AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (13.02.1989)
SURNOM : Ettie
STATUT : mariée depuis le 20.12.17
MÉTIER : chargée de communication digitale
LOGEMENT : au loft 55 bayside avec son mari

POSTS : 36 POINTS : 275

PETIT PLUS : adore sortir, faire la fête | a peur de perdre la vie qu'elle menait avant d'être mariée | Ethel est ravie d'avoir sa famille au complet, presque du moins | ne peux pas se passer de son téléphone et son ordinateur |
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Evie(1) | Nino(1) |
RPs EN ATTENTE : //
RPs TERMINÉS : //
AVATAR : nathalie emmanuel
CRÉDITS : liloo_59(vava)
DC : nop
INSCRIT LE : 04/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19859-ethel-comme-le-trefle-a-quatre-feuilles-je-cherche-votre-bonheur http://www.30yearsstillyoung.com/t19927-ethel-toi-et-moi-c-est-pour-la-vie

MessageSujet: C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie   Ven 11 Mai - 23:47



Le vrai challenge était réussi. D'ailleurs il avait été le plus grand challenge qu'Ethel avait eu à relever. Entre les décisions de sa mère et ses souhaits personnels, la difficulté pour trouver une décoration satisfaisante pour les deux femmes avait été très présente. Celie voulait un mariage comme elle disait « bling-bling » pour montrer au reste du monde comment la famille Pearson représentait le mariage idéal tandis qu'Ethel désirait une décoration plus raffinée. Elle avait beau avoir des goûts de luxe, elle préférait néanmoins quelque chose de plus doux. Après tout, c'était son mariage et non celui de sa mère. Sa grande sœur, Evelyn, avait dû travailler corps et âme pour les satisfaire toutes les deux et à vrai dire, le résultat était splendide. En découvrant la salle, la jeune mariée fut stupéfaite et ravie de voir que malgré les années sans nouvelles, sa sœur avait su choisir la bonne décoration, au goût d'Ethel et pas uniquement à celui de la Fondation  Pearson. « Ca va ? Vous vous amusez bien ? » demanda-t-elle à des amis. Son nouveau rôle d'épouse lui donnait l'obligation, sans vraiment l'être, de voir tout le monde pour les remercier d'être venus à cet événement tant attendu. Elle discuta avec eux un petit moment sans trop s'attarder car elle avait plus d'une centaine de personnes à aller voir. Eh oui, Celie Pearson ne faisait pas les choses à moitié. Au loin, elle aperçut l'homme qu'elle avait épousé quelques heures plus tôt. Un tendre sourire apparut spontanément en le voyant, pourtant, au fond sa crainte de l'engagement n'avait pas totalement disparue, Ethel était incapable de l'expliquer et d'ailleurs, elle n'en avait fait part à personne. Peut-être qu'elle se trompait et que ce n'était rien. En tout cas, ce sentiment serait bien gardé dans son jardin secret.


