AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
le chasseur de fantômes
le chasseur de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 75 ans
SURNOM : même pas en rêves
STATUT : en relation libre avec sa bouteille de whisky
MÉTIER : trappeur et chasseur de fantômes
LOGEMENT : au saloon quand il n'est pas par monts et par vaux

POSTS : 136 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
PSEUDO : HYLL (hub, yumita, loonywaltz, luleaby - tout ça tout ça oui)
AVATAR : chuck norris
CRÉDITS : loonywaltz
DC : pas seule dans sa tête
INSCRIT LE : 26/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17076-journal-intime

MessageSujet: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Mer 10 Oct - 19:38





Terminus : canyon des veuves.
Si t'as le vertige, regarde pas par la fenêtre.
La journée avait pourtant si bien commencé. Ça sentait fort le charbon, le cuir et le métal dans la gare qui bouillonne. Le ciel était dégagé, et c'est le grincement d'un train prêt à quitter la gare qui vous a motivé à vous dépêcher de grimper à bord. Une poignée d'heures avant de vous rendre à destination et tout autour, ce sont les vallées, les champs, les falaises et les montagnes qui bordent le chemin de fer.
Puis, l'air est devenu glacial, oppressant. Y'a eu un cri d'abord, strident, qui provenait d'un wagon situé devant le vôtre. Et après, tout a commencé à aller vite, trop vite. Les gens ont remarqué que le train prenait en vitesse, que les couloirs sentaient le surchauffé. Et c'est lorsque vous remarquez enfin par le hublot de votre cabine qu'un pont inachevé se dresse tout droit devant vous que la panique s'empare de tous vos membres, fait claquer vos os.
Certains passagers commencent à faire circuler la rumeur que le conducteur est supposément possédé par un fantôme aux envies morbides de faire tomber le train au fin fond du ravin. Êtes-vous terrifié par la possibilité de mourir aux mains d'un esprit vengeur, ou préférez-vous passer à l'action et tenter de sauver les passagers?

participants:
- @Paul Ackerly
- @Isaac Jensen
- @Ginny McGrath
- @Dean Maguire (mort, sacrifié, lacéré, empalé, c'est presque la sainte trinité)
- @Julian Weber (mort, tête éclatée contre une porte verrouillée, qui a cédé sous l'impact - merci dude)
- @Leah Baumann
- @Joey Lawson



ready for it ?
touch me and you'll never be alone, then i'll can be a phantom.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
SURNOM : Paulo, apparemment !
STATUT : Au fond du gouffre.
MÉTIER : Je débute mon clinicat en Neurochirurgie.
LOGEMENT : Toowong, avec Nathan et Itziar

POSTS : 473 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Je suis asperger.- J'aime les cerveaux humains de façon déraisonnable, j'en ai des photos accrochées aux murs de ma chambre.-J'ai un cheval.-Je suis neurochirurgien.-Je suis accro aux jeux vidéos.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Phoebe
Sybille
Sohan
Andrew
Aiden (ghost)
TC Dimension Fantôme
Tess #2
Carter #3
Stephen
Nathan & Itziar
Allan#2
Itziar#2
Elyos
[15/10]

RPs EN ATTENTE : •Gabriel
•Myrddin
•Ambroise
•Elwyn
•Seymour
•Chadna #2

RPs TERMINÉS : Clément
Hadès
Hadès #2
Hadès #3
Carter
Hadès #4
Chadna
Clément #2
Tess
Carter #2(abandonné)
Clément #3
Clément #4
Allan
Clément #5
Itziar
PSEUDO : Aleksie
AVATAR : Bradley James
DC : Michael Zorander
INSCRIT LE : 29/08/2018

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Jeu 11 Oct - 13:42


Pourquoi j'étais monté dans ce train ? Et bien c'est simple, je pensais enfin pouvoir quitter cette ville de malheur qui m'avait retenu prisonnier depuis trop longtemps déjà. Cette ville et ses habitants non-vivants qui m'avaient fait vivre les pires mois de toute ma vie. Une fois mon postérieur posé sur l'une des banquettes, je m'étais imaginé que le cauchemar était enfin terminé. Je m'étais imaginé que j'allais partir vers de nouveaux horizons et mettre tout ça derrière-moi. Mais je ne pouvais pas rentrer au pays, après tout comment aurais-je pu expliquer la disparition subite de ma femme et de mon fils? Rien qu'à repenser à cette fameuse nuit, de nombreux frissons me parcouraient, et la nausée me soulevait l'estomac.
Alors ouais, c'était sans nul doute égoïste de ma part, mais j'avais sauté dans le premier train, avec mes quelques affaires, direction je ne sais où.
Direction l'enfer apparemment... Puisqu'il ne fallut pas plus de quelques heures avant que tout parte en live. Un cri, dans le wagon de devant, le train qui accélérait subitement, l'adrénaline, le coeur qui battait la chamade, je le sentais dans mes tempes, je sentais mon sang qui bouillonnait. Etait-ce de la peur? Sans doute un peu. Mais c'était surtout du désespoir, de constater que tout était loin d'être fini.
Au début, je choisis de rester bien sagement à ma place, le regard perdu par le hublot, sans quitter ce paysage désolé qui défilait à toute vitesse. Mes doigts tremblaient, et des ragots de couloir commençaient à dire que le conducteur était sans doute possédé et qu'il cherchait à planter le train. Il fallait que j'agisse, non? C'est ce que je me dis sur l'instant. Puisque nous avions le choix entre mourir en fonçant dans le ravin, et mourir tué par un conducteur possédé, avec une infime chance de parvenir à le neutraliser, pourquoi ne pas essayer ? Evidemment que j'étais effrayé, évidemment que comme tout être humain normalement constitué, je tenais à ma vie et ne voulait pas la perdre. Mais comment est-on supposé se comporter lorsqu'on risque de toute façon de mourir? Ne doit-on pas tout essayer pour survivre?
Je me levai donc et m'avançai jusqu'à l'entrée du wagon que je partageais avec quelques autres personnes.
« S'il vous plait!» Le train se balançait de gauche à droite de façon presque déraisonnable, tellement la vitesse était exagérée et je dû me rattraper à l'un des sièges à ma droite, pour ne pas m'étaler par terre. Je me tus un instant et observai les visages, sur lesquels je pus lire de la peur, de l'incompréhension, de du dépit même parfois. Ils semblaient presque résignés à leur sort, mais moi je ne l'étais pas. Du moins je voulais essayer de ne pas l'être.
« Je compte essayer d'aller jusqu'à la cabine du conducteur, mais seul j'ai peu de chances, si ce qu'on raconte est vrai...» Poursuivis-je après m'être interrompu pendant quelques minutes. « Si ce qu'on raconte est vrai, nous n'avons plus grand chose à perdre. Qui vient avec moi?» Je relevai le regard vers les personnes présentes dans le wagon, priant intérieurement le Seigneur que quelqu'un, ou au mieux plusieurs personnes se dévouent pour m'accompagner dans cette périlleuse entreprise qui nous coûterait peut-être bien la vie, mais pourrait aussi peut-être en sauver d'autres. Je me raclai la gorge. Peut-être que le conducteur avait simplement eut un malaise ? J'y croyais peu, mais c'était un moyen inconscient de rendre les choses plus logiques, plus naturelles et surtout moins effrayantes. « Nous devrons probablement nous montrer malins, si le conducteur est effectivement possédé, je doute qu'il soit le seul à l'être dans ce train. Beaucoup de dangers se dresseront sur notre route. Aussi, je pense qu'un petit groupe serait l'idéal, pour passer aussi inaperçus que possible. » Conclus-je.Six ou sept personnes maximum sans doute. Plus aurait été trop voyant, et il faudrait la jouer fine, il faudrait faire par exemple comme si nous étions du personnel soignant. Et surtout, il serait préférable d'être armés. A cette pensée, ma main se dirigea presque inconsciemment vers ma hanche, pour vérifier que mon mini-colt se trouvait bien rangé à sa place. Un soupire de soulagement m'échappa quand je constatai que oui, j'avais eut la présence d'esprit de le prendre avec moi.
Voyant que personne ne réagissait, je fis un bien triste sourire, dans le fond je comprenais, qui aurait voulu aller droit au suicide ? Je me retournais donc, dans l'espoir d'aller faire la même proposition dans chacun des wagons s'il le fallait, quand une main se posa sur mon épaule, me bloquant dans mon avancée.  




Aspie Boy, pour les intimes.Je suis la normalité et la différence. Je suis le silence interminable et le fou rire hystérique. Je suis le sang froid et les crises d'angoisse. Je suis l'atypique. Je suis la lune dans ce monde de soleils.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Jeu 11 Oct - 14:33


Tout était trop calme, un peu trop calme et ce serait bien que ce soit légèrement moins calme. Il n’aimait pas ça. Tout s’était passé sans accroc. Jusqu’ici, personne a tenté de le tuer par accident, jusqu’ici, il n’a pas vu de fantôme. Tout allait très bien, un peu trop bien… Il fallait déjà partir de cette petite ville, trouver la place dans le train et croiser les doigts, garder la main sur un de ses deux colts durant tout le voyage. Il pourra respirer seulement quand il sera arrivé à destination, dans une des plus grandes villes où la civilisation existe encore. Quelle idée de vouloir venir dans cette ville pour cette histoire d’héritage ! Depuis, il se retrouve hanté par un des fantômes, n’ayant plus la paix, ni les nerfs en acier comme auparavant. Il avait beau avoir cherché toutes les solutions pour régler ce problème, mais surtout pour expliquer ce phénomène. Personne ne le croyait dans ses contacts. Il s’était résolu, il était temps de rentrer chez lui. Il avait trouvé une place pas trop chère, pas confortable non plus, cependant il n’est pas tout seul et c’est important. Il n’est pas seul, il y avait du monde, il n’avait rien à craindre.

