AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 ∆ topic commun: une diligence au purgatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le chasseur de fantômes
le chasseur de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 75 ans
SURNOM : même pas en rêves
STATUT : en relation libre avec sa bouteille de whisky
MÉTIER : trappeur et chasseur de fantômes
LOGEMENT : au saloon quand il n'est pas par monts et par vaux

POSTS : 136 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
PSEUDO : HYLL (hub, yumita, loonywaltz, luleaby - tout ça tout ça oui)
AVATAR : chuck norris
CRÉDITS : loonywaltz
DC : pas seule dans sa tête
INSCRIT LE : 26/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17076-journal-intime

MessageSujet: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mer 10 Oct - 19:38





Une diligence au purgatoire.
Faites demi-tour dès que possible.
Les bagages sont attachés, les chevaux harnachés, et l'aventure peut commencer. Le dernier train pour la ville n'étant jamais arrivé en gare pour vous chercher, vous avez décidé de prendre une diligence. Terminus: Brisbane. Le soleil entame tout juste sa descente vers l'horizon lorsque vous quittez la gare, et les discussions vont bon train. Le chemin emprunté qui était calme depuis le début vint à se corser. Les allers sont truffées de bosses, de nids-de-poule - et une des roues de votre carrosse finit par ne plus tenir la route. Le bois se fracture et la diligence s'arrête au milieu de nulle part. Votre chauffeur du jour descend pour constater les dégâts, et se met directement au travail pour tenter des réparations de première nécessité. La nuit, quant à elle, continue d'arriver tranquillement. Et alors que le soleil finit par toucher l'horizon, les premiers rires se font entendre. Les passagers se regardent tour à tour, jurant qu'ils ne sont pas responsables de ce bruit. Les ombres envahissent le peu de lumière restante, les frissons parcourent le dos des passagers. « Vous avez vu ça ? » Le chauffeur se relève, regarde autour de lui, perdu. « Il n'y a rien, madame. Et pas la peine de paniquer, je fais au plus vite. » Il n'ira cependant pas assez vite, et les fantômes sont déjà sur place pour aider à la situation. Enfin, aider à leur façon. Comment ça cette main crochue sur l'épaule de la demoiselle n'est pas réelle ? Apaiser les voyageurs de quelques hallucinations, c'était une fausse bonne idée ?

participants:
- @Cleo Huntington
- @Hadès Alvares (suicidé d'une balle dans la tête)
- @Edward Fitzgerald
- @Leena Scofield
- @Tess Turner
- ...




ready for it ?
touch me and you'll never be alone, then i'll can be a phantom.


Dernière édition par Crockett Johnson le Mer 24 Oct - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
MÉTIER : illustratrice en free-lance.
LOGEMENT : Redcliffe, chez Owen.

POSTS : 1966 POINTS : 120

PETIT PLUS : cherche un locataire pour sa maison ɤ a commencé à se rendre au stand de tir (revolver 11mm samegom) avec cade ɤ fan inconditionnelle de NBA et particulièrement de S. Curry ɤ va bientôt sortir son livre avec greta ɤ a fait quelques scènes musicales dans certains bars de brisbane depuis septembre ɤ va bientôt être exposée au QAGOMA
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : annie #2 - jack #2 - sohan - paul #2 - lincoln - cade #2 - leena & lisbeth - sohan, yanis & terrence - joseph - annie #3 - terrence
DIMENSION FANTÔME : diligence au purgatoire - bloodygaby - leena
RPs EN ATTENTE : greta - gabriel - chadna

RPs TERMINÉS : leena et charlotte - leena #2 - oliver - william - kyle - nick - raphaël - nick #2 - greta - jarvis - libre - lucan - gabriel - cade - bélial - bélial #2 - annie #1 - matteo - bélial #3 - leena #3 - jack - leena #4 - hadès - owen - yanis - paul - aaron - hadès #2 - owen
AVATAR : Zoë Kravitz
CRÉDITS : Myself / JOY
DC : No.
INSCRIT LE : 23/01/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18254-tess-turner-shiny-happy-people#705475 http://www.30yearsstillyoung.com/t21217-ganja-burns-w-tess-turner#846083 http://www.30yearsstillyoung.com/t18412-tess-turner#713091 http://www.30yearsstillyoung.com/t18572-tess-turner#721782

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mer 10 Oct - 20:00



Condition de Tess dans l'Univers : Courtisane
Sa tenue : ici
Hantée : par Pete Le Nigaud

Quelle idée avait-elle eu de suivre Mister Cunnigham jusqu'à Cold Coast? Quand son favoris lui avait proposé de l'accompagner pour le divertir pour une affaire à régler, la courtisane avait accepté, sans réellement poser de questions pensant surtout à la prime qu'il lui proposait. Sauf que voilà... le voyage avait été quelque peu chaotique. Miss Turner s'était retrouvé à devoir faire du charme au client de Cunnigham et clairement, ça ne lui avait pas plu d'être traité comme le bœuf qu'elle était en ce monde. Une mule, rien de plus, voilà ce qu'elle était. Tu parles. Alors la jeune femme en avait fait qu'à sa tête, comme la plupart du temps et après avoir prit son argent, elle avait décidé de repartir à Brisbane en train. Sauf que voilà, le train n'arriva jamais. La jeune femme patientait donc à la gare, vêtue richement -un des cadeaux de ses clients- ce qui lui permettait de se faire passer pour une autre. Le fard blanc recouvrant sa peau métissée, la jeune femme savait qu'elle attirait les regards, comme une bête de foire, mais tant que ça pouvait lui rapporter de l'argent... c'était tant mieux. Finalement, on vint annoncer aux rares passagers du train, que ce dernier n'arriverait jamais. Des diligences étaient à leur disposition. C'était une blague ? Une diligence ? C'était l'enfer et c'était bien pourquoi elle avait payé un voyage en train bien plus confortable que cette charrette. Tess ne dit rien, parce qu'une femme ne disait pas grand chose à cette époque, et elle suivi le mouvement. On embarqua son bagage et elle pu grimper dans les premières dans la voiture -honneur aux dames. Elles étaient trois femmes, les deux autres étant bien vêtues et clairement d'un autre milieu que le sien. La jeune femme cependant, ne tarda pas à repérer un charmant jeune homme venir parmi elles dans la voiture. Un garçon au sourire aiguisé et au regard charmeur. Bon, le voyage avait au moins un avantage, il rapprocherait ces inconnus. Clairement, c'était l'horreur. Il faisait chaud, la banquette n'était pas confortable, elle ne pouvait pas étendre ses jambes et elle avait des courbatures de partout, son dos la faisait souffrir, mais elle devait rester digne, droite et sourire. Un enfer. Son corset lui faisait tellement mal, elle suffoquait presque dans cette charrette. Se frappant presque  chaque fois le haut du crâne contre le plafond de la voiture, la jeune femme n'en pouvait clairement plus. A chaque fois qu'elle se cognait la tête, la jeune femme ne s'empêchait pas de dire « oh » comme un hoquet. Etait-elle un peu nigaud ces derniers temps ? Probablement... « c'qu'il fait chaud » souffla t-elle à son voisin d'à côté. Elle aurait tant aimé avoir un éventail pour se faire de l'air. « Savez-vous combien de temps le voyage va t-il durer ? » demanda t-elle aux autres passagers alors qu'ils eurent quitté la ville de Cold Coast après l'avoir traversée. Le voyage était long, pénible et vraiment inconfortable. La charrette n'arrêtait pas de valser, et à un moment donné, ce qui devait arriver, arriva. Cette dernière chuta lamentablement dans le sol, avant de finalement basculer sur le côté, faisant crier et bousculer tout le monde à l'intérieur. Tess ne se priva pas de crier, croyant voir au même moment le visage de ce type qui la hantait dans ses cauchemars... « AHHHH » hurla t-elle comme tous es autres. Lorsque la diligence s'arrêta enfin, on les fit sortir comme cela pouvait être possible. L'une des roues s'était brisée, faisant tomber la diligence. Tess observa les alentours, il n'y avait rien que le désert, des montagnes de roche sèche et le soleil qui s'abaissait lentement. La nuit allait tomber d'ici peu. La jeune femme essaya de remettre sa robe en place alors qu'un rire se fit entendre. Tess se redressa et arqua un sourcil. Elle observa l'assemblée ici présente et tous semblait du même avis. Cette voix n'avait rien de... normale. Tess sentit son sang se glacer sur place. A ce moment-là, elle sentit un souffle dans son oreille et cria tout en sautant de sa place pour aller ailleurs, agitant sa main près de son oreille « Qui a fait ça? » demanda t-elle à toute vitesse, paniquée.



