AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 (dashaafari) here is my rubik's cube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le maudit
le maudit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, le coeur en vrac, on ne l'y reprendra plus
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-10 ans @ logan city rugby team
LOGEMENT : #25 logan city, avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes

POSTS : 9687 POINTS : 715

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour une leucémie entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2001 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ une tentative de suicide en avril 2016, tente de soigner sa dépression ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman peu pratiquant ☆ fumeur occasionnel
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : sophia ☆ lazarusjamie #53e mi-tempsblazejoanne #14mariannaleenamia #2tadclaraginny #2kelly (13/12)

FLASHBACKS : ariane (2014)joanne (2004)jamie (au)

همیشه ببخشید

RPs EN ATTENTE : naomie ☆ priam #3 ☆ edward (crémaillère)
RPs TERMINÉS :

2018 › soon

2017joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannah #1yasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2saul #1joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@shiya & sign@tumblr & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

MessageSujet: (dashaafari) here is my rubik's cube   Mer 7 Mar - 15:56



blaze & hassan
here is my rubik's cube

Lost in the playground late night, nostalgia open the sky for me now ; Friends round the fire outside in December, open the sky for me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colours in rows, I'm so intent to find out what it is, this is my Rubik's cube I know I can figure it out. ☆☆☆



L’impression était fluctuante, parfois presque inexistantes et à d’autres moments elle s’abattait à nouveau subitement sur ses épaules au détour d’un couloir ou d’une cage d’ascenseur de cet hôpital qu’il ne connaissait que trop bien. L’odeur de désinfectant et de linoleum – mélangée à celle totalement subjective de mauvais augure – réveillait parfois la chair de poule sur ses avant-bras et la pointe d’angoisse dans son abdomen, réaction automatique aux souvenirs d’une période laissée derrière lui mais moins éloignée qu’il n’aimait à le penser. Période révolue, malgré tout, c’était sa chance à lui, quand derrière chaque porte de ces couloirs à n’en plus finir on était susceptible de trouver une jambe dans le plâtre, un cœur qui vacillait en rythme avec une machine, un virus dont on peinait à se débarrasser ou simplement la vie qui, lentement, tirait sa révérence en douceur. Et quelque part au milieu de tout cela, comme l’oasis en plein désert, les murs enfantins et colorés d’une salle de jeux où à certaines heures du jour des rires et quelques cris enthousiastes venaient mettre un peu de joie de vivre au milieu de la grisaille environnante. Et si dans un coin de la pièce on tentait de battre le record de la tour en pièce de Jenga la plus haute, que là-bas on pliait et découpait des guirlandes d’étoiles ou de flocons de neige, dans un autre coin on s’était armé de coussins et assis en tailleur pour écouter avec attention la suite des aventures du bien nommé Sinbad. Le marin, lors de son deuxième voyage, s’était retrouvé abandonné par son équipage et avait échoué près d’une vallée infestée de serpents et de rokhs, dont il n’était ressorti sain et sauf que grâce à son infinie débrouillardise rentrant ainsi au pays plus riche encore. « ... et de retour à Bassorah, couvert des richesses que ces diamants lui avaient permis d'amasser, le jeune marin n'avait cependant pas tardé à manquer du large et de ses aventures. Comment ? s'était exclamé le vieil Hindbad. Alors que vous viviez comme un prince ! Mais laissant gratifiant d’un rire son nouvel ami et spectateur, et adressant un signe de tête à la servante pour la tasse de thé fumant qu’elle venait de lui servir, Sinbad avait repris avec sagesse C'est que je me sentais encore alors plus marin que prince, mon vieil ami. Et cette soif de large me mena à ce troisième voyage que je ... » S’interrompant à l’instant où l’infirmière s’était éclaircie la gorge, arrivée d’on ne sait où au milieu du récit, il avait saisi au sourire léger mais au regard sérieux que l’heure tournait. « … que je vous raconterai vendredi, il est l’heure. » Soupirs et protestations du plus jeune des quatre garnements, là où les trois autres avaient appris – au fil d’une présence bien trop longue et bien trop habituelle entre ces murs – à ne plus aller contre les conseils et les directives des porteurs de blouses blanches et de leurs petites mains aux pyjamas couleur framboise. Saluant une dernière fois et avec bienveillance les quatre chenapans avant qu’ils ne regagnent leur chambre ou tout autre endroit où l’hôpital les attendait, le regard du brun s’était à la suite de cela posé sur la frêle silhouette de Blaze, un temps occupée à l’atelier découpage et papiers multicolores avant que la curiosité ne l’ait poussée à écouter les dix dernières minutes des aventures du marin perse, avec presque autant d’intérêt que les demi-portions assises en rond à ses pieds. « Tu vas finir aussi captivée que ces mômes par les Contes des mille et une nuits. Est-ce que cela fait de moi Shéhérazade et de toi le vilain Sultan ? » Le sourire amusé sur les lèvres, il avait refermé son livre et l’avait rangé précieusement dans la besace où s’entassaient déjà un paquet de copies à corriger, le dernier roman commencé pour son plaisir et quelques documents nécessaires au déroulement de ses cours. Le furtif coup d’œil à l’horloge murale lui indiquant que rien ne le pressait, il avait reporté son attention sur la blonde pour lui proposer « Tu veux que je te dépose quelque part ? » Maintenant muni d’un second casque qu’il gardait dans top case de sa moto, c’était le genre de service qu’il pouvait se permettre de proposer à nouveau de temps à autres, bien qu’ayant semble-t-il fait ses adieux à la possession d’une voiture. Peut-être pas définitivement, ne jamais dire jamais après tout, mais le temps passant le brun réalisait qu’il s’en passait aisément.



