AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le regard vers là-haut
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Bax
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Prêtre
LOGEMENT : Redcliffe

POSTS : 632 POINTS : 155

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Milena#2 - Hassan - Jane - Sana - Tess

RPs TERMINÉS : Andy -Milena - Leena - Evelyn - Ariane - 3e mi-temps- Selina - Evelyn #2 -
AVATAR : Boyd Holbrook
CRÉDITS : hedgekey
DC : Nino - Eva - Noa
INSCRIT LE : 26/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17367-nino-eva-noa-owen

MessageSujet: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Sam 26 Mai - 11:59


Le père d’Owen était décédé le 29 mai 2008 alors qu’il était partie une fois de plus pêcher en mer. Il était parti avec Jane, la jeune femme avait suivi son père comme ils avaient l’habitude de faire tous les deux lorsqu’elle n’avait rien d’autre de prévu. Si Owen avait hérité du patrimoine sportif de son père, la jeune demoiselle avait hérité de son amour pour l’Océan. Mais ce soir-là, s’ils étaient partis à deux, elle était revenue seule et avec un traumatisme important. Leur père était passé par-dessus bord sous les yeux effrayés et attristés de sa jeune sœur. Elle s’était sentie si impuissante et à la fois coupable de son décès alors qu’en réalité, personne n’aurait rien pu y faire.
A l’approche de l’anniversaire des dix ans de sa disparition, Owen se rendait au cimetière où reposait son père. Trois jours plus tôt car il était impossible pour l’australien de venir le jour même. Jamais il n’était venu sur la tombe de son père un 29 mai. Jamais il n’avait réussi à s’y déplacer même avec sa famille. Allez savoir pourquoi trois jours avant il y arrivait, allez savoir pourquoi même le lendemain il y allait mais jamais le jour même. On lui avait souvent reproché mais c’était bien plus fort que sa volonté. Puis, se déplacer en famille, il préférait éviter. Il venait souvent seul, ça lui permettait de se retrouver en tête à tête avec son père. Dix ans, on dit que la douleur s’atténue petit à petit, que le manque se fait moins ressentir. Mais pour Owen, le manque était toujours bel et bien présent, quant à la douleur, on va dire qu’elle était toujours là mais elle se manifestait différemment. Owen avait changé du tout au tout suite à la disparition de son père. Tombant dans une dépression sévère, il s’était isolé de tous, s’était enfermé dans une bulle et il avait inquiété bon nombre de ses proches. Beaucoup avaient aussi finis par prendre leurs distances, ce qui était bien compréhensible quand on tend plusieurs mains et que jamais elles ne sont saisies. On fini par lâcher prise, par arrêter d’essayer. Puis il y a eu Marie, drôle de coïncidence. Cette Marie qui l’avait petit à petit aidé à s’en sortir alors qu’elle sortait elle-même de nulle part mais elle avait su trouver les mots. Sans doute les mêmes mots que d’autres avaient essayés d’utiliser, sans doute la même méthode que certains de ses proches mais c’était elle qui l’avait réellement bousculé. Aujourd’hui, le rugbyman a une reconnaissance énorme envers elle. A présent il était prêtre et s’épanouissait dans ce rôle même si, ce n’était encore pas tous les jours roses.
Débout devant la tombe, après avoir retiré les fleurs fanées, Owen pouvait enfin retrouver son père. C’était toujours aussi pénible pour lui de venir là même si quand il repartait, il se sentait mieux. Mais la fin du mois de mai était toujours plus compliquée que les autres périodes de l’année. Le jeune homme était silencieux. Il n’avait pas besoin de parler à voix haute pour savoir que son père l’écoutait. Ses pensées lui étaient bien sûre toutes destinées. Owen ne pu s’empêcher de retenir ses larmes, elles coulaient doucement sur ses joues et il ne se cachait pas, il laisser sa douleur s’exprimer ainsi. Comme si des murs les entouraient et les enfermaient dans une pièce, Owen ne voyait plus que cette tombe et la photo de son père posées dessus. Il n’avait même pas remarqué la présence de cette jeune femme à quelques mètres de lui.








Revenir en haut Aller en bas
avatar
la justicière du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans née un cinq décembre 1983.
SURNOM : milou quand on veut réellement l'embêter. mily de temps en temps. lena la plupart du temps.
STATUT : célibataire, adepte du proverbe "mieux vaut être seule que mal accompagnée".
MÉTIER : avocate en droit de la famille dans son propre cabinet nommé Grimes & Hartman qu'elle a ouvert avec une collègue en avril 2017.
LOGEMENT : spring hill, un loft numéroté 72 qu'elle habite seule.