Mais encore, ne fallait-il pas parler trop vite ? Fallait-il dire cela quand il aurait eu une fois les pieds sur terre ?

Il a sursauté au cri. Il a senti qu’il s’enfonçait tout seul contre la banquette, sentant le changement de vitesse qui montait encore et encore. Il croisait le regard de ses voisins du wagon, il sentait son coeur s’emballer, le sang parcourir dans ses veines, la tension à ses épaules. Il sentait le danger et il était encore tétanisé, il ne pouvait plus bouger. Il essayait de contrôler la respiration, chercher la solution au problème. Ce problème ne se trouvait pas dans ce wagon, mais vers la locomotive, il entendait les rumeurs: le chauffeur est possédé. Sa première pensée était violente: il refusait d’agir, il avait les armes pour se défendre et même un crucifix pour faire fuir les fantômes. Il n’est pas pasteur pourtant, mais il ne voulait pas agir pour régler le problème, certain que quelqu’un arrivera à le faire. Il baissa la tête et ne dit rien. Il réfléchit, il n’a jamais pu faire quelque chose dans cette ville si ce n’est de fuir. Or, le train allait trop vite pour se permettre de sauter. Puis en plein milieu du désert ? Il avait acheté du pain, mais il n’avait pas d’eau.

Il entendit une personne hausser le ton, rappeler au calme les personnes qui avaient commencé à parler, à semer la panique. Si Julian avait baissé la tête, il l’avait relevée après avoir sursauté à cause d’une main sur son dossier. Il croisa le regard du jeune blond… Il y avait des personnes bien trop jeunes pour mourir et cet homme avait encore le courage au ventre. Il fronce les sourcils et l’écoute avant d’être étonné par les propos. « Si ce qu’on raconte est vrai ? » relança Julian au jeune blond qui s’était interrompu dans son discours. Il n’avait aucune idée de comment il avait trouvé la force de dénouer la gorge, de parler suffisamment fort pour bien se faire entendre par tout le monde, malgré le bruit de la locomotive plus loin.

Il demandait s’il y avait des volontaires. Déjà que Julian se trouvait courageux pour avoir parlé, il ne faut pas trop lui demander: se lever, sortir ses deux colts et défoncer le fantôme. La différence est qu’il ne sera pas seul cette fois-ci… C’est quand même trop demandé. Personne disait rien, personne se portait volontaire. Le silence était pesant malgré le bruit derrière. Le blond relançait la croisade. Il le trouvait courageux de vouloir motiver les troupes. Il faisait ce qu’il pouvait pour trouver au moins une personne qui l’accompagnerait.

Il soupire et baisse la tête pour ne pas croiser le regard du jeune homme qui était près de lui. Julian croisa le regard d’un petit caché sous la banquette, en train de jouer à cache-cache avec un autre enfant. Il l’avait vu tout à l’heure courir dans tout le wagon pour jouer avec sa soeur. Il réalisait quelque chose: dans ce wagon, il y avait des enfants. Personne n’agissait pour sauver la vie des enfants, à part cet homme qui s’apprêtait à partir. Julian marmonna quelque chose dans sa barbe avant d’être pris d’un élan pour se lever (à se demander où est-ce qu’il trouvait cette soudaine énergie). Il posa la main sur l’épaule du jeune homme qui avait tourné le dos pour partir à cette mission suicide. « Attendez. » Il n’était pas rassuré, il avait du mal à trouver l’assurance alors qu’il se retourne vers la foule pour un dernier mot. Il avait l’impression de faire face à un auditoire peu attentif, ayant déjà accepté leur sort: la mort. Il cherchait à croiser le regard de certaines personnes et remarquait qu’il y avait de l’hésitation dans certains.  « Mesdames, messieurs. Je pense que nous sommes tous conscient que le jeune homme a raison. Il faut également réaliser qu’il y a des enfants dans ce wagon et nous nous dirigeons, désolé d’être réaliste, vers le vide. Il nous reste peu de temps pour aller jusqu’à la locomotive. Il y a une chance pour l’arrêter avant de faire un saut et on n’y arrivera pas seul. » Il laissa son chapeau sur sa place comme pour conclure ses mots. Il retourna son regard vers le blond et hocha la tête, il tapota l’épaule et marmonna.  « Allons y. Quelqu’un nous rejoindra. J’ai vu une ou deux personnes qui hésitaient à vous rejoindre dans ce wagon. » fit-il alors qu’ils allaient avancer vers l’autre wagon. Inutile de demander au blond s’il avait un plan, mais il était confiant qu’ils en trouveraient bien un. Même foireux. De toute manière, ce voyage était foireux d’avance. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'étoile presque bleue
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : divorcée, a atteint le niveau supérieur dans l'art de s'auto-friendzoner.
MÉTIER : peintre et photographe, monte un projet de local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : #11 Logan City - une vieille maison entièrement rénovée, qui prend doucement des airs de nid confortable.

POSTS : 5490 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :



MCGRATH FAM (fb)MCGRATH FAM (df)
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.


ZOMBENNYBENNY #10
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


EZNNY #9 (fb)EZNNY #10
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.


MCJEN #3MCJEN #4
I lost my mind long ago, down that yellow brick road. Heart of gold made me cry, all the colors of the rainbow fell in my eyes.


BAILEY #1
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.


CONNY #5
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TADDY #3
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.


HASSANNY #3
Who will lead us when our faith is all but gone? Who will be the light when daylight doesn't come? We've been living on a rainbow, living just for love.

wesleytommy#teamdegrassilene #2dean #2


RPs EN ATTENTE : andy + noa


PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Jeu 11 Oct - 17:11



C’est le froid que j’ai ressenti, au début.

Le froid dans mes os, le froid dans mon sang, ma tête. Mes poignets qui brûlaient, eux, comme pour jurer avec tout le reste. Ma tête qui dodeline au rythme des rails qui grincent, mes jambes fatiguées, épuisées. Les paupières closes parce qu'il n'y a rien que je veuille vraiment voir, de toute façon. Y’a un frisson qui passe le long de mes vertèbres avant que j’arrive à inspirer quoi que ce soit. Doucement, et c’est son parfum qui remonte à mes sens. Le bois, d’abord, le bois humide, le bois d’après pluie, le bois mélangé à la terre, à la boue. Et plus j’inspire, plus viennent les autres notes. Le mélange du thé avec le cuir, de la sueur avec le métal. Le contact, c'est ce qui me revient en dernier, le contact de ma joue sur son épaule, de ses tissus rêches sur ma peau. J'en sursaute, je manque un battement, ma respiration haletante de surprise alors que j’ouvre les yeux dans la panique. J’ignorais ce que je faisais ici, j’ignorais ce qui m’avait pris surtout, de choisir ce train, de quitter la ville, de quitter tout le monde derrière. Les souvenirs remontent, le mariage forcé, les cris, les disputes, les pleurs. Les souvenirs remontent et plus ils passent au fil de mes pensées, plus je réalise que ma place est ici et nulle part ailleurs.

« Oh mon Dieu, je suis tellement désolée. » que j’arrive toutefois à articuler dans ma surprise, dans ma honte d'avoir envahi son espace vital. Maintenant, mon regard cherche et fuit celui du pauvre inconnu sur lequel ma fatigue avait jeté son dévolu, sur qui j’ai apparemment passé une bonne partie du trajet complètement endormie, délestée de tout le stress qui doucement, cruellement, malignement commence à se dessiner à nouveau sur mes traits brisés. Et si tout ceci était une erreur? Et si j’avais tout gâché en partant de la sorte, en reniant tout le monde, en choisissant d'abandonner mon futur époux sur l’autel, et de tous les abandonner au passage? Je n’ai absolument pas le temps de relancer sur quoi que ce soit ou d’encore pire me confondre dans mes excuses avant que mon malaise ne parte, ne s’en aille, ne dérive. On s’agite déjà autour des sièges, on réalise que quelque chose d’étrange est à même d’arriver. La pression se marie aux regards inquiets, les murmures se transforment en cris. Un grand jeune homme blond comme les blés qui s’extirpe de sa place avec une poussée de rage que je ne reconnais que trop bien, qui stipule l’horreur en impression. « Qu’est-ce qui se passe? » que je demande, autant à mon voisin de gauche qu’à tous les autres visages inconnus dressés autour de nous. Curiosité malsaine qui me pousse à regarder par la fenêtre, à réaliser que ce qu’il dit est bien vrai, et que le train a pris en vitesse, qu’il accélère sans la moindre possibilité de ralentir, et qu’il nous amène vers le ravin qu’on peut à peine discerner à travers les nuages, là, tout droit. « Je ne veux pas mourir. Pas aujourd’hui, pas comme ça. »  qui frôle mes lèvres gercées, glacées. Et dans l’impulsion, je me lève à mon tour, plus courageuse que bien d’autres fois dans ma vie. Si on me suit ou non, je l’ignore, maintenant que mes pas se précipitent dans le couloir à la recherche de ce que je pourrais bien faire pour aider, être utile.  





