AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Wild World ~ Wonnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
la bombe à retardement
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (9.9.1994)
SURNOM : Wolf, Clem
STATUT : célibataire
MÉTIER : danseur et comédien dans la Northlight company

POSTS : 4468 POINTS : 1005

PETIT PLUS : Je fais parti des survivants du Tsunami qui a touché la Thaïlande en 2004. Nous étions, avec mes parents et mon frère, parti là-bas car nous voulions changer de notre traditionnel Noël en Nouvelle Zélande. Jamais nous n'aurions dû changer nos habitudes. La première vague nous a séparée : mon père et mon frère d'un côté, ma mère et moi de l'autre. S'en est suivi tout un mois de recherche, de désespoir, de galère, d'espoir, de douleur pour finalement nous retrouver fin janvier 2005. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je m'en suis sorti seulement avec quelques égratignures et une fracture
RPs EN COURS : Robin #1
Wonnie #10
Gabriel #2
Wendy #2
Sybbie #1
Kyte
Paul #2
Paul #3
Allan #2

PSEUDO : sundae
AVATAR : Tom Holland
CRÉDITS : avatar @valtersen, UB @Loonywaltz, Gif @Tumblr
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 06/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16743-standing-on-the-ledge-i-show-the-wind-how-to-fly-clement#top http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t16757-clement-winchester http://www.30yearsstillyoung.com/t16801-clement-winchester

MessageSujet: Re: Wild World ~ Wonnie   Sam 8 Sep - 14:54


J’avais besoin de m’éloigné un peu, retrouver un peu le calme à l’extérieur du campement. Assit sur une souche d’arbre, contemplant le soleil qui se lève et inonde la pleine d’une douce lumière, réchauffant l’air frais de cette fin de nuit, je parviens à recentrer mon esprit. Ce cauchemar, bien que paraissant extrêmement réel, n’est pas réel. Il ne sera jamais réel. Je ne pense pas qu’on puisse rencontrer deux Tsunami dans sa vie. Ou du moins survivre à deux vagues de la sorte. La prochaine fois je ne serais sans doute plus là pour parler de traumatisme ou avoir de tels cauchemars. Et puis Ambroise ne risque pas de mourir de ci tôt, non ? Je pousse un lourd soupire et me passe les mains sur le visage et dans les cheveux, alors qu’un bruit attire mon attention. Celui des fermetures éclaires des tentes qui se dézippent et les murmures des gens qui commencent à se rependre dans le campement.

Je reste encore plusieurs minutes sur ma souche avant de finir par le lever. M’étirant un bon coup, prenant une profonde inspiration pour reprendre le total contrôle sur mes pensées, je retourne vers les cendres du feu de camps, attrapant un café et des tartines au passage. Apercevant Ambroise, je m’installe à ses côtés et, après quelques instants de silence, le temps de prendre quelques gorgé de mon café, je lui demande s’il a bien dormit. C’est avec un sourire qu’il me répond avoir parfaitement dormi comme un bébé et je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe de jalousie. Personne ne sait tout ce que je donnerais pour pouvoir dormir une nuit entière sans être réveillés par des cauchemars ou simplement être allongé, là, sous l’emprise d’insomnies. Mais je ne dis rien de tel, étant donné que ce n’est pas la faute de quiconque que je ne puisse pas dormir correctement et hoche doucement la tête «C’est super » dis-je avec un sourire sincère « Au moins tu vas pouvoir survivre à cette journée de marche» je rigole légèrement et hausse les épaules « Si je me rappelle bien, aujourd’hui ça va être cool avec seulement une petite quinzaine de kilomètres, mais demain ça va être chaud. Autant au niveau de la température qu’au niveau physique de la marche. Il me semble que Caleb a dit qu’on fera bien trente kilomètres et... » je lance un coup d’œil espiègle à Ambroise « Donc ne comptes pas sur moi pour t’entrainer sur du ABBA ce soir» le prévenais-je en souriant. Je ne vais sans doute pas résister à danser de nouveau un peu, mais je ne pense pas faire long feu cette nuit.