 :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la toujours debout
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 25 ans. (le 14.01. 1993)
SURNOM : mon prénom est déjà assez court pour me donner des surnoms. Alors pitié évitez les bébés au risque de finir aux urgences.
STATUT : célibataire et trés bien ainsi.
MÉTIER : étudiante en management le soir, bénévole en pédiatrie le mercredi et serveuse dans un bar le weedend
LOGEMENT : au #26 à fortitude valley dans un appartement avec un petit loup koda (chaton couleur marron)

POSTS : 938 POINTS : 8780

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : durant une soirée en pleine campagne, je me suis fais violée par deux hommes, deux frères. Ils m'ont tout bonnement tué et sans le savoir il m'ont volé l'espoir que je pouvais avoir en l'amour, à présent, je me refuse d'embrasser quiconque, c'est bien trop précieux, j'ai toujours l'impression d'être sale à présent. + elle n'est sur aucun réseau sociaux, ne supportant pas les haters.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (14/10)

Sean | The Weight of our Pasts

Charlotte | une première rencontre ...

Hassan | Here is my rubik's cube.

Wendy, Siloe, Porthos & Matt | St Patrick's Day.

Jillian | St Patrick's Day.

Liam | Quand le plus gros mensonge de ta vie ...

Elyös#2| Faut sauver Winnie.

Thalie&Kenna | quand disney rime avec crème glacée

Leah |Here's to us ...

Mia | You are my wild soulmate.

Maze (2) | deux bras cassés pour le prix d'un.

Mason | Wonder Water's

retur in the past.


Isaac | And What's next ?
RPs EN ATTENTE : hannah | porthos
RPs TERMINÉS : Oona. | Elyös. | Maze. |

abandon.
Elyos&Mikel |Paco
PSEUDO : LUCKYRED
AVATAR : dove cameron
CRÉDITS : Honeyy
DC : Sheridyn la maginifique
INSCRIT LE : 07/06/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t18357-blaze-quand-on-aime-quelqu-un-on-le-laisse-s-envoler-meme-si-on-est-pas-sur-le-meme-vol http://www.30yearsstillyoung.com/t18437-blaze-le-destin-c-est-pour-les-faibles-ces-gens-qui-n-ont-pas-assez-de-pouvoir-ou-de-volonte-pour-transformer-leur-vie-comme-ils-l-entendent