Le 20 décembre 2017. C'était la date qu'avait choisi le couple. Ethel ne voulait pas se marier le 24 décembre car pour elle, ce jour était réservé au réveillon de Noël. Non pas qu'elle était pessimiste pour son mariage mais elle préférait éviter de se marier ce jour là au cas où si un jour ils venaient à divorcer. Ethel serait embêter de lier Noël à son mariage. Outre ce détails important, Ethel avait demandé à Evie si c'était possible de se marier en plein air, la vue sur la mer et la salle de réception à proximité ou sur le même lieu pour éviter aux invités de trop se déplacer, elle y compris. Ethel n'aimait pas vraiment passer son temps dans les transports à quatre roues, alors imaginez le jour de son mariage. Il n'y avait que le départ de la soirée, celui où elle partirait avec son mari pour les noces, qui la faisait rêver. Le choix de la vue sur la mer avait été évident. Elle l'avait toujours fascinée, la jeune femme adorait partir en bateau et y passer ses journées. Peut-être était-ce sa façon à elle de se rapprocher de son père. Il était né et avait grandi sur une île des Caraïbes, la Dominique. Le chant de l'océan l'apaisait et lui avait donnée le courage de prendre cette décision qui changerait sa vie. C'était durant son voyage à la Dominique pour découvrir les racines de son père qu'Ethel avait décidé d'épouser son copain. Ce n'était pas forcément pour elle qu'elle se lançait dans cette aventure. Au fond, c'était pour faire revenir Evelyn afin que cette dernière prenne le poste qui lui avait toujours été destiné au sein de la Fondation Pearson. Mais surtout pour se rapprocher d'elle parce que pour Ethel, c'était Evie qui détenait les bons souvenirs concernant le grand Kai Pearson. « Oui maman, je sais que je dois apparaître le plus souvent possible avec mon mari mais je peux quand même remercier les gens de mon plein gré ! Les photos pour les magazines attendront un peu. J'aimerais avoir un peu de répit. Est-ce trop demandé ? ». A la tête de sa mère, Ethel compris que oui. Ne voulant pas paraître trop désagréable ni gâcher sa soirée, la mariée prit une grande inspiration pour puiser de l'énergie et repartir de plus belle mais cette fois-ci, elle alla chercher son époux pour la séance photo. Bien évidemment, ce mariage ne pourrait pas être discret et quelques jours plus tard, des photographies de l'événement ferait marquer des points à la fondation. Celie avait fait la publicité du mariage, pour ça, Ethel s'en souvenait. En effet, durant les préparatifs, Ethel avait accompagné sa mère dans les déjeuners professionnels, les soirées mondaines et autres.  « Oh Evie, ça va? »[/color=green]. Ethel saisit l'occasion pour s'échapper lorsqu'elle vit sa sœur passer à côté des photographes. « Je voulais te remercier d'avoir organisé ce mariage, ce n'était pas évident avec les exigences de maman. Mais je suis heureuse que tu sois là pour ce jour important. Ça compte énormément pour moi... ». Elle eu envie de rajouter qu'Evie comptait énormément pour elle mais les sentiments et Ethel faisaient deux. Ce n'était pas quelqu'un à s'exprimer ouvertement dessus. « Si seulement papa était là... ». Son regard se dirigea vers le sol car même si elle ne l'avait pas vraiment connu comme ses trois grandes sœurs, Ettie ressentait un manque.



   
   
Catch me
© FRIMELDA


Dernière édition par Ethel Pearson le Lun 14 Mai - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la "fille de"
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère
STATUT : celibataire
MÉTIER : wedding planner
LOGEMENT : #32 logan city, colocataire de chad taylor

POSTS : 1184 POINTS : 1770

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : passionnée par la calligraphie △ liste tout, tout le temps △ refuse l’idée de ressembler à sa mère △ control-freak, effrayée par ses émotions △ éternelle célibataire, paradoxalement pas intéressée par le mariage △ très professionnelle et discrète △ son péché-mignon est le wedding cake, sa récompense de fin de contrat △ n’a jamais remis les pieds dans un stade, n’aime pas le sport △ a pensé à changer de nom, comme son père désapprouverait, s’est abstenue △ catholique peu pratiquante △ n'a pas le permis △ rédige et offre systématiquement un wedding journal pour tous ses clients
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : heidi - arthur - priam - ettie#1 - matteo - abigail - owen#2 (soon)
RPs EN ATTENTE : nina - maze - irene - chad#2
RPs TERMINÉS : porthos - owen#1 - chad#1 - carlisle#1
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©tearsflight (av) - ©anesidora&tumblr (sign) - ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji
INSCRIT LE : 12/02/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest http://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now http://www.30yearsstillyoung.com/t19681-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t18899-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t19603-f-libre-nathalie-emmanue

