AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 #405 to wish impossible thing (dean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 25 Juil - 21:55


to wish impossible thing
dean & cora


Revenir en Australie n’avait pas été une décision facile. Elle avait la paix à laquelle elle aspirait aux Etats-Unis et rien ne l’attendait dans son pays natal hormis un bordel sans nom qu’elle n’était pas capable de gérer bien qu’elle en soi l’entière responsable. C’était lâche de sa part d’appréhender autant le retour à la maison et de repousser à une date indéfini, laissant ainsi ses proches dans l’attente d’un retour non-annoncé. Elle le savait que dans tout ça, elle ne montrait pas le meilleur d’elle-même et qu’elle restait loin de cette image de femme forte qu’elle s’était construite avec les années et elle en avait honte d’un côté, mais de l’autre c’était aussi le dernier de ses soucis. Il y’avait un lâché prise total chez la star qui n’était devenue que l’ombre d’elle-même depuis qu’elle avait décidé de résoudre son affaire à l’amiable et de faire un pas en arrière, laissant son fils à sa famille adoptive et faisant une croix définitive sur tous les projets qu’elle avait fomenté – volontairement et malgré elle parce que Milena lui avait demandé de ne pas avoir trop d’attente. Cora était une personne raisonnable et la petite voix dans sa tête n’arrêtait pas de lui répéter qu’il était naturel pour un enfant qui n’avait pas entendu parler d’elle avant il y’a six mois de n’avoir aucun intérêt en elle mais que ce soit logique n’adoucissait pas la situation. C’était là la fin de douze années de recherche et la conclusion injuste de la plus grande injustice. Le défi de sa vie allait être de trouver une manière de se relever de ce coup dur et d’avancer dans la vie en faisant un deuil qu’elle aurait dû faire il y’a des années. Tourner la page, au final, c’est toujours la même chose dont il est question.

Elle avait sûrement pleuré toutes les larmes de son corps à la fin du procès. Elle avait aussi rattrapé tout le sommeil qu’elle avait mis de côté pendant longtemps afin d’en ressortir le plus reposée. Son téléphone était resté éteint et son attention avait été portée très très loin de tout média ou appareil capable de lui transmettre la moindre information. Cora s’était coupée du monde afin de trouver la meilleure façon de gérer la situation qu’elle vivait et la solitude lui avait permis de se recentrer, de voir ses erreurs, de créer de nouveaux projets, d’apprendre à connaitre la nouvelle-elle, celle qui se sort grandit de tout ça. Et après d’intense réflexion, elle avait préparé son retour à Brisbane.  Retour qui était un peu forcé par le fait que si elle n’avait pas récupérer la garde de son fils, il restait toujours le procès de sa mère pour la séparation forcée.

C’était armée de ce courage qui vous donne l’impression que vos jambes vont céder à tout moment sous le poids de la peur qu’elle était revenue dans cette ville qui avait été le théâtre du scandale de l’année quelques mois plus tôt. Elle pouvait être ravie de voir qu’aujourd’hui, plus personne ne semblait s’intéresser à elle et son cas, notamment à cause du silence radio qu’elle avait incité. Son agent avait été son premier appel. Elle avait besoin de parler de la situation, elle avait besoin de contredire la multitude d’article buzzfeed racontant les histoires les plus surréalistes à son sujet. La télévision allait obtenir l’entretien demandé quand la polémique est sortie. Ses proches avait été les appels suivants bien qu’elle ne pouvait pas se séparer de la peur d’avoir à faire face à des gestes de compassion qu’elle ne supporterait pas, elle s’était décidé à annoncer son retour, à excuser sa retraite loin du monde et à faire savoir qu’elle va très bien. Elle n’a juste que très peu de personne qu’elle souhaiterait voir. Ceux qui ont assez de pudeur pour ne pas oser imaginer sa vie et appuyer ainsi sur la douleur.
Son premier arrêt avait été chez Dean, qui avait généreusement offert de s’occuper de ses deux chats pendant toute son absence qui avait duré bien plus longtemps que prévue. Il était temps qu’elle lui retire cette tâche et qu’elle récupère ses deux bêtes, bien qu’elle était sûre que ces dernières n’allaient pas se rappeler de son existence. Sa valise avait été envoyée directement chez elle. Sortie de taxi, elle fait face à l’immeuble de l’avocat non sans sentir une peur au ventre. Il y’a des gens dehors. Ils ne semblent pas chercher à reconnaitre qui se tient derrière ses grandes lunettes de soleil mais vu l’ambiance dans laquelle elle avait quitté le pays, ce n’était pas sans appréhension qu’elle avançait dans l’allée pour aller sonner chez son ami. Une voisine qui sort au moment où elle entre lui évite la sonnerie et lui permet de ne pas avoir à expliquer son retour à travers les haut-parleurs de la sonnette. « Bonsoir. » Qu’elle annonce simplement au moment où il ouvre la porte après qu’elle eut frappé. Evidemment, la surprise est là, elle ne lui avait rien dit. Elle se rend compte qu’elle aurait dû mais ça n’aurait pas été plus simple que de revenir en sachant qu’elle était attendue. « Je débarque un peu comme un cheveu sur la soupe, je ne reste pas longtemps. » Sous-entendu qu’elle n’allait pas le déranger comme ça alors qu’il a sa vie et ses propres plans. « Je voulais récupérer les chats. Je crois que j’ai un peu abusé de ton hospitalité avec eux. »


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 1 Aoû - 11:32



to wish impossible things ■ dean&cora

Ces derniers jours avaient été mouvementés pour le jeune Irlandais. Vivre à Brisbane, contre toute attente, ne s’avérait pas si facile. L’arrivée avait été le premier coup dur : Dean se revoyait en train d’arriver via l’aéroport avec plusieurs valises sur son chariot, avec toutes les affaires qui lui restaient, dont cette fichue bague de fiançailles qui n’avait plus aucun intérêt. Il s’était attendu à – peut-être – une petite surprise, à y voir quelques amis, voire même sa cousine Eireen. Cela aurait pu être réconfortant, pour une arrivée. Mais personne n’avait été là, personne à part Cora. Ah, Cora ! Dans la catégorie de support de l’année, elle gagnait haut-la-main pour avoir supporté Dean depuis sa rupture avec Heidi mais aussi depuis le déchirement qu’il connut avec Benjamin. Elle avait été la touche de douceur dans tout ce bordel qu’avait été sa vie à partir de ce moment-là. Les premiers mois, quant à eux, avaient été dignes de montages russes. Par moments, le jeune homme se sentait bien – sans doute parce que l’alcool coulait dans son sang et que cela lui donnait l’impression de vivre de nouvelles aventures et d’oublier ses problèmes. Les quelques retrouvailles amicales mettaient du baume au cœur et sa vie dans l’appartement de Cora lui rappelait encore quelques touches du passé, notamment lorsqu’il voyait les photos accrochées sur les murs, de Cora avec ses amies, dont Heidi. Cela lui faisait du bien, mais lui faisait du mal à la fois. En prime, depuis son arrivée à Brisbane, il avait compris qu’il avait été con, égoïste et qu’il ne faisait que de se plaindre. Il s’en était même voulu à plusieurs reprises de s’être autant laissé tomber sur Cora, à s’effondrer sur elle de pleurs et d’acharnements, alors qu’elle vivait bien pire à côté. Il avait été égoïste et espérait montrer qu’elle pouvait également compter sur lui… en vain, car elle s’envola en fumée pour quelques mois. Que lui restait-il, de tout cela, en attendant ? La réponse était deux stupides chats. « Ils sont adorables, tu verras » lui avait-elle dit. Même Moira avait été enchantée par l’idée et avait pris le rôle de catsitting très à cœur, sans pour autant connaître la propriétaire de ceux-ci. Connaissait-elle Cora ? Il lui en avait déjà parlé, sans pour autant utiliser son nom, la célébrité n’avait pas toujours du bon. Et surveiller des chats de personnes devenues célèbres non plus. C’était le bordel partout, surtout à partir du moment où il avait décidé que l’appartement de Dean et Moira était un terrain de jeu où ils pouvaient s’envoyer des croquettes un peu partout dans la maison. Dean, assez maniaque et très organisé, dans le genre maladif, nettoyait sa maison tous les deux jours pour passer derrière les chats qui mettaient tout sans dessus-dessous. Et les griffes sur le canapé n’arrangeaient rien. Pendant un instant, le jeune homme avait pensé que c’était peut-être l’une de ses conquêtes qui avait eu un peu trop bon ce soir-là mais avait fini par admettre que c’était, sans doute, encore la faute des chats. Malgré cela, il en faisait des rois. Il les invitait à venir dormir au pied de son lit, leur avait même acheté quelques jouets et les avait même présentés à Silas, le chien de Chadna qui se pointait souvent dans l’appartement sans prévenir. Inutile de dire que chien et chats dans l’appartement ne faisait pas bon ménage… Ce qui expliquait pourquoi, à une heure aussi tardive, Dean se retrouvait en simple short de sport, l’aspirateur dans une main et la loque à poussières dans l’autre. Ce matin-là, une fois encore, Chadna était entrée pour le débarrasser d’une blonde écervelée qui ne voulait pas décoller de son lit. Même si la présence de cette blondinette l’avait arrangé la veille pour essayer pour une énième fois d’oublier Heidi, le lendemain le rattrapait : une conquête qui ne voulait pas décamper et la gueule de bois toute la journée. Pour la conquête, Chadna avait joué à la petite copine hystérique, c’était réglé. La gueule de bois, par contre… Et l’arrivée du chien au beau milieu des chats, il ne valait mieux pas en parler. A eux trois, ils avaient retourné tout l’appartement. « Bonsoir ! » fit une voix féminine dans son dos, alors qu’il était à quatre pattes, la tête sous le meuble, à essayer de récupérer une des balles des chats. Le sursaut fit si grand qu’il cogna la tête contre le coin du meuble, dans un petit cri digne d’une folle en cage, avant de se relever, l’aspirateur toujours en main, brandit vers la personne qui venait de faire irruption. « Cora ? » - « Je débarque un peu comme un cheveu sur la soupe, je ne reste pas longtemps. » - « Je, heu… quoi ? Mais t’es là depuis quand ? ». Dean reposa l’aspirateur sur le côté et pria pour que Cora ne garde pas trop longtemps en tête cette image de lui les fesses quasiment à l’air, en train de faire du rangement et du ménage. « Je voulais récupérer les chats. Je crois que j’ai un peu abusé de ton hospitalité avec eux ». – « Attends, mais qui t’a ouvert ? Moira n’est même pas là ! ». Il fronça les sourcils, un air faussement sceptique : « Ne me dis pas que je t’ai donné un double des clés pendant ma saoulographie, ça voudrait dire que j’aurais été capable de donner mes clés à bien d’autres personnes du coup… Ou alors tu es allée demander ma clé au voisin ? ». En réalité, il n’avait simplement pas bien fermé la porte, comme d’habitude. Mais cette raison-là, il préférait ne pas y penser. « Et puis, pourquoi tu voudrais les récupérer maintenant ? Abuser de mon hospitalité ? Attends, quoi ? Depuis quand ? ». Le jeune homme secoua la tête et vint rapidement étreindre Cora, qu’elle le veuille ou non, qu’il soit rempli de poussières ou pas, et se sentit aussitôt tout de suite mieux. « Bon, maintenant que tu es là, tu ne crois quand même pas que je vais te rendre tes deux saletés ainsi sans au moins te demander de rester un peu ? ». Son sourire fut taquin, il remit une des mèches de la rouquine derrière son oreille et chercha son regard comme approbation, en voyant bien que lui changer les idées ne serait pas du luxe, avant de tourner les talons et de se dandiner jusqu’au comptoir de sa cuisine/salle à manger. « Un petit rosé, très chère ? ».