JE RECHERCHE MON PERE& MES COUSINS
Dimension fantôme :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le coeur partagé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans (le 1er décembre 1983).
SURNOM : cleo, prénom et diminutif de cléopâtre, personnalité légendaire.
STATUT : enfermée dans une relation qu’elle ne parvient plus à mener, le cœur épris de Soren et dissipé par Matteo.
MÉTIER : acheteuse d'art pour particuliers. Elle foule le sol de multiples ventes aux enchères et est particulièrement douée dans son activité.
LOGEMENT : elle vit actuellement chez sa soeur, caitlyn, au #123 bayside.

POSTS : 623 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Maleo ☆ For the way you changed my plans and made me see there was something missing for the ending of my first begin. For the way you're something that I never choose. But at the same time something i don't wanna lose. And never wanna be without ever again.


Soleo ☆ So you see, as everything gets mixed. And from the heart to your lips, I become your puzzle. Your laughing screams I should let you go. Before losing grip and giving up. And we're holding hands, like children. While our heads scream we should stop the whole thing.


RPs EN ATTENTE : Chadna ☆ Tommy ☆ Evie
RPs TERMINÉS : 2018sasha
PSEUDO : céline.
AVATAR : minka kelly, la sublime.
CRÉDITS : © wasteland, heartbomb.
DC : nope.
INSCRIT LE : 21/08/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21086-when-death-is-playing-on-us-cleo http://www.30yearsstillyoung.com/t21331-flawless-love-cleo#851981 http://www.30yearsstillyoung.com/t21315-cleo-huntington

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Sam 13 Oct - 22:37



Spoiler:
 

une diligence au purgatoire
Cleo & others



1868. Cleo posa les mains sur ses genoux recouverts de l’épaisse étoffe composant sa robe, serrée à la taille et oppressant son torse. Elle cligna des yeux, car ces jours-ci les larmes n’étaient jamais loin, et souhaita en son for intérieur que ce voyage touche à sa fin. Ce serait si simple, cela la rendrait tellement heureuse. Mais la jeune femme ressentait instinctivement, plus fort que jamais, le désir de rester sur ce siège, de ne plus jamais sortir, de ne plus jamais paraître gaie ou jolie. C’était sa faute si Davis était mort : il avait été tué lors d’une fusillade qui avait provoqué le bruit le plus horrible qu’elle ait jamais entendu sur cette terre, des tirs soudains et répétés par des hommes qui pensaient la défendre. Ils ne se seraient pas évertués à la protéger s’ils n’avaient cru à l’illusion qu’elle avait si soigneusement entretenue d’être une parfaite et virginale jeune fille de la haute société. Ses manières étaient impeccables et ses robes luxueuses. Elle était, aux yeux du monde, incapable, au grand jamais, de quitter les siens par sa propre volonté à la poursuite d’un voyou. Disciplinée mais toujours silencieuse, elle leva les yeux. Ses prunelles d’obsidienne rencontrèrent celles d’un homme d’une trentaine d’années, vides de tout sentiment, et dont la barbe naissante grignotait ses joues. Il lui semblait avoir entendu son prénom lors du placement dans la diligence, Edward peut-être ; sa mémoire défaillait. Il avait une allure soignée, mais la duchesse ne saurait dire pourquoi, sa présence ne la rassurait pas. Elle aurait préféré faire face à cette jeune courtisane qui, cela en crevait les yeux, ne songeait qu’à se dévêtir sous la chaleur écrasante du soir. « Vous ne pourriez pas vous tenir un peu plus ! » lui lançait-elle, lasse de ses gémissements plaintifs. Mrs Huntington se redressa sur la banquette, dégageant son port de tête. Elle repensait à Alexander Hayes, cette bonne âme qui l’avait unie à Davis, quelques jours avant sa mort, dans la pièce adjacente au vestibule, où ses proches donnaient habituellement des fêtes à l’époque où ils pouvaient se le permettre. Être veuve d’un moins que rien à trente-cinq ans était une honte pour sa famille, mais elle n’avait pas le droit de penser ainsi. Elle l’avait profondément aimé, et c’était tout ce qui importait. Les roues du véhicule heurtèrent une crevasse et Cleo fut projetée contre l’homme qui était assis à ses côtés. « Pardonnez-moi. » D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, une malédiction frappait les femmes de la fratrie Huntington. Malgré leurs multiples efforts, aucune d’elle ne parvenait à trouver le bonheur auprès de l’homme qu’elle aimait. Disparition soudaine, sommeil éternel ou péché originel, un drame foudroyait indéniablement ce lien passionnel. C’était d’une grande tristesse et, après avoir vécu cette perte, elle y croyait désormais. Cleo n’avait pas d’appétit depuis la mort de Davis, et avait du mal à garder les aliments qu’elle absorbait. Ses traits s’étaient émaciés, et elle oubliait de prendre soin de ses cheveux, qui depuis les évènements étaient ternes et difficiles à coiffer. Elle était encore fragile, c’était évident. Lorsque le véhicule chavira et que le cocher annonça une descente inévitable, elle soupira. « Que se passe-t-il enfin ? » La jeune femme n’avait aucune envie d’arpenter le sol aride et sans vie de cette contrée.  Mais lorsque l’on y réfléchissait, elle n’avait envie de rien. Sylphide des nuits du désert, elle saisit la main de l’un des passagers et le suivit à l’extérieur de la calèche. Du temps où elle était une jeune fille très en vue de la haute société, le sourire rayonnant qu’elle offrait aux amies et aux personnes de son rang était célèbre. Mais depuis ce drame qui l’avait touchée, la duchesse se sentait incapable d’exprimer le moindre sentiment de plaisir ou de reconnaissance. Pourtant elle fit l’effort de sourire, car elle lut une vraie gentillesse dans les traits francs et un peu lourdauds de l’homme. Ses yeux, qui hésitaient entre le brun et le vert, écartés sous ses sourcils droits, se fixèrent sur elle. « Merci. » prononcait-elle. Elle ferma un instant les yeux et fut de nouveau transportée à quelques villes de là. Le soleil réchauffait son corps contre celui de Davis, elle était presque aveuglée par la lumière étincelante et directe, une lumière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer à Brisbane, où le soleil se couchait à cinq heures de l’après-midi en hiver et où les murs des appartements étaient tâchés des éclaboussures des lampes à pétrole. Quand elle rouvrit les yeux, elle se retrouva sur ce sentier cabossé en compagnie d’étrangers, chargée d’effets personnels si lourds à porter. « Hahahahahah. » Sa poitrine se serra et elle crut manquer un battement. Qui donc pouvait bien être d’humeur à plaisanter ? Elle tourna brusquement son petit menton pointu vers la courtisane. « Pourquoi nous le demandez-vous ? » répliquait-elle sèchement. Les ricanements semblaient bien trop lointains pour qu’ils puissent provenir de l’un d’entre eux. « Hahahahahah. » Mais lorsqu’ils retentirent à nouveaux, elle glissa ses doigts autour du bras de son voisin. Le petit sourire qui avait imperceptiblement éclairé son visage avait disparut. « Allez-vous donc en finir avec cette roue ! » suppliait-elle vainement le cocher.