POSTS : 1738 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien ● fait passer son travail et sa carrière avant tout autre chose ● voudrait être mère un jour ● est passionnée des danses de salon ● est très féminine et apprêtée ● a dû remonter la pente il y a deux ans et demie après une rupture médiatique et humiliante ● essaie de garder sa famille en un seul morceau, c'est plus difficile qu'il n'y paraît.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : owen#2adrianjames#3matteo#2mariuseloralouleonardo#4

RPs EN ATTENTE : lonnie#2 ● eva#4 ● cade#2 ● lucy ● douglas ● fox ● maïa ● dean ● cleo ● penny ●

RPs TERMINÉS : liviana#1alvaro#1seanelisabeth#1gauthier#1liviana#2elianeteam pizzamatteo#1liviana#3eva#1alvaro#2samueleliane#2théodoratommykaecygauthier#2leonardocorapriamoweneva#2james (fb)tonycora#2leonardo#2lonnie (fb)eva#3james#2matteocadepriam#2leonardo#3cora#3
PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : sophia bush.
CRÉDITS : mok (avatar), tumblr (gif)
DC : arthur & casey.
INSCRIT LE : 04/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13961-elles-sont-deroutantes-les-filles-aujourd-hui-milena http://www.30yearsstillyoung.com/t13975-foule-sentimentale-milena

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Jeu 31 Mai - 20:52


Un an. Cela faisait un an que tu étais montée dans ce train qui avait déraillé et qui aurait pu te coûter la vie. Malgré ta blessure à la jambe, tu avais fait parti des survivants mais beaucoup avaient péris dans cet accident, beaucoup d’âmes innocentes qui avaient très certainement un bel avenir devant elles. Tu ne pouvais pas oublier cette date mais tu n’avais pas prévu de faire quoi que ce soit ce jour là. Enfin si, tu avais prévu de travailler comme à ton habitude. Mais en jetant un coup d’œil au journal en arrivant à ton cabinet, tu étais tombée sur un article parlant de ce triste anniversaire et qui disait qu’un monument au cimetière avait été érigé pour les personnes ayant perdues la vie et que les gens qui le désiraient pouvaient aller s’y recueillir. Il ne t’en avait pas fallu plus pour que tu décides d’aller y faire un tour. Mais pas tout de suite. Pour l’instant, tu avais des clients à recevoir. Tu fis donc ton travail, te laissant emporter par cette habitude d’écoute et de conseil. C’était certainement la partie que tu préférais, alors que la stratégie était à construire. Et puis ensuite il y avait le tribunal et la plaidoirie. C’était autre chose, une autre adrénaline. Une fois tous tes clients reçus, tu décidais de faire une pause. Passant devant un fleuriste pour aller à ta voiture, tu achetais des roses que tu posais sur la place passager le temps de conduire. Tu n’étais jamais allée au cimetière de Brisbane et tu ne le trouvas pas de suite. Une fois que tu le trouvas, il fallut que tu trouves la parcelle où se trouvait le monument. Le cimetière était immense et magnifique. C’était étrange de laisser ce genre d’endroit pour les personnes qui ne vivaient plus dans ce monde. Mais au moins, cela poussait les vivants à venir leur rendre visite pour admirer la vue de la ville. Tu marchais plusieurs minutes et tu finis par trouver le monument. Tu te recueillis prenant le temps de lire le nom de toutes les victimes te rendant compte de la chance que tu avais de ne pas avoir ton nom écrit sur cette pierre. Et puis tu naviguais entre les tombes, cherchant celles qui avaient le petit signe du monument. Quand tu les trouvais, tu déposais une rose sur chacune d’entre elles ou tu la mettais au milieu d’autres bouquets. Certaines tombes étaient plus entretenues que d’autres mais toutes étaient belles. Tu laissais ta quête t’entraîner dans une nouvelle partie du cimetière. Le silence qui régnait dans cet endroit et le bruit de la ville en fond sonore était étrangement reposant. Tu déposas finalement ta dernière rose sur la tombe d’une adolescente qui s’était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Ton cœur se serra un instant et tu détournais le regard, incapable de faire face à cette cruelle réalité et ton regard tomba sur un homme. Un homme que tu mis quelques secondes à reconnaître mais que tu reconnus tout de même. C’était le prêtre qui avait témoigné contre ton client quelques mois plus tôt. Vous aviez perdu sans grande surprise après son témoignage. Tu te souviens de votre explication dans son bureau et le soulagement que tu avais ressenti en sortant. Non, tu n’avais jamais été très spirituelle comme personne. Cependant, il était clair que la personne enterrée devant lui était une personne qui lui était chère. Tu aperçus les larmes couler sur ses joues. Tu savais que tu avais eu de la chance dans ta vie, tu n’avais perdu personne de cette manière. Sans vraiment réfléchir, tu t’approchais de lui et posais délicatement ta main sur son épaule. Tu lus le nom qui était inscrit sur la pierre tombale et vu les dates de naissance et de mort, c’était certainement le père du prêtre qui se tenait devant toi. « Je suis désolée. » Finis-tu par lui dire ne sachant pas réellement quelle posture adopter. Tu ne manquais pas de soulever l’ironie de la vie car alors que tes frères donneraient tout pour voir ton père six pieds sous terre, ce dernier vivrait certainement encore bien longtemps.


keep moving forward, stop looking back






Revenir en haut Aller en bas
avatar
le regard vers là-haut
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Bax
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Prêtre
LOGEMENT : Redcliffe

POSTS : 632 POINTS : 155

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Milena#2 - Hassan - Jane - Sana - Tess