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:33, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Lun 20 Aoû - 15:39


to wish impossible thing
dean & cora


Dean serait donc la première personne qu’elle allait voir en chair et en os depuis sa « disparition ». Elle ressent le besoin de prendre sa respiration plusieurs fois avant de pénétrer dans l’appartement dont la porte semble visiblement mal fermée. Elle a juste peur d’avoir à affronter les reproches de son ami pour être partie si longtemps, d’avoir à expliquer beaucoup trop de chose sur lesquelles elle ne saurait placer de mots corrects et d’entendre Dean de l’autre côté de la porte rend cette possibilité de réponse palpable Elle est partie longtemps et bien que revenue, elle n’en est pas moins perdue qu’en partant. Peut-être qu’elle devrait revenir plus tard, pour récupérer ses chats ? Peut-être qu’elle n’est venue que pour récupérer ses chats mais aussi pour affronter cette peur avant qu’elle ne soit trop présente en elle ? Peut-être qu’elle est justement devant chez Dean parce que, ce qui vrille ses pensées vrillaient les siennes quelques mois plus tôt quand il est revenu à Brisbane dans une sorte de disgrâce ? C’est avant qu’elle ne commence à se poser trop de question qu’elle se décide enfin à prendre le pas, à pousser la porte pour faire face immédiatement au postérieur de son ami. Elle prend la parole pour signaler sa présence. « Cora ? » Et maintenant qu’il a notifié sa présence, elle n’a plus aucune possibilité de remettre à plus tard. « Je, heu… quoi ? Mais t’es là depuis quand ? » Peut-être qu’il semble surpris parce qu’elle avait déballé trop d’information au même moment ou juste qu’il ne s’attendait pas à la voir là. La deuxième option semble la bonne. Peut-être qu’elle aurait dû sonner en bas et annoncer son retour à travers le haut-parleur de sa sonnette. « Je suis rentrée aujourd’hui. » Qu’elle explique, d’une voix très faible avant qu’il ne réalise autre chose. « Attends, mais qui t’a ouvert ? Moira n’est même pas là ! » Il reprend rapidement, sans lui laisser le temps de lui dire que la porte était juste retrouvée entre ouverte. « Ne me dis pas que je t’ai donné un double des clés pendant ma soulographie, ça voudrait dire que j’aurais été capable de donner mes clés à bien d’autres personnes du coup… Ou alors tu es allée demander ma clé au voisin ? » Elle ne répond pas, bien plus interpellée par le terme « soulographie » qu’il vient d’employer qui vient tout juste de la renvoyer bien des années en arrière où toute la petite bande se soulait le week-end mais depuis que chacun était devenu adulte, elle n’aurait jamais cru l’entendre à nouveau. « La porte n’était pas fermée. » Explication simple. Visiblement, il semblerait que ce soit lui, qui des deux se prend le plus la tête. « Et puis, pourquoi tu voudrais les récupérer maintenant ? Abuser de mon hospitalité ? Attends, quoi ? Depuis quand ? » Elle répondrait depuis un moment, mais soudainement qu’il n’ait pas l’air de trop se rappeler qu’il a hérité de ses chats l’amène à se demander s’ils sont toujours en vie et bien présent mais au lieu de poser la question, au moins pour la blague, il ne la laisse pas répondre et vient l’étreindre ce qui parvient à effacer beaucoup de l’appréhension qu’elle ressentait en arrivant. Dean ne semble pas lui tenir rigueur du silence. Ce qui est soulagement. « Bon, maintenant que tu es là, tu ne crois quand même pas que je vais te rendre tes deux saletés ainsi sans au moins te demander de rester un peu ? » « Saletés » C’est qu’elle a presque l’impression d’entendre Vitto lorsqu’il qualifie ses deux protégées. Mais, elle ne dit rien. Elle préfère profiter de la main tendue et de ne pas avoir à répondre à une foule de question sur comment ça s’est passé, comment elle se sent, comment elle gère. Maintenant qu’elle y pense, il semblerait que l’égoïsme se soit ajouté à la liste de ses défauts. « Un petit rosé, très chère ? » Qu’il propose en prenant la direction de sa cuisine, à petit pas, elle le suit jusque-là, n’hésitant pas à plaisanter pour alléger son stress. « Je viens à peine de rentrer et tu me fais déjà boire. » Comme si c’était complètement déplacé alors qu’il est assez connu que Cora ne dit jamais non à un verre si ça peut l’amener à se détendre. « Mais oui, avec plaisir. » Et alors qu’il semble occupé à les servir, elle en profite pour jeter un œil sur cet appartement pour lequel il a quitté sa maison. Elle réalise qu’elle lui a demandé très peu de nouvelles dernièrement. Elle ne sait même pas si ça se passe bien la cohabitation avec une inconnue, s’il se plait ici, s’il a réussi à s’intégrer un peu. « Alors, c’est ici que tu vis, ça se passe bien ? » Et c’est un des chats qui bondit juste devant elle. Il était que l’une des deux notifie sa présence.


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 22 Aoû - 18:37



to wish impossible things ■ dean&cora

« Je viens à peine de rentrer et tu me fais déjà boire ». Toujours le dos tourné à Cora, Dean hocha la tête tout en levant les yeux au ciel. La rouquine avait l’habitude de faire l’offusquée dès qu’un peu d’alcool se présentait. Pourtant, aussi loin qu’il s’en souvienne, le jeune Irlandais avait toujours vu son amie avec un verre à la main. C’était à se demander comment elle faisait pour ne pas faire la Une des magazines avec, en gros titres, sans doute un titre du genre : Problème d’alcool à la Coverdale ?. « Mais oui, avec plaisir. » - « Ah, j’aime mieux ce genre de réponse ! J’allais finir par croire que ton kidnappeur t’avait fait faire une cure de désintox d’alcool ». Est-ce que le terme s’utilisait ? En chemin vers son frigo, Dean s’arrêta net, la mine songeuse, réfléchissant à son vocabulaire. Après quelques instants, il haussa finalement les épaules en se disant que, de toute façon, Cora allait bien comprendre l’insinuation. Combien de temps était-elle partie au juste ? Les mois commençaient à se compter sur plus d’une main. Pour Dean, cela paraissait beaucoup plus. Cora avait été sa seule amie à Brisbane durant les premiers mois. Sa disparition l’avait poussé à se sociabiliser avec des personnes qui, si cela se trouvait, le connaissaient déjà à cause de Benjamin ou encore d’Heidi. Fort heureusement pour le jeune avocat, le travail et les quelques amitiés liées ces derniers mois lui avaient permis de tenir le coup... non seulement pour supporter l’absence de Cora qui s’était fait pesante par moments, mais aussi pour affronter plus d’une fois Benjamin, puis Heidi. « Alors, c’est ici que tu vis, ça se passe bien ? » - « Bah écoute, je me porte comme un charme hein ! Regarde, j’ai même perdu du poids ». A ces mots, Dean pivota sur lui-même comme une gonzesse, histoire de montrer qu’il était fier de lui. « C’est le Brisbane Health Festival ça, je vais à la zumba tous les jeudis ». Faux. A part picoler, monter une fois dans un kayak ou encore un jet ski, le jeune homme n’avait pas fait grand-chose là-bas. S’il avait maigri, c’était bien pour tout autre chose. Mais l’heure n’était pas à la plainte, mais plutôt à Cora. « Alors oui belle maison, bla bla bla, super colocataire fantôme, bla bla bla, bon loyer, belle vue sur quelques voisines en train de prendre leur douche, j’ai des copines qui vont et viennent dans mon lit, la vie du parfait crétin ». Il secoua la tête, avant de lui afficher un sourire. Lui, voulait absolument bâcler la question. S’il avait réussi à attirer Cora jusqu’au comptoir de sa cuisine pour lui faire boire un verre de vin, ce n’était pas pour la courtoisie. Pour cela, tous deux savaient très bien qu’ils repasseraient plus tard. Mais il avait tellement de questions à lui poser que, pour ne pas la faire fuir comme il avait déjà fait fuir Heidi avec des bombardements de questions, il préféra l’amadouer avec un petit apéritif. Un grand classique. « Alors, alors... ou ai-je mis ce foutu rosé ? Côtes de Provence en plus. Une merveille ». Son index rejoignit son pouce pour faire un geste digne d’un italien face à la recette de la mama italienne, avant de sortit la bouteille pas encore entamée. A la suite, Dean sortit deux verres, les déposa sur le comptoir devant les deux tabourets où il invita son amie à s’asseoir et se mit à débouchonner à son aise la bouteille. « Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai dû changer cette boite dans laquelle ils vont tout le temps ch... faire leurs besoins ». Il se retint des grossièretés. Mais juste parce que c’était Cora. L’élégance l’enveloppait si bien comme une robe sur mesure que Dean se sentait rapidement grossier à côté d’elle. « Heureusement, Moira aime bien les chats, elle a passé sa vie avec. Alors quand tu les reprendras, pense à la reprendre avec eux » lâcha-t-il finalement, un sourire bête au visage. « Après je ne pense pas que tes chats aient supporté la présence d’un chien ici... Mais c’est réglé ! Et don’t worry, ce n'était pas juste une grognasse. Elle est clean ». Mais il parlait trop, il allait perdre son objectif : en savoir un maximum sur ce qui s’était passé durant ces derniers mois. Après avoir ouvert la bouteille dans un doux bruit qui lui rappelait à quel point il aimait le vin, il servit les deux verres et en tendit un à Cora, avant de prendre le second : « A la tienne, à ton retour tant attendu par plus d'un dont moi, et à tous ces paparazzis qui vont se multiplier à Brisbane dans les jours à venir ! » déclara-t-il en rigolant, avant de trinquer et de boire quelques gorgées du rosé bien frais. « Bon, plus sérieusement... » Il posa son verre, toujours debout contre le comptoir, et croisa les bras sur son torse : « Dois-je m’alarmer sur ces mois d’absence ou est-ce que c’est un genre de tout est bien qui finit bien ? Je me doute que tu n’aies pas envie d’en parler mais... juste en deux-trois mots, comment tu te sens ? ».