cleo huntington ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
les doigts de fée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (02/07/86)
SURNOM : Baby, le surnom que son père lui donnait et que ses amis d'enfance ont adopté
STATUT : célibataire (lucky i'm in love with my best friend)
MÉTIER : créatrice de bijoux qu'elle vend sur Internet/vendeuse à mi-temps dans une boutique d'antiquités
LOGEMENT : #16 Toowong, coloc avec Andy #bestcolocever, Summer (pnj) et Colson (pnj)

POSTS : 1757 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Un coeur en or ; un rire ultra communicatif ; une volonté de fer ; un secret bien gardé ; des troubles du comportement alimentaire depuis l'adolescence ; un talent inné pour le karaoké après avoir bu quelques verres
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

i keep you with me in my heart, you make it easier when life gets hard
Rhett#3


when i'm with you, i'm standing with an army



DIMENSION FANTÔME
123

RPs EN ATTENTE : Joanne ☆ Soren ☆ Greta ☆ Lonnie ☆ Andreï ☆ Casey


RPs TERMINÉS : Andy#1Célia#1 Owen#1Thea#1 Heller#1Tess#1Irene#1 Lisbeth#1 Clara#1Lonnie#1 Gaïa#1Noa#1Kelly#1Matteo#1Andreï#1Tess#3Maze#1Clara#2Lisbeth#2Hassan#1

(Abandonnés : Katrina, Eda, Elisabeth, Lola, Sophia, Rhett, Nikki, Jillian#1, Rhett#2, Tess&Charlotte#1, Tess#2, Lola#2, Telulah, Laz)
AVATAR : Emilia Clarke
CRÉDITS : av : cranberry / signa : wiise
DC : Mavis Strange
INSCRIT LE : 23/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17255-leena-into-the-light-of-the-dark-black-night-en-cours http://www.30yearsstillyoung.com/t17302-leena-here-comes-the-sun http://www.30yearsstillyoung.com/t17303-leena-scofield#668676 http://www.30yearsstillyoung.com/t17332-leena-scofield#669484

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Dim 14 Oct - 18:12



Thunderhead était mort et bien mort. Le sang rouge vif s'écoulait à gros bouillon du trou béant de sa tête, comme une cascade, souillant le poil gris de l'animal. Il avait mis le pied dans un nid-de-poule alors qu'Eleanor Scofield chevauchait vers la ville, sa jambe s'était brisée nette. Le cheval ne pouvait plus marcher et, au beau milieu de nulle part, nul n'aurait pu le soigner. S'étant relevée de sa chute, après avoir frotté sa robe élimée couverte de poussière, Eleanor n'avait pas hésité longtemps. Elle avait sorti son revolver pour achever la bête d'une balle dans la tête, afin de lui éviter une lente agonie. Elle avait beau être une chasseuse de prime au sang-froid et au coeur de pierre, elle détestait laisser souffrir un être vivant, surtout un cheval comme Thunderhead, le plus rapide et le plus fidèle qu'elle n'ait jamais connu. Puis elle détacha son baluchon de la selle et le hissa sur son épaule, et s'en alla vers la ville sans un regard en arrière. Le soleil pointait déjà le bout de son nez, promettant une journée moite et lourde. D'un pas soutenu, Eleanor arriva près de la gare pour se renseigner sur les horaires des prochains trains, et une fois qu'elle eut pris son billet, elle alla au saloon le plus proche pour déjeuner et se désaltérer. Elle créait toujours un moment de flottement lorsqu'elle entrait dans des endroits de la sorte, peuplés principalement d'hommes, les seules créatures féminines étant des prostituées le plupart du temps. Les rires fusaient, accompagnés de moqueries et de remarques graveleuses. Mais Eleanor, malgré sa petite taille et ses cheveux longs et hirsutes, finissait toujours par se faire respecter : le revolver qu'elle portait à la ceinture annonçait la couleur, elle le maniait à la perfection et n'hésitait pas à s'en servir, et la mention de son nom ne laissait pas de marbre chez les chasseurs de prime. Elle avait une sacrée liste de noms à son actif, de l'argent à la banque, pas peur de grand chose, et une descente suffisamment impressionnante pour gagner les concours de gnôle dans les saloons, qui lui permettait toujours d'impressionner la galerie. Elle passa la journée à boire et à jouer aux cartes, où elle gagna le double de sa mise, qu'elle fourra dans son baluchon. Il contenait peu de chose : des liasses de billets, des munitions, un foulard épais, quelques photos, une amulette. Elle voyageait toujours sans rien. Sans attaches. Il contenait également quelques feuilles pliées en quatre, sur lesquelles étaient imprimées des photos et des noms, suivis du montant de la récompense. Voilà pourquoi elle avait décidé de se diriger vers Brisbane. Malheureusement, quelqu'un entra dans le saloon pour prévenir les voyageurs que le train ne partirait pas. Une diligence, en revanche, prendrait la route. Eleanor continua de boire jusqu'au départ de celle-ci, bien décidée à s'assommer d'alcool pour dormir tout son soûl tout au long du voyage.

L'heure arrivée, elle monta s'entasser dans la misérable diligence. Elle fusilla du regard les hommes qui partageaient la voiture, donna des coups de coude au passage aux deux pintades en tenue beaucoup trop chic pour un voyage de ce genre, s'enfonça dans la banquette contre la fenêtre et, son baluchon bien serré sur ses genoux, elle s'endormit sans plus attendre. Les cahots et les discussions n'eurent aucun impact sur son sommeil de plomb.

Lorsqu'elle se réveilla, en revanche, elle sentit que l'atmosphère avait considérablement changé : quelque chose planait dans l'air. Un énorme choc l'avait réveillée, une des roues s'était brisée sur la route, le chauffeur les faisait descendre de la diligence afin de tenter de la réparer. Endormie, Eleanor se hissa tout de même agilement de la voiture, et pesta une fois qu'elle se retrouva dehors, debout dans la terre brune. Ils étaient au milieu de nulle part, et le jour disparaissait. « Maudit nid-de-poule » grogna-t-elle, sans une pensée pour la roue, mais pour celui qui avait causé la mort de Thunderhead. Elle détestait être dépendante des autres : il fallait à tout prix qu'elle se rachète un cheval, à Brisbane. Alors qu'elle sortait sa poche à tabac pour se rouler une cigarette, des rires étranges se firent entendre. Ils donnaient des frissons jusque dans le bas de l'échine, et faisaient plutôt penser à des bruits de scie qu'à quelque chose d'humain. Eleanor se figea, soudain glacée. Le soleil avait disparu à l'horizon. « Qui a fait ça? » demanda la courtisane, visiblement paniquée. Pour toute réponse, Eleanor sortit son revolver et l'arma. « Allez-vous donc en finir avec cette roue ! » supplia la pintade endimanchée, Eleanor leva les yeux au ciel. « Encore une qu'a jamais rien foutu de ses dix doigts. C'est pas si simple, de changer une roue, ma jolie. » Son coeur battait si vite qu'elle avait l'impression que des bruits de tambour s'ajoutaient aux rires venant de nulle part. De sa main libre, elle tâtonna dans son baluchon, touchant son amulette du bout des doigts. Priant pour que ce ne soit rien qu'elle craignait vraiment - rien de surnaturel. « On f'rait mieux de tous se rassembler en attendant, pas de s'éparpiller. J'suis la seule armée ou quoi ? Et puis, quelqu'un a de quoi boire ? »



Nobody has ever measured, not even poets,
how much the heart can hold




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mar 16 Oct - 16:32


une diligence au purgatoire
Condition d'Ed dans l'Univers : Cow-boy
Sa tenue : ICI
Hantée : par Audrey la vocaliste