RPs TERMINÉS : Andy -Milena - Leena - Evelyn - Ariane - 3e mi-temps- Selina - Evelyn #2 -
AVATAR : Boyd Holbrook
CRÉDITS : hedgekey
DC : Nino - Eva - Noa
INSCRIT LE : 26/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17367-nino-eva-noa-owen

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Lun 18 Juin - 10:40


Owen avait fini par s’enfermer dans une bulle, n’ayant plus que son père face à lui. Se rappelant les meilleurs souvenirs qu’il avait garder en lui. Il se forçait parfois à se mémorer les bons moments, il avait peur qu’un jour il finisse par ne plus y penser, incapable de se rappeler, de se souvenir. Pourtant, personne ne pouvait réellement oublier quelqu’un qu’il avait tant aimer. C’était simplement une crainte irrationnelle de la part du jeune prêtre. Ce souvenir marquant, celui du dernier point marqué par Owen, le point qui avait fait toute la différence. Il avait plaqué ce ballon au sol, transformé en essai. Il avait apporté la coupe à son équipe. Pourtant pas un trophée important, juste une petite coupe inter-Brisbane où tous les petits clubs de la ville avaient participé. Mais pour Owen et pour son père, c’est comme s’ils avaient gagné la coupe des six nations. Owen n’avait plus marqué de point depuis plusieurs matchs et il commençait même à perdre confiance en ses capacités de rugbyman, son père l’avait toujours soutenu. Il n’avait que six ans et il était impossible pour lui que son fils n’aie plus envie de jouer avec le ballon ovale. A ce moment, ces dernières secondes sur le terrain, tous étaient partis vaincu et Owen leur avait fait gagner cette finale. Soulevé à un mètre du sol par ses petits compagnon, mais soulevé à deux mètres du sol par son propre père qui avait traversé le terrain pour le féliciter. Owen y était encore, la légèreté de son poids plus à l’âge de six ans s’était emparé de lui et il se voyait presque flottant au-dessus du ciel, porté par son père. Il souriait doucement sous ses larmes qui coulaient sur ses joues.
Une main posée sur son épaule le fit redescendre aussitôt. Il se redressa, surpris par ce geste. Surpris simplement par la présence d’une autre personne ici et encore plus quand en réalité, il remarqua qu’il s’agissait de l’avocat Grimes. « Je suis désolée. » il passa une main sur ses joues pour sécher les larmes qu’il ne sentait plus couler et se frotta ensuite les mains. « merci… » répond-il sincèrement. Il n’avait pas ressenti en l’avocate le moindre sentiment hypocrite de sa part. « ça va faire dix ans qu’il a disparu… c’est toujours aussi difficile de venir ici… » commença-t-il à se confesser. Il se tourna vers la jeune femme, un cimetière comme lieu de rencontre n’était jamais vraiment l’endroit le plus approprié et le plus festif, malheureusement. « vous êtes venue voir quelqu’un qui vous est cher ? » osa-t-il demander, peut être un peu trop intrusif d’ailleurs.








Revenir en haut Aller en bas
avatar
la justicière du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans née un cinq décembre 1983.
SURNOM : milou quand on veut réellement l'embêter. mily de temps en temps. lena la plupart du temps.
STATUT : célibataire, adepte du proverbe "mieux vaut être seule que mal accompagnée".
MÉTIER : avocate en droit de la famille dans son propre cabinet nommé Grimes & Hartman qu'elle a ouvert avec une collègue en avril 2017.
LOGEMENT : spring hill, un loft numéroté 72 qu'elle habite seule.

POSTS : 1738 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien ● fait passer son travail et sa carrière avant tout autre chose ● voudrait être mère un jour ● est passionnée des danses de salon ● est très féminine et apprêtée ● a dû remonter la pente il y a deux ans et demie après une rupture médiatique et humiliante ● essaie de garder sa famille en un seul morceau, c'est plus difficile qu'il n'y paraît.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : owen#2adrianjames#3matteo#2mariuseloralouleonardo#4

RPs EN ATTENTE : lonnie#2 ● eva#4 ● cade#2 ● lucy ● douglas ● fox ● maïa ● dean ● cleo ● penny ●

RPs TERMINÉS : liviana#1alvaro#1seanelisabeth#1gauthier#1liviana#2elianeteam pizzamatteo#1liviana#3eva#1alvaro#2samueleliane#2théodoratommykaecygauthier#2leonardocorapriamoweneva#2james (fb)tonycora#2leonardo#2lonnie (fb)eva#3james#2matteocadepriam#2leonardo#3cora#3
PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : sophia bush.
CRÉDITS : mok (avatar), tumblr (gif)
DC : arthur & casey.
INSCRIT LE : 04/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13961-elles-sont-deroutantes-les-filles-aujourd-hui-milena http://www.30yearsstillyoung.com/t13975-foule-sentimentale-milena