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 5 Sep - 23:41


to wish impossible thing
dean & cora


Se faire inviter à boire un coup n’était pas exactement la réaction à laquelle elle s’attendait en arrivant ici. Ajoutez à cela le décalage horaire, elle avait vraiment dans l’idée de repartir avec ses deux chats sous le coude. Mais, la balance penche vite et Dean n’a même pas à essayer d’être convaincant tant l’occasion de passer une soirée le plus normalement possible passe bien avant toute notion de zone de confort. « Ah, j’aime mieux ce genre de réponse ! J’allais finir par croire que ton kidnappeur t’avait fait faire une cure de désintox d’alcool » Réflexion intelligente de sa part et triste constat. Il s’avère que des rumeurs de cure de détox, c’était bien la seule chose à laquelle elle n’avait pas encore eu droit. Sans doute parce que jusque-là, Cora avait toujours su boire avec classe et ne jamais se faire remarquer en état d’ébriété. Il y’a beaucoup d’ironie qui se cache entre sa maitrise parfaite de son image pendant des années et sa situation actuelle qui montre bien qu’elle a totalement lâché l’affaire en ce qui concerne ce que l’on peut bien dire d’elle. Une chance qu’elle soit revenue avec l’idée de faire un peu bouger les choses. « Bah écoute, je me porte comme un charme hein ! Regarde, j’ai même perdu du poids » et il ne se gêne pas pour le montrer. Une remarque qui ne manque pas de la faire rire tant elle ne s’attendait pas à un retour aussi féminin de la question. « C’est le Brisbane Health Festival ça, je vais à la zumba tous les jeudis » Nouveau rire. Parce qu’il faut bien admettre qu’elle lui aurait imaginé un autre passe-temps. Visiblement, elle semble être revenue à la bonne période à Brisbane. « Zut, moi qui pensait que c’était le dernier régime du magazine Elle. Je vais devoir trouver quelqu’un d’autre pour me dire comment ça se passe. » Elle prend l’air mécontent pour la blague. A vrai dire, s’il y’a un sujet dont elle est ravie de ne plus avoir à parler depuis qu’elle a foutu le camp et que ses contrats sont partis à vau-l’eau, c’est bien le poids. Comme peut en juger les cinq kilo qui semblent s’être posé sur ses hanches en son absence et qui ne la dérange pas le moins du monde vu qu’ils représentent sa prise de liberté nouvelle. « Alors oui belle maison, bla bla bla, super colocataire fantôme, bla bla bla, bon loyer, belle vue sur quelques voisines en train de prendre leur douche, j’ai des copines qui vont et viennent dans mon lit, la vie du parfait crétin » Qu’il poursuit, un train de vie qui ne manque pas de la surprendre quand elle l’entend en parler. Certes, elle avait connu Dean à l’époque de l’Université, brièvement avant qu’Heidi ne mette le grappin dessus et plus en détail après. Elle s’étonne de telles confessions, ayant toujours vu en lui le prétendant parfait de sa meilleure amie. Visiblement, elle a raté des choses en son absence. « A se demander comment Ben et toi n’avez pas encore trouvé de terrain d’entente. » Parce qu’il faut le dire, de la façon dont il décrit son quotidien, on croirait presque entendre Ben. A l’exception faite que ce dernier n’aurait pas épargné Cora de détails les plus sordides et dégoûtants dont il aurait pu se rappeler. « Tu lui as parlé ? » Qu’elle ajoute, à savoir si la situation a changé de ce point de vue là également à son absence. Elle dirait toutefois que non, autrement, Dean serait déjà dehors en virée. « Alors, alors... ou ai-je mis ce foutu rosé ? Côtes de Provence en plus. Une merveille » Elle est impressionnée, au moment où elle s’assoit. Elle n’aurait pas pensé que pour son retour, Dean allait ouvrir une aussi bonne bouteille mais au lieu de lui demande s’il est sûr, elle préféré écouter son propre égoïsme et ne pas objecter à ce que cette bouteille se perde ce soir sans aucune célébration officielle. « Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai dû changer cette boite dans laquelle ils vont tout le temps ch... faire leurs besoins » Son regard réprobateur aux gros mots semble faire effet. Ce qu’elle lui répondrait, c’est que ça paraissait logique en prenant des chats et que ça reste moins pénible qu’un chien mais comme elle reste reconnaissante, elle préfère ne pas relever et le remercier encore. « Heureusement, Moira aime bien les chats, elle a passé sa vie avec. Alors quand tu les reprendras, pense à la reprendre avec eux » Oh, des problèmes au paradis ? Elle fronce légèrement les sourcils avant de répondre. « Malgré toute ma reconnaissance, je n’adopte pas les colocataires. » Surtout les inconnues. Sa maison est déjà un moulin, nulle raison d’empirer la chose. « Après je ne pense pas que tes chats aient supporté la présence d’un chien ici... Mais c’est réglé ! Et don’t worry, ce n'était pas juste une grognasse. Elle est clean » « Hein ? » Elle ne saisit pas de quoi il parle, tout ce qui compte, c’est que ses boules de poil aillent très bien. Il semblerait, à première vue, que Dean ait vachement réussi à s’intégrer en ville en son absence. Bien plus qu’elle ne l’aurait pensé. « A la tienne, à ton retour tant attendu par plus d'un dont moi, et à tous ces paparazzis qui vont se multiplier à Brisbane dans les jours à venir ! » déclare t-il en proposant enfin son verre, Cora trinque sans attendre avant de profiter du gout fruité du liquide dans son verre. « Bon, plus sérieusement... » Il prend effectivement un air sérieux, qui devrait inquiéter Cora mais elle sait bien qu’elle ne peut pas continuer à vivre sa vie tout en gardant des secrets à ses amis les plus proches. « Dois-je m’alarmer sur ces mois d’absence ou est-ce que c’est un genre de tout est bien qui finit bien ? Je me doute que tu n’aies pas envie d’en parler mais... juste en deux-trois mots, comment tu te sens ? » Deux-trois mots. Elle n’en a pas besoin de tant. Elle l’observe quelques secondes, ne sachant pas vraiment quelle version elle devrait lui offrir. Si elle devrait être très honnête ou juste aller dans les grandes lignes sans se mouiller ou chercher à faire pleurer dans les chaumières. C’est pas aussi simple ce nouveau principe de ne plus avoir de secret pour personne. « Perdue. » Ce serait ce qui la décrit mieux, parce que là, elle se sent juste à la coirsée des chemins, entre plusieurs options et en même temps elle ne sait rien de ce qu’elle veut vraiment. D’avoir du refuser à poursuivre le combat pour la garde d’Arthur, ça a tout remis en perspective et maintenant, dès qu’elle pense à quelque chose, elle se retrouve à se demander à quoi bon. « Si je suis honnête. » Qu’elle précise, parce qu’elle ne pense pas offrir la même réponse à tout le monde. C’est juste que, Dean est là et qu’il mérite de savoir ce qu’il se passe dans sa tête. « Je ne récupèrerais pas Arthur, mais c’était ma décision de ne pas m’acharner. J’aurais fait qu’envenimer les choses. Je dois juste me faire à l’idée que parfois, ce qu’on veut n’est pas ce qui sied à tous. Puis, je garde à l’esprit qu’il reste ma mère à affronter. » Ce qui représente beaucoup de chose en soi parce que si Cora avait déjà tenu tête à sa mère, elle n’avait réussi à l’emporter face à elle qu’une seule fois. Sa génitrice a toujours eu l’art et la manière de la terroriser et la trentaine passée, c’est toujours le cas. « J’ai juste eu besoin de temps pour digérer la nouvelle, réfléchir à ce que j’allais faire, prendre des forces pour mon retour. Tout ça. Et puis, je me suis dit que ce serait pas mal de commencer ma ronde par un visage amical, j’appréhende beaucoup. »


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Jeu 6 Sep - 16:39



to wish impossible things ■ dean&cora

« Zut, moi qui pensais que c’était le dernier régime du magazine Elle. Je vais devoir trouver quelqu’un d’autre pour me dire comment ça se passe. » Au moins, Cora n’avait pas perdu son sens de l’humour, à défaut d’avoir sans doute perdu l’espoir. Cela fit rire, le faisant moins passer pour un idiot à force de rentrer dans son jeu.Par contre, sa remarque concernant les venues des filles comme dans une gare en heure de pointe ne lui manqua pas de lui rappeler sa similitude avec son ancien meilleur ami : « A se demander comment Ben et toi n’avez pas encore trouvé de terrain d’entente. » Entendre le mot de Ben lui fit grincer les dents instantanément. Il fallait dire que leurs retrouvailles n’avaient pas été très concluantes dans le sens du jeune Irlandais. Le revoir quelques fois n’aidait pas non plus. Malgré toute la volonté du jeune homme, Ben ne semblait pas prêt à le faire entrer une seconde fois dans sa vie. « Tu lui as parlé ? » - « Comme j’ai parlé à une armoire à glaces » avait-il simplement répondu pour éviter le sujet. Si Benjamin manquait terriblement à son quotidien, Dean savait surtout que ce n’était pas réciproque et rien que d’y penser, cela lui pinçait le coeur. Fort heureusement, Cora ne semblait pas insister sur le sujet... du moins, pour l’instant. Il savait que tôt ou tard, les discours moralisateurs de Cora allaient refaire surface et qu’il n’aurait aucun mot pour sa défense, pour la simple et bonne raison que Cora avait toujours raison et avait, le plus embêtant, toujours le dernier mot. Visiblement, aucun de ses proches semblait supporter l’idée qu’il ait une colocataire. Entendre Cora dire : « Malgré toute ma reconnaissance, je n’adopte pas les colocataires. » lui rappela Chadna, avec les mêmes mots, incapable de retenir son prénom tant elle voulait que cela ait peu d’intérêt pour elle. De toute façon, ladite Moira lui donnait l’impression qu’elle n’allait pas rester longtemps. C’était juste une question de temps et, pour Dean, l’occasion de s’en débarrasser plus vite se présentait à chaque fois que quelqu’un franchissait la porte. Au moins, le vin rosé dans le frigo resterait uniquement pour lui et non plus mystérieusement vidé pendant la nuit. Mais ce petit détail n’avait pas d’importance à côté du tourment dont Cora faisait preuve en ce moment. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui réponde : « Perdue » à sa question. « Si je suis honnête » - « Ah bah super... » soupira-t-il, partageant ce flou total dans lequel elle se trouvait désormais. Il posa sa main sur son épaule pendant un court moment, comme pour partager sa peine, avant de lui indiquer d’un petit regard le rosé qui n’attendait plus qu’elle. Visiblement, pour Dean ces derniers temps, l’alcool semblait être la solution à beaucoup de problèmes... jusqu’à ce qu’il se réveille le lendemain avec non seulement les mêmes problèmes toujours bien présents, mais avec en prime une gueule de bois parfois insurmontable. « Je ne récupèrerais pas Arthur, mais c’était ma décision de ne pas m’acharner. J’aurais fait qu’envenimer les choses. Je dois juste me faire à l’idée que parfois, ce qu’on veut n’est pas ce qui sied à tous. Puis, je garde à l’esprit qu’l reste ma mère à affronter. » - « Ah oui, Danielle » enchérit Dean en insistant sur le prénom de cette dernière, l’ayant lu un nombre incalculable de fois dans la presse. Il n’avait jamais vu la mère des Coverdale mais, vu le bordel, il n’était pas prêt de la rencontrer autour d’un diner de famille le dimanche midi chez Cora visiblement. « J’ai juste eu besoin de temps pour digérer la nouvelle, réfléchir à ce que j’allais faire, prendre des forces pour mon retour. Tout ça. Et puis, je me suis dit que ce ne serait pas mal de commencer ma ronde par un visage amical, j’appréhende beaucoup. » - « Et tu as bien fait. » Il hocha la tête pour acquiescer à ses propres dires, convaincu que Cora avait fait le bon choix de venir directement près de lui. Après tout, ce n’était pas lui qui allait lui jeter la pierre ou l’étouffer avec une série de questions. Il a bien compris que ce genre de comportements ne fonctionnerait pas et la ferait juste fuir. Et comment il commençait à en avoir marre des gens qui fuient... « C’est vraiment fou cette histoire » finit-il par dire, avec des mots qui ne donneraient jamais assez de poids à la situation. « Tu m’aurais dit il y a un an de cela que tu serais encore plus sous le feu des projecteurs pour une telle histoire, j’y aurais pas cru. J’aurais plutôt parié sur une autre grande nouvelle genre les chats se mettent à parler, tout ça... » dit-il, jetant un coup d’oeil interloqué en direction des deux animaux s’amusant l’un avec l’autre. « N’est-ce pas vous deux ? Vous en auriez des choses à dire ! Et j’en aurais des choses à vous répondre ! » Son ton fut sérieux alors que ses mains se posèrent d’une manière assez féminine sur ses hanches, comme s’il venait d’enguirlander deux enfants. Il tourna son regard vers Cora, se sentant aussitôt con. « J’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière... Mais pour avoir vécu toute ma vie avec des chiens, je ne m’attendais pas à avoir peu de facilité avec des chats ! Ca griffe ma tapisserie, me ronronne dans l’oreille à trois heures au matin et ça bave sur tous mes coins de meuble pour marquer son territoire. Imagine si on commençait tous à faire ça... » Il leva les yeux au ciel, amusé, avant de retourner à sa coupe et de boire quelques nouvelles gorgées de ce vin rosé. Il en profita pour en remettre un peu de frais dans le verre de son amie, pour lui changer les idées. Mais très sincèrement, comment pouvait-elle oublier ne fut-ce que pendant un instant cette histoire ? Lui-même savait que ce procès n’allait pas être une mince affaire pour elle et que les risques qu’elle ne récupère pas Arthur étaient énormes. « Alors maintenant, quoi ? Qu’est-ce qui va se passer ? Ca ne peut pas non plus se terminer ainsi, tu vas pas supporter, tu vas complètement disjoncter et je ne vais certainement pas supporter non plus de te voir ainsi » lui avoua-t-il distraitement, tout en commençant à se coucher à terre pour chercher les jouets des chats sous le meuble, pour commencer à rassembler les affaires. « Tiens ça me fait penser, à ton avis, combien de fois j’ai marché sur les balles des chats pour glisser en arrière alors que je rentrais de soirée ? » lui demanda-t-il, avec un regard malicieux en se demandant ce qu’elle allait lui répondre. « Ah oui, bourré, évidemment, sinon ce ne serait pas drôle ».