    I'm just gonna dance all night, all messed up, so out of line. Stilettos and broken bottles, I'm spinning around in circles. So far away, but still so near. The lights go on, the music dies. But you don't see me standing here, I just came to say goodbye.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Barmaid
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, le temps pour lui de vendre sa maison.

POSTS : 2527 POINTS : 740

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
The strong bond of friendship is not always a balanced equation; friendship is not always about giving and taking in equal shares. Instead, friendship is grounded in a feeling that you know exactly who will be there for you when you need something, no matter what or when. Besides, Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. * Lehen#8*


•••

Carter *
Chadna *
Lonnie*
Itziar*
Yanis* Sloan* Lincoln* Sara* Carter#3* Aristeo* Asher*Nepthys*Kane*Milena*
RPs EN ATTENTE : Gaby - Savannah -



RPs TERMINÉS : Stephen (FB) *
Maximilien * Stephen/DF * Sasha/Abandonné * Lehen#4* Lehen#5* Carter#2* Stephen#2* Adam* Lehen#6* Lehen#7
AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Jeu 11 Oct - 20:21


 Elle avait hésité à le prendre ce train. Tergiversant sur le quai de la gare, à peser le pour et le contre de cette décision radicale. Quitter cette ville qu'elle aimait tant? Les laisser gagner? Mais après tout, plus rien ne la retenait ici, si ce n'est la nostalgie des années passées dans cet endroit qu'elle ne reconnaissait désormais plus. Tous ses proches étaient morts, dans des circonstances suspectes pour la plupart d'entre eux. Il était dans son intérêt de partir, avant de passer l'arme à gauche elle aussi. C'est ainsi qu'elle avait opté pour un départ, sautant presque à la dernière minute dans ce train qui lui promettait un avenir meilleur... Ou en tout cas la perspective d'en avoir un. Elle n'avait embarqué que peu d'affaires, prenant le strict nécessaire sans jamais se séparer de sa croix, et de son colt bien planqué ses ses jupons. Restons tout de même prudent tant qu'on avait pas quitté ces terres de malheur, n'est-ce pas? 
Elle s'était rapidement installée dans un wagon déjà bien rempli, mais su se trouver une place près de la fenêtre, histoire de pouvoir admirer le paysage défilant qui l'éloignerait de sa terre natale. Malgré sa tendance à s'endormir facilement en train, sa nervosité l'empêcha de fermer les yeux. Au fur et à mesure des heures, son coeur se serrait, comme tenaillé par un mauvais pressentiment. Elle décida de mettre ça sur le compte du stress de ces derniers mois, mais elle allait vite réaliser que la raison était tout autre...

Alors qu'elle se perdait des ses pensées en observant les personnes qui l'entouraient, elle sursauta en entendant le premier cri, provenant du wagon en face du sien. Un rapide regard lui permit de voir que le train avançait maintenant à une allure anormale, tandis que d'autres cris s'élevaient, soutenant que le chauffeur était victime d'une possession, et qu'ils se dirigeaient tous vers le vide. Sa première réaction fut d'avoir un air dépité, se demandant réellement si tout ceci était bien entrain d'arriver. Avec tout ce qu'elle avait subi, tout ce qu'elle avait vu à Brisbane, il lui en faudrait beaucoup plus pour perdre son calme. En vérité, elle était plutôt en pétard. Et alors qu'un jeune homme blond se levait pour tenter de motiver les troupes afin de tenter de sauver leurs vies, le constat fut plutôt affligeant. La plupart des personnes présentes semblaient résignées à ce destin funeste qui les attendait. Peu à peu cependant, quelques individus se levèrent afin de le rejoindre dans ce qui promettait d'être un sacré bordel. Qu'à cela ne tienne. La jeune femme se leva d'un bond, rejoignant le petit groupe qui s'était déjà formé et qui avançait vers l'avant du train. Difficilement cela dit, car le train commençait à prendre de plus en plus de vitesse, lui faisant perdre son équilibre à certains moments et la forçant à se tenir à ce qu'elle pouvait.
"J'ai pas quitté cette maudite ville pour crever ici." dit-elle simplement, se postant finalement à côté d'une autre jeune femme qui cherchait de quoi s'armer. Leah se baissa, et sorti un poignard brillant de sous son porte jarretelle, qu'elle tendit à la jeune femme avec flegme. Il valait mieux être doublement armée, elle l'avait appris à ses dépens lors des nombreuses galères qu'elle avait vécues ces derniers temps. On pouvait s'attendre à tout, et elle y était préparée, dans la mesure du possible en tout cas.
"C'est déjà mieux que rien." Elle chargea elle même son colt, et jeta un regard derrière elle pour voir si d'autres personnes avait décidé de s'acheter un tant soi peu de courage. 



    Leave Out All The Rest
     I'm strong on the surface
    Not all the way through
    I've never been perfect
    But neither have you..



Dernière édition par Leah Baumann le Mer 17 Oct - 0:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'elfe libre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois printemps écoulés, la trentaine franchie mais la vingtaine visiblement loin d'être terminée. (1985)
STATUT : Dobby est enfin un elfe libre, après trois années à gratter l’amour de son ex-fiancée, à présent à la recherche de sa Winky.
MÉTIER : Avocat pour le cabinet Grimes & Hartman › Professeur de droit à l'université de Brisbane.
LOGEMENT : Spring Hill #438 avec son amie Cora Coverdale, ses deux casse-couille de chats et tout le tralala.

POSTS : 1975 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il aimerait que les restaurants instaurent le principe des cartes de fidélité tellement il y passe son temps. › Il ne s’est jamais vraiment fait à l’idée de quitter l’Irlande à 14 ans pour l’Australie. › Il porte un grand intérêt sur l'oenologie et la cuisine gastronomique. › Il se touche l’oreille lorsqu’il est fatigué. › Il a mis trois ans à se remettre de sa rupture avec Heidi.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : ( 11 / 1o )

And everything I know tells me that I should walk away but I just want to stay. And my friend said : "I know you love her, but it's over, mate, it doesn't matter, put the phone away. It's never easy to walk away, let her go, it'll be okay. It's gonna hurt for a bit of time so bottoms up, let's forget tonight. you'll find another and you'll be just fine.

RPs EN ATTENTE :

Ben#2 › Cora#3 › Jameson › Lily › Matt (fb) › Maze › Vittorio.

RPs TERMINÉS :

No one can see them, the angels and demons are testing how low you'll go. The sunsets and sunsets as dark as your heart gets. It's best if you just say no, but are you strong enough? Are you wise enough? Are you giving up? Will you disappear? When it comes to me, I don't know you see. I don't want to leave, but I can't stay.

CarterChadna#1DouglasEireenEllie#1Ginny#1GiuliaHeidi#1MattMatteo#1NephtysSage#1Team apéroTopic Commun (df)

abandons : debrahadeanahadèshannahmoirapennysage#2

PSEUDO : victoriaz.
AVATAR : Max Irons.
CRÉDITS : dark dreams (ava) › tumblr (pic) › loonywaltz (ub)
DC : Jill McGrath, la tornade.
INSCRIT LE : 11/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20604-dean-maguire-sometimes-things-have-to-fall-apart-to-make-way-for-better-things http://www.30yearsstillyoung.com/t20620-dean-maguire-fall-seven-times-stand-up-eight http://www.30yearsstillyoung.com/t20621-dean-maguire http://www.30yearsstillyoung.com/t20830-dean-maguire