Une année bien merdique en perspective. Entre les voleurs de bétails qui réalisent de plus en plus de raids et la maladie qui emporte plusieurs bêtes à la semaine, il m’est aujourd’hui difficile de prévoir ce que sera demain. L’aide que j’ai demandé ne montre toujours pas le bout de son nez et pour couronner le tout, les dizaines de vétérinaires que j’ai appelés n’ont jamais trouvés le problème. Comme si ça ne suffisait pas, le ranche commence peu à peu à se vider. Mes collègues prennent peurs et voient un signe avec la mort du bétail comme celui d’une malédiction arrivant dans peu de temps. Personnellement, je ne crois pas à toutes ces conneries, mais tout ce que je sais, c’est que si ça continue comme ça je vais perdre tout ce que mon père m’a légué. Aujourd’hui, je dois à mon tour quitter le ranche, mais ce n’est que temporaire, je dois me quitter mes terres pour rencontrer une personne prête à me vendre ses terres et tout ce qu’y si trouve également. Ça me fait mal de partir dans de telle circonstance, mais je n’ai pas le choix, passer outre cette chance qui s’offre à moi serait tout simplement irrecevable d’autant plus que mon défunt père a toujours voulu agrandir ses terres. C’est donc très rare, mais je me retrouve à m’habiller d’une façon un peu plus soignée sans pour autant m’habiller comme les riches peuvent bien le faire. C’est une grande surprise pour moi ainsi qu’une déception de ne pas le voir à l’heure du rendez-vous. Un message de la part d’une de ses connaissances et le nouveau lieu de la rencontre se situe à Brisbane ce qui n’est pas pour m’arranger en allongeant la durée de ce voyage. C’est finalement en diligence et non pas en train que le voyage va se faire. Les passagers montent tour par tour. Je me retrouve à m’asseoir en face d’une jeune femme qui visiblement aime bien exposer sa richesse. Un échange de regard plus tard  et le jugement qu’elle peut bien porter sur moi ne se fait plus attendre. C’est une bonne demi-heure plus tard que notre chauffeur se décide enfin à partir pour une route qui va assurément nous réserver quelques surprises.

Le sommeil qui borde peu à peu mes yeux, chapeau baissé et me voilà parti pour un petit repos avant la prochaine pause. Malheureusement celle-ci arrive bien trop vite, quelques remue-ménages plus tard et notre moyen de transport ralentit avant de se stopper net après un énième soubresaut alors que j’ouvre avec un peu de difficulté mes pauvres paupières. Peu de temps après je me retrouve avec les bras de la jeune femme sur les jambes alors qu’elle fut projetée vers moi. « Pardonnez-moi. » Je l’aide alors à se relever en tant que bon gentleman tout espérant qu’elle ne soit pas répugnée par l’aide d’un vulgaire homme venant d’un ranche et qu’elle n’en fasse pas toute une histoire. « Je vous en prie. »  Chacun y va de bon train pour deviner ce qu’il se passe. Je suis le dernier à fermer la marche une fois que l’ensemble des passagers soient descendus. Rien ne se passe comme prévu dans ce voyage, une des roues de notre magnifique carrosse a finalement rendu l’âme, paix à elle. Le chauffeur qui constate les dégâts se met presque aussitôt au travail pour ne pas rester ici plus longtemps. « Faites-moi un signe si jamais vous avez besoin d’aide, je vais me poser là-bas. » Je m’isole tranquillement de mon côté, préférant ne pas rentrer dans une querelle sans importance qui risque d’éclater d’un moment à l’autre avec l’impatience qui se fera sentir. La peur se mélange à cette impatience quand des rires se firent entendre, d’où cela pouvait-il bien provenir ? Qui pourrait bien s’amuser à faire ce genre de chose ? « Ne vous inquiétez pas, ça doit simplement être des bandits de seconde zone qui s’amusent avec nous. Où est la protection de la diligence ? » J'essaie de les rassurer, mais cette idée me parait tout de même peu probable alors que la tête de notre chauffeur me donne trop vite la réponse qui se trouve être pas très rassurante, aucune protection, rien. « C’est une blague j’espère ? » Mais avant même avoir le temps de réagir une nouvelle fois, une autre série de rire résonne dans nos oreilles, seulement ça ne ressemble en rien à une manière de faire pour des voleurs ou alors ils sont vraiment débiles de prévenir une seconde fois de leur présence. Je me rapproche alors du groupe par instinct et la voix d’une femme chantonnant de façon très grossière se met également à résonner dans ma tête. « Vous avez entendu ça ? Monsieur, si vous avez besoin d’aide c’est le moment pour mettre votre ego de côté. Il ne faut pas rester ici plus longtemps. »



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
MÉTIER : illustratrice en free-lance.
LOGEMENT : Redcliffe, chez Owen.

POSTS : 1966 POINTS : 120

PETIT PLUS : cherche un locataire pour sa maison ɤ a commencé à se rendre au stand de tir (revolver 11mm samegom) avec cade ɤ fan inconditionnelle de NBA et particulièrement de S. Curry ɤ va bientôt sortir son livre avec greta ɤ a fait quelques scènes musicales dans certains bars de brisbane depuis septembre ɤ va bientôt être exposée au QAGOMA
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : annie #2 - jack #2 - sohan - paul #2 - lincoln - cade #2 - leena & lisbeth - sohan, yanis & terrence - joseph - annie #3 - terrence
DIMENSION FANTÔME : diligence au purgatoire - bloodygaby - leena
RPs EN ATTENTE : greta - gabriel - chadna

RPs TERMINÉS : leena et charlotte - leena #2 - oliver - william - kyle - nick - raphaël - nick #2 - greta - jarvis - libre - lucan - gabriel - cade - bélial - bélial #2 - annie #1 - matteo - bélial #3 - leena #3 - jack - leena #4 - hadès - owen - yanis - paul - aaron - hadès #2 - owen
AVATAR : Zoë Kravitz
CRÉDITS : Myself / JOY
DC : No.
INSCRIT LE : 23/01/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18254-tess-turner-shiny-happy-people#705475 http://www.30yearsstillyoung.com/t21217-ganja-burns-w-tess-turner#846083 http://www.30yearsstillyoung.com/t18412-tess-turner#713091 http://www.30yearsstillyoung.com/t18572-tess-turner#721782