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 19 Sep - 19:45


to wish impossible thing
dean & cora


« Comme j’ai parlé à une armoire à glaces » Elle pouvait noter dans son ton que ce n’était pas un sujet à relancer et que leur entrevue ne s’était pas aussi bien passé qu’elle l’aurait espéré. Elle garde la pudeur de ne pas insister ni de demander des détails. Elle connait assez le caractère de cochon de Ben pour savoir que celui-ci peut être de mauvaise foi parfois et qu’il peut être difficile de le raisonner. Cela l’embête pour Dean, parce que c’est elle qui l’a encouragé à revenir, et qu’elle n’a pas pu l’aider autant qu’elle aurait dû dans son entreprise. L’idée lui vient un instant de lui demander s’il a eu plus de chance du côté d’Heidi, s’il avait pu plaider sa cause et si elle, avait réussi à faire entendre raison au Brody. Mais, elle imagine que si cela avait été le cas, Dean serait en train de lui en parler et ce n’est pas le cas. La conversation se tourne très rapidement sur son propre cas, sur la façon dont elle se sent, son état d’esprit actuel et même si Cora aurait voulu être encourageante et prétendre comme elle l’a toujours fait qu’elle va très bien, en apprenant ce qui s’est passé en Floride, elle sait que son entourage ne sera pas dupe face à son grand sourire et qu’il est assez facile de deviner qu’elle va mal. « Ah bah super... » Qu’il lâche, à sa réponse, ne prenant pas l’air alarmant qui l’inquiète et qu’elle aimerait éviter le plus possible. Elle se contente d’hausser les épaules, hésitante à expliquer dans les détails pourquoi c’est ainsi qu’elle se sent. Elle avait tout sacrifié pour un enfant qu’elle a dû laisser derrière elle. Il y’avait de quoi ne pas savoir où en être. De plus, comme elle le souligne juste après, elle s’avance rapidement vers le procès de sa mère. Elle sait déjà que d’avoir entendu Arthur dire à toute l’assemblée qu’il ne voulait pas connaître sa mère biologique et qu’il n’y pensait pas n’allait être rien à côté d’affronter sa mère et ses mensonges, sa façon tordue de modifier la vérité à sa guise et son déni de lui avoir brisé sa vie. Parce qu’elle doit rester forte pour ce procès et l’unique raison pour laquelle Cora tient encore debout, est que ce n’est pas terminé. « Ah oui, Danielle » Elle a un sourire de circonstance, appuyant bien le pénible de la situation et pour contraster avec le côté absolument pas entraînant de la situation. Mais bon, elle garde en tête que c’est comme arracher un pansement qui pourrit, il faut bien que ça se fasse. Ne cherchant pas à se faire plus mystérieuse qu’elle ne l’est, elle explique la situation et communique un besoin d’attention, bien qu’elle ait conscience de ne pas être la seule à avoir des problèmes. « Et tu as bien fait. » Qu’il assure, quand elle lui raconte avoir cherché un visage sympathique en venant par ici. Ce n’était pas attendu, que Dean soit plus que le fiancé d’Heidi mais il avait fini par l’être et Cora pouvait s’en réjouir parce que c’était bien plus facile de parler à quelqu’un qui savait ce que signifie toucher le fond. « C’est vraiment fou cette histoire » Après un léger silence, il s’exprime. Elle lève les yeux, sans le contredire parce que oui, c’est fou. Elle les avait pris de court. « Tu m’aurais dit il y a un an de cela que tu serais encore plus sous le feu des projecteurs pour une telle histoire, j’y aurais pas cru. J’aurais plutôt parié sur une autre grande nouvelle genre les chats se mettent à parler, tout ça... » Elle glousse, observant ses deux boules de poil qui avaient trouvé leur coin de sieste. « N’est-ce pas vous deux ? Vous en auriez des choses à dire ! Et j’en aurais des choses à vous répondre ! » Elle observe cette conversation à sens unique, s’amusant de ses mimiques. Visiblement, d’avoir gardé ses chats avaient dû donner beaucoup de travail à Dean. De l’entendre, elle n’avait pas l’impression que la cohabitation se soit si mal passée. « J’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière... Mais pour avoir vécu toute ma vie avec des chiens, je ne m’attendais pas à avoir peu de facilité avec des chats ! Ca griffe ma tapisserie, me ronronne dans l’oreille à trois heures au matin et ça bave sur tous mes coins de meuble pour marquer son territoire. Imagine si on commençait tous à faire ça... » « Ce n’est pas ce que tu essayais de faire quand je suis entrée ? » Qu’elle demande, ramenant à sa mémoire ce moment particulièrement charmant où il avait les fesses en l’air à faire on ne sait quoi. « J’ai quand même l’impression que ça s’est bien passé. Mais si tu veux que je remplace les meubles abîmés, il n’y a pas de problème. Ce serait normal. » Même s’il va répondre que blablabla, pas de ça entre amis, tout ça tout ça, elle en parle parce que y’a pas de chichi à se faire. « J’insiste. » Qu’elle ajoute, avant qu’il ne change de sujet et la relance sur la suite des évènements. Il fait bien d’anticiper en remplissant son verre, même si le jet lag ne va pas lui permettre de garder les idées claires très longtemps. « Alors maintenant, quoi ? Qu’est-ce qui va se passer ? Ca ne peut pas non plus se terminer ainsi, tu vas pas supporter, tu vas complètement disjoncter et je ne vais certainement pas supporter non plus de te voir ainsi » Elle a un rire jaune. Parce qu’elle disjoncte déjà, qu’elle ne supporte déjà pas la situation et que même si elle a conscience que sa décision était celle à prendre, elle reste rongée par ce sentiment d’injustice qui l’habite. C’est elle qu’on avait privée de son enfant et même si les faits, l’enlèvement était reconnu par la cour de Floride, elle ne pouvait pas le récupérer pour son bien à lui et ne pouvait que se taire. C’était la chose à faire, mais ça ne veut pas dire que c’est la plus juste. « Maintenant, j’affronte ma mère et je poursuis ma vie en tâchant d’aller de l’avant. » C’est résolu. Ça semble déjà réfléchi. C’est triste aussi, mais elle n’a pas l’impression d’avoir voix au chapitre. On reconnait le tort causé mais on ne le répare pas. « Tiens ça me fait penser, à ton avis, combien de fois j’ai marché sur les balles des chats pour glisser en arrière alors que je rentrais de soirée ? » Elle glousse à nouveau, manquant de s’étouffer en imaginant la scène. « Ah oui, bourré, évidemment, sinon ce ne serait pas drôle ». Oui, mais ça, ce sont ses chats qui ont tenté de lui faire comprendre qu’il doit arrêter de boire. Rien d’autre. « J’imagine, une bonne dizaine de fois. Si tu regardais où tu marches aussi ! » Qu’elle râle en plaisantant, sans pourtant lui faire de réflexion sur sa consommation d’alcool. Vu comment elle descend son verre, ce serait mal avisé. « Mais, j’ai l’impression qu’elles t’ont tenus occupés mes petites. Je suis sûre que tu vaste sentir très seul une fois qu’elles seront parties. »


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Mer 26 Sep - 16:53



to wish impossible things ■ dean&cora

C’était tout de même drôle, d’un regard extérieur, de voir à quel point cette conversation concernant les chat de Cora pouvait paraître sérieuse et pouvait prendre de l’ampleur entre les deux amis. Sans doute était-ce pour camoufler toute la lourdeur de sujets bien plus sérieux et plus complexes, comme le scandale dans la famille Coverdale ou encore les relations avec ceux ayant été un jour les piliers de Dean. « Ce n’est pas ce que tu essayais de faire quand je suis entrée ? » Dean avait eu un sourire amusé, se revoyant quelques instants plus tôt la tête sous le meuble. « J’ai voulu les comprendre, que veux-tu ? » Au moins, Cora avait pris avec beaucoup d’humour ses remarques sur les chats. « J’ai quand même l’impression que ça s’est bien passé. Mais si tu veux que je remplace les meubles abîmés, il n’y a pas de problème. Ce serait normal. » - « Boarf » lui avait-il simplement répondu d’un geste de la main, pour montrer à quel point il s’en fichait pas mal. De la bave de chat sur les meubles, ce n’était pas la mer à boire. Heureusement, ils n’avaient pas touché à la tapisserie. Enfin… il espérait. Le problème n’était pas aussi grave que la situation de Cora et, sans le vouloir, elle lui rappelait bien que c’était le cas.  « Maintenant, j’affronte ma mère et je poursuis ma vie en tâchant d’aller de l’avant. » Bien, c’était la plus sage des décisions et son regard avait suffi pour lui montrer qu’elle avait raison. Cora avait toujours raison et savait visiblement garder la tête froide, ce qui était loin d’être son cas. Nombreuses auront été les fois où il avait pu montrer à la jeune femme que lui avait été impulsif pour bien des décisions. Sans Cora, il aurait déjà pleuré en position latérale de sécurité sur le paillasson de l’appartement d’Heidi, il aurait déjà kidnappé Adam pour être sûr d’attirer l’attention de Benjamin et aurait sans doute été viré de son job. Cette décadence comportementale avait au moins eu le mérite d’éviter le pire grâce à la jeune femme. « J’imagine, une bonne dizaine de fois. Si tu regardais où tu marches aussi ! » - « Si tu crois que c’est facile… » avait-il répondu sur un ton rempli d’humour. Il ne tenait qu’à lui à bien se tenir, il le savait. « Mais j’ai l’impression qu’elles t’ont tenu occupé mes petites. Je suis sûre que tu vas te sentir très seul une fois qu’elles seront parties. » - « Complètement. » Avec cette colocataire qui allait partir bientôt, Dean allait de nouveau se sentir seul. Apprendre à vivre sans Heidi, sans présence féminine, avait été plus difficile qu’il ne voulait l’imaginer. Vivre chez Cora avait été un paradis sur terre comparé à ce qu’il vivait pour l’instant. « Je devrais peut-être me reprendre un chien pour me tenir compagnie. Ou une copine, oui, je sais. » répondit-il aussitôt, pour couper court à ce que Cora aurait pu éventuellement dire. « J’ai l’air d’une flipette à rester tout seul dans cet immense appartement. Mais j’en ai marre de chercher après un ou une colocataire. Si tu savais le nombre de cas sociaux que j’ai déjà dû refuser pour cet appartement… je n’ai pas envie d’héberger des ex-taulards ou des junkies. Tu m’as vu, sérieux ? Comme si ce n’était déjà pas assez folichon ainsi. » Et il soupira, à la fois désespéré, mais amusé par son cas. Au lieu de pleurer, Dean s’était déjà surpris à avoir des fous rires à voir à quel point sa vie était lamentable et à quel point, surtout, il avait attrapé cette facilité de se plaindre. « Et sinon, tu es déjà retournée voir… d’autres personnes ? » La question était lourde de sens. Cora avait-elle eu le privilège de croiser à nouveau la route d’Heidi ? Pour Dean, c’était cause perdue. Elle l’avait fui une première fois, elle ne se montrait pas sur les réseaux sociaux et ne semblait pas vouloir le revoir. Du moins, pour l’instant. Si Benjamin, malgré lui, donnait une once d’espoir, pour Heidi, c’était comme s’acharner à rouvrir une plaie qui se cicatrisait déjà. « Tu es en train de faire le tour des chapelles, j’imagine ? » lui demanda-t-il tout simplement, alors qu’il était en train de remettre une énième fois du vin dans son verre. Les derniers événements l’avaient poussé à boire et ce n’était pas une surprise pour quelqu’un comme Cora qui l’avait, depuis trois ans, déjà supporté alors qu’il était mort saoul. Ce fut pourquoi il n’éprouva aucune gêne à siroter son petit verre devant elle. Dans le meilleur des cas, elle allait noter un commentaire à lui faire plus tard. Mais dans le pire des cas, elle allait sans doute exploser et encore lui faire la morale comme un enfant, chose qu’il ne pouvait pas lui retirer. « Si ce n’est pas le cas, je peux toujours t’emmener manger un petit bout pour te changer les idées. Enfin, je dis juste ça ainsi… Mais j’imagine que tu as sûrement du monde à voir ! » Il réfléchit à la situation. Si Cora l’avait pas mal aidé ces derniers temps, pour ne pas dire qu’il lui devait beaucoup, avoir la sensation d’être un boulet pour elle l’embêtait au plus haut point. Enfin, il balaya la pièce d’un revers de la main en mode Never mind. « Oh et puis, oublie ce que je t’ai dit ! On ira une autre fois, d’accord ? Un bon gros restaurant loin des regards de la presse, quand tu te seras reposée. » Il hocha la tête pour acquiescer comme un grand à ses propres dires, avant de boire plusieurs grandes lampées de son verre de rosé. « T’as vu, je commence à réfléchir sagement. Je me dis qu’on devrait fonctionner avec des gommettes de récompense dans mon cas… ».



