AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1926 POINTS : 775

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine, let her go.



RPs EN ATTENTE :

Ariane › Ben#2 › Ginny#3 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : luaneshë (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › pando (fiche rp) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   Sam 28 Juil - 16:05



welcome to dreamworld ■ ben&dean

A quand remontait la dernière fois où Dean Maguire avait mis les pieds dans le quartier de Redcliffe ? C’était là l’un des quartiers où il ne venait jamais, où il ne trouvait pas d’affinités à s’y promener sans raisons, contrairement à d’autres quartiers. En réalité, Dean, la plupart du temps dans le déni, se souvenait très bien de ses premiers pas dans ce quartier, c’était au moment où il avait atterri depuis Adelaïde, lorsqu’il était venu emménager à Brisbane. L’aéroport était le seul endroit qu’il connaissait, en gardant un mauvais souvenir. Lui, naïf, qui s’était attendu à une foulée de personnes l’acclamant et lui courant dans les bras, seule Cora avait été présente pour l’accueillir dans cette nouvelle ville ou, plutôt, dans cette nouvelle vie. Ah, Cora ! La palme d’or de l’amie à la rescousse, le trophée de la grande gagnante pour avoir entendu, écouté et supporté pleurs, énervements, acharnements, et colère. La belle rouquine sous-estimait parfois l’influence qu’elle avait eu sur lui. Et c’était peu dire. Les premiers mois du jeune Irlandais avaient été mouvementés, comme une montagne russe. Les hauts concernaient les retrouvailles avec plusieurs de ses amis, les nouvelles rencontres, les sorties à gogo et ce nouveau job assez prestigieux presque trouvé facilement. C’était toujours dans ces moments « up » que Dean oubliait les moments « down », ces moments où la locomotive de l’attraction chutait librement vers le bas des rails. Cette chute avait le portrait de Benjamin et d’Heïdi réunis et le hantait à chaque jour qu’il passait, seul depuis trois ans. Et rien n’y changeait. Mais aujourd’hui, le jeune avocat se devait de retourner dans ce quartier. L’occasion était spéciale, elle était même inévitable : Benjamin avait enfin accepté de passer un peu de temps avec lui. Pas de n’importe quelle manière en plus, dans un parc d’attractions, avec le petit Adam. Ce petit homme, pas plus haut que trois pommes, avec le portrait craché de son père, avait été le point culminant de la dispute entre Dean et son meilleur ami. Et quel égoïste Dean avait-il été ! Le petit Adam n’avait certainement pas voulu être le fruit d’une histoire sans lendemain. Benjamin n’avait, lui, sans doute jamais voulu être père mais avait juste décidé d’assumer. Pour Dean, trois ans auparavant, cela paraissait impensable d’imaginer le grand Benjamin Brody avec une couche pleine dans la main et un biberon dans l’autre. C’était comme d’imaginer un kangourou avec une Guinness dans la poche, en train de jouer à la belote en terrasse. Impensable. Or, s’il voulait récupérer, un tant soit peu, l’amitié indétrônable qu’il avait eue durant toutes ces années avec Benjamin, il fallait commencer par voir la réalité en face, accepter que les temps avaient changé et, surtout, pouvoir se faire pardonner de son égoïsme. Ce matin-là, contrairement à son habitude, Dean n’était pas allé courir – sans doute à cause de la nervosité qui l’envahissait déjà. A quelle heure cela pouvait ouvrir, un parc d’attractions ? A part un manège, deux mascottes ambulantes et une balançoire, qu’est-ce qu’il pouvait bien y avoir qui aurait pu attirer les enfants là-dedans ? Loin du monde de l’enfance et de ses aventures, Dean dut se documenter sur le parc d’attractions en question, imaginer peut-être trois ou quatre fois le genre de scénarios qui pourraient se dérouler et surtout, se posa toujours la même question. Comment Adam allait-il l’appeler ? Tonton Dean ? Un frisson étrange le parcourut. Monsieur Maguire ? Il secoua la tête, tout en s’empressant de s’habiller de manière décontractée. C’est ça, il devait avoir l’air décontracté. Une fois arrivé devant le parc, le jeune Irlandais se gara non sans peine, dû au monde qui se trouvait déjà là pour l’ouverture – forcément, un samedi matin, quelle idée ! Les minutes suivantes, il les passa dans son auto, à attendre que Benjamin et qu’Adam arrivent. Sur son siège, il avait prévu un paquet de bonbons. Était-ce bien perçu de donner un bonbon à un enfant qu’on connaissait à peine ? Devait-il vraiment arriver avec cela en poche ? Fronçant les sourcils en direction du paquet, plus nerveux que jamais, Dean ne se rendit même pas compte à quel point il avait été ridicule. Tant de prises de tête, Benjamin se serait moqué de lui jusqu’à épuisement. Ce genre de comportements lui ressemblait pas de trop. Mais il s’agissait de Benjamin, la barre était placée haut dans le niveau du pardon. Quelques minutes passèrent encore avant que Dean n’aperçoive deux silhouettes se dessiner à l’horizon, dans son rétroviseur. Il s’empressa alors de quitter son véhicule, décidant de laisser les bonbons sur le siège, attrapant ses clés et son téléphone portable qu’il enfonça tous deux grossièrement dans sa poche. Enfin, tournant les talons, il fit enfin face à Benjamin et Adam qui s’approchèrent de lui, avec un grand sourire et des bras limite grandement ouverts : « Hello ! » fut le seul son qui sortit de sa bouche, alors que son regard voyageait timidement entre son meilleur ami de tous les temps et son portrait tout bonnement craché.