Ambroise fini tout de même par poser la question que je redoutais un peu : où étais-je passé ? Je ravale mon malaise avec une longue gorgé de mon café et hausse les épaules «J’arrivais plus à dormir donc j’ai décidé de faire un petit tour en vers la forêt » dis-je en désignant le chemin que j’ai suivi « J’ai trouvé un super spot pour observer le levé de soleil. C’était très agréable» expliquais-je en mordant dans ma tartine et décide de ne pas parler de mon cauchemar. Du moins pas encore, pas tout de suite. Peut-être que l’occasion se présentera en chemin ? Comme me l’a dit Sybbie, parler de telles choses ne pourrait que me faire le plus grand bien.

Après une bonne vingtaine de minutes à discuter de sujets légers, nous décidons de finalement nous atteler au pliage de la tente et sac de couchage. Ça nous prend bien moins de temps que ce que nous avions imaginé à la base et j’offre même mon aide aux autres qui galèrent bien plus que nous. Et après 10 minutes, les tentes et sac de couchages sont dans la remorque de la voiture de service et tout le monde est fin prêt pour repartir. Caleb nous donne quelques explications sur le chemin et nous nous mettons en route. Très rapidement, Ambroise et moi reprenons nos positions de dernier du groupe afin de pouvoir discuter en toute tranquillité sans être gêner par d’autre gens.



I AM AN APOSTROPHY
© FRIMELDA


:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 23 ans. 19071995 ♋
SURNOM : Bonnie, Bibi, Ambre...
STATUT : Freedom.
MÉTIER : Etudiant ; master en physique, spé. astrophysique.
LOGEMENT : #360 Fortitude Valley ; avec sa soeur depuis 2014. (Et Clément en plus depuis nov. 2017.)

POSTS : 1220 POINTS : 335

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : "Androgyne", ne s'offensera pas du pronom 'elle', et s'amusera si son côté queer vous dérange ; affamé, il est irritable, caféïné, il est insupportable ; déteste les gens qui mangent la bouche ouverte ; nullement du matin, très efficace le soir venu ; chanteur correct, bon danseur, adore la musique des 80s ; la tête dans les étoiles depuis tout petit, un vrai passionné d'astronomie ; fusionnel avec sa jumelle Sybille ; bonbons, pâtisseries, sodas... il fonctionne au sucre ; accent écossais mêlé à l'australien, la faute à son éducation.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

α Twins are two bodies that dance to each other’s joy. Two minds that drown in each other’s despair. Two spirits that fly with each other’s love. Twins are two separate beings conjoined at the heart.❞ ☿


β The universe only makes sense when we have someone to share our feelings with.❞ ♇


Ω My spirit is healthy, yes. But I tell you, my flesh is healthy too. I am enlightened and free, but I am also lustful and carnal.❞ ♅

RPs EN ATTENTE : connor ; kyte ; naphanaël
PSEUDO : Aslak.
AVATAR : Fionn Whitehead.
CRÉDITS : aslak (avatar + sign)
DC : Myrddin.
INSCRIT LE : 16/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16871-ambroise-hold-fast http://www.30yearsstillyoung.com/t16924-hey-sky-take-off-your-hat-i-m-on-my-way http://www.30yearsstillyoung.com/t16925-ambroise-macleod http://www.30yearsstillyoung.com/t16926-ambroise-macleod