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Sam 29 Sep - 1:30


to wish impossible thing
dean & cora


Il y’a de la plainte dans ses propos mais quelque part, Cora arrive à sentir que la cohabitation avec ses deux chats ne s’était pas trop mal passé et que dans le fond, il s’était amusé. Elle l’espère parce que de l’autre côté, elle culpabilise beaucoup d’avoir vraiment profité de sa gentillesse et de son hospitalité. Bien qu’il avait répondu à l’époque qu’il lui devait bien ça, Cora n’avait jamais pensé que le fait d’aider les autres impliquait qu’ils doivent la pareil et tout le principe de cet échange de procédé ne la rend pas très à l’aise. Fort heureusement, le ton léger de Dean chasse cette pensée de sa tête et elle lui en est grée car il y’a bien des choses dont elle n’a pas besoin de penser là, maintenant. « J’ai voulu les comprendre, que veux-tu ? » Elle éclate de rire devant son explication bancale de la position gênante dans laquelle elle l’a trouvé. Elle sait qu’elle pourrait s’en moquer encore un peu mais il vient tout de même de passer plusieurs mois à servir ses bêtes, elle allait lui laisser un peu d’honneur quand même. A cela, elle profite du sujet pour mentionner qu’elle réparera tout objet détruit par les griffes de ses bêtes. Elle les connait, après. « Boarf » Une réponse qui est sensée ne pas l’inquiéter mais qui lui déplait malgré tout. Elle n’insiste pas, toutefois. Il saura lui demander s’il observe un gros dégats. S’en suit un moment où Dean se risque à lui demander où elle en est et Cora répond assez franchement que ça ne va pas aussi fort qu’elle aimerait, sans aller dans des détails particulièrement larmoyant et qui pourrait rendre le moment gênant parce qu’elle sait avoir l’alcool triste quand il faut, elle lui étale la situation et la conclusion de la Floride, avant qu’il ne comprenne seul qu’il est mieux à essayer de la faire rire en continuant de lui compter ses aventures avec les chats. « Si tu crois que c’est facile… » Marcher droit ? Il aura beau vouloir la jouer à l’émotion, son regard soutient le siens lui indiquant qu’elle ne culpabilisera pas pour quelque chute survenues parce qu’il était gavé et non à cause de ses bêtes. Elle finit malgré tout par poser à haute voix l’impression qu’elle a depuis un moment, celle qui a eu de quoi s’occuper et qu’elles vont lui manquer. « Complètement. » Elle affiche un sourire de satisfaction avant de terminer son verre alors qu’il enchaine avec sa propre idée pour avoir de la compagnie. « Je devrais peut-être me reprendre un chien pour me tenir compagnie. Ou une copine, oui, je sais. » Il a l’air désabusé en le disant, comme si elle était sa mère et qu’elle n’attendait qu’une chose, c’est qu’il devienne un honnête homme. « Je n’ai rien dit. » Qu’elle réplique, face au reproche qu’il pourrait ajouter, bien qu’il doit se douter que si elle ne dit pas grand-chose, ça n’est jamais pour très longtemps. « J’ai l’air d’une flipette à rester tout seul dans cet immense appartement. Mais j’en ai marre de chercher après un ou une colocataire. Si tu savais le nombre de cas sociaux que j’ai déjà dû refuser pour cet appartement… je n’ai pas envie d’héberger des ex-taulards ou des junkies. Tu m’as vu, sérieux ? Comme si ce n’était déjà pas assez folichon ainsi. » Elle fronce les sourcils, pas certaine de ce qu’il essaie de lui faire comprendre. Un coup d’œil à la bouteille et elle en vient même à se demander s’il s’agit de la première qu’il consomme ce soir. Ce n’est pas Dean d’être aussi émotif aussi rapidement. « Et sinon, tu es déjà retournée voir… d’autres personnes ? » Elle hoche la tête. « Non, je suis descendue de l’avion il y’a deux heures à peine. J’allais récupérer mes monstres. » Et c’était la vérité. Bien qu’elle soit debout, elle est en plein jet lag et s’est déjà surprise deux fois à rêver des coussins moelleux du canapé de Dean mais comme à chaque fois, elle garde une maitrise d’elle-même. « Tu es en train de faire le tour des chapelles, j’imagine ? » Son sourire s’efface. Elle n’aime pas le ton de la question, ni celui qu’il implique comme si elle était là de passage, prête à raconter ses problèmes à d’autres. « Dis comme ça, j’ai l’impression de mendier. » Qu’elle répond, un peu piquée au vif. « Si ce n’est pas le cas, je peux toujours t’emmener manger un petit bout pour te changer les idées. Enfin, je dis juste ça ainsi… Mais j’imagine que tu as sûrement du monde à voir ! » Non, elle peut rester autant de temps qu’elle veut (dans la limite de son besoin de sommeil) seulement, le restaurant n’est pas une possibilité, ce qu’il commence à comprendre. « Oh et puis, oublie ce que je t’ai dit ! On ira une autre fois, d’accord ? Un bon gros restaurant loin des regards de la presse, quand tu te seras reposée. » Là, elle reprend son sourire avant de répondre. « Ce sera avec plaisir. » Même si vu comme les choses se passent, ça a plus de chance d’arriver dans un an comme dans dix. « T’as vu, je commence à réfléchir sagement. Je me dis qu’on devrait fonctionner avec des gommettes de récompense dans mon cas… » Il le fait remarquer et elle répondrait que quand il est sobre, il est parfaitement à prendre des décisions sans se mettre le doigt dans l’œil. « Je n’aurais pas été contre qu’on commande quelque chose en tous les cas. » Parce qu’elle avait beau voyagé en première classe, la nourriture d’avion, ça reste un sachet sous vide et des cacahuètes. « Je me dis que ça n’a pas l’air d’aller fort, tu as l’air vraiment seul. » Oui, parce qu’elle ne compte pas tourner autour du pot très longtemps. Son discours la perturbe et cette façon de souligner qu’elle devrait rendre visite à d’autres personnes. « Tu veux revenir à la maison ? Je n’ai pas prévu de quitter Brisbane dans l’immédiat. » Sous-entendu qu’il aura une présence là-bas, qu’il ne sera pas seul. « Et puis, maintenant que Penny & Audrey t’ont à la bonne, tu ne voudrais pas rester loin d’elles trop longtemps non ? »


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Jeu 11 Oct - 18:40



to wish impossible things ■ dean&cora

Cela avait du bon de retrouver Cora sur les terres australiennes, plus particulièrement à Brisbane. Elle avait l’art d’apporter le calme et la responsabilité d’une amie toujours présente. Bizarrement, Dean n’avait jamais vu en elle la grande actrice qu’elle était, mais plutôt la grande amie que bien des personnes crieraient pour l’avoir dans sa vie. « Non, je suis descendue de l’avion il y a deux heures à peine. J’allais récupérer mes monstres. » - « Seulement deux heures ? Wow » avait-il à peine répondu, qu’elle enchaina d’une petite remarque sanglante qui coupa les jambes de Dean aussitôt. « Dis comme ça, j’ai l’impression de mendier. » La première réaction de Dean fut de lâcher un bête sourire nerveux à souhaits. Merde, où avait-il planté cette fois ? Se remémorant ses dires, il ne voyait pas tellement où sa phrase avait pu vexer Cora. Etait-elle fatiguée par le vol ? Avait-elle interprétée ses dires d’une manière péjorative ? Il était inutile de relever durement sa réaction, ce fut pourquoi il avait plutôt osé pour la petite voix douce et enfantine, avec cette impression pendant un instant de marcher sur des œufs, avec la peur que ceux-ci se cassent sous ses yeux. « Ah non mais je voulais simplement demander si tu comptais aller voir d’autres personnes aujourd’hui, si tu étais pressée de partir pour heu… pour aller voir d’autres personnes, comme heu… ton amie là, Ginny ! Ou encore ma cousine, va savoir… » Dean l’abruti repenti, version une. Mais Cora était déjà passée à autre chose : « Ce sera avec plaisir. » Au moins, cette réponse le rassurait et montrait que c’était juste une toute petite maladresse et que Cora allait rapidement passer à autre chose. Il se voyait déjà en mélodie en train de tenter de se faire pardonner à plat ventre pour une petite expression qui avait été interprétée d’une autre manière, sans doute moins correcte, par son amie ; la tenir par les chevilles en rampant pour ne pas qu’elle quitte l’appartement de peur de se retrouver seul à nouveau. Mais le drame avait été évité, de peu. « Je n’aurais pas été contre qu’on commande quelque chose en tous les cas. » - « C’est une meilleure idée ! » lui avait-il répondu, tout en pivotant sur lui-même pour se diriger vers le tiroir où se trouvaient toutes sortes de paperasses. Il fouilla quelques instants dedans pour en ressortir les menus des plats à emporter : la pizzeria du coin, le restaurant chinois à quelques pas, le snack et un petit restaurant typiquement australien qui se trouvait un peu plus loin. Il les déposa sous le nez de Cora, l’incitation implicitement à choisir. Mais c’est alors qu’elle reprit, tout simplement :  « Je me dis que ça n’a pas l’air d’aller fort, tu as l’air vraiment seul. » - « Moi ? » s’étonna-t-il sur un ton faux. « Mais non, pas du tout ! » Que s’imaginait-elle ? Qu’il était une nuit sur deux en position de fœtus, un doudou à la main, en train de pleurer pour que la nuit et la solitude passent ? Ce genre de situations était déjà, certes, arrivé plus d’une fois… merci Heidi. Heureusement, cela faisait trois ans que cela ne se reproduisait plus. Mais Cora avait non seulement la fâcheuse manie d’avoir toujours raison – et bon sang, ce n’était pas toujours simple à avouer et à admettre – mais elle savait en plus lire entre les lignes. « Bon d’accord, je me sens peut-être un tout petit, mais alors là un tout petit peu seul. » - « Tu veux revenir à la maison ? Je n’ai pas prévu de quitter Brisbane dans l’immédiat. » - « Vraiment ? » Son arrivée à Brisbane en novembre 2017 l’avait marqué, d’un souvenir assez négatif. Les premiers mois avaient été difficiles pour lui. Crier après Heidi ou Benjamin dans les rues ne l’avait pas rendu fier. Sombrer dans l’alcool plus d’une fois en frôlant l’inscription aux alcooliques anonymes aussi. Mais s’il y avait bien une chose qu’il retenait, c’était l’accueil de Cora en acceptant de l’héberger les trois premiers mois, avant que tout ce scandale n’éclate au grand jour. Pour Dean, cela avait été des plus réconfortants. En prime, il n’avait jamais eu la sensation de déranger Cora ni d’empiéter sur son terrain, tant le loft avait été spacieux et grand. Malgré ce petit confort qu’il avait fini par trouver dans cet appartement 405, Dean était bien tenté d’accepter la proposition, non seulement pour lui, mais aussi pour Cora. Après tout, un abruti dans son genre pourrait sans doute la distraire un peu comme un bouffon du roi, les soirs où elle aurait le moral au plus bas ? « Pourquoi pas… » - « Et puis, maintenant que Penny et Audrey t’ont à la bonne, tu ne voudrais pas rester loin d’elles trop longtemps, non ? » - « Penny et Audrey… ? » God il avait oublié les noms des chats. Enfin, plutôt l’amusement que cela lui procurait à chaque fois qu’il entendait ces deux noms-là. « C’est vrai, je ne voudrais pas qu’elles miaulent au beau milieu de la nuit et qu’elles te réveillent parce que tonton Dean leur manque. » Il eut un sourire en coin, visant tout l’humour dans ses dires. Il prit la bouteille de rosé et vida le restant dans leurs deux verres, à part égale. « C’est d’accord, j’accepte. C’est vraiment gentil, tu sais. » Il posa sur son amie un regard des plus sincères. Malgré tout ce bordel qui la tourmentait, ces complications qui s’empilaient comme des magazines dans une salle d’attente de médecin, Cora avait encore la force, le courage et la bonté d’être serviable et loyale envers les siens. Dean l’admirait beaucoup pour ça. Après un petit sourire à son adresse et une gorgée de ce dernier verre de rosé qui commençait à se réchauffer, il lança un coup d’œil aux menus des plats à emporter. « Alors, tu préfères quoi ? Choisis bien, c’est moi qui offre ! »