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Ven 12 Oct - 15:12



Cela avait été une belle journée ensoleillée comme il les aimait tant, ce genre de journée où il faisait si beau que cela motivait bouger et à se mettre en route dès le petit matin. La veille, il s’était rendu en ville pour discuter avec de bons vieux amis, appréciés de la ville pour leur caractère, le respect qu’ils aimaient imposer et pour leur argent en banque, sans doute. Toute la soirée s’était déroulée de la plus simple des manières. Mais c’était toujours une valeur sûre que de mettre une bouteille de whisky et un jeu de cartes sur la table, n’est-ce pas ? Ce jour-là, soit le lendemain, il s’était dépêché d’entrer dans le train avant que celui-ci ne se mette en marche. Il ne fallut pas longtemps pour que le voyage du retour vire au drame, au plus grand désespoir de ses passagers. Lui avait été sur le point de s’endormir mais s’était réveillé en sursaut. Face à lui, une jeune femme, à l’allure élégante, ne l’avait pas été tant que cela lorsqu’il l’avait vue quelques minutes avant s’endormir sur l’épaule de celui qui devait sans doute être son mari ou son compagnon. Le filet de bave qui dégoulinait depuis sa bouche donnait une petite idée sur la profondeur de son sommeil. Seulement, à cet instant, elle semblait tout aussi éveillée que lui, ce qui ne le rassura pas des masses. A quelques sièges de lui, un jeune homme (Paul Ackerly) avait élevé la voix. « Nous devrons probablement nous montrer malins, si le conducteur est effectivement possédé, je doute qu’il soit le seul à l’être dans ce train. » - « Mais enfin, de quoi parlez-vous ? » Des chuchotements à sa droite comme à sa droite étaient en train de transmettre la rumeur comme quoi le conducteur du train aurait été possédé par une force surnaturelle qui le pousserait à mettre fin aux jours des passagers. Et là, il comprit l'agitation. Comment pouvait-on croire à cela, franchement ? « Mesdames, messieurs. Je pense que nous sommes tous conscients que le jeune homme a raison. Il faut également réalise qu’il y a des enfants dans ce wagon et nous nous dirigeons, désolé d’être réaliste, vers le vide. Il nous reste peu de temps pour aller jusqu’à la locomotive. Il y a une chance pour l’arrêter avant de faire un saut et on n’y arrivera pas seul. » répondit une voix à côté de lui (Julian Weber). Quelle assurance ! Il regarda tout autour de lui : tous semblaient prendre l’affaire au sérieux. Par extension, lui aussi commença à croire que quelque chose de louche se tramait dans le train. Ce dernier était d’ailleurs en train de tanguer d’un côté à l’autre, dans un mouvement similaire à un bateau sur les vagues en pleine mer. « Je viens avec vous. » avait-il fini par dire, dans un hochement de tête. Il se leva à son tour, rejoignant le jeune homme blond et l’autre homme au discours convaincant. Il fallait bien voir ce qui se passait et régler la situation. A plusieurs, ils avaient plus de chances de s’en sortir que de la jouer solitaire. Il sentit son colt dans la poche de son pantalon, tout contre lui, et fut tout de même rassuré de le savoir avec lui. « Je ne veux pas mourir. Pas aujourd’hui, pas comme ça. » - « Allons, allons. Personne ne va mourir. On va vite aller voir ce qui se passe et arranger cela. » répondit-il à la jeune femme (Ginny McGrath) encore endormie quelques instants plus tôt, ainsi qu’à celle qui se trouvait à côté d’elle. Après tout, rien ne servait de paniquer. Tout allait bien se passer… pas vrai ?



dobby has no master.
So needless to say, I'm odds and ends. but I'll be stumbling away, slowly learning that life is okay, say after me it's no better to be safe than sorry.

Présence réduite jusqu'au 17 déc.


Dernière édition par Dean Maguire le Mar 16 Oct - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-six ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné.
SURNOM : "joe", simple mais efficace.
STATUT : célibataire, c'est ce qui lui convient le mieux pour le moment.
MÉTIER : acteur (raté), vous l'avez peut-être reconnu dans un (mauvais) porno
LOGEMENT : il squatte le canapé de sa sœur à Logan city

POSTS : 135 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE :
andy#2 - robb

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : (c) anesidora
DC : lonnie
INSCRIT LE : 06/06/2018

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Sam 13 Oct - 14:19



Dernier arrivé dans une gare en effervescence Joey et Joe, l'esprit frappeur qui l'habitait et qui était pourvu de bien trop de moral pour un Joey farceur et malicieux qui aimait faire le malin dans les saloons, avaient subtilement délesté une gourgandine au regard bien trop aguicheur de son billet de train. Sans un sous sur lui Joey n'avait guère le choix que d'emprunter le mauvais chemin sous les grognements de Joe, ancien adjoint au shérif qui le punirait très vite en fourrant son esprit de cauchemar grotesque des aborigènes déterminés à lui faire la peau parce qu'il avait garé son cheval devant la mauvaise quincaillerie. L'homme avait fait taire la voix une fois dans le bus en s'endormant paisiblement, la tête sur le hublot, dans un wagon quasiment désert à l’exception d'un cowboy aux éperons tachés d'un sang séché qui ne semblait pas être le sien. Le trajet sous ce soleil de plomb qui le faisait transpirer même à travers la vitre épaisse aurait été parfait si, une heure peut-être après le départ du train, la transpiration collante de Joey ne s'était pas transformée en frisson glaciale qui avait fait trembler ses os et se hisser les poils sur ses bras. Un cri, strident, suivi de murmures et claquement de portes entre les différentes wagons avait sonné le réveil complet du jeune homme qui s'était aventuré dans un peu plus loin dans le wagon suivant le sien, prenant soin de dépouiller le cowboy endormi (peut-être même mort) de son colt et de son chapeau qu'il visa sur sa tête blonde. Il avait franchi le pas qui séparait son wagon presque vide de celui de devant où certains des passagers s’égosillaient sur la marche à suivre tandis que d'autres s'étaient regroupés dans un coin autours d'une bible tenu à bras le corps afin de prier. Joey avait lancé un regard à travers la vitre sur sa gauche et avait compris l'urgence du moment qui se trouvait être la grande vitesse du train mais aussi le pont encore en construction et donc impossible à franchir qui se tenait plus loin dans le canyon. "J'ai pas quitté cette maudite ville pour crever ici." Avait lancé une jeune femme brune à sa gauche alors que plusieurs hommes essayait de trouver le courage de se rendre dans le wagon de tête pour affronter le conducteur, supposément possédé. « Et pourtant ça serait une mort spectaculaire ! » L'esprit de Joe avait grogné devant l'attitude peu concernée de Joey qui avait offert à la jeune femme sont plus beau sourire alors que l'un des hommes avait pris la parole afin de rassurer les autres sur leur sort peu avantageux en vue du pont qui ne faisait que grandir sous leur yeux. « Allons, allons. Personne ne va mourir. On va vite aller voir ce qui se passe et arranger cela. » Joey avait pris du recul face aux autres et s'était installé quelques mètres plus loin afin d’observer la scène mais aussi d'essayer de trouver un moyen pour sortir d'ici vivant. « Bien sur. Et pendant que ces courageux hommes se dirigent vers le premier wagon je vais rester ici et m'assurer que tout le monde reste calme. » Joey n'avait survécu dans cette vie qu'en utilisant la lâcheté et le mensonge, et il était bien décidé à mener sa barque encore un bout de temps.



☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (13.05.85)
SURNOM : Isy
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Infirmier au service des urgences, infirmier bénévole à la croix rouge, assistant-coach bénévole de football australien
LOGEMENT : Une maison au #17 toowong

POSTS : 5333 POINTS : 505

PETIT PLUS : Est à Brisbane depuis ses 18 ans ∆ à 21 ans, il est diplômé infirmier et commence à travailler sur le pool de remplacement de St Vincent ∆ joueur de football australien de haut niveau, une suite de blessures met terme à sa carrière à ses 25 ans. Il se réoriente et travaille en tant qu'ambulancier ∆ à 28 ans, il est positionné sur un poste d'infirmier au service des urgences de St Vincent ∆ à 32 ans il se fiance à sa copine de plusieurs années mais ils se séparent quelques mois plus tard ∆ en mars 2018, il attente à ses jours ∆ il reprend son poste en septembre 2018.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : blazemaya


the big bang crew
nicolasnoa #2arthur #2


caring is our essence
stephennoamwendy


this pub
easy² #2elorakane #2


she used to love me a lot
mcjen #3mcjen #4


team degrassi
degrassi

RPs EN ATTENTE : robin-hope ∆ nephtys
RPs TERMINÉS : mcjen #1easy² #1faithgrisaac #1siaicarternoa #1kane #1yasminemazearthur #1mattmcjen #2terminusgrisaac #2
AVATAR : Julian Morris
CRÉDITS : chevalisse, loonywaltz (ub)
DC : Levi McGrath
INSCRIT LE : 08/04/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19429p45-isy-strive-for-progress-not-perfection http://www.30yearsstillyoung.com/t19472-isy-notebook http://www.30yearsstillyoung.com/t19473-isaac-jensen http://www.30yearsstillyoung.com/t19596-isaac-jensen

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Sam 13 Oct - 22:54




Ma main ne quittait pas l'anse de la valise que je traînais religieusement avec ma personne. En son sein, tout mon matériel médical ; celui qui me sera utile pour intervenir sur le représentant gouvernemental pour lequel mon expertise a été sollicité. Ce dernier aurait reçu vingt-six coups de poignards et subirait actuellement son purgatoire. J'espérais qu'il n'ait pas passé le cap de la Mort avant toute intervention de ma part, bien qu'un corps mort soit tout autant révélateur de l'espèce humaine, au sens large comme dans les détails.

Mes pupilles parcouraient rapidement les différentes lignes des calepins que j'avais en ma possession. La jeune femme à mes côtés s'assoupit, sa joue reposant sur mon épaule. Un peu plus raide, je m'efforçais à demeurer immobile pour ne pas extirper des bras de Morphée la demoiselle, bien que mon regard ne se priva pas de décrypter ses traits fins, véritable poupée de porcelaine. J'étreignais une vague pensée pour les marmots qui m'attendaient dans mon village natale et soupirais longuement, reprenant ma lecture.

Des cris, l'allure du train qui s'accélère. La panique s'infiltre telle une pandémie dans le moyen de locomotion. L'australienne endormie se réveille en sursaut, s'excuse platement, ce à quoi je réplique suavement : « Aucune excuse à me livrer, milady. » Lorsque j'ouïe des hommes s'adresser à toute l'assemblée du wagon, je lève la tête de mes notes, m'extirpe de la scène de notre banquette. Avec un sang-froid exemplaire, je m'amuse à cataloguer les différents protagonistes : le cœur-de-lion, le stratège, la désinvolte, le conciliant... L'opportuniste ? J'ignorais pourquoi ce dernier homme désirait tant rester derrière à « veiller au calme ». Personnellement, il s'agissait bien de la dernière tâche qui m'enthousiasmerait dans de telles circonstances. Je doutais fortement que le brun nous dupait.