MessageSujet: Re: (dashaafari) here is my rubik's cube   Sam 10 Mar - 18:52


here is my rubik's cube. 
hassan & blaze.
Endroit sans âme qui doit pourtant renfermé bien des milliers d’âme coincés entre ses murs blancs et terne. Le cimetière doit être un meilleur endroit où passer du temps. Je me le suis toujours dit, pourtant je suis du style à flipper en quelques minutes. J’aimerais sans doute que mon âme soit coincée dans un cimetière plutôt qu’ici. Je crois que je suis comme ma mère, l’endroit n’est pas fait pour moi, pourtant je parcours en long et en large ce dernier. J’y passe des heures à contempler les héros du monde, des héros qui ne sont qu’à des moments durs de leur vie. Les enfants, les autres patients sont courageux, mais j’avoue que j’ai toujours vu plus de force dans les yeux d’un gosse et ça me retourne toujours l’estomac. À chaque petite fille, j’imagine qu’elle soit mienne, qu’elle soit celle qui aurait du enjôler ma vie. Enjôler ma vie à ses dépens. Parfois je tente vraiment de me convaincre que c’est une bonne chose qu’elle soit partie sans que je ne le sache, mais d’autre je jalouse tous les autres, avoir un enfant, avoir une famille est un rêve, mais je ne suis plus capable de grand-chose de mon être. Pourtant, je capable de ressentir, de sentir cette envie de plaisir charnelle, mais ça me tente, ça me tanne, mais ça me donne aussi envie de fuir le plus loin possible de cela. Tout cela, tous mes problèmes s’évapore dès l’instant où mes prunelles croisent celle d’un enfant. Je me sens bien entre ces murs, même si parfois l’endroit me rend mal à l’aise, car je me fais happer par mes souvenirs.  Je n’ai jamais été une enfant souvent malade, j’ai subi aucune opération même pas l’ablation de mon appendice. J’étais coriace contre les virus, mais pas contre la race humaine, à cause de qui j’avais vécu mes seuls moments, les plus horribles de ma vie, dans ces lieux avant de devenir bénévole.

Mon cœur virevolte à leur rire et mon propre rire les accompagne. On est souvent trop brouillant, mais on a appris tous, car j’en fais partie à se calmer pour le bien-être de tous. Mais ça faisait du bien, je crois que je suis réellement moi dans ce lieu. Un lieu lugubre et pourtant lumineux de par la couleur de chacun des murs dont il dispose. Mon atelier aujourd’hui était de préparer des papillons multicolores ou encore des licornes pour décorer les murs de cette pièce et parfois de leur chambre. Certains enfants étaient là depuis une semaine et d’autres y avaient vécu depuis bien des mois ou encore des années tout en sortant de temps à autre. Leur vie n’était pas la plus simple, n’était pas la plus joyeuse, mais ils arrivaient à trouver du bon dans tout ça, tout en étant courageux et c’était une chose qui m’inspirait. Ça me donnait toujours envie d’affronter mes démons, mon passé. Ce n’était pas simple, mais ils méritaient que les adultes, même les jeunes adultes, comprennent que se plaindre pour un oui et un non était tellement surfait et égoïste. Alors même la personne la plus altruiste à leur côté devenait une personne individualiste. Mon groupe finit en premier par récupérer la route de leur chambre.