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Ven 12 Oct - 0:16


to wish impossible thing
dean & cora


Dans sa façon de lui poser sa question, elle avait vraiment eu l’impression d’être vue comme une fille qui vient de porte en porte pour se faire plaindre sur sa vie misérable. Comme si tout ce qu’elle voulait, c’était de l’attention des autres, qu’on lui dise qu’elle n’a pas la vie facile et qu’elle soit reconnue comme une martyre alors que, ce n’était pas elle. Ou du moins, pas consciemment. Parce que s’il y’a bien d’une chose dont elle se passerait, ce serait d’attention et alors qu’elle en fait la remarque à Dean, la seule question qui lui brûle les lèvres c’est si c’est vraiment ce qu’il pense d’elle. Mais le pauvre parait tellement gêné, comme s’il avait fait une bêtise qu’elle se décide à mettre ce sentiment sur le coup de l’alcool et de la fatigue qui peut-être éveille sa sensibilité tandis que lui se justifie. « Ah non mais je voulais simplement demander si tu comptais aller voir d’autres personnes aujourd’hui, si tu étais pressée de partir pour heu… pour aller voir d’autres personnes, comme heu… ton amie là, Ginny ! Ou encore ma cousine, va savoir… » Elle répond d’un simple sourire, l’air de lui dire qu’elle comprend ce qu’il a voulu dire même si la formulation était très maladroite et qu’elle risque d’avoir ces questions en tête pendant quelques jours. Peut-être en reparleront-ils à tête reposée, quand Dean n’aura pas descendu une moitié de rosé à lui tout seul. Probablement coupable, il propose une sortie au restaurant avant de se souvenir du contexte qui avait poussé Cora à s’exiler quelques temps et à tirer cette tronche de six pieds de long dont elle ne se débarrassera pas de sitôt. Comme elle dit, s’ils ne peuvent pas aller manger, le manger ira à eux. « C’est une meilleure idée ! » Un air satisfait apparait sur son visage quand elle se prend à observer Dean, à analyser ses propos et sa conduite avant de reprendre en mémoire, d’autres propos tenus des semaines auparavant sur sa situation avec Ben & Heidi. Elle ne l’avait pas relancé plus tôt sur Ben. Peut-être aurait-elle du ? Peut-être devrait-elle jeter un pavé dans la mare ? Et même décider à se rendre chez le Brody maintenant ! Mais la pensée que cette histoire ne la regarde pas forcément reste gravée dans sa tête et tout ce qu’elle trouve à dire, c’est la remarque que la solitude semble être très présente dernièrement. « Moi ? » Il fait le surpris avant de démentir. « Mais non, pas du tout ! » Seulement, il suffit d’un regard appuyé de l’actrice en sa direction pour délier les langues. Ça ne parait pas au premier coup d’œil et même si Dean avait été moins proche d’elle que les deux autres membres de la bande, elle le connait depuis des années et reste capable de assez à travers pour émettre des suppositions justes. « Bon d’accord, je me sens peut-être un tout petit, mais alors là un tout petit peu seul. » Qu’il finit par admettre, avec ce qu’elle imagine être un peu de difficulté parce que c’est jamais chose simple que de faire savoir aux autres que ça ne va pas. Elle en va de son propre exemple parce qu’elle n’avait jamais parlé de chose profonde et aujourd’hui, cela reste un exercice difficile. « Vraiment ? » Elle acquiesce. Désormais, elle est rentrée au bercail et elle ne compte pas filer aussitôt. Voyager, ça avait été éprouvant et maintenant, tout ce qu’elle aspire c’est à la tranquillité de la maison le temps de se reconstruire un peu. « Yup. Normalement, j’ai pas d’autres enfants cachés donc pas de raison que je m’en aille. » Elle essaie d’en rire. C’est probablement le rosé qui l’aide à formuler cette blague de mauvais goût mais son invitation reste sincère. Elle le voit qu’il est malheureux et que maintenant que les chats allaient rentrer, il n’aurait plus rien pour se distraire de cet ennui. « Pourquoi pas… » Il fait le garçon qui réfléchit, le sujet des chats tombent justement sur la table. « Penny et Audrey… ? » Les deux chattes, dont les prénoms témoignent de l’amour que Cora doit avoir pour les années soixante. « C’est vrai, je ne voudrais pas qu’elles miaulent au beau milieu de la nuit et qu’elles te réveillent parce que tonton Dean leur manque. » Elle prend un air sérieux comme si ce qu’il dit est parfaitement logique et sensée. « C’est ça, j’aurais été obligé de récupérer tout ton linge sale pour qu’elles se roulent dedans pour pas oublier ton odeur. Et je sais pas si tu te rappelles, mais moi, la lessive … » Et bien, il arrivait que des fois Cora se sente pousser des ailes et en lance une sans relire sa fiche lessive spécialement écrite par Ginny pour qu’elle lave son linge comme une grande et que la conséquence de ce trop-plein de confiance résulte souvent en un rétrécissement extrême du linge. Les costumes de Dean en avait fait les frais. « C’est d’accord, j’accepte. C’est vraiment gentil, tu sais. » Qu’il annonce, la surprenant parce qu’il n’a pas été difficile à convaincre. Raison de plus pour elle de penser comme elle le faisait. Cependant, elle se garde de faire mention. « C’est pas aussi altruiste que tu ne le penses. Ce n’était pas désagréable de rentrer à la maison et d’y trouver quelqu’un. » Qu’elle admet, parce que des fois, y’avait un p’tit truc à manger sur la table, un p’tit visionnage de film ou tout simplement des petites discussion veillant à rendre le moment de se coucher moins pesant, plus rassurant parce que quelqu’un est là. La question réglée, ils en reviennent vite à la question du repas, quand Dean lui montre du doigt les prospectus posés devant elle. « Alors, tu préfères quoi ? Choisis bien, c’est moi qui offre ! » Et bien, le choix sera vite fait parce que Cora n’a pas l’estomac à étudier les menu et y’a les photos du vietnamien qui lui font un bel œil. « Tu sais quoi ? On pourrait s’attendre à ce qu’après autant de temps chez les ricains, je rêve d’un truc bien typique j’ai pas trouvé là-bas mais… » Qu’elle commence à expliquer avant de se saisir du menu qu’elle plante à quelques centimètres de son visage, histoire que l’image le séduise aussi. « Tout ce que je veux là, maintenant, c’est un bo bun. » Un bon gros bol de pâte avec encore plus de truc dedans. Après tout, maintenant qu’elle n’avait à jouer la comédie, elle n’avait pas à s’en tenir à tous ces régimes et au sport quotidiennement. Maintenant, elle pouvait manger et elle comptait bien se faire plaisir. « On pourrait faire le concours de celui qui fait le plus de bruit en avalant ses nouilles. » Oui, parce que visiblement, y’a rien qui semble l’enchanter plus que la perspective de manger comme une dégueulasse. Sans plus attendre, il sort le téléphone afin de mettre la commande en route et Cora en profite pour marcher un peu dans l'appartement. Elle se prend à penser un peu, à observer les quelques photos qui trainent par là. Visiblement, la colocataire aimait les selfies. Puis, quand Dean revient concentré, elle ne peut s'empêcher de demander. « Tu me dirais, s'il s'était passé quelque chose que je dois savoir en mon absence? »