Je me mets enfin en position debout, la valise toujours accrochée à ma main. Des armes passent sous mes yeux, je dégainerai les miennes en temps voulus. Le stratège (Julian Weber) nous presse vers l'action ; après tout, le vide nous attend. « Allons-y. » Ma main glisse entre le corps du cœur-de-lion (Paul Ackerly) et du conciliant (Dean Maguire) pour effleurer la poignée de la porte menant au wagon connexe. « Aïe ! C'est gelé, » déclarais-je, retirant derechef ma main sous le coup de la brûlure. J'examinais cette première de plus proche, une marque se propageant déjà sur ma chaire.




Blue memories
You'll be doin' all right, with your christmas of white ▬ But I'll have a blue, blue blue blue Christmas







Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
SURNOM : Paulo, apparemment !
STATUT : Au fond du gouffre.
MÉTIER : Je débute mon clinicat en Neurochirurgie.
LOGEMENT : Toowong, avec Nathan et Itziar

POSTS : 473 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Je suis asperger.- J'aime les cerveaux humains de façon déraisonnable, j'en ai des photos accrochées aux murs de ma chambre.-J'ai un cheval.-Je suis neurochirurgien.-Je suis accro aux jeux vidéos.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Phoebe
Sybille
Sohan
Andrew
Aiden (ghost)
TC Dimension Fantôme
Tess #2
Carter #3
Stephen
Nathan & Itziar
Allan#2
Itziar#2
Elyos
[15/10]

RPs EN ATTENTE : •Gabriel
•Myrddin
•Ambroise
•Elwyn
•Seymour
•Chadna #2

RPs TERMINÉS : Clément
Hadès
Hadès #2
Hadès #3
Carter
Hadès #4
Chadna
Clément #2
Tess
Carter #2(abandonné)
Clément #3
Clément #4
Allan
Clément #5
Itziar
PSEUDO : Aleksie
AVATAR : Bradley James
DC : Michael Zorander
INSCRIT LE : 29/08/2018

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Dim 14 Oct - 2:06


Les choses s'étaient déroulées plutôt rapidement, au final. Alors qu'à peine quelques minutes plus tôt, personne ne semblait décidé à me suivre dans cette périlleuse entreprise, et que je m'apprêtais à partir seul chercher de l'aide dans d'autres wagons, ou essayer de neutraliser le chauffeur seul, une main se posa sur mon épaule et lorsque je me retournai je remarquai un jeune homme brun, qui prit rapidement la parole avec éloquence. Je le gratifia donc d'un petit sourire, bien que pincé, parce que oui, j'avais peur. Mais nous avions tous peur, du moins le supposais-je. Rapidement, une jeune femme au visage à en faire tomber raide dingue plus d'un se leva à son tour et nous rejoint, en demandant ce qu'il se passait. « Le chauffeur serait possédé, et il nous emmène tout droit vers le vide, à pleine vitesse.» Lui dis-je, en tendant un bras sur la fenêtre pour qu'elle puisse constater par elle-même vers où nous allions à coup sûr.
Une autre jeune femme nous rejoint ensuite, décrétant qu'elle n'avait pas quitté cette maudite ville pour crever ici. Ce qui me fit de nouveau pincer les lèvres, mais l'homme qui nous rejoint ensuite s'occupa de les rassurer, alors je gardais donc le silence. Qu'aurais-je pu ajouter ? Que nous ne risquions rien et que nous n'allions pas mourir ? Je n'étais pas du genre à mentir. Il y avait des chances que nous mourrions.
Ensuite un autre homme se joint à la conversation nous précisant qu'il allait rester ici pour vérifier que tout le monde garde son calme, ce à quoi j'haussai les épaules.
« Les gens seront plus calmes quand nous arrêterons de foncer droit vers un ravin.» Enfin, un dernier homme se joint à la petite équipe que nous avions formé. Il était plutôt du genre concis mais décidé, seulement lorsque sa main se posa sur la poignée il se plaint qu'elle était gelée. J'arquais un sourcil et remontait donc la manche de ma veste sur ma main pour me saisir à mon tour de cette poignée, et je sentis le froid malgré tout, mais je parvins avec maints efforts à garder les doigts dessus et à l'ouvrir. « Quelqu'un a un plan? Parce qu'il n'est sans doute pas le seul nuisible dans ce train...» Au fond, j'avais moi aussi des secrets à cacher, John s'était tût dans ma tête après m'avoir forcé à tuer ma femme et mon fils, mais était-il vraiment partit ? Je l'ignorais. Il fallait faire vite de toute façon, alors une main posée sur mon mini-colt prêt à dégainer, je pris la tête du petit groupe et parcourut le wagon suivant, ça tanguait d'ailleurs tellement que je devais régulièrement me rattraper à des sièges sur mon chemin. La vitesse du train semblait presque irréaliste. Et plus j'avançais le long des wagons, plus la boule d'angoisse dans mon estomac grossissait. Régulièrement je jetai des coups d'oeils vers l'arrière, pour vérifier que tout le monde allait bien. Jusqu'ici il n'y avait aucun incident à déplorer... Du moins jusqu'à ce qu'un nouveau cri se fasse entendre quelques wagons devant, un cri à glacer le sang. Une autre chose étrange aussi, était que plus nous nous rapprochions de la locomotive, plus l'air ambiant était glacé, si bien que des petites brumes blanches se dessinaient à chacun de mes expirations. Je me stopais d'ailleurs net à l'entente de ce cri et me retournai vers mes compagnons d'infortune.
« Est-ce que vous croyez que ces cris sont... réels ?» Ca me fichait une peur bleue, et pourtant il allait bien falloir trouver le courage d'avancer encore. Un grand bruit de porte qui claque se fit entendre tout de suite après, et je dus me retenir de hurler comme une fillette. Prenant mon courage à deux mains, et je me retrouvais donc devant la porte menant au wagon suivant, nous n'étions plus très loin de la locomotive, néanmoins, là, il y avait un problème, la poignée était si gelée que même l'astuce de cacher mes doigts avec ma veste ne fonctionnait pas, le contact du métal glacé me fit grimacer.
« C'est pire ici... Est-ce que l'un d'entre vous se sent à même de briser cette poignée d'une façon ou d'une autre ?» Je m'écartai du chemin, pour laisser le loisir à celui qui le voudrait de nous ouvrir le passage, quelle que soit la façon.  




Aspie Boy, pour les intimes.Je suis la normalité et la différence. Je suis le silence interminable et le fou rire hystérique. Je suis le sang froid et les crises d'angoisse. Je suis l'atypique. Je suis la lune dans ce monde de soleils.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'étoile presque bleue
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : divorcée, a atteint le niveau supérieur dans l'art de s'auto-friendzoner.
MÉTIER : peintre et photographe, monte un projet de local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : #11 Logan City - une vieille maison entièrement rénovée, qui prend doucement des airs de nid confortable.

POSTS : 5490 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :



MCGRATH FAM (fb)MCGRATH FAM (df)
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.


ZOMBENNYBENNY #10
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


EZNNY #9 (fb)EZNNY #10
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.


MCJEN #3MCJEN #4
I lost my mind long ago, down that yellow brick road. Heart of gold made me cry, all the colors of the rainbow fell in my eyes.


BAILEY #1
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.


CONNY #5
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TADDY #3
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.


HASSANNY #3
Who will lead us when our faith is all but gone? Who will be the light when daylight doesn't come? We've been living on a rainbow, living just for love.