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Sam 20 Oct - 18:41


Les rires retentirent à nouveau, glaçant le sang de chacun des passagers à présent en dehors de la diligence. Tess sentit un long et givrant frisson caresser son corps et sa peau basanée, hérissant alors chacun des poils qui pouvait recouvrir son corps. La femme en pantalon avait un flingue et assez instinctivement, elle s'en approcha. L'autre dame était en train de presser l'homme qui tentait par tous les saints de réparer cette roue. Mais le bois était brisé... que pouvait-il réellement faire ? Tess sentait la peur l'envahir, ne comprenant pas d'où ses rires pouvaient bien venir. L'homme à l'allure de cow-boy s'en prit au cocher lorsque celui-ci lui avoua ne posséder aucune protection. Apparemment, il ne s'agissait pas de bandits, ou alors, comme le cow-boy le disait, ils étaient vraiment stupides. A moins que ça ne soit les aborigènes qui se préparaient à attaquer ? Voulaient-ils se venger des colons blancs ? Si c'était ça, Tess profiterait de son teint basané, c'était une évidence, quitte à être une mule, autant que cela serve, non ? Mais la jeune femme était trop inquiète pour réfléchir correctement. Le souffle qu'elle avait sentit si près de son oreille la faisait encore frissonner. Les deux hommes, un brun et un blond qui étaient restés silencieux depuis tout à l'heure ne semblaient pas non plus faire les malins, mais très vite, quelque chose... d'atroce se produisit. Alors que les gens s'étaient rassemblés pour se rassurer autour de la diligence et que Tess allait répondre à la femme en pantalon, soulevant sa longue robe pour décrocher de sa jarretelle, une flasque de whisky, sa voix résonna « j'ai du whisky pour... » elle ne pu terminer sa phrase. Là, devant ses yeux et devant ceux des autres, un nuage semblable à une tornade apparu devant eux. D'abord infime, il se mit à tourner de plus en plus vite alors que les rires se faisaient plus proches encore, comme s'ils... venaient de cette petite tornade de poussière. La poussière de ce chemin désertique et isolé, traversant les montagnes rocheuses orangers. Le soleil se couchait toujours, terminant bientôt sa course derrière ces montagnes de sables durcies par le temps. Et là, dans ce nuage de poussière, une forme se mit à apparaître. Tess ne pu pas bouger d'un pouce, sentant son corps totalement figé par la peur et son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. La forme tournant encore, toujours plus rapidement, commença à sortir deux bras... extrêmement fins, presque désarticulés et puis une tête très chevelue se dessina à son tour. Une voix d'outre-tombe se fit entendre, prononçant des mots incompréhensible d'un autre temps, d'une autre civilisation. Ca semblait ressembler à une femme, à une femme non humaine, presque morte, ou même déjà morte. L'homme blond (Aaron) était au plus près de la forme et sans que personne ne puisse le voir venir, la forme fit propulser ses bras jusqu'à lui, l'entraînant dans son tourbillon sous les cris de surprise de l'homme emprisonné. Des cris de douleur et de peur, tandis que la voix morbide semblait continuer ses incantations. Ni les balles, ni les hurlements ne semblaient y faire quoi que ce soit. Tess tomba à la renverse, sous le choc de cette vision et surtout, sous la force de cette petite tornade qui tournait encore devant eux. Elle se recula à l'aide de ses mains sur les petites roches qui encombraient le sol désertique, et de ses pieds chaussés. Elle se cacha presque derrière la femme au pistolet, pensant halluciner complètement devant ce qu'il se passait. L'homme blond hurlait de douleur, alors que l'on entendait chacun de ses os craquer et ses membres se briser alors que la voix d'outre-tombe chantait de plus en plus fort une mélodie démoniaque. Tess détourna les yeux, les fermant pour ne plus voir ce qu'il se passait et très vite, elle colla ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre le corps de l'homme se fracturer. Et puis bientôt, le silence. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, le corps inerte et complètement désarticulé et dans une position non-norme, non-vivante, non-humaine de l'homme blond se trouvait là, dans une mare de sang. Un symbole étrange était gravé sur son visage, déchirant ses traits. Et la voix résonna, alors que la forme avait disparue mais Tess ne comprit pas ce qu'elle avait dit... trop choquée par ce qu'il venait de se passer...

(Etant donné que le personnage d'Aaron a été supprimé du forum... je me suis dit qu'on pouvait se faire plaisir dans le jeu. Et Hadès a posté une absence, et par MP il m'a dit qu'il n'était pas sûr de pouvoir répondre au rp commun... Et je laisse le plaisir au suivant d'inventer la fameuse phrase de ce démon-socière-morte vivante hahaha)



JE RECHERCHE MON PERE& MES COUSINS
Dimension fantôme :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le chasseur de fantômes
le chasseur de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 75 ans
SURNOM : même pas en rêves
STATUT : en relation libre avec sa bouteille de whisky
MÉTIER : trappeur et chasseur de fantômes
LOGEMENT : au saloon quand il n'est pas par monts et par vaux

POSTS : 136 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
PSEUDO : HYLL (hub, yumita, loonywaltz, luleaby - tout ça tout ça oui)
AVATAR : chuck norris
CRÉDITS : loonywaltz
DC : pas seule dans sa tête
INSCRIT LE : 26/06/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17076-journal-intime

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mer 24 Oct - 16:06


Il y a sans doute une raison au fait qu'à Brisbane on n'ose plus s'aventurer seul dehors à la nuit tombée, et avant de prendre place dans cette diligence de la dernière chance, ses occupants auraient mieux fait de prêter attention aux rumeurs plutôt que de se croire plus malins qu'elles. Il est temps d'avoir peur, telle est l'opinion des forces ayant décidé de s'en prendre au convoi, et pour avoir ricané clope au bec sans les prendre au sérieux le grand costaud du groupe a le premier fait les frais de leur colère. Là, corps désarticulé et baignant dans son propre sang, le bonhomme fait grise mine tandis que du côté des autres passagers on s'agite avec terreur. Et pour Maroochy l'aborigène, l'heure est enfin à la vengeance : après avoir hanté la carcasse Hadès Alvares pendant des jours et l'avoir vu pâlir chaque fois un peu plus il n'a plus le cœur à s'amuser ... Ou si, juste une dernière fois. Aussi prenant possession du corps de sa victime dans un coup de vent à glacer le sang des autres passagers, il s'était saisi sans résistance du pistolet à la ceinture du pauvre bougre et lui avait tiré un unique coup dans la tempe. Et voilà comment @Hadès Alvares s'était retrouvé suicidé contre son gré, répandant de la cervelle sur ses voisins de diligence avant que Maroochy n'aille rejoindre l'au-delà. Mais d'autres fantômes ont semble-t-il d'autres comptes à régler avec les survivants du convoi ...

nb. Les personnes n'ayant pas encore participé aux sujets communs ont vu leur personnage tué pour inactivité. Nous vous rappelons également qu'il n'est pas nécessaire de respecter l'ordre de réponse établi au premier tour pour poster une réponse dans le sujet.



ready for it ?
touch me and you'll never be alone, then i'll can be a phantom.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le coeur partagé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans (le 1er décembre 1983).
SURNOM : cleo, prénom et diminutif de cléopâtre, personnalité légendaire.
STATUT : enfermée dans une relation qu’elle ne parvient plus à mener, le cœur épris de Soren et dissipé par Matteo.
MÉTIER : acheteuse d'art pour particuliers. Elle foule le sol de multiples ventes aux enchères et est particulièrement douée dans son activité.
LOGEMENT : elle vit actuellement chez sa soeur, caitlyn, au #123 bayside.

POSTS : 623 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Maleo ☆ For the way you changed my plans and made me see there was something missing for the ending of my first begin. For the way you're something that I never choose. But at the same time something i don't wanna lose. And never wanna be without ever again.


Soleo ☆ So you see, as everything gets mixed. And from the heart to your lips, I become your puzzle. Your laughing screams I should let you go. Before losing grip and giving up. And we're holding hands, like children. While our heads scream we should stop the whole thing.


RPs EN ATTENTE : Chadna ☆ Tommy ☆ Evie
RPs TERMINÉS : 2018sasha
PSEUDO : céline.
AVATAR : minka kelly, la sublime.
CRÉDITS : © wasteland, heartbomb.
DC : nope.
INSCRIT LE : 21/08/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21086-when-death-is-playing-on-us-cleo http://www.30yearsstillyoung.com/t21331-flawless-love-cleo#851981 http://www.30yearsstillyoung.com/t21315-cleo-huntington