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:27, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l’irrattrapable
l’irrattrapable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans, l'âge du Christ, avec plus de swag (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, la capacité sentimentale d'une petite cuillère
MÉTIER : avocat dans son propre cabinet, Brody & Associates (mars 2018) avec une fausse secrétaire mais un vrai stagiaire, ex avocat commis d'office
LOGEMENT : un petit appart' au #17 redcliffe

POSTS : 847 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Papa célibataire d'un fils de 8 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Benny #10 - Heidi #3 - Cora #2 - Matt+Tad - Dean - Vitto - 6/5

alternatif : Zombenny


BENNY ► If this night is not forever at least we are together. I know I'm not alone.


BENEIDI ► You're the best friend that I ever had. I've been with you such a long time. You're my sunshine.


BENOAN ► Two shots, whispering in your ear. I got one shot, one shot to love you all night long.
RPs TERMINÉS : Debra - Ginny #1 - Cora (FB) - Heidi #1 - Ginny #3 - Ginny #4 - Matt - Benny #5 - Heidi #2 - Benny #7 - Dean - Loan - Edward - Benny #9
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
DC : jamie keynes & lou aberline & kelly ward
INSCRIT LE : 13/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751 http://www.30yearsstillyoung.com/t12542-benjamin-brody

MessageSujet: Re: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   Ven 10 Aoû - 16:26



Le tout premier investissement de Benjamin lorsqu’il obtint finalement un client fut un lave-vaisselle, et il se jura de ne plus jamais toucher une éponge de sa vie. Dans un monde parfait, la machine se remplirait et se viderait toute seule, comme une grande, mais ce rituel était bien moins désagréable que la sensation de la bouffe mouillée sous les doigts dans l’évier. Il disposait sur le bac de l’étage supérieur les bols des céréales du matin pendant qu’Adam s’extasiait devant il ne savait quel dessin animé à la télévision. “Hé, lave tes dents avant qu'un pied de tomate te pousse entre les molaires.” lui lança-t-il, et le bonhomme fila dans la salle de bain sans rechigner, éteignant même l’écran au passage. Il ne laissait pas l’eau couler pendant qu’il frottait ses quenottes parce qu’il avait appris à l’école que ce n’était pas écolo. Damn, si les profs de l’irlandais lui avaient appris ça quand il avait l’âge de son garçon, peut-être qu’il en aurait quelque chose à cirer aujourd’hui. Mais il n’avait même pas la patience pour le tri sélectif. “C'est quoi déjà le prénom de ton ami ?” demanda Adam, la bouche pleine de mousse comme un chihuahua qui aurait la rage. Ben ne put retenir un soupir las. “Dean.” Ce n’était pas tant la question de son fils qui le blasait que de réaliser qu’il avait accepté de passer la journée avec son ami d’enfance, ce frère de substitution qu’il avait renié après que lui l’ait laissé disparaître dans l’ombre grandissante de ses réussites. “T’as pas l'air content de le revoir.” Vrai, il n’en était pas ravi. Il appréhendait. Il avait conscience que tout était à refaire, à rebâtir, en matière de complicité et de confiance. Il ne voulait pas être celui d’eux deux que l’on taxerait de mauvaise foi pendant que l’autre demandait pardon à genoux. C’était oublier à quel point lui aussi avait rampé derrière ce soit-disant ami, mais il ne s’attendait pas à ce que qui que ce soit le prenne en compte. Ben avait tenté de sauver cette amitié et avait accepté bien longtemps de se faire écraser. Le problème, c’était que derrière la superficialité des apparences qu’il renvoyait, il avait bon fond. Dans ce fond, il était bonne poire. Ce qu’il craignait, c’était de l’être à nouveau en cet instant. “C'est compliqué. Tu…” “comprendras quand tu seras plus vieux. Ouais.” Adam pouvait déjà être défini comme plus vieux que son père à bien des égards. Il ne se mettrait jamais dans autant de beaux draps au littéral comme au figuré que ceux qu’avait connu son paternel. Mais il finirait par connaître la trahison d’un ami, et alors oui, il comprendrait. Le garçon retourna laver sa bouche en chantonnant. “Il va être épaté que tu sois toujours en un morceau.” ajouta Ben avec un petit rire. Il n’avait aucun mérite ; Adam était une crème, point barre. Celui-ci lui montra un large sourire plein de dents blanches pour preuve de son dur brossage du matin. “Impec. Casquette et baskets, et on y va.” Et pendant que le petit laçait ses chaussures comme il savait le faire seul depuis ses quatre ans, Benjamin enfilait un blouson et s’impatientait dans l’entrée de l’appartement. C’est lent, les gosses. “Papa.” “Quoi ?” Passant devant lui, Adam l’avait toisé avec un regard bizarre puis planta dans ses prunelles un air affligé. “Tu comptes pas mettre un pantalon ?”