wesleytommy#teamdegrassilene #2dean #2


RPs EN ATTENTE : andy + noa


PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Lun 15 Oct - 21:08



Le réveil est brutal, entre un grincement sur les rails et une inspiration qui s’arrache à ma gorge en silence, du moins. La seconde suivante je m’éloigne du pauvre inconnu (Isaac) voué à jouer les oreillers, les joues rosies par la gêne. « Aucune excuse à me livrer, milady. » sa voix me suggère qu’il est du coin, les dizaines de feuilles glissant entre ses doigts distraits confirment qu’il devait être occupé à travailler avant de se voir séquestré sous mon courroux. Un soupir et je n’ose plus rien dire ni même bouger, ivre de mon impolitesse. C’est lorsqu’on s’agite dans notre wagon pour annoncer l’accélération du train mais surtout l’esprit moqueur que les rumeurs associeraient à notre chauffeur que je jette un coup d’oeil terrifié par la fenêtre. La crainte au bord des lèvres formule mon voeu pieu de ne pas mourir ainsi, ce à quoi un blond (Dean) installé juste face à moi l’air beaucoup plus calme que tous les autres justifie « Allons, allons. Personne ne va mourir. On va vite aller voir ce qui se passe et arranger cela. » mon faible sourire se veut rassurant, mon hochement de tête lui confirme que j’ai été bien sotte dans mon empressement. Levée, une jeune femme armée (Leah) à la verve particulièrement vulgaire se poste à ma suite avec des motifs bien clairs. "J'ai pas quitté cette maudite ville pour crever ici." encore heureux, le petit groupe s’active lorsque je lui jette un regard aussi curieux qu’intrigué. «  Alors faisons tout pour éviter ça.  » ses motifs sont les mêmes que moi, j’y vois donc une alliée là où la vie m’a appris à faire confiance à peu, à très peu de personnes. « Bien sur. Et pendant que ces courageux hommes se dirigent vers le premier wagon je vais rester ici et m'assurer que tout le monde reste calme. »  d’ailleurs, l’air un peu trop intéressé du jeune passager (Joey) qui suggère vouloir rester derrière nous ne me dit rien qui vaille. Je capte la même expression de doute sur le visage de l’homme sur qui j’étais si peu vaillamment endormie quelques minutes plus tôt. Lui aussi est incertain des motifs du garçon, et il serre sa valise si fort contre lui-même que je me félicite d’être partie sans aucunes autres affaires que ce qui tenait dans la poche secrète de ma veste. « Les gens seront plus calmes quand nous arrêterons de foncer droit vers un ravin. »  que le leader du groupe (Paul) annonce, la voix ferme, le ton décidé. « Quelqu'un a un plan? Parce qu'il n'est sans doute pas le seul nuisible dans ce train...» le silence est percé d’un cri, effrayant, glacial, qui fait sursauter tout ce beau monde désormais horrifié. « Est-ce que vous croyez que ces cris sont... réels ?» « Ils sonnent comme s’ils l’étaient.  » que je m’entends confirmer, mes pas ne ralentissant pourtant personne, trop déterminée à sortir d’ici coûte que coûte, à la limite de la suffocation maintenant que je sens l’étau se resserrer autour de nous. Une mauvaise impression me tenaille le ventre, mauvaise impression sur laquelle je n’arrive pas à mettre le doigt. Si mon voisin de siège articule son « Allons-y. » courageux en visant la sortie du wagon pour atteindre la prochaine zone passagère, j’esquisse un pas dans sa direction. «  Attention. » qu’il n’entendra probablement pas, lui qui tente la poignée pour la première fois et se braque instantanément. « Aïe ! C'est gelé, »  mes yeux s’ouvrent sous l’effet de surprise, maintenant que d’autres tentent eux aussi d’ouvrir la porte avant de revenir bredouilles.  « C'est pire ici... Est-ce que l'un d'entre vous se sent à même de briser cette poignée d'une façon ou d'une autre ?» à bout de ressources, la troupe réfléchit à voix basse pendant que mes prunelles intéressées fixent la mallette si précieuse du pauvre ayant tenté de nous sortir d’ici un peu plus tôt. « Je peux? » ignorant le contenu de sa valise, j’opte pour la logique qu’un item de cette taille et de cette lourdeur risquerait peut-être de faire un dommage au loquet d’un coup sec, nous offrant une sortie sans heurts. Il n’aura pas le temps de me répondre avant que le couloir commence à se remplir d’une épaisse fumée, l’air étouffant, puant le soufre et le charbon. « Le train a encore pris en vitesse, si c’est seulement possible. C’est là ou jamais. » et je presse comme je peux, ma voix qui tremble sous l’impulsion.  



    I'm just gonna dance all night, all messed up, so out of line. Stilettos and broken bottles, I'm spinning around in circles. So far away, but still so near. The lights go on, the music dies. But you don't see me standing here, I just came to say goodbye.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Barmaid
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, le temps pour lui de vendre sa maison.

POSTS : 2527 POINTS : 740

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
The strong bond of friendship is not always a balanced equation; friendship is not always about giving and taking in equal shares. Instead, friendship is grounded in a feeling that you know exactly who will be there for you when you need something, no matter what or when. Besides, Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. * Lehen#8*


•••

Carter *
Chadna *
Lonnie*
Itziar*
Yanis* Sloan* Lincoln* Sara* Carter#3* Aristeo* Asher*Nepthys*Kane*Milena*
RPs EN ATTENTE : Gaby - Savannah -



RPs TERMINÉS : Stephen (FB) *
Maximilien * Stephen/DF * Sasha/Abandonné * Lehen#4* Lehen#5* Carter#2* Stephen#2* Adam* Lehen#6* Lehen#7
AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Mer 17 Oct - 0:50



 Peu à peu, un semblant d'équipe d'intervention se regroupa à l'avant du wagon. Leah se mit à en étudier les membres, les uns après les autres, afin de déterminer le genre de personne à qui elle avait affaire et avec qui elle allait probablement risquer sa vie. Ils y avait cinq hommes, ce qui était un ratio plutôt rassurant, même si l'un d'entre eux (Joey) ne lui inspirait pas du tout confiance. Alors qu'elle arguait refuser de mourir dans ce train, il lui avait tout simplement répondu un « Et pourtant ça serait une mort spectaculaire ! ». Elle choisi de ne pas relever le mot, lui jetant simplement un regard dédaigneux. Un homme qui faisait si peu cas des femmes était à prendre avec méfiance. D'autant plus qu'il ne lui avait pas fallu plus de quelques secondes pour décréter rester en arrière, afin de soi disant prendre soin de calmer les personnes restantes dans le wagon. "Couard..." Lâcha-t-elle entre ses dents à son intention. Rien ne l'irritait plus qu'un homme manquant de courage, d'autant plus qu'il était probablement aussi doté de quelques mauvaises intentions. Et elle réalisa qu'elle n'était pas la seule à penser ça puisque tous les regards convergeaient à présent dans la direction de l'homme, avec des airs plus qu'inquisiteurs. Finalement ils laissèrent tomber, le temps pressait et il fallait réagir. Alors qu'elle s'avançait avec le petit groupe, la seule autre demoiselle (Ginny) lui jeta un regard intrigué suite à la remarque qu'elle avait faite. Elle lui lança finalement un «  Alors faisons tout pour éviter ça.  »  Leah ne fut pas surprise, elles ne venaient clairement pas du même monde, et sa façon de parler avait probablement du la choquer, voire la déranger. La brune hocha simplement la tête avant de lui adresser un sourire qu'elle voulait elle aussi rassurant, tout en décidant faire son possible pour protéger cette fille qui ne semblait jamais avoir eu affaire aux abominations qui semblaient oeuvrer dans ce train de l'enfer. Soudain, les choses s'accélèrent. « Quelqu'un a un plan? Parce qu'il n'est sans doute pas le seul nuisible dans ce train...» L'homme blond qui a tout naturellement pris la position de leader (Paul) n'a pas le temps de terminer sa phrase que celle ci est interrompue par des cris stridents à la fois proches et tellement lointains. Leah se figea, des frissons d'horreurs lui parcourant l'échine. « Est-ce que vous croyez que ces cris sont... réels ?» Leur demande-t-il d'une voix mal assurée. La jeune femme n'a pas le temps de répondre que sa condisciple semble confirmer ses dires. Oui ces cris semblent réels. Et ils le sont. La première porte leur avait donné du fil à retordre, alors qu'un des hommes (Isaac) avait tenté de la forcer, se rendant compte qu'elle était gelée. Celle ci lui avait d'ailleurs laissé une marque plutôt étrange qui n'avait pas échappé à la jeune femme. Cependant, le blond (Paul) avait vite remédié au problème en l'ouvrant grâce à un veste enroulée autour de sa main, permettant ainsi au petit groupe ainsi formé d'avancer prudemment vers l'avant.
Au fur et à mesure de leurs pas, l'air se faisait de plus en plus glacial tandis que le train lui, prenait encore de la vitesse, les faisant tanguer de manière presque incontrôlée à présent. Une nouvelle porte les bloquait cette fois ci, et personne ne semblait parvenir à une solution cohérente pour l'ouvrir. Leah observa leurs nombreuses tentatives, qui restaient malheureusement vaines. La jeune femme qui les accompagnait (Ginny) s'empara soudain d'une lourde malle, bien décidée à s'en servir pour faire pression sur la poignée de la maudite porte qui refusait toujours de céder. 
« Le train a encore pris en vitesse, si c’est seulement possible. C’est là ou jamais. »   Leah s'empressa de venir l'aider, alors que le couloir se remplissait inexorablement de fumée, rendant l'air rapidement irrespirable. Ces maudits esprits avaient vraiment décidés de leur faire la peau. Alors qu'elles s'évertuaient à faire sauter le loquet de la porte à l'aide de cet objet imposant, une nouvelle secousse les fit tous perdre l'équilibre, projetant violemment les deux femmes sur le côté. Suffoquant à moitié et plissant des yeux, la jeune femme sorti son Colt, bien décidée à défoncer cette porte coûte que coûte. 
"Attention les oreilles." dit-elle simplement, avant de tirer trois coups l'un après l'autre en plein sur la serrure de la porte, faisant ainsi sauter le barillet. Elle commença à tousser et s'écarta légèrement. "Si un de ces messieurs voulait se donner la peine..." ajouta-t-elle, espérant que l'un d'entre eux ait assez de force pour finir le travail en défonçant la porte d'un coup de pied magistral.



    Leave Out All The Rest
     I'm strong on the surface
    Not all the way through
    I've never been perfect
    But neither have you..