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Sam 23 Juin - 18:01


Tu sais que tu fais parti des rares personnes sur cette terre qui ont vécu plus de trente années sans perdre un être cher. C’est presque un miracle car la vie est quelque chose de précieux qui se perd facilement. Des fois, tu aurais aimé que tes parents disparaissent pour que cette pression qu’ils exerçaient sur vous disparaisse. Mais ce n’était les pensées que d’une adolescente en crise et rien d’autre. Les cimetières n’étaient donc pas des endroits que tu avais l’habitude de fréquenter alors c’était toujours une expérience étrange pour toi de t’y rendre. Pour célébrer les un an de cet accident de train, venir sur les tombes de ceux qui n’avaient pas eu ta chance te semblait la moindre des choses. Oui, tu gardais cette cicatrice sur la jambe mais à cet instant elle te semblait un prix peu cher payé. C’est en déposant des fleurs sur les tombes des personnes décédées que tu avais aperçu un homme, seul, qui se recueillais sur une tombe. C’est en t’approchait, intriguée que tu l’avais reconnu. Il avait fait de ton procès un cauchemar et à la fin tu avais perdu. Tu le savais déjà quand tu étais venu le trouver dans son bureau à l’église mais entendre le jugement avait été comme une sentence. Le prêtre se trouvait sur cette tombe et à en juger par les inscriptions qui se trouvaient dessus, c’était son père qui était enterré là. Devant la détresse de cet homme, tu n’avais pu t’empêcher d’aller poser ta main sur son épaule d’un geste que tu espérais être réconfortant avant de lui dire que tu étais désolé. Personne ne méritait de perdre un parent, peu importe ce que tu pensais des gens d’église. Ce dernier sursauta à ton contact avant de se lever et d’essayer de sécher ses larmes. Tu avais envie de lui dire que ce n’était pas la peine, qu’il avait le droit de pleurer mais tu gardais le silence. C’est lui qui parla le premier en disant : « merci… ça va faire dix ans qu’il a disparu… c’est toujours aussi difficile de venir ici… » Tu hoches la tête. Dix ans … Certains disent que la douleur devient supportable mais peut-être que ce n’est pas le cas. Tu aimerais lui dire que tu comprends, que c’est normal mais la vérité c’est que tu n’en sais rien. Et puis il n’a pas besoin de paroles dans le vent alors tu préfères lui dire : « Je suis certaine qu’il apprécie le geste depuis le Paradis. » Tu n’étais pas vraiment croyante mais tu aimais penser que les gens que l’on perdait veillaient sur vous quoi qu’il arrive. Pour certains c’était effrayant, pour toi c’était rassurant. « vous êtes venue voir quelqu’un qui vous est cher ? » Tu te sentais soudain peu à ta place. Tu étais venue voir des inconnus, des gens que tu ne connaissais pas alors que d’autres souffraient de ces visites. Mais cela avait été important pour toi. « Non, pas vraiment. » Dis-tu avant d’ajouter : « Je ne sais pas si vous avez entendu parler d’un accident de train à cette période l’année dernière. Il y a eu plusieurs dizaines de morts et … J’étais dans le train. J’ai eu la chance de m’en sortir avec une cicatrice sur la jambe, je voulais venir me recueillir sur la tombe de ceux qui n’ont pas eu cette chance. » Dis-tu en haussant les épaules. C’est une manière aussi pour toi d’accepter ce qui s’est passé, d’en faire ton deuil en quelque sorte.


keep moving forward, stop looking back






Revenir en haut Aller en bas
avatar
le regard vers là-haut
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Bax
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Prêtre
LOGEMENT : Redcliffe

POSTS : 632 POINTS : 155

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Milena#2 - Hassan - Jane - Sana - Tess

RPs TERMINÉS : Andy -Milena - Leena - Evelyn - Ariane - 3e mi-temps- Selina - Evelyn #2 -
AVATAR : Boyd Holbrook
CRÉDITS : hedgekey
DC : Nino - Eva - Noa
INSCRIT LE : 26/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17367-nino-eva-noa-owen