MessageSujet: Re: C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie   Dim 13 Mai - 13:45




ettie's wedding | 20 décembre 2017
ettie & evie

Evelyn veillait. Le talkie-walkie accroché à la ceinture de sa robe, le regard valdinguant d’un coin à l’autre, et le cœur battant bien trop fort dans sa poitrine. En contretemps avec la musique qui résonnait dans la salle de réception, elle ressentait ses pulsations jusqu’à ses tempes qu’elle frictionna distraitement ; la journée avait été longue. Elle avait organisé des centaines de cérémonies, toutes plus imprévisibles que les autres. Elle savait qu’il suffisait d’une nanoseconde pour que l’ambiance permute, passant de l’euphorie générale, au lavage de linge sale entre deux danses endiablées. C’était dans ses cordes de faire en sorte que tout se passe comme prévu, sans anicroche. Gardant à l’esprit le cahier des charges de ses clients, et l’emploi du temps qui semblait marqué au fer rouge dans son cerveau toujours en ébullition, elle endossait parfois le mauvais rôle pour finalement recevoir pluie de remerciements chaleureux et couronne de fleurs. Elle n’avait jamais craint la pression, pas même lors des mariages grandioses au budget illimité qu’elle avait eu la chance de mettre sur pieds, son savoir-faire étant remonté aux oreilles de la classe supérieure. Mais cette fois-là, c’était différent, ce qui expliquait ses palpitations inquiétantes, et son attention décuplée, ses intonations devenant de plus en plus aigües lorsqu’elle s’adressait aux employés, triés sur le volet, qu’elle avait engagé pour l’occasion : absolument tout devait être parfait. Car les mariés de qui elle s’était occupée n’étaient pas n’importe lesquels. L’un d’entre eux était sa petite-sœur. L’influence de leur mère – qu’elle observait du coin de l’œil sans pouvoir s’en empêcher, alors qu’elle accaparait l’attention d’Ettie pour la énième fois de la soirée – l’avait contrainte à la détente tout le long des préparatifs. Son séjour à Brisbane s’était étendu sur quatre longs mois, la plongeant dans un océan de souvenirs. La houle avait été puissante dès son arrivée sur sa terre natale, si bien qu’elle s’était plusieurs fois demandée s’il ne serait pas plus sage de remettre les rennes de cette réception à quelqu’un d’autre de moins impliqués. Ses tentatives de le faire comprendre à la cadette des Pearson étaient restées brehaignes, tant elle lui paraissait convaincue qu’elle seule était capable de venir à bout de cette tâche. Soit, c’était flatteur, et cette moue qu’elle lui avait faite l’avait touchée au plus profond ; aussi avait-elle cédé. Grâce à Ettie et à sa bonhommie, Evie avait pris sur elle, faisant connaissance avec son époux, et s’émerveillant devant la jeune femme qu’elle était devenue. Ça l’avait beaucoup aidé à se réacclimater à la chaleur australienne, et acceptant de jouer le jeu des retrouvailles en mordant sur sa chique, elle avait commencé à apprécier cette nouvelle proximité avec son passé – même si son père lui manquait, son père dont l’image avait été remodelé par les mains expertes de sa mère. C’était loin d’être une partie de plaisir à certain moment, mais apprendre à connaître ses neveux et nièces adoucissait nettement l’aigreur qu’elle percevait dans le ton qu’on employait trop souvent pour s’adresser à elle. A un moment donné, elle avait fini par comprendre qu’on la considérait tout bonnement comme la traître de la famille.

Mais bientôt, elle serait de retour à Londres. Ce fût sur cette idée qu’elle sortit de son observation pour se ranimer, et sortir de sa tanière. Elle n’était pas que l’organisatrice de ce mariage, elle était aussi l’invitée d’honneur – on chuchotait bien trop sur son passage pour qu’elle ne s’en soit pas aperçue, il y avait fort à parier que des récits sortiraient prochainement dans la presse sur la façon dont elle s’était comportée lors de la cérémonie ; la haute société était pleine de racontars, intéressés et vils qu’elle exécrait. Replaçant quelques mèches de cheveux en s’avançant pour rejoindre sa place, Ethel l’alpagua au passage.