Cette fois, ils étaient prêts. Tout le monde avait un pantalon et la tête sur les épaules. Ils descendirent les marches à pied et retrouvèrent la moto du Brody senior sur le trottoir en face de l’immeuble. La Yamaha écarlate était la fierté de son propriétaire. “Faudra m’acheter un casque, un jour.” fit remarquer Adam dans un soupir pour la soixante-douzième fois (au moins) depuis que son père avait troqué leur voiture pour ce petit bijou. Il avait un sens des priorités qui lui était très propre. Et un sens de la sécurité qui n’était pas beaucoup plus développé. Oui, Adam avait clairement une bonne étoile pour survivre à son paternel. Celui-ci haussa les épaules avec une affligeante sincérité ; “T’as une casquette.” fit-il sans saisir l’ampleur du problème -comme cela était le cas depuis cette acquisition douteuse pour un type avec un petit garçon à charge. “C'est pas suffisant, si je tombe…” “Bah, tombe pas.” Adam abdiqua, retourna la casquettes sur sa tête pour que l’aérodynamisme sous la visière ne la fasse pas s’envoler comme la dernière fois, et grimpa avec l’aide de Ben pour un nouveau trajet à prier Saint Stan Lee d’arriver en un morceau.

DreamWorld n’était pas bien loin et la face de pisseux de Dean se remarquait facilement dans la foule qui s’amassait devant l’entrée du parc, ils n’eurent donc aucun mal à se rejoindre. Mais dès lors que les mètres qui séparaient Benjamin de son vieil ami s’amenuisaient, il commença à sentir son coeur se serrer et l’amertume remonter dans le fond de sa gorge. Il lui donnait une chance, et pas une petite. Il était là, avec son fils, et Dean n’avait pas intérêt à prononcer un mot de travers. S’il avait changé autant qu’il n’avait prétendu, le brun serait le premier à le noter. Et si ses beaux discours n’étaient que du pipeau, il le saurait immédiatement aussi. Tandis que Benjamin ne lui adressa qu'un “hey” neutre et monotone, Adam, lui, fit profiter à tous de ses quenottes propres avec un “Bonjouuuuur !” long et aigu. Déterminé à être perçu comme le petit garçon modèle qu'il était -car son père lui avait déjà répété que la première impression était la plus importante lorsqu'il se rassurait devant le miroir avant de sortir- le bonhomme fit un pas vers Dean et lui tendit sa petite main, comme les grands, cet air toujours trop adulte dans le regard. “Moi c'est Adam, je suis toujours en vie. Papa a dit que tu serais épaté. Moi aussi, en fait.” Ben avait beau lui dire qu'il était trop jeune pour le sarcasme, son modèle réduit le maîtrisait beaucoup trop bien pour s'en priver. Et au sourire diabolique qu'il adressa à son père, le gremlin avait la ferme intention d'en profiter tout au long de la journée ; il avait bien compris qu'il avait des choses à prouver au Dean, des choses qui reposaient sur lui, ce qui était tout à son avantage. “Je peux avoir une pomme d'amour ?” Les yeux de l'irlandais s'arrondirent. “Il est dix heures.” fit-il remarquer après un coup d'oeil à sa montre toute neuve. Fort bien. Adam se tourna à nouveau vers l'autre adulte, prit une grande inspiration, la moue la plus angélique qui soit et reprit ; “On est venus à moto et papa il…” “Ok, tournée de pommes d'amour !” coupa celui-ci immédiatement. Ben prit conscience que son propre fils avait la sérieuse intention de le faire chanter toute la journée. Et il avait amplement la matière nécessaire pour cela, un attirail dont l'absence de casque sur la moto n'était qu'un minuscule aperçu. Le brun lui jeta un regard noir. I see what ya doin here, rageaient ses relents d'accent de pecnot irlandais intérieurs tandis qu'il se revoyait faire le même coup à son propre père a chaque convocation de la maîtresse. “C'est le meilleur papa du monde !” scanda Adam en battant des cils, fier vainqueur de la manche. Il emboîta le pas d'un Benjamin amer et en quête d'une vengeance appropriée -si se venger d'un gosse de sept ans était approprié d'une manière ou d'une autre- et tous prirent la direction de l'entrée du parc. À l'ouverture, la queue pour les billets n'était pas encore indécente ; ils purent donc s'en sortir avec seulement une demi-heure de silence awkward avant de pénétrer dans le royaume des cris suraiguë et des pleurs de bambins hystériques, des parents blasés et désespérés, et des friandises de toutes formes et couleurs. Adam eut bel et bien la sienne. “C'est quoi ton manège préféré ? demanda-t-il à Dean sur ce ton qui laissait anticiper une montagne d’autres questions dans le même genre. Moi c'est le train fantôme. C'est censé faire peur, mais j'ai pas peur. Je le fais depuis que je suis petit.” Le voir collé aux baskets de Dean faisait doucement rire Ben ; lui qui voulait rattraper le temps perdu, le voilà, condensé en une journée, son cours intensif de tolérance vis-à-vis des potes qui doivent composer avec une bestiole pareille du jour au lendemain.



