AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 you could call me the scorn of satan ; pv. nathan potter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans
SURNOM : Evla, Lalia, Lalie...
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Ecrivain
LOGEMENT : Appartement n°15, Fortitude Valley

POSTS : 38 POINTS : 425

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 'sigh on a hurricane' + carter fawkes
'jumpsuit, cover me' + maximilien atkins
'you could call me the scorn of satan' + nathan potter
AVATAR : Tatiana Maslany
CRÉDITS : Solosand (signa)
DC : .
INSCRIT LE : 31/08/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21186-eulalia-papadopoulos-fallait-pas-commencer-a-etre-vieux http://www.30yearsstillyoung.com/t21202-eulalia-papadopoulos-to-see-the-land-of-all

MessageSujet: you could call me the scorn of satan ; pv. nathan potter   Mer 12 Sep - 15:17



you could call me the scorn of satan


eulalia papadopoulos + nathan potter
musique

Tu vas quand même pas passer une soirée de plus cloîtrée dans cet appart.

Elle poussa un long soupir exaspéré. Eulalia détestait les moralisateurs. Et si elle aimait Alex de tout son cœur, elle détestait cette partie d’elle. Cette manie qu’elle avait de lui dire quoi faire pour être heureuse… Son soupir dut être plus fort que ce qu’elle pensait, puisque sa meilleure amie reprit aussitôt.

Lalie, je t’entends tu sais.
Excuse-moi. C’est juste que… C’est pas chez moi ici.
Tu n’essayes même pas de te sentir bien ici. T’as passé ta vie entre Paris, Londres et Corinthe, ma belle. Explique-moi à quel moment tu as eu un chez-toi, ricana Alex au bout du fil.

Il y eut un long silence – elle touchait là un point sensible. Ouch. Sensible, mais vrai. Eulalia choisit d’ignorer, espérant que son amie change simplement de sujet. Mais c’était sans compter sur son caractère extrêmement déterminé.

Bon. Trouve-toi quelque chose à faire et bouge toi… Même si j’y crois pas trop. Je raccroche. Bisous.

Bip. Eulalia ne soupira que plus – elle n’avait pas envie de sortir. Et pourtant, Alex n’avait pas tort. Elle ne faisait aucun effort. Elle regarda ses nombreux carnets, remplis d’idées de romans. Elle devait vraiment se bouger. Peut-être plus tard…

Même si j’y crois pas trop, grommela-t-elle en repensant au ton à la fois moqueur et critique d’Alex.

Si elle la croyait incapable de se reprendre en main… C’était mal la connaître ! Refusant de donner raison à Alex, Eulalia balaya l’appartement du regard avec agacement. C’était idiot, au fond, de rester cloîtrée ici alors même qu’elle n’aimait pas son logement… Puis, elle n’avait pas envie d’écrire ce soir-là. Elle grogna, repensa une fois de plus aux paroles d’Alex. J’y crois pas trop, gna gna gna, songea-t-elle. Je vais lui montrer, moi. Dans un élan de détermination, la grecque se leva, enfilant quelques vêtements au hasard avant de quitter son appartement.

Ses pas la guidèrent au hasard des rues, et Eulalia se retrouva bientôt dans un petit bar à l’ambiance semblant plutôt sympa. Entendez par là qu’il y avait de la bonne musique. Déjà pas mal de monde – hélas –, mais de la bonne musique. Elle commanda une bière avant de s’accouder au bar. Elle ne put s’empêcher de prendre une photo du bar et de l’envoyer à Alex, accompagné d’un petit message ; « Sois fière de moi ! ».
Bim. Dans tes dents.

Elle eut un sourire fier, et commença à boire sa bière. Mais l’agitation du bar sembla se calmer quelque peu lorsqu’un employé lança le quizz, comme chaque semaine, précisa-t-il. Eulalia arqua un sourcil désabusé.

Qui participe ?, demanda-t-il.

Ils furent nombreux à lever la main et, dans un geste totalement irréfléchi et sans doute influencé par l’effet de groupe, elle leva la main avant de l’abaisser tout de suite, réalisant sa bêtise.

Vous allez être en binôme avec… Ce monsieur, là !, lança le barman en regardant Lalie.
Moi ?, demanda-t-elle bêtement. Mais je ne…
Oui, vous ! Allez, allez, venez.

Le serveur la poussa légèrement dans la direction d’un jeune homme – elle siffla, exaspérée. Visiblement, elle n’avait pas le choix. Elle regarda son équipier avec un regard d’une étonnante neutralité, et cracha pour elle-même.

Mais quelle conne.

Puis but une grande goulée de bière – voilà de quoi calmer un peu son agacement. Quoiqu’une seule bière ne suffirait sans doute pas.
lumos maxima


i took a chance to build a world of mine;the one-way ticket for another life;and a beautiful rainbow;such a beautiful rainbow;i came to break the wall that rose around you;to see the land of all ⌂ solosand
Revenir en haut Aller en bas
 

you could call me the scorn of satan ; pv. nathan potter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: canvas
-