne veux plus repousser ce moment.

Planté devant la porte de mon ancien chez moi, je pousse un long soupire avant d'abattre mon poing contre le panneau en bois. Attendant nerveusement une réponse. Un signe de vie. Il faudra quelques minutes avant que la porte ne s'ouvre, dévoilant Soren. Sa tête semble se décomposer lorsqu'il m'aperçoit sur le palier, tandis que je sens la colère monter en moi. « Retiens-moi de te péter la gueule Soren. » Pas les retrouvailles que j'avais imaginées. Vraiment pas. 
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference


Dernière édition par Matteo Hellington le Ven 9 Fév 2018 - 14:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Mar 30 Jan 2018 - 20:15


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
Ecrasant sa cigarette, Soren finit par ranger son téléphone dans la poche de son jogging. L’ayant délaissé pendant trop longtemps, il avait décidé que la nouvelle année sportive marquerait son retour dans l’équipe de volley - celle dans laquelle il jouait depuis des années. Il avait recommencé à courir en extérieur depuis presque deux semaines désormais, histoire de recommencer à habituer ses poumons au sport - et il s’était rendu comptes que ça allait être un poil plus compliqué que ce qu’il avait imaginé. Le fait qu’il prenne en âge, malgré le déni présent de cet événement, n’arrangeait pas les choses. Un jour où l’autre, il faudrait qu’il ralentisse sévèrement sur la cigarette. Ce jour n’était pas aujourd’hui. Montant rapidement à l’étage pour attraper son sac de sport, ce fut à ce moment là qu’il entendit cogner contre la porte. Fronçant légèrement les sourcils, il finit par signaler sa présence. « Je descends ! » Il ne savait pas qui pouvait bien venir le voir en fin de journée, sachant que la seule personne qui osait réellement s’approcher de l’appartement était Cleo et qu’elle n’avait pas prévu de passer aujourd’hui. Il espérait très fortement dans le fond que ce n’était pas Camber, la soeur de Cleo, qui avait décidé de passer à l’improviste lui passer un savon car sinon, il allait l’envoyer pâtre très gentiment comme il avait l’habitude de faire avec la demoiselle. Descendant l’escalier, ce fut le sac sur l’épaule qu’il vint ouvrir la porte. La douche froide ne mit pas longtemps avant d’être prise, pour Soren. Son visage, plutôt de bonne humeur pour une fois, se décomposa en deux temps-trois mouvements. S’il y avait bien une personne qu’il n’avait pas envisagé de voir en ce jour, c’était bien lui. Matteo se tenait, là, devant lui, en chair et en os. Bien sur, Soren était au courant de son retour parmi les vivant et à Brisbane depuis des semaines, mais il était devenu expert en l’art de l’éviter partout où il allait. Il ne voulait pas le croiser, tout simplement parce-qu’il savait que ses retrouvailles n’allaient pas être bonnes du tout - et qu’il était tout simplement trop lâche pour prendre son courage à deux mains et aller voir Matteo lui même, en personne. « Retiens-moi de te péter la gueule Soren. » Au moins, le ton était posé. Matteo semblait bien, contrairement à ce que l’on pouvait d’un mort-vivant. Il semblait même en forme - le ton qu’il venait de prendre le confirmer. Instinctivement, Soren fit un pas en arrière. C’était con, mais si Matteo était autant énervé que ça, il n’allait pas s’écouler beaucoup de temps après que Soren ait ouvert la bouche pour qu’il veuille lui foutre un poing dans la tronche. Alors autant prendre ses distances et ses précautions dès le début, comme ça l’effet de surprise ne serait pas au rendez-vous. « Bordel… » Le ton que le jeune homme employa, lui, fut le ton de la surprise confirmée. Il savait que revoir Matteo un jour allait être obligatoire; après tout, techniquement, il vivait chez lui. Mais il s’était toujours dit que ce sera à un moment qu’il aurait choisi, et que Cleo serait dans les parages pour éviter le pire. Au moins, avec elle, ils se seraient surement tous les deux retenus. Inspirant, Soren se redressa légèrement, tentant de reprendre une certaines consistance car il était en train de se liquéfier de peur sur place. C’était stupide, car Matteo n’était en droit de rien lui faire. Mais quand même. « Matteo… » Son vocabulaire semblait s’être retrouvé amputé de mots qui semblaient pourtant essentiels à la conversation. Du genre, un classique ce n’est pas ce que tu penses ou un je suis content de te voir. Pour le moment, Soren se contentait de rester là à le regarder, bouche semi-ouverte, perdant ses mots et ses pensées. Et la seule phrase qu’il réussit à prononcer par la suite, voire même le seul mot, n’allait pas en sa faveur dans cette situation. « Merde… »



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Ven 9 Fév 2018 - 15:11




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.

luleaby
it's time to have a little talk...
  
J'ai longtemps hésité à venir. Je ne sais pas ce que vont donner mes retrouvailles avec Soren. En prenant l'avion pour rentrer à Brisbane, j'étais impatient de retrouver mon ami. Impatient de retrouver mes repères, mes proches. Cela fait désormais des semaines que je suis de retour dans ma ville et je n'ai pas revu mon meilleur ami. Je ne sais même plus comment qualifier Soren au sein de mes relations. Il a longtemps été mon ami le plus proche. Aujourd'hui, il est celui qui m'a le plus trahi, d'aussi loin que je m'en souvienne. Je ne sais pas ce que va donner cette confrontation. Au plus profond de moi, je la redoute plus que tout. J'aurais pu venir accompagner. Il aurait peut-être fallu que nos retrouvailles se fassent en compagnie de quelqu'un que ce soit ma sœur ou bien même Cleo. J'ai tout d'abord pensé demander à la jeune femme d'organiser une rencontre puis il m'a semblé plus judicieux de faire cela seul. J'ai besoin de confronter Soren sans le jugement de Cleo, sans qu'elle s'interpose dans nos propos. Je ne compte pas être violent, je ne pense même pas hurler. Je veux uniquement pouvoir avoir un début de réponse à mes interrogations. Lorsque la porte s'ouvre sur le jeune brun, j'ai la sensation que cette boule dans le fond de ma gorge s'amplifie en quelques secondes. Je ne contrôle plus le flux des mots qui s'échappent d'entre mes lèvres. Je ne cherche pas à me battre avec lui, je ne suis pas violent et honnêtement, je ne suis pas sûr que Soren fasse le poids. Pourtant, j'ai envie de lui en mettre une. Pour me défouler, pour évacuer, je ne sais pas. Le professeur semble réellement surpris de me trouver sur le pas de sa porte. L'espace d'un instant, je me demande si quelqu'un a eu la décence de le prévenir de mon retour. Je me doute que Cleo lui ait expliqué la situation avant de fuir l'appartement, mais le visage de Soren me laisse comprendre qu'il avait du mal à y croire. « Bordel Matteo… » me dit-il, la bouche entrouverte tel un poisson hors de l'eau. Il semble sous le choc comme s'il refusait de croire à mon retour. « Merde… » Un rire nerveux s'échappe d'entre mes lèvres. Et oui Soren, me voilà revenu d'entre les morts pour chambouler tout ce que tu as construit lors de mon absence.