 
The scent of summer in my bed, When we were footprints in the sand, Stealing liquor, making plans






Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1926 POINTS : 775

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine, let her go.



RPs EN ATTENTE :

Ariane › Ben#2 › Ginny#3 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : luaneshë (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › pando (fiche rp) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   Mer 22 Aoû - 13:54



welcome to dreamworld ■ ben&dean

A cet instant, Dean s’était senti quelque peu crétin à avoir si grandement ouvert les bras pour faire le comité d’accueil de Benjamin et de sa propre version miniature. Il ne savait même plus où se mettre tellement cette situation pouvait le stresser. C’était comme marcher sur des œufs. A tout moment, un œuf pouvait casser sous ses pas. A tout moment, Ben pouvait lui envoyer une pique bien sanglante, qui allait être encore difficile à avaler. « Hey ». Durant quelques secondes, Dean s’était estimé heureux d’avoir eu une réponse de celui qui avait été son meilleur ami pendant des années. Il se serait pendu à sa langue des heures pour lui faire tirer ce « Hey » qui était venu, finalement, pas trop difficilement. « Bonjouuuuur ! ». Cette voix aiguë manqua de le faire sursauter mais Dean ne pouvait que se réjouir à ce que le fils de Ben lui adresse la parole, ce qui fit tomber aussitôt toutes les mauvaises qu’il avait eues à son sujet ces trois dernières années. « Bonjour, toi ! » - « Moi c’est Adam, je suis toujours en vie. Papa dit que tu serais épaté. Moi aussi, en fait ». Bah oui, forcément qu'il était épaté. La main tendue d'Adam dans sa direction le fit rire légèrement. Dean n’hésita pas pour lui tendre la sienne en retour pour une poignée de main très particulière. A l’habitude, lorsqu’il serrait des mains, c’était des hommes d’affaire, c’était à celui qui allait serrer le plus fort pour montrer tout le sérieux des conversations qui allaient suivre cette poignée de main. Ici, c’était tout le contraire. Dean avait l’impression de caresser du coton. Un grand sourire à l’adresse d’Adam, il fit une mine légèrement impressionnée : « Waw, quelle poigne mon cher ! ». Enchanté de voir que le courant allait bien passer avec Adam, il ne s’attendait pas à ce qu’il devienne si rapidement le centre de son attention.  « Je peux avoir une pomme d’amour ? » - « Il est dix heures ». L’échange de regards entre le père et le fils laissa Dean quelque peu perplexe, mais comprit bien vite pourquoi Adam était le fils de Benjamin et non celui du facteur lorsqu’Adam s’entreprit à lui répondre avec un air si familier : « On est venus à moto et papa il… » - « Ok, tournée de pommes d’amour ! ». Toute la joie d’Adam se fit entendre à l’entrée du parc d’attractions, suivi d’un : « C’est le meilleur papa du monde ! ». Dean, en voyant toute cette joie de la part du petit Adam, leva les bras d’enthousiasme et fit mine de s’écrier à son tour « Trop bien ! ». Si le parc d’attractions allait être l’occupation principale, voire le centre d’attention, de la journée d’Adam, pour Dean, c’était plutôt cet enfant plein de surprises qui allait être son attraction. Visiblement rempli de joie de vivre, Dean comprit bien vite qu’il pouvait compter sur Adam pour combler les éventuels, ou plutôt les nombreux, blancs qu’il y aurait entre Benjamin et lui. Tout comme celui qu’ils étaient en train de vivre cet instant-là, dans la file à l’entrée du parc. Si la journée s’annonçait sur la même tonalité que les dix premières minutes, cela risquait