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Jeu 12 Juil - 11:59


La dernière fois que le prêtre et l’avocate s’étaient vu, c’était à l’Eglise de Redcliff où elle s’était permise de lui rendre visite concernant un de ses clients. Depuis, il ne savait pas ce qu’avait donné la suite de ce procès, n’ayant pas réellement revu la mère de famille qui voulait la garde exclusive de ses enfants et un éloignement du père. Il savait cependant qu’elle était toujours en ville et qu’elle se portait bien. La propre mère de cette jeune femme se rendait toujours à l’Eglise et de temps en temps, elle donnait de ses nouvelles à Owen, sans rentrer forcément dans tous les détails. Mais la crainte de l’avocate de voir cette femme partir loin de Brisbane n’était donc pas fondée. Bref, là n’était pas le sujet. Il n’était pas question de défense, de travail de qui que ce soit. Owen était venu pour se recueillir sur la tombe de son père et il n’avait nullement envie de se battre qu’importe le sujet. Et il n’avait pas non plus l’impression que Grimes soit présente ici pour ça. Owen lui demande si elle est venu au cimetière pour rendre visite à un proche, quelqu’un qu’elle aurait perdu, de sa famille, un ami, peu importe… On vient rarement au cimetière juste pour une simple promenade. « Non, pas vraiment. Je ne sais pas si vous avez entendu parler d’un accident de train à cette période l’année dernière. Il y a eu plusieurs dizaines de morts et … J’étais dans le train. J’ai eu la chance de m’en sortir avec une cicatrice sur la jambe, je voulais venir me recueillir sur la tombe de ceux qui n’ont pas eu cette chance. » Ce fameux accident de train. Owen n’était pas encore revenu à Brisbane lorsqu’il avait eu lieu, il était encore stagiaire, si on peut dire ainsi, à Mackey, bien au nord de la ville. Il avait cependant entendu parler de cette tragique nouvelle aux informations. Il ignorait bien entendu que Milena Grimes s’y trouvait, il semblerait qu’elle soit une miraculée. « Je suis désolé d’apprendre une telle nouvelle… J’avais suivi les informations à l’époque, j’avais trouvé ça effroyable. » il n’avait pas en tête le nombre de victime mais la moindre vie était précieuse sur terre, chaque disparition était une tragédie pour le prêtre. « On peut dire que vous vous en êtes bien sortie oui… du moins, physiquement. J’imagine que vivre une telle expérience doit vous marquer pour toujours… les séquelles psychologiques ne sont pas moins importantes que les traces laissées sur un corps… » l’âme et l’enveloppe charnelles sont de pairs… Le prêtre passa ses mains sur son visage, le robinet de ses larmes s’était fermé à présent que la jeune femme était apparue, comme si personne ne devait le voir si fragile. Pour cette fois, c’était un peu tard. « je suis désolé que nous nous rencontrions à nouveau de cette façon… » autant dire que ce n’était pas l’endroit idéal pour une rencontre en effet.








Revenir en haut Aller en bas
avatar
la justicière du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans née un cinq décembre 1983.
SURNOM : milou quand on veut réellement l'embêter. mily de temps en temps. lena la plupart du temps.
STATUT : célibataire, adepte du proverbe "mieux vaut être seule que mal accompagnée".
MÉTIER : avocate en droit de la famille dans son propre cabinet nommé Grimes & Hartman qu'elle a ouvert avec une collègue en avril 2017.
LOGEMENT : spring hill, un loft numéroté 72 qu'elle habite seule.

POSTS : 1738 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien ● fait passer son travail et sa carrière avant tout autre chose ● voudrait être mère un jour ● est passionnée des danses de salon ● est très féminine et apprêtée ● a dû remonter la pente il y a deux ans et demie après une rupture médiatique et humiliante ● essaie de garder sa famille en un seul morceau, c'est plus difficile qu'il n'y paraît.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : owen#2adrianjames#3matteo#2mariuseloralouleonardo#4

RPs EN ATTENTE : lonnie#2 ● eva#4 ● cade#2 ● lucy ● douglas ● fox ● maïa ● dean ● cleo ● penny ●

RPs TERMINÉS : liviana#1alvaro#1seanelisabeth#1gauthier#1liviana#2elianeteam pizzamatteo#1liviana#3eva#1alvaro#2samueleliane#2théodoratommykaecygauthier#2leonardocorapriamoweneva#2james (fb)tonycora#2leonardo#2lonnie (fb)eva#3james#2matteocadepriam#2leonardo#3cora#3
PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : sophia bush.
CRÉDITS : mok (avatar), tumblr (gif)
DC : arthur & casey.
INSCRIT LE : 04/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13961-elles-sont-deroutantes-les-filles-aujourd-hui-milena http://www.30yearsstillyoung.com/t13975-foule-sentimentale-milena