Parfois, il ne faut pas écouter les bruits du monde, mais le silence de l'âme. À cet instant précis, le silence devient presque insoutenable entre nous. Ce silence véhicule des vestiges de notre amitié. Incapable de se parler, nous restons un moment à se regarder. Comme un combat silencieux. J'aurais aimé le voir craquer, qu'il dise quelque chose, n'importe quoi, mais rien ne sors de sa bouche. Soren semble figer sur place et je comprends que je vais devoir faire le premier pas, pour le rassurer, pour lui expliquer la raison de ma venue. « Je ne suis pas venu me battre. » dis-je pour atténuer mes propos. L'espace d'un faible instant, je ne sais même plus la raison qui m'a amené devant cette porte, devant cet appartement qui fut le mien. Une hésitation s'empare de moi. Je ne suis plus sûr de vouloir savoir. Je ne suis plus sûr de rien. « Soren je… J'aimerais… Je ne sais même plus ce que j'aimerais en fait. Savoir, ne pas savoir. Comprendre surtout. Comprendre comment tu as pu… » Comment tu as pu me trahir d'une telle manière. Mais le terme de trahison restera silencieux, je suis persuadé qu'il l'a déjà compris. « J'ai longtemps hésité à venir, mais puisque c'est toi qui sembles vouloir jouer au mort maintenant, tu m'as pas laissé le choix… Il serait temps qu'on agisse comme deux adultes, tu crois pas ? »
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Lun 5 Mar 2018 - 20:26


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
Forcément que ce fut par un rire que Matteo répondit en premier lieu au peu de mots que Soren avait réussi à laisser échapper. Il ne pouvait lui en vouloir, il avait surement l’air du pire des idiots en ce moment même à le regarder comme s’il ne l’avait jamais, comme si on ne l’avait surtout pas prévenu. Bien sur que Soren était au courant du retour de Matteo, Cleo l’en avait informé assez rapidement. Ce n’était pas pour autant, qu’après même tous ces mois à se terrer dans son appartement, il était prêt à le croiser de nouveau. Tout pouvait arriver à partir de ce moment là. Leurs vies étaient déjà bien assez abimées, mais tout pouvait encore se faire - se défaire surtout. Le silence perdurait entre eux, mais aucun mot ne semblait vouloir désormais franchir davantage les cordes vocales du jeune homme. Si bien que ce fut Matteo qui dut prendre la parole, de nouveau. « Je ne suis pas venu me battre. » Un soupire de soulagement vont s’échapper des lèvres de Soren. Il ne s’était même pas aperçu qu’il avait presque arrêté de respirer avant cet instant là, comme s’il se retenait pour mieux appréhender la suite. Et même si les mots que prononçait Matteo soulageait Soren, il n’en restait pas moins suspicieux qu’il en vienne à dire ça. A sa place, Soren n’aurait surement pas pris le temps de se justifier avant de venir en mettre une dans la face de Matteo. Pourquoi en serait-il réellement autrement, dans l’autre sens ? Le jeune homme avait toutes les cartes en mains pour avoir raison de lui démonter une ou deux dents. Et pourtant, il semblait garder un calme miraculeux. « Soren je… J'aimerais… Je ne sais même plus ce que j'aimerais en fait. Savoir, ne pas savoir. Comprendre surtout. Comprendre comment tu as pu… » Ce fut à ce moment là que le regard de Soren commença à fuir celui de, feu, son meilleur ami. Les banalités ne semblaient pas être de mises - auraient-elles été bien acceptées, de toutes manières ? -, et Matteo entra directement dans le vif du sujet. Il n’eut d’ailleurs pas besoin de terminer sa phrase que les mots résonnaient déjà dans la tête de Soren. Comment tu as pu me trahir de la sorte. Oh, il aurait aimé lui sortir une réponse, une raison, du tac-au-tac comme si c’était la chose la plus logique à faire. Mais bien que ses fonctions cérébrales aient repris du métier, ses gestes et paroles semblaient toujours aux abonnés absents. Heureusement pour Soren, Matteo n’avait pas fini de commencer à s’exprimer. « J'ai longtemps hésité à venir, mais puisque c'est toi qui sembles vouloir jouer au mort maintenant, tu m'as pas laissé le choix… Il serait temps qu'on agisse comme deux adultes, tu crois pas ? » Soren vint pincer ses lèvres, son esprit se remettant en fonctionnement lentement. Deux adultes, parce-qu’aux dernières nouvelles c’étaient ce qu’ils étaient. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas du jouer l’adulte avec Matteo - l’avait-il déjà seulement fait ? Au moment où il avait disparu, Matteo et Soren continuaient encore de s’envoyer des pics comme des adolescents. Et là, ils se devaient de jouer aux adultes parce-que la situation ne laissait pas forcément le choix. Déglutissant avec difficulté, s’autorisant un nouveau soupire, Soren finit par se décaler légèrement de l’entrée de l’appartement pour laisser l’espace à Matteo d’entrer à l’intérieur. Il ne savait pas si c’était le plus judicieux, mais au moins ils avanceraient vers quelque-chose. Il fallut cependant encore un instant ou deux à Soren avant de réussir à reprendre la parole. « Je suis désolé. » Ce n’était pas forcément le plus prudent pour commencer, mais Soren décida d’arrêter de réfléchir un instant pour laisser son instinct parler - pour parler, tout court. « Pour… Ce qui est arrivé, là-bas. » Rien que d’émettre à demi-mots la catastrophe qui avait porté disparu Matteo réussit à provoquer des frissons le long de son échine, de ses bras. Il se doutait que ce n’était pas le meilleur à se rappeler pour Matteo, mais Soren voulait commencer par le début. « Je sais que tu veux parler de plein d’autres choses, mais juste… Comment tu… Comment tu vas ? » C’était très risqué, et il y avait fort à parier que Matteo veuille réellement désormais en foutre une à Soren.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Ven 16 Mar 2018 - 18:48




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
Il est vrai que j’aurais pu prendre le temps d’échanger quelques banalités avec Soren. Lui demander des nouvelles. Juste prendre le temps de se retrouver. Pourtant, je ne le fais pas. Je sais que si on se lance dans un échange de plus cordiales on ne parlera pas de ce qui m’a réellement amener à venir jusqu’ici. On a toujours été très doué pour se raconter des conneries avec Soren, pour s’échanger des pics et tout ce qui va avec. Aujourd’hui, je ne suis pas là pour cela. Je ne sais même pas si, a un moment donné, je serais capable de plaisanter avec lui comme on a si souvent pu le faire par le passé. J’ai le sentiment que quelque chose, c’est briser dans notre amitié et qu’il sera impossible de réparer tout cela. Je ne me suis jamais senti aussi tendu face au professeur et l’espace d’un instant, je me demande si je ne ferais pas mieux de faire demi-tour. Soren est incapable de prononce une phrase cohérente et je comprends qu’il comptait continuer à se cacher encore longtemps. Je ne l’ai jamais vu aussi nerveux, il se mord la lèvre, recule aux moindres de mes mouvements. Alors doucement, je lui explique la raison de ma venue. Je cherche uniquement des explications, c’est tout ce que je lui demande, pour le reste, on verra plus tard. Je m’attends à ce qu’il referme la porte, qu’il reparte dans son silence bien caché dans cet appartement. Pourtant, Soren me surprend et me laisse entrer. Une fois dans le salon, je me reprends tout un tas de souvenirs en pleine figure. Le jour ou Cleo m’a fait visiter cet endroit, le soir où on est rentré trempé après un orage en riant à gorge déployée, ces nombreuses fois ou elle m’as sauter dans les bras alors que je passais le pas de la porte. Cette vague de souvenirs me cloue sur place. J’ai des problèmes de mémoires depuis mon réveil, mais aujourd’hui, en revenant ici, c’est comme si on soulevait un voile sur mes souvenirs. Je ne suis pas sûr de me souvenir de tout, mais ici, je me sens bien, c’est chez moi. Je me perds tellement dans mes pensées que je sursaute à moitié en entendant de nouveau la voix de Soren dans mon dos. « Je suis désolé. » Je me tourne vers lui, espérant en entendre un peu plus, me souvenant être venu ici pour recevoir des explications. « Pour… Ce qui est arrivé, là-bas. Je sais que tu veux parler de plein d’autres choses, mais juste… Comment tu… Comment tu vas ? » Ma gorge se serre à l’évocation de ce qui a bien pu m’arriver en Iraq. Je ferme les yeux et inspire doucement pour ne pas repartir là-bas, pour ne pas faire une crise d’angoisse, ce n’est vraiment pas le moment. Les crises se font de plus en plus rare, mais j’ai parfois du mal à contrôler mes réactions lorsque l’on évoque l’armée ou ma vie en Iraq. Comme toujours, je sens cette colère mélangé a une angoisse incontrôlable montée en moi. Je ferme les yeux et contrôle ma respiration, ne voulant pas tout lâcher devant Soren. Je sais qu’il ne pense pas à mal, je me doute que l’annonce de ma disparition ait chamboulé sa vie, nous étions très proches. Pour autant, je ne veux plus jamais évoquer ce moment de ma vie. Je me gratte nerveusement la nuque et n’ose croiser le regard du brun en face de moi. Je sais que je dois lui répondre, mais il y a cette boule dans ma gorge qui m’empêche d’ouvrir la bouche. Je serre la mâchoire et prends encore quelques minutes pour rester calme. « Tu veux la réponse que je donne à tout le monde ou la vérité ? » demandais-je la voix un peu tremblotante malgré moi. Depuis mon retour, j’ai choisi de ne pas inquiéter la majorité de mes proches et reste très vague lorsque l’on me demande comment je vais, comment je reprends ma vie depuis mon retour. Cependant, je n’ai pas envie de mentir à Soren. « Honnêtement, je ne serais même pas te dire comment je me sens. J’angoisse pour un rien et la minute d’après j’ai envie de tout casser. Je n’ai plus de fiancée, j’ai une fille qui a déjà trop grandit sans moi. Alors c’est pas vraiment la forme, tu vois. » dis-je calmement. « Mais toi, tout va bien pour toi, non ?! Ça va… T’as pas l’air rongé par le remords en tout cas ! » Je m’étais promis de ne pas devenir rancunier, de garder mon calme. Visiblement, c’est rater. « Sérieusement Soren de toutes les filles présentes dans cette ville, il a fallu que ce soit Cleo ?! »
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Dim 27 Mai 2018 - 14:00