Je m’étais laissé happer par l’histoire que conter Hassan. Il avait un don pour être conteur. Autant dire que je ne me lasserais jamais de cette voix, de son engouement qu’il pouvait mettre dans la narration de ces contes. Il nous inspirait et je n’étais même pas sûre qu’il en soit conscient. Quoi ? Je restais inerte, mais je n’aimais pas ce que je oyais. Je voulais la fin ! Le troisième voyage, j’ai besoin d’en savoir plus. Je  crois que je serais capable de rouspéter avec les enfants, enfin surtout le petit nouveau et autant dire que les enfants étaient plus docile que moi à en croire le fait qu’ils remerciaient tous Hassan et filer à la file indienne presque pour suivre l’infirmière. « Ce n’est pas presque ! »  Que je réponds à Hassan la bouche en cœur et le regard triste de cette histoire coupé en plein dans une phrase. Grr. «   Je suis aussi captivée qu’eux, mais je refuse d’être un vieux et moche Sultan ! Mais être Shérazade je ne suis pas contre ! »  J’étais amusée et je regardais autour de nous, les enfants n’étaient plus là, alors je rangeais mes affaires pinçant mes lèvres tout en vérifiant que tout avait été bien rangée. Je me tournais vers Hassan et haussait les épaules. «   Pourquoi pas ! »  Que j’annonçais. Je n’étais pas sûre de vouloir rentrer, c’était peut-être bête, mais les contes qu’il nous contait me donnait toujours soif d’aventure, j’étais une enfant dans un corps de femme à croire. «   Dis tu n’as jamais eu envie de faire des voyages comme le fait Sinbad ? »  Moi j’en rêverais, mais je ne suis surement pas assez robuste ,même si on me disait souvent le contraire.


LUCKYRED


she just ran away
I miss the one that you were. But the one that you've become, i hate her. She's not you. And I liked you so much, what a waste of time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le maudit
le maudit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, le coeur en vrac, on ne l'y reprendra plus
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-10 ans @ logan city rugby team
LOGEMENT : #25 logan city, avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes

POSTS : 9687 POINTS : 715

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour une leucémie entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2001 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ une tentative de suicide en avril 2016, tente de soigner sa dépression ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman peu pratiquant ☆ fumeur occasionnel
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : sophia ☆ lazarusjamie #53e mi-tempsblazejoanne #14mariannaleenamia #2tadclaraginny #2kelly (13/12)

FLASHBACKS : ariane (2014)joanne (2004)jamie (au)

همیشه ببخشید

RPs EN ATTENTE : naomie ☆ priam #3 ☆ edward (crémaillère)
RPs TERMINÉS :

2018 › soon

2017joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannah #1yasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2saul #1joanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzo #1kennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@shiya & sign@tumblr & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