« Regarde-toi. » s’émerveilla-t-elle en encadrant le visage de sa petite sœur avec ses mains. Elle l’avait aidée à s’habiller pour la journée, mais sa beauté resplendissait sous l’éclairage doux de la salle de réception ; ses cheveux était aussi épais que ceux de son père sur les vieilles photos qu’elle avait emmené avec elle lorsqu’elle avait quitté l’Australie – sa mère avait dû les chercher partout, maudissant celui qu’elle soupçonnait de les avoir volées. Un flash la fit sursauter. Tournant brusquement la tête vers l’un des photographes qui venait d’immortaliser la scène, Evelyn lui demanda « C’est privé. Allez plutôt mitrailler la piste de danse, ça manque de clichés d’invités. »  Elle le chassa d’un geste de la main, et le suivit du regard jusqu’à ce qu’il s’exécute, puis disparaisse de son champ de vision. Quand elle reposa son regard sur Ettie, elle lui sourit largement. Ses remerciements la touchèrent tellement qu’elle posa ses deux mains sur le haut de sa propre poitrine tout en lui répondant « Je suis heureuse si tu es heureuse. On s’en fiche des exigences de maman, c’est ton jour. »  insista-t-elle, lui plantant gentiment un index près du cœur pour appuyer son propos. Evie s’était interdit de penser à Kai aujourd’hui, mais puisqu’Ettie le mentionnait, elle rouvrit les portes de sa mémoire pour lui dire avec un sourire « Tu lui ressembles plus que tu ne l’imagines. Ça, »  Elle frôla les cheveux frisés de sa petite sœur, englobant leur volume avec ses deux mains. Elle s’autorisa même à rire « C’est typique de papa. Il s’en est débarrassé avant son entrée chez les Reds, tu le savais ? Ça ne rentrait pas dans son casque. »  Elle rit plus fort, et les mains s’agitant en même temps qu’elle parlait, elle ajouta, la mine amusée « Il aurait adoré que tu les gardes au naturel pour ton mariage. »

AVENGEDINCHAINS


my father told me once if you see something wrong happening in the world, you can either do nothing, or you can do something. and i already tried nothing.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (13.02.1989)
SURNOM : Ettie
STATUT : mariée depuis le 20.12.17
MÉTIER : chargée de communication digitale
LOGEMENT : au loft 55 bayside avec son mari

POSTS : 36 POINTS : 275

PETIT PLUS : adore sortir, faire la fête | a peur de perdre la vie qu'elle menait avant d'être mariée | Ethel est ravie d'avoir sa famille au complet, presque du moins | ne peux pas se passer de son téléphone et son ordinateur |
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Evie(1) | Nino(1) |
RPs EN ATTENTE : //
RPs TERMINÉS : //
AVATAR : nathalie emmanuel
CRÉDITS : liloo_59(vava)
DC : nop
INSCRIT LE : 04/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19859-ethel-comme-le-trefle-a-quatre-feuilles-je-cherche-votre-bonheur http://www.30yearsstillyoung.com/t19927-ethel-toi-et-moi-c-est-pour-la-vie

MessageSujet: Re: C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie   Mar 15 Mai - 0:02



 « Je sais mais elle n'arrête pas d'être derrière mon dos, à croire c'est son mariage et pas le mien !». Un rire s'échappa de sa bouche. Elle ne put s'empêcher de rire de la situation. Que pouvait-elle faire ? S'énerver ? Certainement pas le jour de son mariage. La jeune femme aurait paru capricieuse aux yeux des invités et de ses proches. Ethel posa le regard sur sa mère. Cette dernière riait aux éclats et gesticulait comme les personnes de la haute société. Un monde dans lequel Ethel avait appris à en tirer parti si nécessaire, ce n'était pas elle qui allait démentir que la notoriété des Pearson lui avait été d'une grande aide. Mais parfois c'était trop facile de passer par son nom de famille, Ethel aimait tout de même relever des challenges; les réussir toute seule lui prouvait qu'elle était capable de faire les choses sans personne. C'était vivifiant.