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
Les doigts de Soren s’emmêlaient et de défaisaient dans des jeux incessants, de quoi garder son calmer et de concentrer son attention sur autre chose que Matteo qui bougeait devant lui. Même s’il avait osé parler, même si les mots étaient enfin venus à lui, Soren n’était pas réellement prêt à avoir cette discussion. Il évitait celui qui fut jadis son meilleur ami depuis des mois - ce n’était pas pour rien. Il était en tord dans cette situation, malgré tout. Il le savait, il s’en voulait. Cependant, si Soren n’était pas resté la tête baissée comme un enfant qu’on punie, il aurait pu repérer le changement de comportement de la part de son feu-ami. Il l’aurait reconnu, d’ailleurs. Il n’avait pas été sujet lui-même à des crises d’angoisse mais Cleo n’avait pas toujours été autant sereine qu’elle l’était devenue. Et il avait passé des heures à lui murmurer que tout allait bien se passer, que tout finirait par s’arranger pour la calmer. [color=olive« Tu veux la réponse que je donne à tout le monde ou la vérité ? »[/color] A la fois l’intonation de voix que Matteo venait de prendre, mais également le contenu de ses paroles eurent une portée assez importante pour atteindre Soren et lui faire relever le visage. Fronçant quelque peu les sourcils, il était, il fallait l’avouer, étonné que Matteo lui parle aussi franchement. Lui qui pensait qu’ils s’en tiendraient peut-être qu’aux formalités le jour où leurs chemins finiraient par se croiser de nouveau. Ce qui vint lui serrer le coeur, cependant, ce fut que Matteo évitait aussi de son côté son regard. Mais cet élément, ajouté aux paroles qui venait de prononcer - il ne fallait pas être sorti de Saint Cyr pour comprendre que le jeune homme se faisait violence en ce moment. Soren ne pipa mot, attendant simplement que Matteo puisse continuer. « Honnêtement, je ne serais même pas te dire comment je me sens. J’angoisse pour un rien et la minute d’après j’ai envie de tout casser. Je n’ai plus de fiancée, j’ai une fille qui a déjà trop grandit sans moi. Alors c’est pas vraiment la forme, tu vois. » La calme qui était présent en Matteo contrastait parfaitement avec les paroles qu’il prononçait, ce qui vint filer un frisson à Soren. Ce n’était pas forcément bon signe. Et puis surtout, si Matteo décidait de venir abattre sa colère sur lui, il ne tiendrait pas long feu. Et vu ce qu’il venait de dire, ça pouvait arriver à tout moment. D’un côté, il n’avait pas trop tord. Enoncés comme ça, les faits paraissaient vraiment mauvais. « Mais toi, tout va bien pour toi, non ?! Ça va… T’as pas l’air rongé par le remords en tout cas ! » Machinalement, Soren vint faire un léger pas en arrière. Question d’être hors de portée de la première pêche que Matteo voudrait lui mettre - c’était toujours ça de gagné. « Matteo, ne t’énerve pas s’il te plait. » « Sérieusement Soren de toutes les filles présentes dans cette ville, il a fallu que ce soit Cleo ?! » Soren vint faire un petit sourire pincé. Il se retenait quelque peu de ne pas rire, rire de stress. « Dis comme ça, c’est vrai que… » Il croisa ensuite le regard de Matteo et l’envie de rire lui passa rapidement. Il vint quand même prendre ce deuxième pas de recul - on n’était jamais assez prudent. Le pire dans toute cette histoire, c’était qu’il comprenait tout à fait Matteo; et que s’il s’était retrouvé à sa place, il lui aurait probablement refait le portrait depuis longtemps. Mais en même temps, il avait été déjà à la place de Matteo. Celle de regarder Cleo tomber amoureuse de son meilleur ami, et qu’ils vécurent heureux et eurent au moins un enfant. Il savait ce que ça faisait, là, dans la poitrine, d’avoir mal au coeur à vouloir se l’arracher à mains nues. Ce que Matteo ne savait pas pourtant, c’était tout ce versant de cette histoire. Et même si Soren mourrait d’envie de lui lancer en pleine figure en ce moment même, il y avait toujours ce petit quelque-chose qui faisait qu’à Matteo, il ne pouvait pas lui sortir comme ça. « Franchement Matteo, tu sais très bien que je l’ai pas fait exprès. Ca se contrôle pas ce genre de choses…» Parce-que même s’il avait la meilleur excuse du monde, Matteo était passé si près de la mort qu’il aurait toujours une excuse meilleure, à ses yeux. « Et… » Il releva le regard un instant vers Matteo, avant e venir secouer la tête, de soupirer, de détourner les yeux. S’il continuait, même si ce n’était qu’en insinuant la moindre chose, il avait le pressentiment que Matteo et lui ne deviendraient que de simples strapontins dans la vie de l’autre. Ce n’était pas parce-qu’il ne lui parlait plus, qu’il le fuyait qu’il voulait que ça arrive. « Non rien, laisse tomber. »



Spoiler:
 



Dernière édition par Soren West le Mar 12 Juin 2018 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Lun 11 Juin 2018 - 23:53




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...