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mar 30 Oct - 13:25



une diligence au purgatoire
Cleo & others



Cleo posa la main sur le cadre en cuivre de la portière du phaéton et observa le nuage de cendres qui venait de se former. Diffus et ondoyant de tout son long, il s’approchait dangereusement des voyageurs pour finalement dévoiler une paire de jambes nues et fuselées. Une femme. Sa condition, dissimulée par son aspect sordide et dépravé, semblait lui échapper. Qui était-elle ? D’où venait-elle ? Quelle était la vie qu’elle avait pu mener ? La silhouette semblait difficilement se déplacer dans sa tenue extravagante et indéniablement provocante. Son regard absent se noyait dans le paysage et sa figure sale s’inclinait de gauche à droite. « Le soleil s’en est allé… » murmurait-elle, pensive. Ses traits étaient larges et déformés, et son visage parsemé de tâches de rousseur, complètement défiguré. Sa chevelure cuivrée avait perdu toute vivacité et tombait en masse visqueuse sur ses épaules frêles et osseuses. Elle semblait se susurrer des horreurs à elle-même, soufflait d’une voix suave d’innombrables insanités abjectes et immorales. Les effluves de la folie rognaient peu à peu son esprit déjà tourmenté et bercé par le cliquetis répétitif de ses articulations brisées. Un son qui résonnait à intervalles réguliers, toutes les cinq secondes, une même ritournelle horripilante. Elle savait pertinemment que son auditoire, pris en otage, sombrait lentement dans la démence, mais elle ne s’en lassait pas. « Je le sens quand ma présence n’est pas désirée. » affirmait-elle d’un ton ferme. Ce n’était pas de sa faute si elle avait la même dégaine fantomatique, une peau qui n’avait pas vu le soleil depuis des décennies et une tristesse permanente au fond des yeux, soulignant ses nouvelles balafres violacées. Soudain, elle ricana. Un rire strident de petite conne qui résonnait et crevait les tympans. Elle pivota de trois quarts, ses pieds nus s’enfonçant dans le terrain boueux, et tendit brusquement ses bras maigres vers un blondinet silencieux. On distinguait sa poitrine nue sous le tissu transparent, mais la pudeur, elle ne semblait pas connaître. L’intégralité de son être réclamait un massacre à dix doigts et elle explosa une nouvelle fois dans un rire incompréhensible, à la fois mielleux et étouffé. « Au revoir, joli cœur. » prononçait-elle en brisant violemment chacun des os de sa nuque. Elle ponctua sa tirade veloutée d’un rictus de petite garce et se tourna vers Edward, brisée, rocailleuse, abîmée par le temps qui passe. « Donnez-moi ça ! » s’enquit Cleo en arrachant le whisky des mains de Tess. Rapidement, elle fit basculer son bras vers l’arrière avant de lancer la bouteille sur le spectre. Un bruit sourd retentit. Ce n’était pas l’impact du verre dont l’objet du délit gisait à présent sur le sol, mais le cri perçant d’une balle dénudée de sa douille. A quelques mètres de là, Hadès Alvares venait de baisser les armes, plongeant dans le sommeil éternel de la plus brusque des manières qui soit. « One by one… » ironisait la silhouette d’un ton  macabre. Sa phrase achevée, elle se mut en direction d’Eleanor qui représentait sans doute son obstacle le plus grand. Une figure de courage dotée d’un style un peu canaille contrairement aux deux autres demoiselles qui n’en menaient définitivement pas large. Cleo avait l’allure d’une fille à papa issue des beaux quartiers, une sainte née dans les privilèges et loin d’être préparée à affronter les épreuves de la vie. Le genre à s’offusquer d’un rien, d’une remarque vulgaire ou déplacée, d’un comportement déviant ; qui ne survivrait pas cinq minutes sur ce sentier. Un énième rire aliéné s’échappa des lèvres de la défunte tandis qu’elle minaudait, battait des cils et courbait l’échine. Elle redressa sa poitrine sous le regard hagard du groupe qui regrettait déjà d’avoir pris place dans la diligence. Le début des encombres. La fin de tout. « Faites que ça s’arrête ! » gémit Cleo. Un bref instant, elle crut que ses nerfs allaient lâcher. Elle rencontra les yeux du spectre, noirs comme la surface d’une marre au fond de la forêt, et n’y décela pas la moindre lueur d’empathie. C’étaient des yeux si froids et si cruels que la trentenaire se demanda comment elle avait eu le courage de les affronter auparavant, avant de réaliser qu’elle ne l’avait jamais fait. Elle resta pétrifiée devant cet échange, prise d’une violente nausée. La duchesse ne tarderait pas à périr, elle le sentait ; entre les griffes de cette femme ou par l’absence de battements de son cœur qui lentement s'essouflait.


cleo huntington ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
les doigts de fée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (02/07/86)
SURNOM : Baby, le surnom que son père lui donnait et que ses amis d'enfance ont adopté
STATUT : célibataire (lucky i'm in love with my best friend)
MÉTIER : créatrice de bijoux qu'elle vend sur Internet/vendeuse à mi-temps dans une boutique d'antiquités
LOGEMENT : #16 Toowong, coloc avec Andy #bestcolocever, Summer (pnj) et Colson (pnj)

POSTS : 1757 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Un coeur en or ; un rire ultra communicatif ; une volonté de fer ; un secret bien gardé ; des troubles du comportement alimentaire depuis l'adolescence ; un talent inné pour le karaoké après avoir bu quelques verres
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :

i keep you with me in my heart, you make it easier when life gets hard
Rhett#3


when i'm with you, i'm standing with an army



DIMENSION FANTÔME
123

RPs EN ATTENTE : Joanne ☆ Soren ☆ Greta ☆ Lonnie ☆ Andreï ☆ Casey


RPs TERMINÉS : Andy#1Célia#1 Owen#1Thea#1 Heller#1Tess#1Irene#1 Lisbeth#1 Clara#1Lonnie#1 Gaïa#1Noa#1Kelly#1Matteo#1Andreï#1Tess#3Maze#1Clara#2Lisbeth#2Hassan#1

(Abandonnés : Katrina, Eda, Elisabeth, Lola, Sophia, Rhett, Nikki, Jillian#1, Rhett#2, Tess&Charlotte#1, Tess#2, Lola#2, Telulah, Laz)
AVATAR : Emilia Clarke
CRÉDITS : av : cranberry / signa : wiise
DC : Mavis Strange
INSCRIT LE : 23/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17255-leena-into-the-light-of-the-dark-black-night-en-cours http://www.30yearsstillyoung.com/t17302-leena-here-comes-the-sun http://www.30yearsstillyoung.com/t17303-leena-scofield#668676 http://www.30yearsstillyoung.com/t17332-leena-scofield#669484

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Lun 5 Nov - 18:03



Dieu savait que l'appel de l'alcool était plus fort que tout aux yeux d'Eleanor, pourtant les paroles que lui avait adressées la courtisane se perdirent dans le chaos de cette nuit maudite. La chasseuse de primes, qui pensait jusque là uniquement à son but et aux heures qui suivraient son arrivée à Brisbane, compris que le sort avait décidé pour elle un tout autre chemin. Sous des doigts, l’amulette semblait brûlante, comme une pièce que l’on chauffe près de l’âtre. Le métal réagissait à ce qui s’approchait, et Eleanor sentit ses derniers espoirs s’envoler et la panique s’emparer d’elle. Ce qui se terrait là, dans le noir, ce qui ricanait autour d’eux et s’approchait inexorablement n’avait strictement rien d’humain. Elle repensa à sa grand-mère, cette vieille folle que tout le monde méprisait au village, mais pour qui Eleanor avait toujours eu une affection particulière ; les tonnes d’histoires d’esprits et de possessions qu’elle lui avait racontées n’étaient jamais sorties de sa mémoire. Elles semblaient prendre vie tout d’un coup, ayant sagement attendu leur heure. La terreur fut si intense qu’elle l’empêcha de crier, tandis que le spectacle s’emparait d’horreur sous leurs yeux ébahis. Les rires avaient redoublé d’une intensité glaçante, le nuage sombre chargé d’une énergie malsaine les avaient électrisés, et tout d’un coup tout avait explosé comme un baril de poudre : entre les cris de tout le monde, l’homme s’était tiré une balle dans la tête, un autre avait probablement succombé à une étreinte ignoble qui avait permis aux spectateurs d’entendre chacun de ses os craquer, et la pintade endimanchée était en proie à une silhouette si terrifiante qu’Eleanor peinait à regarder la réalité en face. Elle mit quelques temps à reprendre ses esprits après la détonation, sursautant en sentant une présence derrière elle (Tess), se rassurant ensuite en constatant qu’elle était de chair et d’os. Et dans tout cela, le whisky avait disparu. « Putain de merde » lâcha-t-elle d’une voix blanche. Ses doigts rivés sur son revolver était devenu durs comme de la pierre, tant elle les serrait fort. Sans réfléchir, Eleanor tira deux coups en direction du fantôme, comme si des balles allaient changer quelque chose. La silhouette parlait, sa voix était si sinistre qu’Eleanor avait l’impression que ses os allaient se briser de terreur. Elle brandit son amulette en sa direction, car le fantôme s’adressait à elle à présent : « Ne t’avise même pas de t’approcher, esprit ! » Malgré la puissance qu’elle louait à cette amulette, don de sa grand-mère qui avait pratiqué en son temps et selon elle des exorcismes, Eleanor entendit que sa voix tremblait, faible et fragile, comme jamais elle ne l’avait entendue. Le cœur lui battait si fort dans les temps qu’elle n’avait plus la vision très nette. Par réflexe, elle se rapprocha de la courtisane à nouveau. Si celle-ci croyait elle aussi à la protection de l’amulette, peut-être en serait-elle protégée également. Autour d’eux, les rires et les étranges tourbillons ne semblaient pas prêts de faiblir. « Quelqu’un a du sel ? Une croix ? Une bible ? Que quelqu’un prie, bordel ! » Un regard lancé à la diligence lui permit de constater que la roue en était toujours au même point : cassée. « Et qu’est-ce qu’il manque pour réparer cette putain de roue ?! » Elle voulut s’avancer pour voir, mais une force invisible la stoppa net, lui ferma la bouche et lui coupa la respiration. Sous le choc, elle tomba en arrière et roula quelques mètres plus loin. Cette fois, un hurlement retentit, plus fort que les autres, à quelques centimètres de son oreille. Paralysée par la peur, incapable de se relever, elle parvint tout de même à tirer un coup de feu, par réflexe, vers l’origine du bruit. Sans regarder. Comme si le fait de s’empêcher de regarder les créatures malfaisantes allait changer quelque chose. Elle se rendit compte alors qu’un par un, les passagers de la diligence étaient mis à l’écart des uns et des autres. « Il ne faut pas se séparer, il faut rester ensemble à tout prix » hurla-t-elle malgré sa gorge serrée.