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Ven 19 Oct - 18:35



to wish impossible things ■ dean&cora

Le jeune Irlandais ne s’attendait pas à ce que son amie tenter de rire de cette situation qui la tiraillait sans interruption. « Yup. Normalement, j’ai pas d’autres enfants cachés donc pas de raison que je m’en aille. » Il avait eu un léger rire, ce rire qui pouvait compatir à sa peine et le rire de bon public. En réalité, à part ce genre de scénario, il ne voyait pas comment cela pouvait être pire pour Cora. Peut-être que sa présence allait un tant soit peu apaiser les tourments de son amie. Si au moins il pouvait servir à cela. « C’est ça, j’aurais été obligée de récupérer tout ton linge sale pour qu’elles se roulent dedans pour ne pas oublier ton odeur. Et je ne sais pas si tu te rappelles, mais moi, la lessive… » Il avait hoché la tête. Comment avait-il pu oublier ce moment où son costume Hugo Boss avait été rétréci de trois fois sa taille ? Cora et lui étaient le jour et la nuit à ce propos, lui était une vraie petite fée du logis. La lessive, autant que la vaisselle et le ménage, étaient son dada.  « C’est pas aussi altruiste que tu ne le penses. Ce n’est pas désagréable de rentrer à la maison et d’y trouver quelqu’un. » - « Je peux comprendre… » et, secrètement, cela l’arrangeait également de savoir que d’ici quelques jours, voire quelques semaines, il allait pouvoir retrouver cette présence rassurante en rentrant du travail. « Tu sais quoi ? On pourrait s’attendre à ce qu’après autant de temps chez les ricains, je rêve d’un truc bien typique j’ai pas trouvé là-bas mais… Tout ce que je veux là, maintenant, c’est un bon bun. » - « Bonne idée ! C’est toi qui décides de toute façon ! » Dean le gentil, as always. « On pourrait faire le concours de celui qui fait le plus de bruit en avant ses nouilles. » - « Je vote pour ! » Il s’en alla avec son téléphone en main, pour passer rapidement commande et commencer ce petit challenge lancé… puis il revint sur ses pas. « Mais autant te dire tout de suite que je risque de gagner, mais parce que je suis gentil, je te laisserai la victoire bien sûr ! » finit-il par dire sur un ton exagéré, avant de s’éloigner un peu plus loin dans la pièce pour passer un coup de téléphone. La conversation ne dura que quelques minutes, le temps de quelques précisions et de donner l’adresse. Il revint tout gentiment vers Cora avec un air pensif, un air qui ne passait visiblement pas inaperçu aux yeux de Cora. « Tu me dirais, s’il s’était passé quelque chose que je dois savoir en mon absence ? » - « Hm… oui ? » Que pouvait-il dire ? Son emploi au bureau du procureur aurait pu lui prendre tout son temps s’il n’était pas la plupart de son temps dans les bars à se saouler la tronche. Bien sûr, il avait déjà songé à changer d’emploi et regardait même déjà les offres. « A côté de ce que tu as vécu, je ne vois pas trop ce qui vaut la peine d’être dit, en fait. J’ai revu Benjamin dans un parc d’attractions et j’ai plus eu une conversation avec son fils qu’avec lui. Je crois qu’il n’est pas proche de m’avoir à nouveau dans sa vie. » Il haussa les épaules tout bêtement. « Et je commence à laisser tomber, j’ai juste l’air d’un con qui gratte son amitié à longueur de temps. Je veux bien tenter de sauver les meubles, mais à un moment ça me fait plus mal qu’autre chose alors… » S’il était en train de parler à un copain masculin, tel que Matteo ou Matt, il aurait sans doute pris une remarque de fillette pour parler de manière si sentimentale. Mais avec Cora, il savait que s’il ne lui disait pas clairement ce qui se passait, il n’allait pas tenir longtemps à force de la sentir lui tirer les vers hors du nez. « Et Heidi, on s’est revus une fois et pour la première fois en trois ans, j’ai enfin pu lui dire ce que j’en pensais. » Il eut un moment d’hésitation, avec une petite moue pensive. « Il était temps de les revoir entre autres, ça va faire un an que je suis ici, à gratter depuis un an que les deux daignent supporter ma présence ne fût-ce qu’une minute. » Parce que oui, un an à trainer derrière les deux personnes qu’il pensait être les plus importantes de sa vie, ça épuisait. Malgré toute l’énergie gonflée à bloc à l’intérieur, Dean se sentit dégonfler peu à peu au fur et à mesure des mois. Il jeta un coup d’œil à sa montre. L’établissement où il avait l’habitude de commander ne mettait que cinq minutes, il les trouvait assez rapides. Ici, ils mettaient plus de temps que prévu et commençait à croire qu’il n’avait pas donné la bonne adresse. Mais enfin, le bruit de la porte d’en bas retentit. « Ah, attends, je reviens ! » Sauvé par le gong ! Au moins, avoir des pâtes en bouche allait lui laisser plus le temps de réfléchir à la ribambelle de questions qu’il risquerait de recevoir de la part de Cora. Son amie avait l’art de pointer là où il évitait d’avoir mal, évitait de parler. Il s’en alla quelques minutes en bas de l’immeuble, avec un peu d’argent liquide et prit la commande dans une petite caisse en carton, bien emballée, aux couleurs de l’enseigne. Il revint peu de temps après à la hauteur de Cora, toujours sur le comptoir de la cuisine. Avec un grand sourire, il ouvrit la caisse et en sortit une bouteille de vin rouge. « Tadam ! Je ne sais pas ce qu’elle vaut ! Mais vu qu’on a déjà tué le rosé, on allait s’embêter un peu… » Ils allaient finir par être saouls. Mais un petit verre en mangeant n’allait pas les tuer, si ?



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Ven 2 Nov - 0:08


to wish impossible thing
dean & cora


Elle ne peut s’empêcher tout en scrutant les petits coins de l’appartement de penser à Dean, à son comportement et les propos qu’il tient, ou plutôt de sa façon de les tenir. C’est le risque qu’il a pris en s’éloignant, celui de laisser Cora gamberger leur discussion et observer ce qui ne semble pas aller chez lui, ce qui diffère de d’habitude. Elle ne dirait pas qu’elle sait lire dans les pensées, ou les comportements mais elle a toujours de l’instinct pour ce qui est d’observer que quelque chose ne pas chez quelqu’un. C’est comme un sixième sens et là, elle peut le dire sans peur de se tromper qu’elle a raté quelque chose que Dean lui cache, et également qu’il n’a pas été très heureux pendant ces derniers mois. Un fait dont elle est responsable, c’est elle qui lui a dit que sa situation ne pouvait que s’arranger en faisant face à ses problèmes, ici, à Brisbane. C’est pourquoi, aussitôt revenu près d’elle après la commande, elle pose les pieds dans le plat. Sa situation actuelle ne lui permet pas de partir à droite à gauche à la pêche aux informations jusqu’à découvre ce que Dean lui cache alors, elle préfère ne pas tourner autour du pot. « Hm… oui ? » Son regard s’appuie. Parce que de la façon dont il répond, c’est un petit oui qu’elle sent là pour ne pas la contrarier mais qui n’a rien de bien sincère. « A côté de ce que tu as vécu, je ne vois pas trop ce qui vaut la peine d’être dit, en fait. J’ai revu Benjamin dans un parc d’attractions et j’ai plus eu une conversation avec son fils qu’avec lui. Je crois qu’il n’est pas proche de m’avoir à nouveau dans sa vie. » Enfin, il parle. Et afin de ne pas le couper dans son élan, elle reste assise, à l’écoute, sans le quitter du regard. « Et je commence à laisser tomber, j’ai juste l’air d’un con qui gratte son amitié à longueur de temps. Je veux bien tenter de sauver les meubles, mais à un moment ça me fait plus mal qu’autre chose alors… » Son visage affiche une grimace. Elle demande ce que Benjamin peut bien foutre à jouer les difficiles en ce qui concerne Dean, lui qui autrefois n’arrêtait pas de faire des éloges au fait qu’entre mec, y’a pas de drama et personne ne se prend la tête, le voilà qu’il agit en véritable petite prétentieuse qui n’attend que de se courir après pour accorder un pardon plein d’une rancœur inutile. Merde, depuis quand le Brody est-il aussi chiant qu’une gonzesse ? Mais ça, elle ne dit rien. Ça n’aiderait pas Dean, là, maintenant. « Et Heidi, on s’est revus une fois et pour la première fois en trois ans, j’ai enfin pu lui dire ce que j’en pensais. » Qu’il reprend, un récit où pour le coup, elle se sent gêner parce qu’il parle d’une personne avec laquelle elle n’est pas en bon terme. Elle dirait même pas en terme du tout. Et dans les faits, même si son amitié avec la principale intéressée est morte, elle ne se sent pas d’en dire du mal. « Il était temps de les revoir entre autres, ça va faire un an que je suis ici, à gratter depuis un an que les deux daignent supporter ma présence ne fût-ce qu’une minute. » Wow. Elle retient son souffle, n’ajoute rien mais retient que Dean a visiblement beaucoup de ressenti pour lui, beaucoup de rancœur également et c’est quelque chose qu’elle peut comprendre. Quelque part, elle avait du mal à reconnaitre ses amis et alors qu’elle s’apprête à prendre la parole pour répondre d’un de ses paroles rassurantes dont elle a le secret. C’est lui qui s’éclipse. « Ah, attends, je reviens ! » Elle acquiesce, ne s’attendant pas en le faisant à ce qu’il quitte l’appartement. Les quelques minutes qu’elle passe seule, elle en profite pour se retrouver un peu avec ses chats ou bien mettre un peu d’ordre sur la table du salon où ils risquent de prendre leur repas. L’envie d’allumer la télévision ou de vérifier son téléphone la tiraille un peu, mais pour changer, elle veut bien n’avoir que les problèmes de Dean en tête. « Tadam ! Je ne sais pas ce qu’elle vaut ! Mais vu qu’on a déjà tué le rosé, on allait s’embêter un peu… » Qu’il annonce, en sortant fièrement son nouvel achat. « Dean Maguire, vous essayez de me faire boire pour me réduire au silence ? » Qu’elle demande, d’un air faussement sévère avant d’hausser les épaules et soupirer. « Je sens que les chats vont rester ici, pas moyen que j’arrive à les ramener après ça. » Parce que la moitié d’une bouteille de rosée pouvait passer mais Cora n’avait jamais une très grande buveuse et elle sait à ce moment-là, qu’il sera difficile de faire face demain. Une chance qu’elle n’ait plus de carrière à gérer. L’invitant à prendre place près d’elle en tapotant sur le canapé, elle reprend toutefois la conversation. « Et donc, on en était où ? » Ben. Heidi. Heidi. Ben. Elle n’a pas oublié en quelques minutes, mais elle préfère replacer les choses dans son contexte. « Est-ce qu’au moins ta conversation avec Adam était intéressante ? » Non parce que, dans les faits, il est préférable de parler au petit garçon plutôt qu’à son père, les propos sont vachement plus matures. « J’essaie de dédramatiser la situation. » Qu’elle ajoute, pour qu’il n’ait pas l’impression qu’elle se fout littéralement de sa tronche. « Vous avez parlé de la situation ? Tu sais, je ne sais pas ce qui amène Ben à agir en diva difficile et à bouder, mais je ne pense pas que ça lui tiendra longtemps. » Elle sait que ses propos ne sont pas faciles à entendre, qu’il est fatigué de se prendre des portes fermés et il a raison de l’être. Elle sait que ce serait dégueulasse de sa part de l’encourager à continuer alors qu’il en souffre visiblement mais elle ne voit pas la situation perdurer ainsi. Tout le monde fait des erreurs. « Je pense qu’à avoir agis comme des gonzesses, vous devriez peut-être avoir une conversation posée sur le même thème pour que chacun balance ses griefs. » Elle soupire. « Remarque, c’est lui qui sera difficile à convaincre. » Après, tout reste tributaire de Dean et de ses décisions. « Quant à Heidi, j’espère que ça t’a fait du bien de mettre à plat la situation. On ne se parle plus elle et moi, depuis … tu sais … Mais, je pense qu’elle a autant besoin que toi de crever l’abcès. Vous irez mieux après ça. » Et de ce point de vue, elle pouvait en faire une promesse. Cela fait bien trop longtemps leur séparation. La plaie suppure. Il est temps de retirer le bandage et laisser guérir.


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1934 POINTS : 970

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.



RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Sam 3 Nov - 15:14



to wish impossible things ■ dean&cora

« Dean Maguire, vous essayez de me faire boire pour me réduire au silence ? » avait-elle répondu, juste avant qu’il ne quitte à la pièce. C’était le genre de réflexions qui le faisait rire mais qui le ramenait à la réalité. Lui avait pris l’habitude de se vider une bouteille à lui tout seul sur la soirée, sans doute pour finir avec une tête tournant à une vitesse folle ou alors pour avoir un mal de crâne le lendemain. Mais il savait qu’il allait devoir changer la donne, au risque de voir Cora débarquer avec plusieurs de ses proches pour faire une intervention. Il imaginait déjà la banderole au-dessus de son canapé et un frisson l’avait parcouru en guise de dégoût tant cela allait jurer avec la décoration. « Je sens que les chats vont rester ici, pas moyen que j’arrive à les ramener après ça. » avait-elle poursuivi alors que bien vite, le jeune avocat disparaissait de l’appartement pour revenir quelques minutes après. A son retour, à sa grande surprise, Cora avait pris les devants et avait débarrassé la table basse où ils allaient manger les plats à emporter. Avec un immense sourire, surtout amusé par le petit tapotement sur son canapé, il s’amusa tel un joyeux luron en sa direction et posa le carton au milieu de la table pour commencer à déposer les plats devant eux. « Et donc, on en était où ? » Damn it, si Cora pensait ne pas pouvoir ramener ses chats avec elle ce soir, elle ne perdait cependant pas encore la mémoire à cause du rosé. Dean fit mine de plisser les yeux comme s’il cherchait à se remémorer, préférant ne pas revenir sur le sujet. En même temps, il prit la télécommande et alluma la télévision pour mettre une chaîne où défilaient des clips en tous genres. Un fond musical plus un défilé de vidéoclips débiles de stars américaines, le rêve. « Est-ce qu’au moins ta conversation avec Adam était intéressante ? » - « Ah, oui. Adam. » répondit-il, comme s’il avait oublié cette petite discussion. « J’essaie de dédramatiser la situation. » - « Tu sais, il a l’air plutôt futé pour un p’tit. Il me rappelait un peu Ben, quand il était lui aussi haut comme trois pommes et que ça l’intéressait encore de me parler. » marmonna-t-il en ouvrant son plat de pâtes. Il tendit des couverts à Cora, en prit pour lui, touilla un peu dans son plat et avala une première bouchée. « Vous avez parlé de la situation ? Tu sais, je ne sais pas ce qui amène Ben à agir en diva difficile et à bouder, mais je ne pense pas que ça lui tiendra longtemps. » Dean haussa les épaules, reprenant une seconde fourchette puis une troisième. L’idée de voir que Cora remettait un peu la faute sur Ben le rassurait, mais il allait vite déchanter. « Je pense qu’à avoir agis comme des gonzesses, vous devriez peut-être avoir une conversation posée sur le même thème pour que chacun balance ses griefs. » - « Hé ! » s’indigna-t-il comme, justement, une gonzesse. Puis il y réfléchit l’espace de quelques secondes. Oh well. Elle n'avait pas tort. « Remarque, c’est lui qui sera difficile à convaincre. » - «  Je ne compte pas en rester là. Tant qu’il ne m’aura pas clairement demandé de dégager de sa vie et de ne plus jamais y remettre les pieds même si j’en ai envie, je resterai. Il n’a qu’à m’en mettre plein la gueule aussi s’il a un problème, au lieu de la jouer au roi du silence. » Il se tut quelques instants, manquant de reprendre une fourchette entre-temps. « Enfin je dis ça mais il serait capable de me faire pleurer comme un faiblard, ce con. » Et il continua à manger, sa nervosité aimait se jeter autant sur la boisson que sur la nourriture. Et l’idée du plat à emporter de Cora lui plaisait encore plus maintenant que son estomac se remplissait. Il jeta un coup d’œil à Cora, la bouche à moitié pleine. « Tu manches pas ? » Mais son amie semblait bien trop préoccupée à réfléchir à la situation et il s’en voulut presque de vouloir qu’elle s’y intéressait plus à cet instant que lui-même. « Quant à Heidi, j’espère que ça t’a fait du bien de mettre à plat la situation. On ne se parle plus elle et moi, depuis … tu sais … Mais, je pense qu’elle a autant besoin que toi de crever l’abcès. Vous irez mieux après ça. » - « Ah bon, tu ne lui parles plus ? » Dean eut un blocage dans sa tête, comme si les souvenirs concernant Heidi et Cora ne voulaient pas refaire surface. Depuis son arrivée à Brisbane, c’est vrai que pour toutes les fois où il avait squatté chez Cora, il n’était jamais tombé sur Heidi. Il avait essayé pourtant, en se disant qu’elle devait se rendre chez son amie. « C'est ta décision ou la sienne ? » L’égoïsme d’Heidi avec ses ambitions professionnelles et l’envie de se reconstruire en balayant son passé ne devait pas concorder avec le drame qui traversait la vie de Cora. Et Dean en fut désolé pour elle, connaissant à quel point les deux amies avaient été proches durant leurs années universitaires. « L’abcès est crevé, j’ai abandonné l’affaire. Elle peut jouer à la petite styliste pour qui elle veut, se taper qui elle croise, même Ben si elle veut vu comment elle est bien partie à squatter dans sa vie plus que moi, m’en fous ! » finit-il par dire en balayant ses dires d’un revers de la main. Pour sûr, il ne le pensait pas un seul instant. Rien qu'imaginer Heidi dans les bras d'un autre le rendrait malade. La rancœur régnait dans sa voix à chaque fois qu’il parlait d'elle ou de Benjamin et cette fois-ci ne faisait pas exception. Il parvint tout de même à se rappeler qu’il était en bonne compagnie et que Cora, à travers vents et marées de ce trio infernal, était toujours pour là pour lui. Et son regard en disait lui, il était prêt à la remercier une fois encore, sans doute parce que le rosé le poussait à le faire et jouer son grand drama sentimental heureux de voir qu’il n’avait pas tout perdu. Mais à la place, il reprit une fourchette de pâtes. « Tiens, les avocats qui te défendent, ce ne sont pas ceux du cabinet Grimes & Hartman ? J’ai postulé pour travailler pour eux, j’attends une réponse prochainement. » Dean, ou l’art de changer radicalement de sujet que la situation le taquinait un chouïa de trop.



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
SURNOM : corapuce, même si une seule personne le fait.
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage. c'est vers le refuge animalier qu'elle a fondé qu'elle se tourne le temps de trouver un sens à sa vie.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill qu'elle habite avec ses deux chats et Dean Maguire

POSTS : 12819 POINTS : 2495

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Gabriel + Milena#3(5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren+ Finn
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) .ALWAYS (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   Jeu 8 Nov - 20:06


to wish impossible thing
dean & cora


Il était hors de question qu’elle le laisse s’en tirer comme ça. Dean est la première personne qu’elle voit et par conséquent celui qui aura le plus de mal à l’empêcher de poser des questions sur tout ce qu’elle a raté. Sa tentative de défilade n’avait pas pris pendant longtemps. Elle avait pris l’habitude avec les années, et malgré ses emplois du temps toujours chargés, d’assurer une présence auprès de ses amis, d’être là et de les aider dans les moments difficiles. Le comportement de Dean depuis qu’elle était entrée dans l’appartement n’avait cessé de lui mettre la puce à l’oreille (enfin, c’est surtout la vitesse à laquelle il descend ses verres) et maintenant qu’ils avaient rattrapés un peu de temps perdus, elle doit savoir les évènements qui l’ont mis dans cet état et où il en est de ses tentatives de reconnexion avec le passé. C’est pourquoi, aussitôt revenu de ses courses, elle l’avait convié à la rejoindre sur le canapé et à terminer le récit commencé un peu plus tôt. « Ah, oui. Adam. » Dans la mesure où ce n’était pas avec Ben qu’il avait communiqué, c’est en écoutant parler de sa conversation avec la progéniture de ce dernier qu’elle commence. « Tu sais, il a l’air plutôt futé pour un p’tit. Il me rappelait un peu Ben, quand il était lui aussi haut comme trois pommes et que ça l’intéressait encore de me parler. » Elle note une pointe de ressentiment bien qu’elle ne montre aucune réaction, ses gestes saisissent les couverts qu’il lui tend, la table se dresse petit à petit, elle ne retient juste pas le commentaire suivant : « J’espère que le fait de ressembler à son père au même âge n’indique pas qu’il va grandir comme lui. » Parce que ça, ce serait moche. Bien sûr que la pique est sortie malgré elle mais elle provient plus d’un besoin de se moquer que de ses vieilles rancœurs qui sont effacées depuis longtemps. Et puis, comme c’est gratuit, elle n’hésite pas à ressortir une seconde vanne, qui cette fois-ci semble avoir touché l’égo du monsieur. « Hé ! » Son regard le défi de lui dire qu’elle n’a pas raison sur ce coup ou d’ajouter quoi que ce soit qui n’aille pas dans son sens. Son observation est correcte, juste piquante et elle est certaine que c’est ça qui leur faut à tous les deux. « Je ne compte pas en rester là. Tant qu’il ne m’aura pas clairement demandé de dégager de sa vie et de ne plus jamais y remettre les pieds même si j’en ai envie, je resterai. Il n’a qu’à m’en mettre plein la gueule aussi s’il a un problème, au lieu de la jouer au roi du silence. » Là, elle a le sentiment que c’est l’alcool qui parle mais elle lui répond d’un sourire, une façon à elle de l’encourager dans ses tentatives. Elle espère sincèrement que cette histoire aura une issue positive, bien qu’elle ait du mal à saisir que ça ne soit pas le cas. « Enfin je dis ça mais il serait capable de me faire pleurer comme un faiblard, ce con. » Elle ne sortira pas une troisième vanne le comparant à une gonzesse. Elle en a envie, elle résiste. Ses pensées se dirigeant automatiquement sur une façon de démêler les choses. Il faudrait d’abord qu’elle comprenne comment ils en sont arrivés là, ce qu’elle a vraiment manqué à Adélaïde. « Tu manches pas ? » l’interrompt Dean, ses yeux se jettent automatiquement sur ses nouilles qui n’attendent qu’elle et avant de commencer à imiter Dean et ses bruits de bouche, elle lâche un dernier commentaire sur sa relation à Heidi. Malheureusement, pour ce qui était de leur couple, elle ne pouvait rien dire en raison de ce sentiment de trahir son amie, même si cette dernière n’est plus dans le paysage. « Ah bon, tu ne lui parles plus ? » Qu’il demande, elle profite de sa bouche pleine pour ne pas répondre et àchaque occasion de dire un mot, elle se remplie à nouveau. « C'est ta décision ou la sienne ? » Qu’il demande, comme si ça allait changer quelque chose que ça vienne de l’une ou de l’autre. Le constat est là, les semaines avaient passé et aucune n’avait cherché à recoller quoi que ce soit. Vu le constat, la faute semble paratagé. « L’abcès est crevé, j’ai abandonné l’affaire. Elle peut jouer à la petite styliste pour qui elle veut, se taper qui elle croise, même Ben si elle veut vu comment elle est bien partie à squatter dans sa vie plus que moi, m’en fous ! » Elle hausse un sourcil. Elle lui aurait presque demandé s’il en est sûr, parce que ce n’est pas la vibes qu’il transmet mais il y’a tellement de colère dans sa voix qu’elle continue de garder la bouche pleine et ne rien dire. Elle se sent triste pour lui. Bien qu’en un sens, maintenant que l’abcès est crevé, il peut avancer. De sentir la colère de Dean, Cora se sent coupable de le forcer à partager des choses alors qu’elle reste muette. Finalement, parce que ce n’est pas à sens unique, elle se décide à lui répondre. « Elle n’a pas supporté quand je lui ai donné l’identité du père de mon père. C’est quelqu’un de proche d’elle que j’avais jamais revu entre l’adolescence et l’enterrement de Matteo. Je ne sais pas si, c’est de savoir que c’est lui ou que je ne lui ai rien dit, ou les deux, elle a pété un câble et j’ai choisi de ne pas m’en excuser. » Oui, parce que pour une fois, Cora en avait eu assez de demander pardon, elle était en pleine tribulations avec les journées, à la merci de tout ce qu’on aurait pu dire sur elle. Heidi avait fait un choix. « On ne s’est pas reparlé depuis. Je ne la connaissais même pas quand c’est arrivé et après ça, j’étais dans mon droit de ne pas raconter le pire traumatisme de ma vie non ? » Automatiquement, c’est vers son verre de vin qu’elle se tourne. Tout ça, ça ne lui rappelle que trop la déconvenue qu’elle vient de vivre. « Tiens, les avocats qui te défendent, ce ne sont pas ceux du cabinet Grimes & Hartman ? J’ai postulé pour travailler pour eux, j’attends une réponse prochainement. » Est-ce que c’est sa façon à lui de lui faire oublié le sujet tout juste traité ? Elle est surprise en l’observant, avant de répondre. « Ce sont eux. Tu veux quitter le bureau du procureur ? » Quelle question, il veut surtout arrêter de tomber sur Ben.


the sweetest


:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: #405 to wish impossible thing (dean)   


Revenir en haut Aller en bas
 

#405 to wish impossible thing (dean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-