Plus les minutes passent, plus je me sens instable. C’est quelque peu mon problème depuis mon retour à Brisbane. Je ne sais plus trop comment gérer mes émotions. C’est toujours un trop-plein de tout. C’est toujours un trop-plein de tout. Parler de Soren était déjà compliqué, me retrouver face à lui est insupportable. Je ne sais plus quoi faire avec lui. Il a l’air d’avoir peur de moi, preuve qu’il sait parfaitement que ses actions sont impardonnables. Je fais de mon mieux pour rester calme, pour ne pas m’emporter, je ne veux pas me battre avec lui. Je ne cautionne pas ce qu’il a pu me faire, mais il reste, malgré tout, mon meilleur ami. Celui a qui j’aurais pu confier ma vie il y a encore quelque temps. Celui a qui j’ai confié la femme de ma vie et qui en a profiter pour partir avec… Je fais de mon mieux pour rester calme, réellement, pourtant la question de Soren sur mon état de santé physique et morale me poussera à réagir. « Matteo, ne t’énerve pas s’il te plaît. » Ne t’énerve pas. Un rire nerveux s’échappe d’entre mes lèvres. Il faut que je reste calme après tout ce qu’il m’a pris. J’ai envie de hurler. De lui rentrer dedans, de l’attraper et de le plaquer contre le mur. Pourtant, je ne fais rien… Je reste là, les bras ballants, complètement stoïque. Je ne sais plus quoi dire. Je l’interroge encore pour mieux comprendre. Tout ce que je veux, c’est comprendre comment on a pu en arriver là. Je suis heureux que Soren, ce soit trouver quelqu’un, il le mérite, j’ai toujours voulu le voir épanoui et bien dans ses baskets. C’est tout ce que je lui souhaitais. Juste j’aurais aimé qu’il trouve son bonheur avec quelqu’un d’autre, pas avec la femme de ma vie… Je peux d’ailleurs pas m’empêcher de lui en faire la remarque ce qui semble le faire rire. « Dis comme ça, c’est vrai que… » Son petit sourire en coin me donne envie de lui en coller une. Je lui lance un regard noir, tellement qu’une nouvelle fois le brun prends un pas de recul. Comment a-t-on pu en arriver là ? Soren a peur de moi et je rêve de lui refaire le portrait. Je me suis pourtant juré de ne pas utiliser la violence envers lui. Je ne peux pas m’abaisser à cela, pas alors que nous avons été aussi proches par le passé. J’aimerais pouvoir sauver notre amitié même si cela semble désormais impossible ou presque. « Franchement Matteo, tu sais très bien que je l’ai pas fait exprès. Ça se contrôle pas ce genre de choses… » « Il manquerait plus que tu l’es fait volontairement en plus ! » C’est plus fort que moi, je suis obligé de répliquer. Ne pas me laisser abattre. Il a pu faire tout ce qu’il voulait pendant mon absence, maintenant les choses vont changer. Je ne me laisserai pas faire, il ne va pas me prendre la femme de ma vie comme cela. En aucun cas, je ne forcerai les choix de Cleo, mais je sais que je peux encore avoir ma chance. Visiblement, Soren ne lâche pas l’affaire également. « Et… » J’attends la fin de phrase qui ne viendra jamais. « Non rien, laisse tomber. » Un nouveau soupire s’échappe d’entre mes lèvres. Je suis en train de perdre patience. Je ne lui demande pas la lune après tout. « Dit moi Soren… » Je tente de rester calme, je ne veux pas le braquer. « On se cachait rien avant non ? » Avant. Cette période me manque tellement. J’aimerais pouvoir revenir en arrière parfois, auprès de Cleo avec mon meilleur ami a mes côtés, cette vie simple que j’ai perdue à cause d’une explosion. Ma patience est en train d’atteindre ses limites, mes poings se serrent de plus en plus vite contre mes flancs. « Je ne supporte plus qu’on me parle comme si j’étais malade, qu’on cherche à me préserver ! » Sans que je ne m’en rende réellement compte, le ton de ma voix ne cesse d’augmenter petit à petit. « Je suis venu ici pour que l’on se parle sérieusement, pas pour que l’on tourne autour du pot. » Je souffle un bon coup pour ne pas m’emporter encore plus. « Alors maintenant dit moi ce que tu as à me dire, sans prendre des pincettes. Je suis pas fragile, je peux encaisser, je l’ai toujours fait ! » J’espère avoir un semblant de réponse désormais.  [/color]
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Mar 12 Juin 2018 - 19:19


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
Le rire nerveux qui émana des lèvres de Matteo alors que Soren lui demandait de ne pas s’énerver  lui fit un peu froid dans le dos - et en même temps, d’un autre côté, il avait raison. C’était peine perdue que de lui demander de se calmer alors qu’il avait enfin l’occasion de pouvoir s’exprimer, demander des explications et surtout, peut-être, comprendre. Les corps continuaient de s’appréhender, de s’apprivoiser alors que Soren tentait le début d’une bride d’explication. Parce-que cette situation n’était pas voulue - et surtout, il n’avait jamais voulu que Matteo passe par tout ça, ces événements horribles et la suite qui s’en venait doucement avec. Parce-que apparemment, tenter de lui faire comprendre qu’il n’avait jamais fait exprès de tomber amoureux de Cleo, c’était peine perdue également. « Il manquerait plus que tu l’es fait volontairement en plus ! » La façon dont les mots parvinrent à Soren le coula sur place. Durs, brusques, et surtout tellement emplis de haine - et il ne saurait jamais vraiment si c’était temporaire ou non. Dans un autre contexte, sous une autre prononciation, il aurait ri de cette situation. Peut-être qu’il en rirait dans les années à suivre; il l’espérait, parce-que pour le moment c’était tout sauf plaisant comme situation. Un soupire échappa à Soren, tentant de le dissimuler au mieux, d’avancer d’autres mots, des excuses - mais il ne réussit pas à terminer sa phrase. Avouer à Matteo ce qu’il avait sur le coeur désormais depuis des années lui brisait son palpitant plus qu’autre chose. Il savait qu’il n’y verrait aucun soulagement, car les deux seraient surement autant anéantis de cette annonce. « Dit moi Soren… » La petite pause presque théâtrale que prit Matteo avant de relancer sa parole fit un froid dans le dos de Soren. Il ne se sentait réellement pas en sécurité dans cette conversation, émotionnellement parlant - et même si Matteo était plutôt du genre à montrer que ça n’allait pas, à se tempérer, Soren lui ressemblait beaucoup à une cocotte-minute; ça pouvait péter à tout moment, dérailler sans que personne ne s’y attende. Il n’était pas réellement du genre violent, plutôt du genre à rendre les coups cependant. Mais lorsqu’il ne pouvait plus se contenir, il se ne gêna pas pour laisser s’exprimer colère et autres sentiments. « On se cachait rien avant non ? » La bonne blague, qu’aurait voulu répondre Soren. Il se contenta cependant de serrer quelque peu les mâchoires, de dévier son regard un instant afin de ne pas laisser transparaitre son malaise pourtant présent. « Je ne supporte plus qu’on me parle comme si j’étais malade, qu’on cherche à me préserver ! Je suis venu ici pour que l’on se parle sérieusement, pas pour que l’on tourne autour du pot. » Matteo qui expirait pour se calmer, Soren qui inspirait de rage. « Alors maintenant dit moi ce que tu as à me dire, sans prendre des pincettes. Je suis pas fragile, je peux encaisser, je l’ai toujours fait ! » Ding, cuisson al dente. « Je l’ai toujours aimé, merde ! » Ses paroles prennent le ton bien au dessus du précédent, dépassant sans aucune gêne cette fois ci le ton de Matteo. Même les voisins auraient entendu le moindre souffle poussé pour prononcer ces mots. Se libérer d’un poids, en reprendre un autre alors qu’il détournait son regard de Matteo. Après tant d’années à garder ce petit bout de secret en lui, après l’avoir confié à seulement une pincée de privilégiés, il mettait Matteo au courant. Venant à son tour serrer, puis desserrer à une cadence rapide ses points, ses pas se mirent en marche, sur place, libérant cette énergie négative qui le traversait de part en part. Soren avait lâché, la soupape était brisée. « Encaisse ça, maintenant, si tu voulais tant savoir. » Le ton fut maîtrisé mais la forme n’était pas forcément celle désirée. Il aurait voulu garder le contrôle et lui dire une nouvelle fois que tout se passerait bien, que tout était doux et allait rentrer dans l’ordre. Echec. « Si je me suis aussi facilement laissé aller, c’est parce-que ça datait pas d’hier mon grand. Parce-que j’ai juste répondu à mon coeur, pour une fois. » Coups d’oeil furtifs vers Matteo, sans trop s’attarder, pour ne pas qu’il puisse avoir accès à la dualité de sentiments se déversant au sein de Soren. « Parce-que l’aimer était la meilleure chose qui me restait à faire quand tu as disparu. » Et mat.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Ven 22 Juin 2018 - 1:18




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...