Nobody has ever measured, not even poets,
how much the heart can hold




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
MÉTIER : illustratrice en free-lance.
LOGEMENT : Redcliffe, chez Owen.

POSTS : 1966 POINTS : 120

PETIT PLUS : cherche un locataire pour sa maison ɤ a commencé à se rendre au stand de tir (revolver 11mm samegom) avec cade ɤ fan inconditionnelle de NBA et particulièrement de S. Curry ɤ va bientôt sortir son livre avec greta ɤ a fait quelques scènes musicales dans certains bars de brisbane depuis septembre ɤ va bientôt être exposée au QAGOMA
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : annie #2 - jack #2 - sohan - paul #2 - lincoln - cade #2 - leena & lisbeth - sohan, yanis & terrence - joseph - annie #3 - terrence
DIMENSION FANTÔME : diligence au purgatoire - bloodygaby - leena
RPs EN ATTENTE : greta - gabriel - chadna

RPs TERMINÉS : leena et charlotte - leena #2 - oliver - william - kyle - nick - raphaël - nick #2 - greta - jarvis - libre - lucan - gabriel - cade - bélial - bélial #2 - annie #1 - matteo - bélial #3 - leena #3 - jack - leena #4 - hadès - owen - yanis - paul - aaron - hadès #2 - owen
AVATAR : Zoë Kravitz
CRÉDITS : Myself / JOY
DC : No.
INSCRIT LE : 23/01/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18254-tess-turner-shiny-happy-people#705475 http://www.30yearsstillyoung.com/t21217-ganja-burns-w-tess-turner#846083 http://www.30yearsstillyoung.com/t18412-tess-turner#713091 http://www.30yearsstillyoung.com/t18572-tess-turner#721782

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mer 14 Nov - 13:08


Cachée derrière la chasseuse de prime, la courtisane avait fini presque à quatre pattes derrières les jambes de la jolie blonde, accrochée à sa robe, suspendue à son arme pointée vers le macabre spectacle qui se dessinait sous leurs yeux. Les passagers de la diligence étaient là, en cercle, entourant cette sorcière sinistre et ces deux cadavres qui ne bougeaient plus d'un pouce et dont les multiples craquements semblaient encore résonner dans les oreilles de Tess. Cette dernière était entre le cauchemar et la réalité, elle n'entendait plus trop ce qu'il se disait, ni ne comprenait ce qu'il se passait. Ca dépassait l'entendement, ça n'était absolument pas réel, ça ne pouvait pas l'être... Tout cela était indescriptible. La courtisane n'avait jamais vu une telle scène et ça n'était pas possible que ça soit réel. D'où sortait ce fantôme ? Pourquoi avait-elle tué ces deux hommes ? Pourquoi est-ce que la sorcière était encore là, alors qu'Eleanor venait de lui tirer deux balles ? Rien ne pourrait se passer pour les défendre ? Prier ? Quoi ? Elle, la pute nègre de Brisbane ? Dieu n'en avait rien à foutre d'elle, il n'en avait rien à foutre de ses angoisses et ses souffrances, et puis Dieu était mort, rien qu'à voir la gueule du Père Baxton. Il était devenu barge, Dieu l'avait quitté ! Il n'y avait plus personne, plus rien ne pouvait les protéger. Perdue dans ses angoisses et ses pensées, Tess ne comprit pas ce qu'il se passait quand Elenanor voulu s'approcher de la diligence, qu'elle fut arrêtée par une force invisible -laissant Tess totalement seule, sur le sol. La courtisane ne pu détacher ses yeux d'elle, avant qu'elle ne sente un long frisson remonter l'entièreté de son estomac et faire palpiter férocement son cœur. Son corps venait d'être projeté sur plusieurs mètres, entre les gravas et la poussière du sol du désert. Entourant alors la jeune femme d'un nuage de poussière orange, Tess en perdit son souffle. Elle avait bien trop peur pour respirer. Elle ne se rendit pas compte qu'elle était en train de se pisser dessus, sous les effets de la peur. Elle ne parvenait pas à respirer, son souffle était coupé, elle allait mourir, elle le sentait. Face contre terre, elle essayait de respirer, mais la poussière s'infiltrait par ses narines dilatées et sa bouche, accrochant sa gorge. Elle toussa et finalement, elle parvint à respirer. Gardant le visage contre la terre brûlée australe afin de ne pas voir ce qu'il se passait. Une voix cria qu'il ne fallait pas se séparer, mais Tess semblait... ailleurs. Comme si son corps avait été projeté dans une autre dimension, séparée des autres. Un cri se fit entendre et très vite, la voix de la sorcière se fit entendre. Elle était tout près de Tess, oh putain... La courtisane était dissimulée des autres par ce nuage de poussière orange, qui lui bridait complètement la vue par son opacité très étrange. Finalement, les craquement morbides se firent de nouveau entendre. Un corps était tombée entre les mains de la sorcière. Lequel ? Qui était en train de succombé à ses horribles doigts crochus ? A sa magie noire brisant chacun des os encore vivants de cette pauvre victime ? Il ne restait qu'un homme, le cocher et puis les deux autres femmes. Mon dieu... sur qui est-ce que c'était tombé ? Le cœur de Tess n'avait jamais battu aussi fort, alors que les craquements et les gémissements se faisaient entendre. « J'veux pas mourir... » pleurait-elle face contre terre, totalement perdue dans cette réalité fictive et non commensurable. Finalement, la poussière commençait à se dissiper et bientôt, Tess allait se rendre compte qu'il s'agissait du garçon, le dernier voyageur restant... Son corps mutilé, charcuté et totalement renversé se tenait là, formant presque une sculpture verticale au centre du cercle... est-ce qu'avec les corps, cette sorcière formait une sorte de maléfice ? De codes magiques ? Un pentagramme ? Est-ce que les filles allaient avoir la vie sauve, ou bien est-ce qu'elles serviraient d'offrande, de sacrifices ou bien est-ce qu'elle complètement cette étrange symbole qui se dessinait au sol, entre les membres déchirés, les corps brisés et les traces multiples de sang ? Tess hurla, parce que tout cela était trop. Où étaient les autres filles ? Est-ce qu'elle était seule ? Perdue entre la folie et la réalité, son horreur et ses limites inexistantes, Tess était en train de sombrer.

ps : bon et bien il ne reste plus que nous #girlspower



JE RECHERCHE MON PERE& MES COUSINS
Dimension fantôme :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le coeur partagé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans (le 1er décembre 1983).
SURNOM : cleo, prénom et diminutif de cléopâtre, personnalité légendaire.
STATUT : enfermée dans une relation qu’elle ne parvient plus à mener, le cœur épris de Soren et dissipé par Matteo.
MÉTIER : acheteuse d'art pour particuliers. Elle foule le sol de multiples ventes aux enchères et est particulièrement douée dans son activité.
LOGEMENT : elle vit actuellement chez sa soeur, caitlyn, au #123 bayside.