 «C'est vrai ? ». Elle eut comme réflexe de se toucher le visage en se rappelant le visage de leur père. Un sourire de soulagement s'afficha. Au moins, même si les souvenirs lui faisaient défauts, elle lui ressemblait. « Je le comprends, ça prend trop de place  et surtout ça garde la chaleur, c'est pratique l'hiver mais l'été c'est insupportable.». Sans s'en rendre compte, elle employa le présent comme si leur père était encore présent. Pour elle, c'était le cas. Élevée dans une famille catholique, au fond, elle croyait au Paradis et au possible fait que Kai y soit. Cette croyance la soulageait un peu car elle ne passait pas pour une folle lorsqu'elle lui parlait. En effet, il était arrivé qu'Ethel se fasse surprendre en pleine conversation. Heureusement pour elle, ce n'était pas en public mais plutôt devant quelques proches. Dans son portefeuille se trouvait une photo de Kai la prenant dans ses bras bébé. C'était la seule photo que la mariée gardait avec elle tout le temps, où qu'elle soit, la présence de son père se faisait sentir. «Je sais...au départ je voulais les laisser au naturel mais quelqu'un n'était pas satisfait et trouvait que ce n'était pas une coiffure assez travaillée... ». Ne dévoilant pas le nom, les deux sœurs savaient très bien de qui il s'agissait. Ethel avait beau avoir des goûts de luxe, la jeune femme avait imaginé un mariage plus simple et surtout plus intime. La mariée attira son aînée à une table où les chaises étaient libres afin d'être tranquilles et de se reposer. Elle avait passer sa journée dans des talons et la douleur plantaire se faisait ressentir. «Maman a toujours été comme ça ? A tout contrôler et rigide ? ». Ettie ne se souvenait pas de Celie autrement. Toujours à vouloir dire ce qu'il fallait faire ou dire en public. Les sœurs Pearson devaient avoir un comportement irréprochable car elles étaient l'image, les héritières de Kai Pearson.

Depuis un moment, une question brûlait ses lèvres, elle ne put s'empêcher de la lui poser. « Pourquoi tu es partie Evie ? ». Ethel plongea son regard dans les yeux de sa sœur, attendant une réponse pleine de sincérité. On retrouvait de plus en plus autour d'elle un écho d'hypocrisie et de mensonges et avec Evelyn, elle ne voulait pas que cela le devienne. Lors des retrouvailles, des appels téléphoniques, des mails, des messages, Ettie avait simplement fait comme si de rien n'était. Les questions sur leur père ou bien sur les raisons de son départ étaient restées jusqu'à présent tabous. « Oui j'arrive tout à l'heure, je suis avec Evie et ensuite je te rejoins !». Tant elle était concentrée sur son aînée, la voix masculine avait réussi à la faire sursauter malgré la musique assourdissante. Son mari était venu la prendre au passage pour continuer les remerciements mais Ethel voulait absolument terminer cette conversation alors ce n'était certainement pas son époux qui allait arrêter la discussion. Les deux sœurs se regardèrent à nouveau le temps de quelques secondes qui semblaient s'éterniser. Tout ce que souhaitait Ethel, c'était d'avoir à nouveau la famille réunie. Suite au décès de Kai, tout avait paru distant, superficiel et plus le temps passait, plus elle avait du mal à supporter cette ambiance qui devenait pesante. Ce qui expliquait pourquoi elle préférait passer du temps avec ses neveux et nièces. Dès qu'elle posait des questions sur l'ancien rugbyman, Celie lui faisait comprendre que ce n'était pas le moment ou bien qu'elle n'était pas d'humeur à parler de lui. Sa mère lui avait également dit que Kai était devenue une obsession pour elle. Ce n'était pas forcément faux mais pouvait-on la blâmer ? La dernière des Pearson se retrouvait avec le moins de souvenirs, elle avait été privé de son père qui était aimé de tous depuis ses deux ans donc il était normal qu'elle s'intéresse autant à lui. Apparemment Celie ne le voyait pas de la même façon.