d’être folichon. A dire vrai, ce genre de silence ne ressemblait en rien à ce que Dean et Ben avaient vécus durant leur enfance. Avec toujours un sujet à la con sur le plateau, ils pouvaient parler des heures à parler de tout comme de rien, à refaire le monde, au point de ne pas dormir et de même réveiller le restant de la famille Brody en plein milieu de la nuit, à force de rire comme des baleines. Combien de fois les parents Brody n’avaient-ils pas fait déplacer le matelas de Dean pour séparer les deux garçons ? Ici, visiblement, si Dean voulait s’enjailler comme un cochon, il allait devoir se rajeunir de près de vingt-cinq pour se bidouiller avec Adam dans les attractions. « C’est quoi ton manège préféré ? » - « Heu, je dirais que… » - « Moi c’est le train fantôme. C’est censé faire peur, mais je n’ai pas peur. Je le fais depuis que je suis petit ». Dean ne put s’empêcher de rire lorsqu’il entendit Adam dire le mot « petit » comme si maintenant ce n’était plus le cas. Il se revoyait bien des années avant à penser de la même manière. Quel âge avait Adam, au juste ? Sept ans ? Son franc parler faisait penser au jeune avocat qu’il en faisait bien plus. Dean n’eut alors aucun mal à répondre à sa question : « Alors moi, c’est la rivière sauvage, uniquement pour finir mouillé à la fin de l’attraction et d’en profiter pour tremper tout le monde ! » - « Mais moi, Papa, il ne veut pas que je sois mouillé… » - « Pourtant tu es bien mouillé quand tu sautes dans une flaque sur le chemin de l’école, non ? Ici, c’est pareil ! » - « Je ne peux pas sauter dans une flaque. C’est les mauvais enfants qui font ça ». Dean haussa un sourcil en direction de Ben, dans l’espoir de croiser son regard. Un sourire moqueur trônait sur ses lèvres. Il se demandait bien quel genre de souvenirs de son enfance il pouvait raconter à son propre fils. Lui, ne comptait même plus le nombre de fois où Ben et lui avaient fini par être trempés, pas seulement d’eau, mais d’un mélange de boue, de poussière et, une fois même, de peinture. Et, puisque Benjamin ne semblait pas vouloir ouvrir la bouche depuis leur arrivée au parc – au point que Dean aurait dû demander un tarif réduit pour lui en le faisant passer pour un muet – il s’arrêta et se mit à la hauteur d’Adam, l’air tout à fait innocent : « C’est bizarre, puisque ton papa, lui, ne faisait pas que de sauter dans les flaques d’eau, mais il se roulait carrément dedans, lui ». La mine faussement songeuse, Dean pouvait voir une lumière s’éclairer dans le regard d’Adam. Si ce n’était déjà pas le cas, il ne lui fallait plus que quelques instants pour qu’il capte que s’il voulait renvoyer son papa à ses propres bêtises, la source documentaire se trouvait face à lui. Aussitôt, Dean se releva, attrapa la main d’Adam, ainsi que celle de Ben, déterminé. « Pas d’objection à faire trempette alors ? ». Il ne laissa que peu de tiers de secondes, avant de poursuivre, avec toute l’innocence d’un enfant : « Super ! Alors, tous à la rivière sauvage ! ». Un petit cri de joie provenant d’Adam lui fit comprendre qu’il approuvait et il l’imita, avant d’avancer en dandinant vers l’attraction en question sans lâcher les mains des deux Brody. Il était certain que d’ici la fin de la journée, il allait sans doute se prendre une tarte de la part de Ben, mais tant qu’il pouvait tirer sur la corde de sa tolérance, il le ferait. C’était bon enfant. « Et toi papa Brody, c’est quoi ton manège préféré ? » reprit le jeune Irlandais en imitant la tonalité d’Adam. « Et ne me réponds pas le stand du malt et de la levure, je ne te croirais pas ! ».