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Dim 12 Aoû - 19:09


Croiser une tête connue lors de ce moment de recueillement dans le cimetière ne t’avait pas traversé l’esprit. Pourtant, tu te trouvais nez à nez avec le prêtre qui avait fait d’un de tes procès un enfer. Tu n’avais pas vraiment revu ton client depuis le jugement vu que ce dernier était dans un centre spécialisé pour se soigner, condition nécessaire pour qu’il revoie ses enfants. Après la colère, il avait semblé accepté la sentence sans mal et tu espérais qu’il pourra se racheter auprès de sa famille dans les mois et les années à venir. Mais une fois le jugement prononcé et les dernières formalités réglées, tu n’étais plus responsable de tes clients. La tombe devant laquelle se trouvait le prêtre Baxton était la tombe de son père très certainement vu les inscriptions qui se trouvaient dessus. Ton père allait certainement être amené à vivre une longue vie prospère alors qu’il mériterait un autre destin vu les magouilles dans lesquelles il devait tremper depuis des années. Tu avais beaucoup admiré ton père en grandissant, il avait été ton modèle professionnel mais tu avais perdu toutes tes illusions à son sujet très rapidement et tu savais aujourd’hui que derrière ses sourires se cachait un homme aux secrets nombreux et pas tous très recommandables. Si tu avais repris son cabinet, tu aurais tout fait pour changer cela mais la vie avait voulu que tu crées le tient à Brisbane, loin des magouilles politiciennes et médiatiques de New York et Washington. Tu lui confiais ta présence dans cet endroit qui était bien moins personnelle que la sienne mais qui pour toi était essentielle. « Je suis désolé d’apprendre une telle nouvelle… J’avais suivi les informations à l’époque, j’avais trouvé ça effroyable. On peut dire que vous vous en êtes bien sortie oui… du moins, physiquement. J’imagine que vivre une telle expérience doit vous marquer pour toujours… les séquelles psychologiques ne sont pas moins importantes que les traces laissées sur un corps… » Tu hoches la tête car il a raison. Même si les cauchemars sont moins nombreux, tu ne peux pas les faire disparaître complètement. Il t’arrive encore qu’un bruit te ramène dans ce train alors que tu te promènes dans la rue, il t’arrive encore de voir pendre dans le vide un morceau de ce train et de voir les corps dispersés … Tu avais eu de la chance, tu en avais pleinement conscience. « Le plus dur est passé mais je garderai toujours une cicatrice, autant physique que psychologique. » Lui répondis-tu avec un maigre sourire. Tu avais accepté cela, il n’y avait rien que tu pouvais y faire à part apprendre à avancer et pas te morfondre de la situation. « je suis désolé que nous nous rencontrions à nouveau de cette façon… » Ce n’était pas de sa faute, c’était le hasard. Mais peut-être qu’il valait mieux que vous vous retrouviez ici, dans ce lieu où vos différents n’avaient finalement plus grande importance. « Vous n’y pouvez rien, c’est le hasard. » Lui dis-tu en haussant les épaules. Tu n’étais pas toujours vindicative, à chercher le conflit comme tu avais pu l’être lors de votre dernière rencontre. « Si vous préférez être seul, je peux vous laisser sinon je peux vous offrir un café ? » Lui proposas-tu avant d’ajouter : « Nous ne sommes pas vraiment partis sur de bonnes bases la dernière fois. » C’était le moins que l’on puisse dire …


keep moving forward, stop looking back






Revenir en haut Aller en bas
avatar
le regard vers là-haut
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Bax
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Prêtre
LOGEMENT : Redcliffe

POSTS : 632 POINTS : 155

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Milena#2 - Hassan - Jane - Sana - Tess

RPs TERMINÉS : Andy -Milena - Leena - Evelyn - Ariane - 3e mi-temps- Selina - Evelyn #2 -
AVATAR : Boyd Holbrook
CRÉDITS : hedgekey
DC : Nino - Eva - Noa
INSCRIT LE : 26/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17367-nino-eva-noa-owen

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Lun 13 Aoû - 21:50


 Une chose dont on ne pense pas forcément lorsqu’on a jamais été témoin d’un tel drame, c’est que les victimes voyaient des images que personne n’était censé voir. Si l’événement était médiatisé, on pouvait voir à la télé les victimes dans une certains censure mais ca ne faisait que des images en plus. En plus de ce qu’on voyait dans les films, dans les documentaires, comme si ca ne restait que de la fiction. Mais ceux qui en sont témoins, les victimes qui s’en sortent gardent, pour elle, il ne s’agit plus de fiction, tout prend sens, tout deviens réelle. Personne n’y est jamais préparé. Personne n’est censé voir ça. Owen était allé au Mali, il était venu en aide à aux catholiques qui était persécuté, étant une minorité religieuse. Il avait été témoin de crimes, vu des personnes mourir sous ses yeux. C’était sans doute les semaines les plus difficiles pour lui et en même temps les plus enrichissantes. Mais sa chance était qu’il n’avait jamais failli y laisser sa vie. « Le plus dur est passé mais je garderai toujours une cicatrice, autant physique que psychologique. » il imaginait bien le genre de séquelles qu’elle pouvait avoir eu par la suite. « Je vous souhaite d’aller mieux, en tout cas. » il ne se permettait pas de se montrer trop curieux. Il estimait que vu leurs précédents échanges et les conditions dans lesquelles ils s’étaient rencontrés n’étaient pas opportunes à se montrer plus intéressé. Ca pouvait aussi être assimilé à du voyeurisme. Il pensait que c’était quelques choses d’assez intime et privé pour ne pas être partagé au premier venu qui poserait des questions. La presse avait sans doute déjà fait le taf l’année passée.
Le prêtre s’excusa des circonstances dans lesquels ils se croisaient à nouveau et comme le précisa la jeune avocate, ce n’était que le hasard. Peut être que ce fameux hasard faisait bien les choses. Ce lieu solennel adoucissait sans doute les sentiments liés à leur dernière rencontre. Miss Grimes s’était montrée assez tranchée presque agressive, prête à tout pour gagner son procès ou limiter les pots cassés avec son client. Mais le métier l’obligeait sans doute, jouer au bluff, faire peur aux témoins, les intimidés, Owen n’était pas très au fait avec ces manières de faire mais il pouvait comprendre. « Si vous préférez être seul, je peux vous laisser sinon je peux vous offrir un café ? Nous ne sommes pas vraiment partis sur de bonnes bases la dernière fois.» il se montra bien surpris par cette proposition et après tout, pourquoi refuser ? « J’allais finir… » Il jeta un œil sur la tombe de son père et lui adressa une dernière pensée avant de tourner les talons. « Par contre, laissez-moi vous l’offrir. » il lui adressa un sourire et se mis en marche. « Vous êtes en voiture ? » il ignorait où elle comptait aller prendre ce café ensuite mais le coin n’était pas réputé pour être très dynamique. « si vous me suivez, à moins de dix minutes d’ici, il y a une petite cabane qui fait sans doute les meilleurs cafés de Bribane. » une sorte de café en plein air avec une terrasse au mobilier fait de palette, en mode récupération. « Ou vous montez avec moi et je vous dépose ensuite. Ce sera sans doute plus simple pour se garer ensuite. »