   
   
Catch me
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la "fille de"
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère
STATUT : celibataire
MÉTIER : wedding planner
LOGEMENT : #32 logan city, colocataire de chad taylor

POSTS : 1184 POINTS : 1770

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : passionnée par la calligraphie △ liste tout, tout le temps △ refuse l’idée de ressembler à sa mère △ control-freak, effrayée par ses émotions △ éternelle célibataire, paradoxalement pas intéressée par le mariage △ très professionnelle et discrète △ son péché-mignon est le wedding cake, sa récompense de fin de contrat △ n’a jamais remis les pieds dans un stade, n’aime pas le sport △ a pensé à changer de nom, comme son père désapprouverait, s’est abstenue △ catholique peu pratiquante △ n'a pas le permis △ rédige et offre systématiquement un wedding journal pour tous ses clients
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : heidi - arthur - priam - ettie#1 - matteo - abigail - owen#2 (soon)
RPs EN ATTENTE : nina - maze - irene - chad#2
RPs TERMINÉS : porthos - owen#1 - chad#1 - carlisle#1
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©tearsflight (av) - ©anesidora&tumblr (sign) - ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji
INSCRIT LE : 12/02/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest http://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now http://www.30yearsstillyoung.com/t19681-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t18899-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t19603-f-libre-nathalie-emmanue

MessageSujet: Re: C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie   Mer 16 Mai - 14:03



ettie's wedding | 20 décembre 2017
ettie & evie

Du côté d’Evelyn, il y eut un petit moment de flottement lorsqu’elle constata à quel point son compliment faisait plaisir à sa petite sœur. Celie lui avait toujours dit que c’était elle, Evelyn, qui ressemblait le plus à Kai physiquement, et que c’était pour cette raison qu’elle avait tant de mal à la regarder dans les yeux. Venant de sa mère, elle le prenait comme un compliment, une satisfaction personnelle qu’elle gardait secrète, gardée sous clef au fond de son cœur, craignant foncièrement d’être davantage la digne héritière de sa mère que de son père. Ethel n’était pas en reste au niveau de la ressemblance physique, ce n’était pas un mensonge dont elle avait usé pour la réconforter, consciente que cette journée avait dû être compliquée à vivre sans la présence du patriarche. Toutes les deux reflétaient le souvenir de leur père, et ce chacune à leur manière ; Ettie, auréolée de son enchevêtrement de mèches frisées ; Evelyn, le nez piqueté par des dizaines et des dizaines de taches de son. Au contraire de ces dernières, autre caractéristique bien connue de Kai qu’elle chérissait au point de préférer un maquillage discret pour les laisser respirer, elle avait souffert des moqueries à propos de sa tignasse crêpue, moins dense et disciplinée que celle de sa sœur. Ça avait été difficile, la menant à se questionner sur l’importance qu’elle donnait à l’image qu’elle renvoyait aux autres. Pourtant, quand elle fût en âge de prendre ses propres décisions, elle s’en était débarrassée, préférant arborer un long rideau de soie sombre qu’elle entretenait avec soin. Quelque part, ça entérinait le statut de traitre qu’on lui avait remis, tel un titre de noblesse honteux, dès son départ en Angleterre, considérant qu’aucune autre des filles Pearson s’étaient laissé aller à tant de vanité en refoulant leurs origines paternelles. Qu’importe, le temps n’était pas aux comparaisons, et roulant des yeux en entendant Ettie lui confirmer que leur mère n’avait pas fait dans la dentelle en s’impliquant autant dans ses noces, elle dit à sa sœur :