MessageSujet: Re: (dashaafari) here is my rubik's cube   Ven 6 Avr - 22:50


Il ne se voilait pas totalement la face, Hassan. Il savait bien que derrière la volonté sans contrepartie de vouloir donner un peu de son temps, de son énergie pour estomper la grisaille qui vrillait le cœur de n’importe quel patient dont l’hospitalisation s’étirait en longueur, il y avait ce besoin de compensation personnelle, qu’il grappillait ici autant que sur le terrain de rugby qu’il foulait tous les dimanches matins entouré de garnements remuants. Hassan n’aurait jamais d’enfants, les chances infimes de pouvoir procréer conjuguées à une volonté farouche de ne pas s’empêtrer à nouveau dans une quelconque relation de couple avaient eu raison de cette perspective de vie, et sans l’avoir totalement accepté il avait néanmoins fini par s’y résigner. Il lui faudrait se contenter de cela, donner de son temps pour les enfants des autres et gâter sans doute plus que de raison les enfants de son frère, et pour l’heure il semblait que cela lui suffisait à colmater un peu la blessure que cette fatalité avait indubitablement créée chez lui. Et faute de mieux c’était au moins un peu de baume au cœur et un sourire attendri qui lui avaient été arrachés tandis que les quelques petits si captivés par son récit faisaient contre mauvaise fortune bon cœur et regagnaient leurs chambres et un repos aussi mérité que nécessaire. Dans un coin Blaze s’était jusque-là faite toute petite, non sans se fendre malgré tout d’un « Ce n’est pas presque ! » lorsqu'il avait avec un brin d'amusement fait valoir l'air captivé qu'elle avait eu les dernières secondes. « Je suis aussi captivée qu’eux, mais je refuse d’être un vieux et moche Sultan ! Mais être Shérazade je ne suis pas contre ! » Laissant échapper un léger rire, le brun lui avait accordé un signe de reddition et admis non sans humour « Le rôle te va assurément mieux qu'à moi. » Reste qu'il n'avait pas son pareil pour toujours terminer ses histoires de la même manière, sur des points de suspension … Mais il fallait bien ménager son suspens pour entretenir l'intérêt du public, après tout. Ses affaires rassemblées, le professeur avait par ailleurs proposé à la jeune femme de la raccompagner où bon lui semblerait, et obtenant un « Pourquoi pas ! » affirmatif Hassan s'était fendu d'un signe de tête, l'un et l'autre rejoignant l'ascenseur de l'étage. L'appelant du bout des doigts, l’autre main prise par le casque de sa moto, il avait attendu que Blaze et lui soient montés à bord de la cabine d’ascenseur pour songer à la question qu’elle venait de lui poser « Dis tu n’as jamais eu envie de faire des voyages comme le fait Sinbad ? » La dernière de ses incursions hors des frontières australiennes lui avait valu une grosse frayeur et fait prendre conscience de l’erreur qui avait été la sienne en croyant se débarrasser de ses problèmes en allant s’établir – temporairement – ailleurs. Pour autant la nature casanière d’Hassan ne l’avait jamais empêché d’être curieux et intéressé à l’égard de ce que le monde avait à offrir. « Peut-être pas autant … Il n’était pas souvent chez lui, le Sinbad. Mais j’aime bien l’idée d’aller voir un peu ce qui se fait ailleurs, comment les gens vivent. » Voyager oui, donc, mais clairement pas le genre à voyager dans le simple but d’aller se dorer la pilule en changeant de décor ; Hassan ne s’imaginait pas parcourir des centaines ou des milliers de kilomètres pour se contenter de traîner sur une plage ou de faire la grasse matinée. « Mon ex-femme n’était pas une grande voyageuse. » avait-il finalement expliqué « Mais quand j’étais patient ici, j’arrêtais pas de me dire que j’aurais aimé voir certains pays, visiter certains lieux … Il serait peut-être temps que je me lance. » Il avait haussé les épaules, pour une raison qu’il ne parvenait pas à déterminer la chose restait plus simple à dire qu’à faire, et un je ne sais quoi continuait de le faire hésiter. Comme lorsqu’il avait passé tout l’été à songer à ce périple à travers l’Uttar Pradesh qu’il avait envie d’entreprendre, pour finalement renoncer à la dernière minute. « Et toi ? Des velléités particulières de voyages ? » Blaze était encore jeune, et quelque part c’était peut-être la meilleure période pour entreprendre ce genre de choses sans être freiné par les contraintes qui, avec les années, tendaient à devenir de plus en plus nombreuses et de plus en plus prenantes. De retour au rez-de-chaussée, l’un et l’autre avaient traversé le hall de l’hôpital pour rejoindre le parking, et la moto garée non loin de là. Récupérant le second casque dans le coffre de selle, il l’avait tendu à la blonde « Maintenant que j’y pense … Tu aimes les animaux ? » Réalisant que la question donnait l’air de sortir littéralement de nulle part, il s’était expliqué « Je dois passer dans un refuge voir comment se porte un chien que je suis censé récupérer provisoirement la semaine prochaine, le temps qu’on lui trouve un foyer, si jamais tu veux venir. C’est genre, le paradis des chiens et des chats. » Et donc une certaine du paradis tout court, selon Hassan.



 :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la toujours debout
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 25 ans. (le 14.01. 1993)
SURNOM : mon prénom est déjà assez court pour me donner des surnoms. Alors pitié évitez les bébés au risque de finir aux urgences.
STATUT : célibataire et trés bien ainsi.
MÉTIER : étudiante en management le soir, bénévole en pédiatrie le mercredi et serveuse dans un bar le weedend
LOGEMENT : au #26 à fortitude valley dans un appartement avec un petit loup koda (chaton couleur marron)

POSTS : 938 POINTS : 8780

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : durant une soirée en pleine campagne, je me suis fais violée par deux hommes, deux frères. Ils m'ont tout bonnement tué et sans le savoir il m'ont volé l'espoir que je pouvais avoir en l'amour, à présent, je me refuse d'embrasser quiconque, c'est bien trop précieux, j'ai toujours l'impression d'être sale à présent. + elle n'est sur aucun réseau sociaux, ne supportant pas les haters.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (14/10)

Sean | The Weight of our Pasts

Charlotte | une première rencontre ...