Plus les minutes passent plus je sens mon corps se tendre sous le coup de la colère. Ce moment, je l’ai imaginé pendant des semaines. Me retrouver nez à nez avec mon meilleur ami. Enfin… Je ne suis plus vraiment sûr de vouloir donner ce rôle à Soren. Mon meilleur ami, il l’a été pendant des années. Nous étions vraiment proches, et ce, malgré le fait que l’on ne se voyait pas tous les jours. J’aimais notre complicité. Soren faisait parti de ses personnes qui m’aidaient a garder les pieds sur terre lors de mes retours de missions. Lorsque mes souvenirs on commencer à me revenir alors que j’étais encore en Iraq, le visage de Soren m’est rapidement revenu en mémoire, avant même de me souvenir du visage de ma mère. J’étais pressé de rentrer chez moi pour retrouver mon ami. Autant dire que tout ne c’est pas passer comme je l’avais prévu. Aujourd’hui encore rien ne se passe comme j’avais bien pu l’imaginer. Nous sommes incapables de discuter, d’avoir un échange même. Soren ne cesse d’éviter mon regard, mais le pire dans tout cela, c’est qu’il continue de reculer dès que je prends la parole. Comme s’il avait peur de moi. Je commence à me dire que je devrais tout simplement rebrousser chemin. Pourtant, je reste face a celui qui a longtemps été mon ami. Je suis incapable de lui tourner le dos. J’ai besoin d’avoir des réponses à mes questions surtout en ce qui concerne Cleo. Je ne veux pas savoir ce qu’ils font tous les deux, cela ne me regarde pas. Je voudrais juste savoir comment on a pu en arriver là. Comment mon meilleur ami a pu me faire un coup pareil ? Je peux comprendre beaucoup de choses, ils me croyaient mort après tout et pourtant… Je suis incapable de passer au-dessus de tout cela. Je veux savoir. Alors si j’ai demandé calmement au départ, désormais, je perds patience et le ton monte. Je ne contrôle plus le flot de paroles qui se déversent d’entre mes lèvres. Je sens la colère monter en moi. Elle s’infiltre sournoisement entre mes veines comme un poison. C’est quelque chose que j’ai découvert depuis mon retour, j’ai du mal à contrôler mes émotions. Tout va trop vite pour moi. Je me laisse submerger parce que je ressens et tout se voile. Tout s’amplifie lorsque Soren commence à me répondre. « Je l’ai toujours aimé, merde ! Encaisse ça, maintenant, si tu voulais tant savoir. » Sa phrase vient me heurter comme un uppercut en plein visage. Comment ça, il a toujours aimé Cleo ? J’ai le sentiment de ne plus rien comprendre. Comme si son aveu ne suffisait pas, Soren enfonce le couteau dans la plaie. Il a enfin ouvert les vannes et tout sort sans plus aucun filtres. Les coups s’enchaînent les uns après les autres. Je me sens mis au pied du mur et je ne sais plus quoi faire ou quoi dire. Je me laisse submerger. « Si je me suis aussi facilement laissé aller, c’est parce que ça datait pas d’hier mon grand. Parce-que j’ai juste répondu à mon cœur, pour une fois. Parce-que l’aimer était la meilleure chose qui me restait à faire quand tu as disparu. » J’ai le sentiment, qu’il me rend responsable de tout cela. Qu’il ne pouvait se laisser aller à ses sentiments à cause de moi, comme si je pouvais avoir deviné ce qu’il pouvait ressentir pour la femme que j’aime. Soren a toujours été très mystérieux en ce qui concerne sa vie privée. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il soit amoureux de Cleo. Jamais. Ses commentaires ne font qu’augmenter la colère qui bouillonnait en moi depuis le début de cette conversation. Pendant toutes ces années, il rêvait de prendre ma place. C’est tout ce que je retiens. Une nouvelle fois, mes sentiments m’aveuglent et je me laisse emporter. « En fait, ça t’as bien arranger que je disparaisse. » Je me sens exploser et sans que je n’ai le temps de prendre conscience de mon geste, mon poing viens s’abattre sur la joue droite de Soren. Je n’ai jamais été violent, mais là ça a été plus fort que moi. Choqué par mon propre geste, je recule quelque peu, mes yeux fixer sur la joue de mon ami qui vire déjà au rouge. Je ne vais pas m’excuser. Je le regrette, mais je ne m’excuserai pas. Soren a pris ma place. Tout ce qu’il a fait, c’est prendre ma place pensant ne jamais me voir revenir. Cependant, l’aveu du jeune professeur résonne en moi. Il m’a avoué que cela faisait des années et je n’ai jamais rien vu… Jamais. Petit à petit, je sens la tension en moi redescendre. Je ne me souviens pas de toutes nos années d’amitié, malheureusement, mais j’ai toujours eu le sentiment que nous étions réellement proches avec Soren. Comment n’ai-je rien vu ? Encore sous le choc du geste que j’ai pu avoir contre mon ami, mais aussi perdu face à ces nouvelles informations je lève un regard craintif vers Soren. « Pourquoi tu ne m’as jamais rien dit ? Au début au moins… » Pourquoi ? Encore et toujours pourquoi ?
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Jeu 5 Juil 2018 - 2:17


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
S’il y avait bien une chose sur laquelle Soren n’avait aucun doute, c’était que ses paroles n’allaient pas arranger la situation - loin de là. Tout ce qu’il avait pu garder en lui, enfoui, pendant des années était en train de refaire surface. Tous ces moments où il avait vu, où il avait observé Matteo et Cleo tomber amoureux l’un de l’autre alors qu’il restait en arrière, à l’écart pour ne pas faire de mal. Tous ces moments où il aurait voulu partager ce qu’il avait sur le coeur avec Matteo mais où il s’était retenu pour ne pas détruire ce qu’il avait construire au fil du temps avec les deux jeunes gens. Il avait toujours préféré les avoir en amis, en alliés, plutôt que de penser à les perdre une seule seconde. Alors forcément, aujourd’hui là, à tout déballer - ça lui faisait du bien, ça lui faisait du mal. Et il devait se contenir pour ne pas en sortir plus. Matteo allait avoir besoin d’un temps d’adaptation à ces nouvelles données, il le savait. Déjà que sa mémoire n’était pas des plus performantes depuis son accident, voilà que Soren venait ajouter des souvenirs qui lui étaient inexistants jusque maintenant. « En fait, ça t’as bien arranger que je disparaisse. » Les paroles presque logiques qu’il aurait pu prévoir dans cette situation. Cette colère et cette tristesse mêlée qui se frayaient un chemin en son sein. Le regard qui évitait parfaitement celui de Matteo parce-qu’il n’avait jamais su assumer complètement ses dires, ses gestes, ses ressentis. Il préférait toujours prendre la fuite plutôt que de devoir se retrouver au pied du mur. Et même s’il avait pu le prévoir, il n’aurait su l’éviter parfaitement. Le poing de Matteo finit sa course trop rapidement pour l’esquive sur le visage de Soren. Le côté droit qui tournait au rouge, au feu - et qui ressentait toute la rage contenue dans le corps de l’ancien soldat. Il l’avait mérité bien sûr. Soren n’était pas idiot. Mais il devait se retenir surtout en cet instant pour ne pas riposter. Ce n’était que chose méritée, il récoltait ce qu’il avait semé. Et la situation ne pourrait pas s’arranger s’il entrait dans ce petit jeu. Portant la main à son visage, Soren dut remuer plusieurs fois la mâchoire pour être sûr que tout se trouvait encore bien à sa place. Matteo qui finit par prendre du recul, quelques pas en arrière. Leurs pupilles qui finirent par se croiser un rapide instant - et Soren devina aisément que même Matteo n’avait pas forcément prévu tous les geste de cette scène. Le silence vint s’installer entre eux deux, comme s’il n’y avait rien à dire. Ils se devaient d’assimiler les éléments nouveaux, d’analyser la situation en son mieux. Soren qui tentait, de son côté, de gérer ses émotions. Même s’il comprenait la légitimité du geste, il devait avouer que ça lui faisait mal. Pas que physiquement mais là aussi, dans son coeur. Il n’aurait jamais imaginé que Matteo et lui puissent en venir aux mains. « Pourquoi tu ne m’as jamais rien dit ? Au début au moins… » Matteo vint finalement briser le silence, demandant une explication. Oh, que Soren aimerait que ce soit si simple. Qu’il lui explique simplement qu’il avait été con, qu’il avait voulu faire au mieux pour ne blesser personne. Mais quand il regardait là où ils en étaient arrivés, il comprenait que ça n’avait pas été la plus sage des décisions. « Qu’est-ce que tu voulais que je dise à l’époque, hein ? » Son ton s’était adouci, ses respirations se faisaient plus mesurées. Le coup de Matteo avait porté ses fruits; au moins, ça l’avait calmé. « Est-ce que t’as déjà vu le regard que tu lui portes, Matteo ? » Parce-qu’importe la douleur et la souffrance que Soren avait enduré, supporter tout ça valait la peine quand il voyait l’amour que son meilleur ami portait à la jeune femme. « J’aurai préféré disparaitre plutôt que de m’interposer. C’est con hein, surtout quand on voit ce que ça donne maintenant. » Ouvrant et fermant rapidement sa mâchoire, il finit par soupirer, avant de se diriger vers la cuisine. Il fallait qu’il pose de la glace s’il ne voulait pas finir hamster avant la fin de la soirée - il l’avait déjà vécu à l’époque quand on lui avait retiré les dents de sagesse, pas deux fois. Attrapant une poignée de glaçons, il les enroula dans un torchon, portant le tout à son visage avant de retourner auprès de Matteo. « Ne t’avises jamais de dire que ta disparition m’a arrangé par contre. » Plus de l’ordre que du conseil, ses paroles avaient pour l’instant pris un ton plus sérieux, plus brut. Il avait été dévasté, retourné lorsqu’il avait appris que Matteo n’était plus de ce monde. Il avait eu l’impression de mourir avec lui. Cet homme qu’il avait considéré comme son frère pendant tout ce temps avait passé l’arme à gauche. Il avait mis longtemps avant d’en comprendre les conséquences, mais il avait été forcé de le faire au plus vite pour pouvoir être là pour Cleo. « J’aurai préféré abandonner une fois de plus tout mon amour pour Cleo si ça avait pu te ramener plus tôt. Seulement, ça s’est pas passé comme ça. » Trainant des pieds, il finit par poser son postérieur sur le bord du canapé, arrangeant la poche de glace improvisée. Il n’était pas tant à l’aise dans cette conversation, à avouer des choses qu’il pensait appartenir à son passé. Mais au moins, Matteo avait des réponses qu’il attendait surement depuis trop longtemps. « Je suis désolé, Matteo. Vraiment. Et je sais que t’as vécu pire que l’enfer là-bas, et je sais que t’en parleras pas parce-que c’est trop dur. C’est pas grave, je t’en veux pas. Mais oublie pas qu’on a été laissés pour compte sur le côté aussi, ici. »