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 


Dernière édition par Dean Maguire le Jeu 25 Oct - 11:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l’irrattrapable
l’irrattrapable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans, l'âge du Christ, avec plus de swag (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, la capacité sentimentale d'une petite cuillère
MÉTIER : avocat dans son propre cabinet, Brody & Associates (mars 2018) avec une fausse secrétaire mais un vrai stagiaire, ex avocat commis d'office
LOGEMENT : un petit appart' au #17 redcliffe

POSTS : 847 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Papa célibataire d'un fils de 8 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Benny #10 - Heidi #3 - Cora #2 - Matt+Tad - Dean - Vitto - 6/5

alternatif : Zombenny


BENNY ► If this night is not forever at least we are together. I know I'm not alone.


BENEIDI ► You're the best friend that I ever had. I've been with you such a long time. You're my sunshine.


BENOAN ► Two shots, whispering in your ear. I got one shot, one shot to love you all night long.
RPs TERMINÉS : Debra - Ginny #1 - Cora (FB) - Heidi #1 - Ginny #3 - Ginny #4 - Matt - Benny #5 - Heidi #2 - Benny #7 - Dean - Loan - Edward - Benny #9
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
DC : jamie keynes & lou aberline & kelly ward
INSCRIT LE : 13/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751 http://www.30yearsstillyoung.com/t12542-benjamin-brody

MessageSujet: Re: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   Lun 17 Sep - 20:51


Il regardait le sol, tournait la tête, les bras croisés sur son torse, l’air boudeur. Pourtant, Benjamin adorait DreamWorld au moins autant que son gamin de bientôt huit ans. Il l’appréciait d’autant plus durant l’hiver australien où les températures ressemblaient à l’été Irlandais et lui évitaient de suer à grosses gouttes dans les files d’attente des manèges ou de s’étaler de la crème solaire tous les quart d’heure. Pendant que les natifs sortaient les petites laines, lui exhibait son t-shirt Sesame Street fièrement, le Cookie Monster fixant de ses yeux en balles de ping-pong tous les stands de nourriture qui bordaient les allées du parc. Le brun était silencieux, laissant son fils faire la conversation à Dean et rattraper le temps perdu -ce qu’ils n’auraient pas eu à faire s’il s’était comporté comme un véritable ami il y avait des années. Ben avait la rancoeur tenace à ce sujet, et s’il savait qu’il allait être nécessaire de la mettre de côté aujourd’hui, il s’échauffait à la vitesse d’un vieux diesel. Ses yeux roulèrent au ciel tandis qu’Adam essayait de le faire passer pour le vilain parent stricte l’empêchant de s’amuser comme il le voulait. Le Brody avait appris, grâce à Heidi, à imposer un certain cadre à son mini-lui, mais il n’était rien en comparaison avec ses propres parents et ça, le bonhomme ne pouvait pas en avoir conscience. Néanmoins, s’il continuait à vouloir passer pour la victime de la famille, Ben était prêt à l’obliger à aller au catéchisme toutes les semaines pendant un an juste pour lui faire goûter l’ambiance du vieux pays. L’empêcher de sauter dans les flaques n’était qu’un détail face aux libertés qu’Adam avait tous les jours, qui relevaient plus du manque de maturité de son père plutôt que d’une réelle volonté de parfaire son éducation. « Tu sais pas ce que c’est de moucher le nez morveux d’un gosse qui a la crève. » se justifia l’irlandais auprès de Dean, haussant les épaules. Il était prêt à priver son fils d’un de ces petits plaisirs de la vie d’enfant si cela signifiait qu’il n’aurait plus jamais à supporter le son de ses reniflements gras à table, et il défiait quiconque de le blâmer pour cela. A la place, Dean préféra détruire des années de stratégie d’éducation en soulignant que, à son âge, Ben fonçait tête en avant dans toutes les occasions de faire une bêtise. Merci, vraiment. Benjamin se retrouva donc emporté bon gré mal gré vers la fameuse rivière sauvage, sa main prisonnière de celle de son ancien ami à qui il aurait volonté souligné qu’il connaissait le chemin s’il ne lui restait pas assez de bonne foi pour