Hassan | Here is my rubik's cube.

Wendy, Siloe, Porthos & Matt | St Patrick's Day.

Jillian | St Patrick's Day.

Liam | Quand le plus gros mensonge de ta vie ...

Elyös#2| Faut sauver Winnie.

Thalie&Kenna | quand disney rime avec crème glacée

Leah |Here's to us ...

Mia | You are my wild soulmate.

Maze (2) | deux bras cassés pour le prix d'un.

Mason | Wonder Water's

retur in the past.


Isaac | And What's next ?
RPs EN ATTENTE : hannah | porthos
RPs TERMINÉS : Oona. | Elyös. | Maze. |

abandon.
Elyos&Mikel |Paco
PSEUDO : LUCKYRED
AVATAR : dove cameron
CRÉDITS : Honeyy
DC : Sheridyn la maginifique
INSCRIT LE : 07/06/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t18357-blaze-quand-on-aime-quelqu-un-on-le-laisse-s-envoler-meme-si-on-est-pas-sur-le-meme-vol http://www.30yearsstillyoung.com/t18437-blaze-le-destin-c-est-pour-les-faibles-ces-gens-qui-n-ont-pas-assez-de-pouvoir-ou-de-volonte-pour-transformer-leur-vie-comme-ils-l-entendent

MessageSujet: Re: (dashaafari) here is my rubik's cube   Dim 15 Avr - 18:34


here is my rubik's cube. 
hassan & blaze.
Donner de me temps est important, je ne sais pas si je suis capable de trouver les mots pour l’expliquer, mais je sais que durant mes deux séjours dans cet endroit, il m’avait été agréable à l’aide de certaines personnes, des bénévoles ou encore du personnel. Je ne me fais pas de fausse joie, je sais bien que tout le personnel n’est pas forcément toujours tendre avec tout le monde. Je suis tombée sur quelques personnes imbus d’eux même qui n’adressaient pas un sourire ou ne demandait pas si ce qu’ils me faisaient m’aller aprés le crime dans lequel je n’avais été qu’une victime. Je m’étends sur le flot de mot de l’histoire d’Hassan, sa voix me porte et j’en oublie presque je ne suis pas ici pour faire l’enfant. Je l’oubli, faut dire que je suis encore une grande enfant, sans doute au grand damne de certaines personnes. Le conteur n’est pas dure, il sait parfaitement que mon âme et mon innocence, pourtant brisé, était en train de se joindre à celle des enfants pour convole vers ses histoires qu’il lisait. Je n’ai pas à rougir de ça, il sait au moins qu’il arrive à séduire le plus complexe des publics. Les enfants sont formidable et sans filtre. Ils n’aiment pas ils vont le dire et autant dire qu’on entend rarement un enfant se plaindre sauf si la fatigue y joue, sans aucun doute. Je le jonche du regard en pinçant mes lèvres entres elles pour garder secret un petit rire de moquerie envers mon ami. «  Tu sais que tu serais une aussi bonne Sherazade que moi ! » Un clin d’œil accompagne mes mots, il n’a sans doute pas les formes que j’ai et dont Sherazade devait être affublé en étant une femme, mais … «  Tes cheveux sont hirsutes comme les siens si je me souviens bien ! » Hassan a un cheveu plutôt bien fourni et un peu en désordre quand il ne l’est pas forcément en ordre, alors que moi ils sont plutôt fin, lisse et paraissent très pauvre, alors qu’en fait c’est juste l’effet de masse qui les rends si plat, trop de longueur en fait. Enfin, je pourrais sans doute épiloguer sur mes cheveux avec mon moi intérieur pendant des heures, mais j’ai sans doute mieux à faire, comme partir avec Hassan à qui je viens d’accepter de me laisser ramener.  