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Mer 11 Juil 2018 - 3:07




soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...

Jamais je n’aurais cru en arriver là en venant ici. À la base, je voulais tout simplement parler à mon ancien ami. Je souhaitais avoir une conversation entre adultes avec lui.. Il était temps que l’on arrête de se cacher, que l’on cesse de se fuir. Je ne voulais pas en venir aux mains. J’ai beau ne pas me souvenir de grand-chose me concernant, je sais que je ne suis pas quelqu’un de violent. Je suis le premier choqué de mon geste, mais je crois que cela a été plus fort que moi. Soren a trop tendu la corde et cette dernière à céder. J’étais trop sur les nerfs. Il a fallu que la colère explose. J’aurais pu attendre, finir cette conversation avec le professeur, sortir de cet appartement qui fut mien et exploser par la suite. Cependant, la conversation était beaucoup trop intense. Je n’ai pas su me retenir et je m’en veux cruellement. Pourtant, j’ai l’impression que ce coup que je viens de lui porter, va permettre à la conversation de prendre un tout autre tournant. C’est comme si toute la tension qui régnait dans la pièce venait de retomber brutalement. Elle est toujours bien présente, à nous observer dans un coin, prête a attaquer à nouveau, mais elle est beaucoup moins forte. Peut-être que désormais, je vais avoir le droit à de vraies réponses de la part de mon ancien ami. Je ne vais probablement pas aimer ce que je vais entendre sortir de sa bouche, mais au moins je serais fixé. Sur tout. Sur son silence pendant ces nombreuses années et sur le pourquoi de ses actions depuis mon retour. La conversation est véritablement lancée. Je la redoute énormément, mais je ne peux plus faire marche arrière. Je ne veux pas le faire.

« Qu’est-ce que tu voulais que je dise à l’époque, hein ? Est-ce que t’as déjà vu le regard que tu lui portes, Matteo ? » Non. C’est la première chose qui me vient à l’esprit. C’est probablement ce que je lui aurais dit il y a de cela quelques années, lorsque nous étions encore deux meilleurs amis qui pouvaient se chambrer un peu. Probablement, mais ce soir, je ne dis rien. Je me contente de le regarder comme un idiot, la bouche entre ouverte. Non je ne sais pas comment je la regarde, mais Soren n’est pas le premier à me faire cette remarque. Je suppose que j’aime tellement Cleo que mon regard envers elle et différent de celui que j’adresse aux autres et cela paraît normal après tout, non ? « Tu peux pas me reprocher de l’aimer quand même… » C’est clairement le genre de chose que l’on ne commande pas. Je ne me souviens plus des étapes qui ont fait que je suis tombé amoureux de la jeune femme, mais je suis sûr d’une chose, aujourd’hui encore je l’aime avec tout ce que je possède. « J’aurais préféré disparaître plutôt que de m’interposer. C’est con hein, surtout quand on voit ce que ça donne maintenant. » Oui, c’est con. La vie est une connasse parfois. Il pensait pouvoir être avec la femme qu’il aime, sans avoir à me trahir et voilà que je reviens dans le paysage. Je comprends, enfin, que Soren n’avait pas fait cela intentionnellement. Il avait juste vu l’opportunité de pouvoir exprimer ses sentiments envers elle. Je le comprends désormais. Comment puis-je sincèrement lui en vouloir alors que j’aurais probablement eu le même comportement. Il n’avait plus à souffrir de nous voir ensemble. Je n’étais pas là et visiblement Cleo a répondu à ses avances, a ses sentiments. « Elle… Elle t’aime vraiment hein ? » demandais-je la voix quelque peu tremblante. Dire tout cela à haute voix me fait frissonner de la tête aux pieds. C’est mettre des mots sur ce qui me fait le plus peur depuis mon retour. Comprendre que Cleo n’est plus mienne. Elle est avec le professeur désormais et je crois que je n’ai plus ma place parmi eux. Cela me tord le ventre.

Du coin de l’œil, je regarde le brun se lever et aller prendre une poche de glace pour la déposer sur sa joue encore bien rougis par le coup que je lui ai asséné. Je grimace pour lui, je ne l’ai vraiment pas raté. « Ne t’avise jamais de dire que ta disparition m’a arrangé par contre. J’aurais préféré abandonner une fois de plus tout mon amour pour Cleo si ça avait pu te ramener plus tôt. Seulement, ça s’est pas passé comme ça. » Une nouvelle fois, ces paroles me frappent en plein cœur. Il l’aime. Je n’ai plus de doute là-dessus désormais. Comment puis-je lui en vouloir d’être simplement amoureux ? Sonné par ses paroles, je ne sais plus quoi faire ou quoi dire. Je dois avoir l’un air d’un idiot face à lui, mais je me sens tellement idiot. Idiot de lui en avoir tant voulu pour quelque chose qu’aucun d’entre nous n’avais pu prévoir ou contrôler. « Je n’avais pas vu les choses comme cela Soren… » dis-je doucement. Non, je n’avais vraiment pas imaginé tout cela. « Je n’avais pas envisagé que tu… Que tu l’aimes autant. Je ne pensais pas que… Je suis désolé. » Je me sens véritablement, mal. J’ai l’impression de me sentir nauséeux et joue nerveusement avec mes doigts, ne sachant plus quoi dire ou quoi faire. Après une légère hésitation, je viens prendre place aux côtés de mon ami. La tension a bel et bien disparu entre nous. Il fallait que tout cela explose au grand jour. On en avait besoin. Je crois. « Je suis désolé, Matteo. Vraiment. Et je sais que t’as vécu pire que l’enfer là-bas, et je sais que t’en parleras pas parce-que c’est trop dur. C’est pas grave, je t’en veux pas. Mais oublie pas qu’on a été laissés pour compte sur le côté aussi, ici. » Je relève les yeux vers lui et soupire quelque peu. « Elle est la première dont je me suis souvenu. Je me raccrochais à elle et… Le retour a été brutal. » Tout ce que j’avais fini par retrouver comme souvenirs, ne reste que cela désormais : des souvenirs. Quelque chose que je ne pourrais très probablement plus jamais vivre. Le souvenir de cet amour m’a permis de tenir, m’a donner envie de rentrer à la maison. Maintenant, il va falloir que j’apprenne à vivre sans tout cela. « Je… Je comprends mieux maintenant. Tu l’aimes et elle t’aime. Je n’ai plus ma place au milieu de tout cela. » Je soupire et passe une main nerveuse sur ma nuque. « Je suis que le père de Cami. Et encore… » Ma petite fille connaît Soren bien que moi. Elle lui fait confiance, elle doit être rassurée par sa présence alors que je ne suis qu’un étranger dans sa petite vie de bébé. « Tu ne devrais pas fuir, tu sais. » Je me tourne vers lui, sans aucune once de colère ou de nervosité cette fois-ci. Une conversation normale entre deux adultes. Tout simplement. « Je crois que tu as plus ta place auprès d’elles que moi. Ne la fais pas souffrir plus longtemps. » Un nouveau soupire s’échappe de mes lèvres à nouveaux. « Je sais que mon retour a tout chamboulé, pour tout le monde. Personne n’avait prévu cela et je suis tellement désolé de vous avoir fait autant de mal. Je m’en voudrais probablement toute ma vie, mais je vais devoir assumer les conséquences désormais. Vous n’aviez rien demander, c’est moi qui me suis engagé, je savais ce que je risquais. » Dire tout cela m’apaise quelque peu malgré tout. « Tout ce que je demande, c’est d’avoir une place dans la vie de ma fille. »  
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le voleur de vie
le voleur de vie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans, né le premier décembre - lui parlez pas des rides qui commencent à apparaître, ça lui donne de l'urticaire.
STATUT : normalement en couple avec la fiancée de son meilleur ami présumé décédé revenu d'entre les morts... c'est compliqué.
MÉTIER : professeur de biologie à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : apt. 128 redcliffe, dans l'appartement qu'il partageait avec Cleo mais que cette dernière semble désormais éviter comme la peste.

