AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 karma can be a bitch (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans.
SURNOM : avec un prénom pareil, pas sûre d'en avoir besoin.
STATUT : fraîchement divorcée.
MÉTIER : médecin urgentiste.
LOGEMENT : dans un pavillon résidentiel tout ce qu’il y a de plus classique, au numéro 1228 sur toowong, avec son fils et son chat, bao.

POSTS : 69 POINTS : 565

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : fraîchement débarquée à brisbane après un divorce douloureux d’un mariage arrangé avec un homme abusif + a la garde exclusive de son fils de huit ans, dewey + a coupé les ponts avec ses parents vivant à melbourne + apprécie la peinture + est allergique aux fruits de mer
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : cole #1sheridyn #1isaac #1
RPs EN ATTENTE : tommy #1・rosalyn #1・kane #1
PSEUDO : melody.
AVATAR : constance wu.
DC : --
INSCRIT LE : 01/04/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19337-sunny-with-a-chance-of-rain http://www.30yearsstillyoung.com/t19397-sunny-with-a-chance-of-rain http://www.30yearsstillyoung.com/t19451-sunny-choi

MessageSujet: karma can be a bitch (cole)   Jeu 12 Avr - 10:33


Contexte - Issu du générateur de RP
Course poursuite entre la police et un voleur dans les rues de Brisbane. On se croirait dans un film. Cela aurait pu être tellement cool de les voir se courir l'un après l'autre sur plusieurs blocs si le malfrat en question n'avait pas décidé que tu ferais un ralentisseur parfait pour les autorités ; il t'attrape et te jette par terre, laissant les forces de l'ordre se débrouiller pour ne pas te trébucher dessus. Voilà son café et ton donut de chez Starbucks fichus, tout comme tes vêtements tâchés par une boisson brûlante. Alors que tu geins au sol, X est le seul passant à ne pas te fixer comme un idiot et décide de t'aider à te remettre de tes émotions.



Karma can be a bitch


En face de la baie des ambulances des urgences du St Vincent’s Hospital
6 heures du matin


Bizutage ou simple malchance, Sunny avait tiré la courte-paille. Résultat : c’était à elle d’aller traverser la rue en face de l’hôpital pour aller chercher une dose de caféine pour toute l’équipe des urgences, profitant d’une accalmie dans les admissions et le triage. Il était presque six heures et la supérette du coin ne fermait jamais, et tout le monde avait décidé que c’était le bon moment pour un petit boost d’énergie jusqu’à leur relève à la fin du service, à neuf heures.
Sunny se demandait encore comment elle allait s’en sortir pour porter à elle seule huit gobelets de café brûlant, que la supérette soit proche du bureau d’accueil ou pas. Mais en bonne débutante dans le jeu du café aux urgences de St Vincent’s, c’est l’esprit léger bien que les yeux irrités par la fatigue qu’elle avait traversé la rue, alors que le soleil commençait à peine à chatouiller les bâtiments de ses rayons naissants, les mains dans les poches de sa blouse blanche. Poussant la porte de la supérette, elle passa commande, observant silencieusement l’employé de caisse glisser et empiler les gobelets brûlants dans un support cartonné judicieusement créé pour les situations comme celles-ci.

Sunny poussa la porte, alors que son téléphone se mit à vibrer sans sa poche. La babysitter était venue passer la nuit chez eux pour garder un oeil sur Dewey, et la situation restait toujours dans un coin de sa tête - et si il lui arrivait quelque chose alors qu’elle travaillait de longues heures en décalé, ayant peine à profiter de leurs moments ensemble ? Essayant de sortir l’appareil d’une main, les cafés dans l’autre, elle eut à peine le temps de relever la tête en entendant quelqu’un hurler, qu’une silhouette la heurta de plein fouet. Une sirène de police, deux ou trois autres types en uniforme passant à côté d’elle sans s’arrêter, Sunny vit flou pour quelques secondes, avant de sentir le café chaud se répandre sur son tee-shirt pêche et sa blouse blanche, ayant l’effet d’un électrochoc.
« Aoutch aoutch- » geignit-elle en bondissant sur ses pieds. Son premier réflexe fut de retirer sa blouse, faisant pleuvoir des stylos, son passe magnétique et une pince à cheveux sur le trottoir, essayant d’éponger son torse. « Non mais je vous jure, » pestait-elle, tout en soufflant pour chasser une mèche de cheveux venant lui chatouiller le nez.

Un nouvel officier de police la dépassa en courant comme une fusée, puis une voiture à la sirène hurlante. Offusquée, Sunny lâcha la blouse à terre pour saisir un des gobelets renversés et le balancer vers la voiture de police, déjà bien loin hélas, se tenant au milieu de la rue avec un
« Bandes de trous du c[censuré pour langage grossier inapproprié pour le jeune public] » résonnant à travers les bâtiments encore un peu endormis. Bel et bien exit la Sunny d’antan, polie et discrète - ils n’auraient même pas eu la décence de s’arrêter pour vérifier qu’elle allait bien, ou même juste s’excuser ?!



>Ce RP est libre à qui voudra :l:

edit: premier post pour Cole Harvey :l:



absente du 20 avril au 3 mai pour cause de vacances  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
le déséquilibré
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans tout beau tout propre (24 septembre 1990)
SURNOM : Cole c'est déjà largement assez.
STATUT : Célibataire, pas vraiment doué pour tout ce qui est interactions avec les autres êtres humains.
MÉTIER : Chômeur, branleur, feignant. Note le rythme ternaire, c'est pas parce qu'on est au chômage qu'on ne sait pas user de la rhétorique.
LOGEMENT : #77 Spring Hill

POSTS : 2435 POINTS : 635

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Considéré comme un déséquilibré par ses chers parents, à cause de son homosexualité et de son addiction à tout ce qui peut faire planer → Passionné de dessin et de musique, pour s'échapper, pour s'enfuir, pour se retrouver → Sevré tout seul depuis peu, comme un grand, prêt à commencer le plus difficile dans sa vie d'ex-junkie : tenir ses bonnes résolutions → Vient tout juste de se tourner vers une aide professionnelle, déterminé à changer et à régler le chaos qu'est pour l'instant sa vie → Toujours pas de job, en même temps il a assez de chats à fouetter pour le moment vous pensez pas ?
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
✻ Hartter ✻
and up until now I had sworn to myself that I'm content with loneliness because none of it was ever worth the risk but you are the only exception.