Je suis tout de même plein de contradiction à cet instant. Me ramener, mais la bougeotte commence à me gagner. Je suis comme les enfants, j’en suis encore une, malgré l’âge d’un quart de siècle que je peux avoir à mon compteur. J’aime entendre des histoires, elles me font rêver, me donne envie de voyager. C’est un peu comme quand on regarde un film, je précise de romance, et que l’histoire nous fait voyager … nous donnant envie parfois de nous laisser aller, d’oublier toutes ces choses qui m’ont enfermés dans une cage. Une cage dorée, ma protection contre les autres, il me fallait ça pour combattre ma peur, mais elle est devenue tellement confortable qu’en sortir est bien trop douloureux. Je redoute l’instant où je devrais m’ouvrir ou je devrais laisser une personne pouvoir se conter à lui-même mes histoires, mes maux et ce qui me fait. Rien que l’idée me donne la nausée et maux d’estomac. Dans l’ascenseur je continue d’échanger avec grand plaisir avec mon pilote du jour, le sourire illuminant mon visage au teint de porcelaine. «  On m’a toujours dit que l’endroit qu’on devait appeler le chez soi c’était les personnes qu’on aimait … prends ces personnes avec toi ! » J’avoue qu’avec mes dires on pourrait croire que c’est aussi simple, mais ce n’est pas le cas, car chaque personne a ses propres rêves et on doit conjuguer avec tout cela, à moins de trouver la personne rêvant des mêmes choses que soit sans nul doute. Et à en croire les mots de Hassan son ex-femme n’était pas une voyageuse dans l’âme comme pourrait se révéler l’être l’homme devant moi. «  Tu devrais te lancer … mais je crois que tu me manquerais ! » Je commence à faire une petite moue. Il est une personne que tu as l’habitude de voir et tes habitudes sont sacrés pour toi, tu as du mal à faire sans, mais tu ne peux pas priver les autres de leur rêve. La réponse à l’interrogation de Hassan était dans ta tête, cette idée te fait rêver depuis que tu as une quinzaine d’année. Les films indiens ainsi que les traditions te font palpiter. «  L’inde en pleine période d’Holi … j’adorerais vraiment vivre ça … mais j’ai un rêve qui me consume depuis tellement d’année que je ne pourrais sans doute pas réaliser celui-ci ! »  Je suis un peu triste à l’idée que voir cette fête religieuse ne serait pas pour bientôt, peut-être pour jamais. Mais l’espoir et le rêve peuvent continuer, pas vrai ? «  J’ai vraiment envie de vendre du bonheur aux autres avec les fleurs ! » Un million d’idée en tête pour cette boutique de fleur, ce n’est pas le plus fou des rêves, non, je n’ai jamais vu très grand, tout ce qui compte c’est que mon sourire et mes yeux respirent de joie à cette idée. Une fois devant la moto de hassan après avoir descendu les étages nous éloignant du parking en ascenseur, je suis à la fois surprise par la question de l’homme, mais encore plus réjouis par la suite de ses dires. «  Han ! » Je crois qu’il voit plein de petites étoiles dans mon regard. La nature, les plantes, les animaux je raffole de tout ça.  Pour dire j’aime même les insectes ou encore les araignes, enfin je n’irais pas les embrasser même si on me disait que comme le crapaud il se changerait en prince. «  On y va ! » J’enfile mon casque sur mes mots et je le regarde. «  Et pourquoi tu l’adoptes pas ce petit toutou ? » Que je finis par demander de façon enjouée.  Puis j’attends l’accord de hassan pour monter derrière lui le laissant nous conduire à ce refuge auquel m’avait proposé Hassan de m’emmener.


LUCKYRED


she just ran away
I miss the one that you were. But the one that you've become, i hate her. She's not you. And I liked you so much, what a waste of time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (dashaafari) here is my rubik's cube   


Revenir en haut Aller en bas
 

(dashaafari) here is my rubik's cube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-