POSTS : 2537 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : daltonien, le monde en nuances de gris › il a élevé Cami la fille de Cleo et de Matteo, pour palier à l'absence de son père › il a du mal à gérer la nouvelle du retour de Matteo parmi le monde des vivants
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : heidi #3matteo (2/2)
RPs EN ATTENTE : leena
RPs TERMINÉS : corajameson #3 › jameson #1 (fb)
PSEUDO : luleaby
AVATAR : ian somerhalder
CRÉDITS : SWEET DISASTER (avatar)
DC : ezra beauregard (sam claflin) › kaecy wilson (emma watson) › debra brody (gal gadot)
INSCRIT LE : 01/12/2015

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Mer 11 Juil 2018 - 4:46


soren & matteo
we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...
La première phrase à peine prononcée, et Soren savait déjà que la situation à suivre avait deux issues possibles. Soit ils réussissaient à parler calmement, à s’expliquer correctement - comme ils l’espéraient tous les deux depuis tout ce temps; soit l’honnêteté du jeune homme venait ruiner le peu des brides de l’amitié qui leur restaient. « Tu peux pas me reprocher de l’aimer quand même… » Non; jamais, ô grand jamais Soren ne reprocherait à Matteo d’aimer Cleo comme il le faisait. Il avait toujours eu beaucoup - trop - de respect pour cet amour, pour ce regard justement que Matteo lançait à chaque fois qu’elle entrait dans une pièce, pour la douceur infinie avec laquelle il lui parlait. C’était justement parce-qu’il avait trop de respect envers tout ça qu’ils en étaient là aujourd’hui. Si, des années plus tôt, ce respect n’avait pas eu lieux, Soren aurait mis le grappin sur Cleo en laissant son ami de côté, sans demander son reste. « Elle… Elle t’aime vraiment hein ? » Le ton que la voix du jeune homme venait de prendre vint briser le coeur de Soren. Bien qu’il ne veuille pas le faire, Matteo commençait à se rendre comptes de la situation. Et même si c’était l’effet escompté, le coeur de Soren ne pouvait s’empêcher de se briser. « Je… » Crois que oui, mais tu devrais voir ça avec elle, je veux pas parler en son nom auraient été les mots que Soren tentant de se libérer de cette situation aurait prononcé. Mais plus aujourd’hui. Matteo l’avait pris entre quatre yeux pour qu’ils puissent enfin parler, alors que ça faisait des mois qu’il faisait tout pour l’éviter. Il finit par inspirer profondément. « Oui… Elle m’aime. » Pas besoin de tortiller du cul pendant six ans pour admettre ça. Car même si Cleo avait du lui dire de vive voix déjà, peut-être dans une version un peu plus civilisée - ici, il se devait d’être direct. Les secrets n’étaient plus les bienvenus. Soren était alors plus concret dans ses paroles, et même s’il continuait d’éviter le regard de Matteo, au moins il lui communiquait ce qu’il avait sur le coeur. Et, même si ce n’était que flou et complètement désorganisée comme situation, il avait l’impression pendant un instant de retrouver celui qui était son meilleur ami, celui qu’il avait perdu des mois plus tôt. « Je n’avais pas vu les choses comme cela Soren… Je n’avais pas envisagé que tu… Que tu l’aimes autant. Je ne pensais pas que… Je suis désolé. » Ca en faisait deux, de désolé. Et Soren ne put empêcher de recevoir les paroles de Matteo à l’aide d’un petit soupire. Parce-qu’ils s’étaient surement tous les deux un peu trop fourvoyés dans cette situation. Un peu trop de non-dits, une pincée de rancoeur et le tour avait été joué. Soren finit par s’excuser de son côté, avant qu’il ne sente le regard de Matteo se poser sur lui, venu le rejoindre sur le canapé un instant plus tôt. « Elle est la première dont je me suis souvenu. Je me raccrochais à elle et… Le retour a été brutal. » Comme un coup de poing en plein coeur, Soren eut un instant comme le souffle coupé. Quelque-chose avait changé dans cette conversation, pour sûr. Par la façon dont les muscles de Soren s’étaient, un à un, détendu - même d’un rien était mieux que la situation de départ. Par ce regard que Matteo pouvait lui jeter - il pouvait le sentir sur lui -, par les paroles qu’il osait désormais avoir envers lui. Parce-que plus tôt, alors qu’il venait à peine de franchir le seuil de l’appartement, il ne voulait pas se risquer à parler de là-bas. Et là, il l’abordait seule, de façon presque normale. La voix toujours chargée d’un voile que Soren ne saurait parfaitement comprendre, cependant. « Je… Je comprends mieux maintenant. Tu l’aimes et elle t’aime. Je n’ai plus ma place au milieu de tout cela. Je suis que le père de Cami. Et encore… » Fronçant les sourcils et venant poser sa poche de glace improvisée sur la table basse, Soren tourna pour une fois son regard sur Matteo. Il avait décidément le plus souffert dans cette situation, le concours n'était plus à lancer. Et comme Soren l’avait balancé en pleine figure de Matteo plus tôt, il donnerait tout pour que son bonheur soit de nouveau complet - au fond, il restait l'ami le plus précieux à ses yeux. Alors l’entendre parler comme ça, surtout de cette situation là, donnait envie à Soren de tout balancer pour qu’il puisse être heureux et que son soeur arrête d’être déchiré de la sorte. « Matteo… » « Tu ne devrais pas fuir, tu sais. » Refermant la mâchoire, il vint déglutir avec peine. Leur regard qui vinrent se rencontrer, se redécouvrir - enfin. « Je crois que tu as plus ta place auprès d’elles que moi. Ne la fais pas souffrir plus longtemps. Je sais que mon retour a tout chamboulé, pour tout le monde. Personne n’avait prévu cela et je suis tellement désolé de vous avoir fait autant de mal. Je m’en voudrais probablement toute ma vie, mais je vais devoir assumer les conséquences désormais. Vous n’aviez rien demander, c’est moi qui me suis engagé, je savais ce que je risquais. Tout ce que je demande, c’est d’avoir une place dans la vie de ma fille » Tentant de ramasser les morceaux de son coeur qui s’était éparpillé en miettes aux quatre coins de la pièce au fur et à mesure que Matteo parlait, Soren vint secouer la tête. Ils étaient passés de Matteo lui refaisait le portrait à il lui confiait la vie de sa fille. Dans quel monde il ne s’était pas rappelé que Matteo était si bon de l’intérieur ? Dans quel monde il s’était permis d’avoir peur de sa réaction ? C’était complètement absurde - et il ne s’en rendait comptes que maintenant, malheureusement. Hésitant un instant, entre agir et répondre, laissant quelques secondes l’atmosphère retomber, Soren finit par se lever du canapé. Se dirigeant vers son bureau, non loin du salon, il en revint avec un carnet dans les mains. Pas plus grand qu’un cahier d’écolier, il semblait être cependant bien rempli pour son jeune âge. Reprenant sa place sur le canapé, il vint tendre le précieux à Matteo. « De base, j’avais fait ça pour elle. Pour qu’elle sache tout, tu sais. » Le prénom Cami pouvait être lu de façon parfaitement claire sur la couverture. « J’ai fait ça dans le dos de Cleo, pour pas qu’elle se sente encore plus mal. Mais je pense que ça te plaira. » Le moindre souvenir de Cami pendant ses premiers mois, des photos de son premier anniversaire, une vidéo sur CD de ses premiers pas. Tout ce que Soren avait pu réunir sur la petite était contenu d’une façon ou d’une autre dans ce carnet. Pour la postérité, pour quand Cami serait grande. Ou peut-être que secrètement, dans un coin de sa tête, il était intimement persuadé que Matteo referait surface un jour. « Tu as une place dans sa vie, tu l’as toujours eu. » Ce fut sa seule réponse aux paroles de Matteo. C’était petit, c’était maigre - mais au moins, il allait à l’essentiel. La partie concernant Cleo, il faudra qu’il la mette en ordre dans sa tête seul avant de comprendre où tout ça le menait réellement, maintenant qu’il était confronté aux faits. Mais la partie Cami, il avait toujours su.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le pas-si-mort
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : matt.
STATUT : célibataire, mais tente d'avoir une seconde chance avec son ex-fiancée.
MÉTIER : mécano chez Mecanor, ancien militaire.
LOGEMENT : #23 redcliffe