POSTS : 623 POINTS : 115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
Maleo ☆ For the way you changed my plans and made me see there was something missing for the ending of my first begin. For the way you're something that I never choose. But at the same time something i don't wanna lose. And never wanna be without ever again.


Soleo ☆ So you see, as everything gets mixed. And from the heart to your lips, I become your puzzle. Your laughing screams I should let you go. Before losing grip and giving up. And we're holding hands, like children. While our heads scream we should stop the whole thing.


RPs EN ATTENTE : Chadna ☆ Tommy ☆ Evie
RPs TERMINÉS : 2018sasha
PSEUDO : céline.
AVATAR : minka kelly, la sublime.
CRÉDITS : © wasteland, heartbomb.
DC : nope.
INSCRIT LE : 21/08/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21086-when-death-is-playing-on-us-cleo http://www.30yearsstillyoung.com/t21331-flawless-love-cleo#851981 http://www.30yearsstillyoung.com/t21315-cleo-huntington

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   Mer 21 Nov - 11:32


une diligence au purgatoire
Cleo & others



La nuit tombait, bleue comme les veines d’une enfant gelée, sur ce paysage apocalyptique et le phaéton, laissé à l’abandon, indiquait le point de non-retour. Les corps sans vie des deux hommes formaient des filets de sang sur la terre aride et safranée, parfaitement alignés pour satisfaire les desseins dévastateurs et divinatoires du spectre. Un sanctuaire improvisé au milieu de ces silhouettes décharnées sur lesquelles l’astre lunaire diffusait une lueur surnaturelle. En écho avec les paroles d’Eleanor, la jeune femme avait replié ses bras contre sa poitrine et implorait silencieusement n’importe quel Dieu d’épargner sa misérable vie. Elle avait conscience d’avoir mené une existence triste et particulièrement égoïste, renfermée derrières les hauts murs de son palais doré ; et d’avoir manqué d’incroyables aventures. Elle avait choisi l’amour, mais n’avait conquis qu’une affreuse solitude. Dans ses pupilles humides s’agitaient les couleuvres du regret et la crainte de tomber dans ce qui était communément appelé le sommeil éternel. Le corps recouvert de haillons et vouté dans l’obscurité, la défunte dressait ses mains en crochet devant elle, dans une tentative désespérée et irréfléchie d’accomplir ses méfaits. La salive sèche au bord de ses lèvres sonnait comme un terrible appel à la faim ; volonté féroce de nourrir ses diaboliques croyances hérétiques. Ses doigts tâchés d’un fluide innocent semblaient supporter une lourde et considérable barrière invisible, menaçant de s’écrouler à tout moment mais permettant, pour l’heure, de maintenir chacune des voyageuses à distance. Alerte et focalisée sur ses impressions extrasensorielles, elle surveillait les moindres manifestations étranges, sans doute dans l’espoir de voir surgir d’autres esprits. « Jubeo malus spiritos partire fugireque. » Une incantation latine prononcée à une seule reprise mais qui avait suffit à faire naître un frisson le long de sa colonne vertébrale. Qu’était-elle en train de faire ? « Jubeo malus girafe spiritos partire fugireque. » Sa voix cendreuse et mortifère jurait avec le calme du crépuscule tandis que le visage de Cleo se défaisait en une succession d’émotions. Surprise, incrédulité, peur et terreur ; elle avait l’envie de gémir, d’hurler, de tenter de fuir. S’échapper, survivre ? Mais son corps restait plaqué au sol. Tout comme Tess et Eleanor, elle s’était retrouvée projetée à plusieurs mètres de là, fébrile et impuissante. Elle ne parvenait ni à se mouvoir, ni à se retourner pour ramper et sa vision demeurait brouillée par les sortilèges de cette sorcière, adoratrice de Satan. Pendant un court instant, elle se remémora le sort que la société réservait aux femmes de cette espèce : le bûcher. Etait-ce la fin qu’elle avait subie et qui lui donnait droit, aujourd’hui, de semer effroi et destruction ?  La jeune femme sentit un contact physique l’électriser, ce qu’elle accompagna d’un cri plaintif. Une forme indescriptible et sinueuse se dessinait progressivement le long de son avant-bras et de ses veines apparentes. Allait-elle perdre la tête ? « Jubeo malus spiritos partire fugireque. » Une douleur lancinante lui fit rejeter le buste en arrière et ses maxillaires se crispèrent violemment. Presque implorante, elle lui demandait de mettre fin à ce rituel, craintive de n’être qu’un ultime sacrifice ouvrant la porte aux forces obscures. « Une croix. » geignit-elle difficilement. Avec le peu de forces qu’il lui restait, la trentenaire pivota face contre terre. Elle parcouru du regard les centimètres de terrain qui l’entourait à la recherche d’un indice, d’un objet, d’un moyen de défense contre ce spectre. « Jubeo malus spiritos partire fugireque. » La souffrance se répendait en elle, dans l’intégralité de son être. Elle la sentait pulser dans ses artères et paralyser ses membres endoloris. Son esprit, lui-même, luttait pour ne pas laisser entrer le mal et lui permettre de conserver le contrôle de ses pensées et de ses actes. « Une bible. » murmurait-elle. Malgré la poussière et les feuilles qui recouvraient le sol, Cleo s’efforçait de se déplacer, aussi difficilement qu’elle le pouvait, enfonçant ses ongles dans la terre dure et sèche. « Jubeo malus spiritos partire fugireque. » Le ton de la défunte s’intensifiait. Plus sûr, grave et menaçant, il fendait l’air. L’astre lunaire, quant à lui, se diluait dans le ciel d’encre du canyon. La plupart des arbres avaient perdu leurs feuilles et le froid d’octobre n’en était que plus intense, agressif et griffu, comme les branches noires qui les entouraient. « Du sel. » Elle tâchait de rester concentrée sur les paroles d’Eleanor, omettant le vieux latin craché par le fantôme qui les terrorisait. Et lorsque sa vision s’éclaircit légèrement, Cleo posa la main sur la carcasse encore chaude d’Edward.  Le sang avait coulé et séché dans ses narines, formant comme des petits bouchons de cire vermillon, et des croûtes sombres s’étaient formées sur ses yeux à présent inexistants. « Je suis désolée... » gémit-elle tandis qu’elle palpait son corps de ses doigts tremblants. Des larmes salées roulaient le long de ses joues sales et son cœur battait la chamade. Elle n’avait jamais été si proche d’un homme qu’elle connaissait à peine, et les us et coutumes qu’on lui avait sommé de respecter depuis sa plus tendre enfance n’en permettaient pas même le quart. Quand elle sentit une petite bourse sous les vêtements du passager, elle pria pour que ce soit quelque chose qu’elle puisse utiliser. Et dans un énième cri plaintif, elle jeta le sachet en direction d’Eleanor.


cleo huntington ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ∆ topic commun: une diligence au purgatoire   


Revenir en haut Aller en bas
 

∆ topic commun: une diligence au purgatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: Dimension Fantôme
-