jouer un minimum ce jeu de retrouvailles que celui-ci avait investigué et auquel il avait déjà accepté de donner une chance ; ce n’était pas pour plomber ses tentatives de rapprochement à la moindre occasion. Ils arrivèrent face à la grande queue pleine de familles à la file indienne qui indiquait une trentaine de minutes d’attente -et autant à meubler la conversation, ce qui parut à Ben infiniment long. Il récupéra sa main et la fourra avec la seconde dans ses poches pour s’assurer que Dean n’aille plus les chercher, à moins de se risquer à empoigner le serpent dans son pantalon. « Le Giant Drop. » répondit-il à la question concernant son manège préféré, sobrement, sans éterniser sa prise de parole. Adam prit le relai, y allant constamment de son propre commentaire pour souligner sa manière bien à lui d’élever un gamin. « Papa dit toujours que si j’ai des mauvaises notes, il me détachera au moment où l’ascenseur tombe du haut de la tour. » Les menaces, ça fonctionne toujours. Et au moins, Adam ne rapporte jamais de notes en dessous de la moyenne. Lui, il appellerait ça du génie, mais pour la modestie, il se contenta d’un « parenting » adressé à un Dean qui, bien sûr, ne pouvait pas comprendre. La file d’attente longeant l’attraction, ils avaient une vue parfaite sur la descente finale de la rivière sauvage. Adam, les doigts agrippés à la barrière, observait les gens hurler et chuter avec un enthousiasme pouvant passer pour du sadisme s’il n’avait pas sept ans. « Regarde Papa ! On va finir trempés ! » s’exclama-t-il en sautillant sur place. Ben vissait nonchalamment ses lunettes de soleil sur son nez. « Ouais, et tu sais ce qui arrive aux gamins quand ils sont mouillés comme ça ? » Adam secoua la tête négativement, mais flairait une énième bêtise de son père. « Ils font comme ton t-shirt Power Rangers après le lavage : ils rétrécissent. » Les yeux plissés, le garçon le toisa. N’importe quoi, jugeait-il dans son regard de sniper. Mais, dans le doute, il ferait attention à ne pas être trop mouillé quand même. Dans les serpentins de la queue, les gens avançaient doucement. Ben s’asseyait toujours le bord des rambardes comme un adolescent flasque. Il ne comptait pas faire d’efforts outre mesure pour entretenir la conversation avec Dean, et en cela la présence d’Adam était salvatrice. Car un gosse aussi actif, bien que sage la majeure partie du temps, ne pouvait tolérer plus de deux minutes de silence d’affilée. « Dean, toi aussi tu viens de l’Irlande ? » demanda-t-il donc, ignorant complètement son père qui corrigeait  « d’Irlande » au passage pour défendre la bonne prononciation de sa mère patrie. « J’ai vu sur une carte que c’est vraiment très loin. Pourquoi tu es parti ? » Ce qu’ils ne sauront jamais, c’est s’ils seraient encore comme cul et chemise aujourd’hui si Dean et Ben n’avaient jamais quitté leur gros caillou aux joyeux lutins. Ou si Dean était destiné à être un petit con prétentieux, et Ben un éternel célibataire qui apprendrait à ses dépends que les capotes ne sont pas là uniquement pour faire des colliers ou des bombes d’eau. « Tu comptes lui faire passer un interrogatoire pendant toute la journée entre deux attractions ? » protesta le brun qui ne tenait pas à se replonger dans cette époque là, tendre cette perche de la nostalgie à Dean pour se faire amadouer au nom du bon vieux temps. « Tu ne parles jamais de la Irlande, et tu n’as jamais parlé de Dean, et moi je veux savoir. » Benjamin souffla et abandonna ce combat-là contre la micro-terreur. A moins de le bâillonner et le jeter à la flotte, il n’était rien qu’il puisse faire pour l’empêcher de poser des questions, et en soi, il n’y avait rien de honteux à cacher pour expliquer ces réticences. Le jeune homme ne souhaitait tout simplement pas être un pire exemple encore pour son fils en lui faisant la liste de tout ce qu’il avait pu faire de stupide durant son enfance, et remonter si loin pour expliquer son lien avec Dean n’était pas sans douleur pour lui qui refusait d’admettre à quel point son buddy lui manquait. Mais quoi qu’il fasse, passé et présent avaient décidé de se rejoindre sur le même chemin, et il n’y avait aucun moyen d’y échapper.