POSTS : 1724 POINTS : 1580

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : as été militaire pendant 14 ans △ on l’a cru mort pendant plus d'un an et demi, suite à l'explosion de son camp en Iraq △ papa d'une petite Cami qu’il connaît à peine, malheureusement △ as toujours vécu à Brisbane et le surf est sa passion △ son retour à Brisbane est bien plus compliqué que ce qu’il avait pu imaginer △ il a encore beaucoup de séquelles de son accident en Iraq, que ce soit psychologique (perte de mémoire, angoisse) ou physique △ est bénévole à l’orphelinat
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS :








RPs TERMINÉS : Evelyn #1Milena #1Adrian #1Tess
PSEUDO : paindep.
AVATAR : jesse lee soffer.
CRÉDITS : ©Lempika.
DC : la sweet Elora.
INSCRIT LE : 26/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17907-the-choices-we-make-change-the-path-that-we-take-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18075-i-d-rather-be-damaged-than-fake-matteo http://www.30yearsstillyoung.com/t18219-matteo-hellington http://www.30yearsstillyoung.com/t18258-matteo-hellington

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   Ven 13 Juil 2018 - 4:26



soren & matteo

we're just two ghosts standing in the place of you and me. we're not who we used to be, we don't see what we used to see. we're just two ghosts swimming in a glass half empty.
luleaby
it's time to have a little talk...

D’un seul coup, la conversation prenait un tout autre tournant. Il ne s’agissait plus de parler de rancœur, de se jeter des atrocités à la figure dans le but unique de blesser l’autre. Bien au contraire. Il avait suffi de quelques mots de la part de Soren, d’une certaine honnêteté pour que la conversation prenne un virage à 360. C’est ce que nous attendions tous les deux, je crois. Il fallait qu’on en arrive là. Je sais pertinemment que je ne vais pas en ressortir indemne. Doucement, je prends conscience de tout ce que je ne voulais pas le voir depuis que je suis au courant de l’histoire entre Soren et Cleo. Bien entendu, ils n’ont pas fait cela pour m’embêter. Ma compagne et mon meilleur ami n’avaient pas prévu ma disparition et personne ne pouvait s’imaginer que j’allais revenir un jour. Je ne voulais pas le voir jusqu’à présent, mais il est temps de prendre se tournant. Plus Soren déverse tout ce qu’il gardait en lui depuis des années, plus les zones d’ombre que j’avais jetées sur cette relation commencent à s’éclaircir. Il la toujours aimer. Je ne peux pas lui en vouloir. Cleo est une femme dont tombe amoureux, je n’en doute pas, après tout, j’ai été le premier à tomber pour elle. Soren ne me ment pas. Pour la première fois depuis des semaines, quelqu’un est cruellement honnête avec moi et cela fait du bien. On ne se cache plus rien et je commence à comprendre. Ils s’aiment… Ils me pensaient mort, ils ont essayer de survivre a ma perte ensemble c’est dans le deuil qu’ils se sont trouver. La réalité me heurte de plein fouet. Je ne peux plus me voiler la face… Cela me fait tellement mal et en même temps, j’ai besoin d’en savoir plus. J’ai besoin que Soren me dise sa vérité. Il semble hésiter, mais finit par le faire. « Oui… Elle m’aime. » La claque est violente. J’ai la sensation de recevoir un coup-de-poing en plein ventre. Ma respiration se coupe l’espace de quelques secondes. Je sens la crise d’angoisse monter petit à petit en moi. Je voudrais m’échapper, mais je sais que je ne peux pas, je dois faire face à cette vérité désormais. Je ne peux plus revenir en arrière. Sans savoir pourquoi, je commence à me répandre en excuses devant le brun. Je m’excuse de ne pas avoir pris le temps de prendre en compte son point de vue, leurs points de vue même. J’ai été quelque peu égoïste depuis mon retour et je m’en veux pour cela. Alors je finis par dire tout ce que je pense depuis si longtemps, mais que j’avais trop peur de dire. J’avoue tout haut que je n’ai plus ma place dans notre ancien trio. Je ne suis qu’un fantôme qui reviens les embêter alors qu’ils semblent avoir trouvé une certaine stabilité à deux. Sans le vouloir parce que cela m’arrache le cœur, je donne l’autorisation à Soren de poursuivre sa relation avec Cleo, de la rendre heureuse. La situation a bel et bien changée d’un seul coup. Je n’ai plus envie de le frapper, loin de là, je lui confie ce que j’ai de plus précieux dans cette vie. Cela fait tellement mal qu’une nouvelle fois, j’en ai du mal à respirer. Je me sens vraiment mal. Les larmes me montent aux yeux et je me mords les lèvres pour ne pas les laisser s’échapper. Je ne veux pas craquer devant Soren. Je ne me montrerai pas faible devant lui. Sans rien dire, le professeur se lève et se dirige vers le bureau. Je le suis du regard et le vois revenir avec un petit cahier entre les mains qu’il me tend. Le prénom de Cami est soigneusement inscrit sur la couverture. « De base, j’avais fait ça pour elle. Pour qu’elle sache tout, tu sais. J’ai fait ça dans le dos de Cleo, pour pas qu’elle se sente encore plus mal. Mais je pense que ça te plaira. » Je l’écoute d’une oreille, tournant très délicatement les pages. Soren a tout consigner. Tout ce qui concerne ma fille. Il y a quelques échographies, des petites notes qu’il a écrites comme le jour ou Cleo a choisi son prénom. La page d’après je trouve une photo de Cleo et moi. « Tu as une place dans sa vie, tu l’as toujours eu. » Soren a pris le temps d’écrire sur moi, il a parler de moi à ma fille. Il a noté des petites anecdotes sur moi, sur la personne que j’étais et combien j’aimais sa mère. Cela me touche tellement que je commence a en trembler. C’est trop d’émotions pour moi. Trop d’un coup. Je finis par complètement craquer lorsque sur la page d’après je trouve une photo de ma fille, poser sur la poitrine de sa maman le jour de sa naissance. Un sanglot m’échappe et je tourne rapidement la tête pour ne pas faire face à Soren. Je pose doucement le cahier sur la table basse et me lève pour tourner le dos à mon ami. Je ne peux empêcher mon corps de trembler. Je voudrais garder le contrôle de la situation, mais c’est impossible. Je me rapproche de la fenêtre et tenter de reprendre le contrôle. Ce que viens de dire Soren, ce qu’il vient de me montrer, c’est tout ce que j’attendais. Nerveusement, je passe une main sur mon visage et me tourne à nouveau pour faire face à mon ami, les yeux larmoyants. « Merci. » Tout simplement. Je ne sais quoi dire d’autres.   
 




❝ wild beasts wearing human skins❞ and don't believe the narcissism. when everyone projects and expects you to listen to 'em. make no mistake, I live in a prison, that I built myself, it is my religion and they say that I am the sick boy. easy to say, when you don't take the risk, boy. welcome to the narcissism, where we're united under our indifference
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: it's time to have a little talk... (soren)   


Revenir en haut Aller en bas
 

it's time to have a little talk... (soren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: logements
-