MessageSujet: Re: Wild World ~ Wonnie   Ven 14 Sep - 11:47





Wild world.
Clément & Ambroise


Ambroise a particulièrement bien dormi cette dernière heure, mais évidemment le réveil est compliqué. Il tient à ces précieuses minutes avant qu’on ne lui adresse la parole, et l’expression de son visage suffit à tenir éloignée toute personne trop enthousiasme. Bien qu’avec ses cheveux encore ébouriffés et son air un peu juvénile, on pourrait ne pas le prendre au sérieux, son regard est là pour remédier à ça. On est loin de la bulle d’éveil qu’il apprécie, de l’espace cotonneux à la sortie du lit. Il n’est pas question de ça aujourd’hui, et il se met un peu à l’écart pour prendre son petit déjeuner, cherchant le calme. Ce dernier n’est troublé que par Clément, qui le rejoint plus tard avec ses propres tartines. Les réponses de Bonnie sont courtes et vont droit au but, comme ses questions. Clément a un peu plus envie d’élaborer, pointant comme une bonne chose le fait qu’il ait pu bien dormir car il pourra ainsi survivre à la journée de marche. L’australien ne peut qu’acquiescer. Si aujourd’hui encore, ça sera tranquille, demain devrait s’avérer compliqué avec au moins trente kilomètres de marches. Un sourire à l’évocation de la soirée d’hier, qui ne leur a pas permis de se reposer entièrement à danser comme des fous.

« Rien qu’à l’idée j’ai pas non plus envie de me défouler avec de la danse. Et je pense que j’aurais même pas la foi pour du ABBA après trente kilomètres de marche tu sais... » répliqua-t-il en riant légèrement. « Donc tu vas être tranquille à ce niveau-là », ajouta-t-il d’un ton espiègle, connaissant les goûts de son meilleur ami et son dégoût habituel pour le groupe suédois. Lorsqu’il est question du sommeil de Clément, les choses se corsent un peu et Bonnie croit deviner une sorte de malaise ; il connaît trop son ami pour passer entièrement à côté. Ne pouvant plus dormir après s’être réveillé, Clément a simplement fait un tour dans la forêt, et a été témoin du lever du soleil. Ambroise hoche la tête, terminant de manger tout en écoutant. Il ne soupçonne pas clairement qu’il y a autre chose, puisque la première partie de la nuit Clément a réussi à s’endormir, c’est qu’il n’y a pas encore à trop se soucier d’insomnies comme à l’appartement, où Ambroise en véritable oiseau de nuit entend souvent le néo-zélandais à des heures très tardives.

Ils discutent ensuite de sujets communs, tout en finissant de déjeuner et en se motivant pour plier le camp. Ce qui est relativement rapide contre toute attente, puisqu’ils arrivent à accorder leurs efforts de manière efficace. Et ils ne sont pas en retard. Tout est remballé et placé dans la voiture de service. A l’heure prévue passée d’à peine cinq minutes, le groupe est fin prêt à partir et écoute les dernières explications de Caleb. Très rapidement ils se mettent en route, et les deux amis se retrouvent en fin de cortège, reprenant une conversation et sautant de l’une à l’autre naturellement, avec quelques pauses et silences lorsque cela devient un peu difficile. Bonnie a une certaine forme physique grâce à la pratique du surf, mais l’endurance est loin d’être une de ses qualités, aussi essaye-t-il de minimiser ses efforts et d’avancer à son rythme. Qui n’est pas aussi mauvais qu’imaginer. Une femme, la quarantaine sûrement, a plus de mal que lui, comme certains autres qui, à la fin de la matinée, sont bien contents de la pause de midi. Ce n’est cependant pas une rando de pro, et le groupe trouve un rythme de croisière acceptable et pas trop épuisant pour les plus lents.

Rien d’extraordinaire ne se produit pour la première partie de la journée, et c’est au milieu de l’après-midi qu’Ambroise décide de parler. Sentant que l’atmosphère est bonne, et le moment propice. « Sybbie m’a raconté que vous aviez discuté une nuit où t’arrivais pas à dormir », commence-t-il en gardant ce ton de la discussion, calme, presque léger. « Ça t’arrive souvent les cauchemars ces temps-ci ? » Il ne dit pas explicitement ce qu’elle lui a raconté, et il suppose qu’il est à peu près au courant de tout, mais Clément est tout à fait au courant que les jumeaux n’ont aucun secret et discutent de tout. De tout. « Et tu sais, faut pas t’inquiéter, c’est pas une grosse embrouille ou une dispute qui mettra un terme à notre amitié du jour en lendemain, t’es bien trop catégorique à ce sujet..» précise-t-il avec un léger sourire. En espérant que Clément se confie à lui tout de même, ça sert à sa les meilleurs amis.