Revenir en haut Aller en bas
avatar
la justicière du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans née un cinq décembre 1983.
SURNOM : milou quand on veut réellement l'embêter. mily de temps en temps. lena la plupart du temps.
STATUT : célibataire, adepte du proverbe "mieux vaut être seule que mal accompagnée".
MÉTIER : avocate en droit de la famille dans son propre cabinet nommé Grimes & Hartman qu'elle a ouvert avec une collègue en avril 2017.
LOGEMENT : spring hill, un loft numéroté 72 qu'elle habite seule.

POSTS : 1738 POINTS : 460

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien ● fait passer son travail et sa carrière avant tout autre chose ● voudrait être mère un jour ● est passionnée des danses de salon ● est très féminine et apprêtée ● a dû remonter la pente il y a deux ans et demie après une rupture médiatique et humiliante ● essaie de garder sa famille en un seul morceau, c'est plus difficile qu'il n'y paraît.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : owen#2adrianjames#3matteo#2mariuseloralouleonardo#4

RPs EN ATTENTE : lonnie#2 ● eva#4 ● cade#2 ● lucy ● douglas ● fox ● maïa ● dean ● cleo ● penny ●

RPs TERMINÉS : liviana#1alvaro#1seanelisabeth#1gauthier#1liviana#2elianeteam pizzamatteo#1liviana#3eva#1alvaro#2samueleliane#2théodoratommykaecygauthier#2leonardocorapriamoweneva#2james (fb)tonycora#2leonardo#2lonnie (fb)eva#3james#2matteocadepriam#2leonardo#3cora#3
PSEUDO : mollywobbles.
AVATAR : sophia bush.
CRÉDITS : mok (avatar), tumblr (gif)
DC : arthur & casey.
INSCRIT LE : 04/03/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13961-elles-sont-deroutantes-les-filles-aujourd-hui-milena http://www.30yearsstillyoung.com/t13975-foule-sentimentale-milena

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Jeu 6 Sep - 8:52


Au fil des mois, parler de ton accident de train était devenu une tâche que tu arrivais à éviter. Une fois que tu étais retournée au travail puis que tu avais perdu les béquilles, les personnes t’entourant avaient fini par oublier. Cela avait été un soulagement pour toi car tu n’avais pas eu envie de revivre cet accident encore et encore alors que chaque personne que tu croisais te demandait si ce n’était pas trop dur de s’en remettre, à tous les niveaux. Cela faisait plus d’un an que l’accident avait eu lieu et pourtant, des fois, tu avais l’impression que c’était hier. Les cauchemars étaient revenus dernièrement mais ils finiront par repartir. Ils viennent et repartent comme des vagues sans que tu ne comprennes trop pourquoi. Et alors que tu trouves cet homme devant la tombe de son père mort depuis dix ans, tu te sens bien bête de venir déposer des fleurs sur un monument et sur les tombes d’anonymes que tu ne connais et ne connaitras jamais. Le prêtre en face de toi semble compréhensif cependant et ne te pose pas trop de questions. Il ne cherche pas à te pousser dans tes retranchements et tu apprécies beaucoup le geste. « Je vous souhaite d’aller mieux, en tout cas. » Tu hoches la tête en guise de remerciement. Tu ne vois pas l’intérêt d’en dire plus surtout quand tu préfères éviter le sujet. Tu profites donc du fait que l’homme en face de toi ne se montre pas trop curieux pour ne pas le relancer dessus. Mais le silence s’installe ensuite entre vous et tu décides de prendre ton courage à deux mains et de lui proposer d’aller boire un café pour discuter s’il avait envie d’une distraction. Tu avais bien conscience que le prêtre ne devait pas avoir une très haute opinion de toi mais tu espérais pouvoir lui montrer que tu n’étais pas aussi terrible que ce qu’il avait eu l’occasion de voir au tribunal et dans son bureau. En réalité tu n’étais pas du tout comme cela même s’il fallait avouer que tu n’étais pas une personne très religieuse et que tu avais du mal à accepter que les représentants de Dieu, quelle religion qu’ils soient, aient autant de poids dans la vie civile. Mais c’était un autre débat et l’homme en face de toi n’y pouvait rien. « J’allais finir… » Tu le laissais dire au revoir à son père sans rien dire, te détournant légèrement de lui puis il se leva et te dit : « Par contre, laissez-moi vous l’offrir. » Tu levais un sourcil à ces paroles. Non, il n’allait pas t’offrir un café. Pas parce que tu avais quoi que ce soit contre un brin de galanterie mais plus parce que c’était toi qui le lui devais. Tu avais voulu gagner ton procès, tu avais voulu que ton client ait quelque chose et tu avais échoué. Et même si tu as déjà échoué dans le passé, tu détestes ça. « C’est à moi de vous l’offrir, je vous dois bien ça. » Lui dis-tu alors que vous marchiez vers la sortie du cimetière. « Vous êtes en voiture ? si vous me suivez, à moins de dix minutes d’ici, il y a une petite cabane qui fait sans doute les meilleurs cafés de Bribane. Ou vous montez avec moi et je vous dépose ensuite. Ce sera sans doute plus simple pour se garer ensuite. » Un sourire se dessine sur ton visage alors que tu passes le portail du cimetière. « Je suis en voiture. » Lui dis-tu en lui montrant ton véhicule garé quelques mètres plus loin. « Cela ne me dérange pas de monter avec vous mais seulement si vous avez une voiture. Je ne monte pas sur les engins à deux roues. » Dis-tu fermement. Tu n’avais jamais aimé ça et cela n’allait pas commencer maintenant.