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (13.05.85)
SURNOM : Isy
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Infirmier au service des urgences, infirmier bénévole à la croix rouge, assistant-coach bénévole de football australien
LOGEMENT : Une maison au #17 toowong

POSTS : 5333 POINTS : 505

PETIT PLUS : Est à Brisbane depuis ses 18 ans ∆ à 21 ans, il est diplômé infirmier et commence à travailler sur le pool de remplacement de St Vincent ∆ joueur de football australien de haut niveau, une suite de blessures met terme à sa carrière à ses 25 ans. Il se réoriente et travaille en tant qu'ambulancier ∆ à 28 ans, il est positionné sur un poste d'infirmier au service des urgences de St Vincent ∆ à 32 ans il se fiance à sa copine de plusieurs années mais ils se séparent quelques mois plus tard ∆ en mars 2018, il attente à ses jours ∆ il reprend son poste en septembre 2018.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : blazemaya


the big bang crew
nicolasnoa #2arthur #2


caring is our essence
stephennoamwendy


this pub
easy² #2elorakane #2


she used to love me a lot
mcjen #3mcjen #4


team degrassi
degrassi

RPs EN ATTENTE : robin-hope ∆ nephtys
RPs TERMINÉS : mcjen #1easy² #1faithgrisaac #1siaicarternoa #1kane #1yasminemazearthur #1mattmcjen #2terminusgrisaac #2
AVATAR : Julian Morris
CRÉDITS : chevalisse, loonywaltz (ub)
DC : Levi McGrath
INSCRIT LE : 08/04/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19429p45-isy-strive-for-progress-not-perfection http://www.30yearsstillyoung.com/t19472-isy-notebook http://www.30yearsstillyoung.com/t19473-isaac-jensen http://www.30yearsstillyoung.com/t19596-isaac-jensen

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Dim 21 Oct - 23:55




Décidé, j'invitais la troupe postée devant la porte menant au prochain wagon à s'orienter vers le chauffeur soit-disant possédé du train. Mon enthousiasme fut néanmoins repoussé lorsque ma chaire se brûla vivement contre la poignée de porte gelée. Le cœur-de-lion (Paul) protégea sa paume de sa manche et parvint non sans grimacer à pousser la porte du wagon. « Quelqu'un a un plan? Parce qu'il n'est sans doute pas le seul nuisible dans ce train... » Le train tanguait dangereusement, menaçant chacun de perdre l'équilibre et s'effondrer sur le sol. La température ambiante avait drastiquement chuté, provoquant l'apparition de chaire de poule sur mon corps. Des cris pinçaient brutalement la lourde atmosphère de terreur qui régnait. Je me retenais de formuler que nous verrons bien comment pallier aux obstacles une fois face à eux, déterminé à avancer coûte que coûte. Le temps me semblait fatalement compté, je n'étais pas enclin à discuter stratégies et conjectures.

Un commentaire sur les cris qui me glaçaient le sang. La milady (Ginny) s'étant assoupie sur mon épaule quelques minutes plus tôt qui valide leur apparence réelle. Un rictus fend mon visage et devant la prochaine porte d'un wagon, ma valise est sollicitée. Je la tends à contrecœur et malgré les martèlements contre la poignée, celle-ci demeure impassible. Une secousse violente nous propulse tous de part et d'autres du wagon et alors que la gravité me somme contre le sol, j'inspire une large bouffée de fumée qui m'invoque derechef une quinte de toux alarmante. Je me relève non sans difficultés, sous les coups de feu affublés par Leah.« Si un de ces messieurs voulait se donner la peine... » convie-t-elle. Sans observer les autres et étant situé à mon sens de manière judicieuse pour faire grincer contre ses gonds cette fichue porte, j'assène un puissant coup de pied qui nous révèle la scène animant le prochain wagon. Une main essuie le sang teintant mes lèvres.

Une famille livide se tient devant nous, barrant le chemin vers la prochaine porte menant vers la locomotive. Je déglutis et interroge, soupçonnant un tel teint incompatible à tout être vivant : « Est-ce qu'ils sont vivants ? » Je fronce les sourcils et récupère sur le sol ma précieuse possession, inspectant sa solide fermeture. « Est-ce qu'ils nous laisseraient passer ? » Ils avaient l'air buté à faire blocage, prospérant dans leur immobilité impeccable. De plus, en les scrutant davantage, je percevais des plaies béantes recouvrant leurs corps, comme s'ils avaient essuyé une tuerie ou s'étaient vus écrasés par un train. Les bras de la plus jeune membre de la famille se tordaient dans un angle épouvantable. Une énième secousse nous fit tous basculer vers la gauche, à part ces étranges entités, confirmant ma théorie que nous n'appartenions pas à la même catégorie de personnes.




Blue memories
You'll be doin' all right, with your christmas of white ▬ But I'll have a blue, blue blue blue Christmas







Revenir en haut Aller en bas
avatar
le chasseur de fantômes
le chasseur de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 75 ans
SURNOM : même pas en rêves
STATUT : en relation libre avec sa bouteille de whisky
MÉTIER : trappeur et chasseur de fantômes
LOGEMENT : au saloon quand il n'est pas par monts et par vaux

POSTS : 136 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
PSEUDO : HYLL (hub, yumita, loonywaltz, luleaby - tout ça tout ça oui)
AVATAR : chuck norris
CRÉDITS : loonywaltz
DC : pas seule dans sa tête
INSCRIT LE : 26/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17076-journal-intime

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Lun 22 Oct - 20:55


Oh, qu'il fait froid dans ce wagon, vous ne trouvez pas? Une famille entière qui cligne des yeux à l'unisson, et leurs regards hantés par la vie qu'on leur a arrachée suffisent à ce qu'on se doute qu'ils n'ont rien prévu de sympathique pour la suite. Et les voilà qui tournent tous la tête en même temps vers leur victime, vers le pauvre type qui devra payer pour le crime d'un autre. Chaque passager se retrouve à terre d'avoir été projeté durant une manoeuvre du train, il ne sert à rien de resserrer son arme contre son soi, le verdict est tombé. Qui sera choisi par le quatuor de possédés pour faire office de sacrifice démoniaque? @Julian Weber a dû respirer trop fort, faire un faux pas, ou simplement avoir été trop convaincant dans son immobilité, et les fantômes finissent par charger, se ruer sur lui, le faisant tournoyer de tous bords et de tous côtés. Il trébuche le pauvre, il perd pied, et finit la tête fracassée sur la porte du prochain wagon. Au moins, sa mort ne sera pas en vain. Ou au contraire, a-t-il alerté le conducteur dans sa chute mortelle et les dangers ne font que commencer?

nb. Les personnes n'ayant pas encore participé aux sujets communs ont vu leur personnage tué pour inactivité. Nous vous rappelons également qu'il n'est pas nécessaire de respecter l'ordre de réponse établi au premier tour pour poster une réponse dans le sujet.



ready for it ?
touch me and you'll never be alone, then i'll can be a phantom.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
l'étoile presque bleue
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : divorcée, a atteint le niveau supérieur dans l'art de s'auto-friendzoner.
MÉTIER : peintre et photographe, monte un projet de local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : #11 Logan City - une vieille maison entièrement rénovée, qui prend doucement des airs de nid confortable.

POSTS : 5490 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 7 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :



MCGRATH FAM (fb)MCGRATH FAM (df)
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.


ZOMBENNYBENNY #10
Unconscious mind, wanna feel one last time. Anywhere, whenever. Apart, but still together. I know I'm not alone.


EZNNY #9 (fb)EZNNY #10
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.


MCJEN #3MCJEN #4
I lost my mind long ago, down that yellow brick road. Heart of gold made me cry, all the colors of the rainbow fell in my eyes.


BAILEY #1
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.


CONNY #5
If there's no one beside you when your soul embarks, then I'll follow you into the dark. Just our hearts clasped so tight, waiting for the hint of a spark.


TADDY #3
I'll sit out on the front sofa while your hands, they talk to me. All of this fooling around is as fun as it used to be.


HASSANNY #3
Who will lead us when our faith is all but gone? Who will be the light when daylight doesn't come? We've been living on a rainbow, living just for love.

wesleytommy#teamdegrassilene #2dean #2


RPs EN ATTENTE : andy + noa


PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : shiya
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Jeu 25 Oct - 4:15


D’un wagon à l’autre, j’arrive à trouver un certain sens, un équilibre qui, même précaire, suffit à ce que je ne titube pas lorsque le train prend en vitesse, entre les sursauts et autres regards jetés par-dessus mon épaule. Les tissus de mes vêtements s’accrochent et se tirent, les pas précipités de mes acolytes que je mime forceront même un des pans de mon jupon que je rattrape avant qu’il ne se déchire dans l’élan. Passer de porte en porte devient de plus en plus difficile, et le cortège se voit bientôt immobilisé devant un loquet qui ne veut pas céder malgré nos manoeuvres, la malle d’un de nos téméraires acolytes (Isaac) que je finis par tenter de pousser sur l’immense parois de bois vernis. L’autre femme du lot (Leah) se joint à moi dans l’espoir que nous puissions arriver à aider le groupe, mais un faux mouvement additionné aux rails qu’on entend lourdement grincer sous nos pieds suffit à ce que nous soyons projetées en arrière tout comme les autres, disposés avec impuissance à nos côtés. Le brouillard masque ma vue, pique mes yeux, trouble ma gorge, tout mon corps se raidit sous la surprise d’un coup de feu. Tremblante, je réalise finalement que ma nouvelle alliée a aligné sa cible sur la serrure, et qu’il ne suffit que d’une dernière tentative pour que nous puissions nous rapprocher un peu plus du conducteur possédé. Et pour faire quoi, hum, Virginia? Une voix qui monte dans ma tête, une voix et un ton perplexe, empli de doutes et de condescendance, que j’oublie ou tente de, l’instant suivant. "Si un de ces messieurs voulait se donner la peine..." me relevant de peine et de misère pour assister au coup de pied qui viendra à bout de notre prison, j’entr’aperçois de suite la lèvre fendue de celui qui partageait le même banc que le mien quelques temps plus tôt, ce qui me semble une éternité. Mon mouchoir de lin signé de mes initiales, dérisoire vestige d’une autre vie d’avant, viendra essuyer pieusement sa blessure.  