Emi Burton


and then the earth, the world, the planet, the galaxy,
and the entire solar system went crazy


:prof: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la bombe à retardement
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (9.9.1994)
SURNOM : Wolf, Clem
STATUT : célibataire
MÉTIER : danseur et comédien dans la Northlight company

POSTS : 4468 POINTS : 1005

PETIT PLUS : Je fais parti des survivants du Tsunami qui a touché la Thaïlande en 2004. Nous étions, avec mes parents et mon frère, parti là-bas car nous voulions changer de notre traditionnel Noël en Nouvelle Zélande. Jamais nous n'aurions dû changer nos habitudes. La première vague nous a séparée : mon père et mon frère d'un côté, ma mère et moi de l'autre. S'en est suivi tout un mois de recherche, de désespoir, de galère, d'espoir, de douleur pour finalement nous retrouver fin janvier 2005. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je m'en suis sorti seulement avec quelques égratignures et une fracture
RPs EN COURS : Robin #1
Wonnie #10
Gabriel #2
Wendy #2
Sybbie #1
Kyte
Paul #2
Paul #3
Allan #2

PSEUDO : sundae
AVATAR : Tom Holland
CRÉDITS : avatar @valtersen, UB @Loonywaltz, Gif @Tumblr
DC : Thomas & Nathan
INSCRIT LE : 06/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16743-standing-on-the-ledge-i-show-the-wind-how-to-fly-clement#top http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t16757-clement-winchester http://www.30yearsstillyoung.com/t16801-clement-winchester

MessageSujet: Re: Wild World ~ Wonnie   Lun 17 Sep - 22:12


Comme chaque matin, les réponses d’Ambroise à mes questions sont courtes, claires et précise. J’ai apprit avec le temps qu’il ne semble que froid et qu’en vrai c’est sa juste sa façon à lui pour nous montrer qu’il n’est pas encore totalement réveillé. Et puis de toute manière il n’aime pas parler pour ne rien dire, ne paraphrase jamais et va toujours droit au but. Même si j’ai eu un peu de mal dans un premier temps avec ce côté un peu trop direct, je trouve ce côté de son caractère très agréable, étant donné qu’on sait tout de suite sur quel pied danser et nous ne sommes jamais réellement prit au dépourvu lorsqu’on lui pose une question. Aujourd’hui ne fait donc pas exception, mais je décide toutefois d’élaborer un peu plus ma réponse. Sûrement un moyen personnel pour essayer de penser à autre chose.

Et au final mon commentaire, concernant mon refus de recommencer à me déchaîner sur du ABBA ce soir, à au moins le mérite de dérider mon jeune ami qui me confirme que je serais bien tranquille aujourd’hui. «Ah ! Merveilleux » souriais-je à mon tour, amusé «Ecouter du ABBA deux soirs de suite ça ne passera pas » ne pouvais-je m’empêcher de préciser, gardant toutefois un sourire en coin. Ambroise me connait, il sait que je déteste ce groupe et à quel point je dois me faire violence pour essayer de supporter ne serait-ce qu’un peu leur chanson. Ainsi donc, souriant, je continue à manger puis lui explique furtivement et sans rentrer dans les détails qu’au petit matin j’ai été faire un tour dans la forêt pour observer le lever de soleil, taisant les réelles raisons qui m’ont poussé à y aller. Ambroise, me connaissant parfaitement et sachant que me brusquer est la meilleure manière pour me braquer, décide de ne pas poser d’avantage de questions et nous finissons notre petit déjeuner en silence.