✻ Harweiss ✻
my soul grows sick with longing for the things it has forbidden to itself: the only way to get rid of a temptation is to yield to it.

✻ Clément ✻ Lou ✻ Nathan #4
RPs TERMINÉS : ✻ Lou&Nathan ✻ Nathan #1 ✻ Nathan #2 ✻ Nina ✻ Rad (fb) ✻ Martin ✻ Nathan #3 ✻ Lisbeth ✻ Ariane ✻ Liam ✻ Eda
PSEUDO : stressedcreep
AVATAR : Ezra Miller
CRÉDITS : stressedcreep (vava) loonywaltz (ub) solosand (signa) tumblr (gif)
DC : not yet
INSCRIT LE : 16/07/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16001-if-anything-can-go-wrong-it-will-cole#608502 http://www.30yearsstillyoung.com/t16019-and-what-a-beautiful-mess-this-is-cole#609840 http://www.30yearsstillyoung.com/t16047-cole-harvey

MessageSujet: Re: karma can be a bitch (cole)   Lun 16 Avr - 13:30


L'envie d'aller voir ma psy n'était pas forcément très présente ce matin, l'envie de me lever tout court non plus d'ailleurs. C'était un peu ce qu'on se plaisait à appeler un jour sans, avec un vide qui se faisait ressentir comme si tout ça n'avait pas vraiment de sens, pas vraiment d'utilité. Les jours où le manque de la came semblait presque peser une tonne sur mes épaules, des épaules qui ne semblaient jamais assez solides pour soutenir ce qui m'apparaissait, en ce "jour sans", comme l'épave de ma vie d'avant. Une partie de moi avait toujours une pointe de peur en s'endormant le soir, la pointe d'appréhension de l'état dans lequel j'allais me réveiller le lendemain. Comme si mes émotions étaient des girouettes, je n'avais que deux options, soit l'humeur rayonnante, celle qui présentait tout sous les meilleurs auspices, quand la sobriété apparaissait presque comme une balade de santé. Et puis dans l'autre cas, c'était l'humeur massacrante, l'humeur pluie battante, celle qui donnait juste envie de rester coucher, de laisse tomber, à la limite de se démerder pour trouver un truc à prendre, à deux doigts de vouloir retrouver les sensations qui font planer.
Mais c'était trop de travail, trop de travail de rester sobre, ça demandait trop de temps, trop d'énergie, pour tout jeter à cause d'un mauvais jour. Alors même dans ces moments là, je me levais quand même, sans motivations certes, mais quand même. Ce manque d'envie se reflétait sûrement dans ma mine un peu palote, mon jogging enfilé à l'arrache et un t-shirt qui me servait aussi de pyjama sur les épaules. Un gilet aussi, parce que sortir en manches courtes me paraissait encore assez inenvisageable, les marques de piqûres étaient encore trop voyantes, pour certaines, et je n'étais pas encore bien habitué au fait de voir des cicatrices à ces endroits et encore moins à voir des regards portées sur ces dernières. Un pas à la fois, un jour à la fois, aller chez la psy aujourd'hui, dans cette humeur, était déjà un bon début. Je me disais que ça pourrait peut-être inverser un peu mon humeur et mon karma, peut-être que la journée serait meilleure grâce à ce rendez vous. Enfin c'est ce que je croyais.
Je me rends vite compte que ce rendez vous ne va pas se passer exactement comme je l'avais prévu dès que j'entends les sirènes de police. Tout se passe à toute vitesse, si bien que je n'ai même pas le temps de réaliser, ni même de comprendre correctement l'enchaînement des événements. J'ai, d'un côté, l'impression que mes yeux n'ont fait que cligner durant ces quelques secondes, mais que, d'un autre côté, mes yeux restent grands ouverts. Assez ouverts en tout cas pour voir cette jeune en blouse blanche tomber à la renverse. Elle a tout de suite le bon réflexe, commence à éponger le liquide, très sûrement brûlant, qu'elle vient de renverser sur son buste. Je suis assez proche pour l'entendre pester aussi, ce qui est plutôt compréhensible. Mon corps parvient enfin à se mettre en route au lieu de simplement rester là, les bras ballants. Je m'approche, pliant mes genoux pour me mettre à sa hauteur. « Vous allez bien ? Rien de cassé ? » Mon regard croise le sien, je lui souris. « Je sais bien qu'ils font simplement leur travail mais là quand même, c'est un peu extrême. » Mes yeux se posent ensuite sur sa blouse, qui commence déjà à être sacrément imbibée de ce qui me semble être du café, mais c'est vraiment l'expérience qui parle. J'enlève mon gilet en vitesse et lui tend pour qu'elle puisse finir d'éponger, « Tenez prenez ça, ça devrait faire l'affaire pour essuyer ce qu'il reste. » Je lui souris une nouvelle fois, me disant qu'il vaut mieux que je lui apparaisse comme positif parce que pour l'instant, sa journée est vraiment pire que la mienne. « Vous voulez de l'aide pour vous relevez ? »


+I need the sun to break+


:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

karma can be a bitch (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong
-