« Viens, on va s’asseoir. » Ce qu’elles firent quelques minutes plus tard, traversant la salle de réception sous les yeux scrutateurs des invités plus frileux à l’idée de se déhancher sur la piste de danse. Evelyn détacha son talkie-walkie de sa ceinture, prenant le temps de s’asseoir, tandis qu’Ethel la questionnait. Elle eut un sourire qu’elle dissimula bien vite sous la paume de sa main, après qu’elle se soit accoudée à la table « Tu prends un risque en me posant la question. Je ne suis pas vraiment objective sur le sujet, et les murs ont des oreilles. »

Depuis son retour, elle s’apercevait que sa famille n’avait pas perdue son intérêt aux yeux de la presse. Même si elle s’était appliquée à vérifier chaque invité convié à la fête, elle était plus que persuadée que des fuites feraient les choux gras des journaux dès le lendemain matin. Une conversation privée reportée par l’un, une photo volée d’un invité plus qu’éméché par l’autre, le mariage d’Ethel Pearson continuerait à faire parler plusieurs semaines. A cette pensée, la jeune femme tourna le bouton de son talkie-walkie sur OFF. On devenait vite paranoïaque quand on grandissait avec le poids du regard des autres sur les épaules.  Aussi préféra-t-elle éluder la question de sa sœur. Autant, elle savait à quel point sa mère pouvait se montrer difficile selon les circonstances, autant elle ne tenait pas à la désavouer auprès de ses autres enfants, et encore moins, auprès de ses petits-enfants. C’est pourquoi elle se tut, avant de soupirer longuement quand elle lui demanda pourquoi elle était partie :

« Oh, tu sais. » commençat-elle, s’asseyant mieux, un peu gênée, et croisant les jambes sous la table. Elle leva la tête pour fixer son regard sur un point invisible, droit devant elle, et reprit doucement « J’ai toujours été le mouton noir de la famille. Tu le sais, je le sais, tout le monde le sait. Je serais devenue folle si j’étais restée pour assister à la naissance de l’empire que maman a créée – et qu’entre nous, papa aurait détesté. » Elle laissa un rire sec, secouant la tête en l’imaginant s’offusquer des mesures prises par les clubs professionnels et amateurs pour rendre leur sport moins dangereux pour leurs poulains. Ses yeux s’immobilisèrent un instant, comme si elle s’était soudainement enfoncée trop profondément dans ses pensées. Si elle était restée, les choses n’auraient pas été jolies à voir, et encore moins à vivre. Une bataille familiale comme on les aime, faites de coups bas et de rancœurs si profondément ancrées que le cocoon aurait fini par éclater. Ce n’était pas ce qu’Evie voulait à l’époque, que ses sœurs soient prises à partie, contrainte de faire un choix entre la mère et la fille. Alors, elle avait sacrifié sa vie, ses amis, et ses envies pour se reconstruire ailleurs, gardant en tête que l’honorable famille Pearson et sa cause, toute aussi honorable, ne serait entachées par rien d’autre que le drame du décès du chef de famille. Un sacrifice qui, aux yeux du petit monde fermé de la haute, avait permuté en rien d’autre que de l’ingratitude, lui valant une réputation de jeune femme égoïste et pénible.
Elle se ranima au salut impromptu de son beau-frère à qui elle adressa un grand sourire « Je l’aime bien. » souffla-t-elle, tournant la tête vers sa sœur. Evelyn la regarda une seconde avant de lui demander, hésitante « Tu m’en veux d’être partie ? »

AVENGEDINCHAINS


my father told me once if you see something wrong happening in the world, you can either do nothing, or you can do something. and i already tried nothing.





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie   


Revenir en haut Aller en bas
 

C'est quelquefois par inconstance qu'on revient à un premier engagement | Evie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside
-