Après quelques minutes, lorsqu’il est temps de plier bagage, nous décidons de nous lever, rongeons nos sacs, plions nos sacs de couchage et notre tente puis chargeons le tout dans la voiture de service. C’est avec seulement cinq petites minutes de retard sur notre planning, que nous nous mettons en route, Ambroise et moi prenons la dernière place du cortège et laissant nos discussions aller bon train. Plusieurs sujets sont abordé, allant des plus philosophique aux plus banals, entre coupés toutefois par quelques silences lorsque le souffle nous manque à cause de brusques efforts physiques ou quand le terrain requiert notre totale attention. Le repas de midi arrive à point nommé et après bien deux heures de repos nous reprenons notre ascension.

Encore une fois, nos discussions vont bon train. Mais, après un temps de silence, Ambroise saute sur l’occasion pour me poser des questions sur mon réveil bien matinal d’aujourd’hui. De façon détournée, il souhaite savoir ce qui s’est passé, étant donné que Sybbie n’a pas gardé secret mes confessions nocturnes d’il y a deux nuits avant le départ du trek. C’est dans un soupire que je maudis, pendant une fraction de seconde, la jumelle de ne pas avoir tenu sa langue avant de me dire que c’est logique qu’elle en parle à Ambroise. Ils n’ont aucun secret l’un envers l’autre. Mais j’avoue que la discussion que j’ai eue avec Sybille faisait parti de ces choses que j’aurais préféré qui restent entre elle et moi. Je ne voulais pas inclure son frère dans cette histoire, mais j’aurais dû le précisé clairement. Et encore, pas sûr qu’elle gardé son silence face à Ambroise.

Lorsque ce dernier tente de me rassurer que ce n’est pas à cause d’une dispute –bien que, certes, violente- que notre amitié volera en éclat, je sens mon cœurs se serrer. Ce n’est pas forcément l’impression qu’il me donne, mais je décide de ne rien dire dans ce sens là et hoche simplement la tête avec un sourire, reconnaissant d’avoir eu cette précision de sa part « Pour ce qui est des cauchemars …oui» avouais-je en baissant le regard sur le chemin « ça doit faire à peu près un mois que j’ai régulièrement des insomnies, toutes les nuits de cette dernière semaine» expliquais-je «Je revis encore et toujours le moment de l’impacte du Tsunami. Ça c’est la base. Mais le cauchemar se décline en plusieurs versions différentes. Parfois je me noie, parfois je survis, parfois c’est Moana qui meurt, alors qu’on ne l’avait pas encore à l’époque, parfois je me retrouve juste à errer à tout jamais seul en Thaïlande » je prend une profonde inspiration «Cette nuit c’était toi qui mourrait dans mon rêve » soufflais-je, la gorge serrée. «Alors oui je sais que ce n’est qu’un rêve, que ça n’arrive pas vraiment, mais les images sont toujours tellement claires et lucides que j’ai vraiment du mal à me dire que ce n’est qu’un rêve et non la réalité »

Je prends une profonde inspiration et enfoui mes mains dans mes poches afin de cacher les tremblements dont elles commencent à être victime. «et t’as raison, faut vraiment que je me calme en ce qui nous concerne nous deux » grimaçais-je « On s’est expliqué, on a tout mit à plat mais je …sais pas pourquoi j’arrive pas à me détendre. C’est totalement idiot et … enfin, bref. Désolé de t’infliger ça, j’vais faire un effort. Promis» en temps général je suis un homme de parole, mais est-ce encore le cas aujourd’hui ? Ou n’est-ce que des paroles en l’air ? J’aimerais me persuadé que je suis bel et bien sincère quand je dis ça mais je n’ai pas non plus envie de m’avancer trop rapidement sur un terrai qui, je sais, est glissant.



I AM AN APOSTROPHY
© FRIMELDA


:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Wild World ~ Wonnie   


Revenir en haut Aller en bas
 

Wild World ~ Wonnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-