keep moving forward, stop looking back






Revenir en haut Aller en bas
avatar
le regard vers là-haut
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans
SURNOM : Bax
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Prêtre
LOGEMENT : Redcliffe

POSTS : 632 POINTS : 155

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Milena#2 - Hassan - Jane - Sana - Tess

RPs TERMINÉS : Andy -Milena - Leena - Evelyn - Ariane - 3e mi-temps- Selina - Evelyn #2 -
AVATAR : Boyd Holbrook
CRÉDITS : hedgekey
DC : Nino - Eva - Noa
INSCRIT LE : 26/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17367-nino-eva-noa-owen

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    Lun 10 Sep - 22:49


« Je vous souhaite d’aller mieux, en tout cas. » Il y avait des hauts et des bas pour Owen, comme pour tout le monde. Etre prêtre ne l’immunisait pas contre la douleur, contre quelques moments de faiblesse. Même si c’est cette foi qui l’avait aidé à s’en sortir, ce n’était pas non plus la solution miracle à tout. Owen était souvent vu comme quelqu’un de fort mais ceux qui le connaissaient vraiment savaient à quel point il pouvait être fragile, il l’avait déjà prouvé et pas qu’un peu… Il s’efforçait de toujours garder la tête haute, toujours sourire, toujours le petit mot qui va bien… pour les autres. Pour lui, c’est à chaque fois un peu plus compliqué. « Je vous remercie. » Il s’entretenait une dernière fois avec son père et pouvait se donner totalement à Milena. Elle estimait que c’était à elle de payer le café, qu’elle lui devait bien ça. Owen ne compris pas vraiment en quoi elle était plus légitime que lui. Il ne se souvenait pas avoir été victime de quoi que ce soit venant d’elle, sauf si elle parlait de la dernière fois qu’ils s’était vu. Première et dernière fois d’ailleurs. « Vous êtes une excellente professionnelle, je crois. Mais laissez votre robe d’avocate pour aujourd’hui, vous ne me devez rien du tout. » Ils quittèrent le cimetière ensemble pour s’arrêter à côté de voitures garée. Quand Owen lui proposa de venir avec lui pour aller boire ce café. « Je suis en voiture. Cela ne me dérange pas de monter avec vous mais seulement si vous avez une voiture. Je ne monte pas sur les engins à deux roues. » Pas de moto pour Owen aujourd’hui, il avait pris sa vieille bécane de collection qu’il aimait plus que tout. « Je suis en voiture aussi. J’ai une moto mais à vrai dire, je la sors très rarement et plutôt en été… donc, pas de panique ! » Il montra du doigt sa voiture. « Je vous en prie. » il ouvrit la portière en glissant la clé dans la serrure, pas d’ouverture à distance avec cette voiture ancienne. Il grimpa à l’interieur et attendit que la brune s’installe à ses côtés. « elle est pas toute jeune, mais elle roule très bien. » pas de là à traverser l’Australie, mais c’était bien suffisant pour se promener à Brisbane et ses environs. « elle appartenait à mon père. » d’où cet attachement particulier. « Je suis pas un grand connaissrut ni un grand fan de voiture de collection, mais celle-ci a une valeur sentimentale ! » elle l’aurait surement compris. Le prêtre démarra la voiture et se dirigea vers la cabane dont il avait parlé plus tôt. « Moi c’est Owen, au fait, enfin, vous le savez sans doute… mais on va dire qu’officiellement, vous pouvez m’appeler comme ça ! » il se doutait qu’en tant que témoin clé de l’affaire qu’elle défendait, elle devait avoir eu vent de son prénom. « et vous ? » se permit-il de demander. Autant faire des présentations en bonne et due forme. « Je ne vous connais que sous le nom de Maitre Grimes. »








Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena    


Revenir en haut Aller en bas
 

la douleur ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec - Milena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: toowong cemetery
-