 
The scent of summer in my bed, When we were footprints in the sand, Stealing liquor, making plans






Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale.

POSTS : 1926 POINTS : 775

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine, let her go.



RPs EN ATTENTE :

Ariane › Ben#2 › Ginny#3 › Jameson › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : luaneshë (ava) › tumblr (pic) › motley control (sign) › pando (fiche rp) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   Mer 26 Sep - 16:42



welcome to dreamworld ■ ben&dean

Sur plusieurs mètres, Dean avait avancé avec un rythme de joyeux lurons, comme s’il faisait une ronde autour d’un feu de joie. Bien sûr, c’était au grand enthousiasme d’Adam qui l’avait rejoint dans ses mouvements. De son côté, Benjamin avait plutôt donné l’impression de vouloir mourir sur place. Il s’était transformé en un boulet que les prisonniers se trimballaient au bout du pied. Cela avait duré tout le trajet jusqu’à l’attraction, où Adam en profitait pour montrer du doigt à Dean toutes les attractions qu’il voulait faire « Et celle-là, et puis celle-là, mais aussi elle et elle, et elle ! » Arrivés devant la file d’attente de l’attraction, trente longues minutes les attendaient. « Ah, super. » avait soupiré Dean, lui qui avait oublié que c’était tout le temps ainsi dans les parcs d’attraction. Il s’était demandé à cet instant comment il allait bien pouvoir meubler la conversation. Fort heureusement, il y avait Adam. Les premières minutes avaient été silencieuses, si bien que lorsque Benjamin prononça « Le Giant Drop », Dean eut presque un mouvement de sursaut, tant sa question était restée sans réponse. Adam, lui, ne semblait ni remarquer ni relever le silence de son père depuis leur arrivée. « Papa dit toujours que si j’ai de mauvaises notes, il me détachera au moment où l’ascenseur tombe du haut de la tour. » Les yeux de Dean se posèrent sur ceux de Benjamin, lourds de sens. « Parenting. » - « Oui oui, bien sûr. » avait-il répondu pour acquiescer à ses dires, comme s’il comprenait la situation. Comment pouvait-il réellement imaginer ce que c’était ? Loin de lui étaient l’idée comme le projet d’avoir un enfant pour le moment. Il ne pouvait pas imaginer le calvaire que Benjamin avait depuis quelques années sur les bras. Mais en voyant l’excitation d’Adam et toute cette énergie qui en sortait, Dean se dit qu’il devait bien s’amuser avec lui la plupart du temps et que regretter cet enfant serait un crime. « Regarde Papa ! On va finir trempés ! » - « Ouais, et tu sais ce qui arrive aux gamins quand ils sont mouillés comma ça ? Ils font comme ton t-shirt Power Rangers après le lavage : ils rétrécissent. » Dean cligna des yeux, une fois sur Benjamin, une seconde fois sur Adam. Vu l’air qu’adoptait ce dernier, il n’était visiblement pas aussi naïf que son père voulait le croire. Même Dean eut un geste de la main genre Dude. Aussi loin qu’il s’en souvienne, ses parents ne lui racontaient pas des histoires pareilles. Quoique… Mais qui était-il au fond pour donner son avis sur les tentatives vaines de Ben pour faire croire mille et unes histoires à Adam ? « Dean, toi aussi tu viens de l’Irlande ? » Dean hocha la tête, après jeté un œil à Ben qui semblait avoir marmonné quelque chose dans sa barbe. « J’ai vu sur une carte que c’est vraiment très loin. Pourquoi tu es parti ? » - « Je, heu… » avait-il commencé à répondre, comme s’il ne savait même plus par où commencer. « Tu comptes lui faire passer un interrogatoire pendant toute la journée entre deux attractions ? » - « Tu ne parles jamais de la Irlande, et tu n’as jamais parlé de Dean, et moi je veux savoir. » Alors que Benjamin souffla d’exaspération face à son mini-lui qui semblait en pleine forme et motivé à l’idée de meubler la conversation, Dean, lui, fronça les sourcils un instant. Alors ainsi, il ne lui avait jamais parlé de Dean, même pas un petit peu ? Cette pensée lui pinça le cœur mais il préféra garder un sourire abruti à ses lèvres, comme depuis le début qu’il se trouvait en compagnie des Brody. « Bah oui Papa Ben, ce serait bien de le tenir au courant de la Irlande et de moi. » Il savait qu’il faisait partie du passé de son ami, mais l’entendre et le constater une fois de plus le dépassait. La file était en train de diminuer, Dean s’avança alors de plusieurs pas lents et impatients, tout comme Adam qui semblait trouver un amusement à faire trois pas en avant, puis trois pas en arrière. « Je suis parti d’Irlande quand j’étais petit, mon papa a trouvé un super boulot en Australie et on est tous partis avec lui. Même ton papa a fini par nous suivre, il a été charmé par les kangourous, parce que chez nous, en Irlande, y’en a pas. On a des roux partout, mais pas de kangourous. » lui avait-il répondu sur un ton un peu bébête, non pas pour le prendre pour un con, mais plutôt pour se convaincre lui-même que le dire sur une tonalité simplette, cela allait alléger le problème. Dean était néanmoins peu à l’aise, pour ne pas dire qu’il n’était pas du tout à l’aise. Parler de son passé, avec un Benjamin qui avait été le prolongement de lui-même, lui donnait mal au ventre. Cela lui donnait l’impression de le raconter à deux parfaits étrangers, comme si ce Ben-là était parti depuis longtemps avec leurs souvenirs. Il leur restait quoi à présent ? Un Dean, ayant été trop égoïste par le passé, qui tentait de jouer à la ramassette pour récupérer le plus gros des morceaux du pot cassé. Un regard à Benjamin aurait, d'habitude, suffi à lui faire comprendre qu'il était au plus mal. Mais, avant qu’Adam n’eut le temps de répondre, Dean montra l’avant du wagon à Adam, une fois qu’il fut accroupi pour être à sa hauteur. « Si tu te mets devant, tu seras plus trempé que ceux qui seront derrière. Les wagons tout à l’arrière, c’est pour les mauviettes ou pour les râleurs comme Papa. Mais toi, t’es un champion, non ? T’irais bien devant ! » - « Trop bien ! » Adam, sans doute partagé à l’idée d’acquiescer avec énergie aux dires de Dean et celle de ne pas décevoir son père et de se faire détacher son siège à l’attraction suivante, parcourut son regard sur l’un puis sur l’autre Irlandais. Enfin, arrivés devant le wagon encore dégoulinant de gouttelettes de son précédent tour, les portiers mimèrent aux trois jeunes hommes de prendre place dans les compartiments. Ainsi, Dean s’en alla joyeusement à l’avant, avec Adam à sa suite, puis Ben. « On va être mouillééés ! » La barrière se refermait sur leurs jambes, trois, puis deux, puis un, et ils partirent dans l’attraction dans une allure si rapide que le cri strident d’Adam manqua de trouer le tympan de Dean.



fall seven times, stand up eight
The world is too heavy, too big for my shoulders, come take this weight off me now. 1000's of answers to one simple question, come take this weight off me now. Oh I'm like a kid who just won't let it go, twisting and turning the colors in rows. I'm so intent to find out what it is. This is my Rubik's cube, I know I will figure it out. ■




.:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !   


Revenir en haut Aller en bas
 

Ben&Dean ■ Welcome to Dreamworld !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-