Je retiens avec effroi un cri de glisser le long de mes lèvres lorsque mon regard croise celui complètement vide et froid des passagers sur lesquels nous tombons.  « Est-ce qu'ils sont vivants ? » j’ose à peine penser à quoique ce soit, éviter de réaliser l’abomination, de constater l’étendue de leurs blessures, l’horreur de leur peau scarifiée et des plaies qui s’exposent à nous sans pudeur aucune. « Est-ce qu'ils nous laisseraient passer ? »  tout laisse à croire qu’ils resteront immobiles sans porter atteinte à notre mission de sauvetage improvisée, et derechef, j’emboîte le pas en croyant qu’il n’en faudra pas plus avant que nous puissions enfin faire ralentir ce train de malheur. Il me faudra de nombreuses secondes avant de réaliser la scène qui se jouera devant nos yeux, les corps désarticulés qui un à un s’approchent, avancent au même rythme, prennent en proie l’un de nous (Julian) de la plus démoniaque des façons. Je fuis la scène en détournant la tête, enfouissant mon visage dans la veste du jeune homme (Isaac) qui n’a pas quitté mes côtés. Paupières closes et esprit fermé, tentant d’ignorer les craquements, le bruit des os qui cèdent sous la pression, du corps qui s'écroule, la parade morbide de sons tous plus terrifiants les uns les autres. Jusqu’à ce que le silence se fasse en moi. Jusqu’à ce qu’à nouveau, la même voix m’ayant remise en question un peu plus tôt me souffle une nouvelle vérité à l’oreille. Perplexe, dissipée, je fais un pas en arrière, ignore prodigieusement le bain de sang à mes pieds, traduit mot pour mot ce qui, je me doute, est venu d’un murmure à mon oreille de l’un des fantômes maintenant disparus. « Ils… ils m'ont dit que chaque wagon était hanté. » mon souffle s’accélère, mes sourcils se froncent d'une réflexion qui me trouble.  « Que chacun d’entre eux avait son propre fantôme. » le calcul se fait rapidement, sachant que nous étions tous ensembles au début du voyage, partageant le même wagon et donc que la supposition voudrait également dire que… « Est-ce que… qui parmi nous est... » mort? Qui a l'apparence d'un humain, mais est un fantôme? Qui fait office d'entité possédée parmi nos rangs?



    I'm just gonna dance all night, all messed up, so out of line. Stilettos and broken bottles, I'm spinning around in circles. So far away, but still so near. The lights go on, the music dies. But you don't see me standing here, I just came to say goodbye.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
SURNOM : Paulo, apparemment !
STATUT : Au fond du gouffre.
MÉTIER : Je débute mon clinicat en Neurochirurgie.
LOGEMENT : Toowong, avec Nathan et Itziar

POSTS : 473 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Je suis asperger.- J'aime les cerveaux humains de façon déraisonnable, j'en ai des photos accrochées aux murs de ma chambre.-J'ai un cheval.-Je suis neurochirurgien.-Je suis accro aux jeux vidéos.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Phoebe
Sybille
Sohan
Andrew
Aiden (ghost)
TC Dimension Fantôme
Tess #2
Carter #3
Stephen
Nathan & Itziar
Allan#2
Itziar#2
Elyos
[15/10]

RPs EN ATTENTE : •Gabriel
•Myrddin
•Ambroise
•Elwyn
•Seymour
•Chadna #2

RPs TERMINÉS : Clément
Hadès
Hadès #2
Hadès #3
Carter
Hadès #4
Chadna
Clément #2
Tess
Carter #2(abandonné)
Clément #3
Clément #4
Allan
Clément #5
Itziar
PSEUDO : Aleksie
AVATAR : Bradley James
DC : Michael Zorander
INSCRIT LE : 29/08/2018

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   Ven 26 Oct - 13:09


Rapidement les deux jeunes femmes (Ginny &Leah), l'une avec la valise du jeune brun (Isaac) et l'autre avec son arme à feu essayèrent d'ouvrir la porte du wagon suivant. Qui refusait de céder, du moins complètement. Alors le jeune homme donna un coup de pied dans la porte et la fit céder, juste après que nous ayons tous été envoyé valser par une secousse du train plus violente que les précédentes. C'est avec difficulté, le visage tuméfié et endolori que je finis par me relever. Ma main froide passa sur ma tempe, comme si ça pouvait la soulager de sa douleur.
Mais une fois la porte ouverte une scène d'horreur s'offrit à moi, des fantômes, désarticulés, leurs corps flottant presque, et je retins difficilement un cri d'effroi. Alors la situation est pire que ce que nous imaginions, n'est-ce pas ? Je tremblai de toute part. Est-ce que le froid, ou la peur ? Je n'en avais aucune idée, mais je n'avais à ce moment là plus qu'une seule certitude, nous allions tous mourir. Cependant, alors que je croyais avoir vu le pire, le corps du jeune homme qui m'avait si bien soutenu lors de mon recrutement (Julian) alla s'écraser lourdement contre la porte du wagon suivant, dans un bruit sourd, où chacun des craquements de ses os retentirent comme s'il y avait un écho, ce qui me tira une grimace d'horreur.
« Je doute qu'ils nous laissent gentiment passer...» C'est la seule chose que j'eus la force de répondre sur le moment. Mes doigts s'agrippèrent fermement au rebord d'un des dossiers, pour ne pas tomber à la renverse sous le poids des émotions. « Est-ce que… qui parmi nous est... » finit par conclure la jeune rousse (Ginny) après sa tirade expliquant que chaque wagon est hanté. Pouvais-je leur dire que je l'avais moi-même été mais que mon locataire avait fuit le navire ? Non. Sinon ils me tueraient, et je ne représentais plus une menace, du moins c'est ce que je pensais sur l'instant.
Je pris une profonde inspiration pour me permettre de me calmer et de réfléchir. Une illumination me vint soudain à l'esprit.
« Le... Le gars qui voulait rester en arrière, pour surveiller le wagon... J'suis le seul à l'avoir trouvé bizarre ?» Sauf que si c'était vrai, si c'était bien lui qui était possédé, qu'était-il arrivé aux passagers de notre wagon initial? Fallait il faire marche arrière, ou continuer d'avancer ? Je n'en avais aucune idée, et la panique ne m'aidait en rien à prendre des décisions. Je me rapprochai davantage de mes compagnons d'infortune, l'air désespéré, comme s'il n'y avait plus aucun espoir. Les fantômes qui nous faisaient face semblaient immobiles pour l'instant, comme s'ils nous jaugeaient. Aussi, je glissai une main dans ma poche, pour me saisir de mon crucifix. Est-ce que ça allait fonctionner? Je n'en avais pas la moindre idée.
« Est-ce que quelqu'un a de l'eau bénite?» Forcément que non, qui se baladait avec de l'eau bénite sur soi ?
« Je n'ai aucune idée de comment on tue un fantôme...» Il aurait fallut y penser avant, Paul. Ces mots résonnant furent suivit d'un coup de sabot... John était revenu. Il ne m'avait jamais quitté, alors? Et là, j'étais dans de sales draps. Si mes compagnons s'en rendaient compte, j'étais foutu.
Va-t'il toujours falloir que je te sorte des situations pour le moins délicates dans lesquelles tu te mets ? Je m'efforçais toujours d'avoir l'air aussi normal que possible, ne laissant rien transparaître. Tire-leur dans la tête. Si le cerveau est défoncé, ils ne peuvent plus faire bouger le corps. Etait-ce vraiment la solution? Un seul moyen de le savoir. Je me saisis donc de mon arme, et le pointa vers l'un des fantômes, visant sa tête, je tirai sans ménagement ni-même réfléchir et cela sembla fonctionner puisque le corps s'écroula. Mais bien vite les fantômes s'agitèrent, ils avaient compris... Je réussis néanmoins à en abattre un deuxième d'une balle en pleine tête avant qu'ils ne commencent à foncer sur nous, l'air plus remontés que jamais...
« Visez la tête!»




Aspie Boy, pour les intimes.Je suis la normalité et la différence. Je suis le silence interminable et le fou rire hystérique. Je suis le sang froid et les crises d'angoisse. Je suis l'atypique. Je suis la lune dans ce monde de soleils.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: terminus, canyon des veuves   


Revenir en haut Aller en bas
 

∆ topic commun: terminus, canyon des veuves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: Dimension Fantôme
-